Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

2. Villes et campagnes de l’Occident romain

Onomastique et société dans la cité des Pétrucores

Anmerkungen des Autors

Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire, M. Dondin-Payre et M.-Th. Raepsaet-Charlier éd., Bruxelles, 2001, p. 175-191.

Volltext

  • 1 Inscriptions Latines d’Aquitaine (ILA), Pétrucores, par J. P. Bost et G. Fabre, Bordeaux, 2001. II (...)
  • 2 CIL XIII 1704 permet de compléter, pour la fin du iie s. et la première moitié du iiie s., la généa (...)
  • 3 Hormis les cinq personnages cités à la note 2, seul le Pompeius Recinus de Saint-Amand-de-Coly (IL (...)
  • 4 Si l’on enlève du corpus des ILA Pétrucores, augmenté des trois textes signalés à la note les doub (...)
  • 5 La place des femmes à Périgueux est limitée par la structure même de notre corpus, dont un tiers ((...)

1Pour réduire d’entrée les prétentions de ce titre, il importe de préciser l’état exact du dossier épigraphique des Pétrucores. Non seulement le corpus du territoire de la cité n’est fort que de 156 numéros1, mais les inscriptions mutilées ou perdues, augmentées de 58 fragments, réduisent à 65 le nombre des textes utilisables pour notre sujet. En y ajoutant trois autres pierres provenant de l’Ara de Lyon, de Fréjus, et de Mayence2, on arrive à 68 textes et à 107 personnages au moins partiellement identifiés. C’est évidemment très insuffisant pour prétendre donner une image vraisemblable de l’onomastique pétrucore, d’autant plus que, par le hasard des découvertes, la documentation disponible, quasi uniquement urbaine3, privilégie singulièrement les élites4, c’est-à-dire les hommes5. Ainsi, notre information, déjà limitée à la société citadine, tend à l’intérieur de celle-ci à se réduire à celle qui constitue la classe politique.

  • 6 La plupart des documents que j’ai retenus proviennent de la Maison (de la rue) des Bouquets et de (...)

2Pensant atténuer éventuellement ce dernier déséquilibre et augmenter un peu le nombre des noms utilisables, j’ai cru intéressant d’ajouter à ma liste primitive une petite série de graffiti, incisés sur des céramiques après cuisson ou sur des parois peintes, qui mettent en scène, je pense, des habitants de l’antique Vesunna, car tous proviennent de Périgueux où ils se rencontrent en grand nombre partout. Je n’en ai pourtant utilisé qu’une partie, celle à laquelle on peut accéder dans les publications locales6 et celle qui m’a été aimablement communiquée par Alix Barbet, que je remercie vivement ici. J’ai eu ainsi à ma disposition 28 personnages supplémentaires, dont j’ai vu rapidement que leur adjonction allait encore augmenter le déséquilibre que je souhaitais corriger. Tout compte fait, cependant, je n’ai pas renoncé à les utiliser, car, dans un sens, ils rendent plus nette encore l’image que l’on a de la partie privilégiée de la société pétrucore.

3J’arrive finalement à un total de 135 personnages, dont 65 sont des citoyens certains, tandis que les 70 autres, au nom unique, se partagent entre pérégrins, esclaves et citoyens ou affranchis de citoyens indétectables.

L’onomastique des citoyens romains

4Seuls les textes sur pierre permettent d’identifier avec certitude les porteurs de duo ou de tria nomina. Leur nombre (fig. 1) très élevé par rapport à l’ensemble (65 personnages et 60,7 % du total s’explique facilement par le caractère même de l’épigraphie pétrucore, dans laquelle les inscriptions publiques tiennent une place considérable. Par exemple, 21 au moins renvoient à des évergésies, domaine dans lequel les citoyens romains sont particulièrement actifs (9 des 10 acteurs connus), parmi lesquels deux donateurs anonymes, un sacerdos (de Lyon) et un chevalier du ier s. La réalisation du programme romain, politique ou monumental, a été avant tout, ce n’est pas une découverte, leur affaire, qu’ils soient citoyens de souche ou de naturalisation récente. La culture aussi, qu’il s’agisse de l’usage du latin et de celui de l’épigraphie, ou de certaines pratiques politico-religieuses, même si la partie de la population concernée par ces dernières n’est pas limitée à l’élite civique.

— Fig. 1 : Répartition des noms dans les textes sur pierre (total : 107 personnes). —

  • 7 Notamment les “monuments à fastigium” dont nous avons, G. Fabre et moi, recensé 28 exemplaires. Le (...)

5Mais le rôle de la classe politique et, plus généralement, du groupe social dominant, ne suffit pas à expliquer la structure si particulière du corpus de Périgueux. Il faut ajouter à l’importance de ces gens une raison très matérielle : c’est que la presque totalité des inscriptions a été tirée du rempart de la fin du iiie s. Quand on voit le soin avec lequel celui-ci a été édifié (pas du tout à la hâte comme on l’écrivait autrefois), il paraît bien évident que les maçons ont réutilisé en priorité les blocs et monuments qui pouvaient être facilement retaillés ou mis en place tels quels dans les assises inférieures de la muraille. Ainsi s’explique la conservation de ce qui forme aujourd’hui l’essentiel des collections épigraphiques de la ville : si l’on y rencontre en assez grande quantité des monuments funéraires relativement modestes7, dont seuls alors la taille et le calibrage ont fait le prix, on y trouve aussi 40 textes (complets ou fragmentaires) provenant de linteaux de mausolées et de dédicaces récupérés sur les grands ensembles monumentaux de la ville. C’est cet accident historique qui est à l’origine du déséquilibre que nous constatons aujourd’hui dans la documentation.

