Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

2. Villes et campagnes de l’Occident romain

Exploits amoureux à Limoges au iiie siècle après J.-C. : trois graffiti de la “Maison des Nones de Mars”

Note de l’éditeur

Travaux d’Archéologie Limousine, 13, 1993, p. 53-57.

Texte intégral

  • 1 Je dois à l’amitié de R. Lombard et de J.-P. Loustaud qui en avaient fait un dessin et une première (...)

1La fouille de la “Maison des Nones de Mars” a livré des restes d’enduits peints de couleur rouge bordeaux homogène, parmi lesquels figurait une petite série de graffiti. Quoique réduits à des fragments, ceux-ci n’en sont pas moins partiellement déchiffrables et en tout cas suffisamment explicites pour mériter de figurer sous le titre choisi1.

2Le sens des textes, le style d’écriture et la qualité variable de la gravure laissent répartir les morceaux inscrits en trois groupes.

Groupe no 1 (fig. 1)

3Ce premier ensemble est constitué de cinq morceaux qui se réunissent en deux parties non jointives : la partie A (à gauche) comprend trois fragments (longueur totale, environ 12 cm ; hauteur totale, environ 14 cm), tandis que la partie B (à droite) est formée des deux autres (longueur totale, environ 8 cm ; hauteur totale, environ 6 cm). La hauteur moyenne des lettres est de 1,6 cm. Le texte est gravé sur deux lignes, mais les trois dernières lettres de la ligne 2 figurent dans l’interligne. On lit successivement :

  • ligne 1 : NONIS MART

  • ligne 2 : HIC FVTVI D[---]OCTE QVINT (ligature INT)

    • 2 QVINTVS, écrit QVINTOVS, sans doute pour marquer la syllabe longue.

    dans l’interligne 1/2 : OVS2

4que l’on restituera ainsi : Nonis Mart(iis)/ hic futui D[---n]octe Quint/ous, c’est-à-dire : le jour des nones de mars (le 7 mars), ici, moi, Quintus, j’ai b... [---] toute une nuit (ou au cours d’une nuit [---]).

  • 3 Cette dernière solution m’a été confirmée par les avis conjugués et bienvenus de mes collègues Mari (...)

5La lacune qui, à la ligne 2, sépare la lettre initiale du troisième mot (sans doute un D) du probable [---n]OCTE qu’on lit sur le fragment 1 E est certainement de faible étendue, comme l’ont bien vu R. Lombard et J.-R Loustaud, mais il n’est pas possible de la combler. L’agencement des mots, le rejet de QVINTOVS en fin de ligne, notamment, donnent à croire cependant que le vaniteux auteur de ce graffito a voulu donner à celui-ci le rythme d’un vers, peut-être un hexamètre de mirliton, ou mieux, un décasyllabe3, recherche qui atténue et enjolive à la fois la crudité de la formule. Observons aussi d’ailleurs que ces vantardises de lupanar sont incisées avec un art d’une rare qualité. La lettre capitale, traitée ici comme dans les textes peints, se développe avec une sûreté, une élégance et une légèreté qui dénotent une parfaite maîtrise de l’écriture.

6La datation de ces deux lignes ne peut guère s’appuyer sur des critères paléographiques, encore que la forme des lettres se rapproche d’inscriptions en caractères “actuaires” datées des années 160-240. Mais elle se déduit sans peine du voisinage du texte no 2, parfaitement daté et gravé sur le même type d’enduit peint, tombé du même mur.

– Fig. 1. Trois fragments du groupe no 1. –
NONIS MART
HIC FVTVI D[---]OCTE QVINT
OVS (dans l’interligne)
Cl. J.-P. Loustaud

Groupe no 2 (fig. 2 et 3)

  • 4 Dimensions des fragments : 2 A : longueur, 6 cm ; hauteur, 3 cm ; 2 B : longueur, 7,5 cm ; hauteur, (...)
  • 5 Hauteur des lettres : 1 à 3 cm.

7Le graffito no 2 est indépendant du précédent. Il a été incisé sur une partie de la paroi du mur que les destructions antiques ont réduite à une quinzaine de morceaux dont beaucoup sont jointifs, ce qui a permis de reconstituer six fragments principaux classés 2 A à 2 F, dont trois seulement sont utilisables : 2 E n’est que le début d’un mot (lettres CI), 2 D est indéchiffrable bien qu’apparaissent des empreintes de lettres et 2 F ne porte qu’un squelette. Restent donc les fragments 2 B, 2 A et 2 C4 pour former le texte suivant5 :

2 B : [---]ORIV[---]

  • 6 On peut hésiter à lire B ou D. B donnerait [---id]IBUS, c’est-à-dire le jour des Ides, soit le 13 a (...)

