Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

2. Villes et campagnes de l’Occident romain

Un vergobret à Limoges sous le Haut-Empire romain

Note de l’éditeur

Travaux d’Archéologie Limousine, 10, 1989, p. 27-32 (co-auteur J. Perrier).

Texte intégral

  • 1 Nous avons eu connaissance de cette découverte grâce à notre confrère M. Gérard Boudet. Nous en avo (...)
  • 2 Nos remerciements au donateur se joignent à ceux de Monsieur le Maire de Limoges, ainsi qu’à ceux d (...)

1En 1987, en procédant à la démolition d’un vieux mur en vue de le reconstruire à neuf, la pelleteuse d’une entreprise de terrassement mit au jour, dans les fondations de ce mur, une pierre inscrite que le propriétaire du terrain, M. Maurice Peyrichoux, fit mettre de côté1. Il a bien voulu par la suite en faire don au musée municipal de Limoges2.

2Le lieu de la trouvaille est situé à Limoges, en bordure nord d’une parcelle à l’état de jardins qui descendent en pente rapide vers l’avenue Salvador Allende et la Vienne, entre le viaduc du chemin de fer et la Roche-au-Go. Cette parcelle et sa clôture sont riveraines de la rue de la Roche-au-Go, à l’endroit où celle-ci dessine un coude en angle droit, quittant l’orientation sud pour prendre celle de l’ouest, en descendant vers la rivière.

  • 3 M. Peyrichoux dut en effet faire réparer à ses frais cet aqueduc en 1966, alors que le “chemin de l (...)

3A quelques mètres de l’emplacement de la découverte, l’eau d’une fontaine s’écoule dans un bassin moderne, dont le trop plein se déverse dans la parcelle cultivée et va irriguer les jardins en contrebas. Elle alimente alors une autre fontaine que le propriétaire a fait aménager au pied de la butte, sur le terre-plein de la station-service de l’avenue Salvador Allende. L’eau ainsi utilisée provient d’une canalisation souterraine qui descend sous la rue de la Roche-au-Go à la profondeur de 1,20 m. Cette canalisation est d’origine gallo-romaine, ce qui n’est pas pour surprendre dans ce quartier riche en vestiges antiques et resté à l’écart des aménagements urbains depuis la fin de l’Antiquité jusqu’au xixe siècle. La description que fait M. Peyrichoux de cette conduite confirme son origine antique : des dalles de pierre assuraient la couverture et reposaient sur des pieds-droits maçonnés3.

4La pierre inscrite, comme on le verra plus loin, fut un élément d’une autre fontaine, gallo-romaine, par laquelle l’eau jaillissait de cet aqueduc dès une haute époque. Cette datation, que permettent les informations livrées par l’inscription, autorise du même coup à constater que l’alimentation en eau fut une des toutes premières préoccupations des ingénieurs et des bâtisseurs de la ville gallo-romaine.

  • 4 Voir J.-P. Loustaud, La voirie d’Augustoritum, dans Trav. d’Archéol. Limousine, 5, 1985, p. 57-75.
  • 5 J. Perrier, Mur gallo-romain des Basses-Palisses à Limoges, dans BSAHL, CXVI, 1989, p. 203-206, fig (...)

5La position de la fontaine par rapport à la voirie antique nous instruit aussi sur l’urbanisation de l’époque : elle était en bordure d’un decumanus dont la trace se retrouve dans un passage public qui prolongeait la rue de Sainte-Madeleine avant la construction de la voie du chemin de fer, et longe encore de nos jours, du côté de la ville, le mur récemment reconstruit ; elle se situait dans la zone occidentale de l’agglomération antique, là où, à la courbe de niveau 240, la pente du terrain s’accentue fortement et où, non loin de là, les kardines cédaient la place à des escaliers de pierre4. Quatre-vingts mètres environ séparent l’emplacement du decumanus passant derrière la fontaine du mur de soutènement de la terrasse gallo-romaine au-dessus de laquelle s’élève aujourd’hui le complexe polyvalent EDF-GDF, au nord-ouest5, soit la longueur probable d’une insila.

  • 6 Roche constituée de grains de quartz et de feldspath décomposé que l’on rencontre non loin de Limog (...)
  • 7 Hauteur conservée : 0,64 m ; largeur : 0,61 à 0,615 m ; épaisseur : 0,232 à 0,27 m.
  • 8 La profondeur de ce retrait à feuillure est de 0,07 m, ce qui réduit l’épaisseur de cette base à 0, (...)
  • 9 Hauteur : 0,22/0,23 m ; largeur : 0,51/0,513 m.
  • 10 Largeur : de 0,045 à 0,048 m. La largeur du champ épigraphique est ainsi ramenée à 0,472 m et sa ha (...)
  • 11 Diamètre : 0,08 m.

