Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

3. L’empereur, la politique et la monnaie

Guerre et finances, de Marc Aurèle à Maximin (161-238)

Note de l’éditeur

Economie antique. La guerre dans les économies antiques, EAHSBO, 5, 2000, p. 399-415.

Texte intégral

  • 1 Partir de 161 se justifie par les transformations de la conjoncture militaire dès le début ou pres (...)

1L’objectif de ce rapport n’est pas d’être totalement original, puisqu’il se veut surtout un état de la question et que, même s’il s’en sépare sur certains points, il doit beaucoup aux réflexions et aux hypothèses stimulantes proposées notamment par J.-P. Callu, M. Corbier, D. R. Walker et M. Christol. Je pense aussi, comme bien d’autres, que le débat moderne sur les composantes monétaires de la crise de l’Empire romain, ouvert par les propositions de F. Heichelheim, ne peut plus être présenté dans les termes ni dans le schéma où l’avait enfermé le savant allemand : on ne croit plus aujourd’hui que la crise de l’Empire commence dès Marc Aurèle, et on ne relève pas de signes marquants du déclenchement de celle-ci avant le milieu du IIIe siècle, au moins le règne de Philippe, qui, sur les plans militaire et monétaire, voit se produire les premières ruptures significatives (Loriot 1975a ; Christol 1997). Cela m’a encouragé à m’intéresser à mon tour à une période riche en événements1, pour laquelle j’ai essayé de faire dire aux sources numismatiques ce que ne nous apprennent pas les sources littéraires.

  • 2 Ce passage, souvent commenté, est l’un des deux fondements obligés de toute tentative de reconstit (...)

2On le sait bien, l’information que procurent les sources écrites n’est pas, sur le point qui nous occupe, celle que nous souhaiterions : nous voudrions des chiffres (notamment ceux du budget militaire, et, plus généralement, ceux du budget de l’État), et nous voudrions que, lorsqu’elles parlent de dépenses, elles distinguent l’essentiel de l’accessoire. Or, nous n’avons rien de tel : si Dion Cassius, dans le discours de Mécène (52, 28, 1, mais le dossier est exposé par bribes dans l’ensemble des chapitres 27, 28 et 29), assure que, dans le budget public, l’armée représente la plus grosse part des sorties d’argent2, le plus souvent, seules retiennent l’attention des auteurs anciens les situations exceptionnelles (par exemple, l’aide aux villes sinistrées), et les dépenses (évidemment toujours énormes) condamnées au nom de la morale et de la dignité nationale, celles que Walker appelle “extravagances” (Walker 1978, p. 138), disons, comme Callu (Callu 1969, p. 317), le gaspillage sous toutes ses formes (ainsi celles qu’engagent Commode ou Élagabal), et celles qui ont pour bénéficiaires les ennemis de l’extérieur et les soldats. Bref, si les sources parlent à l’occasion des finances publiques et très accessoirement de la monnaie, la guerre, elle, est presque toujours absente.

  • 3 Exemples relativement nombreux chez Dion Cassius – notamment, parce que c’est un cas particulièrem (...)
  • 4 L’augmentation de la production de la monnaie d’argent au cours de cette période montre que, en ré (...)

3Plus exactement, c’est le prix de la guerre qui est absent : on sait bien, en effet, et justement grâce au témoignage des textes, que la guerre, civile, mais surtout étrangère, a pris ou repris, depuis le règne de Marc Aurèle, une place importante dans la vie de l’Empire parce que des changements profonds sont intervenus dans les rapports que celui-ci entretient avec ses voisins d’Orient, mais surtout ceux d’outre-Rhin et Danube : jusque-là, malgré quelques alertes plus ou moins sérieuses, il avait eu constamment, ou presque, l’initiative des opérations militaires. Il pouvait parler haut et frapper fort et, sauf cas exceptionnel, il combattait toujours au-delà de ses frontières. Ce qui change vers la fin du iie siècle, c’est justement qu’il perd l’initiative des hostilités et que, même, il subit de plus en plus fréquemment l’invasion de ses provinces frontalières, ce qui engendre destructions (des personnes et des biens) et rafles de tous genres (soldats prisonniers, civils capturés, bétail et butin). Le coût de ces pertes n’est pas seulement supporté par les régions touchées par les raids, mais aussi par l’État, dont les revenus sont amoindris du fait de l’incapacité – au moins temporaire – de ces zones à produire impôt et autres richesses (les mines par exemple). Ce qui nous étonne aujourd’hui, c’est que nos sources, qui nous renseignent pourtant assez bien sur tout ce que demande la mise en train et le déroulement d’une expédition guerrière3, paraissent négliger en même temps ce point essentiel. Il est vrai que, le plus souvent, nos auteurs nous racontent une histoire romaine vue de la capitale, dans laquelle les provinciaux ne tiennent qu’une place limitée, mais il faut dire aussi que, à cette époque, personne, sans doute, n’était capable de l’estimer correctement. Toutefois, une information donnée par Eutrope (VIII, 13) et, après lui, par l'Epitome (16, 9) et l'Histoire Auguste (Vita Marci, XVII, 4-5), livre matière à réflexion : on lit en effet que, en 175, après la première guerre germanique, le Trésor était vide, ce qui conduisit Marc Aurèle à vendre le mobilier impérial pour ne pas “imposer de contribution aux provinciaux et au sénat”. Ainsi, moins de quinze ans après la mort d’Antonin, plus rien ne subsistait des 675 millions de deniers que celui-ci avait accumulés4. Comment expliquer ce désastre financier ? Ne parlons pas de dépenses inconsidérées : si Lucius Verus était un dissipateur, son frère, lui, était économe. Trois facteurs décisifs paraissent avoir joué un rôle déterminant : d’abord, le donatiuum d’avènement (5 000 plus 3 000 deniers par tête aux prétoriens), puis, indiscutablement, quatre ans et demi de guerre parthique, et, enfin, les différentes campagnes de la première guerre germanique. Ce témoignage, encore qu’il ne nous informe qu’indirectement, est néanmoins précieux parce qu’il prouve que faire la guerre, même dans l’Antiquité, coûtait cher et affectait durablement l’état des finances impériales.

