Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

3. L’empereur, la politique et la monnaie

Routes, cités et ateliers monétaires

Quelques remarques sur les officines hispaniques entre les règnes d’Auguste et de Caligula

Note de l’éditeur

Anejos de AEspA (Actas del III encuentro penínsular de Numismática Antigua), XX, 1999, p. 11-26.

Texte intégral

1La route et la monnaie sont étroitement liées dans la réflexion des numismates. Parce que les officines hispaniques signent habituellement leurs produits, la dispersion de leurs émissions est riche d’enseignements, même si l’enquête est, par la force des choses, limitée aux petites divisions de bronze ou de cuivre, et donc, aux mouvements inférieurs de la circulation monétaire.

  • 1 Emporiae, Osca, Caesaraugusta, Bilbilis, Segobriga, Ercavica, Carthago Nova et Acci. Sous Tibère, i (...)

2Le thème de la route invite aussi à réfléchir sur la localisation des ateliers. Or, celle-ci paraît échapper à toute logique, d’autant plus que sur les 25 qui fonctionnaient sous Auguste (26 en comptant le Nord-Ouest), 8 seulement1 ont subsisté jusque sous Caligula, tandis que le règne de Tibère a vu à la fois la disparition de 6 d’entre eux et la naissance de 6 autres.

  • 2 Callu, J.-P., La politique monétaire des empereurs romains, de 238 à 311, 1969, BEFAR 214, Paris, t (...)

3À cette discontinuité dans l’espace et dans le temps s’ajoutent le caractère sporadique des émissions et enfin l’arrêt brutal et définitif de celles-ci vers 39/40 au plus tard, alors que, en Orient, 162 cités battent encore monnaie sous Valérien et Gallien2.

4Il me semble qu’il faut voir dans cet illogisme et ce désordre apparents les effets de diverses circonstances : d’abord, la pression du proche passé, troublé, de la péninsule, celui des guerres civiles, celui de la politique de César et celui de la politique d’Auguste ; mais d’autres causes sont à chercher dans les cités elles-mêmes. C’est pourquoi, je me propose de rouvrir à mon tour le dossier complexe du rôle des monnayages municipaux.

5Mais avant toute chose, je ne saurais oublier tout ce que je dois à des prédécesseurs lointains et proches, chercheurs de la génération qui a précédé la nôtre, mais aussi collègues et amis qui ont souvent si brillamment exploré ce domaine de recherche, et dont les savants travaux ont permis la réalisation de la magnifique synthèse offerte par P. P. Ripollès dans le Roman Provincial Coinage, en 1992. À tous, je dédie très cordialement ces quelques réflexions en souhaitant qu’elles ne leur paraissent pas tout à fait inutiles.

La monnaie dans la cité

6Tout le monde en est bien d’accord, c’est de là qu’il faut partir pour apprécier l’importance et le rôle des monnayages péninsulaires à l’époque julio-claudienne. La problématique de ce thème paraît tourner autour de quatre questions principales : quelle est la part de liberté des cités dans l’initiative et le contrôle des émissions ? Quelles références sont faites au modèle romain ? Quelle est la part du prestige et quelle est, éventuellement, celle de la nécessité dans les volumes frappés ? Enfin, quelle charge financière cela a représenté, et qui a payé ?

Des produits de l'initiative locale

  • 3 La preuve réside dans l’emploi de la formule PERM-CAES-AVG ou PERM-AVG que l’on lit sur les produit (...)
  • 4 Ce que suggère la présence, sous le règne de Tibère, de la formule PERM(issu) AVG(usd) ou PERM(issu (...)

7Les signatures apposées sur les monnaies désignent avec certitude ces dernières comme des monnayages “civiques” qui semblent ne relever que de l’initiative locale et qui, en principe, ne sont destinés qu’à l’usage local. À l’exception de l’effigie impériale qui orne presque toujours et presque partout les avers, on ne voit nulle part apparaître les signes d’une intervention de l’administration romaine. Certes, il faut obtenir une autorisation pour battre monnaie3, mais une fois celle-ci accordée (ou renouvelée4 ?) plus rien ne vient entraver une liberté qui s’exprime dans le choix des images et dans celui des légendes.

8L’iconographie distingue les colonies des municipes : ici, les symboles poursuivent des traditions plus anciennes, tel le cavalier (de Segobriga, Bilbilis ou Celsa) ou le taureau (principalement dans les cités de la vallée de l’Ebre et de ses abords), parfois avec une modification significative (ainsi le passage à la louve des revers d’Ilerda). Dans les colonies, la fierté locale s’exprime dans la célébration des origines (peutêtre parfois à travers des émissions d’anniversaire) : enseignes des légions fondatrices (à Emerita, Patricia, Acci, Carthago Nova, Ilici et Caesaraugusta), sulcus primigenius (Emerita, Caesaraugusta), ou simplement porte de ville/muraille (à Emerita). Occasionnellement se rencontrent aussi sanctuaires ou constructions de prestige : ainsi à Ilici où apparaît le temple tétrastyle dédié à Junon (RPC 192-193 ; Llorens 1987, 21-22), ainsi peut-être à Emerita, si le dupondius RPC 9 représente bien les travaux de construction d’un aqueduc (Fioncchi 1996, 191-195).

9On rapportera également à l’expression de la fierté municipale les légendes où s’affichent les noms des magistrats sous l’autorité (au moins) desquels l’émission a été engagée. La longue liste de ces gloires locales, récemment révisée par A. Marques de Faria (Portugalia 1994, 33-60) puis M. P. García Bellido et C. Blàzquez (1995, 381-428), montre que la frappe des monnaies n’entre pas automatiquement dans les prérogatives de telle ou telle magistrature : on rencontre en effet des édiles ou des duovirs à Saguntum, Turiaso, Calagurris et Celsa, des édiles ou des quattuorvirs à Clunia (et à Carteia ?), tandis que Emporiae confie les émissions à ses questeurs, et d’autres cités à leurs duovirs (Acci, Ilici, Caesaraugusta, Osea, Bilbilis et Ercavica). À Carthago Nova, ce sont les quinquennales qui se chargent de l’opération (Llorens 1994, chap. 3). Apparemment, le rôle des magistrats (évergètes ?) est essentiel dans les émissions puisqu’elles semblent s’opérer à leur initiative, même si cette initiative n’est pas totalement libre : à Carthago Nova, on tend à maintenir un rythme quinquennal à la production ; ailleurs, c’est la célébration des princes ou des anniversaires de la famille impériale qui impose à la cité le choix du moment de la frappe, Presque partout en effet, les monnayages hispaniques s’accrochent étroitement aux modèles venus de la capitale.

Références au modèle romain

10Le modèle est double : politique et monétaire

  • 5 Sur tous ces aspects, Chaves 1973 (= 1978) ; remarques semblables de Fr. Rebuffat (pour l’Orient) à (...)

11Les références touchant le domaine politique sont nombreuses, Qu’elles concernent avant tout les colonies n’a rien d’étonnant, puisqu’elles ne sont, comme le dit AuluGelle (Nuits Attiques, XVI, 13), que des rameaux de la plante-mère, Mais on trouve aussi d’intéressantes manifestations de romanité dans les monnayages des municipes, ainsi à Ilerda (revers à la louve) ou, surtout, à Italica, qui marque avec insistance (et non sans raisons) ses attaches romaines, qu’il s’agisse des légendes au Génie du Peuple Romain (RPC 60), des représentations de la Rome victorieuse (RPC 61), de la louve et des Jumeaux (RFC62) ou des enseignes légionnaires (RPC70-71)5.

12Mais ce qui frappe particulièrement, c’est l’empressement des cités à célébrer les empereurs et les princes et princesses de la famille impériale, voire à rechercher le patronage de l’un d’eux.

13Presque partout en effet (excepté à Carteia, Dertosa {sous Auguste} et Emporiae) et presque toujours, le nom, et plus souvent encore, l’effigie des princes, ornent les avers des monnaies, tandis que nombre de revers proposent signes, symboles, représentations et légendes non équivoques :

  • 6 Séparément ou ensemble à Traducta, Caesaraugusta et Tarraco. Le dossier des princes de la famille j (...)
  • 7 À Emerita, Italica, Romula, Turiaso et Tarraco.
  • 8 Honorée à Emerita, Italica, Romula, Caesaraugusta et Tarraco, tandis que les revers SALVS AVG de Ca (...)

14Carthago Nova élit comme magistrats Agrippa et Auguste lui-même, puis Tibère (avant 14), puis Néron et Drusus (III) Césars (les fils de Germanicus), entre 23 et 27, puis le futur Caligula (après 33), sans oublier les rois de Maurétanie, Juba et Ptolémée. De son côté, Caesaraugusta désigne Germanicus, et ensuite Caligula (avant 37) comme duoviri ; Acci fait de même avec Germanicus et Drusus (II) Césars, que Carteia choisit comme quattuorviri entre 15 et 19. Le nombre des cités et des témoignages, limité sous Auguste aux Princes de la Jeunesse6, croît sous Tibère avec la célébration du divus Augustus7, de Livie8, et des princes héritiers successifs :

  • 9 Sur ces hommages, Étienne 1958, 436-438, qui, par ailleurs, lie (p. 438) la disparition des monnaya (...)

