Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

2. Villes et campagnes de l’Occident romain

C. Postumius Silvanus, élusate

Note de l’éditeur

Itinéraire de Saintes à Dougga. Mélanges offerts à Louis Maurin, Ausonius Mémoires 9, 2003 p. 49-55 (co-auteur G. Fabre).

Texte intégral

  • 1 No d’inventaire 125687. Le monument a été trouvé sur la rive droite du Tibre, près du pont Milvius. (...)
  • 2 D’après la description de Micheli 1984, 562. Dimensions : hauteur : 1,50 m ; largeur : 83 cm ; épai (...)
  • 3 Aujourd’hui Éauze, chef-lieu de canton du département du Gers, arrondissement de Condom.

1En 1983, lors d’un congrès d’études régionales tenu à Lectoure, l’un des participants, monsieur Lemonnier de Sagazan, présentait la photographie, prise au Musée National de Rome, d’un autel funéraire1 de marbre blanc2 dédié à un citoyen romain originaire d’Elusa3, en Aquitaine, décédé dans la capitale.

  • 4 Il a même eu (les 2 et 4 décembre 1987) les honneurs du quotidien Sud-Ouest. L’excitation qu’avait (...)
  • 5 Dimensions : hauteur : 80,1 cm ; largeur : 61,3 cm (Candida 1979), 80 x 61,5 cm, pour Priuli 1984, (...)

2Le texte, désormais bien connu dans la région4, est sobre et simple, et se développe sur six lignes (fig. 1), dont les cinq premières occupent la partie supérieure du champ épigraphique5.

C(aio) POSTVMIO
C(ai) FIL(io) VOLT(inia tribu)
SILVANO
ANNORUM
XXIIII
(vacat)
ELVSATI

3C’est-à-dire : [autel funéraire dédié] à Caius Postumius Silvanus, fils de Caius, inscrit dans la tribu Voltinia, [décédé à] 24 ans, Élusate.

4La mention de la tribu Voltinia associée au nom d’un Élusate avait immédiatement attiré notre attention, et nous avions indiqué à l’auteur de la communication, en l’invitant à en faire une publication rapide, quelles observations pouvait inspirer ce texte, que nous pensions alors inédit.

  • 6 Ci-dessus, note 1 = AE, 1982, no 68.
  • 7 Ci-dessus, note 4. Pour la publication : Schaad 1992.
  • 8 Priuli 1984, 562-563 (qui croit la pièce inédite) ; Schaad et al. 1992, 82-83 ; Lapart 1991, 54. No (...)

5En réalité, le monument avait déjà été publié par Bianca Candida6, qui l’avait d’ailleurs accidentellement rangé dans une série de dédicaces à Silvanus. Depuis 1983, et surtout après la découverte du “trésor d’Éauze”7, il a été signalé dans divers travaux érudits8, mais, malgré les mérites de nos prédécesseurs, il nous a semblé encore possible d’en reprendre l’étude, car le décor, la chronologie et le formulaire utilisé nous poussent à proposer quelques remarques supplémentaires.

  • 9 Candida 1979, 120 ; Micheli 1984, 562.
  • 10 Micheli 1984, 562, ne signale que quelques éraflures sur le pulvinus gauche et la corniche du tympa (...)

6Il s’agit d’un autel de marbre blanc italique à grain fin9 en excellent état de conservation10. Il se compose d’un dé parallélépipédique dont les petits côtés portent les représentations classiques des vases à libations : patère (sans manche), à droite (fig. 2), et praefericulum (à bec trilobé) à gauche (fig. 3). Sur la corniche est posé un fronton curviligne dont le tympan est orné d’un aigle aux ailes déployées. À droite et à gauche apparaissent deux coussins dont la face antérieure est frappée d’une rosette à quatre pétales.

  • 11 Candida 1979, 121.

7D’après B. Candida11, la modénature inférieure est formée d’un socle lisse de 12,8 cm de hauteur, que complète un kyma renversé entre deux listels (hauteur totale : 7,7 cm). À la partie supérieure, on voit deux kymata droits séparés par un listel. Le fronton et les coussins sont portés par une mince tablette, elle-même posée sur l’étroit bandeau qui forme le sommet de la corniche. Accident dû à la récupération postérieure ou (plus probablement) état d’origine, la face arrière de l’autel est droite du haut en bas, ce qui, dans ce cas, laise penser que le monument était placé devant une paroi.

  • 12 Thylander 1952, 268-269.
  • 13 Bonne illustration dans Bivona 1970, 182, et pl. CVII.
  • 14 Kleiner 1987, catalogue, no 16 (pl. XI) et no 36 (pl. XXII, 2-3), bien que les datations proposées (...)

8Les fantaisies chronologiques qu’on a pu lire dans la presse locale sont sans valeur. Ce type de monument, la modénature, surtout, sont relativement courants sur une série de pièces romaines datées en gros des années 40-110 p.C. Parmi les plus proches, on peut avancer Thylander B 68, d’époque flavienne12, CIL, VI, 14928, datable de la seconde moitié du ier siècle d’après le formulaire13, CIL, VI, 22560 et CIL, VI, 7535, datés de vers 50-75 et vers 80-90 par D. Kleiner14.