— Fig. 1. Le budget de l’Empire (d’après R. Duncan Jones). —

  • 5 Corbier 1975, qui, à mon avis, sous-estime un peu ce que sont les besoins immédiats engendrés par (...)

4La chose peut sembler aller de soi, mais ce n’est pas le cas. M. Corbier a observé en effet, que les conséquences de la guerre sur le déséquilibre budgétaire chronique de l’Empire n’étaient peut-être pas si considérables, puisqu’il faut déduire des dépenses engagées toutes celles qui sont transférées régulièrement sur les populations civiles (par exemple, certains frais d’entretien et de transport), et aussi d’autres pratiques, comme (peut-être) celle des enrôlements temporaires qui allègent (de combien ?) la charge de l’État, et qui atténuent donc une hausse brutale des besoins, notamment monétaires5. Que l’on soit d’accord ou non avec ces propositions, une chose est sûre cependant, c’est que nos sources, elles, raisonnent autrement, et mettent en avant, comme principal facteur de déséquilibre, les subsides octroyés à l’ennemi (auxquels s’ajoutent parfois les indemnités de guerre, comme les 200 millions de sesterces que, d’après Dion Cassius, 78, 27, 1, Macrin dut payer en 217), et – surtout – les faveurs de plus en plus généreuses accordées aux soldats : bref, nos auteurs ne nous apprennent pas combien coûte la guerre, mais ils cherchent à nous faire comprendre que ce qui coûte (et cher) ce sont les Barbares et les soldats. Ce sont ces dépenses honteuses et scandaleuses qui entraînent pour l’État des besoins accrus, besoins qui se traduisent évidemment par des ponctions elles aussi accrues sur les particuliers et aussi les collectivités. À plusieurs reprises, dans ses publications déjà citées, M. Corbier a dressé la liste des moyens utilisés par les empereurs pour créer des ressources nouvelles capables de donner au Trésor l’argent nécessaire, depuis l’augmentation des impôts jusqu’aux exactions, pas toutes imputables aux temps de guerre civile, quand on pense aux prélèvements autoritaires effectués par Maximin sur les biens des cités. Quelles qu’aient été leurs motivations, nous retiendrons de ces mesures fiscales et de ces expédients plus ou moins recommandables qu’ils signalent une augmentation des besoins de l’État. Dire, comme le font Dion et Hérodien, que les seuls responsables de la chose sont les fantaisies impériales, les chefs barbares (tributs) et les soldats (cadeaux) relève évidemment de l’exagération partisane, d’autant plus que Dion lui-même met bien en lumière l’ampleur des dommages causés par les courses barbares dans le récit qu’il fait du règlement de la paix de 175 (71, 11-21). On peut supposer aussi que l’intervention de l’or dans ces paiements, à partir des Sévères, a dû contribuer à amplifier dans l’esprit de nos auteurs leur caractère monstrueux.

5Résumons : les sources littéraires savent parler de la guerre, mais ne s’intéressent à son prix que lorsque celui-ci correspond à des dépenses énormes, insensées et déshonorantes, qui ne peuvent être acquittées que par d’injustes ponctions sur les bons citoyens. Impossible d’en savoir plus, et notamment de connaître ce qu’a été, entre 161 et 238, la part de la guerre dans l’augmentation des besoins. Pour trouver des informations plus précises, il faut donc recourir à d’autres sources. C’est le moment d’interroger la monnaie.

6Pour tenter d’apprécier le poids de la guerre sur les finances impériales, la monnaie est théoriquement le meilleur observatoire ; en tout cas, les modernes la considèrent comme la seule source objective apte à rendre compte du phénomène, puisque, dans l’Antiquité, la seule à circuler est la monnaie métallique, c’est-à-dire une monnaie que l’on peut compter, peser et étudier dans sa composition interne. Ces trois modes d’analyse du matériel monétaire constituent, comme l’on sait, la batterie du numismate. Parce que, pour mon propos, l’étude des poids n’est finalement pas très utile, encore qu'elle soit relativement suggestive, je m’attacherai ici seulement aux comptages et aux analyses.

