Version classiqueVersion mobile

Les voyages de Seyfried Rybisch, étudiant silésien

 | 
Jean Hiernard

Traduction commentée

Quatrième partie

Texte intégral

IV

Rome (3 septembre-mi-septembre 1554)

Rome (3 septembre-mi-septembre 1554)

Fig. 1 . Carte de Rome, sites visités par Rybisch.

SITES ET MONUMENTS DE ROME

1N.B. : afin de ne pas surcharger la carte, n’ont été figurées que les références aux sanctuaires chrétiens (grands cercles) ; les autres sites et monuments ne sont pas présents, sauf ceux de l’Antiquité (petits cercles sans numéros).

1.

obélisque du cirque de Néron

IV, n. 7

2.

Saint-Pierre du Vatican

11 ; 14

palais pontifical

39

4.

jardin du Belvedere

41-49

fontaine de Jules III (non ident.)

51

6.

demeure et jardin Cesi

52-59

château Saint-Ange

60-68

8.

Pons Ælius ou pont Saint-Ange

69

“place où se rassemblent les marchands”

73

10.

via Giulia

74 ; 125

11.

voie triomphale

12.

Saint-Esprit in Sassia

76

13.

pont triomphal ou pont Néronien

77 ; 123

14·

porta Septimiana

15·

palais et jardins du cardinal de Viseu

83-84

16.

demeure du cardinal de Guise

85

17·

jardin du cardinal Farnèse (future Farnesina)

86

18.

Sainte-Marie-du-Transtévère

87

19·

Saint-Chrysogone

89

20.

Saint-Cosme

91

21.

Saint-Pierre in Montorio

92-96 ; 103

22.

campus Judœorum

98

23·

(thermes de Sévère et Aurélien ?)

97 et après 98

24.

aqua Alsietina

101

25·

chantier naval

102

26.

pont Sainte-Marie (ou sénatorial)

104 ; 375

27.

pons Sublicius

105

28.

pont des Quatre Têtes ou Fabricius

106-107

29.

pons Cestius ou Saint-Barthélemy

108 ; 110

30.

Saint-Barthélemy

109 ; 117 ; 120

31.

Saint-Jean “Baptiste”

116

32.

image du serpent

119

33·

pont Sixtus

122

34·

Cancellaria

126

35·

(Casa Gallo)

127

36.

Campo dei Fiori

128 ; 399

37·

palais Orsini

130

38.

palais Farnèse

131-132

39·

(demeure de Francesco Fusconi)

133-134

40.

palais du cardinal Capodiferro

135-139

41·

Saint Laurent in Damaso

140-141

42.

(place Navone)

142

43·

église Sainte-Marie de Anima

143-146

44·

Pasquillo (Pasquino)

147

45·

Panthéon

148-159

46.

thermes d’Agrippa

160

47·

vestiges de temple (sous Santa Maria in Monterone ?)

161

48.

église Saint-Eustache

162

49·

thermes de Néron

163-164

50.

demeure du cardinal della Valle

165-166

51.

obélisques de la place Saint-Macou

169

52.

Sainte-Catherine

171

53·

Sainte-Lucie

172

54·

Sainte-Marie (sopra) Minerva

173-174

55.

Sainte Marie in via lata

175

56.

via lata

57.

colonne Trajane

178-180

58.

colonne d’“Antonin le Pieux”

185

59·

portique de onze colonnes (= temple de divus Hadrianus)

187

60.

Saint-Étienne in Trullo

187

61.

aqua Virgo

188

62.

palais et jardins des Bufali (del Bufalo)

189-192

63.

via Flaminia

64.

arc de Domitien (arco di Portegado)

196

65·

Saint-Laurent in Lucina

197

66.

obélisque du Champ de Mars

198 ; 201-202

67.

Saint-Roch

203

68.

mausolée dAuguste

205

69.

(jardin des Soderini)

206

70.

obélisques du mausolée dAuguste

207

71·

Porte du Peuple

209

72.

Sainte-Marie-du-Peuple

209-212 ; 641

73·

villa Giulia et jardins

213-215

74·

pont Milvius

216

75·

Sainte-Marie de l’Ara Cœli

225 ; 233 ; 235 ; 237-242

76.

obélisque de lAra Cœli

243

77·

statue équestre de Marc Aurèle

247-248

78.

palais des Conservateurs

224 ; 249-273

79·

Saint-Pierre in Carcere

277-278

80.

Marphorius (Marforio)

279

81.

Sainte-Martine

280

82.

Saint-Hadrien “in tribus fatis

281 ; 296

83.

forum Transitorium ou de Nerva

282-284

84.

arc de Septime Sévère

285-286

85.

portique du “temple de la Concorde”

287-288

86.

portique à trois colonnes (temple de divus Vespasianus)

291

87.

église Sainte-Marie-Libératrice

298

88.

colonne solitaire du forum

303 ; 313

89.

temple d’Antonin et Faustine

310

90.

Saints Côme et Damien

314 ; 315

91.

“temple de la Paix” (basilique de Maxence ou de Constantin)

317 ; 321 ; 322 ; 324-327

92.

Sainte-Marie-Nouvelle

328

93.

temple “du Soleil et de la Lune” (de Vénus et Rome)

329

94.

arc de Titus

323 ; 330 ; 332

95.

Colisée

333 ; 341

96.

Meta Sudans

342 ; 343

97.

arc de Constantin

344-346

98.

Septizonium

347-350

99.

Circus Maximus

351-353

100.

obélisque du circus Maximus

354

101.

Sainte-Anastasie

365

102.

Celia ornée de coquillages

366

103.

aqua Crabra

104.

École grecque

368

105.

Saint-Étienne (le Rond)

374

106.

Sainte-Marie-l’Égyptienne

376

107.

“demeure de Pilate”

378

108.

Logia

379

109.

Saint-André (sic) au Vélabre (San Giorgio in Velabro)

380

110.

arc des argentiers

381

111.

théâtre de Marcellus

384

112.

palais Savelli

385-386

113.

Saint-Nicolas in Carcere

389

114.

vestiges près de Saint-Nicolas in Carcere

389

115.

(piazza Montanara)

380

116.

(Pescheria)

397

117.

(Ghetto, piazza Giudea)

398

118.

ruines sur le Palatin

404

119.

Jardins Farnèse

405

120.

ruines immenses à Saint-André in Pallara (sic)

411

121.

vestiges du Palatin, du côté du cirque

413-414

122.

bibliothèque dAuguste (?)

415-417

123.

Sainte-Sabine

421 ; 423

124.

Saint-Alexius

424

125.

Sainte-Marie-de-l’Aventin

426

126.

Sainte-Prisque

430

127.

thermes de Dèce

431

128.

entrepôts romains (horrea)

434

129.

(Testaccio)

435

130.

Porte Saint-Paul

436 ; 438-440

131·

pyramide de Cestius

437

132.

Saint-Paul (fuori Le mura)

441 ; 443

133·

voie Ostiensis

442

134·

Trois-Sources

444

135·

Sainte-Balbine

445

136.

thermes de Caracalla

446

137·

Saint-Sixte

447 ; 467

138.

voie Appienne

448

139·

Porte Saint-Sébastien

449

140.

Saint-Sébastien (fuori le mura)

450 ; 461

141.

vestiges de tombeaux

452 ; 459

142.

Domine quo vadis ?

460

143.

cimetière de Calliste

462

144.

“demeures prétoriennes de Tibère” (= villa de Maxence)

463

145·

Cirque

464

146.

obélisque

465

147.

la “Tête de Bœuf” (tombeau de Cæcilia Metella)

466

148.

Sainte-Marie in Navicella

468-469

149·

“Temple rond de Faunus” (= Saint-Étienne)

470-471

150.

Aqua Claudia

472-473 ; 491-494 et 535

151·

Porte Latine

474

152.

voie Latine

476

153·

Saint-Jean l’Apôtre (Porta Latina)

477

154·

Saint-Thomas

479

155·

Saint-Grégoire

481

156.

Saints Jean et Paul

483

157·

Quatre (Saints) Couronnés

486

158.

Saint-Clément

490

159·

Saint-Sauveur [du Latran]

495

160.

Saint-Jean-de-Latran

496-505

161.

baptistère (Concha Constantini)

506

162.

Sancta Sanctorum

510-515

163.

Porte Saint-Jean

517

164.

via Campana (s.d. la via Appia Nuova)

519

165.

amphithéâtre “de Statilius Taurus” (a. Castrense)

520

166.

Sainte-Croix-de-Jérusalem

521-526

167.

temple “de Vénus et de Cupidon” (palais Sessorien)

527

168.

porte Majeure ou de Sainte-Croix (porta Prœnestina)

530

169.

via Labicana

533

170.

via Tiburtina” (recte via Prœnestina)

534

171.

“basilique de Caïus et Lucius” (“temple de Minerva Medica”)

536-537

172.

porte Saint-Laurent (Tiburtina)

539-541

173·

Aqua Marcia

542 ; 558

174.

Saint-Laurent (Juori Le mura)

544-547

175·

Saint-Eusèbe

548

176.

ruines (“thermes et palais de Gordien" ?) (s.d. inventées)

550-551

177.

Saint-Julien

555

178.

trophées de Marius (“Cimbres”)

556-557

179·

château d’eau (près de l’aqua Marcia), id.

558

180.

Saint-Mathieu in Merula

561

181.

Saint-Martin-aux-Monts

563

182.

Saint-Pierre in Vinculis

565 ; 570-5

183.

“thermes de Titus” (sans doute de Trajan)

566 ; 568 ;

184.

Septem Sallœ (Sette Sale)

567

185.

voie Tiburtina

186.

arc “de Gallien” ou Saint-Vit

573 ; 576

187.

Sainte-Praxède

574 ; 575

188.

Saint-Vit

577

189.

Saint-Antoine

579

190.

Sainte-Marie-Majeure

580-584

191.

place Exquilina : tombeaux

après 588

192.

thermes de Dioclétien

591 ; 594

193.

entre les thermes et le Quirinal : “palais de Dioclétien” ; celia à coquillagi ; peut-être id. ?

595

194·

Vivarium” (anc. Castra Prœtoria)

597

195·

Sainte-Pudentienne

598

196.

Saint-Laurent in Panisperna

600

197·

ruines (“thermes d’Olympias”) (non identifiables)

601

198.

Sainte-Agathe sub Viminali

602-603 ; 618

199.

via Nomentana

604

200.

porte de Sainte-Agnès (ou Viminale)

606

201.

Sainte-Agnès (Juori le mura)

607

202.

“temple de Bacchus” (Sainte Constance)

608-611

203.

Tour de la Milice

612

204.

“Demi Tour” (temple du Soleil ?) (temple d’Hercule et Dionysos)

613-614

205.

palais Colonna

615

206.

Saint-Apôtre (sic) (Santi Apostoli)

616-617

207.

thermes de Constantin

619

208.

“les chevaux” (place du Quirinal)

620-622

209.

jardin du cardinal de Ferrare

623

210.

jardin du cardinal de Carpi

624

211.

domus de Vespasien “la Pomme punique” ( ?)

625

212.

porta Salaria

627

213.

Sainte-Suzanne

628

214.

porta Pinciana

632

215.

Obélisque de la Lune

634

216.

édifice semi-circulaire (“temple du Soleil” ?)

639

217.

Trinité (des Monts)

640

  • 1 Les ouvrages traitant de la topographie de Rome et de ses monuments, tant antiques que modernes, é (...)

2Comme le site et l’étendue de la ville de Rome, tous les monuments ruinés de l’Antiquité – même ceux dont il ne reste aujourd’hui aucune trace – ainsi que les modifications apportées par notre époque aux églises chrétiennes, et tout le reste ont été consignés et rassemblés par différents auteurs tant antiques que modernes à l’intention du chercheur attentif aux antiquités1, j’ai renoncé à en faire une narration longue et scrupuleuse, et, uniquement pour mémoire, j’effleurerai chemin faisant le plus brièvement possible ce qu’une enquête attentive à travers Rome m’a permis de voir et de parcourir, mais avant tout ce que j’ai pu voir dans les demeures des citoyens et les palais des cardinaux et des évêques, car les écrivains contemporains n’en font que brièvement, ou jamais, mention. Le fait est que les monuments antiques les plus beaux, utilisés aujourd’hui à des usages privés un peu partout à l’intérieur des maisons, ont été soustraits à ceux qui s’intéressent à ces disciplines particulières. Mais je ne raconterai que les curiosités dignes d’être signalées et les plus nobles. De fait, si je devais énumérer les statues, épitaphes, inscriptions, plaques et objets antiques divers dont le nombre immense s’offre à la vue partout et à chaque pas dans la ville, les églises, les rues, les palais, les demeures tant publiques que privées, un livre entier n’y suffirait pas, et il me faudrait beaucoup de jours.

  • 2 La population de Rome se concentrait, d’après le recensement de 1526-1527, dans la boucle du Tibre (...)
  • 3 Après l’incursion des Sarrasins de 846, une longue muraille (44 tours, 3 portes) relia la citadell (...)
  • 4 Le nom Borgo Nuovo semble beaucoup plus récent : il désigna, en 1500 (année jubilaire), la via Ale (...)

3J’ai cru bon de commencer par la partie de la ville aujourd’hui la plus peuplée et habitée2, car ce lieu est celui où se trouvaient jadis le Champ de Mars et le mont Vatican, et j’enchaînerai en abordant brièvement les églises, aujourd’hui très fameuses, proches de la ville. C’est au mont Vatican, au-delà du Tibre, que se trouvent aujourd’hui la basilique SaintPierre et le palais des papes. On a appelé parfois cet endroit “la Ville Léonine”, parce que le pape Léon IV a été le premier à l’entourer d’une muraille3. Aujourd’hui, le peuple le nomme il Borgo Nuovo4.

  • 5 En fait, on a pris pour le cirque de Caius (Caligula) et de Néron les vestiges d’un grand édifice (...)
  • 6 Construite par Trajan (voir note précédente).
  • 7 C’est bien l’obélisque (anépigraphe ; h 25, 35 m) que Caligula fit transporter d’Égypte dans un gr (...)
  • 8 Plin., Nat, 16.201-202 ; 36.74 ; Flavio Biondo cite (I, 61) ce passage : “On n’a certainement rien (...)
  • 9 La mélecture de l’inscription a fait naître, chez les chroniqueurs romanisants, la croyance que la (...)

4Là où s’élève actuellement la fameuse église Saint-Pierre, se trouvaient jadis le cirque de Néron5 et la naumachie6. Il existe encore à l’arrière de l’église, un obélisque que Pline situe dans le cirque de Néron7. C’est le seul de tous ceux qui s’élevaient à Rome qui soit encore debout. Pline rappelle qu’il n’y avait sans conteste rien de plus étonnant à voir que le bateau qui a servi à transporter cet obélisque d’Alexandrie. Il lui fallut cent vingt mille boisseaux de lentilles en guise de lest et le diamètre de son mât aurait rempli les bras de quatre hommes cherchant à l’entourer. Ce navire a été coulé par le prince Claude lorsqu’il se proposa de créer un port aux bouches du Tibre. Là où il est le plus large, cet obélisque mesure neuf pieds8 ; il est surmonté à son sommet par un globe doré où se trouvent, pense le peuple, les cendres de César9. On l’appelle aujourd’hui Aguglia de saint Pierre, parce qu’il est proche de l’église Saint-Pierre. Il possède deux inscriptions :

  • 10 R. a abrégé la double inscription (de chaque côté de la base) qui doit être lue : Divo Cœsari divi (...)

DIVO Cœsari D(ivi) IVLIIF(ilio) AVGVSTO TI(berio) CAES(ari) D(ivi) AVG(usti) F(ilio) AVG(usto) SACRVM10.

  • 11 La basilique constantinienne était entourée, dans l’Antiquité tardive et au haut Moyen Âge, par de (...)
  • 12 Une ancienne tradition identifiait le mausolée de Sainte-Pétronille, près de Saint-Pierre, à un te (...)
  • 13 S. Petronilla in Vaticano : ancien mausolée (”rotonde”) impérial d’Honorius (395-423), ou des Anic (...)
  • 14 San Pietro in Vaticano : la reconstruction de la basilique a été entreprise sous Nicolas V (1452-1 (...)
  • 15 Q. Catulus fut le restaurateur du Capitole après l’incendie de 83 a.C. (la dédicace n’aura lieu qu (...)
  • 16 L’atrium constantinien, communément appelé paradisus (jardin) (De Blaauw 1994, 436-466, 525-528, 6 (...)
  • 17 La Navicella (ou Navícula) Petri : cette grande mosaïque de Giotto (1295), aujourd’hui détruite, a (...)

5La basilique Saint-Pierre, élevée depuis les fondations par l’empereur Constantin11 près du temple d’Apollon12, là où est située actuellement la chapelle Sainte-Pétronille13, est en train d’être dotée, au prix de travaux quotidiens, d’une architecture vraiment admirable et somptueuse. Le travail entrepris paraît si magnifique qu’il ne sera pas achevé avant plusieurs lustres, pour dire la vérité14. Le pape Honorius Ier a décoré la toiture de l’église de tuiles dorées, mais il les avait prises au Capitole, couvert par Quintus Catulus15. Dans le vestibule de Saint-Pierre qu’on appelle le paradisum16, apparaît la représentation en mosaïque d’un petit bateau en train de naviguer (on dit qu’il s’agit de l’œuvre d’un artiste connu, Giotto de Florence)17.

  • 18 L’empereur Otton II est décédé de la malaria à Rome, où il s’apprêtait à passer les fêtes de Noël, (...)
  • 19 Une énorme pomme de pin de bronze (la Pigna) se dressait dans l’atrium de l’ancien Saint-Pierre. E (...)
  • 20 Les paons (pavones) de bronze doré faisaient partie de la fontaine damaséenne située au centre du (...)
  • 21 Gabriele Condulmer, né à Venise vers 1383, pape sous le nom d’Eugène IV (1431-1447). Les portes en (...)
  • 22 Le décor consiste en de grands panneaux entourés d’un encadrement de rinceaux mêlant christianisme (...)

6Quand on entre par la gauche, on voit la cuve de porphyre où est enseveli l’empereur Otton II18. Au milieu de l’atrium se dresse une pomme de pin de bronze d’une taille étonnante19 et, au même endroit, des paons de bronze doré dont on voudrait qu’ils aient fait partie des ornements du tombeau de Scipion20 ; nous voyons l’image de ce tombeau ciselée sur les portes de l’église, qui ont été transformées par le pape Eugène IV, d’argent qu’elles étaient auparavant, en bronze21, et où il avait ordonné que l’on sculpte les nations des Arméniens, des Grecs, des Éthiopiens, des Jacobites et autres, qu’il avait lui-même réunies à l’Église de Rome22.

  • 23 La Porta Santa est la porte qu’on ouvre pour les seules Années saintes, l’une des cinq portes de l (...)
  • 24 Le rite a été inauguré par Alexandre Vf Borgia à l’occasion du jubilé de 1500. L’ouverture eut lie (...)

7À droite se trouve la Porte Sainte23 ouverte pour la première fois par Alexandre VI à l’occasion de l’année jubilaire 1500, la veille de Noël24.

  • 25 La Pietà de marbre de Michel-Ange (1498-1499), se trouvait (depuis 1550 au moins, aux dires de Vas (...)

8À gauche se trouve la petite chapelle où est une statue de sainte Marie, de la main du très fameux artiste Michel Ange25.

  • 26 Le Saint Suaire (Sudario ou vera icona, “Véronique”) : c’est la relique par excellence, imbibée de (...)
  • 27 La Sainte Lance (un des instruments de la Passion) était un présent du sultan Bajazet II, en 1492, (...)
  • 28 Statue assise et gisant de bronze d’innocent VIII, par Antonio del Pollaiolo (1498) [Kajanto 1982, (...)

9Dans l’église même, soutenue par d’admirables et très belles colonnes de marbre, on voit diverses reliques de saints et des monuments de papes avec leurs épitaphes, mais on dit qu’il y a là surtout le Saint-Suaire du Christ26, et le fer de la lance qui servit à lui percer le flanc, envoyé par le grand prince des Turcs à Innocent VIII27. S’y élève aussi une statue de bronze argenté de ce même pape avec la représentation de la lance28. Je ferai silence sur les autres reliques dont le nombre est infini.

  • 29 Une statue de bronze de saint Pierre assis était datée par la tradition de l’époque de Léon le Gra (...)
  • 30 Sixte IV est décédé le 12 août 1484 ; son monument funéraire date de 1484-1493 et est l’œuvre d’An (...)

10Deux statues de saint Pierre s’élèvent aussi, identiques d’aspect, dont l’une est dite avoir été autrefois la statue de Jupiter Capitolin29. Dans la celia des chanoines s’élève le monument de Sixte IV coulé dans le bronze avec un art admirable ; c’est le plus beau de tous ceux que notre époque a produits ; il est si superbement et habilement fait qu’il peut être comparé aux monuments de l’antiquité30.

  • 31 Cette “chapelle” était en réalité un oratoire constitué d’un autel surmonté d’un baldaquin de marb (...)
  • 32 Pie II (Æneas Silvius Piccolomini, pape de 1458 à 1464) est mort à Ancône le 15 août 1464. Son cor (...)
  • 33 Pie III (Francesco Todeschini Piccolomini, pape pendant quelques jours en 1503, décédé le 18 octob (...)

11Dans la chapelle Saint-André31, on voit les tombeaux du pape Pie II, qui s’appelait auparavant Æneas Silvius32, et de son neveu Pie III33.

  • 34 Voir supra, n. 13.
  • 35 Agnès (Ata), fille de Guillaume V le Grand, duc d’Aquitaine, et sœur de Guillaume VI le Gros, avai (...)
  • 36 Confusion de R. : il n’y a pas de chapelle Sainte-Monique à Saint-Pierre. Le corps de la sainte († (...)
  • 37 L’humaniste Maffeo Vegio (1406-1458), qui avait fait transférer les reliques de sainte Monique à R (...)

12Près de l’autel de Sainte-Pétronille34 a été inhumée Agnès, épouse de l’empereur Henri III, de la lignée des comtes de Poitou35. Dans la chapelle Sainte-Monique36 est enterré le poète Mapheus Phegius, qui l’a construite37. Mais qui pourra jamais dénombrer tout ce qui se voit dans l’église Saint-Pierre ?

  • 38 Le portique triple correspond aux Loges édifiées autour de la cour Saint-Damase par Léon X (1513-1 (...)
  • 39 Le palais du Vatican a été fondé par Symmaque (498-514), agrandi aux viiie-ixe siècles, reconstrui (...)
  • 40 La Chapelle Sixtine, édifiée par Sixte IV en 1473-1480, décorée par Michel Ange (la voûte date de  (...)

13Le palais du Vatican est proche de ce lieu et relié à lui par un portique à triple voûte38. On l’appelle palais pontifical, du nom des différents pontifes qui l’ont doté des très somptueux édifices que l’on voit39. Là se trouve la cella qu’on nomme “Chapelle du pape”, ornée des peintures de la main du très noble Michel Ange40.

  • 41 Le Belvedere a été bâti sous Innocent VIII, par Giacomo da Pietrasanta, sur le sommet septentriona (...)

14Un très long portique reliait ces édifices au fameux jardin si agréable, siège de tous les délices, qu’on nomme, pour l’agrément de l’endroit, le Belvedere41.

  • 42 Copie romaine en marbre (iie s.) d’une œuvre hellénistique trouvée sous Léon X, avec le Tibre (not (...)

15On y conserve un nombre infini d’œuvres de marbre tout à fait excellentes, trouvées en divers endroits de la ville, par exemple la représentation immense du Nil posé au-dessus d’une fontaine, entouré d’une multitude de grenouilles, de crocodiles et de beaucoup d’autres espèces animales qu’abrite ce fleuve42.

  • 43 Aujourd’hui au Louvre (depuis 1803). C’est le pendant du précédent groupe : il aurait été découver (...)
  • 44 Trouvé dans une terre du cardinal Julien de la Rovère, près de Grotta Ferrata. Copie romaine (iie (...)
  • 45 La Venus Felix de marbre (deuxième moitié du iie siècle ; peut-être Faustine II ?) ; installée en  (...)
  • 46 Probablement Vénus debout, copie romaine de l’Aphrodite de Cnide (Aldroandi 1562, 120 ; Haskell & (...)
  • 47 Copie romaine d’un original du ive siècle a.C. représentant Hercule accompagné de Télèphe (considé (...)
  • 48 L’Antinoüs du Belvédère, copie d’une œuvre de Praxitèle ( ?), mentionné pour la première fois en 1 (...)
  • 49 L’illustre Laocoon provient (1506) d’une vigne de l’Oppius (partie haute de l’Esquilin), à l’empla (...)

16Dans une autre fontaine, c’est le Tibre qui est représenté de même taille, accompagné des enfants qui ont fondé la ville, en train de téter la louve à la mamelle43 ; une statue d’Apollon qui tient un arc et des flèches44 ; une autre de Vénus regardant un tout petit Cupidon45 ; une seconde statue de Vénus46 ; un Hercule tenant un enfant dans ses bras ou, comme le voudraient certains, la statue de l’empereur Commode en tenue d’Hercule47 ; une statue de l’adolescent Antinoüs, favori d’une extrême beauté de l’empereur Hadrien, sculptée sur ordre d’Hadrien lui-même, retrouvée aux thermes de Trajan et déposée au Vatican par Léon X48 ; le fameux Laocoon, au nom si célèbre, et ses fils enserrés dans les anneaux des dragons en d’admirables postures – cette œuvre, tout entière en marbre massif et intact, a été réalisée en commun par de très grands artistes, Agésandre, Polydore et Artémidore de Rhodes. Pline rapporte qu’elle méritait d’être préférée à toutes les peintures et statues. On l’a découverte sur l’Esquilin, près des thermes de Titus ou dans son palais où Pline écrit qu’elle se trouvait de son temps49.

  • 50 “Cléopâtre” (ou Ariane endormie), marbre (Musées du Vatican) ; copie de l’époque d’Hadrien et Anto (...)
  • 51 Nous ignorons à quelle fontaine fait allusion notre voyageur. Elle était située in pratis Vaticani (...)

17Non loin de ce très agréable jardin on aperçoit une fontaine où est posée une très belle statue de Cléopâtre en train de mourir et perdant peu à peu ses forces50. Dans les champs du Vatican Jules III a construit une très belle fontaine offrant la représentation d’un rocher vivant et d’une pierre qui laisse tomber l’eau goutte à goutte51.

  • 52 La villa, les jardins et l’Antiquario Cesi étaient situés dans la partie collinaire des jardins de (...)
  • 53 La statue de marbre (h tot. 3, 10 m) dite de Roma Triumphans ou Victrix a été découverte avant 154 (...)
  • 54 Les “Numides” de marbre gris, appelés généralement Les deux rois barbares (ou Les Barbares, ou Les (...)
  • 55 Il s’agissait d’un groupe de Pan (capripède et ithyphallique) et Olympos (et non Phœbus) (auj. Mus (...)
  • 56 Statue dite d’Heliogabalus dans une niche au bout du parapet de la terrasse (disparue ?) (Aldroand (...)
  • 57 Probablement “Othon”, buste signalé par Aldroandi avant celui de “Poppée, sa femme” (Aldroandi 156 (...)
  • 58 Aldrovandi mentionne un terme de “Pompeius” (Hülsen 1917, 20, no 58) mais il s’agit beaucoup plus (...)
  • 59 Termes (ou hermès) : Aldrovandi évoque “XXII termini antichi” (Aldroandi 1562, 123 ; Hülsen 1917, (...)

18Non loin de Saint-Pierre se trouve la demeure du cardinal Cesi où l’on peut voir une immense quantité d’Antiques variées, mais surtout des épitaphes et des urnes diverses52 : dans les jardins d’une beauté et d’un art remarquables, une statue de Rome triomphante d’une taille colossale53 est flanquée de chaque côté de compagnons de marbre noir qui ressemblent par la forme et le vêtement à des Numides, des rois pense-t-on54 ; un satyre en outre en train de rivaliser avec Phébus à la lyre, d’un marbre très blanc et d’une admirable beauté55 ; une statue de l’empereur Héliogabale56 ; une tête d’Auguste57 et (une) de Pompeia (sic)58 et un grand nombre de termes antiques59 et autres antiquités.

  • 60 Le mausolée d’Hadrien (nom moderne ; on l’appelait le Château Saint-Ange), édifié dans les anciens (...)
  • 61 Ces inscriptions ont disparu ; douze d’entre elles ont été identifiées, dans l’ordre suivant : CIL (...)

19Quand on s’avance de là vers le pont sur le Tibre, on rencontre le môle d’Hadrien, celui que l’empereur Hadrien éleva pour en faire son tombeau60, comme l’indiquent aujourd’hui inscriptions et épitaphes, et les lettres gravées dans le marbre à cet endroit61.

  • 62 Selon une légende, lors d’une procession organisée par Grégoire le Grand pendant la peste de 590, (...)

20On l’appelle aussi le château Saint-Ange parce qu’à son sommet a été vu un jour un ange remettant son glaive sanglant au fourreau, en souvenir de quoi un ange en bronze s’élève à cet endroit62.

  • 63 Procope de Césarée (Procop. Goth., 1.22) : πεποίηται γάρ ἐκ λίθου Παρίου... πλευραί τε αὐτοῦ τέσσα (...)
  • 64 En fait le Château a été surtout bâti par Boniface VIII [Palladio (HH), 73-75 et 228 (n. 349) ; vo (...)
  • 65 Alexandre VI l’a entouré de bastions et de fossés, vers 1492 (ibid.).
  • 66 Paul III y a aménagé la loggia du nord et l’a fait décorer de fresques, vers 1540 (ibid.).
  • 67 Procope (Procop., Goth., loc. cit.) : αγάλματα τε άνω έκ λίθου εἰσὶ τοῦ αὐτοῦ ἀνδρῶν τε καὶ ίππων (...)
  • 68 Lors du siège de 537-538 par les Goths de Vitigès, l’ensemble du décor figuré fut détruit. Procope (...)

21Procope écrit que la première enceinte extérieure de cet édifice avait été construite et achevée avec soin et art en forme de carré et en marbre de Paros. Dans son enclos médian, raconte-t-il, il y avait un édifice rond et très élevé, si vaste qu’une pierre envoyée d’un côté ne pouvait parvenir du côté opposé63 : c’est cet aspect qui subsiste de nos jours. Les papes l’ont maintenant réduit à l’aspect d’une forteresse64. Alexandre VI surtout l’a rendu presque imprenable grâce à des fossés, des remparts, des machines de guerre de bronze et une solide garnison65 ; Paul III a transformé l’intérieur en habitation et l’a décoré de manière admirable66 ; on prétend que d’immenses statues de chevaux étaient disposées tout autour, parmi les vestiges de ce môle, ainsi que des statues d’hommes et de chars réalisées avec un art admirable67. Toutes, tant intactes que brisées, ont été jetées sur l’ennemi lors de la guerre des Goths, quand Bélisaire avait occupé l’endroit et l’avait transformé en place forte68.

  • 69 Le pons Ælius (ou Hadriani) a été construit en 134, restauré en 1451 (pont Saint-Ange), embelli en (...)
  • 70 Il commença le 1er janvier 1450, sous le pontificat de Nicolas V.
  • 71 Le 19 décembre 1450, une foule considérable était venue vénérer à Saint-Pierre la Veronica et rece (...)
  • 72 Nicolas V, en mémoire de la catastrophe de 1450, fit élever sur la place San Celso deux petites ch (...)
  • 73 LaPiazza diPonte Sant’Angelo [fig. 1, no 9].
  • 74 Tracée par Jules II au début du xvie siècle, large de 8 mètres et longue d’un kilomètre, c’est une (...)

22Il y a là, par-dessus le Tibre, un pont que le peuple nomme le pont Saint-Ange ; on l’appelait autrefois pons Ælius du nom d’Ælius Hadrien qui le construisit en même temps que le môle69. Nicolas V l’a rendu plus pratique. En effet, lors de l’année jubilaire 1450, une grande foule étant venue voir le suaire70 et effectuer ses dévotions ; une mule s’était placée en travers du pont, et personne, à cause de la mêlée qui avait suivi, n’avait pu s’en aller, ni ceux qui arrivaient, ni ceux qui partaient : la plupart des gens y furent écrasés par la cohue humaine ou par les sabots des chevaux ; beaucoup périrent dans les flots après être tombés dans le fleuve par les côtés du pont71. C’est la raison pour laquelle on a élevé les deux chapelles en marbre de forme ronde qui se trouvent à l’entrée du pont72. Aujourd’hui il n’y a presque aucun endroit de la ville qui soit davantage fréquenté, parce qu’il donne accès direct au palais pontifical et à la place où les marchands se rassemblent habituellement73, qui est aussi proche que possible de l’autre côté du pont, ainsi qu’à la via Giulia74.

  • 75 C’était une voie commémorant une victoire sur les Étrusques. Elle venait de Sienne et Florence et (...)
  • 76 L’Hôpital de San Spirito in Sassia (des Saxons) date de 794, et doit son nom à la nation saxonne d (...)
  • 77 Le pont Néronien (c. 60) ad Sassiam, où passait la via Triumphalis. Ruiné au ve siècle ; ses vesti (...)

23Près du Tibre, sur la voie triomphale75, on peut voir le très bel hôpital du Saint-Esprit in Sassia, ainsi nommé à cause des peuples saxons qui habitèrent un jour en ces lieux76. Près de là existent encore dans le Tibre les vestiges du pont triomphal par où passaient jadis les pompes triomphales77.

  • 78 Selon Tite-Live (Liv. 1.33.6), Ancus Martius aurait inclus le Janicule dans la cité et l’aurait fo (...)
  • 79 Selon la tradition, Janus aurait fondé le Janicule en face de Saturnia, sur le Capitole, fondée pa (...)
  • 80 Le concept d’Urbs Ravennatum présent dans l’historiographie médiévale semble se rapporter à l’inst (...)
  • 81 L’insalubrité du Trastevere était déjà soulignée par Frontín (Frontín., Aq. 88) et le quartier fut (...)

24Avant de gagner le reste de la ville, je parcourrai les lieux qui se trouvent encore de l’autre côté du Tibre. Il reste donc le mont Janicule : cette partie de la ville a été entourée pour la première fois d’un rempart propre par Ancus Martius78, et a été appelée région trans-tibérine parce qu’elle était située de l’autre côté du Tibre ; et on a nommé la colline Janicule, soit parce que Janus l’avait habitée, soit parce qu’il y aurait été enterré79. On l’appelle aussi la cité des Ravennates parce qu’Auguste y avait installé un cantonnement de Ravennates80. Mais comme cette région est exposée au sud, elle a été décriée pour son atmosphère insalubre et pour cette raison fut moins habitée par les nobles81. Il se trouve donc qu’elle est moins riche en objets antiques de qualité.

  • 82 Porta Settimiana : on ignore son nom antique. Porte de l’enceinte d’Aurélien, sur l’act. via della (...)

25Aujourd’hui, elle est certes célèbre pour le secteur situé près du Tibre et de la porte Septim(i)ana82 ; le reste n’a que des lieux plantés d’arbres et des jardins.

  • 83 Miguel da Silva (1480-1556), né à Évora, évêque de Viseu en 1526, cardinal en 1539, était donc por (...)
  • 84 La basilique Santa Maria in Trastevere était, à partir du 29 novembre 1553, son titre cardinalice (...)
  • 85 Charles Ier de Guise (1524-1574), créé cardinal le 27 juillet 1547, était titulaire de Sainte-Céci (...)
  • 86 Ce jardin occupe l’emplacement d’une vigne acquise par le jeune Alexandre Farnèse (futur pape Paul (...)

26Il y a sur les bords du Tibre le très beau palais du cardinal espagnol de Viseu83 : ses jardins possèdent quantités de délices fort agréables et ont été ornés à grands frais et suivant un agencement admirable d’une foule d’arbres variés, de forêts d’orangers, d’une profusion de belles fontaines ; ils sont agrémentés d’oiseaux enfermés dans des cages grillagées84. On voit aussi dans cette partie de la ville la demeure fort élégante du cardinal de Guise85 et le jardin du cardinal Farnèse, de toute beauté, où l’on peut contempler divers monuments antiques et surtout un cercueil de marbre sculpté avec un art admirable86.

  • 87 Santa Maria in Trastevere : église édifiée vers 340, à un endroit où aurait jailli une source d’hu (...)
  • 88 Une source d’huile, jaillie vers 38 a.C., fut plus tard interprétée par les chrétiens comme l’anno (...)

27À l’endroit où se trouvait jadis le temple des Ravennates s’élève aujourd’hui la belle église Sainte-Marie Transtibérine87. À l’époque d’Auguste une fontaine d’huile jaillissant toute la journée y épanchait son flux perpétuel et copieux jusqu’au Tibre88.

  • 89 San Crisogono : église bâtie sur l’ancien titre de Chrysogone, un martyr d’Aquilée, au ive ou ve s (...)

28Près de là est située l’église Saint-Chrysogone Martyr89 où est inhumé le très savant Jérôme Aléandre avec l’épitaphe suivante :

  • 90 Jérôme Aléandre (1479-1542), cardinal en 1538 ; grand érudit, ami d’Érasme, recteur à 33 ans de l’ (...)

Hieronimo Aleandro Mottensi e Comitib(us) Landri in Carnia Petrœ Pilosœ in Istria oriundo Cardi(nali) Brundusino Phil(osophiœ) et Theol(ogiœ) Doctori, Hebraice, Grœcæ et Latine aliquotque aliarum linguarum exoticarum ita exacte docto, ut eas recte et apte loq(ue)retur ac scriberet, mox diuersis legationib(us) pro summis pont(ificibus) ad o(mn)es fere Christianos principesfideliter et diligenter perfuncto, et ideo in tabem delapso, quanti humanam miseriam fecerit, sequente disticho de se edito, testatum posteris reliq(ui)t :
Κάτvανον οϋχ ἄεχων (sic ; B : α’ιχών ότι παοσόμαι), εν (sic ; B : ών) ἄπιμαρτυς / Πολλῶν ῶν περ’ἵδεῖν ἄλγιον τῶ (sic) vανατοῦ
Anno Christi m.d.xlii . Ætatis suœ lxii minus diebus xiii90.

  • 91 San Cosimato (ou Santi Cosma e Damiano in Mica Aurea) est une église et couvent de bénédictins du (...)
  • 92 San Pietro in Montorio : sur l’emplacement de la crucifixion de saint Pierre, église du ixe siècle (...)
  • 93 Le toponyme Aureus mons vient de la marne jaune composant la colline, dite aussi mica aurea (Liber (...)
  • 94 Sixte IV a confié le monastère en 1472 à la congrégation franciscaine des Amadeidi.

29Le couvent Saint-Cosme abrite jusqu’à cent moniales, pour la plupart nées de familles nobles91. Sur la colline se trouve le sanctuaire Saint-Pierre de Montorium92 : on l’appelle in Monte Aureo (car on a ensuite traduit Monte Aureo en Montorium) d’après le sable de couleur dorée93 qui était extrait, croit-on, principalement pour servir aux scribes de l’endroit, où sont des moines franciscains94.

  • 95 Il n’y avait, à notre connaissance, qu’un tableau de Raphaël à San Pietro : la Transfiguration, au (...)
  • 96 La chapelle del Monte à San Pietro in Montorio est due à Giorgio Vasari, et a été sculptée par Bar (...)

30Il y a dans ce sanctuaire de très belles et fort habiles peintures et tableaux de Raphaël d’Urbino95. Le pape Jules III y a établi un monument de marbre très somptueux pour son père et son grand-père (sic)96.

  • 97 En des lieux non précisés du Trastevere, il y aurait eu, connus seulement par VHistoire Auguste, d (...)
  • 98 Sans doute à l’emplacement du plus ancien quartier juif de Rome, situé entre Sainte-Cécile et Sain (...)

31Jadis les thermes des empereurs Sévère et Aurélien97, à ce que pensent certains, se trouvaient à l’endroit où est le campus Judœorum98 et où l’on voit des vestiges d’édifices antiques.

  • 99 Les jardins de César, du Ier s. a.C., ont été légués au peuple de Rome en 44 (Papi 1996).
  • 100 Il s’agit de la naumachie d’Auguste, construite en 2 a.C., alimentée par Vaqua Alsietina (la nauma (...)
  • 101 Vaqua Alsietina (appelée primitivement aqua Augusta), construite en 2 a.C., alimentait la naumachi (...)
  • 102 Il s’agit du port et du chantier naval de Ripa Grande (ou Ripa Romea) (Delumeau 1957, pl. III-VI ; (...)

32Non loin de là s’étendaient les jardins de César99 et la naumachie100 dans laquelle il fit déboucher Vaqua Alsietina et où l’on voit encore une partie de l’aqueduc101. Il y a là encore aujourd’hui un chantier naval et c’est l’endroit où les bateaux du Tibre ont leur mouillage102.

  • 103 Pierre a été crucifié à l’endroit où l’on a élevé San Pietro in Montorio : cf. supra, n. 92. La ch (...)

33On raconte que saint Pierre l’apôtre a été crucifié sur le Mons Aureus, la dernière année du règne de Néron, les pieds tournés vers le haut. Une très élégante chapelle circulaire y a été élevée103. De cet endroit on peut contempler à souhait et fort commodément le site et l’étendue de presque toute la ville et de ses édifices.

  • 104 Il devait le nom de pont Sainte-Marie à une image de la Vierge qui se trouvait dans une petite cha (...)
  • 105 Le pont Sublicius fut le premier pont de Rome. Il remonte à l’époque étrusque et a été maintes foi (...)

34Puis vient le Tibre ; mais avant de le traverser, il faut que je parle des ponts, au nombre de cinq aujourd’hui, et de l’île elle-même qui est située au milieu du lit du fleuve : le pont Sainte-Marie qui s’est appelé “sénatorial”104 ; et avant lui le pont Sublicius dont on voit encore les vestiges sur la rive du Tibre105.

  • 106 Le ponte dei Quattro Capí est l’ancien pont Fabricius, construit par L. Fabricius, curator viarum (...)

35Enfin se présente l’île qui est reliée à la ville et au Janicule par deux ponts ; celui qui rejoint la ville se nomme actuellement le pont des Quatre Têtes, à cause des figures à quatre têtes ou “quadrifrontales” qui se trouvent encore à son entrée et qui sont en marbre. On pense qu’il s’agissait de portraits de Janus. Les Anciens l’appelaient Fabricius parce que Fabricius avait été affecté à sa construction106, ce qui ressort de l’inscription qui se lit encore sur une arche du pont :

  • 107 Relevé à peu près correct. CIL, VI, 1305 = D. 5892 ; “Fabricius, curateur des voies, a assuré la c (...)

L(ucius). F’AB’RICIVS. C(aii). F(ilius). CVR(ator). VIAR(um). FACIVNDVM. CVRAVIT. IDEMQ(ue). PROBAVIT. Q(uintus). LEPIDVS. M(anii). F(ilius). LOLLIVS. M(arci). F(ilius). CO(n)SS(ules). (ex) S(enatus). C(onsulto). PROBAVERVNT107.

  • 108 Le pont Cestius (ou Saint-Barthélemy), construit probablement en 44 ou 43 a.C., restauré en 152 p. (...)
  • 109 San Bartolomeo all’Isola a été bâti (998-1000) sur les ruines d’un temple d’Esculape.
  • 110 Inscription de 370 aux noms de Valentinien Ier, Valens et Gratien non relevée par R. à cause de sa (...)

36L’autre pont qui rejoint le Janicule se nomme le pont Cestius108, mais maintenant on l’appelle le pont Saint-Barthélemy à cause de l’église Saint-Barthélemy voisine109 ; il a été une fois restauré par les empereurs Valentinien et Valens, puis par Gratien, comme on le lit sur l’inscription qui se trouve à droite et à gauche et que je n’ai pas voulu relever parce qu’elle était trop longue110.

  • 111 C’est le nom le plus commun au Moyen Âge : insula Lycaonia. Il n’est pas pleinement expliqué (Besn (...)
  • 112 L’île accueillait les étrangers en quarantaine et a conservé sa vocation médicale jusqu’à nos jour (...)
  • 113 Ce serait Jupiter Jurarius (Degrassi 1996 ; Di Manzano 1999).
  • 114 Consacré en 299 a.C., reconstruit c. 60 a.C. et au iie siècle.
  • 115 Consacré en 196 a.C. Il n’en subsiste aucun vestige, malgré les dires de R. : infra, n. 121.
  • 116 Probablement San Giovanni Calibita (ou nell’Isola), là où se trouve l’hôpital des Fatebene-Fratell (...)
  • 117 Voir notes 109, 112 et 114 [fig. 1, no 30].
  • 118 Revenant sur une trirème, avec la délégation romaine qui s’était rendue à Épidaure dans son temple (...)
  • 119 La proue de travertin (et non de “marbre de Thasos”), dont un élément subsiste sur la pointe orien (...)
  • 120 L’église date du xe siècle. Otton III y a déposé les reliques de saint Barthélemy. La cuve “de por (...)
  • 121 Voir supra, n. 115 : il n’est pas du tout sûr que R. ait vu des vestiges.
  • 122 Le ponte Sisto est l’ancien pons Janiculensis, nommé aussi pons Aurelius ou Antonini, car il fut p (...)
  • 123 Pont Saint-Ange : supra, n. 69 ; pont triomphal : supra, n. 77 [fig. 1, no 13].
  • 124 Sur ces contrastes : supra, n. 2. Le cœur historique des collines (les Monti) est resté presque dé (...)

37Avant d’aller plus loin, je vais devoir décrire l’île elle-même qui s’est appelée jadis l’île de Jupiter Lycaonus111 et fut finalement aussi consacrée à Esculape112 On dit qu’elle contenait trois temples illustres de Jupiter113 d’Esculape114 et de Faunus115 On affirme que celui de Jupiter se trouvait là où s’élève maintenant le sanctuaire de Saint-Jean Baptiste116 celui d’Esculape là où se trouve l’église Saint-Barthélemy117 ; l’image de ce dieu était un serpent qui fut apporté d’Épidaure sur les conseils des Livres Sybillins118 En souvenir du navire qui apporta le serpent, on a fabriqué un navire en marbre de Thasos : il porte sur un côté la représentation du serpent que l’on voit aujourd’hui encore dans les jardins de Saint-Barthélemy119 Dans l’église on peut voir quatre colonnes d’ophite et une très belle cuve de porphyre120 Il ne subsiste que de maigres vestiges du temple de Faunus, car le fleuve a tout corrodé121 Après l’île vient le pont Sixtus que l’on appelait jadis Janiculensis du nom du Janicule. Le pape Sixte IV y instaura un culte que nous avons vu122 Entre ce pont et le pont Saint-Ange se trouvait le pont triomphal. On a évoqué ces deux ponts-là plus haut123 Après avoir traversé toute la région trans-tibérine, je dois décrire la partie de la ville qui se trouve en deçà du Tibre, mais avant d’aborder les sept collines de la ville – ce sont les divisions adoptées par les auteurs – je dois parler de la très vaste plaine qui se situe entre Quirinal, Tibre et Capitole, et qui contient le Champ de Mars, des cirques et des places publiques ; cette partie de la ville est vraiment aujourd’hui très populeuse et habitée, alors que les collines qui restent sont surtout remplies de mines et d’arbustes124.

  • 125 La via Giulia, percée sur ordre du pape Jules II. Voir supra, n. 74 [fig. 1, no 10].
  • 126 Le palazzo della Cancellaria, bâti entre 1483 et 1513 par Andrea Bregno et Bramante, pour le cardi (...)
  • 127 La statue de Bacchus (h 190 cm) est la célèbre œuvre de jeunesse de Michel Ange, sculptée vers 149 (...)

38Je prendrai pour point de départ le pont Saint-Ange ; quand on part de là en ligne droite, on trouve une très belle rue ornée de diverses demeures et palais125, puis, avant d’arriver au Campo dei Fiori, surgit un palais tout à fait somptueux fait de pierres carrées et appelé la Cancellaria126. À proximité se trouve une maison privée dans la cour de laquelle on peut voir une très belle statue de Bacchus avec un Satyre127.

  • 128 Devrait son nom aux prés fleuris qui recouvraient la place avant les travaux du xve siècle ; lieu (...)
  • 129 Construit en 55 a.C., restauré en 32 a.C., incendié en 21 p.C., puis de nouveau en 247 et restauré (...)
  • 130 La Curie de Pompée était, au Ier siècle a.C., la salle de réunion du Sénat (César y fut assassiné) (...)
  • 131 Le palais fut commencé par le cardinal Alessandro Famese (futur Paul III) en 1517 (A. Sangallo le (...)

39À l’endroit où s’étend aujourd’hui le Campo dei Fiori128 se trouvait le très beau théâtre de Pompée129, et sa curie était située devant le théâtre, là où se trouve l’actuel palais de la famille Orsini130. Non loin de là s’élève le palais Farnèse que fit construire le pape Paul III avec un faste et une magnificence admirables, mais il ne l’a pas encore achevé131.

  • 132 Le Palais Farnèse a été vidé de ses prestigieuses collections au xviiie siècle (elles sont parties (...)

40On voit dans cette demeure une immense quantité d’antiquités variées, mais surtout de très belles statues de Mercure, Vénus, Jupiter et de nombreuses têtes et portraits d’anciens Romains, ainsi qu’une statue de bronze de Paul III, d’un goût et d’un art admirables132.

  • 133 Francesco Fusconi, originaire de Norcia († 1553), médecin des papes Hadrien VI, Paul III et Jules (...)
  • 134 C’est l’une des plus célèbres statues de l’époque. Copie romaine (époque antonine) de marbre blanc (...)
  • 135 Le cardinal Girolamo Capodiferro (1501-1559), ami de Jules III, possédait l’actuel palazzo Spada a (...)
  • 136 Cette statue colossale de marbre (h 3 m) a été trouvée en 1553 au vicolo dei Lentari, près du théâ (...)
  • 137 Sans doute disparue.
  • 138 Cette statue – couramment nommée à la Renaissance “le paysan aiguisant sa faux” ou “le rémouleur” (...)
  • 139 La façade du palazzo Spada-Capodiferro est ornée de statues des grands hommes de l’histoire romain (...)

41En face de ces demeures se trouve l’habitation privée d’un médecin133 où l’on peut voir différents monuments antiques : elle contient entre autres une statue de marbre d’Adonis, plus grand que la taille humaine, tenant dans la main droite un arc et des flèches, dans la gauche une tête de sanglier ; elle est d’une telle habileté et d’une telle beauté que son art admirable provoque assurément chez tous ceux qui la voient de la stupeur. Parmi tant de milliers de statues, on affirme qu’il ne peut s’en trouver de plus belle à Rome ; on dit qu’on aurait refusé la somme de 9000 aurei à son propos134. À un jet de pierre à peine de là se trouve le palais du cardinal de Cape Ferro135 : il a des dimensions modestes mais il est d’une admirable beauté et rempli de tous les agréments. Ce cardinal possède des monuments antiques tout à fait élégants, et surtout une statue de marbre colossale de l’empereur Auguste136, une Vénus sculptée par une main insigne137 et la statue d’un paysan nu aiguisant sa faux dans la courbure de son corps138 – bref, une statue de la plus grande habileté ; il a aussi des bustes et portraits de marbre de presque tous les empereurs et des plus célèbres Romains139.

  • 140 Basilique San Lorenzo in Damaso, ancien titre de saint Damase Ier (vers 380), restaurée aux viiie (...)

42Non loin du Campo dei Fiori s’élève l’église Saint-Laurent in Damaso140, où est enterré le très savant Pierre Marsus, avec l’épitaphe suivante :

  • 141 Pietro Marso († 1511) : disciple de Pomponio Leto et d’Argyropoulos, grand philologue et humaniste (...)

Quæ sola eloquii superabat gloria et illam perdidimus, tecum vixit et interiit141.

  • 142 À l’emplacement du stade de Domitien (92-96), a été aménagée la piazza Navona en 1477-1485. Le mon (...)

43Entre le Campo dei Fiori et le Panthéon, vers l’est, désormais presque au centre de la ville, se trouve la très belle configuration d’un cirque pour les jeux, qu’on appelle vulgairement la Piazza del Agone142 : c’est aujourd’hui le plus beau de tous, bien qu’il n’en subsiste rien d’autre que la forme.

  • 143 Santa Maria dell’Anima : un premier oratoire (de la nation germanique) avec hospice est attesté ve (...)
  • 144 Monument funéraire du pape Hadrien VI (f 14 septembre 1523), par Baldassare Peruzzi, réalisé entre (...)
  • 145 Willem van Enckenvoirt (1464-1534), cardinal, évêque de Tortosa et d’Utrecht, protégé d’Hadrien VI (...)

44Près de ce cirque se trouve l’église Sainte-Marie de Anima construite depuis les fondations par la nation germanique143 ; elle contient le tombeau d’Hadrien VI, remarquable par son marbre et son architecture144, réalisé par les soins de Guillaume Enckenvoirt, cardinal de Tortosa, dont la tombe, qui ne manque pas d’élégance, y est aussi visible145. Dans la même église a également été inhumé Valerius Cordus avec l’épitaphe suivante :

Valerio Corda Simesusio Hesso, Euricii (medici et pœtœ) filio, moribus, ingenio, comitate, præstantissimorum Doctorum omnium admirationem merito qui naturce obscuritatem et herbarum vires, adolescens senibus explicavit cum expleri cupiditate cognoscendi non posset, perlustrata Germania, Italiam adiit, Venetiis in honore habitus et Romam vix ingressus, subito morbo inter amicorum lacrymas non recuperabili studiorum iactura, florente cevo extinguitur. Anno œtat. xxix. m.d.xl.iiii. vii Cal. Oct.

  • 146 Valerius Cordus (de son vrai nom Eberwein) (Simmershausen, dans la Hesse 1515-Rome 1544) : médecin (...)

Ingenio superest Cordus, mens ipsa recepta est
Cœlo, quod terras est, maxima Roma tenet146.

  • 147 Pasquino (ou Pasquillo) (piazza del Pasquino, non loin de la place Navone, devant le palais Brasch (...)

45Non loin de là se dresse la silhouette d’une statue mutilée appelée Pasquillo, sur laquelle quiconque le souhaite a le droit à certains moments d’attacher impunément ces fameux libelles, pamphlets et sarcasmes dirigés contre n’importe qui, serait-ce même le pape147.

  • 148 Le Panthéon, construit en 25 a.C., incendié en 80, restauré, de nouveau incendié en 110, totalemen (...)
  • 149 R. – qui suit Marliani 1534, p. 239 – renvoie ici à une mauvaise leçon de Plin., Nat., 36.102 (24) (...)

46Puis on rencontre le Panthéon, qui se trouve au début du Champ de Mars, au nord, et regarde le Capitole vers le sud ; nous le voyons aujourd’hui presque intact avec son portique, toutefois il est privé de ses anciens ornements et statues ; on le nomme aujourd’hui à cause de sa forme Santa Maria della Rotonda148 ; comme l’écrit Pline et l’indique l’inscription, Agrippa l’a dédié à Jupiter Ultor et l’a nommé Panthéon, car après Jupiter il l’a voué aussi à tous les dieux, comme l’indique son nom149.

  • 150 CIL, VI, 896 = D. 129 : le premier texte date de 25 a.C. (Calabi Limentani 1991, 265, no 65a).

47Il porte en frontispice l’inscription suivante : M(arcus). AGRIPPA. L(ucii). F(ilius). CO(n) S(ul). TERTIVM. FECIT150.

  • 151 Deuxième texte (mêmes réf. que supra) de 202 ; R. omet Aug et lmp XI dans la titulature (Calabi Li (...)

48Au-dessous et en lettres plus petites sont indiqués les noms de ceux qui l’ont restauré : Imp(erator). Cœs(ar). L(ucius). Septim(i)us Severus Pius Pertinax (Aug. oublié) Arabicus, Adiabenicus Parthicus, Max(imus). Pont(ifex). Max(imus). trib(unicia). pot(estate). XI (recte : X et il manque imp XI). Co(n)s(ul). III. P(ater). P(atriœ). Proco(n)s(ul). et Imp(erator). Cœs(ar). M(arcus). Aurelius Antoninus Pius fœlix Aug(ustus). trib(unicia). pot(estate). V. Co(n)s(sul). Proco(n)s(ul). Pantheum vetustate corruptum cum omni cultu restituerunt151.

  • 152 Le portique (ou pronaos) comporte huit colonnes de façade, et deux fois quatre colonnes latérales, (...)
  • 153 Leon Battista Alberti écrit (1485) : “dans le portique d’Agrippa, il reste à ce jour des fermes co (...)
  • 154 Ces portes de bois recouvertes de bronze sont en effet d’origine, mais elles ont été souvent resta (...)
  • 155 Dans les niches du pronaos, de chaque côté de l’entrée de la celia, se dressaient des statues, auj (...)

49Le portique réalisé était soutenu par seize admirables colonnes, mais il n’y en a plus que treize, car le feu en a consumé deux et il en manque une152. Les poutres de ce portique sont en bronze et dorées153 et le temple a encore ses portes d’un très beau bronze, les mêmes que dans l’antiquité154. Sur les côtés de la porte on voit encore des logettes où étaient posées des statues colossales d’Auguste et d’Agrippa155.

  • 156 À l’origine, le sol du pronaos était situé à 1, 32 m au-dessus du niveau de l’avant-cour (De Fine (...)
  • 157 Le toit du Panthéon est couvert de plaques de plomb, au moins depuis le viiie siècle (735 : Grégoi (...)
  • 158 Erreur de R. : c’est Constant II (fils de Constantin III) qui, en juillet 663, à l’issue de la der (...)
  • 159 Voir note précédente.

50Au centre, le temple est pourvu d’une ouverture qui sert à recevoir la lumière du jour. Le pavement est fait de marbres variés, avec de nombreux trous pour recueillir l’eau de pluie. La hauteur de ce temple mesure 143 pieds et sa largeur aussi. On y descend par plusieurs marches alors que jadis on y accédait en montant sept marches : il faut penser que l’explication du phénomène tient aux immenses ruines des édifices qui ont surélevé le terrain156. La toiture du temple est recouverte de lames de plomb157, alors qu’il était couvert d’argent (sic) dans l’antiquité, mais Constantin III (sic), lorsqu’il vint à Rome, les a enlevées ainsi que tous les antiques ornements pour en décorer Byzance, mais tout a été pillé par les Barbares et transporté en Égypte158. Les auteurs écrivent que ce Constantin-là, pendant les sept jours qu’il a passés à Rome, a fait davantage de dommages (il n’a rien laissé qu’il n’ait emporté) que les Barbares ont pu faire de saccage en 250 ans159.

  • 160 Ces thermes ont été bâtis de 25 à 19 a.C., puis restaurés sous Domitien, Hadrien, Sévère Alexandre (...)
  • 161 Ce temple se serait trouvé sous l’actuelle église Santa Maria in Monterone (?), à l’ouest des ther (...)
  • 162 Sant’Eustachio in Platana : église du début du viiie siècle, restaurée en 991, 1196 et au xve sièc (...)
  • 163 Les thermes de Néron datent de 62-64 et ont été restaurés par Sévère Alexandre. Ils s’étendaient d (...)
  • 164 Mart. (7.34.4-5) : Quid Nerone peius ? Quid Thermis melius Neronianis ?

51Après le Panthéon, dans la partie tournée vers le Capitole, s’élèvent encore quelques vestiges des thermes d’Agrippa qui furent fort magnifiques et eurent entre autres ornements des pavements de verre160. Il y avait également là le temple de Bonus Eventus dont des restes subsistent encore : il était très honoré des Anciens161. Derrière l’église Saint-Eustache162, il reste quelques voûtes des thermes de Néron qui étaient très belles163, au témoignage de Martial164.

  • 165 Palazzo Valle-Capranica, conçu et aménagé à partir de c. 1526, à la demande du cardinal Andrea del (...)
  • 166 Le jardin archéologique a été souvent reproduit par les artistes : gravure de Jérôme Cock vraisemb (...)
  • 167 Andrea Fulvio a consacré des pages, en 1543, à la collection numismatique d’Andrea Della Valle (Op (...)
  • 168 Piazza San Macuto, du nom de l’église Saint-Macou, connue dès le xiie siècle.
  • 169 À l’époque de R., deux obélisques intacts avaient été découverts sur le site de l’Iseum Campense :(...)
  • 170 Le cirque Flaminius date de 221 a.C., mais a été progressivement ruiné à partir du ve siècle.
  • 171 Santa Caterina dei Funari : église et monastère connus peu avant 1000 sous le vocable Santa Maria (...)
  • 172 Santa Lucia de Calcarario (via delle Botteghe Oscure ; auj. Santa Lucia dei Ginnasi), église attes (...)

52Non loin de là est la demeure du cardinal de Valle165 chez qui l’on peut voir une immense quantité d’antiques, bien qu’après sa mort la partie la plus noble et la plus importante en ait été vendue et dispersée166. On dit qu’aucun Romain de ses contemporains ne le surpassa vraiment, surtout dans l’étude des monnaies167. Sur la place Saint-Macou168 se trouvent un petit obélisque et beaucoup de fragments d’obélisques169. À la base du Capitole se trouvait le cirque Flaminius170, là où se dressent actuellement le sanctuaire de Sainte-Catherine171 et l’église Sainte-Lucie172.

  • 173 Santa Maria sopra Minerva : église du viiie siècle (couvent annexe au xiiie siècle), reconstruite (...)

53Quand on revient au Panthéon et qu’on en repart, se présente le sanctuaire de SainteMarie Minerva, qui fut autrefois un temple de Minerve173.

  • 174 Speculator est le surnom de Guillaume Durand, originaire du diocèse de Béziers (v. 1230-1296), can (...)
  • 175 Santa Maria in via Lata : basilique ( ?) du viiie siècle, agrandie au xie siècle (monastère annexe (...)
  • 176 Les Sœpta Julia étaient l’enclos où votaient les comices. Entrepris par César et achevés par Agrip (...)
  • 177 Le dernier des fora impériaux, dû à Apollodore de Damas. À partir du vie siècle, on y pratique la (...)

54Speculator y est enterré174. Là où se trouve Sainte-Marie in Via Lata passait jadis la via lata175 qui allait du Capitole aux Sœpta176. Dans la partie méridionale de cette rue, entre le Capitole et le Quirinal, se trouvait le forum de Trajan177, là où se dresse aujourd’hui la très belle et fameuse colonne réalisée avec un art admirable et sculptée des scènes de la guerre dace et des actes mémorables de ce prince. Sur la base de cette colonne figure une précision selon laquelle, pour égaliser la plaine en cet endroit, on a transporté assez de terre pour en ériger une colline passablement élevée. Le texte dit ceci :

  • 178 L’illustre colonne célébrant les campagnes daciques de Trajan (Lehmann-Hartleben 1926). La dédicac (...)

