Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

2. Villes et campagnes de l’Occident romain

Temples ronds monumentaux de la Gaule romaine (Introduction)

Note de l’éditeur

Aquitania, XX, 2004, p. 7-12.

Texte intégral

1Le 23 novembre 2002 s’est tenue à Bordeaux une journée d’étude consacrée aux temples ronds monumentaux de la Gaule romaine, plus spécialement ceux de l’Aquitaine du Haut-Empire. Cette réunion avait été suscitée par les membres du Groupe de recherches sur Périgueux antique qui préparaient alors, en vue de l’ouverture du nouveau musée gallo-romain, la révision du dossier de la “Tour de Vésone”, une révision d’autant plus nécessaire et d’autant plus délicate que ce travail devait servir à la fois à la réalisation d’une maquette au 1/200e, et à une restitution virtuelle en trois dimensions.

  • 1 Lauffray 1990.

2En apparence, la tour offre des avantages propres à faciliter son étude : d’abord parce que la cella est encore debout, avec une hauteur qui n’est pas très éloignée de la taille d’origine ; il y a donc un dossier d’architecture. Un monument spectaculaire aussi, puisque le cylindre s’enlève encore à près de 24 m pour un diamètre total d’environ 21 m. Il existe également un dossier archéologique très fourni que complètent un dossier ornemental plus modeste, mais de grand intérêt, et même un dossier épigraphique, lui aussi réduit, mais suggestif. Enfin, il y a quelques années, est parue la publication dirigée par J. Lauffray qui proposait un certain nombre d’hypothèses pour l’interprétation des vestiges et la restitution d’ensemble du monument1.

3Or, malgré ces atouts, rien ou presque n’est simple. Certes, on le verra, l’identification exacte du temple, ne fait plus aucun doute : il s’agit bien du temple de la Tutelle des Pétrucores. Mais bien d’autres questions demeuraient en suspens, comme l’établissement d’une chronologie assurée pour le temple et pour ses annexes, la restitution de la coupole et de la toiture de la cella, celle des décors intérieurs et extérieurs de celle-ci, la disposition, l’élévation, l’ordonnancement et les transformations éventuelles des portiques, l’aspect de la façade orientale du péribole, l’interprétation des annexes qui avaient pris place à l’intérieur du complexe monumental. Il nous a semblé que les informations que livraient les documents et les interrogations que suscitaient les questions non résolues méritaient d’être confrontées à celles que rencontraient les chercheurs qui exploraient des monuments et complexes monumentaux du même type.

  • 2 Fincker &Tassaux 1992, 41-76 ; Brunaux 1984, 125-129 ; Brunaux 1986, Van Andriga 1999, 425-446 ; V (...)

4Ce fut la raison d’être de la réunion de Bordeaux, et, du coup, le sujet a été élargi. Pas du côté des aspects cultuels, encore que l’archéologie tienne dans ce genre d’étude une place considérable, du mode de construction à l’emplacement de l’autel, de la romanisation des rites aux vestiges de sacrifice, et de la signification de la galerie à l’objet du culte, toutes choses sur lesquelles W. Van Andringa a récemment mis l’accent2. Mais ces dossiers constituent à eux seuls un objet d’enquête. Nous avons voulu nous en tenir aux aspects purement architecturaux, dans l’optique des reconstitutions à proposer : morphologie, ornements, organisation interne de ces grands complexes dans la mesure où, comme on sait, le péribole abrite souvent un temple principal et diverses autres constructions (chapelles secondaires ou/et autres bâtiments) dont l’interprétation est souvent malaisée, ce qui est le cas de Périgueux.

— La Tour de Vésone (cl. Fr. Didierjean). —

  • 3 Notamment la seconde moitié du siècle. C’est ce que l’on constate au moins à Périgueux, à Barzan, (...)