  • 15 Baratte 1989, 80-81, no 16.
  • 16 Par exemple, Pompeji, catalogue d’exposition, Kunsthaus Zürich, 1974, p. 120, no 121 ; Earl 1970, 1 (...)
  • 17 Par exemple, Ragghianti 1963, no 9 (paroi du 3e style de la Maison du garum), no 40 (nature morte d (...)

9C’est à une chronologie très voisine que l’on est conduit, à l’examen du praefericulum qui orne le petit côté gauche. Ce type d’objet, souvent mutilé ou atypique sur les monuments conservés, est en général peu parlant. Ici, au contraire, le vase est à la fois intact et caractéristique. Il s’agit d’une aiguière de forme élancée à la panse carénée que prolonge un col étroit largement ouvert par une embouchure trilobée. Particulièrement remarquable est l’anse mince en S (ou en crosse) qui dessine une volute au-dessus du bec. L’ensemble est évidemment inspiré de la vaisselle de métal. L’exemple le plus proche du nôtre est l’oenochoé du trésor de Berthouville, que F. Baratte15 a datée de la première moitié du ier siècle de notre ère. Mais l’anse en crosse et des profils voisins se retrouvent sur d’autres objets de métal16, ainsi que sur des peintures de Pompéi17, antérieures, par conséquent, à la catastrophe de 79.

10Tous ces exemples contribuent à confirmer pour ce monument une datation du ier siècle, que le formulaire utilisé sur l’inscription permet de fixer avec davantage de précision. La simplicité, l’absence d’invocation aux dieux Mânes, l’absence de dédicant et de tout autre renseignement, l’emploi du datif pour désigner le défunt dont, de plus, l’âge est exprimé par le génitif, conduisent à proposer une datation autour des années 50-80.

  • 18 Nomenclator, s. v. ; Onomasticon, s. v.

11Commun en Italie du Nord, ainsi qu’en péninsule Ibérique, le gentilice de Postumius n’est pas souvent attesté en Gaule18, à peine quelques exemples à Trèves, Windisch, Avenches, Lyon et Rennes, pour les Trois Gaules, et trois en Narbonnaise (à Toulouse, Beaucaire et Fréjus). En Aquitaine, il n’apparaît qu’avec notre personnage. Mais il s’agit sans doute d’un pur hasard, car ce gentilice patronymique, dérivé du cognomen Postumus, a dû connaître une fortune plus large que ne le laissent entrevoir les documents parvenus jusqu’à nous.

  • 19 Bien que, en Gaule, l’Onomasticon n’en signale que de rares attestations en Narbonnaise (5), Belgiq (...)
  • 20 Kajanto 1965, 58, 216 et 310.
  • 21 Priuli 1984, 563, retient plutôt l’hypothèse religieuse et une dévotion particulière du porteur du (...)
  • 22 Die Personennamen in der römischen Provinz Dalmatia, Heidelberg, 1969, p. 297-298.
  • 23 Noter le M. Silvanius Silvinus de Dax (cité des Aquenses, CIL, XIII, 410). Sur Silvinus, Kajanto 19 (...)

12Au contraire, Silvanus est un surnom très répandu dans tout le domaine onomastique latin19. I. Kajanto20 en connaît plus de 500 mentions et souligne que, plus qu’un témoignage de dévotion particulière à Silvanus (encore qu’il y ait un lien évident entre les deux propositions), il faut y voir un symbole campagnard, c’est-à-dire, silvestre21. Les remarques de G. Alföldy22 relatives à la diffusion de ce cognomen dans les territoires anciennement celtisés de l’Occident – où la forêt occupe une place considérable – vont dans le même sens. Sous la forme Silvanus ou Silvinus, la province d’Aquitaine (des Pyrénées à la Loire) en a produit plus de vingt-cinq mentions, dont quinze pour la partie située au sud de la Garonne23, et dix pour la seule cité des Convènes, mais cela ne saurait suffire à prouver l’origine gasconne de Caius Postumius Silvanus.

13Plus que son nom, somme toute banal, c’est l’origo élusate de ce citoyen, fils de citoyen, qui retient d'abord l’attention. Volontairement (pour la signaler au lecteur éventuel) ou non (s’il faut y voir surtout le résultat d’une certaine maladresse dans la mise en page de l’épitaphe), elle a été privilégiée par le graveur qui lui a réservé (peut-être seulement pour se reprendre et rééquilibrer la disposition du texte) une place qui la met néanmoins particulièrement en valeur.

  • 24 Et aussi peut-être, comme le souligne Wierchowski 2001, 44, dans l’isolement. Cependant, s’il est v (...)
  • 25 CIL, XII, 3361 : D(...)
  • 26 CIL, XIII, 548 : base de marbre mutilée découverte à Sos (Lot-et-Garonne), dont ne subsiste que la (...)
  • 27 Un cavalier ségusiave à Thessalonique, dans BSAF, 1978-1979, p. 294-304, notamment, p. 297-298.
  • 28 C’est dans ce sens, par exemple, que semble devoir être interprété le texte CIL, II, 3876 = ILER, 6 (...)

