Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dougga (Thugga). Études épigraphiques

 | 
Mustapha Khanoussi
, 
Louis Maurin

Conservator pagi

Jacques Gascou

Note de l’éditeur

(d'après l'inscription de Thugga CIL, VIII, 27374)

Texte intégral

  • 1 Nous avons brièvement traité de cette inscription : cf. Gascou 1982, 211, n. 438, et 1982, 151 (l'i (...)

1Une inscription fragmentaire en l'honneur de Commode divinisé trouvée dans le territoire antique de Thugga a été publiée par A. Merlin d'après une lecture de L. Poinssot dans le Bulletin du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques de 1910, p. CCXXXII, puis, d'après un estampage du même L. Poinssot, dans le CIL, VIII, 27374, par H. Dessau et ses collaborateurs1. Elle a, récemment, été à nouveau éditée, avec une photographie, par Z. Benzina Ben Abdallah dans son Catalogue des inscriptions latines païennes du musée du Bardo. Ce cliché permet de constater que la lecture du CIL est préférable à celle du BCTH : à la ligne 5, c'est bien la fin du mot [conse]ruatoris qu'il convient de lire, et non pas [conse]ruatores. A la même ligne, il y a bien une ligature TH qui n'avait pas été signalée par L. Poinssot. Au début de la ligne 7, enfin, se distinguent, après une brève lacune, les trois lettres OSI que n'avait pas lues cet auteur. En voici donc le texte d'après le CIL, VIII :

[Diuo C]ommodo fratr[i ---]
[imp. Caes. L. S]eptimi Seueri Pii Per[tin.]
[Augusti A]rabici Adiabenici Par[thici]
[4] [numini eius?] sacrati decurione[s]
[conse]ruatoris pagi Thugg.
[fecerun]t magistro Q. Mora[sio]
[.]osi[---] f. Cassiano
[8] ex pollicitatione sua fecerunt d.d.

2Aujourd'hui, on ne lit presque plus rien des deux lettres E et P du mot [S]eptimi, d'où la restitution [Sep]timi indiquée par Z. Benzina Ben Abdallah. A la ligne 1, on ne lit plus le second R de fratr[i], et à la ligne 3, on ne lit plus rien du R de [A]rabici, d'où les lectures frat[ri] et [Ar]abici du même auteur.

  • 2 Townsend 1950, 248-250.
  • 3 Cette lecture paraît avoir influencé les auteurs des Indices du CIL, VIII, 271, qui reviennent, en (...)

3La lecture [conse]ruatoris, indubitable, permet de refuser l'interprétation aventureuse de P. W. Townsend2 – reprise non sans réserves dans VAE, 1951, 75 –, qui estime qu'il faut lire à la fin du mot ruatores3, et qu'en outre il convient d'intervertir les lettres R et V, ce qui conduirait à restituer le mot [c]uratores. Cette interprétation a été justement critiquée par A. Beschaouch, dans le BCTH, 1970, p. 184, où il a réaffirmé la validité de la lecture [conse]ruatoris : les curatores pagi supposés par l'auteur américain, sans aucun exemple parallèle, disparaissent du même coup.

4Le problème se pose de savoir s'il est possible de préciser qui est désigné par les mots [conse]ruatoris pagi Thugg(ensis), et de restituer ce texte plus complètement que ne l'a fait le CIL, VIII.

  • 4 Une opinion semblable est exprimée par Beschaouch, loc. cit. : “Le qualificatif au cas génitif ne p (...)
  • 5 Nous nous séparons ici de Z. Ben Abdallah (ILPB, 228) qui, dans sa restitution, propose de placer l (...)
  • 6 L'antériorité de la promesse par rapport à sa réalisation n'est pas toujours marquée par un plus-qu (...)
  • 7 De façon purement conjecturale, nous proposerions [H]osp[italis ?]. Hospitalis est attesté 16 fois (...)
  • 8 Au début de la ligne 5, la restitution hypothétique du CIL, [numini eius ?], nous paraît plausible. (...)

