Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dougga (Thugga). Études épigraphiques

 | 
Mustapha Khanoussi
, 
Louis Maurin

Épigraphie libyque et punique à Dougga (TBGG)

Mansour Ghaki

Note de l’éditeur

Pl. 2-3, fig. 1-6

Texte intégral

1. Les données

1.1. Les inscriptions libyques

  • 1 Carton 1897,407.

1La collection de textes libyques découverts à Dougga atteint aujourd'hui treize inscriptions auxquelles il faudrait ajouter la phrase de Carton1 : “Il n'a été rencontré qu'un seul fragment de stèle avec une lettre berbère bien nette”.

2Ce lot est inégal ; RIL, 7 compte sept lignes RIL, 11 en renferme treize tandis que RIL, 8 n'a conservé que quatre lettres. Il est divisible en trois :

  • Les deux bilingues RIL, 1 et 2.

  • Les textes dits “officiels” qui, s'ils ne sont pas “lisibles” entièrement, n'en renferment pas moins des informations exploitables ; il s'agit de RIL, 3, 4, 5, 10 et 11.

  • Les inscriptions qui demeurent inaccessibles, RIL, 6 et 7, et dont l'apport se limite à l'onomastique. A ces deux textes s'ajoutent les fragments RIL, 8, 8bis et 9.

3Tous ces documents sont en écriture horizontale et de droite à gauche ; l'orientation habituelle du Libyque étant verticale, nous avons affaire à l'un des aspects de l'influence phénico-punique.

1.1.1. Les inscriptions libyques2

  • 2 Chabot 1940 ; nous avons volontairement conservé la numérotation du Recueil des Inscriptions Libyqu (...)
  • 3 Gsell 1912-1928 vol. VI, 254. “On peut s'étonner que les noms du mort, de son père et de son grand- (...)
  • 4 Février 1959-60, 51-57.

4RIL, 1 dite “bilingue du mausolée”, signalée dès 1631 ; actuellement au British Muséum. RIL, p1. I, 1. Sept lignes libyques ; les trois premières sont malheureusement amputées au début. Cette inscription bien que lue par tous à un mot près, continue à poser un problème ; l'idée que le mausolée ne peut appartenir à un individu sans titre et dont le fils apparaît dans le texte parmi les constructeurs a germé chez Gsell3 ; elle se trouva confortée par la découverte des archives du comte Borgia qui, après avoir évoqué la bilingue de Atban écrivait : “Si l'azione dell'aria non avesse mangiato l'iscrizione che era all'altra gran pietra a destra della finestra, avrei potuto offrire maggiore lumi ai curiosi...”. La deuxième inscription, perdue à jamais, ne pouvait être, dans l'esprit de ceux qui refusent de voir dans Atban le défunt auquel était destiné le mausolée, que la “vraie”, celle où il est question du personnage illustre pour lequel a été construit le monument ; il fallut donc reprendre la lecture de RIL, 1 ; ce que s'empressa de faire J. Février, suivi dans sa lecture par la majorité des sémitisants. Février corrige le texte en complétant autrement le premier mot qu'il avait lu, jusque là, MNˋSBT ; la deuxième lecture devint ˋQBT, racine QB qui signifie : talonner, talon ; “en hébreu ˋQB peut désigner aussi l'arrière-garde d'une armée. Je me demande dès lors si ˋQBT ne pourrait avoir dans notre texte un sens analogue à celui du français “suite” ou de l'allemand “Gefolge” et désigner l'équipe travaillant sous les ordres d'Atban”4.

  • 5 Ferron 1972, 83-100.
  • 6 Chabot 1940, 2.

5Le Père Ferron5 remarque, à juste titre, que le mot de Février est trop court ; “Il y a place au début pour quatre, cinq, peut-être six lettres”6 ; il restituera Z HMˋSBT (= voici l'équipe de travail de Atban fils de...) ; il pousse le raisonnement et évoque la deuxième inscription RIL, 2 “le monument bâti par la cité en l'honneur du prince numide rentre dans la catégorie des édifices funéraires, puisqu'il est dédié à un dynaste défunt” ; pour le Père Ferron, on aurait donc construit un cénotaphe et un MQDŠ pour Massinissa, RIL, 1, l'inscription “signalée par le comte Borgia et RIL, 2 seraient donc contemporaines”.

  • 7 Poinssot & Salomonson 1959, 147. Les auteurs établissent la liste des plus importantes erreurs fait (...)

6Nous demeurons perplexe vis-à-vis de la question du lien entre le mausolée et Atban, celle-ci repose sur un postulat : Atban ne portant pas de titre ne peut être propriétaire d'un monument aussi important ; il nous paraît illogique de mettre de côté un texte même si sa lecture ne fait pas l'unanimité ; pour Salomonson et Poinssot “la symétrie, en effet, impose un deuxième texte de l'autre côté de la fenêtre”7. Même si l'on accepte cette idée et que le comte Borgia ait vu juste, la valeur du texte en notre possession, RIL, 1, demeure importante et n'autorise pas à préjuger du contenu d'un texte perdu à jamais. RIL, 1 pourrait être compris comme suit : la première ligne, un titre, mentionnant qu'il s'agit d'un monument à Atban, est suivie de deux paragraphes : le premier évoque les “constructeurs” au sens de commanditaires, le second évoque les “constructeurs effectifs” ; la présence du nom du propre fils d'Atban parmi les commanditaires n'est plus, dans ce cas, surprenante.

7RIL, 2 “bilingue de Massinissa”

8Découverte lors des fouilles de 1904 par M. Sadoux. Musée du Bardo.

9Le texte évoquant l'édification d'un MQDŠ à MSNSN par les “Notables de Dougga”, compte sept lignes libyques qui ont été gravées sous le texte punique. La dernière ligne, la douzième, commence en libyque et se termine par une phrase punique qui n'a pas d'équivalent en libyque.

  • 8 Le règne de Micipsa s'est fait en deux temps, il a d'abord partagé la pouvoir avec ses frères et ce (...)

10C'est là le seul texte libyque daté avec précision : “l'an dix du roi Micipsa”, ce qui correspond à 139-138 a.C.8 et “l'année du prince Shafot fils du prince Afshan” ; il est intéressant de noter que le texte ne donne qu'un seul magistrat éponyme.

11Le terme GLD est ainsi attribué à la fois au roi Micipsa et à un magistrat éponyme, Shafot, qui est dit “fils du GLD Afshan” ; il est clair que traduire systématiquement GLD par roi peut induire en erreur, d'où l'idée de traduire : “l'année du prince Shafot, fils du prince Afshan”, ne serait-ce que pour distinguer entre un roi en exercice Micipsa et les autres personnages cités et qualifiés aussi de GLD. Le texte évoque aussi deux “chefs des cent”, un MSSKWY, un GZBY, un GLDGYML et un “chef des cinquante hommes”. Il ne paraît pas y avoir de doute possible : CKN, libyque, a pour équivalent punique BˋL' ; par contre nous ne serons pas aussi affirmatif pour BNIFS ? = MQDŠ.

12Il y a un problème de correspondance entre la 5ème ligne libyque et la 11ème punique, puisque à un seul mot libyque TNYN correspond une phrase punique entière TN'ŠˋL HMLKT Z, “Préposés à cette œuvre-ci”. La ligne 12, punique, n'a pas de correspondant libyque, elle commence par WHBN'M “et les constructeurs (sont)”.

