Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

2. Villes et campagnes de l’Occident romain

Spécificité des villes et effets de l’urbanisation dans l’Aquitaine augustéenne

Note de l’éditeur

Villes et campagnes dans l’Empire romain, Actes du colloque organisé à Aix en Provence par l’U.E.R. d’Histoire les 16 et 17 mai 1980 par P.-A. Février et Ph. Leveau, 1982, p. 61-76.

Texte intégral

  • 1 L’étude portera sur vingt et une villes : Saintes, Poitiers, Bourges, Limoges, Clermont-Ferrand, S (...)

1Le terme d’Aquitaine a servi, dans l’Antiquité, à dénommer deux ensembles géographiques successifs : au moment de la conquête, il ne s’applique qu’aux régions situées au sud de la Garonne (BGI, 1,1) puis, sous Auguste, il désigne un territoire qui va des Pyrénées à la Loire (Strabon IV, 1, 1). Ce cadre étendu sera celui des observations qui vont suivre, puisque, chronologiquement, il est celui de notre commun sujet de réflexion. Son emploi se justifie aussi dans la mesure, où, du nord au sud, un même type d’urbanisme a été appliqué à toutes les communautés indigènes, sans distinction. Il est enfin à peu près imposé par les lacunes de notre documentation, qui interdisent toute étude limitée à la seule partie méridionale de la province augustéenne et qui ne nous donnent de l’ensemble qu’une image très imparfaite1.

  • 2 Plut., César, 15, 5 ; Pompée, 67, 10. Appien, Keltiké, I, 6.
  • 3 On le retrouve dans les noms de Elne ( ?), Collioure et Grenade.

2À la veille de la conquête romaine, l’espace d’entre Loire et Pyrénées n’était pas un monde sans villes : César dit que les Bituriges (Cubes) possédaient plus de vingt urbes (BG VIT, 15) et il ajoute, dans le même chapitre, que leur capitale, Auaricum, est l’urbs “pulcherrima prope totius Galliae”. Plutarque et Appien rapportent que César a pris huit cents (ou mille ?) villes en Gaule2. Au sud de la Garonne existaient aussi des agglomérations – dont nous ignorons tout – comme l’oppidum des Sotiates (Sos, Lot-et-Garonne), Iluro (Oloron, Pyrénées-Atlantiques), Ilixone (Bagnères-deLuchon, Haute-Garonne) ou encore Elimberri (Auch, Gers), toponyme dont le sens de “Ville Neuve” est assuré3, sans qu’on sache s’il traduit effectivement une réalité matérielle indigène antérieure à la conquête.

  • 4 SG VII, 11, 9 (Cenabum), VII, 15 (villes des Bituriges), VII, 55, 7 (Bibracte), VII, 58, 6 (Lutèce (...)
  • 5 Ces vestiges sont, en fait, bien difficiles à dater, car les constructions privées – à l’exception (...)
  • 6 “Je suppose que (ce qui retient César en Gaule), c’est le charme du pays, le beauté des villes, le (...)
  • 7 IV, 1,11.
  • 8 On rapprochera ces déclarations d’un passage très éclairant de Pausanias, décrivant une bourgade d (...)

3D’ailleurs, quel pouvait être l’aspect de ces “villes” ? L’Avaricum de BG VII, 28, 1, possédait un “forum” et des places, signe d’une organisation séparant nettement le domaine public ou collectif du domaine privé. Mais il ne faut pas exagérer la qualité de ces établissements : Uxellodunum des Cadurques, où Caninius assiège les derniers résistants gaulois (BG VIII, 41, 1), ne peut se ravitailler en eau que hors de ses remparts. Quant aux constructions, elles étaient surtout de bois et de torchis ou de tout autre matériau léger, dont laissent deviner l’emploi les fréquent incendies (volontaires ou non) signalés par César’4 et les vestiges retrouvés dans quelques fouilles récentes5. Lorsque Vitruve (II, 1,4) décrit les toitures des maisons d’Aquitaine, c’est en évoquant des techniques anciennes, un peu arriérées de son temps. Cicéron, quant à lui, ne cache pas le mépris que lui inspire la médiocrité des oppida gaulois6. Nous apprenons, en le lisant, que l’aspect extérieur ne suffit pas pour faire une ville : il s’y ajoute aussi l’esprit “urbain” des habitants. En somme, comme le souligne Strabon à propos de Vienne7, ces agglomérations, même lorsqu’elles portaient le nom de métropole d’une tribu, n’étaient, aux yeux des Méditerranéens, que de pauvres villages8.

  • 9 Les fondations ou embellissements attribués à César par Suétone (César, 28, 1) visent des projets (...)

4Sur ce fond bien modeste se sont opérées, avec la naissance des villes “à la romaine”, des transformations radicales qui ont incontestablement consacré des ruptures durables avec le passé. C’est à l’époque augustéenne, pas avant9, que sont nées les villes d’Aquitaine, certainement au cours des deux dernières décennies du Ier s. av. J.-C. : le matériel archéologique recueilli dans les explorations de sites urbains est toujours le même : céramiques issues des ateliers italiques, lampes Dr. 2, 3 et 4, amphores vinaires républicaines IIIA, IIIB-Dr. 1B et Dr. 1C, deniers républicains, normalement mélangés à des frappes gauloises, postérieures le plus souvent, à la conquête et monnaies de Nîmes, pour ne citer que les éléments les plus représentatifs. Une telle uniformité prouve bien que ces villes sont nées à peu près en même temps. Elle démontre aussi que ce sont des villes neuves.

