Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Dougga (Thugga). Études épigraphiques

 | 
Mustapha Khanoussi
, 
Louis Maurin

Introduction

Mustapha Khanoussi y Louis Maurin

Texto completo

1Après une longue période de mise en sommeil imméritée, la collection épigraphique de Dougga revient à l'honneur. Ce regain d'intérêt pour l'une des séries d'inscriptions les plus riches de l'Afrique Proconsulaire n'est pas dû au hasard. Il s'inscrit en fait dans le cadre d'un vaste projet conçu et mis en œuvre en application d'une décision politique prise au mois de juillet 1992 au plus haut niveau de l'État tunisien : celle d'aménager le site de Dougga en en Parc Archéologique National. Ce projet se compose de deux grands volets. L'un concerne les travaux de protection durable, de sauvegarde, de restauration et de valorisation. L'autre se propose de restituer à la recherche et à l'étude ce site insigne avec ses monuments, ses collecions archéologiques et épigraphiques ainsi que son territoire rural. Différents programmes ont d'ores et déjà été entrepris. D'autres ne manqueront pas de suivre dans un proche avenir.

2La réunion de la table ronde “Dougga : études épigraphiques” est née d'un de ces programmes ; son but est de constituer le corpus des inscriptions de Dougga, suivant le système informatique PETRAE ; Alain Bresson qui l'a conçu en expose ici le fonctionnement. Engagé depuis la fin de 1993, ce programme devrait être achevé à la fin de 1998. Commencée à l'automne 1994, la recension des textes sur le terrain a été achevée au printemps 1997, une mise à jour permanente étant nécessaire de même que de nombreuses vérifications qui doivent accompagner la saisie informatique ; celle-ci sera achevée pour l'essentiel à la fin de 1997. Chaque notice est assortie d'un commentaire et d'un dossier photographique comprenant au moins un cliché. On estime actuellement à environ 2 000 pierres inscrites le volume du corpus réuni, ce qui ne signifie nullement 2 000 documents : en effet, un grand problème dans une entreprise de ce genre est posé par les fragments innombrables, dont une proportion pour le moment encore indéterminable est formée de morceaux éclatés sur le site ou dans les réserves que l'on tentera de rapprocher pour constituer les textes les plus complets possible.

3L’entreprise regroupe des chercheurs tunisiens et français : en Tunisie, elle est dirigée et menée par l'Institut National du Patrimoine. Du côté français, par Ausonius, Institut de Recherches sur l'Antiquité et le Moyen Age (CNRS-UMR 5607). Au Ministère des Affaires étrangères, elle se trouve sous le double patronage de la Commission des Fouilles (D.G.R.C.S.T.) et du Comité Mixte Franco-Tunisien de Coopération Universitaire (C.M.C.U.) ; grâce à ces deux organismes, la bonne marche des travaux a pu être assurée et accompagnée des échanges nécessaires de chercheurs et de la formation de jeunes doctorants tunisiens et français. Enfin, le corpus sera complété par des recherches sur le territoire de Thugga : elles sont menées par Mariette de Vos, professeur à l’Université de Trente, qui a bien voulu apporter sa contribution à la réunion de Bordeaux.

4L'équipe de recherche a provoqué cette table ronde dans un double objectif : d'une part présenter et discuter, avant de les intégrer dans le corpus, des textes publics inédits de Dougga découverts depuis les années 1960. D'autre part, faire le point des recherches actuelles sur des thèmes généraux touchant directement l'épigraphie et l'histoire de Dougga afin d'enrichir et d'actualiser le commentaire du corpus. Ainsi, de nouvelles inscriptions ou des fragments complémentaires enrichissent le dossier du temple de la victoire de Caracalla, du nouveau temple de Minerve, des Templa Concordiae ou du sanctuaire du Dieu Soleil ; d'autres donnent un caractère exemplaire à l'histoire d'une famille de la ciuitas peu connue jusqu'ici, celle des Calpurnii. Pour l'histoire de Dougga sous l'Empire romain, cadre chronologique du corpus, deux bilans, sur les sources littéraires et l'épigraphie libyque et punique, mettent à nouveau en relief l'importance de la ville à l'époque préromaine, ce qui rend moins étonnant le volume des inscriptions latines ; un autre recense les monuments publics urbains connus par les inscriptions, près d'une quarantaine. Parmi les grands personnages qui ont marqué le paysage épigraphique de la ville, deux noms ont retenu l'attention, ceux de Plautien, illustré ici par deux textes insignes et, dans le cadre d'une étude du style de l'écriture sur pierre, celui de Passienus Rufus. Les interventions ont concerné les institutions, comme on pouvait s'y attendre par le contenu d'une grande partie des textes publics. Dans ce domaine elles ont porté sur les relations entre les trois entités politiques présentes à Dougga, la ciuitas, le pagus de citoyens romains et la métropole africaine, Carthage ; les commentaires ont porté sur deux époques qui ont marqué une évolution importante dans ces relations : le règne de Marc Aurèle qui aurait octroyé le droit latin à la ciuitas, mettant fin à une étroite sujétion par rapport à Carthage ; le règne de Septime Sévère, créateur du municipe libre de Thugga, doté par ce qualificatif de privilèges qu'il dût défendre tout au long du IIIe siècle.

