Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

2. Villes et campagnes de l’Occident romain

Les décors architecturaux de la villa de Plassac (Gironde)

Style provincial et marbres pyrénéens

Note de l’éditeur

Fédération Historique du Sud-Ouest, Actes du XXXVIIIe Congrès tenu à Pau les 5 et 6 octobre 1985, numéro exceptionnel de la Revue de Pau et du Béarn, 1987, p. 65-85 (co-auteur R. Monturet).

Texte intégral

  • 1 Trois grandes périodes de construction ont été reconnues : le premier état est daté des années 30/4 (...)
  • 2 On y rencontre aussi de beaux héritages italiens. Le cas le plus remarquable est celui des peinture (...)

1La villa gallo-romaine de Plassac (fig. 1) tire des caractères de son architecture une indiscutable originalité. Tout au long de son histoire1, en effet, les générations d’architectes qui ont élevé ses murs ont copié, plus ou moins étroitement, des modèles italiens. À l’inverse, semble-t-il, les artistes qui ont créé ses décors ont montré moins d’imagination. Les ornements sont communs, largement puisés, tant par leur style que par le choix des matériaux, dans un répertoire à la fois très provincial et très méditerranéen2. Cette apparente banalité se trouve pourtant compensée par la quantité des fragments de tout genre mis au jour lors des fouilles conduites par mademoiselle G. Émard entre 1963 et 1975. Cette relative abondance nous a paru mériter une étude particulière, étude dans laquelle les produits pyrénéens occupent une place de choix.

Colonnes

2Au cours des quelque cinq siècles d’existence de la villa, on a utilisé à Plassac des colonnes fabriquées dans divers matériaux. On rencontre en effet :

  • des quarts-de-rond de terre cuite, tous datables du Bas-Empire, recueillis dans la galerie orientale et dans le portique nord. Les colonnes étaient probablement complètes le long de ce dernier, tandis que, autour du péristyle, elles reposaient sur un mur-bahut. Elles étaient sans doute stuquées, comme le donnent à penser les grandes quantités d’enduit blanc découvertes notamment à l’angle des galeries nord et est du péristyle ;

    • 3 Attische Säulenbasen des 5 und 6 Jahrhunderts n. Chr. und ihre Rohform, dans BJ, 170, 1970, p. 271- (...)

    des marbres pyrénéens : un haut de colonnette avec son astragale, en griotte mauve de Campan et une base en marbre gris de Saint-Béat. Cette dernière, dont un exemplaire comparable figure dans les collections du musée de Borda à Dax, ressemble tout à fait à celles que J. Kramer attribue (en Orient) à une époque tardive, ve ou vie siècle3 ;

  • des calcaires locaux (Blayais/Bourgeais) ou régionaux (Saintonge). Ce sont les éléments les plus nombreux et les plus originaux. Ils proviennent de divers secteurs de la villa, mais surtout de la partie occidentale (“podium”) où ils ont été trouvés à la fois sur les canalisations du deuxième état et en remploi sous ces dernières. C’est d’ailleurs là le seul repère chronologique dont nous disposions et c’est bien regrettable dans la mesure où le type de colonnes auquel ils appartiennent ne se laisse pas dater avec précision.

  • 4 De la même manière, la partie supérieure comporte aussi le chapiteau. La base no 6 (inv. 11363) est (...)

3Tous les fragments retrouvés proviennent de fûts lisses, non monolithes, dont le diamètre maximum (à la base) atteint, selon les exemplaires, jusqu’à 55 cm, pour se rétrécir parfois, sous l’astragale (en haut), à 32/34 cm. La partie inférieure du fût est taillée dans le même bloc que la base4. Celle-ci, de type attique (fig. 2), est posée sans plinthe sur le stylobate ; au-dessous, une tablette caractéristique assure la stabilité de l’ensemble en supportant la poussée des forces exercées sur la colonne.

  • 5 Goudineau (Ch.), Les fouilles de la Maison au dauphin, XXXVIIe Suppl, à Gallia, Paris, 1979 (= Goud (...)
  • 6 Éléments d’un ordre toscan provincial en Haute-Savoie, dans Gallia XXVII, 1969 (= Broise), p. 15-22
  • 7 Broise, fig. 1 et 2, p. 17 et 18.

4Ch. Goudineau a constaté que, au moins en Narbonnaise, l’usage de la plinthe s’est peu à peu imposé dans le courant du ier siècle, pour se généraliser à l’époque flavienne5. De son côté, P. Broise, enquêtant sur l’ordre “toscan provincial” en Haute-Savoie6, dans des sites non datés, il est vrai, semble n’avoir relevé que des bases munies d’une plinthe7. Conclure à l’ancienneté de celles qui en sont dépourvues ferait attribuer au ier siècle la totalité des bases plassacaises. Cela n’est pas impossible, mais suppose des remplois continus, peut-être jusqu’à la fin de l’Antiquité, ce que nous ne sommes pas en mesure de démontrer sans conteste. Souhaitons que de nouvelles trouvailles aquitaines permettent d’éclaircir ce point délicat de chronologie qui concerne aussi bien les chapiteaux qui les couronnaient.

  • 8 Trois sont réduits à une partie de l’astragale et du gorgerin (no 15, 16 et 19) ; treize ne possède (...)
  • 9 Le gorgerin est parfois surmonté de un ou deux listels en saillie (no 16 et 19). On le trouve aussi (...)

5Ces chapiteaux, que nous proposons de dénommer de style “dorique composite” ont été retrouvés en assez grand nombre, aux mêmes emplacements que les fragments de bases et de fûts, preuve qu’ils allaient bien ensemble. Nous avons retenu ici, par commodité, dix-sept fragments caractéristiques8 et un élément complet (fig. 3). Séparés de l’astragale sommant le fût par un gorgerin cylindrique de même diamètre que le haut de celui-ci9 ou d’un diamètre légèrement inférieur, ils se terminent par une abaque de plan plus ou moins carré. Au milieu se place l’échine, en forme de tronc de cône inversé, dont les différentes moulures autant que la forme plus ou moins évasée assurent la parfaite originalité de chaque bloc.

