Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

2. Villes et campagnes de l’Occident romain

Questions d’onomastique limousine

Note de l’éditeur

Travaux d’Archéologie Limousine, 17, 1997, p. 51-62.

Texte intégral

À la mémoire d’André Chastagnol, Lémovice

  • 1 Limoges-ville, 42 (CIL, 33 ; ILTG, 5 ; autres, 4). Territoire de la cité : Haute(Vienne, 13 (CIL, 8(...)
  • 2 Limoges-ville, 24 ; territoire, 36 (Haute-Vienne, 6 ; Creuse, 25 ; Corrèze, 5) ; inscriptions hors (...)

1Le dossier épigraphique du Limousin compte actuellement 105 textes1. Ce chiffre, médiocre, il faut bien le reconnaître, le paraît encore davantage lorsqu’on émet la prétention d’y retrouver trois siècles d’histoire de la société lémovice. En effet, pour le sujet que je me propose de traiter, le nombre des documents utilisables tombe à 65 seulement2. C’est dire combien sont minces les chances d’en tirer des conclusions assurées.

  • 3 Dans le cadre de la refonte du Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL XIII), qui paraîtra sous la form (...)

2Aussi misérable que paraisse ce corpus3, il est loin cependant d’être dénué d’intérêt. Si l’on peut regretter la faible représentation de Limoges-ville (40 % des textes), on voit en revanche émerger, dans le territoire de la cité, une épigraphie de vici (Ahun, Ussel...) et de sanctuaires (Rançon, Jabreilles), voire de domaines ruraux, qui jette quelque lumière sur les campagnes lémovices. Par ailleurs, le fait que 38 textes utilisables commencent par la formule D M ET M (= Dis Manibus et Memoriae), introduit un utile élément de chronologie relative (puisque de tels documents se datent après 180/200 et couvrent l’ensemble du iiie siècle). Au total, s’il faut se garder de majorer excessivement leur valeur, il ne faut pas non plus négliger ces témoignages. C’est ce qui m’est apparu lorsque j’ai entrepris de les interroger sur le thème qui fait l’objet de cette réflexion.

3L’épigraphie est devenue une des sciences majeures pour l’exploration du passé. On a depuis longtemps reconnu son importance dans divers domaines, par exemple l’histoire administrative de l’empire, l’histoire religieuse ou l’histoire sociale. On a découvert aussi que l’épigraphie est un excellent instrument de mesure de ce que fut la romanisation dans les provinces de l’Occident romain : l’analyse des supports (matériaux, types, décors), celle des formulaires, comme aussi la langue utilisée – à peu près toujours le latin – sont autant de signes révélateurs de la pénétration du modèle culturel romain.

  • 4 Les deux tiers environ des monuments conservés (exactement 60 sur 105).
  • 5 Quoique la prédilection que l’on relève pour les monuments à sommet pyramidal ou à fastigium ouvre (...)
  • 6 CIL, 1452. Voir M. Lejeune, Recueil des inscriptions Gauloises (RIG), II, 1, Textes gallo-étrusques (...)
  • 7 M. Benabou, La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976.

4En Limousin, où l’on rencontre surtout des inscriptions funéraires sur granite4, les supports sont presque toujours mal conservés et n’autorisent que des observations limitées5. La langue – à une exception près, celle de l’inscription de Sazeirat à Arrênes (Creuse), qui offre une structure mixte avec au moins deux mots gaulois6 – est partout le latin, comme sont latins les formulaires utilisés (VS.LM., D.M. ET M, PATER VI<u>VS ET SIBI POSVIT, etc.). Supports, langue et formules, révèlent donc des pratiques et des habitudes qui, malgré quelques touches de provincialisme, désignent des gens acquis au modèle culturel romain, bref, des gens intégrés, acculturés. Je sais bien que tel chercheur a pu déclarer autrefois que ces traits de romanité n’étaient que de faux indices qui en réalité dénonçaient une résistance farouche à la romanisation7, mais une telle subtilité ne me semble pas avoir préoccupé les esprits des Lémovices du Haut-Empire, pas plus d’ailleurs que ceux des Africains de la même époque.

  • 8 Ce clivage est fondamental mais n’épuise pas le sujet. Dans la catégorie des gens libres, il y a ce (...)
  • 9 Excepté dans certaines familles où il continue de classer socialement. C’est ce que j’ai cru pouvoi (...)

5Reste un domaine qui est aujourd’hui exploré avec grand soin parce qu’il est, à juste titre, considéré comme un des moyens essentiels d’accéder à la connaissance des sociétés provinciales. Je veux parler de l’onomastique. Se nommer en effet, c’est se désigner à la fois sur les plans juridique, social et culturel. Sur le plan juridique, parce que, dans l’Antiquité, le droit des personnes classe les gens en diverses catégories selon deux critères essentiels : celui de la liberté d’abord : il y a ceux qui sont libres et ceux qui ne le sont pas8 ; celui de la citoyenneté ensuite : on est ou citoyen romain ou pérégrin, c’est-à-dire “étranger”, cela, au moins jusqu’à l’édit de Caracalla qui, en 212, a naturalisé d’un coup tous ou presque tous les habitants libres de l’empire. La nomenclature des personnages qui apparaissent sur les inscriptions, c’est-à-dire l’ensemble formé par leur dénomination et ce qu’ils disent de leur condition ou de leur situation, permet de reconnaître ces catégories fondamentales – sans qu’il y ait pour autant de règle mécaniquement utilisable (c’est ce qui rend l’exercice parfois risqué). On sait toutefois que, normalement, les citoyens et les affranchis de citoyens portent les tria nomina [prénom + nom de famille (gentilice) terminé en -IVS pour les hommes et en -IA pour les femmes + surnom], ou plus souvent, à partir du iie siècle, les duo nomina (nom de famille + surnom). Désormais, les femmes, qui n’ont qu’exceptionnellement porté un prénom, et les hommes chez qui cet usage tend à se perdre9, voient leur dénomination se distinguer seulement par l’emploi du féminin ou du masculin.

  • 10 CIL, 1430 : Atimetus, “inestimable”.
  • 11 Exemple limousin, celui de Iulius Narcissus (CIL, 1424). Le cognomen Anthus porté par le père d’Ann (...)

6De leur côté, les pérégrins et les affranchis de pérégrins se signalent normalement par le port d’un nom unique terminé en-VS (ou-OS en milieu celtique)/-A. Quant aux esclaves, sans que cela soit automatique, ils portent fréquemment – on le voit à Limoges10 – un nom unique grec qui devient leur cognomen lorsqu’ils sont affranchis par un citoyen11.

  • 12 Par exemple, déclarer son origine ingénue (par l’indication du nom de son père) ou sa qualité de ci (...)

7Le simple examen de la nomenclature permet donc, du mois lorsque les textes sont complets ou suffisamment explicites, d’effectuer un premier classement selon les critères juridiques. Ce classement peut s’enrichir de commentaires touchant à la qualité sociale des individus12 et au niveau de culture de ces derniers, dans la mesure où se mêlent sur les documents les éléments onomastiques latins et indigènes. Ainsi, en croisant les informations que l’on tire à la fois du statut juridique, de l’origine des noms et de la chronologie, on parvient à ce résultat, essentiel pour l’historien, qui est de connaître la manière dont les sociétés provinciales (ici, la société lémovice) ont réagi devant la romanisation, comment elles se sont ou non intégrées, bref, de mesurer comment elles se sont ou ne se sont pas réellement romanisées.

  • 13 PAR[---] Quarta (CIL, 1423), C. P[---] [---]leus (CIL, 1547) et S. P[---] Lepidus (ILTG, 187) ne pe (...)
  • 14 Mon hésitation vient de CIL 1437 qui met en scène un couple de Iulii, Iulius Attiolus et Iulia Avit (...)
  • 15 Inscriptions funéraires (étrangers exclus) : 6 (CIL, 1404, 1406 ; ILTG, 176 ; ILTG, 180 ; BSAHL, 19 (...)

8Arrêtons-nous d’abord sur les gentilices. Ces noms, qui désignent des citoyens romains, sont au nombre de 25, dont 22 seulement sont intelligibles13. Ils font connaître 40 ou 41 familles lémovices citoyennes14. Pour tenter de cerner d’éventuelles évolutions, j’ai réparti les 64 textes actuellement utilisables en deux groupes chronologiques. Le premier va paraître bien arbitraire, puisque j’y ai rangé tous les textes, funéraires ou non, qui ne contiennent pas la formule D(is) M(anibus) et M(emoriae), soit 25 inscriptions15 que je date approximativement avant 180/200 ap. J.-C. Le second, postérieur à cette date, rassemble les épitaphes introduites par cette formule, soit 39 documents. Examinons les résultats :

1. Avant 180/200

  • 16 CIL, 1404, 1406 ; ILTG, 174, 180 ; CIL, 1448 ; SRA, Bilan... p. 43 ; CIL, 1429, 1439, 1698-1700 + G (...)

9Les textes retenus font connaître 10 familles citoyennes16, qui portent les gentilices suivants : six d’origine latine (Aemilius, Annius, Claudius, lulius, Sulpicius, Vilius), deux de formation patronymique (Iustinius, Taurius) et un d’origine discutée (Licinius), latin ou Decknamen, sur lequel je reviendrai plus tard.

2. Après 180/200

10La relative abondance (24 familles !) des gentilices m’a fait les répartir en deux catégories : d’un côté ceux qui proviennent de la capitale de la cité, de l’autre ceux qui sont issus de l’ager.

  • 17 CIL, 1394, 1396, 1409 (= ILTG 175), 1389,1403,1414a (= ILTG 178), 1414b (= ILTG 177), 1395, 1411, 1 (...)
  • 18 CIL, 1389 (Proculeius), 1394 (Sabineius), ILTG 179 (Seneci [---]). Ce dernier nom peut se restituer (...)
  • 19 CIL, 1423,1424, 1431, 1432, 1433, 1436, 1437, 1440, 1447, 1456, 1457 et 1458, ILTG, 182 et 187, et (...)
  • 20 Peut-être un Decknamen ? (Weisgerber, p. 130).
  • 21 Le cognomen d’origine est apparemment Reginus signalé par Kajanto (p. 316), mais il faut plutôt pen (...)

