Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

2. Villes et campagnes de l’Occident romain

Un professeur de grammaire à Limoges sous le Haut-Empire

Note de l’éditeur

BSAHL (Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin), CXVI, 1989, p. 55-66 (co-auteur J. Perrier).

Texte intégral

1De toutes les inscriptions lapidaires d’époque romaine conservées dans la section archéologique du musée municipal de Limoges, l’épitaphe de Blaesianus, le professeur de grammaire, est, sans contredit, la plus attachante. Ce petit poème funéraire destiné à célébrer avec une vanité un peu naïve, les mérites du maître défunt, a droit à mieux qu’une attention polie : il livre en effet en peu de mots, et sur des sujets fort divers, des informations d’un grand intérêt. Lors d’une récente révision du texte pour la refonte du Corpus des inscriptions latines de l’Aquitaine, nous avons été attirés par la richesse de son contenu et cela nous a donné l’envie de la faire mieux connaître.

  • 1 Registre des délibérations municipales, no 11, f° 92, 93 et 104. Cf. E. Vincent, La démolition du c (...)
  • 2 “Wido abbas... incoavit clocarium” (Duplès-Agier, Chroniques de Saint-Martial de Limoges, publiées (...)

2Il n’est pas inutile de rappeler d’abord les conditions dans lesquelles ce remarquable monument est parvenu au musée municipal de l’Evêché avec une forme mutilée et un texte partiellement modifié. L’histoire commence le 25 messidor an V (13 juillet 1797) lorsque la municipalité de Limoges autorise la citoyenne Brousseau, veuve de l’entrepreneur Mathurin Brousseau, à démolir ce qu’il reste de la basilique Saint-Martial, à savoir le clocher-porche1 du xie siècle dont les fondations avaient été entreprises sous l’abbatiat de Gui (974-991)2.

  • 3 Un arrêté préfectoral du 13 pluviose an XIII (2 février 1805) prescrit encore l’achèvement des trav (...)
  • 4 Aubin Louis Millin, qui se rendit célèbre en publiant, en 1794, l'Annuaire du républicain, sanctora (...)
  • 5 XIII, 2, p. 403.
  • 6 J. Duroux, Essai historique sur la Sénatorerie de Limoges, Limoges, 1811, p. 272 et pl. IV, fig. 19
  • 7 C.-N. Allou, Description des monuments des différents âges observés dans le département de la Haute (...)
  • 8 Dons faits au musée, B.S.A.H.L., II, 1847, p. 64 ; M. Ardant, Sur quelques inscriptions limousines,(...)
  • 9 De 1847 à 1869, elle est entassée avec les autres pierres rassemblées par la Société archéologique (...)
  • 10 Inv. ARC. L.23. L'inscription figure au CIL XIII sous le no 1393 et dans les Carmina Latina Epigrap (...)

3C’est l’achèvement de cet acte de vandalisme public – mais on a fait parfois aussi bien depuis – qui va livrer, entre 1797 et 1807, dans les fondations du clocher abattu, l’épitaphe de Blaesianus3. Recueillie avec six autres pièces par l’arboriculteur Jean-Baptiste Juge de Saint-Martin, elle est transportée par celui-ci dans sa pépinière des Arènes (quartier actuel de l’avenue Foucaud). Le nouveau propriétaire adresse alors à A.-L. Millin4 une copie du texte sur laquelle figure expressément à la ligne 1 la formule ARTIS GRAMMATICES. Cette version, publiée en 1808 dans le Magasin Encyclopédique5, est reprise par Jacques Duroux en 18116. C’est Charles-Nicolas Allou qui, en 18217, signale que le mot grammatices a été remplacé par insitionis, substitution opérée à coup sûr par Juge lui-même entre 1807 (ou 1811 si Duroux a vu l’inscription encore intacte) et 1821. En 1847, Mme Bardy, fille de J.-B. Juge, en la donnant au musée que vient de créer la Société archéologique et historique du Limousin, scelle définitivement le destin de la pierre8. Depuis cette date, en effet, elle a suivi le sort de la collection lapidaire de celui-ci9 et figure aujourd’hui dans le sous-sol du palais de l’Évêché, au milieu des quelques témoins épigraphiques des antiquités de Limoges10.

4Le monument de Blaesianus est un dé de granit dont on ne peut plus guère restituer que par l’imagination l’état d’origine :

  • 11 Ce type de monument, dont l’exemple le mieux conservé à Limoges est l’imposant cippe qui se dresse (...)
  • 12 Inscriptions romaines de Bordeaux, II, p. 516.
  • 13 CIL XIII, 1393.