15Germanicus et Drusus II, entre 15 et 19, puis Drusus seul (en 22/23), ensuite Néron et Drusus III, les enfants de Germanicus (entre 23 et 27), puis le futur Caligula (après 33). À partir de 37 apparaissent Agrippa, grand-père du nouvel empereur (à Caesaraugusta), Agrippine (l’Ancienne), sa mère, et Germanicus, son père (à Caesaraugusta) peut-être aussi son arrière-grand-mère, Livie, à Carthago Nova9. On ajoutera désormais à la liste l’étonnant revers AGRIPPINA-DRVSILLA-IVLIA du sesterce frappé à Ercavica, découvert en 1993 lors des fouilles effectuées à Tiermes (Rodríguez Morales 1995, 219-223). Enfin, on n’oubliera pas les représentations de temples dédiés au divin Auguste, à Caesaraugusta et Carthago Nova, ainsi qu’à Emerita et Tarraco, avec la légende AETERNITATIS AVGVSTAE (Étienne 1958, 324-326 et 417-420).

16Ces manifestations d’attachement qui sont aussi des preuves de loyalisme émanant de cités “romaines”, ne sont pas, je crois, des gestes purement mécaniques ou intéressés. Elles traduisaient aussi les sentiments réels et spontanés de l’opinion locale, la réponse en somme que celle-ci apportait aux suggestions et incitations venues de la capitale. Sur ce plan d’ailleurs, l’idéologie n’était pas seule concernée.

17La fidélité au modèle romain s’inscrit également dans d’autres domaines : on voit en effet, au cours des quelque soixante ans d’existence des émissions municipales, que celles-ci ont eu tendance à s’aligner progressivement sur les patrons de la capitale. Pas vraiment dans le domaine de la métrologie : sur ce point, les remarques de P. P. Ripollès (RPCp. 65) rejoignent les conclusions de L. Villaronga (Villaronga 1979, p. 256-257 ; 280-281 ; 292-293), encore que certains ajustements apparaissent localement de manière assez nette (Llorens 1987, 53-56 ; Ripollès-Abascal 1996, 40-43) et que, pour des flans préparés non pas au poids, mais plutôt “al marco”, on a souvent relevé une assez remarquable cohérence dans les échelles de poids selon les valeurs frappées (Chaves 1978, 90).

  • 10 L’exemple de l’atelier de Caesaraugusta est tout à fait éclairant sur ce point : Auguste : 3 dupond (...)
  • 11 Il reste cependant que l’administration n’a jamais considéré les frappes hispaniques que comme des (...)

18La composition métallique des pièces offre aussi d’intéressantes évolutions. On sait que les bronzes d’époque romaine sont des alliages ternaires (cuivre, étain, plomb) ou quaternaires (avec du zinc). Diverses observations concordantes (Parrado Cuesta 1996 ; Ripollès-Abascal 1996, 44-48) montrent que la qualité des as et des semisses est allée en s’améliorant jusqu’à un pourcentage de cuivre proche de 100 %, tandis que, pour les valeurs supérieures (dupondii et sesterces) l’orichalque était de plus en plus utilisé10. Si l’on ajoute à cela le fait que les frappes de dupondii et de sesterces croissent (Ripollès-Munoz-Llorens 1993 ; Ripollès 1997) parallèlement à celles de l’atelier de Rome (Bost, Chaves et alii 1987, 51), on mesure encore mieux ce qu’a été l’originalité des monnayages hispaniques par rapport au reste des cités de l’empire. Il n’est pas douteux que, même s’il est parfois approximatif, cet ancrage sur le système monétaire romain revêt une grande importance. Moins pessimiste que Crawford (1986, 11 8-122), j’y vois le signe de tentatives pour rendre cohérente la circulation de la monnaie locale et favoriser ainsi celle de la monnaie officielle (on pensera surtout au denier qu’on voudrait imaginer échangé, à la différence de l’Orient, au cours de ses sous-multiples romain11). Cela conduit à se demander à quoi étaient réellement destinées ces émissions.

La gloire ou la nécessité ?

19Que les émissions ont servi d’abord à exalter la fierté locale ou à célébrer certains événements ou anniversaires marquants de la vie de la domus Augusta est absolument certain, et chaque atelier ou presque en fournit la preuve.

  • 12 Osicerda, Cascantum, Graccurris et sans doute aussi Clunia (et Abdère ?).

20Parmi les nombreux exemples à produire, le cas le plus remarquable peut-être est celui des municipes tibériens12 (que M. Grant – APT, 152-153 - avait déjà relevé) dont les émissions ont été destinées à éterniser la promotion qui les avait honorés. Mais qu’est devenue ensuite cette monnaie dont nous savons qu'elle a été distribuée et qu'elle a circulé ? Autrement dit, est-ce que ces frappes, assurément honorifiques, ont été utiles ? Est-ce qu’elles ont répondu à des besoins particuliers ?

21Quand on regarde le faible volume des quantités frappées, on doute que les besoins aient été bien importants. Les calculs de P. P. Ripollès, J. Muñoz et M. M. Llorens (1993, 317) sont sur ce plan très révélateurs : en prenant pour base les estimations (en nombre de coins d’as par règne) fournies par RPC (p. 17) et en donnant à chaque coin une production (maximale) de 10.000 exemplaires frappés, on obtient à peu près 14.000 as par an et par atelier sous Auguste, à peu près 25.000 as par an et par atelier sous Tibère, et à peu près 78.000 as par an et par atelier sous Caligula. C’est évidemment peu, et c’est moins encore si l’on prend à la lettre les propositions des trois auteurs cités plus haut (1990, 41) qui ramènent approximativement à 15.000, 18.000 et 55.000 as, les quantités annuellement émises.

  • 13 Frais qui, de toute façon, n’auraient pas pu être acquittés en bronze.

22Comme le souligne P. P. Ripollès (1993, 302 et 304), il est sûr que ces faibles sommes ne pouvaient servir d’aucune manière à couvrir les frais de gestion d’une cité13, d’autant moins que les frappes n’étaient pas régulières et que le nombre des cités émettrices n’a jamais atteint la trentaine.

  • 14 Apparition qui n’a rien à voir avec le statut des cités comme le suggérait H. Zehnacker (Annali 29, (...)
  • 15 D’autant moins que la monnaie frappée à Rome connaît une progression semblable.
  • 16 À Segobriga, par exemple, ont été identifiés 10 coins d’avers (d’as) sous Auguste, 12 sous Tibère, (...)

23Deux faits encourageants toutefois prouvent que ces émissions ont eu quelque lien avec la satisfaction de besoins locaux en numéraire. D’abord l’évolution des unités frappées, qui voit progressivement apparaître le sesterce14 et augmenter la production des dupondii : nul doute qu’il ne s’agit pas là d’un effet du simple hasard15. En second lieu, je trouve significative l’augmentation des quantités émises ; nous l’avions constatée, F. Chaves et moi à propos de Belo (Belo IV, 49), et la chose est clairement confirmée par la méthode statistique16 : ces changements sont forcément à mettre en relation avec l’augmentation et la diversification des besoins locaux. Les rythmes de la production eux-mêmes pourraient être également révélateurs, mais, à la vérité, ils échappent presque toujours à l’examen. Si l’on excepte en effet le cas de Carthago Nova, où d’ailleurs la succession des collèges de quinquennales ne facilite qu’en apparence le classement des séries (Llorens 1994, 143-148), seule Caesaraugusta autorise, derrière L. Villaronga (PACT 5, 251) et RPC (p. 117-127) quelques hypothèses, dans la mesure où les célébrations impériales, assez nombreuses, et de tous genres, procurent des repères chronologiques assez sûrs. On peut ainsi attribuer une dizaine de séries à Auguste (à peu près une tous les trois ans), et 12 ou 13 à Tibère, soit une tous les 20 mois ; en réalité, il y a eu sans doute une émission annuelle à partir de 31, et deux émissions en 37 : une pour Tibère et une pour Caligula, suivie, en 38 et 39, de deux autres au nom de ce dernier. Globalement donc, l’impression prévaut d’une augmentation de la production à partir de vers 30/31, qui a duré pendant une dizaine d’années. On regrette de ne pouvoir étendre l’analyse à d’autres officines, notamment Emerita où pourtant tous les indices utilisables montrent la même évolution (Bost, Chaves et alii 1987, 49 ; RPC, p. 69).

24De ces constatations, on tirera la certitude que ces monnaies divisionnaires ont eu une incontestable utilité. Deux arguments supplémentaires sont mis en avant par les commentateurs pour soutenir cette affirmation. Le premier relie les émissions péninsulaires au démarrage des grands chantiers urbains qui ont créé (ou transformé) les cités “juliennes”. Dans la liste de ces travaux, P. P. Ripollès (1993, 299-300) a noté les complexes monumentaux en construction à Bilbilis, Clunia, Tarraco, Carthago Nova, Emerita, Emporiae, Romula, Italica, Saguntum et Segobriga, c’est-à-dire dans des cités qui ont possédé un atelier. S’il est bien vrai que les frais occasionnés par ces constructions étaient d'un tout autre ordre de grandeur que le total estimé de la production monétaire, il reste que les fractions de cuivre ou de bronze ont facilité grandement les transactions en fournissant aux possesseurs d’aurei ou de deniers les pièces divisionnaires indispensables.

  • 17 Bolin 1958, p. 237, citant Willers, H., Gescchichte der römischen Kupferprägung, Leipzig, 1909 ; Gi (...)
  • 18 Peut-être seulement autour de 15 à 16 % de ce qui circulait alors, selon une estimation très approx (...)

25Ajoutons que ce petit numéraire a dû aussi pallier la carence de l’Etat en la matière : parce qu’il s’en désintéressait17 ou/et parce qu’il trouvait plus commode d’abandonner aux communes de province cette charge financière, sans doute aussi parce qu’il n’avait pas les moyens de produire les quantités nécessaires (Bost, Chaves et alii 1987, 50-51), l’atelier de Rome n’a envoyé vers la péninsule Ibérique que des volumes réduits de numéraire de base18. Un numéraire qui ne venait pas non plus des ateliers (presque) voisins de Nîmes ou de Lyon : contrairement à ce qu’affirmait Grant (FITA, 71), les trouvailles de ces bronzes gaulois dans la péninsule ne sont guère que des curiosités numismatiques, excepté sur la côte méditerranéenne et dans les îles où elles sont un peu plus nombreuses (Villaronga 1979, 172-173 ; Ripollès 1982, passim : 29 mentions pour Lyon et 33 pour Nîmes). Les frappes municipales ont donc assuré la plus grande partie des besoins en espèces divisionnaires.