5Autre sujet d’importance, celui de la chronologie des constructions, marquée par la phase de monumentalisation qui a touché ces dernières au iie siècle3. Le terme de monumentalisation est certes barbare, mais il rend bien compte d’un moment particulier qui a touché également les villes et les campagnes, celui où l’on a recherché plus expressément l'effet monumental. Sur ce point, on trouvera dans les exemples retenus nombre d’observations convergentes, notamment par l’analyse des décors intérieurs et extérieurs (placages, sculptures, éléments architecturés) qui tient une place essentielle dans la réflexion, même si celle-ci est forcément limitée par la pauvreté des vestiges survivants. Sans oublier que tout cela ne peut être séparé du contexte financier de ces réalisations qui supposent de gros moyens et l’engagement de patrimoines suffisamment solides pour en supporter le coût. Un coût qui a dû peser aussi sur la durée des travaux. À Périgueux, par exemple, l’impression prévaut que la Tour est restée un chantier permanent durant une grande, sinon la plus grande, partie du iie siècle.

  • 4 Duval 1965, 127-132.
  • 5 Ainsi, Fauduet 1993a ; 1993b.
  • 6 LTUR, II, 269-270 : aedes Fortunae Huiusce Diei (P. Gros).

6Plus avant, l’enquête conduisait obligatoirement à évoquer l’originalité des temples ronds de la Gaule romaine. Le thème n’est pas neuf, et P.-M. Duval l’avait parfaitement exposé, il y a quarante ans4. Toutefois, depuis cette date, inventaires et synthèses multipliés5 montrent que l’on a du mal à reconnaître cette originalité parce que la recherche actuelle est plus sensible que par le passé à l’importance des apports romains, qu’il s’agisse des modèles monumentaux, des techniques ou des pratiques rituelles. Mais c’est peut-être aussi parce que le vocabulaire utilisé est inadéquat, du moins n’est-il pas unanimement reconnu pertinent par l’ensemble des chercheurs. L’expression “tradition celtique”, d’abord, ne convient pas à certains, parce que, entre les sanctuaires de l’époque de La Tène et ceux du Haut-Empire, ils ne voient pas d’autre héritage que la forme de base des chapelles (cercle, carré ou rectangle). Tout le reste est romain de conception et de réalisation. Dans le cas des temples ronds de grande taille, ceux qui ont connu les effets de la monumentalisation, la référence habituellement et sans doute justement invoquée est celle du temple B du Largo Argentina à Rome6, qui, au moins dans son premier état, offrait un monument circulaire périptère sur podium, ouvert sur une façade droite et un escalier. En gros, c’est effectivement l’aspect que présentent nos sanctuaires, pour lesquels les architectes ont donc utilisé un modèle largement diffusé qui correspond aussi à des formes particulières d’expression du sacré, celles dont la romanisation des rites et aussi des dévotions a répandu l’usage.

  • 7 Van Andringa 2002, 94-103.
  • 8 Voir, par exemple, chez les Pictons, l’inscription de Vendœuvre-du-Poitou, Gallia, XXXI, 1973, p.  (...)

7Les recherches de W. van Andringa7 ont bien mis en valeur ces deux aspects. D’un côté, la présence de l’autel, sans doute aussi les formes extérieures du rituel et le décorum, de l’autre, la référence indiscutable au culte impérial, dont témoignent bien les dédicaces du iie siècle : à partir de l’époque d’Antonin, moment où la charge morale et religieuse devient plus nettement présente dans le discours impérial et dans l’image du prince, de nombreuses cités gauloises, au moins en Aquitaine, associent de façon systématique les Numina impériaux aux patronages divins locaux sur les dédicaces monumentales qui célèbrent les grandes évergésies8. En conséquence, parler de “tradition celtique” peut paraître inadéquat.

  • 9 Quelques exemples cependant signalés par Lewis 1966, passim, comme me le rappelle à juste titre P. (...)
  • 10 Pas toujours, d’ailleurs, comme le montre l’exemple d’Hayling Island où il n’y a pas de déambulato (...)
  • 11 Comme le font King et Soffe 1994 qui y voient seulement le résultat “des influences classiques gra (...)
  • 12 Van Andringa 2002, 100-101.
  • 13 La remarque de Diodore à propos du temple d’Apollon de l’île des Hyperboréens qui aurait été “de f (...)
  • 14 Marquaire 1994, 31, est peu explicite, mais la chose se voyait parfaitement après le dégagement.