5Aujourd'hui, les textes publics sont connus pour la plupart, mais nombre d'entre eux sont enrichis par la révision, l'apport de tel fragment complémentaire et le commentaire à la lumière des recherches récentes ; en revanche, de nombreuses inscriptions funéraires sont inédites et elle s'ajouteront à l'ensemble déjà recensé, revu pour l'occasion, pour constituer un trésor documentaire d'une grande richesse pour les études onomastiques, démographiques et sociales. Le corpus sera mis à la disposition de la communauté scientifique sous la forme d'un CR-ROM et de publications diverses qui sont à l'étude ; ce volume constitue la première et nous exprimons notre gratitude à Alain Bresson, responsable des publications d'Ausonius, et à Nathalie Tran, qui ont assuré sa réalisation.

Plan des ruines de Dougga
1 : Cirque.— 2 : Temple de Minerve.— 3 : Dolmens.— 4 : Citernes d'Aïn Mizeb.— 5 : Enceinte préromaine.— 6 : Temple de Saturne.— 7 : Temple de Neptune.— 8 : Temple anonyme.— 9 : Hypogée chrétien.— 10 : Basilique chrétienne.— 11 : Citernes d'Aïn el Hammam.— 12 : Arc de Sévère Alexandre.— 13 : Amphithéâtre ?— 14 : Théâtre.— 15 : Temple de Caelestis.— 16 : Enceinte byzantine.— 17 : Temple de Saturne ? Curie ?— 18 : Forum.— 19 : Capitole.— 20 : Temple de Mercure.— 21 : Place de la Rose des Vents.— 22 : Chapelle de la Piété Auguste.— 23 : Temple de la Fortune ?— 24 : Mosquée.— 25 : Marché.— 26 : Temple A.— 27 : Temple de la Victoire Germanique de Caracalla.— 28 : Dar el Acheb (ou Dar El Achheb ou Dar Lachhab).— 29 : Temple de Tellus. — 30 : Thermes liciniens.— 31 : Templa Concordine.— 32 : Auditorium.— 33 : Temple anonyme.— 34 : Temple de Minerve.— 35 : Nymphée.— 36 : Maison du Labyrinthe.— 37 : Maison du trifolium.— 38 : Thermes des Cyclopes.— 39 : Temple dit de Pluton.— 40 : Arc de Septime Sévère.— 41 : Citernes d'Aïn Doura.— 42 : Thermes d'Aïn Doura.— 43 : Latrines publiques.— 44 : Mausolée libyco-punique.— A : Maison des fouilles.

Índice de ilustraciones

Leyenda Plan des ruines de Dougga1 : Cirque.— 2 : Temple de Minerve.— 3 : Dolmens.— 4 : Citernes d'Aïn Mizeb.— 5 : Enceinte préromaine.— 6 : Temple de Saturne.— 7 : Temple de Neptune.— 8 : Temple anonyme.— 9 : Hypogée chrétien.— 10 : Basilique chrétienne.— 11 : Citernes d'Aïn el Hammam.— 12 : Arc de Sévère Alexandre.— 13 : Amphithéâtre ?— 14 : Théâtre.— 15 : Temple de Caelestis.— 16 : Enceinte byzantine.— 17 : Temple de Saturne ? Curie ?— 18 : Forum.— 19 : Capitole.— 20 : Temple de Mercure.— 21 : Place de la Rose des Vents.— 22 : Chapelle de la Piété Auguste.— 23 : Temple de la Fortune ?— 24 : Mosquée.— 25 : Marché.— 26 : Temple A.— 27 : Temple de la Victoire Germanique de Caracalla.— 28 : Dar el Acheb (ou Dar El Achheb ou Dar Lachhab).— 29 : Temple de Tellus. — 30 : Thermes liciniens.— 31 : Templa Concordine.— 32 : Auditorium.— 33 : Temple anonyme.— 34 : Temple de Minerve.— 35 : Nymphée.— 36 : Maison du Labyrinthe.— 37 : Maison du trifolium.— 38 : Thermes des Cyclopes.— 39 : Temple dit de Pluton.— 40 : Arc de Septime Sévère.— 41 : Citernes d'Aïn Doura.— 42 : Thermes d'Aïn Doura.— 43 : Latrines publiques.— 44 : Mausolée libyco-punique.— A : Maison des fouilles.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8730/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 219k

© Ausonius Éditions, 1997

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540