Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

2. Villes et campagnes de l’Occident romain

Quelques graffitis de Périgueux antique

Note de l’éditeur

Au jardin des Hespérides. Histoire, société et épigraphie des mondes anciens. Hommage à Alain Tranoy, 2004, p. 107-130 (co-auteur G. Fabre).

Texte intégral

  • 1 Quelques pièces nous ont été soumises par Alix Barbet, d’autres sont issues de la bibliographie des (...)

1Périgueux, l’antique Vesunna, a le privilège, rare dans notre pays, d’avoir conservé de son passé quelques vestiges monumentaux, parmi lesquels la justement célèbre “Tour de Vésone” et la “Maison des Bouquets” ou “domus de Vésone”, devenue depuis peu le site du “Musée gallo-romain”. Elle a eu aussi la chance d’avoir été explorée depuis deux siècles par des générations d’érudits et d’archéologues qui ont régulièrement augmenté ses collections muséographiques, notamment celles de peintures murales et de céramiques. C’est dans ce riche fond1 que nous avons puisé pour offrir à notre ami quelques réflexions que nous voulons sérieuses sur des sujets qui ne le sont pas tous.

Graffitis d’intérêt onomastique

  • 2 Cl. Barrière, Vesunna Civitas Petrucoriorum. Nouvelles recherches 1957-1960 (suite), dans Documents (...)

2I. 1. Boulevard Bertran-de-Born, HLM 4 (Maison de la fresque au cerf2). Deux fragments d’enduit noir (fig. 1), aujourd’hui au Musée gallo-romain (inv. 99.1.491).
1a. Dimensions : 6 x 6,5 cm. Capitales majuscules ; lettres de 12 à 18 mm (S final) : AVLVS (ligature AV).
1b. Dimensions : 3,8 x 3,2 cm. Capitales majuscules ; lettres incomplètes en bas (G = 1,3 cm) : GAI[---].

  • 3 II semble bien que l’on ait le travail de deux mains.
  • 4 Une rapide enquête conduite dans les seules inscriptions des cités aquitaines d’entre Garonne et Lo (...)

3Ces deux prénoms écrits en entier n’ont peut-être pas retenu par hasard l’attention des deux auteurs3 du graffito. On connaît en effet à Périgueux, entre le ier et peut-être le iiie siècle, deux branches d’une grande famille locale, celle des Pompei, qui se distinguent précisément par le port de l’un ou l’autre de ces prénoms. Il peut s’agir d’une simple coïncidence mais, parce que les graffitis proviennent d’une maison noble de la ville et parce que le prénom d’Aulus est d’un usage restreint dans l’onomastique du temps4, nous sommes enclins à penser que les graffitis renvoient bien à des Pompei et, sinon à la demeure même de l’un d’entre eux, du moins à la place éminente que la dynastie occupait dans la cité.

— Fig. 1. Fragments trouvés Boulevard Bertran-de-Born. Musée gallo-romain. —

  • 5 Id., page 100, no 1.

4I. 2. Même origine5. Fragment d’enduit (couleur noire) de forme grossièrement triangulaire ; dimensions : 28,6 (long côté) x 14,7 cm (largeur maximale). No d’invent. 99. 1. 49. Trois textes ou groupes de lettres distincts sont répartis sur 3 lignes (fig-2).

— Fig. 2. Fragment trouvé Boulevard Bertran-de-Born. Musée gallo-romain. —

5Ligne 1. Capitales majuscules et cursive, écriture grasse et appuyée : AGIL NIIGOTIVM : “les affaires d’Agilius”. Lettres de 5 (L de AGIL) à 1,5 cm (O de NEGOTIVM).
Ligne 2. Lettres fines et élancées (de 2 à 2,3 cm pour celles qui sont conservées) : + (ou A ?) AII TOCVS (les 3 dernières lettres incomplètes). Ligne 3. C (incomplet) ou C[---]

  • 6 Abascal, Nombres personales, connaît 49 attestations de la forme Acilius et 1 de la forme Agilius ( (...)
  • 7 Zur Geschichte lateinischen Eigennamen, Göttingen, 1904, p. 440.
  • 8 Notas sobre algunos gentilicios romanos de Lusitania : una propuesta metodologica acerca de la emig (...)
  • 9 Plutôt que sur un nom germanique de la racine “agil”, hypothèse admissible pour les noms apparus en (...)
  • 10 Evans, p. 299 et 300-301.
  • 11 L’Onomasticon n’en connaît que quatre en tout, dont trois en péninsule Ibérique (en réalité, cinq : (...)
  • 12 Cf. Plaute, Bacchides, 755, et éventuellement Miles gloriosus, 523.

6La première ligne se lit sans difficulté. Deux mains différentes en ont rédigé les deux parties, ce qui exclut de lire isolément le mot OTIVM. L’intérêt de ce texte est de faire apparaître le gentilice AGILIVS, inconnu en Aquitaine et de toute façon très rare en Occident en dehors du domaine hispanique6. Si W. Schulze atteste son origine italique7, et si l’hypothèse de la présence à Périgueux d’un de ces gentilices fossiles mis en évidence par M. Navarro Caballero8 n’est pas à écarter sans examen, on peut penser aussi à un nom patronymique formé sur Agilis9. D’un autre côté, et bien qu’on ne puisse pas l’exclure a priori, la lecture AGIL(onis/ionis), anthroponyme typiquement gaulois10 ne nous semble pas devoir être retenue à cause de la coupure ACIL/AGIL, trop éloignée du nom véritable (on attendrait AGILO/IO ou AGILON/ION), et à cause aussi de la plus grande diffusion de celui-ci en péninsule Ibérique, apparemment au moins, car le nombre des attestations est réduit11. Pour le mot NEGOTIVM, même si aucune référence littéraire ne vient conforter cette proposition, un sens érotique n’est pas à exclure, compte tenu du fait que les graffitis relèvent souvent de ce registre12.

  • 13 ILA Pétrucores, no 95, et peut-être un autre graffito sur céramique arétine selon P. Barrière, Vesu (...)

7La ligne 2 comprend une suite de lettres qui isole le TOCVS final. De ce fait, une lecture A, puis ANT<i>OCIIS (féminin) n’est pas envisageable. On retiendra donc l’anthroponyme TOCVS/TOGVS, inconnu de l’Onomasticon, qui lui préfère la forme Togius, employée comme nomen ou comme cognomen / nom unique, mais attestée par ailleurs dans le corpus pétrucore13.

  • 14 Id., page 100, no 2.

8I. 3. Même origine. Trois fragments14 jointifs d’enduit de couleur noire. Musée gallo-romain, inv. 99.1.49. Dimensions : 9 x 9,5 cm. Texte (fig. 3) : IVLIAN[+] en écriture cursive ; lettres de 20 (L) à 30 mm (N). Même s’il n’est signalé dans les recueils que par un petit nombre d’occurrences en Aquitaine (7 mentions dans l’Onomasticori), ce dérivé du nomen Iulii est néanmoins banal et a été adopté indifféremment comme cognomen par des citoyens romains ou comme nom unique par des pérégrins.

— Fig. 3. Fragments trouvés Boulevard Bertran-de-Born. Musée gallo-romain. —

9I. 4. Origine indéterminée. Huit groupes de fragments d’enduits peints aimablement communiqués par A. Barbet, dont certains portent des lettres ou des textes diversement utilisables (fig. 4).

— Fig. 4. Fragments d’origine indéterminée. Communiqués par A. Barbet. —

  • 15 Kajanto, p. 77 et 296.
  • 16 Onomastique trévire, notamment, p. 375, note 82.

10— Groupe a : OPTA[---] : Lettres de 1 à 1,1 cm. Il faut vraisemblablement penser au surnom/nom unique OPTATVS/OPTATA que le voisinage des autres fragments incite à restituer au nominatif. Ce nom, qui, en principe, n’est affecté d’aucune qualification sociale particulière, est néanmoins porté par environ 17 % des personnages de condition servile recensés par 1. Kajanto15, et, récemment, M.-Th. Raepsaet-Charlier a mis en évidence, chez les Trévires, sa présence sur une liste d’anthroponymes d’esclaves et d’affranchis16, sans que, pour autant, on puisse l’attribuer ici avec certitude à des personnages relevant de cette catégorie.

