Version classiqueVersion mobile

Dougga (Thugga). Études épigraphiques

 | 
Mustapha Khanoussi
, 
Louis Maurin

Le traitement informatique des inscriptions de Dougga

Alain Bresson

Note de l’éditeur

Pl. 1

Texte intégral

1Les inscriptions latines sont une source fondamentale pour l'histoire de l'antiquité romaine. C'est au XIXe siècle que l'épigraphie s'est constituée comme discipline scientifique et c'est à cette époque qu'elle a défini les règles de travail et les méthodes qui pour l'essentiel sont encore de règle aujourd'hui. La vaste entreprise du Corpus Inscriptionum Latinorum lancée par l'Académie de Berlin se donna alors pour objectif de rassembler sur une base régionale toutes les inscriptions latines du monde antique. Cette entreprise de premier ordre n'a jamais été abandonnée et diverses éditions nouvelles ont permis des mises à jour de telle ou telle région. Cependant, essentiellement pour des raisons politiques, le monde de l'épigraphie s'est trouvé au XXe siècle fortement divisé et fractionné. Une multitude de publications nouvelles est apparue. Si l'on y ajoute les publications faites dans diverses revues, on voit qu'il reste difficile d'embrasser dans leur ensemble les inscriptions d'une région donnée, même si certains grands instruments de travail, comme L'Année Épigraphique, permettent de rassembler les documents (latins ou grecs) qui concernent l'histoire de Rome.

2Certes, par sa maniabilité, le livre reste et restera un moyen de communication scientifique indispensable. Mais il souffre du défaut fondamental de toute publication traditionnelle. Toute mise à jour est impossible, sinon sous la forme d'une nouvelle édition, entreprise toujours difficile et coûteuse. A l'âge de l'informatique, il est heureusement possible de mettre en œuvre de nouvelles méthodes qui permettent d'atteindre le but autrefois fixé de corpus régionaux véritablement à jour. Tel est le sens du projet PETRAE (pour Programme d'Enregistrement, de Traitement et de Recherches Automatiques en Épigraphie), lancé par le Centre Pierre Paris, devenu institut Ausonius, dépendant du CNRS et de l'Université Michel de Montaigne – Bordeaux III. Le projet PETRAE doit aujourd'hui être présenté sous deux aspects : d'une part celui de la production de l'information scientifique, d'autre part celui de sa diffusion.

1. Le logiciel petrae et la production de l'information scientifique

3S'agissant de la production de l'information scientifique, le projet prend la forme d'un programme de base de données, utilisant le logiciel 4e Dimension™ pour Macintosh, entièrement mis au point par les chercheurs de l'institut Ausonius. Il permet de traiter les textes latins et grecs. Ce programme est fourni gratuitement et sur simple demande à tout chercheur individuel ou à toute institution s'engageant à traiter un corpus donné sur une base régionale. L'utilisateur du programme dispose de la sorte en toute liberté des modules de gestion de l'information offerts par le programme. De même, il dispose du module d'édition au format RTF lui permettant, s'il le souhaite et à ses frais, une édition sous forme de livre. En contrepartie, le chercheur ou l'institution partenaire s'oblige, lorsque son travail de préparation est terminé, à fournir le fichier traité en vue d'une diffusion sous un format électronique. Un engagement de mise à jour régulière de la base de données est également très apprécié.

4Concrètement, le programme permet un traitement complet de tous les aspects d'un document épigraphique. Chaque fiche est signée par son auteur, qui indique la date de rédaction et qui signale s'il a ou non effectué une lecture directe de la pierre ou du document. Les informations de base concernent le support de l'inscription et le texte. Pour ce qui est du support, le programme permet de décrire le lieu où le monument était érigé, le matériau (pierre ou autre matériau), le décor, l'état de conservation et ses dimensions. Des photos ou autres documents graphiques en nombre non limitatif, au format Pict dans l'état actuel du programme, peuvent être automatiquement liés à la fiche de description du support et visualisés à volonté. Viennent ensuite les éléments de description du texte, qui permet de définir succinctement son contenu et de décrire la forme des lettres. Pour ce qui est du texte lui-même, il est accompagné de son apparat critique, de son commentaire et de sa traduction. Un module permet de donner une bibliographie complète. Dans le cas où une information manque ou est incomplète, un champ de description peut parfaitement rester vide. De manière générale, la philosophie de la saisie des données consiste à utiliser un champ à mot-clé, et si nécessaire à compléter la description par un bref commentaire dans un champ suivant prévu à cet effet. Le texte de l'inscription doit être écrit en utilisant la fonte de caractères Latin V4 (et Hellas V4 pour le grec), qui comporte les caractères spéciaux nécessaires au traitement des textes épigraphiques.

