Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

2. Villes et campagnes de l’Occident romain

Élites urbaines à Augustoritum sous le Haut-Empire

Note de l’éditeur

Travaux d’Archéologie Limousine, 13, 1993, p. 101-106.

Texte intégral

  • 1 J.-F. Drinkwater a bien mis en lumière les origines, l’essor et la ruine de cette aristocratie d’o (...)
  • 2 J.-F. Drinkwater émet l’hypothèse que cette aristocratie a pu se maintenir sous d’autres noms aprè (...)
  • 3 Peut-être dès le règne de Galba si l’on en croit Tacite (Hist., I, 8, 3). Les Sulpicii (gentilice (...)
  • 4 La question du contenu des avantages du droit latin est très discutée. Je m’en tiendrai ici aux ob (...)
  • 5 Une curieuse coïncidence fait que ce changement s’opère au moment où, à Rome, l’extinction des gra (...)

1Le succès de la ville en Gaule sous le Haut-Empire s’est mesuré partout à la richesse et au dynamisme des élites urbaines. Mais le comportement de celles-ci dut assurément beaucoup à l’attitude du gouvernement impérial qui favorisa leur intégration juridique dans la communauté romaine. À l’époque d’Auguste, les cités gauloises montraient une poignée de privilégiés, profiteurs de la guerre des Gaules et des guerres civiles, régnant sur les affaires locales, ceux dont la naturalisation avait fait des Julii1. Vers la fin du ier siècle, nombre de ces familles s’éteignirent, en tout cas furent remplacées par de nouvelles venues2, moins riches peut-être que celles des générations précédentes, mais auxquelles l’octroi du droit latin aux cités3 conféra une situation tout à fait avantageuse : en effet, cette mesure assurait automatiquement la naturalisation complète à tous ceux qui géraient les “honneurs” municipaux, c’est à-dire les charges civiles4. La forme la plus visible du changement qui affectait le statut personnel de ces nouveaux citoyens (et de leur famille) résidait dans leur droit à porter désormais une dénomination de type romain avec prénom, nom et surnom. Aux grandes familles princières issues de la chefferie traditionnelle succédait maintenant une classe de grands notables5 dont le prestige acquis par la qualité de citoyen romain venait renforcer celui qui leur venait d’une fortune déjà solide. Ce fait contribua à unir étroitement au leur le destin de la ville : parce qu’ils en étaient la classe politique et les glorieux dignitaires, ils s’en firent avec plus d’empressement encore les bâtisseurs et les payeurs. Trois inscriptions antiques de Limoges illustrent remarquablement cette évolution.

Le vergobret Postumus

  • 6 L’inscription est répartie sur quatre lignes de hauteur décroissante : POSTVMVS • DV[m] NORIGIS •F (...)
  • 7 J.-P. Bost et J. Perrier, Un vergobret à Limoges sous le Haut-Empire romain, dans Travaux d’Archéo (...)
  • 8 Voir M. Lejeune, Sur une dédicace lémovice à Grannos, dans CRAI, janvier-mars 1991, p. 193-195 et, (...)

2En 1987, la démolition d’un vieux mur à Limoges, rue de la Roche-au-Gô, mit au jour, remployée dans ses fondations, une pierre gravée d’une inscription datable des débuts de l’Empire6. L’interprétarion incomplète que nous en proposions J. Perrier et moi-même en 19907 a été heureusement corrigée par M. Lejeune8 et le sens du texte est désormais assez clair. On lira en français : “Postumus, fils de Dumnorix, vergobret, a offert de ses deniers la conduite de l’aqua Martia pour la fête des Dix-Nuits de Grannus”.

  • 9 César, B. G., I, 16, 5 :... Lisco, qui summo magistratui praeerat, quem vergobretum appellant Haed (...)
  • 10 J.-F. Drinkwater suggère que même chez les aristocrates naturalisés, l’usage était demeuré de se f (...)
  • 11 Sur cette question, voir en dernier lieu Ph. Leveau, Leau dans les villes d’Aquitaine, dans Villes (...)
  • 12 Peut-être tout simplement parce que lui comme son père n’appartenaient pas aux “bonnes” génération (...)
  • 13 Cet anthroponyme gaulois revient fréquemment dans le récit de César : voir B G I, 3, 5 ; 9, 2 et 3 (...)
  • 14 Hist., IV, 65. La formule a été heureusement reprise par R. Chevallier, dans AN RW, II, l, p. 743- (...)

3On a donc là un acte d’evergétisme municipal réalisé par un vergobret. Ce mot gaulois désigne une fonction indigène déjà signalée par César en 58 av. J.-C. : à cette date, le magistrat suprême des Éduens était connu sous ce vocable9 et il y a tout lieu de penser que le vergobret de Limoges exerçait, dans l’ensemble de la cité des Lémovices, la plus élevée des magistratures, bien évidemment avec l’aval des autorités, c’est-à-dire du gouverneur de la province d’Aquitaine, puisque les Lémovices ne constituaient pas une cité “libre”. L’intérêt de ce document est ainsi de montrer ce que furent les débuts d’Augustoritum (et d’ailleurs des autres villes gauloises) : dans une cité indigène où subsistaient les institutions traditionnelles et dont les habitants vivaient presque tous dans une conditions juridique inférieure, celle de pérégrins – à commencer par Postumus lui-même10 – la romanisation faisait surgir de terre une nouvelle capitale et faisait naître l’évergétisme municipal, sous la forme d’une construction qui, plus que toute autre peut-être, représentait l’arrivée du progrès11. Dans cette transformation, le rôle des élites fut déterminant. Si Postumus, pour une raison inconnue12 ne reçut pas la citoyenneté romaine, il n’en était pas moins de souche aristocratique, comme le signale le suffixe -rix (c’est-à-dire roi, chef, équivalent du rex latin) du nom de son père13. Aux frustes hobereaux enrichis par la guerre succédaient maintenant des citadins plus raffinés dont la gloire allait désormais s’étaler dans des œuvres civiles. Comme le souligne Tacite à propos des Aggrippiniens, les habitants de Cologne, lors des troubles occasionnés par la révolte de Civilis14, Rome créait par la ville un type d’homme nouveau, en quelque sorte une nouvelle race.

Le duumvir Tiberius Taurius Taurianus

  • 15 Sous Galba en 68 ? Ou sous les empereurs Flaviens ? Ou peut-être déjà sous Claude ? G.-Ch. Picard (...)
  • 16 Que l’on connaît de mieux en mieux grâce aux savantes explorations que mène J.-P. Loustaud dans le (...)