13RIL, 3 Musée du Bardo. RIL, p1. II, 2.

14Une première ligne annonçant la nature de l'opération ; un verbe TRFT-N (le noun, terminaison de la troisième personne pluriel), les deux termes suivants sont des mots commençant par D, préposition, et ayant une partie commune, DBN : D-BN-MZNK et DBN-RKMN.

  • 9 Chabot 1940,5.

15Le nom de Shafot fils de Afshan, magistrat éponyme dans RIL, 2, revient avec une deuxième filiation, le nom du grand-père est cité, KNFSN. L'inscription renferme deux chefs des cent. Chabot9, inspiré par RIL, 1 et 2, reprend la formule finale pour les deux dernières lignes : “Et étant préposés à ce travail” ; or rien ne prouve son existence.

16L'inscription commence par BZN suivi de TBGG, le toponyme apparaît après CKN, expression pour laquelle nous avons l'équivalent punique, Baal' Tbgg ; pour Bzn nous n'avons rien, si ce n'est que ce terme apparaît aussi associé à l'expression Bzn TUNTH, et à trois reprises, dans RIL, 7 ; il pourrait s'agir d'une “structure”. Nous aurions là aussi une dédicace collective mais nous n'en avons pas la preuve ; il pourrait tout aussi bien s'agir d'un monument.

  • 10 Galand 1977-1978, 207.

17Le professeur Galand préfère voir dans BZN un verbe : “on aurait une phrase du type classique en Berbère : verbe (bzn) + complément explicatif ou pseudo sujet (TBGG) + complément direct TRFWTN. Le complément direct serait prolongé par DBNMZNK et DBNRKMN, c'est-à-dire par deux noms précédés de la préposition D (avec)10”.

18RIL, 4 Musée du Bardo D.1 128 ; RIL, p1. II, 1.

19Texte amputé ; on y retrouve TBGG et probablement le “verbe” TRFTN de RIL, 3 (...RFTH).

20RIL, 5 Original à Dougga, moulage au Bardo (D.1 138). Ce document est introuvable pour le moment.

21L'inscription évoque un MSBL N (MSBL appartenant à, de ou pour) GZBT fils de M....N le prince.

22RIL, 6 Disparue, transcription “douteuse”.

23Il ne s'agit pas d'un texte “officiel” comme ceux renfermant des fonctions, encore moins d'un texte funéraire ; tel qu'il a été copié, il s'agit d'une série de noms suivis d'une filiation.

24RIL, 7 Bardo : RIL, p1. II, 4.

25L'inscription comptait à l'origine onze lignes ; il manque la première ligne, mais elle est restituable.

26Disposition curieuse : trois phrases, chacune se présentant en deux parties

  • La première commençant par BZN TUNTH suivi d'un nom.

    • 11 Alvarez Delgado 1964, 332-349. Delgado suit Marcy dans sa lecture ; l'un et l'autre appellent ce te (...)

    La deuxième par LUS. INT. D. NQFD suivi du même nom, puis d'autres noms. La ligne 11 se présente comme une conclusion : TTRB TRBTHN NQFD : Abdešmun fils de Takelath. Ce texte demeure inaccessible malgré des tentatives de lectures faites surtout par Marcy11.

  • 12 Galand 1977-78, 206-209.

27Là aussi, la disposition est différente des autres textes12 dits officiels évoquant Thugga et des fonctions officielles ; ces dernières et le texte du mausolée se ressemblent pour ce qui est de la disposition : un “titre” évoquant l'événement suivi de la liste des responsables et/ou des intervenants.

28RIL, 8 Fragment renfermant quelques lettres ; il est perdu.

29RIL, 8bis Fragment, aujourd'hui disparu ; quelques lettres : [X] fils de FBN.

30RIL, 9 Quelques lettres : quatre dont deux sûres et deux restituées par Chabot.

31RIL, 10 Moulage au musée du Bardo.

32Huit lignes. Texte “officiel” évoquant les fonctions suivantes : GLD, deux MWSN, MCCKW, GLDMCK, GZB, GLDGYML. Il y est aussi question de BZN TBGG.

33Le nom de Dougga TB [G] [G] est sûr, bien que restitué.

34RIL, 11 (p1. 2.1) La stèle est encore en place ; elle est remployée dans un mur tardif.

  • 13 Chabot 1940, 7.
  • 14 Je remercie Mme M. deVos car je lui dois la photo de RIL, 11 publiée ici.

35RIL, p1. II, 3. “Découverte près de la voie romaine, à 1500 mètres avant d'arriver au temple”13, elle n'en a pas moins été découverte à l'extérieure des limites connues du site. Peut-être a-t-elle été déplacée ; il est tout de même important de noter que le bloc fait 75 cm de long, 46 cm de large et 6 cm d'épaisseur et qu'il est donc relativement lourd, l'existence de la pierre partout autour et dans le site limite ce genre de comportement14.

  • 15 Tous les autres textes dits officiels renferment cette information, fût-elle hermétique pour nous.

36Texte “officiel” et selon Chabot, “La pierre est entière”15 ; ce qui est apparemment vrai si l'on regarde le bloc remployé dans un mur tardif ; le problème est que, comparé aux autres, ce texte nous paraît incomplet ; il s'agit d'une liste de noms et de filiations accompagnés de fonctions ; aucune formule qui permette de soupçonner une action quelconque justifiant l'évocation de ces personnages ; on pourrait imaginer que ce texte était précédé d'un autre, gravé sur un autre bloc ; dans ce bloc disparu serait inscrit l'objet de cette opération.

37Les fonctions renfermées par ce texte sont : GLDT, deux MWSNT, MCCKWT, GLDMCKT, GZB et GLDGYMLN.

38La filiation donne une idée sur la concentration des fonctions à l'intérieur des mêmes familles :

39GLDT fils de GLDT fils de GLDT. Seul le premier MWSNT est fils d'un “sans titre” TBN MWSNT fils de KKH. Le second ne donne pas la fonction de son père, mais celle de son grand-père qui est dit MWSNT.

40Le nouveau fragment (pl. 2.2). Le fragment a été découvert en 1995 à proximité du temple de Caelestis (à l'ouest du temple).

4123 cm x 22,5 cm. Réserve de Dougga.

42Il conserve quatre lignes incomplètes ; on y trouve seulement deux certitudes :

  • Il y a un retour à la ligne alors que la deuxième ligne s'arrête au milieu du champ épigraphique.

  • Il s'agit d'un texte “officiel” puisqu'il y est question de GLDT et de MWSNT ; nous n'avons conservé aucun nom entier.

  • 16 Carton 1897,407.

43Pour clore cette liste, rappelons une phrase de Carton : “Thugga étant une cité essentiellement libyenne, on pourrait s'attendre à y trouver un certain nombre d'ex-voto portant les caractères de la vieille langue indigène. Mais il n'en est rien... Il n'a été rencontré qu'un seul fragment de stèle avec une lettre berbère bien nette”16.

1.1.2. La répartition des inscriptions libyques dans le site de Dougga

  • Inscription du mausolée (RIL, 1).

  • Inscription de Massinissa, sur le forum romain, à mettre en rapport avec le soubassement du “monument à Massinissa” (RIL, 2).

