Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

3. L’empereur, la politique et la monnaie

Valait-il la peine de frapper la monnaie divisionnaire dans les cités de la péninsule Ibérique à l’époque julio-claudienne ?

Note de l’éditeur

Revue Archéologique de Bordeaux, XC, 1999, p. 41-46.

Texte intégral

1P. P. Ripollès et J. M. Abascal ont récemment consacré un très remarquable ouvrage aux monnaies de l’atelier hispanique de Segobriga, municipe augustéen de l’actuelle Nouvelle Castille, qui a émis des as et des semisses entre le règne d’Auguste et celui de Caligula.

2Derrière un volume réduit et une présentation modeste se cache une information très riche qui ne s’attache pas seulement à décrire le fonctionnement et la production de cet atelier, mais qui embrasse plus largement toute l’histoire des officines hispaniques, sans dissimuler aucune des difficultés de l’enquête. C’est la richesse même de la réflexion de ces deux savants collègues espagnols qui m’a incité à prolonger leur travail. J’ai choisi d’isoler ici le dossier du coût des émissions monétaires, mais on verra que s’interroger sur la rentabilité de celles-ci entraîne bien d’autres questions. Les calculs statistiques effectués par des méthodes modernes ont prouvé que, même si les fouilles archéologiques les rencontrent communément partout, les monnaies issues des officines hispaniques ont été frappées en faible quantité. C’est le cas de Segobriga où l’estimation la plus haute donne une production moyenne annuelle d’environ 10 000 as, c’est-à-dire 2 500 sesterces. C’est très peu : la loi coloniale d’Urso, en Bétique, indique, par exemple, que les dépenses administratives locales atteignaient au minimum chaque année la somme de 18 000 sesterces, environ. Par ailleurs, le classement et la chronologie des frappes montrent que celles-ci n’étaient que sporadiques, c’est-à-dire (sauf dans quelques cités comme Caesaraugusta / Saragosse), assez rares ou très rares.

3Malgré cela, on imagine mal que, même peu abondante, et même si images et légendes monétaires mettent plutôt en valeur le caractère honorifique des émissions, la monnaie, une fois livrée au public, n’ait pas servi dans la vie courante. Il est évident que ces émissions, si modestes qu’elles aient été, ont rempli leur fonction naturelle d’instrument des échanges, à la fois là où elles étaient produites et là où elles ne l’étaient pas : c’est bien ce que révèle leur dispersion dans toute la péninsule. À une époque où, dans toutes les villes, à Segobriga et ailleurs, s’ouvraient de grands chantiers urbains, entraînant des dépenses considérables et faisant appel à une main-d’œuvre nombreuse et diversifiée, ces fractions de cuivre ou de bronze ont facilité les transactions en fournissant aux possesseurs d’aurei ou de deniers les pièces divisionnaires indispensables. D’autant plus indispensables que, au même moment, l’Etat romain, par indifférence, par incapacité, ou par calcul, n’envoyait vers les Espagnes que des quantités réduites de numéraire de base.

4Mais alors, pourquoi cette indéniable utilité n’a-t-elle pas conduit partout à l’ouverture d’un atelier monétaire ? Il y a d’abord à cela des raisons administratives et juridiques : il fallait en effet, pour battre monnaie, obtenir l’autorisation de le faire, et il est certain à mes yeux (si l’on excepte Ebusus (Ibiza) qui est un cas particulier), que seules l’ont obtenu les cités “romaines”, c’est-à-dire les colonies et les municipes. Mais il a dû y avoir aussi des raisons d’ordre économique, et ce sont ces raisons que je voudrais exposer. Pour cela, il nous faut revenir sur les émissions.