11Limoges fournit dix noms17. Six sont latins (Annius, Antonius, Caesius, lulius, Maevius et Sulpicius), un est assurément de formation patronymique (Geminius, tiré du cognomen Geminus qui peut avoir été celui de son patron si Geminius Anthus est bien un affranchi), trois sont indéterminés (Proculeius, Sabineius et Seneci [...]), latins, de formation patronymique sur cognomen latin, ou Decknamen18. Dans le territoire de la cité apparaissent 14 nomina19. Sept sont latins (Aemilius, Cassius20, Cornelius, Flavius, lulius, Pompeius, Sulpicius), trois sont des gentilices patronymiques, deux d’apparence latine (Marcellius et Virilius) et un (Reginius) d’origine indigène21. Te[]gen(ius) enfin est indéterminé. En ajoutant aux familles citoyennes les trois personnages, une femme et deux hommes, cités à la note 13, on obtient un total de 14 familles à Limoges (sur 16 textes retenus) et de 1 8 ou 19 (voir note 14) dans le territoire (sur 24 textes).

12Une aussi modeste matière ne peut évidemment suggérer que des remarques limitées. Il me semble cependant s’en dégager plusieurs sujets de réflexion.

  1. À l’évidence, la distinction (dans la catégorie avant 180/200) entre capitale et territoire n’apporte rien ici : la répartition des gentilices (latins ou patronymiques) est purement fortuite.

    • 22 Sur ce thème, voir les intéressantes observations de G. Woolf, Monumental Writing and the Expansion (...)
    • 23 D’après le Nomenclator, ce gentilice, abondamment représenté dans les provinces danubiennes (où il (...)

    Entre le ier et le iiie siècle, le nombre des familles citoyennes paraît avoir augmenté : on passe de 10 (pour 25 inscriptions, soit 40 %) à 33 ou 34 (pour 40 inscriptions, soit 85 % environ). Si les pourcentages ont un sens, ce serait peut-être celui de montrer que l’épigraphie limousine est plutôt le fait des gens romanisés22. Je note – hasard ou réalité ? – qu’il n’y a pas d’Aurelii en Limousin23. Si cela n’est pas dû à la disparition des documents épigraphiques, deux hypothèses se présentent : ou bien le gentilice – le même pour tous désormais ? n’est pas indiqué, et donc on devra supposer que nombre de porteurs de noms uniques sur les inscriptions les plus récentes sont en fait des pérégrins naturalisés par l’édit de 212 ; ou bien ces gens n’ont pas adopté le gentilice impérial de Caracalla. Dans les deux cas, le résultat est le même puisqu’il n’est pas possible d’identifier les nouveaux promus.

    • 24 Idéalement, c’est le seul que l’on devrait retenir parce que c’est le plus significatif pour juger (...)
    • 25 À l’exception de Geminius (62 mentions au Nomenclator), ces noms sont réellement peu connus, dépass (...)
    • 26 Ainsi pour Iustinius (9 mentions sur 13), Reginius (5 sur 6), Sabineius (5 sur 7) ou Senecianius (6 (...)
    • 27 Ce n’est pas le cas chez les Ubiens de Weisgerber et leurs voisins, non plus que chez les peuples d (...)

    Moins aléatoires sont les observations que l’on peut tirer de l’examen des gentilices eux-mêmes. Pour faciliter les choses, j’ai dressé deux tableaux. Sur le premier (fig. 1), j’ai fait figurer les 24 noms dont j’ai déjà parlé, classés selon le type (groupe 1, gentilices latins ; groupe 2a, gentilices patronymiques sur nom latin ; groupe 2b, gentilices patronymiques sur nom indigène), selon la localisation et selon la période. J’y ai ajouté la répartition des textes selon le nombre des individus et celui des familles24. Sur le tableau 2, j’ai placé les noms d’origine latine apparus en Limousin, accompagnés de l’indication de leur taux de fréquence dans diverses régions de l’Occident romain européen. Je n’insisterai pas sur la figure 1, qui étale surtout la médiocrité de l’échantillon, et l’apparente vigueur des Iulii encore au iiie siècle (9 individus sur 11, dont aucun ne porte de prénom). On voit aussi que les gentilices patronymiques sont plus nombreux dans la seconde période, surtout si l’on comptabilise avec eux les trois noms que j’ai laissés dans la catégorie des indéterminés. Mais même dans ce cas, j’observe néanmoins que ces gentilices rares25, dont certains sont même franchement inconnus hors des Trois Gaules26, restent inférieurs en nombre aux nomina latins27.

    • 28 Weisgerber, p. 176-177 (cf. p. 127-134) : Iulius viendrait de Iullus dans lequel Schulze (p. 24) re (...)
    • 29 Les récents pointages effectués par J.M. Abascal Palazón (Los nombres personales en las inscripcion (...)
    • 30 Les très pratiques tableaux dressés par R. C. Knapp (The origins of provincial prosopography in the (...)

    Précisément, cela invite à s’attarder un peu sur ces derniers, si courtes que soient nos listes. Comme partout (fig. 1 et 2), Iulius vient en tête. Personnellement, même si l’hypothèse qu’il s’agisse d’un Decknamen28 n’est pas à écarter systématiquement, je suis convaincu qu’il faut chercher ailleurs les raisons de ce succès. Hormis ce cas un peu particulier, on trouve d’abord chez les Lémovices des gentilices peu représentés en général dans le reste de l’Occident. Ces gentilices d’ailleurs se répartissent en deux groupes. Le premier comprend des noms effectivement rares ou assez rares dans les provinces concernées : Caesius, Maevius, Vilius et aussi Annius, toutefois mieux diffusé que les précédents (voir la figure 2). Il y a ensuite des noms dont la répartition est inégale selon les provinces, certains connaissant même, localement, une réelle illustration (Antonius, Cornelius, Flavius, Licinius, Pompeius) : on constate qu’Antonius est davantage porté dans les provinces danubiennes et en Gaule Chevelue (hors du domaine aquitain), que Cornelius est très bien placé, outre la péninsule Ibérique29, en Narbonnaise30 et en Cisalpine, que Flavius, assez bien répandu partout, ne l’est pas en Narbonnaise, que Licinius apparaît surtout en Bétique, en Tarraconnaise et en Narbonnaise. Pompeius, enfin, connaît sa meilleure diffusion en Narbonnaise et en Aquitaine (fig. 2). Comme toujours, il s’agit de savoir si des informations tirées d’une base documentaire le plus souvent réduite ont un sens ou non, autorisent ou non des conclusions crédibles. Je crois que oui parce que deux autres gentilices versés au dossier en renforcent à mon sens la valeur. Il s’agit de Claudius et de Sulpicius.

  • 31 Il s’agit de l’inscription inédite apparue en Haute-Vienne présentée dans le Bilan Scientifique du (...)
  • 32 Comme par exemple Pompeius chez les Pétrucores, Cornelius à Aix-en-Provence, Licinius à Orange, Cae (...)
  • 33 Une enquête partielle que j’ai réalisée à travers les indices du CIL XIII, les ILTG, l’Année Épigra (...)
  • 34 Mais cette Italie comprend aussi les inscriptions des provinces des Alpes, ce qui n’est pas sans im (...)
  • 35 Sur ces questions, je renvoie aux articles décisifs d’A. Chastagnol, réunis sous le titre La Gaule (...)
  • 36 Les Sulpicii de Périgueux (ILA Pétrucores), sont des personnes en déplacement venues de Narbonne.
  • 37 Tacite, Histoires, I, VIII, 1 (Galliae... obligatae recenti dono romanae civitatis...) ; Plutarque,(...)
  • 38 Tacite, Ann. XV, 32 (en 63).
  • 39 A. Chastagnol, Le problème de la diffusion du droit latin dans les Trois Gaules, dans La Gaule roma (...)

13Dans l’état actuel du corpus lémovice, c’est-à-dire avant révision des textes encore existants, Claudius n’a produit qu’un seul exemple31. Sulpicius est, lui, beaucoup mieux représenté (fig. 1) puisqu’il totalise 9 individus appartenant à 5 familles. On peut supposer que, comme le montrent de très nombreux exemples gaulois et hispaniques, il était chez les Lémovices un des gentilices dominants32. Mais il faut, à mon sens, dépasser le niveau du simple enregistrement d’une donnée numérique. Si l’on examine en effet la répartition des Claudii et des Sulpicii en Occident, on s’aperçoit que le premier est assez fréquent en Aquitaine33 et en général dans les Trois Gaules, et, secondairement, en Italie du Nord34 et dans les provinces danubiennes occidentales. Des promotions personnelles que l’on sait avoir été nombreuses, la diffusion éventuelle du droit latin sous le règne de l’empereur Claude, peuvent expliquer la relative abondance des Tiberii Claudii dans l’onomastique régionale35. Sulpicius est plus intéressant encore : peu répandu en Lyonnaise et en Gaule du Nord et de l’Est, il vient au deuxième rang des gentilices les plus courants en Aquitaine, très loin derrière Iulius, mais avant Claudius et Pompeius (voir la note 33). Quand on relève qu’il n’a connu dans le reste des provinces occidentales qu’une diffusion médiocre (fig. 2) alors que, dans les villes d’Aquitaine – en tout cas celles que j’ai prises comme référence – il apparaît, outre le Limousin, chez les Santons, les Arvernes, les Vellaves et les Bordelais36 – on ne peut s’empêcher de penser à la manière dont, selon Tacite et Plutarque, certaines parties de la Gaule avaient reçu, en 68, divers avantages refusés à la Gaule militaire du Nord-Est. Parmi ces avantages, il y aurait eu, selon nos sources, le droit de cité romaine37, chose difficile à croire. En revanche, on pensera volontiers au droit latin, que Néron, peu de temps auparavant, avait accordé à la province des Alpes-Maritimes38. Si mon raisonnement est correct, il devient vraisemblable d’imaginer que l’octroi du droit latin à l’ensemble des Gaules entre les censures de Claude en 47/48 et de Vespasien et Titus en 73/74 (l’accord paraît bien se faire aujourd’hui sur ce point), a été réalisé par étapes, et que Galba a personnellement favorisé au moins les cités d’Aquitaine situées au nord de la Garonne. Le fait que, dans ces cités, le nomen de Sulpicius apparaît sur certaines inscriptions sous une forme abrégée (SVLP/SVL) sans que la chose soit imposée par les dimensions du champ épigraphique, peut constituer un indice pour apprécier la réalité de cette faveur39.

– Fig. 1. Gentilices. Individus/familles. –

– Fig. 2. Classement des gentilices représentés en Limousin d’après leur rang de fréquence dans diverses régions de l’Occident romain européen. –
Sources : (1) Indices du CIL XIII, des ILTG, de l’Année Épigraphique et des ILA Santons, Vellaves, Pétrucores. (2). M. Le Glay et A. Audin, Gentilices romains à Lugdunum, dans Rev. Arch, de l’Est, XXIV, 1973, p. 537-544. (3) Weisgerber, p. 69-103. (4) R. C. Knapp, The Origins of Provincial Prosopography in the West, dans Ancient Society, 9, 1978, p. 187-222, tableau, p. 222. (5) Lettres C à V : Nomenclator Provinciae Europae Latinarum et Galliae Cisalpinae, par A. Mócsy, R. Feldmann, E. Marton et M. Szilágyi, Budapest, 1983. Lettres A et B, Onomasticon Provinciarum Europae Latinarum, B. Lörincz et F. Redö éd., Budapest, 1994. (6). R. C. Knapp, tableaux p. 218 et 222. (7) J.M. Abascal Palazón, Los nombres personales en las inscripciones latinas de Hispania, Murcie, 1994. (8) Statistiques tirées de Weisgerber, p. 139-140 et des indices du CIL VI.

