Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

2. Villes et campagnes de l’Occident romain

Élites et religion dans l’Aquitaine romaine du Haut-Empire : atouts et limites de l’enquête épigraphique

Nota del editor

Travaux d’Archéologie Limousine, 21, 2001, p. 73-83.

Texto completo

  • 1 J. Toutain l’avait bien vu, il y a presque un siècle (Les cultes païens dans l’empire romain, I-III (...)
  • 2 Environ 2 300 inscriptions (1833 au CIL XIII) et 450 autres (mais il y a des relectures et des corr (...)

1Les inscriptions sont un instrument de travail incomparable pour accéder à la connaissance de nombre de réalités de tout genre sur lesquelles les autres types de sources ne donnent aucune information ou ne jettent qu’une lumière partielle, toujours insuffisante. Parmi les sujets qui ont le plus bénéficié de l’apport des découvertes épigraphiques, celui de la religion se distingue tout particulièrement1, parce que la documentation est relativement riche et bien répartie à travers tout le territoire de l’ancien empire romain, y compris dans l’Aquitaine antique. Certes, cette grande province, que, vers 16 av. J.-C., la réforme augustéenne a fait naître entre les Pyrénées, la Loire et les Cévennes, n’est pas des plus favorisées par l’abondance des trouvailles2, mais elle a fourni assez de textes relatifs à la religion pour rendre crédible leur exploitation.

  • 3 G. Fabre, 1988, p. 177-191.

2Pour étudier ce dossier, je me suis placé dans la partie nord de l’ancienne Aquitaine romaine, et cela, pour plusieurs raisons. D’abord, parce que la partie méridionale, celle qu’enfermait la boucle de la Garonne avant la conquête romaine, conserva, sous l’Empire, notamment dans la zone pyrénéenne, un particularisme très vif qui se manifesta spécialement dans le domaine religieux. Comme ce domaine, très original, a été exploré par G. Fabre, je me contenterai de renvoyer aux travaux de celui-ci, en particulier sa contribution au colloque de Tarragone3. De leur côté, les cités d’entre Garonne et Loire forment un ensemble qui possède lui aussi une réelle unité, unité cimentée par un passé celtique que la romanisation du Haut-Empire n’a pas effacé, bien au contraire. Les documents qui sont parvenus jusqu’à nous procurent, d’une cité à l’autre, des témoignages suffisamment concordants, au contenu assez abondant et explicite, pour que même s’ils ne sont pas très nombreux (203 en tout, qui font connaître 145 personnages), ils autorisent la synthèse sans trop forcer les textes. Comme il s’agit aussi de la partie de la province dans laquelle les villes ont connu leur plus grand développement monumental, de la partie qui était également la plus riche, et que cette richesse, dont les traces se voient encore dans le paysage, est un des éléments à prendre en compte dans ma réflexion, la limite géographique que je me suis fixée trouve là sa justification.

3On n’oubliera pas, enfin, que le choix de la période retenue pour cet exposé (des débuts de l’Empire jusque vers 250 environ) est conditionné avant tout par la documentation, qui s’arrête à peu près partout en Gaule avec la grande crise de la seconde moitié du iiie siècle.

4Choisir, parmi les thèmes d’enquête suggérés par la documentation, celui du comportement des élites provinciales peut apparaître comme céder à la facilité, puisqu’il semble aisé de circonscrire le sujet à la catégorie de ceux qui détiennent à la fois la fortune et le pouvoir.

  • 4 F. Jacques, 1990, p. VI et p. 338.

5Issus pour la très grande majorité d’entre eux des familles indigènes les plus distinguées, ils sont au cœur du dialogue et des échanges entre romanité et indigénisme. Au plan politique, ils ont été les partenaires de l’État romain, qui, dans toutes les provinces, s’est appuyé sur eux pour que soit assuré l’ordre, notamment l’ordre social, et que rentre dans les caisses publiques le produit des impôts. En échange, avec la paix, gage de stabilité pour les personnes et les biens, ils ont partout reçu à la fois la richesse et le pouvoir local, souvent aussi, et cela dès l’époque de la conquête, le privilège de la naturalisation, alors peu répandu, mais qui les a rendus encore davantage solidaires du système impérial4. Au plan culturel, ils ont été suffisamment attirés et conquis par le modèle romain pour modifier et transformer profondément à la fois leurs mœurs et leur style de vie, tandis qu’étaient offertes aux esprits les plus éclairés les ressources d’une littérature, d’une philosophie et d’une éducation sans commune mesure avec celles qu’avaient pu produire les arts traditionnels.

6Bref, ces gens forment la cible idéale. D’où l’intérêt d’étudier les formes de leur dévotion, et de voir comment, placés à la charnière entre deux mondes, ils ont réagi (par conviction et/ou par opportunisme) aux sollicitations venues de l’extérieur comme au poids de leurs propres traditions.

  • 5 Voici la liste de ces documents. Dédicaces à des empereurs : ILAPétr 154 : Tibère. [Io]vi O. M. [Ti (...)

7À s’en tenir à cette définition, le nombre des documents5 utilisables est assez restreint : 29 textes et 22 personnages, qui se répartissent ainsi :

  • dédicaces à des empereurs (avec ou sans évergésie) : 5 textes et 4 personnages ; catégorie).

  • prêtres municipaux du culte impérial : 9 textes et 8 personnages ;

  • prêtres au Confluent : 15 textes et 10 personnages (mais 2 d’entre eux apparaissent déjà dans la première catégorie).

8Total : 29 textes et 22 personnages.

  • 6 En effet, nombre de ceux que l’épigraphie fait connaître sont issus de familles anciennement dépend (...)
  • 7 Les plus relevés d’entre eux (souvent aussi les plus fraîchement promus) se hâtent de signaler leur (...)

9Pourtant, limiter l’enquête à cette poignée de dignitaires, qui, au surplus, sont à répartir sur deux siècles et demi d’histoire, n’aurait pas grand sens. D’autant moins que, ni sur le plan de la fortune, ni sur le plan du pouvoir, ni sur le plan de la culture, ils n’épuisent la totalité de la définition. En effet, dans la Gaule romaine, comme d’ailleurs dans toutes les provinces, l’appartenance à l’élite se définit d’abord du point de vue du droit. Cela signifie, que, dans chaque cité, et quel que soit le rang social effectif de ceux qui figurent parmi ses membres6, l’élite municipale est constituée a priori de tous ceux qui sont citoyens romains7, tous bénéficiaires d’un même statut, qui engendre ou qui est susceptible d’engendrer, sur le plan religieux, des comportements particuliers. Il faut donc nécessairement étendre l’enquête à l’ensemble de cette catégorie.

10Mais ce n’est pas encore suffisant, car, dans la vie locale, les notables naturalisés ne sont pas seuls à former la classe politique, puisqu’ils s’y retrouvent en permanence avec les membres des grandes familles encore de statut pérégrin. D’ailleurs, le règlement en vigueur dans les naturalisations par le droit latin faisait que, à l’intérieur d’une même grande famille, se trouvaient des membres demeurés pérégrins tandis que d’autres étaient devenus citoyens. Il est sûr par conséquent que, pour apprécier les changements éventuels intervenus dans les comportements religieux du fait de la naturalisation, il faut regarder aussi du côté de ceux qui sont restés pérégrins, au moins pour voir s’il existe entre les deux catégories des différences significatives.

11Enfin, il ne faut pas oublier de prendre en compte les données culturelles. Le modèle culturel venu d’Italie était offert à tous, et, avec sans doute des degrés, il a été reçu par tous, citoyens ou non, riches ou pauvres. Quelles répercussions ce modèle a-t-il eu ou pu avoir sur les comportements religieux, et pas seulement ceux de l’élite ? Je reviendrai en terminant sur ce point à mon avis essentiel, car il me paraît mettre en cause l’interprétation même du matériel épigraphique.

12Présentons d’abord en quelques chiffres, dans sa répartition brute, la documentation recueillie :

13Total des textes connus : 203

14Répartition des textes utilisés :

Textes portant des noms de personnes : 145

Dédicaces collectives : 12 textes

Dédicaces anonymes : 17 textes

Dédicace collective de citoyens romains : 1

Textes indéterminés : 28

15Total des personnages connus : 145

Remarquer que les femmes sont quasiment absentes : 17 en tout.

Procédons ensuite à la répartition entre citoyens et pérégrins :

Nombre des textes retenus : 145

Nombre des textes issus de citoyens romains : 92 = 63,45 %

Nombre des textes issus de pérégrins : 53 = 36,55 %

  • 1 dont 8 femmes citoyennes et 9 de condition pérégrine.