4Avec l’octroi du droit latin15, des liens institutionnels nouveaux s’établirent entre la ville et les grands notables qui la gouvernaient et la dotaient en même temps d’une imposante parure monumentale16. Ces liens s’exprimèrent dans une organisation dont l’élément essentiel était le conseil municipal, l’ordo decurionum, formule révélatrice qui manifestait, au moins implicitement, la volonté de ses membres d’apparaître comme une sorte de troisième ordre de la noblesse d’Empire, après les sénateurs et les chevaliers. Le conseil comptait un nombre variable de décurions, selon l’importance des cités, peut-être y en avait-il une centaine chez les Lémovices, peut-être plus. Issus des familles les plus riches, recrutés par cooptation ou par l’élection à une magistrature, ils siégeaient en sessions fixes à Augustoritum, dans un local particulier, situé probablement, selon l’usage, sur un des côtés du forum et dénommé, comme à Rome, la Curie. Sous leur autorité, quelques magistrats administraient les affaires locales. Ils étaient élus pour un an, peut-être, à l’origine, par l’ensemble des citoyens réunis au forum ou au théâtre, assez vite, sans doute, par les seuls décurions et simplement proposés à l’acclamation des citoyens. Leur carrière comportait plusieurs échelons dont le plus élevé était celui de flamine du culte impérial, habituellement choisi par le conseil parmi les anciens magistrats civils du plus haut rang. Les flamines avaient pour rôle de rendre au prince, protecteur naturel de la cité, les hommages dévots de celle-ci. Après eux venaient les duoviri (collège de deux maires), consuls au petit pied. Une base de statue provenant de Limoges va nous aider à comprendre quel était leur rôle.

  • 17 Inscriptions latines des Trois Gaules, 174. Elle a été publiée par M. Labrousse et J. Perrier, dan (...)

5Une inscription, découverte en 1959, boulevard des Petits Carmes, aujourd’hui conservée au musée de l’Évêché17, présente ainsi un duumvir lémovice du iie siècle après Jésus-Christ : “(Statue élevée) à Tiberius Taurius Taurianus, fils du duumvir Taurius Silvanus, duumvir lui-même. La cité des Lémovices, en raison des mérites qu’il s’est acquis auprès d’elle, en a décidé l’érection en prenant l’argent sur les fonds publics. Son père a fait remise de la dépense” (c’est-à-dire qu’il en a lui-même payé les frais). La statue a disparu mais de nombreux exemples connus ailleurs laissent imaginer, sinon sa taille, peut-être grandeur nature, du moins son aspect. Taurianus était sans doute représenté debout, en toge, c’est-à-dire en costume de magistrat romain, la main gauche tendue ou ramenée sur le pan de son vêtement ; à ses pieds, à gauche, était figurée la capsa, boîte cylindrique fermant à clé, contenant les volumina, les dossiers roulés, symbole de ses responsabilités.

  • 18 À la fois par la force des choses (il n’y avait que deux places disponibles par an) et parce que se (...)

6Le duumvirat représentait l’échelon le plus élevé des charges civiles : pendant un an, les duoviri étaient les présidents de la petite république locale et tiraient de leur fonction un prestige d’autant plus grand que le nombre de ceux qui y parvenaient était réduit18 et que l’appareil extérieur dont ils s’environnaient était imposant. Ils portaient la toge prétexte (ornée d’une bande de pourpre), se faisaient précéder dans la rue par deux appariteurs, les licteurs, portant les faisceaux, signe de leur pouvoir de coercition, et avaient droit, quand ils sortaient la nuit, à des porteurs de flambeaux. Ils officiaient assis sur la chaise curule, siège semblable à nos pliants, hérité lui aussi des magistrats romains. Leur principale fonction était de “dire le droit” selon la formule même de leur titre, duumvir iure dicundo. Dans ce domaine, leurs prérogatives restaient limitées au domaine civil et pour des causes modestes : toute affaire d’importance, en effet, était du ressort du gouverneur d’Aquitaine. Leurs autres attributions étaient de présider le conseil municipal et de gérer les finances locales dont leurs adjoints, les questeurs, tenaient normalement les registres. À vrai dire, si la cité savait apprécier les qualités d’un gestionnaire honnête et ferme (et ce n’était pas si commun : les sources littéraires révèlent sur ce point de troublantes faiblesses, pas toujours imputables à la seule incompétence de certains duoviri), elle attendait surtout de ses magistrats des générosités engageant, sous des formes multiples, l’argent de leur patrimoine. Si les merita de Taurianus n’ont pas été simplement de mourir dans l’exercice de ses fonctions (ce que suggère le texte), il faut penser que lui – ou sa famille – s’est montré assez généreux pour que le conseil décide de lui élever une statue. Celle-ci, vraisemblablement, se trouvait sur le forum, conservatoire attitré des célébrités locales. La perspective d’obtenir un jour cet honneur devait susciter parmi les notables une puissante émulation.

La belle réussite des Licinii

  • 19 Le Conseil des Gaules (Concilium Galliarum) était commun aux “Trois Provinces” (Belgique, Lyonnais (...)
  • 20 Sur cette question, voir désormais D. Fishwick, The Imperial Cult in the Latin West, I, 2, Leyde, (...)
  • 21 Les cités des Germanies n’y étaient pas représentées, non plus que celles de l’ancienne Aquitaine (...)
  • 22 Il s’agit de l’inscription dite “Marbre de Thorigny”, qui raconte notamment l’intervention d’un dé (...)