Senatus Populusq(ue) Romanus Imp(eratori) Cœs(ari) divi Nervœ. F(ilio). Nervœ Traiano Aug(usto). Germ(anico). Dacico. Po(n)t(ifici). Maximo trib(unicia). pot(estate) XVII..... Imp(eratori). VI. Co(n)s(uli). VI. P(atri). P(atriœ). ad declarandum qua(n)tæ altitudinis mons et locus tantis op(er)ibus sit egestus178.

  • 179 Ces données sont probablement extraites (avec deux erreurs de copie) de Marliani (Marliani 1534, 1 (...)
  • 180 En réalité, les cendres de Trajan, recueillies dans une urne d’or, avaient été déposées dans une c (...)
  • 181 R. se trompe d’auteur : Dion Cassius (D.C. 68.29) ne parle que de l’arc de triomphe. C’est Aulu Ge (...)

55Cette colonne est en spirale à l’intérieur, et mesure 128 pieds de hauteur ; 173 marches conduisent à son sommet et elle possède 44 petites fenêtres179. À sa pointe se trouvaient les ossements de ce prince, mais aujourd’hui on ne voit plus ni les restes, ni même l’endroit, j’ai tout examiné moi-même avec soin180. Ce forum était aussi pourvu, selon Dion, d’un très beau portique et de colonnes d’une telle taille qu’elles frappaient d’étonnement ceux qui les regardaient181 ; il était orné d’un nombre infini de statues des hommes les plus célèbres et partout de statues de chevaux dorés.

56Il me faut encore, entre autres choses, dire ceci à propos d’un nom d’homme : à cet endroit se trouvait la statue du poète Claudien dont l’inscription existe encore à Rome :

  • 182 Le poète Claudien a vécu entre c. 370 et c. 404. Le Moyen Âge fit de lui un chrétien et le crut or (...)

CL(audii) CLAVDIANI. V(iri)C(larissimi)
Claudio Claudiano V(iro). C(larissimo). tribuno et notario inter cœteras ingentes (sic pro : decentes) artes prœgloriosis(simo) pœtar(um) licet ad memoriam sempiternam Carmina ab eodem scripta sufficiant : attamen testimonii gratia ob iudicii suifidem DD(omini). NN(ostri). Arcadius et Honorius fœliciss(imi) ac doctiss(imi) Imp(er)atores, Senatu petente statuam in foro Divi Traiani erigi collocariq(ue) iusserunt182.

  • 183 Amm. Marc. 16.10.15-16.
  • 184 “Mais quand il [Constance II] arriva au Forum de Trajan (...), il demeura confondu : il portait so (...)

57Marcellin rapporte183 que, lorsque Constant, fils de Constantin (sic), vint à Rome, il s’étonna de l’excellence et de la taille des immenses réalisations du forum, et que, stupéfait par sa nouveauté et tout à l’espoir de pouvoir en faire autant, il dit qu’en fin de compte il voulait imiter le cheval de Domitien (sic) qui se dressait au milieu du portique ; quant à la raison pour laquelle c’était pour lui l’œuvre la plus remarquable de toutes, il répondit : “À un tel cheval il faut une écurie qui convienne à la dignité de cette monture”184.

  • 185 En réalité, il s’agit de la colonne de Marc Aurèle (a. 193), sur la piazza Colonna. On privilégia (...)
  • 186 La même confusion faisait croire qu’il existait probablement un temple d’Antonin à proximité de la (...)
  • 187 Le temple de divus Hadrianus ou Hadrianeum (piazza di Pietra), commencé en 139 ( ?) et dédié en 14 (...)

58Dans la partie nord de la via lata, sur le Champ de Mars, s’élève une autre colonne en spirale, celle de l’empereur Antonin le Pieux (sic). Haute de 175 pieds, elle possède 56 fenêtres mais on a peine à compter ses marches car elles sont ruinées par l’âge. Les hauts faits de ce prince y sont sculptés. Elle est maintenant à demi consumée par le feu. À sa pointe il y avait une statue, comme le montrent ses monnaies185. On a élevé un temple à proximité en l’honneur de cet excellent prince186, et non loin de là, près de l’église St.-Étienne in Trullo, se trouve un antique portique dont on ne distingue ni le début ni la fin, mais dont les onze immenses colonnes de marbre sont disposées de telle sorte qu’elles prouvent que ce portique était carré. On pense qu’il était l’œuvre d’Antonin le Pieux187.

  • 188 La collis Hortulorum (ou Hortorum) correspond au Pincio. Laqua Virgo, élevée en 19 a.C. par Agripp (...)
  • 189 Le Palais des Bufali (ou palazzo del Bufalo, via del Tritone et via del Bufalo) comportait l’un de (...)
  • 190 Situé au-dessus de la Fontaine de Trevi et incorporant des parties de la vigna Colocci, il se glor (...)

59Quand on poursuit sa route, on voit, au pied du Quirinal et de la colline des (Petits) Jardins Vaqua Virgo, un des si nombreux aqueducs amenant jadis l’eau à Rome à avoir résisté au temps188. Non loin de lui se trouve le palais de la famille des Bufali189 dont les jardins contiennent une fontaine très plaisante, imitant la nature à un point tel que tout le monde prend cette construction pour un rocher véritable et une grotte naturelle à en juger par l’abondance des eaux qui en surgissent190.

  • 191 Ces statues, célèbres à l’époque, semblent aujourd’hui perdues. Sur le Cerbère : Hülsen 1917, 109, (...)
  • 192 Le lion : Hülsen 1917, 109, no 119 ; cf. aussi Aldroandi 1562, 287, (Cerbère et “tigre de marbre”)
  • 193 La naumachia Cæsaris du Champ de Mars fut réalisée en 46 a.C. à l’occasion du quadruple triomphe d (...)
  • 194 Mons Citatorius sur le plan de Bufalini (carton 14) : actuel Montecitorio. Doit son nom au fait qu (...)
  • 195 C’est l’ancienne porta Flaminia, percée dans le Mur d’Aurélien, nommée porta Sancti Valentini à pa (...)
  • 196 Le nom courant est arco di Portogallo (ainsi appelé, non pas à cause de la proximité de l’ambassad (...)
  • 197 San Lorenzo in Lucina : église située sur l’ancien titre de Lucine, mentionnée dès 366, restaurée (...)
  • 198 Le temple se trouvait dans un lucus, sur le Cispius (Esquilin), à un emplacement mal connu, dès 34 (...)

60On voit également dans le même endroit quelques monuments antiques, un Cerbère de marbre191, un lion192 et diverses statues. À partir de là et en allant vers le nord, on trouve les Sœpta, non loin de là la naumachie193 ; près des Sœpta en direction de la colline de l’Acitorium194, sur la voie Flaminia qui se dirige vers la porte du Peuple195, se trouve l’arc de Domitien que le peuple appelle Tripolis bien qu’il ne possède aucune inscription ; mais on y voit figuré son portrait véritable et presque vivant, comme on le découvre sur ses monnaies. Au-dessous se trouve la représentation du pillage d’une ville, et à proximité la Victoire et Pallas en train de se complimenter (sic)196. Vraiment pas très loin de là, à l’emplacement actuel de l’église Saint-Laurent in Lucina197 était jadis le temple de Junon Lucina198.

  • 199 Obélisque de granit rouge (h 21, 79 m) apporté à Rome par Auguste en 10 a.C., avec l’obélisque du (...)
  • 200 Plin., Nat., 36.72-73 : Ei qui est in Campo divus Augustus addidit mirabilem usum ad deprendendas (...)

61À un jet de pierre se trouve le très bel obélisque de 110 pieds qu’Auguste avait placé au Champ de Mars. Il est brisé. Pline précise qu’il contenait inscrite l’explication de la philosophie des Égyptiens ; on peut y voir encore des lettres hiéroglyphiques199. Le même auteur dit en outre qu’Auguste avait confié en outre à cet obélisque l’admirable fonction de saisir l’ombre du soleil et il avait fait dépendre la durée des jours et des nuits de la taille de l’obélisque sur le dallage200.

  • 201 Le texte de Pline (loc. cit.) est corrompu et on a le choix entre deux versions principales : 1) D (...)

62Le mathématicien Manilius201 a ajouté à sa pointe un globe doré et ce sommet servait à concentrer l’ombre. On lit aujourd’hui sur un côté :

  • 202 CIL, VI, 702 : [imp] CÆSAR. DIVI. [f]IL | AVGVSTVS | PONTIFEX. MAXIMVS | IMP. XII. COS. XI. TRIB. (...)

CÆSAR DIVI. I. F. (sic) Augustus Pontifex Maximus Imp(erator) XII. Co(n)s(ul). XI. trib(unicia) pot(estate) XVI. (sic pro : XIV) Ægypto in potestatem populi Ro(mani) redact(a). Solí donum dedit202.

  • 203 San Rocco, près du port de Ripetta : église construite par Alexandre VI (1499) pour la Confraterni (...)
  • 204 Augusta ou Austa est le nom médiéval du mausolée d’Auguste, transformé aux xiie et XIIIe siècles e (...)

63En allant dans la direction de la porte du Peuple, à gauche non loin de l’église SaintRoch203 – cet endroit s’appelle aujourd’hui l’Augusta204 – Auguste avait construit un admirable mausolée. Ce n’était rien d’autre que le tombeau où il voulait que tous les empereurs et leurs parents fussent enterrés, mais il l’appela ainsi parce qu’il était aussi superbe et magnifique que le Mausolée destiné au roi Mausole de Carie par son épouse Artémise.

  • 205 Élevé en 28 a.C. par Octavien pour lui-même et tous les membres de la gens julio-claudienne. Les e (...)
  • 206 Les Soderini (en particulier Mgr. Francesco Soderini) y ont installé un magnifique jardin à l’ital (...)

64Il était fait de pierre blanche, avait douze portes opposées alternativement les unes aux autres ; au sommet, qui s’élevait, pense-t-on, à 250 coudées, se trouvait une statue de bronze d’Auguste en personne205. Les tombeaux eux-mêmes ne s’élevaient pas tout à fait hors de terre. À l’arrière, il y avait de très belles promenades et des bosquets très doux et verdoyants. Seul se dresse actuellement un mur circulaire en mosaïque de briques, au milieu de la demeure d’un particulier qui se sert des alentours du mausolée comme d’un jardin206.

  • 207 Les deux obélisques anépigraphes de granit d’Assouan (h c. 12, 60 m) s’élevaient devant la façade (...)
  • 208 Le Champ de Mars n’a plus été “hors les murs” lorsque fut édifiée l’enceinte d’Aurélien. C’est, au (...)
  • 209 Santa Maria del Popoto : l’église date de 1099 ; agrandie en 1227 ; reconstruite avec un couvent ( (...)
  • 210 Ascanio Maria Sforza Visconti (1455-1505) : sixième fils de Francesco I Alessandro Sforza, duc de (...)
  • 211 Girolamo Basso della Rovere, né à Savone († 1507), fils d’une sœur de Sixte IV, cardinal-évêque de (...)
  • 212 Andrea Contucci, dit il Sansovino (c. 1460-1529), illustre sculpteur toscan (Huntley 1935).

65Deux obélisques identiques s’élevaient près du mausolée, l’un et l’autre mesurant 42 pieds et demi de longueur ; l’un d’eux est visible, brisé, dans la rue qui va de cet endroit au Tibre, l’autre gît couvert de terre et de décombres derrière Saint-Roch207. Puis on trouve la porte du Peuple par où l’on sort du Champ de Mars. Bien que ce Champ ait été autrefois hors les murs, la ville s’est tellement agrandie et transformée qu’il est à présent inclus dans ses murs et qu’il semble très peuplé et rempli d’habitations208. Cette porte est dite du Peuple à cause du très beau sanctuaire de Sainte-Marie du Peuple209 où l’on peut contempler les deux fort somptueux tombeaux de marbre des cardinaux Ascanio Maria Sforza210 et Guillaume de Savone211, exécutés avec un art admirable par le sculpteur André Sansovino212.

  • 213 Autrement nommée la Vigna di Papa Giulio, la Villa Giulia a été construite par Jules III, hors la (...)

66En sortant par la porte du Peuple sur la voie Flaminia, à mille pas de la ville, on trouve la Villa Giulia, qui porte le nom du pape Jules III et est appelée vulgairement la Vinea del Papa. Jules III avait acheté à cet endroit plusieurs vignes et prés et y installa de fort vastes jardins pleins de délices incroyables, de très plaisantes forêts d’orangers et de cédratiers, des plantations de platanes, des prés agrémentés par la douceur de très délicates fontaines et de fort beaux monuments ; il disposa en différents endroits de très beaux pavillons d’été, fort propices au repos des gens fatigués par de longues promenades. La villa mesure quelques milliers de pas de circonférence. En somme, je penserais volontiers que rien, en fait de délices et de volupté, ne peut se trouver sur toute la terre qui ne soit contenu en cet endroit213.

  • 214 R. se trouve à Rome en septembre 1554. La construction de la Villa, commencée avant le 23 mai 1551 (...)

67Il y construisit également un très somptueux palais dont le portique a reçu d’antiques statues, celle, très élégante, de Cicéron faisant un discours, celles de Scipion l’Africain, de Brutus et d’autres, fort nombreuses. Mais que dire de la très belle fontaine que l’on voit dressée sur la place, dont personne, parmi ceux qui la contemplent, ne saurait assez apprécier le prix, la beauté, l’art et l’élégance ? La villa possède un portique, des allées, des retraites estivales soutenues par de très précieuses colonnes de marbre et dont le sol est entièrement couvert de marbres de différentes qualités avec un art admirable et des couleurs naturelles ; elle contient une immense quantité de statues antiques disposées un peu partout dans un but décoratif ; on voit des enfants de marbre, admirables par l’antiquité et l’art, qui versent de l’eau de leurs urnes dans de fort belles vasques de marbre où l’on aperçoit quantité de poissons variés214.

  • 215 La “nymphe endormie” (thème fréquent des nymphées de la Renaissance) n’est pas documentée par aill (...)

68Parmi les statues antiques, on peut voir la représentation, étonnante d’ancienneté et de goût, d’une très délicate nymphe endormie avec nonchalance au bord d’une onde murmurante et une très belle statue de Mercure, d’autres de Cléopâtre, de Vénus, de la Pudeur aux mains voilées (car c’est ainsi que la représentaient les Anciens)215. Mais pourquoi insister ? Si je devais raconter ici tout ce qui est digne d’être vu, ni ma plume, ni mon temps n’y suffiraient, c’est certain.

  • 216 Le pont Milvius, appelé Ponte Molle depuis le Moyen Âge, a été construit en pierre par le censeur (...)

69À mille pas et plus de là, avant de franchir le Tibre, on trouve le pont Milvius ; aujourd’hui on l’appelle de façon exécrable la moles ; il est très ancien, il a été édifié par Marcus Scaurus au temps de Sylla216.

  • 217 Supra, η. 124. La campagne occupe les deux tiers du territoire enclos par le mur d’Aurélien. Pour (...)

70Mais revenons à présent à la ville dont nous avons déjà parcouru les endroits actuellement les plus habités et populeux ; ce sont eux qu’on appelle de nos jours l’Urbs proprement dite, quoique les sept collines qui restent, jadis très peuplées, soient encore incluses dans les murs. De nos jours elles ont été transformées en pâtures à moutons et à bovins, particulièrement la colline du Palatin, toute pleine de ruines et couverte de vignes et de buissons217.

  • 218 Les Sette Colli énumérées sont bien les collines canoniques. Sur le milis Hortulorum : infra, n. 6 (...)

71Les sept collines sont donc les suivantes : le Capitole, l’Aventin, le Cælius, l’Esquilin, le Viminal, le Palatin et le Quirinal, auxquelles s’ajoutent une autre colline, celle des Petits Jardins, et le Cæliolus, le Janicule et le Vatican218. Nous avons déjà traité de ces deux dernières.

  • 219 Voir infra, n. 529.
  • 220 Ce nom vient de celui de la Vestale Tarpeia qui aurait ouvert la porte de la citadelle aux envahis (...)
  • 221 Cette expression est sans doute à rapprocher de Marliani (Capitolium deorum domicilium ea nempe de (...)

72Partons donc du Capitole car c’est pour ainsi dire la colline la plus insigne, et parce qu’elle domine la ville populeuse. Mais je ne traiterai pas des autres collines aussi clairement et sobrement, car il est difficile de pouvoir les appréhender de façon bien distincte (soit à cause des bâtiments qui s’élèvent dans les vallées, soit parce des ruines nous en empêchent)219. Le Capitole est aussi appelé mont Tarpéien220 et, au témoignage de Cicéron, fut consacré aux cérémonies religieuses221. Et de fait il y avait là d’innombrables temples des dieux et des ornements variés, mais la colline, aujourd’hui dépouillée de tout cela, paraît être revenue à son état premier et à la primitive solitude où elle était plongée avant la fondation de la ville.

  • 222 Cassiod., Var., 7.6.1 : Trajani forum vel sub assiduitate videre miraculum est : Capitolia celsa c (...)
  • 223 Le temple de Jupiter Capitolin a brûlé, en particulier, lors du grand incendie de 80, puis de nouv (...)

73Cassiodore raconte que c’était une bien grande merveille que de contempler le forum de Trajan, mais que le Capitole dépassait de beaucoup tous les chefs-d’œuvre de ce monde222. Il a été fréquemment consumé par les incendies et souvent restauré. Il fut refait une fois pour toutes par Domitien, et coûta soixante dix sept fois 100 000 aurei223.

  • 224 À l’emplacement de l’ancienne maison des Bannerets ; construit par Nicolas V (1447-1452).
  • 225 Pour l’église Santa Maria de Ara Celi, voir infra, n. 235. La citadelle est l’Arx, l’endroit le mi (...)
  • 226 Ce temple n’est pas localisé avec sûreté. Il était proche de celui de Jupiter Optimus Maximus (Gro (...)
  • 227 Selon Plutarque, Fortuna Primigenia semble avoir possédé un temple sur le Capitole, sans doute sur (...)
  • 228 L’cedes Saturai se trouvait en réalité sur le Forum (on y conservait le trésor et les archives de (...)
  • 229 La piazza Montanara – infra, n. 390 – se trouvait près du théâtre de Marcellus (elle correspondait(...)
  • 230 San Salvatore de Maximinis : le nom de cette église, tiré de celui d’une famille romaine, a été tr (...)
  • 231 D’innombrables statues s’élevaient sur l’area Capitolina (Plin., Nat., 34.10 et 78-79) (Kardos 200 (...)
  • 232 Le récit de l’exauguratio du Capitolium par Tarquín l’Ancien (ou Tarquín le Superbe, selon Tite-Li (...)

74Il est doté de deux sommets : sur celui où s’élève aujourd’hui le palais des Conservateurs224, se trouvait le Capitolium ; et à l’emplacement de l’église d’Ara Cœli était la citadelle du Capitole225. Le Capitolium était couvert de nombreux temples, le temple de Jupiter Tonnant où sont châtiés aujourd’hui les criminels226 ; ceux de la Fortune227, de Saturne où se trouvait l’ancien œrarium228. En marge du Capitolium, dans la partie qui fait face au Forum Montanarium, se trouvait le célébrissime temple de Jupiter Optimus Maximus229 ; à cet emplacement a été bâtie l’église Saint-Sauveur in Maximis230. Il y avait là de très belles et très habiles statues, à ce qu’écrit Pline231. Comme Tarquín avait décidé d’y construire un temple de Jupiter après qu’on aurait enlevé beaucoup de fana, il demanda aux dieux propriétaires des anciens temples, par l’observation du vol des oiseaux, s’ils ne pensaient pas qu’ils devaient s’effacer devant Jupiter en transférant leurs fana ailleurs. On raconte que les prises d’augures de tous les sacella y consentirent, mais que les oiseaux s’y refusèrent dans le fanum de Terminus. Pour cette raison, on décida de faire des sacrifices, et l’on fut averti par les augures que la conjonction de Terminus et de Jupiter avait pour signification l’éternité de l’empire. Le temple de Terminus possédait dans sa partie supérieure une ouverture pour qu’on puisse librement voir le ciel : il était néfaste, pensait-on, de dissimuler le dieu Terminus ; il fallait au contraire l’exalter. On ajoute que ni dans le sanctuaire de Mars, ni dans celui de Juventas non plus, les oiseaux ne donnèrent leur accord au temple de Jupiter ; comme Terminus, par sa solidité, personnifiait la stabilité de l’empire, eux auraient de fait symbolisé, l’un l’éternité florissante et vigoureuse qui se rit de la vieillesse décadente, l’autre la vaillance dans la conduite des guerres232.

  • 233 Santa Maria inAracœli : église antérieure au vie siècle, dotée d’un monastère annexe peut-être dès (...)
  • 234 Le plus ancien temple de Rome, dû à Romulus, selon la légende (Coarelli 1996b). Biondo est le prem (...)
  • 235 En remerciement pour avoir été épargnée par la peste de 1346, Rome a construit en 1348 cet immense (...)
  • 236 Les marches de marbre proviendraient de ruines antiques. La provenance mentionnée ici est extraite (...)

75Sur l’autre sommet du mont, on a édifié la très belle église d’Ara Cœli avec son monastère233 sur les fondations du temple de Jupiter Feretrius (qui était le plus ancien de Rome, construit par Romulus)234. On y accède par 128 marches235 constituées d’ornements de marbre de l’ancien temple de Quirinus236, au mont Quirinal ; on voit devant l’entrée de ce temple (de Jupiter Feretrius) l’épitaphe de Flavio Biondo, le très célèbre historien, avec ces mots :

  • 237 Flavio Biondo (1392-1463) fut l’un des fondateurs de l’historiographie de la Renaissance, auteur d (...)

Blondo Flavio Forliviensi,
historico celebri, multor(um) Pont(ificum). Romanor(um) secretariofideliss(imo) Blondi q(ui) nq(ue)filii, patri bene mere(n)ti, unanimes posuere. Vixit an(n)os. LXXV (sic pro : LXXI) Obiit. pr(idie). non(as). Iunii. Anno Salutis Chri(sti)anœ m.cccc.lxiii Pio P(ontifice). M(aximo). sibi natisq(ue) [var. : studiisq(ue) : cf. Forcella I, 141, no 519] fave(n)te237.

  • 238 AB : Burcaballa ; cf. Fendt 1574, pl. 31. Membre d’une famille connue aux xive et xve siècles, éta (...)
  • 239 L’astronome Ludovico Grato Margani († 1531, à l’âge de vingt ans). Son tombeau (1532-1536) est l’œ (...)
  • 240 L’épitaphe du médecin Serafino Oductius, de Stroncone (prov. Terni) († 1538) a été assez souvent r (...)

76Dans la même église reposent le poète Jean Buccaballa238, le mathématicien Louis Gratus Margonius (sic pro : Marganius)239, le philosophe Séraphin Oductius240.

77Il y a là également le tombeau de Nicolas Barthélemy de Valla, avec l’épitaphe suivante :

  • 241 Nicolò della Valle (1444-1473) : fils de Lelio, un patricien romain, et de Brígida de’Cenci Rustic (...)

Nicolao de Valle. leg. d.basilicæ.
Principis Apostolor(um) canonico. Lœlius in memoria(m) dulciss(imi) filii posuit. Flic in uita sua nulli maledixit, sine uoluntate pare(n)tis nihilfecit, magno et excellenti claruit ingenio, Iliadem Homeri et Hesiodum heroico carmine in latinum uertit. Obiit primo iuuentutis flore. max(ima) omnium mœstia [B : mœstitia] m.cccc.lxxiii. VI.Cal : Octobr.241

  • 242 Cette inscription (CIL, VI, 8765) serait à l’origine de la légende de l’Ara Cœli, l’église étant c (...)

78Cette église possède beaucoup de colonnes très anciennes, sur l’une desquelles on lit : a. cvbicvlo. Augustor(um)242.

  • 243 Obélisque en granit rouge d’Assouan de Ramsès II (h conservée : 2, 68 m), originaire d’Héliopolis, (...)

79À la sortie de l’église il y a un obélisque, petit mais insigne par l’âge, avec les symboles hiéroglyphiques égyptiens de l’empereur243.

  • 244 Le temple de Jupiter Custos, construit par Domitien, serait en réalité le temple de Jupiter Conser (...)
  • 245 L’Asylum (inter duos lucos) se trouvait dans l’ensellement entre l’Arx et le Capitolium [Mura Somm (...)
  • 246 R. a mal lu Marliani : Asylum, id est Misericordiœ Templum in Capitolio fuisse (Marliani 1534, 49) (...)

80Il y avait là jadis un temple de Jupiter Custos244 ; on voudrait que l’asylum245 se soit trouvé sur la place des Conservateurs, là où s’élève l’église de la Miséricorde (sic)246.

  • 247 La statue équestre de Marc Aurèle, longtemps considérée comme représentant Constantin, est signalé (...)
  • 248 La statue a été transférée le 18 janvier 1538 (sous Paul III) sur la place du Capitole après l’ent (...)
  • 249 Commencé en 1450 (sous Nicolas V), il sera transformé, d’après les dessins de Michel Ange, de 1564 (...)
  • 250 La tête et la main de bronze colossales qui se trouvaient au Latran depuis le milieu du xiie siècl (...)
  • 251 La main appartient au colosse de bronze qui précède, et tenait le globe (Aldroandi 1562, 269).
  • 252 Ce pied n’appartient pas à la même statue : Palladio commet la même erreur que R. et attribue peut (...)
  • 253 Voir note suivante.
  • 254 Ces deux statues colossales de fleuves allongés devant le Palazzo Senatorio de chaque côté d’une f (...)

81Sur la place même du Capitole, on voit aujourd’hui la statue équestre en bronze doré de Marc-Aurèle le philosophe, quoique certains l’attribuent à Lucius Verus, ou à Septime Sévère247. Elle s’élevait auparavant devant Saint-Jean de Latran, mais le pape Paul III l’a transférée à un endroit plus digne ; par son art et sa beauté, elle est digne d’admiration entre toutes les autres antiquités de la ville248. Dans le portique du palais des Conservateurs249 se trouve la fameuse et immense tête de bronze de l’empereur Commode (elle surpassait de beaucoup ma taille) qui a substitué sa tête à la place de celle du colosse de Néron, qui avait été renversée250 ; on peut contempler également une main251 et un pied d’une taille gigantesque252. Devant le portique apparaissent deux très grandes statues de fleuves nus en marbre, de même forme : certains pensent qu’elles représentent le Nil et le Tigre, parce que l’une s’appuie sur un sphinx, animal spécifique à l’Égypte253, l’autre a un tigre, bête très féroce d’Arménie près de laquelle coule le Tigre254 ; l’un et l’autre, il est vrai, tiennent en main une cornucopiœ pour symboliser l’abondance de toutes choses qui servent à protéger la vie.

  • 255 Les sphinx, au nombre de deux, se trouvaient, avant 1513 et encore au début des années 1540, au pi (...)

82On voit aussi à proximité des sphinx de marbre noir255 et divers monuments antiques et inscriptions.

  • 256 Ce sont probablement des fragments de marbre pentélique d’une statue assise de Constantin le Grand (...)
  • 257 Le lion (attaquant un cheval) du Palazzo dei Conservatori date duIIIe siècle a.C. (il a été restau (...)
  • 258 Ce pourrait être le babouin de marbre du Museo Capitolino (Sala dei monumenti dell’Iseo Campeuse, (...)
  • 259 En réalité, les trois célèbres bas-reliefs proviennent d’un monument triomphal de Marc Aurèle (a. (...)
  • 260 Les Fasti Capitolini (ou Farnesiani), conservés au Museo Capitolino (salle de la Louve, depuis 158 (...)
  • 261 Nous ignorons à quoi correspond cette “pierre taillée.” 11 ne peut s’agir de l’Elogium de Gaius Du (...)
  • 262 L’Hercule du Capitole (sala degli Orazi e Curiazi, au palazzo dei Conservatori) : statue de bronze (...)

83Dans le portique intérieur ou cour du palais, se trouvent une tête et des pieds d’une taille immense appartenant à quelque colosse de marbre256, et de nombreux fragments de très belles statues, un lion257, un singe258 et encore d’autres œuvres variées en marbre, et des plaques sculptées avec une grande adresse et insérées dans les murs représentant Antonin lors de son triomphe dace259, et au même endroit des fragments de pierres inserrés dans le mur autant qu’on pouvait en mettre, où l’on peut lire gravés les noms des consuls, des dictateurs et des tribuns des soldats à pouvoirs consulaires260 : ils commencent par les noms des rois de Rome et vont jusqu’à l’empereur Auguste. Il y a aussi une pierre taillée semblable au pied du Capitole, près de l’arc de Septime261. Au fond du palais on contemple une représentation en bronze doré d’Hercule encore barbu et en outre nu, tenant de la main droite sa massue, et de la gauche les pommes d’or qu’il avait enlevées du jardin des Hespérides262.

  • 263 Est-ce le dieu Pan attaché à un tronc d’arbre (Marsyas ?) signalé par Michælis, ou bien le satyre (...)
  • 264 La louve de bronze du Capitole, anciennement au Latran : d’origine étrusque (ve s. a.C.), elle est (...)
  • 265 Cic., Div., 2.45 ; Cat, 3.19 (Kardos 1997, 200) ; Verg., Æn., 8.630-634 (Fecerat et viridifetam Ma (...)
  • 266 R. recopie littéralement un texte de Lucio Fauno (Giovanni Tarcagnota) publié en 1549 (Fauno 1549, (...)
  • 267 C’est le prétendu Camillus (“serviteur”), appelé aussi le sacrificateur, l’esclave, la gitane (la (...)
  • 268 Le célèbre Spinario (“tireur d’épine”), encore appelé “Priape” (parce que son sexe est visible) [G (...)

84On y voit aussi un satyre d’une admirable beauté263, et la louve de bronze dont les mamelles abreuvent Romulus et Rémus la bouche grande ouverte.264 Cicéron et Virgile ont toujours compris cela265. Cette statue, selon Tite-Live, a été élevée par des édiles avec les amendes qui furent infligées aux usuriers. Il est certain qu’elle avait été auparavant placée aux comices, près du figuier Ruminalis, à l’endroit où avaient été exposés les enfants266. On voit au même endroit [i. e. au palais] deux statues de bronze, mais très petites. L’une est debout et a l’allure d’un esclave267, l’autre ressemble à s’y méprendre à un berger nu et assis, qui, le corps penché, semble s’enlever du pied une épine à l’aide d’une aiguille : c’est une œuvre insigne par l’âge268.

  • 269 Les profondes transformations subies par le Palais des Conservateurs du fait de Giacomo della Port (...)
  • 270 Voir note suivante.
  • 271 Les salles d’apparat du Palais des Conservateurs comportaient des fresques retraçant l’histoire de (...)
  • 272 La statue de marbre de Léon X a été offerte au pape par la cité en remerciement, le 21 avril 1521. (...)
  • 273 La statue de marbre de Paul III assis et bénissant s’élevait dans ce qui est maintenant la Sala de (...)

85On peut y voir aussi quelques autres statues de marbre pas très grandes et vraiment mutilées, placées dans leurs alvéoles269, les hauts faits des sept rois exécutés en peinture sur les murs270 et en outre on trouve les triomphes et les victoires des plus puissants généraux romains271. Dans la salle du haut on voit l’immense statue de marbre du pape Léon X272 et celle de Paul III273, élevées par les Romains.

  • 274 Allusion aux œuvres d’art (statues et tableaux) qui ornaient le Capitole et sont énumérées par Pli (...)

86Divers auteurs et surtout Pline ont écrit sur le nombre des merveilles dont le Capitole était jadis orné274.

87Après avoir exposé ce qui se trouve au Capitole et avant de gagner le Palatin, je parlerai, par besoin de clarté, de la vallée qui entoure toute la colline. Grande est l’éloquence de la plupart des auteurs à propos des quartiers et du forum Romain, de leurs emplacements et de leur étendue. Mais moi j’ai renoncé à suivre ce chemin, et je décrirai simplement cette vallée.

  • 275 R. reprend exactement les termes de Liv. 1.33.8 : carcer ad terrorem increscentis audaciœ media ur (...)
  • 276 Sali., Cat., 55.3-4 : “Il y a dans la prison, quand on monte un peu sur la gauche, un endroit nomm (...)
  • 277 Sancti Petrus et Paulus in Carcere ou San Pietro in Carcere : cette chapelle située à l’intérieur (...)

88On descendait par les pentes méridionales et orientales du Capitole jusqu’au forum Romain qui fut, de tous les lieux antiques de Rome, le plus célèbre. Tite-Live écrit qu’on avait édifié au milieu de la ville, pour effrayer l’audace toujours croissante, une prison dominant le forum275. Servius Tullius y ajouta un souterrain qu’on appela Tullianum et que Salluste décrit convenablement276. Des marques apparaissent encore aujourd’hui ainsi que des murs de pierre très épais dans la crypte souterraine. Cet endroit est maintenant consacré à SaintPierre in Carcere277 et on peut lire sur sa façade les mots suivants :

  • 278 CIL, VI, 1539 = 31674, cf. 9005 : ces deux personnages étaient consuls suffects à une date inconnu (...)

C(aius). VIBIVS. C(). FILIVSRVFIN(us) M(arcus). COCCEIVS. M(arci).f[ilius). NERVA. CO(n) S(ul). EX. S(enatus). C(onsulto)278.

  • 279 Le Marforio : sculpture romaine colossale représentant un dieu-fleuve (le Tibre ?) ou l’Océan et d (...)

89Devant la prison gît au sol, abattue, une immense statue. On la nomme Marphorius et beaucoup hésitent sur son identité parce que le rocher où elle repose comme dans un petit abri paraît tellement couvert de petits renflements semblables à des guenilles qu’on a pensé à une statue de Jupiter Stator279.

  • 280 Le rapprochement Santa Martina (ou Martinella) / Mars était populaire au Moyen Âge, comme le montr (...)
  • 281 Sant’Adriano in Tribus Foris (nom primitif : in Tribus Fatis) : église citée en 630 env., restauré (...)

90On voudrait en outre que Marphorius ait été un dieu, parce que l’église Sainte-Martine, qui était jadis dédiée à Mars280, est proche de cet endroit et du forum d’Auguste qui se trouvait à l’emplacement où s’élève maintenant l’église Saint-Hadrien dit in tribus foris281. Il était autrefois extrêmement décoré de vieilles statues.

  • 282 Le Forum Transitorium ou de Nerva, situé entre le Forum de la Paix et le Forum d’Auguste, a été co (...)
  • 283 Cet étrange récit provient de Marliani : Nervœ autem Forum occurit post œdem nunc S. Hadriani in t (...)
  • 284 Ce nom était donné, au xve siècle au moins, à un édifice du Forum de Nerva, et provient vraisembla (...)
  • 285 L’arc de Septime Sévère, érigé en 203 [Brilliant 1967 ; Palladio (HH), 41 et 211 (n. 181)] avait e (...)

91Près de là vers l’est se trouve le Forum Transitorium ou Forum de l’empereur Nerva282, au milieu duquel s’élevait une colonne de bronze, d’une taille étonnante, qui supportait toute la toiture du forum constituée de lames d’orichalque283 ; seul de tous, le forum de Nerva possède aujourd’hui des ornements abîmés par l’âge et le feu, et d’amples parois dans sa partie supérieure, là où se trouve un petit portique presque consumé par le feu : cet endroit est aujourd’hui appelé par les ignorants l’Arche de Noé, au lieu d’arc de Nerva284. Mais nous nous sommes éloignés, revenons à la prison. Au-dessous d’elle s’élève l’arc de triomphe de l’empereur Septime Sévère dont on rappelle qu’il l’emportait de loin par sa beauté sur tous les autres arcs de Rome ; maintenant il est à moitié brûlé, brisé et rempli de décombres, et la hauteur des ruines est telle que les deux portes extérieures apparaissent à peine285. On peut y contempler des victoires ailées ainsi que des trophées et autres représentations de guerre terrestre et navale, sculptées avec une belle adresse. L’arc porte l’inscription suivante :

IMP(eratori). CÆS(ari). LVCIO. SEPTIMIO M(arci). FIL(io). SEVERO PIO PERTINACI AVG(usto). PATRI. PATRIÆ.

  • 286 CIL, VI, 1033 = D. 425, cf. 21230. L’inscription est en effet beaucoup plus longue : R. n’a copié (...)
  • 287 Le temple de la Concorde avait été, en effet, voué par le dictateur Camille au moment de la réconc (...)

92Comme elle est très longue, j’ai renoncé à la noter286. En direction du Tibre se trouvait le très beau temple de la Concorde voué et fondé par Camille287.

  • 288 CIL, VI, 937 : on ignore la date exacte de cette réparation (ive siècle) [Marliani 1534, 68 ; Wals (...)

93Il existe encore une partie du portique de ce temple, soutenu par huit immenses colonnes ; sur l’une d’elles on lit ceci : Senatus Populusq(ue) Romanus, incendio consumptum restituid288.

  • 289 Lampridius est l’un des pseudo-auteurs de l’Histoire Auguste. La Curie évoquée ici dans la Vie d’A (...)
  • 290 Plin., Nat., 34.73.77, 80, 89-90 : œuvres de Baton, Euphranor, Niceratos, Piston et Sthennis (ive (...)

94La coutume voulait que le Sénat y tienne souvent séance, aussi fut-il appelé Curie par Lampridius289. Selon Pline, il avait de très belles statues faites par des sculpteurs illustres290.

  • 291 Il s’agit du temple dédié à Vespasien divinisé par le Sénat et restauré par Septime Sévère et Cara (...)
  • 292 Colonne recouverte de bronze doré, point de départ de toutes les grandes voies divergeant de Rome. (...)
  • 293 Plin., Nat., 3.66.
  • 294 L’Umbilicus Romœ était une énorme borne située près de l’angle sud-occidental de l’arc de Septime (...)

95Il y avait près de lui un autre portique beaucoup plus grand, d’ordre corinthien, dont il subsiste encore trois colonnes d’angle cannelées en marbre291. À portée de l’arc de Septime, il y avait, prétend-on, le milliaire d’or romain292 : c’était une colonne, rapporte Pline, d’où partaient toutes les voies d’Italie293 ; ceux qui s’en éloignaient avaient accès à n’importe quelle porte de la ville. Certains penseraient volontiers que toutes les voies d’Italie y étaient gravées, et qu’elles s’achevaient ici. Ils situent cette colonne à l’ombilic de la ville, Pline la localise à l’extrémité du forum romain, Tacite la place près du temple de Saturne, mais il est sûr que tous ces endroits étaient on ne peut plus proches les uns des autres294.

  • 295 Il s’agit en réalité, non du temple de Saturne véritable, mais de la Curie (à l’emplacement de San (...)
  • 296 La porte actuelle de la Curie à deux battants de bronze est une copie de la porte originelle (de l (...)

96Le temple de Saturne295 était jadis, pense-t-on, ce que l’on appelle aujourd’hui l’église Saint-Hadrien : elle a encore aujourd’hui d’antiques portes de bronze296.

  • 297 Le Silésien, comme presque tous ses contemporains, ne reconnaît pas le temple des Dioscures (ou de (...)
  • 298 Santa Maria Liberatrice s’est nommée aussi Santa Maria libera nos a pœnis inferni, ou Santa Maria (...)
  • 299 Ces rostres n’étaient pas la tribune aux harangues d’époque républicaine, située entre le Forum et (...)

97Le temple de Jupiter Stator a été fondé par Romulus à l’endroit où il avait tenu tête aux Sabins en priant Jupiter que les siens, qui étaient près de s’enfuir, tiennent bon297. Il se trouvait au pied du Palatin, près de l’église Sainte-Marie Libératrice298 ; là subsistent encore de très hauts murs, au bout du forum romain. En face de ce temple se trouvaient les rostres où siégeaient les magistrats pour rendre la justice299 ; on y tenait les assemblées, on y proclamait les lois, on y élevait des statues car le lieu était très célèbre.

  • 300 Le Sénat a voté l’érection d’une statue équestre de bronze doré de Sylla au Forum, devant les Rost (...)
  • 301 La statue équestre de Domitien, dressée en 91, a été détruite en 96 (Giuliani 1995).
  • 302 Stat., Silv, 1.1 : Equus maximus Domitiani Imp. (mais l’allusion de R. ne s’y retrouve pas netteme (...)
  • 303 Il s’agit probablement de la colonne de Phocas, située devant les Rostres et près du lacus Curtius (...)
  • 304 Le lacus Curtius était une aire sacrée associée au souvenir de C. Curtius, consul en 445 a.C. (Giu (...)
  • 305 Stat, Silv., 1.1, v. 29-31 : at laterum passus hinc Iulia tecta tuentur/illinc belligeri sublimis (...)
  • 306 Faux : il s’agit de la basílica Iulia, sur le côté sud du Forum.
  • 307 La basilique de Paul-Emile, élevée en 179 (ou pendant sa censure de 164), fut restaurée par M. Æmi (...)
  • 308 Plin., Nat., 36.102 :Non inter magnifica (dicamus) Basilicam Pauli columnis e Phrygibus mirabilem. (...)
  • 309 Plut., Vit. Cæs., 29.3 : “il [César] remit à Paulus, qui était consul [en 50 a.C.], quinze cents t (...)
  • 310 La basílica Æmilia se trouvait, en effet, entre la Curie (Sant’Adriano) et le temple d’Antonin et (...)

98Sylla eut sa statue dorée devant les rostres300, et beaucoup d’autres comme lui. Le cheval de bronze de Domitien301, qui était, selon ce que chante Stace, une œuvre si mémorable qu’il fut même doré et rehaussé de gemmes, était posé au milieu du forum302, près de la colonne que l’on voit s’élever solitaire aujourd’hui303. À peu de distance de là, se trouvait un lac très connu qu’on appelle le lac Curtius304. On rapporte diverses choses à son sujet. Stace écrit que le cheval de Domitien avait à sa gauche la basilique de Paul Émile305, à sa droite le temple de Jules César (sic)306 ; derrière se trouvait le temple de la Concorde. Il ressort de cela que la très belle basilique de Paul Émile se trouvait au milieu du forum307. Avec ses colonnes phrygiennes qui la rendaient admirable, Pline la compte parmi les ouvrages magnifiques que l’on pouvait voir à Rome308. Plutarque écrit qu’on y a dépensé neuf fois cent mille nummi309. On pense qu’elle se trouvait entre l’église qui s’appelle aujourd’hui Saint-Hadrien et le très beau temple de Faustine élevé par son mari pour lui-même, dont nous voyons encore une bonne partie debout ainsi que les dix colonnes immenses de son portique où on lit ceci : DIVO ANTONINO ET DIVAE FAVSTINAE. EX. S(enatus). C(onsulto)310.

  • 311 R. s’interroge-t-il sur l’identité de la “colonne solitaire” (de Phocas) ? (cf. supra, n. 303). En (...)

99Sur le forum il y a une colonne qui ne soutient aucun édifice. On pense qu’elle a été élevée là solitaire pour illustrer le courage de quelque personnage très puissant, comme c’était la coutume. On estime que c’était la colonne de Duilius qui fut le premier à vaincre les Carthaginois en combat naval311 ; mais pourquoi faudrait-il raconter tout ce qui se trouvait jadis sur le forum ? Je n’explorerai attentivement que ce dont il reste aujourd’hui des ruines et quelques vestiges.

  • 312 Le temple de divus Augustus, élevé en 37, était localisé, avant les fouilles de 1900-1901 (Boni), (...)
  • 313 Selon Suétone (Suet., Calig., 21.1 et 22.9), Caligula, pour relier le Palatin au Capitole, fit pas (...)

100Caligula a eu la très grande audace de lancer au-dessus du temple d’Auguste312, du Palatin au Capitole, un pont soutenu par quatre-vingts colonnes d’un marbre très blanc : nous en voyons encore trois debout du côté du Palatin, et trois du côté du Capitole313.

  • 314 Santi Cosma e Damiano in Silice ou al Foro Romano : basilique élevée en 527 (sous Félix IV), souve (...)
  • 315 La phrase tabulœ marmoreœ plurimœ in parietibus visuntur renvoie probablement au riche revêtement (...)
  • 316 Faux : la via sacra, empruntée par les pompes triomphales, longeait le côté nord du Forum Romain p (...)

101Près du portique de Faustine se trouve l’église des saints Côme et Damien dont on voudrait qu’elle ait été un temple de Romulus et Rémus314 : beaucoup de plaques de marbre sont visibles sur ses murs. À l’entrée il y a une rotonde ouverte dans sa partie supérieure pour recevoir la lumière à l’instar du Panthéon ; l’intérieur a la forme d’un rectangle. Ses très anciennes portes de bronze existent encore315. À cet endroit s’achève le forum et commence la voie sacrée316.

  • 317 Presque tous les hommes de la Renaissance, depuis Le Pogge au moins (Weiss 1969, 65), nomment “Tem (...)
  • 318 La curia Hostilia se trouvait au nord du Comitium, dans la zone occupée aujourd’hui par l’église d (...)
  • 319 Les auteurs de la Renaissance ont beaucoup erré pour la localisation de la basílica Porcia, constr (...)
  • 320 César a habité une modeste domus du quartier populaire de Suburre où il vécut jusqu’en 63 (Suet., (...)
  • 321 Plin., Nat., 36.24 (repris par Biondo, Roma instaurata, III, 3) (Günther 1995, 282).
  • 322 Il est question ici du véritable Temple de la Paix, édifié sur le Forum du même nom par Vespasien, (...)

102On trouve ensuite le temple de la Paix317, ruiné, construit par Vespasien sur la Curie Hostilia318 et la basilique Porcia319, et, comme le voudraient certains, sur la maison de César320. On dit qu’il l’emportait par la taille, la beauté et la richesse sur tous les temples romains321, ce qui n’est pas étonnant car on avait déposé dans ce temple tous les vases et ornements précieux rapportés du temple de Jérusalem et exhibés par Titus lors de son triomphe, comme chacun sait322.

  • 323 Voir infra, n. 330.
  • 324 Nous ignorons d’où viennent ces détails.
  • 325 Le sac d’Alaric date du 24 août 410 (Lanciani, s.d., 45-56)· En réalité c’est Genséric, roi des Va (...)
  • 326 Hdn. 1.14.2 (cf. aussi D.C. 72.24.1). L’incendie eut lieu en 192 (Coarelli 1994, 89-90).

103On peut voir encore des représentations de ce triomphe et de la victoire sur l’arc du même Titus323. Parmi ce dont ce temple fut orné et enrichi, toutes sortes de vêtements y ont été transportés et entassé ; beaucoup estiment qu’ils venaient de la famille de Salomon car ils étaient ornés de pierres précieuses324. Mais tout fut enlevé de ce temple, dit-on, par le Goth Alaric l’aîné, après la prise de Rome325. Hérodien affirme que le temple a soudain brûlé, entièrement et presque par la volonté des dieux, sous l’empereur Commode326.

  • 327 La description correspond bien aux imposants restes de la basilique de Maxence avec ses colonnes m (...)

104Il reste aujourd’hui à cet endroit d’immenses ruines et une partie de la voûte en opus phrygeatum ainsi que des colonnes d’une taille admirable327 ; d’après ces ruines il semble que c’était un ouvrage tout à fait somptueux.

  • 328 Santa Maria Nuova (aujourd’hui, depuis 1421, Santa Francesca Romana) a été fondée par Léon IV (847 (...)
  • 329 Le temple était double et comportait deux immenses voûtes en cul-de-four adossées. Il a été constr (...)

105Près de ce temple en ruines se trouve le monastère Sainte-Marie-Nouvelle328 dans les jardins duquel on voit deux voûtes antiques, l’une tournée vers l’ouest, l’autre vers l’est ; on voudrait que cela corresponde aux temples du Soleil et de la Lune329. Voisin de ce lieu est l’arc de triomphe de l’empereur Titus, certes inachevé et rompu par l’âge. Il a été décidé à la suite de la victoire de Jérusalem, et on estime qu’il est le plus ancien de tous les arcs triomphaux. Sur son frontispice, on lit ceci :

  • 330 L’arc de Titus n’était pas inachevé, mais ruiné. Élevé en 81 (après la mort de Titus) par Domitien (...)

SENATVS POPVLVSQ(ue). ROMANVS DIVO
TITO DIVIVESPASIANI F(ilio).VESPASIA-
NO. AVGVSTO330.

106On a trouvé à proximité parmi des ruines le marbre suivant :

  • 331 Erreur d’inattention de R. En effet, aussitôt après avoir évoqué l’arc de Titus et sa dédicace, Ma (...)

S(enatus). P(opulus). Q(ue).R(omanus).
IMPE(ratori). TITO CÆSARI DIVIVESPASIANI
FILIO VESPASIANO. AVG(usto). PONT(ifici).MAX(imo).
TR(ibunicia). POT(estate). X. IMPERATOR(i)XVII. XIIII (sic)
P(atri). P(atriœ). PRINCIPISVO.QVIPRÆ.
CEPTISPATRIÆ (sic pro : PATRIIS) CONSILIISQ(ue).ET
AVSPICIIS.GENTEMIVDEORVM
DOMVIT, ET ‘VR’BEMHIEROSOLY
MAM. 0(mn)IB(us). ANTE SE DVCIB(us).REGIB(us)
GENTIB(us). AVT FRVSTRAPETIT’AM’.
AVT 0(mn)I(n)0 INTENTAT’AM’(= INTEMPTATAM) DELEVTT331.

  • 332 Les très célèbres bas-reliefs de l’arc de la Velia, devant lesquels on amenait les Juifs au Moyen (...)
  • 333 Construit de 70 à 80, souvent restauré, désaffecté en 523, détruit partiellement par les trembleme (...)
  • 334 Le colosse de Néron s’élevait à l’origine dans le vestibulum de la Domus Aurea. Il était l’œuvre d (...)
  • 335 La statue fut restaurée par Vespasien et consacrée au Soleil (on garnit sa tête de rayons) : Plin. (...)

107Sous la même voûte, on voit un char triomphal précédé de douze faisceaux, l’arche d’alliance, le chandelier d’or à sept branches ainsi que les deux tables de marbre où était écrite toute la loi de Moïse, les vases du temple, la table d’or et d’autres choses rapportées du temple de Salomon, le tout sculpté sur le motif332 Quand on a traversé cet arc, on voit tout droit et en face la masse de l’amphithéâtre construit par Vespasien mais dédié par Titus, vulgairement appelé le Colisée333, du nom d’un immense colosse qui se serait trouvé près de cet endroit, mais c’était de toute manière le colosse de Néron, une statue de cent vingt pieds de haut qu’il avait fait élever devant sa domus334. Mais après la mort de ce prince monstrueux, nous l’avons accepté pour le dédier au Soleil335.

  • 336 Le colosse fut transformé par Commode qui lui donna ses traits à la ressemblance d’Hercule (Histoi (...)
  • 337 Bâtie de 64 à 68, la villa de Néron s’étendait sur les pentes de l’Oppius, et ses jardins allaient (...)
  • 338 Suet., Ner., 31 : “Une pièce d’eau semblable à une mer, entourée de maisons formant comme des vill (...)

108Enfin, comme on l’a exposé plus haut, après l’avoir décapité, Commode y plaça sa propre tête336. Néron a possédé en effet à cet endroit une admirable demeure qu’il appelait la Maison Dorée337. Elle fut certes admirable, et elle surpassait toute croyance humaine ; d’après Suétone, elle ressemblait plus par sa forme à une très grande ville qu’à une simple demeure338. Pour satisfaire cette frénésie, on démolit d’innombrables maisons de citoyens. D’où l’on composa l’épigramme suivante :

  • 339 La citation est dans Marliani 1534, 200 ; Suet., Ner., 39 : “Rome deviendra sa maison : citoyens, (...)

Roma domusfuit (sic pro : fiet) Veios [A : Vicos] ingrate (sic pro : migrate) Quirites Si non et Veios occupat ista domus339.

  • 340 Sur tous ces détails, l’étang, le paysage agreste, le portique à trois rangs, les salles à manger, (...)

109Elle possédait un étang semblable à une mer, entouré de toutes parts d’édifices à la manière d’une ville, une campagne avec ses champs, ses vignes et ses pâturages, et des forêts, avec une multitude de bestiaux et d’animaux sauvages de toutes sortes ; elle avait des champs à semer et ne manquait pas de vignes ; son portique à trois rangs était long de mille pas. Dans d’autres secteurs tout était recouvert d’or, orné de pierres précieuses, les salles à manger étaient lambrissées de plaques d’ivoire mobiles, pour qu’on puisse répandre d’en haut des fleurs et des parfums à l’aide de tuyaux. Il y avait une rotonde particulière aux repas, mue d’un mouvement de rotation ininterrompu, de jour comme de nuit, à l’instar du monde ; des thermes débordant d’eau douce et d’eau de mer ; et beaucoup d’autres choses incroyables, comme le racontent les auteurs à propos de cette maison. Tous ces édifices, ces merveilles pour ainsi dire, ont été renversés par les autres empereurs et – c’est bien connu – de nouveaux bâtiments ont été édifiés par-dessus. L’endroit où se trouve notre amphithéâtre était l’étang de cette demeure340.

  • 341 Amphitheatrum, inquit Plin., Tiburtino lapide extructum tantœ altitudinis, ut eô vix humanus oculu (...)
  • 342 La Meta Sudans se trouvait au sud-ouest du Colisée, et datait de 96. Elle était à l’origine revêtu (...)
  • 343 Les monnaies montrent au sommet de la Meta Sudans un couronnement interprétable comme une sphère, (...)

110Il est aujourd’hui plus qu’à moitié brisé, car il était beaucoup plus beau que celui de Vérone ; tous les gradins en outre ont été abattus. Les Romains se sont servis de ses blocs pour réparer leurs murs, dès qu’ils y furent autorisés par le roi des Ostrogoths Théodoric. Pline déclare qu’il était si élevé qu’un être humain pouvait à peine atteindre des yeux son sommet. Il pouvait contenir 87 000 spectateurs. Il était entièrement recouvert de marbre, à l’intérieur comme à l’extérieur, et ses arcades étaient ornées de fort belles statues : certaines images de gypse en subsistent de nos jours341. Entre l’amphithéâtre et l’arc de Constantin qui est visible à proximité, il y a une très vieille borne construite en briques, appelée par les Anciens Meta Sudans342 parce qu’il s’en écoulait une assez grande quantité d’eau destiner à apaiser la soif des gens qui se pressaient pour assister aux jeux de l’amphithéâtre. On dit qu’une statue de bronze de Jupiter s’élevait au sommet de cette borne343.

  • 344 L’arc de Constantin date de 315 – après la bataille du pont Milvius (mollis) (28 octobre 312) – et (...)
  • 345 Un arc s’élevait à l’entrée orientale du Forum de Trajan (117) (Lugli 1970, 360-361). Il y a bien (...)

111Près de cet endroit, au pied du Palatin, s’élève un très bel arc de triomphe construit par Constantin le Grand après sa victoire sur le tyran Maxence au pont appelé aujourd’hui mollis. Ses ornements sont moins détériorés que ceux des autres arcs de triomphe et il conserve encore des trophées et des victoires ailées, mais certaines sculptures, il est vrai, paraissent divines et d’autres sont plus grossières344 : tout ce qui est excellent, pense-t-on généralement, a été apporté de l’arc de Trajan345, le reste a été fabriqué à l’époque de Constantin. On lit sur les deux frontispices ce qui suit :

IMP(eratori). CÆS(ari). FL(avio). CONSTANTINO ΜΑΧΙΜΟ. P(io).F(elici).AVGVSTO. S(enatus). P(opulus). Q(ue). R(omanus). QVODINSTINCTVDIVINITATIS MENTIS MAGNITVDINE CVM EXERCITV. SVO TAM. DE TYRAN NO. QVAM DE OMNI EIVS FACTIONE VNO TEMPOREIVSTIS REMP(ublicam). VLTVS EST ARMIS ARCVM TRIVMPHIS INSIGNEM DICAVIT.

112Sur la façade tournée vers l’est, on lit à droite VOTIS X, à gauche VOTIS XX. Sur le côté occidental, SICX et à gauche SICXX.

  • 346 CIL, VI, 1139 = D. 694 ; Walser, éd. 1987, 95-96, no 36 et pl. 5.
  • 347 On voyait dans le Septizonium, dont un pan s’élevait encore à l’angle sud-oriental du Palatin, le (...)
  • 348 En réalité, la via Appia, créée en 312 a.C., commençait à la porta Capena (mur Servien) (Patterson (...)

113Dans la partie supérieure de la voûte, d’un côté LIBERATORIVRBIS ; de l’autre FVNDATORI QVIETIS346. Une fois qu’on a passé cet arc, on trouve à droite le Septizonium de Sévère347 : on rapporte que c’était le tombeau qu’il avait fondé sur la voie Appia, qui commence à cet endroit348.

  • 349 On a cru longtemps que le nom du bâtiment reposait sur le nombre sept, ce qui est douteux. En reva (...)

114On pense qu’il doit ce nom aux sept zones – pour ainsi dire – de colonnes qui y auraient été superposées alternativement, aujourd’hui nous ne voyons plus que trois ordres. Mais comme la hauteur de l’édifice paraît vraiment admirable dans son état actuel, alors qu’il manque pourtant quatre ordres, beaucoup estiment qu’il n’est pas possible que les ordres de colonnes manquants leur aient été superposés349.

115Étant donné qu’il est très ancien, il menace toujours ruine ; il a sur son frontispice l’inscription suivante, mais elle est incomplète :

  • 350 CIL, VI, 1032 et 31229 ; Walser, éd. 1987, 88-90, no 30. L’inscription était conservée en deux tro (...)

C. TRIB. (POT deest) VI. COS. FORTVNACISSIMVS NOBILISSIMVSQ(ue)350.

  • 351 R. s’inspire de Marliani : Circum autem Maximum Tarquinius Priscus instituisse commemorat Livius, (...)
  • 352 Tout ce passage n’est pas clair. R. s’est inspiré de Marliani (lequel suivait Suétone et Pline), s (...)
  • 353 De nouveau Marliani : Circo quidem Maximo pavimentum ideo fuerat positum, quo, post naumachiam, em (...)

116Quand on fait le tour du Palatin à sa base, on rencontre la très longue série de sièges du Circus Maximus qui occupait toute la plaine située entre le Palatin et l’Aventin ; il mesurait 450 pas de long sur 125 de large et avait une capacité telle que 240 000 personnes auraient pu très facilement y siéger351. Il a été orné magnifiquement par divers Romains, surtout par Auguste. Claude a construit des carceres de marbre, les a ornés de très nobles colonnes de bois et les a dorés (?) ; Héliogabale l’a orné d’un pavement (sic) fait de chrysocolle352, et l’aqua Appia fut amenée dans ce même cirque pour qu’on y donne des jeux navals353.

  • 354 Les deux obélisques du Cirque sont signalés par Marliani : in circo Maximo duorum alter octoginta (...)
  • 355 Tous les temples, œdes, arœ dont les noms suivent (jusqu’à Flore) sont énumérés par Marliani : Lib (...)
  • 356 L’œdes Juventutis a été élevée après un votum de 207 a.C., à partir de 204, et dédiée en 193 par l (...)
  • 357 L’œdes Mercurii se dressait au pied de TAventin, du côté du circus Maximus, depuis 495 a.C. (Ov., (...)
  • 358 L’œdes de Vénus Obsequens a été élevée en 295 a.C. par Q. Fabius Gurges, édile curule, avec l’arge (...)
  • 359 Voir infra, n. 361.
  • 360 Le temple de Sol (et Luna) se trouvait sur la pente de TAventin, inséré dans les gradins du Cirque (...)
  • 361 Le temple de la triade dionysiaque Cérès / Liber / Libera a été bâti en 493 a.C. à l’emplacement d (...)
  • 362 Proserpine est synonyme de Libera : voir note précédente.
  • 363 L’œdes Florœ s’élevait sur les pentes nord-occidentales de TAventin et existait depuis 240-238 a.C
  • 364 Coarelli pense que l’œdes Neptuni a été fondée en 218 a.C. (Viscogliosi 1996).
  • 365 Le titulus de sainte Anastasie remonte au ive siècle et a été restauré à de nombreuses reprises ju (...)
  • 366 Ce passage est tout entier emprunté à Marliani : Præterea anno M.D.XXVI. repertum est sacellum in (...)

117Ce très beau cirque possédait deux obélisques354 : l’un mesurait 132 pieds, l’autre 38 pieds de long. Ce dernier repose brisé au milieu des jardins qu’on y voit, couvert de terre. Il y avait près de ce cirque beaucoup de temples et à l’intérieur aussi355, de Juventus356, Mercure357, Vénus358, Cérès359, Sol360, Liber, Libera361, Proserpine362, Flore363, Neptune364 à l’endroit où se trouve aujourd’hui la chapelle de Sainte-Anastasie365, au pied du Palatin, là où on a découvert une celia ornée de coquillages variés ; on voyait dans la partie supérieure un aigle blanc à crête rouge366.

118Parvenus dans cette plaine et avant d’aller plus loin, nous traiterons aussi de celle qui reste, savoir le Forum Boarium, le Forum Olitorium et la racine du Capitole en direction du Tibre.

  • 367 C’est Vaqua Crabra (Frontín. Aq., 9, 4-9) qui prenait sa source près de Tusculum (Frascati) et ven (...)
  • 368 L’église Santa Maria in Cosmedin, au Moyen Âge Santa Maria della Scuola Greca était une diaconie f (...)
  • 369 Le temple d’Hercules Victor (I), bâti au iii e siècle a.C., fut reconstruit vers 140 a.C. L’interd (...)
  • 370 Sixte IV (1471-1484). On connaît ce temple par des dessins de Peruzzi : il avait une celia ronde d (...)
  • 371 Supra, n. 262.

119À la sortie du Circus Maximus on trouve l’aqua Scabra (sic)367, puis, non loin de l’école grecque368 s’élevait le temple d’Hercule Victor. N’y entraient ni mouches ni chiens et Solin en donne la raison369. Il a été rasé jusqu’au sol par Sixte IV370. Dans ses ruines on a trouvé la statue de bronze dont on a parlé plus haut au Capitole371, et une plaque portant l’inscription suivante :

  • 372 CIL, VI, 317 = D. 3408 (Musée des Conservateurs) : le texte de Marliani ne comporte pas de fautes (...)

DEO HERCVLO (sic pro : HERCVLI) INVICTO C(aius). TVL(ius) [sic pro : IVL(ius)] POMPONIVS PVDENS SEVERIANVS V(ir). C(larissimus). PRÆF(ectus). VRBIS [sic pro : VRB(i)]372.