6La pierre, une arkose assez tendre6, se présente sous la forme d’un parallélépipède7 (fig. 1). Celui-ci comporte à sa base un retrait à feuillure8 qui devait permettre l’encastrement de cette base dans un support. Sur la face visible fut sculpté un cartouche rectangulaire9, gravé à fond de cuve d’une inscription comportant quatre lignes. Une moulure périphérique encadre le champ épigraphique10. Au-dessous du cartouche inscrit, une perforation cylindrique traverse la pierre de part en part11. Sa position et son diamètre montrent qu'elle servait à l’écoulement de l’eau de la fontaine, probablement par l’intermédiaire d’un tuyau de métal encastré.

  • 12 L. 1. de 4.9 à 5,4 cm ; 1. 2, de 3,9 à 4,1 cm ; 1. 3, de 3,5 à 3,9 cm : 1.4, de 2,7 à 3,2 cm.
  • 13 On remarquera le soin apporté par le graveur à la “mise en page”, même sans marges, et même si les (...)

7L’inscription (fig. 2), répartie sur quatre lignes de hauteur croissante12, porte un texte qui, pour être aisément déchiffrable13, n’en est pas pour autant totalement compréhensible :

POSTVMVS • DV[M]

NORIGIS • F • VERG • AQV

AM • MARTIAM • DECAM

NOCTIACIS • GRANNI • D•S• P• D

8que nous restituons ainsi : Postumus, Dumnorigisf(ilius) verg(obretus) ou verg(obretos), aquam Martiam DECAMNOCTIA CIS Granni, d(s) s(ua) p(ecunia) d(edit), soit : Postumus, fils de Dumnorix, vergobret, a offert, de ses deniers, [l’aqueduc de] l'aqua Martia [... (d’Apollon)] Grannus.

  • 14 II n’y en a pas, notamment 1. 3, entre le C et le A de DECAM. La comparaison avec le VERG • AQVAM d (...)
  • 15 Bien que soient coupés le Dumnorix des 1. 1-2 et le aquam des 1. 2-3, nous serions enclins à ne lir (...)
  • 16 Nos préférences iraient à cette solution.

9Nos hésitations, on le voit, portent sur les quatorze lettres (fig. 3) occupant la fin de la ligne 3 et le début de la ligne 4 (fig. 4 et 5), lettres auxquelles nous n’avons pas su trouver d’interprétation satisfaisante : y a-t-il un ou plusieurs mots dans cette suite de lettres qu’aucun point ne sépare14, mais que coupe en deux le passage à la ligne 4 sans qu’on puisse affirmer pour autant que la coupure soutient une séparation dictée par le sens15 ? La désinence -is de decamnoctiacis appartient-elle à un mot gaulois latinisé ou à un mot latin ? Doit-elle être entendue comme un génitif – donc un mot associé à Grannus16 – ou comme un datif pluriel (pour désigner, par exemple, les habitants d’un quartier bénéficiaires de la construction), nous ne savons pas le dire. Une première lecture avait pu laisser croire que NOCTIACIS traduisait en lettres capitales un APOLLINIS écrit en cursive sur la minute et mal compris par le graveur. Mais, outre le fait que la qualité de la gravure dément que l’on ait affaire à un débutant ou à un artisan maladroit, comment ce graveur aurait-il, dans un texte transcrit sans faute, précisément trébuché sur un mot essentiel de la dédicace ? Comment, s’il lisait couramment, aurait-il pu ignorer le nom d’Apollon auquel était dédié la fontaine, alors qu’il a parfaitement écrit le vocable Grannus ? Et enfin, si la faute a été réellement commise, que faire de DECAM à la ligne 3 ?

  • 17 Que nous remercions ici de son amicale collaboration.
  • 18 Voir la n. 34.
  • 19 C’est toute la formule qui serait barbare. Nous ne savons pas dire si cela est possible ou non.