7La gloire des élites limousines s’illustra, sur une plus grande échelle que la simple carrière municipale, à Lyon, la capitale des Gaules, où deux membres de la puissante famille des Licinii reçurent les honneurs du sacerdoce fédéral. Depuis l’époque d’Auguste, le quartier du confluent de la Saône et du Rhône, dans la partie qui correspond aux pentes de l’actuelle Croix-Rousse, était le siège d’une organisation interprovinciale gauloise19. Les monuments les plus célèbres en étaient l’amphithéâtre (celui des martyrs chrétiens de 177) et une immense esplanade sur laquelle, au iie siècle, s’élevaient, en vis-à-vis, dédiés au culte de Rome et d’Auguste et des empereurs défunts, un grand autel et un sanctuaire20. Chaque année, le premier août, s’ouvraient de grandes célébrations à la fois religieuses et politiques : en y rendant les hommages dus à la divinité impériale, on exprimait aussi le loyalisme des provinces envers le prince régnant. À ces panégyries participaient des délégués venus de la plupart des cités21. Ils élisaient sous le nom de sacerdos, prêtre, un président qui, pour un an, devenait le personnage le plus important de toute la Gaule. Et pas seulement dans les mots, car l’assemblée tenait aussi des réunions au caractère politique marqué, où l’on examinait notamment les réclamations des provinces à l’encontre de leurs gouverneurs. Un exemple célèbre du iiie siècle atteste que s’élevaient parfois contre ces derniers de vives attaques qui pouvaient aller jusqu’à une demande de mise en accusation à Rome22. Mais plus que l’importance des responsabilités dévolues au sacerdos et au conseil fédéral, comptait le prestige attaché à la fonction de délégué, et, en fin de compte, les panégyries du Confluent permettaient surtout aux gens les plus distingués de la Gaule de se retrouver entre eux, car les cités députaient à Lyon les plus prestigieux de leurs grands noms, généralement d’anciens duoviri ou d’anciens flamines municipaux. Parfois le renom de certaines familles ou les services rendus par elles dictaient le choix des décurions, en dehors de toute référence à la gestion des honores municipaux. Cette pratique valait aussi pour l’élection du sacerdos, mais très exceptionnellement, on s’en doute. Quintus Licinius Ultor en bénéficia cependant, une année inconnue entre le milieu du iie siècle et celui du iiie.

  • 23 Ce qui suggère que les deux séries d’inscriptions ont été gravées en même temps et dans le même at (...)
  • 24 Six blocs seulement ont été conservés (sans doute la moitié à peine de ceux qui étaient inscrits) (...)
  • 25 Gallia, 38, 1980, p. 521-522. La dédicace complète étalait, sans doute sur 3 m de longueur environ (...)
  • 26 CIL XIII, 1698. L’ensemble de la dédicace se développait probablement sur trois blocs. La longeur (...)

8Pour comprendre ce que représentait l’honneur du sacerdoce fédéral, il faut voir, au nouveau musée archéologique de Lyon où ils sont presque tous exposés, les grands blocs, à l’épigraphie monumentale soulignée de rouge, qui portent les restes de deux dédicaces doubles. Celles-ci appartenaient sans doute à une petite construction commémorative élevée dans le secteur monumental du sanctuaire et enfermant les statues, érigées sur décision du Conseil des Gaules, en l’honneur de Quintus Licinius Tauricus et de son fils Quintus Licinius Ultor. La “mise en page” un peu maladroite qui affecte les textes conservés23 n’affaiblit pas l’impression grandiose que laissent, même mutilés24, ces orgueilleux vestiges qui ont transmis jusqu’à nous la gloire des Licinii. Trois fragments sont dédiés au père. Les deux premiers ne portent qu’une partie de son nom (mais en lettres de 18 cm de hauteur !)25. Le troisième, partie centrale d’un ensemble de trois blocs juxtaposés, explique comment Tauricus, “après avoir rempli les honneurs publics dans la cité” (donc après avoir été duumvir à Augustoritum) a été élu sacerdos “par les trois provinces de la Gaule”26.

  • 27 L’événement était largement célébré par deux dédicaces. La première occupait probablement la surfac (...)
  • 28 Sans doute analogues à celles de Titus Sennius Sollemnis, le Viducasse du “Marbre de Thorigny” (voi (...)

9La seconde série, plus monumentale encore, étale complaisamment le souvenir du privilège dont a bénéficié Licinius Ultor, le fils de Tauricus : alors qu’il n’était âgé que de vingt-deux ans (c’est-à-dire avant même qu’il ait pu remplir la moindre fonction dans sa cité), “le Conseil lui a permis de devenir prêtre à l’autel (de Rome et d’Auguste)”27. Bien entendu, les mérites du jeune homme n’étaient pour rien dans cette faveur, que les délégués du Confluent accordèrent surtout aux services rendus par le père, soit à son action au profit de l’organisation fédérale, soit plutôt aux générosités probablement sans mesure28 dont il avait dû faire preuve pendant sa propre prêtrise et dont il se voyait ainsi doublement récompensé par l’hommage adressé à lui et à son fils, hommage dont, évidemment, il acquitta lui-même les frais. Le sacerdoce confédéral constitua, pour les membres des grandes familles gauloises, l’ambition suprême pendant tout le Haut-Empire.

Les assises de la réussite

10Les différents textes que l’on vient de commenter montrent à l’évidence que si la vie des grands notables était un dialogue avec la ville, elle était aussi, de ce fait, un dialogue avec l’argent.

  • 29 Et pas seulement celle-là : qui a payé les étonnantes constructions deTintignac, par exemple ? Voi (...)
  • 30 Dans Trav. dArchéol. Limousine, 12, 1992, p. 23-91.

11Les sacrifices financiers exigés par leur condition étaient en effet considérables. D’abord d’ordre édilitaire : plus on voit se révéler la parure monumentale de Limoges antique29 plus on est impressionné par les frais énormes que ces constructions – d’utilité publique sans aucun doute, mais au moins autant de prestige – ont dû occasionner. À ce type de dépenses venaient s’ajouter celles qu’il fallait engager pour tenir son rang, c’est-à-dire payer sa propre résidence : combien a pu coûter la “Maison des Nones de Mars” dont J.-P. Loustaud a récemment publié l’extraordinaire architecture30 ? Ce n’est pas tout, à ces libéralités fondamentales venaient s’ajouter d’autres sollicitations, aussi nombreuses que diverses : la somme “honoraire” due à la caisse municipale lorsqu’on était élu à une magistrature, les dépenses d’action “sociale”, en fait des actes évergétiques liés à l’idéologie urbaine, comme l’entretien des thermes (fonctionnement, combustible, rétribution éventuelle du personnel, réparations), l’organisation de banquets de quartier, les distributions d’argent (d’ailleurs plus ou moins tarifées et hiérarchisées), et, surtout, l’organisation des distractions publiques, essentiellement des jeux d’amphithéâtre, mais aussi des spectacles de théâtre, puisqu’Augustoritum possédait les deux types de monuments. C’est là que s’établissait à l’occasion entre les notables une émulation dommageable pour les fortunes. Qui étaient donc ces gens qui acceptaient de risquer dans leur activité publique des patrimoines entiers ? Et quelles étaient les assises de leur puissance ?

