Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

3. L’empereur, la politique et la monnaie

L’empereur parle à l’Empire : image et texte sur les monnaies du Haut-Empire romain

Note de l’éditeur

Anejos de AEspA (Actas del III Encuentro Penínsular de Numismática Antigua), XXXIII, 2004, p. 205-222.

Texte intégral

Merci à Michel Christol et à Jean-Louis Voisin qui ont aimablement accepté de lire un premier état de cette recherche qu’ils ont enrichie de leurs sages suggestions.

  • 1 Cet article était déjà largement composé lorsque j’ai eu connaissance de l’important ouvrage d’A. J (...)
  • 2 La bibliographie est longue, mais de toute façon c’est une évidence puisque, très vite, les deniers (...)
  • 3 Il n’est pour s’en convaincre que de suivre la longue liste des messages très ciblés qui, d’Octavie (...)
  • 4 Le dialogue direct avec les provinciaux est exceptionnel, puisqu’il n’est imaginable que dans le ca (...)

1Il est peut-être osé de prétendre faire parler l’empereur à travers le témoignage des monnaies, puisque l’existence du message et la preuve de sa bonne réception par les destinataires ont suscité et continuent de susciter de nombreux débats chez les modernes1. Personnellement, je suis de ceux qui croient que le message existe bien, et je suis également convaincu que la monnaie en a été le support matériel privilégié. Ce n’était pas nouveau, d’ailleurs, puisque, aux deux derniers siècles de la République, avers et revers avaient largement exprimé, entre autres, les vues, idéaux et ambitions des grandes familles romaines2. Il ne s’agissait donc que d’un héritage. Mais un héritage, de grande importance, car, pendant toute l’époque impériale, les monnaies ont été le seul support qui permettait à l’empereur (ou à un usurpateur) de communiquer réellement avec l’Empire3, ne serait-ce que parce que manquaient les moyens appropriés et efficaces d’annoncer au plus grand nombre, de “rendre publics”, de “publier” les principes de gouvernement et les actes du pouvoir4.

  • 5 Le divin Auguste, 94, 18 : Auguste décide de faire frapper des monnaies d’argent portant le signe d (...)
  • 6 Parce qu’il couvre pratiquement tout le Haut-Empire, c’est un des mérites du Typenatlas de F. Schmi (...)

2Il est vrai que l’on ignore qui décidait du choix des images, notamment des revers mais, sur ce point, je ne suis pas sûr que les deux citations de Suétone habituellement produites5 ne signalent qu’une intervention exceptionnelle des deux princes considérés. Au contraire, je suis convaincu par le témoignage même des images de revers, par la grande variété des représentations pour une même légende ainsi que par la fréquence d’apparition des types, variable selon les règnes6 que les empereurs participaient activement à la détermination des émissions. Et si notre historien a relevé ces deux exemples, c’est seulement parce qu’il lui a semblé qu’ils illustraient bien les comportements de ses personnages.

  • 7 Lisibilité des images, propagande et apparat monarchique dans l’Empire romain, Revue Historique, 62 (...)
  • 8 A. J. Pérez expose très bien le débat qui a opposé A. H. M. Jones à C. H. V. Sutherland. Pour le pr (...)
  • 9 J. Bleicken, Prinzipat und Dominat. Gedanken zur Periodisierung der römischen Kaiserzeit (Frankfurt (...)
  • 10 On pense ici aux raisons politiques qui ont entraîné la fin des ateliers monétaires de la péninsule (...)

3On s’interroge aussi sur les destinataires de ces sortes de “documents publics”. Qui fallait-il informer, voire convaincre ou endoctriner ? Personne, répond P. Veyne7, ce que je ne crois pas. Mais alors, qui ? Les soldats ? En principe, ils étaient bien pris en main par leurs officiers autant et plus que par le règlement. Les civils ? Mais qui parmi eux ? Les petites gens ? Mais quelles étaient les chances réelles de les atteindre ? Même si on laisse de côté la question du taux d’alphabétisation des habitants de l’empire8, qui interdisait à la plupart d’entre eux d’accéder à la simple lecture de légendes qui, de plus, étaient rédigées en latin, il reste à deviner comment ces mêmes populations, parvenaient à interpréter les images, difficulté supplémentaire puisqu’il s’agit de signes et de symboles auxquels seule une bonne acculturation permettait d’accéder. Et puis, était-il vraiment indispensable de les conquérir dans une société où le bas de l’échelle ne comptait pas ? En réalité, comme toujours, la cible visée, c’étaient les élites urbanisées et acculturées9, et même, à la limite, si l’on suit à la lettre les données et instructions fournies par la Tabula Siarensis ou la Lex Irnitana, celles qui peuplaient les seules communautés “romaines” de l’Empire. Admettons cependant comme vraisemblable que le message était adressé à tous les notables de l’Italie et des provinces quel que soit le statut de leur cité, et que ces derniers avaient la charge de le répercuter et de le matérialiser auprès des populations non alphabétisées. Ces dernières, d’ailleurs, ne comprenaient pas qu’une plèbe (rurale ou urbaine) ignorante et inaccessible à un discours idéologique étranger à sa culture ; on y rencontrait aussi le monde des artisans et des commerçants, qui n’avaient pas tous ni toujours besoin de lire et d’écrire, mais qui savaient très bien ce que signifiaient, pour les affaires, l’ordre public et la paix aux frontières. Quant au latin, il est clair que le contenu concernait fondamentalement, outre les colonies et les municipes, et, en principe, l’ensemble des citoyens romains, les provinces occidentales de l’Empire, celles dont l’union était davantage recherchée10, malgré les différences culturelles, notamment linguistiques.

  • 11 Estimation à partir des informations livrées par quelques trouvailles faites dans le Sud-Ouest de l (...)

4Reste un denier sujet de perplexité, qui a manifestement moins inquiété les observateurs modernes, celui de l’intervalle de temps qui sépare le moment où sont émis textes et images de celui où ils parviennent à leurs destinataires. Question préalable pourtant, qui oblige à s’intéresser à la vitesse de rotation de la monnaie pour constater que, entre Auguste et l’époque de Marc Aurèle au moins, quel que soit le métal, la monnaie tourne à la même vitesse, et que, excepté dans les zones militaires, cette vitesse est lente. En Aquitaine, par exemple, aux ier et iie siècles, il faut environ vingt ans pour que s’opèrent le renouvellement et la diffusion en abondance et en profondeur des signes monétaires11. C’est-à-dire que, pendant longtemps, le message ne passe pas au moment où il est censé être efficace, mais beaucoup plus tard, ce qui risque de lui ôter toute valeur.

  • 12 C’est-à-dire ceux qui deviennent caducs lorsque la monnaie parvient à destination après la disparit (...)
  • 13 L’Histoire a parfois montré que ce rôle pouvait être déterminant : c’est par son portrait monétaire (...)
  • 14 Sur cette pratique, Hérodien, 5, 5, 6-7 (Elagabal) et 8, 6, 2 (Maxime, Balbin et Gordien César), cf (...)
  • 15 Et pas seulement dans les cités à titre officiel, mais aussi dans les maisons et ateliers privés, c (...)

5En réalité, l’argument n’est fort que si l’on se réfère aux portraits d’avers12. Toutefois, s’il ne fait pas de doute que, sur ce chapitre, la monnaie ne remplissait pas convenablement son rôle d’agent de diffusion des images du prince et de la famille impériale13, ce handicap était compensé par les portraits peints14, certainement partout distribués15 lorsqu’on annonçait aux provinces les changements de règne ou la disparition de membres de la domus Augusta. Il est certain aussi que, à partir du premier quart du iiie siècle, l’accélération de la vitesse de rotation de la monnaie a eu pour effet d’éliminer progressivement cet inconvénient. Pour ce qui est des revers, en revanche, la lenteur de la circulation monétaire n’était pas vraiment une gêne, en tout cas, du moins si j’ai raison, elle ne l’a pas été de la même manière avant et après la guerre civile de 69 : c’est ce que je me propose de développer dans les lignes qui suivent.

  • 16 RIC 351-353 : deniers de 16 av. J.C., pour son retour ; aureus RFC 369, de la même année, PRO VALET (...)
  • 17 Or et argent : OB CIVES SERVATOS (29, 30, 40, 75-79 mais cf. 1’aureus de 12 av. J.-C. de Cossius Co (...)
  • 18 Par exemple, la récupération des enseignes de Crassus (deniers RIC 287-289, 304-305, 314-315), le p (...)
  • 19 Déjà l’Apollon d’Actium (aux types signalés ci-dessus n. 5, ajouter les deniers de C. Antistius Vet (...)
  • 20 Ainsi le denier de L. Vinucius RIC 360 (routes et argent versé à l’aerarium).

6Traiter à part Auguste puis l’époque julio-claudienne me paraît une nécessité évidente qui se justifie par le fait que le projet idéologique confié au support monétaire revêt au cours de cette période un caractère particulier. Auguste avait évidemment bien compris l’intérêt d’utiliser la monnaie à des fins de publicité, probablement aussi de propagande. Ce faisant, il n’innovait en rien, puisque l’usage en était commun bien avant lui, mais il s’est parfaitement servi de ce qui lui était offert. Non seulement il a imposé définitivement son image sur les avers, accompagnée de légendes explicites et significatives, mais il a utilisé les revers pour raconter à sa façon l’histoire contemporaine, pour répandre et conforter dans l’opinion l’immensité de ses mérites, ainsi que pour répercuter les hommages qu’on lui rendait à Rome et les vœux que l’on formait pour la conservation de sa personne16. Sur le plan politique, on lit aisément sur les monnaies les grands thèmes publicitaires justificateurs : le salut de l’État17, les succès extérieurs18, la restauration religieuse19 et les soins consacrés à l’intérêt public20. Pour résumer, on dira que, sur ce point, le discours monétaire reproduit celui de l'Ara Pacis et celui des Res Gestae pour exprimer avec la même netteté la mission historique accomplie pour le salut commun.

  • 21 On s’en était bien aperçu peu auparavant en Illyricum. Pour la Gaule, voir la partie du discours pr (...)
  • 22 Les différentes composantes de l’empire sont énumérées ainsi dans le Panégyrique de Pline (7,5) :(...)

7Si le thème de la mission salvatrice du prince avait été justement exploité par le fondateur de l’Empire, c’est parce qu’il en avait été l’acteur, et parce que l’accomplissement de cette mission avait légitimé a posteriori la manière dont il avait accaparé le pouvoir. Mais après lui, ce n’était plus la même chose, comme le montrent bien, à la fin de l’été de 14 ap. J.-C., les atermoiements de Tibère, manifestement peu convaincu de sa propre légitimité. Si l’on en croit Suétone, l’héritier d’Auguste aurait justifié son hésitation par le fait que l’Empire était un monstre (Tibère, XXIV, 1), allusion peut-être à l’immensité des tâches de gouvernement qui l’attendaient, mais plus sûrement sans doute aux risques qu’il encourait. Le danger, en effet, était partout : à Rome, pas encore alors totalement apaisée, au Sénat, pas entièrement rallié au nouveau régime, à l’armée, qui, sur le Danube, et sur le Rhin, était en révolte ouverte, et enfin dans les provinces, dont Tacite (Ann., 1, 2, 2) déclare qu’elles étaient acquises au nouvel ordre de choses, mais dont on sait que la pacification n’était pas partout définitive21. On comprend ainsi pourquoi le même Libère répétait souvent qu’il “tenait le loup par les oreilles” (Suétone, Tibère, XXV, 1) : pour s’imposer à tous ces partenaires22, il fallait qu’il invente sa propre légitimité, et il a fallu ensuite qu’à leur tour ses successeurs fassent de même.

  • 23 Sauf l’as Providentia de Tibère, RIC I2, 81, donné commun par Sutherland. Mais il faut signaler les (...)
  • 24 Aurei RIC 2 et 65, denier RIC 66, as RIC 95, qui appartient à une série classée commune par Sutherl (...)
  • 25 À la fois la descendance julienne (qu'elle soit naturelle ou issue de l’adoption) pour tous les pri (...)
  • 26 Le jeu d’Auguste était très clair pour les contemporains (cf. Tacite, Ann., 1, 3, 1-5, où les membr (...)

8Les revers monétaires montrent que les empereurs julio-claudiens, en tout cas les princes “convenables”, Tibère et Claude, se sont d’abord mis soigneusement et prudemment en retrait. À peine quelques timides déclarations d’intention, et sur des émissions de bronze peu abondantes de surcroît23 : Clementia (RIC 38), Moderatio (RIC 39 et 40), Pietas (RIC 43), Institia (RIC 46), Providentia (RIC 80), sont les annonces de Tibère ; Claude met surtout en avant sa Constantia : à la fois la fermeté de caractère et l’esprit de suite du prince qui ne varie pas dans ses principes et sa politique24. Au contraire, et on le comprend bien, tous ont mis particulièrement l’accent sur ce qui légitimait leur domination, d’un côté, l’exercice des pouvoirs et la mise en action des vertus hérités du fondateur de l’Empire, de l’autre, la dynastie25, puisque l’Empire passait de main en main au sein d’une famille26.

  • 27 Sur la circulation monétaire dans les provinces à l’époque julio-claudienne, synthèse récente dans (...)
  • 28 Pas seulement pour l’informer : il s’agissait de prendre à témoin les contemporains, à la fois spec (...)
  • 29 Dion Cassius en produit une très suggestive description pour le règne de Tibère (voir notamment le (...)
  • 30 C’est cela, et non pas seulement, comme on pourrait le penser, la faiblesse de la circulation, nota (...)