10Parmi les restitutions possibles, nous avancerons celle que nous a aimablement proposée Ph. Leveau17, pour qui serait (peut-être) à envisager un découpage DE CAM NOCTIACIS, soit de cam(pis)/Noctiacis/Noctiagis Granni, c’est-à-dire : l'aqua Martia amenée depuis le campus (du temple de) Grannus, “le chasseur de la nuit”, épithète de Grannus, dont le nom serait ici, comme dans d’autres exemples18, employé seul pour désigner Apollon. Mais ce noctiagis (issu de noctivagus) de forme un peu barbare19 est-il à sa place dans un texte par ailleurs si correct ? Bref, tout est bien incertain, et nous nous en remettons d’avance aux solutions qui pourront être proposées. De toute façon, cela n’a pas d’incidence notable sur la signification générale d’un document qui offre par ailleurs tant d’intérêt pour l’histoire des débuts du Limoges gallo-romain.

– Fig. 1. –

  • 20 Le nom de MARTIA donné à cet aqueduc est un peu inattendu : Mars apparaît peu en Limousin et surtou (...)

11La première information d’importance qui nous est livrée par notre inscription concerne évidemment les adductions d’eau : Augustoritum possédait un réseau, desservant un ensemble de fontaines publiques, dont nous est révélé désormais, et sans doute près de son emplacement d’origine, l’un des éléments, avec le nom qui lui avait été donné : Aqua Martia, “aqueduc de Mars”, c’est-à-dire consacré à Mars et placé sous sa protection20.

  • 21 J. Perrier, Carte archéologique de la Gaule romaine fasc. XIV, Haute-Vienne, Paris, 1964, p. 60, no(...)
  • 22 Suggestion proposée dès 1945 par G. Matherat (Aperçu sur l’emplacement d’Augustoritum, ms 1945, p.  (...)
  • 23 En effet, la “fontaine en l’honneur du comte de Castéja” fut entreprise, sur cet axe, en 1824, “au (...)

12Cette canalisation était sans doute un des déversoirs du grand aqueduc d’Aigoulène, captant une source au lieu-dit La Borie, dépendance de l’ancien village de Corgnac, aujourd’hui l’un des quartiers ouest de Limoges. Il recevait en divers points de son parcours l’apport d’autres canalisations provenant de Beaublanc, du Clos-les-Brunes, du Puy-las-Rodas, de Beaubreuil21. Il est bien connu que la conduite d’Aigoulène, encore en service de nos jours, se déversait en partie, jusqu’au xixe siècle, place de la Motte. Ce lieu marque en toute vraisemblance l’emplacement d’un château d’eau gallo-romain qui, à l’altitude de 285/290 m, assurait la distribution dans les divers quartiers, alors en contrebas22. Une branche souterraine descendait par l’axe principal de la ville, alimentant en particulier les grands thermes de la place des Jacobins23. D’autres ramifications desservaient le quartier de l’actuelle avenue de la Révolution et des Basses-Palisses, le débouché de l’une d’elles recevant alors la dédicace récemment découverte.

– Fig. 2. –

– Fig. 3. –

  • 24 Un terminus intéressant, qui conforte nos propres conclusions, a été produit par la belle fouille d (...)
  • 25 II s’agit de l’inscription de Tib. Taurins Taurianus, publiée par M. Labrousse et J. Perrier dans B (...)
  • 26 Mais il ne faut pas oublier que Tacite (Hist. 1,8, 1) fait de Galba (en 68) l’auteur de ce bienfait
  • 27 Sur ce thème, nous renvoyons aux excellentes formules de Louis Maurin, Saintes antique, Saintes, 19 (...)

13À quelle époque le percement de ces galeries avait-il été entrepris ? La découverte, pratiquement en place, de l’inscription de Postumus donne à conclure que les travaux aboutissant au secteur de la rue de la Roche-au-Go furent conduits dès la première moitié du Ier s. ap. J.-C. Deux indications fournies par le texte fondent fermement, nous semble-t-il, cette proposition24. C’est d’abord la mention (ligne 2) du titre de vergobret. Cette fonction, de tradition indigène, sur laquelle nous reviendrons plus loin, ne peut s’imaginer que pour une période pendant laquelle la cité des Lémovices ne possédait pas le droit latin et avait à sa tête des magistrats de condition pérégrine. C’est bien ce que fait ressortir, par contraste, ILTG 17425 mal daté, mais peut-être d’époque flavio-trajanienne, qui présente des duovirs citoyens romains : à un certain moment – et à l’instar de ce qui se passait dans l’ensemble des Gaules – une mutation administrative avait latinisé les institutions de la cité des Lémovices et permis la naturalisation des élites limousines. On crédite habituellement les empereurs flaviens de cette faveur26. Par conséquent, notre texte ne peut être postérieur aux années 70-100. Mais, en fait, il est possible de remonter bien plus haut dans le temps, très probablement dans le premier tiers du ie s. de notre ère. En effet, la dénomination de Postumus, qui se dit “fils de Dumnorix”, évoque plutôt l’ambiance des débuts de l’Empire, lorsque, tout en ne renonçant pas à étaler, non sans fierté, leurs origines gauloises, les notables affichaient aussi déjà (mode ou conviction ?), à travers une onomastique latinisée, leurs sentiments romanophiles et leur désir d’intégration, que signale en même temps le geste de Postumus27.