  • 31 À Limoges : Claudius, Sulpicius et Flavius.

12Pour arriver à savoir qui ils étaient, il faut d’abord s’arrêter sur leur dénomination. Drinkwater a eu raison d’attirer l’attention sur les Julii mais il y a bien d’autres exemples : si les gentilices impériaux31 laissent imaginer des promotions au moins personnelles, l’onomastique lémovice (comme d’ailleurs celle de l’Aquitaine en général) livre quantité de noms (en Limousin, Aemilius, Cassius, Cornelius, Licinius, ou, chez les proches Pétrucores, Hirtius, et surtout Pompeius, porté par plusieurs familles influentes de la cité, ou encore Valerius en Aquitaine méridionale) qui rappellent eux aussi les gloires du dernier siècle de la République – notamment quelques uns des protagonistes les plus célèbres des guerres civiles – et de l’époque augustéenne. Comment ces noms étaient-ils arrivés jusqu’en Limousin ?

  • 32 C’est ce que fait sagement H. Desaye, Une inscription inédite de Saillans (Drôme), dans Gallia, 42 (...)

13On ne peut rejeter d’emblée l’hypothèse que des protégés de Licinius Crassus, de Pompée, d’Hirtius, d’Agrippa lui-même ou de Valerius Messalla aient pu, pour faits de guerre ou autres, recevoir la citoyenneté romaine, et qu’ils aient tiré de cette situation privilégiée de quoi occuper le premier rang dans leur tribu d’origine. Ensuite, le dynamisme démographique de ces familles et de celles de leurs affranchis aurait suffi à faire survivre tout au long du Haut-Empire ces gentilices prestigieux. Mais on hésite quand même un peu à retrouver le souvenir (la marque) d’un grand homme derrière chaque grand nom32. Car les choses ont pu être aussi moins glorieuses : par exemple ces prospères dynasties d’Aquitaine descendaient peut-être non pas de clients des grands personnages évoqués, mais d’affranchis de ces derniers, qui seraient venus chercher fortune en Gaule et y auraient fait souche... Toutes les propositions sont à la fois plausibles et indémontrables.

  • 33 II n’y en a pas beaucoup : j’en ai compté 119 sans les Caii Iulii et 157 avec ceux-ci. L’échantill (...)
  • 34 Aulus, Caius, Cnaeus, Lucius, Marcus, Publius, Quintus, Sextus, Tiberius et Titus.
  • 35 Deux statistiques produites par Salomies (p. 198), l’une provenant des indices du CIL I, 2, l’autr (...)
  • 36 Comme les Caii Pompeii par exemple, mais cette association est assez commune en Italie du Nord et (...)

14Il y a pourtant quelques éléments de réflexion à tirer de l’onomastique des gens dont le souvenir nous a été transmis par le biais des inscriptions conservées. Lorsque l’on considère les prénoms portés par nos Aquitains33, on constate qu’il y en a deux catégories. On rencontre d’abord ceux qui reprennent l’un ou l’autre de ceux qui étaient traditionnels dans les familles d’origine : ainsi Aulus pour le Hirtius de Périgueux (CIL 1008), Lucius et Marcus pour les Aemilii de Saintes (CIL 1059), Cnaeus pour un Pompeius, Santon lui aussi (CIL 1091), Marcus pour un Valerius de Bordeaux (CIL 871) ou Titus pour un Flavius de Poitiers (An. Epigr., 1984, 638). Dans l’autre catégorie, les prénoms n’ont rien à voir avec ceux des aristocrates éponymes : ainsi Quintus pour les Licinii de Limoges (CIL 1698-1700) ou Caius pour les Pompeii de Périgueux (CIL 939, 1004, 1006 et 1704). Cela laisserait penser que, si ces noms sont anciens (et ils le sont à coup sûr à Périgueux), les bénéficiaires ont reçu en même temps un prénom qui devait précisément les distinguer des authentiques porteurs : ce seraient en quelque sorte des prénoms discriminatoires. À moins que ce ne soit un choix volontaire... ou une fantaisie. Mais celle-ci ne pouvait aller bien loin, car il lui fallait de toute manière s’exprimer dans le cadre étroit du stock des prénoms courants qui, à l’époque impériale, n’étaient qu’une dizaine34. En fait, on constate plutôt que les Aquitains, comme les autres Gaulois, ont porté les prénoms qui étaient partout en usage de leur temps, et avec le même engouement35, même si, localement, on observe des particularités bien marquées36.

  • 37 Ainsi AEM pour Aemilius, ANT pour Antonius, CORN pour Cornelius, LIC pour Licinius, POM ou POMP po (...)
  • 38 Si ce ne sont pas des Aurelii naturalisés par Caracalla en 212 (voir la curieuse BASSIANIA de Péri (...)
  • 39 Exemples danubiens présentés par G. Alföldy, Notes sur la relation entre le droit de cité et la no (...)
  • 40 Mais Dion Cassius (LX, 17) assure que – au moins sous Claude – cela n’était pas obligatoire, ce qu (...)
  • 41 La comparaison entre ma liste et celle qu’avaient établie pour Lyon, en 1973, M. Le Glay et A. Aud (...)

