Versione classicaVersione mobile

Dougga (Thugga). Études épigraphiques

 | 
Mustapha Khanoussi
, 
Louis Maurin

Préface

Jean-Michel Roddaz

Testo integrale

1Lorsqu’en 1993, l’Institut National du Patrimoine tunisien et l’Institut ‘Ausonius’ décidèrent d’unir leurs efforts pour réaliser le corpus des inscriptions de Dougga, nous savions que nous nous engagions dans une longue aventure. Cette entreprise a franchi au printemps 1996 avec la tenue à Bordeaux de la table ronde “Dougga : études épigraphiques”, une étape décisive.

2La longue quête épigraphique engagée par les équipes bordelaises et tunisiennes sous la direction de Mustapha Khanoussi et de Louis Maurin devait nécessairement être ponctuée par une large réflexion sur les questions de toute nature posées par les textes ; l’épigraphie, est-il besoin de le rappeler, conduit inéluctablement à l’histoire et le travail minutieux de recension, de recomposition et d’analyse des inscriptions aurait pu paraître inachevé, si à un certain moment les chercheurs n’avaient pu confronter leurs réflexions avec celles de tous ceux qui se sont penchés sur le dossier de Thugga. L’idée de la table ronde est née de cette évidence et c’est tout le mérite des responsables du projet d’avoir pu réunir pendant deux journées à la Maison de l’Archéologie de Bordeaux, les meilleurs spécialistes intervenant sur les sujets les plus divers.

3Le lecteur pourra mesurer dans les pages qui suivent la richesse des contributions de nos amis tunisiens, italiens et français. Les organisateurs de la rencontre présentent dans l'introduction de la publication les objectifs et les principaux thèmes de la problématique historique ; il est donc inutile que je m’y arrête. Je me contenterai de souligner l’ampleur du travail accompli et de rendre hommage aux acteurs de cette collaboration exemplaire. Parmi ceux-ci, je mentionnerai aussi Azedine Beschaouch qui a bien voulu parrainer à mes côtés l’opération Dougga ; il a eu le mérite, malgré ses nombreuses occupations internationales, d’apporter sa pierre à l’entreprise et à la réflexion collective le poids de son expérience et de sa parfaite connaissance du terrain.

4L’occasion est, en effet, également favorable, dans une préface, pour remercier tous ceux qui nous ont aidés dans la réalisation de cette rencontre ou qui ont bien voulu l’honorer de leur présence, S. E. le Général Abdelhamid Escheikh, ambassadeur de Tunisie en France, M. Hassine Frioui, Consul Général de Tunisie à Toulouse, le président Hubert Coudanne, directeur du CMCU, sans lequel le projet Dougga aurait eu bien du mal à se développer. Le CNRS, le Ministère des Affaires Étrangères, le Conseil Régional d’Aquitaine et l’Université Michel de Montaigne représentée au cours de ces deux journées de travaux par sa présidente A.-M. Cocula et son vice-président J. Mondot, fidèle entre les fidèles des manifestations scientifiques d’Ausonius, ont contribué à la réussite de cette table ronde et nous permettent aujourd’hui d’en publier les Actes. Qu’ils soient tous vivement remerciés de leur indéfectible soutien.

5Je ne voudrais pas cependant clore cette brève présentation sans d’abord saluer celui qui fut pour nous un partenaire idéal, compréhensif et toujours disponible, le directeur général de l’INP, M. Abdelaziz Daoulatli ; j’espère que l’œuvre engagée sous ses auspices pourra se poursuivre dans les mêmes excellentes conditions. Et je voudrais enfin, à nouveau, rendre hommage aux deux responsables scientifiques de l’opération, Mustapha Khanoussi et Louis Maurin, pour l’œuvre qu’ils ont déjà accomplie. Grâce à eux, il est possible de présenter les actes de la table ronde dans l’année qui suit sa tenue ; dans la période 1998-1999 paraîtront plusieurs publications sous forme de livres ou de CD-Rom destinés à livrer à la communication scientifique l’ensemble d’un des corpus épigraphiques les plus importants du monde romain. Grâce à eux et à une collaboration scientifique exemplaire, l’entreprise Dougga aura atteint son objectif.

© Ausonius Éditions, 1997

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search