Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

2. Villes et campagnes de l’Occident romain

La villa gallo-romaine de Géou à Labastide-d’Armagnac (Landes) l’histoire énigmatique et mouvementée d’un site archéologique

Note de l’éditeur

Bulletin de la Société de Borda, 1977, p. 3-19 (co-auteurs P. Debord, G. Fabre, R. Monturet, H. Rivière).

Texte intégral

  • 1 Canton de Roquefort, arrondt. de Mont-de-Marsan.

1À deux kilomètres de Labastide-d’Armagnac1, sur la route d’Éauze et un peu en retrait de celle-ci, se trouve la vieille chapelle de Géou. Longtemps laissée à l’abandon, elle a été heureusement restaurée pour devenir, en 1959, le sanctuaire national du cyclisme et du cyclotourisme, sous le patronage de la Vierge. Depuis lors, elle attire chaque année les fervents de la bicyclette et les touristes, qui viennent nombreux visiter son petit musée et rêver un instant, devant les ex-voto qu’ils ont offerts, aux champions les plus fameux et à leurs exploits.

  • 2 Celles-ci sont souvent signalées dans les ouvrages ou articles parus au siècle dernier ; voir abbé (...)
  • 3 Nous tenons à associer à ce travail M.-J. Bost, B. Debord, M. Rachet, le colonel S. Chatelier, A. (...)
  • 4 Voir R. Chevallier, Folklore, Histoire et Archéologie, dans Les Cahiers de Tunisie, XV, 1967 (Méla (...)
  • 5 Les lignes qui suivent doivent beaucoup aux indications des professeurs Ch. et A. Higounet, J. Gar (...)

2La chapelle est bâtie sur les ruines d’une villa gallo-romaine2 dont, en 1970, notre équipe archéologique3 a repris l’étude partielle. L’une de nos premières découvertes fut celle des légendes qui courent sur ces paisibles lieux : d’abord il y a un trésor caché dans le sol, sous la forme d’une chèvre aux cornes d’or ou toute en or ; ensuite il y a eu là “dans le temps” une ville selon certains, une puissante forteresse selon d’autres ; les Templiers, enfin, s’y sont installés et leur passage se signala par de grandes batailles et de sauvages destructions dans tout le pays. Au début, à vrai dire, nous ne prêtions pas une attention soutenue à ces récits (bien des sites antiques, en effet, en ont produit du même genre)4, jusqu’au moment où nous avons voulu, pour interpréter convenablement nos trouvailles, savoir ce qu’avait été le sort de notre villa depuis la fin de l’Antiquité. Nous les avons alors retrouvés. Certes, il nous a fallu étouffer les échos du fracas des armes trop généreusement accumulés par une tradition suspecte, mais, pour être moins bruyante, l’histoire de Géou n’en est pas pour autant dénuée de péripéties. Nous allons la retracer en souhaitant qu’elle excite la curiosité du lecteur comme elle a piqué la nôtre5.

3À vrai dire, le chemin est semé d’obstacles : ceux qui tiennent au manque de documents, ceux aussi qu’ont dressés jadis les méfaits d’une érudition dont l’information est rarement contrôlable, souvent superficielle, parfois dévoyée. Nombre de questions soulevées sont ainsi restées sans réponse : l’histoire du site de Géou est d’abord la somme des énigmes qu’il pose aux chercheurs. Ces énigmes, nous avons tenté de les résoudre, sans nous dissimuler qu’il entre une part notable d’hypothèse dans nos réflexions. On peut les regrouper en deux grandes séries : la première concerne le site lui-même, la seconde touche à la tradition.