  • 373 Le sacellum de la Pudeur Patricienne au Forum Boarium remonte à l’année 296 a.C. Contrairement à c (...)
  • 374 L’église ronde est Santo Stefano Rotondo près du ponte di Santa Maria qui est la transformation en (...)
  • 375 Supra, n. 104 [fig. 1, no 26].
  • 376 Santa Maria Egiziaca est une église fondée en 872 dans le temple dit “de la Fortune Virile” (l’égl (...)
  • 377 “Selon certains, ce fut le temple de la Fortune Virile (...) mais, parce qu’on donnait toujours un (...)
  • 378 La Casa di Pilato est le nom donné à la Casa dei Crescenzi, édifiée entre 1040 et 1065, non loin d (...)
  • 379 La Logia est l’arc dit “de Janus”, ou de “Janus Quadrifrons” qui s’élève encore près de San Giorgio (...)
  • 380 Erreur pour San Giorgio in Velabro (ad velum aureum), église du viie siècle, reconstruite et resta (...)
  • 381 Arc des Argentiers (ou des Changeurs), élevé en 204 et dédié à Septime Sévère (Marc Aurèle est ici (...)

120À proximité se trouvait aussi une chapelle de la Pudicité patricienne373 et l’on voit en direction du Tibre une très ancienne église ronde dédiée à Saint-Étienne. Elle est portée par 18 colonnes et certains pensent que ce fut un temple d’Hercule, mais de plus savants estiment qu’il s’agissait plutôt du temple de Vesta374 Au pont Sainte-Marie375 qui est proche on voit l’église Sainte-Marie-l’Égyptienne, dont on dit que c’était le temple de la Fortune Virile376 D’autres affirment qu’il s’agissait de la basilique de Caïus et Lucius377 Cet édifice, d’une architecture ancienne en travertin, déjà presque ruiné par l’âge, a une forme quadrangulaire et étroite, d’ordre corinthien. En face est visible une maison de briques dont le vulgaire raconte que c’était la demeure de Pilate378 Sur ce même forum, on voit un très ancien temple de marbre, mais il est en grande partie brisé et dépouillé de beaucoup de ses ornements. Il possède quatre faces carrées à l’instar d’un portique, mais n’a aucune porte et ne contient aucun logement. On l’appelle aujourd’hui la Logia et l’on pense que ce fut le temple de Janus Quadrifrons que les Anciens fondèrent au Forum Boarium. Ses quatre faces symbolisaient les quatre parties de Tannée, et les douze alvéoles qui se voient sur chaque face désignaient les mois379 Au-dessus de ce temple se trouvait le Vélabre où l’on honore aujourd’hui Saint-André au Vélabre380 ; près de cette chapelle s’élève un arc antique que l’on dit avoir été élevé à l’empereur Septime et à Marc Aurèle par les argentiers et négociants de l’endroit ; on y a sculpté les sacrifices de bœufs qui y avaient lieu et le monument possède une très longue inscription381.

  • 382 On a longtemps cru – en se trompant de forum – que la domus Scipionis et la basílica Sempronia qui (...)

121Près de lui se trouvait la maison de Scipion l’Africain382.

  • 383 Le marché aux poissons antique se trouvait au nord du Forum Romain (Morselli & Pisani Sartorio 199 (...)
  • 384 Le théâtre de Marcellus date d’entre 23 et 13 a.C. Il a été démoli partiellement (la scène et le p (...)

122En sortant du Forum Boarium en ligne droite vers le nord, il y avait sur la rive le marché aux poissons383 où l’on voit se dresser encore de nos jours une partie du théâtre de Marcellus384, le reste étant détruit par le feu et par l’âge.

  • 385 Baldassare Peruzzi a construit pour les Savelli, au xvie siècle (1523-1527), un palais à la partie (...)
  • 386 L’estimation est erronée : les catalogues régionnaires tardifs ne donnent que 20 000 spectateurs. (...)

123Sur ses ruines on a construit le palais de la famille savelli385 ; dans ce théâtre 80 000 personnes pouvaient facilement assister à des jeux386.

  • 387 Ρlin., Nat., 7.121 : temploPietatis extructo in illius carcerissede, ubi nunc Marcelli theatrum es (...)
  • 388 Une légende racontait que, en 150 a.C., une femme aurait donné le sein à sa mère emprisonnée (ou à (...)
  • 389 San Nicola in Carcere (le nom rappellerait la légende qui précède) : église bâtie au xie siècle pa (...)
  • 390 La Piazza Montanara a disparu à l’époque fasciste. Elle tirait son nom des montanari (montagnards) (...)
  • 391 Leforum (H)olitorium était le Marché aux Herbes, au sud-ouest du Capitole et jusqu’au Tibre (à par (...)
  • 392 Il ne s’agit pas du temple de Janus du Forum Romain, mais du Janus Bifrons élevé en 260 a.C. par C (...)
  • 393 Le temple de Mater Matuta, probablement sur le site de l’actuelle église Sant’Omobono, remonterait (...)
  • 394 Au pied du Capitole, près du vicusJugarius, le sacellum de Carmenta (prophétesse, mère d’Évandre) (...)
  • 395 Nous ignorons tout de ce sanctuaire.
  • 396 Probablement une confusion avec Hercules Musarum, dont le sanctuaire se trouvait in circo Flaminio(...)
  • 397 Voir supra, n. 383 [fig. 1, no 116].
  • 398 La contrada Judeorum, devenue, en juillet 1555, Ghetto sur le modèle de Venise. On y trouvait la s (...)
  • 399 Le Campo dei Fiori [fig. 1, no 36].

124C’est ici, à ce que semble penser Pline, que s’élevait le temple de la piété387, à l’emplacement de la prison où une pauvre plébéienne avait allaité son père condamné388 : les Romains, en admiration devant ce geste de piété, y élevèrent un temple de la Piété. Il y avait en effet en ce lieu des prisons dont on voit encore les restes près de Saint-Nicolas in Carcere389. Entre le théâtre de Marcellus et le Capitole, à peu près à l’endroit où est actuellement la place dite Montanarum390, se trouvait jadis le Forum Olitorium391 et, au même emplacement, le temple de Janus Bifrons que l’on tenait fermé en temps de guerre, ouvert en temps de paix392, la chapelle de Matuta393, celles de Carmenta394, de Vénus395, d’Apollon et des Muses (sic)396. Près de ce lieu on vend aujourd’hui du poisson397. Quand on avance de là en ligne droite par la rue où habitent les Juifs398, on rencontre le Campus Florœ399, mais nous en avons assez dit là-dessus ainsi que sur cette plaine. Abordons maintenant le Palatin que nous avons laissé de côté.

  • 400 La chapelle San Nimio in palatio, prétendument fondée par le pape Calixte, est apocryphe (Hülsen 1 (...)

125Tous ses édifices étant détruits sauf la chapelle de Saint-Nicolas400, la colline du Palatin semble avoir retrouvé sa solitude première. Il y a en effet combien de temps de cela ? il a reçu, à cause des bêlements des moutons qui y paissaient, le nom de balatinus pour palatinus (sic).

  • 401 Tout le passage qui va de Palatinus collis omnibus œdificiis à domicilium fuit est extrait, mot po (...)
  • 402 Nous ignorons d’où est tirée cette affirmation.
  • 403 Cette phrase est extraite de Fauno (1549, f. 54r). Le temple de Jupiter Stator était en réalité le (...)
  • 404 Octave Farnèse (1523-1586), deuxième duc de Parme et de Plaisance, a fait aménager les Orti Famesi (...)
  • 405 La maison de Cicéron se trouvait sur les pentes nord du Palatin, en direction des Carines (Guilhem (...)
  • 406 La Velia constituait une extension du Palatin vers le nord (Kardos 2002, 346-347).
  • 407 Temple fondé en 294 a.C. ; emplacement incertain (Pensabene 1999).
  • 408 Temple situé sur la Velia, à l’endroit où aurait habité Tullus Hostilius (ce seraient les Pénates (...)
  • 409 Mentionné seulement dans l’Histoire Auguste (Heliog1.6) : ce serait une faute de copiste que Franç (...)
  • 410 Le Palatin comportait deux “sommets” : le Palatium à Test, et le Germalus à l’ouest (Cecamore 2002 (...)
  • 411 Sant’Andrea in Pallara : le nom est douteux et serait passé, arbitrairement ou par erreur, à l’égl (...)
  • 412 La maison d’Auguste (et de Livie) (auj. Casa di Livia) était l’ancienne maison d’Hortensius. Elle (...)
  • 413 Le temple d’Apollo Palatinus, élevé près de la maison d’Octavien en 28 a.C., après Actium (Suet., (...)
  • 414 Sur le toit, char du Soleil : in quo Solis erat supra fastigia currus (Prop. 2.31.12).

126À cette époque, on ne voyait nulle part endroit livré à ce point aux friches ni lieu aussi agreste. Quand s’épanouit la république des rois et des généraux, comme on peut le déduire de ces ruines, ce fut un lieu habité401. Cela explique que chaque très vaste demeure princière ait commencé à être appelée palatium. Les haruspices rapportent que, lorsque le Palatin ne sera plus habité, ce sera la fin de l’empire romain402. Le fameux Palatin qui existait du temps des rois n’occupait qu’une médiocre partie de la colline. On ne sait par qui il a été vraiment augmenté. Les portes du Palatin se trouvaient près du temple de Jupiter Stator, en face de la chapelle de Faustine403 ; mais la partie qui est en face du Capitole et qui occupe la majeure partie du Palatin était, dit-on, moins bien pourvue en édifices et habitations privées. On en voit encore les immenses ruines dans une vigne, dit-on, ou dans les très agréables jardins du duc Octave Farnèse, de Parme404. Dans la partie de la colline qui se trouve vers l’arc de Titus se trouvait la maison de Cicéron405. L’endroit que Ton appelle la Velia s’étend dans le secteur qui se trouve entre l’arc de Titus et le Colisée406. Il y avait là un temple de la Victoire407, des Dieux Pénates408, d’Orcus409. L’endroit du Palatium proprement dit410 se situe, dit-on, là où se trouve aujourd’hui la chapelle Saint-André in Pallara411, à l’angle pour ainsi dire de cette même colline, et ses ruines immenses sont source d’admiration. Du côté du Palatin qui regarde vers le Circus Maximus, Auguste avait sa maison412 ; il édifia à côté d’elle le très beau temple d’Apollon dont les vestiges existent encore413. Les poètes avaient coutume d’y déposer leurs écrits pour que certains en retirent une suprême consécration. Il portait à son sommet le char en or du Soleil, aussi le temple resplendissait-il comme les rayons du soleil414.

  • 415 La bibliothèque (grecque et latine) d’Apollon Palatin fut incendiée en 64, reconstmite par Domitie (...)
  • 416 Il ne s’agit pas de la statue du culte, mais d’un Αpollο Tuscanicus (ou citharède) de bronze, œuvr (...)
  • 417 Devant le temple, vraisemblablement in area Apollinis, Properce mentionne un autel entouré des agm (...)

127Il (Auguste) avait également là une bibliothèque ornée de fort belles statues415 et surtout, c’est ici que se trouvaient le colosse de bronze d’Apollon, haut de 50 pieds416 les quatre vaches de bronze confectionnées avec un art admirable417 etc. Les vestiges de sa bibliothèque se voient encore parmi les rochers, mais comme on peut voir aujourd’hui tant de ruines immenses sur le Palatin, il aurait été très difficile de faire une enquête minutieuse sur chacune d’entre elles et d’en connaître l’emplacement et la nature. Ce que j’ai dit du Palatin suffira ; avançons-nous vers la colline opposée, appelée Aventin.

  • 418 Le clivus Publicius.
  • 419 Le temple de Juno Regina, dû à M. Furius Camillus en 392 a.C. et restauré par Auguste, se trouvait (...)
  • 420 Les Gémonies ne se trouvaient pas sur l’Aventin, mais sur le Capitole, et joignaient le Comitium à (...)
  • 421 Sainte-Sabine est une basilique construite en 422-432 par Pierre l’Illyrien, peut-être sur un titu (...)
  • 422 L’Aventin est souvent appelé collis Dianœ. Un temple de Diane (dite Aventina), attribué à Servius (...)

128Il y a une vallée qui s’interpose là où, avons-nous dit, se trouvait le Circus Maximus. La circonférence de l’Aventin mesure jusqu’à 2000 pas. Il est plus long que large et est totalement séparé des autres collines. Sa partie principale domine le Tibre. La rue qui mène du Forum Boarium au mont Aventin s’appelait jadis clivus418 et montait directement au temple de Junon Reine419. Sur ce même clivus se trouvaient les escaliers des Gémonies où l’on avait coutume de tirer les corps des condamnés, de les saisir et de les précipiter420 ; à l’endroit où l’église Sainte-Sabine domine le fleuve421 se trouvait jadis le temple de Diane422.

  • 423 Ces colonnes sculptées semblent avoir disparu. Les décors architecturaux de l’église comportent de (...)
  • 424 Le culte d’Alexius s’est ajouté au xe siècle à celui de Boniface (Santi Bonifacio e Alessio) ; l’é (...)

129C’est un beau temple décoré de revêtements de porphyre, de divers ornements de marbre et de mosaïques. Au centre de l’église on voit deux petites colonnes antiques où sont sculptés avec un art qui n’est pas négligeable des trophées et diverses armes des Anciens423. Quand on avance, on rencontre l’église Saint-Alexius qui fut autrefois, à ce que Ton dit, un temple d’Hercule424.

  • 425 Une légende veut qu’Alexis, devant épouser la fille d’un empereur, ait fui en Palestine le jour de (...)
  • 426 Santa Maria in Aventino (ou del Priorato à partir du xve siècle), est église et cloître vers 936, (...)
  • 427 L’église qui précède est censée avoir succédé à un temple de Bona Dea Subsaxana, de la seconde moi (...)
  • 428 En réalité, le scandale de Bona Dea n’a pas eu lieu dans un temple, mais dans la maison de Pompeia (...)

130Alexius était un Romain qui vécut longtemps caché sous les marches de bois de la maison paternelle. Ces marches sont exposées dans l’église425. Puis l’église Sainte-Marie de l’Aventin426 qui était, dit-on, le temple de Bona Dea, à qui seules les femmes faisaient des sacrifices : il n’était pas permis aux hommes d’assister à ses cérémonies427 ; c’est pour cette raison que Cicéron accuse Clodius d’avoir souillé de son contact ces lieux sacrés428.

  • 429 L’épisode de Cacus dérobant des bœufs à Hercule en les tirant par la queue est censé s’être déroul (...)

131Près de, ou au-dessous de ce temple se trouvait la grotte de Cacus où il a traîné par la queue les bœufs d’Hercule qu’il avait dérobés429.

  • 430 Ce n’est pas unfanum, mais une basilique, connue dès la fin du ve siècle, installée sur l’ancien t (...)
  • 431 Les thermœ Decianœ datent de 252. Ils ont été restaurés par Constance II et Constant, puis en 414 (...)
  • 432 Les thermœ Varianœ sont issus d’une hypothèse de la Renaissance sur les thermœ Severianœ. Ils se t (...)
  • 433 L’armilustrium (et non armilustrum) était un monument très ancien rappelant la lustratio des armes (...)

132De l’autre côté du mont qui est tourné vers le Circus Maximus, à l’endroit où se trouve la chapelle Sainte-Prisque430, s’élevaient les thermes de l’empereur Dèce431 ; là étaient également les thermes Variens432 et l’armilustrum (sic)433. On voit encore des ruines des thermes de Dèce.

  • 434 Les harrea Sulpicia ou Galbana, destinés surtout au vin, construits par un Ser. Sulpicius Galba (l (...)

133Dans la descente de ce mont, qui est très déclive près de l’église Sainte-Marie de l’Aventin, la plaine s’étend jusqu’à la porte Saint-Paul. Dans les vignes voisines situées près du Tibre on voit encore les ruines des entrepôts romains, qui étaient au nombre de 140 dans cette plaine434.

  • 435 Le Testaccio (mons Testaceus) est la colline de tessons d’amphores (h 36 m) accumulés à proximité (...)

134À proximité s’élève aussi le mont Testaceus constitué de tessons de vases brisés, comme si des potiers les avaient amassés à cet endroit et que le tas ait grandi au point de ressembler presque, par miracle, à un mont. De fait, des officines de potiers ont bien existé jadis près du Tibre, mais comme, s’ils avaient jeté dans le fleuve les morceaux de vases et autres ordures de leur artisanat, il serait arrivé qu’ils bouchent entièrement un jour le lit du fleuve, le Sénat leur interdit de jeter quoi que ce soit dans le fleuve. Aussi leur assigna-t-on, à ce qu’on dit, le locus testaceus, et une colline s’est formée à la suite de l’entassement de ces objets435.

  • 436 La porte Saint-Paul est l’ancienne porta Ostiensis du mur d’Aurélien (271-275). Ce nom est attesté (...)

135Près de la porte Saint-Paul436, on peut contempler dans les murs mêmes de la ville une très belle pyramide presque entière, faite de blocs carrés de marbre. Comme on peut le déduire de l’inscription, c’était le tombeau de Caïus Cestius, un septemvir epulonum. On y lit le texte suivant :

C(aius). CESTIVS. L(ucii). F(ilius). POB(licia tribu). EPVLO. PR(œtor). TR(ibunus). PL(ebis). VII. [B : VIII sic] VIR. EPVLONVM.

136Au-dessous est gravé en lettres plus petites :

  • 437 La pyramide de Cestius est un célèbre tombeau élevé c. 12 a.C. et intégré à la muraille d’Aurélien (...)

Opus absolutum ex testamento Dieb(us) CCCXXX. arbitratu [L. deest] Pont(ificis) P.F. Clamelœ hæredis et Pont :L. [sic pro : arbitratu L(ucii) Ponti P(ublii)f(ilü), Cla(udia tribu). Melœ. heredis et Pothi. l(iberti)]437.

  • 438 La porta Trigemina (Triple) s’ouvrait – l’emplacement est conjectural – dans le mur Servien, près (...)
  • 439 Le qualificatif reposait sur l’hypothèse d’une porte à triple ouverture, mais nous avons ici une e (...)
  • 440 R., comme Marliani, est conscient de la difficulté évoquée à la n. 438. Sur la schola Grœcorum : s (...)
  • 441 Infra, n. 443.
  • 442 Supra, n. 436 [fig. 1, no 133].

137La porte Saint-Paul était appelée autrefois Trigemina438 parce que les trois Horaces l’ont empruntée pour sortir avec les trois Curiaces439. À vrai dire, elle n’était pas alors à l’endroit où on la voit aujourd’hui. Auparavant elle se trouvait sur le Tibre et au pied de l’Aventin, près de l’école des Grecs440, parce que l’Aventin n’était pas dans la ville ; maintenant on l’appelle porte Saint-Paul du nom de l’église Saint-Paul441. C’est là, dit-on, que commence la voie Ostiensis qui mène à Ostie442.

  • 443 San Paolo Juori le mura : l’une des quatre grandes basiliques patriarcales ; elle commémore le mar (...)

138Sur cette voie, à un peu plus d’un mille environ, se présente l’église Saint-Paul, très connue, édifiée par Constantin, toute éclatante de ses nombreux ornements de marbre ; elle est construite avec un si bel ordre de colonnes de marbre qu’il ne m’a été donné de voir aucune église à Rome qui lui soit supérieure, même si les autres ne sont pas méprisables443.

  • 444 San Paolo alle Tre Fontane : à l’endroit où saint Paul fut décapité (en 67), sa tête ayant rebondi (...)

139À mille pas de là se présente un couvent qui doit son nom à trois sources. C’est ici en effet que, du crâne de saint Paul décapité qui avait rebondi trois fois, avaient soudain jailli, affirme-t-on, trois sources444 ; l’eau de ces sources étant tout à fait potable, moi aussi je m’en suis abreuvé.

  • 445 Santa Balbina, ancien titulus de Tigrida, église et couvent au vT siècle, restaurés vers 800, puis (...)
  • 446 Thermœ Antoninianœ, construits en 211-216, les mieux préservés des thermes de la ville de Rome ; p (...)

140En retournant à présent vers la ville par la même route, à droite de la porte Saint-Paul, au pied de l’Aventin, se trouve l’église Sainte-Balbine445, presque humblement étendue près des thermes antoniniens. Le vulgaire appelle l’endroit Antignanus, au lieu d’Antoninianum. On y voit d’immenses murs fort élevés et aussi de très grandes colonnes, les ruines admirables des thermes d’Antonin Caracalla qui, dit-on, étaient très célèbres446.

  • 447 San Sisto Vecchio (ou in Piscina) : lieu du martyre de Sixte II, église au ve siècle, monastère an (...)
  • 448 Point de départ de la via Appia qui menait en Campanie, puis à Brindes [fig. 1, no 138].
  • 449 La porte Saint-Sébastien s’ouvre dans le mur d’Aurélien. On l’appelait dans l’Antiquité porta Appi (...)
  • 450 Infra, n. 461.
  • 451 Elle ne se nommait pas porta Capena mais porta Appia : la porte Capène se trouvait plus au nordoue (...)
  • 452 C’est au sortir de la porte Capène (et non de la porta Appia) que se pressaient temples et tombeau (...)
  • 453 Le bois des Camènes (et la source) était situé juste à l’extérieur de la porte Capène (non de la p (...)
  • 454 Ovide (Ov., Fast., 6.193-194) le localise extra portant Capenam. Il fut voué en 259 a.C. par L. Co (...)
  • 455 Nous n’avons rien trouvé sur ce temple. Seuls les Catalogues Régionnaires tardifs évoquent une are (...)
  • 456 Le temple à’Honos [et Virtus] a été voué en 234 a.C., puis en 222 après la bataille de Clastidium (...)
  • 457 Ce temple est inconnu à cet endroit.

141Entre cet endroit et le monastère Saint-Sixte447 paraît la voie Appia448 qui conduit directement à la porte Saint-Sébastien449, appelée comme l’église du même nom450, située sur cette même voie Appia, à la deuxième borne à partir de la ville ; cette porte était dite jadis Capène451. Au-delà de cette porte, se trouvaient autrefois beaucoup de temples et de tombeaux452. Il y avait aussi le bois sacré des Camènes453, le temple de Tempestas454, ceux dApollon455, d’Honos456, de Spes457 et les tombeaux de divers Romains. C’est ce que précise Marcus Tullius lorsqu’il demande :

  • 458 Cic., Tusc., 1.7.13 (Coarelli 1994, 112-116 ; Gros 2006, 43).

An tu egressus porta Capena, cum Collatini (sic pro : Colatini), Scipionum, Serviliorum, Metellorum sepulchra vides, miseros putas idos ?458

  • 459 Il s’agissait des tombeaux d’A. Atilius Calatinus, consul en 258 et 254 a.C. (censeur en 249), et (...)

142On voit partout, encore aujourd’hui, de nombreux restes et vestiges de ces tombeaux, mais il faut reconnaître à qui ils appartenaient et vu qu’aucun ornement ni inscription n’y subsiste intacte, cela serait difficile459.

  • 460 L’église Domine quo vadis ? (ou Santa Maria in Palmis à partir du xive siècle) remonte au ixe sièc (...)

143À mille pas de la ville se trouve un sanctuaire à qui le peuple a donné le nom de Domine, quo vadis ? Il l’a choisi pour la raison suivante : on raconte que, alors que saint Pierre s’enfuyait de Rome pour se soustraire à la colère de l’empereur, il aurait rencontré à cet endroit le Christ à qui il aurait dit : “Domine, quo vadis ?” Celui-ci lui aurait répondu : “à Rome, pour y être crucifié à nouveau.” C’est en souvenir de cela, dit-on, qu’on a élevé une chapelle en ce lieu460.

  • 461 San Sebastiano fuori le mura : basilique originellement dédiée à saint Pierre et saint Paul ; fond (...)
  • 462 Il s’agit de la vaste catacombe de saint Calliste, le plus important ensemble funéraire souterrain (...)

144À mille pas de là sur la droite de la voie Appia surgit encore l’église Saint-Sébastien461 où se trouve le cimetière de Calistus, souterrain creusé à la main et contenant la sépulture de nombreux martyrs et des chapelles où les Chrétiens célébraient en privé et secrètement les cérémonies qui ne pouvaient pas jadis l’être en public par crainte des empereurs462.

  • 463 Il s’agit en réalité de la Villa de Maxence sur la via Appia, grandiose ensemble composé d’un pala (...)
  • 464 Le cirque (dédié en 309) mesure 520 m de longueur et sa plus grande largeur est de 92 m. La spina (...)
  • 465 L’obélisque de granit rouge, de facture romaine, date du règne de Domitien (a. 81). Il a été d’abo (...)

145Non loin d’une église de cette sorte, on peut contempler des ruines d’édifices immenses : on dit que c’était l’emplacement des demeures prétoriennes de Tibère César463, et parmi ces ruines on voit la forme d’un cirque, le plus beau de tous ceux qui existent à Rome, et le plus intact ; bien que tous les gradins soient brisés, on peut pourtant en saisir parfaitement le plan464. Au centre apparaissent encore des traces de bornes et un obélisque brisé en plusieurs morceaux où l’on voit sculptés des signes égyptiens ou lettres hiéroglyphiques465.

146À peu de distance de là s’élève, construite en forme de cercle et en travertin, une masse très épaisse et qui ressemble à une grande tour ou couronne appelée actuellement “la Tête de Bœuf” parce qu’on y voit partout sculptées des représentations de têtes de bovins. Une brève inscription montre que c’était le tombeau de Metella, l’épouse de Crassus :

  • 466 Tombeau de Cæcilia Metella (fin du Ier s. a.C.). Il doit son nom populaire (Capo di Bove) à la fri (...)

CAECILIAE Q(uinti). CRETICI. F(iliœ). METELLAE. CRASSI466.

  • 467 Supra, n. 447 [fig. 1, no 137].
  • 468 Santa Maria della Naviceila, nouveau nom (au xvie siècle) de Santa Maria in Domnica. On a trouvé à (...)
  • 469 Reproduction en marbre (1513) d’un ex-voto antique perdu, en forme de bateau, trouvé sans doute à (...)
  • 470 Un “temple rond de Faunus” situé près du monastère Saint-Sixte n’a jamais existé. Ce sont les huma (...)
  • 471 Santo Stefano in Monte Celio, et non, comme on l’a longtemps écrit, Santo Stefano Rotondo (ce dern (...)

147En revenant en ville, à droite de la porte Saint-Sébastien se trouve la colline du Cælius au pied de laquelle, sur la voie Appia, apparaît le monastère Saint-Sixte467, puis Sainte-Marie in Navicella468, ainsi nommée à cause du bateau de marbre que Ton voit devant la porte de l’église469. Près du monastère on voit le très beau temple rond de Faunus470. C’était le plus connu des temples de Rome, orné de colonnes de marbre et ayant des parois très joliment couvertes de plaques de marbre ; en outre il était agrémenté de très élégantes mosaïques. Comme il était vraiment tout à fait ruiné par l’âge, Nicolas V a réduit sa taille en lui donnant une forme plus étroite. Ainsi le voyons-nous aujourd’hui, et il est consacré au protomartyr saint Étienne471.

  • 472 Vaqua Claudia a été construite de 38 (Caligula) à 52, avec une dérivation supplémentaire en 64 (aq (...)
  • 473 Frontín., Aq., 14. Il évalue sa longueur à 46 406 pas, soit 68, 7 km.

148À côté de ce temple s’élève l’aqueduc de Vaqua Claudia qui peut fort bien être compté au nombre des ouvrages les plus somptueux et les plus anciens472. Frontín dit qu’il surpassait par sa taille tous les aqueducs qui servent à amener l’eau et sont des merveilles de cette même ville de Rome473.

  • 474 La porta Latina est une porte du mur d’Aurélien, restaurée en 403 et complétée de deux tours par B (...)
  • 475 Les auteurs du xvie siècle considèrent ce nom comme un doublet de celui de “porte Latine” [Marlian (...)
  • 476 C’est la voie qui, sortant par la porta Latina, se dirige vers les monts Albains [fig. 1, no 152].
  • 477 San Giovanni a Porta Latina : église datant du ve siècle, reconstruite en 772, restaurée vers 1190 (...)
  • 478 R. s’inspire de Marliani (Marliani 1534, 164). Ce devait être de sacellum Dianœ in Cœliculo cité p (...)
  • 479 San Tommaso in Formis : abbaye concédée par Innocent III à saint Jean de Matha et aux trinitaires  (...)

149Au sud de cet endroit se trouve le mont Cælius où se trouve la porte Latine474, autrefois nommée porte Ferentina475. C’est ici que commence la voie Latine476. Près de cette porte se trouve la chapelle de l’apôtre saint Jean : on dit que, plongé à cet endroit, sur ordre de l’empereur Domitien, dans une cuve d’huile bouillante, il en sortit sans dommage477. Ce temple était autrefois consacré à Diane, pense-t-on478. Mais revenons à l’endroit d’où nous nous étions écartés, au temple de Faunus. Dans la partie basse du mont Cælius apparaît l’hôpital Saint-Thomas. Ce fut le lieu autrefois consacré aux captifs rachetés des geôles des infidèles479.

  • 480 Selon Tite-Live (Liv. 1.30.1-2), Tullus Hostilius aurait entouré de murs le Cælius pour y enfermer (...)

150Dans une partie de cette colline se trouvaient jadis les mansiones Albanœ480.

  • 481 Eglise et monastère San Gregorio al Celio, fondés par le pape Grégoire le Grand dans son propre pa (...)
  • 482 Grégoire le Grand, né sur le Cælius, y a consacré sous le vocable de Saint-André l’Apôtre l’église (...)
  • 483 Santi Giovanni e Paolo : ancien titulus de Bizante et Pammachius, sénateur (a. 410) ; une basiliqu (...)
  • 484 La Curia Hostilia, bâtie par Tullus Hostilius, se trouvait sur le Forum, mais on l’a très longtemp (...)
  • 485 “Dans le palais attaché à celle-ci [l’église des Saints Jean et Paul] splendide édifice jadis, qu’ (...)
  • 486 Santi Quattro Coronati : ancien titulus d’Æmiliana au ve siècle, sur la pente nord du Cælius, rest (...)
  • 487 Les castra peregrina étaient le camp des peregrini, soldats des armées provinciales détachés en mi (...)
  • 488 Cet excursus est inspiré à R. par la mention des castra peregrina. Marliani n’en parle pas, mais P (...)

151Puis vient le couvent Saint-Grégoire bâti sur ses propriétés personnelles481 et dédié par lui à saint André482. À un endroit plus élevé se trouve l’église des Saints Jean et Paul483 construite sur les fondations de la Curia Hostilia484 : dans son palais tout à fait superbe, les pontifes romains ont habité pendant un temps485. Dans la partie supérieure du mont, celle qui fait face à l’Esquilin, on peut contempler l’église des Quatre Couronnés486. À cet endroit s’élevaient jadis les castra peregrina487. Auguste avait commis à la garde de l’Italie deux très grandes flottes, mais il les distribua par provinces, et plaça l’une à Misène, l’autre à Ravenne pour surveiller la mer supérieure et la mer inférieure488.

  • 489 Erreur à propos des Ravennates (voir supra, n. 80). R. a mélangé les époques.
  • 490 San Clemente : église édifiée en 385, restaurée dans la deuxième moitié du viiie siècle, puis vers (...)
  • 491 Supra, n. 472.
  • 492 Mauvaise lecture de Plin., Nat., 36.24.122, où il faut lire en réalité 300 millions et 500 sesterc (...)
  • 493 Nous n’avons pas trouvé chez Budé (de Asse et partibus ejus, 1514, fol. LXXVIIr) ce chiffre, mais (...)

152Il voulut que l’armée de la flotte de Ravenne, comme on l’a montré plus haut, réside hiver comme été au Janicule, et celle de Misène au mont Cælius, dans le camp qu’il appela pérégrin489. Au-dessous de cet endroit a été élevée la chapelle Saint-Clément490. Si, partant de là, on gagne le Latran en longeant le pied du mont, on trouve le fameux aqueduc appelé Vaqua Claudia491. Pline écrit de Vaqua Claudia qu’elle surpassait de beaucoup l’architecture de tous les autres aqueducs. Il dit qu’elle dépassait en hauteur toutes les collines de Rome et qu’on a dépensé pour cet ouvrage 3 fois 1000 sesterces (sic)492. Quand Budé en estima la valeur en or, pour parler vulgairement, il fit observer que cela donnait 1385 050 couronnes493.

  • 494 L’indication de la 40e borne vient de Pline (loc. cit.). L’aqueduc, selon notre texte, mesurait do (...)
  • 495 L’hôpital Sant’Angelo ou del Salvatore, connu surtout sous le nom d”Ospedale San Giovanni, était d (...)
  • 496 San Giovanni in Laterano (le nom date du ixe siècle et on ignore à quel Jean il se réfère) : cathé (...)
  • 497 Les crânes des saints Pierre et Paul ont été déposés au maître-autel de la basilique par Urbain VI (...)

153Claude l’a menée depuis la 40e borne par rapport à Rome mais cet aqueduc mesurait en fait ro 000 pas de long, le reste empruntant un canal souterrain494. Aussitôt passée l’arche de cet aqueduc, apparaît le très fameux hôpital du Latran, dit Hôpital Saint-Sauveur495. On dit que la très noble demeure des Laterani était située autrefois à l’endroit où se trouve maintenant la fort belle église Saint-Jean de Latran496, construite par Constantin le Grand et dotée d’une très belle et quadruple rangée de colonnes. Au-dessus de l’autel majeur sont conservées dans un tabernacle de marbre les têtes des saints apôtres Pierre et Paul et, à ce qu’on raconte, plusieurs autres reliques497.

  • 498 Le pape Nicolas IV affirma en 1291 qu’elles provenaient directement du Temple de Salomon, apportée (...)
  • 499 Il s’agit de la fameuse table de bronze portant l’inscription dite Lex de imperio Vespasiani (a. 6 (...)

154Devant l’autel s’élèvent quatre immenses et remarquables colonnes de bronze de même forme et structure, qui se trouvaient autrefois au Capitole ; elles avaient été fondues par Auguste avec les rostres des navires égyptiens vaincus. La superstition populaire raconte qu’elles ont été apportées du temple de Salomon498. Une plaque de bronze très ancienne portant une fort longue inscription contenant les textes de divers décrets de cette époque est insérée dans un mur499. Au-dessous d’elle est enterré le très docte Laurent Valla avec l’épitaphe suivante :

  • 500 Lorenzo Valla, ou Lorenzo di Luca Valle (1407-1457), érudit, philologue fameux (Stein 2004, 90-91) (...)

LAVRENTIO VALLAE, HARVM AEDIV(m) sacrarum canonico, Alphonsi Regis et Pontifias Maximi secretario apostolicoque scriptori, qui sua œtate omnes eloquentia superavit. Catherina (en réalité : Catarina) materfilio pientiss(imo) posuit. Vixit ann(os) :L. Obiit anno D(omi)niM. CCCC. LXV. (recte : M. CCCC. LVII.) Calendis Augusti500.

  • 501 Le tombeau de Martin V (Otto Colonna, † 20 février 1431) date des alentours de 1435-1440 (école de (...)
  • 502 Supra, n. 322 et 325.
  • 503 Palladio a évoqué les reliques insignes qui auraient été rapportées de Jérusalem par Titus [Pallad (...)
  • 504 VirgaAaron (ou bâton de Moïse) (Miedema 2001, 168-169, no 1 ; Mączak 2002, loc. cit.).
  • 505 Elle a évidemment suscité les sarcasmes de Calvin. Elle seule subsiste aujourd’hui, sur l’autel du (...)

155Au centre de l’église s’élève un tombeau avec la statue de bronze de Martin V, de la famille Colonna501. Se trouvent aussi dans la même basilique des objets provenant du triomphe de Titus qui étaient auparavant dans le temple de la Paix, comme on Ta dit plus haut502 : l’arche d’alliance presque détruite par l’âge et les vers503, la verge de bois d’Aaron504 et la table carrée de bois où, dit-on, le Christ dîna avec ses disciples avant de subir le bois de la croix505.

  • 506 Le baptistère (Concha Constantini) a été construit par Constantin vers 315-324 et était alimenté p (...)

156La même basilique possède des annexes où se trouve encore la forme d’un baptistère entouré de partout de très belles colonnes de porphyre : on rapporte que des cerfs d’argent répartis tout autour répandaient de l’eau dans une vasque ; au centre de la piscine il y avait une colonne où Ton brûlait du parfum à certaines occasions506.

  • 507 Il y a peut-être confusion avec le baptistère lui-même, dont la porte était précédée de deux colon (...)
  • 508 La chapelle proche a été consacrée par le pape Hilaire (461-468) à saint Jean Baptiste et elle gar (...)

157Il y a également à l’intérieur trois oratoires ou chapelles ; l’un, assez petit, dédié à saint Jean Baptiste, a des portes de bronze507 (la chambre de l’empereur Constantin s’y trouvait, à ce qu’on prétend) ; jusqu’à nos jours un édit interdit aux femmes d’y pénétrer508.

  • 509 La statue a été enlevée en 1538 (supra, n. 247). Fichard a encore vu la statue de “Constantin” en (...)
  • 510 Le passage qui suit semble presque entièrement emprunté à Andrea Fulvio (Antiquitates Urbis, 1527, (...)

158De l’autre côté de la basilique, où Ton peut encore voir le socle de marbre de la statue équestre de bronze que Paul III, comme on Ta dit plus haut, avait transportée au Capitole509, se trouvent les marches de marbre, au nombre de vingt-huit, qu’emprunta, dit-on, le Christ pour monter chez Pilate510.

  • 511 Le “portique sinueux” était certainement le long corridor à parcours en baïonnette qui menait du T (...)
  • 512 Le “Saint des Saints” (Sancta Sanctorum, ou San Lorenzo in Palatio), apparu sous le pape Pélage, r (...)

159La superstition veut qu’on les gravisse à pied. Il y en a encore d’autres construites à proximité, pour redescendre. Puis apparaît un portique sinueux511 par où l’on se rend au Saint des Saints, l’endroit le plus vénéré des Romains pour sa sainteté512.

  • 513 Palladio se fait aussi l’écho de la présence de ces “deux sièges de porphyre” près de la chapelle (...)
  • 514 La mensura Christi était en réalité une mensa (table) posée sur quatre colonnes, censée représente (...)
  • 515 C’était normalement la table supportée par les quatre colonnes (cf. n. précéd.), dite aussi Tabula (...)
  • 516 Réflexion typique d’un luthérien.
  • 517 La porta San Giovanni a été substituée à la porta Asinaria dans le mur d’Aurélien par Grégoire XII (...)
  • 518 L’église San Giovanni in Laterano. Ce serait le nom nouveau de la porta Cœlimontana, mais cette po (...)
  • 519 La via Campana est un nom moderne attesté sur le plan de Bufalini. Elle devait correspondre à la v (...)

160On peut y voir deux sièges de porphyre où tout nouveau pape est attouché par le diacre le plus élevé, afin de savoir s’il est un homme513. Un peu plus loin, se trouve une petite colonne qui donne la taille du Christ514 et, à côté, la pierre où, dit-on, furent comptés les 30 deniers qui servirent à acheter Judas515. J’ai voulu introduire ici ces enfantillages pour ne rien oublier des innovations réclamées surtout par le peuple516. En descendant, à droite de cette église, apparaît la porte appelée aujourd’hui porte Saint-Jean517 du nom de l’église voisine518 ; on la nommait jadis porte Cœlimontana à cause de la proximité du mont Cælius. La route qui part de cette porte est dite Campana car elle conduit en Campanie et à Naples519.

  • 520 Les auteurs de la Renaissance se trompaient sur la localisation de cet amphithéâtre (il se trouvai (...)
  • 521 Le couvent de Santa Croce date de la deuxième moitié du xve siècle. Il a été adjoint à la célèbre (...)
  • 522 Tout ce secteur occupe l’emplacement d’une grande villa impériale, le Sessorium ou palatium Sessor (...)
  • 523 Vasque antique de basalte noir, signalée pour la première fois par Rucellai (1448-1514) (L 2, 23 m (...)

161Quand on s’avance en ligne droite de Saint-Jean de Latran vers l’est, on voit apparaître contre les murs mêmes de la ville l’amphithéâtre de Statilius Taurus520, bâti en briques près de l’église Sainte-Croix de Jérusalem ; il est petit et à demi détruit, car il a été élevé sur les conseils d’Auguste ; il est maintenant inclus dans le couvent des Frères de Sainte-Croix dont Constantin le Grand éleva la basilique521, dans l’atrium Sessorianum, d’où son nom de basílica Sessoriana522 : elle est assez remarquable pour ses ornements de marbre et ses lambris peints. Sous l’autel majeur, on peut voir une vasque antique de très belle pierre de Lydie523.

  • 524 Une staurothèque ornée d’or et de gemmes et contenant deux morceaux du bois de la Croix aurait été (...)
  • 525 Le titulus était une planchette piquée de trous de vers où figuraient des restes d’inscription en (...)
  • 526 En 1570, Onofrio Panvinio mentionne, parmi les reliques de Santa Croce, “un des trente deniers d’a (...)
  • 527 Le nom de “Temple de Vénus et Cupidon” était donné par les topographes du xve siècle et des siècle (...)

162Il contient de nombreuses reliques, un morceau du bois de la croix524 et son écriteau525, l’un des deniers d’argent de la trahison de Judas, lorsqu’il vendit le Seigneur526. À gauche de cette église, dans les jardins tout proches, on voit les fort grandes ruines du temple de Vénus et de Cupidon527.

  • 528 L’Esquilin comprenait trois hauteurs distinctes : l’Oppius, le Cispius et le Fagutal.
  • 529 Cette réflexion est sans doute empruntée à Biondo : “Et il ne nous échappa pas que les collines pr (...)

163Le mont Esquilin (ou Exquiliœ) s’avance jusque là. Il surpasse par son étendue et sa hauteur tous les autres monts, et il dispose de plusieurs orientations car il est divisé en plusieurs parties528. Mais les édifices urbains fondés dans les vallées et devenus des ruines ont fait qu’on peut à peine distinguer les unes des autres quelques collines et leur assigner des limites sûres529.

  • 530 La Porte Majeure (Porta Maggiore) était le nom populaire de la porta Prænestina, par où les pèleri (...)
  • 531 En réalité, c’était une porte du mur servien (site de Sainte-Balbine) (Marliani 1534, 32 ; Coarell (...)
  • 532 Voir supra, η. 530.
  • 533 La via Labicana rejoignait la colonie de Labicum fondée en 418 a.C. (Monte Compatri, au nord des M (...)
  • 534 La via Tiburtina aboutissait à Tivoli (Tibur), mais elle ne passait pas cette porte : R. la confon (...)
  • 535 Laqua Claudia et l’Anio Novus passaient au-dessus de la Porte Majeure. Trois inscriptions superpos (...)
  • 536 Il était admis à la Renaissance (depuis Biondo) que la basilique fondée par Auguste pour ses petit (...)
  • 537 Il s’agit en réalité du temple dit de Minerva Medica (via Giolitti). De forme décagonale et d’un d (...)
  • 538 Réflexion identique chez Biondo à propos des thermes des Cornelü : “et aujourd’hui chaque édifice (...)

164En progressant plus avant vers les murs de la ville, apparaît la porte Majeure ou porte de Sainte-Croix530, jadis nommée porte Nœvia531. Certains voudraient qu’elle ait été construite sur un plan triomphal532. Deux voies, la Labicana533 et la Tiburtina534 y prennent naissance. À la droite de cette porte, l’aqua Claudia pénètre en ville535. Entre cette porte et la porte SaintLaurent, il y a un arc très ancien de forme arrondie presque intact, là où Auguste a construit la très noble basilique et le superbe portique qui portent le nom de ses petits-fils Caïus et Lucius536 : aussi appelle-t-on aujourd’hui vulgairement cet endroit les thermes Calluccii, forme corrompue de Caii et Lucii537. On l’appelle thermes, soit parce que le peuple nomme thermes tous les bâtiments gigantesques, soit parce qu’il y avait vraiment deux édifices thermaux pas très imposants, selon la coutume538.

  • 539 “La porta di San Lorenzo se nommait auparavant porta Tiburtina et porta Taurina” [Palladio (HH), 1 (...)
  • 540 Le nom – médiéval – se trouve dans les Miracole di Roma ou Mirabilia Urbis, et est dû à la présenc (...)
  • 541 Porta Tiburtina : intégrée dans le mur d’Aurélien, une arche de l’aqua Marcia (5 a.C.) – supportan (...)
  • 542 L’aqua Marcia a été bâtie en 144-140 a.C. par le préteur Q. Marcius Rex, restaurée en 33 a.C., de (...)
  • 543 Les inscriptions subsistantes sur chacune des trois conduites sont, de haut en bas, aux noms d’Aug (...)
  • 544 San Lorenzo fuori le mura : première basilique, ou basílica maior, édifiée par Constantin en 314-3 (...)
  • 545 Le nom a été donné au Moyen Âge au site des catacombes de Santa Cyriaca, puis de l’église San Lore (...)
  • 546 Les corps de saint Laurent et de saint Étienne sont toujours conservés dans l’église (Miedema 2001 (...)

165La porte Saint-Laurent539, construite en forme d’arc, était dite jadis Taurina à cause d’une tête de taureau qu’on voit encore sculptée sur chacune des faces de la voûte interne540, et Tiburtina parce qu’elle menait à Tibur541. Vaqua Marcia entrait en ville par cette porte542, car il y a sur la voûte interne des lettres d’un pied de haut, sur chaque façade, avec l’inscription de trois empereurs, Auguste, Antonin le Pieux [= Caracalla] et Titus543. Dans son prolongement vers l’extérieur, au premier milliaire environ apparaît la basilique Saint-Laurent544 créée par Constantin le Grand hors les murs, dans l’ager Veranus545, entièrement décorée à l’intérieur d’ornements de marbre, et suffisamment connue pour ses plafonds lambrissés et dorés. Sous l’autel majeur sont conservées les cendres des deux principaux martyrs Étienne et Laurent dans un monument de marbre entouré de barreaux de fer qui le protègent546.

  • 547 La plaque de marbre en question est une frise de trophées navals (rappels d’Actium) et d’instrumen (...)
  • 548 Sant’Eusebio all’Esquilino : ancien titulus d’Eusèbe, du ive ou ve siècle, restauré dans la deuxiè (...)
  • 549 La “levée” de Tarquín le Superbe défendait le côté oriental de la ville, privé de défenses naturel (...)
  • 550 Il s’agit probablement d’une invention de l’Histoire Auguste (Gordiani tres, 32.3), transmise à R. (...)
  • 551 “Le palais des Gordiens (...) subsiste encore de nos jours. Leur villa, située sur la voie Prénest (...)

166Près de la tribune, au centre de l’église, on voit une plaque de marbre où sont sculptés avec art les boucliers sacrés des prêtres de l’Antiquité, les haches, les couteaux et tous les instruments appropriés au sacrifice547. En revenant à la porte Saint-Laurent à droite apparaissent les ruines de l’aqua Martia, et à partir de l’église Saint-Eusèbe548 s’étendait l’agger de Tarquín le Superbe549. Il y a aussi près de l’église Saint-Eusèbe les ruines des thermes de l’empereur Gordien550 et de son magnifique palais qui avait deux cents très nobles colonnes sur un seul côté551.

  • 552 Cet arc n’est cité que par les écrivains des xve-xvie siècles, Pomponio Leto (1510), Andrea Fulvio (...)
  • 553 Citation directement extraite de Marliani : In ea autem via, quœ adportam Inter aggeres ducebat, i (...)
  • 554 L’église San Lorenzo in Damaso fut intégrée dans le palais de la Chancellerie en 1486 : supra, n. (...)

167Non loin de là se trouvait également l’arc du même empereur doté de très beaux trophées et de divers ornements de marbre552. Ses marbres exhumés autrefois ont été détournés sur ordre du cardinal de Saint-Georges553 pour orner le palais et l’église Saint-Laurent in Damaso554.

  • 555 San Giuliano ai Trofei di Mario : église fondée au xiie siècle (Sant’Angelo), dédiée à saint Julie (...)
  • 556 Le passage est fortement inspiré de Marliani 1534, 204-205 : Prœnestina autem Via, ad Esquilinam d (...)

168Non loin de Saint-Eusèbe, au-delà de la voie Tiburtina, près de l’église Saint-Julien555, apparaissent les trophées de Caïus Marius qu’on appelle aujourd’hui “les Cimbres.” On les nomme ainsi du nom des peuples cimbriques. Après les avoir vaincus, Marius a élevé un trophée à cet endroit. Ils sont désormais détériorés et renversés, mais il y a une cuirasse avec ses ornements sur un tronc de marbre d’une taille gigantesque (il y en a deux en fait). On peut voir en outre l’image d’un adolescent barbare captif, les mains liées derrière le dos556.

  • 557 Après son entrée à Rome en 82, Sylla fit détruire les deux monuments triomphaux élevés par Marius. (...)

169Sur l’autre, on voit la représentation d’un bouclier et d’autres objets guerriers. Suétone écrit que les trophées de Marius ont été abattus par Sylla et dispersés par suite de leurs discordes, et qu’il ont ensuite été restaurés par le dictateur César et élevés à leur emplacement d’origine, là où on peut les voir encore de nos jours557.

  • 558 Sur Vaqua Marcia : supra, n. 542 ; sur le castellum aquœ : supra, n. 556 [fig. 1, no 173 et 179].
  • 559 Le terme est médiéval (via et domus Merulana) et son étymologie controversée. La via Merulana reli (...)
  • 560 C’est un pseudo-toponyme érudit attribué à la zone située entre Cælius et Esquilin, ou le long des (...)
  • 561 San Matteo in Merula (ou in Merulana) : église mentionnée en 499, restaurée dans son vocable primi (...)
  • 562 Les thermes de Philippe sont une invention de la Renaissance apparue dans l’œuvre de Pomponio Leto (...)

170Près de ces trophées on voit Vaqua Martia et aussi un château d’eau558. Mais toute la partie de l’Esquilin qui, commençant aux trophées, regarde vers Saint-Jean de Latran, est appelée vulgairement aujourd’hui Merulana (au lieu de Mariana)559 ; la région était dite “les anciennes petites boutiques560 ” Cet endroit possède actuellement tant de vignes et de roseaux que tout est plan. Sur la partie saillante dominant l’église Saint-Mathieu in Merula561, on prétend que s’élevaient les thermes de l’empereur Philippe et qu’il en subsiste encore quelques vestiges562.

  • 563 San Martine ai Monti : église remontant à la fin du ve siècle, reconstmite et restaurée à plusieur (...)
  • 564 Bâtis par Apollodore de Damas à l’emplacement de la Maison Dorée de Néron (a. 104-109), progressiv (...)

171Ensuite, près de Saint-Martin aux Monts563 se trouvaient les thermes de Trajan564.

  • 565 San Pietro in Vincoli (Saint-Pierre-aux-Liens) : église fondée par l’impératrice Eudoxie (basílica (...)
  • 566 Bâtis en 80, au nord du Colisée, sur les pentes de l’Oppius. Restaurés en 238. Objet de fouilles i (...)

172Non loin de Saint-Pierre in Vinculis565 s’étendent aujourd’hui les immenses restes des thermes de l’empereur Titus566.

  • 567 Les Sette Sale étaient une monumentale citerne construite pour l’alimentation des thermes de Traja (...)
  • 568 Il s’agit des Thermes de Titus : supra, n. 566.
  • 569 Supra, n. 49 ; Plin., Nat., 36, 37 : sicut in Laocoonte, qui est in Titi imperatoris domo, opus om (...)

173On peut voir à côté le château d’eau appelé Septem Salas, pour rester dans la langue vulgaire. Il y a en réalité neuf espèces de citernes, énorme masse voûtée sous terre, soutenue par un grand nombre de colonnes. On disait qu’il s’agissait du “château d’eau” ou du “réservoir d’eau” à l’usage des thermes qui sont toujours à proximité567. Titus possédait aussi à cet endroit un fort beau palais568. On y a découvert le fameux Laocoon dont Pline écrit qu’il se trouvait dans le palais de Titus et qui est visible actuellement dans les jardins du Vatican : c’est une œuvre, comme il le dit, à placer au-dessus de toutes les peintures et sculptures569.

  • 570 Supra, n. 565.

174Dans les ruines de ces thermes on peut contempler l’église et le monastère St.-Pierre in Vinculis, admirablement décorée par le pape Jules II570.

  • 571 Le très célèbre mausolée commandé par Jules II à Michel Ange (et inachevé) est en fait un cénotaph (...)
  • 572 Jacopo Sadoleto (1477-1547), cardinal humaniste, évêque de Carpentras, ami de Pietro Bembo. Tombea (...)

175On y voit le monument de marbre qui lui a été élevé, d’un art, d’une beauté et d’une habileté étonnantes, sculpté de la main divine du statuaire Michel Ange ; il s’y trouve une statue du prophète Moïse, faite avec un art et un travail étonnants.571 Est enterré dans la même église Jacques Sadolet, dans un monument funéraire où l’on voit son effigie dessinée sur le vif572.

  • 573 Il s’agit de l’arc dit “de Gallien”, qui s’élève au flanc de l’église Saint-Vit (Santi Vito e Mode (...)
  • 574 Santa Prassede : l’église remonte au ve siècle, avec plusieurs restaurations et/ou reconstructions (...)
  • 575 Sainte-Praxède conserve une colonnette de marbre bigarré apportée de Jérusalem par le cardinalléga (...)

176En direction de l’arc Saint-Vit573 apparaît enfin l’église Sainte-Praxède574. Elle contient une chapelle où il est interdit aux femmes d’entrer. On y conserve la colonne où, dit-on, le Christ fut attaché et flagellé575.

177En allant en droite ligne par la voie Tiburtina, on trouve l’arc de travertin de l’empereur Gallien, simple et sans aucun ornement, mais on affirme que ce n’était pas un arc triomphal, à cause de l’inscription qui dit ceci :

  • 576 C’est la porta Esquilma (à trois arches) du mur républicain, redédiée en 262 à Gallien et Salonine (...)

GALIENO CLEMENTISS(imo) PRINCIPI CVIVS INVICTA VIRTVS SOLA PIETATE SVPERATA. EST. M(arcus). AVRELIVS VICTOR DEDICATISS(imus) NVMINI MAIESTATlQ(ue) EIVS576.

  • 577 San Vito in Macello (ou Santi Vito e Modesto) (= Saint-Guy au Marché) : église et monastère remont (...)
  • 578 Sur la pierre de marbre (pietra scelerata) surmontée d’une grille furent massacrés, pensait-on, de (...)
  • 579 Sant’Antonio : église située près de l’hospice du même nom. Elle date de 1308 et a été restaurée e (...)

178Aujourd’hui on l’appelle vulgairement l’arc Saint-Vit à cause de l’église du même nom toute proche577. Cette église contient beaucoup de restes de martyrs dont on dit qu’ils ont été tués à cet endroit sur la pierre qui se voit au centre du sanctuaire, entourée de toutes parts de barreaux de fer578. Près de là se trouve le sanctuaire de Saint-Antoine579. Puis vient la très splendide et somptueuse église Sainte-Marie-Majeure : sur la basilique construite en ce lieu, son origine et son histoire, on raconte des choses admirables.

  • 580 Santa Maria Maggiore : première basilique édifiée par le pape Libère (352-356) (basílica Liberiana(...)
  • 581 Le patrice romain Jean, fondateur de la basilique en 356, avec le pape Libère, serait enterré, ave (...)
  • 582 Le corps de l’apôtre Matthieu est enterré dans une petite abside couverte de porphyre et de marbre (...)
  • 583 Les ossements de saint Jérôme sont conservés en face de ceux de saint Matthieu [Kessler & Zacharia (...)
  • 584 La crèche (presepe), mentionnée pour la première fois au viie siècle, a disparu, puis été reconstr (...)

179C’est aujourd’hui la plus belle de toutes ; elle se remarque par ses très nobles colonnes, la diversité de ses marbres, elle est célèbre pour ses incrustations et son pavement de mosaïque, prestigieuse de face et de derrière, à l’intérieur comme à l’extérieur, pour ses plafonds aussi, lambrissés et recouverts d’or. Elle a été assez bien ornée de peintures très récemment par Alexandre VI580. Dans l’entrée de l’église est enterré, sous un monument de porphyre, le patrice Jean qui, dit-on, construisit cette église sur l’ordre de Dieu581. Sous l’autel principal repose le corps de l’apôtre saint Matthieu582. Devant la chapelle, près de la crèche, reposent les ossements de saint Jérôme583. On dit qu’il y a là également de la paille et des matériaux qui proviennent de la crèche où naquit le Christ à Bethléem : les femmes n’y entrent pas – un édit a été pris en ce sens584. Qui pourrait en trouver la raison ? Il faudrait enquêter scrupuleusement là-dessus.

  • 585 Le temple et le lucus de Juno Lucina se trouvaient à un emplacement incertain, sur le Cispius. Le (...)
  • 586 La turris Mœcenatiana, comprenant une belle demeure et des terres sur l’Esquilin, fut offerte par (...)
  • 587 Il s’agit de l’incendie de 64 : [Nero] incendium e turre Mœcenatiana prospectans lætusque “flammæ”(...)
  • 588 Le campus Esquilinus formait la première nécropole de l’Esquilin, pour les riches comme les pauvre (...)
  • 589 Les Horti Mœcenatis se trouvaient sur l’Esquilin, dans la zone proche du mur servien et de l’ancie (...)
  • 590 La maison de Virgile se trouvait près des jardins de Mécène. Cf. Donat., Vita Verg., 13 : [Vergili (...)
  • 591 Les thermes de Dioclétien, commencés par Maximien en 298, furent dédiés aux deux empereurs vers 30 (...)

180Dans cette partie de l’Esquilin se trouvaient, prétend-on, le temple et le bois sacré de Juno Lucina585. Au-dessous de cet endroit, vers la colline du Viminal et les thermes de Dioclétien, s’élevait la tour de Mécène586, en un lieu plus élevé des Exquiliœ. C’est en haut de cette tour que se tenait, tout joyeux, Néron, car il avait de là un large panorama sur la cité tout entière ; habillé en histrion, il y contemplait la ville en flammes587. Entre cet endroit et les murs de la ville se trouve une place qu’on appelle Exquilina où l’on avait coutume d’enterrer les morts588. On en a exhumé de nos jours de nombreux tombeaux de marbre ainsi que des urnes. Auguste a offert ce champ à Mécène, car il emplissait la cité de honte et de puanteur, et il a aménagé dans ce champ de très nobles jardins589 près desquels habitait Virgile590. Mais hâtons-nous d’aller au Viminal, et parlons d’abord des thermes de Dioclétien, les plus grands de tous ; bien que, pour leur plus grande partie, ils reposent recouverts de ruines, la taille de l’ouvrage peut être facilement appréhendée à partir de ses arches et colonnes immenses591.

  • 592 Ce type de remarque, inspirée d’Ammien, se trouve aussi chez Le Pogge (JYB), 26. Amm. Marc. 16.10. (...)

181Les thermes eurent des origines modestes et n’avaient que des bains destinés aux soins du corps ; ensuite on déploya de telles sommes, par excès des princes, que, sous le nom de thermes, on créa des édifices monstrueux et, comme le dit Marcellin, “à l’instar de possessions provinciales”, avec de très spacieux portiques et tellement de colonnes et d’ornements, un nombre si infini de statues qu’ils suscitaient la stupeur des spectateurs ; à cela s’ajoute le fait que l’on disposait dans ces édifices des forêts et des bois sacrés, des piscines et autres futilités de ce genre592.

  • 593 La phrase est littéralement copiée dans l’ouvrage de Lucio Fauno sur les Antiquités de Rome : Quem (...)
  • 594 Il s’agit probablement de l’édifice thermal du Quirinal. Le nom doit venir de l’inscription de déd (...)
  • 595 Le concept de palatium Diocletiani se trouve sur le plan de Bufalini (1551). Quant à l’information (...)
  • 596 Le nom de campus Viminalis n’apparaît que dans les Cataloghi Regionari (Regio V), entre l’amphithe (...)

182Par exemple, dans les thermes de Titus, on voit des souterrains semblables à des citernes qu’on appelle les “Jarres des Thermes”593 : à ce qu’on dit, c’était un château d’eau. Ils répartissaient l’eau dans les bains à des usages hygiéniques divers et c’étaient des réalisations d’une architecture vraiment admirable. Dans les vignes situées entre les thermes et la colline du Quirinal se trouvait, croit-on, le palais de Dioclétien. À cet endroit étaient enterrées les bases de colonnes immenses594. Une celia a été en outre tout récemment découverte, magnifiquement ornée de coquillages marins595. Après ces thermes et les levées de Tarquín, et jusqu’au mur d’enceinte s’étend le campus Viminalis qui est rempli d’arbustes et de ceps de vigne596.

  • 597 Le Vivarium était un enclos destiné aux animaux pour l’amphithéâtre. Il est attesté par une inscri (...)

183Il y avait là jadis un parc où les Anciens tenaient enfermés de nombreux animaux ; il reste aujourd’hui encore quelques cavités faites à la main près du mur d’enceinte, très semblables aux antres et tanières des bêtes sauvages597.

  • 598 Santa Pudenziana : église fondée sur le titulus du sénateur Pudens (dont Pudentienne était la fill (...)
  • 599 Les Thermes Novatiens (ou thermœ Novati ou Timotheanœ) s’élevaient au iie siècle sur l’antique vic (...)

184Au sud des thermes est située l’église Sainte-Pudentienne598 bâtie dans les thermœ Novatianœ, où se voient encore de très antiques pavements noircis par la fumée599.

  • 600 San Lorenzo in Panisperna (ou in Formoso) : église créée sur le site du martyre de saint Laurent, (...)
  • 601 Olympias était une fille de Flavius Ablabius, consul en 331 et préfet du prétoire d’Orient. Elle f (...)
  • 602 Il s’agit de Sant’Agata dei Goti (au Moyen Âge, Sant’Agata de Subura ou in Monasterio) : cette trè (...)

185Entre cette église et l’église Saint-Laurent in Panisperna600, se trouvaient, à ce que l’on veut bien dire, les thermes d’Olympias601. Il y a dans les environs, tout à l’entour, de nombreux vestiges qui menacent ruine à force d’antiquité. Au pied du Viminal s’élève l’église SainteAgathe sub Viminali602 où est enterré le Grec Lascaris.

186Son tombeau s’orne de l’épitaphe suivante :

  • 603 Jean Lascaris, surnommé Rhyndacenus (Constantinople 1445 – Rome 1534) : érudit grec, exilé de Cons (...)

Λάσκαρις άλλοδαπῆ γαίῃ ἔνι κάτθετο, γαίην / οϋτι λίψ ξείνην, ὦ ξένε, μεμφόμενος. / εύρετο μειλιχίην, άλλ’αχ&εται εἴπερ Άχαιοἱς / ούδ’ έτιχοῦνχεύει πατρίς ἐλευθέριον603.