5H. Dessau, dans sa notice concernant Thugga, à la p. 2615 du CIL, VIII, suppl. 4, considère que c'est Septime Sévère qui est qualifié de conseruator pagi : “Septimius Seuerus uidetur dici conseruator pagi Thugg(ensis)”4. Il nous semble que cette interprétation est exclue. L'inscription vise de toute évidence à honorer Commode divinisé. Son nom au datif, gravé à la première ligne de l'inscription en lettres plus larges et plus hautes que celles des autres lignes, indique bien que c'est à lui qu'est destinée cette dédicace. Le nom de Septime Sévère au génitif, aux lignes 2 et 3, n'est mentionné que pour indiquer la parenté fictive qui était censée unir cet empereur défunt à Septime Sévère, l'empereur régnant. C'est un hommage obligé à ce dernier, qui n'est pas lui-même l'objet de la dédicace. D'autre part, si les mots conseruatoris pagi Thuggensis se rapportaient à Septime Sévère, on voit mal quelle serait la structure syntaxique de l'inscription. Ce génitif ne peut en effet pas être une apposition au nom de Septime Sévère, puisque entre ce dernier et [conse]ruatoris pagi Thugg[ensis] s'interposent les mots sacrati decuriones. Il se trouve donc à l'intérieur d'une proposition dont le groupe de mots sacrati decuriones est le sujet. Les mots conseruatoris pagi Thuggensis sont certainement une périphrase désignant Commode. Ils ne peuvent donc guère être que le complément déterminatif d'un nom qui se trouvait dans la partie disparue du début de la ligne 5. La lecture du CIL, [conse]ruatoris, ne fait apparaître qu'une restitution de cinq lettres, ce qui est insuffisant pour combler la lacune. On peut tenter d'évaluer la longueur de cette lacune d'après les lignes 2 et 8 : à la ligne 2, on avait certainement, au début, le texte [Imp. Caes. L. Sep]timi5. Le T de Septimi, étant exactement à l'aplomb du premier R de conseruatoris comme le montre la photographie publiée dans le catalogue de Z. Ben Abdallah, c'est donc environ 11 lettres qu'il conviendrait de restituer dans la lacune de la ligne 5. A la ligne 8 et dernière, où le texte est conservé, on compte également 11 lettres avant le second T de pollicitatione, qui est exactement à l'aplomb du premier R de [conse]ruatoris, ce qui confirme ce calcul : on peut donc admettre que dans la lacune de la ligne 5 on doit également restituer environ 11 lettres. En raison du fecerunt de la dernière ligne, on doit penser que, avant le mot conseruatoris, se trouvait mentionné le monument offert à Commode, vraisemblablement une statue. On peut penser à un mot tel que statuam ou signum. Au début de la ligne 6, ce dernier mot devait être repris par un pronom relatif, quant ou quod, complément d'objet direct d'un verbe se terminant par un T. Le CIL propose [fecerun]t, improbable, car ce verbe ferait double emploi avec le fece runt de la dernière ligne, ce qui serait d'une maladresse insigne. Nous ne retiendrons pas non plus [de/dicauerun]t proposé par Z. Ben Abdallah, car la mention de la dédicace – si elle était indiquée – devrait, nous semble-t-il, se trouver après le verbe fecerunt de la ligne 8 et non pas avant. On élève un monument, puis on en fait la dédicace, et non l'inverse. On peut penser à un verbe tel que [polliciti sun]t ou [eran]t, ou encore [promiserun]t ou [promiseran]t6, mais, compte tenu du pronom relatif que nous supposons avant ce verbe, cela ferait un nombre excessif de lettres à restituer (entre 14 et 17). Le verbe, il est vrai moins courant, que nous suppléerions, est [uouerunjt ou [uoueran]t : la restitution [quam uouerun]t ou [quod uoueran]t supposerait une lacune de 11 lettres au début de cette ligne 6, ce qui s'accorde avec les calculs précédents. Il est impossible de restituer avec certitude le début de la ligne 7, où sont conservées seulement les lettres OSI (le I étant peut-être seulement une haste appartenant à une lettre telle que D, F, N, P ou R) qui devait contenir le cognomen du père du magister pagi Q. Morasius Cassianus7. Enfin, on peut s'interroger sur le développement des deux lettres finales d. d. On est tenté de comprendre d(ecreto) d(ecurionum), comme l'a fait Z. Ben Abdallah, mais il n'est pas impossible de comprendre d(e)d(icauerunt). En effet, le sujet du verbe fecerunt étant les decuriones de la ligne 4, il peut paraître superflu d'indiquer que les décurions de Thugga ont élevé une statue à Commode “par décret des décurions”. D'autre part, il est normal que l'indication de l'accomplissement de la promesse d'une statue faite à un empereur divinisé soit suivie de la mention de la dédicace. Sans exclure donc la possibilité que le premier des développements envisagés soit le bon, nous aurions une légère préférence pour le second8.