8Pour rester sur le terrain archéologique, le principal cheval de bataille de ceux qui récusent tout lien entre les deux époques est celui de la galerie, généralement absente avant l’époque romaine9. Il est clair, effectivement, que cette dernière est plutôt un acquis architectural romain10. Mais faut-il limiter sa présence à ce seul domaine de réflexion11 et refuser l’idée qu'elle ait joué un rôle déterminant dans le rituel de l’époque impériale ? Le fait que, dans la plupart des cas, au moins dans les grands sanctuaires et dans ceux de taille moyenne, elle ait été partie intégrante des plans d’origine, et que ces plans aient reçu de cette présence une complexité et une indéniable originalité est déjà un argument d’importance : s’il y a eu une galerie, c’est donc qu'elle était nécessaire. Sur ce point, je trouve excessifs les doutes émis, après d’autres, par W. van Andringa sur la réalité du rite de circumambulation12, ne serait-ce que parce que celui-ci s’est maintenu jusqu’à notre époque dans les églises de pèlerinage, maintien sur lequel il serait utile de s’interroger. Un exemple tout à fait remarquable se voit au sanctuaire marial d’Altötting, en Bavière (Allemagne), où de nombreux pèlerins (et curieux) tournent autour de la chapelle dont les murs extérieurs sont tapissés d’ex-voto et d’images saintes ou pieuses. Quoique les temps ne soient plus les mêmes, l’exercice dévot d’aujourd’hui, fait de tour rituel, de vénération d’images et éventuellement de dépôt d’offrandes ou d’ex-voto, donne fort à penser que celui d’autrefois était au moins très voisin13, et il me semble que l’on en trouve la confirmation au temple du Puy-Lautard (Creuse), où l’usure du mortier de sol, qui suit très exactement les contours des murs des chapelles14, prouve qu’il ne s’agissait pas simplement de se protéger du soleil et de la pluie.

  • 15 Cicéron, Diu., 1, 90 ; Varron, LL, 6, 54 ; Festus, p. 476, cf. Paul, p. 477.
  • 16 Cicéron, Verr. 1, 52 ; Cicéron, Diu., 2, 67 ; Liv. I, 45, 2 : “Dianae Ephesiae fanum”.
  • 17 Scheid 1998, 59.
  • 18 Dont la taille est voisine de celle de la tour de Vésone qui, elle, est dénommée templum dans les (...)
  • 19 Nègre 1990, 401, no 6092-6100 : Gendron 2003, 114. Hors de l’Aquitaine, les exemples les plus conn (...)
  • 20 C’est le sens habituellement retenu, voir Grenier 1958, 464 (mais l’assimilation était déjà ancien (...)
  • 21 I, 9, vers 9 et 10 : “Nomine Vernemetis uoluit uocitare uetustas/ quod quasi fanum ingens gallica (...)
  • 22 En fait, comme le souligne Reydellet (1994, 28, n. 40), derrière Nisard et Ernout-Meillet, le sens (...)

9Autre emploi embarrassant, celui de fanum dont la pertinence est également contestée. Si l’on se réfère à la langue classique, ce terme est utilisé dans deux acceptions : la première est celle d’emplacement consacré15 ; dans la seconde, il s’agit d’un temple16. Les exemples cités, tout à fait explicites, justifient apparemment la remarque de J. Scheid : “fanum a une valeur générique et renvoie à un lieu de culte ou à un temple en général. Peu fréquent, ce terme n’a aucun rapport avec le temple gallo-romain entouré d’un portique auquel les archéologues d’aujourd’hui donnent ce nom”17. Reste pourtant que le mot a trouvé en Gaule un sort particulier qu'illustrent en Aquitaine au moins les noms du “Moulin du Fâ” à Barzan18 ou du “Fort du Hâ et de la “rue du Hâ” à Bordeaux, ainsi que d’autres moins connus dispersés de la Gascogne au Poitou et ailleurs19. Ces quelques références, attachées à des monuments qui ne sont pas tous les petites chapelles20 auxquelles l’attribution du terme est généralement réduite, paraissent bien prouver que ce dernier, même s’il est parfois utilisé abusivement, n’est pas contraire à la réalité : lorsque Fortunat21 cherche à donner un équivalent latin au mot gaulois vernemeton, il traduit par “fanum ingens”, ce qui montre que le mot était couramment employé pour désigner un sanctuaire22 (ici probablement un temple de divinités locales, même si ce n’est pas dit), et cela légitime au bout du compte l’usage qui en est fait aujourd’hui.