  • 10 On trouve par exemple au-dessous de l’abaque deux ou trois annelets dont le plus haut placé est tan (...)

6À première vue, ces chapiteaux peuvent passer pour fort différents les uns des autres : si l’on rencontre toujours deux moulures principales, celles-ci sont, selon les cas, un cavet surmonté d’une doucine ou bien deux cavets. Nombre de détails les individualisent plus encore : évasement de la corbeille, creusement plus ou moins accentué des moulures, hauteur et nombre de celles-ci10 ou encore profil de l’astragale. Ces différences, qui ne sont que le résultat de la fabrication à la pièce de chaque élément, sont en fait assez secondaires, car, d’une façon générale, le style de ces chapiteaux est au contraire très homogène : fabriqués au tour avec beaucoup de soin pour obtenir une taille régulière d’une belle facture, ils montrent une réelle unité dans la modénature de l’échine (deux moulures creuses superposées dont celle du bas est toujours un cavet) et dans les moulures secondaires (prédominance d’un listel surmontant le cavet inférieur, prédominance de deux listels au-dessus de la doucine).

  • 11 Abécédaire ou rudiments d’Archéologie. Ère gallo-romaine, Paris, 1870, p. 95-97.
  • 12 Broise, fig. 1, p. 17.
  • 13 Goudineau, p. 219 et n. 146.
  • 14 Parmi les exemples aquitains (fig. 6), nous avons relevé une ou plusieurs trouvailles urbaines à Éa (...)
  • 15 Goudineau, p. 219.
  • 16 Palladio en avait recopié toute une série d’exemples italiens, voir Les quatre Livres d’Architectur (...)

7Le nombre relativement important de nos trouvailles nous a évidemment poussés à chercher ailleurs des comparaisons car l’atelier à qui l’on doit ces belles réalisations a certainement copié des modèles en usage au moment où le maître de Plassac en faisait la commande. Nous avons constaté que la bibliographie touchant ce sujet est à la fois bien fournie et passablement modeste. Dès le siècle dernier, A. de Caumont11 en parlait comme de quelque chose de relativement commun et, plus près de nous, P. Broise tient ce type de profil pour si répandu qu’il n’hésite pas à en faire, pour la Haute-Savoie en tout cas, le modèle de son ordre “toscan provincial”12. À l’inverse, Ch. Goudineau déplore le manque de publications et annonce ne pouvoir citer que quelques exemples tirés des chroniques de Gallial13. Pour notre part, nous avons pu dresser une liste de 27 exemples repérés dans des publications récentes, ou aperçus dans des sites ouverts au public ou dans des musées. Il en ressort que ce type de décor a été largement utilisé dans toute la Gaule14. Comment et quand s’y est-il répandu ? Etudiant les chapiteaux de Vaison, Ch. Goudineau risque une double suggestion, d’ailleurs en forme d’intérrogation : cette manière de traiter l’échine est-elle “le reflet tardif d’une évolution que l’Italie doit au monde hellénique ?.. ou une création due au développement d’un artisanat autochtone similaire à celui qui développa le ‘toscan africain’ ?”15. Nous serions prêts, quant à nous, à additionner l’une et l’autre hypothèse puisque ce type de modénature est connu tant en Orient qu’à Rome sur des corniches ou des bases16. Exporté en Narbonnaise, il a pu être là appliqué à des décors de chapiteaux et se répandre ensuite dans toute la Gaule Chevelue où son élégance lui valut un légitime succès. Quant à la date à laquelle s’est effectuée cette création, nous ne saurions en discuter. Nous observons simplement que certains des chapiteaux de Plassac proviennent d’un niveau stratigraphique antérieur à la fin du ier siècle ap. J.-C. et doivent être attribués au premier état de la villa. Comme par ailleurs ils sont associés à des bases sans plinthe dont la datation est peut-être pré-flavienne, il conviendrait donc de leur assigner une date contemporaine des tout débuts de cet état, soit les années 30-40 ap. J.-C.

  • 17 Abécédaire, p. 95-97’.
  • 18 Dictionnaire... p. 395-396.
  • 19 Broise, p. 15.
  • 20 Goudineau, p. 219-220.
  • 21 Olivier, Mâlain, p. 22.
  • 22 La difficulté de trouver une dénomination parfaitement adéquate pour ces chapiteaux vient de ce qu’ (...)
  • 23 Vitruve, IV, 1, 12.

8Reste à savoir à quel ordre rattacher ces profils si originaux. Les avis sont apparemment très partagés sur ce point. Caumont17 puis Bosc18 les rangeaient dans l’ordre dorique. Ils figurent, on l’a vu, sous le nom de style “toscan provincial” dans les enquêtes de P. Broise19 dit aussi “toscan gaulois” par Ch. Goudineau20, tandis que, à Mâlain, A. Olivier les considère comme du “dorique provincial”21. À vrai dire, il ne s’agit là que de nuances, car sur le fond, les opinions sont assez convergentes22. Toutefois, nous nous sentons plus proches de celles qui s’expriment à travers l’adjectif “dorique” dans la mesure où les ressemblances sont particulièrement nombreuses entre le profil de nos chapiteaux et celui des corniches de cet ordre. C’est pour cette raison que nous proposons la dénomination de “dorique composite”. Une telle définition ne rejoindrait-elle pas (même au prix d’un léger anachronisme) cette jolie formule de Vitruve, qui évoque “les chapiteaux doriques, dont on a assemblé les différentes proportions pour composer une nouvelle manière de tailler les chapiteaux avec plus de raffinement”23 ?

Décors de marbre

  • 24 Nombreux témoignages de ce goût, depuis Sénèque, qui écrit à l’époque où l’engouement se généralise (...)