5Retaillé en effet, au plus tard dans le dernier quart du xe siècle, en vue de son remploi dans les fondations du clocher de Saint-Martial, il a perdu sa base et aussi son couronnement, qu’on imaginera pyramidal (fig. 1) comme en portent bien des cippes limousins11. Il se présente aujourd’hui sous la forme d’un bloc parallélépipédique de 1,06 m de hauteur, 0,72 m de large et 0,68 m d’épaisseur. La patine noire qui recouvre la face antérieure et l’usure du granit tendre dans lequel il fut taillé ne laissent pas aisément reconnaître tous les détails du décor qui surmonte le grand cartouche (0,40 m de hauteur et 0,59 m de largeur) portant l’inscription (fig. 2). Blaesianus est représenté en buste, de face, à l’intérieur d’une niche cintrée à double arcature en boudin, ses bras reposant sur le bandeau plat inférieur de celle-ci. Il est vêtu d’une épaisse tunique à manches côtelées serrées au poignet par deux gros ourlets. Sur les épaules, il porte une grosse écharpe dont les pans paraissent se croiser sur la poitrine. La main gauche tient un volumen, tandis que la droite, relevée, présente un objet indéterminé (volumen ? pomme ? grenade ?). La tête est coiffée d’une chevelure épaisse en rouleaux tandis qu’une barbe en collier, fournie mais peu distincte, enveloppe le visage. Derrière l’épaule droite est dessinée une tablette portant sur deux lignes les lettres capitales M B C/B C, sur la lecture desquelles divers savants ont hésité, même Camille Jullian12 et Otto Hirschfeld13. Il faut y lire à coup sûr des tria nomina (ligne 1) et l’indication de l'origo du défunt (ligne 2).

– Fig. 1. Cippe funéraire gallo-romain, derrière le chevet de la cathédrale. – La face antérieure du dé présente des traces de l'épitaphe, que l'usure a rendue illisible (h. totale, 2,24 m ; h. du dé inscrit, 0,83 m ; sa largeur, 0,67 m ; sa profondeur, 0,61 m).

6Si l’on excepte la substitution de INSITIONIS à GRAMMATICES qui a entraîné la regravure complète de la ligne 1, le texte d’origine, intact et bien conservé, se lit sans difficulté :

ARTIS <GRAMMATICES>
DOCTOR MORVMQ(ue) MAG(is) TER
BLAESIANVS BITVRIX M
VSARVM SEMPER AMATOR
HIC IACET AETERNO DEV
INCTVS MEMBRA SOPORE

7Le port de la barbe en collier, les ligatures qui affectent les trois dernières lignes du texte et une paléographie relativement peu caractéristique nous font proposer, pour cette inscription, une datation large entre le milieu du iie siècle et le début du iiie. Quelques fautes de mise en page, communes au demeurant dans l’épigraphie gauloise (mots mal coupés en fin de ligne, lettres mal calibrées étirant le texte à gauche et le comprimant à droite), ne doivent pas faire oublier la qualité d’ensemble de la réalisation. Le graveur a plutôt bien réussi son travail. Œuvrant sur un matériau médiocre, il a néanmoins bien formé ses lettres et a su faire tenir sur deux lignes (à l’exception du premier dont il a fallu renvoyer à la ligne 3 – mais bien au milieu de celle-ci – la dernière syllabe) chaque vers du poème funéraire. Celui-ci se présente en effet en trois hexamètres qui se lisent ainsi :

Ārtīs/grāmmătĭ/cēs dōc/tōr mō/rūmque mă/gister
Blaēsĭă/nūs Bĭtŭ/rīx Mu/sārūm/sēmper ă/mator
Hīc ĭacet/āetēr/nō dē/vīnctūs/mēmbră sŏ/pōrĕ
C’est-à-dire :
“Professeur d’art grammatical et maître de bonne conduite, Blaesianus, Biturige, qui a toujours aimé les Muses, gît ici, les membres enchaînés dans un sommeil éternel”.

  • 14 II en existe en vérité fort peu. En Occident, on peut mentionner – outre celui de Limoges – trois a (...)