9Ces mêmes princes ont également donné à leur monnayage une cible très “romaine”. Même si, dès le règne d’Auguste, des frappes abondantes d’or et d’argent, essentiellement lyonnaises, irriguent l’ensemble du territoire provincial, la monnaie de bronze impériale – celle de l’homme de la rue – est peu nombreuse et presque exclusivement, sinon strictement, destinée à la Ville. On peut avancer que les besoins de la province en petit numéraire étaient alors modestes et/ou couverts par d’autres moyens27. Mais une telle explication ne suffit pas, parce qu’on voit bien que, abondante ou non, cette monnaie, par ses images et par les légendes qui les accompagnaient, s’adressait avant tout à l’opinion de la capitale28. Il est vrai que, revêtu de la puissance tribunicienne, le prince, patronus de tous les citoyens, l’était prioritairement de ceux qui peuplaient la Ville. Il est vrai aussi que, au cours de cette période, la politique, dans la tradition de l’époque républicaine, ne se faisait encore qu’à Rome. La seule nouveauté résidait en ceci qu'elle était maintenant un complexe jeu à quatre entre le prince et les clans de la cour, le sénat, les prétoriens et le peuple29. Mais il est vrai surtout qu’à cette époque le reste du territoire impérial ne comptait pas politiquement30. Même si de nets progrès avaient déjà été enregistrés grâce à des princes clairvoyants, comme Tibère et surtout Claude, ce n’était alors qu’un vaste domaine colonial exploité au bénéfice des vainqueurs.

10En résumé, pour des raisons qui tiennent aux conditions d’établissement et de consolidation du nouveau régime, le contenu idéologique du monnayage des empereurs julio-claudiens était très personnalisé et sa cible se limitait à la ville de Rome et à l’opinion de la capitale. Tout a changé radicalement à partir de l’époque flavienne, car on est passé alors à un contenu à la fois impersonnel et universel. Et la raison de ce changement est à chercher dans les conséquences politiques de la crise de 68-69.

  • 31 Lex de imperio Vespasiani, § 6 : “ei agere facere ius potestasque sit”.
  • 32 Le principac devient “una magistratura ordinaria, vera e propria”, écrit justement A. Forzoni, La m (...)
  • 33 Voir les remarques de M. A. Levi, I Flavi, notamment, p. 189.
  • 34 CIL VI, 930 ; ILS, 244. Le document est, on le sait, réduit aux derniers articles de la loi et à la(...)

11Cette crise, la chose est bien connue, a constitué une rupture décisive avec les règnes précédents. La ruine de la dynastie julio-claudienne et l’arrivée au pouvoir de nouveaux venus, sans rapports familiaux ni historiques avec les princes disparus, ont provoqué un bouleversement qui ne tenait pas seulement aux personnes. Certes, la monarchie a été alors officiellement et définitivement reconnue comme le régime politique de l’État romain, mais une révolution fondamentale s’était opérée. D’abord, et malgré les conditions dans lesquelles Vespasien s’était emparé du pouvoir, il était réaffirmé que l’Empire était un régime civil et non une dictature militaire. Ensuite, et ce n’était pas le moins important, on passait d’une monarchie de droit dynastique fondé sur le charisme du fondateur à un monarque-magistrat qui était régulièrement investi31 comme chef de l’État32, et dont les pouvoirs étaient rendus publics33, toutes choses qu’exposait avec précision et netteté la lex de imperio Vespasiani34.

  • 35 L’article 1 actuel énonce que la politique étrangère relève du domaine réservé ([—]fœdusve cum quib (...)
  • 36 Comme l’ajoute Tite-Live dans la suite de la phrase citée à la note précédente, tout se faisait “in (...)
  • 37 J. Bleicken, Prinzipat und Dominat, p. 12-13, dit que le compromis avait été trouvé sous Auguste, m (...)
  • 38 Sans faire une confiance exagérée au texte, on peut croire que le chapitre 65 est particulièrement (...)
  • 39 Voir les remarques d’A. Garzetti. L’Impero da Tiberio agli Antonini, Rome, 1960, trad, anglaise, Lo (...)

12Certes, dans ce qui a subsisté de ce texte, il manque les détails de la cérémonie d’investiture (remise de l’imperium, de la puissance tribunicienne et du Grand Pontificat), mais ils peuvent être restitués grâce à d’autres sources et, tout compte fait, le passage qui a été conservé est certainement le plus important, car c’est celui qui consacrait la place éminente du prince dans l’État en décrivant à la fois l’étendue35 et les limites de ses pouvoirs. L’empereur était au-dessus des lois36 mais il était en même temps obligé de montrer une certaine réserve puisque ce privilège ne pouvait s’exercer que dans les limites à l’intérieur desquelles s’étaient tenus les empereurs “convenables”, Auguste, Tibère et Claude. Un véritable pacte était ainsi passé avec la classe politique37, un engagement de bonne conduite dont, une trentaine d’années plus tard, l’esprit est clairement exposé par Pline dans le Panégyrique de Trajan38. Autre élément d’importance, le pouvoir, jusque-là accaparé par une famille aristocratique historiquement liée à la capitale, arrivait entre les mains d’un prince quasiment voire doublement provincial, à la fois par son origine géographique et sociale (une famille de second rang de Sabine) et par sa carrière (il n’avait exercé à Rome que les magistratures du cursus). C’était là un élément favorable pour faire de lui l’homme de l’empire tout entier39.

  • 40 D’où l’idée de bien commun et de patrie commune que l’on trouve déjà dans le discours aux délégués (...)
  • 41 Celle des espèces divisionnaires en particulier. Évaluation approximative dans Bost, J.-P. Chaves, (...)

13Précisément, la crise avait révélé qu’il y avait une opinion publique provinciale dont il fallait tenir compte. L’Empire ne pouvait plus être celui d’une Italie s’imposant par la force à un domaine colonial ; pour justifier son maintien aux yeux des provinciaux il fallait qu’il soit désormais celui de l’intégration40. C’est ce qui a été fait : de la même manière qu’il y a eu une nouvelle donne politique avec le Sénat, il y a eu une nouvelle donne avec l’Empire. Celle-ci n’est pas connue par un texte fondateur, mais elle est attestée par la législation impériale et, au moins pour l’Occident, par les progrès du droit latin. Ce qui nous intéresse ici, c’est que les objectifs et les moyens de ce véritable programme de gouvernement, de cet autre pacte de bonne conduite, ont été largement diffusés par l’intermédiaire des légendes et des images monétaires. Coïncidence heureuse, au moment où le discours politique passait du particulier (pour l’essentiel, Rome et la famille du prince) au général, et d’un contenu local et personnel à un contenu véritablement “impérial”, la production de la monnaie et surtout de la monnaie divisionnaire, a connu une extraordinaire croissance41 à laquelle a correspondu une augmentation considérable du nombre des utilisateurs. Certes, Vespasien n’y était pour rien : en effet, c’est Caligula qui avait définitivement accaparé pour le prince la frappe de la petite monnaie en Occident, et c’est sous Néron que l’État avait enfin ajusté le volume de cette dernière aux besoins des consommateurs. Toujours est-il que la mise en circulation d’énormes quantités de monnaies donnait désormais au souverain l’instrument nécessaire pour s’adresser à un public de plus en plus nombreux, qui assurait au discours une diffusion toujours plus étendue. Notamment en Occident, puisque, dans cette partie de l’Empire, la monnaie impériale de bronze circulait sans autre concurrence.

  • 42 Noter que cette nouvelle donne politique s’accompagne d’une “reformulation” du culte impérial : voi (...)
  • 43 Pour mon analyse, j’ai utilisé les séries du Roman Imperial Coinage, volumesI2 à V, mais (sauf exce (...)

14Quel était donc le contenu de la nouvelle donne politique42 à laquelle les revers monétaires donnaient maintenant une audience universelle43 ?

15Commençons d’abord par séparer du sujet ce qui ne lui appartient pas. Le discours monétaire, en effet, se répartit en différents chapitres, dont l’importance varie en fonction des personnes, des besoins et des circonstances, mais avec des rubriques obligées que je vais énumérer rapidement, car mon propos est ailleurs.

  • 44 Sur le cas exemplaire d’Hadrien, J.-P. Martin, Hadrien et le Phénix, dans Mélanges d’histoire ancie (...)
  • 45 Et éventuellement le Grand Pontificat. Voir sur ce point les intéressantes suggestions de B. Rémy, (...)
  • 46 Mais, de toute façon, la victoire avait, dès l’origine, fondé la capacité du prince à s’imposer com (...)

16L’ordre de ces rubriques place, évidemment, en tête l’émission/les émissions d avènement. Les débuts de règne sont toujours, et pour cause, le moment de l’exposé justificateur : celui des droits du souverain à succéder à son prédécesseur ou à prendre sa place. En temps normal, ces droits sont affirmés par le nom et les références familiales, adoption44 ou héritage dynastique, et par la présentation des marques de la légitimité constitutionnelle, essentiellement, la puissance tribunicienne45. Dans les périodes de crise (en 68-69, en 96, en 193-197, puis au cours du iiie siècle), l'annonce politique se fait éventuellement à travers le message de salut public (Galba, Nerva, Pertinax et les princes de 238), mais surtout par l’exaltation de la victoire (Sévère et les empereurs militaires du iiie siècle), puisque c’est le chemin habituel vers le pouvoir. Une victoire qui, à travers le soutien de l’armée, exprime la faveur spéciale que les dieux ont accordée au vainqueur, le désignant par là-même comme le plus qualifié pour régner46.

  • 47 II est bien évident que les aspects militaristes et guerriers sont toujours présents. D’un côté, av (...)
  • 48 En particulier tout ce qui a trait à sa conservation, sa santé, qui mobilise, à l’occasion, des div (...)
  • 49 Notamment ses déplacements, visites aux provinces ou campagnes militaires, à quoi il convient d’ajo (...)

17Par la suite, l’importance respective des thèmes retenus varie selon les occasions et les besoins. Mais la guerre et la paix47, les hommages rendus aux dieux protecteurs de l’État, la vie48 (en temps normal, la mort aussi) et les activités49 du prince, les générosités consenties à la capitale sous la forme du ravitaillement, des distributions, des distractions et des constructions publiques, forment des redites nécessaires et attendues.

  • 50 Voir les exemples cités ci-dessus, n. 3. À l’inverse, il est sûr que, parfois, la cible a été manqu (...)
  • 51 C’est cela qui forme le contenu de la pietas impériale. Voir J. Béranger, Recherches sur l’aspect i (...)

18Mais pour moi la chose importante est ailleurs, et il me semble que, jusqu’ici, elle n’a pas été mise en valeur. La véritable originalité apportée par le changement de 69 réside dans le fait que, à cette époque, la monnaie est devenue aussi le support du nouveau discours politique, qui se fonde avec Vespasien et se confirme avec Hadrien pour se maintenir inchangé par la suite. Désormais, et même s’il exposait à l’occasion des préoccupations de circonstance, avec des images parlantes et des textes forts50, le monnayage a diffusé principalement jusqu’au fond des provinces les thèmes de la nouvelle donne politique : un discours altruiste et civil qui affirmait la volonté des princes de gouverner l’État en vue du bien commun, de lutilitaspublica51.

  • 52 R. Göbl, Antike Numismatik, p. 247, dit que le matraquage de stéréotypes déjà cité (ci-dessus, n. 1 (...)
  • 53 Allusion, avec d’autres conclusions que les miennes, dans M.-C. L’Huillier, A propos de l’étude des (...)
  • 54 Les premières frappes utilisant cette légende sont d’Antonin, mais le type iconographique (Abundant (...)
  • 55 D’Hadrien à Élagabal, relativement peu fréquent (7 types recensés par Fr. Schmidt-Dick).
  • 56 Quatre types seulement, émis surtout sous les Antonins et les Sévères.
  • 57 La légende apparaît avec Antonin, mais son rôle est plutôt d’annoncer les nouvelles heureuses de la (...)
  • 58 Dont Fr. Schmidt-Dick a recensé 15 types, de Trajan à Volusien, ce qui prouve le rôle important que (...)
  • 59 Selon les heureuses formules de Fr. Chaves Tristán, E. Melchor Gil, M. Oria Segura et R. Gil Fernán (...)
  • 60 L’un des avantages de l’inventaire de Fr. Schmidt-Dick est justement de montrer que la variété et l (...)
  • 61 C’est le terme utilisé par Hérodien (I, 1,4 : “Bious paradoxous”) pour désigner les règnes souvent (...)

19Le discours monétaire, qu’il soit de masse ou pas, veut à la fois, informer, renseigner, mais aussi justifier et il lui faut donc une force de suggestion suffisante pour mobiliser l’adhésion de ceux auxquels il est adressé. La puissance du message est venue de ce qu’à travers un répertoire stéréotypé52 et impersonnel d’images et de formules, à la fois déclarations d’intentions et mots d’ordre mobilisateurs, il exprimait des valeurs de référence communément répandues et acceptées dans tous les milieux, même si les élites étaient les premières cibles visées, bref, un système de valeurs qu’on appellerait aujourd’hui “consensuelles”, héritées de la philosophie stoïcienne53, dont l’enquête de E Schmidt-Dick permet de dresser commodément la liste : AEQVITAS, CONCORDIA, FELICITAS, FIDES, FORIVNA, LIBERTAS, PAX, PIETAS, ROMA, SALVS, SECVRITAS, SPES, VICTORIA et VIRTVS. Une liste que complètent des revers moins courants ou apparus plus tardivement : ABVNDANTIAL54, INDVLGENTIA55, IVSTITA56, LAETITIA57 et PROVIDENTIA58. On peut certes considérer ces proclamations comme des poncifs issus du tout venant publicitaire, réduits, pour une efficacité immédiate, à un code de signaux entendus de tous59, mécaniquement répétés et soutenus par des images figées60. Je ne crois pas qu’il s’agisse de simples poncifs et je tiens au contraire ces proclamations pour hautement significatives, et cela au moins pour deux raisons. La première est que si, à chaque règne, les nécessités politiques ou militaires du moment engendrent des émissions spécifiques (ce qui confirme bien que l’administration de la Monnaie ne fait pas les choses au hasard) qui diminuent occasionnellement la part qu’occupent ces représentations dans l’ensemble du monnayage, cette part reste toujours forte. La seconde est que, jusqu’au milieu au moins du iiie siècle, nous voyons le même discours se répéter de façon continue sous tous les règnes, y compris ceux des empereurs “paradoxaux61” ceux des princes hors norme, tels que Commode, Caracalla ou Élagabal.