Les gentilices

6Trois caractères définissent l’originalité de la dénomination des citoyens pétrucores :

  • la prédominance des gentilices latins sur les gentilices patronymiques,
  • la présence de gentilices dominants,
  • la présence de gentilices rares.

Prédominance des gentilices latins

  • 8 Les 61 personnages connus se répartissent ainsi (les pourcentages ne sont que des ordres de grande (...)
  • 9 Je me permets de renvoyer ici aux tableaux que j’ai établis à propos du Limousin (Bost, p, 55, 58 (...)

7La répartition des nomina (fig. 2) montre une prédominance forte (14 contre 3) des gentilices latins sur les formations patronymiques. Voici la liste de ces noms : Antonius, Aurelius, Ceiof... ], Claudius, Cornelius, Flavius, Hirtius, Iulius, Ligurius, Livius, Pompeius, Pomponius, Valerius et Vlpius, pour les premiers, et Adnamatinius, Bassianius et Marullius, pour les seconds, soit au total 57 personnages contre 48. Une telle répartition n’a rien d’étrange dans une cité d’Aquitaine9.

— Fig. 2 : Répartition des gentilices dans les textes sur pierre (17). —

8Deux raisons expliquent cette situation. La première est liée à la romanisation de la province, plus profonde qu’ailleurs et aussi plus précoce, comme le montre, à mon avis, la présence de gentilices rares. Le second élément dont il faut tenir compte est celui de la vanité sociale : même s’il est indéniable qu’un Tiberius Claudius tire ses origines d’un ancêtre (ou d’un affranchi dont le patron avait été) naturalisé sous Claude, même s’il faut supposer qu’un Flavius, un Vlpius ou un Aurelius ont à voir, de près ou de loin, avec les empereurs porteurs de ces noms, beaucoup des gentilices utilisés (par exemple, ici, Cornelius, d’autres peut-être aussi) sont surtout pour moi – je l’ai déjà signalé pour les Lémovices – des gentilices de standing : j’en vois la preuve très claire à travers l’exemple de C. Iul. Crescens (ILA Pétrucores 67 = CIL XIII, 992), inscrit dans la tribu Quirina, visiblement promu par le biais du droit latin, qui a choisi, après sa promotion, un gentilice qui sonnait bien et qui marquait en même temps sa totale intégration, dans la romanité.

Les gentilices dominants

9Comme le nom l’indique, ce sont ceux (fig. 3a et b) qui reviennent le plus souvent dans l’épigraphie locale. Chez les Pétrucores, deux sont particulièrement puissants, puisqu’ils comptent à eux seuls plus des deux tiers des personnages recensés : les Iulii (19 personnages) et surtout les Pompeii (20 personnages et au moins 2 familles).

Les Iulii

  • 10 ILA Pétrucores, 62 (Iulia Adruppo) et 87 (Iul<i>a [...]).

10La diffusion précoce de ce nomen prestigieux et sa vaste dispersion au sein de l’élite indigène ralliée après la conquête sont suffisamment attestées dans toute la Gaule par de nombreux textes. À Périgueux, même si les plus anciens membres identifiés de la famille (deux femmes) ne sont connus que par leurs stèles funéraires à sommet cintré10, attribuables au milieu du ier s., il en a sans doute été comme ailleurs, puisque, sur les 9 Iulii connus avec leur prénom, il y a 7 Caii.

— Fig. 3a : Les gentilices dominants. Répartition des noms (total 14). —

11Ce qui est particulier pourtant, à Périgueux, c’est que, dans le rôle d’évergètes des débuts de la ville, les Iulii sont supplantés par les Pompeii. Comme, de plus, on ne rencontre pas de Iulii dans l’épigraphie évergétique, à l’exception des canales offerts dans le courant du IIe s. par un C. lulius Ca[... ], on ne possède donc ni les bienfaiteurs, ni les têtes de familles aux cognomina caractéristiques qui permettraient, comme à Saintes, par exemple, d’identifier des dynasties anciennes. Le résultat est que, pour nous, les Iulii sont surtout des personnages secondaires des IIe et IIIe s., issus de brassages dans lesquels citoyens de vieille souche, mais aussi anciens dépendants et anciens pérégrins se trouvent mélangés. La médiocrité des monuments (funéraires) sur lesquels apparaissent certains d’entre eux ferait même douter de leur réelle position sociale si leur qualité de citoyen n’était pas assurée par leur dénomination.

Les Pompeii

12La gloire des Pompeii éclipse à Périgueux celle de toute autre famille puisqu’ils figurent parmi les principaux évergètes de la cité (amphithéâtre, temple de la Tutelle, thermes publics) et se signalent aussi par des mausolées funéraires imposants, tandis que deux de leurs représentants ont obtenu les honneurs du sacerdoce fédéral à Lyon.

  • 11 Sur les 20 personnages mentionnés, seuls 15 peuvent être répartis, grâce à leur prénom, à l’intéri (...)
  • 12 C’est l’alliance avec des Hirtii comme aussi la fréquence des C. Pompeii dans ces régions qui m’in (...)