Les comptages

7L’idée de départ est simple : puisque faire la guerre exige beaucoup d’argent, cela oblige donc l’État à produire de la monnaie ; par conséquent, compter les monnaies permet d’établir des courbes des variations de la production, qu'il ne reste plus, ensuite, qu’à mettre en rapport avec les événements militaires. Comme les sources écrites répètent que, depuis Marc Aurèle, l’Empire vit au jour le jour, le raisonnement devient à la fois logique et pertinent.

8La vérité est, on le sait, bien différente puisque nous ne connaissons pas les quantités qui ont été effectivement frappées par les ateliers impériaux et que nous manque aussi – pour la période qui nous intéresse – la détermination du nombre des coins utilisés (au moins à l’atelier de Rome) pour produire les aurei et les deniers. Tant que l’on n’aura rien de tel, on devra s’en tenir à des approches très approximatives, aux résultats très incertains, plus propres, assurément, à susciter l’indignation des collègues numismates et historiens, qu’à procurer des bases solides à la réflexion, et cela d’autant plus que, à chaque mode de calcul, correspondent des résultats particuliers, éventuellement contradictoires.

L’or

  • 6 Cette catégorie disparaît pratiquement, pour l’or, à partir de Septime Sévère.
  • 7 Le système que j’ai choisi ne rend pas possible l’utilisation des données fournies sur ce point pa (...)

9Pour ma part, je me suis risqué à utiliser le simple décompte des types enregistrés par les auteurs du Roman Imperial Coinage (RIC). Bien entendu, c’est très critiquable, puisque ne figure dans ces catalogues aucune donnée chiffrée, seulement des indications (dont la sûreté n’est pas absolue) sur les taux de fréquence d’apparition de ces types dans les grandes collections. Cette fréquence est classée en trois catégories: C (types communs), S (types assez peu fréquents), et R (types rares, avec plusieurs coefficients de rareté). Pour utiliser ces données éminemment fragiles, j’ai supposé que les types C représentent des coins très ou assez productifs6, les types S, des coins assez peu productifs, et les types R, des coins très peu ou extrêmement peu productifs7. Examinons maintenant les résultats obtenus, successivement pour l’or, puis pour l’argent.

10La soif de l’or n’épargne personne, de l’empereur au dernier des citoyens. On voit Commode exiger des sénateurs 2 aurei par personne, Caracalla réclamer indûment l’or coronaire, ou encore Maximin mettre au pillage les trésors des cités. Cet or va logiquement au prince, qui en redistribue une partie aux habitants de Rome lors des congiaires, aux soldats en diverses circonstances codifiées, mais aussi aux chefs barbares sous la forme de cadeaux qui flattent également celui qui donne et celui qui reçoit, puisque l’or est par excellence le métal du don et de la munificence. C’est aussi le métal de la puissance et du prestige, ce que rendent manifeste les fortes émissions qui accompagnent le début de chaque règne (en liaison, évidemment avec les distributions signalées). En dehors de cela, quels rapports le métal jaune entretien-t-il avec les besoins proprement militaires ? Autrement dit, quels rapports peut-on établir entre la guerre et la production de monnaies d’or ? Les informations que j’ai réunies (à partir du RIC) donnent les résultats ci-après (fig. 2 et 3).

Périodes

Total des types

Types communs

Antonin : moyenne du règne

18,8

8,26

Mars 161-décembre 168

26,45

14,32

Décembre 168-décembre 172

6,67

2,33

Décembre 172-mars 180

7,17

0,83

Commode

8,3

0

— Fig. 2. La production de l'or (1,38-192) d’après RIC III (en nombre de types par an). —

  • 8 Commentaires de J.-P. Callu, dans Callu 1969, p. 134-135.
  • 9 9 DC, 51, 32, 1 : il s’agit de la septième libéralité du règne.

11Sous Marc Aurèle, la chose est bien connue, se produit, à partir de 169, une chute brutale de la production. Alors que s’engagent précisément les grandes guerres germaniques, la règle est d’économiser le métal précieux. L’utilisation des médaillons de bronze dans les distributions en témoigne8, comme aussi ce passage de Dion Cassius qui montre l’empereur refusant d’accorder à la population de Rome les huit aurei qu'elle réclame, et distribuant 200 deniers, c’est-à-dire l’équivalent, mais en argent9.

  • 10 Les statistiques établies pour la Gaule par J.-P. Callu et X. Loriot (Callu, Loriot 1990) confirme (...)

12L’or continue de rester rare sous Commode (fig. 2 et 3), avec un indice de production de 44, inférieur de 56 % au niveau de l’époque d’Antonin110, mais, sous Sévère, la production est relancée au niveau des années 138-168 et se maintient apparemment à un stade élevé pendant tout le règne, bien que, il faut le relever, le RIC ne signale pratiquement plus de monnaies “communes”. Les 10 aurei distribués en 202 à la population de la capitale (Loriot 1973) montrent bien la volonté du prince de revenir à des dépenses de prestige, peut-être acquittées (au moins partiellement) avec l’or de Ctésiphon (Corbier 1976-1977, p. 520) et celui récupéré lors des victoires remportées sur ses ennemis des guerres civiles. Si l’on en croit Hérodien, Sévère pratiqua à la fois la liberalitas et la parsimonia, et son avaritia lui permit d’entasser un trésor considérable, que Caracalla réussit à dissiper en un jour (IV, 9).