15Regardons maintenant les gentilices. Dans la liste de ceux que j’ai relevés dans les sept grandes cités de l’Aquitaine (quelque 120 noms), 70 (environ 60 %) sont d’origine italienne. Mieux, tous les noms connus en plusieurs exemplaires (j’entends ici les familles et non les individus) et répandus dans le plus grand nombre de cités au point d’y figurer souvent en abrégé37, tous ces noms sont précisément parmi les plus glorieux : Aemilius, Annius, Antonius, Aurelius38, Cassius, Claudius, Cornelius, Licinius, Salvius, etc.. À l’inverse, les gentilices formés à la mode indigène sur le nom unique du père (pérégrin), tels Adnamatianius, Matutinius, ou, à Limoges, Virilius (peut-être un descendant de soldat démobilisé ?), sont presque toujours représentés par un seul exemple. Est-ce à dire que ces dernières familles étaient moins nombreuses que les autres ? C’est probable. Est-ce que ces autres montraient une plus grande vitalité démographique ? Parce qu’elles étaient plus puissantes à l’origine, les nombreux rameaux issus de leurs enfants (et beaucoup plus encore de leurs affranchis) ont dû effectivement peser d’un poids réel dans l’onomastique de chaque cité, puisqu’on ne saurait imaginer que leurs inscriptions funéraires aient particulièrement mieux résisté (partout !) aux aléas de l’histoire des cimetières ! On a vu plus haut que les gentilices italiens dominent largement à Limoges dans les épitaphes postérieures au milieu du iie siècle. Quelle que soit l’incertitude due à la pauvreté numérique de l’échantillon (24 textes), cela doit néanmoins avoir un sens. On admettra donc que, à Augustoritum comme ailleurs39, la mode a joué un rôle important. La tentation devait être forte pour des parvenus d’habiller d’un gentilice qui sonnait bien leur promotion juridique et de lui associer le prénom adéquat. J’en voudrais pour preuve un exemple, malheureusement isolé, mais pourtant représentatif : Drinkwater a mis en avant l’importance des Cai Julii. Mais les porteurs de ce patronyme descendaient-ils tous de ceux qui l’avaient reçu de César ou d’Auguste ? Mon doute vient de ce qu’une inscription de Périgueux (CIL 992) mentionne un C. Iulius Crescens, fils de C. Iulius Adiutor, inscrit dans la tribu Quirina. Or cette tribu n’était pas celle dans laquelle les Jules avaient inscrit les privilégiés qui avaient mérité d’obtenir la citoyenneté. On est bien tenté de conclure que ce Julius était arrivé à la naturalisation par le biais du droit latin, donc au moins à partir de Claude, sinon après 68. Il avait pris alors, non pas le gentilice impérial40, mais celui qui pouvait (ailleurs que dans son milieu ou que dans sa cité) laisser supposer une promotion beaucoup plus ancienne de la famille. Je crois que beaucoup ont dû agir de la même manière. Par là s’explique sans peine le grand nombre – et dans toute la Gaule, au moins civile – de ces gentilices qui “faisaient romain”41. Ainsi, dans la Gaule du Haut-Empire, les grands notables comprenaient des descendants des aristocraties d’antan et des groupes plus récemment promus que ne distinguaient pas nécessairement leur dénomination. À Augustoritum, les Taurii et les Licinii appartenaient peut-être à la même génération des bénéficiaires du droit latin. Mais les premiers avaient choisi de rester dans la tradition onomastique indigène, tandis que les autres avaient voulu associer, à la fortune qui les avait hissés au premier rang des Lémovices, la gloire supplémentaire d’un nom particulièrement prestigieux. Tous, de toute manière, devaient à leur argent leur promotion.

  • 42 Richesses, investissements, dépenses : à la recherche des revenus des aristocraties municipales de (...)
  • 43 J.-F. Drinkwater, Gallic Personal Wealth, dans Chiron, 9, 1979, p. 237-242.
  • 44 La Maison des Nones de Mars, Trav. d’Archéol. Lim., 1. 12, 1992, p. 90.

16Et d’où venait cet argent ? Je ne tenterai pas ici d’expliquer ce qui reste encore inexplicable. Ph. Leveau a, il y a quelques années, fort bien résumé ce que sont les lacunes de notre information : “nous avons quelques renseignements sur le niveau atteint par les grandes fortunes... Nous disposons de listes de dépenses, de ces extraordinaires parures monumentales qui sont une pétrification de richesses. Mais ces dépenses ne permettent pas de remonter directement aux richesses et aux revenus qui les ont supportées”42. Quelques textes célèbres montrent à l’évidence qu’il y avait en Gaule des gens très riches43, et on peut penser que, pour accéder au sacerdoce interprovincial, les Licinii devaient être de ces gens de haute volée, largement installées à Augustoritum, sans doute dans une résidence du genre de la “Maison des Nones de Mars”, comme l’a supposé J.-P. Loustaud44. Sans aucun doute, pour supporter à la fois les frais de représentation, ceux de l’évergétisme et ceux qu’on devait savoir engager pour tenir son rang, il fallait des ressources considérables. Lesquelles ? La terre, assurément, mais pour quelle part ? On sait en effet – les agronomes latins le disaient déjà – que les revenus qu’elle fournissait étaient à la fois incertains (du fait des aléas climatiques entre autres) et médiocres (du fait des faibles rendements de l’agriculture antique). Même s’il est probable qu’en Limousin l’élevage constituait déjà un meilleur placement, et de bon rapport, il est sûr que la terre donnait surtout de la considération : c’était le moyen de rendre “honorables” des profits qui venaient d’ailleurs.

  • 45 L’enrichissement..., art. cit., p. 10-26.

17Dans un article récent, qui reprend des propositions déjà avancées par lui45, G.-Ch. Picard a tenté de montrer que la fortune qui avait porté au Sénat la famille des Sedatii pictons était d’origine commerciale.

  • 46 II est frappant de constater que les inscriptions mentionnant des négociants ou des entrepreneurs (...)
  • 47 Tacite, Ann. XI, 23, 4.
  • 48 Pline, Corr., III 19, 8.

18Seul le commerce pouvait dégager rapidement les énormes bénéfices nécessaires pour asseoir solidement l’avenir d’une génération. Il est difficile de suivre l’auteur dans toutes ses propositions, mais il a raison de dire que les bénéfices non agricoles constituaient certainement la base de la richesse des notables gaulois. Si eux-mêmes ne s’adonnaient pas personnellement au commerce46, ils le faisaient par l’intermédiaire de leurs affranchis, et c’est ainsi que se constituaient réellement ces énormes fortunes qui, déjà au milieu du ier siècle, faisaient trembler les sénateurs italiens47. D’autres sources de profit étaient représentées par le prêt à intérêt – jugé peu honorable, mais pratiqué par tous, y compris les sénateurs48 –, les héritages et les mariages savamment négociés, et, en ville, toutes les formes de spéculation immobilière. Les mines du Limousin doivent peut-être aussi entrer en compte, encore que le statut des exploitations soit inconnu : peut-être étaient-elles sous le contrôle de l’État (les aurières ?), peut-être les particuliers pouvaient-ils s’en approprier les revenus. De toute façon, même si nous ne sommes pas en mesure de connaître les fortunes lémovices, nous pouvons en apprécier l’ampleur au travers de ce que livrent depuis deux ou trois décennies les explorations du sous-sol de Limoges et en mesurer les résultats, car l’architecture urbaine, puissante, coûteuse, ostentatoire, plantée comme le décor d’un théâtre dont ils auraient été les acteurs, renvoyait aux grands notables d’Augustoritum, avec l’image de leur puissance et de leur réussite, celle de leur propre splendeur.