– Fig. 4. –

– Fig. 5. –

  • 28 Frontin, Curateur des eaux à Rome en 97-98, et, de ce fait, responsable des aqueducs de la ville, i (...)
  • 29 II fallait conduire l’eau depuis le captage jusqu’au château d’eau, en calculant la pente avec préc (...)
  • 30 Voir sur toutes ces questions les belles observations de Philippe Leveau.

14Geste d’évergétisme typique, la construction d’un aqueduc a représenté au plus haut degré, dans les villes gallo-romaines, l’arrivée du progrès. C’est que ce monument n’était pas seulement une œuvre utile qui mettait à la disposition des habitants une eau domestiquée que l’on puisait sans effort28 ; il était aussi l’expression parfaite d’une conquête des hommes, qui pliait la nature à leur volonté puisqu’il nécessitait la mise en œuvre de moyens matériels considérables et un savoir-faire de haute qualité29, tandis qu’il imposait dans le paysage, là où existaient des passages sur arcades, le triomphe de la technicité romaine. Elément du progrès, prouesse technique, œuvre d’art aussi, l'aqueduc pouvait justement passer pour le monument romain par excellence30. C’est en tout cas une opinion communément répandue aujourd’hui.

  • 31 Sans atteindre le prix de 2,2 millions de sesterces au kilomètre calculé par Ph. Leveau pour les aq (...)

15On comprend sans peine que le Postumus d'Augustoritum ait consacré ses efforts et son argent à doter ses concitoyens d’une conduite de ce genre. Il avait à coup sûr l’espoir d’en retirer honneur et prestige, surtout s’il avait donné beaucoup. Mais beaucoup, qu’est-ce à dire ? Avait-il offert un aqueduc complet ? un tronçon ? un simple raccordement pour les fontaines du secteur ? On admettra qu’il s’agissait de l’aqueduc entier puisqu’il déclare avoir “donné l'Aqua Martia”, ce qui, malgré le coût toujours élevé des travaux de ce type31, pouvait ne pas excéder les moyens financiers d’un seul donateur, n’était-ce qu’en raison de la faible distance à parcourir (environ 2,5 km) depuis la prise d’eau.

  • 32 Holder, Alt-Celtischer Sprachschatz.
  • 33 J. Eingartner, Das Heiligtum des Apollo Grannus und der vicus von Faimingen im Lichte neuerer Ausgr (...)
  • 34 Dion Cassius, LXXVII, 15,5 et suiv. ; voir Ch. Picard, D’Ephèse à la Gaule, et de Stobi (Macédoine) (...)
  • 35 Jullian, Hist, de la Gaule, VII, p. 107, n. 2 ; voir Pan. VII, 21,3-5.
  • 36 Id., VI, p. 44-45, n. 6 ; CIL XIII, 8007, de Bonn, ne connaît que Grannus, mais c’est un texte métr (...)
  • 37 Références dans Jullian, VI, p. 44-45, n. 6, auxquelles on ajoutera CIL VII, 1082 (Bretagne, mur d’ (...)

16Il reste à souligner (quel que soit le sens des lettres DECAMNOCTIACI S (ou DECAM/NACTIACIS), les liens qui unissent à l’aqueduc offert par Postumus le théonyme de Grannus, connu comme épithète d’Apollon32. Sous ce nom, le dieu était honoré dans trois grands sanctuaires situés l’un en Rhétie, à Faimingen33, que Caracalla visita en 21334, le second en Germanie Inférieure, aux Aquae Granni (Aix-la-Chapelle), et le troisième en Gaule Belgique, à Grand, chez les Leuques, aujourd’hui dans le département des Vosges. C’est là que, selon la très séduisante hypothèse de Camille Jullian, Apollon apparut à Constantin en 31035. Dans le reste de l’Occident, Apollon Grannus – mais on trouve aussi Grannus employé seul36 – a été honoré surtout dans le monde celto-germanique. On le rencontre cependant jusque dans la péninsule Ibérique37, diffusion qu’il convient sans doute de mettre au compte des mouvements de soldats et de fonctionnaires impériaux.