  • Portique nord du Forum (RIL, 3).

  • Découverte en même temps que RIL, 2 et “au même endroit” (RIL, 4).

  • A l'ouest du grand mausolée, sans que l'on sache exactement où (RIL, 5).

  • A l'est du Capitole (RIL, 6).

  • A l'ouest du Capitole (RIL, 7).

  • Villa des saisons (RIL, 8).

  • Environ 150 m à l'est du temple de Tellus (RIL, 8bis).

  • Sur le plateau, un peu au nord du temple de Saturne (RIL, 9).

    • 17 Atlas archéologique de Tunisie, feuille XXXIII, no 184.

    Aïn el Bern17 (RIL, 10).

    • 18 Atlas archéologique de Tunisie, feuille XXXIII, no 170.

    El Bouia18 (RIL, 11).

  • Nouveau fragment (contre le mur ouest du temple de Caelestis, dans un muret résultat de l'épierrage du lopin de terre s'étendant à l'ouest du temple).

44Ces lieux de découverte permettent deux remarques :

451.1.2.1. La concentration des lieux autour de ce qui deviendra le Forum : six textes proviennent de cette zone. Jusqu'à une époque récente était admise l'idée que le pagus romain s'était développé à côté de la civitas ; au double statut juridique des habitants de Dougga correspondait dans l'esprit de Louis Poinssot deux villes séparées.

  • 19 Khanoussi 1992,602.

46La question du périmètre de la Dougga préromaine demeure posée, même si l'on tend de plus en plus à croire que la Dougga numide était aussi étendue que la Dougga romaine, mais la dualité sur le terrain est à abandonner19 ; il y avait en fait, au Haut-empire, une seule ville et deux statuts juridiques pour ses habitants, citoyens et pérégrins.

  • La répartition des inscriptions libyques dites officielles dans et autour de ce qui deviendra le forum.

  • La découverte récente à l'est du forum et pratiquement à un mètre du Capitole du soubassement d'un monument quadrangulaire rappelant le monument numide de Chemtou.

  • Le lien qu'il est possible d'établir entre le soubassement en question et la bilingue dite de Massinissa évoquant l'édification d'un MQDŠ pour Massinissa par les Baal de TBGG.

  • L'orientation du Capitole qui n'a jusque-là pas trouvé d'explication et qui ne peut se justifier que par “l'obligation” que se seraient donnée les constructeurs de respecter un urbanisme précédent et surtout des monuments importants dont le MQDŠ de Massinissa.

  • Les éléments d'architecture préromaine découverts dans la zone du forum (gorges égyptiennes, chapiteaux éoliques).

47Tout cela permet de penser que :

  • Le futur forum était déjà un endroit privilégié dans la Dougga royale : monument à Massinissa, inscriptions officielles ; ce n'est donc pas par le hasard d'un terrain disponible que le forum romain a été installé à cet endroit.

  • L'installation, à proximité du MQDŠ de Massinissa, en même temps que le forum, des temples de Tibère, de Saturne, de Jupiter, de la basilique civile et de la curie, et plus tard la construction du Capitole semblent conférer à l'aménagement urbain de Dougga une continuité certaine.

    • 20 Nous ne préjugeons pas de l'importance de cette agora ; seule une étude du terrain permettra de con (...)

    Dougga la royale a pu avoir disposé d'une agora “devant” le monument de Massinissa, et c'est cette agora qui serait devenue le forum romain20.

48Les recherches envisagées dans la zone permettront, nous l'espérons, de vérifier sur le terrain, cette approche.

491.1.2.2. Il est intéressant de noter que l'épigraphie libyque se répartit sur une surface relativement étendue, depuis le temple de Saturne (RIL, 9), jusqu'au temple de Caelestis (le nouveau fragment) ; seuls RIL, 10 et 11 peuvent être considérés comme étant “extérieurs” à la ville telle que nous l'imaginons, mais la vraie limite ouest n'est pas connue. Il faut noter que l'un et l'autre de ces textes renferment des titres et des fonctions similaires à ceux déjà livrés par les autres textes dits officiels. Seul RIL, 10 donne le nom de Dougga ; RIL, 11 est peut être incomplet. Ces deux textes font partie du lot de Dougga, leur découverte à quelques centaines de mètres à l'ouest pose la question de l'extension de la Dougga préromaine. Des édifices importants au point de mériter une stèle commémorative seraient à rechercher dans cette zone.

50L'observation du terrain permet de positionner approximativement Dougga la royale :

  • Muraille au nord avec à l'extérieur de la ville, la nécropole dolménique.

  • Mausolée d'Atban et juste à côté un nouveau monument mégalithique dont la fouille est en cours mais qui peut être considéré comme étant de loin plus ancien ; au sud, aussi, nous sommes dans une zone de nécropole préromaine.

  • A l'est, la falaise est une limite naturelle.

  • La limite ouest reste à trouver

51Épigraphie libyque et archéologie confirmeraient donc que Dougga la royale, TBGG, occupait un espace sensiblement identique à celui de la future Thugga.

1.1.3. Caractéristiques de l'épigraphie libyque à Dougga

521.1.3.1. L'écrasante majorité est faite de textes dits officiels

  • 21 Chabot 1940, 6.

531.1.3.2. De nombreux textes se présentent avec ce que l'on pourrait appeler une mise en page : titre occupant généralement la première ligne, évoquant l'objet de l'inscription, séparé du reste par soit un retour à la ligne, soit un espace suffisamment important pour distinguer chaque partie. C'est le cas de RIL, 1, RIL, 2, RIL, 3 et RIL. 11. On rencontre de véritables paragraphes dans RIL, 1 : la ligne 1, un espace, trois lignes, la dernière ne renfermant que deux noms ; retour à la ligne pour graver le reste du texte sur trois lignes. La même composition se retrouve dans RIL, 3 : titre (lignes 1 et 2) ; un premier paragraphe (lignes 3 à 8) ; un second paragraphe formé des lignes 9 à 12. RIL, 7 a sa propre mise en page : “Elle comprend trois phrases parallèles et une souscription ; chaque phrase a deux parties : une notice concernant l'action ou l'état d'un personnage et le nom du même personnage répété et suivi des noms de quatre autres personnes”21.

541.1.3.3. Dans toutes les inscriptions, les mots sont séparés les uns des autres par des points. Ce phénomène se retrouve dans la partie punique de RIL, 1.

1.2. Les inscriptions puniques

1.2.1. Les textes

  • 22 Chabot 1916, 119-131.

551.2.1.1. Déjà en 1916, Chabot remarquait que “les ruines de Dougga ne nous ont livré qu'un petit nombre de textes puniques ; mais parmi ces textes figurent deux inscriptions auxquelles leur importance assigne une place à part dans l'épigraphie sémitique”22.

  • 23 Carton 1897.407.

56Le nombre de documents puniques n'est pas facile à préciser ; le lot découvert par Louis Carton pose un problème ; ce dernier écrit : “Ces dernières - il parle des inscriptions puniques - sont en nombre assez grand”23. Plus tard, le père Chabot donne le bilan suivant : “En dehors de ces deux documents (les bilingues) les autres textes trouvés à Dougga sont, à ma connaissance :

  • Une dizaine de stèles, la plupart fragmentaires, trouvées par Carton en 1893.