  • 604 La via Nomentana menait, par la porta Collina et la porta Nomentana, à Nomentum (act. Mentana, pro (...)
  • 605 Erreur : la via Nomentana empruntait la porta Collina du mur servien, et non la porta Viminalis, s (...)
  • 606 C’est le nom donné au Moyen Âge à la porta Nomentana (porte du mur d’Aurélien) [Fichard (1536/37), (...)
  • 607 Sant’Agnesefuori le mura : église et couvent fondés après 337 (commencés par Constantin, dédiés pa (...)
  • 608 On appelait “Temple de Bacchus” à la Renaissance le mausolée de Constantina (ou Santa Costanza), f (...)
  • 609 Ce tombeau, trouvé en place à l’intérieur du mausolée, est le sarcophage de Constantina (ou Consta (...)
  • 610 Constantina, fille aînée de Constantin le Grand et de Fausta, née vers 320 ; elle a épousé en 335 (...)
  • 611 Santa Costanza : voir supra, η. 608 [Brice et al. 1999, fig. 165].

187La voie située entre le Viminal et le Quirinal, dite Numentana604, mène en ligne droite à la porte Viminale605 dite aujourd’hui de Sainte-Agnès606 à cause de l’église du même nom qui est éloignée de 2000 pas de la ville607 ; on y descend par de nombreuses marches et elle est élégamment ornée de marbres, mais surtout elle est presque entièrement recouverte de plaques de porphyre et de marbre serpentin. À côté s’élève le très antique temple de Bacchus608, construit selon un plan circulaire, avec sa rangée de colonnes doubles disposées tout autour pour soutenir sa voûte. Tous les faits et gestes de Bacchus y sont représentés dans le marbre, mais ils semblent à moitié détruits de vétusté. On voit un tombeau de porphyre qui porte des grappes de raisin et des ceps609. Le peuple l’appelle le tombeau de Bacchus, mais certains pensent que sainte Constance, fille de Constantin le Grand, a été inhumée dans ce monument610 ; c’est à elle que l’église a ensuite été consacrée611.

  • 612 La Torre dette Milizie, élevée vers 1210, surplombe au nord les Marchés de Trajan. Elle a été rest (...)
  • 613 La Torre Mesa est un reste d’un grand temple du Quirinal (voir note suivante). La légende voudrait (...)
  • 614 Ces ruines ont été identifiées à divers monuments : un temple de Jupiter [Palladio (FC), 325-332, (...)

188Mais revenons vers la ville et approchons-nous du Quirinal. Nous avons parlé plus haut du sanctuaire de Sainte-Agathe. Il y a aussi dans les alentours la Tour de la Milice créée par Boniface VIII612, et la tour dite vulgairement “la demi-tour” parce qu’elle serait réduite de moitié613 ; certains pensent qu’elle aurait été construite à partir des ornements du temple du Soleil qui se trouvait à cet endroit-là614.

  • 615 Le palazzo Colonna était une forteresse médiévale remontant peut-être au xve siècle (ancien palais (...)
  • 616 Erreur : il s’agit des Saints Apôtres, SS. Apostoli (Philippe et Jacques). Commencée vers 560, com (...)

189C’est là que se dresse le palais de la famille Colonna615. Non loin de là est située l’église du Saint-Apôtre (sic)616 où est enterré le Grec Bessarion avec l’épitaphe suivante :

  • 617 Sur Bessarion (1403-1472) : supra, III, n. 220 et Marti et al, éd. 2013. L’épitaphe date de 1466 ( (...)

Bessario Episcopus Tusculanus. S. R. E. Cardinalis Patriarcha Constantinopolitanus, nobili Grœcia ortus. oriundusq(ue) sibi vivens posuit. Armo Salut(is)M.CCCC.LXVI.
Bessario Episcopus Tusculanus. S. R. E. CardinalisPatriarcha
Τοῦτ’έ[σ]τί Βησσαρίων ζῶν ανυσα σώματι σήμα, πνεύμα δέ φεύξειται (sic) προς Θεόν A9ávaτov617.

  • 618 Supra, n. 602 [fig. 1, no 198].
  • 619 Les thermes de Constantin ont été construits en 326 sur une terrasse artificielle et restaurés en (...)
  • 620 Les chevaux de marbre sont considérés comme des statues colossales des Dioscures : on a pensé qu’i (...)
  • 621 Le Quirinal porte, à cause de ces deux chevaux, le nom populaire de Monte Cavallo, et ils y servai (...)
  • 622 Les inscriptions (Opus Fidiœ et Opus Praxitelis), attestées dès le xie siècle, dateraient de la ba (...)
  • 623 Le cardinal de Ferrare était Hippolyte d’Este (1509-1572), fils de d’Alphonse Ier d’Este, duc de F (...)
  • 624 Le cardinal Rodolfo Pio da Carpi, de la famille des seigneurs de Carpi en Emilie (né en 1500, card (...)

190À un jet de pierre à peine de l’église Sainte-Agathe618, se trouvaient les thermes de Constantin dont subsistent encore de fort grands vestiges619. Près de ces thermes on voit aujourd’hui deux immenses chevaux de marbre620 qui donnèrent leur nom au mont Quirinal, car le peuple le nomme Caballum621. Il ressort des inscriptions que l’un est l’œuvre de Praxitèle et l’autre de Phidias622. Non loin de là s’étend le très beau jardin du cardinal de Ferrare623. Cette colline possède en effet de fort agréables et attrayants jardins : on y voit entre autres le jardin du cardinal de Carpi, d’une grande beauté et agrément, car il l’emporte par la diversité et la douceur sur tous les jardins romains et on peut y contempler une énorme quantité de statues antiques, d’épitaphes et de toutes sortes d’antiquités, davantage qu’en aucun autre endroit624.

  • 625 La domus de Vespasien se serait nommée malum Punicum : en fait, c’était le nom du quartier (ad mal (...)
  • 626 C’était le nom donné par les Régionnaires à la région VI d’Auguste. Elle le tirait de sa rue princ (...)

191Non loin de ces jardins, dans la partie orientale, on voit les ruines de la domus de Vespasien que les Anciens appelaient “la pomme punique”625 ; en ce lieu passait l’alta Semita626.

  • 627 La porta Salaria s’ouvrait dans le mur d’Aurélien (elle a été démolie en 1921) [Marliani 1534, 30  (...)
  • 628 Santa Susanna : église remontant aux ive-ve siècles (la dédicace est du vie siècle) ; restaurée à (...)
  • 629 La passio (vie siècle) sancti Maximi comitis et socc. (Acta Sanctorum, Febr. III, 64) situe la dem (...)
  • 630 Sur les pentes orientales du Quirinal, se trouvaient les horti Sallustiani, créés en 40 a.C. par l (...)

192Si l’on avance de là en direction de la porte Salaria627, on rencontre l’église SainteSuzanne628 près de laquelle se trouvait le forum de Salluste629, et pas très loin de là il avait sa maison et de très vastes et très célèbres jardins630 dans la vallée qui jouxte la porte Salaria.

  • 631 Espace destiné au supplice des Vestales coupables d’‘incestum, qui y étaient enterrées vivantes, s (...)
  • 632 La porta Pinciana était une poterne du mur d’Aurélien, transformée en porte en 403 (Honorius), mai (...)
  • 633 Il n’y a pas de porte de ce nom dans le mur d’Aurélien, mais une porta Collatina dans le mur servi (...)
  • 634 L’obélisque dit “de la Lune” ou des horti Sallustiani : certains (Grenier) le pensent érigé dans l (...)

193Tout l’espace compris entre la porte Salaria et les jardins de Salluste contenait jadis le campus sceleratus où l’on enterrait vivantes les Vestales condamnées pour impureté631. Près de la porte Pinciana632 qui vient maintenant, parfois appelée Collatina633, on peut contempler un obélisque consacré à la Lune, gisant au sol, où l’on voit écrits des signes égyptiens qu’on appelle hiéroglyphiques634.

  • 635 Le coltis Hortulorum formait, au nord de Rome, un demi-cercle, entre la porta Salaria et la porta (...)
  • 636 Le nom vient de la domus Pinciana devenue propriété impériale, et citée pour la première fois par (...)
  • 637 Nous n’avons pas trouvé le nom. C’est sans doute un doublet pour Hortuli (supra, n. 635).
  • 638 Le tombeau des Domitii (gens d’origine de Néron) se trouvait sur le coltis Hortulorum. Le corps de (...)
  • 639 Emprunt à Marliani : Hinc autem secundum muros progrediens longo intervallo occurrit moles in hemi (...)
  • 640 La Trinità dei Monti : église fondée par Charles VIII, roi de France, attestée pour la première fo (...)
  • 641 Santa Maria del Popolo : église datée de 1099 selon une tradition remontant au xve siècle ; agrand (...)
  • 642 Supra, n. 195.

194Il reste à présent la colline des Petits Jardins635 qui fut aussi parfois nommée Pincio636 : aujourd’hui on l’appelle partout Hortalia parce qu’elle ne contient rien d’autre que des jardins637. Il y avait sur cette colline le tombeau des Domitii ou de Néron, comme le veulent certains638. Il y avait aussi sur cette colline le temple du Soleil ; on veut qu’il se soit trouvé là où l’on aperçoit, au sommet près de l’enceinte, un immense édifice de forme semi-circulaire qui ne paraît guère éloigné de la ruine totale639. Non loin de là s’élève l’église de la Trinité construite par le roi de France Louis XI640. Au pied de la colline sont situées l’église SainteMarie du Peuple641 et la porte du Peuple642 dont nous avons parlé plus haut.

195Il nous faut à présent en finir avec la ville de Rome.

Notes

1 Les ouvrages traitant de la topographie de Rome et de ses monuments, tant antiques que modernes, étaient nombreux à l’époque où R. la visita. Il ne fait pas de doute qu’il en consulta un certain nombre lorsque, de retour dans sa ville natale, il rédigea son Itinerarium, mais il n’en cite naturellement aucun. On peut mentionner les ouvrages suivants : Flavio Biondo (Roma instaurata, Venise, B. de Boniniis, 1481) [trad. ital. 1543] ; Giulio Pomponio Leto (De vetusta Urbis ex Publio Victore et Fabio di Clario, Rome, Jacopo Mazzocchi, 1510 puis 1515, 1523 ; et De antiquitatibus Urbis Romæ libellus longe utilissimus, Bâle, 1538) ; Francesco Albertini (Opusculum de mirabilibus Novœ et Veteris Urbis Romæ, Rome, Jacopo Mazzocchi, 1510) ; Andrea Fulvio (Antiquaria varia Urbis, Rome, Jacopo Mazzocchi, 1513, et Antiquitates Urbis, ibid., 1527) ; Bartolomeo Marliani (Topographia antiquœ Romæ, Lyon, Seb. Gryphius, 1534 et Urbis Romæ Topographia, Rome, 1544) ; Lucio Fauno (Delle antichità della citta di Roma, libri V, Venise, Michele Tramezzino, 1548, puis 1552, 1553 ; en latin : De Antiquitatibus Urbis Romæ, ibid., 1549) et Georgius Fabricius (Roma. Antiquitatum libri duo, Bâle, J. Oporinus, s.d. [1560 ?] ; achevé en 1550) ; plan de Leonardo Bufalini (Rome, 1551). Se reporter, entre autres, à Daly Davis, éd. 1994, 34-46. Nous avons consulté systématiquement les articles du précieux Lexicon Topographicum Urbis Romæ édité par Eva Margareta Steinby (LTUR), mais, afin de ne pas surcharger les notes, ne les avons cités que lorsqu’ils étaient utiles aux commentaires du texte de Rybisch. Nous avons procédé de même, en ce qui concerne les édifices chrétiens, pour les corpus d’Armellini 1891, d’Hülsen 1927 et de Krautheimer (Corpus Basilicarum Christianarum Romæ). Nous avons en revanche régulièrement eu recours aux excellentes notices de Vaughan Hart et Peter Hicks accompagnant les deux “guides” de Rome publiés par Palladio en 1554, sous la forme Palladio (HH).

2 La population de Rome se concentrait, d’après le recensement de 1526-1527, dans la boucle du Tibre sur la rive gauche, où sept rioni (quartiers) (les rioni Campo Marzo, Ponte, Parione, S. Eustachio, Regola, S. Angelo et Pigna) sur treize groupaient 63 % de la population totale, soit 34150 habitants sur 2, 01 km2 (densité : 16 990 personnes par km2) (Delumeau 1957, 225).

3 Après l’incursion des Sarrasins de 846, une longue muraille (44 tours, 3 portes) relia la citadelle (Château Saint-Ange) au Vatican, inaugurée en 852 par Léon IV, d’où le nom de Città Leonina donné à la nouvelle entité. Mais le nom de Borgo vient du burgas Saxonum (ou vicus Saxonum) constitué à partir de 728, lors de la venue, autour de la citadelle, d’une communauté du Wessex et de son roi Ina. L’établissement fut agrandi en 794 par le roi de Mercie Offa, et les mots “Ville Léonine” et Borgo furent bientôt synonymes : Biondo (RD), 52-53 (I, 39).

4 Le nom Borgo Nuovo semble beaucoup plus récent : il désigna, en 1500 (année jubilaire), la via Alessandrina créée par Alexandre VI.

5 En fait, on a pris pour le cirque de Caius (Caligula) et de Néron les vestiges d’un grand édifice en forme de cirque visibles à proximité du Château Saint-Ange jusqu’à la fin du xvie siècle. On les identifie plutôt aujourd’hui à la naumachia Vaticana (voir note suivante) : Biondo (RD), 150. Le cirque de Caius (probablement un édifice privé faisant partie des jardins de la villa d’Agrippine, achevé par Néron, qui y supplicia des chrétiens en 64) se trouvait sous la nef gauche de Saint-Pierre (Kardos 2002, 84).

6 Construite par Trajan (voir note précédente).

7 C’est bien l’obélisque (anépigraphe ; h 25, 35 m) que Caligula fit transporter d’Égypte dans un grand vaisseau, pour le placer sur la spina de son cirque, au sud de la basilique Saint-Pierre, près de Santa Maria della Febbre (la chapelle dédiée par Symmaque à saint André). Il sera déplacé sur ordre de Sixte Quint en 1586, pour être érigé sur la place Saint-Pierre, où il se trouve encore. Si R. le voit “au centre de l’église”, c’est qu’il se dressait encore au milieu des travaux, comme on le voit sur le dessin de Maarten van Heemskerck daté des alentours de 1530 (Filippi 1990, no 29-30 ; reproduit dans Lugli 1970, 593-595). Il ne provient pas d’Héliopolis, mais serait dû à Nectanebo II, et fut élevé par Ptolémée II à l’Arsinœion d’Alexandrie, puis transporté sur le Forum Iulium de la même ville vers 30-28 a.C., avec une dédicace en lettres de bronze sur sa base en l’honneur de C. Cornelius Gallus. Sous Tibère les lettres de bronze furent enlevées et remplacées par un texte gravé. Caligula fit transporter le monument à Rome, où il ne servit plus à partir de la fin du Ier siècle, le cirque ayant cédé la place à une nécropole (Iversen 1968, 19-46 ; Roullet 1972, 67-69, no 68 et fig. 82 ; Alföldy 1990) [fig. 1, no 1].

8 Plin., Nat, 16.201-202 ; 36.74 ; Flavio Biondo cite (I, 61) ce passage : “On n’a certainement rien vu sur mer de plus admirable que le navire qui amena d’Égypte, par ordre de l’empereur Caligula, l’obélisque dressé dans le cirque du Vatican et les quatre dés de la même pierre destinés à le porter : 120 000 boisseaux de lentilles lui servirent de lest. Il occupait dans sa longueur une grande partie du côté gauche du port d’Ostie. Il y fut en effet coulé sous le principat de Claude avec trois môles hauts comme des tours élevés en pouzzolane au passage [par Pouzzoles] et ramenés par ce navire”. “Or, on a vu un sapin, objet d’une admiration extraordinaire, sur le navire qui amena d’Égypte, par ordre de l’empereur Caligula, l’obélisque dressé dans le cirque du Vatican (...). Il fallait quatre hommes pour contenir la largeur de cet arbre”. Le navire a été retrouvé in situ lors de la construction des pistes de l’aéroport international de Fiumicino. Voir infra, V, n. 10 : Chevallier 2001, 21 ; Biondo (RD), 68-71 ; voir aussi Chevallier 1986, 22, 121, 128.

9 La mélecture de l’inscription a fait naître, chez les chroniqueurs romanisants, la croyance que la sphère de bronze doré qui se trouvait à son sommet contenait les cendres de Jules César. Le globe sera retiré en 1586 et transféré au Belvédère où Filippo Pigafetta l’examinera, et n’y trouvera pas de restes humains (il est plein). Il est aujourd’hui au Palais des Conservateurs (Sala dei Bronzi) : Gregorius (JO), 90 ; Biondo (RD), 56-57 (I, 41) ; Palladio (HH), 51 et n. 217 (p. 215).

10 R. a abrégé la double inscription (de chaque côté de la base) qui doit être lue : Divo Cœsari divi Iulii f(ilio) Augusto / Ti(berio) Cœsari divi Augusti f(ilio) Augusto / sacrum. La dédicace est l’œuvre de Caligula et destinée à ses deux prédécesseurs : CIL, VI, 882 = D. 115 ; cf. Walser, éd. 1987, 85-86, no 27 ; Alföldy 1990.

11 La basilique constantinienne était entourée, dans l’Antiquité tardive et au haut Moyen Âge, par des cloîtres, oratoires, etc. Depuis le viiie siècle, elle servait de lieu de sépulture aux papes et aux souverains. Elle bénéficia de nombreux travaux jusque sous Nicolas III (1277-1280), puis sombra dans l’abandon pendant la période d’Avignon : sur la basilique en général, Pinelli, éd. 2000 [fig. 1, no 2].

12 Une ancienne tradition identifiait le mausolée de Sainte-Pétronille, près de Saint-Pierre, à un temple d’Apollon, près duquel le corps de l’apôtre aurait été enterré : Le Pogge (JYB), 24 et 83 (n. 5) (voir aussi Günther 1995, 282). En fait, seul le liber pontificales (I, p. 118) parle de cette légende. Liverani pense qu’il s’agit d’un temple de Cybèle et cite le pseudo-Marcellus : Constantinus Romœ templum Apollinis, quod Vaticanum appellant, in divinum versum oraculum beati Petri nomine dedicavit. Anne RaffarinDupuis, quant à elle, est d’avis que l’activité des devins n’est pas étrangère à la localisation d’un temple d’Apollon au Vatican (Vaticanus a vaticiniis) : Biondo (RD), 58-59 (I, 44) ; Liverani 1999, 30-31. Muffel (p. 52) fait le rapprochement avec Sancta Maria de Febribus (Sainte-Marie des Fièvres, ou chapelle Saint-André).

13 S. Petronilla in Vaticano : ancien mausolée (”rotonde”) impérial d’Honorius (395-423), ou des Anicii, transformé en chapelle placée sous la protection des rois francs (puis français) au début du ixe siècle (capella regis Francorum), après la translation de Pétronille (par Étienne II), considérée au Moyen Age comme la fille de saint Pierre (Lachenal 1995, 100). Située à l’extrémité du bras sud du transept de la première basilique Saint-Pierre [Biondo (RD), loc. cit. ; Lanciani, s.d., 55 ; Schüller-Piroli 1950, 191 ; Saxer 1993]. Elle fut détruite vers 1520 lors de la construction de la nouvelle basilique : son site correspond à l’actuelle tribune des saints Simon et jude dans la nef gauche. Voir infra, n. 35.

14 San Pietro in Vaticano : la reconstruction de la basilique a été entreprise sous Nicolas V (1452-1455), les travaux repris sous Jules II, à partir de 1506 (Bramante pose la première pierre) et poursuivis pendant plus d’un siècle. Raphaël n’intervint qu’en 1515, puis Peruzzi, Sangallo le Jeune, Michel Ange, Vignole. La coupole sera achevée en 1585-1590, la nef et la façade en 1607-1612. Les Sacre Grotte (Cryptes Vaticanes) sont implantées dès la fin du xvie siècle (Blittersdorff et ai. 1981, 244, no LI) [fig. 1, no 2].

15 Q. Catulus fut le restaurateur du Capitole après l’incendie de 83 a.C. (la dédicace n’aura lieu qu’en 69). La récupération par Honorius Ier, en 629, des tuiles dorées du Capitole est aussi évoquée par Andrea Palladio (HH), 110. Toutefois, la version la plus répandue est que ce pontife pilla (avec l’autorisation d’Héraclius ou de Phocas) le temple de Romulus, la basilique de Maxence et le temple de Vénus et de Rome : Biondo (RD), 64-65 (I, 51) et 151-152 ; Homo 1956, 141 ; Greenhalgh 1989, 96 et 236 ; Lachenal 1995, 77). Paul V (1605-1621) les transportera à Ancône et les transformera en munitions.

16 L’atrium constantinien, communément appelé paradisus (jardin) (De Blaauw 1994, 436-466, 525-528, 638-643).

17 La Navicella (ou Navícula) Petri : cette grande mosaïque de Giotto (1295), aujourd’hui détruite, aurait été réalisée pour le Grand Jubilé de 1300 et était un don du jeune cardinal Giacomo Stefaneschi, neveu de Boniface VIII. Elle se trouvait sur la chapelle Sainte-Marie, au-dessus de l’entrée de Saint-Pierre. Elle représentait le Christ sauvant Pierre de la tempête (Matth. 14.22-23). Le “petit bateau” est une métaphore de l’Église ballottée par les conflits politiques : Chastel 1983, 47-52 ; Lachenal 1995, 359 ; Krautheimer 2000, 208-209, 224, 226 ; Kessler & Zacharias 2000, 217-218, fig. 223 et 225. On en possède plusieurs reproductions : par Antoniazzo Romano, au Musée du Petit Palais d’Avignon (Deswarte 1985, 495, fig. 7) ; par une gravure de Nicholas Beatrizet (c. 1559) (Musto 2003, fig. 18) ; par un dessin de Parri Spinelli (c. 1450), au Metropolitan Museum de New York (Chastel 1999, 76-77, fig. 19) ; par la mosaïque du xviie siècle de Saint-Pierre de Rome, où sont insérés quelques fragments de l’œuvre originelle : Casalino, dir. 2000, 105.

18 L’empereur Otton II est décédé de la malaria à Rome, où il s’apprêtait à passer les fêtes de Noël, le 7 décembre 983. Sa dépouille fut déposée en 985 dans un sarcophage antique de marbre, placé dans l’atrium de Saint-Pierre (jusqu’en 1610). Il se trouve maintenant dans les Grotte Vaticane. Le couvercle de porphyre, provenant du Mausolée d’Hadrien, sert de fonts baptismaux dans la basilique. Ce fut le second empereur des Francs (après Louis II † 875) à être enterré en Italie, et le seul à l’être à SaintPierre [Palladio (HH), 19-20 et 110 ; De Rossi 1888, 232, no 120 ; Kaufmann 1902 ; Grisar 1904 ; Montini 1956, 268-271 ; Greenhalgh 1989, 131 ; Brühl 1994, 249 ; Lachenal 1995, 153 ; Krautheimer 2000, 212-213 ; Herklotz 2001, 174, n. 141 ; Barbavara 2002, 209 et n. 97-98, fig. 126 ; Rader 2006, 177, fig. 2].

19 Une énorme pomme de pin de bronze (la Pigna) se dressait dans l’atrium de l’ancien Saint-Pierre. Elle provenait d’un monument antique et constituait la fontaine du Paradiso, où les pèlerins venaient se purifier avant de pénétrer dans la basilique. Elle était protégée par un baldaquin somptueux à 6 (ou 4) colonnes de porphyre, orné de paons et de dauphins provenant d’un monument romain (cf. le dessin de Francisco de Holanda, Antigualhas, f. 26V : Escorial) (Lachenal 1995, 99). Aujourd’hui, elle se trouve dans la niche semi-circulaire du haut Belvédère avec les deux paons. On disait au Moyen Âge (dans les Mirabilia urbis Romœ) qu’elle provenait du Panthéon (Miedema 2001, 364-365, no 30c), puis, à la fin du xvie siècle, on a opté pour le tombeau d’Hadrien. En réalité, elle avait fait partie d’une fontaine proche du Serapeum du Champ de Mars [Palladio (HH), 110 et n. 34 (239-240) ; Hülsen 1904 ; Deswarte 1985, 504, fig. 13, et 507 ; Krautheimer 2000, 28, 188, 198].

20 Les paons (pavones) de bronze doré faisaient partie de la fontaine damaséenne située au centre du Paradisus, avec la pinea aurea. On les croyait provenir du tombeau de Scipion [Palladio (HH), 110 ; Miedema 2001, 365, no 30e]. Mais ce que les auteurs de la Renaissance prenaient pour le tombeau de Scipion (ou sepulchrum Scipioni ou Scipionum) était la meta Romuli, une pyramide, semblable à celle de Cestius, détruite partiellement en 1500 par Alexandre VI pour construire l’avenue menant du Château Saint-Ange à la basilique Vaticane. On en voyait encore des restes en 1509, que la carte de Bufalini signale encore en 1551 (Sepulcrum Scipionis Africani) (description dans Fauno 1549, ff. 127V-128r ; Müntz 1880 et 1886, 19-20 ; Roullet 1972, 85, no 95, fig. 13-115 ; Günther 1985, 290-293, Append. II ; Coarelli 1994, 251 ; Günther 1995, 305). Les fondations en ont été retrouvées en 1948, au débouché de l’actuelle via delta Conciliazione.

21 Gabriele Condulmer, né à Venise vers 1383, pape sous le nom d’Eugène IV (1431-1447). Les portes en question se réduisaient à la porte centrale (dite argentea) de l’ancienne basilique, qui avait été ornée d’œuvres d’argent par Léon IV (847-855), remplacées sous Eugène IV, en 1433-1445, par les ornements de bronze de Filarète (Antonio Averlino, dit F., c. 1400-c. 1469) qu’on y voit encore (Mori 1999, 360-361, fig. ; Brice et aL 1999, fig. 265). Dans le compartiment qui représente la Crucifixion de saint Pierre, on aperçoit une vue assez informe de la pyramide du Vatican (la meta Romuli) [Marliani 1544, f. 113 ; Palladio (HH), 110 et n. 33 (p. 239) ; Müntz 1886, 20, η. 1 ; Chastel 1999, 235].

22 Le décor consiste en de grands panneaux entourés d’un encadrement de rinceaux mêlant christianisme et paganisme. Au centre, les bandeaux horizontaux portent des scènes du Concile de Ferrare/Florence, dit Concile de l’Union (le décret date du 9 juillet 1439) (Decarreaux 1970) avec l’inscription, due à Maffeo Vegio : ut Grœci Arment Æthiopes, hic aspice ut ipsa Romanam amplexa est gens Iacobinafidem. La nation jacobine (ou jacobite) est l’église monophysite syrienne occidentale [Kajanto 1982, 49-50 ; Chastel 1999, 233 ; Biondo (RD), 68-69 (I, 58) et 183 ; voir les reproductions de la porte de Filarète dans Casalino, dir. 2000, 108-115].

23 La Porta Santa est la porte qu’on ouvre pour les seules Années saintes, l’une des cinq portes de la basilique, celle de droite, habituellement murée : Fagiolo & Madonna, éd. 1984, 66-88, fig. II, 4, 1 (73).

24 Le rite a été inauguré par Alexandre Vf Borgia à l’occasion du jubilé de 1500. L’ouverture eut lieu la nuit de Noël 1499 (Callebat 2000, 52).

25 La Pietà de marbre de Michel-Ange (1498-1499), se trouvait (depuis 1550 au moins, aux dires de Vasari) dans la chapelle de la Vierge Marie des Fièvres (Madonna delle Febbre) (1ère chapelle à g.), où elle a été déplacée après la destruction de Sainte-Pétronille. Elle avait été commandée par le cardinal Jean Bilhères de Lagraulas, ambassadeur de France à Rome, pour la chapelle des rois de France à SaintePétronille. Elle se trouve aujourd’hui (et depuis 1749) dans la cappella della Pietà (1ère chapelle à dr.) : supra, n. 13 ; Brice et al. 1999, fig. 266 ; Casalino, dir. 2000, 210-211.

26 Le Saint Suaire (Sudario ou vera icona, “Véronique”) : c’est la relique par excellence, imbibée de la sueur de sang du Christ au Mont des Oliviers, enfermée dans un ciborium à 6 colonnes. En 1208, Innocent III institua une procession solennelle, le premier dimanche après l’Épiphanie, conduisant la Veronica de la basilique Saint-Pierre à San Spirito, dans un reliquaire d’or, d’argent et de pierres précieuses. En 1216, on institua une indulgence de 10 jours à tous ceux qui prieraient devant elle [Palladio (HH), 109 ; Chastel 1978 ; Fagiolo & Madonna, éd. 1984, 106 et 113-114 ; Kuryluk 1991 ; Morello 1998 ; Belting 1998, 292-300 ; Callebat 2000, 57 ; Miedema 2001, 326, no 17].

27 La Sainte Lance (un des instruments de la Passion) était un présent du sultan Bajazet II, en 1492, au pape Innocent VIII, conservé dans une chapelle particulière, œuvre de l’école de Mino da Fiesole, détruite en 1606 [Palladio (HH), 109 ; Fagiolo & Madonna, éd. 1984, 144-145, III. 3. 5 (avec phot.) ; Miedema 2001, 325, no 15].

28 Statue assise et gisant de bronze d’innocent VIII, par Antonio del Pollaiolo (1498) [Kajanto 1982, 85-86, fig. 13 ; Panofsky 1995, 101-103, fig. 380 ; Kusch 1997 ; Casalino, dir. 2000, 301].

29 Une statue de bronze de saint Pierre assis était datée par la tradition de l’époque de Léon le Grand (440-461), mais elle ne remonte qu’au xiiie siècle et est attribuée à Arnolfo di Cambio [Lachenal 1995, 347-348 ; Casalino, dir. 2000, 150 ; Miedema 2001, 339, no 68]. La seconde, en marbre, représentant saint Pierre dans la même posture, serait antique, la tête et les mains seules datant du Moyen Âge. Elle se trouvait devant la vieille basilique et se dresse aujourd’hui dans la crypte (Lachenal 1995, 347).

30 Sixte IV est décédé le 12 août 1484 ; son monument funéraire date de 1484-1493 et est l’œuvre d’Antonio del Pollaiolo [Ettlinger 1953 ; Kajanto 1982, 74-85, fig. 7 ; Panofsky 1995, fig. 331-333 ; Brice et al. 1999, fig. 263 ; Renzi, éd. 2000, 20, fig. 1 ; Zitzelsberger 2004 ; Bodart 2005, 95 (fig.)]. Il est actuellement conservé au Museo storico del Tesoro di San Pietro (inscription in : Forcella VI, 96, no 89).

31 Cette “chapelle” était en réalité un oratoire constitué d’un autel surmonté d’un baldaquin de marbre, à l’angle sud-oriental de la dernière nef méridionale de l’ancienne basilique. Pie II y déposa en 1462 le chef de saint André qu’il avait fait venir du Péloponnèse et y fit transporter la dépouille de Grégoire le Grand [voir le plan d’Alfarano (1590)].

32 Pie II (Æneas Silvius Piccolomini, pape de 1458 à 1464) est mort à Ancône le 15 août 1464. Son corps fut enterré dans l’oratoire des saints André et Grégoire de l’ancienne basilique Saint-Pierre, dans un sarcophage attribué à Paolo Taccone et à un élève d’Andrea Bregno (date : c. 1470). Plus tard, la chapelle Saint-André étant démolie, sa sépulture, comme celle de son neveu Pie III, sera transportée en 1614 à l’église Sant’Andrea della Valle, dans un gigantesque monument où le sarcophage et l’épitaphe furent insérés (le texte et la date – MCDLXIV – s’appliquent en effet à sa première sépulture : “Transporté à Rome par le décret des Pères, il a été déposé en ce lieu où lui-même avait ordonné de placer le chef de l’apôtre saint André, qu’on lui avait apporté du Péloponnèse...”) (Gregorovius 1859, 158-159 ; texte latin dans De Rossi 1888, 421, no 29 ; Kajanto 1982, 63-69 ; Panofsky 1995, 81 ; phot. du monument dans Röll 2002, 234, fig. 1).

33 Pie III (Francesco Todeschini Piccolomini, pape pendant quelques jours en 1503, décédé le 18 octobre de cette année) fut d’abord enterré au même endroit que son oncle. Son corps sera transféré en 1614 à Sant’Andrea della Valle, où lui sera élevée une tombe spectaculaire, sur le même modèle que pour Pie II (sarcophage moulé sur celui de Pie II par Francesco et Sebastiano Ferrucci). En revanche, son humble sarcophage de départ (daté du ve s.) est resté dans les Grotte Vaticane (Forcella VI, 55, no 120 ; Kajanto 1982, 89-91 ; Rôll 2002).

34 Voir supra, n. 13.

35 Agnès (Ata), fille de Guillaume V le Grand, duc d’Aquitaine, et sœur de Guillaume VI le Gros, avait épousé en novembre 1043, à Mayence, le roi de Germanie Henri III, futur empereur. Elle avait alors été couronnée reine (Brühl 1994, 290), puis, à Noël 1046, le couple avait reçu la couronne impériale à Rome. Veuve en 1056, elle avait exercé la régence au nom de son fils Henri IVjusqu’en 1065, c’est à dire qu’elle avait administré le royaume. Elle séjourna régulièrement en Italie et mourut au Latran le 14 décembre 1077. Elle fut enterrée dans la “rotonde” de Sainte-Pétronille le 6 janvier 1078 (Black-Veldtrup 1995, en part. 342-345). Le seul autre souverain “allemand” dans ce cas était Otton II, mais dans l’atrium de Saint-Pierre : voir supra, note 18. D’après le plan d’Alfarano (1589-1590), le sarcophage d’Agnès et son épitaphe se trouvaient dans la niche sud de la “rotonde”, juxta altare [épitaphe relevée, au milieu du xve siècle, par Maffeo Vegio, De antiqua S. Petri Ap. Basílica in Vaticano, 76, col. 2, n. 95 ; mais aussi par Baronius, Annales ecclesiastici, 466-467, composées au milieu du xvie siècle) ; et Alfarano, en 1590, en cite encore des passages, 135-136 ; voir De Rossi 1888, 418-419, no 16 ; Forcella VI, 18, no 3]. La question se pose de savoir si R. a réellement vu cette tombe, car la “rotonde” aurait été démolie en 1514-1519 (selon Kœthe 1931, 13), ou 1506-1524 (selon Krautheimer et al. 1980, 184), et la tombe et sa plaque de marbre auraient alors disparu (Montini 1956, 265). On pourrait penser qu’il a recopié une notice, déjà dépassée de son temps, si l’on tient compte de la remarque suivante, manifestement intrusive.

36 Confusion de R. : il n’y a pas de chapelle Sainte-Monique à Saint-Pierre. Le corps de la sainte († 387) a été enterré à Sant’Aurea d’Ostia antica, puis transféré, le 9 avril 1430, par Maffeo Vegio, dans l’église romaine San Trifone in Posterula, à laquelle a succédé en 1484 Sant’Agostino, au Champ de Mars (act. ministère de la Marine, via delta Scrofa) (Hülsen 1927, 494-495).

37 L’humaniste Maffeo Vegio (1406-1458), qui avait fait transférer les reliques de sainte Monique à Rome en 1430, fut bien inhumé dans l’église Sant’Agostino (et non à Saint-Pierre, cf. note précédente). Son tombeau de marbre est attribué à Isaia da Pisa (Gambaro 1937 ; Krümmel 1997 ; tombeau situé primitivement dans la chapelle Sainte-Monique, aujourd’hui placé verticalement à dr. de la cour extérieure du couvent).

38 Le portique triple correspond aux Loges édifiées autour de la cour Saint-Damase par Léon X (1513-1521), sur les dessins de Raphaël, et décorées par le maître et ses élèves sur le modèle des “grottes” de la domus Aurea. R. n’y prête guère attention.

39 Le palais du Vatican a été fondé par Symmaque (498-514), agrandi aux viiie-ixe siècles, reconstruit dans la deuxième moitié du xiie siècle, remanié aux xiiie-xive siècles, restauré en 1420. C’est la résidence des papes à partir de 1378 (Grégoire XI) [Palladio (HH), 86 et 232 (n. 406)] [fig. 1, no 3].

40 La Chapelle Sixtine, édifiée par Sixte IV en 1473-1480, décorée par Michel Ange (la voûte date de 1508-1512 et le Jugement Dernier de 1534-1541) [noter que Fichard l’attribue à Raphaël d’Urbino ! : Fichard (1536/37), 48].

41 Le Belvedere a été bâti sous Innocent VIII, par Giacomo da Pietrasanta, sur le sommet septentrional de la colline du Vatican. Son Cortile, par Bramante, a été commandé par Jules II (1505) et correspond à la transformation de l’hortus conclusus médiéval en locus amœnissimus au sens des classiques, ou même en jardin des Hespérides rempli d’orangers et gardé par Hercule [Palladio (HH), 232 (n. 411) ; Ackerman 1951 et 1954a ; Brummer 1970 ; Coffin 1991, 15, 18-21, 33, 37-38 ; Azzi Visentini 1996, 73-88 ; Winner et al., éd. 1998]. Le Cortile aux statues a fortement influencé les autres grands jardins romains [fig. 1, no 4].

42 Copie romaine en marbre (iie s.) d’une œuvre hellénistique trouvée sous Léon X, avec le Tibre (note suivante), dans les ruines du temple d’Isis (au Montecavallo ou Quirinal), installée en 1513 [Palladio (HH), 86 et 232-233 (n. 412) ; Lanciani, s.d., 151 ; Brummer 1970, 191-204 ; Haskell & Penny 1981, 272-273, no 65 et fig. 142 ; Bober & Rubinstein 1987, 103-104, no 67 ; Coffin 1991, 19 ; Barkan 1999, 109, 111 (fig. 2, 8)]. Mais Aldroandi (Aldroandi 1562, 115-116) écrit que “le Nil a été trouvé récemment près de S. Stefano di Cacco.”

43 Aujourd’hui au Louvre (depuis 1803). C’est le pendant du précédent groupe : il aurait été découvert en même temps que lui (Aldroandi 1562, 115 et mêmes réf. que la précédente note plus : Haskell & Penny 1981, 310-311, no 79 et fig. 164 ; Barkan 1999, 181, fig. 3, 64).

44 Trouvé dans une terre du cardinal Julien de la Rovère, près de Grotta Ferrata. Copie romaine (iie s.) de l’Apollon de bronze de Léocharès (époque d’Alexandre) ; installé en 1503 par Jules II dans la cour des statues [Aldroandi 1562, 118 ; Palladio (HH), 233 (n. 413) ; Lanciani, s.d., 151 ; Brummer 1970, 44-71 ; Haskell & Penny 1981, 148-151, no 8 et fig. 77 ; Bober & Rubinstein 1987, 71-72, no 28 ; Coffin 1991, 19 ; Barkan 1999, 274 (fig. 5, 2)].

45 La Venus Felix de marbre (deuxième moitié du iie siècle ; peut-être Faustine II ?) ; installée en 1536 [Aldroandi 1562, 119-120 ; Palladio (HH), 233 (n. 416) ; Weiss 1969, 192 ; Haskell & Penny 1981, 323-325, no 87 et fig. 172 ; Coffin 1991, loc. cit. ; Barkan 1999, 160 (fig. 3, 38)].

46 Probablement Vénus debout, copie romaine de l’Aphrodite de Cnide (Aldroandi 1562, 120 ; Haskell & Penny 1981, 330-331. no 90 et fig. 175).

47 Copie romaine d’un original du ive siècle a.C. représentant Hercule accompagné de Télèphe (considéré souvent comme “Commode en Hercule”) ; trouvé en 1507 sous le Campo dei Fiori ; installé par Jules II [Aldroandi 1562, 118 ; Lanciani, s.d., toc. cit. ; Brummer 1970, 132-137 ; Haskell & Penny 1981, 188-189, no 25 et fig. 97 ; Bober & Rubinstein 1987, 165-166, no 131 ; Coffin 1991, loc. cit. ; Barkan 1999, 161 (fig. 3, 39)].

48 L’Antinoüs du Belvédère, copie d’une œuvre de Praxitèle ( ?), mentionné pour la première fois en 1543 ; trouvé sous Léon X près de San Martine de’Monti et installé en 1544 [Aldroandi 1562, 116-117 ; Palladio (HH), 233 (n. 418) ; Haskell & Penny 1981, 141-143, no 4 et fig. 73 ; Coffin 1991, loc. cit.].

49 L’illustre Laocoon provient (1506) d’une vigne de l’Oppius (partie haute de l’Esquilin), à l’emplacement des thermes de Titus ; il s’agit d’une œuvre pergaménienne, ou de l’école de Rhodes (iie siècle a.C., ou c. 50 a.C.) (Aldroandi 1562, 119 ; Lanciani, s.d., loc. cit. ; Haskell & Penny 1981, 243-247, no 52 et fig. 125). Son renom tient aussi au fait que cette sculpture est citée par Pline (Plin., Nat., 36.4) comme étant une œuvre d’Agésandre, Polydore et Athénodore. Le rayonnement de la découverte fut, on le sait, immense [Palladio (HH), 86 et 233 (n. 415) ; Fichard (1536/37), 59 ; Bieber 1942 ; Van Essen 1955 ; Weiss 1969, 103 ; Coffin 1991, 19 et 20 (fig. 13 : dessin de Francisco d’Ollanda) ; Settis 1999 ; Cuzin et al., comm. 2000, 228-273 ; Décultot et ai., éd. 2003].

50 “Cléopâtre” (ou Ariane endormie), marbre (Musées du Vatican) ; copie de l’époque d’Hadrien et Antonin d’une œuvre pergaménienne du iie s. a.C. [Aldroandi 1562, 117 ; Haskell & Penny 1981, 184-187, no 24 et fig. 96 ; Coffin 1991, 19 ; Barkan 1999, 234 (fig. 4, 7) ; Palladio (HH), 233 (n. 417)] ; entrée au Belvedere en 1513 et transformée en fontaine (Azzi Visentini 1996, 86).

51 Nous ignorons à quelle fontaine fait allusion notre voyageur. Elle était située in pratis Vaticanis, dans les “prés” (ou la plaine) du Vatican. Il s’agit donc de la rive droite du Tibre, et il ne peut s’agir d’une des fontaines bâties par Jules III sur la rive gauche (par exemple la fontaine publique située au croisement de la via Flaminia et de la villa Giulia) [fig. 1, no 5].

52 La villa, les jardins et l’Antiquario Cesi étaient situés dans la partie collinaire des jardins de Néron, au Borgo Vecchio, à l’entrée sud du Vatican. Ils ont été constitués après achat, en 1509, du palazzo du cardinal Giovanni Antonio di San Giorgio, par le cardinal Paolo Emilio Cesi (1487-1537), et agrandis par son frère le cardinal Federico Cesi (1500-1565) (Borromeo 1980). Ils apparaissent sur le plan de Bufalini (1551) ainsi que sur un tableau d’Hendrick van Cleef III, et rassemblaient une immense quantité de sculptures, d’inscriptions et de statues antiques (collection commencée dans les années 1520) rivalisant avec les collections du Belvedere (Delumeau 1957, t. I, 153). La plupart des voyageurs étrangers et des artistes du Nord les visitaient (on possède, en particulier, de précieux dessins par JeanJacques Boissard) (Gnoli 1905 ; Hülsen 1917, 1-42, plan à la fig. 4 ; Van der Meulen 1974 ; Franzoni 1984). La collection ne sera dispersée qu’en 1622 (vente de beaucoup d’antiquités au cardinal Ludovisi). Une partie du giardino segreto sera détruite par la colonnade du Bernin (Coffin 1991, 22-24 et 34, fig. 15, 39) [fig. 1, no 6].

53 La statue de marbre (h tot. 3, 10 m) dite de Roma Triumphans ou Victrix a été découverte avant 1549, avec le groupe suivant, sur la via Appia. C’est une déesse trônant, vêtue du chiton et de l’himation, copie (époque d’Hadrien ?) d’un modèle de l’entourage de Phidias (elle a été restaurée en Roma). Elle sera achetée par Clément XI en 1720 et placée dans le Cortile du Palazzo dei Conservatori [Aldroandi 1562, 126 ; Helbig 1966, 250-251, no 1440 (E. Simon) ; Van der Meulen 1974, 22 ; Franzoni 1984, 329 ; Coffin 1991, 23 ; Nord Cagiano, éd. 2007, passim].

54 Les “Numides” de marbre gris, appelés généralement Les deux rois barbares (ou Les Barbares, ou Les rois captifs), ont été découverts avec la statue précédente. Copies (époque de Trajan ?). Ils ont connu le même sort que la Roma précédente (mêmes réf. qu’à la note précéd., sauf Hülsen 1917, 25, no 85-86).

55 Il s’agissait d’un groupe de Pan (capripède et ithyphallique) et Olympos (et non Phœbus) (auj. Museo Naz. delle Terme) [probabl. Aldroandi 1562, 129 ; Hülsen 1917, 33, no 141 (fig. de Dosio, p. 34)].

56 Statue dite d’Heliogabalus dans une niche au bout du parapet de la terrasse (disparue ?) (Aldroandi 1562, 131 ; Hülsen 1917, 26, no 93 ; Franzoni 1984, 329 ; Coffin 1991, 23).

57 Probablement “Othon”, buste signalé par Aldroandi avant celui de “Poppée, sa femme” (Aldroandi 1562, 127).

58 Aldrovandi mentionne un terme de “Pompeius” (Hülsen 1917, 20, no 58) mais il s’agit beaucoup plus vraisemblablement de “Poppée” (Aldroandi 1562, 128).

59 Termes (ou hermès) : Aldrovandi évoque “XXII termini antichi” (Aldroandi 1562, 123 ; Hülsen 1917, 19, no 55-64, et 37 ; Coffin 1991, 22).

60 Le mausolée d’Hadrien (nom moderne ; on l’appelait le Château Saint-Ange), édifié dans les anciens jardins de Domitia, commencé par Hadrien, achevé en 139 ; tous les Antonins et les Sévères jusqu’à Caracalla y furent ensevelis [Hülsen 1913 ; Palladio (HH), 73-75 et 237 (n. 347)] ; propriété de la papauté en 377, il sera fortifié et rattaché aux murailles en 403. Son nom courant au Moyen Âge était Moles Hadriani) D’Onofrio 1986, 20) [fig. 1, no 7].

61 Ces inscriptions ont disparu ; douze d’entre elles ont été identifiées, dans l’ordre suivant : CIL, VI 984 (Hadrien et Sabine), g86 (Antonin le Pieux), 987 (Faustine I), 998 (M. Aurelius Fulvus Antoninus, fils d’Antonin le Pieux), 989 (M. Galerius Aurelius Antoninus, fils d’Antonin le Pieux), 990 (Aurelia Fadilla, fille d’Antonin le Pieux), 993 (T. Aurelius Antoninus, fils de Marc Aurèle), 994 (T. Ælius Aurelius, fils de Marc Aurèle), 995 (Domitia Faustina, fille de Marc Aurèle), 985 (L. Ælius Cæsar, fils d’Hadrien), 991 (Lucius Verus) et 992 (Commode) [Walser, éd. 1987, 116-125, no 55-66 et fig. d’après Hülsen (p. 117)].

62 Selon une légende, lors d’une procession organisée par Grégoire le Grand pendant la peste de 590, l’archange Michel serait apparu au sommet du Château, rengainant son épée et donnant le signal de la fin de l’épidémie. Un oratoire Sant’Angelo fut construit vers 610 au sommet et l’appellation Castel Sant’Angelo apparut en 852 (Homo 1956, 191-192 ; D’Onofrio 1986, 18). R. se trompe en voyant une statue de bronze. Il s’agissait d’un ange de marbre dû à Raffælo de Montelupo (1544), aujourd’hui déposé au Cortile dell’Angelo et remplacé par une statue de bronze au xviiie siècle.

63 Procope de Césarée (Procop. Goth., 1.22) : πεποίηται γάρ ἐκ λίθου Παρίου... πλευραί τε αὐτοῦ τέσσαρές εἰσιν ἵσαι άλλήλαις... εὖρος μὲν σχεδόν τι ές λίθου βολήν έκάστην ἔχουσα... (Dindorf) ; il semble que R. n’ait pas su traduire correctement ἐς λίθου βολήν (“un jet de pierre” est une évaluation de mesure). La base carrée mesurait 281 m de côté.

64 En fait le Château a été surtout bâti par Boniface VIII [Palladio (HH), 73-75 et 228 (n. 349) ; voir aussi Borgatti 1890 ; Savettieri 2001, 178-180].

65 Alexandre VI l’a entouré de bastions et de fossés, vers 1492 (ibid.).

66 Paul III y a aménagé la loggia du nord et l’a fait décorer de fresques, vers 1540 (ibid.).

67 Procope (Procop., Goth., loc. cit.) : αγάλματα τε άνω έκ λίθου εἰσὶ τοῦ αὐτοῦ ἀνδρῶν τε καὶ ίππων θαυμάσια οἶα. Par exemple, le Château était orné de têtes colossales d’Hadrien (Musée du Vatican) et d’Antonin (Musée du Mausolée), et au sommet se dressait un groupe représentant Hadrien debout dans un quadrige [Homo 1956, 15-16 ; Boatwright 1987, 161-181 ; Palladio (HH), 227 (n. 347)].

68 Lors du siège de 537-538 par les Goths de Vitigès, l’ensemble du décor figuré fut détruit. Procope évoque le camp des Goths installé dans le Gaianum (cirque de Caius), et comment la garnison grecque de Bélisaire, retranchée dans le môle d’Hadrien, bombarda les assaillants avec les statues qui ornaient le Mausolée (Lanciani, s.d., 65-66 ; Lanciani, 1899, 87 ; Homo 1956, 12-19 ; Callebat 2000, 41 ; Tate 2004, 357-362).

69 Le pons Ælius (ou Hadriani) a été construit en 134, restauré en 1451 (pont Saint-Ange), embelli en 1527. Il jouait un grand rôle dans le parcours des pèlerinages vers Saint-Pierre [Palladio (HH), 22 et 199 (n. 74)] [fig. 1, no 8].

70 Il commença le 1er janvier 1450, sous le pontificat de Nicolas V.

71 Le 19 décembre 1450, une foule considérable était venue vénérer à Saint-Pierre la Veronica et recevoir la bénédiction du pape, mais ce dernier ne la donna pas, car la nuit tombait. Les fidèles désappointés regagnèrent leurs logis et le pont Saint-Ange fut vite engorgé, car il était garni de boutiques et ne laissait qu’un étroit passage au peuple. Une mule et quatre chevaux prirent peur, provoquèrent des remous. Certains furent écrasés, d’autres étouffés, d’autres enfin précipités dans le fleuve. Le gouverneur du Château, pour retenir la foule, fit fermer la porte de bronze donnant accès au pont, mais la bousculade se poursuivit pendant plus d’une heure. Il y eut plus de 200 victimes (on parle d’un chiffre oscillant entre 170 et 180, sans compter les noyés emportés par le Tibre (Delumeau 1957, 299 ; Dumoulin 2000, 61-62).

72 Nicolas V, en mémoire de la catastrophe de 1450, fit élever sur la place San Celso deux petites chapelles rondes dédiées à sainte Marie Madeleine et aux saints Innocents. Mais R. n’a pu les voir, car elles ont été démolies dès 1527 pour des raisons défensives. Clément VII y a fait ériger, à leur place, en 1535 des statues de Pierre et de Paul (Pastor 1929, 94 ; Dumoulin 2000, 62, n. 17).

73 LaPiazza diPonte Sant’Angelo [fig. 1, no 9].

74 Tracée par Jules II au début du xvie siècle, large de 8 mètres et longue d’un kilomètre, c’est une des plus belles artères de la Renaissance : Fichard (1536/37), 25 : Via Julia autem (a Julio pontífice facta) reliquarum rectissima, longissima et amœnissima videtur ; Delumeau, 1957, 299-301 [fig. 1, no 10].

75 C’était une voie commémorant une victoire sur les Étrusques. Elle venait de Sienne et Florence et descendait le monte Mario vers le Vatican, longeait le Belvédère et allait passer le Tibre sans doute au pont Néronien (Dykmans 1968, 548-549) [fig. 1, no 11].

76 L’Hôpital de San Spirito in Sassia (des Saxons) date de 794, et doit son nom à la nation saxonne d’Angleterre (il est situé dans le quartier de la Schola Saxonum). Il jouxte une église fondée par le roi Ina de Wessex en 728. Restauré au ixe siècle, reconstruit sous le vocable du Saint-Esprit en 1204 et donné à l’Ordre Hospitalier du Saint-Esprit. Incendié en 1471, il est agrandi par Sixte IV en prévision de l’Année Sainte 1475. Il sera continuellement embelli aux xvie et xviie siècles : Fichard (1536/37), 52. C’est Biondo qui est le premier à introduire et justifier l’appellation in Saxia (Sassia) [Biondo (RD), 56-59 (I, 42) et 147-148] [fig. 1, no 12].

77 Le pont Néronien (c. 60) ad Sassiam, où passait la via Triumphalis. Ruiné au ve siècle ; ses vestiges se voient près de l’actuel pont Victor-Emmanuel [Liverani 1999 ; Biondo (RD), 52-57 (I, 51) et 145] [fig. 1, no 13].

78 Selon Tite-Live (Liv. 1.33.6), Ancus Martius aurait inclus le Janicule dans la cité et l’aurait fortifié (Liverani 1996).

79 Selon la tradition, Janus aurait fondé le Janicule en face de Saturnia, sur le Capitole, fondée par Saturne (Virg., En., 8.357) (Liverani 1996, 89, avec les réf. littéraires ; Coarelli 1996).

80 Le concept d’Urbs Ravennatum présent dans l’historiographie médiévale semble se rapporter à l’installation à Rome, aux vie et viie siècles, d’un corps de fonctionnaires venus de Ravenne (en partie des Italiens, en partie des Grecs), dans un secteur où il existait déjà une tradition de présence des classiarii ravennates (en fait, on ne connaît pas l’emplacement des castra de marins ravennates : Biondo (RD), 141). Palladio (HH), 88, date ce “cantonnement” de l’époque de César Auguste. S’y ajoutèrent au viiie siècle des réfugiés de l’époque de la prise de Ravenne par les Lombards [Biondo (RD), 46-49 (I, 31) ; Giorgetti 1977 ; Lega 1993]. Il correspond au Trastevere moderne.

81 L’insalubrité du Trastevere était déjà soulignée par Frontín (Frontín., Aq. 88) et le quartier fut, dès l’Antiquité, abandonné aux petites gens.

82 Porta Settimiana : on ignore son nom antique. Porte de l’enceinte d’Aurélien, sur l’act. via della Lungara, reconstruite en 1498 [fig. 1, no 14].

83 Miguel da Silva (1480-1556), né à Évora, évêque de Viseu en 1526, cardinal en 1539, était donc portugais, et non espagnol (Ciaconius 1677, 675-676).

84 La basilique Santa Maria in Trastevere était, à partir du 29 novembre 1553, son titre cardinalice (il y sera inhumé en 1556). Il fit bâtir à proximité un magnifique palais (palazzo San Callisto) où il résida (Moroni, Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, LXVI, 1854, 109 ; José de Castro, “Dom Miguel da Silva : o ‘Cardeal de Viseu’”, Beira Alta, V/1, 1946, 3-15). À notre connaissance, nous ne possédons pas de description de ce palais et de ses jardins [fig. 1, no 15].

85 Charles Ier de Guise (1524-1574), créé cardinal le 27 juillet 1547, était titulaire de Sainte-Cécile au Trastevere depuis le 4 novembre 1547. En 1550, il a pris le titre de Cardinal de Lorraine. Sa demeure est mal connue [fig. 1, no 16].

86 Ce jardin occupe l’emplacement d’une vigne acquise par le jeune Alexandre Farnèse (futur pape Paul III), avant de devenir cardinal en 1493. Il s’étendait de la via della Lungara aux rives du Tibre et était proche, au nord, du terrain où allait être construite, de 1500 à 1511, la grande villa du banquier siennois Agostino Chigi, future Farnesina après son rachat par le second Alexandre Farnèse en 1577. Il ne comportait pas encore le Casino di Vigna, résidence privée du cardinal. L’endroit était l’un des jardins-musées romains les moins connus. Jean-Jacques Boissard ne manque pas de le visiter, mais ne cite pas, semble-t-il, de sarcophages [Margolin 1983, 226 et n. 130 ; ce “casin” a une histoire complexe (Bignami-Odier 1979) et a appartenu à un ensemble dont les noms ont fluctué dans le temps (Villa Savorelli, Villa Aurelia). C’est depuis 1944 le siège de l’Accademia dei Lincei]. Les collections Farnèse, aujourd’hui dispersées, comportaient beaucoup de sarcophages, et l’absence de description par R. interdit toute identification. Ce jardin est sans doute le “Jardin du Révérendissime Farnèse, de l’autre côté du Tibre, à droite de son palais nouveau” signalé par Aldrovandi, qui y énumère plusieurs “bassins antiques” à décor sculpté (Aldroandi 1562, 160-161) [fig. 1, no 17].

87 Santa Maria in Trastevere : église édifiée vers 340, à un endroit où aurait jailli une source d’huile. Rénovée au ixe siècle, reconstruite à partir de 1120, achevée vers 1143 (Innocent II), restaurée au milieu du xve et à la fin du xvie siècle. La mention d’un “temple des Ravennates” semble directement empruntée au Liber Pontificalis (I, p. 142, n. 5) [cf. Biondo (RD), 46-49 (I, 32) : “À l’endroit où le pape Calixte premier fit édifier l’église de Sainte-Marie-du-Trastévère, ... nous avons lu qu’il y avait un temple des Ravennates et un comptoir de commerce” ; Palladio (HH), 115-116 et 242 (n. 51)] [fig. 1, no 18].

88 Une source d’huile, jaillie vers 38 a.C., fut plus tard interprétée par les chrétiens comme l’annonce de la venue du Christ (on la dit aussi jaillie le jour de sa naissance) [Palladio (HH), 115-116 : “On this site (S. Maria in Trastevere), near the choir, in the place where today there are two iron-grated Windows, an abundant fountain of oil sprang miraculously from the ground on the night when our Saviour was born, and in a day it had flowed in a great stream as far as the Tiber” ; Callebat 2000, 62].

89 San Crisogono : église bâtie sur l’ancien titre de Chrysogone, un martyr d’Aquilée, au ive ou ve siècle. Restaurée au viiie siècle, dotée d’une église supérieure en 1123-1129 [fig. 1, no 19].

90 Jérôme Aléandre (1479-1542), cardinal en 1538 ; grand érudit, ami d’Érasme, recteur à 33 ans de l’université de Paris. C’est lui qui fut chargé de porter à Martin Luther la bulle de condamnation [Omont, éd. 1895 ; Alberigo 1960]. Fendt a réalisé une gravure de ce tombeau, sur un texte fourni par R. (Fendt 1574, pl. 27). Ni cette gravure ni les manuscrits de R. ne donnent l’inscription complète. Elle a été transmise par Andrea Vittorelli (sauf le grec) et Nathan Chytræus (Chytræus 1594, 10) : hieronymo aleandro mottensi e comitibvs landri in carnia petraepilosae in histria orivndo tt s. chrisogoni s.r.e. presb. card. brvndvsino philosophiae, theologiae doctori, haebraicae, graecae, latinae aliqvotq. aliarvm lingvarvm exoticarvm ita exacte docto vt eas recte et apte loqveretvr et scriberet mox diversis legationibvs pro svmmis pontificibvs ad omnes fere christianos principes fideliter et diligenter perfvncto et ideo in tabem delapso qvanti hvmanam misseriam fecerit seqventi distico de se edito testatvm posterit. reliqvit : katθanon ουκ λευκων, οτι παυσομαι, ων επιμαρτυσ, πολλων, ων περιδειν αλγιον ην θανατου. natvs est mottae in carnia anno mcdlxxix, moritvr romae anno christ. salvtis mdxlii, aetatis svae lxiii minvs diebvs xiii. haeredes patrvo amplissimo et optimo moestissimi p.c. (Chacón 1630, col. 1523 ; Forcella l’ignore, car la dépouille du cardinal a finalement été transportée à Motta di Livenza). Mottensis se rapporte à Motta [= Motta di Livenza, prov. Trévise], les comtes de Landro en Carnie à Andro, en Camie, prov. Udine] ; Aléandre est né à Pietra Pilosa en Istrie [Kosmati Grad, près de Buzet, Croatie] ; il était cardinal de Brindisi.

91 San Cosimato (ou Santi Cosma e Damiano in Mica Aurea) est une église et couvent de bénédictins du xe siècle, passé aux clarisses vers 1230, reconstruit en 1475 [Palladio (HH), 117] [fig. 1, no 20].

92 San Pietro in Montorio : sur l’emplacement de la crucifixion de saint Pierre, église du ixe siècle et monastère de célestins, puis de bénédictins au xiie siècle, reconstruits pour des franciscains en 1481-1500 (sous Sixte IV) aux frais de Ferdinand d’Aragon et d’Isabelle de Castille ; c’est l’église des Espagnols [Palladio (HH), 118 et 242 (n. 57)] [fig. 1, no 21].

93 Le toponyme Aureus mons vient de la marne jaune composant la colline, dite aussi mica aurea (Liber Pontificalis, I, 150).

94 Sixte IV a confié le monastère en 1472 à la congrégation franciscaine des Amadeidi.

95 Il n’y avait, à notre connaissance, qu’un tableau de Raphaël à San Pietro : la Transfiguration, aujourd’hui à la Pinacothèque Vaticane (408 x 278 cm). Commandé par le cardinal Jules de Médicis à la fin de 1516 pour la cathédrale de Narbonne, commencé en 1518, inachevé à la mort de Raphaël, installé en 1523 au-dessus du grand autel de San Pietro in Montorio, il y restera jusqu’en 1799, date à laquelle il sera transporté à Paris, avant d’être rendu en 1817 (Pope-Hennessy 1970, 71, 261, n. 33, 270, n. 60, et 70, fig. 58 ; Pierluigi De Vecchi, Raphaël, Paris, Citadelles et Mazenod, 2002, 333 ; on connaît la célèbre réflexion de Stendhal à son propos, dans ses Promenades dans Rome et sa Vie de Henry Brulard, où il regrette que le tableau ne soit pas resté à San Pietro).