13Macrin, qui avait promis huit aurei aux soldats d’Orient, paraît avoir frappé massivement, du moins si le nombre des types émis (47, contre 22 pour Caracalla et environ 20 pour Sévère) a un sens. Impossible toutefois de distinguer dans cette production qui ne dure que 14 mois ce qui appartient aux dons d’avènement, aux largesses consenties aux soldats (à regret, puisque ce prince fait partie des empereurs économes), et au versement aux Perses de l’indemnité de guerre de 50 millions de deniers (payés en or ?). Élagabal revient à des quantités beaucoup moins importantes (indice 18,4), que Sévère Alexandre, puis Maximin, ramènent encore au-dessous du niveau commodien (indices de 7,7 et 3,9 ; fig. 3b).

14Que tirer de tout cela ? Malgré de brusques accélérations, la tendance de la production est nettement à la baisse entre Marc Aurèle et Maximin. Or, dans le même temps, il y a eu des guerres nombreuses, des générosités parfois démesurées, augmentées (sous Caracalla et Elagabal) des débordements et des fantaisies condamnés par les sources. On voit aussi que phases de forte production et phases creuses se succèdent selon un rythme d’environ 25 à 30 ans (138-168,168-193,193-222, et enfin 222-238). Si ces alternances ne sont pas de pures coïncidences (ce que rend parfaitement plausible la conjoncture politique et militaire du temps), il faut en déduire que, à certains moments, l’or qui entre dans les caisses publiques est conservé en lingots, ce que suggèrent à la fois le magot de Sévère et la réputation d’avarice de Sévère Alexandre. Dans les deux cas, une chose est nette : la production de la monnaie d’or n’est pas directement liée à la conjoncture militaire, c’est-à-dire, à la guerre, puisque les deux phases creuses d’après 168 et d’après 222 correspondent précisément à deux périodes de guerres. Va-t-on y voir plus clair avec l’argent ?

Périodes

Nombre de types par an

Antonin + Marc Aurèle avant décembre 168

20,7

Marc Aurèle + Commode (169-192)

7,4

Septime Sévère

19,6

Caracalla

22,4

Macrin

47,1

Élagabal

18,4

Sévère Alexandre

7,7

Maximin

3,9

— Fig. 3a. Types d’or émis entre 138 et 238 (d’après RIC ; en nombre de types par an). —

— Fig. 3b. Types d’or et d’argent émis entre 193 et 238 (d’après RIC ; TT = total des types ; NTA = nombre de types par an). —

L'argent

15Théoriquement, parce que c’est le métal dans lequel on paie (en temps normal) les soldats, les subsides aux chefs barbares et les dépensés de guerre, l’argent doit offrir une image plus proche des réalités. Examinons donc si les données reportées sur les figures 4 à 6 permettent de conforter cette proposition.

  • 11 Walker 1978, p. 126 (cf. 1977, p. 83) connaît de cette émission 140 coins d’avers pour 162 exempla (...)

16Sous Marc Aurèle, le nombre des types frappés est supérieur de 10 à 12 % à la moyenne de ceux qui ont été émis entre 96 et 192 (chiffres a) et entre 96 et 161 (chiffres b). Si l’on retient seulement les monnaies “communes”, l’augmentation est beaucoup plus forte : de 42 % (a) à 53 % (b). Dans le détail (fig. 5), et en partant de la moyenne du règne d’Antonin, on relève d’abord une forte poussée au début du règne, que l’on attribuera aux cadeaux d’avènement offerts par les deux frères, et aussi aux dépenses de la guerre parthique, quoique l’atelier oriental de Césarée de Cappadoce ait émis abondamment pour la circonstance11. La courte diminution qui suit (et qu’accompagne, selon Walker 1977, p. 37, une amélioration du contenu métallique du denier) est remplacée, au moment où s’arrêtent pratiquement les frappes d’or, par une nouvelle hausse de la production qui dure jusqu’en 180, c’est-à-dire à la fois la mort de Marc Aurèle et l’arrêt des hostilités. Ici, donc, les monnaies racontent la guerre et montrent que l’État a choisi d’en acquitter les frais en deniers. Observons d’ailleurs, que, jusqu’en 180, la courbe des monnaies “communes” suit de près celle de l’ensemble des types, et remarquons aussi que, sous Commode, le retour de la paix se lit dans la diminution des frappes, diminution qui n’empêche pas cependant que se poursuive la détérioration de la pièce d’argent (fig. 5).

— Fig. 4. Nombre des types d’argent (deniers et quinaires) émis au cours du iie siècle (d’après RIC ; 2/1 rapport des moyennes). –

Périodes

Total des types

Types communs

 % d’argent (d’après Walker)

Antonin (moyenne)

23,8

11,8

85

Marc Aurèle(mars 161-décembre 165).