9Le marbre, ce matériau noble par excellence, si goûté des aristocrates italiens et provinciaux pendant toute l’époque impériale24, a été largement employé à Plassac, aussi longtemps qu’a duré la maison de maître. Bien entendu, nous ne possédons plus de ce riche décor que des vestiges bien dégradés ou isolés de leur support d'origine, mais cela ne leur ôte pas tout intérêt il s’en faut.

  • 25 Nous devons un grand nombre d’attributions – outre celles opérées par F. Braemer lui-même en 1967 – (...)

10Comme F. Braemer le signalait à Mlle Émard dès le 6 novembre 1967, la villa a livré des fragments d’origine fort diverse que l’on peut classer sous deux rubriques25 :

    • 26 Blancs et gris de Saint-Béat, mais aussi brèche isabelle de la Pène-Saint-Martin, dont le rôle de s (...)

    des marbres du sud-est de la Gaule, venus surtout de Saint-Béat26 et des différents gisements de la vallée d’Aure et de Campan, mais sans doute aussi d’autres carrières pyrénéennes, comme celles de la haute vallée de l’Aude, et pour des raisons qui ne doivent rien au hasard, on le verra ;

  • des marbres importés :

    • d’Italie : statuario et bardiglio de Carrare, mais peut-être aussi produits originaires du Nord de la péninsule ;

      • 27 Les hiérarchies se sont établies dès le ier siècle comme le montrent les témoignages de Pline (NH X (...)
      • 28 Cette liste correspond tout à fait aux observations de Ward Parkins, J.B., Enciclopedia dell’Arte a (...)

      d’Orient et d’Afrique. Ce sont les plus nombreux. C’étaient aussi les plus réputés dans l’Antiquité27. Les hiérarchies ont donc bien été respectées sur notre site d’où ont été tirées d’assez grandes quantités de “pavonazzetto” phrygien (Synnada) et de marmor numidicum, “giallo antico”, de Chemtou). Bien moins abondants sont ensuite le porphyre vert et noir de Laconie. Plus rares encore sont le “portasanta” de Chios, l'“africano” turc de Téos, le “rosso antico” du cap Ténare et le porphyre rouge égyptien28.

11À quelles époques ces matériaux ont-ils été utilisés et à quels usages étaient-ils destinés ?

  • 29 Mis à part quelques remplois d’éléments antérieurs retaillés.

12Dans ses divers travaux F. Braemer a montré comment, en Aquitaine, furent employés, aux trois premiers siècles de l’Empire, des marbres d’importation concurremment avec des produits pyrénéens, tandis que ces derniers régnèrent à peu près seuls29 dans le courant de l’Antiquité tardive. Cette opinion se trouve assez bien confirmée à Plassac où l’on constate :

  • que les remblais qui, au tournant du Ier et du iie siècles, ont fait disparaître les constructions de l’époque tibéro-claudienne (partie ouest de l’aile nord et “podium”) ne renferment que des fragments d’origine pyrénéenne, et notamment de nombreux éclats de griotte mauve du type de Campan ;

    • 30 À l’exception des fragments de porphyre laconien qui montrent une plus grande dispersion sur tout l (...)

    que les produits d’importation, presque tous localisés dans la zone du “podium”30 sont attribuables à la période de la deuxième villa, élevée vers la fin du ier siècle ou le début du siècle suivant ;

  • que dans la zone des constructions les plus tardives, aucun élément de décor autre que des fragments de Saint-Béat ou de griottes de Campan n’a été recueilli.

  • 31 “Salles” 19 et 20 de l’aile nord (il s’agit en fait, du sol du portique du deuxième état). Nous n’a (...)
  • 32 Ce sont les salles 14, 16/17/18 A et 24, dans leur état ancien.

13Pour ce qui est de l’usage, nous sommes malheureusement contraints de suppléer par l’imagination à ce que nous ne pouvons plus voir en place : dallages et lambris, chambranles, linteaux et archivoltes ne sont plus présents que par quelques morceaux miraculeusement rescapés. Des trop rares éléments encore fixés à leur support d’origine, nous concluons que certains sols du Haut-Empire étaient constitués d’un épais mortier de tuileau portant un semis régulier de croisettes dans lequel étaient logés sans ordre des crustae de marbres pyrénéens31. Trois salles, au moins, ont à un moment ou à un autre, porté un dallage que les restes de plinthes encore apparents invitent à imaginer en marbre32. Le reste, il faut tenter de le deviner en examinant au mieux le millier de fragments récolté lors des fouilles.

Fragments moulurés (fig. 4)

14Nous avons classé dans cette rubrique une quarantaine de morceaux. A l’exception d’une base de pilastre (inv. 10878) et d’une moulure de couronnement (inv.10886) qui paraissent taillées dans un matériau étranger à la Gaule (Carrare ? Orient ?), tous sont en marbre de Saint-Béat (la grande majorité) ou des vallées de la Neste et du haut Adour.

  • 33 Inv. 10888 et 10889.
  • 34 Voir Monturet (R.) et Rivière (H.), Les thermes sud de la villa gallo-romaine de Séviac, Gers, Bord (...)

15Plus de la moitié du lot est constituée par des baguettes, auxquelles s’ajoutent deux réglets à tranche biseautée. Les éléments de chambranles sont présents avec deux montants ou traverses33. Le premier, du type 1 de la villa de Séviac34, est incomplet. Il n’en subsiste que la partie extérieure (= le haut) avec fasce, talon et bandeau. Le second (groupe 4 de Séviac), également incomplet, n’a conservé que la partie médiane (deux doubles chanfreins, tore, chanfrein, talon, double chanfrein). Inv. 10863 est un morceau d’archivolte en marbre de Saint-Béat, couronnant une arcade dont le diamètre est d'environ 59,2 cm (soit deux pieds romains) et la largeur de 7,6 cm. Les moulures sont successivement un chanfrein renversé, deux réglets séparés par une légère gorge, un filet saillant, un talon et un bandeau saillant ; la taille est de très bonne facture.