  • 10 C’est le cas à Bordeaux (sur les dernières fouilles, dont le matériel le plus ancien remonte aux a (...)
  • 11 Par exemple, Cahors (descente de l’oppidum de Murcens), Agen (glissement du plateau de l’Hermitage (...)
  • 12 Tac., Agricola, 21.
  • 13 Manuel d’Archéologie gallo-romaine, III, 1, p. 88 et 96 ; Strabon (IV, 1, 11) dit que les Allobrog (...)
  • 14 L’importance de Saint-Lézer est défendue par R. Coquerel, qui a développé ses arguments dans OGAM (...)
  • 15 Clermont, p. 517-521.
  • 16 Beaucoup de sites ont produit, dans ce domaine, des informations de détail, mais on n’a de bonne i (...)
  • 17 Il ne semble pas qu’on doive retenir l’idée, parfois avancée, que certaines villes auraient eu plu (...)
  • 18 Nous ne connaissons avec certitude (ou, au moins, la plus grande vraisemblance) que l’emplacement (...)
  • 19 Rapport 3 :2 probable à Limoges, Javols, Périgueux ( ?). La basilique est connue à Périgueux, Javo (...)

5De fait, presque toutes se sont établies sur des sites jusque-là inoccupés10. Dans la plupart des cas, là où nous connaissons les sites antérieurs, il y a eu glissement d’un habitat de hauteur vers la plaine située au pied de l’oppidum. Ce phénomène de dédoublement s’observe des deux côtés de la Garonne11. A. Grenier, se fondant sur l’exemple fourni par la politique d’Agricola en Bretagne12, pensait que le nombre des fondations romaines avait été limité et que les Gaulois avaient spontanément transformé leurs anciens établissements sur le modèle qui leur avait été donné13. Il y aurait eu ainsi des évolutions sur place dont rendraient compte des villes comme Poitiers, Bourges, Clermont-Ferrand ou Saint-Lézer14. En réalité, il n’en est rien : non seulement les sites neufs sont, de loin, les plus nombreux, mais encore, on n’a jamais signalé, sur les autres, les traces d’un quelconque maintien des structures antérieures. L’idée de compromis, que P.-F. Fournier a avancé, quoiqu’avec embarras, pour le cas de Clermont, entre “adaptation de la population” et “acte d’autorité de l’administration conquérante”15, ne peut pas s’appliquer à la naissance des villes romaines, au moins celles de la première génération, car il n’y a pas eu compromis, mais bien révolution. Peu importe que le site gaulois ait été conservé, puisque la ville romaine en a ignoré les aménagements antérieurs. En cela, il s’agit bien de fondations : les plans d’urbanisme qui ont alors été jetés, matérialisant au sol tout un programme politique et culturel, le montrent clairement : partout un nouvel ordre urbain a remplacé l’ancien, fondé sur une géométrie assez contraignante16. Partout, la pièce maîtresse – et immuable ?17 – du nouvel urbanisme a été le forum, dont, malheureusement, nous devinons l’importance plus que nous n’en connaissons l’aspect18. Quelques indices suggèrent que le plan en était plutôt ramassé (du type de Velleia), appliquant avec plus ou moins de rigueur le rapport longueur-largeur vitruvien de 3 :2, avec, comme dans le modèle italien, une basilique occupant transversalement un des petits côtés19.

  • 20 Sur ce point, je me tiens à un total de vingt et une cités, tel qu’il ressort des travaux de P.-M. (...)
  • 21 Strabon (IV, 6, 11) dit que le plan prévoyait la réalisation de quatre grands axes, dont le premie (...)
  • 22 Voir sur ce point, pour l’Italie, les observations de E. Gabba, “Urbanizzazione et rinnovamenti ur (...)
  • 23 Remarques d’A. Gotsmich, à propos des temples, mais valables pour l’architecture urbaine dans son (...)

6Que la ville augustéenne ait signé une rupture avec le passé indigène se trouve confirmé par deux observations complémentaires : nous constatons d’abord que les villes naissent au moment où s’opère la réforme administrative qui, entre 23 et 13, peut-être vers 16, a abouti à la création de la province d’Aquitaine. Ces deux événements sont même à ce point liés que les premières créations romaines ont été les seuls vingt et un chefs-lieux des nouvelles cités20, centres publics et administratifs, que le plan routier établi vers cette date voulait relier entre eux et rattacher à la capitale des Gaules21. En second lieu, la ville romaine exprimait nettement ce qu’était le nouvel ordre politique : conséquence de la défaite militaire22, elle représentait la main-mise du vainqueur sur le pays conquis ; la soumission à des formes architecturales importées23 s’est ajoutée à d’autres contraintes qui ont peut-être alors frappé les personnes, si du moins l’on peut, sans trop solliciter le texte, interpréter dans ce sens un passage de Strabon, selon lequel “les plus nobles” des Allobroges auraient été autrefois “regroupés” à Vienne (IV, 1, 11).

  • 24 P-M. Duval, art. cité, p. 226 (pour les IX Populi) et CIL XIII 1808 pour les XL Populi.
  • 25 “Les Basaboiates”, p. 7-9 cité n. 20.
  • 26 À l’époque de Grégoire de Tours (In Glor. Conf. 51), cette appellation était utilisée conjointemen (...)
  • 27 La Lyonnaise a connu des maintiens toponymiques du même ordre. Les dénominations romaines sont plu (...)
  • 28 On ignore les noms antiques de Saint-Lézer (Bigerriones), Saint-Lizier (Consorannî) et Lamothe-Big (...)