5Le texte des inscriptions peut être traité semi-automatiquement pour produire des indices. En une première étape, entièrement automatique, on obtient une concordance de tous les mots des inscriptions, avec mention de la ligne, du numéro de rang dans la ligne et du numéro de rang dans l'inscription. En une deuxième étape, semi-automatique, on peut indiquer à la fois le lemme philologique (la forme du dictionnaire) des mots rencontrés et une définition historique, selon une liste préétablie, des mots commençant par une lettre capitale. Une troisième étape, celle du supplément historique, donne la possibilité d'un encodage supplémentaire (identité des personnages mentionnés, rang et fonctions des prêtres et magistrats, mention des empereurs, etc.). Toutes les informations peuvent être corrigées, triées et éditées par des menus spécifiques, les informations des différents fichiers de la base pouvant faire l'objet soit d'interrogations séparées soit d'interrogations combinées.

2. Diffusion de l'information scientifique au format petrae

6Toutes les informations de la base, support et texte, peuvent être éditées selon deux formats : soit au format RTF pour traitement de texte (par un menu ouvert à tous les utilisateurs), soit au format HTML pour Internet (par un menu ouvert au seuls administrateurs de la base, qui prendra en charge la diffusion de l'information). Le programme d'édition au format RTF produit un document de qualité (texte, indices et concordance bibliographique) susceptible d'être imprimé sans aucune retouche. Au format HTML, les mêmes éléments sont liés par des références hypertextes, de sorte que les corpus PETRAE constituent effectivement des corpus dynamiques, ce qui en soi constitue une philosophie radicalement nouvelle dans le monde de l'édition épigraphique. Dès 1998, une fois réglé le problème des fontes, les fichiers seront disponibles sur Internet non seulement sur Macintosh comme c'est le cas actuellement mais aussi sur IMB-PC et compatibles.

7L'équipe PETRAE, qui a déjà produit une série d'ouvrages au format PETRAE en utilisant les modules d'édition automatiques pour RTF, se prépare dans les années qui viennent à éditer au format électronique des fichiers régionaux provenant de différentes régions du monde antique : Aquitaine, Nord de la Péninsule Ibérique, Sardaigne, Grèce (Rhodes et îles rhodiennes), Chypre, Turquie (Carie et Lycie) et naturellement Tunisie (Dougga). Nous souhaitons vivement que cet exemple soit suivi d'autres propositions de collaboration qui permettent à plus long terme une couverture toujours plus systématique de vastes régions du monde antique.

3. Les inscriptions de Dougga et les inscriptions latines d'Afrique du Nord

8Les inscriptions de Dougga posaient un problème de traitement particulier. Il fallait en effet que différents chercheurs puissent travailler sur le même ensemble d'inscriptions, alors que le principe de constitution d'une base PETRAE est celui de n'ouvrir qu'une seule base pour une entité donnée. Le principe a consisté en l'occurrence à ouvrir simultanément plusieurs fichiers qui fonctionnent en parallèle mais dont les numéros ont été à l'avance définis dans des séries différentes, puis dans un stade final à rassembler les divers fichiers dans un même ensemble. Cette synthèse de plusieurs fichiers en un seul se fera en utilisant les modules d'importation et d'exportation des informations de la base qui permettent, ad libitum, de séparer les informations d'une même base en plusieurs fichiers, ou de rassembler les informations de deux bases différentes. Pour le dossier des inscriptions de Dougga, cette méthode de saisie parallèle de l'information en plusieurs fichiers différents assure aux chercheurs une grande souplesse de travail, tout en assurant une saisie qui reste parfaitemement aux mêmes normes.

9On ne peut qu'espérer que le travail mené sur les inscriptions de Dougga revêtira un caractère exemplaire et qu'il pourra s'étendre ensuite aux autres cités et territoires de la Tunisie, voire plus tard aux autres parties pays de l'Afrique du Nord. De la sorte, les chercheurs trouveront l'accès le plus facile aux textes épigraphiques de ces régions, leur permettant de disposer d'un instrument de travail de la plus haute qualité pour approfondir notre connaissance de la culture et de la civilisation de l'Afrique antique.