11— Groupe b. Deux fragments frustes mais jointifs d’environ 7x5 cm. Sur 2 lignes : [di]BIXTA SVTISAII/[--- ? ?] VIRV

  • 17 Treize mentions pour chacune des provinces dans l’Onomasticon, qui révèle aussi que la forme abrégé (...)
  • 18 Holder, s. v.
  • 19 Onomasticon, s.v., mais le nom est une rareté (4 exemples en tout). Sutius est connu en Lyonnaise ( (...)

12La ligne 1 (lettres de 0,7 à 1,4 cm) se traduit aisément ; [Di]bixta ou Divixta, esclave de Sutisa. Il s’agit de deux anthroponymes diversement fréquents. [di]BIXTA/DIVIXTA est bien attesté en Gaule Belgique et en Aquitaine17 ; l’autre est inconnu sous cette forme, mais se rattache peut-être à SVTVCCOS/SVTICOS18, ou à SVTTVS/SVTTA, attesté en Italie, Belgique, Dalmatie et Dacie19.

13La présence de noms féminins est d’autant plus remarquable que ces derniers apparaissent rarement dans les graffitis, sauf pour désigner des filles faciles, au mieux, les dulcinées. La qualité de Divixta, une esclave, suggère de la ranger dans la catégorie des égéries, professionnelles ou non.

  • 20 Un petit fragment appartenant à cet ensemble est marqué du chiffre VII, qui donne à penser à l’expr (...)

14La ligne 2 (lettres de 1,2 à 1,5 cm pour le I et le R, seuls conservés intégralement) ne laisse comprendre que le mot VIRV(m ?) qui, si l’on retient l’hypothèse érotique20, s’accorde bien (au moins au sens de partenaire masculin) avec la Divixta précédente, d’autant plus qu’il est placé juste au-dessous. Mais comme le V initial se trouve sur la cassure gauche du fragment, et même si l’hypothèse paraît peu vraisemblable, on ne peut pas exclure de lire un anthroponyme masculin du genre [Maro/Sacro/Seno] VIRV(m) etc.

15— Groupe c. Six fragments jointifs. Dimensions : environ 11x6 cm. À gauche : HIL[.] RV (lettres capitales majuscules d’environ 1 cm) ; plus loin à droite : CAIVS (lettres capitales “actuaires” élégantes de 1,2 à 1,8 cm.

  • 21 Son emploi en Gaule comme cognomen/nom unique est rare, d’après les listes de l’Onomasticon (6 exem (...)

16Le premier des noms pourrait être HIL[a]RV(s) que nous proposons sous toute réserve. La chute du S final, fréquente dans la langue et la prononciation gauloises, est commune sur les graffitis. Caius renvoie au prénom le plus porté dans le monde occidental et aussi, très probablement21, à une nomenclature de citoyen romain, ce qui n’est pas surprenant non plus dans le cadre des maisons nobles de la ville, où les citoyens étaient les plus nombreux. Faut-il rapprocher ce Caius du Julius qui apparaît sur le fragment ci-dessous ?

  • 22 Une seule attestation certaine dans ILA Pétrucores, no 31 : aménagement d’arrivée ou d’évacuation d (...)

17Les autres groupes portent divers textes et signes inutilisables. L’un d’eux porte un IVL gravé à la pointe fine (lettres de 0,5 cm) qui désigne peut-être un IVLIVS. À Périgueux, cette gens – bien attestée cependant (19 mentions) – est peu représentée dans les inscriptions les plus anciennes, et ne figure pas ou à peine dans celle des familles évergètes les plus distinguées22.

  • 23 Cl. Barrière, Vesunna Civitas Petrucoriorum. Nouvelles recherches 1957-1960 (suite), dans DAP, 6, 1 (...)

18I. 5. Au chantier du boulevard Bertran-de-Born, HLM 1, fouille méridionale, dans des niveaux du iie siècle. Fresque à graffito23. Texte (fig. 5) en capitales majuscules : VIIDIV[---] (le V final, incomplet).

  • 24 Un exemple en Narbonnaise (CIL XII, 4005) et l’autre apparu récemment à Siradan chez les Convènes : (...)

19Il s’agit certainement du gentilice VEDIVS, connu, quoique peu répandu, en Italie du Nord (ce qui ne préjuge en rien de son origine véritable). Très exceptionnel en Gaule24, il se rattache à la catégorie des raretés exposées ci-dessus à propos d’ACILIVS.

— Fig. 5. Fragment trouvé Boulevard Bertran-de-Born. —

— Fig. 6. Peigne en os taillé. (Boulevard Bertran-de-Born). —

  • 25 Cl. Barrière, Vesunna Civitas Petrucoriorum. Nouvelles recherches 1957-1960 (suite), dans DAP, 6, 1 (...)
  • 26 À propos de la répartition du nom Verecundus en Gaule et en Germanie, dans Noms, identités culturel (...)

20I. 6. Au chantier du boulevard Bertran-de-Born, HLM 1, fouille méridionale, “niveau inférieur25”. Sur un peigne en os taillée dans une côte (inv. 2000.1.6) : [ve] RECVNDI[a]N[---] (ligature ND). L’état du support ne permet pas de lire intégralement le nom (fig. 6) qui peut avoir été VERECVNDIANNVS ou VERECVNDIANNIVS comme le propose Sabine Lefèbvre26.

  • 27 Cl. Barrière, Vesunna Civitas Petrucoriorum. Le chantier de la piscine (1965), dans DAMP, 7, 1992, (...)

21I. 7. Au chantier de la piscine27, 3 graffitis de propriété (fig. 7) incisés sur trois vases en terre sigillée.

    • 28 Musée gallo-romain ; inv. 99.1.66.

    Sous le pied d’une assiette28 Drag. 15-17 (OF IVLLI, Montans, vers 60-120 ?) : FLA = Flavius ? ou un cognomen du type Flaccus ? Flavianus ? Flavinus ? etc.

  • Sous le pied d’une assiette Drag. 18-31 de Crestus (La Graufesenque, époque de Néron-Vespasien) : BLANDA.

  • Sous le pied d’un bol Drag. 37 : CEL = Celsus ?

  • 29 Billy, Thesaums, p. 30, s. v. ; Delamarre, Dictionnaire2, p. 77 : “celticité du mot probable mais n (...)
  • 30 Voir notre commentaire dans ILA Pétrucores, no 82. M. Dondin-Payre le place plutôt parmi les surnom (...)

22On ne s’attardera pas sur FLA(---), sauf pour signaler que seul le gentilice Flavius est attesté sur l’épigraphie lapidaire de Vesunna (ILA Pétrucores, no 61). Blandus, assez répandu dans l’ensemble du domaine celtique, passe pour en être issu29. Un personnage homonyme figure sur une épitaphe de Vesunna (ILA Pétrucores, no 95). Cel(---) peut renvoyer à Cel(sus), plutôt qu’à Cel(sa), dans la mesure où, sur nos graffitis, les noms latins sont généralement masculins, alors que les noms féminins sont plus souvent indigènes (ici même : Dibixta, Sutisa, Blanda, Aucinna). Un Celsus ou une Celsa figure sur le monument funéraire d’un pérégrin (ILA Pétrucores, no 82). Ce nom latin fait partie des anthroponymes particulièrement prisés en milieu celtique30.

— Fig. 7. Vases en terre sigillée. (Chantier de la piscine). —

  • 31 Cl. Barrière, “Domus Pompeia”. Rue des Bouquets à Périgueux. Inventaire du mobilier archéologique, (...)

23I. 8. Maison “des Bouquets”, graffitis de propriété (fig. 8) incisés sur quatre vases en terre sigillée31.

  • Fragment de coupelle Hermet 8 (v. 80-150) : MAR (ligature MA) = Mar(tialis), Mar(tini) etc. (le graffiti n’est connu que par un dessin de Cl. Barrière).

    • 32 Musée gallo-romain ; inv. 92.8.363.

    Sous le fond ( ?) d’une assiette32 Ritterling 1 (v. 40-60), gravé à la pointe sèche : SEN = Sen(ocari), Sen(oviri) etc. ?

    • 33 Musée gallo-romain ; inv. 92.8.204.