  • Une stèle votive découverte par A. Merlin en 1902.

  • Deux stèles votives découvertes par L. Poinssot en 1910”.

57S'il fallait classer ces textes puniques et néopuniques, nous dirions que nous avons :

  • La partie punique de la bilingue du mausolée.

  • La partie punique de la bilingue de Massinissa.

  • Les deux dédicaces collectives faites à Baal Hamon par les Baali de TBGˋG.

  • Les deux dédicaces à Baal Hamon offertes par un père et son fils et la dédicace offerte à Baal Hamon par R Y.

    • 24 Carton 1897,407-412.

    Une série de fragments de stèles découverts dans les fouilles du temple de Baal-Saturne ; ce lot compte au moins seize fragments24.

  • 25 Chabot 1940, 1-3 ; Id. 1918, 260-267. KAI 100.

581.2.1.2. RIL, 125

  • 26 Poinssot & Salomonson 1959, 141-147.
  • 27 Février 1959-60, 51-57.

59Si tout le monde semble d'accord sur le contenu du texte, son interprétation demeure objet d'une longue discussion ; la question posée par Gsell relative au fait que le personnage cité dans la première ligne, Atban, ne porte aucun titre a été rendue encore plus difficile par l'article de Salomonson et Poinssot relatif aux documents du comte Borgia26 ; le comte signale deux inscriptions flanquant la fenêtre orientale du premier étage ; cette donnée importante a amené J. Février27 à relire la partie punique de la bilingue : il s'agirait non pas du propriétaire du mausolée mais de son “constructeur”, les personnes nommées dans la suite du texte formant l'équipe de maçons et autres ouvriers ayant participé à la construction. L'autre texte, disparu, mentionnait le propriétaire.

  • 28 Jean & Hoftijzer, 1965.

60Le problème demeure entier. Au risque d'ajouter une hypothèse à une liste déjà longue, pourquoi ne pas traduire la phrase commençant la deuxième ligne punique HBNM S'BNM, aedificatores lapidum, selon Chabot, “constructeurs de l'édifice”, au sens de commanditaires ; la distinction entre “construit pour” et “construit par” n'est pas toujours facile à faire car elle se présente en punique sous le forme BN'28 suivi ou non de la préposition L, “à, pour”.

  • 29 Répertoire d'épigraphie sémitique, no 682 ; KAI 101.

611.2.1.3. RIL, 229

  • 30 Février 1959-60, 53.

62Pour RIL, 1, J. Février écrit : “Étant donné la servilité avec laquelle le texte libyque est calqué sur le punique...”30 ; cette remarque, qui est à nuancer, n'est pas valable pour RIL, 2 :

  • Une ligne entière en punique n'est tout simplement pas reprise en libyque.

  • Si dans le punique on rencontre “l'année de...”, reprise deux fois, dans le libyque ce souci n'apparaît pas ; pour le magistrat éponyme, le libyque dit “GLD...”.

  • Les termes ŠFT, GZB, MCCKY, GLDMSK sont transcrits le premier en libyque et les autres en punique ; visiblement, ils sont sans correspondants dans l'autre langue. La règle est donc la même pour les deux textes. Le punique traduit MWSN (chef des cent), GLDGYML (chef des cinquante hommes).

63Le libyque reprend ŠFT en le transcrivant, car il s'agit visiblement d'une fonction sans correspondance dans le système politique libyco-numide. Mis à part ŠFT, toutes les autres titres et fonctions sont libyques.

641.2.1.4. Stèles à Baal-Saturne

65La collection perdue en grande partie compte plus de 450 stèles et fragments de stèles ; la quasi totalité est anépigraphe ; seules une vingtaine sont épigraphes ; il y a là un sujet de réflexion : le lot de stèles épigraphes est faible par rapport au nombre découvert ; est-ce dû au hasard des découvertes ? La majorité des stèles épigraphes reste-t-elle à découvrir, ou sommes-nous devant une réalité : on a écrit moins parce qu'on en éprouvait pas le besoin, parce qu'on maîtrisait mal l'écriture punique ou pour une autre raison qui nous échappe ?

1.2.2. Les dédicaces collectives

  • 31 Chabot 1916, 122 fig 1.

661.2.2.1. Dédicace à Baal Hamon faite par les “citoyens de Dougga”31. Il s'agit d'un fragment ayant conservé six lignes malheureusement incomplètes ; la stèle a visiblement disparu entre Carthage et le Bardo ; nous ne désespérons pas de la retrouver ; le texte évoque la divinité Baal Hamon dans une dédicace faite par les Baali de TBGˋG ; la suite du texte, en mauvaise état de conservation, est une suite de noms ; il s'agirait de magistrats éponymes.

  • 32 Chabot 1916, 124 fig 2.
  • 33 Carton 1897,411.

671.2.2.2. Dédicace à Baal Hamon faite par les “citoyens de Dougga”32 (pl. 2.3). Stèle découverte par Carton33. Cette stèle était déjà en mauvais état lors de sa découverte ; il n'empêche que le nom de TBGG est clairement visible : TBGˋG[ˋ]. Nous l'avons retrouvée à Carthage ; elle retournera à Dougga incessamment.

68Les dédicaces collectives découvertes en Numidie jusque ici se présentent sous diverses formes :

    • 34 Ghaki 1985, 174-175.

    La dédicace simple sans datation : NDR'Š NDR BˋL'HMMDM LBˋL HMN ŠMˋQLM BRKM34,“Vœu voué par les citoyens de MDDM à Baal Hamon, il a entendu leurs voix [et] les a bénis”.

    • 35 Ce lot de textes découvert fortuitement à la suite de travaux d'adduction d'eau potable est encore (...)
    • 36 Ferjaoui 1990, 113-120.

    La dédicace datée par l'évocation de deux magistrats éponymes avec ou sans la précision “suffètes” : ŠT X et ŠT Y fils de Z (c'est le cas à ELLES : L'DN LBˋL HMN NDR'Š NDR' BˋL' WLLˋS ŠT SLTM W ST MLˋSKLM... K' SMˋ 'T QLM)35. Ce type de dédicace collective faite par les notables de (toponyme) n'est pas réservé à Baal ; ainsi à Mididi36 : “MQDŠ BN' LˋŠTRT ŠT BˋL BN' Bˋ1ˋHMYDDM”, Sanctuaire construit pour 'Ashtral épouse de Baal, [l']ont construit les citoyens de Mididi.

69Le texte qui nous occupe se classerait dans une troisième catégorie, puisqu'en plus de l'invocation à Baal on trouve une série de plusieurs noms, peut être quatre, qui ne peuvent être tous des magistrats éponymes ; mais il est possible d'y voir deux noms suivis de deux filiation ; l'état de l'inscription ne permet pas de trancher. Ce qu'il faut retenir, c'est que très probablement nous avons là l'évocation de magistrats éponymes, peut-être même s'agit-il de suffètes. Dans ce cas, la traduction du texte restitué serait : “Au seigneur, à Baal Hamon vœu qu'ont voué les citoyens de TBGG, l'année de W, fils de X, et de Y fils de Z, il a entendu leurs voix [et] les a bénis”.

1.2.3. Dédicaces individuelles

701.2.3.1. Dédicace à Baal faite par R Y (pl. 3.4).

71La stèle, actuellement à Carthage, sera déposée à Dougga.