96 La chapelle del Monte à San Pietro in Montorio est due à Giorgio Vasari, et a été sculptée par Bartolomeo Ammannati dans les années 1550-1553 (sous la tutelle de Michel Ange). Le pape Jules III Del Monte l’a conçue pour recevoir les sépultures d’Antonio et Fabiano Del Monte, ses oncle et grandpère (et non “père et grand-père”) [Stefano Borsi, in : Bussagli, dir. 1999, 433 et fig. ; sur ce monument : Conforti 1995, 129-138]. Antonio Maria Ciocchi del Monte (1461-1533), cardinal de Porto, était le frère de Vincenzo, père de Jules III ; Fabiano était son père, et donc le grand-père du pape. Le monument représente Antonio allongé et la chapelle Del Monte ne contenait que le cénotaphe de Fabiano (texte de l’inscription du monument d’Antonio in Forcella V, 252, no 699).

97 En des lieux non précisés du Trastevere, il y aurait eu, connus seulement par VHistoire Auguste, des thermes de Septime Sévère (Sévère, 19) et d’autres qu’Aurélien aurait élevés avec le butin de Palmyre (Aurélien, 45). Leur existence est discutée [Biondo (RD), 44-47 (I, 30) et 141 ; Palladio (HH), 29, 31, 88 et 205 (n. 138) et 206 (n. 144) ; Palombi 1999a] [fig. 1, no 23].

98 Sans doute à l’emplacement du plus ancien quartier juif de Rome, situé entre Sainte-Cécile et SaintBenoît in Piscinula. Au xve siècle, seul un petit noyau continuait de résider au Trastevere, l’essentiel de la communauté étant concentré au rione Sant’Angelo et dans les rioni Arenula et Ripa (Esposito 2001, 234 ; Esposito 2001a, 36-37 ; cf. plan de Bufalini, carton 22) [fig. 1, no 22].

99 Les jardins de César, du Ier s. a.C., ont été légués au peuple de Rome en 44 (Papi 1996).

100 Il s’agit de la naumachie d’Auguste, construite en 2 a.C., alimentée par Vaqua Alsietina (la naumachia Cœsaris se trouvait au Champ de Mars : cf. infra, n. 193). Elle a disparu après la fin du Ier s. p.C., et est en ruines sous Sévère Alexandre (Liberati 1996a). Mais il y eut certainement souvent confusion entre César et Auguste, par exemple chez Palladio [Palladio (HH), 88 : “as well as the gardens and the naumachia of Cæsar”].

101 Vaqua Alsietina (appelée primitivement aqua Augusta), construite en 2 a.C., alimentait la naumachia Augusti avec l’eau du lac de Martignano [fig. 1, no 24].

102 Il s’agit du port et du chantier naval de Ripa Grande (ou Ripa Romea) (Delumeau 1957, pl. III-VI ; Esposito 2001a, 24) [fig. 1, no 25].

103 Pierre a été crucifié à l’endroit où l’on a élevé San Pietro in Montorio : cf. supra, n. 92. La chapelle circulaire est le Tempietto de Bramante (1502), parangon de la bonne architecture de la Renaissance (Günther 1973) [fig. 1, no 21].

104 Il devait le nom de pont Sainte-Marie à une image de la Vierge qui se trouvait dans une petite chapelle au milieu du pont. Ce pont était le successeur de l’un des plus anciens ponts de Rome, le pons Æmilius, sans doute construit en bois dès 241 a.C., et de nouveau en 179 a.C. ; en pierre en 142 a.C. ; restauré par Auguste en 12 a.C. Au Moyen Âge, ce fut le ponte di Lepido, ou ponte Lapídeo ; en 1140, il est dit ponte dei Senatori (pons Senatorum, ponte Senatorio). Il a été constamment endommagé par les crues du Tibre ; en 1552, il est complètement reconstmit par Nanni di Baccio Bigio, mais subira de nouveaux dommages en 1557, sera reconstruit par Grégoire XIII en 1573-1575, et finalement trois de ses arcades sur six disparaîtront en 1598. On renoncera alors à le restaurer et les vestiges restants lui valent l’ultime nom de ponte Rotto [Palladio (HH), 21, 198-199 (n. 67 et 70)] [fig. 1, no 26].

105 Le pont Sublicius fut le premier pont de Rome. Il remonte à l’époque étrusque et a été maintes fois reconstruit jusqu’au ve siècle, toujours en bois [fig. 1, no 27].

106 Le ponte dei Quattro Capí est l’ancien pont Fabricius, construit par L. Fabricius, curator viarum en 62 a.C. Il tire son nom populaire des hermès à quatre têtes placés sur sa balustrade [Coarelli 1994, 243-244 ; Palladio (HH), 21-22 et 199 (n. 71)] [fig. 1, no 28].

107 Relevé à peu près correct. CIL, VI, 1305 = D. 5892 ; “Fabricius, curateur des voies, a assuré la construction (62 a.C.), Lepidus et Lollius, consuls, ont approuvé (21 a.C.)” (Calabi Limentani 1991, 256-257, no 58 et fig.).

108 Le pont Cestius (ou Saint-Barthélemy), construit probablement en 44 ou 43 a.C., restauré en 152 p.C., a été entièrement refait en 370 (puis en 1191-1193) (Lachenal 1995, 236) [fig. 1, no 29].

109 San Bartolomeo all’Isola a été bâti (998-1000) sur les ruines d’un temple d’Esculape.

110 Inscription de 370 aux noms de Valentinien Ier, Valens et Gratien non relevée par R. à cause de sa longueur (CIL, VI, 1175 = D. 771 ; Marliani, lui, l’a notée : Marliani 1534, 277).

111 C’est le nom le plus commun au Moyen Âge : insula Lycaonia. Il n’est pas pleinement expliqué (Besnier 1902, 76-87 ; Degrassi 1999, 99).

112 L’île accueillait les étrangers en quarantaine et a conservé sa vocation médicale jusqu’à nos jours.

113 Ce serait Jupiter Jurarius (Degrassi 1996 ; Di Manzano 1999).

114 Consacré en 299 a.C., reconstruit c. 60 a.C. et au iie siècle.

115 Consacré en 196 a.C. Il n’en subsiste aucun vestige, malgré les dires de R. : infra, n. 121.

116 Probablement San Giovanni Calibita (ou nell’Isola), là où se trouve l’hôpital des Fatebene-Fratelli (Frères de Saint-Jean-de-Dieu). L’église est mentionnée pour la première fois en 1018. C’était, aux xie-xiie siècles, la résidence des évêques de Porto. L’église actuelle date du xviie siècle [fig. 1, no 31].

117 Voir notes 109, 112 et 114 [fig. 1, no 30].

118 Revenant sur une trirème, avec la délégation romaine qui s’était rendue à Épidaure dans son temple, Esculape, qui avait revêtu la forme du serpent guérisseur, aurait sauvé Rome d’une terrible peste en 293 a.C. (Ov., Met., 736-744).

119 La proue de travertin (et non de “marbre de Thasos”), dont un élément subsiste sur la pointe orientale de l’île (peut être une poupe se trouvait-elle à l’extrémité opposée) et qui soulignait la forme de l’île, représente le navire qui aurait ramené à Rome le serpent (traditionnellement figuré enroulé autour d’un bâton tenu par le dieu) (Coarelli 1994, 244) [fig. 1, no 32].

120 L’église date du xe siècle. Otton III y a déposé les reliques de saint Barthélemy. La cuve “de porphyre” est peut-être la margelle de marbre ornée de bas-reliefs encastrée dans les marches du chœur (Lachenal 1995, 145). Ce serait un puits sacré du temple, où des sources sont attestées par Festus [fig. 1, no 30].

121 Voir supra, n. 115 : il n’est pas du tout sûr que R. ait vu des vestiges.

122 Le ponte Sisto est l’ancien pons Janiculensis, nommé aussi pons Aurelius ou Antonini, car il fut probablement bâti par Caracalla, restauré en 367, détruit partiellement en 792 et reconstruit par Sixte IV en 1475 [fig. 1, no 33].

123 Pont Saint-Ange : supra, n. 69 ; pont triomphal : supra, n. 77 [fig. 1, no 13].

124 Sur ces contrastes : supra, n. 2. Le cœur historique des collines (les Monti) est resté presque désert depuis les incursions normandes ; Montaigne dit qu’il “est plus des deus tiers vuide.” S’y côtoient des ruines antiques, quelques vénérables basiliques (Saint-Jean-de-Latran, Sainte-Marie-Majeure, SaintPierre-aux-liens), des tours médiévales et des couvents (Delumeau 1957, 225-226).

125 La via Giulia, percée sur ordre du pape Jules II. Voir supra, n. 74 [fig. 1, no 10].

126 Le palazzo della Cancellaria, bâti entre 1483 et 1513 par Andrea Bregno et Bramante, pour le cardinal Raffæle Riario (cardinal San Giorgio in Velabro), est la chancellerie apostolique depuis Léon X (1513-1521) [fig.1, no 34].

127 La statue de Bacchus (h 190 cm) est la célèbre œuvre de jeunesse de Michel Ange, sculptée vers 1496-1497 pour le cardinal Riario. Elle aurait été conçue comme un faux antique. La statue passa à la famille Galli, au milieu de véritables œuvres antiques. Elle figure sur un dessin de Marten van Heemskerck (c. 1532-1536), avec le bras droit mutilé. L’œuvre, restaurée, se trouve aujourd’hui à Florence, car elle fut acquise en 1572 par François Ier de Médicis, installée aux Offices avant 1591, transférée au Bargello en 1871 [Coffin 1991, 18-19, fig. 12 ; Frommel 1992 ; Barkan 1999, 201-205, fig. 3, 92 (le Bacchus), 3, 93 (le dessin de Heemskerck) ; Weil-Garris Brandt et al., éd. 1999, 362-365, 4 fig., notice no 54 (par Eike D. Schmidt) ; Frommel 1999 ; Koch 2006]. Elle se trouvait, à l’époque où la vit R., dans la Casa Gallo (la maison de Jacopo Gallo, le banquier du cardinal), d’abord dans l’atrio (l’area, derrière le cortile), puis dans le jardin (Aldroandi 1562, 168 : “Maison de Messer Paolo Gallo, près du Palais Saint Georges”) [fig. 1, no 35].

128 Devrait son nom aux prés fleuris qui recouvraient la place avant les travaux du xve siècle ; lieu de marchés et d’exécutions capitales. Mais il semble bien aussi que Pompée y ait institué la célébration de Floralia en l’honneur de Flora, tous les 3 avril [Palladio (HH), 72] [fig. 1, no 36].

129 Construit en 55 a.C., restauré en 32 a.C., incendié en 21 p.C., puis de nouveau en 247 et restauré à chaque fois.

130 La Curie de Pompée était, au Ier siècle a.C., la salle de réunion du Sénat (César y fut assassiné). Le palais Orsini a été élevé, au milieu du xve siècle, par le cardinal Francesco Condulmer, neveu d’Eugène IV, et est ensuite passé à Virginio Orsini (c’est auj. le palais Pio da Carpí) [fig. 1, no 37].

131 Le palais fut commencé par le cardinal Alessandro Famese (futur Paul III) en 1517 (A. Sangallo le Jeune), agrandi en 1534-1536 et 1541-1546, le 3e étage construit en 1546-1548 (Michel Ange). Après la mort de Paul III (1549), les travaux se poursuivront sous la direction de Vignole et Della Porta et ne seront achevés qu’en 1589. C’est l’ambassade de France à Rome [fig. 1, no 38].

132 Le Palais Farnèse a été vidé de ses prestigieuses collections au xviiie siècle (elles sont parties à Naples et Parme en majorité). Les antiques, en toute hypothèse, pourraient correspondre : 1) à l’Hermès Farnèse conservé aujourd’hui au British Museum (marbre ; h 2, 01 m), copie romaine (iie siècle ?) d’une œuvre de l’école de Praxitèle (c. 325) ; connu depuis la fin du xvie siècle ; autrefois présenté dans l’entrée centrale de la galerie du Palais Farnèse ; 2) la célèbre Vénus Callipyge, trouvée à Rome (domus Aurea ?), copie romaine d’une statue grecque de c. 225, présentée au Palais Farnèse depuis le xvie siècle, puis transportée à Naples en 1802 (auj. au Museo Naz. Archeol.) ; 3) un Jupiter Ammon conservé aujourd’hui à Naples. Les bustes (“têtes et portraits d’anciens Romains”) étaient évidemment très nombreux au Palais (sur le goût du cardinal pour les collections d’antiques : Riebesell 1989a ; sur les collections ellesmêmes : Sénéchal 1996 ; voir aussi Aldroandi 1562, 145-159). La statue de bronze de Paul III est peut-être l’œuvre colossale et célèbre représentant le pontife trônant, réalisée par Guglielmo della Porta pour couronner le monument funéraire de ce pape († 10 nov. 1549) dessiné par Michel Ange. Elle fut en effet coulée en 1553, et inaugurée en 1574 (remerciements à Diane Bodart) dans le nouveau Saint-Pierre, “sous le premier arc de la coupole” (Vasari, éd. de 1568). Le témoignage de R., qui date de septembre 1554, montre bien qu’elle était présente dans le palais Farnèse lors de son passage à Rome (Della Porta y aura travaillé 26 ans) (sur le tombeau de Paul III : Cadier 1889).

133 Francesco Fusconi, originaire de Norcia († 1553), médecin des papes Hadrien VI, Paul III et Jules III, habitait juste en face du Palais Farnèse dès 1523-1524 (voir la note suivante). Il possédait quelques statues, dont l’“Adonis” vu par R. [fig. 1, no 39].

134 C’est l’une des plus célèbres statues de l’époque. Copie romaine (époque antonine) de marbre blanc (h : 2, 10 m) du Méléagre de Scopas (ive siècle a.C.), trouvée à l’Esquilin ou au Janicule (?). Le personnage est identifié grâce à son chien, à sa droite, et à la tête de sanglier sur laquelle il pose la main gauche. Elle est attestée en 1546 dans le palais de Francesco Fusconi. À sa mort, en 1553, son neveu Adriano, évêque d’Aquino, en hérite, puis, en 1574, Maria Fusconi, épouse Pighini. En 1770, elle sera acquise par Clément XIV pour les Musei Capitolini puis, en 1792, le Museo Pio-Clementino. Cédée aux Français en 1797, elle sera à Paris en 1798, retournera à Rome en 1816, où elle donnera son nom à une salle des Musei Vaticani, “la Salle de Méléagre” (Aldroandi 1562, 163 : “Maison de Mæstro Francesco da Norcia, médecin” ; Haskell & Penny 1999, 17 ; LIMC, Zurich-Munich, 1992, VI/1, s.v. Meleager, p. 415).

135 Le cardinal Girolamo Capodiferro (1501-1559), ami de Jules III, possédait l’actuel palazzo Spada alla Regola (-Capodiferro) construit de 1540 à 1550 par Bartolomeo Baronino et Giulio Mazzoni (sur le cardinal : Fragnito 1975 ; sur le palais : Zeri 1955 ; Wasserman 1961 ; Frommel 1973, 62 sq. ; Neppi 1975 ; Coffin 1991, 33 ; Conforti & Tuttle, éd. 2001, fig. et 33, plan) [fig. 1, no 40].

136 Cette statue colossale de marbre (h 3 m) a été trouvée en 1553 au vicolo dei Lentari, près du théâtre de Pompée. On a cru qu’il s’agissait de la statue de Pompée aux pieds de laquelle César fut assassiné. On a aussi proposé d’y voir Alexandre le Grand, Auguste, ou quelque autre empereur romain. Il était représenté nu, debout, le bras droit étendu, et tenant un globe de la main gauche (ce qui conviendrait mieux à Auguste qu’à Pompée). En 1798-1799, Masséna le fit transporter au Colisée pour une célèbre représentation de La mort de César de Voltaire. À cette occasion, le bras étendu fut coupé. Il a été remplacé par un bras figuré le long du corps. La tête non plus ne serait pas authentique (Faccenna 1956 ; Arnaud 1984).

137 Sans doute disparue.

138 Cette statue – couramment nommée à la Renaissance “le paysan aiguisant sa faux” ou “le rémouleur” – appartenait à un groupe représentant le supplice de Marsyas. Copie romaine d’un original pergaménien duIIIe s. a.C. représentant un esclave scythe aiguisant un couteau (auj. à Florence, Offices, Tribuna). Découverte avant 1534-1536 ; signalée dans la maison de Niccolo Guisa à Rome, puis au palazzo Capodiferro ; offerte à Ferdinand de Médicis, elle sera transférée à Florence en 1677 (Aldroandi 1562, 162, “Maison de Messer Nicolò Guisa” ; Haskell & Penny 1981, no 11 ; Bober & Rubinstein 1987, 75-76, no 33).

139 La façade du palazzo Spada-Capodiferro est ornée de statues des grands hommes de l’histoire romaine dans des niches.

140 Basilique San Lorenzo in Damaso, ancien titre de saint Damase Ier (vers 380), restaurée aux viiie et xve siècles : reconstruite en 1486 par le cardinal Raffæle Riario et incluse dans la Chancellerie (Cancellería) [fig. 1, no 41].

141 Pietro Marso († 1511) : disciple de Pomponio Leto et d’Argyropoulos, grand philologue et humaniste (Bayle 1740, III, 355-356 ; Dykmans 1988). Il était chanoine de San Lorenzo. Son monument a été (très partiellement) gravé par Fendt (Fendt 1574, pl. 26). Trad. des trois dernières lignes de l’épitaphe : “La gloire de l’éloquence qui seule prévalait, nous l’avons aussi perdue : elle a vécu et est morte avec toi” (Forcella V, 193, no 549, publie le texte suivant, d’après Petrus Aloysius Galletti, Inscriptiones Romance Infimi Ævi Romœ exstantes, t. III, Rome 1760, Append. ad Cl. V, n. 39, p. CCCCLXXV : D.T.M.M. / Petro. Marso / œdis. huius. divi Laurentii. Canonico / viro. doctissimo. et. Integérrimo / bonorum. omnium. lachrymis. honestato / votisq(ue). Expetito / Ascanius. Marsus / patruo. b. m. p. / vicit. annos. LXX. m. II / quæ. sola. eloquii. superabat. Gloría / et. illam. Perdidimus / tecum. vixit. et. Interiit).

142 À l’emplacement du stade de Domitien (92-96), a été aménagée la piazza Navona en 1477-1485. Le monument antique était appelé par les humanistes Circo agonale : on y donnait les Agoni Capitolini. Le nom de Navona viendrait de riagona [Lachenal 1995, 107 ; Palladio (HH), 33 et 208 (n. 154)] [fig. 1, no 42].

143 Santa Maria dell’Anima : un premier oratoire (de la nation germanique) avec hospice est attesté vers 1350 (institutionnalisé en 1406). Une deuxième fondation a lieu en 1431 (église et hospice des Flamands). L’ensemble est restauré en 1500-1523 (façade peut-être par Giuliano da Sangallo) (Schmidlin 1906) [fig. 1, no 43].

144 Monument funéraire du pape Hadrien VI (f 14 septembre 1523), par Baldassare Peruzzi, réalisé entre 1524 et 1529 (ses restes y sont transférés en 1533). Il met un terme au modèle du tombeau pariétal dans la tradition du xve siècle (Schmidlin 1906, 281-282 ; Kajanto 1982, 101-105, fig. 18 ; Chastel 1984, 196-197 et 198-199, fig. 47-48 ; Götzmann 2002 ; Scholten 2010). Texte de l’inscription funéraire chez Forcella III, 447, no 1078.

145 Willem van Enckenvoirt (1464-1534), cardinal, évêque de Tortosa et d’Utrecht, protégé d’Hadrien VI. Son tombeau est l’œuvre de Giovanni Mangone (Schmidlin 1906, 290-293 et fig. 12 ; Gotzmann 2002, 297-298). Epitaphe in Forcella III, 451, no 1091.

146 Valerius Cordus (de son vrai nom Eberwein) (Simmershausen, dans la Hesse 1515-Rome 1544) : médecin, chimiste et botaniste (l’un des pères allemands de la botanique) (Husemann 1876). Fendt publie une gravure de son monument funéraire (Fendt 1574, pl. 17 ; Schmidlin 1906, 351). Voir aussi Chytræus 1594, 41-42 ; Adam 1620, 44-45 ; Forcella III, 454, no 1099 donne le texte, beaucoup plus long, d’après Lorenz Schrader, Monumentorum Italiœ..., 1592, 145.

147 Pasquino (ou Pasquillo) (piazza del Pasquino, non loin de la place Navone, devant le palais Braschi) était une statue “parlante”, la plus célèbre de Rome : on y accrochait des libelles et, le 25 avril de chaque année, Pasquín était déguisé en personnage mythologique. Signalé pour la première fois en 1499-1500. C’était une copie d’un marbre hellénistique (pergaménien) du iiie s. a.C. représentant Ménélas soutenant le corps de Patrocle blessé par Hector (Aldroandi 1562, 312 ; Silenzi 1968 ; Haskell & Penny 1981, 291-296, no 72 et fig. 153 ; Satzinger 1995 ; Barkan 1999, 211-231) [fig. 1, no 44].

148 Le Panthéon, construit en 25 a.C., incendié en 80, restauré, de nouveau incendié en 110, totalement reconstruit par Hadrien avec changement d’orientation, de 118 à 126 ; restauré en 202. Se nomme Sainte-Marie des Martyrs en 608 ; modifié au xiie et restauré au xvie siècle [De Fine Licht 1968 ; Palladio (HH), 76-78, 129, 229 (n. 355, 357, 358)] [fig. 1, no 45].

149 R. – qui suit Marliani 1534, p. 239 – renvoie ici à une mauvaise leçon de Plin., Nat., 36.102 (24) : non et pantheum Jovi ultori ab Agrippa factum, où il faut lire en réalité : non et tectum diribitori ab Agrippa facti (voir éd. J. Sillig, Hambourg/Gotha, 1851 ou L. Jan & K. Mayhoff, Leipzig, Teubner, 1892-1909).

150 CIL, VI, 896 = D. 129 : le premier texte date de 25 a.C. (Calabi Limentani 1991, 265, no 65a).

151 Deuxième texte (mêmes réf. que supra) de 202 ; R. omet Aug et lmp XI dans la titulature (Calabi Limentani, ibid., no 65b).

152 Le portique (ou pronaos) comporte huit colonnes de façade, et deux fois quatre colonnes latérales, hautes de 14, 50 m et mesurant 1, 48 m à la base (fûts de granit gris et rouge égyptien, bases et chapiteaux de marbre blanc grec). Les trois colonnes du côté oriental, de granit rougeâtre, auraient été empruntées, au xviie siècle, aux thermes de Néron (De Fine Licht 1968, 40 ; Kardos 2002, 260).

153 Leon Battista Alberti écrit (1485) : “dans le portique d’Agrippa, il reste à ce jour des fermes composées de poutres de bronze de 40 pieds de long” (De re œdificatoria, VI, 11). Elles ont été remplacées par des poutres de bois à l’époque d’Urbain VIII (1623-1644) [Palladio (HH), 229, n. 360]. Le Pogge précise que les poutres étaient revêtues de bronze et elles seront fondues en 1627 pour réaliser le baldaquin du Bernin à Saint-Pierre et des canons pour le Château Saint-Ange [Le Pogge (JYB), 20, n. 3 ; De Fine Licht 1968, 50, 52-54].

154 Ces portes de bois recouvertes de bronze sont en effet d’origine, mais elles ont été souvent restaurées (De Fine Licht 1968, 126-132).

155 Dans les niches du pronaos, de chaque côté de l’entrée de la celia, se dressaient des statues, aujourd’hui disparues, citées par Dion Cassius (D.C. 53.27.2). Elles auraient été achetées par le Vénitien Domenico Grimani ou ses neveux pour leur vigna. Celle d’Agrippa serait aujourd’hui (et depuis 1505) à Venise (Museo Archeologico) (Gallo 1952, 36 ; Traversari 1968, 29, no 13 ; De Paoli 2004, 29).

156 À l’origine, le sol du pronaos était situé à 1, 32 m au-dessus du niveau de l’avant-cour (De Fine Licht 1968, 35).

157 Le toit du Panthéon est couvert de plaques de plomb, au moins depuis le viiie siècle (735 : Grégoire III). Il a été souvent restauré à la Renaissance, comme le montrent les plaques portant armes et titres de Nicolas V (1447-1455) (MacDonald 2002, 18).

158 Erreur de R. : c’est Constant II (fils de Constantin III) qui, en juillet 663, à l’issue de la dernière visite qu’ait faite un empereur romain dans la capitale, enleva – entre autres – les tuiles de bronze doré (et non “d’argent”) du péristyle et du dôme du Panthéon (il désirait les convertir en monnaies pour payer ses soldats) (Liber Pontif., 1.343-344 ; Paul Diacre, Hist. Langob., 5.11 ; Lanciani s.d., 79 et n. 2 ; Moore 1899 ; De Fine Licht 1968, 184, 240, 312 n. 4 ; Lachenal 1995, 81 ; Barker 2004). Ces dépouilles, transportées à Syracuse en attendant leur transfert à Constantinople, tombèrent aux mains des Sarrasins qui les emportèrent à Alexandrie (Homo 1956, 30). Le texte de R. est presque identique à celui de Palladio (f. 23r) : “Elle [la Rotonda] était couverte de feuilles d’argent qu’emporta l’empereur Constantin III et qu’il déposa à Syracuse, avec tout le bronze et le marbre qu’il y avait à Rome. Il fit plus de dommages pendant les sept jours qu’il y passa que les Barbares en ont commis en 258 années” [Palladio (HH), 76-78]. En général, on parle de couverture de bronze doré, mais Andrea Fulvio, Pomponio Leto et Francesco Albertini évoquent aussi une toiture couverte d’argent (ibid., 229, n. 358).

159 Voir note précédente.

160 Ces thermes ont été bâtis de 25 à 19 a.C., puis restaurés sous Domitien, Hadrien, Sévère Alexandre et en 345. L’allusion aux “pavements de verre” résulte d’une mauvaise compréhension de Pline (Plin., Nat., 36.189) : non dubie vitreasfacturus camaras, siprius inventum idfuisset, “sans aucun doute, il [Agrippa] aurait fait élever des voûtes de verre si cela avait déjà été inventé” [fig. 1, no 46].

161 Ce temple se serait trouvé sous l’actuelle église Santa Maria in Monterone (?), à l’ouest des thermes d’Agrippa, et daterait de la fin du Ier s. a.C. Il y a bien des vestiges de murs sous cette église, mais leur attribution n’est pas assurée [fig. 1, no 47].

162 Sant’Eustachio in Platana : église du début du viiie siècle, restaurée en 991, 1196 et au xve siècle [fig. 1, no 48].

163 Les thermes de Néron datent de 62-64 et ont été restaurés par Sévère Alexandre. Ils s’étendaient de la place Navone à la proximité du Panthéon [fig. 1, no 49].

164 Mart. (7.34.4-5) : Quid Nerone peius ? Quid Thermis melius Neronianis ?

165 Palazzo Valle-Capranica, conçu et aménagé à partir de c. 1526, à la demande du cardinal Andrea della Valle (1463-1534) par le sculpteur et architecte Lorenzetto, et doté de jardins “suspendus” (hortus pensilis) (Riebesell 1989 ; Coffin 1991, 18, 20-22 et 24, fig. 14 ; Haskell & Penny 1999, 137) [fig. 1, no 50].

166 Le jardin archéologique a été souvent reproduit par les artistes : gravure de Jérôme Cock vraisemblablement tirée d’un dessin de Heemskerck ; dessin de Francisco de Holanda ; dessin de Hendrick van Cleve (BnF estampes, Rés. B 12) [Michælis 1891, 226 ; Huelsen & Egger (rééd. 1975), pl. CXXVIII, 56-57 ; Chastel 1984, 140 ; D’après l’antique, 362-363, fig. 170, 170a, 171]. La collection Della Valle rivalisait avec celle du Belvédère [Delumeau 1957, p. 153 ; elle est longuement décrite par Fichard (1536/37), 68-70 ; Daly Davis, éd. 1994, 117]. Il est étonnant que R. ne s’y attarde pas davantage.

167 Andrea Fulvio a consacré des pages, en 1543, à la collection numismatique d’Andrea Della Valle (Opera di Andrea Fulvio delle antichità della città di Roma e delle edificii memorabili di quella. Tradotta nuovamente di Latino in lingua Toscana per Paolo del Rosso cittadino Florentino, Venise, 1543). Elle passera plus tard (1584), en grande partie, au duc Ferdinand de Médicis [Bober & Rubinstein 1986, 479-480 ; Daly Davis, éd. 1994, 98 ; Cunnally 1999, 30].

168 Piazza San Macuto, du nom de l’église Saint-Macou, connue dès le xiie siècle.

169 À l’époque de R., deux obélisques intacts avaient été découverts sur le site de l’Iseum Campense : l’obelisco Macuteo (prov. : Héliopolis ; Ramsès II ; granit rouge d’Assouan ; 6, 34 m), trouvé en 1374 (en bâtissant l’abside de Santa Maria sopra Minerva), gisant sur la place en 1410-1415, puis élevé près de l’église (depuis 1711 sur la piazza della Rotonda) (Aldroandi 1562, 314 ; Malaise 1972, 199, no 371 ; Roullet 1972, 74-75, no 74) ; l’obelisco Mediceo (granit d’Assouan ; 6, 27 m), trouvé vers 1550, érigé villa Ricci (transporté en 1790 à Florence, Jardin Boboli). Il faut y ajouter cinq fragments de deux ou trois autres obélisques (associés en 1729 pour en constituer un seul, qui fut transporté en 1739 à Urbino) (deux fragments d’un obélisque d’Apriès, apporté de Sais ; un fragment d’obélisque de Ramsès II ; et deux fragments d’un obélisque d’origine inconnue : Roullet 1972, 76, no 77). Ils ont dû être amenés à Rome sous Domitien qui a fait reconstruire l’Iseum (inauguré en 89), et devaient constituer un dromos et être associés par paires (Grenier 1996a) [fig. 1, no 51].

170 Le cirque Flaminius date de 221 a.C., mais a été progressivement ruiné à partir du ve siècle.

171 Santa Caterina dei Funari : église et monastère connus peu avant 1000 sous le vocable Santa Maria in Castro Aureo ; réédifiés en 1546 par le cardinal Donato Cesi sous le nom actuel (Hülsen 1927, 331 ; carte : II Jk). Palladio localise aussi le Circus Flaminius “là où se trouve aujourd’hui l’église de Santa Caterina de’Funari” [Palladio (HH), 33] [fig. 1, no 52].

172 Santa Lucia de Calcarario (via delle Botteghe Oscure ; auj. Santa Lucia dei Ginnasi), église attestée en 1192 (Hülsen 1927, 300-301, no 40, carte : II Jk) [fig. 1, no 53].

173 Santa Maria sopra Minerva : église du viiie siècle (couvent annexe au xiiie siècle), reconstruite à partir de 1280 (pour les dominicains), achevée, ainsi que le couvent, en 1453-1470. Elle doit son nom à un temple de Minerve élevé par Pompée (en réalité situé à quelque distance, sous l’actuelle place du Collegio Romano). Le surnom de Chalcidica date d’après une restauration par Domitien [Lugli 1970, 436 ; Le Pogge (JYB), 22 et 82 (n. 5)] [fig. 1, no 54].

174 Speculator est le surnom de Guillaume Durand, originaire du diocèse de Béziers (v. 1230-1296), canoniste et homme politique qui étudia à Bologne et enseigna le droit à Modène, puis à Rome, administra le Patrimoine de Saint-Pierre, fut exilé d’Italie et devint évêque de Mende en 1287. Il doit son surnom, universellement connu, à son ouvrage principal de droit canonique, le monumental Speculum judiciale (Miroir du droit-1271), en quatre volumes in folio, imprimé pour la première fois à Strasbourg (Hussner et Rekenhub, 1473) [Gy, éd. 1992 ; Sœtermeer 2003 ; Stein 2004, 69 ; sur son tombeau : Lachenal 1995, 349].

175 Santa Maria in via Lata : basilique ( ?) du viiie siècle, agrandie au xie siècle (monastère annexe au xve siècle) ; reconstruite en 1491 : De Spirito 1996 [fig. 1, no 55]. La via Lata est l’autre nom de la via Flaminia, au sud de la porta del Popolo, l’actuelle via del Corso [fig. 1, no 56].

176 Les Sœpta Julia étaient l’enclos où votaient les comices. Entrepris par César et achevés par Agrippa en 26 a.C. Aujourd’hui disparus.

177 Le dernier des fora impériaux, dû à Apollodore de Damas. À partir du vie siècle, on y pratique la récupération de matériaux.

178 L’illustre colonne célébrant les campagnes daciques de Trajan (Lehmann-Hartleben 1926). La dédicace date de 113 (CIL, VI, 960 = D. 294 ; Calabi Limentani 1991, 241-242, no 53) [fig. 1, no 57].

179 Ces données sont probablement extraites (avec deux erreurs de copie) de Marliani (Marliani 1534, 103 : Intus vero gradus centum octoginta quinque in ejus fastigium prœbent ascensum, habet autem fenestellas quadraginta quinque : altitudinem vero pedum centum viginti octo) qui utilise lui-même les Régionnaires [Urlichs, éd. 1871, 11 : (Regio VIII) : columnam coclydem altam pedes CXXVIII semis, gradus intus habet CLXXXV, fenestras XLV ; cf. Scheithauer 2000, 224, n. 16-17].

180 En réalité, les cendres de Trajan, recueillies dans une urne d’or, avaient été déposées dans une chambre sépulcrale située dans le piédestal de la colonne (et non à sa pointe) (D.C. 69.2). Lors des fouilles de 1906, on découvrit qu’elle avait été pillée (un trou avait été percé dans la fondation de travertin) (Platner & Ashby 1929, 243).

181 R. se trompe d’auteur : Dion Cassius (D.C. 68.29) ne parle que de l’arc de triomphe. C’est Aulu Gelle qui évoque (Gell. 13.25.1) le toit de la colonnade orné de statues de bronze doré de chevaux et d’enseignes provenant du butin de la guerre dacique : in fastigiis fort Trajani simulacra sunt sita circum undique inaurata equorum atque signorum militarium, subscriptumque est : ex manubiis” (Ibid., 239).

182 Le poète Claudien a vécu entre c. 370 et c. 404. Le Moyen Âge fit de lui un chrétien et le crut originaire de Florence. Il était né en Égypte : Whitfield 1997. La base de sa statue a été retrouvée par Pomponio Leto ; l’inscription (CIL, VI, 1710, 400-402 p.C.), à peu près correctement citée par R. [Fendt 1574, pl. 9 (a)], est aujourd’hui conservée à Naples (Museo Arch. Nazionale) (Magister 2000, 156 et 163, n. 23).

183 Amm. Marc. 16.10.15-16.

184 “Mais quand il [Constance II] arriva au Forum de Trajan (...), il demeura confondu : il portait son attention autour de lui, à travers ces constructions gigantesques, qui défient la description et que les hommes ne chercheront plus à reproduire. Aussi, renonçant à tout espoir de tenter une œuvre semblable, il déclara que l’imitation du cheval de Trajan, dressé au milieu de la cour d’entrée et monté par le prince en personne, était seule dans ses intentions et ses possibilités. Le prince Hormisdas, qui se tenait près de lui et dont nous avons relaté plus haut le départ de Perse, lui répartit avec la finesse de sa race : Auparavant, Majesté, fais construire une écurie semblable, si tu le peux ; que le cheval que tu projettes s’y trouve aussi largement logé que celui que nous voyons” [trad. Galletier & Fontaine, CUF]. La visite de Constance II eut lieu en 357. On voit que R. se trompe à plusieurs reprises : il croit qu’Ammien évoque Vequus Domitiani ; il nomme l’empereur Constant ; il attribue à l’empereur les paroles prononcées par Hormisdas. Sur le deuxième point, il s’inspire sans doute de Marliani, qui commet la même erreur (Marliani 1534, 102).

185 En réalité, il s’agit de la colonne de Marc Aurèle (a. 193), sur la piazza Colonna. On privilégia le nom de columna cochlis Antonini pendant tout le Moyen Âge et jusqu’au xviiie siècle, de même que l’idée que le monument aurait été érigé en l’honneur d’Antonin le Pieux [Maffei 1993, en part. 303 ; cf. Palladio (HH), 213 (η. 199)]. Les monnaies d’Antonin évoquées par R. correspondent à RIC, III, 247, no 439-440 et 315, no 1269-1271 [fig. 1, no 58].

186 La même confusion faisait croire qu’il existait probablement un temple d’Antonin à proximité de la prétendue columna Antonini. Il s’agissait d’un temple de divus Marcus, élevé par le Sénat (De Caprariis 1996).

187 Le temple de divus Hadrianus ou Hadrianeum (piazza di Pietra), commencé en 139 ( ?) et dédié en 145 par Antonin le Pieux (Cipollone 1996) était à l’abandon depuis le ve siècle au moins. À partir de 1695, il abritera la Dogana di terra pontificale, puis la Bourse à partir de 1879. Il reste onze colonnes corinthiennes de marbre de Proconnèse, hautes de 15 m, ainsi qu’une paroi de la celia en peperino [Coarelli 1994, 206-207 ; Fichard (1536/37), 54 : Juxta œdem S. Stephani de Trullio, ex porticu quœ arbitratur esse Antonini Pii Imperatoris, restare videmus XI. columnas marmoreas, ingentes et magnificœ]. Une monumentale abside devait correspondre au Trullo (nom d’une construction de forme ronde, à toit conique, fréquente dans les Pouilles) [Cipollone 1996, 8 ; Palladio y voit un “temple de Mars” : Palladio (FC), 342-348, pl. 154-158] [fig. 1, no 59]. L’église San Stefano del Trullo, citée en 1301, a été démolie sous Alexandre VII (1655-1667) [fig. 1, no 60].

188 La collis Hortulorum (ou Hortorum) correspond au Pincio. Laqua Virgo, élevée en 19 a.C. par Agrippa, a été restaurée en 46, au ive, puis au viiie siècle, en 1453, 1480. Elle débouchait devant les Scepta (Lugli 1970, 110-111). Elle a ensuite alimenté la Fontaine de Trevi [fig. 1, no 61].

189 Le Palais des Bufali (ou palazzo del Bufalo, via del Tritone et via del Bufalo) comportait l’un des grands jardins-musées de Rome (Wrede 1983 ; Coffin 1991, 78-79, 82) [fig. 1, no 62].

190 Situé au-dessus de la Fontaine de Trevi et incorporant des parties de la vigna Colocci, il se glorifiait de posséder des fresques parnassiennes de Polidoro da Caravaggio adaptées à des statues de Muses et à divers antiques, et associées à un nymphée de grotesques all’antica (décrit par Boissard) (Boissard 1597, 117 ; MacDougall 1994, 68, n. 56).

191 Ces statues, célèbres à l’époque, semblent aujourd’hui perdues. Sur le Cerbère : Hülsen 1917, 109, no 120 (“un Cerbère colossal”). Voir note suivante.

192 Le lion : Hülsen 1917, 109, no 119 ; cf. aussi Aldroandi 1562, 287, (Cerbère et “tigre de marbre”).

193 La naumachia Cæsaris du Champ de Mars fut réalisée en 46 a.C. à l’occasion du quadruple triomphe de César, au lieu-dit Codeta Minor.

194 Mons Citatorius sur le plan de Bufalini (carton 14) : actuel Montecitorio. Doit son nom au fait que les assemblées électorales romaines s’y déroulaient.

195 C’est l’ancienne porta Flaminia, percée dans le Mur d’Aurélien, nommée porta Sancti Valentini à partir du xe, puis porta delPopolo à partir du xve siècle (remaniée sous Sixte IV, 1471-1484) [Palladio (HH), 19, 194-195 (n. 25)].

196 Le nom courant est arco di Portogallo (ainsi appelé, non pas à cause de la proximité de l’ambassade de Portugal, mais plutôt à cause du cardinal portugais Jorge da Costa, mort en 1508, titulaire de San Lorenzo depuis 1484 ; remerciements à Germaine Guillaume-Coirier) ou palazzo Fiano-Almagià, sur la via Lata, actuel Corso. Son nom populaire au xvie siècle était arco di Trofoli (ou Tripolis). On en ignore l’appellation antique : il a parfois été attribué à Domitien [ibid., 44, 212, n. 186 ; Audebert (AO) I, 281], parfois à Marc Aurèle (Graf 1915, 126, n. 14-15), car il semble donner accès au groupe d’édifices antonins du Champ de Mars (en fait, il marquait le franchissement du pomerium). Il sera démoli en 1662 pour élargir la rue. Deux de ses reliefs sont conservés au Palazzo dei Conservatori, un autre au Museo Torlonia. Il a été construit au iie siècle (Hadrien ou Antonin), peut-être en réutilisant des reliefs d’Hadrien ( ?) (Vanderleest 1995). On ignore où R. a pu voir “le portrait de Domitien”(rappelons qu’on le considérait comme un arc élevé par cet empereur) : est-ce la clé de voûte, qui était décorée d’une tête de Minerve, et qui est désormais murée dans le palazzo della Sapienza (mais Torelli 1993, 78, pense qu’elle n’en faisait pas partie) ? Les reliefs des Conservatori représentent, côté ouest, un empereur assis observant l’Æternitas ailée emportant dans les airs une impératrice (apothéose de Sabine, Faustino maior ou Faustina minor ?) ; côté est, une adlocutio impériale (d’Hadrien, Antonin ou de Marc Aurèle ?) (Helbig 1966, 264-266, no 1447 ; Brizzi 1973, 215 ; Coarelli 1994, 183-184, optent pour des remplois du temps d’Hadrien : adlocutio d’Hadrien et apothéose de Sabine). Le3e relief (Musée Torlonia) représente des Barbares s’agenouillant devant un empereur. Lorsque R. évoque “le pillage d’une ville”, cela pourrait correspondre à l’adlocutio, car à l’arrière-plan figure un temple. Quant à la Victoire et Pallas “se complimentant”, cela renverrait à l’apothéose d’une impératrice ( ?). On notera toutefois que, selon Ligorio, il n’y avait que deux reliefs [fig. 1, no 64].

197 San Lorenzo in Lucina : église située sur l’ancien titre de Lucine, mentionnée dès 366, restaurée sous Valentinien III (419-455), aux viie -viiie siècles, incendiée en 1084, reconstruite au xiie siècle, restaurée au xve s. Elle n’a rien à voir avec le temple de Iuno Lucina : cf. infra, n. 198 [fig. 1, no 65].

198 Le temple se trouvait dans un lucus, sur le Cispius (Esquilin), à un emplacement mal connu, dès 345 a.C. Une inscription permet de le localiser au début de la via in Selci, à côté de l’église San Francesco di Paola (Coarelli 1994, 150). Il ne peut donc se trouver sous l’église qui précède : supra, η. 197.

199 Obélisque de granit rouge (h 21, 79 m) apporté à Rome par Auguste en 10 a.C., avec l’obélisque du circus Maximus, cf. infra, n. 354 ; provient d’Héliopolis et porte le nom de Psammétique II (594-588). Élevé près de l’ara Pacis pour servir de gnomon à l’Horologium Augusti, encore debout au viiie siècle (Itinéraire d’Einsiedeln), renversé en 1084, lorsque les Normands ravagèrent le Champ de Mars. La base a été redécouverte en 1475 (Pomponio Leto l’annonce), l’obélisque en 1502 : Fulvio, en 1520, le voit gisant à terre à proximité de San Lorenzo in Lucina (cf. CIL, VI, 702) (R. l’a bien vu “brisé”). Aujourd’hui (depuis 1792) il se trouve sur la piazza de Montecitorio (Roullet 1972, 79, no 83). L’allusion à Pline, à propos des hiéroglyphes, renvoie à Plin., Nat, 36.71 : Inscripti ambo rerum naturœ interpretationem Ægyptiorum philosophia continent [voir, au sujet des hiéroglyphes, le passage de Biondo, Roma instaurata (I, 63 : p. 72-73) où est évoquée la “sagesse originelle”] [fig. 1, no 66].

200 Plin., Nat., 36.72-73 : Ei qui est in Campo divus Augustus addidit mirabilem usum ad deprendendas solis umbras dierumque ac noctium ita magnitudines... À plusieurs reprises, des restes de la place de YHorologium ont été vus depuis la Renaissance, avec des traces de rayons et de lettres de bronze (Buchner 1982 et 1996 ; contesté par Heslin 2007).

201 Le texte de Pline (loc. cit.) est corrompu et on a le choix entre deux versions principales : 1) Digna cognitu res et ingenio facundo. Manilius Mathematicus apici auratam pilam addidit cujus vertice umbra colligeretur in semetipsam (cod. Ambras. II) ; 2) Digna cognitu res, ingenio Facundi Novi mathematici. Is apici auratam pilam addidit cujus vertice umbra colligeretur in se ipsam (Severino 2007, 54-55)· Facundus Novius est inconnu par ailleurs. Manilius, un contemporain d’Auguste et de Tibère, a composé entre 9 et 22 un poème intitulé Astronomica (Van Wageningen 1928).

202 CIL, VI, 702 : [imp] CÆSAR. DIVI. [f]IL | AVGVSTVS | PONTIFEX. MAXIMVS | IMP. XII. COS. XI. TRIB. POT.XIV | ÆGVPTO. IN. POTESTATEM | POPVLI. ROMANI. REDACTA | SOLI. DONVM. DEDIT (10/9 a.C.).

203 San Rocco, près du port de Ripetta : église construite par Alexandre VI (1499) pour la Confraternité de San Rocco. Reconstruite en 1646-1680 [fig. 1, no 67].

204 Augusta ou Austa est le nom médiéval du mausolée d’Auguste, transformé aux xiie et XIIIe siècles en forteresse par les Colonna ; aux mains des Orsini en 1241 ; de nouveau aux Colonna au XIVe siècle (Homo 1956, 129 et 149).

205 Élevé en 28 a.C. par Octavien pour lui-même et tous les membres de la gens julio-claudienne. Les empereurs suivants y furent inhumés jusqu’à Nerva inclus (y ajouter, plus tard, Julia Domna). Il était surmonté d’un tumulus de terre de 44 m de haut planté de cyprès (Hesberg 1996 et 1999). Le mausolée de Maussollos de Carie (satrape de 377 à 353 a.C.) et de son épouse Artémise, élevé près d’Halicarnasse, ne fut achevé qu’à l’époque d’Alexandre (Hocker & Kaletsch 1999). L’estimation de la hauteur (250 coudées, soit 112, 50 m) – qui se trouve chez Marliani 1534, 264 : in summum usque ad verticem cubitorum CCL. ad fluminis ripam aggeratum – ne correspond absolument pas à la réalité (44 m, sans la statue) [fig. 1, no 68],

206 Les Soderini (en particulier Mgr. Francesco Soderini) y ont installé un magnifique jardin à l’italienne en 1546-1550, comprenant une collection d’antiques (Aldroandi 1562, 199-200 ; Coffin 1991, 65-67 et fig. 50 ; Riccomini 1996, 69, n. 86 ; De Angelis d’Ossat 2003, 121 et fig. 1, p. 122) [fig. 1, no 69].

207 Les deux obélisques anépigraphes de granit d’Assouan (h c. 12, 60 m) s’élevaient devant la façade du mausolée d’Auguste. Ils auraient été importés d’Égypte sous Domitien. Ammien Marcellin connaît encore leur existence en 360, mais ils sont abattus au Moyen Âge. L’obélisque occidental est découvert en 1510 et dégagé en 1519. Ses fragments sont laissés via di Ripetta. Il sera élevé en 1587 par Fontana devant la villa de Sixte Quint, piazza dell’Esquilino. L’obélisque oriental est signalé par Fulvio en 1527 sous San Rocco. En 1548, il se trouve dietro la chiesa di S. Rocco, coperto di terreno. En 1549, Aldrovandi signale sa redécouverte, mais il sera bientôt ré-enfoui et exhumé seulement en 1782. Ses trois fragments seront élevés en 1786 sur la piazza del Quirinale, entre les “Dioscures” (Aldroandi 1562, 314 ; Roullet 1972, 78, no 81-82). Fichard n’en a vu qu’un : Fichard (1536/37), 54 [fig. 1, no 70].

208 Le Champ de Mars n’a plus été “hors les murs” lorsque fut édifiée l’enceinte d’Aurélien. C’est, au Moyen Âge et à l’époque de la Renaissance, la zone la plus peuplée de Rome : supra, n. 2.

209 Santa Maria del Popoto : l’église date de 1099 ; agrandie en 1227 ; reconstruite avec un couvent (ermites augustins) annexe en 1437-1477 ; le chœur, par Bramante, date de 1509 ; le couvent est ruiné en 1527, lors du sac de Rome [fig. 1, no 71].

210 Ascanio Maria Sforza Visconti (1455-1505) : sixième fils de Francesco I Alessandro Sforza, duc de Milan, et de Bianca Maria Visconti, frère de Ludovic le More ; cardinal en mars 1484. Son spectaculaire tombeau de marbre est l’œuvre d’Andrea Sansovino (1505-1507) (Riegel 1995 ; inscription à la base du monument : Forcella I, 332, no 1258).

211 Girolamo Basso della Rovere, né à Savone († 1507), fils d’une sœur de Sixte IV, cardinal-évêque de Recanati en décembre 1477 (Ciaconius, III, 1677, col. 64). Son tombeau, aussi spectaculaire que le précédent, a été exécuté à la même date et par le même artiste (inscription à la base du monument : Forcella I, 332, no 1261).

212 Andrea Contucci, dit il Sansovino (c. 1460-1529), illustre sculpteur toscan (Huntley 1935).

213 Autrement nommée la Vigna di Papa Giulio, la Villa Giulia a été construite par Jules III, hors la Porte du Peuple, de 1551 à 1553, par Michel Ange, Jacopo Vignola, Bartolomeo Ammannati et Vasari. Elle était ornée, entre autres, de sculptures provenant des jardins des Licinii [Coolidge 1943 ; Falk 1971 ; Coffin 1991, 21-22, 39-40, 51 ; Azzi Visentini 1996, 159-172 ; Audebert (AO) I, 279-280 et 321 (n. 88)]. Elle fut un temps considérée comme l’un des plus splendides édifices existants. Elle s’étendait de la Porte du Peuple au ponte Milvio, et des Colli dei Parioli à la rive gauche du Tibre [fig. 1, no 73].

214 R. se trouve à Rome en septembre 1554. La construction de la Villa, commencée avant le 23 mai 1551, était pratiquement achevée en 1554. En septembre, deux sculpteurs sont chargés de sculpter les giganti de peperino de la fontaine. En 1554-1555, se construiront les cocine nuove. De novembre 1554 à janvier 1555, on travaillera encore aux sols de tuiles des salles du rez-de-chaussée et à l’installation d’un orgue [Falk 1971, 114 et n. 27 : il renvoie à J.-B. Cavalleriis, Antiquarum Statuarum Urbis Romœ primus et secundus liber, Rome, s. d. (c. 1585), pl. 61-67]. Comme dans beaucoup d’édifices de ce genre, la décoration a subi des spoliations irréparables. Les marbres et les statues des niches de l’atrium, des parois du cortile et du nymphée ont été dispersés après la mort du pape : certains se trouvent sans doute dans les collections vaticanes, mais, faute de description précise, il n’est pas aisé de savoir ce que la plupart d’entre eux sont devenus (il ne subsiste des sculptures que les deux bustes situés dans les niches creusées au-dessus du petit portique terminal). Tilman Falk affirme que l’on peut reconstituer le décor sculpté de la villa, de sa cour, du nymphée et des jardins, mais n’a pas tenté l’expérience (Falk 1971). Il s’est contenté de publier les quelques documents susceptibles de nous guider : 1) un inventaire des sculptures en 1555 (Bibl. Vat. Cod. Reg. lat. 2099) ; 2) une lettre d’Ammannati à Marco Benavides de Padoue, datée du 2 mai 1555 (Pesaro, Bibl. Oliveriana, ms. 374, vol. II) ; 3) la description de Boissard (c. 1559) (Romanœ Urbis Topographiœ..., Ia pars, Francfort, 1597). Ce que R. nomme “Cicéron faisant un discours” pourrait correspondre à Boissard (p. 100) (Falk 1971, 173 : Ex quibus una ostenditur...Ciceronis...) ; nous n’avons, en revanche, pas trouvé mention de “Scipion l’Africain”, ni de “Brutus”. La “très belle fontaine” est le nymphée doté de grottes et de statues, dû à Vignole, Baronino, Ammannati (sur des plans de Vasari et les conseils de Michel Ange), en 1551-1552 (MacDougall 1994, 68-70 et fig. 48-50 ; Frommel 2002). Les “enfants de marbre... versant de l’eau” correspondent aux quattro putti di marmo, antichi, con urne in spalla, che versano acqua cités dans la lettre d’Ammannati (Falk 1971, loc. cit.).

215 La “nymphe endormie” (thème fréquent des nymphées de la Renaissance) n’est pas documentée par ailleurs ; le “Mercure” pourrait être celui que cite la lettre d’Ammannati (ibid.) ; la “Cléopâtre” est inconnue, de même que la “Pudeur”, tandis que la “Vénus” pourrait correspondre à l’une des Vénus citées par Ammannati et Boissard (Vénus et Cupidon ; Vénus au cygne) (Falk 1971, 172 et 174).

216 Le pont Milvius, appelé Ponte Molle depuis le Moyen Âge, a été construit en pierre par le censeur M. Æmilius Scaurus en 109 a.C. pour le passage de la via Flaminia. C’était l’une des entrées principales de Rome. Il avait succédé à un pont de bois du iiie siècle [LTUR Suburbium I, 220-222 ; V, 71, 136 ; Palladio (HH), 22 et 199 (n. 75)] [fig. 1, no 74].

217 Supra, η. 124. La campagne occupe les deux tiers du territoire enclos par le mur d’Aurélien. Pour Flavio Biondo, le Palatin tirerait son nom du mugissement des bœufs (balatinus) ; le Forum républicain était connu sous le nom de Campo Vaccino (“champ des vaches”) ; et la Roche Tarpéienne était le Monte Caprino (“la colline des chèvres”) (Delumeau 1957, 226).

218 Les Sette Colli énumérées sont bien les collines canoniques. Sur le milis Hortulorum : infra, n. 634. Le Cæliolus ou Cœliculus n’est pas abordé par ailleurs par notre voyageur ; il s’agit d’une partie du Mont Cælius (Kardos 2002, 58). Sur le Janicule : supra, n. 78-79. Le Vatican était, quant à lui, une plaine s’étendant des Vaticani Montes au Tibre (Kardos 2002, 344).

219 Voir infra, n. 529.

220 Ce nom vient de celui de la Vestale Tarpeia qui aurait ouvert la porte de la citadelle aux envahisseurs sabins (Platner & Ashby 1929, 509-510 ; Wiseman 1999, avec les citations littéraires).

221 Cette expression est sans doute à rapprocher de Marliani (Capitolium deorum domicilium ea nempe de causa appellavit Cicero, quo in eo omnium deorum simulacro templaque multa, & celeberrimafuisse, commemorant) (Marliani 1534, 42), et de Biondo : “En effet, cette colline que Cicéron nomme la demeure des dieux dans divers discours mais surtout dans celui adressé aux citoyens A la veille de son départ pour l’exil..” [Biondo (RD), 84-85 (I, 73) ; le discours est du pseudo-Cicéron, Ad populum et equites antequam iret in exilium oratio].

222 Cassiod., Var., 7.6.1 : Trajani forum vel sub assiduitate videre miraculum est : Capitolia celsa conscendere hoc est humana ingenia superata vidisse. Ce passage est également cité par Biondo [ibid. (I, 73)].

223 Le temple de Jupiter Capitolin a brûlé, en particulier, lors du grand incendie de 80, puis de nouveau en 96. L’estimation du coût (7 700 000 aurei) vient de Plutarque (Plut., Vit. Publ., 15) et concerne la seule dorure : “mais tous les biens du plus riche particulier de Rome ne suffiraient pas pour payer la seule dorure de ce dernier [temple de Jupiter] : elle a coûté plus de douze mille talents.” R. (ou une de ses sources) aura converti la somme en aurei, sans doute à partir de Strabon (ou du De asse de Guillaume Budé) qui fixe l’équivalence 1 talent = 600 aurei. Le résultat est toutefois incorrect et devrait être septuagesies bis centenis millibus aureorum.

224 À l’emplacement de l’ancienne maison des Bannerets ; construit par Nicolas V (1447-1452).

225 Pour l’église Santa Maria de Ara Celi, voir infra, n. 235. La citadelle est l’Arx, l’endroit le mieux protégé de Rome [fig. 1, no 75].

226 Ce temple n’est pas localisé avec sûreté. Il était proche de celui de Jupiter Optimus Maximus (Gros 1996). L’endroit “où l’on châtie les criminels” – l’allusion est empruntée à Marliani [Marliani 1534, 48 : quo in loco nunc noxiipuniu(n)tur] – est le Leone delle Sentenze du Palais des Conservateurs, un groupe de marbre romain transformé en fontaine au xvie siècle : on y affichait les sentences de mort et l’on y exposait en public les malfaiteurs les jours de marché (Geraci 1999, 141).

227 Selon Plutarque, Fortuna Primigenia semble avoir possédé un temple sur le Capitole, sans doute sur les pentes nord-orientales, entre le temple de Saturne au pied de la colline, et Varea Capitolina au sommet (Aronen 1995).

228 L’cedes Saturai se trouvait en réalité sur le Forum (on y conservait le trésor et les archives de l’État). Une tradition ancienne appelait toutefois le Capitole arx Saturnia, collis (ou mons) Saturnius (Aronen 1999). Biondo semble croire en des vestiges d’un temple de Saturne ”dans un défilé” [Biondo (RD), 78-79 et 154].

229 La piazza Montanara – infra, n. 390 – se trouvait près du théâtre de Marcellus (elle correspondait au forum Holitorium). Le temple en question ne se trouvait pas exactement dans ce secteur du Capitole. Il s’agit du sanctuaire poliade de Rome, créé en 530-509 a.C., constamment restauré jusqu’au ve siècle, aujourd’hui disparu (sauf des portions de son podium).

230 San Salvatore de Maximinis : le nom de cette église, tiré de celui d’une famille romaine, a été transformé en Maximis à cause du temple de Jupiter [Biondo l’appelle encore in Massimini : Biondo (RD), 86-87]. Cf. Francesco Albertini : templumJovis optimi maximi erat ubi nunc est ecclesia S. Salvatoris in maximis (Opusculum de mirabilibus novœ & veteris Urbis Romæ, Rome, apud Jacobum Mazochium, 1510, lib. II, f. N ii ; Marliani 1534, 45 : ubi paucis ante annis fuerat ædes divi Salvatoris, cognomento in Maximis). Cet édifice a été détruit entre 1509 et 1534 (R. n’a donc pu le contempler).

231 D’innombrables statues s’élevaient sur l’area Capitolina (Plin., Nat., 34.10 et 78-79) (Kardos 2002, 68).

232 Le récit de l’exauguratio du Capitolium par Tarquín l’Ancien (ou Tarquín le Superbe, selon Tite-Live) c’est à dire de l’expulsion des sanctuaires (autels et sacella) préexistants et datant de l’époque de Titus Tatius ou Numa Pompilius, afin d’y installer le temple de Jupiter Optimus Maximus, a été relayé dans l’Antiquité tardive par un passage célèbre de saint Augustin. R. a dû en emprunter la trame à Marliani (Marliani 1534, 51-52). Ce fut l’augure Attus Navius qui y procéda. Trois divinités auraient refusé de céder la place à Jupiter : Juventas, Terminus et Mars. Leurs autels furent alors inclus dans le nouveau temple. Cette “résistance” fut interprétée comme un auspice de l’inamovibilté de tout terminus, public ou privé, et de l’éternité de l’imperium Romanum (cf. Denys d’Halicarnasse, Tite-Live, Ovide, Florus, Festus, Lactance, Augustin). L’autel de Terminus devait se trouver dans la celia de Jupiter, surmonté d’une ouverture dans le toit (Servius, Ovide, Festus, Lactance), car il était nefas pour Terminus intra tectum consistere, ou id nequitum exaugurari (Festus, Gloss. Lat., 160 L et 505 L). En ce qui concerne Augustin (August., De civ. D., 4.29), ces récits sont évidemment interprétés dans un sens chrétien [Piccaluga 1974, 122-143 : Kardos 2002, 325-326].

233 Santa Maria inAracœli : église antérieure au vie siècle, dotée d’un monastère annexe peut-être dès le viiie siècle (moines grecs, puis bénédictins au xe siècle), reconstruite en 1250 (installation de franciscains), embellie au xive siècle et en 1464. Le couvent a été réédifié sous Paul III (il sera partiellement détruit lors de la construction du monument de Victor-Emmanuel II). Le nom in Aracœli date du xiiie siècle [Palladio (HH), 138 et 252 (n. 141-142) ; sur la légende à l’origine du nom : Homo 1956, 180-181 (la Sibylle de Cumes aurait montré la Vierge et l’Enfant à l’empereur Auguste en lui disant : Hœc arafilii Dei est)] [fig. 1, no 75].

234 Le plus ancien temple de Rome, dû à Romulus, selon la légende (Coarelli 1996b). Biondo est le premier à affirmer que “l’église des frères franciscains de l’Ara Cœli est bâtie sur les fondements du temple de Jupiter Férétrien” [Biondo (RD), 84-85 et 155-156].

235 En remerciement pour avoir été épargnée par la peste de 1346, Rome a construit en 1348 cet immense escalier de 124 marches montant à l’Ara Cœli, qui fut inauguré par Cola di Rienzi (Brice et al. 1999, 246, fig. 255)·

236 Les marches de marbre proviendraient de ruines antiques. La provenance mentionnée ici est extraite de Marliani [Marliani 1534, 221 : (Quirini templum) ex cujus ornamentis in vinea Hierony(mi) Genutii effoβis structi suntgradus in Capitolio, ad Arœcœli ecclesiam (= vigna Girolamo Ghinucci ou Genuzio, cardinal sous Paul III)]. La localisation du temple de Quirinus n’est pas assurée : il serait au Quirinal, dans l’aire du palazzo Barberini (via dette Quattro Fontane), et remonterait à 325-293 a.C. (avec de nombreuses restaurations) (Coarelli 1999b).

237 Flavio Biondo (1392-1463) fut l’un des fondateurs de l’historiographie de la Renaissance, auteur de Vitalia illustrata (1ère éd. 1474). Il a été enterré devant le portail monumental de Santa Maria in Ara Cœli [Biondo (RD), xxv]. Son tombeau est reproduit dans l’ouvrage de Tobias Fendt (Fendt 1574, pl. 24 ; voir aussi Chytræus 1594, 38 ; Forcella I, 141, no 519).