Nombre des personnages identifiés1 : 145

Nombre des personnages citoyens : 86 = 59,31 %

Nombre des personnages pérégrins : 59 = 40,69 %

16Ces tableaux suscitent un certain nombre de questions, et d’abord celle-ci : pourquoi y trouve-t-on un pourcentage aussi élevé de citoyens romains ? Il y a trois réponses à cette question :

  • l’épigraphie étant un critère objectif de romanisation, on peut penser que les citoyens romains sont plus portés que les pérégrins à utiliser ce mode d’expression. En somme, on verra dans cette abondance l’expression d’un comportement dicté par le statut ;

    • 8 Même quand un duumvir en place est de statut pérégrin, la trace de son passage à la tête de la cité (...)

    l’origine des pierres fournit une seconde explication : les inscriptions procèdent le plus souvent des dédicaces de monuments publics qui ont été remployées dans les remparts urbains du Bas-Empire. Or ces monuments ont été dus généralement à l’action des notables évergètes, parmi lesquels, on le sait, les citoyens romains occupent toujours la première place, ne serait-ce que parce que, dans les cités, ce sont eux qui accaparent les responsabilités publiques8 ;

    • 9 “C’est d’abord leur position qui dictait la conduite des notables”, observe F. Jacques, 1990, p. 33 (...)

    précisément, les textes renvoient fréquemment à des personnes (magistrats et prêtres locaux ou dignitaires du Confluent) que l’on rencontre “en situation”, c’est-à-dire en action dans un domaine où se mêlent ces trois éléments inséparables que sont la politique, la religion et l’argent. On doit donc, dans ces comportements, tâcher de démêler ce qui est personnel et spontané et ce qui est dicté à la fois par le statut et la fonction9. Le culte impérial constitue-t-il, sur ce point, un bon moyen d’appréciation ?

17Établissons successivement deux tableaux. Le premier (a) sera la statistique générale, tandis que le second (b) précisera la part qui revient aux citoyens et aux non citoyens.

18(a) Textes en rapport

avec le culte impérial : 121 = 59,60 %

autres dévotions (textes) : 82 = 40,40 %

Total des personnages

liés au culte impérial : 91 = 62,76 %

autres dévotions (personnages) 54 = 37,24 %

19(b) citoyens et non citoyens dans le culte impérial :

Nombre des textes identifiables : 92

Nombre des textes issus

de citoyens romains : 60 = 65,22 %

Nombre des textes issus

de pérégrins : 32 = 34,78 %

Nombre des personnages : 91

Nombre des personnages citoyens : 55 = 60,44 %

Nombre des personnages pérégrins : 36 = 39,56 %

  • 10 Seule partie de la province à envoyer des délégués au Confluent, comme le prouvent, et pas seulemen (...)
  • 11 Liste ci-dessus, note 5.
  • 12 A. Villaret, 1999, p. 127-151.

20Le culte impérial (tableau a) l’emporte sur les autres dévotions, mais, comme on l’a dit, l’origine des documents explique en grande partie cette supériorité. D’autre part (tableau b), il est évident que, en matière religieuse, on attendait d’un citoyen romain, donc d’un Romain tout court, des engagements envers les dieux de l’État, et envers l’empereur, représentant des dieux sur la terre. La chose est particulièrement vraie pour les domi nobiles, élite de la classe politique locale, qui étaient tenus, ès qualités, de remplir un certain nombre d’obligations. Les témoignages que l’épigraphie conserve généralement de leurs dévotions sont surtout des actes publics, dans lesquels ils agissent plutôt (même s’ils peuvent partager personnellement les hommages rendus aux divinités qu’ils honorent) non pas en leur nom propre, mais au nom de la cité tout entière. Dans ce cadre, nous ne les apercevons donc qu’en représentation, à travers des actes et des gestes liés à leur fonction de magistrats ou d évergètes ou les deux à la fois. Par exemple lorsque, magistrats municipaux, ils sont les porte-parole de leurs concitoyens dans les hommages rendus à l’empereur, créateur et protecteur attitré et bienveillant des cités. En représentation encore mais, cette fois, à l’échelle de l’ensemble des Gaules, à Lyon, lorsqu’ils deviennent sacerdotes fédéraux, honneur très envié réservé aux plus brillantes familles. En Aquitaine septentrionale10, on connaît ainsi des dignitaires pétrucores, lémovices, santons, arvernes, cadurques et pictons11. En représentation, enfin, lorsqu’ils honorent les dieux protecteurs de Rome et de l’Empire, souvent qualifiés d’Augustes et donc associés au culte impérial12.

  • 13 Voir, ci-dessus, note 4, les remarques de François Jacques. William Van Andringa, 1999 (p. 425-446) (...)

21Bref, l’élite de l’élite n’apparaît guère qu’à travers le rôle officiel dévolu à ses membres. Mais le pourcentage élevé des citoyens dans le tableau (b) n’a pas de quoi surprendre non plus, puisque, pour ces derniers, il s’agit pareillement de comportements spécifiques, qui signalent leur loyalisme et aussi d’ailleurs leur attachement politique13, en même temps que leur intégration culturelle. Un peu, on le verra, comme leur dénomination, le plus souvent latine, traduit les conditions nouvelles de leur statut de privilégiés du droit. De là un certain nombre de dédicaces, ainsi à Minerve, chez les Pictons, ou à Jupiter Optimus Maximus et à Tibère, chez les Pétrucores.

22D’un autre côté, on ne prendra pas à la lettre le pourcentage obtenu par les inscriptions signées par des pérégrins : n’oublions pas que les hasards de la conservation des documents privilégient logiquement les citoyens romains, et, occasionnellement, les plus illustres d’entre eux. Si nous établissons le rapport entre le nombre des textes conservés et le nombre des personnages connus, nous constaterons que la différence est beaucoup moins marquée :

  • rapport nombre de textes/citoyens : 60 : 55 = 1,09

  • rapport nombre de textes/pérégrins : 32 : 36 = 0,90

  • 14 B. Rémy, 1999, p. 31-38, notamment p. 34-36. Aux témoignages littéraires qui confirment ce fait, ci (...)

23Conclusion : la médiocrité de l’échantillon, n’empêche pas que les résultats soient très voisins. Cela signifie que les pérégrins ne sont pas moins empressés que les citoyens à rendre hommage à l’empereur. B. Rémy a récemment attiré l’attention sur le développement, dans une bourgade proche de Vienne14, d’un véritable culte impérial populaire qui confirme qu’il y a là un sentiment partagé par l’ensemble de la population, et pas seulement le comportement opportuniste de privilégiés du droit et de la fortune.

  • 15 J’additionne ici des dieux “locaux”, c’est-à-dire des dieux qui ont des noms romains, comme Mercure (...)

24Reste à compléter le tableau. Pour cela, il faut se tourner maintenant vers les dévotions traditionnelles15 et comparer, sur ce chapitre, les réactions des uns et des autres, citoyens et non citoyens.

Nombre des textes retenu : 53

  • 2 Plus une dédicace collective

Nombre des textes issus de citoyens romains : 322 = 62,26 %

Nombre des textes issus de pérégrins : 21 = 39,62 %

Nombre des personnages identifiés : 54

Nombre des personnages citoyens : 31 = 57,41 %

Nombre des personnages pérégrins : 23 = 45,59 %

25Conclusion : une fois de plus, les surprises des pourcentages mettent surtout en évidence l’inégale répartition des catégories de personnes étudiées. Il est néanmoins intéressant de constater que les citoyens ne sont pas moins nombreux que les pérégrins dans les hommages rendus aux divinités locales. Ainsi, les comportements obligés, motivés par leur qualité et leur statut, n’entraînaient pas, de la part de ceux qui étaient devenus des “Romains”, de rupture avec les traditions religieuses indigènes. De plus, dans ces hommages, les élites tiennent la première place, parce qu’il s’agit généralement (du moins dans la documentation conservée) d’évergésies monumentales. Un détour par l’architecture “gallo-romaine” des sanctuaires va amplement confirmer que le dossier épigraphique rend bien compte des réalités du temps.

Du côté de l’architecture

  • 16 Voir A. Grenier, 1960 ; R-M. Duval, 1963 (p. 121-144), p. 126-132. Depuis, les sanctuaires ont fait (...)

26L’architecture des sanctuaires, et cela tant dans les villes que dans les campagnes, révèle des particularités (ainsi, les plans centrés ou l’existence d’une galerie périphérique) qui, répétées à des centaines d’exemplaires, en Gaule et hors de la Gaule, ont été, à juste titre, et depuis longtemps, considérées comme caractéristiques du monde celtique16.