  • 23 Ce qu’A. Grenier avait fort bien exprimé, il y aura bientôt cinquante ans : “la tradition religieu (...)

10Finalement, le dossier archéologique des exemples présentés ici plaide plutôt en faveur des dénominations et des propositions traditionnelles. Aucun doute que les techniques (construction en dur, petit appareil, colonnades, et jusqu’à la coupole de la Tour de Vésone), que les principes de construction (podium et escalier de façade avec pronaos pour la cella, complications éventuelles de la structure des murs de péribole) et les références aux modèles venus de la capitale révèlent l’importance de l’apport romain. Mais, d’un autre côté, aucun doute non plus qu’ont des origines religieuses les plans centrés adoptés de façon si répétitive pour les cellae, tandis que, sur le plan architectural, l’intégration de la galerie à l’architecture de ces dernières a entraîné pour les architectes la nécessité d’établir des rapports particuliers de proportion entre largeur ou diamètre et hauteur. Au total, s’il est vrai que les modèles sont importés, la réalisation a dû prendre en compte des contraintes rituelles qui, elles, étaient indigènes23. Une fois de plus, ici comme dans bien d’autres domaines, on voit s’opérer ce que les uns nommeront synthèse architecturale et religieuse, et d’autres, au mieux, architecture de compromis et rituels de compromis.

Bibliographie

Bibliographie

Bost, J.-P. et G. Fabre (2001) : Inscriptions latines d’Aquitaine (ILA), Pétrucores, Bordeaux.

Brunaux, J.-L. (1984) : “Les sanctuaires indigènes, tradition et perduration”, Caesarodunum, 19, 125-129.
— (1986) : Les Gaulois : sanctuaires et rites, Paris.

Cabuy, Y. (1994) : “Temples et sanctuaires de tradition indigène en Belgique romaine”, in : Goudineau et al., éd. 1994, 24-32.

Derks, T. (1998) : Gods, Temples and Ritual Practices. The Transformation of religious Ideas and Values in Roman Gaul, Amsterdam Archaeological Studies, 2, Amsterdam.

Dondin-Payre, M. et M.-Th. Raepsaet-Charlier, éd. (1999) : Cités, Municipes, Colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, Paris.

Downey, R., A. King et G. Soffe (1980) : “The Hayling Island Temple and Religious Connections across the Channel”, Temples, Churches and Religion, BAR, Brit. Ser., 77.1, 1980, 289-304.

Drury, P. J. (1980) : “Non-Classical Religious Building in Iron Age and Roman Britain : a Review”, Temples, Churches and Religion, BAR, Brit. Ser., 77.2, 1980, 45-78.

Durand, M. (2000) : “Un sanctuaire ‘rural’ : le temple gallo-romain de la forêt d’Halatte (Oise)”, in : Van Andriga, éd. 2000, 119-129.

Duval, P.-M. (1965) : L’originalité de l’architecture gallo-romaine, Le rayonnement des civilisations grecque et romaine sur les cultures périphériques, Actes du VIIIe congrès international d'archéologie classique (Paris, 1963), Paris, 121-144.

Fauduet, I. (1993a) : Les temples de tradition celtique en Gaule romaine, Paris.
— (1993b) : Atlas des sanctuaires romano-celtiques de Gaule. Les fanums, Paris. Fincker, M. et F. Tassaux (1992) : “Les grands sanctuaires ‘ruraux’ d’Aquitaine et le culte impérial”, MEFRA, 104.1, 41-76.