31,5

28,9

79

166-décembre 170

13,4

12

82,3

171-172

17

13

77

173-180-

25,9

21,4

79,75

Commode (180-184)

24,6

16,8

76,45

184189

19,4

8,4

75,35

190-192

14,7

4,7

72,47

— Fig. 5. Types d’argent émis au Marc Aurèle et Commode (d’après RIC, en nombre de types par an). —

17Le règne de Septime Sévère renvoie un peu les mêmes images. Entre 193 et 202, les ateliers de Rome et d’Orient réunis ont frappé massivement pour les cadeaux d’avènement, la guerre civile et la guerre parthique : 618 types, qui ne sont plus que 16 en 202 (contre 18 types d’or, gonflement très révélateur à mettre en rapport avec les 10 aurei distribués alors), tandis que les années 203-211 ne sont illustrées que par 320 types (moyenne de 7,87, contre 73,4 avant 202). Notons cependant que cette moyenne remonte dans la période 208-211, passant à 9,33, peut-être le résultat de l’expédition britannique ( ?).

18Après 211, les choses sont peu nettes : le monnayage de Caracalla, malgré les dépenses excessives de ce prince, malgré la création de l’antoninien, reste à un niveau inférieur à celui de son prédécesseur, mais il est bien possible que l’on atteigne là les limites extrêmes de validité de la méthode utilisée. Avec Macrin, l’information redevient crédible parce que l’on peut expliquer l’énorme augmentation du nombre des types frappés (fig. 6), notamment des types “communs”, par la volonté (et la nécessité) de multiplier la production de monnaie à son image (on constate la même chose pour l’or), et aussi par la conjoncture, puisqu’il lui a fallu à la fois payer la guerre parthique et satisfaire les exigences de ses troupes.

19Si les fantaisies d’Élagabal, comme aussi son désir de remplacer les émissions de Macrin, justifient que se maintienne un haut niveau de production, notamment celle de l’antoninien en 218-219 (fig. 3b), la chute de la courbe à partir de 222 s’accorderait assez bien avec la parsimonia de Sévère Alexandre, parcimonie que les soldats dénonçaient comme de l’avaritia et qui fut une des causes de la mort du jeune prince. Mais la parsimonia de Maximin ne fut pas moins grande, puisque nos catalogues enregistrent sous son règne les plus faibles quantités de types de toute la période. Il est vrai que, sous ce prince batailleur, la guerre se faisait à l’extérieur et se nourrissait d’elle-même ; reste que, pour l’ensemble de la période 222-238, la courbe descendante de la figure 6 ne correspond pas à ce que l’on attend. Mais c’est peut-être seulement parce que le mode d’observation choisi n’est pas pertinent. Tournons-nous alors du côté de la métrologie et des analyses.

Les analyses

  • 12 Même si la validité de ses analyses semble remise en question aujourd’hui, cela n’infirme pas grav (...)

20Je serai beaucoup plus bref sur ce chapitre, puisque nous disposons à la fois des volumes très remarquables de Walker, augmentés de ses précieux commentaires12, et aussi de toute la tradition héritée des propositions d’Heichelheim sur le rôle des soldats, sinon de la guerre, dans la détérioration de la monnaie d’argent à partir de Marc Aurèle : schématiquement (car la thèse couvre un champ historique et méthodologique beaucoup plus large), disons que, à l’augmentation des besoins de l’État en numéraire, a correspondu une diminution de la qualité des monnaies, en poids(toutes, y compris l’or) et en contenu métallique (avant tout l’argent, mais le taux d’argent dans les aurei révèle l’utilisation de métaux précieux non raffinés, témoins éventuels de la détresse financière de l’État), solution de fortune simple et rapide pour donner de l’aisance aux finances publiques et permettre à l’État d’assurer le paiement de ses dépenses incompressibles.

Périodes

Total des types

Types communs

Antonin + Marc Aurèle (avant décembre 168)

24,9

15,4

Marc Aurèle + Commode (169-192)

10,7

8,4

Septime Sévère

54

12

Caracalla

44,7

11

Macrin

111,4

42,9

Flagabal

77,9

44,6

Sévère Alexandre

27,1

16,3

Maximin

14,1

4,2

— Fig. 6. Types d’argent émis entre 138 et 238 (d’après RIC ; en nombre de types par an et en équivalent-deniers). —

  • 13 Avec beaucoup d’autres, je pense cependant qu’il est un peu risqué d’appliquer systématiquement à (...)
  • 14 II est certain cependant que c’est la crise politique et les guerres civiles de 238 qui ont entraî (...)