  • 9 Nous ne retenons pas l'abréviation Per[tin.] du CIL, VIII, à la 1. 2. Le mot Pertinax ne paraît jam (...)

6Au total, nous proposerions, à titre d'hypothèse, la restitution suivante9 :

[Diuo C]ommodo fratr[i]
[lmp. Caes. L. S]eptimi Seueri Pii Per[tina[-
[cis Augusti A]rabici Adiabenici Par[thici]
[4] [numini eius] sacrati decurione[s]
[signum conse]ruatoris pagi Thugg[ens(is)]
[quod uoueran]t magistro Q. Moratsio]
[H]osp[ italis?] f. Cassiano
[8] ex pollicitatione sua fecerunt, d(e?)d(icauerunt?).

7“Au divin Commode, frère de l'empereur Lucius Septime Sévère, Pieux, Pertinax, Auguste, vainqueur des Arabes, des Adiabènes et des Parthes. Les décurions, qui se sont consacrés à sa divinité, avaient fait vœu d'une statue du sauveur du pagus de Thugga. Quintus Morasius Cassianus, fils d'Hospitalis ( ?), étant magister, ils l'ont élevée conformément à leur promesse et en ont fait la dédicace”.

  • 10 Cf. ILAfr, 525 (= CIL, VIII, 26539), datable de 205, commémorant la création du municipe.
  • 11 Gascou 1984, 105-120.
  • 12 Éd. Mommsen, 217 : Octauiano VI et Agrippa. His conss. Cartago libertatem a populo Romano recepit.
  • 13 Veyne 1961, 97 ; cf. Gascou 1972, 180.
  • 14 Debbasch 1953, 40-41. Sur la relation étroite qui peut exister entre le concept de libertas et celu (...)
  • 15 Poinssot Cl. 1963, 55-75 = AE, 1963, 94.
  • 16 CIL. VIII, 26528b
  • 17 Cf. Gascou 1972, 159.
  • 18 CIL, VIII, 1471 = 15513 et 15514.
  • 19 Cf. Khanoussi 1992, 597-602 : il ressort de cet article que l'agglomération de la ville de Thugga f (...)
  • 20 CIL, VIII, 26539, 26551, 26552 ; ILAfr. 525, etc.