14En principe, le sens est très clair : compte tenu du lieu de la découverte, il s’agit là d’une information nécessaire pour identifier le dédicataire, décédé loin du lieu de ses origines24. Pourtant, les choses se compliquent lorsqu’on constate qu’un de ses compatriotes, décédé à Nîmes, quelques décennies plus tard, il est vrai25, se signale comme civis Elusensis, et qu’une autre inscription d’Éauze parle de l’ordo Elusat(ium)26. Si l’on se réfère aux propositions de M. Le Glay27, on y verra simplement l’indication des origines rurales (= du territoire de la cité) du personnage. À l’inverse, le civis Elusensis marquerait, lui, qu’il est du chef-lieu de la cité, de la ville même d’Éauze, lieu de sa résidence et, éventuellement, de ses activités politiques. À moins qu’il ne faille donner à cette présentation une autre raison : si Elusas renvoie à la communauté ethnique, et l’autre formule, à la communauté politique, la simple mention d’une ethnie, sans référence à une cité particulière, ne signifierait-elle pas que notre personnage n’appartient pas à une cité organisée, autrement dit, que la cité des Élusates n’existe pas à cette époque28 ? Ou bien que la cité pérégrine existe, mais qu'elle n’a pas encore reçu le droit latin, qui ferait de ses habitants libres de véritables cives ?

  • 29 CIL, XIII, 412 = ILS, 6961.
  • 30 Malgré diverses hypothèses avancées de Desjardins à R. Étienne, il faut vraisemblablement s’en teni (...)

15Une telle interrogation n’est pas simple exercice d’école. En effet, la liste des cités de l’Aquitaine augustéenne continue d’être l’objet de discussions auxquelles seules pourront mettre un terme des découvertes épigraphiques incontestables. Ces discussions portent sur deux points également essentiels : faut-il croire que l’organisation des Novem Populi connue par l’inscription d’Hasparren29, elle-même datable de la seconde moitié du iiie siècle30, a été créée dès l’époque augustéenne ? Si oui, quels sont les “Peuples”, c’est-à-dire, les cités, concernés ?

  • 31 Ainsi Lizop 1931, notamment p. 26-27.
  • 32 Rico 1997.
  • 33 Affirmation qui se fonde, chez les chercheurs les plus anciens, sur le témoignage de Ptolémée (2.7. (...)
  • 34 Ainsi, par exemple, les Boiates, les Lactorates... et les Élusates (l'inscription est peut-être d’é (...)
  • 35 C. Jullian, HG, IV, p. 71-72, et n. 7-8 ; Duval 1955 ; Maurin 1971.

16Écrire ou croire, comme l’ont fait divers auteurs du xixe siècle et leurs disciples31, mais aussi d’autres depuis32, que l’Aquitaine des débuts de l’Empire ne comprenait qu’un nombre très réduit de cités33, ne revient pas simplement à rejeter ce témoignage, mais conduit selon nous à une impasse. Même si nous ne nous dissimulons pas qu’il fait difficulté, puisque certaines cités n’apparaissent pas dans la documentation avant le iie siècle34, il semble plus raisonnable d’adopter le point de vue maximaliste défendu par C. Jullian, P.-M. Duval et L. Maurin35. Les arguments reposent sur deux informations transmises par des textes datés du iie siècle.

  • 36 CIL, XIII, 1808 = ILS, 1454 = Pflaum, Carrières, no 106 bis.
  • 37 C. Jullian, HG, IV, p. 71-72, n. 8, hésite, croyant à une maladresse du graveur qui aurait interver (...)
  • 38 Pline 4.108 ; cf. Strab. 4.2.2, pour les Convènes.
  • 39 Références dans Bost & Fabre 1988.

17En premier lieu, l’inscription de C. Iulius Celsus36 dilectator chez les XI Populi du Nord de la Garonne37, qui laisse supposer qu’il existe, pour les peuples du Sud une organisation similaire particulière. Et non seulement en matière militaire, mais aussi en matière fiscale, car on est alors ramené à Strabon 4.2.1, qui écrit, à propos des rapports que les Bituriges Vivisques entretiennent avec les Aquitains : “et ils (les Bituriges) ne paient pas leurs impôts avec eux”. L’ennui est que la formule, qui placerait au tout début du règne de Tibère au plus tard la reconnaissance par l’État romain du particularisme aquitain, est équivoque, car une autre traduction est possible et vient tout bouleverser. Ce qui va néanmoins dans le même sens est que cette organisation particulière paraît bien avoir été voulue dès le début par l’administration impériale, puisque la réforme de 16-13 a réuni, des deux côtés de la Garonne, des composantes ethniques que l’Histoire avait précédemment séparées. On a donc rattaché les Convènes et les Consoranni à l'Aquitaniqud38, de la même manière que les Rutènes provinciaux ont été rendus aux Rutènes de la nouvelle province. Ainsi, cette dernière, dont, jusqu’à la fin du iiie siècle, l’unité administrative n’a jamais été remise en question39, n’en a pas moins été une province à deux composantes nettement distinguées.

