Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dougga (Thugga). Études épigraphiques

 | 
Mustapha Khanoussi
, 
Louis Maurin

Les Calpurnii de Thugga

Samir Aounallah et Zeineb Benzina Ben Abdallah

Note de l’éditeur

PL 5-8, fig. 1-10

Texte intégral

  • 1 Aux textes réunis ici, il convient d'ajouter des épitaphes mentionnant d'autres membres de cette fa (...)
  • 2 Textes 5 et 6.
  • 3 Textes 1,2, 3 et 4.
  • 4 Textes 4 et 6.
  • 5 Poinssot Cl. 1969, 230, no 11 et 242, no 10.

1Au cours de l'inventaire des inscriptions réalisé ces deux dernières années à Dougga, de nombreux textes encore inédits ont été découverts. Sur ce lot, nous avons choisi d'en présenter six, se rattachant tous à une même famille originaire de la civitas Thugga, peu connue jusqu'ici, celle des Calpurnii1. Deux de ces textes sont déjà publiés2. La lecture de l'un d'entre eux a été sensiblement améliorée ; il s'agit de la dédicace du monument connu sous le nom de Dar Lachhab. Parmi les quatre inscriptions inédites3, deux4 ont déjà été signalées par Cl. Poinssot avec la référence “textes inédits” dans son article consacré à Marcus Licinius Rufus, à l'occasion des listes qu'il a dressées dans son « Album » des patrons et des flamines de Thugga5.

2L'étude de ces textes permettra d'une part, de mieux connaître les origines de cette famille ainsi que son rôle dans la vie publique de la civitas Thuggensis et d'autre part de suivre sa romanisation culturelle et juridique.

3L'ordre suivi pour le classement des textes est chronologique, la datation approximative de chacun d'eux ayant été établie d'après des critères onomastiques et institutionnels.

1. Le dossier épigraphique

1.1. Texte no 16 (pl. 5.1)

  • 6 Inédit. Fouilles de 1960-1961. Monument découvert en remploi dans la mosquée (inv. : M 4) et conser (...)

4Base en pierre calcaire, brisée en bas.
H. : 79 ; L. : 44,5 cm ; Ép. : 14,5 cm.

5Le texte était encadré par une moulure dont il ne subsiste qu'une légère trace au-dessus de la première ligne à droite. Le champ épigraphique est dans l'ensemble assez usé ; l'usure est plus prononcée dans la partie supérieure, notamment à gauche.

6Hauteur des lettres : 5,5 à 3 cm. La gravure est très soignée ; points de séparation même à la fin de chaque ligne.

[.............. ] Image 100000000000000D00000014FE003EAE.jpgẸḶỊImage 100000000000000F00000014D403EDD3.jpgỊṢ·

ṢỊḌỊẠṬḤONIS·FILIO·

FLAM·AVG·PERP-

[4]

CIVITAS·THVGGENSIS·

OB·MERITVM·

7L1 : l'examen approfondi de la pierre nous autorise à restituer huit lettres avant Felicis. Nous proposons, à titre d'hypothèse, la restitution Faustinus en raison du nombre élevé des porteurs de ce cognomen chez les descendants de Sidiatho.

[Faustino ( ?)] Image 100000000000000B0000000FA0E2218F.jpgẹḷịImage 100000000000000A0000000F8123FA63.jpgịṣ Ṣịḍịạṭḥonis filio, flam(ini) Aug(usti) perp(etuo), ciuitas Thuggensis ob meritum.

“A Faustinus ( ?), fils de Felix, petit fils de Sidiatho, flamine d'Auguste perpétuel, la cité de Thugga en raison de son mérite.”

  • 7 Bénabou 1976, 354.
  • 8 Lassère 1977,452-453.
  • 9 Halff 1965, 140 ; Ferjaoui 1992, 358 et 444.
  • 10 Infra, textes la et lb.

8Faustinus n'est pas un citoyen romain comme le montre sa nomenclature ; la filiation est indiquée par le nom unique du père suivi par celui du grand-père. Ce mode de la filiation double est une pratique courante en milieu africain7. Faustinus et Felix, cognomina traduits du punique8, sont très fréquents à Dougga et plus généralement en Afrique ; par contre Sidiatho, nom d'origine punique, SDYTN, qui signifie “Sid a donné”9, ne s'est rencontré jusqu'ici qu'à Dougga, dans deux inscriptions funéraires qui renvoient selon toute vraisemblance à la même personne10 :

1.1.1. CIL, VIII, 2736911

  • 11 Inscription non retrouvée.
  • 12 AAT, fe Teboursouk, no 185.

9Pierre découverte à Sidi Bou Mous12, à 2,5 km de Dougga.

Image 100000000000023D000000EF0D239D19.jpg

10Cette double épitaphe ornait un mausolée prismatique qui se dressait sur un domaine ayant très certainement appartenu aux Calpurnii.

11La restitution Sidiatho[nes] du texte de droite retenue par les auteurs du Corpus doit être remplacée par Sidiatho[nis] comme le montre le nouveau document (texte no 1) et la lecture révisée du no 27155 du Corpus.

  • 13 A noter que la présence de la formule DMS ainsi que la disparition de la double filiation sont des (...)

12Sur le texte de gauche, Calpurnius Faustinus n'a pas de patronyme ; s'agissant peut-être du frère13 de l'autre Calpurnius Faustinus (texte de droite), on n'a pas jugé utile de répéter la filiation.

1.1.2. CIL, VIII, 2715514 (pl. 5.2)

  • 14 Pierre retrouvée et conservée dans la citerne 4, inv. : T 475.

Image 1000000000000170000001B771B20057.jpg

13Sidiatho apparaît à travers ces trois documents comme le principal sinon l'un des principaux fondateurs de la gens Calpurnia.

  • 15 Poinssot Cl. 1969, 242. CIL, VIII, 26517 = ILS, 6797 (48-49 p.C.).
  • 16 CIL. VIII, 26517 = ILS, 6797 (48-49 p.C.).

14Ce nouveau flamine perpétuel d'Auguste, d'origine pérégrine, vient enrichir la liste des flamines de Dougga dressée par Cl. Poinssot15. Nous connaissons à Dougga d'autres flamines pérégrins ; la célèbre inscription consacrée à Auguste divinisé et à l'Empereur Claude16 mentionne deux flamines du divin Auguste portant une nomenclature pérégrine :

  • Faustus Thinoba, honoribus peractis, flamen diui Aug. ;

  • et son fils, Institor, honoribus peractis, flamen diui Aug.

  • 17 Jacques 1992, 24 et 29 signale qu'en Afrique, le flaminat n'est nullement incompatible avec le stat (...)

15Le flaminat étant revêtu après les autres honneurs municipaux, il est permis de supposer que notre Faustinus a accompli dans sa cité, à l'instar de Faustus Thinoba et d'Institor, tous les honneurs (essentiellement le sufétat) avant l'exercice du flaminat17.

  • 18 Supra texte la.
  • 19 Ceci apparaît également dans la romanisation du formulaire des épitaphes.

16D'autre part, la présence du mausolée18 qui suppose des ressources financières non négligeables est un indice d'une certaine aisance matérielle acquise par cette élite de la cité et de son accès au mode de vie des privilégiés19. Or lorsqu'on sait que le flaminat était normalement dévolu aux personnages les plus fortunés et les plus influents de la cité, il n'est donc pas étonnant que Faustinus ait été flamine perpétuel.

17Datation : La nomenclature (filiation double), l'onomastique (noms d'origine punique) ainsi que la sobriété du support et du texte (ob meritum), nous autorisent à proposer une date assez haute pour ce texte (2e moitié du Ier siècle).

1.2. Texte no 220 (pl. 5.3-4)

  • 20 Inédit ; fouilles de 1960-1961. Monument découvert en remploi dans la mosquée (inv. M 5) et conserv (...)

18L'inscription est gravée sur une base en pierre calcaire, brisée en 2 blocs jointifs incomplets en bas et en haut.
H. : 102 cm, L. : 47 cm, Ép. : 25 cm.
Le texte incomplet en bas, est très usé dans la partie inférieure surtout à partir de la ligne 8 ; les deux dernières lignes sont actuellement illisibles. Martelage accidentel en haut et à gauche au début de la ligne 1. Le texte est gravé dans un cadre mouluré.
Hauteur des lettres : 4,5 à 3 cm. La gravure est très soignée. Ligature des lettres AM (dans flamini) à la ligne 2.