27Ces monuments ont suscité beaucoup de discussions il y a quelques décennies, lorsqu’ils passaient pour des témoignages visibles et décisifs de la “résistance” des populations indigènes à la romanisation. On sait aujourd’hui que de telles déclarations émanaient généralement de chercheurs qui ignoraient les textes épigraphiques, et qui ignoraient tout (ou ne voulaient pas tenir compte) des informations fournies par les découvertes archéologiques (importance des vestiges au sol, traduction des volumes en élévation, aspects techniques des constructions, importance des décors, qu’il s’agisse des éléments sculptés, des revêtements de sols et de murs, des matériaux utilisés, etc.). En effet, lorsqu’on associe étroitement, comme il se doit, les deux types d’informations, on aboutit d’abord à une constatation : s’il existe partout, dans les campagnes ou dans les villes (ainsi à l’Altbachtal de Trèves) d’humbles chapelles dont l’existence peut, à la rigueur, relever des explications misérabilistes, assez souvent, les vestiges rencontrés sont suffisamment imposants pour que le simple bon sens invite aussitôt à se demander comment de telles constructions ont été payées, c’est-à-dire, finalement, qui a payé.

  • 17 Grégoire de Tours, Hist. Franc., 1, XXXII. Le temple, sans doute un sanctuaire de l’eau guérisseuse (...)
  • 18 Merci à Michel Vaginay et à Daniel Schaad, qui m’ont aimablement informé de la découverte et des pr (...)

28Dans les villes, la documentation n’est pas, à la vérité, aussi abondante qu’on pourrait l’espérer : disparu, le grand temple dit Vasso Galate à Clermont-Ferrand, qui fut, selon Grégoire de Tours, ruiné par les bandes de Crocus au temps de la crise du iiie siècle, et dont il ne reste plus guère que le “mur des Sarrasins”17 ; arasé jusqu’à la tranchée de fondation, celui de Cahors récemment mis au jour à l’hôpital de la ville18 ; aucune trace non plus à Poitiers ou à Saintes des constructions que l’on peut supposer y avoir été élevées. À Limoges, où, au tout début de l’Empire, le vergobret Postumus faisait un geste certainement coûteux en faveur des fidèles de Grannus, on ignore même où pouvait se situer le sanctuaire du dieu, peut-être, d’ailleurs, de taille médiocre encore, et fait de matériaux légers.

  • 19 Sur ce monument d’environ 1 200 m2, voir en dernier lieu M. Provost et Chr. Mennessier-Jouannet, 19 (...)

29Heureusement, cependant, il a subsisté en Aquitaine deux monuments grandioses, qui laissent deviner qu’ils n’étaient pas isolés. À Orcines, près de Clermont-Ferrand, d’abord, le temple quasi suburbain du Puy-de-Dôme, actuellement en cours de restauration19. Il était dédié à Mercure “Arverne”, et Pline l’Ancien (HN, XXXIV, 16) nous apprend que la seule statue colossale en bronze du dieu, sculptée par Zénodoros, aurait coûté 40 millions de HS, soit l’équivalent de l’indemnité de guerre que, un siècle auparavant, César avait imposé à la Gaule vaincue. On ignore qui en fu(ren)t le(s) généreux donateur(s), puisque, malheureusement, la dédicace n’a pas été conservée, mais nul doute que l’on a ici un exemple de ces fortunes gauloises qui, au milieu du ier siècle ap. J.-C., pouvaient donner quelques frayeurs aux sénateurs italiens.

30Un peu plus à l’ouest, Périgueux offre de pareilles démesures avec la “Tour de Vésone”, reste de la cella du temple de la Tutelle Vesunna ou Vesunnia, patronne indigène de la cité, qui s’élève encore aujourd’hui à 24 m de hauteur, pour un diamètre de 21 mètres. À la fin du iie siècle, le temple, entièrement recouvert sur sa face extérieure de plaques de marbre, était ceinturé d’un témenos portiqué enfermant une surface de 1,2 ha.

  • 20 Il faut sans doute nuancer telle déclaration un peu abrupte de W. Van Andringa (ci-dessus, note 13) (...)

31Ces gigantesques constructions expliquent bien à elles seules ce qui s’est passé : elles étaient aménagées et ornées selon des schémas romains importés (temples sur podium, façades monumentalisées, portiques, décors spécifiques utilisant colonnes, chapiteaux et pilastres, mais aussi placages de marbre, etc.). Pour autant, les éléments essentiels, c’est-à-dire les chapelles de culte, les cellae, quoique construites avec toutes les ressources et les solutions techniques romaines (petit appareil, mortier et science des maîtres d’œuvre permettant d’atteindre des hauteurs et des diamètres de taille exceptionnelle) qui en avaient justement permis la réalisation monumentale, demeuraient fidèles aux traditions religieuses locales et aux nécessités des rites qu’impliquaient ces dernières, comme, par exemple, les processions dans la galerie autour de la cella20.

  • 21 ILAPétrucores 19-21 = CIL 950-954 ; ILAPétrucores 18 = CIL 11047 ; ILAPétrucores 24 = CIL 949 ; ILA (...)
  • 22 Voir A. Villaret, cité note 12.
  • 23 Dans l’état actuel de la documentation, seul le monument bordelais sur podium connu sous le nom des (...)

32À Périgueux, on connaît certains des commanditaires qui, entre la fin du ier siècle ap. J.-C. et la fin du iie, ont poussé les différentes campagnes de travaux. D’abord, vers le temps d’Hadrien, un certain [...] Bassus, curateur des citoyens romains, probablement apparenté à la puissante dynastie des Auli Pompeii ; plus tard, un personnage, malheureusement anonyme, mais au moins fils d’un ancien prêtre fédéral à l’Autel du Confluent, à Lyon ; vers la même époque, deux personnages pérégrins, Beliccus et Bello, membres d’une confrérie au service de la déesse, qui patronnent une opération de ravalement et “d’embellissements” apportés “au portique” du temple de la Tutelle. Enfin, la dernière mention de travaux fait état, vraisemblablement à la fin du iie siècle ou dans la première moitié du iiie, d’une campagne de restaurations entreprise par un autre ancien prêtre de Lyon, Marcus Pompeius Libo21. Cet exemple est tout à fait révélateur des comportements individuels et collectifs : on voit d’abord que, à partir du milieu du iie siècle22, toutes les opérations de construction sont mises systématiquement sous l’invocation des Numina impériaux, y compris lorsque, comme ici, les travaux concernent une divinité locale (même s’il y a eu contamination par mimétisme avec les Tutelles civiques venues d’ailleurs). On voit également que trois sur quatre des évergètes cités sont des citoyens romains, dont deux appartiennent à l’élite étroite des anciens sacerdotes du Confluent. Cela confirme bien, s’il en était besoin, que, aux côtés de l’empereur, les divinités locales et leurs sanctuaires quasi spécifiques restaient, dans les chefs-lieux de cités, les références religieuses essentielles23, et démontre en même temps que ces cultes (en tout cas ce qui nous en reste aujourd’hui) ont surtout dû leur promotion aux engagements personnels et à la fortune des notables municipaux.

  • 24 Ainsi, en Limousin, le sanctuaire du Puy-Lautard (Creuse), qui a récemment livré, avec une organisa (...)
  • 25 Voir P. Aupert, dir., 1997, p. 8-12 et 24-28 ; Id., Barzan, Le sanctuaire au temple circulaire, à p (...)

33Le dossier est encore plus et mieux fourni du côté des campagnes. Les chapelles et petits fana révélés par les hasards d’une photographie aérienne ou d’un sondage archéologique sont nombreux partout, mais souvent aussi apparaissent des ensembles monumentaux à la taille plus imposante et à l’organisation plus complexe24, et parfois même des monuments d’une rare ampleur. On peut produire d’abord des sanctuaires toujours debout de nos jours : ainsi, non loin de Périgueux, la tour du château de la Rigale, à Villetoureix, encore haute d’une dizaine de mètres, réplique réduite de la Tour de Vésone. Ensuite et surtout, on a conservé, sur la commune de Barzan (Charente-Maritime), la base du grand temple du “Moulin du Fâ” (Fâ = fanum), aux dimensions légèrement plus grandes que celles de Périgueux25. Ailleurs, les vestiges sont arasés (ainsi à Sanxay et Vendeuvre-de-Poitou, Vienne) ou enterrés, comme à Aulnay, où l’emplacement du temple a été récemment redécouvert. Mais tous ces monuments (je n’en ai cité que quelques-uns) ont en commun d’être habituellement de grande taille et de présenter des plans centrés, ce qui laisse supposer que leur destination était bien celle d’abriter des divinités appartenant à des panthéons locaux.

  • 26 Ces dédicaces sur matériaux nobles (calcaire ou même marbre) ont presque partout disparu ou sont ré (...)

