Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dougga (Thugga). Études épigraphiques

 | 
Mustapha Khanoussi
, 
Louis Maurin

L'eau à Thugga, d'après les inscriptions

Mireille Corbier

Note de l’éditeur

(Résumé)

Texte intégral

1L'objet de l'étude est de situer ce que nous savons sur “l'eau” à Dougga dans l'ensemble de la documentation africaine – sans oublier la dimension comparatiste avec l'Italie surtout et les autres provinces d'Occident – en vue d'affiner notre compréhension de documents qui s'inscrivent dans des séries.

2A propos des monuments de l'eau, Dougga présente une certaine originalité, puisque deux types de décalages constatés en Afrique y sont moins marqués qu'ailleurs.

3Si l'on prend en compte l'ensemble de la documentation africaine, les témoignages épigraphiques paraissent en général très limités, comparés aux vestiges de conduites d'eau, de bains, de fontaines (ou nymphées), de bassins répertoriés. Nombreux sont les sites pour lesquels les restes archéologiques ne sont accompagnés d'aucune inscription. A Dougga, l'apport de la documentation épigraphique est loin d'être négligeable, même si l'information donnée par les vestiges archéologiques, eux-mêmes très importants, est de plus grande ampleur. Comme ailleurs en Afrique, lorsque coexistent les deux séries de sources, le lien entre les deux n'est pas toujours assuré : des vestiges restent anonymes, tandis que des inscriptions restent détachées de leur contexte archéologique.

4Dans la totalité de la documentation africaine, les témoignages de restauration ou d'embellissement sont supérieurs en nombre aux inscriptions liées à la construction ; et les deux ensembles ne coïncident pas exactement – même s'ils tendent à le faire – le second avec la période du Haut-Empire, le premier avec celle de l'Antiquité tardive. A Dougga, le hasard des découvertes épigraphiques a voulu que la documentation se répartisse également : deux inscriptions de la fin du IIe siècle et du début du IIIe siècle relatives à la construction de l'aqueduc et de la fontaine ; deux inscriptions des années 367 à 383 concernant d'une part la restauration d'une conduite d'eau et d'une fontaine, d'autre part, l'achèvement de l'atrium d'un édifice thermal remontant à plus d'un siècle.

5L'inscription no 1 fait connaître en effet l'adduction d'eau aux frais de la cité (pecunia publica) et la date de 184-185 p.C. L'inscription no 2 nous apprend vraisemblablement le nom du maître d'œuvre, L. Terentius Romanus. Nous savons, par l'inscription no 4, que l'atrium des thermes traditionnellement appelés « liciniens » (les grands thermes du centre de la ville) a été reconstruit entre 367 et 383 par les soins de -dius Honoratianus, flamine perpétuel et curateur de la cité, et, par l'inscription no 5, qu'une fontaine désignée par le nom de nymfïum a été remise en eau et embellie en 376 ou 377 par les soins de l'ex-curateur de la cité L. Napotius Felix. En revanche la restitution probable du mot balneum sur une inscription de l'époque du municipe (no 3) ne suffit pas pour identifier la nature de l'intervention.

6Je me propose d'étudier ces documents dans la double perspective de la promotion des cités et de l'ascension des élites locales.

7Ils posent à mes yeux trois séries de problèmes :

  • Celui de l'initiative de la construction – ou de la réparation ;

  • Celui de la source – ou des sources – de financement (car le financement des monuments publics est souvent d'origines multiples) ; énumérons-les : le trésor impérial, la caisse de la cité, une collecte publique (conlatio) qui peut concerner l'ensemble du corps civique ou une part seulement de celui-ci, l'intervention d'un particulier, sous des formes diverses (évergétisme ob honorem, munus ou nuda liberalitas comme le dit un des textes africains), sans oublier les éventuelles prestations en nature – journées de travail (des corvées) fournies par le populus ou aide du pouvoir impérial par le biais de la main-d'œuvre militaire ou de l'encadrement technique fourni par l'armée (ainsi les libratores), un sujet dont l'importance avait été notée déjà par Cagnat ;

  • Celui de la responsabilité, ou, si l'on veut, la maîtrise d'œuvre – une notion que rendent les termes latins cura et curare.