  • 38 CIL XIII, 939.

17Bienfaisant et guérisseur, le dieu patronait les eaux thermales et, d’une manière générale, tous les monuments des eaux : c’est ainsi que, dans la très voisine cité des Pétrucores, un généreux donateur plaça sous le patronage d’un Apollon Cobledulitavus la restauration d’un des établissements de bains de la ville38.

18Rien d’étonnant donc dans l’association (simplement topographique ou à connotation religieuse selon le sens des lettres mystérieuses) de ce dieu “aquatique” et d’un aqueduc. Soulignons-en cependant l’intérêt dans la mesure où, sous l’habillage de mots latins ou latinisés, la référence visait clairement une divinité, peut-être topique, en tout cas indigène, protectrice finalement attendue dans une cité pérégrine dont ce texte a encore le mérite de faire découvrir comment elle était administrée dans les premières décennies du Haut-Empire.

  • 39 J.-P. Loustaud, Limoges..., p. 51-52, et 65-71 ; A. Barbet, La diffusion du IIIe style pompéien en (...)

19L'inscription de Postumus prend place dans la série (encore bien peu abondante) des documents qui permettent de mieux connaître ce qu’étaient, au début de l’Empire, l’aspect et l’organisation administrative des cités de l’Aquitaine. L’aspect s’imagine sans trop de peine : comme ses voisines proches ou peu éloignées, Mediolanum des Santons, Vesunna des Pétrucores ou encore Burdigala des Bituriges Vivisques, Augustoritum était un chantier. La ville était en train de se doter d’un équipement monumental public qu’accompagnait un mouvement de constructions privées – celles de la rue du Clos-Chaudron, du boulevard Gambetta et du boulevard de la Corderie, par exemple, qui portaient des décors peints du troisième style pompéien39 – que les notables, soucieux d’afficher leur adhésion à la romanité, faisaient élever en même temps qu’ils latinisaient leur nom.

20Augustoritum n’en était pas moins encore à cette époque une cité de statut très inférieur, soumise au paiement (infamant !) du tribut. Là comme ailleurs, l’administration romaine avait remis le gouvernement local aux élites indigènes, mais les notables lémovices n’avaient pas d’autre condition juridique que celle de pérégrins : c’est bien le cas de Postumus, que désigne son nom unique, puisque seuls les citoyens romains avaient droit à une dénomination complète avec prénom, gentilice et surnom. Le nom de Postumus qui lui avait été donné (et qui signifiait qu’il était né après la mort de son père peut-être un des fondateurs d’Augustoritum si l’inscription est de date haute) pouvait bien être latin, il ne faisait pas pour autant de lui un privilégié.

  • 40 BG, I, 16,5.
  • 41 AE, 1980, 633 = AE, 1981, 643 (Argenton-sur-Creuse) ; CIL XIII, 1048 + 1074, et AE, 1980, 624 (Sain (...)
  • 42 M. Lejeune, La préture en Narbonnaise et l’inscription gauloise de Vitrolles, dans Ét. Classiques, (...)
  • 43 Discussion dans Maurin, Saintes, p. 153-154. Voir le princeps attesté chez les Ségusiaves du Lyonna (...)

21Rien d’étonnant dès lors à ce que, dans cette cité pérégrine de Gaule, un nom indigène gaulois (vergobret) ait été porte par le magistrat (probablement désigné avec l’accord des autorités romaines) qui exerçait à ce moment-là, dans la cité, une charge qui devait être la plus élevée. C’est du moins ce que dit César de cette fonction chez les Eduens, qui avaient là leur summus magistratus40. D’autres cités, d’ailleurs voisines des Lémovices, connaissaient, à la même époque, une situation semblable. Un vercobret apparaît en effet chez les Bituriges Cubes et les Santons41. Bien que peu nombreux, ces témoignages attestent néanmoins que ce n’était pas là “un vieux titre indigène qui... ne correspondait plus à aucune réalité politique”42. Au contraire, il s’agissait d’une responsabilité réelle et il y a tout lieu de penser que le vergobret de Limoges gouvernait effectivement les Lémovices. Observons toutefois que, dans d’autres villes gauloises, la romanisation avait déjà, au même moment, gagné le vocabulaire des institutions elles-mêmes : ainsi, à Bordeaux, on préféra au gaulois vergobret / vercobret le latin praetor pour désigner, très vraisemblablement, la même magistrature unique43.