Discussion

10A. Mastino. — Desidero esprimere il più vivo ringraziamento per questo intervento di Alain Bresson e per l'attività di formazione informatica garantita negli ultimi anni anche a studenti e dottorandi dell'Università di Sassari : io personalmente sono orgoglioso di poter esibire ai colleghi il prototipo del CD-ROM delle iscrizioni latine della Sardegna (testo ed immagini), messo a punto presso l'ITRAM di Bordeaux e curato dalle mie allieve Cecilia Cazzona, Lorenza Pazzola, Daniela Sanna, Rita Sanna e da François Michel. Tutto cio dobbiamo principalmente proprio ad Alain Bresson ed ai suoi collaboratori, primo tra tutti Robert Vergnieux. Noi procediamo attualmente con la schedatura delle iscrizioni latine della Sardegna e con alcune collecizioni dell'Africa Proconsolare (Uchi Maius, Ammaedara, ecc.).

11Credo che saranno da risolvere alcuni inconvenienti segnalati (presentazione del testo in maiuscole, eccesso di dati, indici) e che dovremo presto porci il problema dell'accesso alla rete INTERNET, che sta per attivare il nodo di Tunisi collegato con Cagliari, e della conseguente tutela dei diritti d'autore.

12L. Maurin.— Il ne faut pas opérer un choix dans les rubriques de la fiche PETRAE : elles sont toutes nécessaires. En outre, leur accès sera offert à tous ceux qui auront besoin de telle ou telle de leurs informations.

Annexes

Exemple d'un fiche PETRAE extraite de la base Dougga (L. Maurin).

12/1/2/85). Thugga (Dougga). Dédicace à Mercure par L. Ballenius Secu(n)dulus.

Support : Base. Matériau : Calcaire. État du monument : Complet. Gros éclats à droite, qui sont postérieurs à la découverte dans l'angle supérieur. Sur la face supérieure, deux cavités marquent l'emplacement d'une grande statuette. Ornement(s) : Mouluration. Décor : Cadre mouluré : Talon.

Lieu de déc. : Dougga. Contexte local : Inconnu. Cond. déc. : “Dans le pavage d'un maison arabe, située entre le Dar el Acheb et les oliviers (= le temple) de Caelestis” (L. Poinssot). Lieu de conserv. : 4G1. Inst, de conserv. : INP. No inv. : T 16. Dimensions : 56/23,5/12.

— Champ ép. Face(s) : f1. Fragment(s) : 1. Descript. : F 1, à l'intérieur du cadre mouluré. Dimensions : 46/16. H. marge inf. : 10,5. L. marge g. : 0,5. État de conserv. du champ épigr. : Bon dans l'ensemble. Légère usure. Gros éclats sur le côté droit.

Datation du texte : 1/300. Justif. dat. : Formulaire. Écriture : Capitales “cursives”, signes de séparation, abréviations. Style écr. : Irrégularités dans le dessin des lettres, mais l'aspect d'ensemble est bien venu, hedera 1. 3, un point triangulaire 1. 4 ; pas de points séparatifs 1. 9. Abréviations rares (1. 2 et 9).

Mise en page : Alignement à gauche.

Éd. : L. Poinssot, “Nouvelles inscriptions de Dougga”, NAMS, 18, 1909, p. 145, 30 (CIL. VIII, 26480) ; ILZ, Dougga.

Lignes 1/8 : 3. Ligne 9 : 3,5. Interlignes 1/5 : 0,5. Interlignes 5/6 : 1. Interlignes 6/9 : 0,5.

MERCVR

Mercuri[io]

AVGSAC

Aug[usto] sac[rum].

L[ucius] Ballen

[4]

IVS SEC

[4]

ius Sec

VDVLVS

udulus

CVM

Cum

SVIS

suis

[8]

VOTVM

[8]

uotum

SLA

s[oluit] l[ibens] a[nimo]

Apparat crit. : L. 1 à 3 : lecture L. Poinssot, alors que les éclats de l'angle droit n'existaient pas ; le gentilice était complet.

Traduction : Consécration à Mercure. Lucius Ballenius Secudulus, accompagné des siens, a accompli son vœu de bon gré.

Remarques : Sur le culte de Mercure à Dougga, v. N. Kallala, Dougga, études épigraphiques, Bordeaux, 1997, p. 165-166.

Onomastique : L. 4-5 : Secudulus pour Secundulus. Ce texte (1. 3-4) offre le seul exemple connu du gentilice Ballenius ; mais on peut sans doute le rapprocher de Bellenius, dont quelques titulaires sont connus à Rome, à Ostie et en Afrique Proconsulaire (Schulze, p. 430, auquel s’ajoute CIL, VIII, 12075). Bellenus, attesté à Oudhna (ILTun, 762 ; ILPB, 399) pourrait être une autre forme du nom. Schulze, p. 99-100, suggère que ce gentilice doit être identique à Vellenius, Vellenus, Velenus, Vellinius, d’origine étrusque.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8736/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0k

© Ausonius Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search