5Attachons-nous d’abord à ce que l’on peut savoir de la production des ateliers, et, pour cela, restons sur l’exemple de Segobriga. Les estimations établies par P. P. Ripollès, à partir du nombre des coins d’avers utilisés, donneraient une production globale d’environ 780 000 as, 100 000 semisses et 60 000 quadrantes. Essayons maintenant d’en répartir la masse entre les différentes émissions déterminées par notre collègue (deux émissions d’as et une de quadrantes sous Auguste, une d’as et de semisses sous chacun de ses successeurs). La comparaison entre le nombre des monnaies conservées (506 as, 121 semisses et 27 quadrantes) et le nombre des coins (d’avers) connus (44 en tout, dont 36 as), révèle que ces derniers ont eu une activité de durée inégale que nous évaluerons approximativement, grâce au calcul de l’indice charactéroscopique (nombre des monnaies connues divisé par le nombre des coins), pour rétablir la capacité de chacun. Pour les as, ce coefficient s’établit ainsi :

  • première émission d’Auguste : 47 exemplaires : 4 coins = 11,75
  • seconde émission d’Auguste : 39 exemplaires : 6 coins = 6,75
  • émission de Tibère : 253 exemplaires 12 coins = 21,08
  • émission de Caligula : 167 exemplaires : = 14 coins = 11,93

6Au total, pour 36 coins d’avers utilisés et un coefficient total de 51,51, soit un coefficient par coin de 36 : 51,51 = 0,7, la répartition par règne (et pour une production évaluée (très largement) à 20 000 exemplaires par coin) donne (toujours pour les as) le volume de production suivant :

  • première émission d’Auguste : 0,7 x 11,75 x 20 000 = 164 000 as environ
  • seconde émission d’Auguste : 0,7 x 6,75 x 20 000 = 94 000 as environ
  • émission de Tibère : 0,7 x 21,08 x 20 000 = 295 000 as environ
  • émission de Caligula : 0,7 x 11,93 x 20 000 = 167 000 as environ, soit en tout une production de 720 000 as environ.

7Tâchons ensuite d’estimer le poids de métal utilisé et le coût de la frappe. Les analyses effectuées dans divers monnayages de la péninsule depuis plus de vingt ans prouvent que les ateliers ont progressivement produit des flans en cuivre de plus en plus pur, mais que, au moins sous Auguste, les produits hispaniques sont des alliages ternaires dans lesquels, outre le cuivre (lui-même en quantité très variable, puisqu’une monnaie de Segobriga atteint tout juste 47 % de ce métal), se rencontrent le plomb et l’étain. Admettons que, en règle générale, le cuivre atteint, sous Auguste, puis dépasse, sous ses successeurs, les 90 %. Selon ce calcul (bien sûr très approximatif, mais il est de toute façon impossible ici d’aboutir à des résultats exacts) le cuivre utilisé à Segobriga lors des sept émissions d’époque impériale représente :

  • sous Auguste : environ 2 580 kg, soit à peu près 7 900 livres de 327g ;
  • sous Tibère : environ 2 950 kg, soit à peu près 9 000 livres ;
  • sous Caligula : environ 1 670 kg, soit à peu près 5 100 livres.

8Ajoutons 144 kg de métal (environ 440 livres) pour les quadrantes émis sous Auguste, et 367 kg (environ 1120 livres) pour les semisses de Tibère, puis 217 kg (environ 665 livres) pour ceux de Caligula, et l’on arrive à un poids de cuivre utilisé d’un peu plus de 7 900 kg, ou un peu plus de 24000 livres, total maximum envisageable puisqu’on sait que la résistance des coins était très variable, et que les plus résistants n’arrivaient sans doute pas à frapper les 20 000 exemplaires retenus ici.

9Comment, maintenant, évaluer le prix de revient des frappes monétaires ? Nous savons assez bien ce que coûte le métal. Sous Auguste, les as issus de la réforme de 23/19 av. J.-C., sont émis au 1/32 de livre. Comme ils sont de cuivre pur, on admettra que 32 as (= 8 sesterces, ou 2 deniers) représentent le coût de la livre de cuivre (monnayé). Par ailleurs, on possède, grâce à Pline l’Ancien, plusieurs informations précieuses sur les prix de la livre de plomb (7 deniers), de la livre d’étain (80 deniers) et de la livre d’alliage plomb/étain utilisé pour les soudures (20 deniers).