238 AB : Burcaballa ; cf. Fendt 1574, pl. 31. Membre d’une famille connue aux xive et xve siècles, établie in Mercato au pied du Capitole, Giovanni Buccabella vivait au début du xive siècle. R. a dû confondre deux tombeaux de la même famille, car il existe aussi, dans la même église, une épitaphe de Johannes Buccabella d(e) Mercato (Blittersdorff 1981, 134-135, pl. XXVIII, 29). Mais la gravure de Fendt (Fendt 1574, pl. 31) reproduit une inscription insérée dans le pavement, devant la porte principale, avant d’entrer dans l’église (on notera qu’il la situe à la verticale, dans un encadrement sans doute inventé). Le texte en est donné par Forcella : Ioanni. lacobo. De / Buccabellis. Civi / Rom(ano). nobili / canonico Latera-/ nensi rethori eximio / pœtæ celeberrimo / fratres heu b(ene) m(erenti) / fecerunt / [armoiries] / hic pedum et / syllabarum normam / ita tenuit ut nemo / melius / vix(it). ann(os). LII. oh(iit). sub Pio p(ontifice). m(aximo). / M.CCCC.LXIIII. IX. kal. / lulii / carus omnibus/ vale (Forcella I, 142, no 521 ; comparer avec la gravure de Fendt).

239 L’astronome Ludovico Grato Margani († 1531, à l’âge de vingt ans). Son tombeau (1532-1536) est l’œuvre d’un élève d’Andrea Sansovino (ou de Giovanni Battista Sangallo, dit il Gobbo) (Häuptli 2003). Fendt en a gravé l’image (Fendt 1574, pl. 31 avec le tombeau de Buccaballa ; le texte de Fendt concorde, à l’exception de la mise en page et de certaines abréviations, avec celui de Forcella I, 164, no 621). Y figure son buste, entouré d’Amours ; au-dessus : le Christ debout dans une niche.

240 L’épitaphe du médecin Serafino Oductius, de Stroncone (prov. Terni) († 1538) a été assez souvent relevée. Fendt en donne une gravure [Fendt 1574, pl. 30 ; Chytræus 1594, 19 : vix(it ann(os) LIIII mens(es) VII dies XXIII ; cf. également Casimiro Romano, Memorie istoriche della chiesa e convento di S. Maria in Araceli di Roma, Rome, 1845, p. 121]. Le texte relevé par Forcella correspond à une restauration, en 1564 (Forcella I, 177, no 674). Le tombeau a été procuré par son fils Théophile, connu comme notaire à Stroncone en 1539-1541 (Archivio Storico Comunale de Stroncone, Notarile 103).

241 Nicolò della Valle (1444-1473) : fils de Lelio, un patricien romain, et de Brígida de’Cenci Rustici, poète latin et humaniste, traducteur d’Homère et d’Hésiode (en latin), chanoine de Saint-Pierre (Bayle, t. IV, 1740, 422 ; Fabbri 1976 ; Haig Gaisser 1999, 285). Le tombeau se trouve dans le pavement de la chapelle San Paolo. L’épitaphe ne se trouve ni chez Fendt, ni chez Chytræus ; le texte en est conforme, sauf mise en page et abréviations, à Forcella I, 145, no 533.

242 Cette inscription (CIL, VI, 8765) serait à l’origine de la légende de l’Ara Cœli, l’église étant censée s’élever sur la maison d’Octavien (Malmstrom 1976 ; Miedema 2001, 604 ; Romano 2001, 276-277).

243 Obélisque en granit rouge d’Assouan de Ramsès II (h conservée : 2, 68 m), originaire d’Héliopolis, actuellement à la Villa Celimontana. Installé par les Cosmati sur le Capitole. Signalé près de la porte latérale de Santa Maria in Ara Cœli dès le début du xiiie siècle (il passe alors pour être la tombe d’Auguste). Provient probablement de San Macuto, à l’emplacement de l’lseum Campense (dromos) (il aurait donc été découvert avec l’obélisque de Saint-Macou : supra, n. 169) ; Coarelli propose aussi un temple (mal localisé) d’Isis Capitalina [Malaise 1972, 200, no 372 ; Roullet 1972, 73-74, no 73 ; Brizzi 1973, 166 (fig.), 167 (phot.) ; Gregorius (JO), 92 ; Lachenal 1995, 235 ; Coarelli 1996a]. Il aurait été enlevé en 1542 et installé en 1582 par Ciríaco Mattei dans le jardin de sa villa du mont Cælius (mais R. n’aurait pu, en ce cas, le voir ; il est aussi possible qu’il l’ait vu à terre, dans le cimetière du couvent de l’Ara Cœli). Il figure dans l’Hypnerotomachia Poliphili (fig. 87) et Van Heemskerck l’a dessiné vers 1535 avant qu’il soit abattu et gise dans le cimetière du couvent [Palladio (HH), 51 et 215 (n. 218)] [fig. 1, no 76].

244 Le temple de Jupiter Custos, construit par Domitien, serait en réalité le temple de Jupiter Conservator (Tac., Hist., 3.74.1 ; Suet., Dom., 5) (Reusser 1996). R. a puisé son information chez Marliani 1534, 51.

245 L’Asylum (inter duos lucos) se trouvait dans l’ensellement entre l’Arx et le Capitolium [Mura Sommella 1997 ; Palladio (HH), 66 et 223 (n. 302)].

246 R. a mal lu Marliani : Asylum, id est Misericordiœ Templum in Capitolio fuisse (Marliani 1534, 49). Il a cru qu’il parlait d’une église de la Miséricorde – qui existait, mais se trouvait ailleurs (à San Giovanni Decollato, sur le Forum Boarium : Delumeau 1957, 259). En fait, l’expression employée par Marliani est une traduction moderne du mot asylum ; voir également Giglio Gregorio Giraldi : Romani etiam Misericordiœ templum asylum vocavere, de quo hic mihi non est dicendi locus).

247 La statue équestre de Marc Aurèle, longtemps considérée comme représentant Constantin, est signalée dès 1187 au Latran [Aldroandi 1562, 310 ; Helbig 1966, 3-4, no 1161 ; Haskell & Penny 1981, 252-255, no 55 et fig. 129 ; Lachenal 1995, 83 ; Cuzin et al., comm. 2000, 186-197 et fig. 1, 43, 43a, 44 ; Palladio (HH), 53, 216 (n. 221)]. Au xvie siècle, on hésitait encore sur son identité : Marc Aurèle, Antonin, Lucius Verus ou Septime Sévère (Aldrovandi 1556, 268 : Nel mezzo di piazza del Campidoglio si vede la bella statua equestre di bronza di M. Aurelio filosofo et Imperatore ; e sta in un habito e gesto di pacificatore. Dicono, ch’ella fosse di Antonino Pio, altri di L. Vero ; altri di Septimio Severo. Le premier à proposer d’y reconnaître Marc Aurèle serait Bartolomeo Sacchi da Piadena (dit “il Platina”)] [fig. 1, no 77].

248 La statue a été transférée le 18 janvier 1538 (sous Paul III) sur la place du Capitole après l’entrée triomphale de Charles Quint à Rome. Le pape en effet a conçu ce projet après la visite de l’empereur en 1536 (Buddensieg 1969).

249 Commencé en 1450 (sous Nicolas V), il sera transformé, d’après les dessins de Michel Ange, de 1564 à 1568 [sur les musées des Conservateurs : Alain Pasquier, dans Cuzin et al., comm. 2000, 369-376]. Le portique est celui où les Conservateurs rendaient la justice [fig. 1, no 78].

250 La tête et la main de bronze colossales qui se trouvaient au Latran depuis le milieu du xiie siècle ont été attribuées au colosse de Néron (ou considérées comme faisant partie d’une statue de Samson – sic Benjamin de Tudèle, en 1166). Elles devaient alerter le peuple sur les dangers du paganisme [Gregorius (JO), 48-53 ; Cavallaro & Parlatto 1988, 218-221 ; Lachenal 1995, 221 ; la tête : Miedema 2001, 216-217, no 17e ; Palladio (HH), 63 et 222 (n. 285) ; tête et main : Parisi Presicce 2000, 191 (fig. 87-88)]. Au xve siècle, on a commencé à chercher des identifications historiques (Néron, Commode, divers membres de la famille constantinienne) (Barkan 1999, 122-123, fig. 3. 3)· Flavio Biondo fut le premier, en 1481, à l’identifier à Commode, à l’aide des monnaies (Barkan 1999, 367, n. 17). Ces trois fragments de bronze appartenaient à une seule statue colossale : 1) une tête haute de 1, 77 m ; 2) une main longue de 1, 50 m ; 3) un globe d’un diamètre de 0, 76 m. La statue devait mesurer entre 10 et 12 m et représenter un empereur debout, le globe posé dans sa main gauche présentée en avant. Après avoir opté pour un portrait de Néron, ou de Domitien, puis de Constance II, on penche aujourd’hui, depuis les travaux de Kæhler, en faveur de Constantin le Grand. L’ouvrage aurait toutefois réutilisé un portrait datable du Ier siècle dont on aurait changé la face. Constantin serait représenté radié, comme un divus (après 337 donc). La partie postérieure de la tête viendrait d’un portrait de Néron, auquel on aurait donc ajouté le visage de Constantin. Cela expliquerait qu’on ait conservé la statue avant les premières invasions du ve siècle (Ensoli 2000). Il faut toutefois noter que la célèbre statue de Zénodore à l’effigie de Néron identifié à Hélios qui se trouvait au centre de l’atrium de la domus Aurea et que fit transformer Commode en en faisant un Hercule à ses traits, mesurait, d’après Pline, 119 pieds, soit 35 m (beaucoup plus, donc, que l’évaluation proposée) (Coarelli 1994, 134-135). Ces fragments furent apportés sur le Capitole par Sixte IV en 1471 (en vue du jubilé de 1475 ?) et placés dans le Cortile des Conservateurs, après l’érection de la nouvelle façade (Aldroandi 1562, 269 ; Heckscher 1955 ; Helbig 1966, 381-382, no 1578 ; Buddensieg 1983).

251 La main appartient au colosse de bronze qui précède, et tenait le globe (Aldroandi 1562, 269).

252 Ce pied n’appartient pas à la même statue : Palladio commet la même erreur que R. et attribue peutêtre au colosse de bronze le pied de marbre de la statue de la basilique de Constantin : voir infra, n. 256 [Palladio (HH), 63 et 222 (n. 285)]. Toutefois, il existe bien un pied colossal de bronze n’appartenant pas au colosse de même métal, mais associé à lui : il est figuré sur un dessin de Heemskerck avec les fragments du colosse de marbre [Parisi Presicce 2000, 192 (fig. 91) et 193 (fig. 92) ; cf. Aldroandi 1562, 270 (“grand pied de bronze”)].

253 Voir note suivante.

254 Ces deux statues colossales de fleuves allongés devant le Palazzo Senatorio de chaque côté d’une fontaine au pied des escaliers représentent le Nil (à gauche) et le Tigre (à droite) [Palladio (HH), 222, n. 288 ; Coffin 1991, 19 ; Aldroandi 1562, 269]. Elles ont été transportées au Capitole en 1517 et placées là où elles se trouvent actuellement par Michel Ange en 1565-1566. Elles datent du iie siècle de notre ère (époque de Trajan) et ornaient précédemment les thermes de Constantin ou le Serapeum sur le Quirinal (pour le Serapeum : Ensoli 2000, 270, fig. 5 et 6). Ces statues sont antérieures au Serapeum de Caracalla, mais ont pu servir à le décorer [Helbig 1966, 4-6, no 1162 ; Malaise 1972, 181, no 335 ; Gregorius (JO), 61 ; Coffin 1991, 19]. Flavio Biondo les vit, gisant à terre, sur le côté gauche de la voie des Cornelii (sic) [Biondo (RD), 118-119 et 170]. On a, semble-t-il, transformé le Tigre en Tibre en remplaçant le tigre allongé près du bras droit du fleuve par une louve accompagnée des jumeaux (voir le dessin de Heemskerck dans Filippi 1990, no 17, fol. 61r). Quant au Nil, il est identifiable par un sphinx. Au Moyen Âge, les Mirabilia (et Magister Gregorius) voulurent y voir Saturne et Bacchus (Barkan 1999, 44-45, fig. 1.17 et 51). On remarquera la proximité du texte de R. avec celui de Fichard (1536/37), 27 : Primum igitur ante porticum istius palatii foris duo pari forma marmorea fluviorum simulacra, seminuda, et invicem se respicientia, mirandœ magnitudinis videntur, quorum alterum Sphynga Ægypti peculiare animal, alterum tygridem Armeniœ truculentam feram, cui dextri innituntur cubito, habent, sinistris autem utrumque cornu copiœ, rerum affluentiam significans, tenet. Unde quidem volunt, hoc Tygrim, illud vero Nilum esse.

255 Les sphinx, au nombre de deux, se trouvaient, avant 1513 et encore au début des années 1540, au pied de l’escalier du Palazzo Senatorio médiéval, comme le montre une fresque du Palais des Conservateurs. Ils sont en marbre noir (ou basalte) et possédaient des bases à hiéroglyphes. Ils doivent provenir de l’Iseum Campeuse. Ils demeurèrent en place jusqu’en 1544-1547, lors de la construction de l’escalier de Michel Ange. L’un d’eux fut alors placé devant le mur situé sous les terrasses de Santa Maria in Ara Cœli (Aldrovandi le voit en 1550) (Aldroandi 1562, 270). L’autre fut porté dans le Cortile du Palazzo dei Conservatori. Puis, tous les deux seront installés à la villa Borghèse, avant d’être transportés à Paris en 1807. Ils sont actuellement conservés au Louvre [le premier (Louvre no 26) porte le nom de Néphéritès Ier (XXIXe dynastie) ; h 0, 80 m ; L1, 50 m :Roullet 1972, 134-135, no 284 (fig. 293-298) ; le second (Louvre no 27) porte le nom d’Achoris(XXIXe dynastie) ; h 0, 80 m ; L 1, 50 m : Roullet 1972, 135, no 285 (fig. 298-304)].

256 Ce sont probablement des fragments de marbre pentélique d’une statue assise de Constantin le Grand (entre 313 et 324) (h 9 m) trouvés en 1487 dans l’abside occidentale de la basilique de Constantin (ou de Maxence, ou encore basílica Nova) et portés au Palais des Conservateurs (sous Innocent VIII). Il y a au total sept fragments : 1) la tête (h 2, 60 m) ; 2) la main droite à l’index levé ; 3) le genou droit ; 4) le mollet droit ; 5) le pied droit ; 6) le muscle du mollet gauche ; 7) le pied gauche. C’était un acrolithe dont les chairs étaient figurées en marbre, le drapé en bronze [Aldroandi 1562, 272 ; Buddensieg 1962 ; Helbig 1966, 252-254, no 1441 ; Weiss 1969, 191 ; Aurea Roma 2000, 25, fig. 24 ; Palladio (HH), 63 et 221-222 (n. 282)].

257 Le lion (attaquant un cheval) du Palazzo dei Conservatori date duIIIe siècle a.C. (il a été restauré auXVIe siècle) [Aldroandi 1562, 270 (“lion sans tête”) ; Haskell & Penny 1981, 250-251, no 54 et fig. 128 ; Barkan 1999, 49, fig. 1.18].

258 Ce pourrait être le babouin de marbre du Museo Capitolino (Sala dei monumenti dell’Iseo Campeuse, no 10), une imitation romaine remarquée par Aldrovandi avec l’inscription ΚΕΡΔΩΝ sur la base [Aldroandi 1562, 272 (“singe en pierre de touche”) ; Aldrovandi 1556, 275 ; Roullet 1972, 126, no 248 et fig. 255]·

259 En réalité, les trois célèbres bas-reliefs proviennent d’un monument triomphal de Marc Aurèle (a. 176) (ils correspondent aux huit plaques de l’attique de l’arc de Constantin). Ils mesurent 3, 24 x 2, 14 m [Aldroandi 1562, 271 (“Antonin triomphant de la Dacie, ou, suivant d’autres, L. Verus triomphant des Parthes”) ; Lachenal 1995, 12 ; Haskell & Penny 1999, 199]. Voir Fichard (1536/37), 28 ; Palladio (HH), 63 et 222 (n. 283). Donnés par Léon X en 1515. Ils se trouvaient dans l’église Santa Martina al Foro, près de la Curie (Michælis 1891, 24-25). Ils ont été placés dans la cour du palazzo, puis insérés dans le mur de l’escalier en 1572. Leur monument d’origine devait être un arc situé sur le Forum (Helbig 1966, 255-261, no 1444 A-C). Un quatrième panneau “triomphal” provient de la via di Pietra.

260 Les Fasti Capitolini (ou Farnesiani), conservés au Museo Capitolino (salle de la Louve, depuis 1586) ; marbre de Luni : ces 49 fragments des fastes consulaires et 41 fragments des fastes triomphaux ont été trouvés dès avant 1546-1547 (les derniers en 1951) (le premier éditeur fut Carlo Sigonio, Fasti Consulares, Modène, 1550 ; cf. Aldroandi 1562, 271-272). Les premiers contiennent les noms des consuls, des censeurs, des dictateurs, des magistri equitum et des tribuns militaires, année après année. Les seconds énumèrent les triomphateurs (titre, date du triomphe, nom du peuple ou du chef vaincu). Ils comportent d’importantes lacunes, et vont de 483 a.C. à 13 p.C. pour les premiers, de 753 à 19 a.C. pour les seconds. L’ensemble faisait partie de l’arc triomphal élevé en l’honneur d’Auguste après Actium, qui fut refait en 19 a.C. pour célébrer la restitution des enseignes par les Parthes (Degrassi 1943, 1945-1946 et 1947 ; Helbig 1966, 55-56, no 1210 ; Coarelli 1985, 269-308 ; Calabi Limentani 1991, 60, 103, 394-398, no 132). Leur découverte fut ressentie comme enrichissant le patrimoine de tout le peuple romain. Leur installation au Capitole par Alexandre Farnèse date de 1546 (dans l’impluvium ædium Conservatorum), mais donna lieu à un grand concours d’émulation entre les érudits italiens (où Marliani l’emporta sur Ligorio). La présentation définitive fut le fait de Michel Ange [Palladio (HH), 63 et 222 (n. 284) ; Vagenheim 1994, 67 et 70-71 ; Franzoni 2001, 328-330].

261 Nous ignorons à quoi correspond cette “pierre taillée.” 11 ne peut s’agir de l’Elogium de Gaius Duilius, gravé sur la base de la columna Rostrata, car il ne fut découvert qu’en 1565, près de l’arc de Septime Sévère (à moins que R. ait introduit ce détail a posteriori) (CIL, I2, 25 ; CIL, VI, 1300, cf. 31591 ; D. 65 ; Helbig 1966, 471-473, no 1680). Taille du fragment inscrit : 0, 75 x 0, 87 m.

262 L’Hercule du Capitole (sala degli Orazi e Curiazi, au palazzo dei Conservatori) : statue de bronze doré (très retouchée), tenant les pommes d’or des Hespérides (h 2, 40 m). Trouvée sous Sixte IV au Forum Boarium (lors de la destruction de l’ara Maxima, ou apud scholam Grœcam sub Aventino, ou “près de l’église Santa Maria in Cosmedin”). C’est une copie romaine (moulage ?) d’un original de Lysippe (ive s. a.C.) [Aldroandi 1562, 273 ; Michælis 1891, 15-16 ; Helbig 1966, 573-574, no 1804 ; Bober & Rubinstein 1987, 164 et pl. 129, 129a ; Barkan 1999, 108, fig. 2. 7, et 109 ; LIMCV/1, 749, no 372 et V/2, s.v. Herakles, pl. 372 ; Palladio (HH), 63 et 221 (n. 279)].

263 Est-ce le dieu Pan attaché à un tronc d’arbre (Marsyas ?) signalé par Michælis, ou bien le satyre aux pieds de bouc vu par Fichard ? [Aldroandi 1562, 274 : “Satyre en marbre à pieds de chèvre, nu, et les mains liées derrière le dos à un tronc” ; Michælis 1891, 25 ; Fichard (1536/37), 30 : Satyri statua pedibus caprinis marmorea].

264 La louve de bronze du Capitole, anciennement au Latran : d’origine étrusque (ve s. a.C.), elle est signalée dès le viiie s. p.C. ; donnée aux Conservateurs en 1471 ; Romulus et Rémus ont été ajoutés en 1509 (œuvres de Pollaiuolo ?) (Aldroandi 1562, 275 ; Petersen 1908 et 1909 ; Krautheimer 1942 ; Dulière 1979 ; Haskell & Penny 1981, 335-337, no 93 et fig. 178 ; Lachenal 1995, 83 et 221 ; Barkan 1999, 52, fig. 1.20 ; 353, n. 145)·

265 Cic., Div., 2.45 ; Cat, 3.19 (Kardos 1997, 200) ; Verg., Æn., 8.630-634 (Fecerat et viridifetam Mavortis in antro/procubuisse lupam, gemines huic ubera circum / ludere pendentis pueros et lambere matrem / impavidos, illam tereti cervice reflexa / mulcere altemos et corporafingere lingua) ; voir la note suivante.

266 R. recopie littéralement un texte de Lucio Fauno (Giovanni Tarcagnota) publié en 1549 (Fauno 1549, lib. II, cap. 7, p. 31v) : In eadem porticu Ænea Lupa, cujus uberibus Romulus, ac Remus lactentes inhiant, conspicitur. De hac Cicero, ac Virgilius semper intellexere. Livius hoc signum ab Ædilibus ex pecuniis, quibus multati essent fœneratores positum innuit. Antea in comitiis ad ficum Ruminalem, quo loco puerifuera(n)t expositi, locatum pro certo est. On voit qu’il s’est trompé à deux reprises en recopiant : “annuit positum” au lieu de “positum innuit ; ad vicum Viminalem” au lieu de “adficum Ruminalem.” La citation est Liv. 10.23.11-12 : Eodem anno [296 a.C.] Cn. et Q. Ogulnii œdiles crules aliquotfeneratoribus diem dixerunt ; quorum bonis multatis ex eo quod in pubticum redactum est (...) adficum Ruminalkem simulacra infantium conditorum urbis sub uberibus lupœ posuerunt (Kardos 1997, 263). Le figuier Ruminai était, selon la tradition, l’arbre sous lequel avaient été trouvés et allaités Romulus et Remus, près du Lupercal. C’est ce figuier qui aurait été ensuite transporté par miracle au Comitium. Les édiles curules en question placèrent à côté, en 296 a.C., un groupe en bronze représentant la louve et les jumeaux, financé par des amendes (Platner & Ashby 1926, 208 ; Coarelli 1995 ; Kardos 2002, 145).

267 C’est le prétendu Camillus (“serviteur”), appelé aussi le sacrificateur, l’esclave, la gitane (la Zíngara). Cette statue de bronze (1, 14 m), aux yeux incrustés d’argent, du Ier s. p.C., est passée du Latran aux Conservateurs en 1471 [Aldroandi 1562, 274 ; Palladio (HH), 63 et 221 (n. 280) (il la nomme “l’esclave”)]. Signalée au Capitole pour la première fois c. 1500 (poème anonyme dit le Prospettivo milanese : e una zíngara di maggior varizia / che non son quelle che fecel verochio) (Weiss 1969, 191 ; Helbig 1966, 270-272, no 1450 ; Haskell & Penny 1999, 13 et 192 ; Parisi Presicce 2000, 192, fig. 90).

268 Le célèbre Spinario (“tireur d’épine”), encore appelé “Priape” (parce que son sexe est visible) [Gregorius (JO), 53-54 ; voir Lachenal 1995, 232], “Battus”, “Absalon” (Benjamin de Tudèle), Fedele Capitolino. Statue de bronze (0, 69 m) du Ier s. a.C., passée du Latran aux Conservateurs en 1471 [Aldroandi 1562, 274 ; Adhémar 1939, 189-192 ; Helbig 1966, 266-268, no 1448 ; Weiss 1969, 191 ; Schweikhart 1977 ; Haskell & Penny 1981, 308-310, no 78 et fig. 163 ; Fossi 1982 ; Barkan 1999, 149, fig. 3.26 et 373, n. 73 ; Palladio (HH), 63 et 221 (n. 281)]. Dès 1500, elle fut constamment copiée [Jestaz 2000, 48 et Cuzin et al., comm. 2000, 200-225].

269 Les profondes transformations subies par le Palais des Conservateurs du fait de Giacomo della Porta (sur des plans de Michel Ange) et achevées en 1568 empêchent de dire à quelles structures appartenaient ces “alvéoles” (niches) et ce qu’elles contenaient.

270 Voir note suivante.

271 Les salles d’apparat du Palais des Conservateurs comportaient des fresques retraçant l’histoire de Rome. Dans la salle des Horaces et des Curiaces, fresques des xvie-xviie siècles. Ce sont de vastes cycles, en grande partie perdus (Aldroandi 1562, 272 ; Wohl 1999, 115-152). Il en existe également dans la salle de la Louve.

272 La statue de marbre de Léon X a été offerte au pape par la cité en remerciement, le 21 avril 1521. Elle est due (1518-1520) à un élève de Sansovino, Domenico Aimo. Elle représente le pape trônant et bénissant et s’élevait aux Palais des Conservateurs (grande salle), mais sera transférée en 1876 à Santa Maria In Ara Cœli [Aldroandi 1562, 272 ; Butzek 1978 ; Kajanto 1982, 98-99, fig. 15-16 ; Palladio (HH), 63 et 222 (n. 286)].

273 La statue de marbre de Paul III assis et bénissant s’élevait dans ce qui est maintenant la Sala degli Arazzi. Elle date de 1543, est l’œuvre de Leonardo Sormano et a, elle aussi, été transférée à Santa Maria in Ara Cœli après avoir figuré dans la grande salle du Palais du Sénat [Butzek 1978 ; Kajanto 1982, 111-112, fig. 19-20 ; Palladio (HH), 63 et 222 (n. 287)].

274 Allusion aux œuvres d’art (statues et tableaux) qui ornaient le Capitole et sont énumérées par Pline, surtout aux livres 34, 35 et 36 de son Histoire naturelle.

275 R. reprend exactement les termes de Liv. 1.33.8 : carcer ad terrorem increscentis audaciœ media urbe imminensforo œdificatur. Il parlait d’Ancus Martius et du carcer Mamertinus, prison d’État remontant en réalité au iiie s. a.C.

276 Sali., Cat., 55.3-4 : “Il y a dans la prison, quand on monte un peu sur la gauche, un endroit nommé le Tullianum, enfoncé d’environ douze pieds sous terre. Il est de tous côtés fermé par des murs, et couvert d’une voûte en pierres de taille ; et la saleté, les ténèbres, l’odeur en rendent l’aspect repoussant et horrible.” Le Tullianum est la partie inférieure du carcer Mamertinus.

277 Sancti Petrus et Paulus in Carcere ou San Pietro in Carcere : cette chapelle située à l’intérieur du carcer Mamertinus se rattache à la légende de la captivité romaine des apôtres [Platner & Ashby 1926, 99-100 ; Palladio (HH), 71-72 et 139, 227 (η. 341) et 252-253 (η. 143)] fig. 1, no 79].

278 CIL, VI, 1539 = 31674, cf. 9005 : ces deux personnages étaient consuls suffects à une date inconnue, entre 39 et 42 p.C. L’inscription commémore une restauration.

279 Le Marforio : sculpture romaine colossale représentant un dieu-fleuve (le Tibre ?) ou l’Océan et datant du ier ou du iie s. p.C. Elle se trouvait sur le flanc sud-oriental du Capitole jusqu’en 1588 (elle est citée par l’Itinerarium d’Einsiedeln) et fait aujourd’hui partie d’une fontaine de Giacomo della Porta, dans la cour intérieure du Museo Capitolino (palazzo Nuovo). La tradition voulait y voir Jupiter Panarius, selon certains en mémoire des pains que les gardes du Capitole assiégé jetèrent dans le camp des Gaulois ; mais Panarius doit renvoyer à panum (“tumeur”), en raison des marques que porte la statue (nous ne voyons pas pourquoi R. rapproche cette statue de Jupiter Stator) [Aldroandi 1562, 311 ; Palladio (HH), 54 et 216 (n. 223) ; Helbig 1966, 41-42, no 1193 ; Haskell & Penny 1981, 258-259, no 57 et fig. 134 ; Bober & Rubinstein 1987, 99 ; Barkan 1999, 125-126 (fig. 3. 5), 223 (fig. 4. 6 : gravure pour Lafréry, 1546), et 353, n. 143 ; La Monica 2010]. C’était une des statues “parlantes” de Rome, très populaire depuis le Moyen Âge. Fichard écrit : Hic frater est Pasquilli [Fichard (1536/37), 32] [fig. 1, no 80].

280 Le rapprochement Santa Martina (ou Martinella) / Mars était populaire au Moyen Âge, comme le montre un distique gravé au-dessus du portail de l’église ancienne : Martyrii gestans virgo Martina coronam / ejecto hinc Martis numine templa tenes [Pomponio Leto : Valentini & Zucchetti, éd. 1953 ; Biondo 1474, lib. III, cap. LV : est autem ipsius Sancti Hadriani ecclesiœ propinqua alia ecclesia Sanctœ Martínellœ nunc appellata, quam vulgo fertur in Martis templo fuisse œdificatam ; sed quod templum ibi Mars habuerit ignoram]. En réalité, l’église Sainte-Martine (SS. Luca e Martina à partir de 1588) s’élevait, depuis le viie siècle au moins, sur les ruines d’une dépendance de la Curie, le Secretarium Senatus (ou Atrium Libertatis) (Hülsen 1927, 381, no 107) [fig. 1, no 81].

281 Sant’Adriano in Tribus Foris (nom primitif : in Tribus Fatis) : église citée en 630 env., restaurée en 1228. On la situe à l’emplacement tantôt de la Curie, tantôt du Forum d’Auguste (Hülsen 1927, 260, no 1). C’était la Curie, transformée en église par Honorius Ier (625-638). Palladio écrit : “Le Forum d’Auguste se trouvait là où s’élève l’église Sant’Adriano et elle s’étendait vers la Tor de’Conti” [Palladio (HH), 37 et 210 (η. 172)] [fig. 1, no 82].

282 Le Forum Transitorium ou de Nerva, situé entre le Forum de la Paix et le Forum d’Auguste, a été commencé par Domitien et dédié à Nerva en 97 [Bauer & Morselli 1995 ; Palladio (HH), 37 et 210 (η. 173) ; Palladio (FC), 304-312, pl. 128-133] [fig· 1, no 83].

283 Cet étrange récit provient de Marliani : Nervœ autem Forum occurit post œdem nunc S. Hadriani in tribus foris, in medio cujus columna œnea ingentis magnitudinis existens tectum, ex laminis aurichalci extructum, sustinebat, intrinsecus vero lumen erat ambiguum, autor Paus (Marliani 1534, 104). Fichard s’inspire aussi de ce passage lorsqu’il écrit : Secus pontem [Caligulæ] in medio foro e regione Divi Hadriani extat ingens marmorea columna Marlianus putat unam ex illis, quœ arquum æneum inauratum Domitiani olim sustinebant [Fichard (1536/37), 33]. En fait, il faut lire equum au lieu à’arquum. Mais la statue équestre de Domitien se trouvait sur le Forum Romain. La fausse localisation vient sans doute du fait que cet empereur fut à l’origine du Forum de Nerva.

284 Ce nom était donné, au xve siècle au moins, à un édifice du Forum de Nerva, et provient vraisemblablement de la déformation populaire du nom de cet empereur (Marliani 1534, 105 : Collapsis epistyliis desunt non nulla, is locus corrupto vocabulo pro arcu Nervœ, arca Nœi dicitur). Il désignait sans doute le passage par lequel on sortait du Forum de Nerva du côté de Suburre (cf. le dessin de Heemskerck), ou bien les Colonnacce (les deux magnifiques colonnes de marbre qui subsistent à l’angle oriental du forum) (Duchesne 1905 ; Platner & Ashby 1926, 228-229 ; Homo 1956, 188 ; Bauer & Morselli 1995, 311).

285 L’arc de Septime Sévère, érigé en 203 [Brilliant 1967 ; Palladio (HH), 41 et 211 (n. 181)] avait en effet sa base en partie enterrée, comme le montre, entre autres, un dessin de Heemskerck [fig. 1, no 84].

286 CIL, VI, 1033 = D. 425, cf. 21230. L’inscription est en effet beaucoup plus longue : R. n’a copié que la première ligne sur six (Calabi Limentani 1991, 248-249, no 56, et phot.).

287 Le temple de la Concorde avait été, en effet, voué par le dictateur Camille au moment de la réconciliation entre patriciens et plébéiens en 366 a.C. Il s’élevait sur le clivus Capitolinus, devant l’arc sévérien et a été détruit au xve siècle (Ferroni 1993). Mais R., comme tous ses contemporains (depuis Le Pogge) (Ferroni 1993, 319), l’identifie aux vestiges qui correspondent en réalité au temple de Saturne, entre le clivus Capitolinus et la basílica Julia [inauguré en 497 a.C., reconstruit en 42 a.C. par Munatius Plancus : Pensabene 1984 ; Palladio (HH), 46 et 213 (n. 194) ; Palladio le dessine (avec l’inscription) dans ses Quattro Libri : Palladio (FC), 423-427, pl. 2209-211]. Ce n’était évidemment pas non plus la Curie (Palladio : ibid., 58) [fig. r, no 85].

288 CIL, VI, 937 : on ignore la date exacte de cette réparation (ive siècle) [Marliani 1534, 68 ; Walser, éd. 1987, 94 et pl. 2].

289 Lampridius est l’un des pseudo-auteurs de l’Histoire Auguste. La Curie évoquée ici dans la Vie d’Alexandre Sévère est le bâtiment affecté habituellement aux réunions du Sénat (Curia Hostilia). Le texte explique précisément la confusion des humanistes à propos du temple de la Concorde (HA, Al. Sev., 6.2) : a. d. pridie nonas Martias cum senatus Jrequens in curiamhoc est in œdem Concordias templumque inauguratumconvenisset... Cette phrase est un cicéronisme : en 154 a.C., un censeur, ayant transféré une statue de la Concorde dans la Curie, consulta les pontifes pour savoir si rien ne l’empêchait “de dédier à la Concorde et la statue et la Curie”, en précisant “qu’il désirait... dédier la Curie à cette déesse” (Cic., Dom., 130) [cf. Chastagnol (éd. et trad.) 1994, LXXVIII].

290 Plin., Nat., 34.73.77, 80, 89-90 : œuvres de Baton, Euphranor, Niceratos, Piston et Sthennis (ive et iiie s. a.C.), dans le temple de la Concorde (et non dans la Curie) (Ferroni 1993, loc. cit. ; Kardos 2000, 283-284).

291 Il s’agit du temple dédié à Vespasien divinisé par le Sénat et restauré par Septime Sévère et Caracalla. Il était aussi consacré à Titus et ne fut donc terminé que sous Domitien. Les trois colonnes de l’angle nord-occidental subsistantes sont corinthiennes et mesurent 15,20 m de hauteur, pour un diamètre de 1,57 m [De Angelí 1992 ; Coarelli 1994, 52-53 ; Palladio (HH), 46 et 213 (n. 195)] [fig. r, no 86],

292 Colonne recouverte de bronze doré, point de départ de toutes les grandes voies divergeant de Rome. Élevée à l’ouest du Forum, en 20 a.C. [Coarelli 1994, 51 ; Mari 1996 ; Palladio (HH), 67 et 223 (n. 304)] ; voir infra, n. 294.

293 Plin., Nat., 3.66.

294 L’Umbilicus Romœ était une énorme borne située près de l’angle sud-occidental de l’arc de Septime Sévère et marquait le centre fictif de Rome et de l’Empire (Coarelli 1994, 50-51). Tacite (Hist., 1.27) mentionne en réalité le Milliarium, qui ne se confondait pas vraiment avec l’Umbilicus. Ce dernier n’est mentionné que par la Notitia Regionum (VIII) qui le situe entre le templum Concordiæ et le templum Saturni Vespasiani et Titi. L’unique autre mention est 1’Itinerarium d’Einsiedeln : S. Sergii, ubi Umbilicum (c’est l’église des Santi Sergio e Bacco, immédiatement à l’ouest de l’arc de Septime Sévère, devant le temple de la Concorde).

295 Il s’agit en réalité, non du temple de Saturne véritable, mais de la Curie (à l’emplacement de Sant’Adriano in Tribus Foris) ; R. suit pas à pas Marliani : Sequitur statim recta nunc divi Hadriani, olim Satumi templum, à Numatio (sic pro : Munatio) Planco conditum, autor Suet. vel instauratum, quia constat antiquissimum esse (Marliani 1534, 109). Voir supra, n. 287. On trouve aussi cette identification, entre autres, chez Nikolas Muffel, de passage à Rome en 1452 [Dattoli 1920, 336-339 ; Muffel : Wiedmann, éd. 1999 ; Miedema 2001, 440].

296 La porte actuelle de la Curie à deux battants de bronze est une copie de la porte originelle (de l’époque de Dioclétien) qui sert, quant à elle, à fermer le portail central de Saint-Jean de Latran où elle a été transportée par Borromini au milieu du xviie siècle (Coarelli 1994, 48).

297 Le Silésien, comme presque tous ses contemporains, ne reconnaît pas le temple des Dioscures (ou de Castor) sur le Forum : ses trois immenses colonnes étaient attribuées à un temple de Vulcain, ou de Romulus, ou de Jupiter Stator (quand elles n’étaient pas reliées au “pont de Caligula”). Palladio s’est prononcé lui aussi pour Jupiter Stator [Palladio (FC), 356-359, pl. 163-165] (nous savons que le temple de Jupiter Stator se trouvait en réalité à l’est de l’arc de Titus, sur la via Sacra) (Coarelli 1996c).

298 Santa Maria Liberatrice s’est nommée aussi Santa Maria libera nos a pœnis inferni, ou Santa Maria libera nos. Elle a été construite avant le xive siècle sur l’emplacement de la très ancienne Santa Maria Antiqua, au locus qui dicitur infernus. Elle sera démolie en janvier 1900 pour permettre la fouille de cette dernière [fig. 1, no 87]

299 Ces rostres n’étaient pas la tribune aux harangues d’époque républicaine, située entre le Forum et le Comitium (rostres anciens), mais des rostra cedes divi Juli (ou rostres Juliens), liés au temple de César divinisé, décorés par Auguste des dépouilles des navires d’Actium (Platner & Ashby 1926, 287). L’information vient de Marliani : Qui ergo descriptum supra à nobis forum Romanum cognoscit, & Var. verba considerat, facile intelliget Rostra templum ad radices Palatiifuisse, ubi nunc est parva S. Maria de Inferno ecclesia (Marliani 1534, 92-93).

300 Le Sénat a voté l’érection d’une statue équestre de bronze doré de Sylla au Forum, devant les Rostres (anciens), avec l’inscription : “À Lucius Cornelius Sulla Felix, dictateur.” Elle a disparu, mais est représentée au revers d’une monnaie d’Aulus Manlius (en 80 a.C.). César l’aurait replacée dans les nouveaux rostres en 44 (Hinard 1985, 242 ; Papi 1995a).

301 La statue équestre de Domitien, dressée en 91, a été détruite en 96 (Giuliani 1995).

302 Stat., Silv, 1.1 : Equus maximus Domitiani Imp. (mais l’allusion de R. ne s’y retrouve pas nettement).

303 Il s’agit probablement de la colonne de Phocas, située devant les Rostres et près du lacus Curtius, restée longtemps anonyme, identifiée en mars 1813, sous l’administration française. Elle fut élevée à l’empereur Phocas en 608 par Smaragdus, exarque d’Italie. C’est la seule qui soit restée isolée jusqu’à nos jours au centre du Forum (marbre blanc ; h 13,60 m) (Platner & Ashby 1926, 133-134). R. a dû emprunter sa phrase à Marliani : Cum igitur dictum sit equum Domitiani stetisse in medio foro, ubi nu(n)c unica erecta cernitur colu(m)na... (Marliani 1534, 114). On notera que Fichard a tiré des conclusions étranges de ce dernier texte : cf. supra, n. 283 [fig. 1, no 88].

304 Le lacus Curtius était une aire sacrée associée au souvenir de C. Curtius, consul en 445 a.C. (Giuliani 1996). La célèbre plaque de marbre à relief commémorant l’événement fondateur venait d’être découverte en 1553, entre la colonne de Phocas et le temple de Castor (au Palazzo dei Conservatori) (Helbig 1966, 404-406, no r6o2).

305 Stat, Silv., 1.1, v. 29-31 : at laterum passus hinc Iulia tecta tuentur/illinc belligeri sublimis regia Pauli/ terga pater blandoque videt Concordia vultu, soit : “tes flancs sont protégés d’un côté par la basilique Iulia, de l’autre par le haut palais du belliqueux Paulus ; derrière toi ton père [i. e. le temple de Vespasien divinisé] et la Concorde t’observent d’un regard caressant” (Kardos 2000, 255 ; Kardos 2002, 139-140). La traduction utilisée par R. est défectueuse : Iulia tecta désigne la basilique Iulia et non “le temple de Jules César”. La statue équestre de Domitien regardait vers l’est. Elle avait donc bien à sa gauche la basílica Æmilia, à sa droite la basilica Iulia, et derrière elle le temple de divus Vespasianus et celui de Saturne (de la ”Concorde”).

306 Faux : il s’agit de la basílica Iulia, sur le côté sud du Forum.

307 La basilique de Paul-Emile, élevée en 179 (ou pendant sa censure de 164), fut restaurée par M. Æmilius Lepidus, consul en 78 a.C., puis plusieurs fois reconstruite jusqu’au ve siècle, avant de connaître une ruine progressive à partir du ixe siècle [Palladio (HH), 61 et 220 (n. 269)].

308 Plin., Nat., 36.102 :Non inter magnifica (dicamus) Basilicam Pauli columnis e Phrygibus mirabilem... ?

309 Plut., Vit. Cæs., 29.3 : “il [César] remit à Paulus, qui était consul [en 50 a.C.], quinze cents talents, avec lesquels celui-ci orna le Forum d’un monument célèbre, la basilique qui fut bâtie à la place de la basilique Fulvia” ; Plut., Vit. Pomp., 58.2 : “Parmi ceux-ci [les gens que corrompait César] se trouvait le consul Paullus, qu’il fit changer de parti moyennant une somme de quinze cents talents.” La conversion en nummi (= aurei) s’est faite sur la base de 1 talent = 600 aurei : cf. supra, n. 223.

310 La basílica Æmilia se trouvait, en effet, entre la Curie (Sant’Adriano) et le temple d’Antonin et Faustine. Ce dernier a été dédié à Faustine divinisée en 141, puis à Antonin en 161 ; converti en église San Lorenzo in Miranda dès le xie siècle [Coarelli 1994, 69-70 ; Palladio (FC), 313-319, pl. 134-138 ; Palladio (HH), 46 et 212-213 (n· 193)]. Les dix colonnes monolithiques corinthiennes ont été décrites et illustrées par Palladio [Palladio (FC), 241-247]. L’inscription : C/L, VI, 1005 = 31224 [fig. 1, no 89].

311 R. s’interroge-t-il sur l’identité de la “colonne solitaire” (de Phocas) ? (cf. supra, n. 303). En tout cas, il lui était impossible de voir la colonne rostrale de Duilius : il la cite à partir des sources littéraires [Plin. 34, 20 : “On éleva aussi une colonne à C. Duilius, qui le premier triompha pour une bataille navale gagnée sur les Carthaginois (an de Rome 493), colonne subsistant encore aujourd’hui dans le Forum” ; Serv., ad Georg., 3.29 : nam rostratas duas Duilius posuit victis Pœnis navali certamine, e quibus unam in rostris ; alteram ante circum videmus a parte iuanuarum ; Sehlmeyer 1999, 117-119].

312 Le temple de divus Augustus, élevé en 37, était localisé, avant les fouilles de 1900-1901 (Boni), entre la domus Tiberiana et le temple de Castor et Pollux. On le situe aujourd’hui dans la partie non fouillée du Vélabre, à l’ouest du vicus Tuscus (Torelli 1993a ; Hurst 1995, 107).

313 Selon Suétone (Suet., Calig., 21.1 et 22.9), Caligula, pour relier le Palatin au Capitole, fit passer un pont “par-dessus” le temple de divus Augustus. Le noyau du palais était la domus Tiberiana. L’extension de Caligula se trouvait à l’angle nord-occidental du Palatin, dans une zone qui était identifiée, avant 1900-1901, au templum divi Augusti et à un sanctuaire de Minerve (combinaison de Suet., Calig., 22 : super templum divi Augusti ponte transmisse Palatium Capitoliumque conjunxit, et Plin., Nat., 12.94 : in Palatii templo quod fecerat divo Augusto [c’est-à-dire que ce temple se trouvait entre Palatin et Capitole, mais sur le Palatin]). Les attributions fantaisistes de diverses colonnes de la zone du Forum à ce pont (provisoire) (Günther 1995, 280) sont évoquées par de nombreux auteurs de la Renaissance, par exemple Fichard [Fichard (1536/37), 33], ou Palladio : “Entre le mont Palatin et le Capitole, dans le Forum Romain, on voit trois colonnes d’ordre corinthien [suivent diverses hypothèses d’attribution : temple de Vulcain, de Romulus, de Jupiter Stator]... D’autres ont jugé que ces colonnes, aussi bien que celles qui sont au pied du Capitole, étaient celles d’un pont que Caligula fit faire pour passer du mont Palatin à celui du Capitole, mais cette opinion est éloignée de toute vraisemblance, vu qu’il est aisé de voir qu’à la différence de leurs ornements, elles n’appartenaient pas à un même édifice ; de plus, le pont dont ils parlent fut bâti de bois et passait tout au travers du Forum Romain” [Palladio (FC), 356-359 ; Palladio (HH), 37 ; Kardos 2002, 47-48]. Sur les trois colonnes citées en premier, voir supra, n. 297. Mais en définitive c’est, comme d’habitude, chez Marliani que R. a puisé son information : Caligula per forum Romanu(m) à colle Palatino ad capitolinu(m) Pontem marmoreu(m) duxit, quo nihil ambitiosius tota urbe : suste(n)tabatur enim octoginta ingentibus columnis, ca(n)didissimi marmoris, quarum tres ad huius, totidemq(ue) ad illius montis radices adhuc stantes cernuntur (Marliani 1534, 111).

314 Santi Cosma e Damiano in Silice ou al Foro Romano : basilique élevée en 527 (sous Félix IV), souvent restaurée, elle réunissait le templum Romuli et le bâtiment du Forum Pacis qui servait d’archive [Palladio (HH), 139 et 253 (n. 146) ; Miedema 2001, 512]. Il ne s’agit pas d’un “temple de Romulus et Rémus”, mais du temple bâti par Maxence en l’honneur de son fils Romulus divinisé (?), parfois identifié à l’Urbis fanum cité par Aurelius Victor (Aur. Vict., Cæs., 40.26) (Platner & Ashby 1926, 544 ; Papi 1999). La “rotonde” de ce temple sert d’entrée à l’église [fig. 1, no 90].

315 La phrase tabulœ marmoreœ plurimœ in parietibus visuntur renvoie probablement au riche revêtement interne en opus sectile du iiie s., perdu au xviie s (Lachenal 1995, 77). Quant aux portes de l’église, ce sont bien les portes d’origine du temple de l’Antiquité tardive. Ce passage s’inspire mot pour mot de Marliani : Hoc [i. e. Romuli templum] autem habet primam partem in ipso ingressu circulare(m) cum testudine, & foramine, sicut Pantheon, œneas quoq(ue) valvas, quæ prius signis œreisq(ue) ornamentis era(n)t (Marliani 1534, 99).

316 Faux : la via sacra, empruntée par les pompes triomphales, longeait le côté nord du Forum Romain pour aboutir sur le Capitole. Elle venait du Palatin et/ou de l’arc de Titus.

317 Presque tous les hommes de la Renaissance, depuis Le Pogge au moins (Weiss 1969, 65), nomment “Temple de la Paix” la basilique de Maxence (ou basílica Nova, ou basílica Constantiniana) bâtie après l’incendie de 307. Elle ne sera correctement identifiée qu’en 1819 par Antonio Nibby [Coarelli 1993 ; Günther 1995, 282 ; Kultermann 1996 ; Coarelli 1999, 67 ; Palladio (HH), 44, 212 (η. 191), 228 (n. 353) ; Palladio (FC), 290-294, pl. 118-120]. Voir la gravure de Dosio, Urbis Romœ œdificiorum..., Rome, 1569, f. 8, reproduite dans MacGowan 2000, 17 (fig. 6) et légendée : Templi Pacis, à Claudio lmp. inchoati et à Vespasiano perfecti, quæ supersunt ruinœ, aliquibus maximis pulcherrimisq(ue) reliquis columnis in hoc vasa et ornamenta templi Hierosolymitani servabantur. En provenait la statue acrolithe de Constantin dont plusieurs fragments sont conservés au Palazzo dei Conservatori (cf. supra, n. 256) [fig. 1, no 91].

318 La curia Hostilia se trouvait au nord du Comitium, dans la zone occupée aujourd’hui par l’église des Santi Martina e Luca (Lachenal 1995, 77). C’était la plus ancienne Curie de Rome, reconstruite après 386 a.C., incendiée en 52 a.C., reconstmite en 46, enfin remplacée en 44 par un temple de Felicitas. Elle sera relayée, mais à un emplacement différent, par la curia Julia. Il y a donc là une erreur qui se trouve aussi chez Marliani : Curiamq(ue) Hostiliam duobus in locis, unam, at diximus, iuxta forum, in qua Hostilius rex prius habitavit, prope Pacis templum (l’autre localisation est le Cælius) (Marliani 1534, 165)·

319 Les auteurs de la Renaissance ont beaucoup erré pour la localisation de la basílica Porcia, construite en 184 a.C. par Caton, lors de sa censure. Elle était voisine de la curia Hostilia (Steinby 1993 : à l’est de la prison, à l’ouest de la curia Hostilia), mais Marliani – que suit R. – la situe “dans tout l’espace qui s’étend depuis le Comitium en allant vers le Temple de la Paix, l’église Santa Maria Nuova et les jardins situés presque à la racine de l’Esquilin” (Marliani 1534, 231-232), c’est à dire qu’il ignore tout de son emplacement exact.

320 César a habité une modeste domus du quartier populaire de Suburre où il vécut jusqu’en 63 (Suet., Cæs., 46.1).

321 Plin., Nat., 36.24 (repris par Biondo, Roma instaurata, III, 3) (Günther 1995, 282).

322 Il est question ici du véritable Temple de la Paix, édifié sur le Forum du même nom par Vespasien, inauguré en 75. Il était précisément destiné à accueillir les trophées les plus précieux rapportés de Jérusalem (Joseph., BJ, 7.5.7) (Coarelli 1999). Cf. Marliani 1534, 98 : In eode(m) templo, vasa & ornamenta templi Hiersolymi triumpho Titi advecta reposuit Vespasianus.

323 Voir infra, n. 330.

324 Nous ignorons d’où viennent ces détails.

325 Le sac d’Alaric date du 24 août 410 (Lanciani, s.d., 45-56)· En réalité c’est Genséric, roi des Vandales, qui s’empara du chandelier d’or de Jérusalem, lors du sac de juin 455. Bélisaire le retrouva en Afrique et le transporta à Constantinople en 534 (Homo 1956, 191).

326 Hdn. 1.14.2 (cf. aussi D.C. 72.24.1). L’incendie eut lieu en 192 (Coarelli 1994, 89-90).

327 La description correspond bien aux imposants restes de la basilique de Maxence avec ses colonnes monolithiques de marbre de 14, 30 m de hauteur (la seule qui subsiste a été transportée en 1613 sur la Piazza Santa Maria Maggiore), et ses trois voûtes en berceau décorées de caissons finement sculptés, évoquant de la broderie (opus phrygium, terme plus correct qu’opus phrygeatum).

328 Santa Maria Nuova (aujourd’hui, depuis 1421, Santa Francesca Romana) a été fondée par Léon IV (847-853) dans les ruines impressionnantes du temple de Vénus et Rome. Cette église a intégré l’oratoire des Saints Pierre et Paul qui se trouvait dans le portique occidental du temple. Le diaconat passa en 847 de Santa Maria Antigua à Santa Maria Nuova. L’église fut agrandie et consacrée de nouveau en 1161, reconstruite en 1216 après un incendie. Un couvent lui fut annexé en 1352 (olivétains) (reconstruit en 1450) [Palladio (HH), 139 et 253 (η. 147)] [fig. 1, no 92].

329 Le temple était double et comportait deux immenses voûtes en cul-de-four adossées. Il a été construit par Hadrien en 135, puis reconstruit par Maxence en 307 après un incendie. À partir du xve siècle, on nomma ces ruines de diverses façons : templum Solis et Lunæ (Marliani), templum Æsculapii et Concordiœ (Pomponio Leto), templum Isidis et Serapidis (Fulvio) [Marliani 1534, 100-101 : Letus vuit Concordia ; & Æsculapii templum fuisse in hortis divæ Mariœ Novœ, versus Amphitheatrum ; Isidis aute(m) & Serapidis autumat Fulvius quod P. Victor scribit tertiœ urbis regione(m) fuisse Isidis, & Serapidis, in qua ea sunt te(m)pla (...) Ergo vero Solis, & Lunæ crediderim, cum ex duabus testitudinibus duoru(m) templorum videamus alteram ortum Solis : alteram vero occasum spectare ; Palladio (FC), 320-322, pl. 139-140 ; Günther 1995, 282]. Le Pogge y voyait même le temple de Castor et Pollux [Le Pogge (JYB), 22 et 82 (n. 3)]. Le nom véritable ne sera connu qu’en 1666 (Flaminio Nardini) (ibid. 122) [fig. 1, no 93].

330 L’arc de Titus n’était pas inachevé, mais ruiné. Élevé en 81 (après la mort de Titus) par Domitien sur la Velia, il fut englobé au Moyen Âge dans la forteresse des Frangipani, puis partiellement isolé auXVe siècle (cf. dessin de Heemskerck, f. 56r) [Palladio (HH), 42 et 211 (n. 183) ; il sera restauré au début du xixe siècle]. Il commémorait les campagnes victorieuses de Vespasien et Titus contre les Juifs (66-70) (Yarden 1991). Dédicace : CIL, VI, 945 = D. 265 ; Itinerarium d’Einsiedeln [Walser (éd.) 1987, 96-97, no 37] [fig. 1, no 94].

331 Erreur d’inattention de R. En effet, aussitôt après avoir évoqué l’arc de Titus et sa dédicace, Marliani signale précisément cette inscription, mais dit qu’elle a été extraite du sol du circus Maximus, tandis que notre Silésien la déclare par erreur trouvée à proximité de l’arc : Huius autem victoriæ [i. e. de Judæis] mentio habetur etia(m) ex marmore in circo Maximo effossa, quœ est hæc... (suit le texte de l’inscription) (Marliani 1534, 130). L’Anonyme d’Einsiedeln est le seul à avoir transmis ce texte [Walser, éd. 1987, 87-88, no 29] qui fut recopié par Le Pogge (JYB), 30 (Ciancio Rossetto 1993) sur le manuscrit de Saint-Gall et, de là, reproduit par d’autres, tel Mazochius. Marliani a certainement été la source de R., qui l’a corrigee/modifiée sur quelques points (C/L, VI, 944 = D. 264) : max (au lieu de máximo), imperator (au lieu de imp), ducib regib gentib (au lieu de ducibus regibus gentibus). En revanche, il a conservé la leçon erronée IMP. XVII. XIII. (au lieu de IMP XVII COS VIII) héritée de l’Einsiedler et reprise par toute la tradition (Kajanto 1982, 113). Ce texte se trouvait sur l’arc de Titus du circus Maximus, élevé en 81 par le Sénat pour célébrer la victoire sur les Juifs, monument qui a disparu, avec l’inscription, au xiiie siècle.

332 Les très célèbres bas-reliefs de l’arc de la Velia, devant lesquels on amenait les Juifs au Moyen Âge, pour les humilier (Boiteux 2001, 302).

333 Construit de 70 à 80, souvent restauré, désaffecté en 523, détruit partiellement par les tremblements de terre (en 847, 1231, 1349) ; transformé en forteresse par les Frangipani (xie-xiiie siècles), puis les Anibaldi (xive siècle), ensuite propriété de la Commune qui y donne un combat de taureaux en 1332. Ce fut une immense carrière de matériaux jusqu’à la Renaissance [Golvin 1988, I, 173-180, no 152 ; II, pl. XXXVI-XXXVII ; Rea 1993 ; Palladio (HH), 34 et 209 (n. 165)] [fig. 1, no 95].

334 Le colosse de Néron s’élevait à l’origine dans le vestibulum de la Domus Aurea. Il était l’œuvre de Zénodore, haut de 120 pieds (36 m). Hadrien le déplaça pour construire le temple de Vénus et Rome [Lega 1993a ; Bergmann 1993 ; Palladio (HH), 50 et 214 (n. 206)].

335 La statue fut restaurée par Vespasien et consacrée au Soleil (on garnit sa tête de rayons) : Plin., Nat., 34.45 ; Suet., Ner., 31.2 et Vesp., 18.

336 Le colosse fut transformé par Commode qui lui donna ses traits à la ressemblance d’Hercule (Histoire Auguste, Comm., 17.9-10) : “Il ajouta au Colosse quelques ornements, qui furent ensuite tous supprimés ; il en fit aussi enlever la tête qui représentait Néron, pour la remplacer par la sienne...” ; les ornements ajoutés sont la massue et la peau de lion (D.C. 72.22.3) (Lega 1993a, 296). En réalité, Hadrien avait déjà fait remplacer la tête de Néron ; cf. supra, n. 251.

337 Bâtie de 64 à 68, la villa de Néron s’étendait sur les pentes de l’Oppius, et ses jardins allaient jusque sur le Palatin. Elle fut ensuite démolie par les Flaviens et les Antonins [Ball 2003 ; Palladio (HH), 56 et 218 (n. 239)].

338 Suet., Ner., 31 : “Une pièce d’eau semblable à une mer, entourée de maisons formant comme des villes (ad urbium speciem).

339 La citation est dans Marliani 1534, 200 ; Suet., Ner., 39 : “Rome deviendra sa maison : citoyens, émigrez à Véies / Pour autant que cette maudite maison n’englobe pas jusqu’à Véies.”

340 Sur tous ces détails, l’étang, le paysage agreste, le portique à trois rangs, les salles à manger, la rotonde, les thermes, R. a puisé chez Marliani, mais la source principale est Suétone (Suet., Ner., 31) : “La demeure était si vaste qu’elle renfermait des portiques à trois rangs de colonnes, longs de mille pas (le sens n’est pas sûr : portique sur trois côtés ? ou à trois files de colonnes ? de mille pas ? ou bien les portiques étaient-ils ‘mesurés’pour faire connaître le chemin parcouru ? (Papi 1995, 55), une pièce d’eau semblable à une mer, entourée de maisons formant comme des villes, et par surcroît une étendue de campagne, où se voyaient à la fois des cultures, des vignobles, des pâturages et des forêts, contenant une multitude d’animaux domestiques et sauvages de tout genre ; dans le reste de l’édifice, tout était couvert de dorures, rehaussé de pierres précieuses et de coquillages à perles ; le plafond des salles à manger était fait de tablettes d’ivoire mobiles et percées de trous, afin que l’on pût répandre d’en haut sur les convives soit des fleurs, soit des parfums. La principale était ronde et tournait continuellement sur elle-même, le jour et la nuit, comme le monde ; dans les salles de bain coulaient les eaux de la mer et celles d’Albula” (Papi 1995 ; Cassatella 1995). La dernière phrase est de Martial (Mart. 2.5-6) : Hic ubi conspicui venerabilis Amphitheatri/erigitur moles, Stagna Neronis erant. La cenatio rotunda de Néron semble bien avoir été découverte lors des récentes fouilles de laVigna Barberini : Villedieu 2011.

341 Amphitheatrum, inquit Plin., Tiburtino lapide extructum tantœ altitudinis, ut eô vix humanus oculus inspicere possit. (...) In singulis vero arcubus superioribus marmoreœ statuœ cum incrustatione, & signis intrinsecus, & extrinsecus : in quibusdam vero fornicibus ornamenta ex gypso adhuc cernuntur. (...) loca septem & octoginta millia cepisse refert P. Victor (Marliani 1534, 194). L’attribution à Pline est erronée et la remarque doit être rapportée à Ammien Marcellin (Amm. Marc. 16.10.14 : amphitheatri molem solidatam lapidis Tiburtini compage, ad cuius summitatem œgre Visio humana conscendit ; Kardos 2000, 38). Nous ignorons d’où vient l’information sur la récupération des blocs autorisée par Théodoric : simplement, les derniers spectacles y eurent lieu en 523. Le nombre de 87 000 toca (et non spectateurs) est fourni par les Régionnaires (Notitia et Curiosum du ive siècle), attribués par les éditeurs aux pseudoantiques Sextus Rufus et Publius Victor (Valentini & Zucchetti 1940). Dans chacune des arcades du deuxième et du troisième niveau, il y avait une statue, comme nous l’enseignent les monnaies de Titus, Domitien, Sévère Alexandre et Gordien III (Platner & Ashby 1929, 8).

342 La Meta Sudans se trouvait au sud-ouest du Colisée, et datait de 96. Elle était à l’origine revêtue de marbre et marquait la limite des régions augustéennes I, II, III, IV et V. Ses ruines seront abattues en 1936 [Panella 1996 ; Panella, éd. 1996 ; Palladio (HH), 51 et 214 (η. 209-210)] [fig. 1, no 96].

343 Les monnaies montrent au sommet de la Meta Sudans un couronnement interprétable comme une sphère, ou une fleur à trois pétales (Panella 1996, 249). La statue de bronze de Jupiter a été inventée par Marliani [Marliani 1534, 193 : huius vertice lavis œneum simulacru(m) stabat],

344 L’arc de Constantin date de 315 – après la bataille du pont Milvius (mollis) (28 octobre 312) – et fut fortifié au Moyen Âge. La description est inspirée de Marliani : ex his [arcubus] vero, qui hodie, Constantini ad angulum montis Palatini, iuxta Amphitheatrum, triumphalibus ornamentis conspicuum, cumq(ue) trophœis, & victoriis allatis, parum lœsum conspicuimus : superato Mezentio [= Maxentio] apudMilvium po(n)tem, à Constantino ipso positum... (Marliani 1534, 163). R. a bien vu qu’il y avait sur cet arc des reliefs d’époques et de styles différents [fig. 1, no 97].