22Pour conclure, nous voudrions insister une dernière fois sur ce qui nous a le plus frappés dans ce document. Au-delà de l’intérêt que nous trouvons à connaître la mention d’un aqueduc ou d’un dignitaire gaulois, voici que, à travers le mélange des mots et des structures romaines et indigènes, nous est parfaitement révélé ce que furent, à Augustoritum, les débuts de la romanisation. Cette ville, double dans son nom, romain (impérial de surcroît !) et gaulois, l’était aussi réellement dans sa vie de tous les jours, car le passé (les institutions traditionnelles) y côtoyait en permanence le présent (les débuts de la ville romaine). C’est finalement le grand mérite de ce texte que de nous permettre d’approcher dans sa complexité ce que nous appelons la civilisation gallo-romaine.

Notes

1 Nous avons eu connaissance de cette découverte grâce à notre confrère M. Gérard Boudet. Nous en avons fait part à la Société archéologique et historique du Limousin dans sa séance du 24 novembre 1987 [Bull, de la Soc. archéol. et hist, du Limousin (= BSAHL dans la suite du texte), CXV, 1988, p. 226].

2 Nos remerciements au donateur se joignent à ceux de Monsieur le Maire de Limoges, ainsi qu’à ceux de Mademoiselle Madeleine Marcheix, alors conservateur du musée.

3 M. Peyrichoux dut en effet faire réparer à ses frais cet aqueduc en 1966, alors que le “chemin de la Roche-au-Go” n’était pas encore classé et que son entretien incombait aux riverains. L’eau fut canalisée à l’aide de tuyaux en ciment à compression centrifuge.

4 Voir J.-P. Loustaud, La voirie d’Augustoritum, dans Trav. d’Archéol. Limousine, 5, 1985, p. 57-75.

5 J. Perrier, Mur gallo-romain des Basses-Palisses à Limoges, dans BSAHL, CXVI, 1989, p. 203-206, fig. 7.

6 Roche constituée de grains de quartz et de feldspath décomposé que l’on rencontre non loin de Limoges, en particulier dans le Nord-Ouest du département de la Haute-Vienne et le Confolentais.

7 Hauteur conservée : 0,64 m ; largeur : 0,61 à 0,615 m ; épaisseur : 0,232 à 0,27 m.

8 La profondeur de ce retrait à feuillure est de 0,07 m, ce qui réduit l’épaisseur de cette base à 0,14/0,20 m. La partie inférieure est mutilée.

9 Hauteur : 0,22/0,23 m ; largeur : 0,51/0,513 m.

10 Largeur : de 0,045 à 0,048 m. La largeur du champ épigraphique est ainsi ramenée à 0,472 m et sa hauteur à 0,183 m.

11 Diamètre : 0,08 m.

12 L. 1. de 4.9 à 5,4 cm ; 1. 2, de 3,9 à 4,1 cm ; 1. 3, de 3,5 à 3,9 cm : 1.4, de 2,7 à 3,2 cm.

13 On remarquera le soin apporté par le graveur à la “mise en page”, même sans marges, et même si les fins de ligne ne correspondent pas à celles des mots. L’absence de lignes de guidage n’a pas entraîné d’irrégularités choquantes dans le dessin des lettres, très distinctes, bien gravées et bien formées, et dont les hauteurs sont assez remarquablement calibrées, eu égard à la qualité du matériau. Les abréviations sont, au moins dans la partie intelligible du texte, réduites au minimum (F. pour filius, 1. 2 ; D.S.P.D., 1.4) et l’on ne relève qu’une seule, mais inhabituelle ligature (QV dans aquam de la 1.2)

14 II n’y en a pas, notamment 1. 3, entre le C et le A de DECAM. La comparaison avec le VERG • AQVAM de la 1. 2, dans lequel, au point séparateur, s’ajoute un espacement marqué entre les deux mots le confirme nettement.

15 Bien que soient coupés le Dumnorix des 1. 1-2 et le aquam des 1. 2-3, nous serions enclins à ne lire ici qu’un seul mot, sans doute un nom propre, en nous aidant du témoignage d’une inscription jadis découverte à Rançon (CIL, XIII, 1449), qui offre avec notre texte un parallèle intéressant : même qualité du matériau (arkose), même aspect extérieur (cartouche mouluré), même taille, sans doute aussi même contexte chronologique, et surtout même présence d’un mot original, ANDECAMULENSES, désignant les habitants d’un pagus ou les vicani de quelque bourgade indigène à moins qu’il ne s’agisse simplement des membres d’un collège. Noter qu’on retrouve dans ce nom (simple coïncidence ?) les mêmes syllabes DE CAM que sur la pierre de Limoges.