    À l’intérieur d’une assiette33 Drag. 15-17 : BIVRA ; à l’extérieur : C R R

    • 34 Musée gallo-romain ; inv. 92.8.23.

    Sous le pied d’un pot34 Drag. 30 : SID/IN = Silvin(i).

— Fig. 8. Graffitis sur vases sigillées. (Maison des Bouquets). —

  • 35 Dictionnaire2, p. 77.
  • 36 I, p. 27.
  • 37 ILA Pétrucores, no 74.
  • 38 Respectivement 13 et 12 mentions à l’Onomasticon sur un total de 76. Sur le sens, rapport avec la f (...)

24Martialis, cognomen théophore très commun en Afrique mais répandu partout, ou Mar(tinus), de même origine, peuvent convenir, mais d’autres, comme Martianus ou Martillus, attestés en Aquitaine, ne sont pas exclus. Sen(---), quelle que soit la manière dont on doit le développer, paraît renvoyer au domaine onomastique local (cf. ILA Pétrucores, no 88 : Senocarus). Biura, qui n’est attesté nulle part ailleurs, appartient peut-être aux noms propres formés sur le radical gaulois bivo-> bio-, “vivant” étudié par X. Delamarre35, mais il peut s’agir aussi d’une transcription en alphabet latin – et avec une hypercorrection –, du nom commun bibra, “rivière des castors (biber)” que signale (avec cependant l’astérisque) le Thesaurus de P.-H. Billy36. CRP a l’apparence de tria nomina mais reste inidentifiable. Silvinus, enfin, connu à Vesunna37, est d’un emploi assez commun en Aquitaine comme en Narbonnaise38.

  • 39 Cl. Barrière, “Domus Pompeia”. Rue des Bouquets à Périgueux. Inventaire du mobilier archéologique, (...)

25I. 9. Même site39 (fig. 9).

    • 40 Musée gallo-romain, inv. 92.8.125.

    -Sur une “coupe à collerette en céramique commune noire brillante40,” à l’extérieur, sur le bandeau supérieur, en capitales majuscules : PLACIDVS.

    • 41 Musée gallo-romain, inv. 92.8.351.

    -Jatte en “céramique grise” dans un niveau du milieu du iie siècle41. Au bas de la panse, graffiti après cuisson sur deux lignes : RVFIINI/PANNA = “jatte (de) Rufinus”. Sous le pied, pictogramme formé de deux R réunis par leur haste verticale : répétition de R(ufini) ?

    • 42 Musée gallo-romain, inv. 92.8.26.

    -Sous le pied d’un vase ovoïde gris42 découvert dans la cendre du caldarium : TYRALIS.

    • 43 Musée gallo-romain, inv. 92.8.353.

    -Sur la panse d’une jatte en terre grise43 provenant des remblais du milieu du iie siècle : S. vacat. SABINI.

— Fig. 9. Graffitis sur coupe, jattes et vase. (Maison des Bouquets). —

  • 44 Kajanto, p. 18, cf. Abascal, Nombres personales.
  • 45 Toutes les références dans J. Degavre, Lexique gaulois. Recueil de mots attestés, transmis ou resti (...)
  • 46 P.-Y. Lambert, La langue gauloise. Description linguistique, commentaire d’inscriptions choisies, é (...)

26Placidus, largement apprécié dans la péninsule Ibérique44 est déjà attesté à Vesunna (ILA Pétrucores, no 59) comme cognomen. Rufinus, commun partout, apparaît sur une épitaphe pétrucore (ILA Pétrucores, no 92). L’originalité du graffiti tient à la présence du mot panna, “jatte, assiette”, non répertorié dans le Dictionnaire de X. Delamarre, mais dont l’usage a été révélé par les graffites de La Graufesenque45. Noter que l’on a ici le singulier d’un terme que les graffites de La Graufesenque font connaître au nominatif pluriel46. Un tel emploi confirme que l’on est ici dans le monde des indigènes romanisés auxquels ni l’acculturation, ni, à l’occasion, la naturalisation n’avaient fait oublier leurs origines.

  • 47 H. Solin, Analecta Epigraphica 1970-1997, Rome, 1998, Acta Instituti Romani Finlandiae, XXI, p. 97.
  • 48 H. Thylander, Inscriptions du port d’Ostie. Texte, Lund, 1952, p. 272, no B 75 (Flaviae Tyrallidi).(...)

27Tyralis, sous cette forme, pourrait représenter un hapax, mais CIL XIV, 1056, relu par Thylander mentionne une Flavia Tyrallis. Malgré Solin47 qui suppose une mauvaise lecture pour Pyrallis, son apparition à Périgueux justifie la lecture du savant suédois48.

  • 49 Prédilection qui vient d’un jeu d’assonance possible ou probable : voir M. Dondin-Payre, L’onomasti (...)
  • 50 ILA Pétrucores, no 55 et 93.

28Sabinus se range aussi dans omen ou nom unique en milieu celtique49. L’épigraphie lapidaire de Vesunna en a prla catégorie des noms latins (passe-partout ou significatifs ?) largement utilisés comme cognoduit deux autres emplois50. Le S initial n’est pas le début de la dénomination du vase, car celle-ci prend normalement place après le nom du propriétaire, mais plutôt un premier essai de gravure du nom de Sabinus par une main moins expérimentée.

Graffitis érotiques

29Il s’agit de deux ensembles de fragments d’enduits peints dont nous avons eu connaissance grâce à A. Barbet.
II. A (fig. 10). Huit lignes incisées par des mains différentes.

Ligne 1 : [---]IV ou CIV, lacune, puis [---]INNV[---]
Ligne 2 : [---IIIIIII ZII+PIRVS IV[---]
Ligne 3 : [---]III PIIDICAVIT. Plus loin, et sans rapport avec la ligne : M
Ligne 4 : IINCONO AVCINNA ou AVCINAM
Ligne 5 : XII
Ligne 6 : CIINSOR
Ligne 7 : CINIIDII AMANDV(s). Ligature AM et ND
Ligne 8 : II PIIDICAVIT

— Fig. 10. Fragments d’enduits peints avec graffitis érotiques (communiqués par A. Barbet). —

  • 51 En principe, les possibilités ne sont pas nombreuses (une douzaine de noms recensés au Nomenclator) (...)

30L’état de la ligne 1 ne permet guère de commentaire, sauf à supposer les restes de noms de deux personnages masculins, l’un actif ( ?)[---]IV(s) ou [---]CIV(s), l’autre, passif ( ?) [---]INNV[m]51, dont le début de la ligne 2 indiquerait le nombre des échanges. Les lignes 2 et 3 forment un autre groupe : un certain Zephyrus (écrit ici sans doute, selon une pratique répandue, Zepirus) se vante d’avoir eu à plusieurs reprises (au moins trois) des relations sexuelles avec un personnage vraisemblablement masculin, dont le nom commence par IV[---].

  • 52 L’Oxford Latin Dictionnary, p. 919, signale cependant la forme incunatum chez Varron (RR, III, 16, (...)

31Les lignes 4/5 traduisent au contraire l’engagement résolument hétéro-sexuel d’un acteur inconnu dont la compagne (Aucinna ou Aucina) aurait connu douze fois les assauts. AVCINA/AVCINNA est un diminutif, inconnu de Lörincz et Reddo, mais le radical AVC-donne AVCVS (Italie du Nord, Rhétie), AVCO (CIL XIII, 3529), AVCIVS (Narbonnaise, Lyonnaise), AVCILO, chez les Lémovices (CIL XIII, 1411), AVCELLVS/AVCELLA chez les Santons (ILA Santons, no 1005, 12). Encono, encore utilisé dans le français non académique à l’époque moderne, ne figure dans aucun dictionnaire honnête52. Équivalent de futuo, il doit sans doute s’interpréter comme une variante, locale ou non, au moins de prononciation, d’inquino/inquinare (avec emploi de la vélaire C pour Q), dont le sens est tout aussi clair.

  • 53 Autre nom latin assonant, cet anthroponyme est connu en Aquitaine par deux autres exemples, mais il (...)
  • 54 Cinede pour Cinaede, forme très fréquente dans l’épigraphie pariétale (TLL, III, col. 1059). Voir l (...)
  • 55 F. Gonfroy, Homosexualité, p. 223-228.
  • 56 Comme nom assonant ou comme nom de traduction, voir M. Dondin-Payre, L’onomastique dans les cités d (...)