  • 40 CIL, XIII, 1667a-b : ARV · | BIT · C · | BIT · C · | BIT · C ·. Ces fragments bien connus sont sign (...)
  • 41 Il manque au moins les Auscii, dont l’existence comme cité dès Auguste est assurée par Strabon 4.2. (...)

18L’affirmation de l’originalité des Aquitains est démontrée également par les inscriptions des sièges de l’amphithéâtre de Lyon. Les noms gravés sur quelques fragments parvenus jusqu’à nous40 semblent prouver suffisamment que les délégués des cités d’entre Garonne et Pyrénées étaient absents de Lyon41. Et sauf à supposer que, au spectacle, ils formaient un groupe séparé des autres délégués de l’Aquitaine, ce qui paraît peu vraisemblable, force est d’admettre qu’ils se réunissaient ailleurs, ce qui soulève d’autres difficultés dans lesquelles nous n’avons pas à entrer ici.

  • 42 La liste de ces provinces est cependant donnée par la Liste de Vérone, document administratif que l (...)
  • 43 À notre avis, cette situation paradoxale conforte l’opinion selon laquelle l’organisation des Neuf (...)
  • 44 La borne milliaire CIL, XIII, 8894 = XVII, 311 : [---] / ILVRO/M P / [---], est peut-être datable d (...)

19Nous pensons donc que le texte de l’inscription d’Hasparren rend compte d’une situation qui remontait aux origines mêmes de la province d’Aquitaine. Mais alors se pose la question de savoir quels étaient les Neuf Peuples. La seule liste connue des cités gauloises est celle que fournit la Notice des Gaules. Malgré sa date tardive (vers 407), on reconnaît dans ce document le produit de la réforme qui, soit déjà sous Dioclétien, soit sous Constantin, a transformé le gouvernement des Gaules et créé trois nouvelles provinces dans l’ancienne Aquitaine du Haut-Empire42, dont celle des “des Neuf Peuples”, devenue, vers la fin du ive siècle la Provincia Novempopulana, qui comptait 12 cités43 : Boiates (Lamothe, commune de Biganos, Gironde), Vasates (Bazas, Gironde), Lectoure, Éauze et Auch (Gers), Dax et Aire (Landes), Lescar et Oloron (Pyrénées-Atlantiques), Tarbes (Hautes-Pyrénées), Convènes (Haute-Garonne) et Consoranni (Saint-Lizier, Ariège). Reste à savoir – c’est là que se situe la difficulté – quelles ont été les anciennes bourgades élevées au rang de cité (et accessoirement à quel moment du ive siècle elles l’ont été). Or, sauf dans le cas de Bazas, dont la promotion à cette époque est, en gros, vérifiable, aucun argument décisif ne permet d’en décider. Si le choix de l’administration s’est porté – comme nous le croyons – sur des relais routiers importants, on ajoutera au nom de Bazas, ceux de Lescar et d’Oloron44 sur la route du Somport. Par défaut, les Neuf Peuples d’origine seraient par conséquent les Boiates, les Aqueuses, les Aturenses d’Aire-sur-l’Adour, les Lactorates, les Élusates, les Auscii, les Bigerri de la Bigorre, les Convènes du Comminges et les Consoranni du Couserans.

  • 45 Hypothèse envisagée par Priuli 1984, 563, et Wierschowski 2001, 43. Malgré Lizop 1931, 53-54, rien (...)

20Au total, après nous être faits les avocats du diable, il nous semble raisonnable de retenir comme la plus vraisemblable cette dernière hypothèse, c’est-à-dire, d’admettre que la cité des Élusates a été créée par la réforme de 16-13. Deux conséquences en découlent. La première est qu’Elusa est bien la cité d’origine de notre personnage. Dans le cas contraire, on attendrait que soit précisé – comme le fait le Tarbelle précédemment cité – qu’elle n’était que le lieu de sa résidence (domo), ce qui sous-entendrait qu’il venait d’ailleurs. Ailleurs, c’est-à-dire une cité possédant déjà, avec le droit latin, une inscription dans la tribu Voltinia, autrement dit, à date haute,, une cité de Narbonnaise45. Si la précision manque, il faut l’imputer aux conditions de rédaction de l’épitaphe (méconnaissance des détails de l’état civil du défunt), ou imaginer que L. Postumius Silvanus tenait simplement de son père son statut d’Élusate.

  • 46 Bost & Fabre 1983.
  • 47 CIL, XIII, 608, 609a, 609b, 920 : civis Aquensis ; Alföldy 1975, no 401 : monument funéraire dédié (...)
  • 48 Cela découle directement de Strabon 4.2.1, qui parle d’une vingtaine de peuples “petits et obscurs” (...)
  • 49 Pour nous en tenir aux cités dont les chercheurs admettent généralement l’existence sous le Haut-Em (...)
  • 50 Krier 1981, p. 172-174. Voir aussi Speidel 1985.