Notes

1 J.-F. Drinkwater a bien mis en lumière les origines, l’essor et la ruine de cette aristocratie d’origine militaire, née de la guerre des Gaules et des guerres civiles ; voir de cet auteur : The Rise and Fall of the Gallic Iulli : Aspects of the Development of the Aristocracy of the'Three Gaule under the Early Empire, dans Latomus, XXXVII, 1978, p. 817-850, et Roman Gaul : The Three Provinces, Londres, 1984, notamment p. 192-202.

2 J.-F. Drinkwater émet l’hypothèse que cette aristocratie a pu se maintenir sous d’autres noms après la fin du ier siècle : les Julii étaient une création de César, il était peut-être normal qu’ils disparaissent après 68 avec la disparition de sa lignée. Au moins dans leur nom, car ils auraient survécu, mais cachés sous une nomenclature qui n’indiquait pas leur réelle qualité. Il est bien difficile de répondre à ces propositions. On peut néanmoins constater que l’épigraphie limousine des iie et iiie siècles montre une active survie des gentilices italiens : sur les 30 familles connues par 24 inscriptions funéraires commençant par la formule Dis Manibus et Memoriae, 24 (soit 80 %) portent des noms italiens, et sur ces 24, 10 sont des Julii, 4 des Sulpicii, et 3 des Annii. Si Drinkwater a raison, les Julii n’auraient survécu qu’à travers l’obscure descendance de leurs anciens affranchis... Cela dit, il est exact que la fin du ier siècle a vu, avec les effets du droit latin, apparaître nombre de gentilices nouveaux, par exemple les Taurii qui ont donné deux maires (duoviri) à Augustoritum.

3 Peut-être dès le règne de Galba si l’on en croit Tacite (Hist., I, 8, 3). Les Sulpicii (gentilice de Galba) ne sont pas si rares en Aquitaine : dans une petite enquête portant sur sept des cités du nord de la Garonne (Lémovices, Arvernes, Bituriges Cubes, Pictons, Santons, Pétrucores et Bituriges Vivisques), j’ai relevé dans les inscriptions du CIL XIII, les ILTG et quelques textes parus dans l'Année Epigraphique, la mention de 19 familles portant ce nom (dont six en Limousin) réparties dans cinq de ces cités. Le fait que presque partout il apparaisse en abrégé dans l’épigraphie (sous la forme SUIT ou SUL) prouve que les porteurs étaient nombreux. De fait, dans la liste des gentilices les plus courants dans les cités retenues, il vient au deuxième rang, (loin) derrière les Julii (51 % des familles) mais à égalité avec les Claudii (9,40 % des familles). Précisément le nombre des Claudii rappelle que Claude avait autrefois favorisé la promotion des Gaulois. L’épisode le plus célèbre est connu grâce au discours par lequel ce prince éclairé s’efforça de leur ouvrir les rangs du Sénat (discours transmis par la “Table claudienne” de Lyon (CIL XIII, 1668 = ILS, 212) et par le récit de Tacite dans les Annales, XI, 23-25). Mais il ne faut pas négliger le témoignage de Sénèque qui, dans l'Apocoloquintose du divin Claude, se moque d’un empereur qui voulait voir tout le monde en toge, c’est-à-dire citoyen romain (Apoc., III, 3).

4 La question du contenu des avantages du droit latin est très discutée. Je m’en tiendrai ici aux observations d’A. Chastagnol, À propos du droit latin provincial, dans IURA, 38, 1987, p. 1624 ; Id., Considérations sur les municipes latins du premier siècle ap. J.-C., dans L’Afrique dans l’Occident romain, Coll, de l’Éc. fr. de Rome, 134, Rome, 1990, p. 351-365.

5 Une curieuse coïncidence fait que ce changement s’opère au moment où, à Rome, l’extinction des grandes familles de l’époque républicaine et de l’époque augustéenne amène au Sénat des générations nouvelles d’origine plus modeste.

6 L’inscription est répartie sur quatre lignes de hauteur décroissante : POSTVMVS • DV[m] NORIGIS •F•VERG•AQVAM•MARTIAM•DECAM NOCTIACIS•GRANNI•D•S•P•D.

7 J.-P. Bost et J. Perrier, Un vergobret à Limoges sous le Haut-Empire romain, dans Travaux d’Archéologie Limousine, 10, 1990, p. 27-32.

8 Voir M. Lejeune, Sur une dédicace lémovice à Grannos, dans CRAI, janvier-mars 1991, p. 193-195 et, déjà, M. Le Glay, Nouveautés épigraphiques, dans ibidem, p. 149-151.

9 César, B. G., I, 16, 5 :... Lisco, qui summo magistratui praeerat, quem vergobretum appellant Haedui ; voir aussi B. G., VII, 32, 3.

10 J.-F. Drinkwater suggère que même chez les aristocrates naturalisés, l’usage était demeuré de se faire appeler par son surnom et sa filiation (c’est-à-dire à la mode indigène). Postumus pourrait être ainsi un Caius Julius Postumus qui n’aurait usé dans notre inscription que d’une forme simplifiée de sa dénomination. J’ai quelque peine à le croire quand je vois les efforts accomplis à la même époque par les nobles des cités voisines pour faire apparaître de la façon la plus visible leur double appartenance gauloise et romaine.

11 Sur cette question, voir en dernier lieu Ph. Leveau, Leau dans les villes d’Aquitaine, dans Villes et agglomérations antiques du Sud-Ouest de la Gaule, Bordeaux, 13-15 septembre 1990, Deuxième Colloque Aquitania, Bordeaux, 1992 (6e supplément à Aquitania).

12 Peut-être tout simplement parce que lui comme son père n’appartenaient pas aux “bonnes” générations, celles qui ont pu s’engager dans l’action militaire et en retirer le bénéfice de la naturalisation.

13 Cet anthroponyme gaulois revient fréquemment dans le récit de César : voir B G I, 3, 5 ; 9, 2 et 3 ; 18, 1, 3 et 10 ; 19, 4 ; 20, 6 ; V, 6, 1 et 2 ; 7, 1,3 et 5.