  • 62 Dont Velleius Paterculus, II, 126, renvoie un très fidèle écho. Auguste a “ramené la bonne foi sur (...)
  • 63 RG, 34, cf. le bouclier d’Arles, AE, 1952, 165. Le thème du bouclier d’honneur associé à la Victoir (...)
  • 64 Comme le note justement Fr. Huriet, cité ci-dessus, n. 34 : “la construction augustéenne était ains (...)

20Je déduis de ce constat que l’accumulation même de ces abstractions et la répétition continue de celles-ci dans le temps avaient un sens et que ce sens est parfaitement clair : ces images étaient peut-être impersonnelles, mais elles étaient précisément ciblées. Loin d’illustrer seulement des formules vides et des slogans de pure propagande, l’association du texte et des images rendait publics, au contraire, les engagements du prince dans la nouvelle donne politique. C’était certes avant tout un rappel des principes hérités d’Auguste, ceux qu’avaient autrefois exprimés, on l’a dit, les reliefs de l'Ara Pacis et les Res Gestae62, ceux notamment des vertus augustes (Virtus, Clementia, lustitia, Pietas) consacrées par le clipeus virtutum de 27 av. J.-C.63 Mais ces principes étaient révisés en quelque sorte, sur le plan moral, par la mise en pratique des principes néo-stoïciens, et, sur le plan politique, par la nouvelle charte du principat issue de la lex de Imperio, pour devenir l’objectif et l’idéal permanents du gouvernement64. Ainsi se trouvaient établis, au moins théoriquement, un équilibre constitutionnel valable pour la ville de Rome et le Sénat et un programme de gouvernement adapté à l’étendue d’un empire contraint de s’ouvrir pour tenir.

  • 65 Pan., 80, 5 ; cf. 33, 1 : l’empereur a le souci de l'utilitas qua civium, qua sociorum ; 67, 4 = 68 (...)
  • 66 C’est-à-dire les richesses de la cornucopia que tiennent AEQVITAS, CONCORDIA, FELICITAS, la FIDES C (...)
  • 67 Pan., 36, 4, cf. Agricola, III, 1.
  • 68 La bonne défense du territoire impérial est illustrée entre autres par les revers à Rome assise, au (...)
  • 69 Sur le sujet, N. Méthy, La représentation des provinces dans le monnayage romain de l’époque impéri (...)
  • 70 La Tellus stabilita, pacifiée et prospère est illustrée par plusieurs séries d’argent et de bronze (...)
  • 71 Sur ce thème, commentaires tout à fait bienvenus de R. Étienne et M. Rachet (“Le bonheur par le sag (...)
  • 72 J. R. Fears, Princeps a diis electus, Papers and Monographs of the American Academy in Rome, 26, Ro (...)

21On a, me semble-t-il, d’autant moins de mal à accorder aux monnaies la valeur de témoignage politique que les autres types de sources laissent entendre la même chose. Les sources littéraires, d’abord. À peu de distance de la reconstruction flavienne, et au lendemain de la double crise de l’assassinat de Domitien et du châtiment de ses assassins, le Panégyrique de Pline vient corroborer ces propositions. Pour Pline, en effet, la mission impériale, c’est l'utilitas de tous65. Par l’intermédiaire de Jupiter Capitolin, le conservator imperii nostri (1, 6), le principal des praesides custodesque imperii, le prince apporte (94, 1) la paix (pax), la concorde (concordia), la sécurité (securitas) et les opes66, avec la libertas pour ses concitoyens (2, 5, cf. 24, 5). Grâce à Trajan qui a uni principatus et libertas67, le genre humain connaît désormais la sécurité (securitas generis humani, 34, 5) et vit dans la Laetitia (46, 7, cf. 79, 3 : l’empereur, auteur et objet de la Laetitia publica). Ainsi se crée, sous un bon prince, une étroite union entre la bonne santé (salus) de celui-ci et le salut de la res publica (67, 6), qui procure à celle-ci la Tranquillitas, intérieure et extérieure68, condition de la prospérité et gage de la Felicitas, le bonheur des temps (16, 3 ; cf. 46, 8 et 47, 6). Le règne d’un bon prince, c’est celui de la Tellus stabilita, à la fois le bien-être et la dignité des provinces réunies dans une même communauté69, à la fois le bien-être des habitants de l’Empire70 et celui de l’État71. A diis electus, le prince est le vicaire de Jupiter, chargé par délégation divine72 du salut et du bien-être commun (Felicitas), conséquence d’une capacité d’initiative inspirée (Providentia) autant que de sa capacité à vaincre les ennemis de toutes sortes (Victoria).

  • 73 Là-dessus, je me trouve tout à fait d’accord avec W. Trillmich, El Optimus Princeps, retratado por (...)
  • 74 Ainsi dans l’article, par ailleurs plein d’intérêt, de M. Molin, pour qui le texte vient surtout de (...)
  • 75 C’est l’interprétation de M. P. Charlesworth, The Virtues of a Roman Emperor : propagande and the C (...)

22Même si ce long texte est encombré de rhétorique et développe toutes les formes scolaires de l’éloge, même s’il exprime surtout les intérêts égoïstes de l’aristocratie, il n’en est pas moins parlant73, ce qui fait qu’il a été abondamment étudié. Mais, en dehors des jugements d’ordre littéraire, l’attention des commentateurs s’est fixée sur le contenu d’inspiration néo-stoïcienne pour en dégager le portrait de l’empereur idéal, dans l’optique du Peri Basileias de Dion de Pruse qui lui est sensiblement contemporain, et, plus généralement, des réflexions sur le pouvoir et l’exercice du pouvoir qu’ont illustrées les grands représentants de la seconde sophistique. Bref, on en fait un discours-programme qui va des sénateurs et des intellectuels vers le prince74. À ma connaissance, personne ne s’est avisé que ce prétendu programme réformateur reprend simplement la liste des valeurs universelles (= valables pour tout l’empire) déjà décrites. C’est-à-dire que, au bout du compte, Pline ne dit pas autre chose que ce que disent déjà avant lui les revers monétaires. Donc, ou bien tout est biaisé75, ou bien tout a un sens, et c’est cette dernière hypothèse que je veux suivre parce qu'elle me paraît la plus opératoire.

  • 76 Met., 3. 29, 1 (c’est Lucius qui parle) : “C’est alors que je m’avisai de recourir à celui qui est (...)
  • 77 Apologie, 13 : “le plus beau salaire pour un empereur, ce sont les louanges, la gloire universelle, (...)

23Au reste, d’autres sources, littéraires ou épigraphiques, montrent que ces valeurs, sur lesquelles le jugement des modernes varie entre modèles idéaux et simples topoi, étaient celles que voulaient effectivement voir mettre en pratique les administrés, en l’occurrence les élites sociales et intellectuelles, encore une fois les seules catégories de gens que le discours devait réellement convaincre. C’est ce qu’expriment clairement des témoignages, comme ceux du Lucius d’Apulée76 ou de Lucien77. Il n’y avait donc pas de raison d’en changer.

24Du moins tant que les circonstances l'ont permis, c’est-à-dire tant qu’a duré la paix aux frontières, qui garantissait la poursuite d’objectifs civils, et tant que le gouvernement est resté entre les mains des civils. D’où l’intérêt de suivre le sort du message pendant la grande crise du iiie siècle.

  • 78 La dépendance marquée des empereurs à l’égard de l’armée à partir des Sévères est analysée par J. S (...)

25Au iiie siècle, rien ne change au niveau des principes, mais tout se transforme parce que la situation de l’Empire se transforme au plan politique avant de se détériorer sur le plan militaire. La transformation, c’est le retour de l’armée dans la politique78, retour définitif, d’ailleurs ; la détérioration militaire, c’est la pression barbare aux frontières, qui se fait de plus en plus forte. Cela crée de nouvelles contraintes pour le pouvoir, contraintes qui sont répercutées dans le langage monétaire et aussi, selon les cas, dans les types monétaires (métal et unités frappées). Parce qu’il s’agit de choses bien connues, je me contenterai ici de souligner quelques-unes des modifications les plus caractéristiques.

  • 79 Dix séries de deniers communs, treize types de bronze.
  • 80 IOVI CONSERVATORI : 6 types de deniers communs ; 8 types de bronze. Cf. Pline, Pan., 1,6 : Jupiter (...)

26Arrêtons-nous pour commencer sur le monnayage de Macrin qui montre bien ce que sont à la fois les termes du contrat et les changements qui sont en train de s’opérer. Sur le premier point, on constate que les préoccupations immédiates du prince (l’annone de la capitale) et ses engagements à l’égard de l’empire : AEQVITAS, FIDES, FELICITAS, SALVS, SECVRITAS TEMPORVM, sont toujours les mêmes, ce que souligne leur égale répartition dans les monnayages d’argent et de bronze. Ce qui est nouveau c’est à la fois la part grandissante des dieux et des soldats : tout sera fait, mais avec l’aide des dieux (PROVIDENTIA DEORVM), avant tout celle de Jupiter79, puisqu’il est le conservateur de l’Empire80, et à condition que les soldats le veuillent bien (3 séries de deniers communs et 6 types de bronze à légende FIDEI MILITVM). C’est là, on s’en doute, que réside la principale nouveauté.

  • 81 FIDES MILITVM (denier et sesterce communs, as peu fréquent) pour Maximin, VIRT EXERCIT sur les bron (...)
  • 82 Pour Maximin, INDVLGENTIA AVG, PAXAVGVSTI, PROVIDENTIA AVG, SALVSAVGVSTIsur les deniers et sur les (...)
  • 83 Trad. L. Pernot, Eloges grecs de Rome, Paris, Les Belles-Lettres, 1997. En tenant compte du fait qu (...)
  • 84 Bien visibles sur les antoniniens émis en grandes quantités à cette occasion. En dehors de la CONCO (...)

27Toutefois, dans le courant du iiie siècle, et tant que la pression aux frontières reste supportable, les crises politiques n’infléchissent pas fortement les orientations du discours monétaire, comme le prouve le tableau déjà cité. Mis à part les allusions obligatoirement appropriées aux circonstances81, les revers de Maximin, comme aussi ceux des deux Gordiens d’Afrique, continuent de s’en tenir à la litanie classique des détails du programme impérial. Mais c’est parce que, si les péripéties de l’histoire font que les hommes peuvent changer, la mission du prince, elle, ne change pas82. C’est ce que confirme – du moins si le texte est bien à dater du début du règne de Philippe – le discours En l'honneur de l’empereur, du pseudo-Aelius Aristide83. Indéniablement, pourtant, les choses évoluent à partir de 238 (ce qui prouve bien, une fois de plus, que le discours monétaire a un sens). Sur le plan intérieur, Pupien et Balbin inaugurent, dans l’argent et le bronze, des types qui sont le reflet de l’urgence et des sentiments officiellement affichés dans l’urgence84. Quinze ans plus tard, après les défaites subies par Philippe, Dèce et Galle, lorsqu’on ne redoute plus seulement les caprices des soldats, mais les désastres militaires qui entraînent ces derniers à se révolter, on voit se réduire fortement, dans les quantités frappées, la part des thèmes civils, tandis que ces derniers se réduisent eux-mêmes aux seules affiches de circonstance. Le bref règne d’Émilien illustre ainsi très logiquement l’envahissement du discours monétaire par les préoccupations militaires et le salut de l’Empire : invocations à la paix (PACIAVG), à l’éternité de Rome (ROMAEAFTER, type à Rome debout, armée, tenant le phénix), à l’Espérance publique (SPES PVBLICA), tandis que, par ailleurs, le prince cherche à donner confiance à la fois dans la victoire et dans sa valeur militaire. À cela s’ajoute la mobilisation des dieux protecteurs de l’Empire : Apollon Conservateur, Diane Victorieuse, Hercule vainqueur, Jupiter Conservateur, Mars Pacifer, Mars Propugnator que l’on va fléchir par le spectacle de la piété impériale (Émilien sacrifiant, 2 types). La mission impériale ne change pas, mais les nécessités et les angoisses du moment modifient le contenu des thèmes mobilisateurs.

  • 85 Même Milan frappe alors près de 35 % de ses revers aux annonces touchant le programme civil, et seu (...)
  • 86 Remarques intéressantes de M. R.-Alföldi, Antike Numismatik. 1. Theorie und Praxis, Mayence, 1978, (...)

28Le phénomène s’amplifie avec Gallien et s’exprime très explicitement dans le monnayage de la seconde partie du règne (à partir de 260). Après la stabilisation des années 261-265, qui, en laissant espérer le retour définitif de la prospérité (VBE RITAS AVG) et de la sécurité (SECVRITAS AVG), fait revenir les thèmes illustrant la mission civile du prince85, celle-ci s’efface de nouveau en 267/268, avec le retour brutal des désastres, qui ramènent aussi sur les revers les appels au secours, cette fois désespérés, lancés aux dieux pour sauver l’Empire. Si le message est toujours là, il est noyé maintenant dans le flot d’autres préoccupations autrement urgentes. L’heure n’est plus celle du magistrat civil auquel on demandait seulement d’exceller dans l’accomplissement de son magistère. Désormais, les besoins de l’Empire, ce sont la victoire sur les Barbares et le retour à l’ordre intérieur que seule peut obtenir, avec l’aide des dieux, une armée performante et fidèle86.