  • 6 Par exemple, dans le département de la Haute-Vienne, le lieu-dit Jioux ou Giaud, commune de La Roc (...)
  • 7 Dufourcet..., p. 338 : Jëou ou Geau ; Bull. Soc. archéol. du Midi de la France, IX, 1892, p. 21-22 (...)
  • 8 Cassini, feuille no 106 ; Belleyme, feuille no 52.
  • 9 Abbé Cazauran, Pouillé du diocèse d’Aire, Paris, 1886 (= Cazauran), p. 26 (1572) et 76 (1749).
  • 10 Recueil d'Actes relatifs à l’administration des rois d’Angleterre en Guyenne au xiiie siècle (Reco (...)
  • 11 Sans oublier la forme aberrante Yoi de Bémont no 100. Signalons enfin, dans un pouillé inédit de 1 (...)
  • 12 CIL : Gallia Christiana, 1, col. 1153. CIL : bulle de Lucius III en 1185, dans Papsturkunden in Fr (...)
  • 13 Gallia Christiana, 1, col. 1153. Le nom de Géou n’apparaît pas dans le cartulaire de La Sauve.
  • 14 Signalons seulement les origines possibles : végétale, à partir de ebulum (hièble, sureau), religi (...)

4La première matrice cadastrale de la commune de Labastide, en 1823, porte la graphie Géou, utilisée encore de nos jours. Mais cet usage officiel n’était pas respecté, au xixe siècle par les auteurs : Beyris écrit indifféremment Geux, Geüx, Geoüx, Jeoüs, Jeües et Jeüx, adaptation probable des prononciations locales, tandis que le passage de G à J paraît fréquent dans les toponymes de ce type6. Pareille hésitation se retrouve dans d’autres ouvrages7. En remontant vers des périodes plus anciennes, nous trouvons Geux dans Cassini et Geüx dans Belleyme8, Geu en 1749 comme déjà en 15729 et enfin Jeu en 1273/127410. À cette série en Jeu/Geu11 vient s’en ajouter une autre, que l’on suit du xiie au xive siècle et qui doit être une transposition latine savante de la forme précédente, peut-être déclinée à partir de Gil ou Gel : Gill (de) Gilol (de) Gelu'12. Aucun témoignage n’existe avant le xiie siècle, plus précisément 1138, date à laquelle la tradition ecclésiastique fait état du don de l’église à la Grande-Sauve13, aucun repère donc, qui pourrait nous renseigner sur le sens de ce mot dont l’origine peut remonter à l’Antiquité ou seulement à une date plus proche de son apparition dans les documents14.

  • 15 La bulle du pape Lucius III de 1185, reprise par le pape Célestin III en 1 197, place Géou à côté (...)
  • 16 Pour n’être pas très fréquent, le nom de Gêou – qui peut s’écrire de multiples manières, nous l’av (...)
  • 17 À Saint Clair patron de Géou 1743 (et 1866, rajouté). Nous remercions Mme Rottenfuss, conservatric (...)
  • 18 Cirot de la Ville, p. 384. Voir note 16 ci-dessus.
  • 19 Bémont, no 100.
  • 20 Abbé J.-J.Monlezun, Histoire de la Gascogne, 6 + 1 tomes, Auch, 1846-1850, t. I, p. 86-88.
  • 21 J.-E. Dufourcet, Les Landes et les Landais, Histoire et Archéologie, Dax, 1892, p. 90-91.

5Comme un mystère ne vient jamais seul, d’autres incertitudes apparaissent, touchant non seulement le saint patron de la chapelle, mais même la localisation de celle-ci. En effet, bien qu’abondent les témoignages qui attestent anciennement et sans erreur possible, près de Labastide, de Mauvezin et de Betbezer son existence15, on ne manqua pas, cependant, de la placer ailleurs16. Ne nous attardons pas sur cette rectification mineure. En revanche, il est plus malaisé de se prononcer sur l’autre question : sous quel vocable notre chapelle était-elle placée ? Malgré la récente concurrence de celui de la Vierge, bien des gens désignent encore saint Clair ou saint Clar et aucun autre. C’est ce nom qui figure d’ailleurs sur la cloche de la chapelle à la date de 174317. Le doute vient encore de Cirot de la Ville qui donne saint Pierre18 (mais comme il se trompe déjà sur la localisation et que le patron de Saint-Gor est précisément saint Pierre, il y a tout lieu de penser qu’il a tort) et surtout du texte étrange d’un aveu de 1273/1274 : un seigneur des environs de Cazaubon fait alors hommage au nouveau roi d’Angleterre Edouard 1er pour “circa xij casalia in parochia sancti iohannis de Yoi in Juliac”19, que Bémont – et il faut bien le suivre puiqu’il n’y a pas d’autre possibilité apparemment – situe à Géou. Bien entendu, cette graphie étrange et ce patronyme n’apparaissent nulle part ailleurs. En somme, Géou aurait eu quatre saints protecteurs différents, ce qui paraît beaucoup. Nous pensons que saint Pierre est une attribution erronée et que saint Jean doit être le résultat d’une confusion de scribe. D’un autre côté, le patronage de saint Clar paraît mieux s’adapter à ce que nous savons de la chronologie de la chapelle, sur laquelle nous reviendrons. Ce personnage est connu par deux traditions légendaires, l’une qui en fait un martyr lectourois dont parle Monlezun20, l’autre qui en fait un compagnon de saint Sever, martyrisé avec lui par les Vandales et dont Charlemagne aurait transporté à Bordeaux, dans l’église Sainte-Eulalie, les reliques21. Cette datation basse, post-carolingienne, de la légende concorderait tout à fait avec celle de la construction du sanctuaire, vers le xie siècle.