CẠḶImage 100000000000000F00000014311D88DD.jpgṾRNIO FAVSTINO

FAVSTINI·FILIO·FL‘AM’INI

AVG·PERP·CIVITAS·THVG

[4]

OB·EXIMIAM·EIVS·IN·CI

VES·SVOS·LIBERALITᾼṬẸṂ

QVA·SIQVANDO·NECESSITAS

REI·FRVMENTARIAE·POSTV-

[8]

LAVIT· FRVMENTVM POPVLO

QṾẠṆṬVMCVMQVE·HABVIT

ṂṾḶṬỌ ṂỊṆỌṚẸ Image 100000000000000F00000014D45F45C4.jpgṚẸṬỊỌ QVAM

[......]ẠṬ [...] Ṇ [......]

[12]

[---]

[---]

---

19L. 11 : après quam, nous restituons tunc erat sur le modèle de la dédicace du Capitole de Numluli, CIL, VIII, 26121, qui présente une formulation semblable : praeterea exigente annona frumenta quantacumque habuit populo multo minore pretio quam tunc erat benignissime praestitit.

Cạḷpụrnio Faustino, Faustini filio, fl‘am’ini Aug(usti) perp(etuo)·, ciuitas Thug(ga) ob eximiam eius in ciues suos liberalitạṭeṃ qua siqando necessitas rei frumentariae·postulauit frumentum populo qụạṇṭumcumque habuit ṃuḷṭọ ṃịṇọṛẹ Image 100000000000000C0000000F6BD7612F.jpgṛẹṭịọ quam [tuncer] ạṭ [---]/[---]/[---]---

“A Calpurnius Faustinus, fils de Faustinus, flamine d'Auguste perpétuel, la cité de Thugga en raison de sa générosité sans égale à l'égard de ses concitoyens, avec laquelle, chaque fois que les exigences de l'approvisionnement en blé l'ont réclamé, (il a procuré) au peuple autant de froment qu'il en avait, à un prix bien moindre que le cours alors pratiqué...”

  • 21 Poinssot CI. 1969 p. 230, no 11 et p. 239.

20A la 1. 1 : Cl. Poinssot21 fait de notre personnage et de M. Calpurnius Faustinus du texte no 4 une seule et même personne et de ce fait, il classe ce Calpurnius parmi les patrons de la civitas de Dougga ; or ici, il est simplement dit flam. Aug. perp.

  • 22 Sur le gentilice Calpurnius, d'origine étrusque, et fréquent dans toute l'Italie, cf. Schultze 1966 (...)
  • 23 Bénabou 1976, 553.
  • 24 Cf. le stemma proposé, infra p. 000.

21Avec ses duo nomina, Calpurnius22 Faustinus est un citoyen romain qui a dû obtenir le droit de cité depuis peu ainsi qu'en témoigne l'absence du praenomen et le mode de filiation indigène : le nom du père, indiqué non par un prénom mais par un cognomen, est rejeté à la fin de la nomenclature23. L'appartenance à la Papiria de l'un des Calpurnii (infra, texte no 6), permet de supposer que ceux-ci ont reçu la citoyenneté romaine par privilège personnel de Nerva ou de Trajan. Ainsi Calpurnius Faustinus appartient à la branche aînée des citoyens romains de la lignée des Calpurnii24.

  • 25 Cf. D, 48.12.3, Papirius Iustus, Lib. I de Constitutionibus : Imperatores Antoninus et Verus August (...)
  • 26 Pour la dédicace du Capitole de Numluli (CIL, VIII, 26121) qui date de l'année 170 et qui rappelle (...)
  • 27 Contra Poinssot Cl. 1969, 239.

22A la 1. 6 et suiv. : il semble bien que l'on soit en présence d'une sorte de “générosité illicite”, si l'on se réfère au rescrit de Marc Aurèle et de Lucius Verus qui, une génération plus tard, interdira aux décurions de vendre “du blé à leurs concitoyens meilleur marché que l'annone ne le fait payer25”. De telles pratiques devaient être assez courantes pour justifier l'intervention impériale26. Le texte n'évoque donc pas forcément une disette ou une famine27, mais une mauvaise année céréalière qui a fait grimper le prix du blé, prix que le peuple de la civitas ne pouvait assumer sans l'intervention d'un généreux notable.

  • 28 Cf. aussi Poinssot Cl. 1969, 230, no 11.

23Datation : Ce texte peut être daté du second siècle avant la promulgation du rescrit28.

1.3. Texte no 329 (pl. 6.5-6)

  • 29 Inédit. Fouilles de 1960-1961. Monument découvert en remploi dans la mosquée (inv. : 93-55 + TH 48) (...)

24L'inscription est gravée sur une base en pierre calcaire, brisée en deux fragments jointifs. Le fragment supérieur est très usé au niveau des deux premières lignes. Les lignes suivantes, légèrement martelées, se lisent aisément.
H. : 120 cm ; L. : 59 cm.
Le champ épigraphique est délimité par un cadre mouluré, haut de 53,5 cm et large de 30 cm.
Les lettres hautes de 5 à 3,5 cm, sont soigneusement gravées.

[.]Image 100000000000000C0000000F1FB8CCF1.jpgẠḶImage 100000000000000B0000000F827F40E0.jpg [·]ṚṆỊ[·]Image 100000000000000C0000000FA7052A5A.jpgẸḶỊ

Image 100000000000000C0000000F0F263B7B.jpgImage 100000000000000C0000000F0F263B7B.jpgỊṾỊṬẠṢ ṬḤṾImage 100000000000000D0000000FD88630BF.jpg-

Image 100000000000000D0000000FD88630BF.jpgẸṆṢỊṢ ỌḄ ṂẸṚỊṬẠ

[4]

ET IPSIVS ET PATRIS

EỊṾṢ FAVSTINI CṾ

ṚẠṬỌṚỊBṾṢ ỊṾḶỊỌ ṚỌ-

Image 100000000000000D0000000FD88630BF.jpgẠṬỌ ṂṾImage 100000000000000C0000000F0F263B7B.jpgỊỌ ḲẠImage 100000000000000B0000000F0F3D6377.jpgỊṬỌṆẸ

25L. 1 : haste verticale avant Calp[u]mi[o] : L ou T.

[.]Image 100000000000000C0000000F0F263B7B.jpgạḷImage 100000000000000C0000000F6BD7612F.jpg[]ṛṇị[o] Image 100000000000000C0000000FA7052A5A.jpgẹḷịImage 100000000000000B0000000F0449D741.jpgị, Image 100000000000000B0000000F0449D741.jpgịụịṭạṣ ṬḥụImage 10000000000000140000000FC42A067C.jpgẹṇṣịṣ ọḅ ṃẹṛịṭạ et ipsius et pạṭris ẹịụṣ Faustini, cụṛạṭọṛịḅụṣ Ịụḷịọ ṚọImage 100000000000000C0000000FC0C7046D.jpgạṭọ, ṂụImage 100000000000000B0000000F0449D741.jpgịọ ḲạImage 100000000000000C0000000F6BD7612F.jpgịṭọṇẹ.

“A [ ?] Calpurnius Felix, la cité de Thugga en raison de ses mérites et de ceux de son père Faustinus. Curateurs : Julius Rogatus, Mucius Rapito”.

  • 30 Cf. texte no 2.

26Suivant un cas de figure fréquent qui associe à un notable les membres de sa famille, le seul mérite de ce Calpurnius Felix serait d'avoir eu un père notable de la cité (flam Aug. perp.30).

1.4. Texte no 431 (pl. 6.7)

  • 31 Inédit. Monument conservé en contrebas de Dar Lachhab (inv. : M3) ; conditions de découverte inconn (...)

27Le texte est gravé sur une base en pierre calcaire, brisée en trois fragments qui se raccordent.
H. : 145 cm ; L. : 47 cm ; Ép. : 47 cm.
Le champ épigraphique est délimité par un cadre mouluré haut de 76 cm et large de 26 cm.
Les lettres allongées et d'une gravure soignée sont délimitées par des lignes de guidage ; leur hauteur est de 5,5 à 3,5 cm.