  • 19 Le dossier des contremarques est largement commenté, à propos de Segobriga, par Ripollès-Abascal 19 (...)

26Le second argument qui vient confirmer l’utilité des séries péninsulaires est que, outre le fait qu’elles ont favorisé les petits échanges, elles ont accompagné, non seulement dans les villes émettrices, mais encore dans toute l'Hispania, les débuts de la circulation monétaire, entraînée par la croissance des villes, elles-mêmes de plus en plus dépendantes de l’extérieur, ne serait-ce que pour assurer leur ravitaillement. De cet apprentissage, à la fois indispensable et réussi, témoignent, peu après 41, les copies claudiennes, venues combler le vide créé par l’arrêt des émissions provinciales et romaines, copies qu’ont souvent aussi accompagnées les séries antérieures contremarquées19. Insistons néanmoins sur le fait que les besoins étaient encore alors extrêmement modestes : c’est ce que prouve le fait que très peu de cités ont battu monnaie, que les frappes étaient à la fois de faible volume et de périodicité très variable et enfin qu’on n’a pas ou peu signalé d’imitations. Mais ne faut-il pas chercher aussi du côté du coût des émissions les raisons de cette situation ?

Le coût des émissions

27On ignore évidemment qui a payé les émissions : les trois possibilités envisageables (caisse municipale, magistrats évergètes, donateurs non magistrats), toutes également vraisemblables, ont dû être utilisées selon les cas et selon les lieux. Mais peut-on deviner à quelle hauteur se plaçait le niveau de la dépense ? Bien que cela soit très hasardeux, risquons cependant quelques hypothèses derrière P. P. Ripollès et J. M. Abascal. La récente étude qu’ils ont consacrée à Segobriga présente une cité dont la production se place à peu près dans la moyenne (Ripollès-Abascal 1996, p. 54, tableau), avec approximativement (en comptant 20.000 exemplaires par coin) un total de 780.000 as, 100.000 semisses et 60.000 quadrantes. En partant de ces chiffres, on peut tenir le raisonnement suivant :

28La comparaison entre le nombre des monnaies conservées et le nombre des coins connus montre que ces derniers ont eu une activité de durée inégale. Ce que les auteurs traduisent en coefficients, variables selon les règnes. Pour la production des as, ces coefficients (nombre des monnaies connues divisé par nombre de coins) donnent :

29• sous Auguste

  • 1ère émission : 11,75

  • 2e émission : 6,75

  • sous Tibère : 21,08

  • sous Caligula : 11,93

30En partant sur la base de 4 + 6 (Auguste) + 12 (Tibère) + 14 (Caligula), soit 36 coins d’avers, et en appliquant à chaque émission le coefficient retenu, on obtient (à 20.000 pièces par coin) un volume (d’as) de :

31• sous Auguste

  • 1ère émission : 164.000 as environ

  • 2e émission : 94.000 as environ

  • sous Tibère : 295.000 as environ

  • sous Caligula : 167.000 as environ

32Essayons maintenant d’évaluer le poids du métal frappé. Le cuivre utilisé représente :

  • sous Auguste, environ 2.580 kg, soit environ 7.900 livres (de 327 g) ;

  • sous Tibère, environ 2.950 kg, soit environ 9.010 livres ;

  • sous Caligula, environ 1.670 kg, soit environ 5.100 livres.

33Il faut ajouter à cela les quadrantes émis sous Auguste (environ 144 kg ou 440 livres) et les semisses des règnes de Tibère (environ 367 kg, soit environ 1120 livres) et de Caligula (environ 217 kg, soit environ 665 livres).

34Au total, on a utilisé environ 8.330 livres de métal sous Auguste, environ 10.140 sous Tibère et environ 5.765 sous Caligula, soit 24.235 livres (au maximum, puisqu’on sait que la capacité des coins est variable et que, très probablement, les plus solides n’atteignaient pas les 20.000 exemplaires ici retenus).

35Nous savons que, si les ateliers ont progressivement produit des flans en cuivre de plus en plus pur, ces derniers étaient faits cependant de métal allié où dominaient (outre le cuivre) le plomb et l’étain.

36Les calculs de M. S. Parrado (1996, 247, fig. 235), établis à partir de monnaies issues principalement de la partie nord de la péninsule, donnent les résultats suivants : Auguste : plomb, 6,53 % ; étain, 3,40 % ; Tibère : 3,33 et 3,27 % ; Caligula : 2,41 et 0,87 %.

37Il se trouve que nous connaissons approximativement les prix de ces métaux : sous Auguste, les as issus de la réforme de 23/19 a.C. sont frappés au 1/32 de livre.

38Comme ils sont de cuivre pur, on en déduira que 32 as (= 8 HS ou 2 deniers) représentent le prix de la livre de cuivre. D’un autre côté, Pline fournit trois informations précieuses sur le prix de la livre de plomb (7 deniers, HN, XXXIV, 161), de la livre d’étain (80 deniers, même référence) et enfin sur celui de la livre d’alliage plomb/étain, utilisé dans la soudure des tuyaux : 20 deniers (HN, XXXIV, 160).

39Appliquons ces pourcentages et ces valeurs au cas de Segobriga. Il y a évidemment quelque arbitraire à procéder ainsi puisque les analyses réalisées pour cette publication montrent des pourcentages très irréguliers (Ripollès-Abascal 1996, 43). Faisons-le néanmoins puisque nous essayons d’atteindre non pas des certitudes mais des ordres de grandeur. Les résultats sont assez impressionnants (figure 1) : selon l’estimation la plus basse (colonne 4), les sommes engagées auraient atteint près de 67.000 sesterces sous Auguste, plus de 81.000 sous Tibère et plus de 46.000 sous Caligula. Les autres modes de calcul (colonnes 5 et 7) font monter le total à plus d’une fois et demie (de 1,6 à 1,9, colonne 8) pour le prix intermédiaire, et à deux fois et demie pour le prix le plus élevé. Est-il réellement possible d’envisager de pareilles dépenses (exceptionnelles, c’est vrai) de la part d’une cité ou de la part d’un généreux donateur ? Surtout qu’il faut y ajouter les frais annexes, ceux du travail et de la main d’œuvre.

  • 20 Parmi ces indices, outre le caractère sporadique (en général) des émissions, il y a le fait que cer (...)
  • 21 II est assuré aussi que les cités passent leurs commandes indépendamment les unes des autres : si l (...)
  • 22 Discussion rapide et commode dans Otero Monin, 1995, p. 349 (à propos de SEKOBIRIKES) ; Ripollès 19 (...)

40Bien entendu, sur ces deux plans, on ne sait pas grand-chose. La comparaison avec d’autres monnayages locaux (RPC, p. 15) mais aussi divers indices recueillis dans la péninsule, laissent supposer l’existence d’ateliers itinérants20, aux installations certainement très sommaires (qui, évidemment, n’ont pas laissé de traces archéologiques) et aux effectifs certainement réduits (quelques esclaves autour d’un maître artisan ?), travaillant à la commande pendant une durée limitée21. Quant aux graveurs de coins, artistes ou seulement artisans spécialisés22, on imaginera qu’ils louaient leurs services sur place, dans leur propre cité, ou qu’ils appartenaient aux équipes itinérantes déjà évoquées.

Comment évaluer à la fois le travail réalisé par les ouvriers et les frais qui en résultaient ?

41H. Zehnacker estime que “quelques secondes suffisent à une frappe” (1973, 40-41) et qu’une équipe bien entraînée peut monnayer 3.000 à 4.000 pièces dans une journée bien remplie. Si nous donnons à nos ouvriers une vitesse de 120 pièces à l’heure (2 par minute), on arrive à 1.200 pièces pour une journée de dix heures. Dans le cas de Segobriga, toujours pour 20.000 pièces par coin (mais, je le répète, ce chiffre est sûrement [très ?] supérieur à la réalité), on évaluera ainsi le temps passé à la frappe (sur la base de trois ouvriers) : sous Auguste, environ 45 (as), 17 (quadrantes) et 26 (as) jours ; sous Tibère, environ 82 (as) et 17 (semisses) jours ; sous Caligula, environ 47 (as) et 11 (semisses) jours.

À quel prix faut-il évaluer le coût des opérations de frappe ?

  • 23 Pour un livre d’orichalque, 8 deniers ; pour une livre de cuivre, 6 deniers. Il s’agit du salaire d (...)
  • 24 Même les soldats vivent sous ce régime, puisqu’ils perçoivent l’équivalent de 10 as par jour selon (...)

42Il y a deux hypothèses possibles : ou bien, comme le fait l'Edit du Maximum de 301, on effectue le calcul à la livre de métal travaillé23 (et dans ce cas on atteint rapidement des sommes très élevées : par exemple, près de 3800 HS [à 3 as la livre] pour les 5.015 livres monnayées dans la première émission d’as de Segobriga sous Auguste), ou bien, et c’est plus vraisemblable, on se réfère à la pratique commune du paiement à la journée de travail24. En prenant pour base le tarif de 6 as par jour par poste de travail, on arrive à des estimations plus raisonnables, environ 200 sesterces par exemple pour la même émission d’as du règne d’Auguste, environ 370 sesterces pour celle de Tibère. À cela s’ajoutent les autres dépenses : combustible, matériel (pinces, cisailles...), entretien et hébergement de l’équipe (peut-être compris dans le prix payé à la journée) et enfin le salaire du/des graveur(s), dont le travail, peut-être indépendant du reste, était sans doute rétribué à part. À quel prix ? c’est toute la question, peut-être autour de 10 sesterces par coin ?