34Il est bien évident que de telles constructions ont coûté beaucoup d’argent et n’étaient donc pas à la portée du premier venu. Là où elles ont été conservées26, les dédicaces donnent aisément la solution : les commanditaires de ces constructions, ce sont les grands notables citadins, ceux que l’on a vus magistrats locaux, prêtres municipaux du culte impérial, ou dignitaires fédéraux. Les exemples qui suivent, issus du territoire des Bituriges Cubes et de celui des Pictons, sont tout à fait explicites sur ce point.

35a. Néris. CIL XIII, 1376/1377 : [Numini]b Aug et Nerio deo usibusq r p B [Cub et vic Neriomagensium] / Lucius Iulius Equester Ilvir II flam Rom et Aug itemque flamen pr[ovinc Aquitanicae ?] et Lucii Iulii Equestris filii Cimber et Equesterflamin[es Romae et Augusti ?] / [diribitoria t]abernas porticus quibus fontes Nerii et thermae [publicae ? cinguntur] / [cu]m omnibus suis ornamentis ob hono[rem[flamoni c[onsummaverunt ?]. Le texte est complété par CIL 1378 qui contient le mot [diri]bitoria, et par les fragments de CIL 1379 (+ 1380 ?) ; cf. CIL XIII, supplément, p. 18.

  • 27 Le type de formulaire comme la mention d’un duumvirat exercé pour la seconde fois donne à supposer (...)

36b. Vendeuvres-en-Brenne. CIL XIII, 11151 (restitution de G.-Ch. Picard) : [Num Aug] et deae / [--usibusq]ue vicanor / [---]r IIvir bis flam / [---]t ex de[cr]eto ordin / [---A]ug basilicam cum su[ris ornamentis ---b]asilicas diribitoria porfrticus quibus thermae cinguntur ? ?] et a foro adeuntur / [s p fecerunt et titulujm posuerun27.

37À Vendœuvre-en-Poitou, dans la Vienne, deux inscriptions monumentales, malheureusement très mutilées mais relativement intelligibles, font état de travaux importants réalisés grâce aux générosités de deux grands personnages, tous les deux prêtres ou anciens prêtres au sanctuaire fédéral de Lyon, et dont l’un est flamine municipal chez les Pictons.

38c. Gallia, XXV, 1967, p. 269-270 = AE, 1967, 303 : [---e]t pu[---]icae r[---] / [---] Nepos sacerd[---] / [---doni]s militaribus [d]o[natus ---] / [---] t[hea]trum de su[o---] / [---] consum[mavit---]. À part : donavit.

39d. Gallia, XXXI, 1973, p. 392, sans illustration. Je donne la lecture de l’inventeur (moins complète, mais plus sûre que la restitution dans Caesarodunum, 11, 1976, p. 268), augmentée de quelques hypothèses de restitution : [Nu]m A[ugj e[t ---] / [---P]omp(eius) Sab[inus + début de filiation longue ?] / [---fris [fil ? ---] fla[men --] / [sac] Rom et [Aug ad ara]m ad Co[nfluentem/Confluentes ?] / [---]curator c [r ---] vic pa[---] / [---bas]ilic(am) per[---] / [---]eis s [---] / [---] i[--] f[---] rio[---].

40Conclusion : Non seulement la romanisation n’a pas fait disparaître les divinités familières, mais celles-ci ont connu, sous le Haut-Empire, une nouvelle vitalité parce que les élites enrichies des cités gauloises, totalement intégrées culturellement dans la romanité, restaient aussi profondément enracinées dans des traditions religieuses et autres, jamais reniées. Tout au long de la période considérée, elles ont soutenu le maintien de ces traditions en leur consacrant continûment une partie des fortunes parfois formidables qu’elles avaient constituées. Je ne révèle là rien que des choses bien connues, mais ce que je vois, c’est que tout va dans le même sens : l’architecture corrobore et complète le témoignage de l’épigraphie pour offrir l’image d’une société de culture religieuse mixte, mixité qui trouve dans l’onomastique une dernière confirmation.

Du côté de l’onomastique

41Dans la Gaule d’époque impériale, se nommer, c’est se désigner juridiquement et socialement. Ce qu’on veut examiner ici, c’est si se dénommer désigne également des choix religieux particuliers. On sait que les citoyens et les pérégrins ont utilisé conjointement des modes de dénomination puisés dans l’onomastique latine et dans l’onomastique indigène : est-ce que les choix onomastiques en ont accompagné d’autres, notamment dans le domaine religieux ?

A- Les citoyens romains

42La documentation recueillie permet de distinguer parmi eux deux catégories, selon que leur dénomination est latine ou partiellement indigène.

Catégorie A : onomastique à gentilices latins (36 personnages)

43Onomastique latine (30 noms)

Tib Cl(audius) Potit(us) ; T Fl(avius) Pinu(s) ; Flavi(us) Sa[b]inus ; Iulia ; Iulia Avita ; Iul Sancta ; Iulia Severa ; L Iulius Cimber ; Lucius lulius Equester (1) ; L Iulius Equester (II) ; C Iulius Florus ; Tib Iul Iulian ; Iul Montanus ; T Iul Secundus Fausti lib ; [.] Iul Paullinus T f ; C Iul Severus ; C Iul C f Victor (le fils) ; Q Licinius Tauricus ; Q Licinius Ultor ; C Octavius Vitalis ; P(ompeius) Geminus ; C Pompeius Sanctus ; L Pomponius Paternus ; Sex Pomponius Paternus ; Q Serg(ius) Macrinus ; Sergius Primus ; C Servilius Martinus C Servili Domiti f ; Sextilia ; Sex Sulpicius Magninus ; SexTalonius Musicus ; Valerius Silvanus.

  • 28 Les textes concernant des affranchis, malgré leur petit nombre, sont intéressants à plus d’un titre (...)

44Onomastique à cognomen grec (4 noms28)

L Annius Sat[uri]o ; Ti Iul Eunus ; M. Iul Py[thodo ?]rus ; Pompeia Thelgusa.

45Onomastique à filiation indigène (2 noms)

C Iul Rufus C Iul Catuaneuni f Agedomopatis nep Epotsorouidi pron ; C Iul Victor, fils de Congonetodubnos.

46Total : 17 Iulii ; 3 Pompeii ; 2 Flavii, Licinii, Pomponii et Sergii ; 1 Annius, Claudius, Octavius, Servilius, Sextilius, Sulpicius, Talonius, Valerius.

47Cognomina : Cimber, Equester (2), Florus, Geminus, Iulianus, Macrinus, MagniMagni-nus ; Martinus, Montanus, Paternus (2), Paullinus, Pinus, Potitus, Primus, Sabinus, Sanctus, Severus, Tauricus, Ultor, Victor (le fils), Vitalis.

48Remarques : tous ces noms sont latins, mais Florus, Iulianus, Martinus, Montanus, Paternus, Sabinus, Sanctus, Severus et Tauricus sont communs en milieu celtique.

49Total : 36 personnages

Personnages portant une onomastique latine : 30

Personnages citoyens romains avec filiation indigène : 2

Citoyens romains avec cognomen grec : 4

50* Il y a 6 femmes (2 sans cognomen, 3 avec cognomen latin commun en milieu celtique : Avita, Sancta, Severa, et une avec cognomen grec : Thelgusa).

Catégorie B : onomastique latine à éléments indigènes (23 noms)

C Agileius Primus ; Allia T Labieni [f] ; L Catius [---] Catus ; Flavia Cuba ; Galleorius ( ?) Catullus ; Iul Atrectus Craxanti fil ; C Iul Balorice Tauri f ; C Iul Belinatepus ; G Iul Carassounus ; C Iul Drutedo ; Iul Gnatus Atrecti fil ; I(ulius) Venixxam(us) ; C Iulius Vercondaridubnus ; M. Lucterius Leo Lucteri Senecionis f ; Matutinius Victorinus ; Nonnius Ferox Nonnii [---fil] ; M Peeionius Rufus (cf. l’empereur M. Piavonius Victorinus) ; M. Pompeius Libo ; Pompeius Reginus ; Rufinius Adnametus Africani f ; C Second<i>us Florus Secondi [f] ; Valer Iullina ; Vindon(ius) Silvanus.

51Total : 23 personnages

Noms patronymiques : 4 (Matutinius (cognomen latin), Rufinius (cognomen celtique), Secondius et Vindonius, les deux avec cognomen latin). Les trois cognomina latins sont communs en milieu celtique.

Noms indigènes : 6 (Agileius, Aliius, Catius, Lucterius, Nonnius, Peeionius). Mais 4 ont un cognomen latin (Primus, Ferox, Leo, Rufus).

Noms larins + cognomen indigène : 13 (Flavius, Galleorius, lulius (8 cas), Pompeius (2 cas), Valerius).

* Il y a 2 femmes (une Allia sans cognomen et Valeria Iullina, à cognomen celtique).