21En décrivant minutieusement les étapes de l’incontestable abaissement du titre d’argent du denier, Walker a pensé pouvoir mettre en évidence des paliers successifs (ici, fig. 7) qu’il raccroche à des épisodes guerriers de la vie de l’Empire (guerres parthiques, guerres germaniques et guerres civiles) en même temps qu’à des accidents dus à la pression des soldats ou aux fantaisies des princes un peu “paradoxaux”. Pour les raisons que je viens d’indiquer, je n’ai aucune envie de critiquer Walker13, d’autant que, en lisant attentivement les listes si riches du Roman Silver Coinage, on peut glaner bien des renseignements de grand intérêt. J’ai, par exemple, relevé les séries dans lesquelles le pourcentage de plomb contenu dans l’argent des deniers dépasse 1 % (fig. 8). Le mouvement commence sous Antonin, dans la dernière décennie du règne, au moment justement où Walker repère un fléchissement marqué, et où Callu note une dégradation parallèle de l’orichalque des sesterces, dans la composition desquels le plomb entre désormais lui aussi en quantités non négligeables (Callu 1992, p. 297-303). Ensuite, plusieurs des étapes de la dépréciation correspondent aussi à des périodes où le plomb est présent dans des proportions inhabituelles : entre 170 et 180, entre 186 et 192 (où sont atteints les plus forts pourcentages) et enfin, en 193. Après, plus rien. Si cette disparition n’est pas à mettre au compte d’un changement dans les méthodes d’analyse, on a bien l’impression que ces modifications sont à relier plutôt à des changements dans le minerai utilisé ou dans le réemploi de métaux de refonte ; le rythme même d’apparition de ces taux de plomb élevés suggère de privilégier cette interprétation : un rythme de 15 ou 20 ans paraît en effet s’accorder assez bien avec le retour des pièces dans les caisses publiques par le biais de la fiscalité. Ce faisant, on ne déplace pas le problème de la diminution du titre des deniers, on déplace seulement les hypothèses faites sur la nature des motifs qui en rendent compte. Ce n’est d’ailleurs pas le seul exemple que l’on pourrait avancer : étudiant, derrière J. Guey, la dévaluation de Septime Sévère (la seule vraie, d’ailleurs) et sa réussite, M. Corbier (Corbier 1976-1977, p. 522 et 538) a justement choisi de l’expliquer par des raisons économiques, et non strictement monétaires, comme la réponse de l’État à l’augmentation de la demande de moyens de paiement, dans le cadre d’une situation économique de prospérité, et non dans le contexte d’une crise que contredisent les témoignages concordants des données épigraphiques et archéologiques. La chose est d’importance, puisqu’elle permet de ne plus attribuer aux seuls effets de la guerre (au sens large, avec les soldats et les tributs) les manipulations monétaires, et de mettre au contraire en valeur le rôle des particuliers et de la demande de numéraire issue des besoins privés14. La détérioration de la qualité prouve simplement que le stock de métal précieux n’est pas extensible et qu’il n’est pas renouvelé. Je crois d’ailleurs, moi aussi, que cela n’a pas eu d’effet sur la confiance que les gens avaient dans la monnaie, avant au moins 238, et plus vraisemblablement même, avant le règne de Philippe.

22Ma conclusion va être une conclusion à première vue embarrassée. Parti avec l’idée que les sources antiques et l’interprétation des “dévaluations” proposées par les modernes donnaient les pistes à suivre, et les bonnes, je constate finalement que ni les sources littéraires, ni même les monnaies (sauf exception, par exemple, sous Marc Aurèle) ne nous parlent clairement (et quel que soit le poste d’observation retenu, comptages ou analyse du titre) de la guerre et de ses effets sur les finances impériales, du moins sur la production de la monnaie. C’était déjà acquis pour les premières, mais le bilan des secondes n’est pas moins décevant, au moins en apparence. Les pessimistes en concluront, avec de bons motifs, que c’est la validité même de la méthode utilisée qui est en cause. Peut-on néanmoins dépasser ce stade négatif de la réflexion ? Je crois que oui et que, dans ces résultats suspects et peu encourageants, il y a matière à réflexion, ce que je résumerai ainsi.

  1. Il y a bien eu, sous Marc Aurèle, une phase de grande détresse financière pour le Trésor. Sur ce point, le témoignage des sources est corroboré par celui des monnaies. Ce que semblent aussi montrer les monnaies, c’est qu’après 180, la situation a été rétablie et que les sorties de numéraire ont été surtout destinées aux libéralités et aux dépenses de prestige (en particulier au début de chaque règne) et non pas (sauf sous Macrin) au financement des opérations militaires (par exemple, si l’augmentation des frappes dans les années 208-211 est réelle, elle est de toute façon de faible ampleur). Autrement dit, l’Empire a finalement bien supporté les difficultés ou même les drames auxquels il s’est trouvé confronté au cours de cette période : le trésor a été vidé sous Marc Aurèle, puis les réserves se sont reconstituées.
  2. Cette constatation invite précisément à regarder du côté des stocks, bien que nous ne sachions rien, ni de leur volume, ni de leur mode de gestion. Je veux parler ici du métal précieux conservé en lingots, mais aussi du métal monnayé, celui qui rentrait avec le produit des impôts, et celui que les changements de règne immobilisaient soudain dans les caisses publiques. Nous raisonnons souvent comme si les disponibilités du Trésor se limitaient aux quantités frappées par chaque prince, mais c’est faux. Sans parler des quantités de métal conservées en lingots ou même en objets précieux, disons, en métal non monnayé (comme le montre le taux d’argent éventuellement présent dans les aurei), ce numéraire immobilisé, impossible à chiffrer, mais bien réel, jouait sûrement un rôle important d’un règne à l’autre et servait notamment d’élément régulateur pour pallier, par exemple, les insuffisances de la production de l’atelier de Rome.
  3. Cela aide à interpréter et à corriger la chute de la production de la monnaie sous Sévère Alexandre et Maximin, période de reconstitution des stocks amoindris par les ponctions effectuées par leurs prédécesseurs dépensiers. Chacun des deux princes y a aidé à sa manière, le premier, par de sages économies, le second, par des spoliations brutales. La détérioration de la monnaie elle-même trouve ici une explication complémentaire : si elle permet à l’Etat d’adapter ses ressources à ses besoins, elle est aussi un moyen de reconstituer les fonds, en tout cas de ne pas trop puiser dans les réserves. La crise de 238, et les dépenses énormes qui ont été engagées alors, prouvent suffisamment qu’il y avait de l’argent dans les caisses lorsque le Sénat a pris la direction de la révolte.