2 A : [---] IDVS (6) AUG

2 C : SEVE [r] O ET QVINTIANO COS

8c’est-à-dire : [---] ORIV[---] idus aug(ustas) Severo et Quintiano co(n)s(ulibus), soit, en français : [---] ORIV [---], le [---] jour avant les ides d’août (entre le 6 et le 12 août), sous le consulat de (Cnaeus Claudius) Severus et de (Lucius Tiberius Claudius Aurelius) Quintianus (235 ap. J.-C).

– Fig. 2. Cinq fragments du groupe no 2. –
[---]ORIV[---]
[---]IDVS AVG
Cl. J.-P. Loustaud.

9À première vue, rien ne permet de rattacher ce texte au précédent, et pourtant, si l’on tient compte de ce dernier, et si l’on regarde le suivant, on peut penser que son contenu devait se tenir sur le même registre. Un personnage inconnu (nommé peut-être [---]ORIV(s) ?) aurait à son tour signé le succès de son entreprise amoureuse. Observons néanmoins que si la manière de graver les lettres (en particulier les lettres caractéristiques, comme les V ou les S) prouve qu’il s’agit d’une autre main que celle de Quintus, notre deuxième héros montre lui aussi une maîtrise parfaite de l’écriture. Le mélange des formes de l’écriture courante ; dite aussi “cursive ancienne” (r, b, a, q) et d’une calligraphie plus soutenue, la capitale (E, N, T) donne à l’ensemble un grand effet de souplesse et d’élégance.

10Remarquons pour conclure que, outre cette ouverture culturelle sur laquelle on reviendra plus loin, l’apport principal de ce graffito réside dans la précision chronologique burlesque qui accompagne le récit, soulignons cependant que l’intérêt de celle-ci dépasse beaucoup le simple effet comique puisqu’elle vient heureusement conforter les conclusions des archéologues.

11Le dernier groupe est constitué de six fragments jointifs (longueur totale, environ 16 cm ; hauteur totale, environ 8,5 cm). Plus complexe que les deux autres, il porte, gravées par différentes mains, trois lignes dont l’état de conservation est médiocre. Il s’ensuit que, si le sens général du texte est assez clair, la lecture de détail des mots conservés est assez mal assurée. Voici ce qui paraît le mieux établi :

  • 7 Mis pour FVRTO.

1. 1: [--- ?] NE PORTO7

1. 2 : [---]NONIS ou NINIS ; hedera ? ; AT SI ALIA VIS [m]

  • 8 Au moment de la découverte, R. Lombard et J.-P. Loustaud ont pu lire et décalquer les quatre lettre (...)
  • 9 Hauteur des lettres : 1 à 2 cm.

1.3 : [---] IRIS ?8 MEA IT[---]9.

– Fig. 3. Fragment du groupe no 2. –
S EVE [r] O ET QVINTIANO COS.
Cl. J.-P. Loustaud.

12Les différences de facture entre les trois lignes imposent de ne pas donner de celles-ci une interprétation continue. On lira donc séparément :

1. 1 : [---] pour ne pas (ou est-ce que ?), en cachette (ou dans / par une amour illicite) ;

1. 2 :[---] le jour des Nones (ou ?) ; hedera ? ; mais ( ?) si tu veux autre chose [---] ;

1. 3 :[---] Iris ( ?), ma (chère) [---].

  • 10 Les fouilles du jardin “des Récollets de Sainte-Valérie” à Limoges (2e partie). La Maison des Nones (...)

13Il y a peu à dire sur ces bribes de phrases, sinon que l’on reste dans le domaine érotique et même sans doute franchement obscène (ligne 2). Faut-il nous en étonner ? Certes, on imagine mal qu’une demeure apparemment aussi respectable que la “Maison des Nones de Mars” ait été un lieu de rendez-vous galants avec des femmes suspectes, mais la présence de graffiti gaillards ou de représentations hardies sur les murs de certaines pièces (pas seulement des chambres à coucher) ne devait pas être chose rare : la Maison des Vettii à Pompéi a ainsi livré des scènes peintes au réalisme sans fard. On a bien envie d’attribuer la salle 19b à un fils de la famille qui aurait, non sans vanité, confié aux murs de sa chambre le souvenir marquant de quelques relations ancillaires. Mais conclure sur une évocation aussi guillerette, et quoique le sujet y porte naturellement, va sans doute paraître au lecteur bien désinvolte à l’égard de la belle publication de J.-P. Loustaud10. Comme notre ami l’a fait pour l’architecture, je voudrais montrer combien ces documents d’importance secondaire que sont les graffiti, clichés instantanés de scènes de la vie quotidienne, sont utiles pour mesurer ce que fut la profonde intégration dans la romanité des grands notables limousins à l’époque impériale.