43Si cela était, il faudrait rallonger de 140 sesterces environ le coût de la même émission d’Auguste.

44Résumons maintenant nos propositions (fig. 2) : le poste le plus coûteux est bien sûr celui du métal (que les équipes amènent avec elles, comme paraissent le confirmer les analyses). Les chiffres obtenus pour le prix du métal allié (fig. 1) me paraissent vraiment très élevés, et je préfère m’en tenir aux valeurs obtenues en donnant 8 sesterces à la livre (prix qui, à Rome, est, ne l’oublions pas, celui du métal transformé en monnaie). Bien que mes propositions ne soient qu’empilement d’hypothèses, on voit néanmoins que, dans ce dernier cas, le coût du travail est très faible, surtout pour les as, car le prix de revient des petites divisions (semisses et surtout quadrantes) est beaucoup plus haut.

— Fig. 1. Évaluation des frais d’émissions à Segobriga (métal). —

— Fig. 2. Évaluation des frais d’émissions (frappe) et des bénéfices éventuels à Setjobrùja.

45Au total, les différentes séries émises à Segobriga ont pu coûter respectivement, sous Auguste, environ 40.000, 3.700 et 23.500 sesterces, sous Tibère, environ 73.000 et 9.200 sesterces, sous Caligula, environ 41.500 et 5.500 sesterces.

46Il n’est pas impossible que de généreux donateurs, tels ceux dont L. Curchin a étudié les fortunes (Curchin 1990, 103-114), aient offert à leur cité de pareilles sommes. La cité paraît avoir été l’une des plus prospères de la péninsule intérieure, ce que soulignent à la fois les vestiges archéologiques et les déplacements de citoyens originaires d’autres villes (Alföldy 1987, 75-76), et elle a pu produire une élite dont les membres sont entrés non seulement dans l’ordre équestre mais encore dans l’ordre sénatorial.

  • 25 Mais le fait que les monnaies ne sont pas signées par des magistrats n’en constitue pas en soi la p (...)

47Il n’est pas impossible non plus que ce soit la cité elle-même qui ait engagé ces dépenses25, dépenses qui, toutefois, restent dans l’ensemble assez loin des investissements opérés dans les parures monumentales urbaines (MacMullen 1974, Appendice C ; Duncan-Jones 1974, p. 90 et suivantes (pour l’Afrique) ; Curchin 1990 ; Duncan-Jones 1990, chapitres 4 et 11).

  • 26 Bolin 1958, p. 244.

48Si la cité a payé elle-même les différentes séries frappées jusque sous Caligula, on doit se demander si elle en a retiré un bénéfice. À la suite de Bolin, mon impression est plutôt négative : le tableau de la figure 2 montre que le profit est très mince pour les as, tandis que le déficit est net pour les petites divisions. Comme le dit Bolin, la surévaluation des monnaies n’entraînait pas pour autant du bénéfice26. Si les choses se passaient toujours ainsi, on imaginera que beaucoup de cités et aussi beaucoup d’évergètes éventuels, ont reculé devant des sacrifices financiers trop élevés et donc dissuasifs. C’est sans doute une des raisons qui font que seules une trentaine de cités se sont donné un monnayage. Mais l’argument financier n’explique pas non plus à lui seul la répartition des ateliers dans la péninsule.

La distribution géographique des ateliers

49Les observations un peu longues que j’ai exposées me permettent de revenir au thème du colloque : est-ce que la localisation des ateliers a quelque chose à voir avec les routes ?

50Évidemment, toutes les villes-ateliers se situent sur des routes, mais à partir du moment où l’on admet que l’ouverture d’une officine est un phénomène purement local, appuyé sur un financement strictement local, il est bien vrai que la carte des cités émettrices ne doit pas être surinterprétée : P. P. Ripollès et J. M. Abascal ont raison de noter qu’on y relève une concentration particulière dans les régions les plus prospères et les mieux intégrées à la romanité (Ripollès-Abascal 1996, 102-103), mais cela ne signifie pas, comme je l’ai pensé un moment (Bost, Chaves et alii 1987, p. 45-49), qu’une telle carte était le reflet de la volonté de l’État romain de créer dans la péninsule un véritable réseau de distribution de la monnaie divisionnaire, appuyé sur les grands axes routiers. Tout cela est erroné : les officines hispaniques n’ont jamais eu vocation à injecter du numéraire dans la circulation provinciale et inter-provinciale. Donc, s’il est hors de question de parler de stratégie de production et de distribution, il faut trouver d’autres critères pour expliquer (mais y a-t-il réellement une explication à valeur générale ?) la localisation des ateliers. Parmi les paramètres qui ont pesé d’un certain poids, deux (il y en a sûrement d’autres) m’ont plus particulièrement intéressé.

Le critère juridique

51À la différence de l’Orient grec où les cités libres, mais également les villes stipendiaires, ont été nombreuses à frapper monnaie, la liste des centres émetteurs de l’Hispania impériale compte quasi exclusivement des colonies (12 sous Auguste, 9 sous Tibère, 3 sous Caligula) et des municipes (13 sous Auguste, 15 ( ?) sous Tibère, 5 sous Caligula), municipes qui sont tous alors des municipes romains (Chastagnol 1987).

  • 27 CIL II, 3663 = ILER, 2044 : municipium Flavium Ebusum.
  • 28 G. Alföldy, Römisches Städtewesen..., p. 80, n’a pas relevé l’intérêt des parallèles numismatiques, (...)
  • 29 Sans d’ailleurs qu’il y ait de rapport entre le volume des émissions, les unités frappées et le sta (...)

52Bien que je sois convaincu que ce critère du droit a été essentiel pour obtenir le droit de monnayage, je ne peux passer sous silence les incertitudes qui touchent, sur ce plan, Ebusus, Segobriga et Abdera, Ebusus, d’abord, qui n’a été municipe qu’à l’époque flavienne27, paraît contredire ma proposition. En réalité, cette cité n’entre pas vraiment dans la liste. Elle s’apparente au contraire à ce que montre l’Orient : ville fédérée (Pline, HN, III, 76), elle a, malgré des légendes d’avers aux noms de Tibère et de Caligula, produit un monnayage très particulier qui a subsisté jusque sous Claude et qui l’isole nettement de la série (Campo 1976). Le cas de Segobriga ne fait pas difficulté non plus à mon sens, car il s’agit bien d’un municipe (romain) : l’inscription de ses habitants dans la tribu Galeria et l’existence de IIIIviri constituent selon moi une forte présomption, que renforce, je crois, sa place dans la liste28. Reste Abdère, dont Wiegels ne dit rien, et dont Galsterer (p. 22) signale seulement que l’on ignore son statut. Malgré le silence des sources, qui ne prouve rien, ni dans un sens, ni dans l’autre, je serais assez tenté de l’inclure dans la série des municipes, peut-être même dans celle des promotions de l’époque de Tibère, avec Clunia, Graccurris, Cascantum et Osicerda. Ma conviction, je le répète est que dans les cités de l’Hispania continentale (Ebusus est un cas à part), seules ont eu un atelier monétaire les cités bénéficiant d’un statut privilégié, colonies ou municipes29, les plus romaines ou les plus romanisées, celles dont le corps civique était fait de citoyens romains d’origine italienne ou dans lesquelles les émigrés italiens représentaient une minorité forte et active. Ces villes, les seules d’ailleurs qui comptaient aux yeux de l’État romain, et qui étaient dans la péninsule les vrais relais du pouvoir, étaient par excellence celles qui pouvaient réaliser l’idéal de l’autonomie municipale et l'exprimer entre autres choses par des émissions monétaires qui en formaient traditionnellement l’un des symboles les plus expressifs. Il est clair cependant que beaucoup de communautés n’ont pas souhaité aller jusque-là, et que celles qui l’ont fait se sont souvent limitées (en dehors des célébrations impériales) à illustrer ou glorifier des événements locaux exceptionnels (fondations, anniversaires de fondation ou encore promotions – c’est, me semble-t-il, le cas des municipes tibériens déjà évoqué).

Le critère historique

  • 30 Qui n’ont pas été toujours forcément des récompenses, témoins les cas d'Hispalis et Corduba, villes (...)

53Lorsqu’on regarde la liste des villes-ateliers de l’époque augustéenne, on est frappé de voir que toutes ont un statut (colonie ou municipe) reçu de César ou d’Auguste. C’est-à-dire que cette liste restitue en partie la géographie des fondations ou des promotions, dont l’origine est à chercher dans les mouvements et les conséquences des guerres civiles. J.-M. Roddaz (1988, 327 et suivantes) a bien mis ce fait en valeur : dans la péninsule Ibérique vivaient, au Ier s. av. J.-C., d’importantes communautés d’immigrés d’origine italienne dont les protagonistes (“césariens” et “pompéiens”) se sont disputé les faveurs. Pour cette raison, le sort des armes a eu d'importantes répercussions sur les créations ou les promotions de cités30. Le cas de la vallée de l’Èbre et de ses abords est particulièrement intéressant puisqu’une dizaine d’ateliers y ont existé. On voit que des cités qui avaient autrefois suivi le parti de Sertorius, telles Calagurris, Osca, et aussi Turiaso et Bilbilis, se sont retrouvées dans le camp césarien, et donc dans celui du vainqueur. C’est leur fidélité à la bonne cause qui, dans un premier temps, a assuré leur promotion juridique, aux avantages de laquelle sont venus, comme un atout supplémentaire, s’ajouter les bénéfices de leurs activités métallurgiques ou minières.