  • 35 Deux d’entre eux ont été mis au jour dans la partie ouest de la villa (inv. 10856 et 10887). Les au (...)

16Six fragments, dont la provenance est incertaine35, sont des moulures de couronement composées de deux parties à profil curviligne, chacune surmontée d’une ou deux moulures plates (groupe 2 de Séviac). Si inv. 10886 offre (de bas en haut) un talon droit et une doucine droite, le reste montre successivement un cavet droit et une doucine droite (fig. 4).

  • 36 Information fournie par M. J. Santrot, Conservateur des Musées de Nantes, que nous remercions.

17Avec la base attique d’un petit pilastre de 8 cm de large (inv. 10878) en marbre de Carrare ( ?) de 4,5 cm de haut et de 10,2 cm de large, ont été conservés quatre fragments de fût de pilastre. Inv. 8172, 10885 et 10880, en griotte verte pyrénéenne, ont été récupérés dans des couches très bouleversées et sont donc indatables. Les deux premiers fragments, rudentés, appartiennent à la base et le troisième, cannelé, au fût proprement dit. La largeur d’origine du pilastre n’est pas connue. Elle pouvait être de ± 14,2 cm ou 20,5 cm selon le nombre des cannelures (ce qui donnerait une hauteur totale qui, selon les ordres aurait de ± 1,10 m à ± 1,70 m). Inv. 185 est aussi la partie inférieure d’un pilastre taillé dans un marbre à très gros cristaux qui pourrait être d’origine étrangère (orientale ?)36.

  • 37 Nous n’avons rien trouvé qui puisse appartenir à des ornements de façade ou à des entablements de p (...)

18C’est ainsi que s’achève cette maigre liste qui ne donne assurément qu’une bien piètre idée de ce que dut être, au Bas-Empire comme aux trois premiers siècles, l’importance du marbre dans les décors architectoniques37. Observons seulement que le nombre des pièces d’origine pyrénéenne peut laisser envisager une spécialisation du matériau gaulois dans certains types d’ornements, peut-être à toutes les époques.

Plaques et plaquettes lisses (fig. 5)

19Nous avons répertorié à ce jour environ un millier de fragments de ce genre. Toutefois, comme l’attribution d’un certain nombre d’entre eux est incertaine ou n’est pas pleinement assurée, nous n’en avons retenu dans nos calculs que le tiers environ. Ils appartiennent à des décors de sols (ou d’emmarchements) et à des ornements de parois (plinthes, lambris ou tableaux de sectilias

  • 38 Ausgrabungen... cité plus haut n. 14. Voir en particulier les fig. 105 (lambris) et 106 (sols), p.  (...)
  • 39 Voir Morricone Matini (M.L.), Mosaici Antichi... cité n. 24 ; sur Herculanum et Ostie, voir commodé (...)
  • 40 Voir note 32. Quatorze fragments de baguettes de couronnement de lambris (ép. 13 à 43 mm) attestent (...)
  • 41 Fouet (G.), La villa gallo-romaine de Montmaurin (Haute-Garonne), XXe, Suppl, à Gallia, Paris, 1969 (...)

20Comment les répartir entre ces diverses utilisations ? Dans leur récente publication de la villa luxembourgeoise d’Echternach38, J. Metzler, J. Zimmer et L. Bakker ont rangé dans les pavements de sol (Bodenplatten) les fragments dont l’épaisseur atteint ou dépasse 20 mm, réservant aux parois (Wandplatten), ceux qui se tiennent entre 10 et 16 mm. À vrai dire, les restes plassacais ne rentrent qu’imparfaitement dans cette classification, car les épaisseurs des morceaux conservés se tiennent entre 0,2 et 3,7 cm. Il faut donc opérer des divisions plus fines. Il est probable que, sur notre site, seules les plaquettes dont la grosseur n’excède pas 1 cm au plus devaient entrer dans des compositions murales analogues à celles qu’ont révélées les fouilles du Palatin ou les découvertes d’Herculanum et d’Ostie39. Les morceaux plus épais appartenaient à des lambris ou à des plinthes, comme on peut le vérifier sur place en de trop rares endroits40et comme l’attestent mieux encore les grandes villas de Montmaurin et de Valentine où ces éléments sont parfois bien conservés41.

  • 42 Salles 14, 18 A et 24.
  • 43 Portique nord (= “salles” 19 et 20).
  • 44 Certaines pièces comme des fuseaux ou lunules et des segments de cercle en porphyre vert de Laconie (...)

21On peut aussi classer les fragments d’après leur forme. Certains d’entre eux, souvent assez longs et de coupe irrégulière, sont à coup sûr des crustae qui ont servi selon les cas de repères de niveau42 et de décor proprement dit43. D’autres, taillés en barres rectangulaires ou arrondies, en losanges, en triangles ou en fuseaux, annoncent des éléments de figures géométriques (peut-être emboîtées) dont les plus épais couvraient les sols de circulation, tandis que les plus minces et les plus petits se laissent placer dans des panneaux muraux44.

  • 45 N’y figurent que les types les plus représentés à Plassac. De même n’ont été retenues que les ident (...)

22Le dernier critère de répartition est celui de l’origine même des marbres. Combiné avec les deux premiers, il ouvre la voie à d’intéressantes constatations qu’un rapide tableau va nous aider à mieux formuler45 :

* Synnada : “Pavonazzetto” de Phrygie.
* Saint-Béat et “Campan” : n’ont été retenus ici que les fragments offrant au moins un côté dressé.

  • 46 Par comparaison avec Montmaurin ; voir plus haut n. 41.
  • 47 Le support (cadre ou fond) a pu être constitué de fragments de schiste bleu-noir, trouvés en abonda (...)
  • 48 Mais voir ci-dessus n. 44.
  • 49 Le succès de ce marbre ne s’est pas seulement traduit par la recherche de succédanés de carrières. (...)