  • 40 Personennamen, p. 69.
  • 41 Schulze, p. 267, que complètent quelques mentions au CIL XI.
  • 42 Schulze, p. 423, 519 ; cf. G. Alföldy, Personennamen, p. 58, qui souligne qu’en Dalmatie il est sur (...)

14Si donc on reconnaît que la répartition des gentilices n’est pas due au simple hasard de la conservation des textes, on doit se demander ce qui motive leur apparition dans nos listes. J’ai signalé que le corpus lémovice offre deux séries de nomina latins qui se distinguent l’une de l’autre par leur plus ou moins grande fréquence. Dans la première figurent Caesius, Maevius et Vilius, accessoirement Annius et Cassius. Caesius (169 mentions à Rome, à l’index du CIL VI) se rencontre en Italie centrale et en Campanie. Le Nomenclator en connaît 50 exemples en Italie du Nord et 24 dans la péninsule Ibérique, tandis que G. Alföldy le dit “commun partout” tout en relevant40 que nombre de porteurs sont Italiens. Maevius est rare à Rome, mais apparaît aux indices des CIL IX et X, c’est-à-dire dans l’Italie centro-méridionale. Vilius, enfin, rare aussi à Rome, est plutôt d’origine étrusco-ombrienne41. Tout en étant relativement peu fréquent, Annius, dont l’origine italienne est assurée42, a connu une meilleure diffusion un peu partout. Cassius, enfin, bien présent en Italie du Nord et dans les provinces danubiennes, vient au treizième rang en Narbonnaise, et au dixième dans les Trois Gaules (fig. 2).

15Quant aux noms de la seconde série (Aemilius, Antonius, Cornelius, Flavius, Licinius, Pompeius), j’ai déjà relevé que leur répartition est variable selon les régions et les provinces. Comment, maintenant, expliquer la présence, dans la cité des Lémovices, de noms aussi divers, célèbres ou obscurs, largement répandus ou peu courants, dont la plupart, au surplus, apparaissent dans les textes les plus tardifs ? Sans privilégier indûment telle ou telle hypothèse, examinons successivement les explications possibles :

  1. Les noms rares renvoient surtout à l’Italie. On pensera à des soldats légionnaires démobilisés, à des descendants de ces derniers, à des familles venues chercher en Gaule un sort meilleur ou encore à des affranchis. Leur apparition dans des inscriptions dont aucune ne semble remonter plus haut que le iie siècle interdit évidemment de situer dans le temps l’époque de ces installations, mais il paraît néanmoins clair qu’ils ne désignent pas des choix onomastiques locaux.

    • 43 La cité des Pétrucores offre une illustration remarquable de cette situation : alors que les A. POM (...)

    C’est un peu la même impression que l’on retire de la série Annius, Cassius, Pompeius ou Cornelius : la zone de plus grande diffusion de ces gentilices, Cisalpine et/ou Narbonnaise, invite à chercher de ce côté l’origine lointaine ou proche de certaines familles lémovices. Mais on ne peut pas non plus rejeter l’idée qu’il s’agisse là de gentilices retenus pour leur côté flatteur par des notables locaux43.

    • 44 Foreign Clientelae (264-70 B.C.), avec (p. 309-321) quelques informations sur les membres des grand (...)
    • 45 Il a dû y avoir des clientèles diverses peut-être déjà avant, mais plus sûrement pendant et après l (...)

    Avec Aemilius, Antonius, lulius ou Licinius, nous allons dans une autre direction de recherche, celle d’une éventuelle relation entre les porteurs de ces gentilices et les grandes familles républicaines dont leurs ancêtres auraient été les clients. Ce phénomène a été étudié, il y aura bientôt un demi-siècle, par E. Badian44. Mais si l’on peut l’admettre pour certains cas d’espèce45, l’hypothèse selon laquelle tous ces noms auraient pour origine l’entrée de notables lémovices dans la clientèle de personnages illustres ne saurait néanmoins s’appliquer à tous. Sorti de là, et hors les cas de possibles déplacements internes ou de migrations de gens venus de l’extérieur, il n’y a que peu de solutions envisageables :

  • 46 Die Namen der Ubier, p. 127-132.
  • 47 Gaulish Personal Names, p. 359-360 et n. 6.
  • 48 C’est le terme utilisé par Weisgerber (p. 135). Quoique l’on comprenne parfaitement ce qu’il entend (...)

161. Certains de ces gentilices sont des noms de couverture, des Decknamen, comme l’écrit J.-L. Weisgerber (à ma connaissance, le terme est de lui). Il s’agit de noms qui sont en réalité des patronymes gaulois ou celto-germaniques mais dont l’aspect tout à fait latin s’explique par assonance ou simple traduction46. Dans la liste qu’a établie ce savant figurent notamment lulius (p. 176-177) et Pompeius (p. 182 ; sur le gaulois pempê = cinq ?), mais peut-être aussi Annius (p. 182), Antonius (p. 132) et Cassius (p. 131). Entrerait aussi dans la série Licinius, non expressément signalé comme Decknamen par Weisgerber, mais que la caution d’Evans47 autorise à ranger dans cette catégorie. En somme, tout ou presque s’expliquerait par des phénomènes de simple translation d’une langue à l’autre, et, finalement, ces gentilices ne seraient que des “pseudo-gentilices”48.

17Une telle opinion va tout à fait dans le sens de ce que mettent en relief les faits de dévotion ou l’architecture “gallo-romaine”, c’est-à-dire l’exploitation de modèles, de représentations ou de structures importés parfaitement assimilés, utilisés aux fins d’exprimer des croyances ou des schémas mentaux profondément enracinés dans les traditions locales. Même dans la période de fièvre romanisante quelle manifeste au iie siècle, l’architecture, par exemple, n’a jamais négligé cet aspect : l’exemple de la Tour de Vésone à Périgueux en témoigne éloquemment. Bref, comme dans tout le domaine culturel, l’habillage latin de l’onomastique locale traduit à la fois les ouvertures et les maintiens qui ont fait la civilisation gallo-romaine.

  • 49 Pour les références, voir la légende de la fig. 2.
  • 50 Ainsi, pour la colonne 1, consacrée à l’Aquitaine septentrionale, le gentilice classé premier (Juli (...)

182. Tout en étant moi-même absolument convaincu de la vigueur de l’enracinement des élites indigènes dans des traditions jamais reniées, et quoique je sois très sensible à la valeur des arguments développés par Weisgerber, je ne peux cependant m’empêcher de penser que les prendre systématiquement à la lettre risque aussi de fausser notre vision des choses. J’ai en effet le sentiment que, au moins en Aquitaine, en tout cas dans les grandes cités où l’attraction romaine était très forte, la conjugaison des noms importés d’Italie ou de Narbonnaise et du prestige historique qui s’attachait à tel ou tel d’entre eux explique, mieux que le recours au fond local, l’état de nos listes. La preuve me semble en être administrée par quelques simples comparaisons : dans les colonnes de la figure 3a, j’ai porté, pour diverses cités et provinces de l’Occident49, le classement, selon la fréquence de leur apparition dans les inscriptions, des gentilices représentés chez les Lémovices. Ce premier tableau est accompagné d’un second (figure 3b) dans lequel ces gentilices apparaissent avec la mention de leur rang, à Rome cette fois50. Parmi les divers sujets d’intérêt que l’on voit s’y révéler, je retiendrai quelques faits.

  1. Les cités de l’Aquitaine du Nord (dont les Lémovices) se distinguent par la place remarquable qu’y occupe le gentilice Sulpicius.

  2. Les gentilices impériaux (mal représentés sans doute – sauf Iulius – en Limousin, on l’a vu, probablement à cause du petit nombre des textes conservés) comptent, dans l’Occident romain (y compris en Italie du Nord) parmi les plus communs sauf en Narbonnaise et dans la péninsule Ibérique.

    • 51 Ainsi, en Aquitaine, Sulpicius, et, secondairement, Pomponius ; Cassius et, à un moindre degré. Dom (...)
    • 52 Qui sont, rappelons-le, majoritaires dans notre petite liste limousine (au minimum, 14 sur 24).
    • 53 Un tel trait de vanité ne peut surprendre : si l’Histoire Auguste dit vrai, l’empereur Tacite (275- (...)

    Surtout, à l’exception des gentilices typés, c’est-à-dire des gentilices qui ont connu localement ou dans un certain domaine régional ou provincial un succès particulier51, on voit nettement s’afficher que, en gros, les douze gentilices les plus portés dans toute la partie occidentale de l’Europe romaine figurent dans la liste des treize mieux classés dans la capitale. Autrement dit, ces tableaux montrent que, à quelques nuances près, les mêmes noms se retrouvent à peu près partout, et à peu près avec la même fréquence. Comme il ne viendrait à l’idée de personne que cela soit à mettre au compte de quelque formidable exode des Romains de la capitale vers les cités les plus reculées de l’Occident, il faut bien se rendre à l’évidence : ce que livrent les tableaux de la figure 3, c’est le résultat des choix onomastiques opérés par les familles indigènes. Et si ces noms latins52 sont, en gros, les mêmes qu’à Rome, cela signifie que, quelque pression qu’ait exercée le fond local sur les individus, ces derniers, au moment où, devenus citoyens, il leur a fallu prendre un nomen, se sont le plus souvent tournés vers des noms qui, plus que d’autres, étaient des signes d’appartenance à la romanité la plus authentique. Iulius, Licinius, Pompeius, voire Antonius ou Cassius, sont peut-être des Decknamen, ils n’en étaient pas moins des noms illustres de l’histoire de Rome. Comme Aemilius ou Cornelius, ils conféraient – ou étaient censés conférer – à ceux qui les portaient un prestige particulier : suggérer une naturalisation ancienne ou mieux encore, qui sait ? laisser croire à quelque reluisante origine53. Pour moi donc, aucun doute que tous ces gentilices sont des gentilices de standing et que le mobile principal de leur choix a été, pour quantité de provinciaux parvenus à la citoyenneté, de “faire romain”. Bref, plus que de la volonté de se raccrocher à des racines profondes, ils témoignent, je crois, de simples phénomènes de vanité sociale.