7Ces transformations essentielles n’ont pas tout rompu, cependant. La politique romaine, contraignante, a su également montrer une certaine souplesse, quand elle pouvait tirer parti des situations existantes. Elle a ainsi entériné l’usage de désigner par le nom de “Peuples” les nouvelles cités24, à l’intérieur desquelles se sont, en gros, maintenus les découpages ethniques antérieurs : onze cités pour les quatorze peuples du nord de la Garonne (Strabon, IV, 2, 2 ; Pline, IV, 19 = 108), neuf seulement pour les vingt-huit peuples (au moins) d’en-deçà du fleuve, mais le découpage a pu tenir compte des dépendances ou d’associations (du type des Basaboiates) qui nous sont inconnues. Le particularisme des “vrais” Aquitains a été d’ailleurs préservé, puisque, dès le début, un concilium religieux spécial fut créé pour eux à Lugdunum des Convènes promu métropole du culte impérial25. Enfin, on sait que les noms des villes sont restés, le plus souvent, indigènes : seules Limoges (Augustoritum), Clermont (Augustonemetum), Dax (Aquae Tarbellicae/Aquae Augustae) et Aire-surl’Adour (Vicus Iulii)26 ont reçu un nom mixte ou uniquement latin. Toutes les autres dénominations connues sont indigènes27 : Mediolanum (Saintes), Limonum (Poitiers), Avaricum (Bourges), Ruessio (Saint-Paulien), Anderitum (Javols), Segodunum (Rodez), Divona (Cahors), Aginnum (Agen), Vesunna (Périgueux), Burdigala (Bordeaux), Elusa (Éauze), Lactora (Lectoure), Elimberri (Auch) et Lugdunum (Saint-Bertrand-de-Comminges)28.

  • 29 Strabon IV, 1,5 (les écoles de Marseille) ; Plut. Sertorius, 14 : les écoles d’Huesca annoncent ce (...)
  • 30 Hist. IV, 65 ; la formule est reprise par R. Chevallier, dans ANRW II, 1, p. 743-745.

8D’autres maintiens sont bien connus dans l’histoire des Aquitains, sous le Haut-Empire ; ils attestent que Rome n’a pas imposé des déracinements insupportables (le voulait-elle d’ailleurs ?). Elle a plutôt cherché conquérir les esprits par la puissant attrait de l’idéal de vie qu’elle apportait. Les composantes nous en sont familières : c’est d’abord ce que Strabon appelle le Bios Politikos (IV, 1, 14), c’est-à-dire la vie en société dans le cadre architectural et institutionnel de la cité ; c’est ensuite un programme culturel, dont Strabon, Tacite et Plutarque nous disent qu’il passe par l’école29 ; c’est enfin l’adoption d’un style de vie, caractérisé par l’emprunt d’usages vestimentaires ou sociaux, bref, c’est l’idéal qu’Agricola propose aux Bretons. Ainsi devait se créer cette nouvelle race d’hommes dont parle Tacite30, capable, à son tour, de faire rayonner vers le monde des campagnes le modèle nouveau. De ce point de vue, je rejoins tout à fait Ph. Leveau lorsqu’il parle de “ville-vitrine” : la ville augustéenne d’Aquitaine était sans doute trop modestement parée encore (les grands équipements : aqueducs, thermes, amphithéâtres se sont édifiés peu à peu dans le courant du Ier s. de notre ère), mais il est certain qu’à partir de l’époque antonine elle a pleinement tenu ce rôle d’exposition permanente des avantages et des bienfaits de la civilisation romaine dont, théoriquement, personne n’était exclu.

  • 31 De cette intégration témoigne, dans l’onomastique, l’abondance des Iulii et la présence de nomina (...)

9On sait bien, cependant, que, en Aquitaine comme dans le reste de l’empire, ce programme culturel s’adressait avant tout aux élites, aux primores, devenus des notables municipaux, responsables du gouvernement de leur cité. De cette autorité politique témoigne avec force à Limoges, Périgueux, Saint-Bertrand-de-Comminges (et aussi Poitiers et même Dax ?) le groupement des maisons nobles autour du centre civique. C’est à eux aussi qu’a été donnée la puissance économique, que traduit, dans toutes les parties de l’Aquitaine, la forte densité des villas. Sans doute n’a-t-on pas encore trouvé d’installations augustéennes, mais, partout, les fouilles retrouvent, sous les niveaux du Bas-Empire, des établissements du milieu du ier s. de notre ère, qu’on voit se développer, dans un synchronisme caractéristique, au moment où les villes produisent les signes éloquents d’un vaste déploiement d’activité : en deux générations s’est réalisée, sur la ville et sur la campagne, l’emprise complète des notables, par ailleurs totalement intégrés politiquement et culturellement à la romanité31.

  • 32 Les restes de ces monuments ont été, en général, récupérés dans les remparts du Bas-Empire. Ils at (...)

10En somme, il n’y a rien là qui distingue l’Aquitaine des autres provinces gauloises. Partout, la ville se trouve liée à un groupe social privilégié, dont l’évergétisme empressé l’a dotée de la parure monumentale indispensable pour qu’elle jour le rôle culturel qui, dans chaque cité, lui était dévolu. Les succès de la ville se mesurent donc d’abord au degré de prospérité des notables qui ont pu soutenir un effort considérable de constructions et d’embellissements, tout au long du Haut-Empire32.