32Les lignes 6-8, le groupe le plus complet du texte, ramènent à des pratiques homosexuelles. Un certain CENSOR53 est dénoncé par l’auteur du graffito comme cinedus54 (sic), qualificatif infamant très commun, pour ses relations passives répétées avec un certain AMANDVS, son partenaire actif55. Amandus, bien connu comme cognomen ou nom unique en Aquitaine, est particulièrement répandu en milieu celtique56

33II. B (fig. 11). Huit fragments portant des graffitis émanant de plusieurs mains dont la lecture est contaminée par des scarifications parasites. Quatre seulement sont partiellement utilisables.

No 5 : [---f]VTVIT IIII
[---]IITA
No 6 : VIRO ou [---]VIRO
No 7 : APO[—1
No 8 : [pedic]AVIT
Ligne 2 : texte inintelligible

34Sur le fragment 5, un personnage inconnu se vante d’exploits multiples auprès d’une femme dont le nom [---]ETA(m) occupait sans doute la ligne 2.

  • 57 Evans, p. 286-288.

35Fragment 6 : VIRO, au datif ou à l’ablatif, paraît aller seul (= partenaire masculin), ce qui s’accorde avec le sens général de l’ensemble, mais peut être la fin d’un patronyme du genre SENOV1RO, SACROVIRO etc57

  • 58 ILA Pétrucores, no 155.

36.Fragment 7 : APO peut désigner bien des individus, notamment APO[llinaris], nom qui apparaît d’ailleurs dans l’épigraphie lapidaire de Vesunna58. Mais, toujours en tenant compte du ton de l’ensemble, on peut imaginer aussi quelque nom suggestif du type APO[laustus] etc.

— Fig. 1 1. Quatre fragments lisibles. —

37Fragment 8 : sens obvie pour qualifier des relations intermasculines.

  • 59 Les Pétrucores n’étaient pas les seuls, car les vantardises étalées ici trouvent des échos partout  (...)
  • 60 Hypothèse développée par A. Bouet, Les collèges dans la ville antique : le cas des subaediani, dans(...)

38Au total, malgré leur caractère fragmentaire, ces textes d’expression directe renseignent d’une certaine manière sur l’univers mental (au moins !) des Pétrucores du Haut-Empire, en tout cas sur la façon dont une certaine catégorie de Pétrucores décrivaient cet univers. Sans pouvoir préjuger de ce qu’a été l’apport romain dans ce domaine particulier, on relèvera le fait qu’une partie au moins de la population locale utilisait le latin comme support de réalités aussi affirmées que l’homosexualité masculine, passive (cinaedus) ou active (pedicare). La diffusion de telles références59, sinon la réalité vécue, touche remarquablement des individus dont plusieurs portent des patronymes indiquant qu’ils sont issus du milieu indigène local. C’est la preuve que l’acculturation ne se limitait pas à la pratique d’un latin utilitaire, nécessaire aux relations administratives ou sociales. Si l’on est bien à la Maison des Bouquets, et dans une schold60, on attribuera ces exploits à des jeunes gens de bonne famille qui s’amusent ou s’indignent dans une ambiance qui ne choquerait pas à Pompéi.

Exercice scolaire (fig. 12)

  • 61 Cl. Barrière, Vesunna Civitas Petrucoriorum. Nouvelles recherches 1957-1960 (suite), dans DAP, 5, 1 (...)
  • 62 Musée gallo-romain, inv. 99.1.49.

39Boulevard Bertran-de-Born, HLM 4, “Maison de la fresque au cerf”. Enduits rouges, puis blancs61. Longueur du fragment62 : 41 cm ; hauteur : 24 cm ; épaisseur : 3 cm. Datation : ier siècle ap. J.-C.

— Fig. 12. Fragment trouvé dans la Maison de la fresque au cerf. —

40Ligne 1 : A C. Grandes lettres (environ 4,4 cm pour le A) à incision fine qui recoupent le texte qui suit sans avoir de rapport avec lui.
Ligne 2 : IO COS : lettres petites (0,4 à 0,6 cm). Écriture serrée.
Ligne 3 : début de l’exercice : INA CVS.
Ligne 4 : POROTV. Plus loin sur la ligne : IIRVCA (autre main).
Ligne 5 : QVI. Plus loin et décalé vers le bas : QVI.
Ligne 6 : A, avec barre oblique (autre main).
Ligne 7 : texte serré à gauche : PORTV SIC IIDICO. Sur la même ligne, mais plus loin et d’une autre main : A(barre oblique)MARANTVS, qui vient recouvrir des lettres plus anciennes : R D D (lettres grandes – environ 3 cm – et grêles).
Ligne 8 : sur la bande blanche : A (barre oblique) LPINVS ou ALPINV, suivi d’un numéral (II) surmonté d’un tilde (autre main). Plus loin encore vers la droite : D D (lettres grandes – au moins 4 cm – et grêles comme à la ligne 7).

41Le texte comprend deux strates qui se distinguent par la taille des lettres et la profondeur de la gravure. À la partie formée de lettres de grande taille faiblement incisées appartiennent au moins la ligne 1 et la fin des lignes 7 et 8 (AC, R D D et D D). Les deux premières lettres n’offrent aucune prise au commentaire, mais la répétition de D D aux lignes 7 et 8 semble bien une allusion à un décret des décurions, formule utilisée ici dans un sens probablement burlesque qui devait accompagner quelque échange (oral) du même genre.

  • 63 La hauteur des lettres varie de 0,7 à 3 cm selon les ornements apportés par les auteurs.

42L’autre partie forme un ensemble cohérent qui se tient sur la partie gauche de l’enduit63, cohérence que traduit, entre autres, l’alignement remarquable à gauche des lignes 2, 3 et 4. L’objet des lignes concernées a eu pour témoin un lecteur attentif qui l’a qualifié de iocus, soit pour s’y associer (“amusons-nous !”), soit pour prendre ses distances (“ce n’est qu’un jeu !”, “balivernes !”).

43Le jeu se joue entre quelques protagonistes (les différentes mains reconnues) qui se succèdent au stylet pour régler une querelle d’orthographe. Maîtrisant remarquablement la technique de l’écriture, ils ont aussi été capables de composer une série d’affirmations et de critiques où chacun prend en compte le texte de son/de ses prédécesseur(s).

  • 64 Pour Inachos. Ce roi légendaire d’Argos, Père du Péloponnèse, est surtout connu par Io, sa fille. L (...)
  • 65 J. André, Lexique, p. 125, et Id., Noms de plantes, p. 97.
  • 66 L’Onomasticon connaît cependant le cognomen Eruditus (1 exemple en Narbonnaise) et surtout le nomen(...)
  • 67 Le S final n’est pas rétabli, ce qui prouve bien le caractère très général de cette perte dans la p (...)

44Le premier personnage (sans doute INACVS64), a écrit le mot POROTV qui peut correspondre à une ultra-correction avec chute du S final, pour PORTVS. Puis intervient un second personnage, IIRVCA. Ce nom commun qui désigne une salade ou une chenille65 avait peut-être dans la langue parlée un sens second qui nous échappe mais peut désigner également un sobriquet66 (d’esclave...). Suit un éventuel exercice d’écriture ( ?), marqué par la répétition du QVI de la ligne 5, après quoi intervient un dernier partenaire, puriste, qui corrige avec force et solennité la faute antérieure : POROTV est incorrect, la bonne orthographe est PORTV67, correction ponctuée par une sentence sans appel et à effet burlesque empruntée au vocabulaire institutionnel (c’est le magistrat qui édicte) : SIC EDICO (“j’ai dit”). Derrière ces deux stades de l’écriture, on ne verra pas forcément deux stades de la langue ou de la connaissance de l’orthographe, dans la mesure où la faute peut aussi être imputée à une simple distraction du premier auteur.

  • 68 Le nom, grec, est inconnu dans l’épigraphie lapidaire d’Aquitaine, mais attesté sous la forme Amara (...)
  • 69 André, Lexique, p. 26 ; Noms de plantes, p. 13.
  • 70 Qui nous semble très plausible, ce qui exclut de restituer un nom propre du type [V]ERVCA/[V]ERVCO.
  • 71 Alpinus, peu répandu dans l’onomastique d’Occident (une quarantaine d’exemples à l’Onomasticon) est (...)