10En appliquant ces valeurs aux données offertes par les émissions de Segobriga, on obtient des résultats très différents selon que l’on choisit de retenir l’un ou l’autre des chiffres fournis par nos sources. L’estimation totale la plus basse atteint (pour le cuivre) une dépense de 66 639 sesterces sous Auguste, 81149 sous Tibère et 46 465 sous Caligula. Au prix fort des métaux alliés, les chiffres deviennent 164 600, 189 775 et 63 470 sesterces, tandis que, au tarif de l’alliage plomb/étain, on redescend à respectivement 125366, 127700 et 58 681 sesterces, soit deux fois et demie et encore une fois et demie plus que la valeur basse. Ce sont là de fortes sommes, qu’il faut encore en principe augmenter des frais annexes du travail et de la main-d’œuvre. Sur ces deux plans, on ne sait pas grand-chose. Il est à peu près certain que les ouvriers se déplaçaient en équipes itinérantes, aux effectifs certainement limités à quelques personnes et à un outillage sommaire composé de quelques instruments indispensables (enclumes, pinces, tenailles, marteaux...). En prenant pour base une équipe de trois personnes produisant 1 200 pièces à la journée, et en retenant – même s’il paraît trop élevé – le chiffre de 20 000 pièces par coin, les opérations de frappe auraient nécessité, sous Auguste, 45 jours de travail pour les as de la première émission, 26, pour ceux de la seconde émission, et 17 pour les quadrantes. Sous Tibère, il en aurait fallu environ 82 (as) et 17 (semisses), et enfin, sous Caligula, environ 47 pour les as et 11 pour les semisses.

11Quant au coût global des opérations, très probablement à la journée de travail (et non à la livre de métal travaillé), il faut le répartir entre la gravure des coins (10 sesterces par coin ?), la fabrication des flans et la frappe proprement dite. En comptant six as par jour par poste de travail, on arrive à environ 200 sesterces pour la première émission d’as sous Auguste, environ 370 sous Tibère (pour les as) et environ 210 (pour les as) sous Caligula. Ajoutons-y les frais de combustible, de matériel, d’entretien et d’hébergement de l’équipe, du moins s’ils ne sont pas compris dans le prix de la journée. L’addition de toutes ces dépenses conduit, pour l’ensemble du travail de fabrication (fig. 1), à un peu plus de 3 000 sesterces, chiffre modeste si on le compare aux frais d’achat du métal.

12Au total, les différentes séries émises à Segobriga ont pu coûter respectivement, sous Auguste, environ 40000, 3 700 et 23 500 sesterces, sous Tibère, environ 73 000 et 9 200 sesterces, et, sous Caligula, environ 4 500 et 5 500 sesterces.

13On le voit, les sommes engagées dans chaque opération considérée isolément sont élevées, mais pas énormes (à la même époque, un réseau de fontaines à Bordeaux a été payé deux millions de sesterces par un évergète dévoué) et l’on imaginera que la ville a trouvé sans trop de peine, dans ses propres ressources (puisqu’elle pouvait étaler sur plusieurs budgets la préparation d’une émission) ou dans l’aide de ses bienfaiteurs, les fonds nécessaires. Tous, apparemment, en avaient les moyens : Segobriga paraît avoir été alors l’une des cités les plus prospères de la péninsule intérieure, capable, comme l’a montré G. Alfoldy, de produire une élite fortunée dont les membres sont entrés jusque dans l’ordre sénatorial. Admettons donc que le sacrifice, limité dans le temps et dans les engagements financiers, fut parfaitement supportable pour la communauté des Segobrigenses.