8Si l'on accepte cette restitution, on est amené à s'interroger sur la signification et la portée de cette inscription. D'après la titulature de Septime Sévère, ce document se situe entre 198, date à laquelle cet empereur reçut le titre de Parthicus Maximus (titre éventuellement abrégé en Parthicus tout court), et 210, date à laquelle il fut déclaré Britannicus Maximus. Mais, comme le pagus et la ciuitas de Thugga fusionnèrent en un municipe en 205 ou un peu avant10, on peut resserrer la fourchette chronologique et dater ce document des années comprises entre 198 et 205. A cette époque donc, les membres du pagus de Thugga paraissent s'inquiéter de leur sort et rappellent, sous le règne de Septime Sévère, que Commode avait été leur conseruator, c'est-à-dire leur “sauveur”. Il ne peut s'agir que d'une allusion à la sauvegarde des intérêts du pagus. Quels sont les intérêts de cet organisme qui pouvaient être lésés ? Pour le comprendre, il faut remonter aux débuts de la colonie de Carthage, dont le pagus de Thugga constitua une fraction sans doute peu après la refondation de Carthage par Octave en 29 a.C.11. En 28 a.C., d'après un document tardif, les Consularia Constantinopolitana, “Carthage reçut la liberté du peuple romain”12. Que faut-il entendre par “liberté” ? Contrairement à l'opinion exprimée autrefois par P. Veyne13, on ne peut plus penser que cette liberté soit dénuée de signification juridique et ne soit rien d'autre que la liberté idéale que reçoit une ville en accédant au statut de colonie ou de municipe. La libertas, comme l'avait proposé dans un article prémonitoire Y. Debbasch14, doit se confondre avec l'immunitas, c'est-à-dire la dispense du versement à l'État romain de l'impôt auquel étaient soumises les terres provinciales, même coloniales. L'hypothèse de Y. Debbasch fut en effet confirmée lors de la découverte à Thugga d'une inscription de l'époque de Trajan publiée par C. Poinssot15. Dans cette inscription, un haut personnage est remercié pour s'être fait le defensor immunitatis perticae Carthaginiensium. Nous avons ici la preuve que le territoire de la colonie de Carthage détenait le privilège de l'immunitas, et que cette immunitas, tout au moins dans une partie du territoire de la colonie, celle précisément où se trouvait le pagus Thuggensis, était menacée. Il est tentant de croire qu'effectivement, comme le pensait Y. Debbasch avant même la découverte de cette inscription, libertas et immunitas sont des notions qui se recouvrent l'une l'autre. Cette immunitas était menacée parce que le pouvoir central, ou encore les services du proconsul d'Afrique, afin d'accroître les rentrées fiscales, devait contester, sinon l'immunité de la colonie de Carthage, du moins l'appartenance du pagus de Thugga et sans doute des autres pagi carthaginois de la région au territoire de Carthage. En affirmant bien haut leur appartenance à la pertica Carthaginiensium, en rappelant l'immunitas dont elle jouissait depuis 28 a.C., et en envoyant une ambassade à Rome pour la défendre avec l'aide d'un éminent sénateur, les membres du pagus Thuggensis s'efforcent de sauvegarder leurs privilèges fiscaux vis-à-vis d'une bureaucratie provinciale (ou impériale) désireuse de les dépouiller de ces privilèges. C'est à la lumière de cette inscription qu'il convient de comprendre la dédicace à Commode : à nouveau, sous le règne de cet empereur, une offensive dut être lancée contre les privilèges fiscaux des pagi carthaginois, et le pagus Thuggensis obtint sans doute de l'empereur Commode la confirmation de ces privilèges, d'où le qualificatif de conseruator pagi qui lui est appliqué. Peu de temps après, sous Septime Sévère, les décurions du pagus de Thugga, en remerciant leur bienfaiteur dont ils soulignent, comme il est naturel, la parenté fictive avec l'empereur régnant, visent sans doute à exprimer leur inquiétude relativement aux intentions de ce dernier. Maintiendra-t-il les privilèges fiscaux du pagus, peut-être à nouveau en butte à une contestation des services du proconsul d'Afrique ou des bureaux impériaux, ou laissera-t-il le pagus être dépouillé de ces mêmes privilèges ? Telle est la question qui devait se poser. En même temps, cette inscription apparaît comme une invitation implicite à Septime Sévère à imiter les bons procédés de son frère fictif, le défunt Commode, envers le pagus. Mais il y a plus : nous sommes alors à une date proche de la création du municipe de Thugga, qui se réalisera par la fusion du pagus et de la ciuitas. Cette création a probablement été annoncée et préparée depuis un certain temps : il y a déjà longtemps, à cette époque, que les liens du pagus et de la colonie ont commencé à se distendre et que le rapprochement entre le pagus et la ciuitas s'est opéré. L'octroi au pagus du ius capiendorum legatorum par Marc-Aurèle rappelé dans une inscription de Thugga de l'année 16816 créait un début de séparation juridique entre la colonie de Carthage et son pagus en l'assimilant à un organisme autonome17. La construction à Thugga d'un Capitole18, éminent symbole municipal achevé entre 166 et 169 et qui valait pour la ville et le pagus indissolublement19, annonce et prépare la future fusion des deux communautés. Entre 198 et 205, il est très probable que l'on parlait à Thugga de la création prochaine d'un municipe, et que les membres du pagus redoutaient au plus haut point d'être perdants lors de la transformation juridique qui s'annonçait. Leur crainte était que, les membres de la ciuitas stipendiale et ceux du pagus devenant les citoyens d'un nouveau municipe, ce municipe ne fût soumis, tout comme l'ancienne ciuitas, à l'impôt foncier. Ils craignaient donc un nivellement par le bas qui leur aurait fait perdre leurs privilèges fiscaux. D'où leur désir que le pagus fût maintenu, ou que le nouveau municipe à venir obtînt les mêmes avantages que le pagus. Septime Sévère ne fut pas insensible à ce souhait, et, en faisant du municipe de Thugga un municipium liberum20, il étendit à l'ensemble du municipe les privilèges fiscaux qui étaient précédemment ceux du seul pagus.