23Des évidences qui ressortent de ce classement, retenons que les produits pyrénéens de Saint-Béat (blancs et gris) et de Campan (griottes vertes ou rouge violacé) ont fourni surtout, outre les ornements architectoniques étudiés plus haut, des matériaux de revêtement pour les sols et des lambris46. Inversement, les marbres exotiques, qui se rencontrent à peu près uniquement en plaques minces et en fragments de petite taille, semblent bien avoir été exclusivement destinés à la décoration murale47 de la grande salle d’apparat du “podium”. Il en va de même, apparemment, pour le porphyre laconien48. Le cas le plus intéressant est celui des morceaux que nous attribuons à la “carrière romaine” de la Pène-Saint-Martin à Saint-Béat. Ce beau matériau de couleur isabelle a joué – on le sait grâce à F. Braemer – le rôle de succédané de celui qui, dans l’Antiquité, a sans (toute symbolisé au mieux le prestige des décors de marbre, c’est-à-dire le numidicum de Chemtou49. La place qu’il occupe dans notre tableau confirme tout à fait son rang dans les produits de premier choix, à l’égal de ceux qui venaient d’Afrique ou d’Orient.

  • 50 Deux autres propositions qui demandent vérification font état de l’usage de marbre portugais (pour (...)
  • 51 M. Labrousse, Les thermes romains de Cahors, signale l’emploi de serpentine verte veinée de blanc t (...)

24Mais était-il seul de son espèce dans cet emploi ? C’est la question que nous avons dû nous poser en étudiant les propositions d’identification faites par les géologues qui nous ont apporté leur aide. Il ressort en effet de leurs observations qu’il y aurait à Plassac des morceaux provenant de plusieurs autres carrières pyrénéennes, chacune correspondant à un type importé : griotte de Cierp pour du Teos asiatique (“africano”), rouge de l’Aude pour du “rosso antico” de Laconie (Cap Ténare), statuario de Saint-Béat pour du blanc d’Italie ou d’Orient50. L’utilisation d’ersatz gaulois en remplacement de coûteuses importations ne constitue pas une information nouvelle : Fr. Braemer a déjà mis, en lumière ce phénomène et on en trouve un peu partout de nombreux exemples51. Toutefois, l’ampleur de la chose sur notre site nous a inspiré plusieurs réflexions que nous livrerons en matière de conclusion.

25Commençons par une constatation des plus simples : Plassac montre très clairement que, si les produits lointains parvenaient sans difficulté partout, des raisons de prix ou même de rapidité de livraison leur ont fait préférer ceux des carrières régionales. Ces petites tricheries sur la qualité nous révèlent fort justement un aspect de la mentalité des aristocrates aquitains : désireux de se mettre à la mode pour tenir leur rang, ils se devaient d’utiliser des matériaux à la fois nobles et recherchés. Pourtant, par calcul ou par commodité, ils en utilisaient surtout des copies. Ce qui, néanmoins, nous frappe le plus, c’est de voir à quel point ce phénomène de vanité sociale a pesé lourd dans la mise en valeur de certains gisements pyrénéens ; car ce n’est pas le hasard, ni la plus ou moins grande facilité d’extraction qui ont présidé à l’ouverture de ces carrières, mais bien la volonté d’y trouver des produits de remplacement auxquels on faisait appel aspect pour aspect, couleur pour couleur, poli pour poli. Sur ce point, on ne peut qu’admirer l’ingéniosité des marbriers de l’Antiquité qui ont su repérer et extraire ces matériaux, puisqu’ils nous abusent aujourd’hui comme ils trompaient autrefois.

  • 52 Fr. Braemer, Les marbres à l’époque romaine, dans RA, 1971, (p. 3-10), p. 3.

26Qu’on veuille bien nous pardonner une dernière remarque qui paraîtra rétrograde à certains : à la suite de J.B. Ward Perkins, les spécialistes actuels récusent, dans la dénomination des marbres antiques “l’usage d’un vocabulaire traditionnel – emprunté à la qualité et à la couleur autant qu’à des lieux d’origine souvent inexacts ou à un point d’utilisation particulièrement célèbre – qui a embrouillé les questions”52. Loin de nous l’idée de contester le bien-fondé de cette déclaration, mais, s’il est vrai qu’une plus grande rigueur dans la désignation des types s’avère indispensable, nous sommes cependant certains que, dans l’Antiquité, les gens raisonnaient autrement. Le choix des matériaux tirés des carrières pyrénéennes montre en effet que, pour les aristocrates, qui vivaient toujours plus ou moins en représentation, seul comptait l’aspect extérieur du produit dont ils ornaient leurs demeures. Il est vrai qu’ils n’avaient pas à inventorier du matériel archéologique !

MISE EN PARALLELE DES PROFILS
A : abaque
Ch : chanfrein
T : talon
B : baguette
D : doucine
1/4 : quart-de-rond
C : cavet droit
F : fût
G : gorgerin
Cr : cavet renversé
L : listel
(1) d'après photos
(2) doucine ornée
(3) abaque avec coussinet
(4) cavet ou doucine ?
(5) abaque à trois fasces
(6) chapiteau orné
(7) bandeau mouluré : talon surmonté d’un listel

Notes

1 Trois grandes périodes de construction ont été reconnues : le premier état est daté des années 30/40 ap. J.-C. aux années 90/110. Le deuxième état commence au tournant du Ier et du iie siècle et dure jusqu’à une date indéterminée (ive s. ?). Le troisième état commence au ive siècle et comporte plusieurs phases dont la plus importante se date au plus tôt de l’extrême fin du ive siècle. C’est à cette phase qu’appartiennent notamment les mosaïque de l’aile orientale.