  • 87 M. Christol, Panégyriques et revers monétaires : l’empereur, Rome et les provinciaux à la fin du ii (...)
  • 88 Exemples commodément réunis par X. Loriot et D. Nony, La crise de l’Empire romain, 235-285, Paris, (...)
  • 89 Royce L. B. Morris, Reflections of Citizen Attitudes in Petitions from Late Roman and Byzantine Oxy (...)
  • 90 J.-P. Callu, DN : la genèse d’une titulature monétaire, BSFN, 40, 4, 1985, p. 616-619. Sur l’idéolo (...)
  • 91 Remarques plus nuancées de C. Dupont, Sujets et citoyens sous le Bas-Empire romain de 312 à 565 apr (...)

29Manifestement aussi, le discours n’est plus tout à fait le même. Certes, la mission du prince reste celle de se dévouer au bien public pour ramener le bonheur du temps, et, sous la Tétrarchie, les panégyristes gaulois continuent de célébrer cette forme de la pietas impériale87. Pourtant, la riche documentation issue de l’Orient romain est là pour prouver que les termes du dialogue avec l’empire se sont modifiés88 : le magistrat dispensateur de Justice est devenu le “petit père du Peuple”, et les appels à la justice impériale sont devenus des appels à la pitié89. Si le reserit de Syène (été 298 ?) emploie encore le terme de “Concitoyens” (Hemeterouspolêtas), c’est simple politesse officielle, car, peu de temps après (à la fin de 301), le préambule de l' Édit du Maximum emploie le ton et le style paternalistes pour s’adresser aux “Chers Provinciaux” (Provinciales nostri). Par ailleurs, dès la Tétrarchie, la formule D(ominus) N(oster) qui apparaît occasionnellement sur les monnaies à la place d’IMP(erator) CAES(ar), marque bien la distance qui sépare désormais le prince de ces derniers90. Et lorsque, à partir de 320, la nouvelle titulature se fige sur les légendes d’avers, elle livre dans la plus franche simplicité les crues réalités de l’époque : il ne fait plus de doute, en effet91, que les “Chers Concitoyens” du Haut-Empire sont réellement devenus des sujets.

Bibliographie

Bibliographie

M. R.-Alföldi, Antike Numismatik, 1. Theorie undPraxis, Mayence, 1978.

M. Amit, Propagande de succès et d'euphorie dans l’Empire romain, lura, 16, 1965, p. 52-75.

P. Bastien, Le buste monétaire des empereurs romains, Numismatique romaine, Essais, Recherches et Documents, Wetteren, XIX, I, 1992, II, 1993, III, 1994.

J. Beaujeu, La religion romaine à l’apogée de l'Empire. I. La politique religieuse des Antonins (96-192), Paris, 1955.

G. G. Belloni, Significati storico-politici delle figurazioni e delle scritte delle monete da Augusto a Traiano [Zecche di Romae ‘imperatorie’], ANRW, 11,1, 1974, p. 997-1144.

Ead., Monete romane e propagande. Impostazione di una problemàtica complessa, dans Contributi dell'Istituto di storia antica della Università cattolica dei Sacro Cuore, IV, 1976, p. 131-159.

Ead., La moneta romana. Società, politica, cultura, Rome, 1993.

J. Béranger, Recherches sur l’aspect idéologique duprincipat, Bâle, 1953.

E. Bianco, Indirizzi programatici e propagandistici nella monetazione di Vespasiano, RIN, LXX, 1968, p. 145-230.

J. M. Blázquez, Propaganda dinástica y culto impérial en las acuñaciones de Hispania, I CNN, Zaragoza, 1972, Saragosse, 1974, Numisma, XXIII-XXIV, p. 311-329. J. Bleicken, Prinzipat und Dominât. Gedanken zur Periodisierung der römischen Kaiserzeit, Wiesbaden, 1978 (Frankfurter Elistorische Vorträge, Heft, 6).

J.-P. Bost, Valait-il la peine de frapper la monnaie divisionnaire dans les cités de la péninsule Ibérique à l’époque julio-claudienne ?, dans Revue archéologique de Bordeaux, XC, 1999, p. 41-46.

J.-P. Bost, F. Chaves et alii, Belo IV. Les monnaies, Madrid, 1987.

J.-P. Bost et Th. Martin, Un trésor d’aurei julio-claudiens à Montans (Tarn), Trésors monétaires, XX, 2002, p. 175-184 et pl. XXXIX-XL.

J.-P. Bost et D. Schaad, Trois petits dépôts d’argent d’époque tibérienne provenant de la région Midi-Pyrénées, Trésors monétaires, XX, 2002, p. 57-68 et pl. XIX-XXI. J.-P. Bost, M. Martin Bueno et J.-M. Roddaz, L’Aquitaine et le Nord de la péninsule Ibérique : rapport de synthèse, dans L’Aquitaine et l’Hispanie septentrionale à l’époque julio-claudienne. Organisation et exploitation des espaces provinciaux. Quatrième colloque Aquitania, Saintes, Abbaye aux Dames, 11-13 septembre 2003, sous presse. A. Burnett, M. Amandry, P. P. Ripollès, Roman Provincial Coinage (= RPC), vol. I, From the death of Caesar to the death of Vitellius (44 BC-AD 69), Londres - Paris, 1992, p. 18-19.

J-P. Callu, DN : la genèse d’une titulature monétaire, BSFN, 40, 4, 1985, p. 616-619.

M. P. Charlesworth, The Virtues of a Roman Emperor : propagande and the Creation of Belief, PBA, 23, 1937, p. 105-133.

F. Chaves Tristán, E. Melchor Gil, M. Oria Segura et R. Gil Fernández, Los monumentos en la rnoneda hispanorrornana, NAC, Quad. Tic., XXIX, 2000, p.289-317.

M. Christol, Panégyriques et revers monétaires : l’empereur, Rome et les provinciaux à la fin du iiie siècle, dans Dial. d’Hist. ancienne, 21, 1976, p. 421-434.

1. Cogitore, La légitimité dynastique d’Auguste à Néron à l’épreuve des conspirations, Rome, 2002 (BEFAR, 313).

M. Corbier, Le discours du prince d’après une inscription de Banasa, dans Ktema, 2, 1977, p. 211-232.

Ead., L’écriture dans l’espace public romain, dans L’Urbs. Espace urbain et Histoire (Ier siècle avant J.-C.-IIe siècle après J.-C.), Actes du colloque international organisé par le Centre national de la recherche scientifique et l’École française de Rome (Rome, 8-12 mai 1985), Rome, 1987, Coll, de l’École française de Rome - 98, p. 27-60. Ead., Male power and Legitimacy through Women : the domus Augusta under the Julio-Claudians, dans Women in Antiquity. New Assessments, R. Hawley et B. Levick éd., Actes du colloque d’Oxford, 1993, p. 178-193.

Ead., La Maison des Césars, Epouser au plus proche. Inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, Actes du colloque de Paris, 1989, P. Bonte, dir., Paris, 1994, p. 243-291.

Ead., À propos de la Tabula Siarensis : le sénat, Germanicus et la Domus Augusta, dans Roma y las provincias : realidad administrativa e ideología imperial, J. González, éd., Actes du colloque de Séville, 1992, Madrid, 1994, p. 39-85.

Ead., Maiestas Domus Augustae, dans Varia Epigraphica. Atti del Colloquio Internazionale di Epigrafia, Bertinoro, 8-10giugno 2000, a cura di G. Angeli Bertinelli e A. Donati, Faenza, 2001, p. 155-199.

M. Crawford, Roman Republican Coinage, 2 vol., Cambridge, 1974 (= RRC).

M. H. Crawford, Roman Imperial CoinTypes and the formation of Public Opinion, dans Studics in Numismatic Method presented to Philip Grierson, C. N. L. Brooke, B. H. 1. H. Steward, J. G. Pollard et T. R. Volk éd., Cambridge U.P., 1983, p. 47-67. Di Vita-Évrard, L’édit de Banasa : un document exceptionnel ?, dans 5° Convegno sull'Africa romana. Atti, Sassari, 1987, p. 287-303.

C. Dupont, Sujets et citoyens sous le Bas-Empire romain de 312 à 565 après Jésus-Christ, RIDA, XX, 1973, p. 325-339.

R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, Paris, 1958 (BEFAR, 191).

R. Étienne et M. Rachet (dir.), Le Trésor de Garonne. Essai sur la circulation monétaire en Aquitaine à la fin du règne d’Antonin le Pieux (159-161), Bordeaux, 1984.

M. Euzennat et J. Marion, Inscriptions antiques du Maroc. 2. Inscriptions latines, J. Gascou éd., Paris, 1982.

J. Rose Evans, Bulls on Republican and early Imperial Coins, NAC. Quad. Tic., XXV, 1996, p. 197-214.

J. R. Fears, Nero as the Viceregent of the Gods in Seneca’s De Clementia, Hermes, CIII, 1975, p. 486-496. Id., Princeps a diis electus, Papers and Monographs of the American Academy in Rome, 26, Rome, 1977. D. Fishwick, The imperial Cult in the latin West. Studies in the Ruler Cult of the western Provinces of the Roman Empire, volume III : Provincial Cult, Part 1 : Institution and Evolution, Leyde, 2002.

A. Forzoni, La moneta nella Storia. II, Dalla rivoluzione cesariana alla riforma di Caracalla, Rome, 1995.

A. Garzetti, L'Impero da Tiberio agli Antonini, Rome, 1960, trad, anglaise, Londres, 1974.

R. Gobi, Antike Numismatik, 1, Munich, 1978.

J. Guey, Les monnaies frappées sous l’Empire romain : une source d'histoire écononùque et fimancière, XIe Congr. Int. des Sc. Hist., Stockholm, 21-28 août 1960, Rapports, II, Antiquité, Uppsala, I960, p. 55-70.

P. Herrmann, Hilferufe aus römischen Provinzen. Ein Aspekt der Krise des römischen Reiches im 3. Jhdt. n. Chr., Hambourg, 1990.

Philip V. Hill, Coin Symbolism and Propaganda during the Wars of Vengeance (44-36 B.C.), NAC, Quad. Tic., IV, 1975, p. 157-190.

W. Hollstein, Die Stadtrömische Münzprägung der Jahre 78-50 v. Chr. zwischen politischer Aktualität und Familienthematik, Kommentar und Bibliographie. Quellen und Forschungen zur antiken Welt, Munich, 1993.

F. Huriet, La lex de imperio Vespasiani et la légitimité augustéenne, Latomus, 52, 2, 1993, p. 261-280.

F. Hurlet, La domus Augusta et Claude avant son avènement : la place du prince claudien dans l’image urbaine et les stratégies matrimoniales, REA, 99, 1997, p. 535-559.

F. Jacques et J. Scheid, Rome et l’intégration de l’Empire. 44 av. J.-C. - 260 ap. J.-C., coll. Nouvelle Clio, P.U.F. Tome 1 : Les structures de l’empire romain, Paris, 1990.

A. H. M. Jones, Numismatic and History, Essays in Roman Coinage presented to H. Mattingly, Oxford Univ. Press, 1956, p. 13-33.

D. Kienast, Nerva und das Kaisertum Trajans, Historia, XVII, 1968, p. 51-71.

F. Kolb, Herrscherideologie in der Spätantike, Berlin, 2001, Studienbücher, Geschichte und Kultur der alten Welt.

A. Kunisz, Recherches sur le monnayage et la circulation monétaire sous le règne d’Auguste, Varsovie, 1976.

M. A. Levi, I Flavi, ANRW, II, 2, p. 187-189.

B. Levick, Propaganda and Imperial Coinage, Antichthon, 16, 1982, p. 104-116.

M.-C. L’Huillier, A propos de l’étude des Panégyriques et des revers monétaires, quelques remarques sur l’idéologie au Bas-Empire, dans Dial. d’Hist. ancienne, 21, 1976, p. 435-443.

F. López Sánchez, Regionalización Y ejércitos en el mundo romano (ss. IV-Vd.C.) en la iconografía de los reversos monetales, Saragosse, 2002.

X. Loriot et D. Nony, La crise de l’Empire romain, 235-285, Paris, 1997.

J.-P. Martin, Hadrien et le Phénix, dans Mélanges d’histoire ancienne offerts à W. Seston, Paris, 1974, p. 327-337.
Id., Providentia deorum. Recherches sur certains aspects religieux du pouvoir impérial romain, Rome, 1982, Coll, de l’École française de Rome-61.
Id., Le pouvoir impérial romain : sa spécificité idéologique, dans L’idéologie du pouvoir monarchique dans l’Antiquité. Actes du colloque de la Société des Professeurs d’Histoire ancienne de l’Université tenu à Lyon et Vienne les 26-28 juin 1989, Lyon, 1991, p. 77-89.

H. Mattingly, The Roman “Virtues”, HThR, 30, 1937, p. 103-117.

N. Méthy, La représentation des provinces dans le monnayage romain de l’époque impériale (70-235 ap. J.-C), dans N AC, QT, XXI, 1992, p. 267-295, notamment p. 283-289.

M. Molin, Le panégyrique de Trajan : éloquence d’apparat ou programme politique néo-stoïcien ?, Latomus, 48, 1989, p. 785-786.