6Une deuxième série d’énigmes nous vient de la tradition, fortement enracinée dans la mémoire locale, selon laquelle Géou abrita autrefois une ville puissante et une maison de Templiers. Nous en avons donc cherché les traces. Avec un succès inégal, on va le voir.

  • 22 Romieu p. 10-11.
  • 23 Cette distance représente la limite atteinte par nos prospections. Il est donc possible que d’autr (...)

7Géou fut, dit-on, une “cité florissante” au xiie siècle. Mais qui l’a dit ? Lorsqu’on cherche à le savoir, on s’aperçoit que les descriptions qui en sont faites aujourd’hui, à Labastide et ailleurs, proviennent toujours de Romieu. D’où celui-ci les tenait-il, c’est pratiquement invérifiable, mais cela ressemble davantage à un habillage savant de la légende qu’à une information sérieuse. Evoquons cependant un instant un instant avec lui cette “petite ville... si florissante et si prospère” au xiie siècle, dont la “ceinture de murailles était flanquée de onze petites tours basses, trois placéess à côté de la rivière, et huit en demi-cercle” ( ?)22. Ce devrait être impressionnant, en effet : comme, dans la logique du récit, l’église ne pouvait être ailleurs qu’à son emplacement actuel, c’est donc sur cinq cents mètres de longueur environ (jusqu’à la Douze) que se développaient les murailles. La surface couverte était considérable, certainement bien supérieure à celle que la ville de Labastide occupe aujourd’hui. Or la fouille a démontré de la façon la plus nette qu’il n’existe à Géou d’autres traces d’occupation que celles que nous avons trouvées, savoir : les restes des villas gallo-romaines, ceux d’une nécropole d’époque médiévale et moderne (qui s’étendait, du côté du nord-est (donc vers la Douze), à une cinquantaine de mètres au moins23 de la chapelle) et enfin, au pied de cette dernière, des murs délimitant des salles attenantes d’ailleurs fort exiguës. Si l’on ajoute à cela qu’on voit mal comment – sauf abandon ou destruction violente – cette puissante forteresse aurait disparu soudainement et que rien n’a jamais été rencontré dans les environs sous les socs des charrues – argument décisif, s’il en est – on n’aura aucune peine à admettre que l’image grandiose qui nous était proposée est le simple produit de l’imagination. Plus exactement, c’est la réutilisation érudite d’une tradition qui concerne seulement les ruines antiques, comme nous le verrons plus loin.

  • 24 Dorgan, p. 391.
  • 25 Boundeau, p. 305.
  • 26 Dufourcet, p. 339 ; réserves surtout de Départ, p. 184 et du baron de Bouglon, Bull. Soc. archéol. (...)
  • 27 Romieu, p. 10. Pour être juste, il faudrait dire que celui-ci connaissait peut-être dom Du Bourg, (...)