14 Hist., IV, 65. La formule a été heureusement reprise par R. Chevallier, dans AN RW, II, l, p. 743-745.

15 Sous Galba en 68 ? Ou sous les empereurs Flaviens ? Ou peut-être déjà sous Claude ? G.-Ch. Picard le croit pour la cité des Pictons (L’enrichissement par le commerce dans la Gaule romaine à l’époque impériale, dans Bull. Arch, du Comité, 23/24, 1987-1988, p. 7-37 (p. 9-10) avec bibliographie antérieure sur le sujet, abordé notamment par Jullian, Hist, de la Gaule, IV, p. 174 et 270). A lire les sources, on a davantage l’impression d’abus résultant de la corruption des affranchis et esclaves de la maison impériale que de mesures générales décidées par le prince. D’après Dion Cassius (LX, 17), le droit de cité romaine, autrefois “récompense du seul mérite” pour reprendre la formule de Tacite (Ann., Ill, 40, 1), était, sous Claude, “donné sans retenue, tantôt individuellement, tantôt à des collectivités... Beaucoup le lui demandaient ou l’achetaient de Messaline et des membres de la familia impériale. Aussi ce droit, d’abord vendu très cher, tomba ensuite si bas, suite à la facilité avec laquelle on l’obtenait, qu’on disait communément qu’en offrant en cadeau des vases en verre, même cassés, on était citoyen romain. Claude, sur ce point, fut exposé aux railleries”...
Dans le petit nombre des inscriptions que j’ai relevées, les trois gentilices CLAUDIUS, SULPICIUS et FLAVIUS apparaissent à peu près également répartis entre les cités. Partout aussi leur emploi en abrégé traduit leur forte diffusion.

16 Que l’on connaît de mieux en mieux grâce aux savantes explorations que mène J.-P. Loustaud dans le sous-sol de Limoges : voir Limoges gallo-romain, Limoges, 1980, et, depuis, les Travaux d'Archéologie Limousine et le Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin.

17 Inscriptions latines des Trois Gaules, 174. Elle a été publiée par M. Labrousse et J. Perrier, dans Bull Soc. Archéol et Hist, du Limousin, t. 87, 1960, p. 275-282 :
t]IB TAVR(io) TAV[r(ii)
si]LVANI II VI[r(i filio)
ta]VRIÀNO II [v(iro)
ci] VITAS LEM[o
vi]C(um) OB EIVS E[r
gal SE MERITfa
pu]BLIC(e) DEC[re
vi]T PATER IM
pe]ND(ium) REMISS[it

18 À la fois par la force des choses (il n’y avait que deux places disponibles par an) et parce que seuls avaient des chances de se faire élire les membres des familles influentes, qui se transmettaient le pouvoir de père en fils tant que durait leur lignée masculine ; c’est ce que montre l’exemple de Taurianus.

19 Le Conseil des Gaules (Concilium Galliarum) était commun aux “Trois Provinces” (Belgique, Lyonnaise et Aquitaine). Sur l’institution, l’histoire et la ruine des panégyries du Confluent, voir L. Maurin, Saintes Antique, Saintes, 1978, p. 181-204, avec bibliographie, dont J. Deininger, Die Provinziallandtage der romischen Kaiserzeit, Munich, 1965 (= Vestigia, VI).

20 Sur cette question, voir désormais D. Fishwick, The Imperial Cult in the Latin West, I, 2, Leyde, 1987 (EPRO, 108), p. 308-316.

21 Les cités des Germanies n’y étaient pas représentées, non plus que celles de l’ancienne Aquitaine d’avant la conquête (au sud de la Garonne). Au total, sur les quelque 83 cités que comptait dans son ensemble la Gaule Chevelue au iie siècle, une trentaine envoyaient ailleurs leurs délégués. La province de Narbonnaise avait une organisation propre dont le siège était à Narbonne.

22 Il s’agit de l’inscription dite “Marbre de Thorigny”, qui raconte notamment l’intervention d’un délégué de la cité des Viducasses (auj. Vieux, Calvados) en faveur d’un gouverneur de Lyonnaise, vers 220 ap. J.-C. Le texte est publié dans CIL XIII, 3162. Une traduction et un commentaire ont été donnés par Pflaum (H.G.), le Marbre de Thorigny, Paris, 1948. À l’inverse, les cités votaient aussi des félicitations à leurs gouverneurs, demandaient leur patronage ou même leur élevaient des statues : dans la seconde moitié du iie siècle ou au début du iiie, à Lyon, la cité des Lémovices en éleva une à un légat d’Aquitaine devenu son patron (CIL XIII, 1803).

23 Ce qui suggère que les deux séries d’inscriptions ont été gravées en même temps et dans le même atelier et qu elles étaient destinées à un même monument honorant conjointement le père et le fils.

24 Six blocs seulement ont été conservés (sans doute la moitié à peine de ceux qui étaient inscrits) et deux d’entre eux ne portent plus que la moitié supérieure de la dédicace.

25 Gallia, 38, 1980, p. 521-522. La dédicace complète étalait, sans doute sur 3 m de longueur environ, le nom et l’ethnie de Tauricus : q.Lic]INIO TAURICO [lemovico],

26 CIL XIII, 1698. L’ensemble de la dédicace se développait probablement sur trois blocs. La longeur totale devait être de l’ordre de 4 m. À la restitution proposée par J. Guey (REA, LVI, 1954, p. 314-315), on préférera une formule plus proche de celle du CIL :
q licinio t]AVRICO Q LICIN[ii fil
apud suos publi]CIS HONORIBVS FVN[cto sacerdoti
apud aram a t]RIB PRO VINCIS GA[lliae creato et
lici]NIO LICIN SABIN[i fil.
... ? ? ? ?.
[tres provinciae gallliae]

27 L’événement était largement célébré par deux dédicaces. La première occupait probablement la surface de trois blocs. L’un de ceux-ci, connu depuis longtemps, est au CIL XIII, 1700. Un second récemment découvert à Lyon (Gallia, 38, 1980, p. 521, et Bull, des Mus. et Mon. Lyonnais, VI, 1977-1981, p. 468-474), le complète à droite. Il manque celui de gauche avec le début des six lignes, gravées en lettres de 13 cm de hauteur (et plus de 17 pour la dernière !). Le texte peut se restituer à peu près ainsi :
q licinio ult]ORI LICINI TAVRICI F
cui duo et vi]GINTI ANNOS NATO
 ? conventu]S SACERDOTIVM
 ? apud aram g]ERERE PERMISIT
tres pro]VINCIAE GALLIAE
q licinio ul]TORI LEMOVICI ET
(sur le côté droit : Q LIC[inio taurico...)
Un bloc plus modeste, quoiqu’encore de bonne taille (longueur : 1,05 m, lettres de 6,5 cm), conservé sur une hauteur de 55 cm seulement, devait répéter la dédicace, mais dans un formulaire un peu différent (CIL XIII, 1689) :
Q LICINIO VLTORI
LICINI TAVRICI FIL
QVI SACERDOTIVM
APVD ARAM DVO ET
[viginti annos nato
ex concilii consensu
gerere potuit
tres provinciae
galliae]

28 Sans doute analogues à celles de Titus Sennius Sollemnis, le Viducasse du “Marbre de Thorigny” (voir note 22) qui dépensa en quatre jours de spectacles, pour des combats de gladiateurs, plus de 300 000 sesterces (plus d’un million de francs actuels). Ces très lourds engagements financiers étaient la contrepartie obligée des honneurs auxquels se hissaient les grands notables gaulois.