52Total général : 59 personnages (36 + 23)

Informations données par les deux catégories :

Culte impérial et dévotions associées :

A = 20/36 = 55,5 %

B = 16/23 = 69,6 %

Culte des dieux locaux :

A = 8/36 = 22,2 % (mais 8/8 des personnages)

B = 7/23 = 30,4 %

53L’onomastique des citoyens romains est très latine, comme on peut s’y attendre. Le choix majoritaire de noms latins s’explique à la fois parce que les porteurs de ces noms ont voulu marquer leur totale intégration, et parce qu’on est ici dans l’élite sociale et juridique : la romanisation du nom traduit logiquement les conséquences onomastiques de la naturalisation. Toutefois, la relative abondance des préférences locales dans le choix des cognomina latins montre des gens qui sont restés proches des traditions indigènes, bref, romanisés sans reniements.

54Du point de vue des dévotions, compte tenu de la médiocrité de l’échantillon, on peut considérer que les deux catégories de citoyens romains offrent les mêmes résultats. Le culte impérial l’emporte, mais quand on regarde les évergésies, on relève que les divinités locales lui sont toujours associées : sur 11 évergésies avec patronage divin dont les donateurs sont bien connus, 7 sont l’œuvre de citoyens et montrent cette association.

55En somme, dans cette seule partie visible ou repérable de l’échelle sociale, on voit sans surprise s’affirmer la même conscience d’une double appartenance culturelle.

B- Les pérégrins

56Dans ce groupe aussi apparaissent deux catégories de noms :

Catégorie A : personnages à onomastique latine (27 noms)

Autumnfalis ?) Graecini ser ; Capito Luci f ; Cassia Nemie (= Nem<e>i<a>e ?) f ; Damonus T Sabini (ser) ; Firmana Cobrici ; Flav[---] ; Fronto, fils de Tarbetisonios ou Tarbetisconios ; Gaiolus Gai f ; Gracchus Ategnutis fil ; Ibericus Tetrici fil ; lulia uxsor (de Capito) ; Lascivos Canti l(ib) ; Legitimus Magni lib ; Livia ; Lupus Per(egri)ni f ; Martialis ; Montanus fil(ius = de Lupus) ; Ponticus ; Postumus Dumnorigis f ; Sacer Peroco ; Secundus Sotti lib ; Silvinus ( ?) Connixi f ; Silvinus Scipionis f ; Taurus Tetrici f ; Tepidus Comistri f ; Tertius Unagi f (= Boi[os ? ?]) ; Vetujrius].

57Sur 17 personnages dont la filiation est connue, 8 ont un père à nom latin, 8 un père à nom indigène.

Catégorie B : personnages à onomastique indigène (28 noms)

Adbucietus Toceti fil ; Anavus Attici lib ; Aneuno Oclicno ; Atespatus Crixi fil ; Atto ; Beliccus ; Bello ; Benus Cessorini fil ; Bineus Carissa(e fil ?) ; Biga ; Bratronos Nantonticn ; Cacculla ; Carassoni(us) Cartulli filius ; Catius ; Cattius ; Cintugenus ; Dico Nironi filius ; Divixtos Gemelli fil ; [Di]vixtus Silani f[il] ; Escingus Bassi fi ; Etiona Carantanae ; Gnato Hiduae ; Idorina ; Lugurix Aneunicno ; Nonna, uxor de Galleorius Catullus ; Venixsam(us/a) ; Viduco ; Vimpuro Firmi.

58Sur 14 personnages dont la filiation est connue, 5 ont un père à nom latin, et 9 un père à nom indigène.

59Total général : 55 personnages de condition pérégrine.

Les informations données par les deux catégories se répartissent ainsi :

-Culte impérial et dévotions associées :

A = 16 personnages sur 27 = 59,26 %

B = 17 personnages sur 28 = 60,71 %

-Culte des dieux locaux :

A = 11 personnages sur 27 = 40,74 %

B = 11 personnages sur 28 = 39,29 %

60Pour apprécier la valeur de ces données, il faut toujours tenir compte, évidemment, de la médiocrité de l’échantillon. Toutefois, la régularité avec laquelle les pourcentages se retrouvent quasiment identiques à ceux qu’on a déjà rencontrés donne à croire qu’ils correspondent vraisemblablement à certaines réalités de l’époque. Les pérégrins sont aussi empressés à célébrer le culte impérial, quelle que soit leur dénomination. Aussi bien sait-on que, très souvent, celle-ci est indistinctement latine ou indigène, et qu’elle tient davantage à des questions de tradition familiale qu’à des considérations politiques. Au contraire, tous, et dans les mêmes proportions, vénèrent d’abord l’empereur, la divinité la plus proche, et portent ensuite leurs révérences aux dieux locaux, “interprétés” ou non.

Conclusion

  • 29 De Leg., II, 2, 5.

61Dans les cités de l’Aquitaine septentrionale, les inscriptions ne permettent pas d’établir une différence significative dans les comportements religieux entre les citoyens romains, notamment les plus relevés d’entre eux, et les pérégrins. Tous honorent également la majesté impériale, sans pour autant négliger leurs dieux protecteurs traditionnels. Dans cette partie de la Gaule au moins, de la même manière que la naturalisation n’induisait pas nécessairement de rupture définitive avec l’onomastique locale, elle n’affectait pas non plus les liens légitimes ni l’union profonde qui attachaient les nouveaux citoyens à leurs dii patrii, fidélité dont jamais d’ailleurs le pouvoir romain n’eut la volonté de contester le bien-fondé naturel. En somme, on voit là s’exprimer clairement la réussite de ce que nous appelons la romanisation, réussite qui, entre autres choses, a permis cette double appartenance culturelle, manifestée sans affectation comme sans reniements. On est là tout à fait dans la définition des deux patries que donne Cicéron29.

  • 30 Rappelons que les langues locales utilisées en Occident n’ont laissé que peu de traces. Contraireme (...)

62Doit-on pour autant se contenter de cette conclusion, banalement satisfaisante ? Est-il vraiment normal de rencontrer toujours une telle concordance ? Est-il normal que, quelle que soit la façon dont on interroge les textes épigraphiques, on obtienne toujours la même réponse ? Cette concordance ne vient-elle pas plutôt de ce que notre échantillon n’est pas aussi représentatif que nous le pensons ? Mon sentiment, en effet, est que les distinctions que nous opérons dans le matériel épigraphique sont en réalité inutiles, parce que, malgré les apparences, nous n’atteignons jamais que le même milieu, celui qui a été (plus ou moins largement) imprégné par le modèle politique et culturel romain. Cela veut dire que les différences que nous enregistrons entre les dédicants d’inscriptions ne sont pas des différences de nature, mais seulement de degré. Certes, les hommages et ex-voto parfois maladroitement gravés, offerts par des personnes de condition manifestement modeste, semblent bien loin des orgueilleuses dédicaces apposées sur les façades des grands monuments par les très riches aristocrates locaux. Pourtant, il est certain que ces gens sont assez proches les uns des autres, parce qu’ils représentent et expriment la même culture mixte, importée et locale, largement romanisée et pleinement indigène, assumée sans complexe. Ce qui se passe, c’est que, dans les inscriptions, cette même culture s’exprime avec plus ou moins d’adresse. Si l’on essaie de traduire le phénomène sous la forme d’une courbe, on va remarquer, vers la gauche, des maladresses dans la préparation du support, dans le texte et la langue, dans la gravure des lettres et éventuellement dans les représentations figurées et les décors, toutes choses que nous interprétons comme les indices d’une romanisation médiocre. Au contraire, du côté droit, vont se trouver la belle épigraphie, l’onomastique plutôt latine (mais pas forcément), les graveurs et les sculpteurs les plus experts, qui signalent, avec des ressources financières d’une autre ampleur, la totale intégration des commanditaires dans la romanité. Ce sont là sans doute des différences appréciables, mais à mon avis elles ne doivent pas être surestimées, car, même si elles nous paraissent parfois considérables, elles renvoient toujours au même milieu, celui qui possède le désir et les moyens d’accéder à l’épigraphie, c’est-à-dire à un type de support particulier, au latin, et finalement à l’écriture, puisque, dans la pratique, seul le latin était écrit30.