13De cette grande gens, on connaît deux branches, toutes deux installées dans la capitale pétrucore depuis les origines de celle-ci, qui se distinguent par le port de prénoms particuliers hérités de leur fondateur, les Auli Pompeii, et les Caii Pompeii11 Tandis que ceux-ci paraissent plutôt immigrés de Narbonnaise ou même d’Italie du Nord12, les premiers sont d’origine indigène (leur ancêtre est, pour nous, un certain Dumnom[otus ?]) et ont peut-être eu accès à la citoyenneté parce qu’ils étaient entrés dans la clientèle des autres.

— Fig. 3b : Les gentilices dominants (68 %). Repartition par individus (total 57). —

14Comment expliquer une étonnante représentation qu’illustrent treize inscriptions, dont l’une provient du sanctuaire fédéral de Lyon et dont trois autres rappellent d’importants gestes évergétiques ? En dehors des réalités de l’époque, un dynamisme certain, qui a sûrement été à l’origine de sa puissance, laquelle a engendré à son tour un large rayonnement à travers de nombreux dépendants, la raison tient essentiellement aux remplois dans le rempart, lors du démontage du centre monumental et de la récupération des stèles funéraires (ici, au nombre de cinq, au moins) dans les cimetières de la ville.

  • 13 ILA Pétrucores, 156.

15Le dernier des Pompeii connus nous conduit dans la campagne périgourdine, à Saint-Amand-de-Coly, où un Pompeius Reginus a offert une statuette d’Apollon en bronze, accompagnée d’une dédicace13.

Les gentilices rares

  • 14 ILTG 147 = ILA Pétrucores, 154.
  • 15 La rapidité avec laquelle s’est opérée (au moins dans les villes nouvelles d’Aquitaine) la romanis (...)

16Les gentilices rares se rencontrent partout, mais ils sont proportionnellement nombreux à Périgueux, même s’ils ne sont représentés le plus souvent que par un seul personnage. Il s’agit de noms comme Hirtius, Ligurius, Livius ou Pomponius, peut-être aussi Antonius et même Valerius, pourtant très répandu en Aquitaine méridionale, qu’on ne rencontre en Périgord que sur un hommage rendu à Tibère, très vraisemblablement au début de son règne14. De telles dénominations, qui renvoient à l’Italie ou à la Narbonnaise, ont été probablement introduites en Aquitaine par des immigrés à qui l’on doit, avec les débuts des villes (je veux parler ici des capitales des cités), les débuts de l’épigraphie15.

Les gentilices patronymiques

  • 16 Onomasticon 1, p. 26 ; Weisgerber, Ubier, p. 135.
  • 17 Onomasticon 1, p. 274.

17Sur les trois familles concernées, deux personnages portent un nomen tiré d’un patronyme celtique : il s’agit d’abord (ILA Pétrucores 76) d’Adnamatinia Cessorina (erreur de gravure ou plutôt particularité de prononciation, pour Censorina) et de Bassiania Viblina (ILA Pétrucores 57). La première, épouse d’un militaire (Vlpius Exoratus, probable descendant d’un soldat de Trajan), est peut-être une Pétrucore, puisque le nom d’Adnametos/us apparaît cinq fois pour l’Aquitaine dans les listes de Lörincz et Redö, mais une origine du Nord de la Gaule n’est pas à exclure non plus, si tant est que la formation en-inius de son gentilice, que Weisgerber dit caractéristique de la Rhénanie, des Ubiens notamment, désigne nécessairement une telle origine16. Le lait qu’elle soit l’épouse d’un soldat pourrait faire pencher la balance dans ce sens. Même chose, pour Bassiania Viblina, bien qu’on ignore si elle était femme de militaire, dont le nomen est le seul exemple recensé hors du domaine belge17. Une possible attraction du nom de Caracalla au moment de l’édit de 212, puisque l’inscription peut se dater de cette époque, n’est pas totalement invraisemblable, encore que peu probable. Quant aux Marullii, père et fils (ILA Pétrucores 28-30), ils sont les seuls à représenter à Périgueux la catégorie des notables parvenus à la citoyenneté par le droit latin qui ont choisi de rester dans l’onomastique locale. Le nom de la commune actuelle de Mareuil (tiré sans doute de Maro), non loin des limites de la Charente, renvoie à la même origine.

Les cognomina

  • 18 ILA Pétrucores, 56 donne seulement en abrégé les duo nomina d’un ou d’une Aur. Primit.

18Sur les 65 citoyens décomptés, 64 (50 hommes et 14 femmes) sont identifiables18 mais les cognomina ne sont connus que pour 51 d’entre eux (38 hommes et 13 femmes). Voici la liste de ces noms (fig. 4 et 5).

Cognomina latins accompagnant un gentilice latin

19Adiutor, Antiquus, Armenius, Bassus, Crescens, Dapsilis, Exoratus, Expectatus, Felicianus, Marina, Masculus, Maxsimus, Paternus (3 ex.), Placidus, Potitianus, Primitivus/a, Priscus/a, Pulcher, Restituta, Sabina (2 ex.), Sacrina, Sanctus (2 ex.), Severus, Sextus, Silvanus (2 ex.), Silvinus, Tertullus, Tutor, Viralis, soit 29 surnoms et 36 personnages.

Cognomina celtiques accompagnant un gentilice latin

  • 19 Weisgerber, Ubier, p. 374-375.

20Adruppo, Comeliddus, Illia, Libo (peut-être Decknamen)19, Luguselva, Nammiola, Reginus (Decknamen ?), Reveta, Vlattius, soit 9 personnages (4 hommes et 5 femmes). Les familles concernées (1 Claudius, 1 Cornelia, 4 Iulii et 3 Pompeii) ne montrent pas de volonté d’afficher des inclinations particulières pour ce type de dénomination.