54Ce n’est pas tout, car les fondations augustéennes (notamment la création de Caesaraugusta) ont renforcé ce dispositif, favorisé l’afflux des immigrants italiens, et aussi créé de nouveaux courants de circulation, dont les éléments principaux se lisent encore dans les colonnes de l’Itinéraire d’Antonin. Ainsi, l’économie a été, au moins en partie, entraînée par la politique, et c’est donc dans la politique aussi qu’il faut chercher quelques-unes des raisons qui ont fait exister les ateliers monétaires. Si les ateliers sont localisés dans les régions riches et bien romanisées, c’est parce que, notamment, le nouveau contexte politique avait accaparé pour certains secteurs la richesse et le dynamisme propres à engendrer à leur tour de la richesse. Voyons comment la dispersion des monnaies aide à retrouver les flux de circulation que drainaient désormais presque exclusivement les nouveaux centres du pouvoir local.

Les routes et la circulation monétaire

55Bien que destinées à satisfaire des besoins locaux en numéraire, les monnaies hispaniques ont circulé dans toute la péninsule. Et bien que les valeurs frappées n’aient été que des sous-multiples de bronze, ces monnaies, égrenées le long des routes, sont devenues pour nous des témoins, médiocres et fugitifs sans doute, mais précieux, de la circulation des personnes, derrière laquelle on tâchera de retrouver celle des biens. Si l’on accepte ces prémisses, la dispersion des monnaies n’est plus seulement un fait numismatique issu du simple hasard des découvertes, mais devient une information historique qui permet de reconnaître les courants de circulation et, à travers ces courants, le poids et le rayonnement des cités émettrices. C’est ce que nous avons tenté de montrer, F. Chaves et moi à propos d’Emerita (Bost-Chaves 1990, 15-121). L’abondance des publications présentant des listes de monnaies, parfois accompagnés de cartes, permet d’analyser des situations très variées, que l’on peut regrouper en deux catégories : celle qui se rapporte au rayonnement des ateliers, et celle qui intéresse les circuits de distribution de la monnaie.

Le rayonnement des ateliers

  • 31 Ripollès-Muñoz-Llorens le classent au 13e rang pour le nombre de coins utilisés.
  • 32 Il vient au 10e rang du classement de Ripollès-Muñoz-Llorens.
  • 33 Llorens 1994, 117, qui souligne les liens de la colonie avec la Maurétanie, dont les rois ont été f (...)
  • 34 Elles sont attestées pratiquement sur tous les grands sites archéologiques, (précisément grâce aux (...)

56Il est certain que celui-ci dépend largement des quantités de monnaie qui ont été produites, mais ce facteur n’est pas seul en cause. Ilici, par exemple, dont la production a été relativement abondante31, n’a connu qu’une dispersion limitée dans le secteur Alicante-Murcie (Llorens 1987, cartes, p. 80-81). Il en va un peu de même pour Osca, dont les produits ont atteint cependant vers le sud, les frontières des provinces de Guadalajara, Soria et Burgos (Dominguez Arranz 1991, carte, p. 219), et, vers l’est, la côte méditerranéenne entre Tarragone et la province de Murcie, mais en petit nombre. Or Osca a été plus important qu’Ilici32. À l’inverse, Segobriga, qui vient après Ilici pour le nombre des coins utilisés, a connu une modeste mais assez large diffusion le long d’un axe de circulation qui unit la région de Carthagène à la vallée de l’Èbre, ce que confirme par ailleurs la présence, dans la cité même, de bronzes de Bilbilis, Caesaraugusta, Calagurris, Turiaso et Celsa d’un côté, et de Carthago Nova de l’autre (Ripollès-Abascal, 1996, cartes, p. 65 et 67 ; tableau, p. 72). Carthago Nova, 4e producteur pour le nombre des coins, a fait l’objet de l’enquête méthodique que lui a consacrée M. M. Llorens (Llorens 1994). Les cartes de diffusion que celle-ci a réalisées (p. 121-123) sont assez suggestives. Sous Auguste, époque de la production la plus abondante, les monnaies restent néanmoins relativement concentrées dans le Sud-Est, dans un rayon de 200 km autour de la cité. Les autres se propagent le long des routes (maritimes autant que terrestres), mais, vers le nord, elles atteignent peu la vallée de l’Èbre, bien que, sur quelques exemplaires, la présence de contremarques (aigle ou LA) atteste la réalité des contacts avec cette zone. Sous Tibère, la production diminue, et les horizons se rétrécissent ; ils se réduisent encore sous Caligula. Ces constatations ne signifient pas que la ville a décliné : tout montre au contraire qu'elle a connu un très bel essor à l’époque julio-claudienne (S. E Ramallo Asensio 1989, 162-163 ; Llorens 1994,23-24), mais elles laissent imaginer, que cet essor s’appuyait sur une base économique dont les richesses (mines, sparte, pêcheries et conserveries de poisson) étaient plutôt tournées vers la mer33. Sans être absentes, les relations avec l’intérieur, et notamment la vallée de l’Èbre moyen34, n’étaient pas de grande importance, et les difficultés rencontrées par la circulation à cause du relief ne les favorisaient pas non plus. La région vivait donc surtout sur elle-même, situation que l’on retrouve dans la circulation des bronzes du iiie siècle (Bost, Campo et alii 1992, carte, p. 108) et encore dans celle de 1’AE 2 à la fin du ive siècle.

  • 35 Bost-Chaves 1990, carte, p. 118 et p. 119-121. Voir aussi la carte établie par C. Blázquez Cerrato (...)
  • 36 “The distribution of Emeritan coins and terra sigillata”, dans Actes du Xe Congrès Intern, de Numis (...)

57Toute autre est l’impression que donne Emerita, la puissante colonie augustéenne, dont les frappes, répandues à l’intérieur d’un vaste croissant qui va des frontières orientales de la Bétique à la vallée moyenne de l’Èbre35, prouvent des mouvements qui dépassaient très largement le cadre local. Même s’il s’agit de monnaies divisionnaires (63 % de coins d’as et seulement 24 % de coins de dupondii), a priori confinées dans les transactions de faible ampleur liées à la vie quotidienne, une telle dispersion, qui, de proche en proche, a fini par gagner toute la moitié occidentale de la péninsule, matérialise au moins un rayonnement exceptionnel. Et peut-être davantage si l’on suit les conclusions de C. Blázquez Cerrato qui a montré comment, à une ou deux générations de distance, les circuits qu’empruntaient les frappes éméritaines se continuaient dans ceux des officines céramiques de la vallée de l’Èbre36, intéressant renversement des flux de circulation que n’alimentaient plus alors les monnaies de la colonie.

Routes, ateliers et circuits de distribution de la monnaie

  • 37 Par exemple Chaves 1973 (=1978), carte, p. 118 (Italica) ; Chaves 1978, carte, p. 121 (Cordoba) ; L (...)

58On l’a déjà vu avec certains ateliers, et cela a été souvent relevé37, ce qui domine dans la circulation des frappes hispaniques, ce sont les circuits courts.

  • 38 F. Romero Camicero et M. A. Martín Carbajo, “Hallazgos monetarios ibéricos e hispanorromanos en Num (...)

59En dehors des sites-ateliers, le trésor d’Ablitas, en Navarre (Mateu y Llopis 1945, 694-699) et les monnaies trouvées à Numance38, lots dont la composition tout à fait parallèle n’est pas pour surprendre (puisque les lieux de trouvailles sont voisins), ou encore les découvertes de Belo (Bost, Chaves et alii 1987, carte, p. 23), confirment ce fait bien connu, pour lequel on pourrait multiplier encore les exemples.

  • 39 “La expansion monetaria de la ceca de Turiaso en la Meseta Norte”, dans Turiaso X, 1, 1992, p. 51-7 (...)
  • 40 Moneda y circulación monetaria en el País Vasco durante la Antigüedad (siglos II a.C.-vd.C.), Bilba (...)
  • 41 Curt Esparraguera, J. M., Clunia III. Hallazgos monetarios. La romanización de la Meseta Norte a tr (...)

60Parmi les faits significatifs, quelques publications récentes invitent à regarder du côté de l’Ouest hispanique, vers des régions sans atelier monétaire (chose tout à fait explicable puisqu’il y manquait à la fois les cités, des élites suffisamment fortunées, l’indispensable acculturation urbaine, parfois le fait urbain lui-même, sans parler du Nord-Ouest, tout fraîchement conquis). En partant de l’Èbre moyen et du haut Douro, on voit s’organiser la géographie spontanée de la diffusion de la monnaie au début de l’Empire. L. Sagredo San Eustaquio39 nous conduit d’abord de Turiaso à Astorga en suivant les lieux de trouvailles de bronzes de cette officine, qui jalonnent au sud (mais au nord aussi) le tracé de l’Itinéraire d’Antonin. Juan José Cepeda40 confirme la domination (attendue) des officines de l’Èbre dans les provinces basques, avec une prédominance de Celsa et de Caesaraugusta, déjà signalée par J. M. Gurt41 à propos de Clunia (avant l’ouverture de l’atelier). La prépondérance des ateliers de la vallée de l’Èbre est absolue en Cantabrie (Vega de la Torre 1990, 395411) où l’emportent à égalité (18 % pour chacun) Celsa, Caesaraugusta, Turiaso et Calagurris, puis Clunia, Cascantum et Osca (17 % en tout).

  • 42 Epigrafía y numismática de Astorga romana y su entorno, Salamanque, 1982, p. 212-216, 279-281 et 28 (...)
  • 43 Circulação monetária no Noroeste de Hispânia até 192, Porto, 1987, p. 209-248, et spécialement, car (...)
  • 44 Le Roux, P., L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques, d’Auguste à l’invasion de 4 (...)