– Fig. 4. Fragments du groupe no 3. –
[---]NE FORTO
[---] NONIS (ou NINIS), hedera ? ; AT SI ALIA VIS[---]
[---]IRIS ? MEA IT[---]
Cl. J.-P. Loustaud.

14Le support va paraître un peu mince, et pourtant !

  • 11 Apparemment répandu à l’époque impériale puisque I. Kajanto, The Latin Cognomina, Helsinki, 1965, p (...)

15Dans le graffito no 1, on a vu que le héros de la glorieuse aventure complaisamment évoquée se prénomme Quintus. Plus qu’un surnom11, j’y reconnais un prénom, et avec lui – du moins si notre texte est exactement contemporain de celui du groupe 2 – l’appartenance à une famille qui n’était pas de ces naturalisés de fraîche date, noyés dans l’anonymat des Aurelii que ledit de Caracalla avait multipliés après 212, mais qui, au contraire, devait depuis longtemps figurer parmi l’élite des citoyens romains d’Augustoritum. À un moment où l’usage de celui-ci était quasiment abandonné, c’était certainement à soi seul montrer sa carte de visite que de se désigner par son prénom. C’est la place en fin de phrase de celui-ci qui me le fait considérer comme tel : on a vu en effet qu’il venait fermer une formule versifiée, et savoir, pour s’amuser, tourner un vers, même boiteux, ne peut que renvoyer ici à quelque notable instruit, ce que confirme magistralement l’exceptionnelle qualité de l’écriture.

  • 12 Ce thème a été longuement abordé dans de nombreuses publications récentes. Parmi les plus important (...)

16L’acte d’écrire est aujourd’hui devenu si commun que nous ne prêtons plus attention à un geste que nous accomplissons machinalement. Il en allait tout autrement dans l’Antiquité12 : parce qu’il n’existait pas de moyens pratiques d’édition permettant de fabriquer et de diffuser des textes en grandes quantités et rapidement, l’usage de l’écrit était relativement peu répandu. En fait, l’écriture se rencontrait surtout dans deux domaines particuliers, celui de l’autorité publique, comme indispensable instrument du pouvoir, et celui de l’esprit, comme support obligé de la culture.

  • 13 Il existait des écoles, privées ou municipales, mais peu. Le musée de Limoges en possède un rare té (...)

17Le monde des utilisateurs était donc passablement restreint : en dehors des classes cultivées (intellectuels et élites sociales), il se réduisait à un groupe étroit de spécialistes (scribes, copistes, écrivains publics, personnel des ateliers épigraphiques, fonctionnaires civils ou militaires) au statut social souvent modeste (esclaves, affranchis, soldats et employés travaillant dans les administrations locales et les bureaux provinciaux, personnel des entreprises privées). Dans les villes – ne parlons pas des campagnes – malgré une certaine diffusion de l’enseignement13, la population alphabétisée était peu nombreuse, et, la plupart du temps, ces gens ne savaient vraiment lire que le langage simplifié des inscriptions (pancartes, affiches, épitaphes) gravées ou peintes en caractères majuscules, bagage sommaire que n’accompagnait sans doute pas la maîtrise des techniques de l’écriture.

18C’est bien évidemment tout le contraire que nous voyons sur les graffiti de Limoges : si tous les fragments que nous avons étudiés n’égalent pas la virtuosité de l’auteur du groupe no 1, ils n’en montrent pas moins une aisance qui trahit un usage quotidien du stylet et des tablettes, caractéristique de la culture des élites urbaines dans toutes les provinces de l’empire.