  • 21 CIL, VIII, 26551,26552.
  • 22 Cela est établi indirectement par le nom de la colonie de Thugga que créa ultérieurement Gallien, c (...)

9Mais ces privilèges furent à nouveau, vraisemblablement, contestés. Le municipium liberum de Thugga, dans deux inscriptions en l'honneur de Sévère Alexandre, remercie cet empereur qui a été le sauveur de sa liberté, conseruator libertatis21, expression à rapprocher des termes conseruator pagi dans la dédicace à Commode. Il est à présumer que c'est à nouveau l'immunitas du municipe qui fut remise en cause, et qui fut réaffirmée par la faveur de Sévère Alexandre, ce qui valut au municipe l'épithète d'Alexandrianum22.

  • 23 CIL, VIII, 26582. Il est possible que ce personnage ait obtenu de Gallien, pour Thugga, le statut d (...)
  • 24 Cf. note précédente.

10Derechef, sous Gallien, après la transformation du municipe en colonie, une inscription de Thugga nous apprend que le procurateur A. Vitellius Felix Honoratus s'acquitta à ses frais d'une ambassade pro libertate publica23. Conformément à l'interprétation proposée par F. Jacques24, il a dû y avoir encore, à cette occasion, remise en cause de l'immunitas, et Thugga dut faire appel à l'un de ses plus illustres citoyens pour en obtenir le maintien.

  • 25 CIL, VIII, 26561. Une inscription de Thugga, CIL, VIII, 26601, a fait récemment l'objet d'une nouve (...)
  • 26 Tertullien, Apol., 13.6.

11Enfin, sous Probus (276-282), une inscription de Thugga est dédiée à cet empereur en tant que [conseruat]or digni[tatis et liber]tatis25. Ici encore, il semble bien que les privilèges fiscaux de Thugga aient été menacés, puis maintenus grâce à la faveur de l'empereur régnant. Si la “liberté” est ici associée à la “dignité”, c'est que, pour les Romains, payer l'impôt était la marque de la captivité, comme il ressort d'un texte de Tertullien : “Les terres chargées de tributs perdent de leur prix, les hommes soumis à l'impôt de la capitation perdent de leur estime, car ce sont là des marques de captivité”. Sed enim agri tributo onusti uiliores, hominum capita stipendio censa ignobiliora, nam hae sunt notae captiuitatis26. Jusqu'à la fin du Haut Empire, les Thuggenses sont parvenus à sauvegarder leur situation privilégiée sur le plan fiscal, étroitement associée dans leur esprit au sentiment de leur dignitas.