21La seconde conséquence est que, à notre avis, la distinction entre Elusas et civis Elusensis est rien moins que nette. Certes, la forme en -ensis traduit la suprématie de la ville sur le territoire, et nous avons nous-mêmes, récemment, tâché de montrer que cet adjectif a servi à désigner les cités non ethniques, ainsi les Aqueuses de Dax, dès le début de l’Empire, ou, plus tard, les Rotomagenses ou les Camaracenses46. Toutefois, il faut bien constater que, dans l’Aquitaine méridionale, la dénomination des cités et des citoyens hésite souvent entre l’information strictement ethnique (par exemple, cives Boias de CIL, XIII, 615, ou encore civitas Elosatium de la Notice des Gaules), et la forme en -ensis (du type civis Aquensis, civitas Aquensium47), sans doute parce que les incertitudes ethniques étaient là plus fortes qu’ailleurs48. En effet, la plupart des cités nées de la réforme de 16-13 a.C. étaient plus souvent des cités pseudo-ethniques, où les peuples regroupés avaient été particulièrement nombreux, que des cités ethniques, où la structure administrative romaine se confondait avec une tribu fondatrice unique49. Il est finalement bien possible que d'Elusas à civis Elusensis, il n’y ait de différence que chronologique, voire pas de différence du tout, comme tend à le montrer, même si l’échantillon n’est riche que de 59 exemples, l’enquête conduite naguère par J. Krier sur les Trévires, où les deux formulations paraissent tout à fait interchangeables50.

DATE

TREVERUS-A

CIVIS TREVERUS-A

NATIONE TREVERUS-A

DOMO TREVERUS

Haut-Empire, avant 70

3 cas (2 civils)

0 cas

3 cas (2 civils)

1 cas (1 militaire)

Haut-Empire, entre vers 70 et vers 160

15 cas (9 civils)

10 cas (7 civils)

0 cas

2 cas (1 civil)

Vers 160 à 284

4 cas (4 civils)

17 cas (14 civils)

2 cas (1 civil)

1 cas (1 civil)

  • 51 Strabon 4.2.2, relève, en effet, que les Convènes ont reçu ce statut avec d’autres, dont il n’a ret (...)

22Reste que la mention de la tribu Voltinia soulève une dernière question. Si Postumius Silvanus ou son père n’était pas un immigré (de Narbonnaise) mais un citoyen d’origine d’Éauze, cela conduit à s’interroger sur l’origine de cette citoyenneté, par naturalisation personnelle ou par octroi du droit latin à la cité dès le début de l’Empire, ce qui, après tout n’est nullement invraisemblable51.

  • 52 D.C. 56.42.3, mais déjà Suétone, Le divin Auguste, XCVII.
  • 53 Jusqu’aux membres de la. familia impériale, et même, éventuellement, jusqu’aux membres de l’ordre é (...)
  • 54 Priuli 1984, 563.
  • 55 Candida 1979, 121 ; Boschung 1987, 85-86, no 242-280.
  • 56 Cumont 1949, 296-297 ; Picard 1947, 33, n. 55.

23L’inscription ne dit rien des raisons pour lesquelles notre personnage est venu mourir dans la capitale de l’Empire. On apprend seulement qu’il y est mort à 24 ans, emporté sans doute par quelqu’une de ces maladies brutales qui, à cette époque, ne laissaient aucune chance de survie à ceux qui en étaient atteints. À part cela, rien. Ou presque, car on doit se demander pourquoi un aigle aux ailes déployées figure au tympan de l’autel. Depuis l’apothéose d’Auguste52, l’oiseau divin, Iovis ales, Iovis ministra, est, dans le domaine funéraire, étroitement lié à l’empereur. Il l’est aussi du vivant de celui-ci et symbolise alors tout ce qui est sous l’autorité du prince53, évidemment, l’armée, et avant tout, le prétoire. Le fait que notre autel ait été découvert au milieu de monuments funéraires concernant des prétoriens54 pourrait conduire à faire de notre personnage un soldat de la Garde. Pourtant, deux arguments vont à l’encontre de cette proposition : d’une part, il y avait assez de place pour indiquer une fonction ou un grade ; d’autre part, la relative fréquence de l’aigle sur des monuments funéraires du ier siècle, nous conduit à conclure qu’il s’agit simplement d’une mode55 utilisant un symbole d’éternité dans le cadre de conceptions communément répandues alors, et notamment dans la capitale56.

  • 57 On pourrait même supposer que le dédicant (anonyme) s’est adressé à un atelier, éventuellement four (...)

24Point n’est donc besoin, nous semble-t-il, de chercher à Silvanus quelque rapport direct avec le service impérial57. Il faut nous contenter de voir en lui un simple provincial établi à Rome ou décédé au cours d’un voyage dont le but restera toujours mystérieux : l’âge semble exclure un séjour d’études ; peut-être notre personnage était-il lié au monde des affaires.

Bibliographie

Bibliographie

Alföldy, G. (1975) : Die römischen Inschriften von Tarraco (= RIT), Berlin.

Baratte, F. (1989) : Trésors d’orfèvrerie gallo-romains, catalogue d’exposition Luxembourg-Paris-Lyon, Paris.

Barnes, T. D. (1996) : “Emperors, panegyrics, prefects, provinces and palaces (284-317)”, JRA, 9, 548-550.

Bivona, L. (1970) : Iscrizioni latine lapidarie del museo di Palermo, Palerme.