8Avec le “couvent” de Templiers, nous tombons dans une construction beaucoup plus subtile : le problématique (le légendaire ?) et le certain se mêlent si étroitement qu’on est dans l’impossibilité d’apporter, en la matière, les preuves incontestables de l’affabulation. Les auteurs du siècle dernier font généralement état de la présence à Géou des chevaliers de l’ordre, ce qui ne signifie pas qu’ils y croient tous. La manière dont ils introduisent ce sujet n’est pas inintéressante, car elle donne à penser que seuls en ont parlé ceux qui connaissaient Géou, c’est-à-dire l’endroit où s’est développée l’histoire. Dorgan, en 1846, dit qu’il y a à Géou “les ruines d’un couvent de Templiers”24. Or son ouvrage ne consacre pas une ligne à la présence possible de ces derniers dans les Landes. Monlezun, vers la même époque, ne connaît ni la fondation de Géou, ni les Templiers. Beyris, par contre, est au courant, mais il est du pays ; Bourdeau, en 1861, parle des ruines d’un couvent25. Archéologues et historiens de la fin du siècle, plus au fait de l’histoire des ordres militaires, parlent de commanderie ou de prieuré, mais avec beaucoup de réserves26. Seul Romieu s’étend avec complaisance sur le sujet et son récit est devenu la Vulgate largement utilisée encore sur place, où l’on trouve aisément à disposition les solides et indispensables clichés. Assistons avec lui au spectacle : “en 1140 on vit arriver en Armagnac, par bandes nombreuses, les chevaliers de l’ordre du Temple. Ils venaient de toutes les contrées connues... chargés de burin et désireux de jouir en paix des richesses que la guerre leur avaient fournies... Leur acquisition la plus importante fut le fief de Géou...”27 Joignons-y cette observation de Beyris qui lui fait un si bel écho : “le pays est fertile et beau... Au demeurant, les Templiers riches et corrompus ne devaient pas mal choisir les lieux de leurs établissements...” Et voilà le tableau complet, épais, superbe.

  • 28 Les salles ainsi délimitées mesurent seulement 2,60 m de largeur. Nous n’en connaissons ni le nomb (...)
  • 29 Romieu, p. 11 : “la préceptorerie était placée à gauche de l’église et à peu de distance” et, p. 4 (...)

9Pour tâcher d’y voir plus clair, il importe de dissocier les deux termes de la formulation, c’est-à-dire séparer de ses occupants l’établissement. L’existence de celui-ci est indubitable : nos sondages du printemps 1976 ont amené la mise à jour de plusieurs murs délimitant des salles de petite taille, installées à l’emplacement de l’aile sud de la galerie enfermant la cour centrale de la villa gallo-romaine du Bas-Empire (fig. 1). La base des murs reposait sur des fondations antiques ou directement sur la mosaïque de la galerie. La structure des murs, la technique de construction imitée de l’Antiquité et la manière dont ils sont liés, dans l’angle nord, au mur de l’église actuelle, nous porte à les croire de peu postérieurs à celle-ci. En somme, nous aurions là les bâtiments du prieuré du xiie siècle28. C’est à eux que doivent songer Romieu et l’informateur de l’abbé Départ, lorsqu’ils précisent la localisation de ce qu’ils attribuent aux Templiers29.

  • 30 On sait qu’après la ruine de l’ordre du Temple, les biens de celui-ci furent conférés par Clément (...)
  • 31 Gallia Christiana, 1, col. 1153.
  • 32 Lucius III : Papsturkunden... no 135 ; Célestin III : Cirot de la Ville, p. 404.
  • 33 Bémont no 118 “et quod habet in parochia de Jeu...” ; no 123 “et tenent capmansuram cum pertinendi (...)
  • 34 Cazauran, p. 131, 140, 146 (1335) ; p. 26 (1572).
  • 35 Cazauran, p. 99 (1749) : “Geu était autrefois annexe de Betbedé, mais à cause de l’éloignement et (...)
  • 36 Cazauran, p. 131.