14Mais en allait-il toujours ainsi ? Il est sûr, en effet, que, dans certaines cités, celles où l’atelier fut particulièrement (comme à Emerita ou à Caesaraugusta) et peut-être inconsidérément (comme à Calagurris ?) productif, le total des frais a atteint des sommes beaucoup plus considérables. Essayons de nous en faire une idée, même approximative.

15D’après les calculs de P. P. Ripollès, J. Muñoz et M. del Mar Llorens, Caesaraugusta (Saragosse), l’atelier, le plus prolifique de la péninsule, a utilisé entre 450 et 550 coins d’as pour 26 émissions entre les règnes d’Auguste et de Caligula. En prenant la valeur moyenne de 500 coins d’as et en donnant à chacun une capacité de 20 000 pièces, on arrive à une production totale de 10 000 000 d’as, soit environ 385 000 par émission, représentant chaque fois un poids de métal de 3, 8 tonnes, soit 11 800 livres romaines. Au tarif le plus bas (8 sesterces la livre monnayée), cela fait environ 94 000 sesterces. Et même si, le plus souvent, les coins n’atteignaient probablement pas les 20 000 pièces retenues comme un ordre de grandeur commun (c’est-à-dire, si l’on frappait en réalité moins/beaucoup moins de métal), la dépense reste élevée, d’autant plus qu’elle a été répétée vingt-six fois. On conclura néanmoins, que les Caesaraugustani ont aisément supporté le sacrifice financier, puisque la cité a été une des dernières à arrêter ses émissions.

— Fig. 1. Évaluation des frais d’emission (frappe) et des bénéfices éventuels à Segobriga.

16À Carthago Nova (Carthagène), selon Ma del Mar Llorens (toujours à 20 000 sesterces par coin) la dépense a varié entre 50 000 et 65 000 sesterces par émission quinquennale, tandis que, à Calagurris (Calahorra), chaque série a pu coûter environ 57 000 sesterces. Pour Emerita (Mérida), enfin, on atteint une dépense totale de 550 000 sesterces sous Auguste, et, sous Tibère, de 870 000 sesterces, soit une dépense par “type” frappé de 29 000 sesterces environ. Même si l’on reste apparemment dans des ordres de grandeur qui sont voisins des (rares) données chiffrées relatives à des actes évergétiques contemporains d’importance moyenne (entre environ 23 000 sesterces à Iguvium (Gubbio), et, à Emporiae (Ampurias / Empúries), 45 000 sesterces), ce sont là des efforts dont l’importance pouvait devenir pesante, surtout qu’ils en accompagnaient d’autres, parfois de vaste ampleur, puisque cette époque a été justement celle des grands programmes monumentaux entrepris par les cités de la péninsule.

17En retour, la frappe rapportait-elle quelque avantage financier à qui en prenait l’initiative et en supportait le poids ? Sur ce point, il paraît bien qu’il faut répondre par la négative. On voit sur les colonnes de la figure 1 que le profit est très mince pour les as, tandis que, logiquement, le déficit est net pour les petites divisions. Comme l’a dit S. Bolin, la surévaluation des monnaies n’entraînait pas pour autant du bénéfice. Si les choses se passaient toujours ainsi, il n’est pas inimaginable que beaucoup de cités ou d’évergètes éventuels aient reculé devant des sacrifices jugés trop élevés, non rentables (même si le prestige de la cité s’en trouvait rehaussé) et donc dissuasifs. Outre les raisons politico-juridiques signalées au début, on en aurait là d’autres, qui permettraient d’expliquer pourquoi, dans l’ensemble de la péninsule Ibérique, seule une trentaine de villes se sont donné un monnayage. Et l’on tiendrait peut-être même le motif pour lequel les cités, renonçant peu à peu à ces frappes coûteuses, les auraient interrompues définitivement sous Caligula.