Royce !.. B. Morris, Reflections of Citizen Attitudes in Petitions from Late Roman and Byzantine Oxyrhynchus, dans Akten des 21. Internationalen Papyrologenkongresses, Berlin, 1995. Archiv für Papyrusforschung. Beiheft 3, 1997, p. 744-749.

B. Parsi, Désignation et investiture de l’empereur romain (ier et iie siècles après J.-C., Paris, 1963 (Publications de l’Institut de Droit romain de l’Université de Paris, XXI). La patrie gauloise, d’Agrippa au vie s., colloque de Lyon, 1981, Lyon, 1983. Publications de l’université Jean-Moulin. Centre d’études romaines et gallo-romaines, 3.

À. J. Pérez, Auctoritas et Maiestas. Historia, programa dinástico e iconografía en la moneda de Vespasiano, Alicante, 2003. Universidad de Alicante. Serie Arqueología (Anejo a la Revista Lucentum, 12).

Chr. Pérez, L’image gravée sur la monnaie, une forme et un lieu privilégié de la communication antique, dans Hommage à Lucien Lerat, II, Paris, 1984, p. 607-670. Ead., Images monétaires et pratiques sémiologiques, DHA, II, 1985, p. 111-140. Ead., Monnaie du pouvoir, pouvoir de la monnaie : une pratique discursive originale : le discours figuratif monétaire (ier s. av. J.-C.-14 ap. J.-C.), Paris, 1986, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 332.

Ead., La monnaie de Rome à la fin de la République. Un discours en images, Paris, 1989.

L. Pernot, Éloges grecs de Rome, Paris, Les Belles-Lettres, 1997.

B. Rémy, Antonin le Pieux a-t-il reçu le Grand Pontificat du vivant d’Hadrien ?, BSFN, 58, 6, 2003, p. 127-131.

J.-M. Roddaz et E Huriet, Le gouverneur et l’image du pouvoir impérial. Recherches sur la diffusion de l’idéologie dynastique en Occident au Ier siècle ap. J.-C., dans Rome et ses provinces. Genèse et diffusion d’une image du pouvoir. Hommages à Jean-Charles Balty, Bruxelles, 2002, p.153-166. J. Rodríguez Morales : Un nuevo sestercio de Ercávica en Tiermes (Montejo de Tiermes, Soria), La moneda hispánica. Ciudad y territorio, I EPNA, Aenjos AEspA, XIV, 1995, p. 219-223.

RPC= A. Burnett, M. Amandry, P. P. Ripollès, Roman Provincial Coinage. Vol. I, From the death of Caesar to the death of Vitellius (44 BC-AD 69), Londres-Paris, 1992.

RRC = M. Crawford, Roman Republican Coinage, 2 vol., Cambridge, 1974.

S. H. Rutledge, Imperial Inquisitions. Prosecutors and Informants from Tiberius to Domitian, Londres-New York, 2001.

F. Schmidt-Dick, Typenatlas der römischen Reichsprägung von Augustus bis Aemilianus. Erster Band : Weibliche Darstellungen, Vienne, 2002.

J. Sunskes Thompson, Aufstände und Protestaktionen im Imperium Romanum. Die severischen Kaiser im Spannungsfeld innenpolitischer Konflikte, Bonn, 1990.

C. H. V. Sutherland, The Intelligibility of Roman Coin Types, JRS, XLIX, 1959, p. 46-55.

C. H. V. Sutherland, The Emperor and the Coinage : Julio-Claudian Studies, Londres, 1976, sceptique sur la valeur informative des images, repris dans The Purpose of Roman imperial Coin Types, RN, XXV, 1983, p.73-82.

W. Trillmich, Familienpropagande der Kaiser Caligula und Claudius. Agrippina Maior und Antonia Augusta auf Münzen, Berlin, 1978.

Id., El Optimus Princeps, retratado por Plinio, y el retrato de Trajano, dans J. Gonzalez, éd., Trajano emperador de Roma, Atti del congresso, Siviglia, 14-17 settembre 1998, Rome, 2000, p. 491-507.

P. Veyne, propagande, expression, roi, image, idole, oracle, dans La société romaine, Paris, 1991, repris avec un texte liminaire en 2001, coll. Points Histoire, Seuil.

Id., Lisibilité des images, propagande et apparat monarchique dans l’Empire romain, Revue Historique, 621, 2002, p. 3-30.

A. Wallace-Hadrill, Galbas Aequitas, NC, 1981, p.20-39.

A. Wallace-Hadrill, Image and Autorithy in the Coinage of Augustus, JRS, 76,1986, p. 67-87 (avec bibliographie), qui montre notamment comment la simple présence de l’image du souverain exprime la monopolisation de tous les symboles de l’autorité.

W. Weiser, Kaiserliche Publizistik in Kleinformat. Die Münzen der Epoche des Kaisers Traian, dans A. Nünnerich-Asmus éd., Traian. Ein Kaiser der Superlative am Beginn einer Umbruchzeit ?, Mayence, 2002, p. 145-162.

L. C. West, Imperial Publicity on Coins of the Roman Emperors, CJ, 45, 1949, p. 19-26.

H. Zehnacker, Quelques remarques sur le revers du nouvel aureus d’Octavien (28 av. J.-C.), dans BSFN, 58, 1, 2003, p. 1-3.

Notes

1 Cet article était déjà largement composé lorsque j’ai eu connaissance de l’important ouvrage d’A. J. Pérez, Auctoritas et Maiestas. Historia, programa dinástico e iconografía en la moneda de Vespasiano, Alicante, 2003, qui a amplement exposé et développé, et de façon quasi exhaustive, les termes du débat (p. 17-35) et le dossier bibliographique (p. 235-245). Mon propos n’étant pas de broder sur cet aspect particulier des choses, je me contenterai donc de renvoyer à ce travail auquel je n’ajouterai que quelques titres. En faveur de la fonction de propagande de la monnaie ainsi que de l’intervention impériale dans la détermination des types et dans la création des messages monétaires : J. Guey, Les monnaies frappées sous l’Empire romain : une source d’histoire économique et financière, XIe Congr. Int. des Sc. Hist., Stockholm, 21-28 août 1960, Rapports, II, Antiquité, Uppsala, 1960, p. 55-70, qui parle (p. 59) de “tracts métalliques” ; Chr. Pérez, L’image gravée sur la monnaie, une forme et un lieu privilégié de la communication antique, dans Hommage à Lucien Lerat, II, Paris, 1984, p. 607-670 ; Ead., La monnaie de Rome à la fin de la République. Un discours en images, Paris, 1989. Dans la discussion, deux sujets me semblent particulièrement importants et intéressants. D’abord celui de savoir s’il faut ou non parler de “propagande”. Depuis L. C. West (Imperial Publicity on Coins of the Roman Emperors, CJ, 45, 1949, p. 19-26), on préfère – ce qui me paraît en effet meilleur – parler de publicité (ainsi, récemment, W. Weiser, Kaiserliche Publizistik in Kleinformat. Die Münzen der Epoche des Kaisers Traian, dans A. Nünnerich-Asmus éd., Traian. Ein Kaiser der Superlative am Beginn einer Umbruchzeit ?, Mayence, 2002, p. 145-162, en particulier, p. 162). Mais avec quelle signification ? Pour moi, il faut entendre dans ce terme l’idée de “rendre public”, d’exposer au public, et non pas celle de slogans publicitaires, voire de matraquage de stéréotypes ([eine] “einhämmernde Stereotypie”), comme l’écrit R. Göbl (Antike Numismatik, 1, Munich, 1978, p. 247). L’autre sujet important est celui de la signification des images. Pour certains, ce sont de simples vignettes illustratives et décoratives laissées à la fantaisie du graveur ou à l’inspiration de l’artiste, ainsi M. Crawford (Roman Imperial Coins Types and the formation of Public Opinion, dans Studies in Numismatic Method presented ta Philip Grierson, C. N. L. Brooke, B. H. I. H. Steward, J. G. Pollard el T. R. Volk éd., Cambridge U.P., 1983, p. 47-67) ou P. Veyne, Propagande, expression, roi, image, idole, oracle, dans La société romaine, Paris, 1991, repris avec un texte liminaire en 2001, coll. Points Histoire, Seuil, p. 311-337, passim. Bien qu’ils ne soient pas évoqués dans cette contribution, les documents monétaires peuvent relever de la même analyse. D’autres, dont je suis, sont plus sensibles au “pouvoir de l’image” pour reprendre un titre de Chr. Pérez, plus exactement, au pouvoir de l’image commentée par le texte qui l’accompagne, car texte et image sont indissociables. L’inventaire minutieux établi récemment par Franziska Schmidt-Dick, Typenatlas der römischen Reichsprägung von Augustus bis Aemilianus. Erster Band : Weibliche Darstellungen, Vienne, 2002, me paraît fournir les matériaux propres à conforter cette opinion. Dire comme A. H. M. Jones (Numismatics and History, dans Essays in Roman Coinage presented to Harold Mattingly, Oxford, 1956, p. 13-33, p. 12 et surtout p. 14) qu’il n’y a pas de message monétaire parce que les sources littéraires n’en parlent pas (ce qui n’est pas vrai) est bien expéditif : les sources littéraires ne racontent pas les transferts de fonds depuis l’atelier jusqu’aux lieux de destination (notamment les garnisons militaires) et pourtant personne ne peut nier la réalité de ces mouvements.

2 La bibliographie est longue, mais de toute façon c’est une évidence puisque, très vite, les deniers ont été signés et les images et symboles plus ou moins fortement personnalisés. État de la question dans Crawford, RRC, p. 726 et suivantes. Aux références citées n. 1. ajouter, J. Rose Evans, Bulls on Republican and early Imperial Coins, NAC, Quad. Tic., XXV, 1996, p. 197-214 ; Philip V. Hill, Coin Symbolism and Propaganda during the Wars of Vengeance (44-36 B.C), NAC, Quad. Tic., IV, 1975, p. 157-190. Voir aussi, outre Crawford, et, malgré des points de vue parfois contestables sur la signification des revers monétaires, W. Hollstein, Die Stadtrömische Münzprägung der Jahre 78-50 v. Chr. Zwischen politischer Aktualität und Familienthematik, Kommentar und Bibliographie. Quellen und Forschungen zur antiken Welt, Munich, 1993.

3 Il n’est pour s’en convaincre que de suivre la longue liste des messages très ciblés qui, d’Octavien jusqu’aux empereurs du ive et du ve siècle, ont été envoyés vers les provinces et les clientèles potentielles. Sur Octavien, découverte récente étudiée par H. Zehnacker. Quelques remarques sur le revers du nouvel aureus d’Octavien (28 av. J.-C.), dans BSFN, 58, 1,2003, p. 1-3 (revers à la légende significative LEGES •ET•IVRA •P •R •RESTITVIT). Dans la liste des documents de réelle propagande les plus connus, on inscrira en bonne place le sesterce R1C 534a d’Hadrien se faisant remettre par Trajan le globe terrestre, c’est-à-dire, le gouvernement du monde, et donc celui de l’Empire (mais voir les aurei et deniers RIC 2 et RIC 3, ces derniers portant à l’exergue la légende ADOPTIO). Au iiie siècle, la guerre entre princes légitimes et prétendants relance les monnayages de pure propagande. Parmi les plus caractéristiques, on retiendra l' aureus de Lélien (RIC 1) au revers TEMPORVM FELICITAS accompagné de la représentation de l'Hispania (avec le lapin), destiné peut-être à masquer ou à conjurer le ralliement des Espagnes à Claude II, ou encore l’antoninien célèbre émis par Carausius à Camulodunum (RIC 1), dont les légendes d’avers (CARAVSIVS ET FRATRES SVI) et de revers (PAXAVGGG) constituaient un appel non déguisé à sa reconnaissance par les autres membres du collège impérial. Mais la Tétrarchie offre d’autres intéressantes images, publicitaires cette fois, dont je me contenterai ici de citer deux des exemples parmi les plus significatifs. D’abord, le “plomb du Cabinet des Médailles”, essai de multiple d’or dont aucune monnaie ne nous est parvenue, qui met en scène Maximien et Constance Chlore installant des Barbares (hommes, femmes et enfants) comme colons sur les terres de la Gaule de l’Est dévastées par les invasions des années 258-282, image qu’accompagne la légende SAECVLI FELICITAS (le bonheur du temps présent). Ensuite, vers la même époque, un autre multiple d’or, le médaillon d’Arras (RIC 14, Trèves), qui célèbre la reconquête de la Bretagne sur Carausius et, grâce à Constance, REDDI1 OR LVCIS AETERNAE, le retour de la province à la lumière bienfaisante de l’autorité impériale rétablie, qui fait le bonheur des provinces. Des pièces de circonstance comme celles-là font de la monnaie beaucoup plus un véritable acteur politique qu’un simple témoin politique. Sur la valeur du message monétaire au Bas-Empire, il faudra consulter désormais l’importante thèse que F. López Sánchez a récemment (en décembre 2002) soutenue à l’université de Saragosse sur l’interprétation et la signification des revers des ive et ve siècles (Regionalización y ejércitos en el mundo romano (ss. IV-V d.C.) en la iconografía de los reversos monetales).

4 Le dialogue direct avec les provinciaux est exceptionnel, puisqu’il n’est imaginable que dans le cadre étroit des voyages impériaux, et qu’il est limité par le découpage des itinéraires et les étapes du cortège officiel. Toutefois, il est sûr que les échos des discours prononcés à l’occasion de ces déplacements étaient répercutés aux quatre coins des provinces visitées, avant tout par les gouverneurs, relais habituels et attendus du message impérial. Voir J.-M. Roddaz et Fr. Huriet, Le gouverneur et l’image du pouvoir impérial. Recherches sur la diffusion de l'idéologie dynastique en Occident au ier siècle ap. J.-C., dans Rome et ses provinces. Genèse et diffusion d’une image du pouvoir, Hommages à Jean-Charles Baity, Bruxelles, 2002, p. 153-166, notamment p. 165.