  • 33 Mais il y a aussi beaucoup de vides, selon Loustaud, p. 23.
  • 34 Étienne, I, p. 78.

11Mais nous voyons aussi d’autres réussites : d’abord, dans cette même période, un accroissement de l’espace urbain : à Saintes, Lectoure, Auch, Saint-Bertrand, le plan initial s’est révélé trop petit et des quartiers nouveaux apparaissent au iie s. La superficie atteint ou dépasse 100 ha à Saintes, Poitiers (200 ha ?), Bourges, Limoges33, Clermont, Rodez ( ?), Cahors et Bordeaux. Agen, Périgueux, Saint-Bertrand, avec des étendues variant entre 60 et 85 ha environ, sont plus petites, mais leur parure n’en est pas moins grandiose. Les autres capitales (surtout chez les Neuf Peuples) devaient être plus modestes, sauf peut-être Auch que Pomponius Mela (III, 2 = 20), qualifie, au temps de Claude, de ville la plus magnifique de l’Aquitaine, l’égale de Trèves et d’Autun pour les autres provinces. En second lieu, la population des villes a grandi. R. Étienne34 a relevé, dans l’onomastique urbaine du iie s., très largement latinisée et même romanisée, une augmentation des dénominations indigènes dont il estime qu’elle traduit vraisemblablement l’arrivée des ruraux. La population s’accroît aussi de la mobilité des gens originaires d’autres cités, comme enfin de la présence de marchands, venus parfois de loin, toutes choses qui témoignent encore d’une certaine réussite urbaine.

  • 35 Étienne II, p. 46, carte 9.

12Si la ville attire les ruraux, c’est qu’elle a donc pénétré la campagne. Cela est vrai dès l’époque augustéenne ; ce sont alors des besoins nouveaux qu’elle y répand, dont les découvertes archéologiques révèlent l’importance : la consommation de vin, par exemple35, ou encore celle de céramique sigillée. La circulation monétaire montre des circuits convenablement approvisionnés, où les frappes indigènes démonitétisées sont remplacées par les deniers romains, les espèces au crocodile ou à l’autel de Lyon, voire les as hispano-latins. Cette conquête matérielle s’observe jusque dans la céramique commune, dont les formes évoluent sous l’influence de celles de la vaisselle de métal ou de terre sigillée.

  • 36 “Les théâtres ruraux de Gaule”, dans RA 1970,1, p. 185-192 ; “Les Conciliabula de Gaule”, dans BSA (...)
  • 37 Argentomagus (Argenton-sur-Creuse, Indre) possède un théâtre augustéen : voir Gallia XXVI, 1968, p (...)

13Plus remarquable encore est l’effort d’acculturation entrepris par la création de relais de la ville, réalisés par l’équipement monumental des vici ou des conciliabula, comme l’a montré G.-Ch. Picard36. Nous connaissons mal le moment de leur développement, généralement attribué à la fin du ier et au iie s., mais certains ont pu exister dès le début de notre ère37.

14Enfin, d’une manière générale, la ville a su opérer une synthèse entre les nouveautés apportées par les conquérants et des traditions indigènes solidement enracinées dans toutes les couches de la société. Ce sont les notables si romanisés de Périgueux qui ont fait élever la Tour de Vésone, sanctuaire de la Tutelle de leur cité ; c’est à Apollon Cobledulitavus que, dans cette même ville, un M. Pompeius Libo, Prêtre du Confluent dans la seconde moitié du iie s., dédie l’œuvre de restauration monumentale qu’il vient d’accomplir. À travers ces gestes se manifeste à coup sûr ce sentiment de double appartenance, locale et romaine, que, de Cicéron à Ausone, les intellectuels ont toujours senti comme une des réussites de Rome.

  • 38 Étienne I, p. 78.
  • 39 Labrousse p. 36.

15Est-ce à dire que la ville n’a rencontré que des succès ? Certainement pas. Les arguments ne manquent pas pour affirmer que son rayonnement culturel a été assez réduit. L’onomastique atteste une romanisation des noms très variable selon les régions, plus forte au centre, dans les grandes vallées, que vers les bordures, au nord de la Garonne qu’au sud, dans les plaines que dans les zones montagneuses (Massif Central et Pyrénées)38. Mais il convient d’observer que les inscriptions dont sont tirées ces constatations – et qui sont en elles-mêmes des preuves de romanisation – proviennent presque toutes des chefs-lieux et, à un moindre degré, des principaux vici. Ailleurs, à l’exception du Comminges (mais c’est un cas spécial) et surtout du Limousin, les trouvailles sont très rares. Dans le Sud-Ouest, le maintien vigoureux des traditions indigènes se manifeste dans la toponymie, où beaucoup de noms en –on, –un et –os (les plus nombreux) se sont formés à l’époque romaine. D’après M. Labrousse39, la persistance de ces habitudes fut moins une forme de résistance à la romanisation, qu’une certaine répugnance à les abandonner. Elle n’en est pas moins l’expression d’une certaine forme d’échec : en somme, la ville n’aurait romanisé qu’elle-même.

  • 40 Qui était celle de certains participants au colloque de Mamaïa (voir Picard, p. 170-182, passim) e (...)
  • 41 “Cultes gallo-romains de sommets dans nos Pyrénées Centrales”, dans Rev.du Comminges, 1963, p. 1-1 (...)