Borell, B. (1989) : Statuetten, Gefässe undandere Gegenstände ans Metall, Mayence.

Boschung, D. (1987) : Antike Grabaltäre aus den Nekropolen Roms, Acta Bernensia, 10, Berne.

Bost, J.-P. (2001) : “Les Tarbelles”, L’Adour maritime, de Dax à Bayonne, Actes du LIIIe Congrès d’Études régionales de la Fédération Historique du Sud-Ouest, tenu à Dax et Bayonne les 27 et 28 mai 2000, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme, 21-44.

Bost J.-P. et G. Fabre (1983) : “Quelques problèmes d’histoire dans deux cités de l’Aquitaine méridionale à l’époque gallo-romaine”, Aquitania, 1, 25-36.
— (1988) : “Aux origines de la province de Novempopulanie : nouvel examen de l’inscription d’Hasparren”, Aquitania, 6, 167-178.

Candida, B. (1979) : Altari e cippi nel Museo Nazionale Romano, Rome.

Cavalier, O. (1988) : Le trésor d’Apt. Un ensemble de vaisselle métallique gallo-romaine, Avignon.

Cumont, F. (1949) : Lux Perpetua, Paris.

Dorcey, P. E. (1992) : The cult of Silvanus. A Study in Roman Folk Religion, Leyde.

Duval, P.-M. (1955) : “Les peuples de l’Aquitaine d’après la liste de Pline”, RPh, 214-227.

Earl, D. (1970) : Le siècle d’Auguste, Paris.

Kajanto, I. (1965) : The Latin Cognomina, Helsinki.

Kleiner, D. (1987) : Roman Imperial Funerary Altars with Portraits, Rome.

Krier, J. (1981) : Die Treverer ausserhalb ihrer Civitas, Trèves.

Lapart, J. (1991) : “Éauze antique”, Éauze, terre d’Histoire, ouvrage collectif, Nogaro.

Lizop, R. (1931) : Les Convenae et les Consoranni (Comminges et Couserans), histoire de deux cités gallo-romaines, Toulouse-Paris.

Maurin, L. (1971) : “Les Basaboiates”, CBa, 11, 20-21, 1-15.

Micheli, M. E. (1984) : Museo Nazionale Romano. Le sculture, I, 7, Parte II, A.

Giuliano dir., Rome.

Picard, G.-Ch. (1974) : “Les trophées d’Auguste à Saint-Bertrand-de-Comminges”, MSAM, 21, 33.

Priuli, S. (1984) : Museo Nazionale Romano. Le sculture, I, 7, Parte II, A. Giuliano di r., Rome.

Ragghianti, C. L. (1963) : Pittori di Pompei, Milan.

Ricci, C. (1992) : “Dalle Gallie a Roma. Testimonianze epigrafiche di età imperiale di personaggi provenienti dalla Narbonese e dalle Tres Galliae”, RAN, 25, 301-323.

Rico, Chr. (1997) : Pyrénées romaines. Essai sur un pays de frontière (iiie siècle av. J. C. - ive siècle ap. J.-C.), Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 14, Madrid. Schaad, D. coord. (1992) : Le trésor d'Éauze. Bijoux et monnaies du iiie siècle après J.-C., Toulouse.

Schaad, D., M. Martinaud, G. Colmont et J.-M. Pailler (1992) : “Éauze (Gers)”, Villes et agglomérations urbaines antiques du Sud-Ouest de la Gaule. Histoire et Archéologie. Deuxième Colloque Aquitania : Bordeaux, 13-15 septembre 1990, Sixième supplément à Aquitania, Bordeaux, 82-83.

Simon, E. (1986) : Augustus, Kunst und Leben in Rom um die Zeitemuende, Munich.

Speidel, M. (1985) : “Domo Hispanus”, Gerión, 3, 347-348.

Thylander, H. (1952) : Inscriptions du port d’Ostie, Lund, Portus, B 68.

Wierschowski, L. (2001) : “Fremde in Gallien – “Gallier” in der Fremde. Die epigraphisch bezeugte Mobilitat in, von und nach Gallien vont 1. bis 3. Jh. n. Chr.”, Historia Einzelschriften, 159, Stuttgart, 43-44.

Notes

1 No d’inventaire 125687. Le monument a été trouvé sur la rive droite du Tibre, près du pont Milvius. Il est entré au musée en juin 1948. Voir Candida 1979, 120-121, et pl. XLI.

2 D’après la description de Micheli 1984, 562. Dimensions : hauteur : 1,50 m ; largeur : 83 cm ; épaisseur : 59,5 cm. Candida 1979 donne des dimensions légèrement différentes : 152 x 86 x 62 cm.

3 Aujourd’hui Éauze, chef-lieu de canton du département du Gers, arrondissement de Condom.

4 Il a même eu (les 2 et 4 décembre 1987) les honneurs du quotidien Sud-Ouest. L’excitation qu’avait suscitée, peu de temps auparavant, la découverte (le 18 octobre 1985) du “trésor d’Éauze” a fortement influencé les commentaires échevelés que l’on peut lire dans ces deux articles.