45Quant à AMARANTVS (gravé – sans H – par une autre main), il désigne vraisemblablement un autre des participants au jeu, lui aussi sans doute un esclave68. Ce phytonyme69, peut-être sobriquet que les partenaires se donnent par jeu, pourrait bien être en réalité son nom authentique, donné par un maître amateur de botanique. ERVCA, dans cette hypothèse70, ferait partie de la même familia pour la même raison. Le dernier des noms, ALPINVS71 (pour Albinus ?), gravé sur la bande blanche par une autre main, peut être la signature personnelle du propriétaire.

46Au total, la petite scène qu’offre ce document est pleine d’intérêt. On relève d’abord combien les protagonistes dominent tous remarquablement la technique de l’écriture et, au moins pour l’un d’entre eux, celle de la mise en page (lignes 3-5).

47À la qualité de l’écriture s’ajoute, même si le sujet est banal, l’intérêt de l’enjeu intellectuel. Une telle discussion prouve qu’on est là dans le milieu des élites locales, celui des dépendants ou/et celui des maîtres. Les noms d’Alpinus, Eruca, Amarantus et Inacus paraissent renvoyer plutôt aux premiers, c’est-à-dire au monde des esclaves urbains, tout particulièrement le milieu des esclaves lettrés d’une maison aristocratique. Les noms grecs (si ce sont bien des noms propres) dont ils sont affublés ne doivent pas faire illusion : dans la société de Vesunna, ils sont probablement le résultat du snobisme culturel des maîtres et ont servi à baptiser des domestiques dont le patronyme originel, local, ne faisait sans doute pas très reluisant. Dans ce cas, ce petit divertissement culturel exprimerait aussi à quel point certains esclaves issus du milieu indigène possédaient une pratique remarquable du latin. Si leur statut était inférieur, ils étaient eux aussi le produit de la même culture urbaine que les élites.

Graffitis se rapportant à la gladiature

48Le goût des Pétrucores pour les spectacles organisés dans l’amphithéâtre de leur cité a sans doute inspiré nombre de partisans passionnés qui se sont empressés de faire connaître leur enthousiasme et leurs préférences de multiples façons comme en témoignent les documents qui suivent.

Fresque provenant de la Maison des Bouquets72. Compte rendu de munus ?

  • 72 Musée gallo-romain, inv. 99.2.2. Le texte a été présenté en 1996 par R Barrière et M. Sarradet (“Do (...)
  • 73 Dimensions : hauteur totale actuelle des lignes conservées : environ 16 cm ; hauteur moyenne des le (...)
  • 74 La publication de Cl. Barrière et M. Sarradet montre que, au moment de la découverte, le texte, quo (...)

49L’un des murs du portique est (portique 6, panneau 2) portait un décor à fond noir sur lequel a été finement gravé un long texte d’au moins huit lignes73, actuellement amputé dans sa partie supérieure et devenu partiellement illisible74. Si l’interprétation générale est claire (on évoque un spectacle à l’amphithéâtre), la lecture et la compréhension de certains mots sont rien moins qu’incertaines (fig. 13).

50La disposition du texte (deux parties séparées par un vacat), la gravure, à la pointe sèche fine, et la forme des lettres laissent imaginer l’intervention de deux personnages, d’ailleurs tous les deux également experts dans l’art d’écrire en cursive (cursive ancienne). Même si cette aisance s’accompagne de quelques incertitudes orthographiques et d’omissions de lettres. Mais ces accidents sont communs dans ce genre d’épigraphie.

— Fig. 13. Texte gravé sur un mur du portique est de la Maison des Bouquets. (Relevé de Cl. Barrière). —

51Ligne 1 : des signes indistincts relevés par Barrière/Sarradet, ne se distingue plus qu’un R, à peu près au milieu du fragment d’enduit.
Ligne 2. On lit MVRMILO suivi d’un petit espace, puis N (séparation qui est peut-être à mettre au compte d’une cassure de l’enduit déjà existante au moment de la gravure), c’est-à-dire : MVRMIL<l>ON[---]
Ligne 3. COMV ++ S, et un peu plus loin, I. S’il s’agit d’un nom de personne, COM<m>VNIS, peut convenir.
VACAT
Ligne 4. MVRMI + ou ++ ONUS (IIS = Barrière/Sarradet), et donc : MVRMI<ll>ONES
Ligne 5 : CONC X
Ligne 6 : PVR ?
Ligne 7 : SC<r>IBIITIS ? [d]OMN[um] (d, um : Barrière/Sarradet) = SCRIBETIS : “vous écrirez” ? DOM<i>NUM “Monsieur”, “Messire” désigne probablement l’éditeur du spectacle.
Ligne 8 : SII ? ORO VM[tum vini] (tum vini : Barrière/Sarradet). VMTVM pour EMPTUM VINI : achat de vin.

  • 75 Congiar[ium vin]um accipite, selon la correction de M. Le Glay reprise par J.-L. Voisin, Au miroir (...)

52INTERPRETATION : on comprend que les trois premières lignes concernent un combat de mirmillons et que, peut-être, l’un d’eux se nommait Communis. Les lignes suivantes se rapportent aussi à des mirmillons, les mêmes ou une autre partie du spectacle. La ligne 5 indiquerait le nombre des tués ( ?) : CONC(iderunt ?) : 10. Les lignes 7 et 8 sont une invitation (aux compagnons du graveur ?) pour qu’ils adressent par écrit ( ?) (= des placards amenés au spectacle ?) au dominus, sans doute l’éditeur des jeux, une demande, que le graveur fait sienne ( ?) : (ORO ?), celle d’acheter du vin (pour l’offrir) (aux gladiateurs survivants ? aux compagnons du graveur ?). La pratique des distributions de vin dans les actes évergétiques peut être rapprochée du congiaire accordé par Hadrien aux soldats de la VIe cohorte des Commagéniens à Lambèse75. Si la maison des Bouquets était bien une schola lorsque le décor peint a été posé, il n’y a pas lieu de s’étonner d’y rencontrer un texte de ce genre.

Fresque du forum (fig. 14)

  • 76 Longueur conservée de l’inscription : environ 12 cm ; hauteur des lettres : environ 2 cm.

53Au Musée gallo-romain (inv. A. 8260) est exposé un fragment de peinture murale provenant d’une des salles du forum de la ville, qui représente une scène de combat. L’un des gladiateurs est un rétiaire que l’artiste a représenté au moment où il reçoit de son adversaire le coup mortel qui va l’emporter. Le nom du personnage est inscrit à la peinture noire au-dessus de sa tête76. Malheureusement, si les trois premières lettres (MAS) sont sûres, rien ne permet d’identifier la suite. Une quatrième lettre pourrait correspondre à un E ou à un L, mais aucun nom de ce genre n’apparaît dans l’Onomasticon.

— Fig. 14. Fresque du forum Musée gallo-romain. —

Hommage à un gladiateur disparu ?

  • 77 Dimensions approximatives du vase : hauteur : 11,5 cm ; hauteur des lettres : de 2,7 à 5 cm. La tro (...)

54Graffite incisé après cuisson sur la panse d’un vase en céramique commune de couleur brun-rouge77 (fig. 15). Le texte inscrit sur la paroi du vase se présente sur 2 lignes :

  • ligne 1 : VICTORIS

  • ligne 2 : VIII.

55Un tel formulaire semble bien désigner un hommage rendu à un gladiateur, sans doute du nom de Victor, vainqueur à huit reprises. Mais s’agit-il d’un gladiateur vivant ou d’un gladiateur mort ? Le lieu de la découverte n’est pas connu, mais le contexte archéologique donné par l’éditeur donne à penser qu’il s’agit d’une forme d’hommage funéraire : “le vase était coincé dans un massif de pierrailles non maçonnées... fil] était intact, sauf qu’il est troué d’époque ancienne sur le flanc” (au-dessous du numéral). Peut-être faut-il voir là une mutilation volontaire destinée à faire connaître que le héros huit fois victorieux a succombé lors de son neuvième combat.