  • 14 Sur ces questions – discutées – de définition des écritures, J. Mallon, Paléographie romaine, Madri (...)
  • 15 Parce qu’on y reconnaissait les caractères utilisés dans la rédaction des acta, les actes officiels

19Mais quelle écriture écrivait-on ? La comparaison entre la figure 1 (graffito no 1) et les suivantes (graffiti no 2 et 3) montre des différences sensibles dans la représentation des lettres. En réalité, il s’agit simplement de déformations qui, dans l’écriture de tous les jours, celle que les spécialistes nomment “écriture ancienne” ou “ancienne cursive romaine”14, affectaient la transcription des capitales de l’alphabet romain. Celles-ci, d’ailleurs, se dessinaient sous deux formes : l’une, solennelle, “monumentale”, et l’autre, plus libre, plus étroite, plus ornée aussi, que les épigraphistes ont longtemps dénommée “actuaire”15. C’est ce dernier type, souple et élégant (que l’on aperçoit par exemple sur les affiches électorales de Pompéi) qu’a utilisé l’auteur de notre graffito no 1, tandis que les autres ont employé la “cursive ancienne”. Ce schéma traditionnel d’écriture, à position oblique des traits, demeura en usage jusqu’au iiie siècle environ. Il fut peu à peu délaissé et remplacé par la “nouvelle cursive”, orientée verticalement. Cette “cursive romaine récente” ou “minuscule cursive” devait, bien plus tard, donner naissance à nos écritures modernes.

  • 16 Parmi les quelques documents intéressants recueillis sur le territoire de l’Aquitaine antique, il f (...)

20À quelque type qu’ils appartiennent, les modèles d’écriture étaient les mêmes partout où l’on écrivait en latin. Dans la diversité des provinces et de leurs habitants, au même titre que la monnaie ou la mode, ils apparaissent ainsi comme de réels témoignages de l’unité de l’empire. Ces témoignages sont pourtant bien peu nombreux : en Occideut, en effet, les graffiti représentent pratiquement les seuls restes subsistants de ce que fut l’écriture commune “ancienne”, celle du Haut-Empire, celle dans laquelle ont été incisés les textes de Limoges. C’est dire, par conséquent, l’importance de ces derniers16.

  • 17 Institution oratoire, 1, 1,35-36.

21Certains auront peut-être quelque peine à y croire, à cause du dévergondage qu’étalent crûment nos graffiti. On pourra évoquer avec des regrets le vieux Quintilien, qui voulait apprendre l’écriture aux jeunes enfants en leur faisant copier de belles maximes morales qu’ils garderaient toute leur vie commune des règles de conduite17. Rien de tel ici, évidemment : nos héros montrent que, comme toujours, le meilleur peut conduire au pire. Mais, n’en déplaise au maître orateur, les graveurs clandestins qui marquaient parfois de quelque réminiscence poétique ou de quelque sentence philosophique les cloisons des maisons privées ou les colonnes des monuments publics, réservaient plus souvent à celles-ci des formules du même ton que les nôtres. Passons donc sur la verdeur des propos, et réjouissons-nous au contraire de ce qu’aient été conservés jusqu’à nos jours ces précieux témoins d’un aspect de la culture que l’Antiquité tardive allait voir disparaître. Même s’ils nous ont été transmis seulement parce que, il y a dix-sept siècles, de joyeux drilles décidèrent de confier aux murs de la “Maison des Nones de Mars” l’impérissable souvenir de leurs bonnes fortunes.

Notes

1 Je dois à l’amitié de R. Lombard et de J.-P. Loustaud qui en avaient fait un dessin et une première lecture d’avoir pu étudier ces documents pleins d’intérêt. Que l’un et l’autre trouvent ici l’expression de mes bien vifs remerciements.

2 QVINTVS, écrit QVINTOVS, sans doute pour marquer la syllabe longue.

3 Cette dernière solution m’a été confirmée par les avis conjugués et bienvenus de mes collègues Maria José Sanz Fuentes (Université d’Oviedo) et Frédéric Huriet (Centre Pierre Paris, Bordeaux).

4 Dimensions des fragments : 2 A : longueur, 6 cm ; hauteur, 3 cm ; 2 B : longueur, 7,5 cm ; hauteur, 6,5 cm ; 2 C : longueur, 21,5 cm ; hauteur, 11,5 cm. Si l’ordre des mots proposé ici est commandé par le sens, l’appartenance au même texte des trois fragments est imposé par l’écriture, la même d’un bout à l’autre, reconnaissable notamment dans le ductus (le tracé) des V, dont le trait de droite s’orne en son sommet d’une sorte de tilde, visible encore sur les deux N de QVINTIANO.

5 Hauteur des lettres : 1 à 3 cm.

6 On peut hésiter à lire B ou D. B donnerait [---id]IBUS, c’est-à-dire le jour des Ides, soit le 13 août. La barre franchement oblique de la lettre (sans boucle terminale) me fait plutôt pencher en faveur d’un D.