— Fig. 7. Les causes des dévaluations (148-238), d’après Walker. —

— Fig. 8. Tableau de pourcentages de plomb (d'après Walker). –

23Tout compte fait, je crois que, dans leur médiocrité et leurs insuffisances, les données que nous offrent les colonnes du RIC sont assez suggestives parce qu’on peut y lire diverses informations. Certes, on n’y voit pas nettement la guerre et ses effets financiers, mais cela ne signifie pas que la guerre n’a pas coûté cher, cela signifie simplement que l’époque de la dynastie sévérienne a été celle de la reconstitution des réserves. C’est ce qu’ont fait Septime Sévère par ses victoires et Sévère Alexandre par sa parcimonie, puis, après 235, Maximin par ses exactions. De là le fait que la situation n’était pas mauvaise en 238. Mais cela ne veut pas dire non plus que la situation de l’Empire était particulièrement florissante, car, en fait, la prospérité était toujours provisoire et dépendait toujours de conditions particulières (ici, seize ans d’économies impériales). Comme l’ont souligné avec raison les auteurs dont je me suis inspiré, elle restait toujours fragile, car l’État romain n’était pas capable de supporter un effort financier prolongé : les premières catastrophes du règne de Philippe allaient bientôt cruellement le démontrer.

24Je remercie de leurs remarques F. de Callataÿ, J.-M. Carrié, C. Grandjean, J. Kolendo et Ch. Whittaker.

Bibliographie

Bibliographie

Callu 1969 : CALLU (J.-P.), La politique monétaire des empereurs romains de 238 à 311, 1969 (BEFAR, 214), Paris.

Callu, Loriot 1990 : CALLU (J.-P.), LORIOT (X.), IJor monnayé II. La dispersion des aurei en Gaule romaine sous l’Empire, Juan-les-Pins, 1990.

Callu 1992 : CALLU (J.-P.), Paix romaine et fragilité monétaire, Numismatica e Antichita classiche, QT, XXI, 1992, p. 297-308.

Christol 1977 : CHRISTOL (M.), Effort de guerre et ateliers monétaires de la périphérie au iiie siècle ap. J.-C. L’atelier de Cologne sous Valérien et Gallien, Armées et fiscalité dans le monde antique, Paris 14-16 octobre 1976 (colloques nationaux du CNRS, 936), Paris, 1977, p. 235-277.

Christol 1997 : CHRISTOL (M.), L’Empire romain du iiie siècle. Histoire politique. 192-325 après J.-C., Paris, 1997.

Corbier 1975 : CORBIER (M.), Dévaluations et fiscalité (161-235), Les “dévaluations” à Rome. Époque républicaine et impériale 1, Rome, 13-15 novembre 1975, (EFR, 37), Rome, 1978, p. 273-309.

Corbier 1976-1977 : CORBIER (M.), Fiscalité et monnaie. Problèmes de méthode, DArch, IX-X, 1976-1977, 1-2, p. 505-540.

Corbier 1987 : CORBIER (M.), Prélèvements, redistributions et circulation monétaire dans l’Empire romain (ier-iiie siècle), Genèse de l’État moderne en Méditerranée. Tables rondes internationales tenues à Paris les 25-26 septembre 1987 et 18-19 mars 1988, (EFR, 168), Paris, 1993, p. 15-27.

Duncan Jones 1994 : DUNCAN JONES (R. P.), Money and Government in the Roman Empire, Cambridge, 1994.

Guey 1962 : GUEY (J.), L’aloi du denier romain de 177 à 211 après J.-C. Étude descriptive, RN, 1962, p. 73-140.

Kissell995 : KISSEL (Th. H.) Untersuchungen zur Logistik des romischen Heeres in den Prouinzen des griechischen Ostens (27 v. Chr. - 235 n. Chr), (Pharos, VI), St. Katharinen, 1995.

Loriot 1973 : LORIOT (X.), Votis X, co(n)giariu(m) X aurios ! Observations sur Dion, LXXVI, 1, 1 et CIL VI, 2998, BS EN, 28, 8, 1973, p. 464-467.

Loriot 1975 : LORIOT (X.), Chronologie du règne de Philippe l’Arabe (244-249 après J.-C.), ANRW, IL 2, p. 788-797.

Walker 1977 : WALKER (D. R.), The Metrology of the Roman Silver Coinage. Part II. From Nerva to Commodus, (BAR, S. 22), Oxford, 1977.

Walker 1978 : WALKER (D. R.), The Metrology of the Roman Silver Coinage. Part TIT. From Pertinax to Uranius Antoninus, (BAR, S. 40), Oxford, 1978.