61À la limite des hautes terres du Nord-Ouest, Astorga, dont le médaillier a été étudié par T. Mañanes Pérez42, puis les pays du Minho et du bas Douro, minutieusement explorés par R. Centeno43 offrent des pourcentages analogues. Nul doute que cette pénétration du numéraire des villes de l’Èbre est due à la présence des soldats, ceux des garnisons et ceux qui ont participé aux travaux routiers44. C’est cette présence, c’est l’existence aussi de passages qui favorisaient les relations avec la Méditerranée qui ont fait de tout le Nord-Ouest un arrière-pays monétaire des cités de l’Èbre. Malgré l’éloignement, les courants d’échanges est-ouest ont donc été plus forts que ceux que le camino de la plata dirigeait vers le sud.

  • 45 La Galice romaine. Recherches sur le Nord-Ouest de la péninsule Ibérique dans l’Antiquité, Paris, 1 (...)

62Ces derniers n’étaient pourtant pas absents. Les recherches d’A. Tranoy45 et les dénombrements de C. Blázquez Cerrato à propos des monnaies d'Emerita (1990, 174 ; 1992, 310 ; cf. Bost-Chaves, 1990, 1 18), comme aussi le mouvement des monnaies militaires (à la caetra) dans tout l’Ouest hispanique, montrent que l’on est ici dans une zone de rencontre (Tranoy 1981,450) entre les flux venus de l’Est et les courants de direction méridienne, ceux qu’illustrent, par exemple, plus tard, les sigillées hispaniques de Lapillius. Mais les sollicitations venues de l’Est ont été les plus fortes, précipitant, au moins sur le plan monétaire, une coupure dont témoignent, au iiie siècle, la rareté ou l’absence des bronzes romains des années 249-260 (BostCampo 1992, 108), et, à la fin du ive siècle, la domination exclusive de l’AE 4. Le rattachement précoce de la zone à la Tarraconaise a contribué largement à renforcer les relations avec les régions orientales de la péninsule.

  • 46 Pereira, I., Bost,]. P., Hiernard, J., Fouilles de Conimbriga. III. Les monnaies, Paris, 1974, p. 2 (...)
  • 47 Da Silva Ruivo, J., “A circulaçâo da moeda hispânica na Estremadura portuguesa : uma primeira abord (...)
  • 48 Bost-Chaves 1990, tableau de la p. 120, qui montre l’attraction exercée par Emerita sur l’Ouest de (...)

63Plus au sud, Conimbriga46 et l’Estrémadure portugaise47 offrent sans surprise de forts pourcentages de monnaies à la caetra et de frappes éméritaines (plus de 58 % à Conimbriga) qu’accompagnent des pourcentages significatifs de séries issues des ateliers du Sud lusitanien (surtout Ebora) et, plus encore de Bétique. Il s’exprime là des solidarités géographiques, sans doute aussi en partie économiques, reconnues par ailleurs48. On note cependant que les officines de l’Èbre et accessoirement (à Conimbriga) de la Nouvelle-Castille sont assez bien représentées. Il n’est pas certain que le seul hasard soit responsable de cette présence.

64Au total, il est bien vrai que, pour juger des relations qu’entretiennent les diverses régions de la péninsule, nous ne disposons, avec les modestes frappes hispaniques, que de soutiens médiocres. Je crois cependant que, dans leur médiocrité, ces témoignages sont tout à fait expressifs. Ils révèlent notamment, à mon sens, ce fait important que les grands courants de circulation que l’on va rencontrer tout au long de l’époque impériale sont déjà fixés. Le premier part des côtes vers l’intérieur, où il se répand plus ou moins vite et plus ou moins loin : il est peu développé par exemple dans le Levant où les hautes terres de la Nouvelle-Castille sont isolées par le relief de la zone maritime et de ses annexes, mais il est en revanche beaucoup plus actif là où il peut remonter les vallées des grands fleuves, l’Èbre, le Guadiana, le Guadalquivir, et, secondairement, le Tage et le Mondego. Il y a ensuite un courant de l’Ouest, celui qui, par exemple, disperse largement vers le Nord-Ouest et vers l’Èbre moyen par la Vieille-Castille, les produits d'Emerita, courant que nous voyons fonctionner aussi dans l’autre sens. Enfin, il y a la grande animation qui relie transversalement le Nord-Ouest aux cités de l’Èbre, et notamment Caesaraugusta, l’équivalent d'Emerita pour toute la moitié est de l’Hispania. Si l’arrêt des frappes municipales les fait disparaître à nos yeux dans l’uniformisation (au moins apparente) de la circulation flavio-antonine, ils se retrouvent avec une grande netteté au iiie et au ive siècle.

65Une telle permanence nous invite aussi à croire que tout commence et tout finit par la géographie, celle des passages obligés et des voies de circulation qu’impose la nature. Certes, l’histoire politique de la fin de l’époque républicaine a joué un rôle essentiel dans la localisation des ateliers monétaires. Il est sûr aussi que le dynamisme de cités comme Caesaraugusta ou Emerita explique, facilement leur développement et leurs succès. Mais il est vrai aussi que la distribution de la monnaie, qui s’est faite par la route, a largement été tributaire des contraintes du milieu naturel. C’est lui qui, en grande partie, a finalement déterminé, pour quatre siècles au moins, avec celle du réseau routier, la structure obligée des relations interrégionales.

Bibliographie

Références bibliographiques

Alföldy, G. (1987) : Romisches Städtewesen auf der neukastilischen Hochebene, Heidelberg.

Annali : Incontro di studio su “Stato e moneta a Roma fra la tarda Repubblica e il primo Impero”, Roma, 1982 = Annali, 29.

APT : Grant, M. (1950) : Aspects of the Principate of Tiberius, ANS, NNM, 116.

Beltran Lloris, M., dir. (1987) : Arcobriga (Monrealde Ariza, Zaragoza), Zaragoza.

Blázquez Cerrato, M. C. (1986) : “The distribution of Emeritan coins and terra sigillata”, Actes du 10e congrès international de numismatique, Londres, 1986, Londres, 173-180.
— (1992) : La dispersion de las monedas de Augusta Emerita, Mérida.

Bolin, S. (1958) : State and currency in the Roman Empire to 300 A. D., Stockholm.

Bost, J.-Il, Chaves, F. et alii (1987) : Belo IV. Les monnaies, Madrid. Publications de la Casa de Velázquez, série archéologie, fasc. VI.
— (1990) : “Le rayonnement des ateliers de Pax Iulia, Ebora et Emerita : essai de géographie monétaire des réseaux urbains de la Lusitanie romaine à l’époque julioclaudienne”, Les villes de la Lusitanie romaine, hiérarchies et territoires, Table ronde internationale du C.N.R.S. (Talence, 8-9 décembre 1988), Paris, 115-121.

Bost, J.-11, Campo, M. et alii (1992) : L’épave Cabrera III (Majorque). Echanges commerciaux et circuits monétaires au milieu du iiie siècle après Jésus-Christ, Paris.

Callu, J.-P. (1969) : La politique monétaire des empereurs romains, de 238 à 311, BEFAR214, Paris.

Campo, M. (1976) : Las monedas de Ebusus, Barcelone.

Centeno, R. M. S. (1987) : Circulação monetaria no Noroeste de Hispânia até 192, Porto.

Cepeda Campo, J. J. (1990) : Moneda y circulación monetaria en el País Vasco durante la Antigüedad (siglos IIa.C.-Vd.C.), Bilbao.

Chastagnol, A. (1987) : “À propos du droit latin provincial”, Iura, 38, 1-24.

Chaves Tristán, F. (1973 = 1978) : Las monedas de Itálica, Séville.
— (1977) :
La Córdoba hispano-romana y sus monedas, Séville.
— (1979) :
Las monedas hispano-romanas de Carteia, Barcelone.

Crawford, M. H. (1986) : La moneta in Grecia e a Roma, Rome.

Curchin, L. A. (1990) : The local magistrates of Roman Spain, Toronto.

Domínguez Arranz, M. A. (1991) : Medallas de la Antigüedad. Las acuñaciones ibéricas y romanas de Osca, Huesca.

Duncan-Jones, R. (1974) : The Economy of the Roman Empire. Quantitative Studies, Cambridge.
— (1990) : Structure and Scale in the Roman Economy, Cambridge.

Etienne, R. (1958) : Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d'Auguste à Dioclétien, BEFAR, 191, Paris.

Faria, A. M. de (1994) : “Nomes de magistrados en moedas hispânicas”, Portugalia, N. S., XV, Porto, 33-60.

Finocchi, P. (1996) : “Considerazioni su alcune monete emeritensi alludenti ad opere idrauliche”, Studi Miscellanei, 29, II, 191-195.

FITA : Grant, M. (1946) : From Imperium to Auctoritas. A historical Study of AES Coinage in the Roman Empire, 49 B. C. -A. D. 14, Cambridge.

Galsterer, H. (1971) : Untersuchungen zum römischen Städtewesen aufder iberischen Halbinseln, Madrider Forschungen, 8, Berlin.

García-Bellido, M. P. et Blázquez, C. (1995) : “Formas y usos de las magistraturas en las monedas hispánicas”, La moneda hispánica. Ciudad y territorio, IEPNA, Anejos AEspA, XIV, 381-428.

Giacchero, M. (1974) : Edictum Diocletiani et Collegarum de pretiis rerum venalium, Genova.

Giard, J.-B. (1983) : Le monnayage de l’atelier de Lyon, des origines au règne de Caligula (43 avant J.-C.-41 après J.-C), Numismatique romaine. Essais, Recherches et Documents, XIV, Wetteren.