21Libo et Reginus sont peut-être des Decknamen, au sens où l’entend Weisgerber. Mon impression, cependant, est que, même dans ce cas, il ne faut pas (en tout cas dans l’onomastique de l’Aquitaine romaine) en surestimer l’importance. En effet, beaucoup de ces noms qui, par assonance, étaient aisément transposables d’un domaine linguistique à l’autre étaient aussi matière à jeu plus ou moins savant, voire à calembour. Sur ce plan, je ne vois pas que, en Aquitaine, on ait eu l’esprit moins vif qu’ailleurs : Ausone en donne un bon exemple dans son éloge de Bordeaux en jouant sur Divona / Divina, nom de la grande fontaine qui, encore à la fin du ive s., ornait un des endroits fréquentés de la ville (Villes célèbres, 20, vers 33).

— Fig. 4. Répartition des cognomina (total 51). —

— Fig 5. Répartition des cognomina chez les porteurs de gentilices latins (total 47). —

Cognomina grecs accompagnant un gentitice latin

22Aesopus, Charito, Phoebus, qui signalent sans aucun doute des affranchis.

Cognomina accompagnant un gentilice patronymique

23Les 4 surnoms connus sont latins (Aeternus, Arabus, Cessorina/ Censorina et Vibiina), tout en restant proches des préférences onomastiques locales pour trois d’entre eux (seul Arabus s’en écarte).

  • 20 Si l’on ne prend en compte que les inscriptions funéraires, qui forment un peu le tout venant soci (...)

24Au total, le choix de noms latins (39 exemples et 76,5 %) l’emporte largement (fig. 4). Cela s’explique de deux manières ; d’abord par le fait que l’on est ici dans l’élite sociale et juridique locale : la romanisation du nom traduit logiquement les conséquences onomastiques de la naturalisation. Ensuite, n’oublions pas que nos listes proviennent de textes qui concernent notamment la fraction hautement romanisée de cette partie de la population20.

25Comme on peut l’observer partout, les hommes ont plus souvent un cognomen latin (31 sur 38, soit 81,6 %) que les femmes (8 sur 13, soit 61,5 %), gardiennes des traditions onomastiques (5 sur 13, soit 38,5 %), ou en tout cas plus condamnées à l’être par le poids des contraintes familiales que les hommes (4 sur 38, soit 10,5 %). Mais on remarquera aussi, même si cela n’est pas propre à la société pétrucore, que, chez les hommes, le choix de cognomina latins s’est porté souvent sur des noms particulièrement appréciés en milieu celtique : ainsi pour neuf d’entre eux (Adiutor, Bassus, Masculus, Paternus, Placidus, Sacrina, Sanctus, Tutor et Vitalis), dont l’usage est répandu en Gaule et qui forment un intermédiaire entre l’onomastique vraiment romaine et l’onomastique de type indigène au sens large. Notons encore que trois d’entre eux (Bassus, Paternus et Sanctus) apparaissent dans l’onomastique des Pompeii.

  • 21 Ce que confirme l’étude des dédicaces religieuses (à la fois les divinités honorées et les noms de (...)

26En conclusion, l’onomastique des citoyens romains est très latine, comme on peut s’y attendre. Toutefois, la relative abondance des préférences locales dans le choix des cognomina latins (15 personnages, soit 29,4 %) montre des gens qui sont restés proches des traditions indigènes, bref, romanisés sans reniements21.

Les noms uniques

27En additionnant les personnages inventoriés dans les inscriptions sur pierre (42) et dans les graffiti (28), on arrive à un total de 70 individus, dont l’onomastique, qui privilégie les noms latins (50 %), ne laisse pas loin derrière les formations indigènes (fig. 6). Dressons d’abord les listes de noms.

— Fig. 6. Répartition des noms uniques (total 70). —

La répartition des noms

28Noms latins (29 noms et 35 personnages) Alpinus, Amandus, Amor, Apollinaris ; Bassinus, Blandus/a ; Celsus, Celsus ou Celsa, Censor ; Domesticus ; Firm(us/a), Flavinus ; Iulianus ; Maternus, Moneta ; Nonna ; Opta(...) ; Placidus, Ponticus (un affranchi) ; Rufinus (2) ; Sabi[... ], Sabinus, Sabinus/a, Saturninus, Secundina, Secundus (2 dont 1 affranchi), Severianus, Silvinus ; Tutor ; Verecundus, Verecundianus, Victor.

29Commentaire : Alpinus, Amandus, Bassinus, Celsus, Maternus, Nonna, Sabinus et Tutor sont communs en milieu celtique. Firmus, Iulianus, Rufinus, sont communs partout et beaucoup apparaissent sur les marques de potiers de céramique sigillée. On est en somme ici dans le tout venant onomastique.

Noms celtiques (23 noms et 27 personnages)

30Adbogius, Adnametos, Amma ( ?), Ate[... ] (fém.), Attilius, Aucina ; Beliccus, Bello (2 ex.), Bell[... ] ; Caletia, Coinagos, (Co ?)meddus ; Divix(tus/a), (Divi ?)xtus, (Di ?) bixta (sic), Doua ( ?), Dumnom(otus ?) ; Eliomorus ; Gnatusius ; Marulla, Mascellio ; Senocarus, Sottus ou Sotto (cf. Satto ?), Suadugena, Sutisa ; Tocus ou Togus (2). Commentaire : ici, pas de surprise : les noms d’origine indigène sont relativement nombreux chez les membres pérégrins de la cité.