– Fig. 3a. Répartition des gentilices les plus courants dans quelques cités et provinces de l’Occident romain européen. –

– Fig. 3b. Répartition des noms les plus courants d’après leur classement à Rome. –
[Rome : 1, Iulius ; 2, Aurelius ; 3, Claudius ; 4, Flavius ; 5, Aelius ; 6, Valerius ; 7, Cornelius ; 8, Vlpius ; 9, Caecilius ; 10, Amilius, Antonius, Iunius ; 13, Annius, Fabius, Licinius, Pompeius, Marcius, Octavius ; 19, Domitius ; 20, Pomponius ; 21, Marius ; 22, Terentius ; 23, Petronius ; 24, Vettius ; 25, Cassius, Sulpicius ; 27, Attius, Acilius, Apuleius, Atilius, Furius, Publicius ; 33, Caesius ; 34, Rutilius ; 35, Cavius, Lollius, Munatius ; 38, Baebius, Lucretius, Naevius, Rubrius, Titius, Turranius].

  • 54 Souvenons-nous que le prénom ne se porte plus guère à partir du milieu du iie siècle au moins (mais (...)

19Parce que le cognomen (surnom) est, sous le Haut-Empire, le véritable nom distinctif des citoyens romains54 et que les pérégrins se désignent par un nom unique, il nous faut examiner maintenant cette partie de la dénomination de nos Lémovices : on peut supposer qu ici vont se révéler, plus visiblement qu’à travers les gentilices, les ouvertures et les maintiens. Pour mieux repérer les témoignages les plus importants, j’ai réparti les 46 cognomina et les 40 noms uniques identifiés en six catégories : 1 : cognomina ou noms uniques latins ; 2 : cognomina ou noms uniques latins communs en milieu celtique parce que particulièrement appréciés, pour des raisons qui ne sont pas toutes nécessairement religieuses ; 3 : Decknamen ; 4 : cognomina ou noms uniques indigènes (celtiques ou celtogermaniques) ; 5 : cognomina ou noms uniques “orientaux” ; 6 : types indéterminés.

Les cognomina des citoyens romains

20Comme je l’ai fait pour les gentilices, j’ai réparti en deux catégories les 46 surnoms conservés : avant et après 180/200 ap. J.-C.

Avant 180/200 (14 surnoms)

  1. : Insidiator (CIL 1404), Insidiola (id.), Iulianus (CIL 1448), Legitimus (CIL 1349 = ILTG 189 bis), Priscina (SRA, Bilan scient. 1993, p. 43) et Ultor (CIL 1698-1700).

  2. : Sabinus (CIL 1698-1700), Silvanus (ILTG 174), Taurianus (id.) et Tauricus (CIL 1698-1700).

  3. : Virilis ? (CIL 1422).

  4. : Apinossus (CIL 1439 = ILTG 189 bis) et Venilia (id).

  5. : aucun.

    • 55 Mais la pierre est perdue et la restitution de P. Wuilleumier est incertaine.

    : Aurilio (ILTG 180)55.

21Il y a peu à tirer d’une quantité aussi réduite de témoignages dont cinq concernent de grands notables (ILTG 174 et CIL 1698-1700). Tout au plus remarquerons-nous que les cognomina de ces derniers sont presque tous (quatre sur cinq) d’un provincialisme marqué, ce qui n’étonnera pas chez des gens dont les familles (en tout cas, au moins les Taurii) avaient accédé à la citoyenneté par le biais du droit latin. Dans le groupe 3, Virilis – qui a donné le gentilice Virilia d’une inscription corrézienne (CIL 1458) – est rangé par Kajanto (p. 257), après Holder, parmi les noms d’origine celtique (de même, Evans, p.477).

Après 180/200 (32 cognomina)

  1. Alpina (CIL 1447), Alpinus (CIL 1431), Anniola (CIL 1396), Apollinaris (CIL 1394), Attiolus (CIL 1437), Fidus (CIL 1411), Lepidus (ILTG 187), Liberinus (ILTG 177), Origanio ? (CIL 1412), Paulina (CIL 1395), Quarta (CIL 1423) et Victor (ILTG 182).

  2. Avita (2 ex. : inédit, Ahun ; CIL 1437), Caper (ILTG 179), Lupa (CIL 1458), Pacatus (CIL 1389) et Sabinianus (CIL 1394).

  3. Regina ? (CIL 1413).

  4. Annonia (CIL 1403), Audio (CIL 1411), Cintusmus (CIL 1436), Combricus (CIL 1456), Demionca (ILTG 175), Mallonia (ILTG 182), Nertinus (CIL 1432), Regenus (CIL 1413), Titullus (ILTG 178) et Togimarus (CIL 1395).

  5. Anthus ? (CIL, 1396), Irenaeus (CIL 1389) et Narcissus (CIL 1424).

  6. Anniola ? Anthus ?

  • 56 Dans lequel je suis enclin à ne pas suivre les suggestions de Weisgerber qui pense à un éventuel De (...)
  • 57 Sans en faire absolument partie, ces cognomina sont donc proches des Decknamen.

22Il y a dix ou onze surnoms latins, peut-être douze si Anniola est bien, comme je le crois, le diminutif régulièrement tiré du gentilice latin Annius56. Pour leur part, les groupes 2, 3 et 4, c’est-à-dire ceux qui témoignent de la vigueur du fond indigène, totalisent 17 mentions, également partagées entre une forme latine57 et une forme indigène latinisée.

Les noms uniques

23La liste de ces noms est à peu près égale en nombre à la précédente : aux 40 qui sont complets s’ajoutent quatre autres plus ou moins bien conservés. Comme précédemment, nous isolerons l’un de l’autre les deux groupes chronologiques, avant et après 180/200.

Avant 180/200 (20 noms)

  1. Donata (BSAHL 1969), Lepidus (CIL 1421), Lepidianus (id.), Lucanus (CIL 1446) et Postumus (TAL 1990).

  2. Sabinus (ILTG 186a) et Sacer (CIL 1452).

  3. Aliius (ILTG 176).

    • 58 C’est-à-dire fille de Donata (Donat-icna). Evans fournit plusieurs exemples de ce type de formation (...)

    Atarillus (Gallia 1967), Bodocenus (CIL 11163a), Calenus (CIL 1453), Carissa (ILTG 186a), Donaticna (BSAHL 1969 = AE 1969-1970, 393)58, Dumnorix (TAL 1990), Ioblicus ( ?) (ILTG 176), Sumenu[---] (CIL 1430), Taranuen[---] (ILTG 185), Vericus (CIL 1446) et Viduco (CIL 576).

    • 59 Probablement un affranchi, bien que la lecture du texte (perdu) soit incertaine.

    Atimetus (CIL 1430)59.

24En additionnant les résultats des groupes a et b, on conclura que les quelques familles lémovices citoyennes que nous connaissons ont utilisé dans leur dénomination des cognomina qui étaient plutôt latins, mais sans renoncer au patrimoine onomastique local.

Après 180/200 (24 noms)

  1. Inventa (CIL 622), Iunianilla (ILTG 190), lunianus (id.), Iunius (id.) ; Marcianus (BSAF1994), Martinus (CIL 622), Paulinus (2 pers. CIL 1442 = ILTG 189 ter), Simplex (CIL 1434) et Velox (CIL 1399).

  2. Paternianus (ILTG 175).

  3. 0.

    • 60 Voir ci-dessus note 56.

    Annaillus (CIL 1397)60, Apinossa (CIL 1398), Camuliolus (ILTG 188), Carigo[---] (CIL 1438), Divixtus (CIL 1400), lullitta (CIL 1413), Matulla (CIL 1408), Moxius (CIL 1400), Nertacus (2 pers. CIL 1442) et Sinturo (CIL 1434).

  4. 0.

    • 61 On peut hésiter entre le diminutif dérivé de Annius latin et une forme tirée de Ann- peut-être celt (...)

    Anniola ? (CIL 1397)61 ; [---]name[---] (CIL 1398).

Remarques

25Pour résumer les données de ces trop brèves listes, dressons un tableau des informations recueillies (fig. 4).

  • 62 Anniola et Anthus, qui apparaissent donc deux fois dans cette colonne.

Note 6262
– Fig. 4. –

26Je ne me risquerai pas à commenter la faible proportion dès cognomina indigènes chez les citoyens romains avant 180/200, car cela n’a pas grand sens, compte tenu de la médiocrité de l’échantillon. Si les 90 noms retenus dans l’ensemble des deux groupes (34 avant 180/200 et 56 après) justifient quelques remarques, je dirai qu’il ressort du tableau l’impression d’une société mixte, romanisée sans reniements, bref d’une culture de synthèse, du moins celle de la partie romanisée de la population, la seule que nous puissions réellement atteindre.

  • 63 C’est-à-dire qu’ici la transmission du nom ne fait pas passer du celtique au latin, mais du latin à (...)
  • 64 On ne voit plus aujourd’hui que la partie gauche de l’inscription, dont les dimensions imposantes ( (...)

27Ces précautions étant prises, je crois néanmoins que notre vision de [cette partie de] la société lémovice est plutôt correcte, car elle est confortée par ce que notre pauvre documentation nous révèle de la pratique onomastique, puisque, assez souvent, les inscriptions nomment au moins deux et parfois plusieurs personnages. Dans nombre de cas, on constate que les usages onomastiques privilégient les formes mixtes. Prenons quelques exemples. Chez les citoyens d’abord : on ne sera pas étonné de rencontrer, après 180/200 comme avant, un couple gentilice latin + cognomen celtique, ainsi pour C. Annius Togimarus (CIL 1395), Julia Annonia (CIL 1403), Antonia Demionca (CIL 1409), Sulpicius Aucilo (CIL 1411), Sulpicius Regenus (CIL 1413), Iulius Titullus (ILTG 178), lulius Cintusmus (CIL 1436), Sulpicius Apinossus et Sulpicia Venilia (CIL 1439), Iulia Mallonia (ILTG 182) ou Aemilius Combricus (CIL 1456). Si l’on ajoute à cela les formations patronymiques et les cognomina latins assez typés pour être même des Decknamen (ainsi chez les Taurii de ILTG 174, chez les Ucinii de CIL 1698-1700, ainsi pour Virilia Lupa de CIL 1458) sans oublier Marcellius Nerdnus (CIL 1432) au surnom celtique latinisé, on voit bien se confirmer le caractère vraiment “gallo-romain” de ces dénominations, caractère que l’on retrouve pareillement chez les pérégrins. En effet, si CIL 1400 met en scène deux noms celtiques (ceux de Divixtus et de son père Moxius), on rencontre aussi Vericus, père de Lucanus (CIL 1446) et Simplex, fils de Sinturo (CIL 1434), passages du celtique au latin d’une génération à l’autre qui pourra s’interpréter comme caractéristique de la volonté de ces deux familles de manifester leur désir d’intégration culturelle. Relevons encore ILTG 190, sur laquelle lunianus (le fils) élève une pierre tombale à ses parents lunius et Iunianilla, et CIL 1421, ex-voto déposé par un Lepidianus, fils de Lepidus. Restent deux textes qui sont à mon sens les plus intéressants : BSAHL 1969, où Donaticna donne une épitaphe à sa mère Donata63, et surtout CIL 1442, de La Souterraine, en Creuse64 : le dédicant de ce monument funéraire familial (qui ne nomme que des hommes) spécifie que celui-ci a été élevé par lui, Nertacus, à la mémoire de son grand-père Nertacus, de son père Paulinus et de son fils Paulinus. Ainsi dans ce cas, on aboutit à un enchaînement nom celtique – nom latin – nom celtique – nom latin, qui me paraît montrer que, au moins dans la famille concernée, le respect de traditions onomastiques solides (qui font donner au fils le nom de son grand-père), l’emportait manifestement sur les préoccupations culturelles. Autrement dit, comme les citoyens romains, les pérégrins utilisaient, sans états d’âme apparemment, leur double patrimoine onomastique.