— Fig. 15. Inscription sur un vase en céramique. —

Autre hommage à un gladiateur (disparu ?)

  • 78 C. Barrière, M. Sarradet, “DOMUS POMPEIA”. Fouilles de la rue des Bouquets à Périgueux (Dordogne), (...)

56Graffito sur enduit peint (fig. 16) provenant de la Maison des Bouquets78, découvert dans des remblais de surélévation antérieurs à 150.

  • 79 Ce que suggère G. Ville, La gladiature en Occident, Rome, 1981, BEFAR, 245, p. 316-317.

57Ligne unique : IISSII VI, soit : ESSE(darius), VI, c’est-à-dire : [X---], essedarius, (a vaincu – ou seulement combattu79) six fois.

  • 80 De Ruggiero, Dizionario Epigrafico, II, 3, Spolète, 1910, s.v.

58L’intérêt de ce petit fragment est de mettre en scène un essedarius, gladiateur combattant sur un char, pratique désignée comme celtique (notamment de la Bretagne insulaire80). Les dimensions de l’arène de l’amphithéâtre de Périgueux (65 m x 41 m) – et des amphithéâtres en général – donnent à croire que ces acteurs devaient faire preuve d’une certaine adresse dans la conduite de leur équipage, ou alors il faut supposer qu’ils se produisaient dans d’autres lieux, du type campus.

— Fig. 16, Fragment d’enduit peint en provenance de la Maison des Bouquets. Relevé de Cl. Barrière. —

Plainte d’honnête homme

  • 81 M. Sarradet, Découvertes archéologiques autour du temple de Vésone, de 1955 à 1972, dans DAP, 3, 19 (...)

59Fragment d’enduit peint rouge81 provenant de la domus de l’impasse Sainte-Claire : potence accompagnée d’un graffito incisé à la pointe sèche : CAPVL[--]. Le sens s’entend assez bien avec le dessin qui accompagne le graffito. Capul(um) signifie corde, et ici, on comprendra “corde de pendu” ou plutôt “gibier de potence”, sans doute pour désigner quelque voleur à la tire...

60Au total, et bien que les documents que nous avons présentés soient le résultat d’une sélection volontaire, on doit constater une fois de plus à quel point est précieux le témoignage des graffitis, source d’information parmi les plus expressives. Leur langage spontané autant que leur présence aléatoire sont comme des photographies instantanées par lesquelles on accède tout d’un coup à des tranches de vie prises sur le vif. Beaucoup sont des banalités, souvent des grossièretés, mais c’est une des lois du genre. Le paradoxe est que ces banalités et ces grossièretés sont aussi un moyen de mieux connaître les sociétés provinciales, celles dont les sources littéraires ne parlent pas ou fort peu, et d’atteindre des niveaux de culture, notamment dans des domaines que l’épigraphie sur pierre ne permet pas généralement d’approcher, tels ceux de la langue parlée et de la diffusion de l’écriture. Sans oublier que, malgré tout ce qu’ils nous apprennent, nos graffitis ne nous renvoient jamais, ici comme dans les autres cités gauloises, que l’image d’un milieu bien particulier, celui de la bonne société et de ses dépendants.

Notes

1 Quelques pièces nous ont été soumises par Alix Barbet, d’autres sont issues de la bibliographie des fouilles des cinquante dernières années, mais toutes nous ont été rendues accessibles grâce à la complicité amicale d’Élisabeth Pénisson, conservatrice du Musée gallo-romain, à qui nous devons aussi les illustrations. Qu’elle trouve ici l’expression de nos sincères remerciements.

2 Cl. Barrière, Vesunna Civitas Petrucoriorum. Nouvelles recherches 1957-1960 (suite), dans Documents d’archéologie périgourdine, 5, 1990, p. 83-106, page 102, fig. 38 et 39.

3 II semble bien que l’on ait le travail de deux mains.

4 Une rapide enquête conduite dans les seules inscriptions des cités aquitaines d’entre Garonne et Loire (157 prénoms recensés) donne pour Aulus 4,46 % des mentions (7 en tout, dont 5 à Périgueux : 4 A. Pompei et 1 A. Hirtius), contre 56 % pour Caius (88 mentions, dont 63 Caii lulii). Par ailleurs, Lucius et Marcus apparaissent respectivement 26 et 25 fois. On est là approximativement dans des taux de fréquence communs, au moins en Gaule, mais voir O. Salomies, Die römische Vornamen. Studien zur römischen Namengebung, Helsinki, 1987, p. 198 (autour de 5 % pour les exemples [d’époque républicaine] recueillis à Rome). Aulus, apparemment vieilli, en tout cas peu utilisé sous l’Empire, devait sans doute être considéré dans certaines familles comme un prénom valorisant. Mais les choses sont peut-être beaucoup plus simples. En effet, il est très probable que les deux branches de la gens Pompeia étaient étroitement liées, et nos graffitis témoigneraient justement de ces relations. Si l’hypothèse que nous avons formulée (ILA Pétrucores, p. 21) est juste, les A. Pompei avaient accédé à la citoyenneté grâce à leur entrée dans la clientèle des C. Pompei. C’est peut-être en l’honneur d’un parent prestigieux de ces derniers (éventuellement le père ou le grand-père de l’A. Hirtius d’ILA Pétrucores, no 72) que le prénom aurait été adopté par les nouveaux promus.

5 Id., page 100, no 1.

6 Abascal, Nombres personales, connaît 49 attestations de la forme Acilius et 1 de la forme Agilius (à Emerita). En Lusitanie, le corpus établi par le Grupo Mérida dans l’Atlas antroponímico de la Lusitania romana, Bordeaux-Santander, 2003, en a recueilli 11 mentions. Ailleurs en Occident, seulement 18 Acilii et 3 Agilii (dans la péninsule Ibérique), sont répertoriés dans l’Onomasticon (s. v.).

7 Zur Geschichte lateinischen Eigennamen, Göttingen, 1904, p. 440.

8 Notas sobre algunos gentilicios romanos de Lusitania : una propuesta metodologica acerca de la emigracíon itálica, dans J.-G. Gorges, T. Nogales Basarrate éd., Sociedady cultura en Lusitania romana. IVMesa Redonda Internacional (Serie Estudios Portugueses, 13), Mérida, 2000, p. 281-297. À Périgueux, on retiendra parmi ces raretés Hirtius, Ligurius ou Livius. Sur l’interprétation (une probable émigration de Narbonnaise), ILA Pétrucores, p. 29 ; J.-P. Bost, Onomastique et société dans la cité des Pétrucores, dans Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire, M. Dondin-Payre et M.-Th. Raepsaet-Charlier éd., Bruxelles, 2001, p. 175-191.

9 Plutôt que sur un nom germanique de la racine “agil”, hypothèse admissible pour les noms apparus en Gaule Belgique mais peu vraisemblable ici. Voir M.-Th. Raepsaet-Charlier, Nouveaux cultores de Nehalennia, Ant. Clas., LXXII, 2003, p. 292. Voir aussi M. Dondin-Payre, L’onomastique dans les cités de Gaule Centrale, p. 246 (pour Agileius, il est vrai).

10 Evans, p. 299 et 300-301.

11 L’Onomasticon n’en connaît que quatre en tout, dont trois en péninsule Ibérique (en réalité, cinq : quatre chez Abascal, Nombres personales, auxquelles il faut ajouter un Agilio en Lusitanie, à Conimbriga).

12 Cf. Plaute, Bacchides, 755, et éventuellement Miles gloriosus, 523.

13 ILA Pétrucores, no 95, et peut-être un autre graffito sur céramique arétine selon P. Barrière, Vesunna Petrucoriorum. Histoire d’une petite ville à l’époque gallo-romaine, Périgueux, 1930, p. 124. La forme n’est pas signalée par Evans, mais Holder, s. v., produit une série assez abondante de théonymes et anthroponymes formés sur la racine Tog-, depuis la déesse Toga (CIL II, 801 ; cf. ERAv, 5, avec autres références) jusqu’à divers personnages mentionnés par Pline l’Ancien et Tacite, en passant par le monétaire gaulois Togirix. Voir Delamarre, Dictionnaire2, p. 299.