5 Dimensions : hauteur : 80,1 cm ; largeur : 61,3 cm (Candida 1979), 80 x 61,5 cm, pour Priuli 1984, qui relève un léger décalage à gauche (lignes 2, 4 et 6) dans la mise en page (décalée aussi vers le haut). Hauteur des lettres : 1. 1 : 5,9 cm ; 1. 2 :5,6 cm ; 1. 3 et 4 : 5, 7 cm ; 1. 5 : 5,3 cm ; 1. 6 : 5,4 cm.

6 Ci-dessus, note 1 = AE, 1982, no 68.

7 Ci-dessus, note 4. Pour la publication : Schaad 1992.

8 Priuli 1984, 562-563 (qui croit la pièce inédite) ; Schaad et al. 1992, 82-83 ; Lapart 1991, 54. Notre personnage est en revanche inconnu de Ricci 1992. Wierschowski 2001, p. 43-44.

9 Candida 1979, 120 ; Micheli 1984, 562.

10 Micheli 1984, 562, ne signale que quelques éraflures sur le pulvinus gauche et la corniche du tympan du même côté.

11 Candida 1979, 121.

12 Thylander 1952, 268-269.

13 Bonne illustration dans Bivona 1970, 182, et pl. CVII.

14 Kleiner 1987, catalogue, no 16 (pl. XI) et no 36 (pl. XXII, 2-3), bien que les datations proposées par l’auteur soient parfois discutables.

15 Baratte 1989, 80-81, no 16.

16 Par exemple, Pompeji, catalogue d’exposition, Kunsthaus Zürich, 1974, p. 120, no 121 ; Earl 1970, 160 ou 161, no 74 ; Simon 1986, 215 ; Borell 1989, 112-113, no 122 (pl. 47) et p. 116-117, no 126 (pl. 49) ; Cavalier 1988, cruche no 2, p. 43 et 50.

17 Par exemple, Ragghianti 1963, no 9 (paroi du 3e style de la Maison du garum), no 40 (nature morte du “Maître aulique”, époque julio-claudienne).

18 Nomenclator, s. v. ; Onomasticon, s. v.

19 Bien que, en Gaule, l’Onomasticon n’en signale que de rares attestations en Narbonnaise (5), Belgique (au moins 6), Lyonnaise (1) et Aquitaine (1).

20 Kajanto 1965, 58, 216 et 310.

21 Priuli 1984, 563, retient plutôt l’hypothèse religieuse et une dévotion particulière du porteur du nom à Silvanus. Même conclusion chez Dorcey 1992, passim, mais surtout p. 139-140.

22 Die Personennamen in der römischen Provinz Dalmatia, Heidelberg, 1969, p. 297-298.

23 Noter le M. Silvanius Silvinus de Dax (cité des Aquenses, CIL, XIII, 410). Sur Silvinus, Kajanto 1965, 36, 58, 91, 162.

24 Et aussi peut-être, comme le souligne Wierchowski 2001, 44, dans l’isolement. Cependant, s’il est vrai qu’il n’y a ni dédicant, ni mention d’acte testamentaire, l’existence de l’épitaphe montre en tout cas que quelqu’un a fait le nécessaire pour les obsèques de notre défunt.

25 CIL, XII, 3361 : DImage 100000000000000D0000000F34830B88.jpgM / L·TAVRINI / AVRÉLI / CIVI / (5) ELUSÉNSI / ANNÓR·XXIII / PARENTES. L’inscription se date du iie siècle.

26 CIL, XIII, 548 : base de marbre mutilée découverte à Sos (Lot-et-Garonne), dont ne subsiste que la partie inférieure. Un bienfaiteur anonyme est honoré (d’une statue) par les membres du conseil : [---] / [f]ḶẠ[m]·ṚỌṂ / ET · AVG · IIVIR· / Q · ORDO · ELVSAT.

27 Un cavalier ségusiave à Thessalonique, dans BSAF, 1978-1979, p. 294-304, notamment, p. 297-298.

28 C’est dans ce sens, par exemple, que semble devoir être interprété le texte CIL, II, 3876 = ILER, 6343, malheureusement mutilé et aujourd’hui perdu, de l’épitaphe d’un Dacquois : L. VALERIVS MVNTANVS / TARBELLVS IIII S[ig]NANVS / DOMV NARB[one...] / [---]. Ce personnage, citoyen romain, installé à Narbonne, et mort à Sagonte, était Tarbelle d’origine, et Tarbelle Quattuorsignanus, épithète qui n’est connue autrement que par la liste de Pline (HN, 4.108). L’emploi du nominatif, la simplicité du formulaire, l’archaïsme apparent dans l’emploi de V pour O (MVNTANVS pour MONTANVS, DOMV pour DOMO), font envisager pour ce texte une date haute. Peut-être la seconde moitié du ier siècle a.C., dans la mesure où l’absence de mention de la cité (on attendrait civis Aquensis) donne à penser que celle-ci n’existait pas encore. Voir Bost 2001,44.

29 CIL, XIII, 412 = ILS, 6961.

30 Malgré diverses hypothèses avancées de Desjardins à R. Étienne, il faut vraisemblablement s’en tenir aux propositions de Mommsen. Voir Bost & Fabre 1988.