16Est-il certain que cette conclusion pessimiste40 corresponde entièrement à la réalité ? Nous avons peut-être le tort de considérer la “romanisation” comme un tout indivisible, alors qu’il y avait, à l’évidence, des degrés. Le terme de “résistance indigène” ne signifie-t-il pas simplement que nombre de petites gens étaient, dans l’Antiquité, comme ils le seraient aujourd’hui encore, dépassés par le modèle culturel ? Nous voyons bien que, en revanche, ils ont facilement assimilé les apports de la civilisation matérielle, et jusque dans les formes extérieures de leur dévotion, comme l’ont révélé, par exemple, les autels découverts par G. Fouet au mont Sacon, près de Saint-Bertrand41, dont la plupart sont les offrandes de dédicants modestes. Cette romanisation de contact est assurément plus humble, mais est-elle tout à fait sans signification ?

17C’est finalement cette romanisation du quotidien qui me paraît la chose la plus caractéristique, cette lente imprégnation qui a transformé en réflexes et en habitudes ce qui avait été un apport étranger. Quand on regarde à l’autre bout de l’histoire de l’Antiquité, on découvre que tous les niveaux de la société aquitaine ont été gagnés par le message culturel : si les niveaux supérieurs ont pu conserver le droit romain et imposer définitivement le latin, d’autres ont produit les mosaïstes du IVe s., les fabricants de céramique estampée et les marbriers à qui l’on doit les sarcophages de l’“Ecole d’Aquitaine” ; les derniers ont recueilli l’héritage dans les formes de la céramique commune, dans l’acquisition de nouveaux outils de travail ou dans le maintien, parfois jusqu’à nos jours, dans la construction, du petit appareil. Une telle floraison tendrait même à montrer qu’il y eut, dans ces régions une disponibilité spéciale des habitants. Mais, après tout, les Aquitains ne prétendaient-ils pas, au temps de saint Jérôme, qu’ils descendaient des Grecs ?

Notes

1 L’étude portera sur vingt et une villes : Saintes, Poitiers, Bourges, Limoges, Clermont-Ferrand, Saint-Paulien, Javols, Rodez, Cahors, Agen, Périgueux, Bordeaux, Lamothe-Biganos (Gironde), Dax, Aire-sur-l’Adour, Eauze, Lectoure, Auch, Saint-Lézer (Hautes Pyrénées), Saint-Bertrand-de-Comminges, Saint-Lizier (Ariège). Sur ce choix, voir n. 20. Quelques uns de ces sites ont fait l’objet de travaux de synthèse plus ou moins récents :
— Saintes : Saintes Antique, Saintes, 1978, par L. Maurin (= Maurin)
— Limoges : Limoges gallo-romain, Limoges, 1980, par J.-P. Loustaud (= Loustaud)
— Clermont : Nouvelles recherches sur les origines de Clermont-Ferrand, Clermont, 1970, par E. Desforges, G. et P.-F. Fournier, J.-J. Hatt et F. Imberdis (= Clermont)
— Javols : “Compte rendu des fouilles faites à Javols en 1937 et en 1950”, dans Actes du LXXXVIe Congrès national des Sociétés savantes, Montpellier, 1961, Section d’Archéologie (Paris, 1962), p. 95-116 et plan h. t., par Ch. Morel (= Morel)
— Périgueux : “Observations sur quelques aspects de l’urbanisme de Périgueux antique”, dans Actes du XXXe Congrès de la Fédération historique du Sud-Ouest, Périgueux, 1978, par J.-P. Bost, J.-Cl. Golvin et J. Schreyeck (= Périgueux) ; Vésone, Cité bimillénaire, Catalogue de l’exposition tenue au musée du Périgord, Périgueux, 1979 (= Vésone).
— Saint-Lézer : “Recherches archéologiques sur les vestiges antiques de Saint-Lézer (Hautes-Pyrénées), dans OGAM XVI, 1964, p. 51-76, par R. Coquerel (= Coquerel)
— Saint-Bertrand-de-Comminges et Saint-Lizier : Les Convenae et les Consoranni, Histoire de deux cités gallo-romaines, Toulouse-Paris, 1931, par R. Lizop (= Lizop)
Les problèmes de civilisation ont été largement étudiés par R. Étienne, dans Bordeaux Antique, Bordeaux, 1962 et dans Histoire de l’Aquitaine, Toulouse, I, Texte, 1971 ; II Documents, 1973 (= Étienne I et II). Les mêmes questions sont abordées, pour le sud de la Garonne, par M. Labrousse, dans Histoire de la Gascogne, des origines à nos jours, Roanne, 1977 (= Labrousse).
Les chroniques régionales de Gallia donnent, tous les deux ans, un état de l’avancement des recherches archéologiques.

2 Plut., César, 15, 5 ; Pompée, 67, 10. Appien, Keltiké, I, 6.

3 On le retrouve dans les noms de Elne ( ?), Collioure et Grenade.

4 SG VII, 11, 9 (Cenabum), VII, 15 (villes des Bituriges), VII, 55, 7 (Bibracte), VII, 58, 6 (Lutèce), etc...

5 Ces vestiges sont, en fait, bien difficiles à dater, car les constructions privées – à l’exception des maisons nobles – sont restées souvent sommaires en Gaule romaine. D’autre part, le terme de “La Tène III” utilisé communément, est assez imprécis : nombre de fouilleurs l’appliquent, en effet, à des trouvailles dont le caractère pré-romain n’est pas toujours établi.