Noms grecs (8 noms et 8 personnages)

31Amarantus, Antimus, Antiopa (fém.), (Eut ?)erpis (sic, fém.), Helius, Polydorus, Tyralis (fém.), Zephyrus (soit 5 hommes et 3 femmes) désignent certainement des esclaves ou d’anciens esclaves.

32Commentaire : il y a moins de noms grecs dans l’épigraphie sur pierre (3 épitaphes) que sur les graffiti (5 personnages). Je crois que cela n’est pas seulement dû au hasard des découvertes. En effet, si les graffiti permettent de rallonger des deux tiers la liste des noms, ce qui est satisfaisant pour l’esprit, il faut bien voir aussi qu’ils ne nous transmettent pas sur la société locale le même type d’information que les pierres, parce que l’échantillon que j’ai réuni provient surtout du milieu de l’élite urbaine. J’ai donc séparé les deux types de documents pour comparer ensuite les résultats obtenus.

Le témoignage des pierres

  • 22 ILA Pétrucores, 5 (don d’une statue de Mercure par l’affranchi Ponticus) et surtout ILA Pétrucores (...)

33La documentation épigraphique livre les noms de 42 personnages, dont 39 peuvent être répartis entre les hommes (28, soit 71,8 %) et les femmes (11, soit 28,1 %). La répartition par noms (fig. 7) redonne à l’onomastique celtique la supériorité (52,4 %) qui lui revient logiquement dans une cité de droit latin, où les pérégrins sont majoritaires, d’autant plus quid la plus grande partie des inscriptions sont funéraires (71 épitaphes pour 4 textes votifs seulement) ; on est donc en dehors du domaine d’action des citoyens romains : la vie publique et faction évergétique, où ils sont de loin les plus nombreux. Pas seuls, cependant, puisque deux exemples mettent en scène des donateurs pérégrins22.

  • 23 ILA Pétrucores 84 (monument élevé par Dova ( ?) et Adnametos), ILA Pétrucores, 81 (mausolée de Cal (...)
  • 24 Ainsi ILA Pétrucores, 82, 83, 88, 93, 94, 95, d’autres aussi sans doute, qui ne sont plus malheure (...)

34Sans nous étendre trop sur un sujet qui n’est pas celui traité dans cet exposé, relevons néanmoins que cette partie pérégrine de la société pétrucore n’est pas forcément pauvre : aux deux exemples produits ci-dessus viennent s’ajouter en effet le témoignage des mausolées, dont trois dédicaces nous sont parvenues23, et aussi celui des monuments “à fastigium” dont le corpus fournit plusieurs exemples24. Elle n’est pas non plus restée à l’écart de la culture importée, puisqu’elle a choisi des formes romaines d’art funéraire, et que, porteuse ou pas d’un nom celtique, c’est en latin quelle a fait rédiger les textes des épitaphes.

— Fig. 7. Répartition des noms uniques dans 1 épigraphie sur pierre (total des personnages 42). —

35Un dernier mot s’attachera aux femmes. Peu nombreuses si l’on utilise l’ensemble de la documentation, elles retrouvent de l’importance lorsqu’on ne retient que l’épigraphie funéraire : 11 personnes et 40,7 % des 27 textes utilisables.

Les graffiti

36Commençons d’abord par isoler des listes précédentes les noms qui proviennent de ce type de documents :

noms latins

noms celtiques

noms grecs

Alpinus

Aucina

Amarantus

Amandus

Divixltus/a)

Helius

Blanda

(Di ?)bixta (sic)

Polydorus

Celsus

Sutisa

Tyralis (fém.)

Censor

Tocus

Zephyrus

Domesticus

Flavi nus

Iulianus

Maternus

Opta(...)

Placidus

Rufinus

Sabi[... ]

Sabinus

Severianus

Silvinus

Verecundianus

Victor

37Les lieux principaux de trouvailles (Maison des Bouquets, Maison de la Fresque au cerf) montrent qu’on est ici dans le monde des membres de l’élite indigène cultivée et de leurs dépendants. On peut même dire, le monde des citoyens romains, comme en témoigne éventuellement la qualité de l’écriture ou du type de support (par exemple, telle paroi peinte de triclinium, sur laquelle ont été incisés les prénoms Aulus et Gaius, précisément – est-ce une simple coïncidence ? – ceux qui étaient en usage chez les Pompeii). La certitude où l’on est de se trouver dans un monde qui gravite autour des élites est si nette qu’il n’est pas sûr que certains des noms recueillis ne soient pas en réalité les cognomina de personnes de qualité. Avantage quand même, cela augmente encore notre connaissance de ce milieu et de ses comportements culturels.

38Rien d’étonnant, alors, à ce que (fig. 8) la plupart des noms recensés soient latins (18 sur 28, les deux tiers) : l’écriture est bien liée à la romanité ou au moins à la société romanisée, quelle qu’elle soit, d’ailleurs ; inversement, les noms indigènes sont peu nombreux : 5 en tout (moins d’un cinquième) : l’écriture ne s’intéresse pas aux petites gens. Les femmes, elles, sont quasiment absentes (5 sur 28 personnages, soit un peu plus de 1 sur 5) : les graffiti ne s’intéressent qu’à certaines femmes, les filles surtout (ce que suggère le contenu non équivoque de certains textes), au mieux, les dulcinées.