  • 37 Berger 1903 p. CXLI.
  • 38 Répertoire d'épigraphie sémitique, no 563.

72Berger y voit des initiales : “Ou bien il faut voir dans R l'initial du nom propre et rattacher le Y au verbe de la ligne suivante YSMˋ ; ou bien il faut chercher dans cette lettre l'abréviation bien connue RBM, “notre seigneur”, et faire du yod l'initiale du nom propre du dédicant”37 ; cette lecture R pour RBM nous paraît des plus douteuse ; pour Clermont-Ganneau “les lettres R Y sont probablement l'abrégé d'un nom propre tel que RYD', Radaeus, Rideus, attesté par une inscription de'El Amruni”38 ; le problème est que un espace sépare R et Y comme si le graveur avait voulu distinguer les deux lettres l'une de l'autre. Voir dans RY les initiales de R... fils de Y... demeure une hypothèse, car nous manquons d'exemples qui nous permettent des confrontations. Attestée sur les monnaies numides, cette pratique demeure rare sur les stèles, qu'elles soient votives ou funéraires.

731.2.3.2. Dédicace commençant par la formule “Bym nˋm wbrk” ; le dédicant est dit 'MDYTY (pl. 3.5).

741.2.3.3. Même formulation que dans l'inscription précédente (pl. 3.6).

  • 39 Chabot 1916, 128-129.

75Le lien entre les deux inscriptions est évident ; le dédicant de la première est le père de celui de la seconde39. Les deux stèles sont pour le moment déposées à Carthage.

76Le terme 'MDYTY se retrouve aussi à la fin de l'inscription avec cette différence qu'il est écrit 'MDTY sans la vocalisation i après le daleth. Ce terme est attesté en libyque sous la forme : MDYTH, il n'est toujours pas expliqué.

77La formule BYM NˋM WBRK qui se traduit “au jour heureux et béni” est attestée :

  • En néopunique à Dougga, Téboursouk, Ksar Lemsa, Constantine et Ksiba Mraou.

  • En latin, diem bonum et faustum, à Téboursouk, Cherchell, Mila et Ksar Toual Zammeul.

  • En grec : à Dougga.

  • 40 Fantar 1974, 47.

78Elle est inconnue à Carthage ; cette répartition géographique a fait dire à Md Fantar qu'il s'agit là d'une formule libyco-punique40.

79L'identification de ce jour “faste et heureux” n'est pas aisée ; ceci dit, il faut considérer toute l'inscription ; ainsi dans certains cas la formule finale mentionnant la réaction de la divinité “il a entendu sa voix, il l'a béni” peut se présenter :

  • Soit à l'accompli auquel cas le dédicant considère que son vœu est exaucé et qu'il s'agit pour lui d'un jour faste et heureux, le jour où il se présente avec des offrandes, un sacrifice peut-être, devant Baal.

  • Soit à l'inaccompli : “puisse-t-il entendre sa voix et le bénir”, auquel cas le jour faste et heureux est un jour futur lié à un vœu à exaucer.

80Ceci dit, ce fameux jour pourrait aussi être le jour où le fidèle se présente pour faire un vœu. La promesse de sacrifice et d'offrandes et le fait qu'il se considère comme un bon fidèle font qu'il ne doute pas du résultat de sa démarche.

81La formule a dans tous les cas un sens fort : le fait de se présenter devant son dieu pour demander quelque chose est aussi heureux et béni, car chargé de l'espoir de voir le vœu se réaliser.

1.2.4. Fragments de textes puniques et néopuniques

  • Un fragment de dédicace à Baal : seule la formule finale “il a entendu sa voix” est conservée.

    • 41 Carton 1897,407-412.

    Un groupe de 17 fragments. Évoquant les stèles inscrites puniques, Carton écrit41 que “ces dernières sont en nombre assez grand” ; cette formulation, vague, vient après que l'auteur se soit posé la question de l'absence d'ex-voto en libyque ; il s'agit de textes en écriture punique et en cursive dite néopunique ; ce sont très probablement des textes votifs, car ils proviennent tous du sanctuaire ; ils n'ont conservé que quelques lettres souvent inexploitables, rarement un mot entier. Berger restitue Brkbˋl, Brk, Ql.., etc. Notons tout de même que certains textes relativement courts n'en sont pas moins complets, le graveur se contentant dans un cas de reproduire le nom du dédicant : MGN.

  • Un fragment d'inscription, inédit, découvert lors du séminaire de 1994, trouvé lors du nettoyage effectué dans et autour du temple de Saturne ; il n'a conservé que quelques lettres dont B ? L, peut-être Bˋ1 (Baal). Il s'agit, à l'origine, d'une stèle votive.

2. L'apport des inscriptions libyques, puniques et néopuniques

2.1. L'alphabet libyque

  • 42 Galand 1973,361-368.

82L'écriture horizontale et de droite à gauche du libyque est la caractéristique des inscriptions de Dougga. La correspondance des textes puniques et libyques des deux bilingues a permis de fixer l'alphabet libyque de Dougga42 à l'exception de deux signes qui demeurent énigmatiques.

  • 43 Galand 1989, 69-81.

83La fixation de l'alphabet libyque écrit horizontalement n'a pas résolu le problème pour l'écriture libyque verticale, certains caractères horizontaux ne se retrouvant pas en écriture verticale et vice et versa. Elle n'a pas résolu le problème des autres écritures dites libyque occidental, libyque à chevron ou encore libyque de Bu Njem ; une prudence certaine et surtout une grande patience sont requises pour qui s'intéresse au libyque43.

2.2. Le toponyme TBGG

  • 44 Carton 1897,463.
  • 45 Camps 1995, 2522.

84Déjà en 1897, Carton44 écrivait : “De bonne heure, les peuples pasteurs qui habitaient l'Afrique ont été séduits par la fertilité de cette contrée, l'abondance de ses eaux, l'humidité de son sol propice aux troupeaux. Et par ces qualités, la contrée se distinguait tellement des autres que l'on donna au village le nom de : “Les pâturages”, signification du mot berbère Thukkace ; pratiquement un siècle plus tard, G. Camps45 écrit : “TBGG en Libyque, nom dans lequel on reconnaît la racine *TBG qui signifie protéger” ; l'une et l'autre de ces explications attendent d'être confirmées ; nous ne connaissons pas le sens de ce mot.

85Le toponyme s'écrit en libyque et en punique TBGG, sans vocalisation aucune ; en revanche, en néopunique nous avons la forme TBGaG et la forme TBGaGa ; la deuxième pose un problème pour la finale a ; cette dernière lecture demeure une hypothèse car le dernier ayin peut très bien, comme l'a d'ailleurs fait remarquer Chabot, “être l'initiale du nom propre qui occupait la lacune”. Ce qui est acquis, c'est qu'une voyelle /a/ vient s'intercaler entre les deux gimel.

86La liste des toponymes autochtones avec T à l'initiale est très longue ; nous avons essayé de faire la liste, non exhaustive d'ailleurs, des noms de cités commençant par TB, abstraction faite de la vocalisation entre le T et le B, afin de tenter d'établir des parallèles avec TBGG :

87Tabianenses, Thabbora, Thabraca, Thebais, Thebanii, Thibaris, Thibica, Thibilis, Thibiuca, Thibuli, Thuburbu maius, Thuburbu minus, Thuburnica, Thubursicu bure, Thubursicu Numidaruin, Thurba, Tiberia, Tibiscum, Tibubuci, Tibur, Tubernuc, Tubunae,Tubusuctu.