8Ces trois problèmes qui peuvent se recouvrir, et notamment les deux premiers, doivent, bien entendu, être croisés avec la série d'informations relatives à la nature du monument concerné (édifice important : gros aqueduc ou établissement de bain ; ou construction plus modeste : simple conduite d'eau, fontaine, élément de décor pour les thermes) et la nature des travaux effectués (construction ou réparation).

9Une clé nous serait donnée si nous pouvions apprécier, selon le statut, l'ancienneté ou l'importance de la cité et selon la période, les niveaux respectifs des revenus publics et des revenus de la ou des familles de notables locaux.

10Généralisant précisément l'exemple de Thugga où, effectivement, la quasi-totalité des monuments a été édifiée au cours du IIe et du IIIe siècles aux frais des notables, alors que l'adduction d'eau a été prise en charge par la ciuitas elle-même vers 184-185, François Jacques avait avancé l'idée qu'une dépense aussi importante que celle de l'aqueduc – mais on pourrait ajouter aussi les thermes, car bien souvent les deux constructions sont liées, la principale fonction de l'aqueduc étant d'alimenter des bains publics – n'était pas à la portée des particuliers et relevait plutôt de l'empereur ou de la caisse municipale. La question mérite d'être posée ; mais il faudrait s'entendre sur le terme d'aqueduc : ouvrage d'art de plusieurs kilomètres ou simple conduite.

11La vision globale qu'offre le dossier épigraphique africain permet d'envisager sur une base large le problème du rapport établi entre financement public et évergétisme des particuliers (cette recherche sur « l'eau en Afrique » sera publiée prochainement dans Antiquités Africaines).

12Dougga, ce n'est qu'un cas ; mais, comparé avec d'autres, il illustre l'articulation entre contraintes techniques, nécessités financières et pratiques sociales.

Le dossier épigraphique de “l'eau”

131) Frise architravée. Une seule ligne de texte sur 25 blocs inscrits (43 cm de haut x 36 cm d'ép.) incurvés. Poinssot Cl. 1966, 774 (= AE, 1966, 511). Révision de Beschaouch 1988, 7-15 (=AE, 1991, 1665).
Date : 184-185 p.C.

[Pro salute Imp(eratoris) Caes(aris) M(arci) Aurelii Commodi Antonini Aug(usti)] Pii Sarm[atici Ge]rmanici Max[i]mi Britannici p(atris) p(atriae) ciuitas Aurelia Thugga [a]quam Com[modianam per l]oc(a) com[munal(ia) a m]illiario septimo sua pecunia induxit, lacum fecit […] M(arcus) Antonius Zeno proc[o(n)s(ul) dedicauit].

142) Base de statue
Poinssot Cl. 1966, 771-786 (=AE, 1966, 512).
Date : sans doute après 205 p.C.

L(ucio) Terentio Romano, / patri carissimo, / cui cum populus Thugg(ensis) ob aquae / curam, pro meritis eius, ex aere / conlato tune statuam ponen / dam obtulisset, / C(aius) Terentius Pap(iria) Iulianus / Sabinianus, fl(amen) perp(etuus), u(ir) e(gregius), / de suo posuit, loco a re p(ublica) d(ato).

153) Fragment.
CIL, VIII, 26634.
Date : entre 205 et 261 p.C. (époque du municipe).

… / operis bal[nei ? …] / resp(ublica) m(unicipi) Sep(timi) Aur(elii) / l(iberi) Th[ugg(ae) …].

164) Fragments d'un linteau en calcaire
ILAfr, 573 (frag. a et b) + ILTun, 1500 (frag. c). ILPB, 225, avec photo du frag. b, seul conservé au Musée du Bardo.
Date : entre 367 et 383 p.C.

Atrium therma[rum Lic]inianarum ab antiquis c[oe]ptum excep/toriis in eodem loco su[biectis] quod imperfecto opere corruptum adque / ruderibus foedatum [erat …]dius Honorati<a>nus, f(lamen) p(erpeiuus), cur(ator) rei p(ublicae) II, [cu]m statua / signoq(ue) felicissimi Fl(auii) Gr[atian]i CCCRATV opere perfecit item[que dedica]uit.