7 Mis pour FVRTO.

8 Au moment de la découverte, R. Lombard et J.-P. Loustaud ont pu lire et décalquer les quatre lettres IRIS disparues ensuite.

9 Hauteur des lettres : 1 à 2 cm.

10 Les fouilles du jardin “des Récollets de Sainte-Valérie” à Limoges (2e partie). La Maison des Nones de Mars, dans Travaux d’Archéologie Limousine, 12, 1992, p. 23-91.

11 Apparemment répandu à l’époque impériale puisque I. Kajanto, The Latin Cognomina, Helsinki, 1965, p. 174, en a compté 190 exemples dans les différents tomes du Corpus des inscriptions latines.

12 Ce thème a été longuement abordé dans de nombreuses publications récentes. Parmi les plus importantes, on peut noter J.-M. Lasserre, Pierres fautives et analphabétisme, dans Bull. d’Archéol. Alger., VII, 1977-1979, 1, p. 53-63 ; M. Corbier, L’écriture dans l’espace public romain, dans L’Urbs. Espace urbain et histoire (Ier s. av. J.-C - IIIe s. ap. J.-C), colloque C.N.R.S. - École française de Rome, mai 1985, Rome, 1987, p. 27-60 ; Les savoirs de l’écriture en Grèce ancienne, sous la dir. de M. Détienne, Cahiers de Philologie, 14, Lille, 1988 ; W. V. Harris, L’analfabetismo e le funzioni della parola scritta nel mondo romano, dans Quaderni di Storia (Bari), 27, 1988, p. 5-26 ; G. Susini, Compitare per via. Antropologia del lettore antico : meglio, del lettore romano, dans Alma Mater Studiorum. 1988, I, l, p. 105-116.

13 Il existait des écoles, privées ou municipales, mais peu. Le musée de Limoges en possède un rare témoignage à travers l’inscription de Blaesianus (CIL XIII, 1393 ; voir J.-P. Bost et J. Perrier, Un professseur de grammaire à Limoges sous le Haut-Empire, dans Bull. Soc. archéol. et hist, du Limousin, CXVI, 1989, p. 55-66.

14 Sur ces questions – discutées – de définition des écritures, J. Mallon, Paléographie romaine, Madrid, 1952 ; Idem, De l’écriture, Paris, 1982 ; A. K. Bowman et J. D. Thomas, Vindolanda : The Latin Writing-Tablets, Londres, 1983 ; B. Bischoff, Paléographie de l’Antiquité romaine et du Moyen Âge occidental (trad, fr.), Paris, 1985.

15 Parce qu’on y reconnaissait les caractères utilisés dans la rédaction des acta, les actes officiels.

16 Parmi les quelques documents intéressants recueillis sur le territoire de l’Aquitaine antique, il faut donner une place d’honneur à cette déclaration, incisée à la pointe sur un petit vase conservé à Périgueux, qui évoque – peut-être en vers – un concours de poésie au sein d’une académie locale de beaux esprits : “Musarum leges nodent lupinos X dabount” (sic) : “ceux qui transgresseront les règles fixées par les Muses paieront une amende de dix lupins”. Noter le “dabount” avec ou qui rappelle le Quintous de notre texte no 1. Je remercie Monsieur M. Soubeyran, Conservateur du Musée du Périgord, et le personnel du musée, grâce à qui j’ai pu retrouver ce graffito publié autrefois par E. Espérandieu (Musée de Périgueux. Inscriptions antiques, Périgueux-Paris, 1893, p. 86-87, no 97, et pl. XI, no 2).

17 Institution oratoire, 1, 1,35-36.

Table des illustrations

Légende – Fig. 1. Trois fragments du groupe no 1. –NONIS MARTHIC FVTVI D[---]OCTE QVINTOVS (dans l’interligne) Cl. J.-P. Loustaud
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende – Fig. 2. Cinq fragments du groupe no 2. –[---]ORIV[---][---]IDVS AVGCl. J.-P. Loustaud.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8507/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende – Fig. 3. Fragment du groupe no 2. –S EVE [r] O ET QVINTIANO COS.Cl. J.-P. Loustaud.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8507/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende – Fig. 4. Fragments du groupe no 3. –[---]NE FORTO[---] NONIS (ou NINIS), hedera ? ; AT SI ALIA VIS[---][---]IRIS ? MEA IT[---]Cl. J.-P. Loustaud.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8507/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540