8Tourner sa propre épitaphe en quelques vers – hexamètres, comme on les aime de plus en plus (par facilité ?), dès le Haut-Empire –, emprunter à Lucrèce (Nat. rer. IV, 454) la formule d’une allusion un peu convenue au sommeil éternel, rappeler ses tâches de professeur et sa mission d’éducateur, n’ont rien de surprenant de la part d’un grammaticus. Plus intéressant peut-être est-ce que nous apprenons de lui-même : il se prénommait Marcus, son nom était probablement Claudius et son surnom Blaesianus. Il était donc citoyen romain, ce qui le classait – si le document est antérieur à l’édit de Caracalla de 212 – dans une catégorie déjà privilégiée. Biturige – de Bourges ;'car il faut développer en B(iturix) C(ubus) les initiales B C de la tablette (ligne 2)-, c’est en voisin qu’il vint enseigner à Augustoritum, par nécessité ou par son seul désir, on ne sait. Les professeurs de grammaire, c’est Quintilien qui le dit (I, IV, 1-2), prenaient les enfants sachant lire et écrire et se consacraient à un enseignement hérité de la pédagogie grecque, qui comprenait deux parties : apprentissage d’une orthographe et d’un parler correct (recte loquendi) en même temps qu'explication de la langue d’une part, et, d’autre part, lecture expliquée des poètes (poetarum enarratio), en fait Homère et Virgile, dans laquelle trouvait place la musique, l’astronomie et même la philosophie. Si Quintilien insiste beaucoup sur le rôle essentiel que jouent, dans la formation des adolescents, les grammatici, il faut bien reconnaître que ces derniers connaissaient rarement l’illustration. À lire quelques inscriptions retrouvées ici ou là14, on devine qu’ils se faisaient une haute idée de leur art, mais peut-être était-ce le plus souvent simple compensation posthume, car les conditions dans lesquelles ils dispensaient leur savoir (en général une classe installée dans un local du forum fermé de l’extérieur par un simple rideau) et les rétributions assez maigres qu’ils percevaient (fussent-ils fonctionnaires municipaux ou indépendants) faisaient de ce métier une profession peu attrayante. Il est donc d’autant plus émouvant de lire sur l’épitaphe de Blaesianus le désir de celui-ci de livrer à la postérité une image noble de lui-même et de son action. Il ne semble pas cependant que notre personnage ait connu une vie difficile car, restitué dans ses dimensions d’origine, son cippe funéraire devait dépasser les deux mètres de hauteur et le portrait en buste de la niche en avait sûrement augmenté le prix. On est tenté alors de supposer qu’il fit à Limoges une carrière assez brillante et que le beau monument qu’il s’était fait préparer de son vivant (avec le texte du poème) signalait, en même temps que ses talents et ses vertus, la réussite matérielle du maître. C’est peut-être le long de la route de Poitiers, dans la nécropole du Petit-Tour, là où apparurent au siècle dernier deux autres stèles pyramidales, que se dressait la tombe du digne magister.

– Fig. 2. Stèle du professeur de grammaire Blaesianus. – Limoges, musée municipal de l'Évêché.

  • 15 J. Perrier, Le cimetière gallo-romain du Petit-Tour à Limoges, Travaux d’Archéol. limousine, 9, 198 (...)
  • 16 J. Perrier, Recherche sur les sépultures médiévales en Haut-Limousin : la nécropole de Saint-Martia (...)
  • 17 Proposition formulée dans l’article cité ci-dessus, note 15.
  • 18 Ce sujet a été largement débattu lors du IVe Congrès Archéologique de Gaule méridionale, Toulouse/M (...)

9Le cimetière gallo-romain du Petit-Tour à Limoges offre la particularité remarquable de n’avoir jamais livré aux archéologues que des sépultures à incinération15. La chose vaut d’être notée puisque, non loin de là, à environ quatre cents mètres, la nécropole de Saint-Martial ne contient que des inhumations16 : aux fosses, coffres et cippes du premier s’opposent ainsi les sarcophages, caissons, cercueils ou ensevelissements en pleine terre de la seconde. Chronologiquement toutefois, le cimetière de Saint-Martial a pris le relais, au début du ive siècle, de celui du Petit-Tour, dont les éléments datables ne couvrent que les trois premiers siècles. Si, comme il paraît probable, la sépulture de Blaesianus provient bien du Petit-Tour17, son cas doit nous convaincre d’abandonner ce schématisme simplificateur puisque s’offre là le témoignage assuré d’une inhumation, dans un ensemble et à une époque où celle-ci, en Aquitaine comme dans le reste de l’Occident18, était plutôt une rareté.