345 Un arc s’élevait à l’entrée orientale du Forum de Trajan (117) (Lugli 1970, 360-361). Il y a bien des sculptures et rondes-bosses trajaniennes sur l’arc de Constantin, mais les spolia réutilisés sur ce dernier proviennent-ils vraiment ou seulement de cet arc ?

346 CIL, VI, 1139 = D. 694 ; Walser, éd. 1987, 95-96, no 36 et pl. 5.

347 On voyait dans le Septizonium, dont un pan s’élevait encore à l’angle sud-oriental du Palatin, le tombeau de Septime Sévère. C’était en réalité le reste (sur toute sa hauteur) de la façade monumentale du palais de cet empereur, élevé en 203. Il a fait partie des fortifications des Frangipani à la fin du xie siècle, et sera démoli en 1588 pour permettre d’en récupérer les matériaux [Marliani, 1534, 162 ; Pisani Sartorio 1999 ; Palladio (HH), 75 et 228 (n. 351)], On en possède de nombreux dessins ou gravures (Nash 1962, pl. 303-305 ; par exemple, ceux d’Heemskerck et d’Antoine Lafréry reproduits dans Makarius 2004, 4) [fig-1, no 98].

348 En réalité, la via Appia, créée en 312 a.C., commençait à la porta Capena (mur Servien) (Patterson 1999)·

349 On a cru longtemps que le nom du bâtiment reposait sur le nombre sept, ce qui est douteux. En revanche, les dessins montrent bien, comme le souligne notre texte, que la façade complète ne comprenait que trois registres superposés (Marliani, 1534, 161-162, se livre à toute une discussion sur le sens du mot, en optant finalement pour septem viœ ; Hülsen 1886 ; Pisani Sartorio 1999).

350 CIL, VI, 1032 et 31229 ; Walser, éd. 1987, 88-90, no 30. L’inscription était conservée en deux tronçons : le début est connu par l’Anonyme d’Einsiedeln, la fin comprend une partie du nom de Caracalla et de sa titulature de 203 : [Antoninus pius felix Au]g(ustus) trib(unicia) pot(estate) VI co(n)s(ul) fortunatissimus nobilissimusque... [cf. aussi Fichard (1536/37), 36-37].

351 R. s’inspire de Marliani : Circum autem Maximum Tarquinius Priscus instituisse commemorat Livius, & Diony. in hœc verba : Extruxit Circum Max. Tarquinius, qui est inter Aventinum, & Palatinum (...) Longitudo circi est trium stadiorum cum dimidio : latitudo quatuor iugerum... (Marliani 1534, 153). Ce dernier cite Denys d’Halicamasse (Dion. Hal., Ant. Rom., 3.68), dont il convertit les mesures : “Tarquín construisit aussi le circus Maximus, qui se trouve entre les collines de l’Aventin et du Palatin. (...) Le circus mesure trois stades et demi de long (621 m) et quatre plethra de large (118 m)” (Platner & Ashby 1926, 115). Le nombre de spectateurs (250 000) semble provenir de Plin., Nat., 36.24. Selon Tite-Live, le cirque date de Tarquín l’Ancien (c. 600 a.C.) [Palladio (HH), 33 et 207 (η. 151)] [fig. 1, no 99].

352 Tout ce passage n’est pas clair. R. s’est inspiré de Marliani (lequel suivait Suétone et Pline), sans bien le comprendre, semble-t-il : 1) Circo vero Maximo marmoreis carceribus, auratisq(ue) metis, quce utraq(ue) <et> tophina & lignea fuerant exculto (p. 152 : c’est le texte-même de Suet., Claud., 21.7 : “Il orna le grand cirque de carceres en marbre et de bornes dorées : les premiers étaient jadis de tuf et les autres de bois”) ; 2) Claudius, ut diximus, carceres marmoreos fecit, metasq(ue) deauravit (p. 154) ; 3) Mox Heliogabalus columnis pulcherrimis, auroq(ue) illustravit, cuius pavimentum ex chrysocola fecit (p. 154). La chrysocolle est une substance minérale (malachite ?) dont l’usage dans le circus Maximus est attesté sous forme de poudre destinée à faire paraître l’arène d’une blancheur plus éclatante, sous les règnes de Caligula (Suet., Calig., 18.3) et de Néron (Plin., Nat., 33.90). Nous ne savons pas d’où Marliani a tiré son information concernant Élagabal. Son lapsus tient-il au fait qu’Élagabal était considéré comme un “nouveau Néron” ? Il est douteux, en outre, qu’il ait pu réaliser un “pavement” de chrysocolle.

353 De nouveau Marliani : Circo quidem Maximo pavimentum ideo fuerat positum, quo, post naumachiam, emissa in Tiberi aqua (adhuc enim subterranei ductus, ab ipso circo ad Tyberim videntur) nullo cœno impediente, reliqua celebrarentur certamina (Marliani 1534, 154 et surtout 157, De naumachia Circi Maximi). Nous n’avons aucune preuve d’une quelconque alimentation en eau du circus par Vaqua Appia (ou un autre aqueduc), ni, donc, de la tenue de naumachies en ce lieu (Mucci 1993 ne donne aucun renseignement en ce sens).

354 Les deux obélisques du Cirque sont signalés par Marliani : in circo Maximo duorum alter octoginta octo erat pedum, alter vero iacens adhuc in naumachia, obrutus tellure, ce(n)tum triginta & dodrantis, præter basim, qu(m) Augustus ex Hieropoti Ægyptioru(m) urbe tra(n)stulit, nunc est in duas partes fractus, quod quidem accidit cum ipse princeps erigere vellet. Excisus à rege Semnefreteo, quo regnante Pythagoras in Ægyptofuit [Marliani 1534, 159, qui suit Plin., Nat., 36.71 : Is autem obeliscus quem divus Augustus in circo magno statuit excisus est a rege Psemetnepserphreo (ou : Semenpserteo), quo regnante Pythagoras in Ægypto fuit. LXXXV pedum et dodrantis præter basis eiusdem lapidis ; le nom du pharaon est fantaisiste ; voir aussi Palladio (HH), 51 et 215 (η. 212)]. Le premier, en granit rouge (h 23, 70 m), a été transporté à Rome par Auguste en 10 a.C., avec celui qui devait servir de gnomon au Champ de Mars : supra, n. 199. Il provenait d’Héliopolis, et portait une inscription hiéroglyphique au nom de Séthi Ier complétée sous son fils Ramsès IL Une dédicace au Soleil (CIL, VI, 701 = D. 91), la même que pour l’obélisque du Champ de Mars, y fut ajoutée et il fut installé à l’extrémité orientale de la spina du circus Maximus. Il semble avoir encore été debout au début du Moyen Âge (mais fut peut-être abattu en 547 par Totila), puis sombra dans l’oubli, Il a été redécouvert en 1471 par Leone Battista Alberti, gisant sous une faible épaisseur de terre et il aurait très vite de nouveau disparu (en réalité, le texte de Marliani prouve le contraire). Il sera dégagé en 1587 (après de longues recherches, sic), en trois morceaux, et élevé par Domenico Fontana, en 1589, sur la piazza del Popolo, sur ordre de Sixte Quint (Platner & Ashby 1926, 367 ; Roullet 1972, 69-70, no 69, fig. 83 ; Kardos 2002, 85). La dimension donnée par Pline, 85 pieds % sans la base, a été mal lue par l’édition de Pline utilisée par Marliani (130 pieds ¾) et mal recopiée par R. (132 pieds). C’est évidemment le premier chiffre qui est le bon (il correspond à 25, 40 m). Le second obélisque de granit rouge (h 32, 50 m) provenait de Karnak (temple d’Amon). Il avait été dédié par Touthmosis III et son petit-fils Touthmosis IV. Il fut transporté à Alexandrie sous Constantin (vers 337), et à Rome sous Constance II (a. 357), qui le fit élever au centre de la spina du circus Maximus, où de la place était disponible au nord-ouest de l’obélisque augustéen. Il fut peutêtre abattu par les troupes de Totila (541-552). Il fut enfoui sous 7 m de terre dans les jardins potagers des chanoines de Santa Maria in Cosmedin. En 1410-1415, l’Anonymus Magliabecchianus remarque que l’on bute souvent, en sondant les marais, sur l’obélisque, dont la présence est connue par Ammien Marcellin (Amm. Marc. 17.4.13-16) et Cassiodore (Cassiod., Var., 3.51.8). Des fouilles seront organisées en 1586 et il sera exhumé en 1587, avec l’obélisque d’Auguste. En 1588, Fontana le réparera et l’élèvera devant Saint-Jean de Latran, résidence d’hiver du pape (Platner & Ashby 1926, 367-368 ; Roullet 1972, 70, no 70 ; Lachenal 1995, 23 ; Kardos 2002, loc. cit.). C’est le plus grand obélisque connu. La dimension relevée par Marliani (qui a dû voir l’obélisque), octoginta octo pedes = LXXXVIII pieds, a été mal lue par R. : XXXVIII = 38 pieds [fig. 1, no 100].

355 Tous les temples, œdes, arœ dont les noms suivent (jusqu’à Flore) sont énumérés par Marliani : Liberi, Liberœq(ue) atq(ue) Cereris templo iuxta circum Maximum sedem Cor. Ta. sic fecit : Iisdem temporibus dum œdes vetustate, aut igni abolitas, ceptasq(ue) ab Augusto dedicavit, Libero, Liberœq(ue), etiam Cereri iuxta circum Maximum. Tradunt alii Cassium Cos. œdem Cereris, & Liberi, Proserpinœq(ue), quœ eratsupra Circi terminos, ultra ipsas missiones, dedicavisse (...)At de Veneris talia habet Livius : Q. Fabius Gurges Cos.filius aliquot matronas ad popuium stupri damnatas pecunia multavit, ex quo multatitio œre Veneris œdem, quœ prope circu(m) est, faciendam curavit. Et in bello Mac. scribit in eodem œdem Iuventutis à Lucinio duumviro dicatam. Ovidius vero Mercurii templu(m) circum Maximu(m) spectavisse. Solis aute(m), & Florœ eodem in loco, quo Cereris locavit Cor. Tac. (Marliani 1534, 156-157).

356 L’œdes Juventutis a été élevée après un votum de 207 a.C., à partir de 204, et dédiée en 193 par le duumvir C. Licinius Lucullus (Coarelli 1996d).

357 L’œdes Mercurii se dressait au pied de TAventin, du côté du circus Maximus, depuis 495 a.C. (Ov., Fast., 5.666-669) (Andreussi 1996).

358 L’œdes de Vénus Obsequens a été élevée en 295 a.C. par Q. Fabius Gurges, édile curule, avec l’argent des amendes imposées à des matrones coupables de débauche (Liv. 10.31.9 ; 29.37.2). Elle était située sur les pentes de TAventin, à un emplacement inconnu (Papi 1999c).

359 Voir infra, n. 361.

360 Le temple de Sol (et Luna) se trouvait sur la pente de TAventin, inséré dans les gradins du Cirque qui Ta absorbé. Le premier témoignage date de 42 a.C. (Turcan 1958 ; Ciando Rossetto 1999a ; Kardos 2002, 317).

361 Le temple de la triade dionysiaque Cérès / Liber / Libera a été bâti en 493 a.C. à l’emplacement de Santa Maria in Cosmedin. Il a été incendié en 31 a.C., et reconstruit par Auguste en 17 (Tac., Ann., 2.49 : la phrase de Marliani est la citation exacte de Tacite) (Lugli 1970, 557-558 ; Kardos 2000, 186).

362 Proserpine est synonyme de Libera : voir note précédente.

363 L’œdes Florœ s’élevait sur les pentes nord-occidentales de TAventin et existait depuis 240-238 a.C.

364 Coarelli pense que l’œdes Neptuni a été fondée en 218 a.C. (Viscogliosi 1996).

365 Le titulus de sainte Anastasie remonte au ive siècle et a été restauré à de nombreuses reprises jusqu’en 1510. Il se trouvait au point de jonction du Vélabre et de la vallée du Grand Cirque [Palladio (HH), 148 et 258 (n. 185)] [fig. 1, no 101].

366 Ce passage est tout entier emprunté à Marliani : Præterea anno M.D.XXVI. repertum est sacellum in ipso circo, post divœ Anastasios templum, in radicibus montis Palatini, ipsius circi fundamentis inclusion, variis conchis marinis, variisq(ue) lapillis invicem consertis pulcherrima exornatum : sub maioribus conchis latebat rubra pictura, nullam tamen videbas imaginem, præter aquilœ effigiem, colore candidam, cœterum cristam rubram habentem, in testitudine templi ex huiusce lapillis, et conchis fabrefactum : quo in loco Deum patrem nunc ponere solemus : hoc templum Neptuni fuisse constans erat omnium opinio (suit un long développement sur la relation avec l’ara Consi) (Marliani 1534, 156). Les vestiges de la celia, connus de Lanciani (Storia degli scavi, II, 44), correspondent exactement à la découverte effectuée le 20 novembre 2007, à 16 m de profondeur, dans la zone inexplorée située entre le temple d’Apollon du Palatin et l’église Sant’Anastasia (sous la maison d’Auguste) : une structure en forme de nymphée, en partie naturelle, en partie artificielle, de plan circulaire, haute d’environ 7 m, d’un diamètre de 6, 50 m, recouverte d’une voûte ornée de mosaïques et de coquillages, comportant une figure de grand aigle blanc. Les hypothèses hésitent entre le Lupercal restauré par Auguste (cf. Res gestœ, 19) (Andrea Carandini) et un nymphée d’époque néronienne (domus Transitoria) enfoui ensuite sous les remblais du palais de Domitien (Adriano La Regina et Fausto Zevi) [AFP (20.11.07) ; La Repubblica des 21 et 23 novembre 2007 ; Le Monde du 21 novembre 2007 ; Le Monde de la Bible du 27/11/07 ; www.mondedelabible.com ; http://www.repubblica.it/2006/08/gallerie/spettacoliecultura/grotta-romolo-e-remo/8.html)] [fig. 1, no 102].

367 C’est Vaqua Crabra (Frontín. Aq., 9, 4-9) qui prenait sa source près de Tusculum (Frascati) et venait se jeter dans le Tibre près de Santa Maria in Cosmedin, après avoir traversé le circus Maximus [fig. 1, no 103].

368 L’église Santa Maria in Cosmedin, au Moyen Âge Santa Maria della Scuola Greca était une diaconie fondée dès le vie siècle sur les ruines d’un temple d’Hercule. Elle tire son nom des nombreux établissements byzantins installés dans cette partie de la ville à partir du vii e siècle (Homo 1956, 144) [fig. 1, no 104].

369 Le temple d’Hercules Victor (I), bâti au iii e siècle a.C., fut reconstruit vers 140 a.C. L’interdit exposé par Solin s’appliquait à l’Ara Maxima Herculis et au sacellum adjoint d’où étaient exclus rituellement mouches et chiens (cf. Plin., Nat., 10.79 ; Varr. ap. Plut., Quœst. Rom., 90.285) (Bayet 1926, 452-456, qui souligne le caractère chtonien du rituel). Solin (Solin. 1.10-11) : “par l’effet d’une volonté divine, il n’y entre ni chiens, ni mouches. En effet, Hercule (...) laissa à l’entrée sa massue dont l’odeur écartait les chiens ; ce que l’on remarque encore aujourd’hui” (Marliani 1534, 142-143 ; Kardos 2000, 171).

370 Sixte IV (1471-1484). On connaît ce temple par des dessins de Peruzzi : il avait une celia ronde de 15 m environ de diamètre, dix-huit colonnes d’ordre toscan et était couvert d’une coupole (Kardos 2002, 177).

371 Supra, n. 262.

372 CIL, VI, 317 = D. 3408 (Musée des Conservateurs) : le texte de Marliani ne comporte pas de fautes (IIIe ou début iv e siècle) (Marliani 1534, 143).

373 Le sacellum de la Pudeur Patricienne au Forum Boarium remonte à l’année 296 a.C. Contrairement à ce qu’écrivait Palladio, il était distinct du temple rond du Forum Boarium [Palladio (HH), 149]. On sait simplement qu’il était à ciel ouvert, et situé près d’un temple rond d’Hercule (Coarelli 1999a).

374 L’église ronde est Santo Stefano Rotondo près du ponte di Santa Maria qui est la transformation en église d’un temple d’Hercules Victor (II), différent du précédent. Cette église est mentionnée pour la première fois en 1140. Sous Pie IV, on la nomme Santo Stefano Rotondo net rione di Ripa, sous Pie V, Santo Stefano rotondo alle carozze, nom usuel à partir du milieu du xvie siècle (à la fin du siècle suivant, il s’effacera au profit de Santa Maria del Sole). Parallèlement, les humanistes, qui constatent la vénérable antiquité du bâtiment, veulent y voir – à cause de sa forme – le temple de Vesta [par exemple Palladio (FC), 338-341, pl. 151-153 ; Fichard (1536/37), 64], identité qu’il conservera jusqu’à une époque très récente. Le temple païen était en réalité aussi connu comme un sanctuaire d’Hercules Olivarius, protecteur des marchands d’huile. C’est le plus ancien temple romain presque entièrement bâti en marbre, par Hermodoros, vers 146-145 a.C. (Rakob & Heilmeyer 1973 ; Kardos 2002, 178) [fig. 1, no 105].

375 Supra, n. 104 [fig. 1, no 26].

376 Santa Maria Egiziaca est une église fondée en 872 dans le temple dit “de la Fortune Virile” (l’église se nommait Santa Maria de Gradellis, le nom d’Egiziaca n’apparaissant qu’en 1492). Le temple païen est le célèbre temple pseudo-périptère tétrastyle connu pendant très longtemps sous un faux nom, dû à une mauvaise traduction de Denys d’Halicarnasse (Dion. Hal., Ant. Rom., 4.27) qui signale un temple de Tychè Andreia “près des rives du Tibre” (en fait : Fors Fortuna au Trastevere). C’était en réalité un temple de Portunus (le dieu du port), construit entre 80 et 70 a.C. [Adam 1994 ; Palladio (FC), 333-337, pl. 148-150] [fig. 1, no 106].

377 “Selon certains, ce fut le temple de la Fortune Virile (...) mais, parce qu’on donnait toujours une forme ronde aux temples de la Fortune, d’autres, se fondant sur un reste d’inscription, ont préféré dire que c’était la basilique de C. Lucius et non un temple. Néanmoins, leur opinion me semble peu judicieuse” [Palladio (FC), 333]. En fait, la basilique de Caius et Lucius est le nom donné en 12 a.C. à la basilicaJulia rebâtie par Auguste sur le Forum Romain (Kardos 2002, 54).

378 La Casa di Pilato est le nom donné à la Casa dei Crescenzi, édifiée entre 1040 et 1065, non loin de Santa Maria in Cosmedin et du quartier du Vélabre, avec des fragments de constructions et de statuaire antiques incorporés dans les murs. L’inscription au-dessus de la porte dit : Romœ veterem renovare decorem. Elle porte le nom de domus Pilati sur le plan de Buffalini en 1551 [Fichard (1536/37), 65 ; Gnoli 1940 ; Weiss 1969, 9-10 ; Lachenal 1995, 235 et pl. XXII, 1 ; Krautheimer 2000, 196-197, fig. 157-158] [fig. 1, no 107].

379 La Logia est l’arc dit “de Janus”, ou de “Janus Quadrifrons” qui s’élève encore près de San Giorgio in Velabro. Il s’agit probablement de l’arcus divi Constantini des Régionnaires (première moitié du ive siècle). Il a été fortifié par les Frangipani au xiiie siècle [fig. 1, no 108].

380 Erreur pour San Giorgio in Velabro (ad velum aureum), église du viie siècle, reconstruite et restaurée. Le petit arc des Changeurs s’appuie à elle [fig. 1, no 109].

381 Arc des Argentiers (ou des Changeurs), élevé en 204 et dédié à Septime Sévère (Marc Aurèle est ici Caracalla, Marcus Aurelius Antoninus). Marliani relève l’inscription (CIL, VI, 1035, cf. 31232 = D. 426) (Marliani 1534, 141-142) [fig. 1, no 110].

382 On a longtemps cru – en se trompant de forum – que la domus Scipionis et la basílica Sempronia qui lui a succédé se trouvaient à l’emplacement de San Giorgio in Velabro, au Forum Boarium [sic Palladio (HH), 57 ; voir encore, par exemple, Fioravante Martinelli, Roma ex etnica sacra, 1653, 106]. En réalité, la maison de Scipion lAfricain était située derrière les Vieilles Boutiques, sur le côté sud du Forum Romain, et fut achetée par T. Sempronius pour construire la basílica Sempronia en 169 a.C. (Liv. 44.16.10) (Kardos 2002, 54).

383 Le marché aux poissons antique se trouvait au nord du Forum Romain (Morselli & Pisani Sartorio 1995)· Nous avons donc affaire ici au marché médiéval (la Pescheria), installé à Sant’Angelo in Pescheria, devant l’église et le long du côté occidental de la porticus Octaviœ, dans le secteur du Ghetto [Palladio (HH), 37 et 40, 210-211 (n. 177) ; Krautheimer 2000, 251 et fig. 196 ; dessin de Jan Miel, c. 1650, publié dans Musto 2003, fig. 3]. Fichard : Forum Piscarium est ad templum S. Angelí, ubi omnes mensœ marmoreœ quadrœ sunt [Fichard (1536/37), 25].

384 Le théâtre de Marcellus date d’entre 23 et 13 a.C. Il a été démoli partiellement (la scène et le portique) en 365-370 pour permettre la récupération des matériaux [fig. 1, no 111].

385 Baldassare Peruzzi a construit pour les Savelli, au xvie siècle (1523-1527), un palais à la partie supérieure de la cavea (Kardos 2002, 327). Il a été saccagé en 1527, puis restauré [fig. 1, no 112].

386 L’estimation est erronée : les catalogues régionnaires tardifs ne donnent que 20 000 spectateurs. L’erreur vient de Marliani (capiebat autem octoginta millia) (Marliani 1534, 228).

387 Ρlin., Nat., 7.121 : temploPietatis extructo in illius carcerissede, ubi nunc Marcelli theatrum est. Le temple de Pietas, voué en 191 a.C., se trouvait en réalité à l’extrémité orientale du circus Flaminius, in foro Holitorio. Il fut démoli par César (Ciancio Rossetto 1999).

388 Une légende racontait que, en 150 a.C., une femme aurait donné le sein à sa mère emprisonnée (ou à son père) pour lui éviter de mourir de faim (la mère : Plin., Nat., 7.121 ; le père : Val. Max. 5.4.7 et Festus, Gloss. Lat., 316 L). La Pietas désigne l’amour familial chez les Romains. Le temple aurait été construit à l’emplacement de la prison [Palladio (HH), 137].

389 San Nicola in Carcere (le nom rappellerait la légende qui précède) : église bâtie au xie siècle parmi les ruines des temples (Juno Sospita, Spes et Janus) du forum Holitorium [Palladio (HH), 137-138 et 252 (n. 140)] [fig. 1, no 113]. Les ruines vues par notre visiteur ne correspondent donc pas à des prisons [fig. 1, no 114].

390 La Piazza Montanara a disparu à l’époque fasciste. Elle tirait son nom des montanari (montagnards) qui venaient y vendre leurs produits. Elle a été remplacée par une rue : cf. supra, n. 229 [fig. 1, no 115].

391 Leforum (H)olitorium était le Marché aux Herbes, au sud-ouest du Capitole et jusqu’au Tibre (à partir du ive s. a.C.) [Palladio (HH), 37 et 210 (n. 176)].

392 Il ne s’agit pas du temple de Janus du Forum Romain, mais du Janus Bifrons élevé en 260 a.C. par C. Duilius après la victoire navale de Mylœ. Auguste le restaura et Tibère l’acheva en 17 p.C. [Palladio (HH), 90 et 234 (n. 438)]. On en conserve des colonnes dans l’église San Nimia in Carcere.

393 Le temple de Mater Matuta, probablement sur le site de l’actuelle église Sant’Omobono, remonterait à 500 a.C. Il fut restauré en 395 et c. 213 a.C.

394 Au pied du Capitole, près du vicusJugarius, le sacellum de Carmenta (prophétesse, mère d’Évandre) faisait face aux temples de Fortuna et Mater Matuta, divinités auxquelles Carmenta était liée [Palladio (HH), 67 et 223-224 (n. 305)].

395 Nous ignorons tout de ce sanctuaire.

396 Probablement une confusion avec Hercules Musarum, dont le sanctuaire se trouvait in circo Flaminio (voir Marliani 1534, 234).

397 Voir supra, n. 383 [fig. 1, no 116].

398 La contrada Judeorum, devenue, en juillet 1555, Ghetto sur le modèle de Venise. On y trouvait la synagogue, le bain rituel des femmes, des marchés installés dans les cryptes du théâtre de Marcellus. Le centre en était constitué par la piazza Giudea et la via Rua où se regroupaient les activités artisanales et commerciales (Esposito 2001a, 36-47) [fig. 1, no 117].

399 Le Campo dei Fiori [fig. 1, no 36].

400 La chapelle San Nimio in palatio, prétendument fondée par le pape Calixte, est apocryphe (Hülsen 1927. 519, no *60).

401 Tout le passage qui va de Palatinus collis omnibus œdificiis à domicilium fuit est extrait, mot pour mot, du De Anquitatibus de Lucio Fauno ; R. a seulement supprimé à Calisto pontífice œdificato après fano D. Nicolai et interverti Palatini et balatini au milieu de la citation (Fauno 1549, f. 54r). Fauno s’était d’ailleurs inspiré de Flavio Biondo (Roma Instaurata, éd. 1510, p. 235, I, 76). L’étymologie à partir de balare, “bêler”, viendrait de Nævius (Varro, Ling., 5.53 ; cf. Festus, Gloss. Lat., 245 L, Sol. 1, 15) (Tagliamonte 1999, en part. 15 au sujet de balare ; elle est reprise par Marliani 1534, 81). La phrase Unde amplissima... dici cœpere est aussi tirée de Fauno, loc. cit.

402 Nous ignorons d’où est tirée cette affirmation.

403 Cette phrase est extraite de Fauno (1549, f. 54r). Le temple de Jupiter Stator était en réalité le temple des Dioscures : cf. supra, n. 297. La “chapelle” de Faustine était le temple d’Antonin et Faustine : supra, n. 310.

404 Octave Farnèse (1523-1586), deuxième duc de Parme et de Plaisance, a fait aménager les Orti Famesiani sur le site de la domus Tiberiana, vers 1540-1550 (Coffin 1991, 69-75 ; Morganti 1999) [fig. 1, no 118-119].

405 La maison de Cicéron se trouvait sur les pentes nord du Palatin, en direction des Carines (Guilhembet 1999)·

406 La Velia constituait une extension du Palatin vers le nord (Kardos 2002, 346-347).

407 Temple fondé en 294 a.C. ; emplacement incertain (Pensabene 1999).

408 Temple situé sur la Velia, à l’endroit où aurait habité Tullus Hostilius (ce seraient les Pénates d’Albe) (Palombi 1999).

409 Mentionné seulement dans l’Histoire Auguste (Heliog1.6) : ce serait une faute de copiste que François Chausson propose de corriger en ædes Beli, “temple du dieu Élagabal” (Chausson 1995).

410 Le Palatin comportait deux “sommets” : le Palatium à Test, et le Germalus à l’ouest (Cecamore 2002, 36, fig. 6).

411 Sant’Andrea in Pallara : le nom est douteux et serait passé, arbitrairement ou par erreur, à l’église Santa Maria in Pallara (ruinée et abandonnée aux xve et xvie siècles ; actuellement San Sebastiano al Palatino) (Hülsen 1927, 504-505, no *8). Le nom Pallara viendrait de Palladium (pour Palatium), selon Biondo. Les fouilles confirmeraient la présence de ce Palladium près de la propriété du cardinal Domenico Capranica et de Sant’Andrea. Biondo : “L’emplacement du Palladium, dont se dressent de remarquables ruines présentant deux portes de marbre presque intactes qui surpassent aisément par la beauté de leur facture toutes les autres, de fabrication récente ou ancienne, que compte Rome aujourd’hui. Dans ce secteur des murailles que Ton appelle aujourd’hui couramment à tort Pallara au lieu de Palladium se trouve incluse l’église Saint-André de Pallara” [Biondo (RD), 94-95 et 159] [fig. 1, no 120].

412 La maison d’Auguste (et de Livie) (auj. Casa di Livia) était l’ancienne maison d’Hortensius. Elle fut conservée pendant tout l’Empire.

413 Le temple d’Apollo Palatinus, élevé près de la maison d’Octavien en 28 a.C., après Actium (Suet., Aug., 29.3), fut restauré par Domitien, et brûla en 363 (sur ce temple et toutes les œuvres qu’il contenait : Corbier 1992 = Corbier 2006) [fig. 1, no 121].

414 Sur le toit, char du Soleil : in quo Solis erat supra fastigia currus (Prop. 2.31.12).

415 La bibliothèque (grecque et latine) d’Apollon Palatin fut incendiée en 64, reconstmite par Domitien. Elle était divisée par une grande salle de lecture au centre de laquelle se trouvait la statue d’Apollon [Palladio (HH), 55 et 217 (n. 228)] [fig. 1, no 122].

416 Il ne s’agit pas de la statue du culte, mais d’un Αpollο Tuscanicus (ou citharède) de bronze, œuvre de Scopas, haute de 50 pieds et provenant de Rhamnonte, en Attique (Plin., Nat., 34.43) [Palladio (HH), 50 et 214 (η. 203)].

417 Devant le temple, vraisemblablement in area Apollinis, Properce mentionne un autel entouré des agmenta Myronis, les fameuses statues de bovins dues à Myron (milieu ve s. a.C.) (Prop. 2.31).

418 Le clivus Publicius.

419 Le temple de Juno Regina, dû à M. Furius Camillus en 392 a.C. et restauré par Auguste, se trouvait près de l’actuelle Sainte-Sabine, et regardait vers le fleuve (Lugli 1970, 557).

420 Les Gémonies ne se trouvaient pas sur l’Aventin, mais sur le Capitole, et joignaient le Comitium à l’area Capitalina. L’erreur de localisation était courante au xvie siècle [Fichard (1536/37), 38 ; Marliani 1534, 187]. La confusion vient sans doute du fait qu’il existait une scala usque in montent Aventinum attestée par l’Anonyme d’Einsiedeln entre Santa Maria in Cosmedin et la porta Ostiensis (Papi 1999a).

421 Sainte-Sabine est une basilique construite en 422-432 par Pierre l’Illyrien, peut-être sur un titulus plus ancien ; restaurée à l’époque carolingienne, incluse dans la forteresse d’Albéric II (915-939) et dotée d’un campanile ; donnée aux dominicains en 1219 (avec monastère adjoint) ; restaurée à plusieurs reprises jusqu’au xviie siècle (Domenico Fontana, puis Borromini) [Palladio (HH), 152-153 et 260 (n. 194)] [fig. 1, no 123].

422 L’Aventin est souvent appelé collis Dianœ. Un temple de Diane (dite Aventina), attribué à Servius Tullius, s’y dressait. Sa localisation reste inconnue (entre Sainte-Sabine, Saint-Alexis et SaintePrisque). Il fut reconstruit à la fin du Ier s. a.C.

423 Ces colonnes sculptées semblent avoir disparu. Les décors architecturaux de l’église comportent de nombreux spolia (Lachenal 1995, 34-35).

424 Le culte d’Alexius s’est ajouté au xe siècle à celui de Boniface (Santi Bonifacio e Alessio) ; l’église passa alors à des bénédictins latins et à des basiliens grecs. En 1221, des prémontrés les relaient, puis en 1426 des ermites de Saint-Jérôme. L’église a connu de ce fait de multiples restaurations [Palladio (HH), 153-154 et 260 (n. 196)] ; Marliani et Fichard disent que cette église a succédé à un temple d’Hercule, Victor pour le premier, Violator (sic) pour le second [Marliani 1534, 183-184 ; Fichard (1536/37), 38]. Nous n’avons rien trouvé qui puisse confirmer cette filiation [fig. 1, no 124].

425 Une légende veut qu’Alexis, devant épouser la fille d’un empereur, ait fui en Palestine le jour de son mariage et soit revenu déguisé en mendiant pour terminer ses jours caché pendant 17 années sous les marches de sa maison. On montrait certaines d’entre elles dans l’église [Miedema 2001, 450, no 3 ; Palladio (HH), loc. cit].

426 Santa Maria in Aventino (ou del Priorato à partir du xve siècle), est église et cloître vers 936, créés par Odon de Cluny. Ils furent attribués à l’ordre de Malte à la fin du XIVe siècle [fig. 1, no 125].

427 L’église qui précède est censée avoir succédé à un temple de Bona Dea Subsaxana, de la seconde moitié du IIe s. a.C. L’entrée en était interdite aux hommes (Ov., Fast., 5.148-158) et les cérémonies, de nature en partie médicinale, étaient nocturnes et secrètes, pour le bonheur du peuple romain (Lugli 1970, 560 ! Brouwer 1989, 302-303).

428 En réalité, le scandale de Bona Dea n’a pas eu lieu dans un temple, mais dans la maison de Pompeia, où Clodius a pénétré habillé en femme (cf. Cic., Dom., 139, etc.) (Brouwer 1989, 363-364).

429 L’épisode de Cacus dérobant des bœufs à Hercule en les tirant par la queue est censé s’être déroulé sur l’Aventin, où se trouvait la spelunca Cad (Verg., Æn., 8.209-211) [Marliani 1534, 185-186 ; Fichard (1536/37). 38].

430 Ce n’est pas unfanum, mais une basilique, connue dès la fin du ve siècle, installée sur l’ancien titulus de Prisca (maison d’Aquila et Priscilla). Elle eut, à partir du ixe siècle, un monastère annexe, fut restaurée après le sac des Normands en 1084, puis en 1456. Palladio écrit que Santa Prisca était autrefois un temple d’Hercule [Palladio (HH), 231 et 260-261 (n. 197)] [fig. 1, no 126].

431 Les thermœ Decianœ datent de 252. Ils ont été restaurés par Constance II et Constant, puis en 414 par un descendant de Dèce (Marliani 1534, 187 ; Lugli 1970, 565) [fig. 1, no 127].

432 Les thermœ Varianœ sont issus d’une hypothèse de la Renaissance sur les thermœ Severianœ. Ils se trouvaient toutefois au sud des thermes de Caracalla, et non sur l’Aventin (Marliani 1534, loc. cit. ; Platner & Ashby 1926, 532-533 ; Lugli 1970, loc. cit.).

433 L’armilustrium (et non armilustrum) était un monument très ancien rappelant la lustratio des armes en fin de campagne d’été. Il était situé au sud de l’église Santa Sabina (Marliani 1534, 186 ; Lugli 1970, 564 ; Kardos 2002, 39).

434 Les harrea Sulpicia ou Galbana, destinés surtout au vin, construits par un Ser. Sulpicius Galba (le consul de 108 a.C. ?), couvraient environ 2 hectares et demi et comportaient 360 pièces sur deux étages. Mais, il y avait bien d’autres horrea qui s’étendaient sur près de 10 hectares, au pied du Testaccio. R. copie Marliani 1534, 191-192 : Horrea Po(puli) Ro(mani) CXXXX inter Testaceum, & Tyberim fuisse (puis il cite une inscription mentionnant les Horrea Galbianorumsic – trouvée dans la vigne de Marcellus de Capozucchis) ; Fichard utilise presque les mêmes termes que lui : “entre le mons Testaceus et le Tibre, se trouvent les entrepôts du peuple Romain, au nombre de 140” [Fichard (1536/37), 39]. On ne sait d’où vient le nombre 140 [fig. 1, no 128].

435 Le Testaccio (mons Testaceus) est la colline de tessons d’amphores (h 36 m) accumulés à proximité du port antique (l’Emporium), du ier au iiie siècle (au Moyen Âge, on la nomme mons Palii) [Palladio (HH), 25 et 202 (η. 101)]. L’explication par les rebuts d’officines de potiers est courante à la Renaissance (long développement chez Marliani 1534, 188-190), alors qu’il s’agit d’un témoin spectaculaire du commerce de la mégapole [fig. 1, no 129].

436 La porte Saint-Paul est l’ancienne porta Ostiensis du mur d’Aurélien (271-275). Ce nom est attesté dès le vie siècle (et renvoie à la basilique proche) (Platner & Ashby 1926, 410-411) [fig. 1, no 130].

437 La pyramide de Cestius est un célèbre tombeau élevé c. 12 a.C. et intégré à la muraille d’Aurélien (ce qui le protégea). Le Moyen Âge y voyait le tombeau de Rémus (meta Remi) (Lachenal 1995, 371). Inscriptions : CIL, VI, 1374 = D. 917 ; Calabi Limentani 1991, 205-207, no 32, fig. Tous les voyageurs signalent cet étrange monument (il sera restauré en 1663) [Marliani 1534, 191 ; Fichard (1536/37), 39 ; Roullet 1972, 84, no 94 ; Palladio (HH), 50 et 214 (n. 208), fig. 79] [fig. 1, no 131].

438 La porta Trigemina (Triple) s’ouvrait – l’emplacement est conjectural – dans le mur Servien, près du forum Boarium, entre le Tibre et l’Aventin. C’est par erreur que les humanistes comme Biondo ou Donati l’ont identifiée à la Porte Saint-Paul du mur d’Aurélien, parce que la via Ostiensis en sortait. Ces deux portes distinctes, de dates différentes, menaient en effet dans la direction d’Ostie.

439 Le qualificatif reposait sur l’hypothèse d’une porte à triple ouverture, mais nous avons ici une explication “historique” reposant sur la légende des Horaces et des Curiaces, que l’on trouve évidemment chez Marliani 1534 (p. 35), mais aussi chez Palladio (HH), 20. Biondo, en revanche, rejette cette explication (il signale que le survivant des Curiaces rentra par la porte Capène) [Biondo (RD), 38-39].

440 R., comme Marliani, est conscient de la difficulté évoquée à la n. 438. Sur la schola Grœcorum : supra, n. 368.

441 Infra, n. 443.

442 Supra, n. 436 [fig. 1, no 133].

443 San Paolo Juori le mura : l’une des quatre grandes basiliques patriarcales ; elle commémore le martyre de saint Paul, et c’est depuis toujours un lieu de pèlerinage fréquenté. Reconstruite à la fin du ive siècle, elle a brûlé presque entièrement en 1823 [Palladio (HH), 111-112 et 240 (n. 35)] [fig. 1, no 132].

444 San Paolo alle Tre Fontane : à l’endroit où saint Paul fut décapité (en 67), sa tête ayant rebondi trois fois, à chaque endroit aurait jailli une source (Miedema 2001, 536-537, no 2). Une chapelle y fut bâtie au ve siècle. Non loin de là fut édifié en 625 le couvent Sant’Anastasio ad aquam Salviam” pour des moines grecs ; reconstruit au début du xiiie siècle (1221) pour des cisterciens. Ce fut l’un des premiers exemples européens d’architecture selon les règles de saint Bernard (Giuntella 2000, 179 et fig. 4, p. 180) [fig. 1, no 134].

445 Santa Balbina, ancien titulus de Tigrida, église et couvent au vT siècle, restaurés vers 800, puis à plusieurs reprises jusqu’au début du xvie siècle [Palladio (HH), 155 et 261 (n. 200)] [fig. 1, no 135].

446 Thermœ Antoninianœ, construits en 211-216, les mieux préservés des thermes de la ville de Rome ; probablement désaffectés dès 537, les Goths ayant rompu les aqueducs [Palladio (HH), 29 et 205 (n-137)] [fig.·1 no 136].

447 San Sisto Vecchio (ou in Piscina) : lieu du martyre de Sixte II, église au ve siècle, monastère annexe au ixe siècle, restaurés au début du xiiie siècle (avec attribution aux dominicains), et en 1478-1486 [Palladio (HH), 150-152 et 260 (n. 192)] [fig. 1, no 137].

448 Point de départ de la via Appia qui menait en Campanie, puis à Brindes [fig. 1, no 138].

449 La porte Saint-Sébastien s’ouvre dans le mur d’Aurélien. On l’appelait dans l’Antiquité porta Appia. Elle a été restaurée en 403 et incluse au vie siècle dans les nouvelles fortifications englobant l’arc dit “de Drusus” (Platner & Ashby 1926, 402-403). Elle a été décorée par Battista de Sangallo en vue de l’entrée de Charles Quint [fig. 1, no 139].

450 Infra, n. 461.

451 Elle ne se nommait pas porta Capena mais porta Appia : la porte Capène se trouvait plus au nordouest, sur la même voie, mais elle s’ouvrait dans le mur Servien [la confusion se trouve aussi chez Palladio (HH), p. 20 et 195-196 (n. 34)].

452 C’est au sortir de la porte Capène (et non de la porta Appia) que se pressaient temples et tombeaux (Kardos 2002, 268) [fig. 1, no 141].

453 Le bois des Camènes (et la source) était situé juste à l’extérieur de la porte Capène (non de la porta Appia) (Rodriguez Almeida 1993b ; Kardos 2002, 59-60).

454 Ovide (Ov., Fast., 6.193-194) le localise extra portant Capenam. Il fut voué en 259 a.C. par L. Cornelius Scipio, quand sa flotte fut prise dans une tempête au large de la Corse (Kardos 2002, 325).

455 Nous n’avons rien trouvé sur ce temple. Seuls les Catalogues Régionnaires tardifs évoquent une area Apollinis dans la Regio I (Porte Capène) (Platner & Ashby 1926, 47).

456 Le temple à’Honos [et Virtus] a été voué en 234 a.C., puis en 222 après la bataille de Clastidium (Marliani 1534, 177).

457 Ce temple est inconnu à cet endroit.

458 Cic., Tusc., 1.7.13 (Coarelli 1994, 112-116 ; Gros 2006, 43).

459 Il s’agissait des tombeaux d’A. Atilius Calatinus, consul en 258 et 254 a.C. (censeur en 249), et des monumenta des Metellii, des Servilii, plus loin celui des Scipions [fig. 1, no 141].

460 L’église Domine quo vadis ? (ou Santa Maria in Palmis à partir du xive siècle) remonte au ixe siècle et commémore la rencontre du Christ et de saint Pierre. On y montrait la réplique d’une pierre portant l’empreinte du pied du Christ (Sante Maria delle piede) [Callebat 2000, 94 ; Miedema 2001, 522, no 1 ; Palladio (HH), 114 et 241 (n. 41]. L’empreinte conservée à San Sebastiano est un ex-voto antique (Coarelli 1994.257) [fig· 1, no 142].

461 San Sebastiano fuori le mura : basilique originellement dédiée à saint Pierre et saint Paul ; fondée en 312-313 sur le cimetière de Calliste ; restaurée au xiiie siècle [Coarelli 1994, 261-264 ; Palladio (HH), 113-114 et 240-241 (n. 39)] [fig. 1, no 140].

462 Il s’agit de la vaste catacombe de saint Calliste, le plus important ensemble funéraire souterrain d’époque chrétienne à Rome [Coarelli 1994, 259-261 ; Palladio (HH), 241, n. 40] [fig. 1, no 143].

463 Il s’agit en réalité de la Villa de Maxence sur la via Appia, grandiose ensemble composé d’un palais, du mausolée de Romulus et du cirque de Maxence, construits en 306-312 (Maxentii prœdium) (Pisani Sartorio & Calza 1976 ; Pisani Sartorio 1988 ; Coarelli 1994, 265-267) [fig. 1, no 144].

464 Le cirque (dédié en 309) mesure 520 m de longueur et sa plus grande largeur est de 92 m. La spina mesure 296 m (1000 pieds) et était délimitée par deux mette semi-circulaires [ibid. ; Palladio (HH), 33 et 208 (n. 158)] [fig. 1, no 145].

465 L’obélisque de granit rouge, de facture romaine, date du règne de Domitien (a. 81). Il a été d’abord installé à l’Iseum Campease, dans la cour centrale, puis déplacé par Maxence pour orner son cirque. Au Moyen Âge, il gisait brisé, mais visible, et fut dessiné au xvie siècle par de nombreux artistes (Sangallo, Ligorio, Panvinio, Du Pérac). Il sera transporté en 1648, sur ordre d’innocent X, sur la piazza Navona où s’élevait la demeure privée de sa famille (les Pamphili). En 1649, Le Bernin l’installera sur sa Fontana dei Fiumi (Iversen 1968, 76-92 et figs. ; Roullet 1972, 72-73, no 72, fig. 85-86) [fig. 1, no 146].

466 Tombeau de Cæcilia Metella (fin du Ier s. a.C.). Il doit son nom populaire (Capo di Bove) à la frise de bucrânes reliés par des guirlandes de fleurs et de fruits, chaque guirlande étant surmontée d’une patère. Transformé en forteresse par les Cætani (1303) qui les englobèrent dans leur castrum. Il a alors été surélevé par des briques et crénelé. Cæcilia Metella était fille de Q. Cæcilius Metellus Creticus (cos. 69 a.C.). Ce serait l’épouse du fils aîné de M. Licinius Crassus (cos. 70 a.C.), le célèbre triumvir [Eisner 1986, 36-41 ; Coarelli 1994, 274 ; Lachenal 1995, 360 ; Gerding 2002 ; Palladio (HH), 51 et 214-215 (η. 211)]. Inscription CIL, VI, 1274, cf. 31584 = D. 881. Pierre Gros date l’édification du monument de c. 15-10 a.C. (Gros 2001, 431-432) [fig. 1, no 147].

467 Supra, n. 447 [fig. 1, no 137].

468 Santa Maria della Naviceila, nouveau nom (au xvie siècle) de Santa Maria in Domnica. On a trouvé à proximité une inscription en l’honneur d’Isis Regina. Elle fait soupçonner la présence d’un temple de cette déesse auprès des Castra Peregrina [fig. 1, no 148].

469 Reproduction en marbre (1513) d’un ex-voto antique perdu, en forme de bateau, trouvé sans doute à la fin du xve siècle à proximité de l’église. Pour Hülsen, l’ex-voto aurait appartenu à l’œdicula de Iuppiter redux in castris peregrinis, à la suite du votum de quelque milesfrumentarius. Plusieurs autres ex-voto auraient été trouvés dans la villa Mattei : on peut les mettre en relation avec Iuppiter Redux (protecteur des traversées, il possédait un temple dans les Castra Peregrina), mais aussi avec Isis Pelagia [Malaise 1972, 167, no 305 ; Walser, éd. 1987, 199 ; Eichberg 1995 ; Miedema 2001, 635-636, no 1 ; Palladio (HH), 150 et 259 (n. 190)].

470 Un “temple rond de Faunus” situé près du monastère Saint-Sixte n’a jamais existé. Ce sont les humanistes qui ont voulu lui donner cette identité, en particulier à cause de sa forme. C’est ainsi que Flavio Biondo écrit : “Santo Stefano Rotonda, qui doit son épithète au mont Cælius lui-même. Dépourvue à l’heure actuelle de toit, nous pensons que parmi les principales églises de la ville, elle fut tout particulièrement ornée de colonnes de marbre, de parois incrustées de marbre polychrome et d’une mosaïque. Cette église, qui fut primitivement fondée sur le temple de Faunus, c’est le pape Simplicius qui, le premier, la fit édifier ou, ce que nous croyons davantage, la fit orner” [Biondo (RD), 106-107 ; voir aussi Palladio (HH), 150 et 259-260 (n. 191) ; Marliani 1534, 165 ; Fichard (1536/37), 63 ; cf. également Günther 1995, 282 ; Lachenal 1995, 37]. En revanche, Lanciani a montré qu’il s’agissait d’un édifice profane, la tholos néronienne du macellum Magnum du Mont Cælius, transformée en église par le pape Simplicius (468-483) [Walser, éd. 1987, 198] [fig. 1, no 149].

471 Santo Stefano in Monte Celio, et non, comme on l’a longtemps écrit, Santo Stefano Rotondo (ce dernier se trouvait près du ponte Santa Maria : cf. supra, n. 374) : en 1450, Nicolas V fit démolir la galerie extérieure et trois des bras du bâtiment primitif en forme de croix grecque, “en le ruinant grandement” (Francesco di Giorgio) (voir la n. 374, supra ; Callebat 2000, 95-97).

472 Vaqua Claudia a été construite de 38 (Caligula) à 52, avec une dérivation supplémentaire en 64 (aqueduc de Néron). Réparée à plusieurs reprises, elle fut incorporée partiellement dans le mur d’Aurélien et encore restaurée au viiie siècle [Palladio (HH), 25 et 27, 204 (n. 125)] [fig. 1, no 150].

473 Frontín., Aq., 14. Il évalue sa longueur à 46 406 pas, soit 68, 7 km.

474 La porta Latina est une porte du mur d’Aurélien, restaurée en 403 et complétée de deux tours par Bélisaire au vie siècle [Platner & Ashby 1926, 408-409 ; Palladio (HH), 19 et 195 (n. 33)] [fig. 1, no 151].

475 Les auteurs du xvie siècle considèrent ce nom comme un doublet de celui de “porte Latine” [Marliani 1534, 28 ; Palladio écrit Forentina : Palladio (HH), loc. cit.]. Il n’est pourtant attesté que par Plutarque (Plu., Vit. Rom., 24) et il est douteux qu’il ait été beaucoup utilisé. Il s’explique par le fait que la voie empruntant cette porte semble prendre la direction de Ferentinum.

476 C’est la voie qui, sortant par la porta Latina, se dirige vers les monts Albains [fig. 1, no 152].

477 San Giovanni a Porta Latina : église datant du ve siècle, reconstruite en 772, restaurée vers 1190 ; un couvent lui est adjoint au xiie siècle (avec campanile) ; nouvelle restauration en 1433-1438 [Palladio (HH), 156 et 261 (n. 201)]. On y conservait le chaudron où saint Jean l’Évangéliste aurait été martyrisé (Miedema 2001, 563-564 et n. 2) [fig. 1, no 153].

478 R. s’inspire de Marliani (Marliani 1534, 164). Ce devait être de sacellum Dianœ in Cœliculo cité par Cicéron (Har. resp., 32) : Palombi 1995.

479 San Tommaso in Formis : abbaye concédée par Innocent III à saint Jean de Matha et aux trinitaires ; elle compte un grand hôpital des pauvres, uni depuis 1395 au chapitre Saint-Pierre du Vatican. Le but de l’ordre français des trinitaires est de libérer des chrétiens des mains des Infidèles [Englen & Astolfi, éd. 2003, 395-396] [fig. 1, no 154].

480 Selon Tite-Live (Liv. 1.30.1-2), Tullus Hostilius aurait entouré de murs le Cælius pour y enfermer les Albains vaincus ; cf. Fichard (1536/37), 63 : “les mansiones Albanæ sont là où est l’église Sainte-Marie in Domnica”.

481 Eglise et monastère San Gregorio al Celio, fondés par le pape Grégoire le Grand dans son propre palais (a. 580) ; reconstruits au XIIe siècle ; le monastère sera démoli en 1573 [Miedema 2001, 545-546 ; Palladio (HH), 149 et 259 (n. 188)]. Il est surprenant que R. ne signale pas la tombe du Pogge, dont il a pourtant donné le croquis à Fendt (Fendt 1574, pl. 52) [fig. 1, no 155].

482 Grégoire le Grand, né sur le Cælius, y a consacré sous le vocable de Saint-André l’Apôtre l’église qui devint au viiie siècle l’église Saint-Grégoire.

483 Santi Giovanni e Paolo : ancien titulus de Bizante et Pammachius, sénateur (a. 410) ; une basilique y fut édifiée à la fin du ive siècle, et restaurée à de nombreuses reprises (après l’incendie de 1084 ; vers 1216). Le monastère annexe, avec portique et campanile, est restauré au xiie siècle ; puis nouveaux remaniements aux xive, xve siècles et en 1522 encore [Coarelli 1994, 120-122 ; Palladio (HH), 149-150 et 259 (n. 189)]. Le vocable renvoie à Jean et Paul, deux dignitaires de la cour impériale habitant le Cælius, mis à mort comme chrétiens et ensevelis dans leur propre maison [fig. 1, no 156].

484 La Curia Hostilia, bâtie par Tullus Hostilius, se trouvait sur le Forum, mais on l’a très longtemps confondue avec le temple de Claude divinisé [par exemple Biondo (RD), 104-105, 160 et 162]. Marliani imagine, quant à lui, qu’il y a eu deux Curiœ Hostilice... (Marliani 1534, 165).

485 “Dans le palais attaché à celle-ci [l’église des Saints Jean et Paul] splendide édifice jadis, qu’habitèrent quelques uns des pontifes romains et qui est désormais presque tout entier détruit, sont contenus les fondements de la Curie d’Hostilius” [Biondo (RD), 104-105].

486 Santi Quattro Coronati : ancien titulus d’Æmiliana au ve siècle, sur la pente nord du Cælius, restauré et embelli aux viie, viiie et ixe siècles, incendié par les Normands en 1084, reconstruit avec un monastère annexe en 1111-1116, passé aux bénédictins de Sassovivo ; restauré sous Martin V (1417-1431) ; cédé aux camaldules en 1521, plus tard aux augustins. Le vocable est lié au double martyre, confondu par la tradition, de quatre officiers chrétiens (Severus, Severianus, Carpophorus et Victorinus), mis à mort au temps de Dioclétien (parce qu’il refusaient d’adorer une statue d’Esculape) et de quatre tailleurs de pierre pannoniens, à la même époque [Palladio (HH), 141 et 254 (n. 154)] [fig. 1, no 157].

487 Les castra peregrina étaient le camp des peregrini, soldats des armées provinciales détachés en mission spéciale à Rome. On y trouvait aussi des frumentarii, courriers militaires sous Auguste, sorte de police spéciale aux iie et iiie siècles [Palladio (HH), 68 et 225 (n. 316) qui parle de soldats basés à Misène, détachés à Rome]. Les fouilles ont montré que leurs cantonnements se trouvaient immédiatement à l’est de San Stefano in Monte Celio, et non sous les Santi Quattro Coronati.

488 Cet excursus est inspiré à R. par la mention des castra peregrina. Marliani n’en parle pas, mais Palladio si : “Sur l’emplacement de l’église des Santi Quattro étaient habituellement cantonnés les soldats de l’armée romaine basés à Misène. D’où le nom de Castra Peregrina ou aussi de Castra Pelegrina” [Palladio (HH), 68]. Misène était l’une des principales bases navales de Rome qui a envoyé des détachements à Rome (pour manœuvrer le velum de l’amphithéâtre flavien), mais ils étaient logés dans des castra Misenatium situés entre les thermes de Trajan et la via Labicana (ou entre le Ludus Magnus et San Clemente) (Platner & Ashby 1926, 105-106 ; Palombi 1993a ; Coarelli 1994, 137).

489 Erreur à propos des Ravennates (voir supra, n. 80). R. a mélangé les époques.

490 San Clemente : église édifiée en 385, restaurée dans la deuxième moitié du viiie siècle, puis vers 850, incendiée en 1084. L’église supérieure date de 1108-1128 ainsi que le couvent annexe [Palladio (HH), 140 et 254 (η. 149)] [fig. 1, no 158].

491 Supra, n. 472.

492 Mauvaise lecture de Plin., Nat., 36.24.122, où il faut lire en réalité 300 millions et 500 sesterces, et ce coût vaut pour Vaqua Claudia et 1’Anio Novus : Vicit antecedentes aquarum ductus novissimum inpendium operis incohati a C. Cœsare et peracti a Claudio, quippe a XXXX lapide ad eam excelsitatem, ut omnes urbis montes lavarentur, influxere Curtius atque Cœruleus fontes, et Anien novus, erogatis in id opus HS (suit le symbole pour trois cent millions) D.

493 Nous n’avons pas trouvé chez Budé (de Asse et partibus ejus, 1514, fol. LXXVIIr) ce chiffre, mais sestertia quinge(n)ta quinquaginta quinq(ue) millia. En revanche, Palladio le cite exactement : “it cost one million, 385 thousand and 50 gold scudi” [Palladio (HH), 27]. Ou bien R. l’a lu, ou bien ils ont source commune.

494 L’indication de la 40e borne vient de Pline (loc. cit.). L’aqueduc, selon notre texte, mesurait donc 40 milles, soit 59,28 km (sa longueur réelle est de 68,70 km) ; son parcours aérien, toujours selon notre texte, était de 14,82 km (il mesure 15,1 km).

495 L’hôpital Sant’Angelo ou del Salvatore, connu surtout sous le nom d”Ospedale San Giovanni, était destiné aux pauvres, malades et pèlerins “des diverses parties du monde”. Les Raccomandati del Salvatore y ont succédé, au début du xive siècle au clan des Colonna remontant au début du xiiie siècle (Esposito 2001, 224) [fig. 1, no 159].

496 San Giovanni in Laterano (le nom date du ixe siècle et on ignore à quel Jean il se réfère) : cathédrale de Rome (le Patriarchium), fondée à l’emplacement des casernes de la garde impériale à cheval (castra Nova equitum singularium) (Coarelli 1994, 123) vers 313 (en ex-voto au Christ Sauveur après la victoire du pont Milvius, à la suite d’un don de Constantin au pape). La domus Lateranorum qui les a précédés avait appartenu aux Laterani avant de passer (au iiie siècle ?) dans le domaine impérial. La basilique, souvent restaurée au haut Moyen Âge, fut très endommagée par un séisme en 896. Reconstruite en 906, restaurée et décorée par Nicolas V (1288-1292), incendiée en 1208 et 1261, reconstruite de 1362 à 1370, rénovée en 1425. Les papes résidaient à proximité depuis 324 [Patriarchium : Kessler & Zacharias 2000, 13-17, fig. 7-8 ; Luciani 2000 ; Palladio (HH), 103-107 et 236-237 (n. 10)] [fig. 1, no 160].

497 Les crânes des saints Pierre et Paul ont été déposés au maître-autel de la basilique par Urbain VI au retour d’Avignon. Ces reliquaires particulièrement vénérés furent volés en 1527 [Chastel 1984, 144-145 ; Miedema 2001, 192, no 100 et 193, no 103 ; Palladio (HH), 104 et 237 (n. 14)].

498 Le pape Nicolas IV affirma en 1291 qu’elles provenaient directement du Temple de Salomon, apportées par les légions de Titus et que chacune contenait de la terre du Calvaire [Nichols & Gardiner, éd. et trad. 1986, 29 ; De Blaauw 1994, 121-127, 177-178, 249-252 ; Miedema 2001, 194, no 106]. D’autres explications virent le jour par la suite : ainsi Palladio (Quattro Libri) : “À Saint-Jean de Latran, à Rome, on peut voir quatre colonnes de bronze dont une seule a son chapiteau ; Auguste les a fait fabriquer avec les proues de métal des bateaux de Marc Antoine capturés en Égypte” [Palladio, Quattro Libri, cité par (HH), 237 (n. 16) ; cf. Aldroandi 1562, 313]. Mais, dans sa Descritione de le chiese (1554), il écrit : “Sous l’autel se trouve l’oratoire de saint Jean l’Évangéliste, lorsqu’il fut amené prisonnier à Rome. Les quatre colonnes de bronze, clôturées, qui font face au dit autel, sont remplies de terre sainte apportée de Jérusalem, et elle ont été faites par Auguste avec les rostres des navires saisis lors de la bataille navale pour la possession de l’Égypte et placées par lui dans le Comitium” [Palladio (HH), 104].

499 Il s’agit de la fameuse table de bronze portant l’inscription dite Lex de imperio Vespasiani (a. 69) (CIL, VI, 930 = D. 244) (elle a été appelée aussi lex regia de Imperio). Maître Grégoire eut de la peine à la déchiffrer [Gregorius (JO), 97-98]. Au xiiie siècle, Odofredo est encore incapable de la lire : il y voit un élément de la Loi des XII Tables. Elle fut d’abord conservée sous le portique du Latran, puis murée (côté inscrit dissimulé) dans la face postérieure de l’autel de la basilique par Boniface VIII (1294-1303). Le lieu de sa découverte est inconnu (elle se trouve au Latran dès le viiie siècle, semble-t-il). Cola di Rienzo, comprenant qu’elle pouvait lui servir d’arme de propagande et fixer les droits du peuple romain, la fit sceller dans le mur de l’église San Giovanni en 1347, ut possit ab omnibus inspici atque legi, et prononça devant elle un discours célèbre (Romano 2000). Elle sera transportée au Capitole en 1576 et est aujourd’hui conservée au Musée Capitolin [La Blanchère 1886, 52-55 ; Dupré Theseider 1952, 537 ; Helbig 1966, 220-221, no 1413 ; Weiss 1969, 12 et 40-42 ; Calabi Limentani 1970 ; Petrucci 1993, 35 ; Lachenal 1995, 347 ; Gramaccini 2000, 37-38, n. 7 (p. 44) ; Kessler & Zacharias 2000, 21 et 23, fig. 16 ; Miedema 2001, 235, no 4 ; Franceschini 2002, 234].

500 Lorenzo Valla, ou Lorenzo di Luca Valle (1407-1457), érudit, philologue fameux (Stein 2004, 90-91) et secrétaire du pape, est l’auteur du De falso credita et ementita Constantini donatione declamado (c. 1440), édité par Ulrich von Hutten à Mayence en 1518, par lequel il démasqua la “fausse donation de Constantin” (Wesseling 1997 ; Fubini 1997). Il est actuellement inhumé dans un sarcophage à parois cannelées à l’antique, surmonté d’un gisant, dans le transept de la basilique (Kajanto 1982, 66-67 ; Panofsky 1995, fig. 252). L’épitaphe, qui semble avoir disparu, est publiée par Tobias Fendt (Fendt 1574, pl. 25 ; Kajanto 1980, 123-124). Le tombeau primitif, sans doute différent de l’actuel, se trouvait dans le pavement de la nef transversale, et en sera enlevé par Clément VIII (1592-1605) pour être placé dans le cloître (Forcella VIII, 24, no 41).

501 Le tombeau de Martin V (Otto Colonna, † 20 février 1431) date des alentours de 1435-1440 (école de Donatello) (Forcella VIII, 23, no 37 ; Kajanto 1982, 31-42, fig. 2 ; Panofsky 1995, 85-86, fig. 255-256).

502 Supra, n. 322 et 325.

503 Palladio a évoqué les reliques insignes qui auraient été rapportées de Jérusalem par Titus [Palladio (HH), 104]. La légende est consignée dans la Graphia aureœ Urbis Romæ, selon laquelle Constantin aurait placé les richesses du Temple sur l’autel du Latran, d’où le nom de “Saint des Saints” qui fut donné à la basilique. C’est, selon cette variante, en ce lieu que Genséric les aurait dérobées en 455 (Leclercq, DACL, VIII, col. 1562-1563). Arca fœderis : le Latran a longtemps été comparé au Sinaï, où Moïse reçut les Tables de la Loi (Miedema 2001, 169, no 5 ; Mączak 2002, 331).