14 Id., page 100, no 2.

15 Kajanto, p. 77 et 296.

16 Onomastique trévire, notamment, p. 375, note 82.

17 Treize mentions pour chacune des provinces dans l’Onomasticon, qui révèle aussi que la forme abrégée Dixtus est présente (1 seul exemplaire) également dans les deux. Le nom apparaît 3 fois à Périgueux (ILA Pétrucores, no 83 et 2 graffitis), 3 fois aussi à Saintes (ILA Santons, no 34, 35).

18 Holder, s. v.

19 Onomasticon, s.v., mais le nom est une rareté (4 exemples en tout). Sutius est connu en Lyonnaise (1 exemple), et Suttisio est présent en Dalmatie (G. Alföldy, Die Personennamen in der römischen Provinz Dalmatia, Heidelberg, 1969, s. v.).

20 Un petit fragment appartenant à cet ensemble est marqué du chiffre VII, qui donne à penser à l’expression d’exploits amoureux répétés.

21 Son emploi en Gaule comme cognomen/nom unique est rare, d’après les listes de l’Onomasticon (6 exemples recensés).

22 Une seule attestation certaine dans ILA Pétrucores, no 31 : aménagement d’arrivée ou d’évacuation d’eaux, réalisé par un Caius Julius Ca[---].

23 Cl. Barrière, Vesunna Civitas Petrucoriorum. Nouvelles recherches 1957-1960 (suite), dans DAP, 6, 1991, p. 95, pl. 30.

24 Un exemple en Narbonnaise (CIL XII, 4005) et l’autre apparu récemment à Siradan chez les Convènes : G. Fabre, Lectures nouvelles et inscription inédite des Pyrénées centrales, Revue de Comminges, XCIV, 1981, p. 377-388 (p. 382-388) et XCV, 1982, p. 469-487 (p. 469, 475-481).

25 Cl. Barrière, Vesunna Civitas Petrucoriorum. Nouvelles recherches 1957-1960 (suite), dans DAP, 6, 1991, p. 96 et 102, pl. 42.

26 À propos de la répartition du nom Verecundus en Gaule et en Germanie, dans Noms, identités culturelles et romanisation, p. 601.

27 Cl. Barrière, Vesunna Civitas Petrucoriorum. Le chantier de la piscine (1965), dans DAMP, 7, 1992, (p. 71-83), p. 79, fig. 11, p. 81, fig. 13, p. 82, fig. 14.

28 Musée gallo-romain ; inv. 99.1.66.

29 Billy, Thesaums, p. 30, s. v. ; Delamarre, Dictionnaire2, p. 77 : “celticité du mot probable mais non assurée”. Weisgerber, p. 131, le range dans la couche onomastique romano-méditerranéenne, tout en soulignant (p. 357) les hésitations du TLL entre l’origine latine et l’origine celtique, et la parenté certaine avec le germanique *blundo-, M.-Th. Raepsaet-Charlier, Onomastique et romanisation, p. 455, tableau X, l’enregistre comme nom d’assonance celtique. Toutefois, B. Rémy, Grenoble à l’époque gallo-romaine d’après les inscriptions, avec la collab. de J.-P. Jospin, Grenoble, 2002, p. 40-43, rappelle opportunément que tout un registre de l’onomastique occidentale appartient au domaine indo-européen, et qu’il ne faut peut-être pas trop insister sur la notion de Decknamen, quelle que soit l’extension que l’on donne à la signification de ce terme : même si, dans certaines familles, on a pu jouer sur les ressemblances, assonances et traductions, cela nécessitait d’abord une connaissance du latin qui échappait à la plupart des gens. M.-Th. Raepsaet, de son côté a justement relevé les contradictions fréquentes entre les spécialistes sur l’attribution de certains noms à une couche particulière plutôt qu’à une autre (Onomastique trévire, p. 346-347).

30 Voir notre commentaire dans ILA Pétrucores, no 82. M. Dondin-Payre le place plutôt parmi les surnoms celtes (L’onomastique dans les cités de Gaule centrale, p. 281).

31 Cl. Barrière, “Domus Pompeia”. Rue des Bouquets à Périgueux. Inventaire du mobilier archéologique, I, dans DAHP, 10, 1995, p. 39-104, p. 46, 67, 72 et 90.

32 Musée gallo-romain ; inv. 92.8.363.

33 Musée gallo-romain ; inv. 92.8.204.

34 Musée gallo-romain ; inv. 92.8.23.

35 Dictionnaire2, p. 77.

36 I, p. 27.

37 ILA Pétrucores, no 74.

38 Respectivement 13 et 12 mentions à l’Onomasticon sur un total de 76. Sur le sens, rapport avec la forêt (Kajanto, p. 36, 91 et 310) ou assonance avec le mot gaulois selva = propriété (M. Dondin-Payre, L’onomastique dans les cités de Gaule centrale, p. 304-305).

39 Cl. Barrière, “Domus Pompeia”. Rue des Bouquets à Périgueux. Inventaire du mobilier archéologique, III, dans DAHP, 12, 1997 p. 79-110, p. 98, 103, 106 et 110, fig. 137.

40 Musée gallo-romain, inv. 92.8.125.

41 Musée gallo-romain, inv. 92.8.351.

42 Musée gallo-romain, inv. 92.8.26.

43 Musée gallo-romain, inv. 92.8.353.

44 Kajanto, p. 18, cf. Abascal, Nombres personales.

45 Toutes les références dans J. Degavre, Lexique gaulois. Recueil de mots attestés, transmis ou restitués, et de leurs interprétations, 2 vol., Bruxelles, 1998, 1, p. 334 ; cf. Billy, Thesaurus, p. 118.

46 P.-Y. Lambert, La langue gauloise. Description linguistique, commentaire d’inscriptions choisies, éd. revue et augmentée, Paris, 2003, p. 58.

47 H. Solin, Analecta Epigraphica 1970-1997, Rome, 1998, Acta Instituti Romani Finlandiae, XXI, p. 97.

48 H. Thylander, Inscriptions du port d’Ostie. Texte, Lund, 1952, p. 272, no B 75 (Flaviae Tyrallidi). Le texte n’est pas illustré dans les pages du tome de planches.

49 Prédilection qui vient d’un jeu d’assonance possible ou probable : voir M. Dondin-Payre, L’onomastique dans les cités de Gaule centrale, p. 239.

50 ILA Pétrucores, no 55 et 93.

51 En principe, les possibilités ne sont pas nombreuses (une douzaine de noms recensés au Nomenclator), mais on sait combien varie la graphie des noms en -INVS/-INNVS (exemple ci-dessus avec VERECVNDIANNVS/VERECVN-D1ANNIVS). Noter un nouvel exemple de chute du S ou du M final.

52 L’Oxford Latin Dictionnary, p. 919, signale cependant la forme incunatum chez Varron (RR, III, 16, 34) pour désigner la partie souillée d’un rayon de miel dans une ruche.

53 Autre nom latin assonant, cet anthroponyme est connu en Aquitaine par deux autres exemples, mais il y a aussi 5 Censorinus (dont une Cessorina (sic) à Périgueux, ILA Pétrucores, no 76) et un Censorius.

54 Cinede pour Cinaede, forme très fréquente dans l’épigraphie pariétale (TLL, III, col. 1059). Voir les exemples recueillis par F. Gonfroy, Homosexualité, p. 273.

55 F. Gonfroy, Homosexualité, p. 223-228.

56 Comme nom assonant ou comme nom de traduction, voir M. Dondin-Payre, L’onomastique dans les cités de Gaule centrale, p. 290.

57 Evans, p. 286-288.

58 ILA Pétrucores, no 155.

59 Les Pétrucores n’étaient pas les seuls, car les vantardises étalées ici trouvent des échos partout : témoins les quelques exemples peints sur des vases à boire recueillis autrefois par Hirschfeld (CIL XIII, 10018, 10092 à 10095) ou les audaces de certaines apostrophes inscrites sur les fusaïoles de Gaule centrale relevées par M. Dondin-Payre (L’onomastique dans les cités de Gaule centrale, notamment p. 322-327).

60 Hypothèse développée par A. Bouet, Les collèges dans la ville antique : le cas des subaediani, dans Rev. Arch., 2001,2, p. 227-278, en particulier p. 241-260.