— Fig. 8. Répartition des noms uniques sur les graffiti (total 28). —

39L’origine de nos documents (le milieu de la bonne société et de ses dépendants) et leur type même expliquent facilement qu’il y ait plus de noms grecs ici (5 personnages) que dans l’épigraphie sur pierre (3 épitaphes).

40Pour conclure, la plupart des informations recueillies à Périgueux renvoient presque uniquement au milieu de l’élite locale et laissent de côté la société pérégrine. Celle-ci n’est donc représentée que par un petit nombre de témoignages, encore moins nombreux du reste pour les personnages qui sont restés les plus fidèles aux pratiques onomastiques indigènes. Mais cette constatation est-elle seulement propre à notre site ? Bien que l’existence même des inscriptions fournisse déjà la réponse, j’ai cherché des nuances possibles en me tournant vers les Lémovices, les plus proches voisins (à l’est) de nos Pétrucores, et des terriens, comme eux.

  • 25 État de la question dans J.-P. Bost et J. Perrier, Les inscriptions antiques de la cité des Lémovi (...)
  • 26 Voir Bost, p. 59-61.

41Le corpus lémovice n’est pas très riche, mais il a donné à peu près autant de noms que le nôtre, et surtout, il a livré une documentation qui, dans sa répartition géographique et qualitative, est en tous points l’inverse de ce que l’on trouve dans l’épigraphie de Périgueux. En effet, alors que celle-ci est quasi uniquement urbaine (c’est celle du chef-lieu de la cité), celle du Limousin25 intéresse majoritairement le territoire (63 % des inscriptions), avec une grande dispersion des textes dans toute la cité, avec des agglomérations secondaires pourvoyeuses d’épitaphes et avec une assez riche épigraphie religieuse et routière. En revanche, il faut y déplorer la quasi-absence de toute épigraphie publique. C’est exactement le contraire de ce que nous a conservé le rempart de Périgueux. Grâce au caractère rural de l’ensemble, on pourrait donc penser, même si ces inscriptions sont rédigées en latin (sauf une), accéder à des réalités plus provinciales, et relever des enracinements plus profonds. En fait, il n’en est rien26. Comme leurs voisins de la Dordogne, les Lémovices ont puisé également dans leur double patrimoine onomastique, latin et celtique.

42En fin de compte, ce qui est en cause, mais ce n’est pas une révélation, c’est la valeur même de l’instrument que nous utilisons pour mesurer les niveaux d’acculturation.

  • 27 La trop petite série des épitaphes pétrucores comportant la consécration aux dieux Mânes et à la M (...)

43Qu’il s’agisse des Pétrucores ou des Lémovices, les inscriptions ne nous parlent en effet que de la frange romanisée, c’est-à-dire acculturée et intégrée, de la population locale, qu’elle soit citadine ou campagnarde. Mais quelle est l’épaisseur de cette frange ? Sous le Haut-Empire, les villes d’Aquitaine (l’archéologie confirme ici le témoignage de l’épigraphie) ont été des foyers vraiment actifs de romanité et la pénétration de la culture importée a été profonde. À Périgueux, cette pénétration est illustrée par la série des monuments funéraires “à fastigium”, qui paraissent avoir eu pour clients des gens relativement modestes, en apparence. Dans cette seule partie visible ou repérable de l’échelle sociale, on voit s’affirmer la même conscience d’une double appartenance culturelle27. Mais là s’arrête notre information.

44Je ne saurais terminer cette présentation sans adresser des remerciements sincères aux conservateurs et au personnel du Musée du Périgord à Périgueux, auprès desquels j’ai toujours trouvé un accueil chaleureux. Georges Fabre, qui a accepté de faire équipe avec moi pour publier les ILA Pétrucores, trouvera sans peine tout ce que je dois à sa science épigraphique et à son amitié.

Anmerkungen

1 Inscriptions Latines d’Aquitaine (ILA), Pétrucores, par J. P. Bost et G. Fabre, Bordeaux, 2001. II y a 154 textes sur pierre et deux graffiti retenus pour leur caractère original.

2 CIL XIII 1704 permet de compléter, pour la fin du iie s. et la première moitié du iiie s., la généalogie d’une des grandes familles de Vesunna, celle des Caii Pompeii ; CIL XIII 275, mentionne un Caius Iulius Seuerus, Petrucorius. À Mayence, CIL X111 7031 est l’épitaphe d’un cavalier d’aile, du nom d’Adbogius, fils de Coinagus, natione Petrucorius, décédé sans doute avant la fin de l’époque julio-claudienne. Deux autres personnages, non retenus ici, ont passé ou passent, à tort ou à raison, pour des Pétrucores. Le premier a été reconnu comme tel par M. Labrousse sur une inscription de Brive-la-Gaillarde (CIL XIII 1453 = Bull. Soc. Scient., Hist et Archéol. de la Corrèze XCVI, 1974, p. 49-63). Le second est un certain Sacer, le donateur un peu mystérieux de CIL XIII 1452 (= RIG II, 1, L-7, p. 100-106), dans lequel Evans, suivi par P.-Y, Lambert, voit un éventuel Pétrucore (Evans p. 373 ; Lambert p. 95), Toutefois, l’hypothèse d’une simple indication de filiation (Sacer, fils de Peroco) ne peut pas être écartée, même si le nom de Peroco est inconnu par ailleurs dans l’onomastique gauloise.

