Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dougga (Thugga). Études épigraphiques

 | 
Mustapha Khanoussi
, 
Louis Maurin

Thugga dans les sources littéraires

Jehan Desanges

Texte intégral

  • 1 Diodore 20.57.4.
  • 2 Diodore 20.57.5-6
  • 3 Gsell 1913-1928, 3. 50.

1Les sources littéraires sont fort discrètes sur Thugga. La ville est très vraisemblablement mentionnée par Diodore dans le contexte historique des campagnes d’Agathocle et de ses lieutenants (fin du IVe s. a.C.) sous la forme Tῶκαι1. Nous apprenons seulement que cette ville d’une belle grandeur (εὐµεγέθηϛ), située chez les “Nomades”, c’est-à-dire les Numides, et en “Libye Supérieure”, entendons à une certaine distance de la mer en “remontant” dans l’intérieur des terres, fut emportée par un certain Eumachos, un subordonné du fils d’Agathocle, Archagathos, resté à la tête du corps expéditionnaire syracusain en Afrique après le départ de son père (308 a.C.). Eumachos s’empara ensuite notamment d’une ville nommée Φελλίνη, toponyme formé sur le nom grec du chêne-liège (φελλόϛ) et d’une autre appelée Mεσχέλα, qualifiée par Diodore de très grande2. La campagne aboutit à la prise d’une ῎Aκρα ῞Ιππoυ, homonyme de celle dont Agathocle s’était naguère emparé. Comme cette dernière est assurément Bizerte, il faut identifier la ville atteinte par Eumachos avec Annaba (Bône), ce qui donne à penser que la région des chênes-lièges auparavant traversée est la Khroumirie et assure de façon à peu près certaine, comme le pensait déjà St. Gsell, la localisation de Tῶκαι à Dougga près de Teboursouk3. Mεσχέλα. pourrait être très hypothétiquement Masculula (Hr Guergour). Thugga Terebentina (Hr Dougga) semble trop écartée d’un axe Carthage-Annaba ou Péninsule du Cap Bon-Annaba pour entrer ici en ligne de compte.

  • 4 Ptolémée, Géographie 4.3.7. Millier, 644.
  • 5 Ptolémée 4.3.6 (bis), 637.
  • 6 Ptolémée 4.3.8, 650.
  • 7 CIL. VIII, 15447.

2Ni Polybe, ni Tite-Live, ni Méla, ni Pline l’Ancien ne font mention de Thugga. Mais Ptolémée en fait état par deux fois, sous la forme Toῦκκα. Il la cite d’une part4 dans ce qu’il appelle la “Numidie nouvelle” et qui est en fait la “Nouvelle province”5, à l’est du pays des Cirtéens, avant Θίγιβα et Θoυβoύρσικα, en quoi il faut reconnaître Thigibba Bure (Djebba) et Thubursicu Bure (Teboursouk), détail qui permet l’identification de cette Toῦκκα avec Thugga (Dougga), voisine de ces deux bourgades. Il la cite encore6 entre Thabraca (Tabarka) et le Bagradas (oued Medjerda, mais ici, d’après le contexte, l’oued Siliana), avant une ville que les manuscrits de la Géographie nomment Δαβία, en quoi il faut reconnaître Agbia (Aïn Hedja), à quelques kilomètres au sud-est de Dougga. Ajoutons que Ptolémée mentionne immédiatement après Bενδήνα,qu’on identifiera avec la Bencenna qu’une dédicace7 mise au jour à Vchi Maius (Hr Douamis) fixe aux environs de cette dernière ville, elle-même peu éloignée de Dougga. Bref il apparaît bien que c’est par erreur que Ptolémée a cité deux fois la même Toῦκκα, à localiser à Dougga.

  • 8 Itin. Antonini 47.7 ; 49.5 ; 51.5, éd. O. Cuntz, 7.
  • 9 Procope, Aed. 6.5.15.

3Ensuite, c’est le silence pour le reste de l’époque romaine, et il est étonnant que ni l’Itinéraire d’Antonin, ni la Table de Peutinger ne fasse état de Thugga de Numidie Proconsulaire, alors que le premier document nommé mentionne à trois reprises8 Tucca Terebentina entre Assuras et Sufes. A l’époque byzantine, en revanche, pour Procope9, Toῦκκα est une forteresse créée par Justinien “dans le pays de Carthage appelé Proconsulaire”.

  • 10 Mandouze 1982, 1019 : Sabinus 2 ; Lancel 1972-1991, 4, 1504-1505.
  • 11 Lancel 1972-1991,2, 741-743.
  • 12 Mandouze 1982, 1237 : Vzulus ; Lancel 1972-1991, 4, 1504-1505.