61 Cl. Barrière, Vesunna Civitas Petrucoriorum. Nouvelles recherches 1957-1960 (suite), dans DAP, 5, 1990, p. 99, fig. 31 ; cf. Gallia, XVII, 1959, p. 390, fig. 20.

62 Musée gallo-romain, inv. 99.1.49.

63 La hauteur des lettres varie de 0,7 à 3 cm selon les ornements apportés par les auteurs.

64 Pour Inachos. Ce roi légendaire d’Argos, Père du Péloponnèse, est surtout connu par Io, sa fille. Le nom apparaît dans quelques exemples d’Italie, de Narbonnaise et de péninsule Ibérique (Onomasticon, s.v.) et signale l’appartenance au monde servile ou affranchi (H. Solin, Namenbuch, I, p. 641-642).

65 J. André, Lexique, p. 125, et Id., Noms de plantes, p. 97.

66 L’Onomasticon connaît cependant le cognomen Eruditus (1 exemple en Narbonnaise) et surtout le nomen Erucius, peu répandu mais attesté chez Cicéron (Pro Roscio, 35) et principalement en Narbonnaise (un gentilice fossile ? ? ?).

67 Le S final n’est pas rétabli, ce qui prouve bien le caractère très général de cette perte dans la prononciation locale.

68 Le nom, grec, est inconnu dans l’épigraphie lapidaire d’Aquitaine, mais attesté sous la forme Amaranthus / Amarantus. Voir Solin, Namenbuch, II, p. 1071.

69 André, Lexique, p. 26 ; Noms de plantes, p. 13.

70 Qui nous semble très plausible, ce qui exclut de restituer un nom propre du type [V]ERVCA/[V]ERVCO.

71 Alpinus, peu répandu dans l’onomastique d’Occident (une quarantaine d’exemples à l’Onomasticon) est surtout attesté en Italie du Nord, Narbonnaise et Aquitaine (plus de la moitié des mentions). M.-Th. Raepsaet-Charlier le considère, pour l’onomastique trévire au moins, comme un nom d’assonance (Onomastique trévire, p. 388).

72 Musée gallo-romain, inv. 99.2.2. Le texte a été présenté en 1996 par R Barrière et M. Sarradet (“Domus Pompeia”. Fouilles de la rue des Bouquets à Périgueux (Dordogne), Deuxième supplément de L’A.D.R.A.H.R, no 2, Périgueux, 1996, p. 19, fig. 15). L’étude de l’ensemble auquel appartient le panneau est reprise par A. Barbet, Peintures de Périgueux. Édifice de la rue des Bouquets ou la Domus de Vésone, dans Aquitania, 19, 2003, sous presse. Nous reprenons ici les commentaires exposés par l’un d’entre nous (JPB) dans cette publication.

73 Dimensions : hauteur totale actuelle des lignes conservées : environ 16 cm ; hauteur moyenne des lettres : 1,2 à 1,3 cm. Entre les lignes 1 et 4, sur la gauche, un trait légèrement oblique forme une sorte de marge sur laquelle le texte vient s’appuyer. Le long passage isolé ici s’inscrit dans un ensemble où abondent les allusions aux combats d’amphithéâtre, soit sous la forme de dessins (personnages et animaux), soit sous la forme de noms et de signes non équivoques.

74 La publication de Cl. Barrière et M. Sarradet montre que, au moment de la découverte, le texte, quoique déjà mutilé, était cependant plus long que ce que l’on en voit aujourd’hui. Par ailleurs, lors des restaurations (par ailleurs bienvenues) des années 60, les produits passés alors sur les peintures ont fait disparaître certains traits dans toute la partie droite du texte, et sur toute la hauteur de celui-ci. Faute de pouvoir donner un cliché ou même un dessin correct, nous présentons ici le relevé effectué par Cl. Barrière en 1966, relevé qui figure dans la publication citée ci-dessus (p. 19, fig. 15).

75 Congiar[ium vin]um accipite, selon la correction de M. Le Glay reprise par J.-L. Voisin, Au miroir des discours d’Hadrien : hommes et valeurs militaires, dans Les discours d’Hadrien à l’armée d’Afrique. Exercitatio. De l’archéologie à l’histoire, Y. Le Bohec, éd., Paris, de Boccard, 2003, p. 21-40, notamment p. 34-35 et n. 139.

76 Longueur conservée de l’inscription : environ 12 cm ; hauteur des lettres : environ 2 cm.

77 Dimensions approximatives du vase : hauteur : 11,5 cm ; hauteur des lettres : de 2,7 à 5 cm. La trouvaille, fortuite, en un lieu non indiqué, est publiée par Cl. Barrière, Vesunna Civitas Petrucoriorum. Nouvelles recherches 1957-1960 (suite), dans DAP, 4, 1989, p. 88.

78 C. Barrière, M. Sarradet, “DOMUS POMPEIA”. Fouilles de la rue des Bouquets à Périgueux (Dordogne), 2’ supplément de l’A.D.R.A.H.P., 1996, page, 77 et figure 114. Dimensions, environ 8 cm de hauteur et environ 11,5 cm de largeur. Hauteur des lettres restées complètes, environ 2 à 3 cm. Le vase n’est pas conservé au Musée gallo-romain.

79 Ce que suggère G. Ville, La gladiature en Occident, Rome, 1981, BEFAR, 245, p. 316-317.

80 De Ruggiero, Dizionario Epigrafico, II, 3, Spolète, 1910, s.v.

81 M. Sarradet, Découvertes archéologiques autour du temple de Vésone, de 1955 à 1972, dans DAP, 3, 1988, (p. 89-110), p. 105-106. Dans une salle élevée sur des remblais de la fin du iiie ou du début du ive siècle. Conservé au Musée gallo-romain, inv. 92.9.84.

Table des illustrations

Légende — Fig. 1. Fragments trouvés Boulevard Bertran-de-Born. Musée gallo-romain. —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8525/img-1.jpg
Fichier image/, 84k
Légende — Fig. 2. Fragment trouvé Boulevard Bertran-de-Born. Musée gallo-romain. —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8525/img-2.jpg
Fichier image/, 92k
Légende — Fig. 3. Fragments trouvés Boulevard Bertran-de-Born. Musée gallo-romain. —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8525/img-3.jpg
Fichier image/, 44k
Légende — Fig. 4. Fragments d’origine indéterminée. Communiqués par A. Barbet. —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8525/img-4.jpg
Fichier image/, 48k
Légende — Fig. 5. Fragment trouvé Boulevard Bertran-de-Born. —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8525/img-5.jpg
Fichier image/, 32k
Légende — Fig. 6. Peigne en os taillé. (Boulevard Bertran-de-Born). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8525/img-6.jpg
Fichier image/, 36k
Légende — Fig. 7. Vases en terre sigillée. (Chantier de la piscine). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8525/img-7.jpg
Fichier image/, 32k
Légende — Fig. 8. Graffitis sur vases sigillées. (Maison des Bouquets). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8525/img-8.jpg
Fichier image/, 32k
Légende — Fig. 9. Graffitis sur coupe, jattes et vase. (Maison des Bouquets). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8525/img-9.jpg
Fichier image/, 68k
Légende — Fig. 10. Fragments d’enduits peints avec graffitis érotiques (communiqués par A. Barbet). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8525/img-10.jpg
Fichier image/, 88k
Légende — Fig. 1 1. Quatre fragments lisibles. —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8525/img-11.jpg
Fichier image/, 56k
Légende — Fig. 12. Fragment trouvé dans la Maison de la fresque au cerf. —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8525/img-12.jpg
Fichier image/, 168k
Légende — Fig. 13. Texte gravé sur un mur du portique est de la Maison des Bouquets. (Relevé de Cl. Barrière). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8525/img-13.jpg
Fichier image/, 72k
Légende — Fig. 14. Fresque du forum Musée gallo-romain. —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8525/img-14.jpg
Fichier image/, 284k
Légende — Fig. 15. Inscription sur un vase en céramique. —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8525/img-15.jpg
Fichier image/, 72k
Légende — Fig. 16, Fragment d’enduit peint en provenance de la Maison des Bouquets. Relevé de Cl. Barrière. —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8525/img-16.jpg
Fichier image/, 50k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540