  • 65 Cette manière est assez commune en Gaule et apparaît plutôt sur les épitaphes tardives ou relativem (...)
  • 66 Par exemple chez les Pétrucores et les Santons, mais également dans tout le domaine occidental : vo (...)

28On peut encore vérifier la chose à travers l’expression de la filiation. La liste des exemples limousins est assez réduite parce que, sur les 22 textes sûrs qui désignent les liens unissant les membres d’une même famille, la plupart (13 au moins car il y a deux textes fragmentaires) indiquent ces rapports sous la forme pater, mater, filius, filial65. Les autres documents sont les suivants : TAL 1990, Postumus, Dumnorigis filius ; BSAHL 1969, Donatae, Donaticna filia ; CIL 1446, Lucanus, Verici filius ; CIL 1421, Lepidianus, Lepidi filius ; CIL 1434, Simplex, Sinturonis (filius). Dans tous ces cas, le formulaire utilisé est le seul possible puisqu’il s’agit de pérégrins, qui expriment par l’indication du nom paternel à la fois leur appartenance à une famille et leur origine libre. Chez les citoyens romains, le hasard fait que les seules mentions connues de la filiation apparaissent chez les membres des grandes familles municipales, les Taurii et les Licinii. Dans les deux cas le fils reprend pour mentionner son père les tria nomina de celui-ci et jusqu’aux charges qu’il a exercées. De telles pratiques, bien connues ailleurs également66, étaient évidemment destinées à célébrer la gloire des dynasties locales dans un contexte totalement romain, mais sous une forme – c’est cela qui nous intéresse ici – qui reprenait de manière développée et ostentatoire les traditions indigènes. Concluons que, là encore, s’exprimait la synthèse culturelle qui caractérise la réaction des élites face à la romanisation.

  • 67 G. Alföldy, Notes sur la relation entre le droit de cité et la nomenclature dans l’empire romain, d (...)
  • 68 Ius Latii in den Stadtrechten von Salpensa und Malaca, dans Corolla Memoriae Erich Swoboda dedicata (...)
  • 69 Voir l’article cité à la note 67, notamment p. 39 et p. 47-57.
  • 70 Armin U. Stylow, Apuntes sobre epigrafía de época flavia en Hispania, dans Gerión, 4, 1986, p. 299, (...)
  • 71 Les choses ont été clairement mises au point par M. Humbert, Le droit latin impérial : cités latine (...)
  • 72 Suétone, Claude, 25, 3.

29Pour terminer, revenons à notre point de départ, c’est-à-dire aux aspects juridiques. Je le disais en commençant, il existe des liens étroits entre la dénomination des gens et leur condition juridique. Théoriquement, on doit donc pouvoir identifier celle-ci au simple examen de la nomenclature des individus que nous font connaître les inscriptions, notamment pour répartir ces derniers entre citoyens et non-citoyens. Les choses sont cependant plus compliquées. D’une part, je le signalais, parce que subsiste une assez grande incertitude sur la forme qu’a prise l’onomastique provinciale d’Occident après l’édit de Caracalla67, et surtout, d’autre part, parce que s’opposent aujourd’hui, sur la question du droit latin, deux doctrines : la première a été nettement formulée par H. Braunert pour qui le statut latin est un statut juridique personnel68, puis par G. Alföldy en 1968 : il existe “dans la population de l’empire entre les cives romani et les peregrini une troisième catégorie, celle des cives latini”, dont la dénomination ressemble à celle des citoyens69. Cette opinion continue d’être soutenue aujourd’hui, notamment dans la péninsule Ibérique70. La seconde doctrine – que je fais mienne – dénie toute existence à cette prétendue citoyenneté latine71 et ne connaît, dans les cités de droit latin, que deux catégories d’habitants : ceux qui sont citoyens romains et ceux qui ne le sont pas, qui sont donc des pérégrins, auxquels, selon le règlement établi du temps de l’empereur Claude72, il est interdit de porter des gentilices romains.

30Cette situation était celle de la cité des Lémovices depuis que – peut-être sous le règne de Galba – elle avait reçu le droit latin. On sait toutefois que l’octroi de celui-ci s’était accompagné, comme partout, de mesures complémentaires destinées à préciser dans le domaine du droit privé – notamment en matière de mariages, héritages, puissance paternelle, droits sur les dépendants – la position respective des citoyens et des pérégrins.

  • 73 À plusieurs reprises, dans le livre I, les Institutes de Gaius font allusion à des personnes qui pe (...)

31Deux inscriptions provenant de Limoges nous font connaître concrètement ces réalités vécues. Bien qu’elles soient toutes les deux introduites par la formule Dis Manibus et Memoriae, mon impression est quelles sont antérieures à l’édit de Caracalla ou, en tout cas, aux modifications de l’état civil que l’application de celui-ci aurait dû entraîner73. Voici ces textes :

  1. CIL 1403 : D-M-ET-M / IVL·ANNONIAE / MAGNVS FIL ET / SIBI-VIVS-POSVIT.

  2. CIL 1413 : D-M / ET M / SVLPIC / REGINAE / SVLPIC REGENVS / PATER ET IVLL1TTA / MATER VIVI ET SIBI / POSVER.

  • 74 Institutes, I, 75 : l’enfant d’un pérégrin et d’une citoyenne est pérégrin (cf. I, 77).
  • 75 Id., Ibid. : l’enfant d’un citoyen romain et d’une pérégrine est pérégrin (cf. I, 78).
  • 76 Id., 1, 56 ; 67 ; 76. Voir A. Chastagnol, À propos du droit latin provincial, p. 104-107. Me fondan (...)

32Ces deux textes illustrent un point de droit qui devait être de ceux qui se trouvaient le plus souvent soulevés : dans une cité de droit latin, quels étaient les effets juridiques des mariages unissant des personnes de conditions différentes ? Deux réponses nous sont offertes ici, correspondant à deux situations opposées : dans le premier cas, Iulia Annonia, la mère, est citoyenne et son fils, Magnus, est pérégrin : dans le second, la fille de Sulpicius Regenus est citoyenne, tandis que sa mère est pérégrine. Les Institutes de Gaius – encore que leur témoignage ne soit pas totalement clair – permettent de comprendre ce qui s’est passé : Magnus est pérégrin parce que son père était de condition pérégrine74. Sulpicia Regina, fille d’un citoyen et d’une pérégrine, aurait dû elle aussi être pérégrine75. Si elle est citoyenne, c’est que son père disposait certainement du conubium, c’est-à-dire de ce droit qui fait que les enfants d’une pérégrine et d’un citoyen suivent la condition du père et sont donc citoyens76.

33Ces deux exemples illustrent bien ce qu’était la relative complexité des statuts des personnes libres à l’intérieur d’une cité de droit latin. Pour finir, je voudrais évoquer deux autres cas qui témoignent peut-être de ce qu’a apporté dans l’onomastique locale l’application de l’édit de Caracalla. Il s’agit encore cette fois de deux inscriptions de Limoges, toutes deux introduites par la formule Dis Manibus et Memoriae :

  1. CIL 1389 : D-M-ET-MEM / T- PROCVLEI / IRENAEI / CAES(ius)-PACATVS / PATER- ET- SIBI / SVISQ(ue)-VIVS [p(osuit)].

  2. CIL 1396 : D-M-ET-M / ANNIAE ANNI/OLAE QVAE VIXIT / ANNOS X ET M (enses) X / GEMIN(ius) ANTHVS / PATER VIVS PO/ S VIT FILIAE CA/RISSIMAE.

34La particularité de ces deux textes est de présenter d’un côté un père et son fils, de l’autre un père et sa fille, tous quatre citoyens romains mais porteurs de gentilices différents. Quelles sont les possibilités d’explication de cette situation, qui semble au premier abord anormale ? Dans le cas de T. Proculeius, on pourrait imaginer que, devenu citoyen par l’exercice d’une fonction municipale (ce qui a entraîné sa propre naturalisation et celle de son père), il a adopté un gentilice particulier. Dans le cas d’Annia Anniola, morte à l’âge de dix ans, il y a plusieurs possibilités : ou bien il s’agit d’affranchis (ce que laisse supposer le cognomen Anthus du père), ou bien la mère était une femme remariée et Geminius Anthus qui se dit pater n’était en réalité que le beau-père d’Anna Anniola. Le plus simple, pourtant, sera de croire que ces personnages – ou peut-être seulement certains d’entre eux ? – ont été naturalisés par l’édit de 212, et qu’ils ont pris ou qu’on leur a donné alors des gentilices différents.

35En fin de compte, pour médiocre qu’il soit en quantité, le corpus des inscriptions du Limousin est plutôt riche d’intérêt. On le savait déjà à travers quelques textes, tels ceux qui mettent en scène les presque fondateurs d’Augustoritum comme Postumus, fils de Dumnorix, puis les grandes dynasties de notables (les Taurii et les Licinii), ou enfin des professeurs-poètes comme Blaesianus le magister. Ces documents, assez fameux, qui mettent un peu de brillant sur l’histoire du Limousin gallo-romain, aident notamment à animer l’urbanisme imposant et l’architecture puissante que les belles recherches de J.-P. Loustaud ont peu à peu révélés.