88En éliminant les voyelles et en écartant la finale latine, on peut espérer retrouver la forme de chaque nom tel qu'il s'écrivait en libyque :

89TB, TBB, TBBK, TBK, TBL, TBLK, TBN, TBR, TBRB, TBRNK, TBRSK, TBSK, TBSKT, TBTK.

90TBGG s'inscrirait dans la série des toponymes commençant par T et dans une sous-série qui regrouperait les toponymes dont les deux premières consonnes sont T et B : TB-GG Nous ne pensons pas qu'il soit possible de parler d'un nom composé, encore moins d'un élément TB commun à tous ces toponymes ; il faut avoir à l'esprit que l'écriture consonantique fausse les données : entre Thabbora, Thibaris, Tiberia et Tibur, les éléments communs TBR sont incontestables, mais la différence est aussi importante ; nous croyons par contre qu'il y a là une série de noms à part.

  • 46 Voir la communication du professeur J. Desanges dans le même volume p. 21-25.

91Signalons enfin que le toponyme dans sa forme latinisée “a désigné au moins quatre agglomérations de l'Afrique romaine, de la Sitifienne à la Byzacène”46.

2.3. L'onomastique

92La richesse de l'onomastique libyque apparaît dans le fait que rares sont les noms attestés deux fois. Les noms sémitiques sont beaucoup plus rares qu'on ne le croit dans les textes libyques ; il s'agit de noms qui reviennent plusieurs fois.

  • RIL, 1 : ˋBD'RŠ et ˋBDŠ TRT, ŠFT.

  • RIL, 2 : ˋBD'ŠMN, MGN, ŠFT, HN', YTNBˋL et HNBˋL.

  • RIL, 3 : ŠFT, ŠMN ('BD'ŠMN), MGN, RŠ (ˋBD'RŠ).

  • RIL, 5 : ŠFT.

  • RIL, 6 : MGN.

  • RIL, 7 : ŠMN (ˋBD'ŠMN), MGN.

  • RIL, 10 : ŠMN (ˋBD'ŠMN), SFT.

  • RIL, 11 : ŠMN (ˋBD'ŠMN).

  • 47 Chabot 1918, 301.

93La transcription des noms d'une écriture à l'autre pourrait nous renseigner sur l'une ou l'autre des langues et sur l'attitude, pourrait-on dire, des usagers de l'une des langues par rapport à l'autre. Le libyque n'étant pas vocalisé, l'apport du punique serait capital. Chabot a déjà établi la liste des “noms propres contenus dans les cinq inscriptions libyco-puniques (partie sémitique)”47.

94Ce qui nous parait intéressant, c'est la liste des transcriptions de certains de ces noms : comment le libyque écrit-il certains noms sémitiques ? Mais aussi comment le punique transcrit-il certains noms libyques ? Pour essayer de répondre, nous avons volontairement eu recours, en plus des bilingues de Dougga, à quatre autres inscriptions bilingues libyque/punique ou néopunique.

2.3.1. Noms sémitiques écrits en libyque

Punique

Libyque

ˋBD'RŠ

DRŠ

ˋBDŠTRT

WDŠTR

ˋBD'ŠMN

ŠMN

BˋLHN'(RIL, 31)

BHNH

  • 48 L'explication de Chabot serait à retenir si le nom BˋLHN' ne se présentait pas entier dans la parti (...)

95La règle de comportement du libyque vis-à-vis des noms théophores sémitiques, si règle il y avait, nous échappe, l'on remarque même une incohérence : ainsi dans le cas de ˋBD'SMN, non seulement ˋBD tombe, mais aussi l'aleph de 'SMN, tandis que dans ˋBD'RS, nous nous retrouvons avec une forme transformée du nom : DRS, ayin, beth et aleph disparaissent alors que le daleth reste. Le cas de ˋBDSTRT est encore plus bizarre puisque le nom devient en libyque WDSTR. La disparition du lamed dans le cas de BˋLHN' transcrit BHNH demeure inexplicable48. Le libyque ne note jamais l'aleph et le ayin ; dans le cas de BˋLHN', ces deux lettres sont remplacées par le signe = – ; pour Chabot “le signe =” – doit exprimer la voyelle a dans le premier cas et dans le second la voyelle o”.

2.3.2. Noms libyques écrits en punique49

  • 49 Nous nous limitons volontairement aux bilingues libyque/punique ; il est évident que les noms libyq (...)

Libyque

Punique

TBN

'TBN

NKN

'NKN

GYY

GˋYY

FŠN

'FŠN

ŠYN

'ŠYN

NKKN

'NKKN

ŠY

'ŠY

96Autres exemples ailleurs qu'à Dougga :

Libyque

Punique

Bilingue RIL, 12 (Téboursouk)

MŠTRT

MˋŠTRT

″ 31 (Makthar)

BHNH

BˋLHN'

YFDT

YFDˋT

″ 72 (Borj hellal)

YGWKN

YGWˋKN

KNRDT

KNRDˋT

″ 451 (Ain El kebch)

ZNN

ZˋNN

YRNBT

YRNˋBT

97Le ayin est utilisé pour la vocalisation/a/dans les cas suivants :

    • 50 Galand 1973-74, 163.

    En punique et à Dougga : GˋYY, la logique voudrait qu'il y ait une vocalisation entre les deux yod or le punique ne la reprend pas50.

  • En néopunique et ailleurs qu'à Dougga : MˋSTRT, YFDˋT, YGWKˋN, KNRDˋT, ZˋNN et YRNˋBT.

98L'aleph apparaît dans six cas et toujours à l'initiale :'TBN,'FŠN,'NKN,'NKKN,'ŠY et 'ŠYN.

99Dans RIL, 2, l'inscription de Massinissa, la ligne 12 est uniquement en punique, elle renferme quatre noms sémitiques : Hannon, Ytonbaal, Safot et Hannibaal.

2.4. Les données sur l'organisation politique et administrative de la cité

100Plusieurs fonctions reviennent dans les textes libyques dits officiels :

  • 51 Ghaki 1993, 89-101.

101CKN, GLD, MWSN, MCCKW, GLDMSK, GZB et GLDGIML51

102Certaines demeurent difficiles à interpréter : CKN correspond dans RIL, 2 à BˋL' traduit par le conseil de notables ou encore par le conseil de citoyens ; il faut noter que jusque ici, cette structure est propre à la Numidie et à certaines villes de la Numidie : Baali de Mididi, de Makthar, d'Elles, de Dougga, etc.

103Elle intervient :

  • Pour “construire” un MQDŠ pour Massinissa. L'aspect commémoratif de cet acte a été interprété comme étant une déification de Massinissa, ce qui nous paraît exagéré. Massinissa est certes hors du commun, il est glorifié par ses successeurs qui cherchèrent à consolider leur régime en utilisant som nom. Rien ne permet d'y voir un dieu.

  • Pour présenter des offrandes, offrir des sacrifices à Baal Hamon ; dans ce cas, l'acte est entièrement religieux.

104Nous ne connaissons pas d'autres activités de ces citoyens hors pairs.