5 Le divin Auguste, 94, 18 : Auguste décide de faire frapper des monnaies d’argent portant le signe du Capricorne (c’est la série RIC, I2, 124-130, deniers mais aussi aurei) ; Néron, 25.4 : Néron fait frapper une monnaie sur laquelle il est représenté en costume de citharède, sans doute les as à l’Apollon citharède à droite frappés après la réforme à Rome (RIC, I2, 73-82, 121-123, 205-212) et à Lyon (RIC, I2, 380-381, 384-385, 414-417, 451-455). Le témoignage de Suétone est confirmé par les monnaies elles-mêmes ; cependant, on ne doit pas oublier (et l’équivoque a peut-être été voulue par Néron) le possible rapprochement avec les aurei et deniers à l’Apollon [d’Actium] à gauche frappés pour Auguste à Lyon en 11-10 av. J.-C. (RIC, I2, 190a-193b).

6 Parce qu’il couvre pratiquement tout le Haut-Empire, c’est un des mérites du Typenatlas de F. Schmidt-Dick que de rendre tout à fait claires ces différences qui, de mon point de vue, ont nécessairement une signification.

7 Lisibilité des images, propagande et apparat monarchique dans l’Empire romain, Revue Historique, 621,2002, p. 3-30, notamment p. 1 5-21, et surtout, p. 17, n. 64 et p. 20.

8 A. J. Pérez expose très bien le débat qui a opposé A. H. M. Jones à C. H. V. Sutherland. Pour le premier (Numismatic and History, p. 14-15), il ne faut pas exagérer les effets de la propagande, entre autres choses parce que les types monétaires étaient incompréhensibles pour le grand public à cause du bas niveau culturel de celui-ci. Par ailleurs, en Orient, on ne lisait pas le latin et, en Occident, la plupart des gens parlaient des langues locales. Le message en latin était donc inopérant (les gens étaient “unaffected”). Finalement le message s’adressait à l’armée. La réponse de Sutherland (The Intelligibility of Roman Coin Types, JRS, XLIX, 1959, p. 46-55) était que, sous l’Empire, les gens savaient suffisamment de latin “basique” pour identifier les mots et les formules et que, par ailleurs, Grecs et Romains utilisaient le même langage symbolique qui facilitait l’identification rapide des images monétaires. Sur la réception de l’écrit en général, M. Corbier, L’écriture dans l’espace public romain, dans L’Urbs. Espace urbain et Histoire (ier siècle avant J.C.-iie siècle après J.C.), Actes du colloque international organisé par le Centre national de la recherche scientifique et l’École française de Rome (Rome, 8-12 mai 1985), Coll, de l’École française de Rome - 98, Rome, 1987, p. 27-60.

9 J. Bleicken, Prinzipat und Dominat. Gedanken zur Periodisierung der römischen Kaiserzeit (Frankfurter Historische Vorträge, Heft, 6) Wiesbaden, 1978, p. 12, a trouvé une bonne formule pour décrire cet échange : “le Principat... représente une forme de domination qui s’adresse à la couche qui compte des habitants de l’Empire et qui veut être reconnue par elle”.

10 On pense ici aux raisons politiques qui ont entraîné la fin des ateliers monétaires de la péninsule Ibérique. Voir R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, (BEFAR, 191), Paris, 1958. Notamment p. 438 : A. Burnett, M. Amandry, P. P. Ripollès. Roman Provincial Comage (= RPQ, vol. 1, From the death of Caesar to the death of Vitellius (44 BC- AD 69), Londres-Paris, 1992, p. 18-19 ; J.-P. Bost, Valait-il la peine de frapper la monnaie divisionnaire dans les cités de la péninsule Ibérique à l’époque julio-claudienne ? dans Revue archéologique de Bordeaux, XC, 1999, p. 41-46, notamment, p. 44-45. Ajouter désormais les remarques de J.-M. Roddaz, dans J.-P. Bost, M. Martín Bueno et J.-M. Roddaz, L’Aquitaine et le Nord de l’Hispanie sous les empereurs Julio-Claudiens, dans L’Aquitaine et l’Hispanie septentrionale à l’époque julioclaudienne. Organisation et exploitation des espaces provinciaux, Quatrième colloque Aquitania, Saintes, Abbaye aux Dames, 11-13 septembre 2003, Bordeaux, 2005, p. 17-50.

11 Estimation à partir des informations livrées par quelques trouvailles faites dans le Sud-Ouest de la France. Pour le bronze, le trésor de Garonne (voir R. Étienne et M. Rachet (dir.), Le Trésor de Garonne, Essai sur la circulation monétaire en Aquitaine à la fin du règne d’Antonin le Pieux (159-161), Bordeaux, 1984, notamment p. 426) ; pour l’or et l’argent, et derrière A. Kunisz, Recherches sur le monnayage et la circulation monétaire sous le règne d’Auguste, Varsovie, 1976, J.-P. Bost et Th. Martin, Un trésor d’aurei julio-claudiens à Montans (Tarn), Trésors monétaires, XX, 2002, p. 175-184 et pl. XXX1X-XL ; J.-P. Bost et D. Schaad, Trois petits dépôts d’argent d’époque tibérienne provenant de la région Midi- Pyrénées, Trésors monétaires, XX, 2002, p. 57-68 et pl. XIX - XXI. À partir de la fin du iie siècle pour la monnaie d’argent, un peu plus tard pour la monnaie de bronze, la vitesse de rotation s’accroît notablement.

12 C’est-à-dire ceux qui deviennent caducs lorsque la monnaie parvient à destination après la disparition de celui dont elle porte l’image. Cet inconvénient n’existe pas pour les habitants de la capitale : d’abord, parce que, en principe, ils peuvent approcher directement le prince, ensuite parce qu’ils sont les premiers servis en monnaie fraîche, et donc toujours assurés de connaître rapidement ses traits. C’est au moins le cas des militaires de la Garde (pour lesquels c’est de toute façon une nécessité de service), qui reçoivent le donativum d’avènement.

13 L’Histoire a parfois montré que ce rôle pouvait être déterminant : c’est par son portrait monétaire que, le 22 juin 1791. Louis XVI en fuite a été reconnu à Varennes ! Merci à J.-L. Voisin de ce rappel exemplaire.

14 Sur cette pratique, Hérodien, 5, 5, 6-7 (Elagabal) et 8, 6, 2 (Maxime, Balbin et Gordien César), cf. SHA, Les deux Maximins, 24, 2 ; plus généralement, sur les tableaux et peintures et sur les pancartes qui leur servaient de légendes, M. Corbier, L’écriture, cité note 8

15 Et pas seulement dans les cités à titre officiel, mais aussi dans les maisons et ateliers privés, comme l’atteste au moins une lettre de Fronton à Marc Aurèle (4, 12, 6) sur laquelle J.-L. Voisin a aimablement attiré mon attention : “scis ut in omnibus argentariis mensulis perguleis taberneis protected vestibulis fenestris usquequaque ubique imagines vestrae sint volgo propositae …”.

16 RIC 351-353 : deniers de 16 av. J.C., pour son retour ; aureus RFC 369, de la même année, PRO VALETUDINE CAESARIS.

17 Or et argent : OB CIVES SERVATOS (29, 30, 40, 75-79 mais cf. 1’aureus de 12 av. J.-C. de Cossius Cornelius Lentulus, RIC 413, Auguste en toge relevant la République, écho de 1'aureus de 28 av. J.-C., cité n. 3).

18 Par exemple, la récupération des enseignes de Crassus (deniers RIC 287-289, 304-305, 314-315), le patronage sur l’Arménie (deniers RIC 290-292, 304-307), les arbitrages dans le royaume parthe (denier de L. Vinucius RIC 359, à l’arc parthique).

19 Déjà l’Apollon d’Actium (aux types signalés ci-dessus n. 5, ajouter les deniers de C. Antistius Vetus, RIC 365 et 366), puis les jeux séculaires (RIC 350) ; voir aussi le denier RICA 18 de 12 av. J.-C. et les comices pontificaux d’Auguste.

20 Ainsi le denier de L. Vinucius RIC 360 (routes et argent versé à l’aerarium).

21 On s’en était bien aperçu peu auparavant en Illyricum. Pour la Gaule, voir la partie du discours prononcé par Claude au sénat pendant sa censure, en 48 ap. J.-C. Le prince y rappelait que son père Drusus avait élevé l’autel des Trois Gaules, en 12 av. J.-C. pour susciter chez les notables indigènes un mouvement d’adhésion à Rome et à Auguste dans un moment troublé par l’annonce d’un prochain recensement dont les motifs et les enjeux n’étaient que trop faciles à comprendre (Table Claudienne de Lyon, CIL XIII, 1668 = ILS, 212, lignes 35-38).

22 Les différentes composantes de l’empire sont énumérées ainsi dans le Panégyrique de Pline (7,5) : “senatum populumque romanum, exercitus, provincias, socios”.

23 Sauf l’as Providentia de Tibère, RIC I2, 81, donné commun par Sutherland. Mais il faut signaler les très abondantes séries d’aurei et de deniers de Lyon au thème de Pax-Concordia assise à droite, sous la légende PONTIFMAXIM (RIC 25-30).

24 Aurei RIC 2 et 65, denier RIC 66, as RIC 95, qui appartient à une série classée commune par Sutherland.

25 À la fois la descendance julienne (qu'elle soit naturelle ou issue de l’adoption) pour tous les princes, de Tibère à Néron, et la propre famille de chacun d’entre eux : ainsi, pour Tibère, Livie (HS RIC 50-51), Drusus II, (en 21-22, HS, dp et as RIC42, 43, 45) : Auguste, Agrippine l’Ancienne et Germanicus, pour Caligula, mais aussi ses frères Néron et Drusus décédés sous Tibère et surtout ses sœurs (le HS RIC 41, dont le modèle a été copié jusque dans une lointaine émission provinciale de Tarraconaise : F. J. Rodríguez Morales : Un nuevo sestercio de Ercávica en Tiermes (Montejo de Tiermes. Soria), La moneda hispánica. Ciudad y territorio, IEPNA, Anejos AEspA, XIV, 1995, p. 219-223) ; pour Claude, toujours le DIWS AVGVSTVS (dp RIC 101), puis son père Drusus (I) et sa mère Antonia Minor, son oncle Germanicus et sa tante Agrippine l’Ancienne, puis Agrippine la Jeune et Néron, après l’adoption de celui-ci en 50 (aurei et deniers RIC 75-83 ; HS et dp RIC 107-108) ; sous Néron, aurei et deniers RIC 1-3 et 6-7 pour Agrippine. Sur le thème dynastique, J. M. Blázquez, Propaganda dinástica y culto imperial en las acuñaciones de Hispania, I CNN, Zaragoza, 1972, Saragosse, 1974, Numisma, XXIII-XXIV, p. 311-329 ; W. Trillmich, Familienpropagande der Kaiser Caligula und Claudius, Agrippina Maior und Antonia Augusta auf Münzen, Berlin, 1978 ; Fr. Huriet, La domus Augusta et Claude avant son avènement : la place du prince claudien dans l’image urbaine et les stratégies matrimoniales, RFA, 99, 1997, p. 535-559, spécialement, p. 546-549. Le rôle des femmes dans la transmission du “sang céleste” (Tac. Ann., IV, 52, 2), c’est-à-dire de la légitimité, a été bien mis en lumière par M. Corbier, à qui j’emprunte la citation. Voir Male Power and Legitimacy through Women : the domus Augusta under the Julio-Claudians, dans Women in Antiquity. New Assessments, R. Hawley et B. Levick éd., Actes du colloque d’Oxford, 1993, Londres, 1995, p. 178-193. Autres allusions et remarques sur ce thème dans Ead., La Maison des Césars, Epouser au plus proche. Inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, P. Bonte, dir., Actes du colloque de Paris, 1989, Paris, Germanicus et la Domus Augusta, dans Roma y las provincias : realidad administrativa e ideología imperial, J. González, éd., Actes du colloque de Séville, 1992, Madrid, 1994, p. 39-85, notamment p. 63 et suivantes ; Ead., Maiestas Dormis Augustae, dans Varia Epigraphica, a cura di G. Angeli Bellinelli e A. Donati, Acti del Colloquio Internazionale di Epigrafia, Bertinoro, 810giugno 2000, Faenza, 2001, p. 155-199, notamment, p. 189 ; sur un aspect marginal ici, I. Cogitore, La légitimité dynastique d’Auguste à Néron à l’épreuve des conspirations (BEFAR 313), Rome, 2002, spécialement, p. 165-211.

26 Le jeu d’Auguste était très clair pour les contemporains (cf. Tacite, Ann., 1, 3, 1-5, où les membres de la famine sont les subsidia dominationi, les munimenta que, par les mariages arrangés et les adoptions, Auguste voulait multiplier. Voir aussi le discours adressé à Vespasien que Tacite place dans la bouche de Mucien au début de l’été 69, Histoires, 2, 76, 2 : “fundatam longo imperio domum”) Chez les modernes, la chose a été bien formulée par M. A. Levi, I Flavi, ANRW, II, 2, p. 187-189. Sur les monnaies de Tibère : glorification d’Auguste dans les très abondants asses DIWS A VG VS TVS PATER avec l’effigie et la titulature du successeur au revers, émission de la continuité et de la légitimité. Quant à l’or et l’argent, ils égrènent les puissances tribuniciennes ou le souverain pontificat du prince. L’héritage familial n’était pas invoqué artificiellement : la tradition aristocratique du dernier siècle de la République, avait beaucoup marqué l’imagerie monétaire de ses symboles personnalisés ou personnalisants. Il est plus douteux d’y voir le signe de la confusion qui régnait encore entre la maison impériale et l’État, confusion que, au début de son règne selon Tacite (Ann., 13, 4, 2), Néron se serait engagé à réformer.