Gurt, J. M. (1985) : Clunia III. Hallazgos monetarios. La romanización de la Meseta Norte a través de la circulación monetaria en la ciudad de Clunia, EAE, 145, Madrid.

Hurlet, Fr. (1997) : Les collègues du prince sous Auguste et Tibère. De la légalité républicaine à la légitimité dynastique, Rome.

Kienast, D. (1990) : Römische Kaisertabelle, Darmstadt.

Knapp, R. C. (1982) : The coinage of Corduba, colonia Patricia, Annali, 29, 183-202.

Le Roux, P. (1982) : L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques, d’Auguste à l’invasion de 409, Paris.

Leschhorn, W. (1981) : Le monnayage impérial d’Asie Mineure et la statistique, PACT, 5, 252-266.

Llorens Forcada, M. M. (1987) : La ceca de Ilici, Valence.
— (1994) :
La ciudad romana de Carthago Nova : las emisiones romanas, Murcie.
— (1995) : “Las emisiones de Carthago Nova : uso y función de la moneda civica”,
IX CNN, Actas, Elche, 131-142.

MacMullen, R. (1974) : Roman Social Relations, 50 B.C. to A. D. 284, Yale Univ. Press.

Mananes Pérez, T. (1982) : Epigrafía y numismática de Astorga romana y su entomo, Salamanque.

Martín Bueno, M. A. (1975) : Bilbilis. Estudio histórico-arqueológico, Saragosse.

Mateu y Llopis, F. (1945) : “Hallazgo monetario ibero-romano en Ablitas (Tudela, Navarra)”, Principe de Viana, XXI, 694-699.

Otero Moran, P. (1995) : “Una firma de grabador en denarios de SEKOBIRIKES”, La moneda hispánica. Ciudad y territorio, I EPN A, Anejos AEspA, XIV, 347-350.

Parrado Cuesta, S. (1996) : Estudio metrológico y compositión química de la moneda provincial en la Meseta Norte, thèse de doctorat, Université de Valladolid.

Pereira, I., Bost, J.-P, Hiernard, J. (1974) : Fouilles de Conimbriga. III. Les monnaies, Paris.

Ramallo Asensio, S. F. (1989) : La ciudad romana de Carthago Nova : la documentation arqueológica, Murcie.

Rebuffat, E. (1997) : Les enseignes sur les monnaies d'Asie Mineure, des origines à Sévère Alexandre, BCH, S. 31, Athènes.

Ripollès, P. P. (1983) : La circulación monetaria en la Tarraconense Mediterránea, Valence.

Ripollès, P. P, Muñoz, J. et Llorens, M. M. (1993) : “The original number of dies used in the Roman provincial coinage of Spain”, Actes du Xe congrès International de Numismatique, Bruxelles 1991, Louvain, 1, 315-324.

Ripollès, P. P. (1993) : “Hispania : las acuñaciones locales y la financiación de las REI PUBLICAE”, RIN, XCV, 295-306.

Ripollès Alegre, P. P, Abascal Palazón, J. M. (1996) : Las monedas de la ciudad romana de Segobriga (Saelices, Cuenca), Madrid.

Ripollès, P. P. (1997) : “Augusto : las cecas hispanas”, La moneda en temps d’August, M.N.A.C., Curs d'Historia monetària d’Hispània, Barcelone, 21-38.

Roddaz, J.-M. (1988) : “Guerres civiles et romanisation dans la vallée de l’Ebre”, Hommage à Robert Étienne, REA, LXXXVIII, 1986, 317-338.

Rodríguez Morales, F. J. (1995) : “Un nuevo sestercio de Ercávica en Tiermes (Montejo de Tiermes, Soria)”, La moneda hispanica. Ciudad y territorio, IEPNA, Anejos AEspA, XIV, 219-223.

Romero Carnicero, F., Martín Carbajo, M. A. sans date (1992 ?) : “Hallazgos monetarios e hispanorromanos en Numancia”, II Symposium de Arqueología Soriana, 1, Soria, 673-680.

RPC : Burnett, A., Amandry, M., Ripollès, P. P. (1992) : Roman Provincial Coinage. I, From the death of Caesar to the death of Vitellius (44 BC-AD 69), Londres - Paris. Ruivo, J. Da Silva (1995) : “A circulação da moeda hispânica na Estremadura portuportu-guesa : uma primeira abordagem”, La moneda hispanica. Ciudad y territorio, I EPNA, Anejos AEspA, XIV, 155160.

Sagredo San Eustaquio, L. (1992) : “La expansion monetaria de la ceca de Turiaso en la Meseta Norte”, Turiaso, X, 1, 51-71.

Tranoy, A. (1981) : La Galice romaine. Recherches sur le Nord-Ouest de la péninsule Ibérique dans l’Antiquité, Paris.

Vega de la Torre, J. R. (1990) : “Nueva aportación al conocimiento de la circulación monetaria de época romana en Cantabria”, VII CNN, Madrid 1989, Actas, 395-411.
— (1992) : “Relaciones entre la comarca del Moncayo y Cantabria en la época romana : aspectos numismáticos”,
Turiaso, X, 1,75-80.

Villaronga, L. (1979a) : Numismática antigua de Hispania, Barcelone.
— (1979b) : “La circulación monetaria en Valeria (Cuenca)”,
Symposium Numismático de Barcelona, II, Barcelone, 38-39.
— (1981) : “Étude statistique des émissions de moyens bronzes impériaux de Caesaraugusta : méthode et application”, Statistique et Numismatique, PACT, 5, 229-250.

Wiegels, R. (1985) : Die Tribusinschriften des römischen Hispanien, Madrider Forschungen, 13, Berlin.

Zehnacker, H. (1973) : Moneta. Recherches sur l’organisation et l’art des émissions monétaires de la République romaine (289-31 av. J.–C), BEFAR 222, Rome.

Notes

1 Emporiae, Osca, Caesaraugusta, Bilbilis, Segobriga, Ercavica, Carthago Nova et Acci. Sous Tibère, il y a encore 25 ateliers, mais 6 sont nouveaux. Sous Caligula, aux officines citées ci-dessus s’ajoute Ebusus, ouvert sous Tibère. Une telle irrégularité n’est pas propre à l’Hispania : 110 ateliers fonctionnent en Asie Mineure sous Auguste. 73 sous Tibère, 33 seulement sous Caligula, et pas toujours les mêmes. Voir W. Leschhorn, Le monnayage impérial d’Asie Mineure et la statistique, dans Statistique et Numismatique, PACT, 5, 1981, p. 252-266, tableau P. 254.

2 Callu, J.-P., La politique monétaire des empereurs romains, de 238 à 311, 1969, BEFAR 214, Paris, tableau, p. 14, d’après T. B. Jones.

3 La preuve réside dans l’emploi de la formule PERM-CAES-AVG ou PERM-AVG que l’on lit sur les produits de Colonia Romula, Julia Traducta, Colonia Patricia et Italica en Bétique, Emerita et Ebora en Lusitanie. R. C. Knapp, constatant l’absence des cités de la Tarraconaise dans la liste, pense que cette autorisation était accordée implicitement, sans qu’il fût nécessaire d’en préciser directement le contenu (“The coinage of Corduba”, Colonia Patricia, dans Annali, 29, 1982 [p. 183-202], avec commentaires p. 197-198, note 55). Voir encore FITA p. 321, et RPC, p. 2.

4 Ce que suggère la présence, sous le règne de Tibère, de la formule PERM(issu) AVG(usd) ou PERM(issu) DIV1 AVG(usti) à l’avers ou au revers de certaines séries d'Emerita, Italica et Colonia Romula. Les légendes et l’iconographie qui accompagnent cette formule renvoient peu au monnayage du début du règne, et s’inspirent surtout de types émis à Rome vers 22/23 : il s’agit du dupondius RIC 47, SALVS AVGVSTA, buste de Salus drapé à droite, et de Pas RIC 80, PROVIDENT(ia), autel. F. Chaves (1973 = 1978, pp. 23-35) et P. P. Ripollès (RPC, p. 69-70 et p. 77) mettent en lumière les difficultés que soulève une telle chronologie qui ne s’accorde pas toujours avec l’analyse stylistique des portraits. Je pencherais pourtant, peut-être à tort, pour un maintien des exemplaires hispaniques dans le voisinage chronologique de leurs modèles romains, soit vers 22/23 : Tacite (Ann., Ill, 60-63) rapporte que l’année 22 a été occupée en partie, par le Sénat, puis les seuls consuls, à examiner les privilèges liés au droit d’asile des cités d’Orient. Peut-être a-t-on alors, dans nos deux cités, éprouvé le besoin de faire renouveler – en précisant bien qu’il venait d’Auguste lui-même – le privilège qu’était le droit de battre monnaie. Mais il me paraît clair aussi que le R/ d'Emerita (tout comme le dupondius de Rome RIC47) renvoie à la maladie qui toucha Livie en 22, et aux prières et cérémonies solennelles qui furent alors décrétées par le Sénat (Tacite, Ann., III, 64, 1 et 3 ; cf. Étienne 1958, p. 329-330). Nos bronzes hispaniques illustrent peut-être la rencontre, purement fortuite, de ces deux faits.

5 Sur tous ces aspects, Chaves 1973 (= 1978) ; remarques semblables de Fr. Rebuffat (pour l’Orient) à propos des monnayages des colonies ou des cités abritant des citoyens romains (Les enseignes sur les monnaies d’Asie Mineure, des origines à Sévère Alexandre, Athènes, 1997 [= BCH, S. 31], p. 411).

6 Séparément ou ensemble à Traducta, Caesaraugusta et Tarraco. Le dossier des princes de la famille julio-claudienne a été repris récemment par Fr. Huriet, Les collègues du prince sous Auguste et Tibère : de la légalité républicaine à la légitimité dynastique, 1997 (coll. Ec. fr de Rome, n° 227), Rome.