  • 27 Jacques, dans Jacques & Scheid 1992, 229.

12Ainsi pouvons-nous constater que, sur une période de plus d'un siècle et demi, à six reprises au moins, sous Trajan, Commode, Septime Sévère, Sévère Alexandre, Gallien et Probus, les privilèges fiscaux du pagus, puis du municipe, puis de la colonie de Thugga, furent ou parurent menacés avant d'être reconnus par les empereurs successifs. Comme l'a montré F. Jacques27, “les privilèges étaient régulièrement contestés par les agents de l'autorité romaine”, et les communautés détentrices de ces privilèges devaient faire appel à l'empereur, au prix de coûteuses ambassades, pour en obtenir le maintien. Les appuis considérables dont semblent avoir joui le pagus, le municipe, puis la colonie de Thugga, appuis qui témoignent du poids politique de ces organismes et de l'influence de leurs élites sur le pouvoir central romain, permirent, sur une très longue durée, le maintien d'avantages fiscaux dont on peut juger qu'ils étaient singulièrement précieux aux yeux de leurs détenteurs.

Discussion

Discussion regroupée pour les deux communications de MM. Gascou et Lepelley (voir ci-dessous, à la suite de la communication de Cl. Lepelley).

Bibliographie

Sources anciennes

Consularia Constantinopolitana : Consularia Constantinopolitana, Chronica Minora saec. IV. V. VI. VII (Monumenta Germaniae Historica, t. IX, Berlin, 1892, réimp. 1961), éd. T. Mommsen.

Tertullien, Apologétique, éd. et trad. de J.-P. Waltzing et A. Severyns, Paris, Belles Lettres, 1929, 2e éd. 1961.

Auteurs modernes

Christol, M. (1979) : “Gallien, Thugga et Thibursicum Bure”, AntAfr, 14, 217-223.

Debbasch, Y. (1953) : “Colonia Iulia Carthago. La vie et les institutions municipales de la Carthage romaine”, RD, 31, 30-53.

Dupuis, X. (1993) : “A propos d'une inscription de Thugga : un témoignage sur la vitalité des cités africaines pendant la 'crise'du IIIe siècle”, MEFRA, 105, 63-73.

Gascou, J. (1972) : La politique municipale de l'Empire romain en Afrique Proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Rome (EFR 8).
— (1982) : “La politique municipale de Rome en Afrique du Nord, I. De la mort d'Auguste au début du IIIe siècle”, ANRW, II. 10.2, 136-229.
— (1982) : “Les pagi carthaginois”, in P.-A. Février et Ph. Leveau éd., Villes et campagnes dans l'Empire romain, Aix-en-Provence - Marseille, 139-175.

ILBP = Benzina Ben Abdallah, Z. (1986) : Catalogue des inscriptions latines païennes du musée du Bardo, EFR, 92, Rome.
— (1984) : “La carrière de Marcus Caelius Phileros”, AntAfr, 20, 105-120.

Jacques, F., dans F. Jacques et J. Scheid (1992) : Rome et l'intégration de l'Empire, 44 av. J.-C. - 260 ap. J.-C., t. 1, Les structures de l'Empire romain, 2e éd., Paris
— (1991) : “Municipio libera de l'Afrique Proconsulaire”, Epigrafia. Actes du colloque en mémoire de Attilio Degrassi, Rome, 583-606.

Khanoussi, M. (1992) : “Thugga (Dougga) sous le Haut-Empire : une ville double ?”, L'Africa Romana, 10, 597-602.

Poinssot, Cl. (1963) : “Immunitasperticae Carthaginiensium”, CRAI, 55-75.

Seston, W. (1927) : “Les anaglypha Traiani du forum romain et la politique d'Hadrien en 118”, MEFR, 44, 153-183.

Townsend, P. W. (1950) : “Conservatores or curatores of the pagus Thuggensis ?”, CPh, 45, 248-250.