27 Sur la circulation monétaire dans les provinces à l’époque julio-claudienne, synthèse récente dans RPC 1 ; voir également ci-dessus, n. 11. Il est bien regrettable que l’on ignore toujours à peu près tout de la circulation monétaire dans la ville de Rome, et cela, pour toute l’époque impériale.

28 Pas seulement pour l’informer : il s’agissait de prendre à témoin les contemporains, à la fois spectateurs et juges des événements qui se déroulaient sous leurs yeux, mais aussi de ne leur laisser de souvenir que ce qui était “politiquement correct”. Voir RIC 1, 2. p. 11-14.

29 Dion Cassius en produit une très suggestive description pour le règne de Tibère (voir notamment le livre 58). Sur les factions de la Cour sous les empereurs Julio-Claudiens, S. H. Rutledge, Imperial Inquisitions. Prosecutors and Informants from Tiberius to Domitian, Londres-New York, 2001, p. 137-156.

30 C’est cela, et non pas seulement, comme on pourrait le penser, la faiblesse de la circulation, notamment celle des séries divisionnaires, qui explique pourquoi la publicité monétaire ne visait guère que la cible “romaine”. Sur ce point, malgré les énormes quantités de monnaies qu elle a mises à la disposition du public (voir ci-dessous, n. 41), la réforme de Néron, n’a rien changé.

31 Lex de imperio Vespasiani, § 6 : “ei agere facere ius potestasque sit”.

32 Le principac devient “una magistratura ordinaria, vera e propria”, écrit justement A. Forzoni, La moneta nella Storia. II. Dalla rivoluzione cesariana alla riforma di Caracalla, Rome, 1995, p. 224. Même s’il était évident que les membres héritiers du prince régnant étaient destinés au pouvoir à leur tour : Vespasien avait été très clair là-dessus (cf. Suétone, Le divin Vespasien, 25. 1 = Dion Cassius, 65,12 / Xiph., 206, 30-208, 1 R. St.). Remarquer aussi que l’époque flavienne est celle qui voit se fixer, et pour longtemps (jusque vers l’époque constantiniennne), la titulature impériale, dans un ordre qui ne doit rien au hasard.

33 Voir les remarques de M. A. Levi, I Flavi, notamment, p. 189.

34 CIL VI, 930 ; ILS, 244. Le document est, on le sait, réduit aux derniers articles de la loi et à la sanctio. Le moment de la mutilation et de la perte des parties manquantes n’est pas connu, mais il est sûr que, au xive siècle, Cola di Rienzo avait pu lire un article relatif au droit de Vespasien de créer des patriciens. Sur la signification politique de la loi, Fr. Huriet, La lex de imperio Vespasiani et la légitimité augustéenne, Latomus, 52, 2, 1993, p. 261-280, avec discussion des hypothèses antérieures et bibliographie.

35 L’article 1 actuel énonce que la politique étrangère relève du domaine réservé ([—]fœdusve cum quibus volet facere liceat). Avant le premier mot conservé fœdus), devaient venir au moins “bellum, pacem”, selon le modèle de Tite-Live I, 49, 7, à propos de Tarquin le Superbe : “bellum, pacem, fœdera, societates per se ipse, cum quibus voluit”. Si le rapprochement est correct, cela tendrait à montrer que, lors de l’établissement de la lex, on a puisé dans un répertoire de formules déjà depuis longtemps consacré par les usages. La formulation utilisée par Tite-Live qui n’a en effet rien de littéraire, semble bien sortir, au contraire, d’un document juridique de contenu similaire. On peut penser à la lex Manilia qui, en janvier 66, donna les pleins pouvoirs à Pompée pour la guerre d'Orient.

36 Comme l’ajoute Tite-Live dans la suite de la phrase citée à la note précédente, tout se faisait “iniussu populi ac senatu”, ce que confirme Pline (Pan., 65. 1) quand il dit des lois que “nemo principi scripsit”.

37 J. Bleicken, Prinzipat und Dominat, p. 12-13, dit que le compromis avait été trouvé sous Auguste, mais il faut bien voir que les excès de certains des règnes postérieurs en rendaient le renouvellement nécessaire.

38 Sans faire une confiance exagérée au texte, on peut croire que le chapitre 65 est particulièrement explicite sur ce point. Pline loue Trajan de sa soumission aux lois et se félicite de ce que “pour la première fois... les lois sont au-dessus du prince” (65. 1). Par ailleurs, dans tout le discours, il revient fréquemment sur la moderatio de Trajan (ainsi 9, 1 ; 10,3 ; 16,1 ; 16, 2 ; 16, 3 ; 17,4 ; 56, 3 ; 63, 8). La moderatio était aussi un des objectifs de Tibère dans les premières années de son règne, si l’on en croit l’émission des dupondii RIC 39 et 40.

39 Voir les remarques d’A. Garzetti. L’Impero da Tiberio agli Antonini, Rome, 1960, trad, anglaise, Londres, 1974, p. 227-228. De plus, Vespasien avait été porté au pouvoir par l’ensemble des provinces.

40 D’où l’idée de bien commun et de patrie commune que l’on trouve déjà dans le discours aux délégués gaulois réunis à Reims en 70 que Tacite met dans la bouche de Cerialis (Histoires, IV, 74). C’est à juste titre que, en 1990, Fr. Jacques et J. Scheid ont intitulé Rome et l’intégration de l’Empire, 44 av. J.-C.-260 ap. J.-C., leur volume de la collection Nouvelle Clio (Les structures de l’empire romain, Paris, P.U.F).

41 Celle des espèces divisionnaires en particulier. Évaluation approximative dans Bost, J.-P. Chaves, Fr. et alii, Belo IV. Les monnaies, Madrid, 1987, p. 58-59 et n. 99 : la prise en compte des seules monnaies de bronze frappées à l’atelier de Rome suggère que, lors de la réforme de 64, le volume de production de la monnaie a quintuplé par rapport à l’époque de Caligula et de Claude, et a même été multiplié par près de 9 si l’on y ajoute la production de Lyon.

42 Noter que cette nouvelle donne politique s’accompagne d’une “reformulation” du culte impérial : voir D. Fishwick, The imperial Cult in the latin West. Studies in the Ruler Cult of the western Provinces of the Roman Empire, volume III : Provincial Cult, Part 1 : Institution and Evolution, Leyde, 2002, p. 95-98 ; voir aussi R. Étienne, Culte impérial, p. 447-459.

43 Pour mon analyse, j’ai utilisé les séries du Roman Imperial Coinage, volumesI2 à V, mais (sauf exception signalée) je n’en ai retenu que les séries consacrées aux princes régnants effectivement, et, parmi elles, uniquement les séries frappées à Rome, et dans celles-ci, uniquement les monnaies classées Communes (C), jusqu’aux Sévères, et ensuite, les monnaies classées S (peu fréquentes).

44 Sur le cas exemplaire d’Hadrien, J.-P. Martin, Hadrien et le Phénix, dans Mélanges d’histoire ancienne offerts à W. Seston, Paris, 1974, p. 327-337. Les premières monnaies de ce prince (déjà citées ci-dessus, n. 3), que RIC classe comme rares ou peu fréquentes, ont pu servir pour les distributions d’avènement dans la ville de Rome où la chose avait le plus de signification politique.

45 Et éventuellement le Grand Pontificat. Voir sur ce point les intéressantes suggestions de B. Rémy, Antonin le Pieux a-t-il reçu le Grand Pontificat du vivant d’Hadrien ?, BSFN, 58, 6, 2003, p. 127-131. Peut-être était-ce déjà le cas de Tibère dont on connaît la longue série lyonnaise d'aurei et de deniers au revers PONTIF MAXIM qui traverse tout le règne.

46 Mais, de toute façon, la victoire avait, dès l’origine, fondé la capacité du prince à s’imposer comme le meilleur.

47 II est bien évident que les aspects militaristes et guerriers sont toujours présents. D’un côté, avec les princes conquérants comme Trajan ou Septime Sévère, ils entretiennent la fierté collective d’appartenir à un Empire puissant. D’un autre côté, dans les moments difficiles, l’exaltation de la victoire obtenue ou espérée est essentielle pour asseoir la supériorité du prince (sa survie, au iiie siècle) et entretenir le moral de l’arrière (ainsi, sous Marc Aurèle, obligé de faire la guerre).

48 En particulier tout ce qui a trait à sa conservation, sa santé, qui mobilise, à l’occasion, des divinités spécifiques.

49 Notamment ses déplacements, visites aux provinces ou campagnes militaires, à quoi il convient d’ajouter, quand il y a lieu, les nouvelles de la Cour (mariages, naissances et décès) et l’élévation du/des prince(s) héritier(s).

50 Voir les exemples cités ci-dessus, n. 3. À l’inverse, il est sûr que, parfois, la cible a été manquée, ainsi pour la très fameuse Indulgentia de 117-118, connue par une inscription de Rome (CIL VI, 967 = ILS 309) et les Anaglypha Traiani, par laquelle l’empereur a abandonné 900 000 000 de HS de créances sur les contribuables de l’Empire. Or cette mesure n’est commémorée que par des bronzes (RIC590 et RLC592a) dont l’indice de rareté est élevé (R2-R3), ce que confirme, en gros, le trésor de Garonne (1655 exemplaires d’Hadrien, aucun exemplaire de ces deux types). Si l’on ajoute à cela les lenteurs de la circulation monétaire, on peut rester sceptique sur l’impact réel dans l’opinion de la transmission de la nouvelle par le support monétaire. La mesure a été certainement communiquée aux intéressés sous la forme d’une constitution générale du type de l’édit de Banasa (voir M. Euzennat et J. Marion, Inscriptions antiques du Maroc. 2. Inscriptions latines. J. Gaseau éd., Paris, 1982. no 100 ; M. Corbier, Le discours du prince d’après une inscription de Banasa, dans Ktema, 2, 1977, p. 211-232 ; G. Di Vita-Évrard, L’édit de Banasa : un document exceptionnel ?, dans 5° Convegno sull'Africa romana. Atti, Sassari, 1987, p. 287-303).

51 C’est cela qui forme le contenu de la pietas impériale. Voir J. Béranger, Recherches sur l’aspect idéologique duprincipat, Bâle, 1953, p. 169-217, surtout p. 173-174.

52 R. Göbl, Antike Numismatik, p. 247, dit que le matraquage de stéréotypes déjà cité (ci-dessus, n. 1) était méticuleux ([eine] “sorgfältige einhämmernde Stereotypie”).

53 Allusion, avec d’autres conclusions que les miennes, dans M.-C. L’Huillier, A propos de l’étude des Panégyriques et des revers monétaires, quelques remarques sur l’idéologie au Bas-Empire, dans Dial. d’Hist. ancienne, 21, 1976. p. 435-443, spécialement, p. 438-439. Je n’ai consulté qu’en résumé l’article de M. Amit, Propagande de succès et d’euphorie dans l’Empire romain, lura, 16, 1965, p. 52-75, mais, si l’on peut admettre que Pax, Salus, Fortuna, Felicitas, suggéraient au citoyen romain un bien-être et un bonheur identifiés à la personne de l’empereur, je ne crois pas que la propagande impériale soit allée en s’intensifiant à mesure que la situation de l’Empire se dégradait.

54 Les premières frappes utilisant cette légende sont d’Antonin, mais le type iconographique (Abundantia en train de vider une cornucopia) est fixé et utilisé dès Trajan.

55 D’Hadrien à Élagabal, relativement peu fréquent (7 types recensés par Fr. Schmidt-Dick).

56 Quatre types seulement, émis surtout sous les Antonins et les Sévères.

57 La légende apparaît avec Antonin, mais son rôle est plutôt d’annoncer les nouvelles heureuses de la Cour, unions et naissances. Sauf sous Pertinax, où l’on célèbre la liesse publique, avec la fin du tyran.

58 Dont Fr. Schmidt-Dick a recensé 15 types, de Trajan à Volusien, ce qui prouve le rôle important que joue cette valeur dans l’idéologie impériale. Sur le sujet, J.-P. Martin, Providentia deorum, Recherches sur certains aspects religieux du pouvoir impérial romain, Coll, de l’Ecole française de Rome-61, Rome, 1982.

59 Selon les heureuses formules de Fr. Chaves Tristán, E. Melchor Gil, M. Oria Segura et R. Gil Fernández. Los monumentos en la moneda hispanorromana, NAC, Quad. Tic., XXIX, 2000, p. 289-317, avec bibliographie, en particulier p. 291.

60 L’un des avantages de l’inventaire de Fr. Schmidt-Dick est justement de montrer que la variété et le choix occasionnellement spécifique de certains types iconographiques prouvent le contraire.

61 C’est le terme utilisé par Hérodien (I, 1,4 : “Bious paradoxous”) pour désigner les règnes souvent très particuliers des successeurs de Marc Aurèle.