18Depuis longtemps, les numismates et les historiens s’interrogent sur les causes qui ont entraîné, vers 39/40 ap. J.-C., la “fermeture” – apparemment simultanée – des ateliers hispaniques encore ouverts à cette date. En gros, les hypothèses d’explication se réduisent à deux, qui prétendent chacune, en s’appuyant occasionnellement sur les témoignages numismatiques, apporter à la question posée une réponse globale. La première est politique, et a été illustrée notamment par des chercheurs anglo-saxons, puis par R. Étienne. Etudiant les manifestations du culte impérial dans la péninsule Ibérique, celui-ci conclut que, sous Caligula, et après lui, sous Claude, “l’empereur n’a plus besoin de l’opinion populaire provinciale pour asseoir sa souveraineté”, et qu’il “ne voit sans doute pas de raison de maintenir un monnayage local à tendance politique ; de plus, les types des émissions romaines de Claude montrent un intense effort de propagande : pour la diriger, le gouvernement central vaut mieux que les autorités locales. Centraliser la propagande impériale aurait finalement conduit à ce que, vers 39/40, les cités se voient toutes à la fois interdire de poursuivre leurs émissions.

19À cela, les auteurs du RPCI ajoutent que les empereurs ont pu penser que le prestige impérial se trouvait diminué par le fait qu’il existait des cités “romaines” dont les monnayages ne suivaient pas les types romains. Il n’est pas du tout invraisemblable que Caligula soit allé jusqu’à considérer cela comme une offense, même si, de son temps, seules huit d’entre elles étaient encore concernées par la chose. Enfin, on a mis en avant la volonté des princes de réaliser l’unité de l’Occident en n’y faisant circuler que leurs propres divisions. Après tout, il était bien normal d’attendre des municipes et des colonies de la péninsule, qu’ils n’utilisent que la monnaie en quelque sorte “nationale”.

20Vraie ou supposée, cette décision, politique s’il en est, a conduit ce même Occident à une crise très grave de numéraire, parce que, peu de temps après son arrivée au pouvoir, Claude a interrompu la production de l’atelier de la capitale. Dans une période où les besoins de la circulation, encore réduits sans doute, étaient pourtant en augmentation constante, cette décision, qui venait ajouter ses conséquences à la pénurie née de l’arrêt des officines hispaniques et du décri du monnayage de Caligula, n’a fait qu’aggraver les choses : elle a créée une situation de famine monétaire généralisée qui n’a pu être compensée que par les fabrications locales, bien connues sous le nom d’“imitations” ou de “copies claudiennes”. Dans ces conditions, il est évident que si l’unification monétaire de l’Occident a été recherchée pour réserver à l’empereur et à Rome le monopole, le prestige et les éventuels bénéfices de la frappe des divisions de métal vil, ce n’est pas sous Claude qu’elle a été réalisée : il a fallu pour y parvenir, attendre la réforme de 64, c’est-à-dire la fin du règne de son successeur.

21Parce qu’elle ne copient pas des types romains, les imitations claudiennes viennent d’ailleurs, pour certains chercheurs, étayer l’hypothèse politique. Le raisonnement est simple : si elles ont été préparées dans les villes qui avaient produit les émissions des règnes précédents, et si elles y ont remplacé les types locaux, c’est que ces derniers en avaient été volontairement écartés. En réalité, l’argument ne vaut qu’à deux conditions : d’une part, il faut (ce qui semble bien peu probable, on l’a vu) que les anciens ateliers urbains aient disposé auparavant d’installations permanentes que, pour la circonstance, l’on saurait en somme simplement remises en état de fonctionner, mais surtout, il faut que les copies soient effectivement sorties de ces anciens ateliers. Or ce n’est vraisemblablement pas le cas. Si l’on suit les propositions, très convaincantes parce que plus logiques, de J.-B. Giard, ces monnayages de nécessité résultent d’initiatives privées d’hommes d’affaires et de manieurs d’argent. L’argument perd alors beaucoup de sa force, car il devient tout à fait normal que les fabricants de ces imitations aient choisi de prendre pour modèles les types les plus communs des frappes officielles.