2 On y rencontre aussi de beaux héritages italiens. Le cas le plus remarquable est celui des peintures murales du IIIe style mises au jour entre 1978 et 1980. Voir Savarit (M.-O.) et Barbet (A.), Les peintures murales de Plassac, dans Peinture murale romaine en Gironde, Catalogue d’exposition, Bordeaux, 1983, p. 27-40, et Savarit (M.-O.), Les peintures murales romaines de Plassac (Gironde), dans BAR, Int. Ser. 240, 1985, p. 113-135.

3 Attische Säulenbasen des 5 und 6 Jahrhunderts n. Chr. und ihre Rohform, dans BJ, 170, 1970, p. 271-278.

4 De la même manière, la partie supérieure comporte aussi le chapiteau. La base no 6 (inv. 11363) est entaillée aux deux extrémités du diamètre, d’une encoche servant à loger les plaques ou les éléments à claire-voie d’un chancel.

5 Goudineau (Ch.), Les fouilles de la Maison au dauphin, XXXVIIe Suppl, à Gallia, Paris, 1979 (= Goudineau), p. 213-214.

6 Éléments d’un ordre toscan provincial en Haute-Savoie, dans Gallia XXVII, 1969 (= Broise), p. 15-22.

7 Broise, fig. 1 et 2, p. 17 et 18.

8 Trois sont réduits à une partie de l’astragale et du gorgerin (no 15, 16 et 19) ; treize ne possèdent plus que l’échine et l’abaque (no 1, 3, 12, 13, 14, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 27 et 28) ; un a complètement perdu la mouluration de son échine (no 18) ; enfin, un seul est complet (no 4, inv. 11360/11361) en deux fragments.

9 Le gorgerin est parfois surmonté de un ou deux listels en saillie (no 16 et 19). On le trouve aussi reposant sur deux moulures simples par rapport auxquelles il se trouve en retrait (no 19 : listel surmonté d’un cavet).

10 On trouve par exemple au-dessous de l’abaque deux ou trois annelets dont le plus haut placé est tantôt un listel, tantôt une baguette. Au-dessus du cavet inférieur, on rencontre un ou deux listels, exceptionnellement une baguette (no 1).

11 Abécédaire ou rudiments d’Archéologie. Ère gallo-romaine, Paris, 1870, p. 95-97.

12 Broise, fig. 1, p. 17.

13 Goudineau, p. 219 et n. 146.

14 Parmi les exemples aquitains (fig. 6), nous avons relevé une ou plusieurs trouvailles urbaines à Éauze (parc archéologique), Limoges (Musée de l’Évéché), Né ris (Caumont, Abécédaire, p. 95), Périgueux (Gallia XXIII, 1965, p. 426 : villa des Bouquets) et Saintes (Maurin (L), Saintes Antique, Saintes, 1978, p. 95 et p. 398, no 80 : cimetière saint Vivien). En milieu rural sont connus les exemplaires de Allas-les-Mines, Dordogne (Gallia XXII, 1964, p. 215), Castelnau-Montratier, Lot (Gallia XXIV, 1966, p. 441 ; relevé et dessin R. Monturet), Le Châtelet, Ch. Mme (David (P.) et Gabet (C.). Le site gallo-romain du Châtelet, Rochefort, 1973, p. 47-49, qui renvoient à l’exemplaire complet de Plassac), Joze, Puy-de-Dôme (Gallia XXL 1963, p. 498), Lagarde, Aveyron (Congr. arch, de France, XXXII, 1865, Paris, 1866, p.157-168), Naintré, Vienne (Gallia 31, 1973, p. 386), Pamproux, Deux-Sèvres (Gallia XXVII, 1878, p. 274) et Séviac, Gers (Gallia 41, 1983, p. 493.)
Hors de l’Aquitaine (fig. 6) ont été publiées les découvertes faites à Alésia (Martin (R) - Varène (P.), Le monument d’Ucuetis à Alesia, XXVIe Suppl, à Gallia, Paris, 1973), Amiens (Celticum IV, 1964, p. 257-280), Andilly-en-Bassigny, Hte Marne (Archeologia 178, 1983, p. 19), Annecy (Broise, p. 15-22), Fouencamps, Somme (Celticum XII, 1967, p. 289-332), Mâlain, Côte-d’Or (Olivier (A.), Mâlain-Mediolanum, Besançon, 1979, p. 21-22 et pl. 2, n" 4 = Olivier, Mâlain), Paris (Bosc (E.), Dictionnaire raisonné d’architecture... Paris, 2e éd. 1883,1, p. 395-396), Vaison-la-Romaine (Goudineau, p. 214-221). À cette liste, on ajoutera les trouvailles de Liberchies (Thirion (M.), Le trésor de Liberchies, Bruxelles, 1972, p. 12 h. t.) et de la villa d’Echternach au Luxembourg (Metzler (J.), Zimmer (J.) et Bakker (L.), Ausgrabungen in Echternach, Luxembourg, 1981, p. 111-112, en remploi dans une cave datée du troisième quart du iie siècle ap. J.-C.). Signalons enfin que des chapiteaux du même type sont exposés dans les musées de Mayence (Röm.-German. Zentralmuseum) et de Châtillon-sur-Seine. D’après Caumont (Abécédaire, p. 95-96, il faudrait ajouter à cette liste Sainquèze, près de Nevers, Bayeux, Vieux, Lisieux, Évreux, Chartres etc...)
Lorsqu'on possède les bases correspondant à ces couronnements, on constate que ce sont normalement des bases attiques, la seule exception connue de nous étant celle du temple d’Ucuetis à Alésia (bases toscanes à un seul tore).
À l’évidence, notre inventaire ne représente que le minimum rendu public. La dispersion géographique des mentions plaide elle-même en faveur d’une très vaste diffusion dans toute la Gaule.

15 Goudineau, p. 219.

16 Palladio en avait recopié toute une série d’exemples italiens, voir Les quatre Livres d’Architecture, trad, de Fréart de Chambray (1650) rééd. Paris, 1980, pl. 387.