  • 19 De Nat. rer. IV, 454-455.
  • 20 Les sarcophages romains de Saint-Médard-d’Eyrans, Rev. des Ét. Anciennes, LV, 1953, p. 361-378.
  • 21 R. Turcan, Les sarcophages romains à représentations dionysiaques, Paris, 1966.
  • 22 CIL XIII, 633.
  • 23 Les sarcophages trouvent place dans des constructions qui ne sont pas morphologiquement différentes (...)

10C’est à la fin du poème que s’en trouve la preuve, dans le vers Hic iacet aeterno devinctus membra sopore. Si, en effet, hic iacet figure indifféremment sur les épitaphes de personnes incinérées ou inhumées, l’association de cette expression et des mots suivants, décrivant les membres paralysés par le sommeil éternel, ne peut désigner qu’une inhumation : c’est de l’être vivant endormi et plongé dans le rêve que parle Lucrèce lorsqu’il décrit “des membres pris dans les douces chaînes du sommeil, quand le corps est étendu dans le plus profond repos”19, mais c’est à l’être mort que s’adressent des représentations comme celles d’Endymion et Séléné ou d’Ariane à Naxos qui figurent sur le devant de certains sarcophages, tels, en Aquitaine, ceux de Saint-Médard-d’Eyrans étudiés autrefois par R. Étienne20. R. Turcan a bien montré comment ces scènes sont la transcription matérielle des espoirs d’immortalité que nourrissaient ceux qui les avaient commandées, manifestations particulièrement nettes sur les sarcophages d’inspiration dionysiaque21. On ignore certes ce qu’étaient les convictions religieuses de Blaesianus, mais même si l’on refuse de lire sur son épitaphe autre chose qu’une réminiscence littéraire, cabotinage de savant attendu chez un vieux professeur, on ne peut contester que le choix du formulaire ne s’applique qu’à une inhumation. Notre personnage vient donc s’inscrire dans la liste – peu fournie – des gens qui, pour diverses raisons (traditions familiales ou ethniques, fidélité à un usage local, convictions religieuses) pratiquaient un rite funéraire peu répandu alors, comme en témoignent les résultats obtenus dans l’ensemble de l’Aquitaine par les découvertes archéologiques : les fouilles de nécropoles livrent au mieux des pourcentages qui n’atteignent pas le plus souvent 5 % du total des sépultures. Par-là se comprend aussi la rareté des témoignages épigraphiques, dont le plus célèbre reste celui de l’inscription bordelaise de Domitia, la (chrétienne ?) Trévire22. C’est ce que prouve enfin – si l’on met à part les sarcophages23 – l’absence de monuments funéraires de surface adaptés typologiquement à cet usage : stèles, autels et cippes traditionnels ont perduré logiquement jusqu’au Bas-Empire, ne livrant qu’exceptionnellement, comme ici, dans leur formulaire, les preuves certaines que le défunt n’avait pas été incinéré.

  • 24 Bien des textes funéraires, en effet, concernent des voyageurs que la mort a frappés dans leur dépl (...)

11Lorsque quelqu’un décède dans une autre cité que la sienne, on porte normalement sur son épitaphe le nom de celle-ci. Cette précieuse indication, qui ouvre aux historiens de nombreuses directions de recherche, depuis l’étude de la citoyenneté locale jusqu’à celle des routes24, va nous fournir le sujet d’une dernière série de réflexions. En lisant l’inscription de Blaesianus, on constate que son origine est signalée deux fois : d’abord largement étalée au vers 2 en Biturix, elle est ensuite discrètement rappelée sur la tablette de la niche par les lettres B C qui rendent explicite son appartenance aux Bituriges Cubi de Bourges. Mais cette précision s’avérait-elle encore nécessaire au temps où le magister préparait le texte que devait porter son monument funéraire ?