22Une dernière faiblesse de l’explication politique globale vient – les auteurs de RPC I l’ont reconnu – de ce que l’arrêt soudain des frappes hispaniques a été précédé de beaucoup de changements. Des 25 ateliers ouverts sous Auguste, six ont disparu dès la mort du fondateur de l’Empire ; sous T ibère, quelques promotions certaines ou probables au rang de municipe en ont fait naître six nouveaux et donc ont maintenu leur nombre total à 25, mais huit seulement ont fait renouveler par Caligula leur autorisation. Si l’on se souvient par ailleurs que la production des officines municipales a été très sporadique, on voit que l’irrégularité l’emportait, et que, finalement, dans ce domaine, seule paraît avoir compté la volonté des cités.

23Va-t-on alors considérer comme la plus plausible la seconde hypothèse, celle de la disparition des officines hispaniques pour des raisons économiques ? Avancée par Grant (FITA, p. 203, n. 13) et reprise par Crawford (CMRR, p. 272), elle a peut-être souffert d’avoir été exposée de manière abrupte sous la forme d’une réponse à la ruine des finances municipales. On ne peut pas, évidemment, retenir cette proposition que démentent partout dans la péninsule à l’époque julio-claudienne - notamment dans les villes-ateliers - les signes très parlants d’une grande prospérité. Reste cependant, que battre monnaie coûtait cher : le total des dépenses engagées dans la frappe entre le règne d’Auguste et celui de Caligula, atteint approximativement – toujours à 20 000 pièces par coin – 196 000 sesterces à Segobriga (c’est deux fois le niveau de fortune que, au début du iie siècle, Pline le Jeune considère comme le cens décurional) ; à Calagurris, ce sont 970 000 sesterces, 1 200 000 à Carthago Nova /Carthagène, 1 400 000 à Emerita, et enfin 2 400 000 à Caesaraugusta. Même si, sous des formes diverses (sommes honoraires, taxes, amendes, contrats), une partie plus ou moins importante de cet argent entrait ou finissait par retourner dans les caisses publiques, ce sont là des sommes considérables. R. MacMullen estime que, dans une ville, un tout petit nombre de familles riches (et dévouées !) suffisait, en l’espace d’une génération ou à peine plus, à doter celle-ci de l’ensemble des équipements qu’on estimait nécessaires pour répondre aux besoins des habitants et assurer à ces derniers le confort collectif jugé indispensable. Mais peut-on être certain, au vu des coûts (même très approximatifs) avancés ici, que ces mêmes bienfaiteurs aient mis autant d’ardeur à dépenser leur argent dans une entreprise (celle de frapper la petite monnaie) qui, à leur manière de juger, ne se révélait pas si rentable ni peut-être si nécessaire (puisqu’elle ne les concernait pas forcément et que l’Etat lui-même ne s’en souciait pas) ? Dans un moment où les dépenses urbaines cumulées entraînaient les fortunes privées comme les fonds publics dans des programmes de construction multiples autrement contraignants, il est tout à fait possible que, tant les collectivités que les éventuels évergètes, aient finalement estimé que l’honneur du monnayage n’était pas une priorité absolue, y compris dans des cités aussi prestigieuses qu’Emerita ou Tarraco, deux des plus puissantes et des plus dynamiques de l’Hispania. Ainsi s’expliqueraient facilement, par de simples choix d’investissements contrôlés, les fluctuations du nombre des officines hispaniques et l’arrêt des productions de la plupart d’entre elles dès avant la mort de Tibère. Reconnaissons toutefois que cette proposition ne rend pas compte à elle seule de l’arrêt, probablement brutal, quelques années plus tard, des officines restées encore ouvertes.