10Nous entrons maintenant dans une histoire très incertaine, seule la tradition met Géou parmi les biens de l’ordre ; les documenls d’archives, eux, ne laissent guère de place aux remuants chevaliers. L’inventaire des possessions du Grand-Prieuré de Toulouse dressé par Du Bourg30 ne fait aucune allusion à cet établissement. Comme il s’agit d’un état relativement tardif, on pourrait admettre qu’il est inévitablement lacunaire, si les sources ecclésiastiques ne nous donnaient des indications qui nous paraissent assez contraignantes. Elles nous font connaître en effet, entre le xiie et le xviiie siècles, le destin de la chapelle. En 1133, l’évêque d’Aire Bonhomme établit à Géou un prieuré, concédé en 1138 à La Sauve-Majeure31 ; deux bulles de Lucius III (1185) et Célestin III (1197) confirment la donation32. En 1273/4, Géou est donnée comme paroisse33 puis, en 1335, comme annexe de Betbezer, ce qu'elle est encore en 157234. Entre 1572 et 1749, elle est rétablie comme paroisse indépendante35 et figure ainsi sur la carte de Belleyme. À la Révolution, elle devient annexe de Labastide, état que signale Beyris en 1856, et elle l’est toujours. Si donc elle a été, à un quelconque moment, concédée à un ordre militaire, c’est seulement avant 1273, ou, si ce dernier témoignage ne paraît pas décisif, 1325, date à laquelle le pouillé du diocèse d’Aire déclare qu’elle est “de dono episcopi36, mais surtout après 1197, c’est-à-dire au moment précis où – selon Romieu – les Templiers disparaissent pratiquement de l’histoire locale.

  • 37 Voir les exemples donnés par R. Chevallier dans les articles cités ci-dessus n. 4. Le souterrain e (...)
  • 38 Ce phénomène est très visible dans les notes de Beyris et dans la communication du baron de Bouglo (...)
  • 39 Du Bourg, ch. XXVI, Commanderie de Caubins et Morlaas, p. 418-419. Saint-Justin, canton de Roquefo (...)

11Il y a donc contradiction entre les textes et la tradition. Or, celle-ci, c’est certain, ne s’est pas créée sans qu’existe un lien, même ténu, avec la réalité. Ce lien réside, selon nous, dans le fait que la légende est constituée de plusieurs courants, qui ne sont qu’artificiellement superposés : il y a d’abord un courant populaire, celui qui associe, selon un processus connu par ailleurs, les restes antiques au trésor, à la ville ruinée et probablement aussi au souterrain reliant l’église à la Douze37. Des récits de chevalerie ont pu venir s’y mêler, mais ils appartiennent plus vraisemblablement à l’autre courant, érudit celui-là, venu se greffer sur le précédent. C’est à lui qu’il faut rapporter les embellissements concernant la ville médiévale avec ses onze tours (remploi savant caractéristique de la légende populaire) et, bien entendu, l'épisode des Templiers. Celui-ci ne figurait pas dans le premier courant, on peut encore le vérifier sur place aujourd’hui. Surtout, il est très significatif que nos auteurs ne mélangent jamais, dans leurs récits, les deux éléments de la tradition, mais qu’au contraire ils les isolent spontanément l’un de l’autre38, preuve que, instinctivement, ils les sentent différents. Pour comprendre comment s’est formée cette partie de la légende, il convient de ne pas oublier ceux qui, selon Romieu, donnent la réplique aux chevaliers, c’est-à-dire les petits seigneurs du voisinage. On pourrait alors présenter les choses ainsi : ce courant a mêlé des épisodes d’une histoire locale, plus ou moins falsifiée peut-être depuis longtemps par la noblesse des environs, raccrochée aux moines soldats par le fait que la présence, non des Templiers, mais des Hospitaliers est attestée, très près de là, à Saint-Justin39. On a ensuite confondu la mémoire de ces derniers, de manière facile à comprendre, avec celle de leurs célèbres confrères. Il s’agit, soulignons-le, d'une simple hypothèse et beaucoup d’obscurités subsistent, nous l’avouons volontiers. Mais nous insistons sur le fait que seul s’accorde avec les résultats de la fouille (puisqu’il ne s’applique qu’aux ruines antiques), le courant populaire de la tradition. Cet accord est même assez étroit pour qu’il soit possible de déterminer, approximativement au moins, le moment où il s’est développé.