36Evidemment, ce qui nous est offert ici est beaucoup moins glorieux, mais ces témoignages modestes éclairent un peu pour nous ce qu’ont été les cadres de vie des anciens Lémovices : les cadres juridiques, notamment, mais aussi les pratiques, les habitudes et jusqu’à certaines formes de comportements. Cette épigraphie-là, même si, rappelons-le, elle ne concerne que la partie romanisée de la population, est cependant importante puisque, par elle, nous est donné un autre moyen d’accéder à la connaissance de ce qu’a été la civilisation gallo-romaine.

Notes

1 Limoges-ville, 42 (CIL, 33 ; ILTG, 5 ; autres, 4). Territoire de la cité : Haute(Vienne, 13 (CIL, 8 ; ILTG, 1 ; autres, 4) ; Creuse (moins Evaux), 34 (CIL, 25 ; ILTG, 7 ; autres, 2) ; Corrèze, 10 (CIL, 7 ; autres, 3) ; Dordogne (région de Nontron), 1 (BSAHL, 46, 1896, p. 324 = ILA Pétrucores, 154, aliena). Inscriptions hors de la cité : 5 (Lyon, 3 ; Bordeaux, 2).

2 Limoges-ville, 24 ; territoire, 36 (Haute-Vienne, 6 ; Creuse, 25 ; Corrèze, 5) ; inscriptions hors de la cité, 5 (Lyon, 3 ; Bordeaux, 2). J’ai exclu de mes listes six étrangers dont la dénomination n’a pas eu d’influence sur ce que l’on connaît actuellement de l’onomastique locale.

3 Dans le cadre de la refonte du Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL XIII), qui paraîtra sous la forme des Inscriptions Latines d’Aquitaine (ILA), nous avons entrepris, Jean Perrier et moi, de reprendre ce dossier. Outre le fait, encourageant, que celui-ci s’est augmenté ces trente dernières années de découvertes nouvelles (voir BSAHL, 94, 1967, p. 91 ; id., 96, 1969, p. 68-71 ; Musée Municipal de Limoges, Collection archéologique, 2e éd., Limoges, 1980, p. 70 ; TAL, 10, 1990, p. 27-32, pour Limoges ; pour la Haute-Vienne : Gallia, 25, 1967, p. 322 ; Gallia, 27, 1969, p. 340 ; Gallia, 39, 1981, p. 471, plus une pierre inédite à Jabreilles ; en Creuse, sont apparues (à Ahun) deux inscriptions dont l’une a été signalée dans MSSNAC, 44, 1991, p. 266-267 ; en Corrèze, aux fragments répertoriés par G. Lintz (CAG 19, 2e éd. p. 111 et 177), il faut ajouter BSAF, 1996, p. 214 ; enfin, à Lyon, a été retrouvé (Gallia, 38, 1980, p. 521) un bloc qui complète à droite CIL, 1700 ; on peut espérer aussi que de nouvelles lectures des pierres, mal lues, permettront d’améliorer nos connaissances.

4 Les deux tiers environ des monuments conservés (exactement 60 sur 105).

5 Quoique la prédilection que l’on relève pour les monuments à sommet pyramidal ou à fastigium ouvre d’intéressantes pistes à la recherche des courants d’influence qui ont imposé ces modèles plutôt que d’autres.

6 CIL, 1452. Voir M. Lejeune, Recueil des inscriptions Gauloises (RIG), II, 1, Textes gallo-étrusques. Textes gallo-latins sur pierre, XLVe supplément à Gallia, Paris, 1988, p. 100-106. Les deux mots gaulois (IEVRVDVORICO) s’entendent facilement (=fecit [ou fecerunt ?] porticum/porticus). La seule difficulté réside dans le nom de PEROCO qui peut désigner (RIG, p. 104 et 106) soit la filiation du dédicant (Sacer, fils de Peroco), soit un autre dédicant (avec alors le verbe entendu au pluriel : ieuru[s]), soit enfin un ethnique qu’il faudrait développer en PE[t] ROCO[rios], solution retenue éventuellement par D. E. Evans (Gaulish Personal Names, Oxford, 1967, p. 373) et P.-Y. Lambert, La langue gauloise, Paris, 1994, p. 95.

7 M. Benabou, La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976.

8 Ce clivage est fondamental mais n’épuise pas le sujet. Dans la catégorie des gens libres, il y a ceux qui le sont de naissance, les ingénus (= ceux qui sont nés dans une vraie famille, une gens) et ceux qui le sont devenus (les liberti, esclaves affranchis). Mais il y a aussi une opposition entre les personnes sui iuris et les personnes assez dépendantes (celles qui relèvent du droit civil romain, c’est-à-dire les membres de la famille soumis à la patria potestas, soumission dont le degré est lui aussi variable d’ailleurs), ou très dépendantes (les affranchis).

9 Excepté dans certaines familles où il continue de classer socialement. C’est ce que j’ai cru pouvoir montrer à propos du QUINTOVS de la Maison des Nones de Mars à Limoges (dans TAL, 13, 1993, [p. 53-57], p. 55).

10 CIL, 1430 : Atimetus, “inestimable”.

11 Exemple limousin, celui de Iulius Narcissus (CIL, 1424). Le cognomen Anthus porté par le père d’Annia Anniola (CIL, 1396), s’il n’est pas ici d’origine celtique comme le donne à entendre J.-L. Weisgerber, Die Namen der Ubier, Cologne, 1968, p. 209, pour la forme Antus, peut désigner il est vrai un ancien esclave affublé d’un nom grec (voir H. Solin, Die griechischen Personennamen in Rom, ein Namenbuch, Berlin-New York, II, 1982, col. 1075-1078 : sur 116 personnages recensés à Rome, il y a 67 esclaves et liberti, 2 ingénus et 47 incerti). Weisgerber range d’ailleurs Anthus avec les noms grecs, p. 133.

12 Par exemple, déclarer son origine ingénue (par l’indication du nom de son père) ou sa qualité de citoyen/citoyenne, c’est afficher à la fois un statut et un standing. Les généalogies ostentatoires qui se lisent sur les inscriptions de Tib. Taurius Taurianus à Limoges (ILTG, 174) et des Licinii à Lyon (CIL, 1698-1700 ; Gallia, 38, 1980, p. 521) illustrent tout à fait bien ces phénomènes de vanité sociale.

13 PAR[---] Quarta (CIL, 1423), C. P[---] [---]leus (CIL, 1547) et S. P[---] Lepidus (ILTG, 187) ne peuvent se développer. P désigne peut-être P[ompeius], relativement commun en Aquitaine (notamment chez les Pétrucores voisins) et en Narbonnaise.

14 Mon hésitation vient de CIL 1437 qui met en scène un couple de Iulii, Iulius Attiolus et Iulia Avita son épouse. On ne peut éliminer l’hypothèse d’un mariage contracté par les membres de deux gentes homonymes (cf. Iulius Agricola, le beau-père de Tacite (Vie d’Agricola, IV, 2-3), fils de Iulius Graecinus et de Iulia Procilla), mais comme ils apparaissent dans une inscription introduite par la formule DM ET M, ils pourraient bien être des naturalisés de 212 : leurs cognomina les placent dans une ambiance indigène et ils ont pu adopter alors l’un et l’autre un nom bien ronflant...

15 Inscriptions funéraires (étrangers exclus) : 6 (CIL, 1404, 1406 ; ILTG, 176 ; ILTG, 180 ; BSAHL, 1969, p. 68-71 ; CIL, 1430) ; inscriptions publiques : 2 (ILTG, 174 ; TAL, 10, 1990, p. 27-32) ; inscriptions religieuses : 8 (SRA, 1993, p. 43 ; CIL, 1421, 1422, 1439, 1452 ; ILTG, 185, 186a ; CIL, 1453) ; divers : 3 (Gallia, 1967, p. 322 ; CIL, 1429, 11163a) ; Lyon : 3 (CIL, 1698-1700 ; Gallia, 38, 1980, p. 521) ; Bordeaux : 1 (CIL, 576).

16 CIL, 1404, 1406 ; ILTG, 174, 180 ; CIL, 1448 ; SRA, Bilan... p. 43 ; CIL, 1429, 1439, 1698-1700 + Gallia, 1980, p. 521.

17 CIL, 1394, 1396, 1409 (= ILTG 175), 1389,1403,1414a (= ILTG 178), 1414b (= ILTG 177), 1395, 1411, 1412, 1413 et ILTG 179.

18 CIL, 1389 (Proculeius), 1394 (Sabineius), ILTG 179 (Seneci [---]). Ce dernier nom peut se restituer sous la forme Seneci[onius], d’après le cognomen Senecio, ce qui suggère une origine éventuellement liée à un gouverneur (tel Senecio Memmius Afer, légat d’Aquitaine sous Domitien et consul en 99) par qui (viritim) ou sous le gouvernement de qui (droit latin), un ancêtre de la famille avait obtenu la naturalisation... On peut penser aussi – et c’est sans doute plus vraisemblable – à Seneci [anius], formation patronymique connue en Bretagne ou en Gaule Belgique (Nomenclator), sur Senecianus, attesté en divers endroits de l’Occident romain. Mais Senecio est aussi assez largement répandu dans ces mêmes régions (Nomenclator). Sur une possible – encore que peu sûre – dérivation du gaulois seno- (vieux), voir Weisgerber, p. 179. Dans ce cas (voir Kajanto, p. 16), il s’agirait d’un Decknamen, à rapprocher de Senecius attesté comme nomen ou cognomen/nom unique en divers endroits (Nomenclator), et, tout récemment, sur une inscription tardive de Clermont-Ferrand (F. Prévot, dans BSAF, 1993, p. 184-186). Proculeius est peu fréquent à Rome (12 attestations à l’index du CIL VI), mais le nom est connu dans l’onomastique romaine. Il prend place dans une série bien représentée, celle des noms en -uleius (Schulze, p. 458-460). Weisgerber, p. 139, se fondant sur les références romaines, le classe dans la couche onomastique romano-méditerranéenne. Sabineius (2 exemples au CIL VI) apparaît trois fois en Gaule du Nord (CIL, 5658, 11406 ; CIL V, 6885), une seule fois en Lyonnaise, quatre fois dans le Norique (selon le Nomenclator, mais le nom reste introuvable aux indices du CIL III et des ILLPRON), et une fois en Rhétie (CIL III, 5921, où le dédicant porte en sus le cognomen de Sabinus). Malgré leur rareté, ces témoignages paraissent bien recouvrir – et lui seul – le domaine celtique. Schulze (p. 522) reconnaît dans Sabineius un patronyme latin tiré de l’ethnique Sabinus (= originaire de la Sabine), mais (p. 223) hésite à raccrocher à celui-ci les Sabinii et Sabinei retrouvés hors d’Étrurie. M.-Th. Raepsaet-Charlier, Aspects de l’onomastique en Gaule Belgique, dans Cahiers du Centre G. Glotz, VI, 1995 (p. 207-226), p. 214, l’inscrit, et elle a sûrement raison, parmi les gentilices de formation patronymique. Au total, je serais enclin, compte tenu des exemples produits par le Nomenclator (voir p. 354-355 la liste des gentilices en -eius dérivés d’un nom de personne, du type Catureius, Musculeius, Norbaneius, etc.) à considérer Proculeius et Sabineius comme des formations indigènes. Ils devraient donc figurer dans la catégorie 2a. Toutefois, la certitude n’est pas absolue, ne serait-ce que parce que je ne suis pas sûr que le contexte culturel dans lequel ces dénominations s’inscrivent en Aquitaine soit en tous points identique à celui de la Gaule Belgique et des Germanies. C’est pourquoi je préfère les maintenir à part.