  • 52 Février 1964-65, 85-91.

105L'interprétation des autres fonctions continue à poser un problème. Ainsi J. Février52 a tenté de donner un contenu à ces titres en s'inspirant de schémas carthaginois : roi (GLD), roi éponyme (GLD), prince (GLDT), chef des cent (MWSN), chef des cinquante hommes (GLDMSK), trésorier (MCCKW) et chef des prêtres (GLDGYML ou GLDGYLM).

  • 53 Chaker 1986, 551.

106Pour Salem Chaker53, MWSN serait le sage ; celui qui connaît se dit en berbère Yissin, Amussen, Amusnaw. MCCKW est un architecte, GZB un chef des travaux, GLDMSK le chef des maçons et GLDGYLM “un chef d'une catégorie d'artisans inconnus”.

107Dans la première approche, l'idée de chef des prêtres et de trésorier préjuge du contenu des textes libyques en les expliquant par les pratiques puniques, sans pour autant trouver une explication au fait que le punique qui possède des mots pour dire trésorier et chef des prêtres ne les utilise pas et recourt à la transcription. Dans la seconde, il est clair que le recours à la transcription prouve que le punique a conservé ces termes parce qu'ils étaient sans équivalence, sans correspondant ; la même attitude se retrouve dans le libyque, ZLLSN est ŠFT dans le texte libyque parce que, dans les institutions libyques, il n'y a ni une fonction équivalente ni un terme capable d'exprimer son contenu.

  • 54 Camps 1995, 2524.

108Il est évident que le punique connaît des termes comme architecte, inspecteur, chef, maçon, etc. G. Camps54 écrit : “Pas plus que celles de J. Février, trop influencé par le punique, les traductions de S. Chaker, déterminées par les racines berbères, n'emportent la conviction”.

2.5. La question du suffétat à Dougga

109Nous disposons de peu d'éléments clairs, même s'il est évident qu'à un moment ou à un autre Dougga a, comme de nombreuses autres cités, adopté le schéma politique propre à l'organisation des villes phénico-puniques. Un calcul prudent permet de situer le suffétat de ZLLSN au lendemain de la révolte des mercenaires et des Libyens (241-237 a.C.). Carthage, mettant à profit sa victoire, annexe de nouveaux territoires et étend son pouvoir vers l'ouest, en Numidie orientale ; ce sont d'ailleurs ces mêmes territoires que revendiquera Massinissa au lendemain de la deuxième guerre entre Rome et Carthage et qu'il récupérera durant la première moitié du second siècle ; le pays de Dougga en faisait partie.

  • Le grand-père de Massinissa, ZLLSN, est dit dans la bilingue RIL, 2, suffète, sans que l'on sache s'il a exercé cette fonction à Dougga même.

  • Cette même inscription est doublement datée par deux repères chronologiques : l'an dix du roi Micipsa et “étant prince X fils de Y”, formule qu'il faut interpréter comme “l'année du prince X fils de Y”, ce qui nous donne le nom d'un magistrat éponyme qui peut très bien être rapproché du suffétat.

  • Les inscriptions votives, dédicaces collectives à Baal Hamon, donnent toutes les deux une série de noms qui ne peuvent être que les noms et les filiations de magistrats éponymes ; l'état de l'une et de l'autre incite malgré tout à la prudence.

2.6. La question du statut de Dougga la royale

110L'épigraphie conduit à croire que la ville de Dougga avait un statut particulier :

  • Inscriptions libyques “officielles” inconnues ailleurs.

  • Bilingue du MQDŠ, élevé en souvenir du roi Massinissa par les “notables de la ville, l'an dix du règne de Micipsa”.

111Cette situation “à part” se trouve confortée par la littérature :

  • Dès la fin du IVe siècle a.C., la ville est dite par Diodore de Sicile comme étant “d'une certaine grandeur”.

  • Eumachos, le lieutenant d'Agathocle, cherchant à ramasser du butin et à gêner l'approvisionnement de Carthage, s'attaque à Dougga et à sa région, réputée pour sa richesse.

  • 55 Ghaki 1993, 96.

112Peut-on pour autant parler de Dougga comme d'une capitale numide ou encore d'une ville royale, et la classer avec les villes dites royales comme Bulla Regia ou Zama Regia, etc. ? Nous avons émis l'idée que ces villes pouvaient être en fait des chefs-lieux, des sièges de représentants du roi55 ; peut-être Dougga faisait-elle partie de la liste : ainsi s'expliquerait l'attaque d'Eumachos, l'édification d'un monument à la gloire de Massinissa et la présence d'inscriptions libyques “officielles”. Cette hypothèse demande, bien évidemment plus de données pour devenir une certitude.

Discussion

113A. Beschaouch.— A. B. félicite M. Ghaki d'un apport essentiel : l'assurance que l'agglomération numide, en son centre (place), s'étendait dans les lieux mêmes où, au Ier s. p.C., est attesté un forum. A la suite de M. Khanoussi, il faut cesser de parler de deux villes à Dougga. Il y avait deux communautés civiques de statut différent qui vivaient et évoluaient dans le même milieu urbain.

114Il se pose, de nouveau, des questions sur la correspondance entre les institutions et le vocabulaire institutionnel, dans un milieu numide romanisé après avoir subi des influences puniques. Par exemple GLD correspondait-il à un MLK, un roi, ou plutôt à un princeps. Dans la civitas Thuggensis il y avait au Ier s. p.C., un princeps civitatis.

115Il faut bien analyser la transcription, la translittération, la traduction d'un terme, avant de parler d'adoption d'un système institutionnel (punique, numide, romain).

116M. Ghaki.— Sur le problème des titres et fonctions de la bilingue de Massinissa : le punique donne une fonction carthaginoise SFT, GLD il traduit V, CKM, MWSN et GLD MSK par MLK (Roi), BL, RB MT et DR HMSM HS, il transcrit enfin MLLKW, GZB et GLD GYLM. Nous trouvons le même comportement dans la partie libyque qui transcrit SFT.

117J. Desanges.— A la lumière d'une reconstitution du nom libyque de Thugga par Rössler : *Tubgag, il me semble que l'on n'a pas affaire seulement à une correspondance *b/ *u entre le toponyme libyque et la transcription latine, mais qu'il faut supposer, pour permettre la prononciation du schéma consonantique du libyque (TBGG), une voyelle d'épenthèse, oserais-je dire, une sorte d'appendice labio-vélaire anteposé ? Quant à la consonne finale, elle se serait amuie dans la prononciation après être passée à la spirante, selon Rössler. L. Galand juge cette solution “un peu compliquée”, mais lui reconnaît le mérite de sauvegarder la règle de non-notation des consonnes tendues.

Bibliographie

Bibliographie

Alvarez Delgado, J. (1964) : Inscriptiones libicas de Canarias, ensayo de interpretacion libica, La Laguna.

Berger, Ph. (1903) : BAC, CXL.

Camps, G. (1995) : Encyclopédie Berbère, 16, s.v. Dougga.

Carton, L. (1897) : “Le sanctuaire de Baal-Saturne à Dougga”, NAMS, 7, 367-474.

Chabot, J.-B. (1916) : “Les inscriptions puniques de Dougga”, CRAI, 119-131.
— (1918) : “Punica”, Journal Asiatique, mars-avril.
— (1940) : Recueil des inscriptions libyques, Paris.