24En résumé, l’histoire des officines hispaniques relève de deux hypothèses d’explication, également vraisemblables et également insuffisantes. Mon impression est qu’il faut sans hésiter retenir l’explication économique pour la période antérieure à 39. En revanche, je crois (après beaucoup d’autres) qu’on doit attribuer à des raisons politiques l’arrêt général des ateliers encore en activité au début du règne de Caligula. Mais d’où est venue l’initiative, des cités ou du maître de l’Empire ? On peut supposer, en effet, que, en 39/40, la crise du complot de Gaetulicus, la disgrâce des sœurs du jeune prince, et l’évolution fâcheuse des dispositions de celui-ci, précisément dans le moment qui correspond à la cessation de leur activité, ont conduit les cités à suspendre d’elles-mêmes leurs émissions. Hésitant désormais à célébrer les vertus d’un tyran, elles auraient répondu aux inquiétantes excentricités d’un empereur aux humeurs imprévisibles par un silence prudent. Cette suggestion a été avancée par R. Étienne, mais celui-ci, avec d’autres historiens du règne, conclut néanmoins en mettant finalement en avant le despotisme de Caligula qui lui a fait vouloir s’assurer le contrôle absolu du monnayage. C’est cette dernière proposition que l’on retiendra, et c’est donc à une interdiction venue de la capitale qu’on croira en fin de compte. Elle fut d’ailleurs définitive puisque (si l’on excepte le cas d ’Ebusus/Ibiza) aucune cité çle la péninsule n’a plus émis par la suite le moindre monnayage.

25Ainsi s’achevait l’histoire des ateliers hispaniques après une activité qui, pour certains, sporadiquement sans doute, mais réellement néanmoins, avait duré soixante ans.

Bibliographie

Bibliographie

Alföldy, G., Römisches Städtewesen auf der neukastilischen Hochebene, Heidelberg, 1987.

Bolin, S., State and currency in the Roman Empire to 300 A. D., Stockholm, 1958.

Burnett, A., Amandry, M. et Ripollès, P. P., Roman Provincial Coinage. I, From the death of Caesar to the death of Vitellius (44 BC-AD 69), Londres-Paris, 1992, 2e éd., 1999 (= RPC I).

Crawford, M., Coinage and Money under the Roman Republic. Italy and the Mediterranean Economy, Londres, 1985 (= CMMR).

Curchin, L. A., The local Magistrates of Roman Spain, Toronto, 1990.

Duncan-Jones, R., The Economy of the Roman Empire. Quantitatives Studies, Cambridge, 1974.

Id., Structure and Scale in the Roman Economy, Cambridge, 1990.

Étienne, R., Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, Paris, 1958 (BEFAR, 191).

Grant, M., From Imperium to Auctoritas. A historical Study of AES Coinage in the Roman Empire, 49 B. C. -A. D. 14, Cambridge, 1946 (= FITA).

II capitolo delle entrate nelle fnanze municipali in Occidente ed in Oriente, Actes de la Xe Rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain, Rome 27-29 mai 1996, Rome, 1999 (communications diverses, et conclusions de M. Corbier, p. 285-293).

Llorens Forcada, Ma. del M., La ciudad romana de Carthago Nova : las emisiones romanas, Murcie, 1994.

MacMullen, R., Roman Social Relations, 50 B. C. to A. D. 284, Yale Univ. Press, 1974.

Parrado Cuesta, Ma Soledad, Composición y circulación de la moneda hispano-romana en la Meseta Norte, Valladolid, 1998.

Ripollès, P. P. Muñoz, J., et Llorens, Ma del M., The original number of dies used in the Roman provincial coinage of Spain, Actes du Xe congrès international de Numismatique, Bruxelles 1991, Louvain, 1993, I, p. 315-324.

Ripollès Alegre, P. P., et Abascal Palazón, J. M., Las monedas de la ciudad romana de Segobriga (Saelices, Cuenca), Asociación Numismática Española, Museo de la Casa de la Moneda, Barcelone-Madrid, 1996.

Table des illustrations

Légende — Fig. 1. Évaluation des frais d’emission (frappe) et des bénéfices éventuels à Segobriga.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8549/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540