19 CIL, 1423,1424, 1431, 1432, 1433, 1436, 1437, 1440, 1447, 1456, 1457 et 1458, ILTG, 182 et 187, et enfin le texte inédit d’Ahun.

20 Peut-être un Decknamen ? (Weisgerber, p. 130).

21 Le cognomen d’origine est apparemment Reginus signalé par Kajanto (p. 316), mais il faut plutôt penser à un Decknamen et à un Regenos que Whatmough (DAG, p. 289), suivi par Evans (p. 373), considère comme “probablement celtique”.

22 Sur ce thème, voir les intéressantes observations de G. Woolf, Monumental Writing and the Expansion of Roman Society in the Early Empire, dans JRS, LXXXVI, 1996, p. 22-39.

23 D’après le Nomenclator, ce gentilice, abondamment représenté dans les provinces danubiennes (où il tient le premier rang devant les Iulii) et à Rome (deuxième rang, derrière Iulius), a connu un sort variable dans le reste de l’Occident : peu porté en Narbonnaise (8e rang) et dans la péninsule Ibérique (14e), il a connu davantage de faveur dans les Trois Gaules (5e) et en Cisalpine (5e). Mais ce sont là des données brutes qui ne tiennent compte ni de la mode, ni de la chronologie, celle, notamment, à l’époque impériale, qui distingue les “vrais” empereurs auréliens du iie siècle de Caracalla, Elagabal et Sévère Alexandre, ces deux derniers dans la mesure où les nouveaux citoyens ont pu n’être recensés que tardivement (voir F. Jacques, Les cens en Gaule au iie siècle et dans la première moitié du iiie siècle, dans Ktéma, 2, 1977, p. 284-328, en particulier p. 306-310). Pour l’Aquitaine, le nombre des Aurelii est très faible, mais cela doit être lié – au moins en partie – à l’état très lacunaire de la documentation.

24 Idéalement, c’est le seul que l’on devrait retenir parce que c’est le plus significatif pour juger de la réelle diffusion d’un gentilice. Dans la pratique, parce que cela facilite grandement la rapidité des comptages, c’est celui des personnes que l’on trouve dans tous les recueils, et c’est celui que j’ai utilisé dans la figure 2.

25 À l’exception de Geminius (62 mentions au Nomenclator), ces noms sont réellement peu connus, dépassant à peine la dizaine d’exemples : 16 pour Virilius/Virillius, 13 pour Iustinius, 11 pour Taurius. Proculeius, Sabineius, Senecianius, Reginius n’atteignent pas 10 références. Ce caractère se retrouve à peu près partout (voir les listes de Weisgerber, p. 139-141, de M.-Th. Raepsaet-Charlier, Aspects de l’onomastique..., p. 214, et les récentes observations d’A. Chastagnol, Considérations sur les gentilices des pérégrins naturalisés romains dans les Gaules et les provinces des Alpes, dans BSAF, 1993) (p. 167-182), p. 175-176.

26 Ainsi pour Iustinius (9 mentions sur 13), Reginius (5 sur 6), Sabineius (5 sur 7) ou Senecianius (6 ? sur 7 ?).

27 Ce n’est pas le cas chez les Ubiens de Weisgerber et leurs voisins, non plus que chez les peuples de Gaule Belgique étudiés par M.-Th. Raepsaet.

28 Weisgerber, p. 176-177 (cf. p. 127-134) : Iulius viendrait de Iullus dans lequel Schulze (p. 24) reconnaît un nom gaulois. Il s’agirait donc d’une transposition par assonance. Parmi les formes dérivées signalées par Schulze (p. 77) et Weisgerber (p. 177), on trouve Iulitta qui apparaît à Limoges sous la forme Iullitta (CIL 1413) comme nom unique d’une pérégrine.

29 Les récents pointages effectués par J.M. Abascal Palazón (Los nombres personales en las inscripciones latinas de Hispania, Murcie, 1994, p. 29) montrent que ce gentilice vient au troisième rang, derrière Iulius et Valerius.

30 Les très pratiques tableaux dressés par R. C. Knapp (The origins of provincial prosopography in the West, dans Ancient Society, 9, 1978 [p. 187-222], p. 215) le mettent au quatrième rang, derrière Iulius, Valerius et Pompeius. Y. Burnand, Domitii Aquenses, une famille de chevaliers romains de la région d’Aix-en-Provence. Mausolée et domaine, Paris, 1975, p. 226-228, propose un classement légèrement différent (1, Iulius ;-2, Valerius ; 3, Cornelius ; 4, Pompeius ; 5, Licinius), mais ne tient pas compte – c’était inutile pour son propos – des gentilices impériaux. Pour cette raison, et bien que les décomptes de Burnand soient plus complets (sauf pour les Altii, non recensés) je retiens le classement de Knapp.

31 Il s’agit de l’inscription inédite apparue en Haute-Vienne présentée dans le Bilan Scientifique du SRA du Limousin, 1993, p. 43.

32 Comme par exemple Pompeius chez les Pétrucores, Cornelius à Aix-en-Provence, Licinius à Orange, Caecilius à Lisbonne ou dans l’île de Majorque, etc.

33 Une enquête partielle que j’ai réalisée à travers les indices du CIL XIII, les ILTG, l’Année Épigraphique et les fascicules publiés des ILA pour les cités du Nord de la Garonne et les Bituriges Vivisques (12 cités) a donné les résultats suivants : sur 292 individus citoyens romains, il y a 152 Iulii, 27 Sulpicii, 24 Claudii et 22 Pompeii. Viennent ensuite 19 Valerii et 11 Flavii. Les Pompeii sont presque tous Pétrucores (18 personnages), mais il y a des Claudii dans huit cités.

34 Mais cette Italie comprend aussi les inscriptions des provinces des Alpes, ce qui n’est pas sans importance pour apprécier la diffusion du gentilice.

35 Sur ces questions, je renvoie aux articles décisifs d’A. Chastagnol, réunis sous le titre La Gaule romaine et le droit latin, Paris, 1995, p. 49-190. J’ai rapidement abordé cette question dans TAL, 13, 1993, p. 101-106 (Élites urbaines à Augustoritum sous le Haut-Empire).

36 Les Sulpicii de Périgueux (ILA Pétrucores), sont des personnes en déplacement venues de Narbonne.

37 Tacite, Histoires, I, VIII, 1 (Galliae... obligatae recenti dono romanae civitatis...) ; Plutarque, Vie de Galba, 18, 2 ([Les Gaulois] ônoumenoi para Ouiniou tunkhanein... politeias).

38 Tacite, Ann. XV, 32 (en 63).

39 A. Chastagnol, Le problème de la diffusion du droit latin dans les Trois Gaules, dans La Gaule romaine et le droit latin, Lyon, 1995 (p. 181-190), p. 185-186, estime que Vespasien a annulé les bénéfices de ces faveurs de circonstance. Mais – sauf à ne s’attacher qu’à la médiocrité de l’échantillon – comment interpréter la place remarquable des Sulpicii dans l’onomastique d’Aquitaine ?

40 Personennamen, p. 69.

41 Schulze, p. 267, que complètent quelques mentions au CIL XI.

42 Schulze, p. 423, 519 ; cf. G. Alföldy, Personennamen, p. 58, qui souligne qu’en Dalmatie il est surtout porté par des Italiens.

43 La cité des Pétrucores offre une illustration remarquable de cette situation : alors que les A. POMPEI sont d’origine gauloise (l’ancêtre est un certain DUMNOM[otus ?]), les C. POMPEI, dont un membre féminin a épousé, sans doute dans la première moitié du ier siècle, un A. HIRTIUS, homonyme du légat de César, rédacteur du livre VIII de la Guerre des Gaules, qui gouverna la Gaule Transalpine en 45 et qui fut le malheureux consul de 43, paraissent bien être des émigrés ou des descendants d’émigrés (voir ILA Pétrucores, no 25 et no 68).

44 Foreign Clientelae (264-70 B.C.), avec (p. 309-321) quelques informations sur les membres des grandes gentes républicaines qui ont gouverné en Afrique, péninsule Ibérique et Gaule (Cisalpine et Narbonnaise), informations à compléter avec T.R.S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, 2 vol., Ann Arbor, 1952, et encore avec les réflexions de R. Syme, La Révolution romaine, Oxford, nouv. éd., 1952, trad. Gallimard, 1967, sans oublier y Burnand, cité ci-dessus note 30.

45 Il a dû y avoir des clientèles diverses peut-être déjà avant, mais plus sûrement pendant et après la guerre des Gaules (voir, sur un point particulier, J.-F Drinkwater, The Rise and Fall of the Gallic Iulii : Aspects of the Development of the Aristocraty of the Three Gauls under the early Empire, dans Latomus, XXXVII, 1978, p. 817-850, et Roman Gaul, The Three Provinces, Londres, 1984, notamment p. 192-202. Après d’autres, j’ai exprimé mon désaccord avec certaines des vues défendues par ce savant, dans TAL, t. 13, 1993, p.101-106).

46 Die Namen der Ubier, p. 127-132.

47 Gaulish Personal Names, p. 359-360 et n. 6.

48 C’est le terme utilisé par Weisgerber (p. 135). Quoique l’on comprenne parfaitement ce qu’il entend par là, ce mot ne me paraît pas heureux car il laisse supposer que les gens qui portent ces pseudo-gentilices pourraient ne pas être des citoyens romains, ce qui n’est pas le cas.

49 Pour les références, voir la légende de la fig. 2.

50 Ainsi, pour la colonne 1, consacrée à l’Aquitaine septentrionale, le gentilice classé premier (Julius) est aussi premier à Rome, le numéro 2 (Sulpicius) est le 25e à Rome, le no 3 est aussi troisième à Rome, etc. Pour la cité des Lémovices, le classement Julius, Sulpicius, Annius, Licinius, Aemilius donne respectivement, à Rome, les numéros 1, 25, 13, 13 et 10.