4Des cinq évêques connus par des documents ecclésiastiques, dits a Thucca (ou a Tugga), Tuccensis ou Thuggensis, qui s’échelonnent entre 256 et 484 p.C., deux appartiennent assurément à une Tucca beaucoup plus occidentale. Il s’agit de Sabinus Tuggensis, présent à la Conférence de 41110, dont le siège venait d’être créé par démembrement du diocèse de Mileu (Mila)11, à l’ouest nord-ouest de Cirta, sur les confins de la Maurétanie Sitifienne, et d’Uzulus Tuccensis, classé en Sitifienne par la Notitia prouinciarum et ciuitatum Africae de 48412.

  • 13 Sententiae episcoporum, 77, CSEL, 31, 458, à dater de 256 p.C.
  • 14 Cyprien, Ep., 62. Des doutes sur l’identification d’Honoratus a Thucca avec un des destinataires d (...)
  • 15 Sententiae episcoporum, 52.
  • 16 Mandouze 1982, 824 : Pasc[h]asius 6 ; Lancel 1972-1991, 4, 1492.

5Parmi les trois autres, aucun ne peut être attribué avec une totale certitude à Thugga (Dougga). L’un d’entre eux, Honoratus a Thucca13, pourrait bien être identique à un évêque de Numidie homonyme dont le diocèse a souffert des exactions des barbares, d’après une lettre de Cyprien14. Dans ce cas, son siège serait à situer beaucoup plus à l’ouest, sur les confins de la Maurétanie. Les deux autres, Saturnius a T(h)ucca, également contemporain de Cyprien15, et Paschasius Thuggensis, qui participa à la Conférence de 41116, ne sauraient être attribués en toute certitude à la Thugga qui fait l’objet de ce colloque, car on ne peut exclure qu’ils aient été établis à Thugga Terebentina.

  • 17 Pline l’Ancien 5. 21 ; cf. Desanges 1980, 175-177.
  • 18 Ravennate 3.7, éd. M. Pinder & G. Parthey, 153.
  • 19 Salluste, Jug., 100.1 ; cf. Desanges 1974, 143-150.
  • 20 Tab. Peut., 2.5.
  • 21 Gsell 1902-1911, f. 8, 71 et 72 (Hr el-Abiod et Kalaa et-Touma, sur chacune des rives de l’oued el (...)
  • 22 Morizot 1991,291-292.
  • 23 Ptolémée 4.2.6. Millier 608 : avant Bάδεα et après Λαβδία (Lambdia, actuelle Médéa).

6Le petit nombre de témoignages littéraires concernant Thugga (Dougga) ne peut manquer d’étonner si l’on considère l’importance des vestiges archéologiques de cette cité. Quant au toponyme lui-même, il est assez répandu. Il faut en effet rappeler qu’il a existé deux Tucca aux confins de la Numidie et de la Maurétanie. L’une était, selon Pline l’Ancien17, située à la fois sur la mer et sur la rive maurétanienne, c’est-à-dire occidentale, du fleuve Ampsaga (l’oued el-Kebir de Maurétanie). Le Ravennate18 la localise à son tour tout près de la mer (iuxta mare) et prétend qu’elle est divisée entre la Sitifienne et la Numidie. C’est peut-être là, au bord de la mer, que Marius, dans sa campagne finale contre Jugurtha, établit ses castra hiberna19. L’autre, comme nous l’avons dit, était proche de Mileu (Mila). Elle est notamment attestée par la Table de Peutinger20 à la limite de l’Afrique et de la Maurétanie, et on la localise en général21 à Henchir el-Abiod, à quelque 35 km de la mer, sur la rive gauche de l’oued el-Kebir, un site qui a fait récemment l’objet d’une étude de P. Morizot22. Ajoutons, pour mémoire, que Ptolémée23 mentionne encore une Toῦκκα dans la mésogée de la Césarienne, dans une position apparemment plus occidentale.

  • 24 Ptolémée 4.2.5, Müller 604.
  • 25 CIL, VIII, 8270 ; cf., en complément d’information, BCTH, 1895, 310.
  • 26 AE, 1913,255.
  • 27 Cf. Desanges 1980, 333 ; on prendra désormais en considération Benseddik 1992, 425-437.

7Les deux Toῦκκα de la vallée de l’oued el-Kebir de Maurétanie pourraient devoir leur nom à une tribu, les Toδoῦκαι ou Toυδoῦκαι dont Ptolémée24 fait état aux sources de l’Ampsaga. La forme primitive du toponyme pourrait avoir été ici *Tutca, car une inscription25 d’Aïn Aziz ben Tellis, non loin de l’oued Dekri, sous-affluent de l’oued el-Kebir, un site qu’une autre inscription26 considère comme proche de la source de l’Ampsaga, mentionne une mystérieuse col(onia) Tutcensium à laquelle semblent rattachés des Suburbures sédentarisés (coloni), qui ont pu être implantés dans cette région dès le principat de Trajan et renforcés de nouveaux éléments à l’époque sévérienne27.