16 Nos préférences iraient à cette solution.

17 Que nous remercions ici de son amicale collaboration.

18 Voir la n. 34.

19 C’est toute la formule qui serait barbare. Nous ne savons pas dire si cela est possible ou non.

20 Le nom de MARTIA donné à cet aqueduc est un peu inattendu : Mars apparaît peu en Limousin et surtout, sous l’Empire. Les aqueducs portent en général des noms impériaux : Aqua Augusta dans la région de Cordoue (CIL II, 1614, 2343), à Mérida : Aqua Flavia Augusta dans l'île de Krk en Yougoslavie ; Aqua Nova Domitiana Augusta à Cordoue même (AE, 1986, 335). À Rome (mais il y a beaucoup d’aqueducs), les vocables impériaux voisinent avec d’autrs dénominations : Aqua Virgo, Anio Novus, Aqua Damnata...

21 J. Perrier, Carte archéologique de la Gaule romaine fasc. XIV, Haute-Vienne, Paris, 1964, p. 60, no 56, 10. J.-P. Loustaud, Limoges gallo-romain, Limoges, 1980, p. 84-85, et plan par G. Reboul.

22 Suggestion proposée dès 1945 par G. Matherat (Aperçu sur l’emplacement d’Augustoritum, ms 1945, p. 21-22). Après la ruine de la ville antique, deux étangs se formèrent en ce lieu. La motte vicomtale du Moyen Âge avait utilisé cette retenue d’eau pour renforcer ses défenses.

23 En effet, la “fontaine en l’honneur du comte de Castéja” fut entreprise, sur cet axe, en 1824, “au bas de la rampe qui termine la rue Haute-Vienne” et “sur la prise d’eau de la source d’Eygoulène qui va aux casernes”, c’est-à-dire l’ancien Grand séminaire, actuel centre administratif de la place Blanqui tout à côté de l’emplacement des thermes antiques de la place des Jacobins et de ses abords (“Alimentation en eau”, dans Annales de la Haute-Vienne, 12 mars et 23 avril 1824, p. 165-168).

24 Un terminus intéressant, qui conforte nos propres conclusions, a été produit par la belle fouille des thermes des Jacobins : J.-P. Loustaud a daté du dernier tiers du Ier s. l’édification du monument, et donc de la même époque la ramification de l'Aqua Martia qui alimentait celui-ci. (Les thermes de la place des Jacobins à Limoges, dans Aquitania, 6, 1988, p. 81-124, notamment les p. 120-121). Aux dires de l'ingénieur-géographe du xviiie siècle, Cornuau, la conduite souterraine d’Aigoulène est partiellement construite “en petit appareil romain” (Alfred Leroux, La légende du roi Aigolant et les origines de Limoges, dans Bull. hist, et philol. du Comité des Trav. hist., 1902, p. 606-619), ce qui va dans le sens d’une datation haute.

25 II s’agit de l’inscription de Tib. Taurins Taurianus, publiée par M. Labrousse et J. Perrier dans BSAHL, LXXXVII, 1960, p. 275-282.

26 Mais il ne faut pas oublier que Tacite (Hist. 1,8, 1) fait de Galba (en 68) l’auteur de ce bienfait.

27 Sur ce thème, nous renvoyons aux excellentes formules de Louis Maurin, Saintes antique, Saintes, 1978, p. 149.

28 Frontin, Curateur des eaux à Rome en 97-98, et, de ce fait, responsable des aqueducs de la ville, insiste particulièrement sur l’utilité de ces monuments (voir Aq., I et surtout XVI).

29 II fallait conduire l’eau depuis le captage jusqu’au château d’eau, en calculant la pente avec précision, parfois sur de longue distances, et ensuite la disperser dans le réseau qui, à Limoges, desservait au moins la partie ouest de la ville. La profondeur de la conduite d’Aigoulène, variable, atteint 27 m selon Leroux (loc. cité) au-dessous du sol moderne au passage de la ligne de partage des eaux entre l’Aurence et la Vienne, au lieu-dit La Croix Buchilien, actuel carrefour du 8 mai 1945 (altitude 309 m). Les conduites affluentes devaient suivre des parcours parfois plus difficiles encore et plus longs (environ 6 km pour l’aqueduc de Beaubreuil : P. Vergnes, Note sur les anciens aqueducs découverts aux environs de Limoges, dans BSAHL, XXII, 1873, p. 5-22).