29 Et pas seulement celle-là : qui a payé les étonnantes constructions deTintignac, par exemple ? Voir G. Lintz, Carte Archéol. de la Gaule romaine, XVI : Corrèze, 1981, p. 78.82, no 91.

30 Dans Trav. dArchéol. Limousine, 12, 1992, p. 23-91.

31 À Limoges : Claudius, Sulpicius et Flavius.

32 C’est ce que fait sagement H. Desaye, Une inscription inédite de Saillans (Drôme), dans Gallia, 42, 1984, p. 233-239 : il relève qu’il y a en Narbonnaise “banalisation extrême... de ces noms et prénoms rappelant les grands personnages de]a République”, mais qu’on ne peut pas faire remonter au grand Pompée tous les (nombreux) Pompeii de la province.

33 II n’y en a pas beaucoup : j’en ai compté 119 sans les Caii Iulii et 157 avec ceux-ci. L’échantillon est donc assez pauvre. Cela vient de ce que les textes conservés (presque tous originaires des remparts urbains ou des constructions du haut Moyen Âge) appartiennent plutôt à l’époque la plus tardive du Haut-Empire, celle où l’usage du prénom tendait à disparaitre. Ce phénomène a été bien étudié récemment dans le beau livre d’Olli Salomies, Die römischen Vornamen. Studien zur römischen Namengebung, Commentationes Humanarum Litterarum, 82, 1987.

34 Aulus, Caius, Cnaeus, Lucius, Marcus, Publius, Quintus, Sextus, Tiberius et Titus.

35 Deux statistiques produites par Salomies (p. 198), l’une provenant des indices du CIL I, 2, l’autre des personnes inscrites dans la tribu Suburane, donnent les résultats suivants : Caius : 22,5 et 27,1 % ; Lucius : 21 et 16,8 % ; Marcus : 15,9 et 17,3 % ; Publius : 8,7 et 7,4 % ; Quintus : 7,7 et 7,3 % ; Aulus et Titus viennent ensuite avec 5/5,2 et 3,8/3,1 %. En Aquitaine (dans les sept cités étudiées), Lucius vient en tête (21,8 %), suivi de Caius (21 %, mais 40,13 avec les Caii Julii) et de Marcus (21 %), de Titus (8,4 %) et de Tiberius (7,6 %), eux-mêmes devant Aulus (5,9 %) et Quintus (5,9 %). Les deux listes, on le voit, donnent la même supériorité aux trois premiers prénoms (autour de 60 %) sur les autres.

36 Comme les Caii Pompeii par exemple, mais cette association est assez commune en Italie du Nord et Narbonnaise si l’on en croit les indices du CIL.

37 Ainsi AEM pour Aemilius, ANT pour Antonius, CORN pour Cornelius, LIC pour Licinius, POM ou POMP pour Pompeius, VAL pour Valerius, etc...

38 Si ce ne sont pas des Aurelii naturalisés par Caracalla en 212 (voir la curieuse BASSIANIA de Périgueux, CIL 11052 : Bassianus était le surnom d’origine de Caracalla avant son élévation à l’Empire).

39 Exemples danubiens présentés par G. Alföldy, Notes sur la relation entre le droit de cité et la nomenclature dans l’empire romain, dans Latomus, XXV, 1966, p. 37-57.

40 Mais Dion Cassius (LX, 17) assure que – au moins sous Claude – cela n’était pas obligatoire, ce que confirme, à l’évidence, la liste des gentilices utilisés dans tout l’Occident romain.

41 La comparaison entre ma liste et celle qu’avaient établie pour Lyon, en 1973, M. Le Glay et A. Audin, est tout à fait instructive (voir : Gentilices romains à Lugdunum, dans Rev. Arch, de l’Est, XXIV, 1973, p. 537-544). À Lyon, on trouve d’abord des Julii, puis des Valerii, des Claudii, des Aurelii, des Flavii, des Aelii, des Antonii et des Aemilii. Le nombre des individus que j’ai pu recenser dans les sept cités d’Aquitaine retenues donne le classement suivant : Julius, Sulpicius, Pompeius, Claudius, Valerius, Flavius, Aurelius, Aemilius et Antonius, c’est-à-dire quelque chose de tout à fait voisin si l’on excepte l’intrusion des Sulpicii et des Pompeii propre à la région. Un classement par nombre de familles et par nombre de cités représentées donne sensiblement les mêmes résultats. Or Lyon était une colonie de fondation, c’est-à-dire que ses habitants étaient des citoyens d’origine. Si les mêmes gentilices se retrouvent partout, pratiquement dans les mêmes proportions, c’est que leur usage relevait d’autres critères que ceux d’une brillante origine.

42 Richesses, investissements, dépenses : à la recherche des revenus des aristocraties municipales de l’Antiquité, dans L'origine des richesses dépensées dans la ville antique. Actes du colloque organisé à Aix-en-Provence par l’U.E.R. d’Histoire, les 11 et 12 mai 1984, présentés et réunis par Philippe Leveau, p. 19-31 (p. 20).

43 J.-F. Drinkwater, Gallic Personal Wealth, dans Chiron, 9, 1979, p. 237-242.

44 La Maison des Nones de Mars, Trav. d’Archéol. Lim., 1. 12, 1992, p. 90.

45 L’enrichissement..., art. cit., p. 10-26.

46 II est frappant de constater que les inscriptions mentionnant des négociants ou des entrepreneurs de transport ne font jamais (à une exception près) allusion à un quelconque engagement municipal.

47 Tacite, Ann. XI, 23, 4.

48 Pline, Corr., III 19, 8.

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540