63Combien étaient ces gens dans la Gaule du Haut-Empire ? Même si on ne le sait pas, on peut présumer qu’ils étaient une minorité. Certes, cette minorité était avant tout celle de l’élite civique, pour qui la connaissance de la langue des conquérants était une obligation statutaire. Mais elle englobait aussi tous les pérégrins (pas uniquement, d’ailleurs, les citadins) qui, employés, boutiquiers, artisans, commerçants, négociants ou militaires, devaient en posséder un maniement au moins sommaire, puisqu’elle était celle des affaires, de la réussite et de la promotion sociale, ou simplement celle des nécessités de la vie quotidienne (par exemple, dans le domaine administratif) et, accessoirement, celle du standing. C’est donc ce monde-là, qui, avec les grands notables (citoyens ou non), avec aussi les dépendants ou anciens dépendants de tous, constitue la clientèle de l’épigraphie en latin, et c’est ce monde-là que nous atteignons dans nos enquêtes, et lui seul. Le reste, c’est-à-dire tous ceux qui, volontairement ou involontairement, sont demeurés dans le domaine idiomatique et qui, de ce fait, n’ont pas eu accès à l’épigraphie, coûteuse et en latin, n’apparaît pas. Or, il s’agit là de l’immense majorité de la population, celle justement dans laquelle se trouvent ou se trouveraient ceux qui ont “résisté” à la romanisation ou qui auraient pu le faire, ceux encore qui n’ont pas quitté leurs habitudes et leurs traditions (linguistiques, onomastiques, religieuses ou funéraires, disons culturelles en général) par simple répugnance à les abandonner.

64Alors quelle est, en fin de compte, la valeur de nos échantillons ? Je crois qu’ils sont réellement représentatifs (sinon, il n’y a plus de recherche possible), à condition d’admettre qu’ils le sont pour la mince frange romanisée dont ils révèlent les différences de niveau économique ou culturel, et seulement pour elle. Reste donc la question à laquelle on ne peut pas répondre (du moins par les témoignages épigraphiques) : que pensaient effectivement et comment se comportaient les autres ?

Bibliografía

Bibliographie

I- Auteurs latins

Apulée, Métamorphoses, III, 29 ; Panégyrique III, 5,10.

Cicéron, De Legibus, II, 2, 5.

Grégoire de Tours, Historia Francorum, I, 32.

Lucien, Apologie, 13.

II- Ouvrages généraux ou de référence

Année Epigraphique

P. Aupert (dir.), Le site archéologique de Barzan, Saint-Jean-d’Angély, 1997.

F. Baratte, Note sur les reliefs du Puy-Lautard, TAL, 7, 1987, p. 97-98.

J.-P. Bost, Questions d’onomastique limousine, TAL, 17, 1997, p. 51-62.

J.-P. Bost et J. Perrier, Les inscriptions antiques de la cité des Lémovices, BAGB,

1999, l, p. 22-33.

J.-M. Desbordes, J. Marquaire, R. Chassoux, Le sanctuaire gallo-romain du Puy Lautard (commune de Saint-Pierre-Bellevue, Creuse), TAL, 7, 1987, p. 91-96.

P.-M. Duval, La vie quotidienne en Gaule pendant la paix romaine, Paris, 1952.

Id., L’originalité de l’architecture gallo-romaine, dans Le rayonnement des civilisations grecque et romaine sur les cultures périphériques, Actes du VIIIe congrès international d’archéologie classique, Paris, 1963, p. 121-144.

G. Fabre, Les divinités “indigènes” en Aquitaine méridionale sous l’Empire romain, Religio deorum, Actas del coloquio internacional de epigrafía : culto y sociedad en Occidente, Barcelona, 1988 (M. Mayer et J. Gómez Pallarès, dir.), ss. d., p. 177-191.

I. Fauduet, Atlas des sanctuaires romano-celtiques de la Gaule : les fanums, Paris, 1993.

A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine, quatrième partie, Les monuments des eaux, 2, Villes d’eau et sanctuaires de l’eau, Paris, 1960.

Inscriptions latines des Trois Gaules (ILTG) par P. Wuilleumier, suppi. 17 à Gallia, Paris, 1963.

Inscriptions latines d’Aquitame, volumes publiés par l’Institut Ausonius de Bordeaux.

F. Jacques, dans François Jacques et John Scheid, Rome et l’intégration de l’Empire, 44 av. J.-C., 260 ap. J.-C. : Les structures de l’empire romain, Paris, 1990, p. VI et p. 338.

P.-Y. Lambert, La langue gauloise, Paris, éd. Errance, 1994.

M. Le Glay, Saturne Africain (Histoire, Paris, 1966 ; Monuments, 2 vol., Paris, 1961-1966).

M. Lejeune, Recueil des Inscriptions gauloises, II, 1 - Textes gallo-étrusques. Textes gallo-latins sur pierre, XLVe suppl. à Gallia, Paris, 1988.

Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du colloque d’Argentomagus (Argenton-sur-Creuse/Saint-Marcel, Indre), 8, 9 et 10 oct. 1992.

M. Provost et Chr. Mennessier-Jouannet, Département du Puy-de-Dôme, CAG, 63, 1, Clermont-Ferrand, p.143-151 ; 63, 2, Le Puy-de-Dôme, p. 212-245, Paris, 1994. B. Rémy, Religion populaire et culte impérial dans le sanctuaire indigène de Châteauneuf (Savoie), dans RAN, 32, 1999, p. 31-38 (notamment p. 34-36).

J. Scheid, Les Frères Arvales. Recrutement et origine sociale sous les empereurs julioclaudiens, Paris, 1975.

Id., Le Collège des Frères Arvales. Étude prosopographique du recrutement (69-304), Rome, 1990.

P. Stuart et J.-E. Bogaers, De Deae Nehalenniae, Gids bij de Tentoonstelling (catalogue d’exposition), Middelburg, 1971. Id., Nehalennia, Römische Steindenkmäler aus der Oosterschelde bei Colijnsplaat, I : Textband ; II : Tafelband, Leyde, 2001.

J. Toutain, Les cultes païens dans l’empire romain, I-III, Paris, 1905-1917.

W. Van Andringa, Prêtrises et cités dans les Trois Gaules et les Germanies au HautEmpire, dans Cités, Municipes, Colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, M. Dondin-Payre et M.-Th. Raepsaet-Charlier éd., Paris, 1999, p. 425-446.

A. Villaret, L’association de l’empereur et des dieux en Aquitaine. Son rôle dans la société et les mentalités, Aquitania, 16, 1999, p. 127-151.

Anexos

Annexe : les inscriptions religieuses du Limousin

Le Limousin a produit 1 19 inscriptions31, dont 18 (mais il y a 7 textes trop incomplets pour être significatifs) intéressent notre sujet. À remarquer que, sur ce nombre, Limoges n’a livré qu’un seul document, celui du vergobret Postumus.

Dans la mesure où l’on peut se fonder sur des témoignages aussi peu explicites, il ressort de leur examen que les Lémovices se sont conduits comme leurs autres concitoyens d’Aquitaine : fidélité marquée à la tradition linguistique (il y a même un et peut-être deux textes en gaulois ou contenant des mots gaulois) et aux divinités locales (sur 11 textes dont la divinité est connue, il y a quatre (et peut-être cinq) fois Mercure ; on trouve aussi Hercule, Mars et Ivavus à Evaux-les-Bains), tandis que le culte impérial apparaît dans trois inscriptions. À l’exception des pierres de Sazeirat et peut-être de Châtelus-le-Marcheix, tous ces documents sont rédigés en latin, témoin de cette synthèse culturelle que, par ailleurs, montre bien déjà l’onomastique lémovice32.

Inscriptions religieuses du Limousin

1. Élites en représentation ou/et actes évergétiques :

Élites en représentation à Lyon :
-CIL
1698, 1699, 1700 + Gallia 1980, p. 681 = AE 1980, 635 : Q Licinius Tauricus et son fils Q Licinius Ultor, sacerdotes ad aram Romae et Augusti.

Élites peregrines évergètes en Limousin :
-CIL
1452, Sazeirat. Sacer Peroco / ieuru duori / co v s l m
-TAL, 10, 1990 et CRAI, 1991, Limoges. Don de l’Aqua Martia pour l’association des Dix Nuits de Grannus par Postumus, fils de Dumnorix.

Évergète de qualité indéterminée :
-Inédite, Jabreilles. [Mercjur rio] ( ?) [---]pater statuas cum [basi du]as d d.
-CIL
1455, Tintignac. Mar[ti---] ?

Collèges :
-CIL 1449, Rançon. Numinibus Aug / fanum Plutonis / Andecamulen / ses de suo posuer(unt).
-CIL 1453, Brive. Calenus + / tr ex colle / posuit.