6 “Je suppose que (ce qui retient César en Gaule), c’est le charme du pays, le beauté des villes, le savoir-vivre et l’esprit des gens et des peuples de là-bas... Quoi de plus âpre que ces terres, de plus mal policé que ces villes, de plus sauvage que ces peuplades ?...” (Prov. Cons. XII, 21). Même réaction de Strabon (III, 4, 13) à propos des “villes” des Celtibères.

7 IV, 1,11.

8 On rapprochera ces déclarations d’un passage très éclairant de Pausanias, décrivant une bourgade de Phocide (X, 4, 1) : “de Chéronée, il y a vingt stades jusqu’à Panopée, polis des Phocidiens, si l’on peut appeler polis un lieu où il n’y a ni bâtiments officiels, ni gymnase, qui ne possède ni théâtre, ni agora, ni aqueduc conduisant l’eau à une fontaine, et où les gens vivent au bord d’un ravin, dans des huttes creuses qui leur servent d’abri, comme des cabanes de montagne”. Voir aussi Strab. III, 4, 13, cité n. 6.

9 Les fondations ou embellissements attribués à César par Suétone (César, 28, 1) visent des projets ou des réalisations qui ne pouvaient toucher la Gaule Chevelue. Le matériel archéologique montre une continuité des habitats jusqu’à l’époque augustéenne.

10 C’est le cas à Bordeaux (sur les dernières fouilles, dont le matériel le plus ancien remonte aux années 20-10 av. J.-C., voir Gallia XXXI, 1973, p. 451-452, Id. XXXIII, 1975, p. 461-465 et renseignements P. Debord), Saintes (Maurin, p. 50 et 54 : fondation en 20-19 “sur un site jusqu’alors inoccupé”), Limoges (Loustaud, p. 11 et 13 : aucun témoin d’une occupation antérieure aux années 10 av. J.-C.), Cahors (informations G. Depeyrot et J. Lartigaud), Agen (G. Eche : “Le développement topographique d’Agen aux xiie et xiiie siècles”, dans Villeneuve-sur-Lot et l’Agenais, Actes des XIVe et XVIIe Congrès d’études régionales, Villeneuve-sur-Lot, 1961 (Agen, 1962), p. 134, Périgueux (voir Périgueux et Vésone, passim : le matériel donne les dates approximatives de 15-10 av. J.-C.), Saint-Bertrand-de-Comminges (Lizop, p. 76 : urbanisme augustéen). Des trouvailles archéologiques ne remontant pas au-delà de l’époque augustéenne ont été faites à Javols, Rodez, Dax, Éauze, Lectoure et Auch. On ne sait presque rien de Saint-Paulien, Lamothe-Biganos et Aire-sur-l’Adour (qui porte cependant le nom de Vicus Iulii). À Poitiers, Bourges, Clermont (Clermont, p. 519-521), la ville romaine a succédé à l’agglomération indigène. Sur Saint-Lézer, voir n. 14.

11 Par exemple, Cahors (descente de l’oppidum de Murcens), Agen (glissement du plateau de l’Hermitage dans la plaine), Périgueux (descente des hauteurs d’Ecornebœuf et de La Curade), Lectoure (occupation du quartier bas de Pradoulin), Auch (transfert de l’habitat dans les quartiers du Garros et de Matalin, sur la rive droite du Gers), Saint-Bertrand-de-Comminges (au pied de l’oppidum).

12 Tac., Agricola, 21.

13 Manuel d’Archéologie gallo-romaine, III, 1, p. 88 et 96 ; Strabon (IV, 1, 11) dit que les Allobroges ont fait d’un modeste village la ville de Vienne.

14 L’importance de Saint-Lézer est défendue par R. Coquerel, qui a développé ses arguments dans OGAM XX, 1968, p. 201-272, Actes du 94e Congrès national des Sociétés savantes, Pau, 1969 (1971), p. 197-198, Actes du XXVIIIe Congrès de la Féd. hist, du Sud-Ouest, Pau, 1975, p. 13-34, Traces de l’occupation galloromaine dans les Hautes-Pyrénées, CRDP, Tarbes, 1977, p. 26 et surtout 32-33 : Tarbes n’aurait été, à l’époque romaine, qu’une petite ville. Quelques observations archéologiques faites dans le quartier de la Sède, ajoutées à Not. Gall., XIV, 11 (“Civitas Turba ubi castrum Bigorra”) paraissent bien indiquer pourtant que Tarbes était le chef-lieu de la cité au Bas-Empire, et, très certainement, dès le ier siècle.