MImage 100000000000000B0000000FD1F87A11.jpg[....]NIO

FAV[......]VITAS·

TḤ[...] PATRO-

[4]

NO-Ọ[.] MERITA

ET·IP[……]RIS·EIVS

FAVṢ [……]ORIBVS

IVLIO·R[……]CIO·KAPI-

[8]

[....]

M(arco) Image 100000000000000B0000000FD1F87A11.jpg[alpur]nio Fau[stino, ci]ụitas Tḥ[ugg(ensis)] patrono ọ[b] merita et ip[sius et pat]ris eius Fauṣ[tini, curat]oribus Iulio R[ogato, Mu]cio Kapi[tone],

“A Marcus Calpurnius Faustinus, la cité de Thugga à son patron, en raison de ses mérites et de ceux de son père Faustinus. Curateurs : Julius Rogatus, Mucius Kapito.”

  • 32 Poinssot Cl. 1969, 230.
  • 33 Gascou 1972, 183.
  • 34 Jacques 1992, 116 : “Sous l'Empire, ‘tous les honnêtes gens’ étaient susceptibles d'être choisi pat (...)
  • 35 Poinssot Cl. 1969, 240.

28M. Calpurnius Faustinus, frère de [.] Calpurnius Felix (texte précédent), est patron de la civitas seule. Jusqu'ici, on ne connaissait que des patrons du pagus seul, ou encore des patrons du pagus et de la civitas. Deux inscriptions encore inédites, mais signalées par Cl. Poinssot32, et dont les textes sont présentés dans ce volume par N. Kallala font connaître trois autres patroni civitatis. Parmi ces quatre patrons deux sont des Carthaginois : Q. Vinnicius Genialis et C. Marius Perpetuus attestés entre 83 et 89. Ce qui pourrait paraître à première vue normal lorsqu'on sait, et notamment par l'épigraphie, la préséance des citoyens romains du pagus sur les pérégrins de la civitas33 ; mais la nouveauté c'est que les deux autres patrons, L. Terentius Rufinianus et notre M. Calpurnius Faustinus, sont des Thuggenses (originaires de la civitas). Il apparaît ainsi que la civitas Thugga ne se plaçait pas uniquement dans la clientèle d'un fonctionnaire de la colonie tutélaire, mais aussi de ses propres enfants. Ces derniers, étant évidemment choisis parmi les notables de la cité34 ; ainsi, comme l'écrit à juste titre Cl. Poinssot35, “en offrant le patronat à ceux qui, les premiers de leur famille, avaient reçu le statut quiritaire, la civitas consacrait les services rendus à leurs concitoyens par les plus fortunés des Thuggenses et s'assurait la fidélité de ces enfants du pays.”

  • 36 Si les Julii sont nombreux à Dougga, les Mucii le sont beaucoup moins. Nous en relevons cinq autres (...)

29Datation : Les deux dédicaces ont été faites par les soins des mêmes curateurs, Iulius Rogatus et Mucius Kapito36, ce qui laisse supposer que les deux documents sont contemporains et se réfèrent très certainement à deux frères, fils d'un même Faustinus. A noter également la grande similitude dans la formulation des deux textes.

  • 37 Poinssot Cl. 1969. 230-233.
  • 38 Le seul exemple contrevenant à cette règle est M. Licinius Rufus, patronus pagi et civitatis, attes (...)

30La formule patronus civitatis pourrait constituer un indice chronologique appréciable : l'« Album » des patrons de Thugga dressé par Cl. Poinssot37 montre que jusqu'au principat d'Hadrien, tous les patrons connus sont soit des patroni pagi ou des patroni civitatis mais pas des deux communautés associées38.

1.5. Texte no 5 = CIL, VIII, 26527 = ILTun, 1404 (pl. 7.8a-c)

  • 39 Certains fragments sont conservés dans la cour du monument ; les autres se trouvent à l'extérieur, (...)

31L'inscription court sur plusieurs fragments d'une frise haute de 73 cm qui faisait le tour du monument de Dar Lachhab39 (pl. 8.9).
Hauteur des lettres : 17 cm.

Image 1000000000000349000001C54AF8E8EA.jpg

  • 40 Poinssot L. 1913, 86, no 45.

32Aux fragments déjà publiés par le Corpus s'en ajoutent huit qui donnent le prénom et le nom du dédicant, L. Calpurnius, et permettent de mieux comprendre le texte. En revanche, les fragments suivants du Corpus n'ont pas été retrouvés. d : EL ; k : O ET FAVST ; m : ERORVM ; n : OM ; p : bas de lettres S·L·M ; q : IN ; u : C ; z : A. Il en est de même des fragments “de minime importance” simplement signalés et non cités par les ILTun et répertoriés par L. Poinssot40. a : partie médiane des lettres MP et une haste droite ; b : partie haute des lettres MPER ; c : haut des lettres VD. Le fragment b MPER, mentionné par L. Poinssot et repris par CIL, VIII, 26527, doit très vraisemblablement compléter le titre Imperator dans la titulature de Lucius Verus : [I]mperatoris.

33Nouveaux fragments. 1 : RELI VERI·AVGV ; 2 : TI, suivi d'un vacat ; 3 : ẠCI, suivi d'un vacat ; 4 : L CALPVRNỊṾ, précédé d'un vacat (pl. 7.8a) ; 5 : NI, plus deux bas de lettres ; 6 : LO ; 7 : VI-DEC (pl. 7.8b) ; 8 : TVLAS ; 9 : ẸṚSIS Ṿ ; partie gauche du V ; 10 : VINVM ET GYMNAS ; V initial incomplet à gauche (pl. 7.8c).

34Nouveaux fragments :

35Le fragment (2), portant les lettres TI se rattache probablement au surnom impérial, Augustus, de Lucius Verus : Augu[s]ti et le (3) ACI au surnom Armeniacus du même empereur : [Armeni]aci.

  • 41 Poinssot Cl. 1969, 240 n. 97.

36Le fragment (4) avec le nom du dédicant L. Calpurniu[s] a déjà été signalé par Cl. Poinssot41 : “C'est également un Calpurnius qui dédie le grand temple construit sous Marc Aurèle et Lucius Verus et connu sous le nom de ‘Dar-el-Acheb’...”.

  • 42 L'intervalle entre les deux bas de lettres qui suivent étant assez large pour inclure une lettre av (...)

37Les lettres NI du fragment (5) constituent sans doute la terminaison au génitif du cognomen Faustinus ; les deux bas de lettres qui suivent pourraient être le début du mot fr[atris]42.

38Les lettres LO du fragment (6) appartiennent au mot spectaculum : s[pecta]c[u]lo.

39Les lettres DEC du fragment (7) complètent le mot decuriones : dec[urio]nibus ; pour les lettres VI qui les précèdent, nous proposons, à titre d'hypothèse, la restitution [die muneris s]ui, sur le modèle du no 16557 du Corpus (Theveste).

40Ainsi le texte peut s'établir de la manière suivante, en suivant les restitutions de A. Merlin et L. Poinssot :

Pro sal[ute Imp]eratoris Caesaris M(arci) Aurel[i] [Anto]niṇi Augusti Aṛ[meni]ạci liberor[u]ṃque eịụ[s et I]mpẹṛạṭọṛịṣ Image 100000000000000B0000000FD1F87A11.jpgạ[esaris L(ucii) Au]reli Veri Ạugụ[s]ti [Armeni]ạci, L(ucius) Calpurnịụ[s--- su]o et Faust[in]i patris et F[austi]ni Image 10000000000000080000000F1B49CC28.jpgṛ[atris ? et --- lib]erorum [suorum n]om[ine---ob honorem ?---, ex prom]issis ‘HS’ (centum) mil(ibus) ạ[diectis ‘H]Ṣ’ (quinquaginta) ṃ[il(ibus)] in [amorem] ciuitatis su[ae----sua pe]Image 100000000000000A0000000F8123FA63.jpg(unia) Image 10000000000000080000000F1B49CC28.jpgImage 100000000000000A0000000F8123FA63.jpgịṭ idemq(ue) edito s[pecta]c[u]ḷọ [ḷ]uḍor(rum) tri[duo---]ui, dec[urio]ṇib(us) spoṛtulas et u‘ni’ụersis ụin(um) et gymnasl[ịum] dedit et ded[ic]a[uit|.