– Fig. 1. –

12Nous pouvons maintenant revenir à notre propos et tenter de retracer les grandes lignes de l’histoire de Géou, c’est-à-dire, pour nous, de suivre les avatars du site archéologique. Ce sont en effet les étapes de la ruine de la villa que nous allons parcourir, au cours desquelles les derniers vivants à l’avoir occupée, les morts ensuite, les cultures enfin allaient donner au site l’aspect que nous lui connaissons.

  • 40 Voir J. Clémens, M. Seurin, J.-P. Bost, M. Boyé, A. Jérebzoff et P. Debord : Fours de potiers déco (...)

13Nous ignorons quand et comment la maison de maître du Bas-Empire cessa d’être habitée par ses propriétaires : la couche de destruction a partout disparu, emportée dans les bouleversements postérieurs du sol. La seule indication utilisable est fournie par l’état de conservation des mosaïques : il ne semble pas que celles-ci aient été refaites ou même réparées, ce qui laisserait supposer que la durée d'utilisation des salles ou des galeries quelles ornaient fut assez brève. Il ne serait pas étonnant qu’il y ait eu abandon dès avant les grandes invasions du début du ve siècle. Le site n’était pas toutefois définitivement déserté : des fours de potiers furent établis, en effet, dans un coin de ce qui avait été la grande cour centrale de la villa40. Mais ce devait être le dernier témoignage de la présence des vivants : la villa allait désormais servir de carrière de pierres et le site allait se transformer et pour longtemps en nécropole ; la florissante cité du xiie siècle ne fut que la cité des morts.

  • 41 La datation du xie siècle nous a été confirmée par le professeur Gardelles, lors d’une visite que (...)
  • 42 Bien que privilégiée, cette direction n’est pas exclusive : l’orientation du mur qui servait de fo (...)

14Quelques points de repère nous aident à fixer dans le temps ces deux étapes : lorsque, au xiie siècle Géou devint un prieuré, on dut construire appuyées sur le mur nord-est de la chapelle, les modestes annexes dont nous avons déjà évoqué la présence. Les murs de ces petites salles étaient bâtis sur la mosaïque de la galerie antique, sur un mur gallo-romain arasé mais aussi sur des sépultures, vidées sans doute alors de leurs ossements. Ces tombes faisaient partie du cimetière qui se constitua autour de la chapelle lorsque celle-ci fut érigée, vraisemblablement au siècle précédent, comme le suggèrent – entre autres particularités – le réemploi de moellons provenant des ruines et quelques traces de petit appareil41. À cette date, l’épierrement des restes de la villa devait être largement entamé : c’est en effet sur les fondations que se sont installés le sanctuaire mais aussi nombre de sépultures dispersées sur la plus grande partie du terrain que nous avons prospecté. Ces tombes présentent presque toutes les mêmes caractères : ce sont des inhumations en pleine terre dans lesquelles le mort est allongé sur le dos, les bras le long du corps ou parfois repliés, orienté les pieds au sud-est en général, dans une direction parallèle à celle de l’église42. Aucun matériel ne les accompagne. C’est la similitude que nous avons constatée d’un cas à l’autre qui nous laisse penser qu’il s’agit d’un ensemble à mettre en liaison avec l’église du xie siècle. Bien entendu, faute d’avoir pu faire des sondages à l’intérieur de celle-ci, nous ne pouvons pas affirmer qu'elle ne fut pas précédée d’un édifice antérieur. Toutefois, nous n’avons jamais trouvé de traces, ni sur le terrain ni dans la littérature, d’une nécropole datable du haut Moyen Âge. D’autre part, le vocable de saint Clar, qui appartient à une génération d’hagionymes assez tardive, nous pousserait à voir, dans la chapelle actuelle, la première effectivement élevée à Géou. C’est sans doute à la même époque que naquit la légende de la ville ruinée, qui devait avoir les développements qu’on a vus.

– Pl. 1. Couvercle de sarcophage. –

– PI. 2. Remploi à la métairie de La Porte. –

– PI. 3. Remploi à la métairie de Cardenau. –

– Fig-2. –

  • 43 Voir ci-dessus n. 28.