15 Clermont, p. 517-521.

16 Beaucoup de sites ont produit, dans ce domaine, des informations de détail, mais on n’a de bonne idée du schéma directeur que pour un très petit nombre d’entre eux. À Saintes (Maurin, p. 383) et Limoges (Loustaud, p. 21), le carroyage se repère assez bien, délimitant des îlots plutôt réguliers de 160 à 120 m environ à Saintes (Maurin, p. 70) et de 85 x 75 m environ (mais tous n’ont pas cette taille) à Limoges (Loustaud, p. 19). Dans ces deux villes, toutes les possibilités de développement postérieur ont été d’emblée fixées (mais, à Limoges, l’espace n’a pas été entièrement rempli par la suite, Loustaud, p. 23). À Périgueux, des modifications paraissent avoir été apportées, dès le ier siècle ap. J.-C., aux orientations initiales : la grande rue située à l’ouest de la maison des Bouquets recoupe en effet les directions augustéennes de la maison, mises au jour par M. Gauthier (Vésone, p. 52-54). Saint-Bertrand-de-Comminges et Lectoure (Labrousse, p. 32) ont eu des carroyages successifs correspondant à des agrandissements par étapes. (mais le plan de B. Sapène repris par Lizop p. 72, h.t. montre que tout le centre de la première a reçu la même organisation). Javols (Morel, p. 116, h.t.) semble avoir eu aussi plusieurs orientations, mais l’évolution de la ville a pu être fortement déterminée par les divagations de la rivière du Triboulin. À Bordeaux, enfin, le port de la Devèze a déterminé les orientations d’un carroyage particulier, distinctes de celles du secteur organisé selon l’axe de la rue Sainte Catherine (information P. Debord).
L’impression de grande diversité qui ressort de ces quelques exemples peut se corriger de deux manières : en premier lieu, on constate que les sites de fondation sont presque toujours les mêmes : pentes relativement douces de pied de plateau ou de colline (Clermont, Saint-Paulien, Éauze, Sant-Bertrand-de-Comminges, Saint-Lizier) ou terrasse fluviale au point de franchissement d’un cours d’eau (Bordeaux, Agen, Bourges, Auch, Aire-sur-l’Adour, Dax), souvent dans le creux d’un méandre (Saintes, Limoges, Rodez, Cahors, Périgueux), qui devaient donner à ces villes, au-delà des variations perceptibles dans le détail des plans, des paysages d’ensemble tout à fait comparables ; d’autre part, les sites de méandre montrent, à Saintes, Limoges et Périgueux, la même disposition avec une voie de circulation majeure (kardo à Limoges, decumanus à Saintes et Périgueux) franchissant le cours d’eau et aboutissant dans l’axe (Périgueux) ou sur un côté (Saintes, Limoges) du forum. À Saint-Bertrand-de-Comminges, le decumanus arrive aussi dans l’axe du forum (Lizop, p. 72, h.t.).

17 Il ne semble pas qu’on doive retenir l’idée, parfois avancée, que certaines villes auraient eu plusieurs forums. Des villes assez bien connues comme Saintes ou Limoges n’ont jamais livré qu’un seul emplacement possible. À Périgueux et Saint-Bertrand, il y a eu des modifications sur place, au iie s. P.-M. Duval fait des observations identiques à Lutèce (Paris Antique Paris, 1961, p. 139).

18 Nous ne connaissons avec certitude (ou, au moins, la plus grande vraisemblance) que l’emplacement de sept ou huit d’entre eux : Saint-Bertrand, Dax, Saintes, Poitiers, Limoges, Javols et Périgueux. À Bordeaux, les fouilles de 1971-1972 ont dégagé de grandes structures qui sont peut-être l’angle nord-ouest du forum (Gallia XXXI, 1973, p. 452, h.t.).

19 Rapport 3 :2 probable à Limoges, Javols, Périgueux ( ?). La basilique est connue à Périgueux, Javols, Saint-Bertrand ; son emplacement est proposé avec vraisemblance à Limoges, bien que les sondages ne l’aient pas atteinte. Le modèle italien a été clairement mis en valeur par J. B. Ward Perkins, “From Republic to Empire : reflections on the early provincial architecture of the roman west”, dans JRS LX, 1970, p. 1-19. La question des basiliques a été abordée, en 1962, par J.-Ch. Balty, “Basilique et curie du forum de Glanum : note sur le centre monumental de la ville augustéenne”, dans Latomus XXI, 1962, p. 279-319, surtout p. 296-300.

20 Sur ce point, je me tiens à un total de vingt et une cités, tel qu’il ressort des travaux de P.-M. Duval (“Les peuples de l’Aquitaine d’après la liste de Pline”, dans RPh XXIX, 1955, p. 213-227) et de L. Maurin (“Les Basaboiates”, dans Cahiers du Bazadais, 1971, p. 1-15 et Saintes Antique, p. 199), soit, au nord de la Garonne, les XI Populi de CIL XIII, 1808 = ILS 1454 (Santons, Pictons, Bituriges Cubes, Lemovices, Arvernes, Vellaves, Cabales, Ruthènes, Cadurques, Nitiobroges et Pétrucores), les Bituriges Vivisques, et, au sud de la Garonne, les IX Populi de CIL XIII, 412 (Basaboiates, Tarbelles, Tarusates, Élusates, Lactorates, Auscii, Bigerri, Convènes et Consorani).

21 Strabon (IV, 6, 11) dit que le plan prévoyait la réalisation de quatre grands axes, dont le premier (voie d’Aquitaine) aboutissait à Saintes. On admet communément qu’il passait par Feurs, Clermont et Limoges. Il est cependant très problable que, dès l’origine, on a imaginé un système plus complet, dont l’ossature nous est révélée par les trouvailles de milliaires et aussi – malgré les imperfections qu’on lui connaît – par la Table de Peutinger, qui donne notamment le tracé de l’itinéraire Lyon-Bordeaux par Ruessium, Anderitum, Segodunum, Divona et Aginnum.