17 Abécédaire, p. 95-97’.

18 Dictionnaire... p. 395-396.

19 Broise, p. 15.

20 Goudineau, p. 219-220.

21 Olivier, Mâlain, p. 22.

22 La difficulté de trouver une dénomination parfaitement adéquate pour ces chapiteaux vient de ce qu’il en existe trois variantes principales correspondant chacune à un profil particulier de l’échine (une ou plusieurs moulures principales) :
Type 1 : une seule moulure : doucine couronnée de un ou plusieurs annelets (baguettes ou listels), surmontant un gorgerin lui-même couronné (ou nori) de un ou plusieurs annelets. Des exemples de ce type se rencontrent à Amiens, Annecy, mais aussi à l’amphithéâtre de Nîmes et au trophée de la Turbie. C’est aussi le “toscan africain” de A. Lézine.
Type II : deux moulures. Sur un gorgerin couronné ou non de un ou plusieurs annelets, on peut avoir :
1. une moulure en saillie surmontée d’une moulure creuse :
a) quart-de-rond couronné d’un ou plusieurs annelets, surmontés d’une doucine elle-même éventuellement couronnée d’un ou plusieurs annelets. Des exemples de ce type sont produits par Palladio et G. Gromort (Choix d’éléments empruntés à l’architecture classique. Parallèle d’ordres grecs et romains et application des ordres, 7e édit., Paris, 1964).
b) Talon couronné d’un ou plusieurs annelets surmontés d’une doucine elle-même éventuellement couronnée d’un ou plusieurs annelets (exemples dans Palladio, à Fouencamps et au Trophée des Alpes).
2. Deux moulures creuses :
a) Cavet couronné d’un ou plusieurs annelets surmontés d’une doucine, elle-même couronnée d’un ou plusieurs annelets.
b) Deux cavets superposés, chacun surmonté d’un ou plusieurs annelets. Cette catégorie est celle des chapiteaux de Plassac. Voir la bibliographie ci-dessus, note 14.
Type III : plus de deux moulures. Ici les combinaisons peuvent être variées. À des exemples romains toujours tirés de profils d’impostes ou de corniches d’entablements, on ajoutera des chapiteaux gaulois d’Annecy ou de la villa de Montmaurin.

23 Vitruve, IV, 1, 12.

24 Nombreux témoignages de ce goût, depuis Sénèque, qui écrit à l’époque où l’engouement se généralise et où l’emploi se fait de plus en plus courant (et en quantités de plus en plus grandes) : Lettres à Lucilius, 86, 4, que confirment notamment les découvertes de la domus transitoria (voir Morricone Matini (M.L.), Mosaici Antichi in Italia. Regione prima. Roma : Reg. X, Palatium, Rome, 1967), jusqu’aux déclarations de Sidoine Apollinaire au ve siècle (Carmina, V, 37-39 ; XXII, 137-141).

25 Nous devons un grand nombre d’attributions – outre celles opérées par F. Braemer lui-même en 1967 – à M. A. Álvarez i Pérez, du département de cristallographie et minéralogie de l’Université autonome de Barcelone, à Mlle Chr. Costedoat, étudiante en Géologie à l’Université de Bordeaux, et à M. Lavigne, marbrier à Saint-Béat. A tous nous adressons nos vifs remerciements.

26 Blancs et gris de Saint-Béat, mais aussi brèche isabelle de la Pène-Saint-Martin, dont le rôle de succédané du Chemtou a été très important.

27 Les hiérarchies se sont établies dès le ier siècle comme le montrent les témoignages de Pline (NH XXXVI, passim) ou de Stace (Silves 1, 5, 34-38). Si celui de Sidoine Apollinaire, cité plus haut est surtout un souvenir littéraire, l’Édit de Dioclétien (ch. XXXII) atteste que, au début du ive siècle, elles demeuraient inchangées.

28 Cette liste correspond tout à fait aux observations de Ward Parkins, J.B., Enciclopedia dell’Arte antica, IV, p. 86, art. Marmo. Les travaux de F. Braemer en confirment pleinement la banalité. Voir (outre sa thèse, Le marbre des Pyrénées dans la sculpture antique, Paris, 1969, restée malheureusement inédite), L’ornementation des établissements ruraux de l’Aquitaine méridionale pendant le Haut-Empire et la basse Antiquité, dans 104e Congr. nat. des Soc. sav. Bordeaux, 1979, Archéologie, p. 103-146, et, La décoration en matériaux nobles (marbres, porphyres...) des édifices de la Gaule et des régions limitrophes durant le Haut-Empire et la basse Antiquité, dans Mosaïque. Recueil d’hommages à Henri Stern, Paris, 1982, p. 81-91.

29 Mis à part quelques remplois d’éléments antérieurs retaillés.

30 À l’exception des fragments de porphyre laconien qui montrent une plus grande dispersion sur tout le site, dispersion qui confirme peut-être un emploi toujours recherché au Bas-Empire. Toutefois, nous devons faire observer que leur présence dans l’aile est peut n’être due qu'à des déplacements artificiels et récents des terres de la partie ouest. Le même problème est posé, dans les mêmes conditions, par les trouvailles de céramique sigillée du ier siècle.

31 “Salles” 19 et 20 de l’aile nord (il s’agit en fait, du sol du portique du deuxième état). Nous n’avons pas reconnu d’autres types de marbres sur les quelques mètres carrés conservés.

32 Ce sont les salles 14, 16/17/18 A et 24, dans leur état ancien.

33 Inv. 10888 et 10889.

34 Voir Monturet (R.) et Rivière (H.), Les thermes sud de la villa gallo-romaine de Séviac, Gers, Bordeaux, 1986, p. 194-199.

35 Deux d’entre eux ont été mis au jour dans la partie ouest de la villa (inv. 10856 et 10887). Les autres (inv. 10853, 10852, 10877 et 10886) n’ont pas d’origine connue. Inv. 10886 est (peut-être) en marbre importé (Carrare ?), les cinq restants sont probablement en marbre blanc de Saint-Béat. Cinq sont complets ou de restitution aisée, tandis que le sens de lecture de inv. 10854 n’est pas sûr.