30 Voir sur toutes ces questions les belles observations de Philippe Leveau.

31 Sans atteindre le prix de 2,2 millions de sesterces au kilomètre calculé par Ph. Leveau pour les aqueducs de Rome (qui nécessitaient de nombreux ouvrages d’art – en particulier de longs parcours sur arcades – sans compter le prix des terrains et du matériau), un aqueduc reste toujours une dépense considérable. Voir la contribution citée à la note précédente.

32 Holder, Alt-Celtischer Sprachschatz.

33 J. Eingartner, Das Heiligtum des Apollo Grannus und der vicus von Faimingen im Lichte neuerer Ausgrabungen, dans Forschungen zurprovinzialrömischen Archäologie in BayerischSchwaben, Augsbourg, 1985, p. 257-268.

34 Dion Cassius, LXXVII, 15,5 et suiv. ; voir Ch. Picard, D’Ephèse à la Gaule, et de Stobi (Macédoine) à Claros, dans Rev. Et. Grecques, LXX, 1957, p. 103-112 (avec bibliographie).

35 Jullian, Hist, de la Gaule, VII, p. 107, n. 2 ; voir Pan. VII, 21,3-5.

36 Id., VI, p. 44-45, n. 6 ; CIL XIII, 8007, de Bonn, ne connaît que Grannus, mais c’est un texte métrique. Aix-la-Chapelle était Aquae Granni dans l’Antiquité. L’inscription d’Éphèse citée n. 31 dit (1. 14) que l’ambassadeur infatigable de la grande capitale asiatique est allé “mekhri tou Graniou Apollônos”, “jusqu’(au temple de) Granios Apollon”, ce qui laisse supposer que Grannus pouvait dési gner le dieu lui-même, dont Apollon n’était en somme que l’habillage latin. Il ne serait donc pas étonnant que DECAMN OCTIACIS soit une épithète indigène locale.

37 Références dans Jullian, VI, p. 44-45, n. 6, auxquelles on ajoutera CIL VII, 1082 (Bretagne, mur d’Antonin), et ILER 5954, d’Astorga (Espagne Tarraconaise).

38 CIL XIII, 939.

39 J.-P. Loustaud, Limoges..., p. 51-52, et 65-71 ; A. Barbet, La diffusion du IIIe style pompéien en Gaule, dans Gallia, 40, 1982, p. 53-82, et 41, 1983, p. 111-165.

40 BG, I, 16,5.

41 AE, 1980, 633 = AE, 1981, 643 (Argenton-sur-Creuse) ; CIL XIII, 1048 + 1074, et AE, 1980, 624 (Saintes). Voir L. Maurin, Saintes antique, p. 147-154.

42 M. Lejeune, La préture en Narbonnaise et l’inscription gauloise de Vitrolles, dans Ét. Classiques, II, 1968-1970, (p. 131 139), p. 139 ; voir Maurin, Saintes, p. 153.

43 Discussion dans Maurin, Saintes, p. 153-154. Voir le princeps attesté chez les Ségusiaves du Lyonnais dans CIL XIII, 1645. Praetor semble bien traduire la réalité sémantique de vergobret, puisque ce mot signifie “celui qui porte, qui entreprend l’action” (voir L. Fleuriot, dans Etudes Celtiques, 18, 1981, p. 96). Comme le suggère P. Le Roux, Municipe et droit latin en Hispania sous l’Empire, dans Rev. Hist, du Droit fr. et étranger, LXIV, 1986 (p. 325-350), p. 346, ce serait montrer là une volonté d’assimiler des modèles politiques et culturels, par l’expérience d’une gestion locale proche de la forme des modèles romains. Mais le cas de Saintes, cité privilégiée qui avait obtenu d’Auguste le droit latin et qui n’avait pas encore romanisé ses institutions à l’époque de Claude, n’en apparaît que plus curieux. Il est vrai que divers exemples tirés de la péninsule Ibérique prouvent bien que seul le passage, sous les empereurs Flaviens, au statut municipal a entraîné le respect de règles strictes dans l’organisation des cités.

Table des illustrations

Légende – Fig. 1. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8498/img-1.jpg
Fichier image/, 296k
Légende – Fig. 2. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8498/img-2.jpg
Fichier image/, 236k
Légende – Fig. 3. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8498/img-3.jpg
Fichier image/, 160k
Légende – Fig. 4. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8498/img-4.jpg
Fichier image/, 244k
Légende – Fig. 5. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8498/img-5.jpg
Fichier image/, 246k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540