3 Hormis les cinq personnages cités à la note 2, seul le Pompeius Recinus de Saint-Amand-de-Coly (ILA Pétrucores, 156) a laissé un témoignage épigraphique en dehors du chef-lieu, ce qui ne signifie pas d’ailleurs que ce soit un véritable campagnard, car son nom le rattache d’évidence famille à la puissante citadine dont on parlera plus loin.

4 Si l’on enlève du corpus des ILA Pétrucores, augmenté des trois textes signalés à la note les doublets (ILA Pétrucores, 20 et 21 = 19 ; 29 et 30 = 28), les étrangers à la cité (4 personnages), le milliaire de Florien et les deux graffiti, il reste 146 textes. Sur ce nombre, les documents (tous confondus) concernant les élites sont au nombre de 56, soit 38,3 %.

5 La place des femmes à Périgueux est limitée par la structure même de notre corpus, dont un tiers (ILA Pétrucores, 1 à 50 inclus) est constitué d’inscriptions monumentales ou religieuses (il y en a d’ailleurs d’autres dans les fragments et dans les no 154 et 156, apparus hors de Périgueux). Comme les femmes ne sont pas présentes dans l’épigraphie publique (à l’exception d’une Pompeia Sabina de Lyon, CIL XIII 1704) ou religieuse (ici, c’est sans doute un hasard), il est logique qu’elles soient en petit nombre. Mais elles sont bien là dans l’épigraphie funéraire : sur les 42 textes certains, elles apparaissent 24 fois, c’est-à-dire dans plus de la moitié d’entre eux.

6 La plupart des documents que j’ai retenus proviennent de la Maison (de la rue) des Bouquets et de diverses fouilles (notamment de la Maison de la fresque au cerf) effectuées à Périgueux, entre les années 50 et les années 80, par Cl. Barrière et M. Sarradet. Les résultats de ces opérations sont, depuis 1988, publiés dans les Documents d’archéologie périgourdine (3, 1988 - 6, 1991), devenus les Doc. d’arch. et d'hist. périgourdine (7, 1992-14, 1999).

7 Notamment les “monuments à fastigium” dont nous avons, G. Fabre et moi, recensé 28 exemplaires. Les monuments “à fastigium” sont de petits monuments comportant un dé avec le champ épigraphique, surmonté d’un couronnement en forme de toit à double pente flanqué d’acrotères. Ils sont connus depuis l’époque antonine jusqu’au iiie s.

8 Les 61 personnages connus se répartissent ainsi (les pourcentages ne sont que des ordres de grandeur) : Adnamatinius : 1 (1,6 %) ; Antonius : 1 (1,6 %) ; Aurelius : 3 (4,9 %) ; Bassianius : 1 (1,6 %) ; Ceio[... ] : 1 (1,6 %) ; Claudius : 4 (6,5 %) ; Cornelius : 1 (1,6 %) ; Flavius : 1 (1,6 %) ; Hirtius : 1 (1,6 %) ; Iulius : 19 (31,1 %) ; Ligurius : 2 (3,3 %) ; Livius : 1 (1,6 %) ; Marullius : 2 (3,3 %) ; Pompeius : 20 (32,8 %) ; Pomponius : 2 (3,3 %) ; Valerius : 1 (1,6 %) ; Vlpius : 1 (1,6 %).

9 Je me permets de renvoyer ici aux tableaux que j’ai établis à propos du Limousin (Bost, p, 55, 58 et 59).

10 ILA Pétrucores, 62 (Iulia Adruppo) et 87 (Iul<i>a [...]).

11 Sur les 20 personnages mentionnés, seuls 15 peuvent être répartis, grâce à leur prénom, à l’intérieur des deux branches de la famille : 4 sont des Auli Pompeii (ILA Pétrucores, 19 et 27) et 11 sont des Caii Pompeii : 9 hommes, dont un Marcus Pompeius, fils d’un Caius, et deux femmes ; Pompeia C. f. Restituta (ILA Pétrucores, 72) et Pompeia Sabina, fille de C. Pompeius Sanctus (CIL XIII 1704). Appartiennent à l’une ou l’autre branche quatre hommes sans prénom, dont au moins un affranchi, Pompeius Phoebus (ILA Pétrucores, 73), et une femme, Pompeia Nammiola (ILA Pétrucores, 71). On leur ajoutera un notable présent sur une inscription monumentale (découverte à Sainte-Marthe au XVIIIe s. et détruite peu après) et dont seul le nomen “gravé en grands caractères” a été conservé (cf. ILA Pétrucores, 119).

12 C’est l’alliance avec des Hirtii comme aussi la fréquence des C. Pompeii dans ces régions qui m’incite à proposer cette identification.