Notes

1 Partir de 161 se justifie par les transformations de la conjoncture militaire dès le début ou presque du règne de Marc Aurèle. Quant au terminus de 238, je l’ai retenu parce que cette date, assurément capitale dans l’histoire de la monnaie romaine, constitue le point de départ de l’œuvre de J.-P. Callu (Callu 1969.)

2 Ce passage, souvent commenté, est l’un des deux fondements obligés de toute tentative de reconstitution du budget de l’État romain, l’autre se fondant sur les recherches faites sur l’évaluation des soldes. Pour les synthèses, Callu 1969, p. 309-323 ; Corbier 1975 et, en dernier lieu, Duncan Jones 1992, fig. 3.7 (ici, fig. 1). On est un peu étonné que Th. H. Kissel, qui analyse pourtant avec une grande minutie la logistique déployée pour l’armée d’Orient sous le Haut-Empire (Kissel 1995,) n’aborde pas le sujet.

3 Exemples relativement nombreux chez Dion Cassius – notamment, parce que c’est un cas particulièrement éclairant, le récit (51, 11 à 21) de la première guerre germanique – et Hérodien – en particulier à propos des expéditions de Sévère Alexandre, ou encore à propos des événements de 238 (VII, 8, 10-11 ; cf. ILS 1188).

4 L’augmentation de la production de la monnaie d’argent au cours de cette période montre que, en réalité, les dépenses ont été bien supérieures à ce chiffre.

5 Corbier 1975, qui, à mon avis, sous-estime un peu ce que sont les besoins immédiats engendrés par l’entrée en guerre, que celle-ci soit civile ou extérieure, et les effets de la guerre sur les finances impériales. Corbier 1976-1977 distingue cependant (p. 534) besoins pour une guerre courte et besoins prolongés pour des opérations de longue durée ; enfin, Corbier 1987, p. 20-23, est encore plus nuancée, tout en hésitant encore entre un bilan totalement négatif (pour le iiie siècle, il est vrai) et une appréciation minimisée de l’effort de guerre. En sens contraire (mais pendant la grande crise du iiie siècle), Callu 1969 ; Christol 1977.

6 Cette catégorie disparaît pratiquement, pour l’or, à partir de Septime Sévère.

7 Le système que j’ai choisi ne rend pas possible l’utilisation des données fournies sur ce point par les trésors. Au reste, pour le sujet qui nous occupe, seuls les dépôts provenant du barbaricum pourraient être retenus, parce qu’ils sont les seuls véritablement significatifs. Voir, dans ce même recueil, la contribution de J. Kolendo.

8 Commentaires de J.-P. Callu, dans Callu 1969, p. 134-135.

9 9 DC, 51, 32, 1 : il s’agit de la septième libéralité du règne.

10 Les statistiques établies pour la Gaule par J.-P. Callu et X. Loriot (Callu, Loriot 1990) confirment cette rareté, avec, par rapport à Antonin (base 100), un indice de 15,7, contre 78,9 pour Marc Aurèle.

11 Walker 1978, p. 126 (cf. 1977, p. 83) connaît de cette émission 140 coins d’avers pour 162 exemplaires répertoriés, soit un indice de 1,15, qui signifie que des quantités considérables de monnaie ont été frappées.

12 Même si la validité de ses analyses semble remise en question aujourd’hui, cela n’infirme pas gravement mes propositions, puisque je ne retiens de ses tableaux que des ordres de grandeur et des évolutions, qui, selon moi, indiquent des tendances générales acceptables. Par ailleurs, rien ne dit que les résultats des nouvelles analyses ne seront pas eux-mêmes contestés dans un proche avenir.

13 Avec beaucoup d’autres, je pense cependant qu’il est un peu risqué d’appliquer systématiquement à tous les cas le même schéma d’explication.

14 II est certain cependant que c’est la crise politique et les guerres civiles de 238 qui ont entraîné la reprise de la frappe de l’antoninien, tandis que le double effondrement financier et monétaire de 265-274 est là pour prouver que la crise a bien existé et que la guerre en est responsable (Amm., XXX, 28).

Table des illustrations

Légende — Fig. 1. Le budget de l’Empire (d’après R. Duncan Jones). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8555/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende — Fig. 2. La production de l'or (1,38-192) d’après RIC III (en nombre de types par an). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8555/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende — Fig. 3a. Types d’or émis entre 138 et 238 (d’après RIC ; en nombre de types par an). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8555/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende — Fig. 3b. Types d’or et d’argent émis entre 193 et 238 (d’après RIC ; TT = total des types ; NTA = nombre de types par an). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8555/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende — Fig. 4. Nombre des types d’argent (deniers et quinaires) émis au cours du iie siècle (d’après RIC ; 2/1 rapport des moyennes). –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8555/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende — Fig. 5. Types d’argent émis au Marc Aurèle et Commode (d’après RIC, en nombre de types par an). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8555/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende — Fig. 6. Types d’argent émis entre 138 et 238 (d’après RIC ; en nombre de types par an et en équivalent-deniers). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8555/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende — Fig. 7. Les causes des dévaluations (148-238), d’après Walker. —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8555/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende — Fig. 8. Tableau de pourcentages de plomb (d'après Walker). –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8555/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540