  • 25 Références dans A. Holder, Alt-Celtischer Sprach-Schatz, 1, Graz, 1961, s.v.
  • 26 Strabon, IV, 2, 2 ; Pline, NHIV, 19, 109.
  • 27 Strabon, IV, 2, 1 ; Pline, NHW, 19, 108.
  • 28 Pour Bordeaux : CIL XIII, 566 : Augusto Sacrum el Genio cuitatis Bit(urigum) Viu(iscorum) (ier s. ? (...)
  • 29 R. Étienne, Bordeaux antique, Bordeaux, 1962, p. 102-109.
  • 30 On n’en connaît que la publication tardive de la Notice des Gaules (Not. Gall. XIII, 2) au début du (...)
  • 31 Not. Gall. XII, 2.
  • 32 CIL XIII, 566 ; 1697. Voir ci-dessus n. 28.
  • 33 Voir R. Étienne, Bordeaux antique, sous le titre “Une métropole cosmopolite”, et notamment p. 136-1 (...)
  • 34 Voir déjà CIL VIII, 2103 (inscription de Numidie) : D. Seius D. f. Quirfina [tribu]) Iuvenis, Burdi (...)
  • 35 Voir ci-dessus n. 28.
  • 36 Deux milliaires datés de 237 (CIL XIII, 8922, Bruère-Allichamps, et Gallia, 32, 1976, p. 278-285, t (...)
  • 37 L’administration militaire ne connaît par exemple que les Bituriges sans autre précision. Malgré R. (...)
  • 38 C. Jullian, Histoire de la Gaule, II, p. 35 et n. 3.
  • 39 Cette situation apparaît dans toute son originalité lorsqu’on la compare à ce qui s’est passé chez (...)

12Les Bituriges, que César n’a jamais connus qu’en Berry, et dont il vante à plusieurs reprises la capitale Avaricum25, étaient, à l’époque impériale, divisés en deux populi que Strabon, confirmé par la liste de Pline, nomme Cubi pour ceux de Bourges26 et Vivisci pour ceux du Bordelais27. Ces dénominations apparaissent à plusieurs reprises sur des documents tant privés qu’officiels, locaux ou provinciaux28. Or, au cours de l’époque impériale, les Girondins, qui avaient rendu glorieuse la qualité de Biturige en baptisant biturica le plan de vigne qu’ils avaient acclimaté chez eux29, ont, à un certain moment, abandonné toute référence ethnique pour ne plus être que des Bordelais, ce qu’enregistre définitivement l’administration, probablement à l’époque de la réforme de Dioclétien, à la fin du iiie siècle30 : la cité de la Garonne est appelée désormais civitas Burdigalensium. À l’inverse, dans le même temps, les Bituriges Cubes ont, semble-t-il, renforcé leur sentiment ethnique en accaparant pour eux seuls le nom de la nation toute entière, ce qui aboutit à la civitas Biturigum de la Notice des Gaules31, d’où est sortie la dénomination du Berry actuel. Bien évidemment, il est exclu qu’une telle coupure ait pu se produire à une date précise : elle a certainement sanctionné l’usure produite par une longue pratique et il paraît infiniment vraisemblable que très tôt, peut-être dès la création des deux cités bituriges à l’époque augustéenne, on distinguait déjà par le nom de Bordeaux les Bituriges girondins. D’ailleurs, si la dénomination officielle de la cité était civitas Biturigum Viviscorum32, il est bien certain que les nombreux négociants et marchands, presque tous étrangers au pays, qui fréquentaient le grand emporion du port de la lune33, ignoraient celle-ci et leur pression continue a certainement favorisé la victoire de Burdigala sur l’ethnique. La chose était apparemment réalisée dès le iiie siècle34 si l’on tient pour recevable – bien qu’il émane précisément d’un étranger – le témoignage de ILTG 141, daté de 237, texte dans lequel un commerçant breton déclare se mettre, pour affronter les périls d’une longue traversée, sous la protection de la Tutela Bourdigalensium (sic), la Tutèle des Bordelais. De leur côté, les Berrichons paraissent s’être réservé l’usage exclusif du nom biturige. S’il est vrai, en effet, que, jusqu’au iiie siècle, inscriptions officielles ou épitaphes privées continuent de signaler Biturix Cubus/Cuba pour les personnes35 et Avaricum pour le chef-lieu de la cité36, quelques pratiques parallèles37 tendent cependant, par l’absence de toute précision, à laisser croire que, dès le Haut-Empire, c’est bien aux gens du Berry que l’on pensait en écrivant simplement Biturix. Au reste, les Cubi n’étaient-ils pas “ceux qui sont solidement installés” ? Et, au contraire, les Vivisci n’étaient-ils pas “les guis”38, simple rameau détaché de la nation-mère ? Aux puissants occupants du Berry appartenait donc la légitimité de la dénomination biturige, que les Girondins ne cherchèrent pas apparemment à leur contester jamais39. Et finalement, bien que Blaesianus se déclare (discrètement) B(iturix) C(ubus), on ne peut manquer de voir dans le Biturix du vers 2, même régi par les impératifs de la métrique, le symbole de cette situation. Aux yeux du lecteur Lémovice de l’épitaphe – que celle-ci date du iie ou seulement du début du iiie – aucune équivoque n’était possible, précisément parce que, déjà, l’usage courant attribuait aux seuls Berrichons la qualité de Biturige.