  • 28 Gsell 1913-1928, 1, 325 ; Desanges 1977, 257 et 260.
  • 29 Tucci (Martos, près de Jaén) : Pline l’Ancien 3.12 ; Tucci uetus : Pline 3.10 ; Tuci ou Tucis à Ma (...)
  • 30 CIL, II, 1923 et 5485, sans doute à Cabeza de Hortales entre Arcos de la Frontera et Ronda ; Pline (...)
  • 31 Beschaouch 1974-1975, 193-194 ; cf. Pline 5.29 : Abutucense.
  • 32 L’une est localisée à Tejada la Vieja, à proximité d’Hispalis (Séville), cf. Thouvenot 1940, 488 ; (...)
  • 33 Polybe 3.73.3 ; Strabon 17.3.13 etc.

8Rappelons encore, pour être complet, que déjà St. Gsell28 a proposé de rapprocher, du point de vue toponymique, les Tucci29 de Bétique ou des Baléares des Tucca d’Afrique, et le parallèle pourrait être étendu à Iptuc(c)i30 de Bétique en face d’Aptuc(c)a d’Afrique31, voire aux Itucci32 de Bétique en regard d’ ’Iτύκη33, forme grecque du nom d’Utique.

  • 34 Cf. infra la communication de Ghaki, 27-45.

9Mais nous avons pleinement conscience de nous aventurer là sur un terrain difficile. Au reste, si l’on prend en considération les données des épigraphies punique et libyque34, il apparaît que notre Thugga (ou Toῦκκα pour les Grecs) ne repose nullement sur *Tutca, comme sans doute les Tucca des marches maurétaniennes. Il est donc tout à fait possible que l’évolution phonétique ait confondu des toponymes différents à l’origine.

Discussion

10A. Beschaouch.— A. B. rappelle que les toponymes antiques se présentent le plus souvent pour nous sous la forme que leur a donnée l'administration romaine. La normalisation, en langue latine, de vocables d'origine non latine a pu – à travers le système de translittération - aboutir à nous donner l'illusion de toponymes apparentés (Thucca ou Thugga en proconsulaire et Tacci en Bétique ?).

11Par ailleurs, il attire l'attention sur l'importance des voies de communication sous l'Empire : Thugga, visiblement, était en marge des grandes routes, sa voisine Thibursicu Bure étant un noeud routier principal.

12Du reste, l'habitat médiéval et moderne ayant submergé les vestiges de cette dernière cité (aujourd'hui Téboursouk), nous avons l'illusion que la grande ville était nécessairement Thugga, si bien conservée et largement fouillée.

13J. Desanges. — 1) D'après Lionel Galand, que j'ai consulté, dans le nom libyque de Thugga : TBGG, la présence du *b en alternance avec le *u de la transcription latine n'est pas une difficulté. En revanche il est contraire à l'usage que le libyco-berbère redouble la consonne pour noter qu'elle est tendue.

142) L'identification du Bagradas avec l'oued Siliana dans Ptolémée n'est pas, à proprement parler, une erreur. Les Anciens hésitent sur la détermination de l'élément principal dans un système fluvial et ils peuvent désigner par le même hydronyme des éléments différents du système selon les circonstances.

15Cl. Lepelley. — Cl. L. relève l'absence de Thugga dans les documents abondants qui concernent les affaires donatistes. Augustin fit un voyage d'information dans les cités de Proconsulaire dans les premières années du Ve siècle ; il évoque ainsi Membrassa (Mejiz El Bab), Abitinae (Henchir et Batim), Thignica (Aïn Tounga), et la cité non localisée de Boseth, etc..., mais jamais Thugga, où il paraît n'être jamais passé, et qui était probablement en déclin à cette époque.

16Ceci confirme ce que J. Desanges dit sur la très faible probabilité de pouvoir attribuer un évêque à notre Thugga.

17J. Desanges. — Les observations de Cl. Lepelley accusent le contraste, que j'ai constaté, entre la discrétion des sources littéraires sur Thugga et l'importance des vestiges archéologiques.

Bibliographie

Bibliographie

Benseddik, N. (1992) : “Vzinaza (Saneg) : un nouveau témoignage de l’activité de P. Aelius Peregrinus sur la praetentura sévérienne”, L’Africa romana, Sassari, 9/1,425-437, 1 p1. h. t.