15La destruction de la villa antique n’était pas cependant terminée : elle se poursuivit encore à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. Les pierres disponibles ayant déjà été enlevées, c’est aux mosaïques qu’on s’en prit. Le mouvement a dû commencer à l’époque où se répandit l’usage du sarcophage rétréci aux pieds et présentant un logement spécial pour la tête, vers les xiiie-xive siècles ici probablement43. Beyris signale que, en 1856, un fossoyeur mit au jour “un petit tombeau recouvert de mosaïque”. Nous en avons nous-mêmes trouvé un autre en 1975 : trois morceaux de mosaïque étaient employés dans la cuve du sarcophage, tandis que deux autres, de plus grande taille, reposant la face sur l’ouverture, servaient de couvercle (pl. 1), Il y en a peut-être d’autres dans la partie du cimetière située au sud-ouest de la chapelle, sous les sépultures contemporaines.

  • 44 Cazauran, p. 76 n. 1 et p. 99. L’information donnée p. 35 (église détruite) est erronée.

16À partir de cette époque, nous n’avons plus guère de renseignements jusqu’au xviie siècle. On sait seulement, par un état du diocèse d’Aire adressé à Charles IX en 1572, que la chapelle tomba, en 1569, aux mains d’un capitaine huguenot. Elle perdit à cette occasion ses “ornements, cloches et joyaux”44. Quelques décennies plus tard, d’importantes transformations touchèrent le site dont la physionomie devint celle qui nous est familière.

17D’après nos observations, il se produisit alors conjointement un rétrécissement de la surface occupée par le cimetière, la transformation en terres de culture du terrain abandonné et la construction des métairies de La Porte et de Cardenau (fig. 2). La topographie actuelle montre que la réduction du cimetière ramena celui-ci à une dizaine de mètres de la chapelle ; un talus d’une hauteur de 1,20 m environ l’isole nettement des parties cultivées, et marque sans doute l’exhaussement du sol consécutif à la poursuite des inhumations dans le petit espace conservé. Un témoin chronologique nous a été fourni en 1976 par la découverte d’un double tournois de Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII. Comme les métairies se datent avec vraisemblance de la même époque, nous croyons que les deux phénomènes sont liés. Ce sont maintenant les travaux agricoles qui vont çà et là faire apparaître occasionnellement tuiles, moellons encore en place et tessons de céramique. Mais auparavant, la prospection du site par les récupérateurs de matériaux de construction, a conduit à de nouvelles mutilations : le manque de pierre fait rechercher les mosaïques. Elles sont débitées en blocs qu’on empile les uns sur les autres pour monter les massifs d’angle des bâtiments, tandis que des fragments plus petits sous employés dans le pisé des murs (pl. 2 et 3), dernier témoignage de l’acharnement des hommes sur les ruines.

18Alors s’achève la dernière phase de la démolition de la villa gallo-romaine. Qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Assez de souvenirs pour que vivent les mythes et que plane encore le mystère sur ces paisibles lieux ; assez de vestiges aussi pour attirer les archéologues, convaincus que malgré les destructions et les légendes, on peut encore tenter de faire sortir de terre l’histoire de Géou.

Notes

1 Canton de Roquefort, arrondt. de Mont-de-Marsan.

2 Celles-ci sont souvent signalées dans les ouvrages ou articles parus au siècle dernier ; voir abbé Dorgan, Histoire politique, religieuse et littéraire des Landes depuis les temps les plus anciens jusqu’à nos jours, Auch, 1846, p. 391 = Dorgan ; F. Bourdeau, Manuel de géographie historique, ancienne Gascogne et Béarn, ou recueil de notices statistiques, descriptives, historiques, biographiques, etc. sur les villes et les communes des départements du Gers, des Landes, des Hautes et des Basses-Pyrénées, tome 1, Paris, Tarbes, Riscles, 1861, p. 305 = Bourdeau ; J.-E Dufourcet, G. Camiade et E. Taillebois, L’Aquitaine historique et monumentale, Dax, 1890, tome I, p. 338-339 = Dufourcet ; M. Romieu, Histoire de la vicomté de Juliac, Romorantin, 1894, p. 8 = Romieu. Des trouvailles fortuites sont consignées dans les intéressants cahiers (inédits) de Beyris, conservés par la famille Rivière (1856 et 1858). À la fin du siècle, le baron de Bouglon donna communication de la découverte par lui d’une mosaïque, dans Bull. Soc. archéol. du Midi de la France, IX, 1892, p. 21-22. Récemment, M. J. Lauffray, alors architecte des Bâtiments de France, a procédé (en I960 et 1961) à des sondages qui aboutirent à la mise au jour d’hypocaustes et d’une mosaïque à motifs géométriques ; voir Gallia XIX, 1961, p. 392 et XXI, 1963, p. 529. Les mosaïques figurent à l’inventaire dressé par C. Lacoste, Les mosaïques gallo-romaines du département des Landes, dans Bull. Soc. Borda, 1961, p. 239-241.