Veyne, P. (1961) : “Le Marsyas ‘colonial’ et l'indépendance des cités”, RPh, 35, 87-98.

Notes

1 Nous avons brièvement traité de cette inscription : cf. Gascou 1982, 211, n. 438, et 1982, 151 (l'interprétation que nous avions proposée de ce texte a été acceptée par Jacques 1991,591, et par ILPB, commentaire au no 228). Nous l'examinerons ici de façon beaucoup plus approfondie.

2 Townsend 1950, 248-250.

3 Cette lecture paraît avoir influencé les auteurs des Indices du CIL, VIII, 271, qui reviennent, en l'affectant d'un astérisque, à la lecture de Poinssot [conse]ruatores pagi, et ajoutent : “sed cf. AE, 1951, 75”.

4 Une opinion semblable est exprimée par Beschaouch, loc. cit. : “Le qualificatif au cas génitif ne peut se rapporter qu'au nom de l'Empereur qui est au génitif dans le texte”.

5 Nous nous séparons ici de Z. Ben Abdallah (ILPB, 228) qui, dans sa restitution, propose de placer le mot lmp. à la fin de la ligne 1 : en fait, cette ligne ne devait comporter que le nom de Commode suivi du mot fratri. Le nom et les titres de Septime Sévère devaient s'étendre sur les lignes 2 et 3. Il est clair en effet qu'à la ligne 1, on n'a au début qu'une lacune de 5 lettres, très inférieure à celle des lignes suivantes, ce qui prouve que le mot Diuo (même compte tenu de la taille supérieure des lettres de cette première ligne) était gravé en retrait à droite par rapport aux autres lignes. De même, la ligne devait s'achever avec le mot frat[ri], un peu en retrait à gauche par rapport aux fins de lignes suivantes. De toute façon, étant donné la taille des lettres, il paraît impossible que les lettres IMP-aient pu être gravées sur la ligne 1 après le mot fratri, ce qui donnerait une ligne trop longue.

6 L'antériorité de la promesse par rapport à sa réalisation n'est pas toujours marquée par un plus-que-parfait. On peut fort bien rencontrer un parfait. On comparera ainsi plusieurs exemples empruntés à des inscriptions de Diana Veteranorum : CIL, VIII, 4579 :... statuam quam... pollicitus est posait... idemq(ue) dedicauit. - CIL, VIII, 4581 :... uotum quodpromiserat... soluit. - CIL, VIII, 4588 :... statuam quam... promisit... posuit idemque dedic(auit). - CIL, VIII, 4601 :... sign(um) quod... promiser[at]... fecit idemque ded(icauit).

7 De façon purement conjecturale, nous proposerions [H]osp[italis ?]. Hospitalis est attesté 16 fois dans le CIL, VIII. Le nombre de lettres (10) précédant le mot f(ilio) s'accorderait avec les calculs que nous avons indiqués plus haut.

8 Au début de la ligne 5, la restitution hypothétique du CIL, [numini eius ?], nous paraît plausible. On peut envisager sacrati (CIL, VIII, 27374 ; Ben Abdallah) ou [con]sacrati (Townsend ; Indices du CIL, VIII, 337), mais dans ce cas on restituerait en tout 13 lettres au lieu de 10, ce qui nous incite à préférer sacrati. L'expression numini sacratus est un hapax dans l'épigraphie latine d'Afrique (on a le plus souvent deuotus, ou dicatus (ou dicatissimus), cf. CIL, VIII, Indices, loc. cit., mais est attestée dans un texte littéraire. Cf. Velleius Paterculus, 2.25.4 : Dianae, cuius numini regio illa sacrata est. “Diane, à la divinité de qui cette région est consacrée”. Si c'est [con]sacrati qu'il convient de restituer, on peut rapprocher la formule ici employée de Cicéron, Clu., 43 : Martiales quidam Larini appellabantur, ministri publici Martis atque ei deo... consecrati. “Il y avait à Larinum sous le nom de “Martiaux” des serviteurs officiels de Mars, consacrés à ce dieu” (trad. Boyancé). Sacratus, tout comme consecratus (ou consacratus) est un terme beaucoup plus fort que dicatus ou deuotus, qui signifient seulement “dévoué”.