7 À Emerita, Italica, Romula, Turiaso et Tarraco.

8 Honorée à Emerita, Italica, Romula, Caesaraugusta et Tarraco, tandis que les revers SALVS AVG de Carthago Nova et Ilici renvoient aux vota de 22 dont Tacite se fait l’écho (RPC 185, 196, 197 ; cf. Tacite, Ann., III, 64, 3). Voir la note 4 ci-dessus.

9 Sur ces hommages, Étienne 1958, 436-438, qui, par ailleurs, lie (p. 438) la disparition des monnayages locaux à la volonté de Caligula, puis de Claude, de centraliser la propagande impériale.

10 L’exemple de l’atelier de Caesaraugusta est tout à fait éclairant sur ce point : Auguste : 3 dupondii de “bronze” ; Tibère : sur 3 dupondii certains, 1 est en orichalque ; 1 sesterce sûr en orichalque ; Caligula : 4 dupondii certains en orichalque, 2 sesterces sûrs en orichalque. Voir RPC p. 1 17-1 19. La récente trouvaille du sesterce de Caligula à Tiennes (Rodríguez Morales 1995, 221, n. 9) confirme cette tendance : cuivre, 79,3 % ; zinc, 20,2 %.

11 Il reste cependant que l’administration n’a jamais considéré les frappes hispaniques que comme des produits locaux. Bolin (p. 244) l’a dit et je crois que les nombreuses trouvailles de monnaies pré-néroniennes partout confirment qu elle n’a pas cherché à les récupérer pour d’éventuelles refontes (Bost, Chaves et alii 1987, 57 etn. 88).

12 Osicerda, Cascantum, Graccurris et sans doute aussi Clunia (et Abdère ?).

13 Frais qui, de toute façon, n’auraient pas pu être acquittés en bronze.

14 Apparition qui n’a rien à voir avec le statut des cités comme le suggérait H. Zehnacker (Annali 29, 217).

15 D’autant moins que la monnaie frappée à Rome connaît une progression semblable.

16 À Segobriga, par exemple, ont été identifiés 10 coins d’avers (d’as) sous Auguste, 12 sous Tibère, et 14 sous Caligula, dont le règne est très court (Ripollès-Abascal 1996, p.49, tableau).

17 Bolin 1958, p. 237, citant Willers, H., Gescchichte der römischen Kupferprägung, Leipzig, 1909 ; Giard 1983, 24.

18 Peut-être seulement autour de 15 à 16 % de ce qui circulait alors, selon une estimation très approximative de Bost, Chaves et alii 1987, p. 49, n. 42.

19 Le dossier des contremarques est largement commenté, à propos de Segobriga, par Ripollès-Abascal 1996, 75-96, avec la bibliographie correspondante.

20 Parmi ces indices, outre le caractère sporadique (en général) des émissions, il y a le fait que certains coins, appartenant à des cités différentes, ont été fabriqués par les mêmes graveurs [liste dans RPC, p. 15 : Ilici, Carthago Nova, Lepida-Celsa (RPC 192, 167-168, 273) ; Graccurris, Cascantum (RPC 429, 427-428) ; Cascantum, Clunia (RPC 425, 452) ; Ercavica, Bilbilis (RPCAG3, 399)]. Par ailleurs, les recherches de M. S. Parrado (Parrado Cuesta 1996, 274-279, notamment p. 275 et 279) suggèrent de reconnaître la présence de ces équipes à travers la détermination de différents groupes d’alliages.

21 II est assuré aussi que les cités passent leurs commandes indépendamment les unes des autres : si l’on a pu identifier à l’occasion des coins appartenant à différentes officines sortis de la main du même graveur (ci-dessus, n. 20), on n’a pas découvert de liaisons de coins entre ateliers permettant d’imaginer un centre de production produisant pour différentes cités (RPC, p. 15).

22 Discussion rapide et commode dans Otero Monin, 1995, p. 349 (à propos de SEKOBIRIKES) ; Ripollès 1997, 24.

23 Pour un livre d’orichalque, 8 deniers ; pour une livre de cuivre, 6 deniers. Il s’agit du salaire des artisans du métal. Voir M. Giacchero. Edictum Diocletiani et Collegarum de pretiis rerum venalium, Gênes, 1974, 7, 24-25.

24 Même les soldats vivent sous ce régime, puisqu’ils perçoivent l’équivalent de 10 as par jour selon Tacite, Ann., I, 17, 4.

25 Mais le fait que les monnaies ne sont pas signées par des magistrats n’en constitue pas en soi la preuve formelle.

26 Bolin 1958, p. 244.

27 CIL II, 3663 = ILER, 2044 : municipium Flavium Ebusum.

28 G. Alföldy, Römisches Städtewesen..., p. 80, n’a pas relevé l’intérêt des parallèles numismatiques, mais argumente, à bon droit pour moi, en faveur d’un statut municipal octroyé par Auguste. Galsterer, Untersuchungen... l’écarte et Wiegels, Tribusinschriften.... p.134-135, enregistre l’inscription dans la tribu Galeria sans autre commentaire, ajoutant simplement que les monnaies ne précisent pas le statut de la ville.

29 Sans d’ailleurs qu’il y ait de rapport entre le volume des émissions, les unités frappées et le statut (Bost, Chaves et alii 1987, p. 46 et n. 28 ; RPC p. 15, où P. P. Ripollès explique notamment que le rang de capitale de province n’a eu aucune incidence sur l’importance de la production monétaire : Caesaraugusta frappe beaucoup plus que Tarraco, et Corduba a très peu produit).

30 Qui n’ont pas été toujours forcément des récompenses, témoins les cas d'Hispalis et Corduba, villes pompéiennes.

31 Ripollès-Muñoz-Llorens le classent au 13e rang pour le nombre de coins utilisés.

32 Il vient au 10e rang du classement de Ripollès-Muñoz-Llorens.

33 Llorens 1994, 117, qui souligne les liens de la colonie avec la Maurétanie, dont les rois ont été faits magistrats honoraires (RPC 169 et 172). Des liens du même genre unissent, à l’Ouest, Carteia et les cités de la future Maurétanie Tingitane (Chaves 1979, 106-107).

34 Elles sont attestées pratiquement sur tous les grands sites archéologiques, (précisément grâce aux trouvailles monétaires), tels Valeria, Segobriga, Arcobriga, etc.

35 Bost-Chaves 1990, carte, p. 118 et p. 119-121. Voir aussi la carte établie par C. Blázquez Cerrato (1992), p. 310.

36 “The distribution of Emeritan coins and terra sigillata”, dans Actes du Xe Congrès Intern, de Numismatique, Londres, 1986, Londres, 1990, p. 173-180. La carte de la p. 174 fait ressortir la vaste influence de Caesaraugusta dans le Nord-Ouest et sur toute la zone des hautes terres qui relient l’Èbre moyen au Levant.

37 Par exemple Chaves 1973 (=1978), carte, p. 118 (Italica) ; Chaves 1978, carte, p. 121 (Cordoba) ; Llorens 1987, 75 (Ilici) ; Sagredo 1992, 52 (Turiaso), etc.

38 F. Romero Camicero et M. A. Martín Carbajo, “Hallazgos monetarios ibéricos e hispanorromanos en Numancia”, dans II Symposium de Arqueologia Soriana, I, Soria, ss. d. (p. 673-681), p. 681.

39 “La expansion monetaria de la ceca de Turiaso en la Meseta Norte”, dans Turiaso X, 1, 1992, p. 51-71, notamment carte, p. 69.

40 Moneda y circulación monetaria en el País Vasco durante la Antigüedad (siglos II a.C.-vd.C.), Bilbao, 1990, p. 158-163.

41 Curt Esparraguera, J. M., Clunia III. Hallazgos monetarios. La romanización de la Meseta Norte a través de la circulación monetaria en la ciudad de Clunia, EAE 145, Madrid, 1985, cartes, p. 155-157.

42 Epigrafía y numismática de Astorga romana y su entorno, Salamanque, 1982, p. 212-216, 279-281 et 284-285. Selon l’auteur, cette collection est digne de foi, ce que confirme sa composition.

43 Circulação monetária no Noroeste de Hispânia até 192, Porto, 1987, p. 209-248, et spécialement, cartes 17-21.

44 Le Roux, P., L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques, d’Auguste à l’invasion de 409, Paris, 1982, p. 119 ; Llorens 1994, 129. Si l’armée a joué un rôle important dans la circulation de la monnaie, tout le monde est bien d’accord là-dessus, et les contremarques en sont une preuve que confirment les découvertes monétaires, il ne me paraît pas possible, en revanche, de croire que ce rôle doit être étendu à la production de la monnaie, qui est restée strictement l’affaire des cités.

45 La Galice romaine. Recherches sur le Nord-Ouest de la péninsule Ibérique dans l’Antiquité, Paris, 1981.

46 Pereira, I., Bost,]. P., Hiernard, J., Fouilles de Conimbriga. III. Les monnaies, Paris, 1974, p. 203-213.

47 Da Silva Ruivo, J., “A circulaçâo da moeda hispânica na Estremadura portuguesa : uma primeira abordagem”, dans IEPNA, 1995, p. 155-160.

48 Bost-Chaves 1990, tableau de la p. 120, qui montre l’attraction exercée par Emerita sur l’Ouest de la Bétique.

Table des illustrations

Légende — Fig. 1. Évaluation des frais d’émissions à Segobriga (métal). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8546/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende — Fig. 2. Évaluation des frais d’émissions (frappe) et des bénéfices éventuels à Setjobrùja.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8546/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540