“Pour le salut de l'Empereur César Marc Aurèle Antonin Auguste, vainqueur des Arméniens et de ses enfants et de l'Empereur César Lucius Aurelius Verus, Auguste, vainqueur des Arméniens, Lucius Calpurnius ---, en son nom et en celui de Faustinus son père ainsi que de celui de [Faustinus son frère ?] et de --- ses fils ? a fait faire, en raison de son affection pour sa cité, --- après avoir promis 100 000 sesterces augmentés (par lui) de la somme de 50 000 ; il a en outre donné un spectacle de jeux durant trois jours, des sportules pour les décurions, du vin et de l'huile pour le gymnase à tout (le peuple) et il a fait la dédicace.”

  • 43 Kienast 1990, 139 et 144.

41Datation : 163-164. Marc Aurèle et Lucius Verus ne portent que le titre de vainqueurs des Arméniens. Lucius Verus l'a porté en 163 et Marc Aurèle en 164, sinon à la fin de 16343.

  • 44 Cf. index du Corpus chap. 17, Notabilia varia, § d, p. 339-340.

42Il n'existe pas, à notre connaissance, d'autres exemples de l'adjectif universus, pris ici comme substantif, « tous sans exception ». Il doit sans doute renvoyer à l'expression universus populus ; en effet, les distributions d'huile sont en général faites au peuple44 II semble qu'il en soit de même pour le vin dont l'emploi est moins fréquent dans l'épigraphie africaine qui n'en mentionne que trois exemples : à Uccula (CIL, VIII, 14365) : gymnasium vinumq(ue) dedit Martensibus ; à Thagaste (CIL, VIII, 5146) : curiis praeter epulas vini e[t] ludum (denarios) quingeno[s] (donauit) et à Theveste (CIL, VIII, 16556 et 16560 = ILAlg, 1, 3071) : sportul(as) decurionib(us)... et Augustalibus aureos binos et populo vinum dedit et ludos edidit.

43Malgré les nouveaux fragments qui ont été découverts et qui améliorent nettement la lecture du Corpus nous ignorons encore la nature du monument érigé aux frais de L. Calpurnius. Parmi les fragments signalés par L. Poinssot et CIL, VIII, 26527, le fragment a portant les lettres MP et le bas d'une troisième lettre pourrait appartenir au mot [te]mp[lum] ; en effet, le coût élevé du monument et son architecture laissent penser qu'il s'agit bien d'un temple, comme l'a déjà proposé Cl. Poinssot. Dans ce cas, on aurait la restitution suivante : in [amorem] ciuitatis su[ae, te]mpl[um... sua pe]c(unia) fecit...

  • 45 Cf. aussi, Jacques 1984, 758, notes 307 à 313 et Le Glay 1990, 80-81.

44Signalons que parmi les dépenses consacrées à la construction d'un monument et attestées jusqu'ici à Dougga (cf. tableau ci-dessous)45, la somme de 150 000 sesterces est la plus élevée ; seul le temple de Saturne a coûté une telle somme :

119/138

CIL, VIII, 26471

70 000 HS

Temple de la Fortune Auguste, Vénus, la Concorde et Mercure Auguste.

117/138

ILTun, 1389 ;
CIL, VIII, 26468

50 000 HS

Temples de la Concorde, de Frugifer et de Liber
Pater (outre d'autres temples et des xystes)

194/195

ILTun, 1400

150 000 HS

Temple de Saturne

292/305

CIL, VIII, 26472

61 000 HS

Restauration du temple du Génie de la patrie

180/192

ILAfr, 516 ;
ILAfr, 517

120 000 HS

Temple de Mercure

205/210

ILAfr, 534

20 000 HS

Ornementation des rostres

222/235

ILAfr, 514

90 000 HS (au moins)

Temple de Caelestis

1.6. Texte no 6 = CIL, VIII, 26594 (p1. 8.10)

  • 46 Inv. : TH 42+93-5.
  • 47 Le rapprochement des blocs par Poinssot L. 1909, 139-141, lui a permis de donner ces dimensions.

45Le texte est gravée sur une base brisée en quatre fragments jointifs découverts dans les déblaiements du théâtre. Seuls les blocs 2 et 446 ont été retrouvés.
H. : 130 cm ; L. : 80 cm ; Ép. : 52 cm47.
Les lettres sont allongées, mais sans fioriture ; la gravure est très régulière.
Hauteur des lettres : 5 à 3 cm. A la 1. 3, les lettres TH (dans Thuggensis) sont liées ; même remarque pour les lettres VM (dans fabrum) et LI (dans publico) à la 1. 4, pour les lettres AV (dans Augusti) de la 6 et pour les lettres MA (dans max.) à la 1. 7.

Image 1000000000000133000001608FA39501.jpg

Q CALPVRNIO PAPIRIA

ROGATIANO PATRONO PAGI

[.]T CIVITATỊṢ ‘TH’VGGENSIVM

[4]

UPRAEFECTO Image 100000000000000C0000000FA7052A5A.jpgABRVM EQVO PVBLI-

[.... [ORNATO AB IMPEṚẠṬỌRIBVS

[…..]NINO[....]ERO AVGVSTIS ARME

[……]IS PARTHICIS ‘MA’X STATV-

8

[……]RETAM OB MERIT[.]Ṃ.CAL-

[……]OR PATER EIVS HONO

[…..]TEṆTVS DE SVO POṢṾIT D D

46Lecture du CIL, VIII :

Q(uinto) Calpurnio, Papiria, Rogatiano, patrono pagi [e]t ciuitatis Thuggensium, [p]raefecto fabrum, equo publi[co ex]ornato ab impeṛạṭọribus [M(arco) Anto]nino [et L(ucio) V]ero Augustis Arme[niacis, Medic]is, Parthicis Max(imis), statu[am publice dec]retam ob merit[a], M(arcus) Cal[purnius Pap(iria) ? Vict]ọṛ, pater eius, hono[re con]tentus de suo poṣuit, d(ecreto) d(ecurionum).

“A Quintus Calpurnius Rogatianus, inscrit dans la tribu Papiria, patron du pagus et de la civitas de Thugga, préfet des ouvriers, orné du cheval public par les empereurs Marc Antonin et Lucius Verus vainqueurs des Arméniens et des Mèdes, vainqueurs suprêmes des Parthes, en raison de ses mérites, cette statue qui (lui a été) décrétée officiellement. Marcus Calpurnius Victor ( ?), inscrit dans la tribu Papiria ( ?), son père, comblé par l'honneur (rendu à son fils), l'a élevée à ses frais. Par décret des décurions.”

  • 48 Kienast 1990, 139 et 144.

47Datation : 166/169. Le titre de Parthicus maximus est porté par Marc-Aurèle depuis le milieu de 166 ; un an environ plus tôt par Lucius Verus48.

  • 49 Cf. déjà Poinssot L. 1919, 167, no 17 ; 1927, 85.

48Deux fragments de dédicaces dont le destinataire manque (ILTun, 1514 et 1515) se rapportent probablement à ce Q. Calpurnius Rogatianus49. S'il s'agit bien du même personnage, l'inscription ILTun, 1514 apporte une précision intéressante, le destinataire est qualifié de patronus et d'advocatus eloquentissimus.

49Contrairement à ses compatriotes, citoyens romains (les Gabinii ou les Marcii), qui, pour la plupart ont exercé des honneurs et des prêtrises à Carthage, Q. Calpurnius Rogatianus fut directement promu chevalier et admis ainsi dans la carrière équestre ; cette rapidité dans sa carrière, il la doit très certainement à la faveur de l'Empereur Marc Aurèle.

  • 50 Cf. en dernier lieu Corbier 1982, 736. Sur leur appartenance à la tribu Papiria, cf. supra commenta (...)

50L'appartenance de ce Calpurnius à la tribu Papiria remet en cause la thèse selon laquelle tous les membres de la civitas, citoyens romains étaient inscrits dans la Quirina50.

51Parallèlement à la romanisation progressive de la gens Calpurnia, famille d'origine pérégrine, c'est à la romanisation juridique de la civitas Thugga que nous assistons à travers l'étude de ces textes. C'est grâce à des enfants de la cité, des cives novi, comme les Calpurnii, que les préparatifs de rapprochement se sont amorcés. Nos documents illustrent d'ailleurs fort bien cette période intense qui a précédé la fusion du pagus et de la civitas.