36 Information fournie par M. J. Santrot, Conservateur des Musées de Nantes, que nous remercions.

37 Nous n’avons rien trouvé qui puisse appartenir à des ornements de façade ou à des entablements de portiques. Peut-être ces derniers étaient-ils simplement de bois ( ?). Rien non plus n’a subsisté des décors de sculpture en ronde-bosse, à l’exception d’un bras (inv. 124) de marbre blanc statuario (de Carrare ? d’Orient ?) provenant vraisemblablement d’un putto, lui-même peut-être partie d’un groupe statuaire. Rien ne permet, évidemment, de dater ce bien pauvre fragment.

38 Ausgrabungen... cité plus haut n. 14. Voir en particulier les fig. 105 (lambris) et 106 (sols), p. 138-139.

39 Voir Morricone Matini (M.L.), Mosaici Antichi... cité n. 24 ; sur Herculanum et Ostie, voir commodément les parois ornées que présente J.-R Adam dans La construction romaine, Paris, 1984, p. 248 (Herculanum, maison du relief de Télèphe) et p. 247 (Ostie, maison d’Amour et Psyché). Nous notons cependant que P. Gros connaît à Byrsa – dans un monument public, il est vrai – des éléments de parois beaucoup plus épais : voir Gros (R), Byrsa III, Rapport sur les campagnes de fouilles de 1977 à 1980 : la basilique orientale et ses abords (Coll. Ec. Fr. de Rome, 41), Rome, 1985, p. 31-32. Parmi les autres publications récentes, on notera spécialement celle de Tobias Dohrn, Crustae, dans MDAI(R), 72, 1965, p. 127-141.

40 Voir note 32. Quatorze fragments de baguettes de couronnement de lambris (ép. 13 à 43 mm) attestent la présence de ce décor mural à Plassac au moins à la fin de l’Antiquité.

41 Fouet (G.), La villa gallo-romaine de Montmaurin (Haute-Garonne), XXe, Suppl, à Gallia, Paris, 1969, p. 50 et p. 112-115, mais on consulte toujours avec profit les pertinentes observations de l’auteur sur l’ensemble des décors de marbre (p. 103-112). À Montmaurin, les plinthes et les lambris ont une épaisseur de 1,4 à 3,2 cm.

42 Salles 14, 18 A et 24.

43 Portique nord (= “salles” 19 et 20).

44 Certaines pièces comme des fuseaux ou lunules et des segments de cercle en porphyre vert de Laconie (ép. 0,7 à 1,6 cm) ou encore des éléments de cordon cerclant des motifs circulaires (ép. env. 1 cm) peuvent avoir appartenu à l’un ou à l’autre type d’ornement. Il est malheureusement impossible et parfaitement vain de tenter une quelconque restitution des décors à partir des morceaux qui nous sont parvenus.

45 N’y figurent que les types les plus représentés à Plassac. De même n’ont été retenues que les identifications les mieux assurées. Les autres marbres ne sont représentées chacun que par quelques fragments. Nous relevons cependant que si le Chios (“portasanta”), le Carrare et le porphyre égyptien apparaissent surtout en minces plaquettes, le Téos (“africano”) est connu par deux morceaux épais (plus de 2 cm), tandis que le “rosso antico” a fourni à la fois du cordon de bordure de panneaux muraux (ép. 0,5/0,7 cm) et des éléments entrant dans des figures géométriques (ép. autour de 2 cm).

46 Par comparaison avec Montmaurin ; voir plus haut n. 41.

47 Le support (cadre ou fond) a pu être constitué de fragments de schiste bleu-noir, trouvés en abondance au moment de la fouille dans le même niveau que les marbres.

48 Mais voir ci-dessus n. 44.

49 Le succès de ce marbre ne s’est pas seulement traduit par la recherche de succédanés de carrières. La peinture elle-même a voulu en imiter l’usage autant que la couleur. En témoigne, d’une façon très remarquable à notre avis, une paroi peinte de Verulamium conservée au British Museum, montrant des oiseaux et des protomés de fauves dans des rinceaux de vigne. Le choix des couleurs (ocres jaunes et brun rouge) était manifestement destiné à suggérer la présence d’un décor taillé dans du “rosso antico” ou du porphyre égyptien se détachant sur un fond de Chemtou : voir Potter (T.W.), Roman Britain, publ. du British Museum, Londres, 1983, p. 23.

50 Deux autres propositions qui demandent vérification font état de l’usage de marbre portugais (pour du Chemtou) et d’albâtre d’Italie du Nord pour du marbre phrygien.

51 M. Labrousse, Les thermes romains de Cahors, signale l’emploi de serpentine verte veinée de blanc tirée des gisements du Massif Central comme succédané des porphyres laconiens ; voir Gallia XXI, 1963, (p. 191-225), p. 219.

52 Fr. Braemer, Les marbres à l’époque romaine, dans RA, 1971, (p. 3-10), p. 3.

Table des illustrations

Légende – Fig. 1.–
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende – Fig. -2. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8495/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende – Fig. 3. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8495/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende – Fig. 4. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8495/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende – Fig-5. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8495/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende * Synnada : “Pavonazzetto” de Phrygie.* Saint-Béat et “Campan” : n’ont été retenus ici que les fragments offrant au moins un côté dressé.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8495/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8495/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende MISE EN PARALLELE DES PROFILSA : abaqueCh : chanfreinT : talonB : baguetteD : doucine1/4 : quart-de-rondC : cavet droitF : fûtG : gorgerinCr : cavet renverséL : listel(1) d'après photos(2) doucine ornée(3) abaque avec coussinet(4) cavet ou doucine ? (5) abaque à trois fasces(6) chapiteau orné(7) bandeau mouluré : talon surmonté d’un listel
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8495/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540