Gendron, S. (2003) : L’origine des noms de lieux en France. Essai de toponymie, Paris. Goudineau, Chr., I. Fauduet et G. Coulon, éd. (1994) : Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine. Actes du colloque d’Argentomagus (Argenton-sur-Creuse / Saint-Marcel, Indre, 8, 9 et 10 octobre 1992), Paris.

Grenier, A. (1958) : Manuel d’archéologie gallo-romaine. III, L’architecture. 1. L’urbanisme, les monuments, Paris.

Henig, M. (1984) : Religion in Roman Britain, Londres.

Horne, P. et A. King (1980) : “Romano-Celtic Temples in Continental Europe : a gazetteer of those with known plans”, Temples, Churches and Religion, BAR, Brit. Ser., 77.2, 369-555.

King, A. et G. Soffe (1994) : “Recherches récentes sur les temples romano-celtiques de Grande-Bretagne. L’exemple de Hayling Island”, in : Goudineau et al., éd. 1994, 33-48.

Koethe, H. (1933) : “Die keltischen Rund-und Vierecktempel der Kaiserzeit”, Bericht der römisch-germanischen Kommission, 23, 110-108.

Lauffray, J. étal. (1990) : La Tour de Vésone à Périgueux, Temple de Vesunna Petrucoriorum, Gallia Suppl. 49, Paris.

Lewis, M. J. T. (1966) : Temples in Roman Britain, Cambridge.

LTUR (1993-2001) : Lexicon topographicum Urbis Romae, M. Steinby, éd., I-V, Rome.

Marquaire, J. (1994) : “Le sanctuaire gallo-romain du Puy Lautard (Creuse)”, TAL, 14, 23-63.

Muckleroy, K. W. (1976) : “Enclosed Ambulatories in Romano-Celtic temples in Britain”, Britannia, 7, 173-191.

Nègre, E. (1990) : Toponymie générale de la France. I, Formations préceltiques, celtiques, romanes, Publications romanes et françaises, 193, Genève.

Reydellet, M. (1994) : Venance Fortunat. Poèmes, I, Livres I-IV, Paris.

Rodwell, W. (1980) : Temples in Roman Britain : a revised gazetteer, BAR, Brit. Ser., 77.2, 557-585.

Scheid, J. (1998) : La religion des Romains, Paris.
— (2000) : “Réflexions sur la notion de lieu de culte dans les Gaules romaines”, in : Van Andriga, éd. 2000, 19-26.

Trunk, M. (1991) : Römische Tempel in den Rhein-und westlichen Donauprovinzen. Ein Beitrag zur architekturgeschichtlichen Einordnung römischer Sakralbauten in Augst, Forschungen in Augst, 14, Augst.

Van Andringa, W. (1999) : Prêtrise et cités dans les Trois Gaules et les Germanies au Haut-Empire, in : Dondin-Payre & Raepsaet-Charlier, éd. 1999, 425-446.
— (2000a) : “Le vase de Saints-du-Nord et le culte de l’imago dans les sanctuaires gallo-romains”, in : Van Andriga, éd. 2000, 27-44.
— éd. (2000b) : Archéologie des sanctuaires en Gaule romaine, Centre Jean-Palerne, Mémoires, 22, Saint-Étienne.
— (2002) : La religion en Gaule romaine. Piété et politique ( ier- iiie siècle apr. J.-C.), Paris.

Notes

1 Lauffray 1990.

2 Fincker &Tassaux 1992, 41-76 ; Brunaux 1984, 125-129 ; Brunaux 1986, Van Andriga 1999, 425-446 ; Van Andriga 2002, 87-130.

3 Notamment la seconde moitié du siècle. C’est ce que l’on constate au moins à Périgueux, à Barzan, sans doute aussi à Vendœuvre-du-Poitou, ainsi qu’Allonnes.