Beschaouch, A. (1974-1975) : “Trois inscriptions latines récemment découvertes en Tunisie”, BCTH, 10-11 B, 193-194.

Desanges, J. (1974) : “Vtica, Tucca et la Cirta de Salluste”, Mélanges offerts à Roger Dion, Paris, 143-150.
— (1977) : “Sur quelques rapports toponymiques entre l’Ibérie et l’Afrique Mineure dans l’Antiquité”, La toponymie antique,Travaux du CRPOGA, Leyde, Strasbourg, 4.
— éd. (1980) : Pline l’Ancien, Histoire naturelle. Livre V, 1-46. L’Afrique du Nord, Paris (CUF).

Duval, Y. (1984) : “Densité et répartition des évêchés dans les provinces africaines au temps de Cyprien”, MEFRA, 96, 493-521.

Gsell, St. (1902-1911) : Atlas archéologique de l’Algérie, Alger-Paris.
— (1913-1928) : Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, Paris.

Lancel, S. (1972-1991) : Actes de la Conférence de Carthage en 411, Sources chrétiennes, Paris, 194, 195,224, 373.

Mandouze, A. (1982) : Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, 1 : Afrique (303-533), Paris.

Morizot, P. (1991) : “Une dédicace inédite à Antonin le Pieux en provenance de Tucca”, L’Africa romana, Sassari, 8/1,283-298, 16 pl. h. t.

Thouvenot, R. (1940) : Essai sur la province romaine de Bétique, BEFAR, 149, Paris.

Notes

1 Diodore 20.57.4.

2 Diodore 20.57.5-6

3 Gsell 1913-1928, 3. 50.

4 Ptolémée, Géographie 4.3.7. Millier, 644.

5 Ptolémée 4.3.6 (bis), 637.

6 Ptolémée 4.3.8, 650.

7 CIL. VIII, 15447.

8 Itin. Antonini 47.7 ; 49.5 ; 51.5, éd. O. Cuntz, 7.

9 Procope, Aed. 6.5.15.

10 Mandouze 1982, 1019 : Sabinus 2 ; Lancel 1972-1991, 4, 1504-1505.

11 Lancel 1972-1991,2, 741-743.

12 Mandouze 1982, 1237 : Vzulus ; Lancel 1972-1991, 4, 1504-1505.

13 Sententiae episcoporum, 77, CSEL, 31, 458, à dater de 256 p.C.

14 Cyprien, Ep., 62. Des doutes sur l’identification d’Honoratus a Thucca avec un des destinataires des lettres 62 et 70 sont exprimés par Duval 1984, 517-518.

15 Sententiae episcoporum, 52.

16 Mandouze 1982, 824 : Pasc[h]asius 6 ; Lancel 1972-1991, 4, 1492.

17 Pline l’Ancien 5. 21 ; cf. Desanges 1980, 175-177.

18 Ravennate 3.7, éd. M. Pinder & G. Parthey, 153.

19 Salluste, Jug., 100.1 ; cf. Desanges 1974, 143-150.

20 Tab. Peut., 2.5.

21 Gsell 1902-1911, f. 8, 71 et 72 (Hr el-Abiod et Kalaa et-Touma, sur chacune des rives de l’oued el-Kebir).

22 Morizot 1991,291-292.

23 Ptolémée 4.2.6. Millier 608 : avant Bάδεα et après Λαβδία (Lambdia, actuelle Médéa).

24 Ptolémée 4.2.5, Müller 604.

25 CIL, VIII, 8270 ; cf., en complément d’information, BCTH, 1895, 310.

26 AE, 1913,255.

27 Cf. Desanges 1980, 333 ; on prendra désormais en considération Benseddik 1992, 425-437.

28 Gsell 1913-1928, 1, 325 ; Desanges 1977, 257 et 260.

29 Tucci (Martos, près de Jaén) : Pline l’Ancien 3.12 ; Tucci uetus : Pline 3.10 ; Tuci ou Tucis à Majorque : Pline 3.77.

30 CIL, II, 1923 et 5485, sans doute à Cabeza de Hortales entre Arcos de la Frontera et Ronda ; Pline 3.15.

31 Beschaouch 1974-1975, 193-194 ; cf. Pline 5.29 : Abutucense.

32 L’une est localisée à Tejada la Vieja, à proximité d’Hispalis (Séville), cf. Thouvenot 1940, 488 ; une autre sans doute à Baena, à proximité de Cordoue, cf. Pline 3.12.

33 Polybe 3.73.3 ; Strabon 17.3.13 etc.

34 Cf. infra la communication de Ghaki, 27-45.

Auteur

Directeur d’Etudes à l’EPHE

© Ausonius Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540