13On reconnaîtra donc sans peine combien le cippe de Blaesianus est un document riche de contenu. Peut-être ne l’était-il pas pour les contemporains du maître et ceux qui, pendant plusieurs générations, sont passés machinalement devant lui, n’accordant souvent qu’une mince attention à l’épitaphe versifiée offerte à leur regard distrait. Il en va tout autrement pour nous, car si nous pouvons trouver toujours émouvant le petit poème par lequel le digne magister confiait à la mémoire éternelle des hommes le souvenir d’une vie exemplaire, c’est aux informations qu’il nous transmet que nous donnons aujourd’hui la plus grande importance. N’est-ce pas en effet le grand mérite de ce texte, qui éclaire divers aspects de la vie du Limoges gallo-romain, et qui invite à réfléchir aux destins séparés des Bituriges de Bourges et de Bordeaux, que de nous aider à remplir peu à peu les pages encore trop blanches de l’histoire de l’Aquitaine antique ?

Notes

1 Registre des délibérations municipales, no 11, f° 92, 93 et 104. Cf. E. Vincent, La démolition du clocher de la basilique Saint-Martial, B.S.A.H.L., XCIV, 1967, p. 292-293.

2 “Wido abbas... incoavit clocarium” (Duplès-Agier, Chroniques de Saint-Martial de Limoges, publiées par la Société de/’Histoire de France, Paris, 1874, p. 286).

3 Un arrêté préfectoral du 13 pluviose an XIII (2 février 1805) prescrit encore l’achèvement des travaux de démolition de la basilique et l’enlèvement des matériaux, donnant à la veuve Brousseau trois mois de délai pour ce faire (le texte de cet arrêté est publié par Louis Guibert, dans B.S.A.H.L., LI, 1902, p. 337-338). La stèle de Blaesianus devait donc être toujours sur place à cette date.

4 Aubin Louis Millin, qui se rendit célèbre en publiant, en 1794, l'Annuaire du républicain, sanctoral révolutionnaire dans lequel le nom des saints était remplacé par des noms de légumes, fut aussi un antiquaire. Conservateur des Antiques à la Bibliothèque Nationale, puis professeur à l’Ecole Centrale de Paris, il dirigea à partir de 1795 le Magasin Encyclopédique.

5 XIII, 2, p. 403.

6 J. Duroux, Essai historique sur la Sénatorerie de Limoges, Limoges, 1811, p. 272 et pl. IV, fig. 19.

7 C.-N. Allou, Description des monuments des différents âges observés dans le département de la Haute-Vienne, Limoges, 1821, p. 88, n. 1.

8 Dons faits au musée, B.S.A.H.L., II, 1847, p. 64 ; M. Ardant, Sur quelques inscriptions limousines, B.S.AH.L., Ill, 1851, p. 124-125.

9 De 1847 à 1869, elle est entassée avec les autres pierres rassemblées par la Société archéologique et historique du Limousin, dans une petite salle du rez-de-chaussée de l’ancien Présidial, à droite de l’entrée. En 1869, les collections ayant été données à la ville de Limoges par la Société, les pierres sont laissées, faute de place, dans le jardin, “au milieu des herbes folles” de l’ancien asile d’aliénés, place du Champ de Foire ; elles y resteront trente ans, malgré les protestations des archéologues et des épigraphistes (O. Hirschfeld, CIL XIII, Berlin, 1899, p. 182, XVI ; P. Ducourtieux, La collection d’archéologie régionale au musée national Adrien-Dubouché de Limoges, Limoges, 1907). À la suite de la prise de possession par l’État en 1881, on entreprend, sur le même emplacement de l’ancien asile, la construction du musée national Adrien-Dubouché : les pierres sont protégées, à partir de 1900, sous un abri, dans la cour du nouvel établissement. En 1957, les collections archéologiques sont transférées, sur décision de la Direction des Musées de France, au musée municipal de Limoges ; la section lapidaire prend place dans l’ancienne orangerie des jardins de l’Évêché. Enfin, en 1968, la ville et le conservateur, M. Serge Gauthier, procèdent à une nouvelle présentation de la collection, dans les sous-sols du palais de l’Évêché réaménagés à cet effet.

10 Inv. ARC. L.23. L'inscription figure au CIL XIII sous le no 1393 et dans les Carmina Latina Epigraphica de F. Buecheler (Anthologia Latina II, 1, Leipzig, 1895 = Amsterdam, 1964, p. 229, no 481). Voir, en dernier lieu, M. Marcheix et J. Perrier, Guide du Musée municipal. Collection archéologique, 2e éd., Limoges, 1980, p. 28 et pl. p. 29.