Chaker, S. (1986) : “A propos de la terminologie libyque des titres et fonctions”, Annali, vol. 46, fasc.4, Istituto universitario orientale, Naples, 541-562.

Donner, H. et W. Röllig (1966) : Kanaanäische und Aramäische Inschriften, Wiesbaden, 2 volumes.

Fantar, Mh. H. (1974) : “Téboursouk, stèles anépigraphes et stèles à inscriptions néopuniques”, Mémoires présentés par divers savants à l'Académie des inscriptions et belles lettres, vol. 16.

Ferjaoui, A. (1990) : “Dédicace d'un sanctuaire à ˋAstart découverte à Mididi (Tunisie)”, Hommages à M.Sznycer, Semitica, 38, 1, 113-121.

Ferron, J. (1972) : “L'inscription du mausolée de Dougga”, Africa, 3-4, 83-110.

Février, J.-G. (1956) : “Que savons-nous du Libyque ?”, Revue Africaine, 100, 263-273.
— (1959-60) : “L'inscription du mausolée d'Atban (Dougga)”, Karthago, 10, 51-57.
— (1964-65) : “La constitution municipale de Dougga à l'époque numide”, Mélanges de Carthage offerts à Charles Saumagne, Louis Poinssot et Maurice Pinard, Paris, 85-91.

Galand, L. (1972-73) : “Libyque et Berbère”, Annuaire de l'École pratique des hautes études, IVème section, Paris, 167-172.
— (1973) : “L'alphabet libyque de Dougga”, Revue de l'Occident Musulman et de la Méditerranée, n. 13-14, 361-368.
— (1973-74) : “Libyque et berbère”, Annuaire de l'École pratique des Hautes Études, IVème section, Paris, 161-170.
— (1977-78) : “Libyque et berbère”, Annuaire de l'École pratique des Hautes Études, IVème section, Paris, 199-212.
— (1989) : “Les alphabets libyques”, AntAfr, 25, 69-81.

Ghaki, M. (1985) : “Textes libyques et puniques de la vallée de l'oued el Htab”, Reppal, 1, 169-178.
— (1993) : “L'organisation politique et administrative chez les Numides”, A la croisée des études libyco-numides, Mélanges offerts à P. Galand-Pernet et L. Galand, Paris.

Gsell, St. (1912-1928) : Histoire ancienne de l'Afrique du Nord, t. 6, Paris.

Jean, C.-F. et J. Hoftjizer (1965) : Dictionnaire des inscriptions du Sémitique de l'Ouest, Leiden.

Khanoussi, M. (1992) : “Thugga (Dougga) sous le Haut-empire : une ville double ?”, L'Africa romana, 10, 597-602.

Marcy, G.(1936) : Les inscriptions libyques bilingues de l'Afrique du nord, Paris.

Poinssot, Cl. et J. W. Salomonson (1959) : “Le mausolée libyco-numide de Dougga et les papiers du comte Borgia”, CRAI, 141-147.

Notes

1 Carton 1897,407.

2 Chabot 1940 ; nous avons volontairement conservé la numérotation du Recueil des Inscriptions Libyques du père J. B. Chabot.

3 Gsell 1912-1928 vol. VI, 254. “On peut s'étonner que les noms du mort, de son père et de son grand-père ne soient suivis d'aucun titre”.

4 Février 1959-60, 51-57.

5 Ferron 1972, 83-100.

6 Chabot 1940, 2.

7 Poinssot & Salomonson 1959, 147. Les auteurs établissent la liste des plus importantes erreurs faites par le comte Borgia dans sa description du monument et les “rajouts” qu'il a fait quand il a repris les relevés, Id. 143.

8 Le règne de Micipsa s'est fait en deux temps, il a d'abord partagé la pouvoir avec ses frères et ce pour une période relativement longue, entre 148 et 138 puis et après la mort de ceux-ci, il a régné sans partage jusqu'en 118, l'année de sa mort. Il est important de noter que l'édification du monument à Massinissa correspond aussi à la première année du règne sans partage. L'an dix du règne du roi Micipsa est aussi et surtout la première année d'un pouvoir absolu.

9 Chabot 1940,5.

10 Galand 1977-1978, 207.

11 Alvarez Delgado 1964, 332-349. Delgado suit Marcy dans sa lecture ; l'un et l'autre appellent ce texte “la dédicace des trois épouses”. Marcy 1938, 323-337. Toutes ces lectures demeurent de pures hypothèses.

12 Galand 1977-78, 206-209.

13 Chabot 1940, 7.

14 Je remercie Mme M. deVos car je lui dois la photo de RIL, 11 publiée ici.

15 Tous les autres textes dits officiels renferment cette information, fût-elle hermétique pour nous.

16 Carton 1897,407.

17 Atlas archéologique de Tunisie, feuille XXXIII, no 184.

18 Atlas archéologique de Tunisie, feuille XXXIII, no 170.

19 Khanoussi 1992,602.

20 Nous ne préjugeons pas de l'importance de cette agora ; seule une étude du terrain permettra de confirmer cette hypothèse de travail.

21 Chabot 1940, 6.

22 Chabot 1916, 119-131.

23 Carton 1897.407.

24 Carton 1897,407-412.

25 Chabot 1940, 1-3 ; Id. 1918, 260-267. KAI 100.

26 Poinssot & Salomonson 1959, 141-147.

27 Février 1959-60, 51-57.

28 Jean & Hoftijzer, 1965.

29 Répertoire d'épigraphie sémitique, no 682 ; KAI 101.

30 Février 1959-60, 53.

31 Chabot 1916, 122 fig 1.

32 Chabot 1916, 124 fig 2.

33 Carton 1897,411.

34 Ghaki 1985, 174-175.

35 Ce lot de textes découvert fortuitement à la suite de travaux d'adduction d'eau potable est encore inédit.

36 Ferjaoui 1990, 113-120.

37 Berger 1903 p. CXLI.

38 Répertoire d'épigraphie sémitique, no 563.

39 Chabot 1916, 128-129.

40 Fantar 1974, 47.

41 Carton 1897,407-412.

42 Galand 1973,361-368.

43 Galand 1989, 69-81.

44 Carton 1897,463.

45 Camps 1995, 2522.

46 Voir la communication du professeur J. Desanges dans le même volume p. 21-25.

47 Chabot 1918, 301.

48 L'explication de Chabot serait à retenir si le nom BˋLHN' ne se présentait pas entier dans la partie punique de la bilingue ; Chabot qui relève l'absence du lamed écrit ceci “... le lamed aurait dû passer dans la transcription. Or dans l'usage, le nom de BˋLHN' subissait parfois des contractions. Nous le trouvons écrit BˋHN' dans CIS. 1,869”.

49 Nous nous limitons volontairement aux bilingues libyque/punique ; il est évident que les noms libyques attestés en écriture punique sont beaucoup plus nombreux ; cela dit, les exemples des bilingues nous paraissent significatifs.

50 Galand 1973-74, 163.

51 Ghaki 1993, 89-101.

52 Février 1964-65, 85-91.

53 Chaker 1986, 551.

54 Camps 1995, 2524.

55 Ghaki 1993, 96.

Auteur

Chargé de recherche à l'Institut National du Patrimoine (Tunis)

© Ausonius Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540