62 Dont Velleius Paterculus, II, 126, renvoie un très fidèle écho. Auguste a “ramené la bonne foi sur le forum... du forum, il a chassé la sédition, du Champ de Mars, les brigues, de la Curie, la discorde” ; il a rendu “à la cité les vertus qui semblaient mortes ou surannées : la justice (iustitia), l’équité (aequitas), l’activité (industria)... à tous, il a inspiré le désir ou a imposé la nécessité de bien faire”... “Quand vit-on paix plus joyeuse (pax laetior) ? Paix auguste (pax augusta) qui délivre de toute crainte de brigandage les coins les plus reculés du monde”... “Les provinces sont délivrées des vexations de leurs magistrats (vindictae ab iniuriis magistratuum provinciae).. “C’est par ses actes que le meilleur des princes (princeps optimus) enseigne aux citoyens à bien agir, et s’il est le plus grand par son pouvoir, il est plus grand encore par l’exemple qu’il fournit”.

63 RG, 34, cf. le bouclier d’Arles, AE, 1952, 165. Le thème du bouclier d’honneur associé à la Victoire a été repris par le monnayage sénatorial de Trajan. Voir J. Beaujeu, La religion romaine à l’apogée de l’Empire. I. La politique religieuse des Antonins (96-192), Paris, 1955, p. 59-62.

64 Comme le note justement Fr. Huriet, cité ci-dessus, n. 34 : “la construction augustéenne était ainsi devenue source du droit et faisait désormais jurisprudence”.

65 Pan., 80, 5 ; cf. 33, 1 : l’empereur a le souci de l'utilitas qua civium, qua sociorum ; 67, 4 = 68, 1 ; cf. 94, 5 : on ne formera de vœux pour le prince que “si bene rem publicam et ex utilitate omnium rexerit”.

66 C’est-à-dire les richesses de la cornucopia que tiennent AEQVITAS, CONCORDIA, FELICITAS, la FIDES CIVILE, FORTVNA et, éventuellement, mais ce n’est pas par hasard, PAXez SECVRITAS, qui sont évidemment deux des clés de la prospérité.

67 Pan., 36, 4, cf. Agricola, III, 1.

68 La bonne défense du territoire impérial est illustrée entre autres par les revers à Rome assise, au type de l’Amazone (Schmidt-Dick 5A/03, 5A/13, 5A/17, de Néron à Volusien) ou au type d’Athéna (Schmidt-Dick 5A/08, d’Hadrien à Élagabal), évocations de la défense tranquille : Rome sûre d’elle, mais attentive et l’arme au pied, à la fois au repos et sur ses gardes.

69 Sur le sujet, N. Méthy, La représentation des provinces dans le monnayage romain de l’époque impériale (70-235 ap. J.-C.). dans NAC, QT, XXI, 1992, p. 267-295, notamment p. 283-289.

70 La Tellus stabilita, pacifiée et prospère est illustrée par plusieurs séries d’argent et de bronze d’Hadrien, diversement abondantes, au revers à la jeune femme tenant la charrue et le râteau (RIC 276, denier commun, avec plusieurs types), et surtout (bien qu’il soit moins commun) au revers de Tellus allongée à gauche sur une corbeille de fruits, accompagnée ou non d’un rameau de vigne et appuyant son bras droit sur le globe terrestre (RIC 277 et 178, deniers ; cf. le sesterce BMC, 89, 7 et 89, 9). Mais le thème de l’abondance et de la prospérité revient souvent, à la fois dans les textes des légendes et dans les images, illustré par la présence d’épis et de fruits (FIDES, types civils, de Domitien à Élagabal), du caducée et de la bourse de Mercure, ou de la cornucopia, qui, en plus de la Fortune,. accompagne significativement, notamment sous les Antonins, un grand nombre de revers : AEQVTTAS, CONCORDIA, PAX, FELICITAS, SECVRITAS. TRANQVILLITAS (Antonin), HILARITAS, ABVNDANTIA. On le trouve même associé à la VICTORIA, sous Marc Aurèle, mais ici, l’association se trouve justifiée par les événements. Voir également ci-dessus la note 68.

71 Sur ce thème, commentaires tout à fait bienvenus de R. Étienne et M. Rachet (“Le bonheur par le sage gouvernement de l’Univers”) sur les 1655 bronzes d’Hadrien contenus dans le trésor de Garonne (Le Trésor de Garonne, p. 433-442).

72 J. R. Fears, Princeps a diis electus, Papers and Monographs of the American Academy in Rome, 26, Rome, 1977 ; et déjà, sous Néron, d’après le même J. R. Fears, Nero as the Viceregent of the Goos in Seneca’s De Clementia, Hermes, CIII, 1975, p. 486-496 ; D. Kienast, Nerva und das KaisertumTrajans, Historia, XVII, 1968, p. 51-71. L’idée de la délégation divine est parfaitement exprimée sur des revers portant la légende P M TR P COS III frappés par Hadrien au début de son règne (en 119-122) : RIC 109, aureus, Hadrien debout à gauche, en toge, reçoit de Jupiter le globe terrestre (cf. l’arc de Bénévent – façade ville, panneau gauche de l’attique – où l’on voit Jupiter lui tendre le foudre) : RIC 109, aureus, Hadrien et le Génie du Peuple Romain debout, face à face au-dessus d’un autel ; RIC 110, denier, Hadrien debout à gauche tenant de la main gauche une lance et de la main droite le gouvernail de la Fortune posé sur le globe terrestre. Les aurei sont donnés rares par RIC, mais le denier est commun, et dans plusieurs types d’avers, signe d’une très abondante diffusion.

73 Là-dessus, je me trouve tout à fait d’accord avec W. Trillmich, El Optimus Princeps, retratado por Plinio, y el retrato de Trajano, dans J. González, éd., Trajano emperador de Roma, Atti dei congresso, Siviglia, 14-17 settembre 1998, Rome, 2000, p. 491-507.

74 Ainsi dans l’article, par ailleurs plein d’intérêt, de M. Molin, pour qui le texte vient surtout de quelques sénateurs néo-stoïciens en vue “désireux d’amender un principal confisqué jusqu’à l’avènement de Trajan par des despotes corrompus”, voir Le Panégyrique de Trajan : éloquence d’apparat ou programme politique néo-stoïcien ? Latomus, 48, 1989 (p. 785-786), en particulier, p. 793.

75 C’est l’interprétation de M. P. Charlesworth, The Virtues of a Roman Emperor : propagande and the Creation ot Belief, PBA, 23, 1937, p. 105-133, lui-même appuyé sur les commentaires donnés par H. Mattingly dans les volumes du BMCRE et dans The Roman “Virtues”, HThR, 30, 1937, p. 103-117.

76 Met., 3. 29, 1 (c’est Lucius qui parle) : “C’est alors que je m’avisai de recourir à celui qui est le recours (auxilium civile) des citoyens, et, en faisant intervenir le nom vénérable (venerabile nomen principis) de l’empereur, de me tirer de tous mes malheurs”.

77 Apologie, 13 : “le plus beau salaire pour un empereur, ce sont les louanges, la gloire universelle, l’adoration que lui valent ses bienfaits ; les statues, les temples, les enclos sacrés qui lui sont consacrés, sont aussi des salaires pour les soins (phrontis) et la prévoyance (pronoia) qu’il apporte à veiller (proskopein) sans cesse au bien-être et à la prospérité de tous”. Ce n’est peut-être pas une simple coïncidence si, vers l’époque d’Antonin,'moment où la charge morale et religieuse devient plus nettement présente dans le discours impérial et dans l’image du prince, de nombreuses cités gauloises, au moins en Aquitaine, associent systématiquement les Numina impériaux aux patronages divins locaux sur les dédicaces monumentales qui célèbrent les grandes évergésies. Voir, par exemple, chez les Pictons, l’inscription de Vendeuvre-du-Poitou, Gallia, XXXI, 1973, p. 392 ; chez les Bituriges Cubes, les inscriptions de Néris (CIL XIII, 1376/1377) et de Vandœuvres-en-Brenne (CIL XIII, 1115) ; chez les Pétrucores, ILA Pétrucores, no 6, 7, 8,9, 10, 17, 18, 24.

78 La dépendance marquée des empereurs à l’égard de l’armée à partir des Sévères est analysée par J. Sunskes Thompson, Aufstände und Protestaktionen im Imperium Romanum. Die severischen Kaiser im Spannungsfeld innenpolitischer Konflikte, Bonn, 1990. Le retour de l’armée dans la politique, c’est aussi, comme le disent les sources littéraires, le passage de la fidélité au prince et aux institutions de l’État à une fidélité mercenaire qui pèse de plus en plus lourd sur les finances impériales.

79 Dix séries de deniers communs, treize types de bronze.

80 IOVI CONSERVATORI : 6 types de deniers communs ; 8 types de bronze. Cf. Pline, Pan., 1,6 : Jupiter est conservator imperii nostri.

81 FIDES MILITVM (denier et sesterce communs, as peu fréquent) pour Maximin, VIRT EXERCIT sur les bronzes des Gordiens. Les allusions à la défense victorieuse des frontières en font, bien entendu, partie, que celle-ci soit effective (ainsi pour la VICTORIA GERMANICA de Maximin) ou qu’elles reviennent seulement de façon mécanique (pour les Gordiens).

82 Pour Maximin, INDVLGENTIA AVG, PAXAVGVSTI, PROVIDENTIA AVG, SALVSAVGVSTIsur les deniers et sur les bronzes. Pour les Gordiens : SECVRITASAVGG, VIRTVS AVG G, PROVIDENTIA AVGG (à la fois sur les types de métal précieux et sur les bronzes).

83 Trad. L. Pernot, Eloges grecs de Rome, Paris, Les Belles-Lettres, 1997. En tenant compte du fait qu'il s’agit d’un éloge, et donc de rubriques et de louanges obligées, il est évident que les éléments du discours sont empruntés à une opinion commune sur le rôle et les devoirs du prince : Iustitia, Pietas, Fortuna, Providentia, Virius (sens moral), Aequitas, Felicitas. Par exemple : 8. “À lui [Philippe ?], les actes qui relevaient de la justice, de l’humanité ainsi que de la piété” ; 14. “Depuis que la Providence qui administre et règle toutes choses l’a assis à son tour sur le trône impérial, lui le plus juste et le plus saint des empereurs, nous retirons les bénéfices de sa bonne fortune et de sa providence” ; 15. À présent le bateau [de l’Empire] “est mouillé en toute sécurité... cependant que cet homme guide et dirige la marche de l’Empire comme doit le faire celui qui est l’ornement de la piété et de la justice, et encore de la tempérance, de la maîtrise de soi, de l’intelligence et du reste de la vertu” ; 16. Justice dans les finances ; 17-19. Justice dans les procès (sur la justice impériale, exemplaire : Aelius Aristide, Éloge de Rome, 38-39) ; 22. Équité : Il est comme un père ou comme “un pasteur pour son peuple” (Homère) ; 38. “O lumière du bonheur humain !”.

84 Bien visibles sur les antoniniens émis en grandes quantités à cette occasion. En dehors de la CONCORDIA AVGG, effectivement bien nécessaire, qui apparaît sur les revers des deux princes (RIC 1,10, 22, pour Balbin, RIC 1 et 20 pour Pupien), on trouve des légendes tout à fait inédites : FIDES MVTVA AVGG, PIETAS MVTVA AVGG (RIC 11 et 12, Balbin) ; AMOR MVTWS AVGG, CARITAS MVTVA AVGG (RIC 9 et 10 pour Pupien).

85 Même Milan frappe alors près de 35 % de ses revers aux annonces touchant le programme civil, et seulement 19 % à la célébration de l’armée et de la victoire.

86 Remarques intéressantes de M. R.-Alföldi, Antike Numismatik. 1. Theorie und Praxis, Mayence, 1978, p. 178, sur le changement qui touche, par exemple le type de la FIDES au iiie siècle. Si l’on rencontre toujours la FIDES MILITVM symbolisée par une représentation de la divinité debout tenant une enseigne dans la main droite (Gordien III, RIC 1 ; RIC 192a, de Rome, pour Gallien), signe de la fidélité de l’armée, un antoninien de Claude II frappé à Antioche montre maintenant la FIDES AVG, la fidélité du prince envers les soldats, illustrée par une représentation de Mercure tenant la bourse et le caducée (RIC 207 = H. Huvelin, L’ atelier d’Antioche sous Claude II, N AC, QT, XIX, 1990, [p. 251-272], lère émission, 2e et 3e séries, no 12 et 24).

87 M. Christol, Panégyriques et revers monétaires : l’empereur, Rome et les provinciaux à la fin du iiie siècle, dans Dial, d’Hist. Ancienne, 21, 1976, p. 421-434, spécialement, p. 425-426 et n. 53.

88 Exemples commodément réunis par X. Loriot et D. Nony, La crise de l’Empire romain, 235-285, Paris, 1997, passim ; voir surtout, P. Herrmann, Hilferufe aus römischen Provinzen. Ein Aspekt der Krise des römischen Reiches im 3. Jhdt. n. Chr., Hambourg, 1990.

89 Royce L. B. Morris, Reflections of Citizen Attitudes in Petitions from Late Roman and Byzantine Oxyrhynchus, dans Akten des 21. Internationalen Papyrologenkongresses. Berlin, 1995. Archivfur Papyrusforschung. Beiheft 3, 1997, p. 744-749, en particulier, p. 746.

90 J.-P. Callu, DN : la genèse d’une titulature monétaire, BSFN, 40, 4, 1985, p. 616-619. Sur l’idéologie impériale au Bas-Empire, on consultera en dernier lieu. F. Kolb, Herrscherideologie in der Spätantike, Berlin, 2001, Studienbücher, Geschichte und Kultur der alten Welt.

91 Remarques plus nuancées de C. Dupont, Sujets et citoyens sous le Bas-Empire romain de 312 à 565 après Jésus-Christ, RIDA, XX, 1973, p. 325-339 : l’adhésion de tous à la nature du régime impérial laisse conclure que ces sujets de fait sont cependant des citoyens.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8558/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540