2. Simples hommages :

Simple hommage rendu par un citoyen à une divinité interprétée :
-CIL 1448, Rançon. Herculi deo/Tib Iui Iulian/v s l m
-AE
1945, 17 = IL TG 191, Chassenon. Silvano deo / Flavi(us) Sa[b]/inus donavi[t] / infirmitate / liberat[u]s / v s l m

Simple hommage rendu par un pérégrin :
Aux Numina impériaux et à une divinité romaine :
- AE 1961, 159 = ILTG 185, Thauron. NumAug / et IOM / Taranuen / dsppp

Aux Numina impériaux et à une divinité interprétée :
-ILTG 186, Saint-Quentin.
Face a : Num Aug / deo Mer / curio Sa / hini ius / Carissa / ar(am) / dsp
Face b : Num Aug et Mer / s Biga / iussa / v s l m

À une divinité interprétée :
-CIL 576, Bordeaux. Mercu/rio Vi/du/co/ cives/ Lemo/vic/v slm

À une divinité indigène :
-CIL 1368, Évaux-les-Bains, patère. Vimpuro Firmi / lib (signature du bronzier) Ivav(o) / v s l m

À une divinité inconnue :
-CIL 1421, Budelière (Creuse), Lepidianus / Lepidi filius / posuit de suo / v s l m

Simple hommage rendu par un dédicant de qualité indéterminée :
À une divinité interprétée :
-ILTG 189, Châtelus-le-Marcheix. [de]o [Me]’r/curio/[i]eur[u] ?
-CIL 1426, Sous-Parsat. Sur une fibule : deo Mercurio

À une divinité inconnue :
-CLL 1422, Gouzougnat (Creuse). [---] / [---] / [---] / v s l m
-CIL
1427, Le Moutier-d’Ahun : --- / v s l m

Abréviations utilisées dans les notes et la bibliographie

AE : Année Épigraphique.

BAG B : Bulletin de l’Association Guillaume Budé.

CAG : Carte Archéologique de la Gaule.

CIL : Corpus Inscriptionum Latinarum.

I LA : Inscriptions Latines d’Aquitaine.

ILTG : Inscriptions Latines des Trois Gaules.

RAN : Revue Archéologique de Narbonnaise.

TAL : Travaux d'Archéologie Limousine.

Notas

1 J. Toutain l’avait bien vu, il y a presque un siècle (Les cultes païens dans l’empire romain, I-III, Paris, 1905-1917), et les nombreux volumes des Études Préliminaires aux Religions Orientales le confirment, aussi bien, par exemple, que le Saturne Africain de M. Le Glay (Histoire, Paris, 1966 ; Monuments, 2 vol., Paris, 1961-1966) ou les plus récentes recherches de J. Scheid sur les Frères Arvales (Les Frères Arvales. Recrutement et origine sociale sous les empereurs julio-claudiens, Paris, 1975 ; Id., Le Collège des Frères Anales. Étude prosopographique du recrutement (69-304), Rome, 1990). On ne peut manquer d’ajouter à la liste les étonnantes trouvailles faites, en 1970, près de Colijnsplaat (Zélande, Pays-Bas), qui ont livré 101 autels offerts en ex-voto à la déesse Nehalennia : voir P. Stuart et J. E. Bogaers, De Deae Nebalenniae, Gids bij de Tentoonstelling (catalogue d’exposition), Middelburg, 1971, et surtout, désormais, P. Stuart et J. E. Bogaers (†), Nehalennia, Romische Steindenkmäler aus der Oosterschelde bei Colijnsplaat, I, Textband ; II, Tafelband, Leyde, 2001.

2 Environ 2 300 inscriptions (1833 au CIL XIII) et 450 autres (mais il y a des relectures et des corrections ou compléments) parues dans les ILTG (210) et l’Année épigraphique (environ 240), depuis 1963. C’est à peine plus que le total des pierres inscrites retrouvées dans la seule Thugga antique (aujourd’hui, Dougga, Tunisie), petite cité de l’Afrique Proconsulaire romaine. L’Institut Ausonius de Bordeaux a entrepris de republier ces textes selon les normes P.E.T.R.A.E. sous le titre ILA (= Inscriptions Latines d’Aquitaine). Les volumes parus à ce jour sont Les Nitiobroges (1991), par B. Fages et L. Maurin ; Les Santons (1994), par L. Maurin (collab. M. Thauré et F. Tassaux) ; Les Vellaves (1995), par B. Rémy ; Les Arvernes (1996), par B. Rémy (collab. M. Provost) ; Lectoure (2000), par G. Fabre et P. Sillières. 2001, Les Pétrucores, par J.-P. Bost et G. Fabre.

3 G. Fabre, 1988, p. 177-191.

4 F. Jacques, 1990, p. VI et p. 338.

5 Voici la liste de ces documents. Dédicaces à des empereurs : ILAPétr 154 : Tibère. [Io]vi O. M. [Ti]b Caesari Aug Valerius Silvanus ; ILASan 8 : 23-33 ap. J.-C. Base dédiée à Drusus, fils de Germanicus, par C Iul. Victor, fils de Congonetodubnos ; ILASan 9 : 49 ap. J.-C. Base dédiée à Claude par C Iul. C f Victor ; ILASan 7 ; 18-19 ap. J.-C. Arc dédié à Tibère, Germanicus et Drusus par C Iul. Rufus ; ILASan 11 : 198-202. Dédicace à la famille sévérienne par Quintus [---] avec une évergésie dont le nom commence par A[---]. Prêtres municipaux du culte impérial : ILAPétr 47 (CIL 968 et 1025 e) [... Tau ?]ricus est flamen et Ilvir. Peut-être même sacerdos à Lyon ; ILAVel 25 : dans le même texte, Nonnius Ferox, fils de Nonnius [---] a été Flam et IIvir bis ; Bituriges Vivisques : CIL 602, Bordeaux. DM / Iul[iae] / Avitae / flamini(cae) /etc.... (1.7) : Iul. Avitus / matri ! p... p ; Bituriges Cubes. Néris. CIL 1376/1377 : [Numini]b Aug et Nerio deo usibusq. r p B. [Cub et vie Neriomagensium] / Lucius Iulius Equester Ilvir II flam Rom et Aug itemque flamen pr[ovinc Aquitanicae ?] et Lucii Iulii Equestris filii Cimber et Equester flamine [s Romae et Augusti ?] / [diribitoria t]abernas porticus quibus fontes Nerii et thermae [publicae ? cinguntur] / [cu]m omnibus suis ornamentis ob hono[rem] flamoni c[onsummaverunt ?]. Le texte est complété par CIL 1378 qui contient le mot [diri]bitoria, et par les fragments de CIL 1379 (+ 1380 ?) ; cf. Supplément, p. 18 ; Rutènes. Rodez. ILTG 209 : Q T[---] / flamflen)--] / mac[(ellum) ---] / ther[(mas a funda I)] / mentflis ---] ; Rutènes. Rodez. AE 1994, 1215 a et b : [---] Flaccus, fils de [---]rix, sacerdos Romae et Aug a donné des sedilia au sénat local (senatui). Prêtres au Confluent : Pétrucores : ILAPétr. 16, C Pompeius Sanctus (CIL 939 et 1704) et son fils, M. Pompeius Libo (CIL 939 et 1704) ; ILAPétr. 9, Sex Pomponius Paternus (CIL 11042) ; ILAPétr. 18 (anonyme = CIL 11047). Lémovices : CIL 1698, 1699, 1700 + Gallia 1980, p. 681 = AE 1980, 635 : Q Licinius Tauricus et son fils Q Licinius Ultor, sacerdotes ad aram Rom et Aug. Santons : T ite Live. Periochae, 139 (en 12 av. J.-C.) : C. Iulius Vercondaridubnus ; ILASan 7 (CIL 1036 ; cf. ILTG 217) : C Iulius Rufus ; ILASan 18 (CIL 1042) : C Iulius Victor. Arvernes : CIL 1706 (Confluent) : C Servilius Martinus. Cadurques : CIL 1541 (cf. ILTG 223) : M. Lucterius Leo. Pictons : AE 1967, 303 : [---] Nepos ; Caesarodunum, 11, 1976. p. 268 : ? [.] Pompeius Sabfinus ?].

6 En effet, nombre de ceux que l’épigraphie fait connaître sont issus de familles anciennement dépendantes des gentes les plus illustres et appartiennent à un milieu souvent modeste. Malgré certains avantages juridiques et éventuellement fiscaux, la qualité de citoyen leur offre surtout un statut.

7 Les plus relevés d’entre eux (souvent aussi les plus fraîchement promus) se hâtent de signaler leur qualité en étalant de façon ostentatoire tout leur état civil, avec notamment la mention de leur inscription dans la tribu Quirina. C’est la tribu dans laquelle, à partir de l’époque de Claude, et jusqu’à l’édit de Caracalla, en 212, étaient rangés les habitants des provinces occidentales de l’empire devenus citoyens, généralement par le droit latin.

8 Même quand un duumvir en place est de statut pérégrin, la trace de son passage à la tête de la cité n’est fournie qu’après qu’il a quitté sa charge, c’est-à-dire lorsqu’il peut étaler publiquement, généralement à travers ses bienfaits, sa qualité de citoyen romain.