51 Ainsi, en Aquitaine, Sulpicius, et, secondairement, Pomponius ; Cassius et, à un moindre degré. Domitius et Titius chez les Ubiens ; Cassius et Domitius dans les Trois Gaules ; Cassius encore dans les provinces danubiennes occidentales et en Italie du Nord, accompagné ici accessoirement de Domitius et Attius ; Attius, Domitius et Titius en Narbonnaise.

52 Qui sont, rappelons-le, majoritaires dans notre petite liste limousine (au minimum, 14 sur 24).

53 Un tel trait de vanité ne peut surprendre : si l’Histoire Auguste dit vrai, l’empereur Tacite (275-276) prétendait avoir des liens de parenté avec le grand historien (SHA, Tacite, X, 3). On pense aussi à cet étonnant personnage dont le nom, connu par une inscription de Paestum (CIL X, 483 = ILS 6448) était M. Tullius Cicero !

54 Souvenons-nous que le prénom ne se porte plus guère à partir du milieu du iie siècle au moins (mais voir ci-dessus, note 9), et qu’au surplus le stock disponible était très réduit : à peine une douzaine de formes courantes, dont Caius, Lucius et Marcus représentent 60 %, parfois davantage (voir sur ce sujet O. Salomies, Die römischen Vornamen. Studien zur römischen Namengebung, Helsinki, 1987). En Limousin, les quinze prénoms conservés sur les inscriptions donnent des résultats étonnants (Caius apparaît 6 ou 7 fois, Tiberius et Quintus, 3 fois, Lucius et Marcus sont absents), preuve que l’on ne saurait être trop prudent quand on tente de traduire en données statistiques les informations fournies par un nombre réduit de documents. Ou alors, il faut pouvoir démontrer que chez les Lémovices on suivait des usages particuliers !

55 Mais la pierre est perdue et la restitution de P. Wuilleumier est incertaine.

56 Dans lequel je suis enclin à ne pas suivre les suggestions de Weisgerber qui pense à un éventuel Decknamen (p. 182), par référence au radical ANN- [qui donne Anna ? Annaius, Annausonius, Annauso, etc. et aussi Annaillus, présent sur un texte de Limoges (CIL 1397) relatif à un pérégrin], tout en concluant (p. 248) qu’il s’agit d’un nom peu clair. Les indices de fréquence du Nomenclator, malgré une assez forte représentation du nom en Dalmatie, Pannonie et Norique, paraissent renvoyer plutôt au domaine latin.

57 Sans en faire absolument partie, ces cognomina sont donc proches des Decknamen.

58 C’est-à-dire fille de Donata (Donat-icna). Evans fournit plusieurs exemples de ce type de formation (Aneunicno, p. 51 ; Nantonicn[... ], p. 104 ; Oclicno [ ?], p. 106 ; Oppianicnos, p. 107 ; Toudssicnos, p. 118). L’intérêt de ce nom vient de ce que la mère de la dédicante s’appelle justement Donata.

59 Probablement un affranchi, bien que la lecture du texte (perdu) soit incertaine.

60 Voir ci-dessus note 56.

61 On peut hésiter entre le diminutif dérivé de Annius latin et une forme tirée de Ann- peut-être celto-germanique (ci-dessus note 56).

62 Anniola et Anthus, qui apparaissent donc deux fois dans cette colonne.

63 C’est-à-dire qu’ici la transmission du nom ne fait pas passer du celtique au latin, mais du latin à une forme mixte (voir note 58).

64 On ne voit plus aujourd’hui que la partie gauche de l’inscription, dont les dimensions imposantes (1 m x 0,55 m) renvoient certainement à la dédicace d’un grand mausolée. Voici la lecture d’Hirschfeld au CIL XIII : DIS-MANIBVSET-MEMORIAE PAVLI/NI- FILI ITEM MEMORIAE- PAVLI/PATRIS- ITEM- NERTACI AVI- N[ert]/ACVS VIVVS POS(uit).

65 Cette manière est assez commune en Gaule et apparaît plutôt sur les épitaphes tardives ou relativement tardives : par exemple, en Limousin, elle accompagne surtout la formule Dis Manibus et Memoriae.

66 Par exemple chez les Pétrucores et les Santons, mais également dans tout le domaine occidental : voir C. B. Pascal, Filiation by cognomen, dans Epigraphica, LV, 1993, p. 103-112, ou encore, notamment à propos de l’indication des charges municipales du père, les observations de J. Kolendo sur l’Afrique dans Antiquitas, 18, 1993 (Acta Universitatis Wratislaviensis, Mélanges T. Kotula), p. 97-103. Voir encore M. Christol, Le droit latin en Narbonnaise : l’apport de l’épigraphie (en particulier, celle de la cité de Nîmes), dans Epigrafia jurídica romana. Actas del Coloquio international A.I.EG.L., Pamplona, 9-11 de abril de 1987, Pampelune, 1989 (p. 65-76), p. 68 et n. 13 = École Antique de Nîmes, 20, 1989 (p. 87-100), p. 89 et n. 27.

67 G. Alföldy, Notes sur la relation entre le droit de cité et la nomenclature dans l’empire romain, dans Latomus, XXV, 1968 (p. 35-57), p. 38, qui renvoie (n. 4) à des observations faites par lui sur la province de Dalmatie. CIL XIII, 1434, d’Ahun (D [is] M [anibus] [et] / M[emoriae] Simpli/cis. Sintu/ronis), qui peut être postérieur à 212, en constitue un bon exemple limousin : si ces deux personnages sont des naturalisés de l’Édit, ils n’en ont pas moins conservé leur dénomination pérégrine. La même observation vaut pour la famille citée à la note 64.

68 Ius Latii in den Stadtrechten von Salpensa und Malaca, dans Corolla Memoriae Erich Swoboda dedicata, Graz, 1966, p. 68-83, spécialement, p. 76-83.

69 Voir l’article cité à la note 67, notamment p. 39 et p. 47-57.

70 Armin U. Stylow, Apuntes sobre epigrafía de época flavia en Hispania, dans Gerión, 4, 1986, p. 299, n. 27 ; E. García Fernández, Una propuesta de identificación epigráfica de los cives latini, dans Hispania Antiqua, XVII, 1993, p. 337-348.

71 Les choses ont été clairement mises au point par M. Humbert, Le droit latin impérial : cités latines ou citoyenneté latine ?, dans Ktema, 6, 1981, p. 207-226, spécialement p. 216-218, 220-222 et 226. Voir aussi les compléments apportés par M. Christol, dans l’article cité n. 66 et A. Chastagnol, à diverses reprises, notamment dans : L’onomastique de type pérégrin dans les cités de la Gaule Narbonnaise, dans Mélanges de l’École française de Rome, Antiquité, 102, 1990, p. 573-593 = La Gaule romaine et le droit latin, p. 51-71.

72 Suétone, Claude, 25, 3.

73 À plusieurs reprises, dans le livre I, les Institutes de Gaius font allusion à des personnes qui peuvent ne pas savoir quelles sont citoyennes romaines ou qui peuvent ignorer qu’elles ne le sont pas (cf. I, 67-75).

74 Institutes, I, 75 : l’enfant d’un pérégrin et d’une citoyenne est pérégrin (cf. I, 77).

75 Id., Ibid. : l’enfant d’un citoyen romain et d’une pérégrine est pérégrin (cf. I, 78).

76 Id., 1, 56 ; 67 ; 76. Voir A. Chastagnol, À propos du droit latin provincial, p. 104-107. Me fondant sur Institutes 1, 55-56, je suppose avec M. Christol (Le droit latin en Narbonnaise, dans Éc. Ant. de Nîmes, p. 95 et n. 56) que, dans les cités de droit latin, le droit d’intermariage (conubium) existait entre citoyens romains et habitants de la cité citoyens de celle-ci, en tout cas pour les hommes épousant des pérégrines (Institutes, I, 56 ; 67 ; 76). Hadrien paraît avoir accordé les mêmes effets aux unions entre une femme citoyenne romaine et un homme citoyen d’une cité de droit latin (Institutes, I, 30 ; 80 ; même si, comme le souligne Christol après M. Humbert, cette mesure est surtout rapportée aux affranchis Latins Juniens). Ces unions mixtes étaient au moins des iustae nuptiae, des legitimae nuptiae (cf. Tabula Irnitana, XXI).

Table des illustrations

Légende – Fig. 1. Gentilices. Individus/familles. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8510/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende – Fig. 2. Classement des gentilices représentés en Limousin d’après leur rang de fréquence dans diverses régions de l’Occident romain européen. –Sources : (1) Indices du CIL XIII, des ILTG, de l’Année Épigraphique et des ILA Santons, Vellaves, Pétrucores. (2). M. Le Glay et A. Audin, Gentilices romains à Lugdunum, dans Rev. Arch, de l’Est, XXIV, 1973, p. 537-544. (3) Weisgerber, p. 69-103. (4) R. C. Knapp, The Origins of Provincial Prosopography in the West, dans Ancient Society, 9, 1978, p. 187-222, tableau, p. 222. (5) Lettres C à V : Nomenclator Provinciae Europae Latinarum et Galliae Cisalpinae, par A. Mócsy, R. Feldmann, E. Marton et M. Szilágyi, Budapest, 1983. Lettres A et B, Onomasticon Provinciarum Europae Latinarum, B. Lörincz et F. Redö éd., Budapest, 1994. (6). R. C. Knapp, tableaux p. 218 et 222. (7) J.M. Abascal Palazón, Los nombres personales en las inscripciones latinas de Hispania, Murcie, 1994. (8) Statistiques tirées de Weisgerber, p. 139-140 et des indices du CIL VI.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8510/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende – Fig. 3a. Répartition des gentilices les plus courants dans quelques cités et provinces de l’Occident romain européen. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8510/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende – Fig. 3b. Répartition des noms les plus courants d’après leur classement à Rome. –[Rome : 1, Iulius ; 2, Aurelius ; 3, Claudius ; 4, Flavius ; 5, Aelius ; 6, Valerius ; 7, Cornelius ; 8, Vlpius ; 9, Caecilius ; 10, Amilius, Antonius, Iunius ; 13, Annius, Fabius, Licinius, Pompeius, Marcius, Octavius ; 19, Domitius ; 20, Pomponius ; 21, Marius ; 22, Terentius ; 23, Petronius ; 24, Vettius ; 25, Cassius, Sulpicius ; 27, Attius, Acilius, Apuleius, Atilius, Furius, Publicius ; 33, Caesius ; 34, Rutilius ; 35, Cavius, Lollius, Munatius ; 38, Baebius, Lucretius, Naevius, Rubrius, Titius, Turranius].
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8510/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Note 6262– Fig. 4. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8510/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540