13 ILA Pétrucores, 156.

14 ILTG 147 = ILA Pétrucores, 154.

15 La rapidité avec laquelle s’est opérée (au moins dans les villes nouvelles d’Aquitaine) la romanisation conduit à chercher qui a pu lui donner les impulsions décisives. R. Bedon met en avant le rôle des vétérans indigènes de la génération des guerres civiles (Les villes des Trois Gaules de César à Néron, Paris, 1999, p. 212), On constate aussi que, sur place même, s’était constituée parmi les profiteurs de la conquête une élite rapidement conquise par l’idéal politique et culturel venu d’Italie : c’est ce que laissent entendre Strabon, pour les Viennois (4, 1, 1 1 ; cf. 1, 14), et Tacite, pour les Bretons d’Agricola (Agricola, 21). Je crois cependant qu’il ne faut pas négliger l’appoint éventuel de familles immigrées (celles que, à tort ou à raison, j’imagine porteuses des gentilices rares), sans doute pas aussi fortunées que les élites locales, mais qui ont apporté des modes de vie et des pratiques qui ont joué un rôle d’entraînement. L’exemple de Périgueux montre en tout cas avec la plus grande netteté que, à la fin du règne d’Auguste, le mouvement d’acculturation était plus que largement engagé. En témoignent, entre autres choses, l’existence d’une corporation des laniones (ILA Pétrucores, 1) ainsi que la dédicace de [-] Valerius Siluanus à Jupiter Très Bon et Très Grand et à Tibère mentionnée à la note précédente. Le premier de ces textes atteste par ailleurs que, dès cette époque, l’atelier local d’épigraphie de la ville montrait déjà une qualité remarquable. Au même moment, s’élevaient aussi un ou plusieurs importants monuments publics en pierre, même si ne les signalent plus aujourd’hui que des restes de chapiteaux archaïsants.

16 Onomasticon 1, p. 26 ; Weisgerber, Ubier, p. 135.

17 Onomasticon 1, p. 274.

18 ILA Pétrucores, 56 donne seulement en abrégé les duo nomina d’un ou d’une Aur. Primit.

19 Weisgerber, Ubier, p. 374-375.

20 Si l’on ne prend en compte que les inscriptions funéraires, qui forment un peu le tout venant social (31 cognomina), les résultats sont légèrement différents. Les noms latins l’emportent toujours (22, soit 71 %, mais les femmes sont 32 % de ce total). Les noms celtiques ne comptent que pour 19,3 %, mais les femmes y restent majoritaires : 5 sur les 6 personnages recensés. Les trois noms grecs (9,7 %) désignent uniquement des hommes affranchis.

21 Ce que confirme l’étude des dédicaces religieuses (à la fois les divinités honorées et les noms des dédicants). Voici la liste des textes pétrucores utilisables : ILA Pétrucores, 16, dédicace à Apollon Cobledulitauus par M. Pompeius Libo ; ILA Pétrucores, 9, taurobole reçu par L. Pomponius Paternus ; ILA Pétrucores, 19-21, dédicace au dieu Telo et à la déesse Stanna par [...] Bassus (un citoyen, membre de la famille Pompeia) ; ILA Pétrucores, 27, dédicace de l’amphithéâtre à la Tutelle des Pétrucores par un A. Pompeius [...] ; ILA Pétrucores 13, dédicace à [...] et au dieu Mercure par un flamine et duumuir anonyme ; ILA Pétrucores, 154, dédicace à Iupiter Optimus Maximus et à Tibère César Auguste par [-] Valerius Siluanus ; ILA Pétrucores, 156, offrande d’une statuette à Apollon, ex uisu, par Pompeius Recinus.

22 ILA Pétrucores, 5 (don d’une statue de Mercure par l’affranchi Ponticus) et surtout ILA Pétrucores, 24, où Beliccus et Bello, membres de la confrérie des Primiani, ont fait ravaler et embellir le portique du temple de la Tutelle. Ici, l’onomastique s’accorde parfaitement avec l’objet du geste.

23 ILA Pétrucores 84 (monument élevé par Dova ( ?) et Adnametos), ILA Pétrucores, 81 (mausolée de Caletia) et ILA Pétrucores, 86 (mausolée de Gnatusius).

24 Ainsi ILA Pétrucores, 82, 83, 88, 93, 94, 95, d’autres aussi sans doute, qui ne sont plus malheureusement aujourd’hui que des fragments non identifiables.

25 État de la question dans J.-P. Bost et J. Perrier, Les inscriptions antiques de la cité des Lémovices, Bull. Ass. G. Budé, 1999, 1, p. 22-33.

26 Voir Bost, p. 59-61.

27 La trop petite série des épitaphes pétrucores comportant la consécration aux dieux Mânes et à la Mémoire, datable donc des temps de l’édit de Caracalla et au-delà (10 textes), a livré 12 noms, ceux de quatre citoyens, trois esclaves et cinq porteurs de noms uniques. Le résultat est néanmoins explicite : 6 noms ou cognomina ou noms uniques latins (la moitié), 5 cognomina ou noms uniques celtiques et 1 nom unique grec.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift — Fig. 1 : Répartition des noms dans les textes sur pierre (total : 107 personnes). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8516/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 42k
Bildunterschrift — Fig. 2 : Répartition des gentilices dans les textes sur pierre (17). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8516/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 50k
Bildunterschrift — Fig. 3a : Les gentilices dominants. Répartition des noms (total 14). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8516/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 34k
Bildunterschrift — Fig. 3b : Les gentilices dominants (68 %). Repartition par individus (total 57). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8516/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 57k
Bildunterschrift — Fig. 4. Répartition des cognomina (total 51). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8516/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 61k
Bildunterschrift — Fig 5. Répartition des cognomina chez les porteurs de gentilices latins (total 47). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8516/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 61k
Bildunterschrift — Fig. 6. Répartition des noms uniques (total 70). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8516/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 57k
Bildunterschrift — Fig. 7. Répartition des noms uniques dans 1 épigraphie sur pierre (total des personnages 42). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8516/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 56k
Bildunterschrift — Fig. 8. Répartition des noms uniques sur les graffiti (total 28). —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8516/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 64k

© Ausonius Éditions, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540