11 Ce type de monument, dont l’exemple le mieux conservé à Limoges est l’imposant cippe qui se dresse aujourd’hui derrière le chevet de la cathédrale (fig. 1), a une histoire complexe. Inspiré probablement de modèles orientaux (H. Daicoviciu, Les couronnements en tronc de pyramide courbée dans la province de Dacie (en roumain, résumé en français), Apulum, VII, 1, 1968, p. 333-352) ou [re]inventé sur place, il a connu un grand développement à Aquilée et en Vénétie d’où il s’est répandu en Occident et jusqu’à la mer Noire.

12 Inscriptions romaines de Bordeaux, II, p. 516.

13 CIL XIII, 1393.

14 II en existe en vérité fort peu. En Occident, on peut mentionner – outre celui de Limoges – trois autres exemples à Trèves (CIL XIII, 3702 = ILS 7768), Sagonte (CIL II, 3872 = ILS 7765) et Cordoue (CIL II, 2236 = ILS, 7766).

15 J. Perrier, Le cimetière gallo-romain du Petit-Tour à Limoges, Travaux d’Archéol. limousine, 9, 1988, Limoges, 1989, p. 45-51.

16 J. Perrier, Recherche sur les sépultures médiévales en Haut-Limousin : la nécropole de Saint-Martial de Limoges, Trav. dArchéol. limousine, 1979-1980, p. 101-111.

17 Proposition formulée dans l’article cité ci-dessus, note 15.

18 Ce sujet a été largement débattu lors du IVe Congrès Archéologique de Gaule méridionale, Toulouse/Montréjeau 7-10 octobre 1987. Incinérations et inhumations dans l’Occident romain aux trois premiers siècles de notre ère. Voir J.-P. Bost et L. Maurin, Incinérations et inhumations entre la Loire et les Pyrénées sous le Haut-Empire Romain, p. 41-66.

19 De Nat. rer. IV, 454-455.

20 Les sarcophages romains de Saint-Médard-d’Eyrans, Rev. des Ét. Anciennes, LV, 1953, p. 361-378.

21 R. Turcan, Les sarcophages romains à représentations dionysiaques, Paris, 1966.

22 CIL XIII, 633.

23 Les sarcophages trouvent place dans des constructions qui ne sont pas morphologiquement différentes des mausolées à incinération. Ils ne font donc pas partie des monuments spécifiques de surface que l’on peut repérer comme tels dans un cimetière.

24 Bien des textes funéraires, en effet, concernent des voyageurs que la mort a frappés dans leur déplacement, tel probablement le Namnète (de Nantes) de Dompierre-les-Églises (ILTG 159).

25 Références dans A. Holder, Alt-Celtischer Sprach-Schatz, 1, Graz, 1961, s.v.

26 Strabon, IV, 2, 2 ; Pline, NHIV, 19, 109.

27 Strabon, IV, 2, 1 ; Pline, NHW, 19, 108.

28 Pour Bordeaux : CIL XIII, 566 : Augusto Sacrum el Genio cuitatis Bit(urigum) Viu(iscorum) (ier s. ?) ; CIL 1697 = ILS 7019 (Lyon) : L. Lentulio Censorino... curatori Bit(urigum) Viuiscorum (v. 160 ?) ; CIL 613 :... Castricie (sic) nationis (sic) Bitur(igis) V(i)u(iscae) (fin du iie s. ?) ; CIL 614 : Iulius Lupus, c(iuis) Biturix Vib(iscus)... (ier s.). Pour Bourges, plusieurs textes proviennent de la cité : CIL XIII, 1197 : Ordo Bit(urigum) Cub(orum), CIL 1373 : R(es) P(ublica) B(iturigum) [(C(uborum)] ; CIL 1337 : DM [et] Memoriae Aeliani Suadutionis, c(ivis) B(iturigis) C(ubi). Hors de la cité : CIL 1667 (sièges de l’amphithéâtre des Trois Gaules) : ARV(erni)/BIT(uriges) C(ubi)/BIT(uriges) C(ubi)/BIT(uriges) [...] ; CIL 1693, 1707 et 2025, textes trouvés à l’autel du Confluent ou dans la colonie de Lyon, mentionnant trois citoyens d'Avaricum dits chaque fois BIT(urix) C(ubus) ; CIL 248 = RIB 678 (en [Grande] Bretagne) : M. Verecundius Diogenes, cives Biturix Cubus. Et n’oublions pas le tuilier qui signe Merula Cubus, bien connu en Bordelais.