52Les Calpurnii faisaient partie de l'élite de la cité ; leur fortune était suffisante pour leur permettre d'accomplir des évergésies importantes telles que les libéralités de blé où la construction du temple de Dar Lachhab dont la dédicace compte parmi les plus importantes de Thugga.

  • 51 Ces privilèges sont mal connus.
  • 52 Cf. supra, n. 49.

53C'est très certainement grâce à la volonté et à la ténacité de certains Thuggenses, comme les Calpurnii, que la civitas a bénéficié sous le principat de Marc Aurèle de certains privilèges51 qui expliquent son titre Aurelia à cette date52 et qui préparent sa future fusion avec le pagus en 205.

54Les Calpurnii sont un exemple exceptionnel d'une gens qui témoignent de son pouvoir et de ses richesses pratiquement à chaque génération sur plus d'un siècle.

2. la romanisation des Calpurnii

55Les textes que nous venons de présenter concernent une nouvelle famille jusqu'ici peu connue de notables Thuggenses qui a, comme d'autres, particulièrement les Marcii et les Gabinii, contribué activement à l'embellissement monumental de sa patrie.

56C'est Cl. Poinssot qui a été le premier à mettre en relief le rôle de cette famille dans la vie sociale à Dougga en s'intéressant particulièrement à leurs carrières municipales. De notre côté, nous voudrions, à partir de ces textes, nous intéresser de plus près à la question de la romanisation juridique des pérégrins de la civitas Thuggensis. On le verra, cette contribution complètera l'article du regretté A. Chastagnol (dans le présent volume) qui privilégie l'exemple des Marcii et des Gabinii et apportera, à notre avis, une réponse claire à la question de l'application du droit latin dans la civitas de Thugga du moins jusqu'au principat de Marc Aurèle.

57Nous pouvons étudier, grâce à l'examen de l'onomastique, les progrès de la romanisation accomplis par cette famille d'origine pérégrine sur une période d'environ un siècle, sinon plus. Dans cette perspective, nous avons dressé un stemma qui devient très hypothétique à partir de la quatrième génération, voire même à partir de la troisième génération, en raison de l'absence d'indications précises permettant d'établir des liens sûrs entre les différents individus.

58Le dossier épigraphique présenté fait connaître 14 individus dont 6 pérégrins et 8 citoyens romains.

  • 53 Chastagnol 1990, 579. Voir CIL, XVI, 24 dans Picard & Rougé, 1965, 81.

59Les pérégrins se reconnaissent à leur dénomination. Ils portent tous des noms uniques. Le premier de la lignée s'appelle Sidiatho, qui est, comme nous l'avons dit, une transcription latine d'un nom punique. Les cinq autres pérégrins portent des cognomina latins qui sont souvent suivis du nom du père ou du grand père. Ces personnages sont attestés pour la première, la deuxième et la troisième générations, c'est-à-dire jusqu'à la fin du Ier siècle p.C. environ. Au départ, il convient de souligner la rareté des noms puniques dans cette famille. Dès la deuxième génération, tous les membres connus adoptent des noms latins ; ce qui témoigne, très tôt, d'une sensibilité à la civilisation romaine : en effet, Sidiatho porte un nom indigène et ses fils se nomment : Faustinus, Rogatus et Felix. Cette particularité dans l'onomastique pérégrine a été également relevée par A. Chastagnol dans la Gaule Narbonnaise53 ; elle montre un signe de romanisation évident dans le mode de vie de la part du père qui donne à son fils un nom latin. Le phénomène se confirme chez les membres de la troisième génération : tous, sans exception, portent des noms latins.

60La romanisation juridique de cette famille a commencé avec la troisième génération sans toutefois s'élargir à tous les personnages. Deux des membres de cette même génération sont des pérégrins reconnaissables à leur nom unique : Faustinus, flamine perpétuel d'Auguste (texte no 1), et Pudens (texte no 1-b) ; les deux autres sont des citoyens romains qui sont eux-mêmes d'anciens pérégrins ayant obtenu le la citoyenneté romaine depuis peu et portant les duo nomina (texte no 2). Dès la quatrième génération, probablement dès le début du second siècle, tous les individus attestés sont désormais citoyens romains. La seule personne connue pour cette époque, Calpurnius Faustinus, porte les duo nomina et marque la filiation par le nom unique du père. Mais à partir de la génération suivante, tous les Calpurnii portent les tria nomina avec parfois mention de la tribu (texte no 6).

  • 54 Voir CIL, XVI, 24 dans Picard & Rougé 1965. 81.
  • 55 Gaius, Inst., 1-93-94, traduit par Saumagne 1965, 40-41 : “Si le pérégrin venait à demander pour so (...)
  • 56 Ne perdons pas de vue la correspondance entre Pline le Jeune et Trajan : Pline le Jeune, Correspond (...)
  • 57 Gaius, Inst., 1-95, traduit par Saumagne 1965, 41 “... L'autre cas, est celui des personnes qui par (...)

61En premier lieu, il convient de s'interroger sur le mode d'acquisition de la citoyenneté romaine par les membres de cette famille. Sur ce point, les sources juridiques sont parfaitement claires. Il ne pouvait y avoir que deux moyens, éventuellement un troisième, par le biais du service militaire avec honesta missio54, mais qui n'intéresse pas notre propos. La citoyenneté romaine peut d'abord être conférée viritim55, par un bienfait personnel que seul consent l'empereur56. Un autre moyen est la concession automatique de la citoyenneté, après l'exercice d'une magistrature ou du décurionat : c'est ce qu'on appelle le système du droit latin, mineur ou majeur57.

62Qu'en est-il de nos Calpurnii ?

  • 58 Cf. CIL, VIII, 26517 = ILS, 6797 = AE, 1952. 106 et ILPB, 224.
  • 59 ILTun, 1318.

63Pour une même génération, c'est-à-dire la troisième, nous constatons que deux membres des Calpurnii ont obtenu la citoyenneté romaine sans exercer, semble-t-il, des fonctions dans la cité, alors qu'un autre personnage, Faustinus, est demeuré pérégrin ; pourtant, il a été flamine d'Auguste perpétuel (texte no 1). Jusque là donc, l'accès des premiers Calpurnii à la citoyenneté romaine n'a rien à voir avec le droit latin et leur situation est, de toute évidence, à rapprocher de celle des descendants de Faustus Thinoba et notamment de celle de son fils Iulius Venustus qui, lui aussi, a été fait citoyen romain par un bienfait particulier du prince dans le courant de la première moitié du Ier siècle p.C.58. Un citoyen de Thignica est présenté de la même manière : Q. Caecilius, Quir., Q. f, Latro qui a obtenu le droit de cité pour lui et pour ses enfants : civitate donatus cum liberis suis59.

  • 60 Q. Calpurnius Rogatianus a été patron du pagus et de la civitas (voir texte no 6).

64A partir de la quatrième génération, sans doute dès le début du second siècle, tous les Calpurnii attestés, porteurs des duo nomina ou des tria nomina, sont des citoyens romains. Certains ont exercé des prêtrises et des honneurs (flaminat et patronat) d'abord dans la cité, puis dans les deux communautés60 ; d'autres n'ont, selon toute vraisemblance, géré aucune charge. Ce qui montre encore que, jusqu'à l'époque de Marc Aurèle, l'acquisition de la citoyenneté romaine du moins par quelques membres de cette famille n'a rien à voir avec l'exercice des magistratures, et donc avec le droit latin.

  • 61 Poinssot Cl. 1969, 232-233, no 19-20.
  • 62 CIL, VIII, 1493 = 15520 = 26467 = 26469 : A(ulus) Ga[binius], Quir(ina), Datus, patronus pagi et ci (...)
  • 63 Cf. CIL, VIII, 26605 : Q. Marcio, Quir., Maximo, ob munificentiam L. Marci Simplicis fili eius et o (...)
  • 64 PoinssotCl. 1969 230-231, no 12.
  • 65 CIL, VIII, 26468 : M(arcus) Gabinius, [Quir(ina), Bassus, patronujs pagi et civitatis... ; CIL, VII (...)
  • 66 ILAfr, 569 :A(ulo) Gabinio Dato filio,flam(ini) diui Titi Aug(usti), patrono pagi et ciuitatis... ;(...)
  • 67 CIL, VIII, 26609 : [L(ucio] Marcio, Q(uinti) f(ilio), Arn(ensis), Simplici, [pa]trono pagi e[t ciui (...)
  • 68 CIL, VIII, 26604 : C(aio) Marcio, Q(uinti) f(ilio), Arn(ensis), Clementi, flamini diui Vespasiani C (...)
  • 69 CIL, VIII, 26606 : P(ublius) Marcius, Q(uintif(ilius), Arn(ensis), Quadratues, flam(en) diui Aug(us (...)
  • 70 ILAfr, 521 : Q(uintus) Gabinius, M(arci)f(ilius), Quir(ina), Felix Faustianus, cum Dato et Processa (...)
  • 71 Cf. les remarques de Gascou 1982, 160, n. 14.