9 “C’est d’abord leur position qui dictait la conduite des notables”, observe F. Jacques, 1990, p. 339.

10 Seule partie de la province à envoyer des délégués au Confluent, comme le prouvent, et pas seulement à mon sens, les inscriptions des gradins de l’amphithéâtre (CIL XIII, 1667a et b). Ou alors, il faudrait démontrer que les représentants de la province étaient répartis par catégories : les XI Populi de CIL XIII, 1808, ensemble, avant eux ou après eux, les Novem Populi de l’inscription d’Hasparren (CIL XIII, 412), et, avec les uns ou les autres, les Bituriges Vivisques. De ce fait, la question d’un centre de rassemblement pour les cités de l’Aquitaine méridionale, aujourd’hui évacuée sans discussion par certains chercheurs, ne me paraît pas réglée pour autant.

11 Liste ci-dessus, note 5.

12 A. Villaret, 1999, p. 127-151.

13 Voir, ci-dessus, note 4, les remarques de François Jacques. William Van Andringa, 1999 (p. 425-446), observe justement (p. 438), que, dans l’exercice des sacerdoces municipaux, les notables “incarnaient la continuité et la cohérence de la société politique qu’ils avaient contribué à mettre en place”.

14 B. Rémy, 1999, p. 31-38, notamment p. 34-36. Aux témoignages littéraires qui confirment ce fait, cités p. 35 (Apulée, Métamorphoses, 111, 29, et Panég. III, 5, 10), on peut ajouter celui de Lucien, Apologie, 13 : “le plus beau salaire pour un empereur, ce sont les louanges, la gloire universelle, l’adoration que lui valent ses bienfaits ; les statues, les temples, les enclos sacrés que ses sujets lui consacrent, sont aussi des salaires pour les soins et la prévoyance qu’il apporte à veiller sans cesse au salut et à la prospérité de l’État”.

15 J’additionne ici des dieux “locaux”, c’est-à-dire des dieux qui ont des noms romains, comme Mercure, Mars, Apollon ou même Jupiter Optimus Maximus, mais dont on sait qu’ils représentent des divinités indigènes sous un habillage latin, et des dieux proprement indigènes, même si leur nom est latinisé et le plus souvent décliné.

16 Voir A. Grenier, 1960 ; R-M. Duval, 1963 (p. 121-144), p. 126-132. Depuis, les sanctuaires ont fait l’objet des enquêtes systématiques d’I. Fauduet, 1993. Voir aussi Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du Colloque d’Argentomagus (Argenton-sur-Creuse / Saint-Marcel, Indre), 8, 9 et 10 octobre 1992, sous la direction de Christian Goudineau, Isabelle Fauduet et Gérard Coulon.

17 Grégoire de Tours, Hist. Franc., 1, XXXII. Le temple, sans doute un sanctuaire de l’eau guérisseuse, était installé, à l’ouest de la ville antique, au milieu des marécages de Jaude ; de là, sans doute, entre autres raisons, son élévation sur un haut podium dont la seule partie connue s’étend sur environ 2 400 m2. Il a été exploré à plusieurs reprises dans sa partie ouest, en dernier lieu en 1970-1971. Les fouilles ont permis d’en retrouver la cella absidée et de confirmer partiellement les déclarations de Grégoire de Tours sur son toit de plomb et son dallage de marbre (voir M. Provost et Chr. Mennessier-Jouannet, 1994, p. 143-151).

18 Merci à Michel Vaginay et à Daniel Schaad, qui m’ont aimablement informé de la découverte et des premières explorations réalisées sur ce chantier par le SRA de Midi-Pyrénées.

19 Sur ce monument d’environ 1 200 m2, voir en dernier lieu M. Provost et Chr. Mennessier-Jouannet, 1994, p. 212-245.

20 Il faut sans doute nuancer telle déclaration un peu abrupte de W. Van Andringa (ci-dessus, note 13) qui écrit ceci (p. 436, note 51) : “contrairement aux idées reçues qui font de la religion un conservatoire des traditions, la romanisation des rites est indéniable en Gaule, du moins dans les grands sanctuaires publics, et se généralise à partir du milieu du ier siècle ap. J.-C.”. Personne ne conteste la romanisation des rites, qui se développe aussi pour des raisons en partie au moins liées aux techniques employées dans la construction, ainsi la présence de l’autel, qui matérialise le rite romain. Mais la notion de “grands sanctuaires publics” est un peu équivoque. S’il est vrai que certaines manifestations extérieures du culte (les sacrifices, sans doute aussi l’organisation et le déploiement des cérémonies) ont été romanisées, d’autres (ainsi la procession dans la galerie périphérique) ne pouvaient accompagner que des cultes et des sanctuaires qui plongent bien dans la tradition indigène.

21 ILAPétrucores 19-21 = CIL 950-954 ; ILAPétrucores 18 = CIL 11047 ; ILAPétrucores 24 = CIL 949 ; ILAPétrucores 16 = CIL 939.

22 Voir A. Villaret, cité note 12.

23 Dans l’état actuel de la documentation, seul le monument bordelais sur podium connu sous le nom des “Piliers de Tutelle”, paraît attester, pour l’Aquitaine, l’existence de temples de type “classique”, c’est-à-dire semblables, dans leur forme, à la Maison Carrée de Nîmes, par exemple.

24 Ainsi, en Limousin, le sanctuaire du Puy-Lautard (Creuse), qui a récemment livré, avec une organisation originale, une riche parure monumentale (décors et sculptures) ; voir J.-M. Desbordes,]. Marquaire et R. Chassoux, 1987, p. 91-96 ; F. Baratte, 1987, p. 97-98.

25 Voir P. Aupert, dir., 1997, p. 8-12 et 24-28 ; Id., Barzan, Le sanctuaire au temple circulaire, à paraître.

26 Ces dédicaces sur matériaux nobles (calcaire ou même marbre) ont presque partout disparu ou sont réduites à des fragments misérables échappés aux chaufourniers. C’est entre autres le cas des grands complexes monumentaux limousins d’Évaux (source thermale patronnée par le dieu Ivavus, cf. CIL XIII, 1368) et de Tintignac (CIL XIII, 1455). Voir J.-P. Bost et J. Perrier, 1999, 1, (p. 22-33), p. 28-29.

27 Le type de formulaire comme la mention d’un duumvirat exercé pour la seconde fois donne à supposer qu’il s’agit peut-être du ou des même(s) donateur(s) que dans le texte précédent.

28 Les textes concernant des affranchis, malgré leur petit nombre, sont intéressants à plus d’un titre. Ceux qui signalent des dévotions à des divinités indigènes renvoient très certainement à une origine locale des dédicants, dont le nom grec n’est dû qu’au snobisme des maîtres. À l’inverse, on constate souvent que, en ville, les affranchis de citoyens romains participent plutôt aux cultes romains, ce qui peut s’interpréter comme un phénomène de mimétisme social autant qu’un signe de volonté d’intégration

29 De Leg., II, 2, 5.

30 Rappelons que les langues locales utilisées en Occident n’ont laissé que peu de traces. Contrairement à l’Orient, où, derrière le grec, langue de communication et de culture, qui faisait déjà obstacle à la diffusion du latin, d’autres langues se sont maintenues, et solidement, parce qu’on les écrivait, ainsi l’araméen, l’hébreu, le syriaque ou le palmyrénien, l’Occident, lui, sauf en Afrique où se sont écrits jusque tardivement le punique, et, accessoirement, le libyque, n’a presque rien conservé des langues et dialectes qu’on y parlait pourtant, mais qu’on n’écrivait peu, ou pas, ou plus, ce qui a contribué à accélérer leur déclassement. Ainsi ont disparu l’ibérique et le celtibérique dans les Espagnes, la langue ou les dialectes “aquitains” entre la Garonne et les Pyrénées. Dans le reste de la Gaule Chevelue, l’emploi écrit du gaulois n’est attesté que par des documents exceptionnels comme les comptes de potiers ou le calendrier de Coligny, ou par quelques textes bilingues, comme l’inscription d’Ucuetis à Alésia, ou celle de Sazeirat dans la Creuse, alors que l’usage parlé subsistait encore à la fin du ive siècle (saint Jérôme, Commentaire sur l’épître de saint-Paul aux Galates, II, 3 ; Sulpice Sévère, Dialogues, 1, 27, 4). Sur ces faits, voir P.-M. Duval, 1952, p. 48-50 ; M. Lejeune, 1988 ; P.-Y. Lambert, 1994.

31 J.-P. Bost et J. Perrier, 1991, 1 (p. 22-33), p. 28-29.

32 J.-P. Bost, 1997, p. 51-62.

Notas finales

1 dont 8 femmes citoyennes et 9 de condition pérégrine.

2 Plus une dédicace collective

© Ausonius Éditions, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540