29 R. Étienne, Bordeaux antique, Bordeaux, 1962, p. 102-109.

30 On n’en connaît que la publication tardive de la Notice des Gaules (Not. Gall. XIII, 2) au début du ve siècle, mais l’origine tétrarchique n’est pas douteuse.

31 Not. Gall. XII, 2.

32 CIL XIII, 566 ; 1697. Voir ci-dessus n. 28.

33 Voir R. Étienne, Bordeaux antique, sous le titre “Une métropole cosmopolite”, et notamment p. 136-143.

34 Voir déjà CIL VIII, 2103 (inscription de Numidie) : D. Seius D. f. Quirfina [tribu]) Iuvenis, Burdigala, miles legionis III (= tertiae) Augustae (fin du ier s. ?) et Martial, IX, 32, 6 : “crassa Burdigala”, la balourde Bordeaux.

35 Voir ci-dessus n. 28.

36 Deux milliaires datés de 237 (CIL XIII, 8922, Bruère-Allichamps, et Gallia, 32, 1976, p. 278-285, trouvé dans l’Indre sur la voie de Bourges à Argentomagus, Argenton-sur-Creuse), attestent que le toponyme était toujours officiellement employé sous Maximin. Sur le prétendu “passage” à l’ethnique lors de la crise du iiie siècle, voir J.-P. Bost et G. Fabre, Quelques problèmes d’histoire dans deux cités de l’Aquitaine méridionale à l’époque gallo-romaine, Aquitania, 1, 1983 [p. 25-36], p. 29-36.

37 L’administration militaire ne connaît par exemple que les Bituriges sans autre précision. Malgré R. Étienne, Bordeaux antique, p. 163-164, il faut probablement rapporter aux Cubi les deux Cohortes Biturigum connues dans les listes des effectifs, comme aussi la nationalité de quelques soldats enrôlés dans les troupes auxiliaires (CIL III, 2065 : Virdomarus, Thartontisfilius, domo Biturix : ier s. ; CIL III, 5276,... ex civitate Biturigum (date incertaine) ; CIL III, 5831, affranchi, natione Biturix (ier s.) ; CIL XIII, 8094, Vellaunus, Biturix (ier s.). L’anthroponymie livre aussi des exemples de personnes qui se désignent comme Biturix : CIL XIII, 2929 (Auxerre = CIL 5725 = CIL 11565) : Biturix, Vitalis filia (date incertaine) ; CIL XIII, 8092, Biturix, cavalier de l’aile Longina (fin du ier s. ?).

38 C. Jullian, Histoire de la Gaule, II, p. 35 et n. 3.

39 Cette situation apparaît dans toute son originalité lorsqu’on la compare à ce qui s’est passé chez les Aulerques où les Cenomanni du Mans, les Diablintes de Jublains et les Eburovici d’Évreux, également puissants, firent triompher sur l’ethnique d’origine les noms des trois peuples qui formaient cette grande nation. En Narbonnaise, les Volques offrent un cas exactement inverse puisque Tectosages et Arécomiques s’effacèrent derrière les noms illustres de Toulouse et de Nîmes. On retiendra de ces exemples que le sentiment profondément enraciné chez tous les peuples de la Gaule d’appartenir à une communauté indigène ne s’est pas nécessairement accompagné partout du même attachement au maintien de l’ethnique. Celui-ci n’était d’ailleurs pas toujours très ancien : sans insister davantage sur les Bituriges, observons par exemple que les Pétrucores du Périgord reconnaissaient dans leur dénomination qu’ils étaient la réunion de quatre groupes ou tribus. On ne doit donc pas s’étonner de rencontrer quelques exemples où la notion de cité à la romaine (Toulouse, Nîmes, Bordeaux ?) l’a emporté sur le sentiment “national”.

Table des illustrations

Légende – Fig. 1. Cippe funéraire gallo-romain, derrière le chevet de la cathédrale. – La face antérieure du dé présente des traces de l'épitaphe, que l'usure a rendue illisible (h. totale, 2,24 m ; h. du dé inscrit, 0,83 m ; sa largeur, 0,67 m ; sa profondeur, 0,61 m).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende – Fig. 2. Stèle du professeur de grammaire Blaesianus. – Limoges, musée municipal de l'Évêché.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8501/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 451k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540