31 Ainsi Lizop 1931, notamment p. 26-27.

32 Rico 1997.

33 Affirmation qui se fonde, chez les chercheurs les plus anciens, sur le témoignage de Ptolémée (2.7.8, 11 et 13) qui ne mentionne que cinq peuplades : Tarbelles, Vasates, Datioi, Auscii et Convènes. L’argument est considéré comme sans valeur par Jullian, HG, IV, p. 71, n. 7.

34 Ainsi, par exemple, les Boiates, les Lactorates... et les Élusates (l'inscription est peut-être d’époque flavienne).

35 C. Jullian, HG, IV, p. 71-72, et n. 7-8 ; Duval 1955 ; Maurin 1971.

36 CIL, XIII, 1808 = ILS, 1454 = Pflaum, Carrières, no 106 bis.

37 C. Jullian, HG, IV, p. 71-72, n. 8, hésite, croyant à une maladresse du graveur qui aurait interverti les signes du chiffre IX (= des Neuf Peuples), mais le nombre de 11 cités entre Loire et Garonne est clairement attesté par ailleurs (il faut seulement considérer, comme l’a vu L. Maurin, que les Bituriges Vivisques sont à compter à part).

38 Pline 4.108 ; cf. Strab. 4.2.2, pour les Convènes.

39 Références dans Bost & Fabre 1988.

40 CIL, XIII, 1667a-b : ARV · | BIT · C · | BIT · C · | BIT · C ·. Ces fragments bien connus sont signalés par tous les auteurs : voir Jullian, HG, IV, p. 90-91, n. 8 ; Lizop 1931, 27, n. 76 etc.

41 Il manque au moins les Auscii, dont l’existence comme cité dès Auguste est assurée par Strabon 4.2.2.

42 La liste de ces provinces est cependant donnée par la Liste de Vérone, document administratif que l’on date précisément aujourd’hui de la fin de 314 (Barnes 1996).

43 À notre avis, cette situation paradoxale conforte l’opinion selon laquelle l’organisation des Neuf Peuples était un lait établi bien avant.

44 La borne milliaire CIL, XIII, 8894 = XVII, 311 : [---] / ILVRO/M P / [---], est peut-être datable du ive siècle.

45 Hypothèse envisagée par Priuli 1984, 563, et Wierschowski 2001, 43. Malgré Lizop 1931, 53-54, rien ne prouve que les Convènes aient formé une cité au temps de leur appartenance à cette province. Strabon 4.2.2, semble préciser, au contraire, que c’est comme peuple rattaché à l’Aquitaine qu’ils ont obtenu ce statut privilégié.

46 Bost & Fabre 1983.

47 CIL, XIII, 608, 609a, 609b, 920 : civis Aquensis ; Alföldy 1975, no 401 : monument funéraire dédié à Sex. Pompeius Sedatinus “Aquensi ex provincia Aquitanica”; Not. Gall., XIV, 3 : civitas Aquensium.

48 Cela découle directement de Strabon 4.2.1, qui parle d’une vingtaine de peuples “petits et obscurs” (Pline, NH, 4.108, en cite 27), qui vivaient sur un territoire que, dans la suite du texte, le géographe dit trop petit pour avoir formé une circonscription administrative particulière. Noter aussi 4.1.1, qui dit clairement que les administrés changent de circonscription au gré des besoins. À comparer avec cette remarque très juste de Jullian (HG, II, p. 454, n. 5) :“le propre de l’administration romaine a été de créer des agglomérats de tribus” ; cf. Bost & Fabre 1983, 31 et n. 47 et 48.

49 Pour nous en tenir aux cités dont les chercheurs admettent généralement l’existence sous le Haut-Empire, on dira que les Boiates, sans doute aussi les Auscii et les Consoranni appartiennent à la seconde catégorie. Dans la première, on rangera les Élusates, qui avaient annexé les Sotiates, les Convènes, et, éventuellement, les Lactorates, qui n’existaient peut-être pas comme tels avant la conquête (voir Bost 2001, 35, note 12).

50 Krier 1981, p. 172-174. Voir aussi Speidel 1985.

51 Strabon 4.2.2, relève, en effet, que les Convènes ont reçu ce statut avec d’autres, dont il n’a retenu que les Auscii.

52 D.C. 56.42.3, mais déjà Suétone, Le divin Auguste, XCVII.

53 Jusqu’aux membres de la. familia impériale, et même, éventuellement, jusqu’aux membres de l’ordre équestre.

54 Priuli 1984, 563.

55 Candida 1979, 121 ; Boschung 1987, 85-86, no 242-280.

56 Cumont 1949, 296-297 ; Picard 1947, 33, n. 55.

57 On pourrait même supposer que le dédicant (anonyme) s’est adressé à un atelier, éventuellement fournisseur du prétoire, et qui, établi à proximité de la nécropole, tenait déjà tout prêt l’autel finalement retenu, ce qui suffirait à expliquer à la fois les dimensions hors de proportion du champ épigraphique et l’aigle du tympan.

Table des illustrations

Légende — Fig. 1. —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende — Fig. 2. —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende — Fig. 3. —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8522/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540