65L'exemple des Calpurnii est donc fort instructif : il montre d'une part qu'ils sont devenus citoyens romains grâce à un bienfait du prince ; on peut croire qu'ils ont été dès l'origine inscrits dans la tribu Papiria, à laquelle appartient, dans la seconde moitié du IIe siècle, Q. Calpurnius Rogatianus (CIL, VIII, 26594), et qu'ainsi l'auteur du bienfait serait Nerva ou Trajan. Or les Calpurnii ne sont pas la seule famille locale à prendre en considération. Dans cette perspective, il est inévitable de penser aux Gabinii, attestés à l'époque d'Hadrien, et surtout aux Marcii dont la notoriété, comme celle des Calpurnii, se confirme à l'époque de Marc Aurèle, précisément entre les années 166 et 16961. Les premiers membres connus de ces deux familles, sont A. Gabinius Datus pater62 et Q. Marcius Maximus63. Tous les deux sont inscrits dans la tribu Quirina et sont restés, semble-t-il, dans la civitas64. Un des fils de Gabinius Datus pater, M. Gabinius Bassus65, n'a pas quitté la civitas. Les autres ont obtenu la citoyenneté de Carthage où ils ont géré des honneurs et des prêtrises ; ainsi : A. Gabinius Datusfilius66, L. Marcius Simplex67, C. Marcius Clemens68 et P. Marcius Quadratus69. Enfin le cas de Q. Gabinius Felix Faustianus est très singulier ; il est comme son père et comme son grand père, M. Gabinius Bassus et A. Gabinius Datus pater, inscrit dans la Quirina. Sous le principat d'Antonin le Pieux (entre 138 et 161), il offre avec son fils, Datus, et sa fille, Processa, le portique du forum orné de colonnes et de plafonds. Cette acte évergétique s'adresse, comme il est dit dans le texte, au pagus, sa patrie70 ; ce personnage, sans être inscrit dans 1'Arnensis71, appartient donc au pagus et il est normalement citoyen de la colonie de Carthage.

  • 72 Cf. CIL, VIII, 26604, supra note 66.
  • 73 En effet, l'origo ne peut être perdu ni récusé même après plusieurs générations : Jacques 1992, 83.

66Alors que les Calpurnii, à en juger par nos documents, n'ont pas quitté Thugga, leur lieu d'origine, certains Gabinii et Marcii ont obtenu, depuis l'époque d'Hadrien, la citoyenneté de Carthage où ils ont exercé par la suite des honneurs et des prêtrises. Nous constatons par ailleurs que tous les membres de la branche « Carthaginoise » des Gabinii et des Marcii, à l'exception de C. Marcius Clemens72, ont géré une carrière double : à Dougga et à Carthage. Étant, à la fois, Thuggenses et Carthaginois, ils sont tenus de remplir des charges et des magistratures à la fois dans leur cité d'origine73 et dans leur cité d'adoption.

  • 74 Voir la communication de A. Chastagnol dans le présent volume, p. 55.
  • 75 Beschaouch 1992, 141-143.
  • 76 Voir la communication de A. Beschaouch dans le présent volume, p. 61-73.

67Comment expliquer que des Thuggenses soient allés jusqu'à obtenir la citoyenneté de Carthage et y gérer des magistratures et des prêtrises. A. Chastagnol74, tenté par un rapprochement avec Thignica75, pense que c'est par l'exercice des magistratures à Carthage qu'un pérégrin de Dougga pouvait accéder à la citoyenneté romaine : il s'agirait donc, selon lui, d'un cas d'application du droit latin « subordonné ». Cependant aussi bien pour Dougga que pour Thignica, la principale difficulté est qu'un pérégrin ne peut en aucun cas accéder aux charges et aux magistratures dans une colonie romaine. Il faudrait donc qu'il soit fait citoyen romain tout d'abord dans sa cité soit par octroi viritim de la citoyenneté romaine, soit par naturalisation automatique si la cité est dotée du droit latin76. Ainsi, il pourra sans difficulté faire carrière à Carthage.

3. Stemma des Calpurnii

68Le principal problème que pose l'étude de cette famille, et qui est difficile à résoudre, est celui de la généalogie. Les textes présentés ci-dessus font connaître 14 personnes. Grâce au système de la filiation double, les épitaphes, principalement, fournissent de précieux renseignements permettant de suivre les liens entre les membres de cette famille jusqu'à la troisième génération. Les Calpurnii avaient pour ancêtre un certain Sidiatho :

Texte 1 : [Faustin]us, Felicis Sidiathonis filius ;

CIL, VIII, 27155 (1-b) : Pudens, Rogati Sidiathoni(s) f ;

CIL, VIII, 27369 (1-ade droite) : Calpurnius Fau[stinus], Faustini Siadiatho[nis f].

  • 77 Commentaire du texte no 6, n. 50.

69Les autres textes sont avares de renseignements et empêchent d'établir de manière certaine les liens de parenté entre les différents membres de cette gens. En bas de l'échelle, nous connaissons deux Calpurnii attestés sous le principat de Marc Aurèle et de Lucius Verus. L'un d'eux, Q. Calpurnius Rogatianus. inscrit dans la tribu Papiria77, est fils de M. Calpurnius Victor (texte no 6) ; en raison de son surnom Rogatianus, nous avons pensé qu'il fallait établir un lien avec le Rogatus de la seconde génération. L'autre, L. Calpurnius [---], offre le temple de Dar Lachhab, en son nom, au nom de son père, Faustinus ainsi que de son frère ( ?) Faustinus et de ses fils dont on ignore les noms (texte no 5). Deux autres Calpurnii, porteurs des tria nomina, sont aussi fils de Faustinus (textes no 3-4) ; nous ne savons pas s'il faut les considérer comme frères ou plutôt comme appartenant à deux générations différentes. La chronologie proposée pour les textes no 3 et 4, même si elle est vraisemblable, reste incertaine. Par ailleurs, les Calpurnii des textes no 3 et 4 ont été remerciés pour leur mérite et pour celui de leur père : la formule ob merita et ipsius et patris eius Faustini est répétée dans les deux textes. Nous croyons, et ce n'est qu'une hypothèse, que le mérite de ce père n'est autre que la distribution du blé à un prix inférieur à celui fixé par l'annone attesté par le texte no 2. Toutefois ce présumé père, Calpurnius Faustinus, porteur des duo nomina, est lui aussi fils de Faustinus. Rien donc ne s'oppose à ce qu'il soit plutôt le frère des trois autres Calpurnii connus par les textes 3, 4 et 5 ; mais leur dénomination, l'un portant des duo nomina et les trois autres des tria nomina, exclut à notre avis ce lien. Il faut donc le placer plus haut dans le stemma. Mais nous ne savons pas lequel des deux Faustini est son père : s'agit-il de Faustinus (1), et dans ce cas notre Calpurnius Faustinus serait l'une des deux personnes attestées par l'épitaphe double de Bou Mous (texte la), ou de Faustinus (2) ; or Faustinus (2) fut flamine de sa cité et c'est peut-être une raison suffisante pour croire qu'il est le père de Calpurnius Faustinus (3) (texte no 2) qui fut lui aussi flamine de la cité.

Image 100000000000034400000460593BE0E2.jpg

Discussion

70A. Beschaouch.— A. B. constate, avec satisfaction, que les nouveaux documents sur les Calpurnii montrent clairement l'impossibilité d'admettre que la civitas Thugga pouvait bénéficier du droit latin, avant l'époque de Marc Aurèle et sa promotion (civitas Aurélia Thugga).