9 Nous ne retenons pas l'abréviation Per[tin.] du CIL, VIII, à la 1. 2. Le mot Pertinax ne paraît jamais être abrégé dans le nom de Septime Sévère. Nous ne restituons pas le mot max(imi) introduit par Z. Ben Abdallah après Par[thici], car il faudrait alors supposer une lacune trop longue à la fin de la ligne 3, et il est parfois absent de la titulature de Septime Sévère. Cf. par exemple AE, 1992, 1186 (inscription de Glanum datable de 198), où cet empereur porte les épithètes triomphales de Arabico, Adiabenico, Parthico (cf. aussi ibid., 1188).

10 Cf. ILAfr, 525 (= CIL, VIII, 26539), datable de 205, commémorant la création du municipe.

11 Gascou 1984, 105-120.

12 Éd. Mommsen, 217 : Octauiano VI et Agrippa. His conss. Cartago libertatem a populo Romano recepit.

13 Veyne 1961, 97 ; cf. Gascou 1972, 180.

14 Debbasch 1953, 40-41. Sur la relation étroite qui peut exister entre le concept de libertas et celui d'une diminution des charges fiscales, cf., avec des exemples empruntés à la numismatique : Seston 1927, 169. Dans le même sens que Debbasch, cf. l'étude approfondie de Jacques 1992, 583-606, qui associe justement, à notre avis, la signification d'immunité fiscale à l'adjectif libera des municipia libera africains. Dans un article paru quelques années avant cette étude (supra, n. 11), nous avions, plus rapidement, défendu une thèse analogue (Gascou 1984, 118).

15 Poinssot Cl. 1963, 55-75 = AE, 1963, 94.

16 CIL. VIII, 26528b

17 Cf. Gascou 1972, 159.

18 CIL, VIII, 1471 = 15513 et 15514.

19 Cf. Khanoussi 1992, 597-602 : il ressort de cet article que l'agglomération de la ville de Thugga formait un tout indissoluble et que l'on ne peut en aucune façon distinguer entre une ville numide et un quartier romain. Le cadre urbain était commun aux deux composantes du pagus, citoyens romains rattachés à Carthage et pérégrins.

20 CIL, VIII, 26539, 26551, 26552 ; ILAfr. 525, etc.

21 CIL, VIII, 26551,26552.

22 Cela est établi indirectement par le nom de la colonie de Thugga que créa ultérieurement Gallien, col(onia) Licinia Sept(imia) Aurel(ia) Alex(andriana) Thugg(a) (CIL, VIII, 1487 = ILS, 541).

23 CIL, VIII, 26582. Il est possible que ce personnage ait obtenu de Gallien, pour Thugga, le statut de colonie, cf. Christol 1979, 221-222. Mais la libertas publica doit-elle être interprétée comme “la summa libertas que confère le statut colonial” ? Les autres mentions de la libertas de Thugga inclinent à supposer avec Jacques 1991, que cette libertas se confond avec l'immunitas.

24 Cf. note précédente.

25 CIL, VIII, 26561. Une inscription de Thugga, CIL, VIII, 26601, a fait récemment l'objet d'une nouvelle lecture : cf. Dupuis 1993, 63-73. Elle commémore très vraisemblablement une ambassade effectuée pour le compte de la colonie de Thugga auprès d'un empereur qui se situe entre 260 et 280 environ. On ne peut qu'approuver l'idée de cet auteur selon laquelle cette ambassade avait pour objet la sauvegarde des privilèges fiscaux de la colonie.

26 Tertullien, Apol., 13.6.

27 Jacques, dans Jacques & Scheid 1992, 229.

Auteur

Directeur de recherche CNRS Centre Camille Jullian - Aix-en-Provence

© Ausonius Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540