22 Voir sur ce point, pour l’Italie, les observations de E. Gabba, “Urbanizzazione et rinnovamenti urbanistici nell’Italie centro-meridionale del I sec. a.C.”, dans SCO XXI, 1972, p. 73-112 ; du même auteur : “Considerazioni politiche ed economiche sullo sviluppo urbani in Italia nei secoli II e I a.C.”, dans Hellenismus in Mittelitalien, Colloque de Gottingen, 1974 (1976), II, p. 315-326, en part. p. 319.

23 Remarques d’A. Gotsmich, à propos des temples, mais valables pour l’architecture urbaine dans son ensemble : “Römertum, eine Geisteshaltung”, dans Forsch. Fortschritte XXXIX, 1965, p. 308-312.

24 P-M. Duval, art. cité, p. 226 (pour les IX Populi) et CIL XIII 1808 pour les XL Populi.

25 “Les Basaboiates”, p. 7-9 cité n. 20.

26 À l’époque de Grégoire de Tours (In Glor. Conf. 51), cette appellation était utilisée conjointement avec celle de Atura/Atora, qui a donné Aire (et Adour), et qui apparaît dans Not.Gall. XIV, 9. Il n’est pas impossible que cette dernière ait été fort anciennement en usage.

27 La Lyonnaise a connu des maintiens toponymiques du même ordre. Les dénominations romaines sont plus nombreuses, proportionnellement, en Belgique.

28 On ignore les noms antiques de Saint-Lézer (Bigerriones), Saint-Lizier (Consorannî) et Lamothe-Biganos (Basaboiates). La vie de Saint-Lizier (xe s.) dit que la capitale des Consorani est “Coseranis, sive Austria" ( ?). Pour Lamothe, l’It.Ant. donne Boii, dans lequel Jullian proposait de voir le nom d’origine, formé sur l’ethnique Boiates, sur le type Lactora/Lactorates, Elusa/Elusates (REA, XXVIII, 1926, p. 241-246), p. 241, n. 4. Sur Atura, Aire, voir n. 26.

29 Strabon IV, 1,5 (les écoles de Marseille) ; Plut. Sertorius, 14 : les écoles d’Huesca annoncent celle d’Autun de Tac., Ann. III, 43.

30 Hist. IV, 65 ; la formule est reprise par R. Chevallier, dans ANRW II, 1, p. 743-745.

31 De cette intégration témoigne, dans l’onomastique, l’abondance des Iulii et la présence de nomina illustres comme Pompeius, Valerius, Aemilius, Antonius, qui ont pu être pris dès le début de l’Empire. Des fouilles récentes ont rencontré, à Périgueux, le niveau augustéen, richement orné d’une mosaïque, de la villa des Bouquets (Vésone, p. 52-54). Cette découverte atteste que les maisons nobles ont très vite adopté les techniques venues d’Italie, dans la construction et les décors. Jusqu’ici, les maisons connues (Périgueux, Limoges, Poitiers, Cahors, Saint-Bertrand...), toutes de plan à péristyle, d’ailleurs, ne remontaient pas au-delà du milieu du ier s. En milieu rural, la villa de Plassac, en Gironde, est très remarquable par son plan de palais maritime campanien ; mais le nombre de sites aquitains montrent des recherches architecturales, un luxe du décor (crustae et peintures) qui traduisent aussi parfaitement une rapide et totale intégration.

32 Les restes de ces monuments ont été, en général, récupérés dans les remparts du Bas-Empire. Ils attestent le caractère grandiose des opérations réalisées jusqu’à l’époque sévérienne. À Saintes, Poitiers, Bourges, Limoges, Cahors, Périgueux, Saint-Bertrand, des fouilles anciennes ou récentes en ont parfois redécouvert la trace. Des constructions de grands thermes sont entreprises, au iie s. à Limoges, Cahors, Périgueux, Saint-Bertrand, qui traduisent sans doute une adoption de plus en plus répandue des usages romains, mais aussi, peut-être, une certaine augmentation de la population.

33 Mais il y a aussi beaucoup de vides, selon Loustaud, p. 23.

34 Étienne, I, p. 78.

35 Étienne II, p. 46, carte 9.

36 “Les théâtres ruraux de Gaule”, dans RA 1970,1, p. 185-192 ; “Les Conciliabula de Gaule”, dans BSAF 1970, p. 66-67 et surtout, “Les provinces occidentales de l’empire romain”, dans Sources archéologiques de la Civilisation européenne, Colloque International, Mamaîa (Roumanie), 1968, Bucarest, 1970, p. 152-164 et 170-182 (Discussions) (= Picard).

37 Argentomagus (Argenton-sur-Creuse, Indre) possède un théâtre augustéen : voir Gallia XXVI, 1968, p. 327-336 ; le vicus d’Excisum (Eysses, commune Villeneuve-sur-Lot, Lot-et-Garonne) a produit des ateliers de bronziers et un important mobilier de la fin du règne d’Auguste ; voir Gallia 33, 1975, p. 477 ; 35, 1977, p. 460 ; 37, 1979, p. 512.

38 Étienne I, p. 78.

39 Labrousse p. 36.

40 Qui était celle de certains participants au colloque de Mamaïa (voir Picard, p. 170-182, passim) et celle aussi de Mme Lombard-Jourdan ; voir son article, “Y a-t-il une protohistoire urbaine en France dans Annales ESC 1970, n° 4, p. 1121-1142.

41 “Cultes gallo-romains de sommets dans nos Pyrénées Centrales”, dans Rev.du Comminges, 1963, p. 1-15.

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540