71Tout autant que le formulaire (prix de l'édifice, festivités à l'occasion de la dédicace, etc...) de l'inscription CIL, VIII, 26527 – complétée et révisée –, l'architecture (cour, portiques, vestiges des cellae) fait référence à un temple pour l'édifice connu sous le nom de Dar El Acheb (= Dar Lach'hab). Ce temple a fait partie du grand programme de constructions publiques réalisé sous Marc Aurèle : Capitole, théâtre, temple anonyme, etc.

72Est-on sûr du nominatif (non attesté jusqu'ici) Sidiatho, plutôt que Sidiathon ? L'inscription donne Pudens Rogati Sidiathonis f. (CIL, VIII, 27155 révisée).

73S. Demougin.— Il est dangereux de parler de “noblesse équestre” pour, un simple chevalier ; la noblesse équestre est constituée par les procurateurs (Tacite, Agr., 1.1).

74Le sens du cursus dans CIL, VIII, 26594, pose problème. La fonction de préfet des ouvriers est en principe équestre ; et nous avons affaire à un néo-chevalier, comme le montre sa titulature equo publico exornatus ab imperatoribus... Il faut comprendre qu'il a reçu le cheval public, puis qu'il a obtenu la préfecture des ouvriers.

Bibliographie

Bibliographie

Bénabou, M. (1976) : La résistance africaine à la romanisation, Paris.

Beschaouch, A. (1992) : "Sur l'application du droit latin provincial en Afrique proconsulaire : le cas de Thignica (Aïn Tounga)”, BSNAF, p. 137-144.

Chastagnol, A. (1990) : “L'onomastique de type pérégrin dans les cités de la Gaule Narbonnaise”, MEFRA.

Corbier, M. (1982) : “Les familles clarissimes d'Afrique proconsulaire (Ier-IIIe siècle)”, Epigrafia e ordine senatorio, II, Rome, p. 685-754.

Étienne, R. (1958) : Le culte impérial dans la péninsule ibérique d'Auguste à Dioclétien, Paris.

Ferjaoui. A. (1992) : Recherches sur les relations entre l'Orient phénicien et Carthage, Tunis.

Gascou, J. (1972) : La politique municipale de l'empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Rome.
— (1982) : "Les pagi carthaginois”, Actes du colloque organisé à Aix en Provence par l'U.E.R d'Histoire, les 16 et 17 mai 1980, publ, par P.-A. Février et Ph. Leveau, Université de Provence.

Halff, G. (1963-1964) : “L'onomastique punique de Carthage”, Karthugo, 12. 1963-1964 p. 63-164.

ILPB = Benzina Ben Abdallah, Z. (1986) : Catalogue des Inscriptions latines païennes du Musée du Bardo, EFR, 92. Rome.

Jacques, Fr. (1992) : Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l'Occident romain (161-244), Rome.
— (1992) : Les cités de l'Occident romain, Paris.

Kienast, D. : (1990) : Die römischen Kaisertabelle, Darmstadt.

Lassère, J.-M. (1977) : Ubique Populus. Peuplement et mouvements des populations dans l'Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 a.C.-235 p.C.), Paris.

Le Glay, M. (1990) : “Évergétisme et vie religieuse dans l'Afrique romaine”, in L'Afrique dans l'Occident romain (Ier siècle av. J.-C. -IVe siècle ap. J.-C.), Actes du colloque organisé par l'École française de Rome sous le patronage de l'Institut national d'archéologie et d'art de Tunis (Rome, 3-5 décembre 1987), EFR 134, Rome, 77-88.

Picard, G.-Ch. et J. Rougé (1965) : Textes et documents relatifs à la vie économique et sociale dans l'Empire romain, 31 avant J.-C.-225 après J.-C, Paris.

Poinssot, L. (1909) : "Nouvelles inscriptions de Dougga”, N AMS, 18, 83-174.
— (1913) : “Inscriptions de Thugga découvertes en 1910-1913”, NAMS, 21. 1-227.
— (1919) : “Les fouilles de Dougga en 1919”, NAMS, 22, 133-198.
— (1927) : BAC, 84-95.

Poinssot, Cl. (1969) : “M. Licinius Rufus, patronus pagi et civitatis Thuggensis”, BAC, 5, 215-258.

Saumagne, Ch. (1965) : Le droit latin et les cités romaines sous l'Empire, Paris.

Schulze, W. (1905) : Zur Geschichte lateinischer Eigennamen, Berlin.

Toutain, J. (1895) : Les cités romaines de la Tunisie, Paris.

Notes

1 Aux textes réunis ici, il convient d'ajouter des épitaphes mentionnant d'autres membres de cette famille : CIL, VIII, 26762 (inscription aujourd'hui retrouvée), épitaphe de L. Calpurnius Felix ; CIL, VIII, 26760, épitaphe de la fille d'un Calpurnius, Calpurni filia ; CIL, VIII, 26761, épitaphe de Calpurnius Cor... ; ILAfr, 588, épitaphe de Calpurnius [A]ugentius et CIL, VIII, 26763, épitaphe de Calpumia Coddosa et épitaphe inédite (inv. : T 72), Calpurnius [---]ufulus.

2 Textes 5 et 6.

3 Textes 1,2, 3 et 4.

4 Textes 4 et 6.

5 Poinssot Cl. 1969, 230, no 11 et 242, no 10.

6 Inédit. Fouilles de 1960-1961. Monument découvert en remploi dans la mosquée (inv. : M 4) et conservé dans la citerne 4.

7 Bénabou 1976, 354.

8 Lassère 1977,452-453.

9 Halff 1965, 140 ; Ferjaoui 1992, 358 et 444.

10 Infra, textes la et lb.

11 Inscription non retrouvée.

12 AAT, fe Teboursouk, no 185.

13 A noter que la présence de la formule DMS ainsi que la disparition de la double filiation sont des indices d'une datation plus tardive.

14 Pierre retrouvée et conservée dans la citerne 4, inv. : T 475.

15 Poinssot Cl. 1969, 242. CIL, VIII, 26517 = ILS, 6797 (48-49 p.C.).

16 CIL. VIII, 26517 = ILS, 6797 (48-49 p.C.).

17 Jacques 1992, 24 et 29 signale qu'en Afrique, le flaminat n'est nullement incompatible avec le statut de cité pérégrine et que les flamines du culte impérial avaient même la préséance sur les sufètes.

18 Supra texte la.

19 Ceci apparaît également dans la romanisation du formulaire des épitaphes.

20 Inédit ; fouilles de 1960-1961. Monument découvert en remploi dans la mosquée (inv. M 5) et conservé dans la citerne 4.

21 Poinssot CI. 1969 p. 230, no 11 et p. 239.

22 Sur le gentilice Calpurnius, d'origine étrusque, et fréquent dans toute l'Italie, cf. Schultze 1966, 138 ; cf. aussi, Lassère 1977, 174 et 460. On notera que l'absence du praenomen dans l'épigraphie africaine est souvent un indice d'appartenance indigène : cf. Toutain 1895, 187 et suiv.

23 Bénabou 1976, 553.

24 Cf. le stemma proposé, infra p. 000.

25 Cf. D, 48.12.3, Papirius Iustus, Lib. I de Constitutionibus : Imperatores Antoninus et Verus Augusti in haec verba rescripserunt Minime acquum est decuriones civibus suisfrumentum vilius quam annona exigit vendere.

26 Pour la dédicace du Capitole de Numluli (CIL, VIII, 26121) qui date de l'année 170 et qui rappelle les évergésies de L. Memmius Pacuarius Marcellinus envers ces concitoyens : ob quam dedicationem decurionibus utriusq. ordinis sportulas, item populo et gymnasium dedit, praeterea exigente annona f,rumenta quantacumque habuit populo multo minore pretio quam tunc erat benignissime praestitit, l'évergésie de la distribution du blé doit très vraisemblablement se situer quelques temps avant la promulgation du rescrit.

27 Contra Poinssot Cl. 1969, 239.

28 Cf. aussi Poinssot Cl. 1969, 230, no 11.

29 Inédit. Fouilles de 1960-1961. Monument découvert en remploi dans la mosquée (inv. : 93-55 + TH 48) et conservé devant le théâtre.