4 Duval 1965, 127-132.

5 Ainsi, Fauduet 1993a ; 1993b.

6 LTUR, II, 269-270 : aedes Fortunae Huiusce Diei (P. Gros).

7 Van Andringa 2002, 94-103.

8 Voir, par exemple, chez les Pictons, l’inscription de Vendœuvre-du-Poitou, Gallia, XXXI, 1973, p. 392 ; chez les Bituriges Cubes, les inscriptions de Néris (CIL, XIII, 1376/1377) et de Vendœuvres-en-Brenne (CIL, XIII, 1115) ; chez les Pétrucores, ILA Pétrucores, no 6, 7, 8, 9, 10, 17, 18, 24.

9 Quelques exemples cependant signalés par Lewis 1966, passim, comme me le rappelle à juste titre P. Aupert, mais voir la discussion à propos d’Heathrow dans Drury 1980, 52 et 54.

10 Pas toujours, d’ailleurs, comme le montre l’exemple d’Hayling Island où il n’y a pas de déambulatoire autour de la cella : voir Downey et al. 1980, 295 ; cf. Henig 1984, 37, fig. 3.

11 Comme le font King et Soffe 1994 qui y voient seulement le résultat “des influences classiques grandissantes”.

12 Van Andringa 2002, 100-101.

13 La remarque de Diodore à propos du temple d’Apollon de l’île des Hyperboréens qui aurait été “de forme ronde et orné de nombreuses offrandes” (Diod. II, 47, 2) me semble s’appliquer assez bien à cette hypothèse. Voir Grenier 1958, 467 : “la cella est la demeure du dieu, la galerie est faite par ses adorateurs”. Des niches sont signalées à Matagne-la-Petite et à Izel (Cabuy 1994, 26). Grenier 1958, 410, signale, dans le portique sud de Champlieu (Oise) le support “d’une table de présentation comme il s’en rencontre assez souvent dans les galeries entourant la cella des temples de type indigène, pour l’exposition des offrandes ou ex-voto”, information à compléter par les remarques de Van Andringa 2000, 39-40.

14 Marquaire 1994, 31, est peu explicite, mais la chose se voyait parfaitement après le dégagement.

15 Cicéron, Diu., 1, 90 ; Varron, LL, 6, 54 ; Festus, p. 476, cf. Paul, p. 477.

16 Cicéron, Verr. 1, 52 ; Cicéron, Diu., 2, 67 ; Liv. I, 45, 2 : “Dianae Ephesiae fanum”.

17 Scheid 1998, 59.

18 Dont la taille est voisine de celle de la tour de Vésone qui, elle, est dénommée templum dans les inscriptions (ILA Pétrucores, no 16, 19 et 20).

19 Nègre 1990, 401, no 6092-6100 : Gendron 2003, 114. Hors de l’Aquitaine, les exemples les plus connus sont ceux de Fanum Martis, ancienne capitale des Coriosolites (Corseul, Côtes-d’Armor), et de l’actuel Famars, autre Fanum Martis dans le département du Nord.

20 C’est le sens habituellement retenu, voir Grenier 1958, 464 (mais l’assimilation était déjà ancienne). Duval 1965, 128 (le fanum est “distinct par ses dimensions du templum comme nos chapelles le sont de nos églises”). Le savant maître de l’histoire gauloise s’exprimerait sans doute différemment de nos jours.

21 I, 9, vers 9 et 10 : “Nomine Vernemetis uoluit uocitare uetustas/ quod quasi fanum ingens gallica lingua refert”.

22 En fait, comme le souligne Reydellet (1994, 28, n. 40), derrière Nisard et Ernout-Meillet, le sens initial de uernemeton doit être celui de “clairière où se célèbre un culte”, ce qui fait retomber ce terme dans l’acceptation première de son équivalent latin.

23 Ce qu’A. Grenier avait fort bien exprimé, il y aura bientôt cinquante ans : “la tradition religieuse et le rite indigène ont imposé une forme nouvelle à l’architecture du temple” (Grenier 1958, 469). J’ai du mal à croire que de tels sanctuaires aient pu n’être qu’une création du pouvoir romain” comme semble le proposer (même comme alternative) Durand 2000, 119.

Table des illustrations

Légende — La Tour de Vésone (cl. Fr. Didierjean). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540