504 VirgaAaron (ou bâton de Moïse) (Miedema 2001, 168-169, no 1 ; Mączak 2002, loc. cit.).

505 Elle a évidemment suscité les sarcasmes de Calvin. Elle seule subsiste aujourd’hui, sur l’autel du transept [Angliviel, éd. 1962, 50 ; Miedema 2001, 175-176, no 24 ; Mączak 2002, ibid. et 456, n. 7].

506 Le baptistère (Concha Constantini) a été construit par Constantin vers 315-324 et était alimenté par Vaqua Claudia. Il a été restauré à de nombreuses reprises, surtout sous Paul III, après le sac de 1527. L’ancien était circulaire et non octogonal (Kessler & Zacharias 2000, 17-19 ; Luciani 2000, 112 ; Miedema 2001, 209-211, no 5 ; Franceschini 2002, 239-243). Palladio : “Près de la dite église [San Giovanni in Laterano]... il y a encore un édifice circulaire couvert de plomb et entouré de colonnes de porphyre ; ce lieu est celui où Constantin fut baptisé. Il était décoré d’habitude de la façon suivante : les fonts baptismaux étaient de porphyre, la partie contenant l’eau d’argent, et au centre il y avait une colonne de porphyre surmontée d’une lampe d’or pesant 50 livres (...) Il y avait aussi sept cerfs [d’argent] rejetant de l’eau, chacun pesant 80 livres” [Palladio (HH), 105-106] [fig. 1, no 161].

507 Il y a peut-être confusion avec le baptistère lui-même, dont la porte était précédée de deux colonnes de porphyre (Luciani 2000, 112, fig. 5 ; Miedema 2001, 209-210, no 5).

508 La chapelle proche a été consacrée par le pape Hilaire (461-468) à saint Jean Baptiste et elle garde ses portes d’origine, considérées autrefois comme provenant des bains de Caracalla : elles résonnent musicalement lorsqu’on les ouvre. C’était, selon la tradition, la chambre de Constantin, et les femmes s’en voyaient interdire l’entrée [Palladio (HH), 238 (n. 25) ; Miedema 2001, 211, no 5a ; aussi Fichard (1536/37). 62].

509 La statue a été enlevée en 1538 (supra, n. 247). Fichard a encore vu la statue de “Constantin” en place [Fichard (1536/37), 62-63 ; Miedema 2001, 216, no 17d]. Rappelons qu’elle symbolisait la Donation de Constantin et qu’on y rendait la justice. Le Latran imitait le palais de Constantinople, où se dressait une statue équestre de Justinien (Kessler & Zacharias 2000, 21-28).

510 Le passage qui suit semble presque entièrement emprunté à Andrea Fulvio (Antiquitates Urbis, 1527, cc. XXIII r-v) : Ab altera vero Basílicas parte ubi nunc œneus surgit equus extant iuxta Sancta Sanctorum marmoreigradus numero XXVIII, per quos Christus ad Pilatum ascendisse dicitur, ubi pensilis etflexuosa lingo incessu occurrit porticus ab Eugenio IIII instaurari cœpta a Nicolao V et Syxto IIII successive restituía, ubi in primo aditu iuxta basilicam S. Ioannis a sinistris mensura staturæ Christi ubi lapis super quo numerati dicuntur XXX argentei quibus venundatus est a discípulo Iuda. La Scala Santa de 28 marches de marbre était autrefois l’escalier du palais du Latran. Il sera déplacé en 1589 (près de l’oratoire San Silvestre) pour donner accès aux Sancta Sanctorum (H. Leclercq, s.v. Latran, DACL, VIII, 1929, col. 1610, n. 7). Selon une tradition médiévale, l’impératrice Hélène l’aurait fait transporter de Jérusalem en 326 ; ce serait celui que le Christ avait gravi, le jour de la Passion, dans le palais (le prétoire, plus exactement) de Pilate [Palladio (HH), 105 ; Miedema 2001, 173-175, no 23] [fig. 1, no 162].

511 Le “portique sinueux” était certainement le long corridor à parcours en baïonnette qui menait du Triclinium de Léon III au Patriarchium (Kessler & Zacharias 2000, 14 et fig. 29 ; voir le plan dans Luciani 2000, 115, fig. 6). Andrea Fulvio parle de pensilis et flexuosa... porticus (cf. note précédente).

512 Le “Saint des Saints” (Sancta Sanctorum, ou San Lorenzo in Palatio), apparu sous le pape Pélage, reconstruit par Nicolas III (1277-1281), était la chapelle privée des papes. Il était interdit aux fidèles. C’est la seule partie de l’ancien palais pontifical qui subsiste [Gardner 1973 ; Miedema 2001, 200-204, no 2 ; Palladio (HH), 105]. Son architecture trahit l’influence française (opus francigenum) : avec ses arcades gothiques, il s’inspire de la Sainte Chapelle de Louis IX achevée en 1248. Le futur Nicolas III (Giovanni Gætani Orsini) avait en effet résidé en France à l’époque où cette dernière avait été dédicacée. La Sainte Chapelle était aussi un Sancta Santorum (l’autre source d’inspiration était la chapelle du Pharos du palais de Constantinople, où l’on conservait les Tables de la Loi, le Mandylium et le Keramion) (Kessler & Zacharias 2000, 40). Ce lieu est depuis toujours le but d’un pèlerinage impressionnant (Grisar 1908).

513 Palladio se fait aussi l’écho de la présence de ces “deux sièges de porphyre” près de la chapelle San Lorenzo (le Sancta Sanctorum) [Palladio (HH), 104 et 237 (n. 18)]. En réalité, il y avait trois trônes pontificaux, deux en porphyre (du iie siècle) placés dans le Patriarchium, le troisième, en marbre rouge, situé devant la basilique, était appelé sedes (ou sella) stercoraria (siège à déféquer) (Kessler & Zacharias 2000, 28 et 29, fig. 24). La confusion était facile. Ce dernier servait en fait à vérifier la virilité de tout nouveau pape. Cette pratique était liée, on le sait, à la légende extrêmement tenace de la “papesse Jeanne” (remontant aux visions de Robert d’Uzès, mort en 1290) (Homo 1956, 192-194 ; Boiteux 2001, 299-300 ; Mączak 2002, 344). Des générations de pèlerins se sont évidemment pressées devant ce trône percé, les touristes réformés tout particulièrement. Ce serait en réalité un siège d’accouchement romain, aujourd’hui relégué dans la Sala delle Maschere du Palazzo del Belvedere (Mączak 2002, 294-295).

514 La mensura Christi était en réalité une mensa (table) posée sur quatre colonnes, censée représenter la taille du Christ et avoir été apportée par sainte Hélène à Rome (sur le plateau, les soldats auraient joué aux dés la robe du Christ) : elle se trouvait autrefois dans la salle d’audience (le Triclinium) de Léon III, elle est conservée aujourd’hui (depuis Sixte Quint) dans le cloître. Elle mesure 1, 78 m de hauteur (soit 6 pieds). C’est la mélecture d’une inscription sur la table qui aurait entraîné cette identification [Fichard (1536/37), 61 ; Leclerq, DACL, VIII, 1929, 1588 ; Kessler & Zacharias 2000, 36 et fig. 32 (p. 37) ; Ginzburg 2000, 93, n. 34-35, fig. 65 et 68-69].

515 C’était normalement la table supportée par les quatre colonnes (cf. n. précéd.), dite aussi Tabula magna (Miedema 2001, 177, no 28).

516 Réflexion typique d’un luthérien.

517 La porta San Giovanni a été substituée à la porta Asinaria dans le mur d’Aurélien par Grégoire XIII (1572-1585), et inaugurée en 1574. L’information semble donc postérieure au retour de R. à Breslau [fig. 1, no 163].

518 L’église San Giovanni in Laterano. Ce serait le nom nouveau de la porta Cœlimontana, mais cette porte s’ouvrait dans le mur servien [cf. Biondo (RD), 32-33]. La porte du mur d’Aurélien qui lui correspond est la porta Asinaria [Palladio (HH), 19 et 195 (n. 32)]. Noter que la porta San Giovanni a été refaite en 1574.

519 La via Campana est un nom moderne attesté sur le plan de Bufalini. Elle devait correspondre à la via Appia Nuova moderne (Platner & Ashby 1926, 561 ; Patterson 1999a) [fig. 1, no 164].

520 Les auteurs de la Renaissance se trompaient sur la localisation de cet amphithéâtre (il se trouvait au Champ de Mars, mais n’a laissé aucune trace). Il a bien été construit en 30 a.C. (sur les conseils d’Octavien, donc), mais il ne s’agissait pas ici de ce monument [sur cette erreur universelle, cf. Biondo (RD), 110-111 et 166 ; une exception toutefois en la personne de Bernardo Rucellai (1448-1514) : cf. Weiss 1969, 80]. Les ruines désignées sous ce nom étaient celles de l’amphitheatrum Castrense, au sud du palais Sessorien. Ce petit monument de briques remontait à l’époque d’Élagabal ou Sévère Alexandre : on y donnait des jeux et des chasses pour la cour et la famille impériale. Il a été préservé, parce qu’inséré dans le mur d’Aurélien. Le mot castrum qui a donné castrense est ici employé dans une acception tardive, et désigne une demeure impériale [Golvin 1988, t.I, 214-215, no 189 ; t. II, pl. XXI, 8 ; Volpe 1993 ; Coarelli 1994, 164 ; Palladio (HH), 34 et 209 (n. 166)] [fig. 1, no 165].

521 Le couvent de Santa Croce date de la deuxième moitié du xve siècle. Il a été adjoint à la célèbre église constantinienne Santa Croce in Gerusalemme (ou in Laterano, ou Heleniana, ou Sessoriana) fondée par sainte Hélène dans le palais Sessorien (a. 313), pour abriter les reliques de la Passion apportées de Terre Sainte. Une vaste salle du palais fut transformée en église avec abside et entrée. Restaurée au viiie siècle, puis en 1144-1145. Confiée à des chartreux en 1350 [Lachenal 1995, 36 ; Palladio (HH), 114 et 241 (n. 42)] [fig. 1, no 166].

522 Tout ce secteur occupe l’emplacement d’une grande villa impériale, le Sessorium ou palatium Sessorianum, commencée par Septime Sévère et achevée par Élagabal. Elle comprenait l’amphitheatrum castrense, une salle basilicale, des constructions voisines, une grande galerie, un cirque et des thermes. De 317 à 322, ce palais fut propriété de l’impératrice Hélène. Elle restera propriété impériale jusqu’à l’époque de Théodoric (Coarelli 1994, 164-165 ; Colli 1996).

523 Vasque antique de basalte noir, signalée pour la première fois par Rucellai (1448-1514) (L 2, 23 m), sous la table de l’autel majeur (Ambrogi 1995, 124-126, no B. I.47, fig. 22-23). La pierre de Lydie est le nom de la pierre de touche, assimilable au basalte.

524 Une staurothèque ornée d’or et de gemmes et contenant deux morceaux du bois de la Croix aurait été déposée dans la basilique du palais Sessorien sous le pontificat de Sylvestre (314-335). La première édition du Liber Pontificalis (514-523) fournit le seul terminus ante quem indiscutable (Frolow 1961, 177, no 27 ; Miedema 2001, 131-132, no 7-8).

525 Le titulus était une planchette piquée de trous de vers où figuraient des restes d’inscription en grec, latin et araméen peinte en rouge. Il avait été scellé par le pape Lucius II (1144-1145) dans une niche au sommet de l’arc triomphal de la basilique, elle-même recouverte par une mosaïque. La cachette fut découverte en 1492 et la relique déposée au trésor de l’église [Leclercq 1926 ; Frolow 1961, 328, no 333 ; Angliviel, éd. 1962, 54 ; Miedema 2001, 132-133, no 9 ; Mączak 2002, 329].

526 En 1570, Onofrio Panvinio mentionne, parmi les reliques de Santa Croce, “un des trente deniers d’argent avec lesquels il [le Christ] fut vendu” (Panvinio 1570, 280). Dom Mabillon (1687) le tiendra pour apocryphe et Xavier Barbier l’identifiera (1886) à une monnaie de Rhodes (Leclercq 1928, col. 278-279 ; Miedema 2001, 135, no 15 ; Mączak 2002, loc. cit. et 456, n. 5).

527 Le nom de “Temple de Vénus et Cupidon” était donné par les topographes du xve siècle et des siècles suivants aux vestiges d’une grande salle avec exèdre intégrée au palais Sessorien. Cette erreur viendrait de la découverte en ces lieux de la statue de Vénus et Cupidon du Vatican : Biondo (RD), 167 ; Marliani 1534, 165 ; Bufalini, carton 5 ; voir Weiss 1969, 61 [fig. 1, no 167].

528 L’Esquilin comprenait trois hauteurs distinctes : l’Oppius, le Cispius et le Fagutal.

529 Cette réflexion est sans doute empruntée à Biondo : “Et il ne nous échappa pas que les collines précédemment évoquées se fondent si bien, par endroit, l’une dans l’autre, que même un observateur particulièrement attentif ne pourrait percevoir ou se représenter leur démarcation” [Biondo (RD), 114-115]·

530 La Porte Majeure (Porta Maggiore) était le nom populaire de la porta Prænestina, par où les pèlerins pénétraient dans Rome (mais elle menait aussi à Sainte-Marie Majeure). Elle est constituée de deux arches de Vaqua Claudia (a. 52) enjambant les antiques vice Prænestina et Labicana. Elles ont été traitées en portes monumentales, puis englobées dans le mur d’Aurélien. La “porte” a été restaurée et intégrée à de nouvelles fortifications en 403. L’arche de la via Labicana a été fermée au vie siècle [fig. 1, no 168].

531 En réalité, c’était une porte du mur servien (site de Sainte-Balbine) (Marliani 1534, 32 ; Coarelli 1996e).

532 Voir supra, η. 530.

533 La via Labicana rejoignait la colonie de Labicum fondée en 418 a.C. (Monte Compatri, au nord des Monts Albains), par la porta Esquilma puis la Porte Majeure [Palladio (HH), 19 et 195 (n. 31)]. Elle s’est ensuite nommée via Casilina [fig. 1, no 169].

534 La via Tiburtina aboutissait à Tivoli (Tibur), mais elle ne passait pas cette porte : R. la confond avec la via Prænestina [fig. 1, no 170].

535 Laqua Claudia et l’Anio Novus passaient au-dessus de la Porte Majeure. Trois inscriptions superposées y signalent le rôle de trois empereurs : Claude (C/L, VI, 1256), Vespasien (C/L, VI, 1257) et Titus (C/L, VI, 1258), mais R., curieusement, ne les mentionne pas, alors qu’il va évoquer celles de la porta Tiburtina [fig.1, no 150].

536 Il était admis à la Renaissance (depuis Biondo) que la basilique fondée par Auguste pour ses petitsfils (et fils adoptifs) Caius et Lucius correspondait à l’immense ruine décagonale située dans les horti Liciniani, et souvent considérée comme le plus bel édifice de Rome après le Panthéon (Günther 1995, 291). En réalité, cette basilique correspondait à une reconstruction de la basilica Julia du Forum Romain : voir supra, n. 377. Marliani : Inter portam Esquilinam, & Nœviam haud procul à mœnibus, vetusti, insignisq(ue) œdificii ruinœ spectantur, & inter has concameratus fornix penè integer, quo post Pantheum nullus nunc in urbe maior : locum hu(n)c Galutii thermas vulgo vocant. Fuit autem insignis illa Basílica, & Porticus, quam Cœsar [Augustus] sub nomine nepotu(m) Caii & Lucii erexit [Marliani 1534, 206 ; même opinion chez Biondo, Fulvio, etc. ; cf. aussi Bufalini, carton 4. En revanche, Palladio pense à un temple (le Galluce) : Palladio (FC), 323-324, pl. 141]. Même texte, littéralement, chez Fichard (1536/37). 64 [fig.1, no 171].

537 Il s’agit en réalité du temple dit de Minerva Medica (via Giolitti). De forme décagonale et d’un diamètre de 25 m, ce bâtiment est couvert d’une coupole (en partie écroulée en 1828) et éclairé par dix grandes baies. Il devait appartenir aux Horti Liciniani et dater du ive siècle (les jardins ont appartenu à l’empereur Gallien). On l’identifie à tort à un nymphée. On y a découvert, au xixe siècle, deux statues de magistrats romains en train de lancer la mappa pour donner le signal de départ des courses dans le cirque (Museo dei Conservatori) [Ward-Perkins 1981, 430, 433-435, et 438, fig. 294-296 ; Ward-Perkins 1983, 298 et 302, fig. 383-386 ; Coarelli 1994, 156 et plan ; Cima 1998 ; Kardos 2002, 184-185].

538 Réflexion identique chez Biondo à propos des thermes des Cornelü : “et aujourd’hui chaque édifice imposant se voit attribuer le nom de thermes par les ignorants, du fait des dimensions considérables des thermes des empereurs Antonin [Caracalla] et Dioclétien” [Biondo (RD), 118-119].

539 “La porta di San Lorenzo se nommait auparavant porta Tiburtina et porta Taurina” [Palladio (HH), 19 et 195 (n. 30)] [fig-1. no 172]·

540 Le nom – médiéval – se trouve dans les Miracole di Roma ou Mirabilia Urbis, et est dû à la présence de deux bucrânes sculptés à la clef de voûte de l’arcade de l’aqueduc augustéen (ou à cause de la proximité des Horti Tauriani et du Forum Tauri ?) [Marliani 1534, 32 ; Lugli 1970, 56 ; Pisani Sartorio 1996, 312 ; Biondo (RD), 32-33].

541 Porta Tiburtina : intégrée dans le mur d’Aurélien, une arche de l’aqua Marcia (5 a.C.) – supportant aussi l’aqua Tepula et l’aqua Iulia – a été utilisée comme porte de ville et restaurée en 403. L’arche est dotée de deux tours circulaires et avait à l’attique deux statues d’Arcadius et Honorius [Platner & Ashby 1926, 417-418 ; Pisani Sartorio 1996].

542 L’aqua Marcia a été bâtie en 144-140 a.C. par le préteur Q. Marcius Rex, restaurée en 33 a.C., de 11 à 4 a.C., en 79, en 196, 213 et vers 303 (dès lors l’aqueduc se nomma aqua Iovia) [fig. 1, no 173].

543 Les inscriptions subsistantes sur chacune des trois conduites sont, de haut en bas, aux noms d’Auguste (aqua Iulia), de Caracalla (aqua Tepula) et de Titus (aqua Marcia) (CIL, VI, 1244-1246) [Di Stefano Manzella 1987, 217 (n. 524) et 262 (fig. 29)]. Le Pogge en a relevé les textes [Le Pogge (JYB), 42 et notes complém., p. 86].

544 San Lorenzo fuori le mura : première basilique, ou basílica maior, édifiée par Constantin en 314-335. Un monastère lui fut annexé au ve siècle (clunisiens du milieu du xe siècle à 1511). Une deuxième basilique (ou basilique de l’est) fut élevée auprès de la première par Pélage II (579-590). Les deux édifices furent restaurés au viiie siècle. La basílica maior étant ruinée, une troisième basilique (ou basilique de l’ouest) fut édifiée, unie à la basilique de l’est pour constituer l’église actuelle (fin xiie siècle). Le cloître date de 1187-1226. Diverses restaurations concernent le campanile (1373, 1486) et les bâtiments (1492-1505) [Palladio (HH), 113 et 240 (n. 37)] [fig. 1, no 174].

545 Le nom a été donné au Moyen Âge au site des catacombes de Santa Cyriaca, puis de l’église San Lorenzo (Bufalini, carton 4 ; Platner & Ashby 1927, 3).

546 Les corps de saint Laurent et de saint Étienne sont toujours conservés dans l’église (Miedema 2001, 239-241, no 3 et 10).

547 La plaque de marbre en question est une frise de trophées navals (rappels d’Actium) et d’instruments pontificaux (aujourd’hui au Museo Capitolino, Stanza dei Filosofi). Sa provenance est discutée (Champ de Mars, Circus Flaminius ou portions Octaviœ) (Helbig 1966, no 1382 ; pour les deux premières propositions de localisation : Lachenal 1995, 285 et pl. XXVIII, 2 ; en faveur de la porticus Octaviœ : cf. Zanker 1997, 130-131 et fig. 102a et 102b). Elle a été souvent dessinée par les artistes de la Renaissance (Domenico Ghirlandaio, par ex.) [dessin de Pierre Jacques : Reinach 1902, pl. 9 (et p. 115) ; Leoncini 1987 et 1987a ; Millon & Magnano Lampugnani, dir. 1995, 279, fig. (qui la considèrent, par erreur, comme appartenant au Panthéon dont la façade est figurée au-dessus, sur le même dessin)].

548 Sant’Eusebio all’Esquilino : ancien titulus d’Eusèbe, du ive ou ve siècle, restauré dans la deuxième moitié du viiie siècle, reconstruit de 1230 à 1238, puis en 1450 ; un monastère lui est annexé à une date inconnue (avant le xiiie siècle ; célestins à partir du xve siècle) [Palladio (HH), 144 et 256 (n. 172)] [fig. 1, no 175].

549 La “levée” de Tarquín le Superbe défendait le côté oriental de la ville, privé de défenses naturelles (Andreussi 1996a, 321).

550 Il s’agit probablement d’une invention de l’Histoire Auguste (Gordiani tres, 32.3), transmise à R. par Biondo [Palombi 1993 ; Palladio (HH), 29 et 31, 206 (n. 142)].

551 “Le palais des Gordiens (...) subsiste encore de nos jours. Leur villa, située sur la voie Prénestine, comporte un [portique] tétrastyle de deux cents colonnes...” (Hist. Aug., Gordiani tres, 32.1-2) : cela doit correspondre au complexe monumental dont des vestiges se voient à un peu plus d’un kilomètre de la Porte Majeure (et non à ceux repérés “près de l’église Saint-Eusèbe”, et figurés sur le plan de Bufalini, en 1551) [Marliani 1534, 206 ; Chastagnol, éd. et trad. 1994, 738, n. 5 ; Palladio (HH), 57] [fig. 1, no 176].

552 Cet arc n’est cité que par les écrivains des xve-xvie siècles, Pomponio Leto (1510), Andrea Fulvio (1543), à proximité de la porta inter Aggeres. Il n’est mentionné par aucune source antique (Marliani 1534, 203 ; Lissi Caronna 1993).

553 Citation directement extraite de Marliani : In ea autem via, quœ adportam Inter aggeres ducebat, in ipso Tarquinii aggeribus, Gordiani Arcus steterat, marmoreis ornamentis triumphis insculptis conspicuus, cuius marmora ad Palatii S. Georgii in Damaso substructionem fuere translata (Marliani 1534, 203). Le cardinal de San Giorgio in Velabro (depuis le 10 décembre 1477) était Raffæle Riario, neveu de Sixte IV (1461-1521) (Schaich 1994) : supra, η. 140.

554 L’église San Lorenzo in Damaso fut intégrée dans le palais de la Chancellerie en 1486 : supra, n. 126. L’information concernant le pillage de l’“arc de Gordien” semble venir de Francesco Albertini (Opusculum de Mirabilibus novœ et veteris Urbis Romœ, 1510). Les thermes de Dioclétien servirent aussi de carrière dans ce but (Müntz 1888, 213 et 475 ; Shearman 2003, 529).

555 San Giuliano ai Trofei di Mario : église fondée au xiie siècle (Sant’Angelo), dédiée à saint Julien au xvie siècle (église détruite en 1874) [Palladio (HH), 144 et 256 (η. 170)] [fig. 1, no 177].

556 Le passage est fortement inspiré de Marliani 1534, 204-205 : Prœnestina autem Via, ad Esquilinam discens portam, bine principium sumit, in quo à sinistra occurrit semidiruta moles lateritia : in ea erecta sunt duo marmorea Trophœa, id est trunci cum spoliis, quorum alterum habet thoracem cum ornamentis, & clypeis, & ante se imaginem captivi iuvenis brachiis post tergum vinctis : alterum vero instrumenta omnia ad pugnandum, & clypeos, quœ fuisse dicuntur C. Marii de triumpho Cimbrico erecta. Hœc sunt quœ à Sylla disiecta, C. Cœsarem dictatorem instaurasse memorat Suet. Locus hodie ab incolis Cimbrum vocatur. Les “Trophées de Marius” étaient le nom donné au Moyen Âge et à la Renaissance à des hautsreliefs antiques de marbre datant de l’époque de Domitien (appelés Cimbrum en 1176) (Platner & Ashby 1926, 363-364). Ils furent remployés dans un énorme nymphée édifié, à l’époque de Sévère Alexandre, sur le château d’eau de l’aqua Iulia, dont subsiste la structure de briques à l’angle nord-occidental de la piazza Vittorio Emmanuele II (Nymphœum Alexandri) (Marliani 1534, 204-205 ; Tedeschi Grisanti 1977). Ils seront transportés en 1590 sur la balustrade de la place du Capitole (Helbig 1966, 10-13, no 1165). Pirro Ligorio a été le premier à reconnaître que ce n’étaient pas les fameux trophées élevés par Marius après son triomphe de 104 a.C. et dont l’emplacement originel est mal connu. Les Trofei di Mario n’ont donc rien à voir avec la victoire de Marius sur les Cimbres, mais proviendraient d’un monument célébrant un double triomphe de Domitien sur les Chatti et les Daces en 89 [Walser, éd. 1987, 180 ; ill. dans Nash 1962, 125-126 ; la description de Marliani (et donc de R.) est correcte] [fig. 1, no 178].

557 Après son entrée à Rome en 82, Sylla fit détruire les deux monuments triomphaux élevés par Marius. César les fit reconstruire sur le Capitole en 65, contre la volonté de la nobilitas et de nuit (Suet., Cæs., 11 ; Plu., Vit. Cæs., 6.1-2). Ces monuments ont entièrement disparu [voir Marliani cité supra, n. 556 ; Platner & Ashby 1926, 541].

558 Sur Vaqua Marcia : supra, n. 542 ; sur le castellum aquœ : supra, n. 556 [fig. 1, no 173 et 179].

559 Le terme est médiéval (via et domus Merulana) et son étymologie controversée. La via Merulana reliait entre elles les basiliques Sainte-Marie Majeure et Saint-Jean-de-Latran (Platner & Ashby 1926, 565).

560 C’est un pseudo-toponyme érudit attribué à la zone située entre Cælius et Esquilin, ou le long des pentes du Cælius : via, regio, vallis Tabernole. Le nom fut sans doute créé à la Renaissance à la suite d’une fausse interprétation de Varron (Ling., 5.47 et 50) relative à deux sacraria des Argei situés sur l’Oppius et le Cælius in tabernola. L’attestation la plus ancienne date de la deuxième moitié du xve siècle. On a diverses citations dans des sources et des plans du xvT siècle (Papi 1999b).

561 San Matteo in Merula (ou in Merulana) : église mentionnée en 499, restaurée dans son vocable primitif par Pascal II (1110), détruite en 1810 (l’église actuelle date de 1883) [Palladio (HH), 142 et 254-255 (n. 158)] [fig. 1, no 180]. Elle aurait été édifiée à l’emplacement d’une domus Merulana.

562 Les thermes de Philippe sont une invention de la Renaissance apparue dans l’œuvre de Pomponio Leto, fondée, semble-t-il, sur la découverte dans les vignes d’une inscription rejetée par la suite par Jordan [Marliani 1534, 198 : post quas (thermas Palatii Vespasiani & Titi) inter ortum, & boream in supercilio montis apparent ruince ingentes Thermarum, ut volunt, Philippi Imp. ; voir les hésitations de Fichard (1536/37), 60 ; Taylor 1995, 101, n. 33 ; Palladio (HH), 31 et 207 (n. 146)].

563 San Martine ai Monti : église remontant à la fin du ve siècle, reconstmite et restaurée à plusieurs reprises (avec monastère de carmélites annexé) [Palladio (HH), 144 et 257 (n. 174)] [fig. 1, no 181].

564 Bâtis par Apollodore de Damas à l’emplacement de la Maison Dorée de Néron (a. 104-109), progressivement ruinés à partir du Ve siècle. Palladio les confond avec les Thermes de Titus [Palladio (HH), 31 et 206-207 (η. 145)]·

565 San Pietro in Vincoli (Saint-Pierre-aux-Liens) : église fondée par l’impératrice Eudoxie (basílica Eudoxiana) vers 440 ; couvent annexe en 1498-1503 (par G. da Sangallo) [Palladio (HH), 142-143 et 255 (n. 159)] [fig. 1, no 182].

566 Bâtis en 80, au nord du Colisée, sur les pentes de l’Oppius. Restaurés en 238. Objet de fouilles importantes aux xve-xve siècles [Palladio (HH), 31-32 et 207 (n. 147)]. Mais les ruines en question devaient aussi comprendre les vestiges, beaucoup plus importants, des thermes de Trajan tout proches (Platner & Ashby 1929, 533-534) [fig. 1, no 183].

567 Les Sette Sale étaient une monumentale citerne construite pour l’alimentation des thermes de Trajan. Une domus lui a été superposée [Fichard en fait une très bonne description : Fichard (1536/37), 58-59 ; Volpe 2000 ; Palladio (HH), 28 et 204-205 (n. 132)] [fig. 1, no 184].

568 Il s’agit des Thermes de Titus : supra, n. 566.

569 Supra, n. 49 ; Plin., Nat., 36, 37 : sicut in Laocoonte, qui est in Titi imperatoris domo, opus omnibus et picturœ et statuariœ artis prœferendum.

570 Supra, n. 565.

571 Le très célèbre mausolée commandé par Jules II à Michel Ange (et inachevé) est en fait un cénotaphe, puisque ce pape († 1513) a été inhumé à Saint-Pierre du Vatican (sans épitaphe) [Aldroandi 1562, 291 ; Frommel, in : Guillaume, éd. 2005, 90 et fig. 24 (p. 98) ; Palladio (HH), 143 et 255 (n. 162)].

572 Jacopo Sadoleto (1477-1547), cardinal humaniste, évêque de Carpentras, ami de Pietro Bembo. Tombeau publié par Fendt [Fendt 1574, pl. 29 : comparer avec Forcella IV, 82, no 185, d’après Schrader, Monum. Italiœ, p. 172 (2) ; Douglas 1959 ; Pendergrass 1997].

573 Il s’agit de l’arc dit “de Gallien”, qui s’élève au flanc de l’église Saint-Vit (Santi Vito e Modesto) ; voir infra, n. 576 [fig. 1, no 186].

574 Santa Prassede : l’église remonte au ve siècle, avec plusieurs restaurations et/ou reconstructions (monastère annexe au ixe siècle ; bénédictins) [Palladio (HH), 144 et 257 (n. 175)] [fig. 1, no 187].

575 Sainte-Praxède conserve une colonnette de marbre bigarré apportée de Jérusalem par le cardinallégat Giovanni Colonna en 1223 (après la 6e croisade) et dont on prétend qu’elle servit à la flagellation du Christ : la colonne est présentée dans la chapelle San Zeno (Leclercq, DACL, VII/1, 1926, col. 1157 ; Kessler & Zacharias 2000, 124, fig. 121 ; Miedema 2001, 749, no 4 ; Mączak 2002, 335). Pompeo Ugonio : Dentro di questa santa cappella è la Colonna... alla quale... nostro Signore Gesù Cristofu legato, e battuto. (...) Giovanni Colonna... essendo legato in Oriente, la recò da Gerusalemme in Roma, e la ripose in questa cappella, dove è vista dalpopolo fedele con gran venerazione. Ma alle donne l’entrare qui dentro è vietato sotto pena di scomunica (Historia delle Stationi di Roma che si celebrano la quadragesima, Rome, 1588, 299) ; cette chapelle s’appellerait Libera nos a pœnis Inferni : Miedema 2001, 753-754, no 3·

576 C’est la porta Esquilma (à trois arches) du mur républicain, redédiée en 262 à Gallien et Salonine par un certain M. Aurelius Victor. Seule l’arche centrale a survécu. Inscription (CIL, VI, 1106 = D. 548) : Le Pogge (JYB), 30 ; Marliani 1534, 204 ; Fichará (1536/37), 63 ; Chytræus 1594, 31 ; Palladio (HH), 44 et 212 (n. 187).

577 San Vito in Macello (ou Santi Vito e Modesto) (= Saint-Guy au Marché) : église et monastère remontant au viiie siècle ; reconstruits à quelque distance du lieu de fondation en 1477 [fig. 1, no 188].

578 Sur la pierre de marbre (pietra scelerata) surmontée d’une grille furent massacrés, pensait-on, des milliers de martyrs [Palladio (HH), 143-144 et 256 (n. 169) ; Miedema 2001, 802, no 3].

579 Sant’Antonio : église située près de l’hospice du même nom. Elle date de 1308 et a été restaurée en 1481 [fig. 1, no 189].

580 Santa Maria Maggiore : première basilique édifiée par le pape Libère (352-356) (basílica Liberiana), reconstruite en 431-440, restaurée, embellie et augmentée à diverses reprises, surtout au xiiie siècle [Palladio (HH), 112-113 et 240 (n· 36)]· L’église était célèbre par ses magnifiques mosaïques représentant le plus complet programme théologique de Rome. L’époque d’Alexandre VI (1492-1503) a vu la création par Giuliano et Antonio da Sangallo du célèbre plafond à caissons dorés, dont la tradition veut qu’il ait utilisé le premier or d’Amérique, offert au pape par Isabelle et Ferdinand d’Espagne [fig. 1, no 190].

581 Le patrice romain Jean, fondateur de la basilique en 356, avec le pape Libère, serait enterré, avec son épouse, selon une légende, sous le cinquième tondo de porphyre du pavement [Palladio (HH), 112].

582 Le corps de l’apôtre Matthieu est enterré dans une petite abside couverte de porphyre et de marbre, et indiqué par une plaque de porphyre (Kessler & Zacharias 2000, 138 ; Miedema 2001, 267-268, no 34). Selon Rucellai, le tombeau serait en réalité l’urne de porphyre rouge située près de la porte menant à Saint-Antoine, datée par Delbrueck de l’époque d’Hadrien [Ambrogi 1995, 74, A.I.4 (fig. 4a), 75-76, 78-79]-

583 Les ossements de saint Jérôme sont conservés en face de ceux de saint Matthieu [Kessler & Zacharias 2000, 148 et 149, fig. 144 ; Miedema 2001, 265, no 21].

584 La crèche (presepe), mentionnée pour la première fois au viie siècle, a disparu, puis été reconstruite sous Innocent III. Elle est placée dans un oratoire spécial. Elle aurait été apportée de Jérusalem (avec sa paille) par le pape Théodore, peu après la chute de la ville aux mains des musulmans en 638 [Kessler & Zacharias 2000, 136, 140-141 et fig. 138-139 ; Miedema 2001, 263-264, no 8 (crèche) ; 264, no 9 (paille)]. La chapelle dite “du berceau du Christ” était interdite d’accès aux femmes (Miedema 2001, 273-274, no 4). Calvin ne lui épargna pas ses sarcasmes [Angliviel, éd. 1962, 48].

585 Le temple et le lucus de Juno Lucina se trouvaient à un emplacement incertain, sur le Cispius. Le culte y remonte à 375 a.C. Palladio dit qu’ils se trouvaient à l’emplacement de l’église San Lorenzo in Lucina [Palladio (HH), 125].

586 La turris Mœcenatiana, comprenant une belle demeure et des terres sur l’Esquilin, fut offerte par Auguste à son ami Mécène. Le tout passa dans le domaine impérial après sa mort [Palladio (HH), 70 et 226 (n. 324)]. Selon Bufalini (carton 3), c’était l’altissimus Romœ locus (cf. Oros. 7.7.6).

587 Il s’agit de l’incendie de 64 : [Nero] incendium e turre Mœcenatiana prospectans lætusque “flammæ” ut aiebat “pulchritudine” Halosin Ilii in illo suo scœnico habitu decantavit (Suet., Ner., 38.2) [Biondo (RD), 120-121 et comment., 170 ; Palladio (HH), 70 et 226 (n. 325)].

588 Le campus Esquilinus formait la première nécropole de l’Esquilin, pour les riches comme les pauvres Romains [Platner & Ashby 1926, 90-91 ; Lugli 1970, 501 ; Palladio (HH), 70] [fig. 1, no 191].

589 Les Horti Mœcenatis se trouvaient sur l’Esquilin, dans la zone proche du mur servien et de l’ancien charnier. Auguste en avait hérité en 8 a.C. (mort de Mécène) et ils devinrent propriété impériale vers 50 (Häuber 1996).

590 La maison de Virgile se trouvait près des jardins de Mécène. Cf. Donat., Vita Verg., 13 : [Vergilius] habuit... domum Romœ Esquiliis iuxta hartos Mœcenatianos [Biondo (RD), 122-123 ; Marliani 1534, 201 ; Palladio (HH), 57].

591 Les thermes de Dioclétien, commencés par Maximien en 298, furent dédiés aux deux empereurs vers 305-306. C’étaient les plus vastes des thermes romains, d’une capacité de 3 000 personnes au moins. Leurs mines ont suscité un immense intérêt à la Renaissance. Ils seront aménagés en couvent pour les chartreux de Sainte-Croix de Jérusalem en 1561 [Palladio (HH), 29 et 206 (n. 140)] [fig. 1, no 192].

592 Ce type de remarque, inspirée d’Ammien, se trouve aussi chez Le Pogge (JYB), 26. Amm. Marc. 16.10.14 : lavacra in modum provinciarum exstructa.

593 La phrase est littéralement copiée dans l’ouvrage de Lucio Fauno sur les Antiquités de Rome : Quemadmodum vero in Thermis Titi quœdam subterranea Loca, veluti cisternæ, quas Thermarum dolía appellant, visuntur ; atque, ut etiam est dictum, Castellum erat, quo ad varios lavandi usus in publicis balneis aquam distribuebant, quamvis privatœ Thermœ iis etiam aquis uterentur [Fauno 1549, lib. IV, cap. 6].

594 Il s’agit probablement de l’édifice thermal du Quirinal. Le nom doit venir de l’inscription de dédicace, intacte au moins jusqu’à l’époque carolingienne, lorsqu’elle fut recopiée par l’anonyme d’Einsiedeln (CIL, VI, 1130, cf. 31242 = D. 646) [Walser, éd. 1987, 76-77, no 16]. L’abbé de Saint-Denis Suger (1081-1151) voulait faire venir quelques-unes de ses énormes colonnes en France pour reconstruire son abbaye et il nomme l’endroit palais, tout en sachant bien que c’étaient des bains (Panofsky 1979, 90-91).

595 Le concept de palatium Diocletiani se trouve sur le plan de Bufalini (1551). Quant à l’information archéologique, elle est tirée de Marliani : In vinea enim posita inter ipsas thermos [Diocletiani], & viam ad portam Numentanam ducentem, me spectante repertu(m) est sacellum, cuius testudo in more(m) conchœ marinœ sculpta, ex duobus frustis marmoris candidissimi, constabat. huius autem ornamenta contemplatus, cui deo esset dicatus, nullo potui signo comprehendere (“dans une vigne située entre ces thermes et la voie menant à la porta Nomentana, on a trouvé sous mes yeux un sanctuaire, dont la voûte s’élevait, sculptée en manière de coquillage marin, et composée de deux morceaux de marbre très blanc ; ayant examiné son décor, je n’ai pu comprendre par quelque indice à quel dieu il était voué”) (Marliani 1534, 213). Fichard reprend cette information [Fichard (1536/37), 40 : Inter has Thermos in vinea quadam repertum est superioribus annis sacellum quoddam mire antiquum, de itto vide Marlianus fol. ny. Une découverte comparable est par ailleurs signalée aussi par Marliani, in descensu... eius partis Quirinalis, cui Planam Suburram subiacere scriptum est, in hortis Leonardi Bartholini stat adhuc sacellum variorum piscium, marinarumq(ue) concharum nobilipictura eleganter exornatu(m), quod ex ipsa pictura Neptuno sacrum fuisse suspicari licet.] Il est douteux qu’il s’agisse du même monument [fig. 1, no 193].

596 Le nom de campus Viminalis n’apparaît que dans les Cataloghi Regionari (Regio V), entre l’amphitheatrum castrense et le subager, hors du mur républicain, probablement au sud de la voie qui sortait par la porta Viminalis [Coarelli 1993b].

597 Le Vivarium était un enclos destiné aux animaux pour l’amphithéâtre. Il est attesté par une inscription (CIL, VI, 130) et par Procope (Procop., Goth., 1.22.23). Il se trouvait juste à l’extérieur de la porta Prœnestina, entre le mur d’Aurélien et la via Labicana. Mais, à partir du xiie siècle, ce furent les Castra Prœtoria que l’on nomma ainsi [Platner & Ashby 1926, 582-583 ; voir Fichard (1536/37), 40 ; Bufalini, carton 3] [fig. 1, no 194].

598 Santa Pudenziana : église fondée sur le titulus du sénateur Pudens (dont Pudentienne était la fille), à la fin du ive ou au début du ve siècle, reconstruite au viii e siècle, restaurée à la fin du xie siècle et dans les premières années du xiii e siècle [Palladio (HH), 143 et 256 (n. 167)] [fig. 1, no 195].

599 Les Thermes Novatiens (ou thermœ Novati ou Timotheanœ) s’élevaient au iie siècle sur l’antique vicus Patricius (vestiges sous l’église Sainte-Pudentienne). Construits, selon la légende, par les fils de Pudens, Novatus et Timothée. Ne sont connus que par les Acta S. Praxedis et le Liber Pontificalis [Coarelli 1994, 181-182 ; Palladio (HH), 31 et 206 (η. 143)].

600 San Lorenzo in Panisperna (ou in Formoso) : église créée sur le site du martyre de saint Laurent, dès 313, selon la légende ; première mention à la fin du viiie siècle : restaurée par Adrien Ier ; reconstruite par Formose (891-896). Cloître de clarisses en 1308 (sainte Brigitte de Suède y est inhumée en 1373) [Palladio (HH), 143 et 255 (n. 163)]. Le nom (in) Panisperna, en usage après 1000, est sans doute lié au nom d’un vicus ou bien au gentilice antique des Perpernœ (d’origine étrusque) : une épitaphe de Perpennia Helpis (CIL, VI, 23951) est exposée dans une chapelle toute proche, in mensa monachorum [fig. 1, no 196].

601 Olympias était une fille de Flavius Ablabius, consul en 331 et préfet du prétoire d’Orient. Elle fut fiancée à l’empereur Constant, puis épousa Arsace II, roi d’Arménie. Ses thermes sont localisés par les Graphia aurece Urbis et divers textes humanistes, à propos du martyre de saint Laurent, près de San Lorenzo in Panisperna (De Spirito 1999) [fig. 1, no 197].

602 Il s’agit de Sant’Agata dei Goti (au Moyen Âge, Sant’Agata de Subura ou in Monasterio) : cette très ancienne église a été construite (ou restaurée) par le patricien romain Flavius Ricimer (f 472) vers 470. Quand Rome fut occupée par les Goths, Sainte-Agathe fut leur église nationale (arienne). Un monastère y fut annexé au viiie siècle [Palladio (HH), 143 et 255 (n. 164)] [fig. 1, no 198].

603 Jean Lascaris, surnommé Rhyndacenus (Constantinople 1445 – Rome 1534) : érudit grec, exilé de Constantinople à Padoue après 1453 ; il y étudia grâce à l’aide de Bessarion ; en 1472, il se rendit à Florence où il fut bibliothécaire de Laurent de Médicis ; en 1471, il vint à Paris où il servit la diplomatie de Charles VIII et Louis XII ; en 1513, il vint à Rome se mettre au service de Léon X (il dirigea le collège du Quirinal où l’on enseignait le grec) ; en 1518, il fut invité à Paris par François Ier ; il y enseigna la littérature grecque et eut pour élève Guillaume Budé, qu’il aida à constituer la bibliothèque de Fontainebleau. Son épitaphe, composée de cinq distiques élégiaques, fut composée par lui, pour luimême. R. donne les deux premiers distiques : “Lascaris est en terre étrangère, il y repose ; mais, ô étranger, il ne regrette pas du tout cette terre étrangère : il l’a trouvée douce comme miel ; cependant, il souffre que sa patrie ne puisse toujours pas recouvrir [ensevelir] les Grecs d’une terre libérée” (Knös 1945 ; Legrand 1962, CLVII ; Irigoin 1997 ; Polke 1999, 39, n. 34 ; Saladin 2000, 102-122). Fendt a publié une gravure représentant son tombeau (Fendt 1574, pl. 28 : Λάσκαρις αλλοδαπή γαίη επι (sic) κάτθετο, γαίην οὒτι λίψ ξείνην ὦ ξένε μεμφόμενος, εύρετο μειλιχίην, άλλ’αχθεται, εἲϊπερ άχαιοΐς ούδ’έτι χοΰν χεύει πατρίς ελευθέριον ; l’inscription complète est publiée par Forcella X, 348, no 572).

604 La via Nomentana menait, par la porta Collina et la porta Nomentana, à Nomentum (act. Mentana, prov. Rome) [fig. 1, no 199].

605 Erreur : la via Nomentana empruntait la porta Collina du mur servien, et non la porta Viminalis, située plus au sud, et qui menait à la via Tiburtina vetus (Kardos 2002, 269).

606 C’est le nom donné au Moyen Âge à la porta Nomentana (porte du mur d’Aurélien) [Fichard (1536/37), 66 ; Platner & Ashby 1926, 410 ; Biondo (RD), 26-27 ; Palladio (HH), 19 et 195 (n. 29)] [fig. 1, no 200].

607 Sant’Agnesefuori le mura : église et couvent fondés après 337 (commencés par Constantin, dédiés par sa fille Constantina) ; nombreuses restaurations [Fichard (1536/37), loc. cit. ; Palladio (HH), 147 et 258 (n. 181)] [fig. 1, no 201].

608 On appelait “Temple de Bacchus” à la Renaissance le mausolée de Constantina (ou Santa Costanza), fille de Constantin, construit vers 350, dans une villa impériale suburbaine. Il fut transformé en baptistère, puis en église à partir de 1254. Des scènes de vendanges et des motifs bacchiques recouvrent les mosaïques de la voûte de sa galerie annulaire, ce qui a conduit à cette dénomination [Fichard (1536/37), loc. cit. ; Lachenal 1995, 20 ; Elsner 1998, 163, fig. 11 ; Palladio (FC), 378-381, pl. 178-180 ; Palladio (HH), 146-147 (fig. 148 a, b, c) et 257-258 (n. 180)]. Hélène, sœur de Constantina et épouse de l’empereur Julien, y fut aussi inhumée en 361 [fig. 1, no 202].

609 Ce tombeau, trouvé en place à l’intérieur du mausolée, est le sarcophage de Constantina (ou Constantia), fille de Constantin. Il est aujourd’hui (depuis Paul II, en 1467) conservé au Musée du Vatican (Weiss 1969, 104). La cuve de porphyre représente des Amours vendangeurs (Strong 1976, 315-317, fig. 253 ; Stanley 2004, dont fig. 15).

610 Constantina, fille aînée de Constantin le Grand et de Fausta, née vers 320 ; elle a épousé en 335 Hannibalien, puis, devenue veuve, Constance Galle en 351. Morte en 354 en Bithynie ; son corps a été inhumé dans le mausolée proche de la basilique Sainte-Agnès (Amm. 14.11.6 ; 21.1.5). Elle est souvent appelée Constantia (Costanza), depuis le Liber Pontificalis (Lippold 1975).

611 Santa Costanza : voir supra, η. 608 [Brice et al. 1999, fig. 165].

612 La Torre dette Milizie, élevée vers 1210, surplombe au nord les Marchés de Trajan. Elle a été restaurée en 1301, ruinée par un tremblement de terre en 1348 (l’étage supérieur fut détruit et l’édifice s’inclina). Il en subsiste les deux tiers. Elle passa des Frangipani aux Annibaldi, puis, en 1301, à Pietro Cætani, neveu de Boniface VIII (les Cætani étaient ennemis des Colonna) [Marliani 1534, 216 ; Homo 1956, 132 ; Palladio (HH), 85 (fig. 109) et 232 (η. 401) : selon lui, elle tirerait son nom du fait que les soldats de Trajan auraient logé à proximité] [fig. 1, no 203].

613 La Torre Mesa est un reste d’un grand temple du Quirinal (voir note suivante). La légende voudrait que Néron y ait assisté à l’incendie de Rome et on la confond avec la turris Mæcenatiana : cf. supra, n. 586-587 [Fichard (1536/37), 41] [fig· 1, no 204].

614 Ces ruines ont été identifiées à divers monuments : un temple de Jupiter [Palladio (FC), 325-332, pl. 142-147 : “Pour moi, j’estime que c’était un temple dédié à Jupiter, car, me trouvant autrefois à Rome, je vis fouiller dans les fondations de cet édifice, où l’on découvrit des chapiteaux d’ordre ionique, qui devaient sans doute se trouver à l’intérieur du temple”], le temple de Sérapis (Caracalla) (Günther 1995, 280 ; voir Santangeli Valenzani 1999), le temple du Soleil (Aurélien) (Coarelli 1994, 172 ; Calzini Gysens & Coarelli 1999). Pour Santangeli Valenzani, il s’agissait de l’énorme temple (56 x 84 m) construit par Septime Sévère en l’honneur d’Hercule et Dionysos (les divinités protectrices de ses deux fils). Il occupait l’aire du palazzo Colonna et une partie de la piazza del Qutrinale. Il était composé de trois parties distinctes : l’escalier reliant le sommet du Quirinal à la région VII, l’enclos et le temple luimême. Du complexe temple-enclos est resté debout jusqu’en 1630 l’angle postérieur gauche de la cella, reproduit sur de nombreux dessins et connu sous le nom de Torre Mesa [Santangeli Valenzani 1996 ; dessins : Van Heemskerck (c. 1535) dans Musto 2003, fig. 7 ; Du Pérac dans Castagnoli 1969, pl. LIX, 1 ; Santangeli Valenzani 1996, 389-390, fig. 18-19].

615 Le palazzo Colonna était une forteresse médiévale remontant peut-être au xve siècle (ancien palais d’Albéric II), reconstruit par Martin V Colonna (1424) [fig. 1, no 205].

616 Erreur : il s’agit des Saints Apôtres, SS. Apostoli (Philippe et Jacques). Commencée vers 560, complétée sous Jean III (561-574) pour commémorer l’expulsion des Goths, restaurée aux xv e et xvie siècles [Palladio (HH), 127 et 247 (n. 92)] [fig. 1, no 206].

617 Sur Bessarion (1403-1472) : supra, III, n. 220 et Marti et al, éd. 2013. L’épitaphe date de 1466 (elle a été gravée “de son vivant”). Voir la gravure de Tobias Fendt 1574, pl. 28 (cf. Chytræus 1594, 8) et http://141.20.237/requiem/images/archive/Urspr._Epitaph.jpg). Le cartouche supérieur porte : BESSARIO EPISCOPVS THVSCVLANVS / SANCTAE ROMANAE ECCLESIAE CARDINALIS / PATRIARCHA CONSTANTINOPOLITANVS / NOBILI GRAECIA ORTVS ORIVNDVSQVE / SIBI VIVENS POSVIT / ANNO SALVTIS MCCCCLXVI.

618 Supra, n. 602 [fig. 1, no 198].

619 Les thermes de Constantin ont été construits en 326 sur une terrasse artificielle et restaurés en 443 (Platner & Ashby 1926, 525-526 ; Santangelo 1941, 203-208 ; Coarelli 1994, 172). Le site est celui de l’actuel palazzo Pallavicini-Rospigliosi. Les plans nous en sont connus par des dessins de la Renaissance [Du Pérac (1575) dans : LTUR V, 1999, 328 (fig. 31)] [fig. 1, no 207].

620 Les chevaux de marbre sont considérés comme des statues colossales des Dioscures : on a pensé qu’ils avaient servi à encadrer l’entrée du Serapeum de Caracalla (car les Dioscures sont liés à Sérapis et Isis) [Marliani 1534, 217 ; Aldroandi 1562, 310 ; Fichard (1536/37), 41 ; Deubner 1947, 14-16 ; Malaise 1972, 182, no 336b ; Le Pogge (JYB), 36 et notes complém., 85 ; Biondo (RD), 118-121 et 169-170], mais Haskell et Penny y voient une double représentation d’Alexandre et Bucéphale (Haskell & Penny 1981, 136-141, no 3 et fig. 71-72). L’autre solution – la plus probable – est qu’ils aient orné les thermes de Constantin (mais il ne s’agissait pas de leur destination première). Après une restauration à la Renaissance, ils seront présentés par Domenico Fontana sous leur aspect actuel, sur la fontaine de la place du Quirinal, encadrant l’obélisque du Capitole (1589) [Palladio (HH), 54 et 216 (n. 226)] [fig. 1, no 208].

621 Le Quirinal porte, à cause de ces deux chevaux, le nom populaire de Monte Cavallo, et ils y servaient de repères (de caballis marmoreis) (Michælis 1898).

622 Les inscriptions (Opus Fidiœ et Opus Praxitelis), attestées dès le xie siècle, dateraient de la basse Antiquité (peut-être d’après le tremblement de terre de 442). Ces attributions sont évidemment fantaisistes [Haskell & Penny 1981, 136 ; Gregorius (JO), 59-60]. Les Mirabilia médiévaux racontent, quant à eux, comment Tibère aurait commandé les deux statues pour honorer deux jeunes philosophes nommés Phidias et Praxitèle. Leur nudité aurait signifié le caractère universel et accessible à tous de la science (sic). Biondo, comme Le Pogge, ont fait litière de ces élucubrations, mais crurent qu’il s’agissait de signatures des deux grands sculpteurs, et célébrèrent leur talent inégalé.

623 Le cardinal de Ferrare était Hippolyte d’Este (1509-1572), fils de d’Alphonse Ier d’Este, duc de Ferrare, et de Lucrèce Borgia. Propriétaire de la fameuse villa de Tivoli, il avait pris en location la villa et la vigna d’Oliviero Carafa, en 1550, et l’avait transformée en jardin raffiné (Bufalini, carton 9 ; Hülsen 1917, 85-122 ; Delumeau 1957, 154 ; Coffin 1991, 29, 40-41, 45-46, 51-56 ; Savettieri 2001, 183) [fig. 1, no 209].

624 Le cardinal Rodolfo Pio da Carpi, de la famille des seigneurs de Carpi en Emilie (né en 1500, cardinal en 1536, décédé en 1564) (Bufalini, carton 9 ; Hübner 1912, 85 sq. ; Hülsen 1917, 43-84 ; Delumeau 1957, loc. cit.). Ulisse Aldrovandi parle avec enthousiasme de ses musées. Dans son palais du Champ de Mars (supra, η. 130), il conservait les objets de petite taille. Les pièces les plus importantes étaient transportées au Quirinal (Monte Cavallo), dans les jardins de sa villa, mentionnés pour la première fois en 1547 (sur Rodolfo Pio da Carpi collectionneur : Franzoni 2001, 316-321 ; sur le jardin aux sculptures : Coffin 1991, 25-27 et fig. 17 ; il contenait aussi 136 inscriptions : Aldroandi 1562, 295-309). Pour Aldrovandi (1556), ces jardins représentaient “le paradis sur terre”. Jean-Jacques Boissard y a effectué des dessins de monuments antiques (Delumeau 1957, 154, qui cite Pastor 1944, 278 ; Haskell & Penny 1999, 17) [fig. 1, no 210].

625 La domus de Vespasien se serait nommée malum Punicum : en fait, c’était le nom du quartier (ad malum Punicum), sur le Quirinal, où naquit Domitien en 51. Ce dernier la transforma en Gentis Flaviœ templum (Kardos 2002, 137 ; Pesando 1996). Nous ignorons la nature des vestiges mentionnés. Il n’est pas du tout sûr qu’il s’agisse de la domus Vespasiani, que l’on situe aujourd’hui autour du largo S. Susanna (Kardos 2002, 225) [fig. 1, no 211].

626 C’était le nom donné par les Régionnaires à la région VI d’Auguste. Elle le tirait de sa rue principale qui se dirigeait, le long de la cime de la colline, vers la porta Collina (Marliani 1534, 221 ; Platner & Ashby 1926, 4).

627 La porta Salaria s’ouvrait dans le mur d’Aurélien (elle a été démolie en 1921) [Marliani 1534, 30 ; Platner & Ashby 1926, 416 ; Palladio (HH), 19 et 195 (n. 27)] [fig. 1, no 212].

628 Santa Susanna : église remontant aux ive-ve siècles (la dédicace est du vie siècle) ; restaurée à plusieurs reprises et dotée d’un monastère annexe en 1475-1477 [Palladio (HH), 146 et 257 (n. 178)] [fig. 1, no 213].

629 La passio (vie siècle) sancti Maximi comitis et socc. (Acta Sanctorum, Febr. III, 64) situe la demeure du père de Suzanne ad arcus portœ Salariœ iuxta palatium Salustii, c’est-à-dire dans la zone de l’actuelle place Fiume. Là devait se trouver la platea ou forum Sallustii, par lequel on accédait au palatium Salustii, ou aux hortiSallustiani [Bufalini, carton 8 ; Palladio (HH), 41 et 211 (n. 180)].

630 Sur les pentes orientales du Quirinal, se trouvaient les horti Sallustiani, créés en 40 a.C. par l’historien enrichi en Afrique, devenus propriété impériale en 20 environ. Ils contenaient un palais et un certain nombre de “fabriques”. Ils ont été dévastés par les Goths en 410 [Grimai 1969, 129-131 (les place sur le Pincio) ; Innocenti & Leotta 1996 ; Hartswick 2004 ; Palladio (HH), 69-70 et 225 (n. 322)].

631 Espace destiné au supplice des Vestales coupables d’‘incestum, qui y étaient enterrées vivantes, sans doute à droite de la voie sortant de la porta Collina (Marliani 1534, 223 ; Coarelli 1993a).

632 La porta Pinciana était une poterne du mur d’Aurélien, transformée en porte en 403 (Honorius), mais murée au ixe siècle [Marliani 1534, 225 ; Palladio (HH), 19 et 195 (n. 26)] [fig. 1, no 214].

633 Il n’y a pas de porte de ce nom dans le mur d’Aurélien, mais une porta Collatina dans le mur servien. Le nom donné à la porta Pinciana viendrait de la via Collatina, une rue de campagne qui rejoignait la via Tiburtina juste hors du mur d’Aurélien (Marliani 1534, 29-30 ; Quilici 1963-1964).

634 L’obélisque dit “de la Lune” ou des horti Sallustiani : certains (Grenier) le pensent érigé dans les jardins de Salluste au Ier siècle a.C. Pour Anne Roullet, cet obélisque en granit rouge d’Assouan (h 14 m) a été apporté d’Égypte non inscrit, et décoré à Rome, au iie s. p.C., par une copie sommaire des inscriptions de l’obélisque du circus Maximus. Il fut installé dans les jardins de Salluste entre 79 (date de la mort de Pline qui ne le mentionne pas) et 360 (il est cité par Amm. Marc. 17.4.16). Il dut échapper au sac du Pincio par les troupes d’Alaric en 410. Il ne fut ruiné qu’après le viiie siècle, car l’anonyme d’Einsiedeln le décrit. Au xvie siècle, il s’était écroulé depuis longtemps. On pouvait le voir brisé, gisant sur la colline et la plupart des cartes de l’époque le signalaient. En 1734, il sera déplacé sur la piazza di San Giovanni in Laterano, mais ne fut pas dressé et finalement aboutit en 1789 devant la Trinità dei Monti, en haut des escaliers d’Espagne (Malaise 1972, 182-183, no  338 ; Roullet 1972, 71-72, no 71, fig. 84 ; Grenier 1996) [fig. 1, no 215].

635 Le coltis Hortulorum formait, au nord de Rome, un demi-cercle, entre la porta Salaria et la porta Flaminia du mur d’Aurélien. Il était traversé par la via Salaria, le long de laquelle se pressaient de nombreux tombeaux entourés de leurs hortuli. Le nom de Pincius Mons (act. Pincio) découle de celui des Pincii (Marliani 1534, 225 ; Broise & Jolivet 1995 et 1999 ; Kardos 2002, 94).

636 Le nom vient de la domus Pinciana devenue propriété impériale, et citée pour la première fois par Cassiodore (Var., 3.10) (Platner & Ashby 1926, 187).

637 Nous n’avons pas trouvé le nom. C’est sans doute un doublet pour Hortuli (supra, n. 635).

638 Le tombeau des Domitii (gens d’origine de Néron) se trouvait sur le coltis Hortulorum. Le corps de Néron fut déposé par ses nourrices et sa concubine, dans un sarcophage de porphyre (Suet., Ner., 50.2-3) (Marliani 1534, 225 ; Bufalini, carton 8, sepulchrum familiœ Domiciorum ; Kardos 2002, 312).

639 Emprunt à Marliani : Hinc autem secundum muros progrediens longo intervallo occurrit moles in hemicycli formam, quam Solis templum quidam fuisse autumant (Marliani 1534, 225-226). L’identification, traditionnelle à la Renaissance, de ce monument au temple du Soleil d’Aurélien est fausse. Les fouilles récentes ont montré qu’il s’agissait d’un élément d’un vaste ensemble ayant appartenu aux Horti Luculliani, savoir un “nymphée-théâtre”, le plus ancien et le plus monumental du monde romain, sans doute ce que les Régionnaires appelèrent le Nymphœum Jovis. Selon Broise et Jolivet, qui ont comparé les gravures et dessins de Bufalini et Ligorio aux données de l’archéologie, il daterait d’un peu après 20 p.C., lorsque les anciens jardins de Lucullus devinrent la propriété du Viennois Decimus Valerius Asiaticus (cos II en 46), obligé de se suicider en 47 parce que Messaline convoitait ce magnifique domaine. Le complexe comprenait un temple circulaire de la Fortune, une très vaste ambulatio curviligne et le “jardin-théâtre” décoré de statues (Broise & Jolivet 1995 ; Kardos 2002, 185) [fig. 1, no 216].

640 La Trinità dei Monti : église fondée par Charles VIII, roi de France, attestée pour la première fois en 1493. Monastère annexe de frères minimes habité dès 1509 [Palladio (HH), 125 et 246 (n. 83)] [fig. 1, no 217].

641 Santa Maria del Popolo : église datée de 1099 selon une tradition remontant au xve siècle ; agrandie en 1227 ; reconstruite et dotée d’un couvent annexe en 1472-1477. Le couvent fut ruiné par le sac de 1527 [fig-1, no 72].

642 Supra, n. 195.

Table des illustrations

Titre Rome (3 septembre-mi-septembre 1554)
Légende Fig. 1 . Carte de Rome, sites visités par Rybisch.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8666/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k

© Ausonius Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search