30 Cf. texte no 2.

31 Inédit. Monument conservé en contrebas de Dar Lachhab (inv. : M3) ; conditions de découverte inconnues.

32 Poinssot Cl. 1969, 230.

33 Gascou 1972, 183.

34 Jacques 1992, 116 : “Sous l'Empire, ‘tous les honnêtes gens’ étaient susceptibles d'être choisi patrons”.

35 Poinssot Cl. 1969, 240.

36 Si les Julii sont nombreux à Dougga, les Mucii le sont beaucoup moins. Nous en relevons cinq autres exemples : CIL, VIII, 27070 (Mucius Felix), CIL, VIII, 27071 (Mucius Rogatianus), CIL, VIII, 27072 (Muda Musini f), CIL, VIII, 27073 (Mucia Veneria), et CIL, VIII, 26690 (Mucius Mucianus Felidsf.). A travers leurs cognomina tous d'origine africaine, il semble bien que nous ayons affaire à des Thuggenses.

37 Poinssot Cl. 1969. 230-233.

38 Le seul exemple contrevenant à cette règle est M. Licinius Rufus, patronus pagi et civitatis, attesté en l'année 54.

39 Certains fragments sont conservés dans la cour du monument ; les autres se trouvent à l'extérieur, en contrebas du monument.

40 Poinssot L. 1913, 86, no 45.

41 Poinssot Cl. 1969, 240 n. 97.

42 L'intervalle entre les deux bas de lettres qui suivent étant assez large pour inclure une lettre avec une barre horizontale : T ou, selon toute vraisemblance, un F, début du mot fratris.

43 Kienast 1990, 139 et 144.

44 Cf. index du Corpus chap. 17, Notabilia varia, § d, p. 339-340.

45 Cf. aussi, Jacques 1984, 758, notes 307 à 313 et Le Glay 1990, 80-81.

46 Inv. : TH 42+93-5.

47 Le rapprochement des blocs par Poinssot L. 1909, 139-141, lui a permis de donner ces dimensions.

48 Kienast 1990, 139 et 144.

49 Cf. déjà Poinssot L. 1919, 167, no 17 ; 1927, 85.

50 Cf. en dernier lieu Corbier 1982, 736. Sur leur appartenance à la tribu Papiria, cf. supra commentaire du texte no 2.

51 Ces privilèges sont mal connus.

52 Cf. supra, n. 49.

53 Chastagnol 1990, 579. Voir CIL, XVI, 24 dans Picard & Rougé, 1965, 81.

54 Voir CIL, XVI, 24 dans Picard & Rougé 1965. 81.

55 Gaius, Inst., 1-93-94, traduit par Saumagne 1965, 40-41 : “Si le pérégrin venait à demander pour soi et pour ses enfants la civitas romana, ses fils ne pourraient venir sous sa patria potestas qu'autant que l'empereur les auraient placés dans cette potestas ; ce que l'empereur ne se résout à faire que si, après avoir procédé à l'examen du cas, il a estimé qu'il y va de l'intérêt des fils : il instruit le cas avec d'autant plus de diligence et de précision qu'il s'agit d'impubères ou d'absents ; ces dispositions sont établies par un édit du feu Hadrien. De même, si quelqu'un s'est vu accorder la civitas romana en même temps que sa femme enceinte, encore que l'enfant qui naîtra (...) soit fait civis romanus, il ne vient pas pour autant dans la potestas du père ; et cela est établi par subscriptio de feu Hadrien ; dans ce cas celui qui sait que sa femme est enceinte, en même temps qu'il demande la civitas romana pour lui et pour sa femme, doit demander en même temps que vienne dans sa potestas celui qui naîtra”.

56 Ne perdons pas de vue la correspondance entre Pline le Jeune et Trajan : Pline le Jeune, Correspondance, X, 6-8, où il demande à 1 empereur d'accorder à Harpocras, un médecin affranchi, la citoyenneté romaine ; ce que fit Trajan.

57 Gaius, Inst., 1-95, traduit par Saumagne 1965, 41 “... L'autre cas, est celui des personnes qui parviennent à la civitas romana par 1 effet du droit latin ; en effet, les enfant de ceux-ci tombent dans leur potestas... Ce droit latin est donné à des civitates pérégrines soit par le peuple romain soit par le Sénat soit par l'empereur...”

58 Cf. CIL, VIII, 26517 = ILS, 6797 = AE, 1952. 106 et ILPB, 224.

59 ILTun, 1318.

60 Q. Calpurnius Rogatianus a été patron du pagus et de la civitas (voir texte no 6).

61 Poinssot Cl. 1969, 232-233, no 19-20.

62 CIL, VIII, 1493 = 15520 = 26467 = 26469 : A(ulus) Ga[binius], Quir(ina), Datus, patronus pagi et ciuitatis ; CIL, VIII, 26468, entre 117 et 138 : même cursus ; ILAfr, 568 = AE, 1921, 24 : A(ulo) Gabinio, Quir(ina), Dato, p(atri), flam(ini) Aug(usti) perp(etuo), patrono pagi et ciuitatis... ; ILTun, 1511= AE, 1924, 29 : Gabiniae Beatae, coniugi A(uli) Gabinii Dati, flam(inis) Aug(usti) perp(etui), patroni pagi et ciuitatis...

63 Cf. CIL, VIII, 26605 : Q. Marcio, Quir., Maximo, ob munificentiam L. Marci Simplicis fili eius et ob ipsius merita, pagus et civitas Thuggensis post mortem d. d. p. p. ; curatoribus : C. Modio Rustico, Nummio Honorato, Iulio Macro Sallustio Iuliano.

64 PoinssotCl. 1969 230-231, no 12.

65 CIL, VIII, 26468 : M(arcus) Gabinius, [Quir(ina), Bassus, patronujs pagi et civitatis... ; CIL, VIII, 1493 = 15520 = 26467 = 26469 : M(arcus) Gabinius, Quir(ina), Bassus, flam(en) Au[g(usti) perp(etuus), p]atronus pagi et ciuitatis ; CIL, VIII, 26470 (cf. ILTun, 1391) : même cursus ; ILTun, 1512 = AE, 1924, 28 : même cursus.

66 ILAfr, 569 :A(ulo) Gabinio Dato filio,flam(ini) diui Titi Aug(usti), patrono pagi et ciuitatis... ; CIL, VIII, 26470 (cf. ILTun, 1391) : [... A(ulus) Gabinius, Arn(ensis), Datus, patronus pagi et ciuitatis, flamen] diui Titi, aedilis, augur C(olonia) I(uliae) K(arthaginis)... ; ILTun, 1513= AE, 1924, 30 : même cursus.

67 CIL, VIII, 26609 : [L(ucio] Marcio, Q(uinti) f(ilio), Arn(ensis), Simplici, [pa]trono pagi e[t ciuit]atis, flamini [perpe]tuo, flamin[i] [Di]ui Aug(usti] C(oloniae) l(uliae) K(arthaginis), aedi[li]...

68 CIL, VIII, 26604 : C(aio) Marcio, Q(uinti) f(ilio), Arn(ensis), Clementi, flamini diui Vespasiani C(oloniae) I(uliae) K(arthaginis)...

69 CIL, VIII, 26606 : P(ublius) Marcius, Q(uintif(ilius), Arn(ensis), Quadratues, flam(en) diui Aug(usti), pont(ifex) C(oloniae) I(uliae) K(arthaginis)... ; CIL, VIII, 1498 : même cursus ; CIL, VIII, 26607 : même cursus.

70 ILAfr, 521 : Q(uintus) Gabinius, M(arci)f(ilius), Quir(ina), Felix Faustianus, cum Dato et Processa filiis suis, porticus fori [co]lumnis et contign[ati]one et lacunaribus... pago patriae, ded(it).

71 Cf. les remarques de Gascou 1982, 160, n. 14.

72 Cf. CIL, VIII, 26604, supra note 66.

73 En effet, l'origo ne peut être perdu ni récusé même après plusieurs générations : Jacques 1992, 83.

74 Voir la communication de A. Chastagnol dans le présent volume, p. 55.

75 Beschaouch 1992, 141-143.

76 Voir la communication de A. Beschaouch dans le présent volume, p. 61-73.

77 Commentaire du texte no 6, n. 50.

Auteurs

Chargé de recherches à l'Institut National du Patrimoine (Tunis)

Maître de recherches à l'Institut National du Patrimoine (Tunis)

© Ausonius Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540