17L. 1 : thermar[um Anton]iniarum (Christol 1979, 219).
L. 4 : Lepelley 1981, 221, note 12, avait suggéré la lecture acc(u)rato (“fait avec soin”). Z. Ben Abdallah, ILPB, lit maintenant sur la pierre accuratu ( ?) pour accurato opere.

185) CIL, VIII, 26568 + ILAfr, 533. Linteau inscrit (deux lignes).
Date : 376 ou 377 p.C. (proconsulat d'Hesperius)

Ddd(ominis) nnn(ostris) Valenti, Gratiano et Valen[tini]ano Auggg(ustis), proconsu[latu et i]nstantia Decimi Hilariani Hesrerii (pour Hesperii), u(iri) c(larissimi), u(ice) s(acra) i(udicantis), canali qui uetustate labsus […]alis aquae meatibus non seruiebat ad integram f[ormam restituto ?] / nymfium etiam quod aquas red[ducta]s in usum ciuitatis effun[deret], porticibus circumiectis, inchoauit, perfecit, excoluit L. Napotius Felix […], ex curatore rei p(ublicae), pro ho[n]ore flamonii perp(etui) gratiam pa[riae ? …].

Discussion

19A. Beschaouch.— A. B. confirme que le tracé de l'aqueduc : aqua Commodiana, a été suivi sur le terrain. Il est bien dans le territoire de Thugga (dont on connaît l'extension, dans certaines parties de la campagne alentour, grâce à des bornes).

20Il maintient donc sa proposition de lire, dans la dédicace de cette aqua, [per l]oca com[munalia] (cf Bull, des travaux de l'INAA, f. 1, avril-juin 1988, p. 9 = AE, 1991, 1665).

21— Pour canalis, il comprend “conduite d'eau de l'aqueduc”, comme il en a la certitude épigraphique et archéologique à Abbir Maius.

22— Pour ILAfr, 573, la lecture [a]ccuratu, avec un petit u, est certaine, ce qui répond à imperfecto opere.

23— Pour CIL, VIII, 26568 + ILAfr, 533, il propose avec M. Corbier, de lire : canali qui vetustate labsus [commun]alis aquae meatibus non serviebat...

24Nous sommes encore dans un cas d'usage de terrain communal pour l'aqueduc.

25Cl. Lepelley.— Pour ILAfr, 573, je pense qu'il faut suivre L. Poinssot et restituer thermal rum Lic]inianarum. Après la prospérité constatée en Afrique sous Valérien et Gallien (cf. X. Dupuis, MEFRA, 1992), on constate un brutal arrêt des travaux publics ; les thermes restèrent donc imperfectae, inachevés, et il fallut achever le chantier un siècle après.

26M. Khanoussi.— Le dossier épigraphique des monuments de l'eau ne reflète qu'une partie de la réalité archéologique. Nymfïum désigne à Dougga une fontaine monumentale (CIL, VIII, 26568). Quatre de ces fontaines ont été déjà retrouvées.

Bibliographie

Références

Beschaouch, A. (1988) : “Le ‘septième mille’ dans la topographie de deux aqueducs de Proconsulaire (Tunisie), Bulletin des Travaux de l'Institut National d'Archéologie et d'Art, Comptes rendus, avril-juin, 7-16.

Christol, M. (1979) : “Gallien, Thugga et Thibursicum Bure”, AntAfr, 14, 217-223.

ILPB = Benzina Ben Abdallah, Z. (1986) : Catalogue des inscriptions latines païennes du Musée du Bardo, EFR, 92, Rome.

Jacques, F. (1984) : Le Privilège de Liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l'Occident romain (161-244), Rome.

Lepelley, Cl. (1981) : Les cités de l'Afrique romaine au Bas-Empire, t. 2, Paris.

Poinssot, Cl. (1966) : “Aqua Commodiana Ciuitatis Aureliae Thuggae”, Mélanges d'Archéologie, d'épigraphie et d'histoire offerts à J. Carcopino, Paris, 771-786.

© Ausonius Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540