3 Nous tenons à associer à ce travail M.-J. Bost, B. Debord, M. Rachet, le colonel S. Chatelier, A. Fleury, Chr. Giesecke, D. Matignon, Ch. Vidalies, H. Coulaud et G. Coutant. Nous ne saurions oublier nos jeunes amis de Labastide, et parmi eux G. Lassus, fidèle compagnon de toutes nos campagnes, non plus que ceux de la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan, qui ont peiné sur ce chantier souvent ingrat.

4 Voir R. Chevallier, Folklore, Histoire et Archéologie, dans Les Cahiers de Tunisie, XV, 1967 (Mélanges Ch. Saumagne), p. 255-277 ; du même auteur : Problématique de la villa gallo-romaine, dans Actes du 93e Congrès national des Sociétés Savantes, Section d’Archéologie, Tours, 1968, (Paris, 1970), p. 451-480.

5 Les lignes qui suivent doivent beaucoup aux indications des professeurs Ch. et A. Higounet, J. Gardelles et J.-B. Marquette, que nous remercions bien vivement.

6 Par exemple, dans le département de la Haute-Vienne, le lieu-dit Jioux ou Giaud, commune de La Roche-L’Abeille.

7 Dufourcet..., p. 338 : Jëou ou Geau ; Bull. Soc. archéol. du Midi de la France, IX, 1892, p. 21-22 : Géou, mais Bull. Soc. Borda, 1891, p. LXXXIX, Jéou etc...

8 Cassini, feuille no 106 ; Belleyme, feuille no 52.

9 Abbé Cazauran, Pouillé du diocèse d’Aire, Paris, 1886 (= Cazauran), p. 26 (1572) et 76 (1749).

10 Recueil d'Actes relatifs à l’administration des rois d’Angleterre en Guyenne au xiiie siècle (Recogniciones feodorum in Aquitania), transcrits et publiés par Ch. Bémont, Paris, 1914 (= Bémont), no 118 et 123, repris dans J.-P. Trabut-Cussac, Le livre des hommages d’Aquitaine. Restitution du second livre noir de la connétablie de Bordeaux, Documents d’Aquitaine, Bordeaux, 1959, no 466 et 472.

11 Sans oublier la forme aberrante Yoi de Bémont no 100. Signalons enfin, dans un pouillé inédit de 1334 (registre d’Avignon 242, Archives Vaticanes folio 272), la mention ecelesia de Gius.

12 CIL : Gallia Christiana, 1, col. 1153. CIL : bulle de Lucius III en 1185, dans Papsturkunden in Frankreich, VII, Gascogne, Guienne, Languedoc, éd. W. Wiederhold, Gottingen, 1913, no 135 ; même forme dans une bulle de Célestin III en 1 197, dans abbé Cirot de la Ville, Histoire de l’Abbaye et Congrégation de Notre-Dame de la Grande-Sauve, Ordre de Saint Benoît, en Guienne, 2 vol., ParisBordeaux, 1844-1845, p. 404 = Cirot de la Ville. Gelu : Cazauran, p. 131, 140 et 146 (1335) ; p. 76 (1749).

13 Gallia Christiana, 1, col. 1153. Le nom de Géou n’apparaît pas dans le cartulaire de La Sauve.

14 Signalons seulement les origines possibles : végétale, à partir de ebulum (hièble, sureau), religieuse : Géou vient de Jupiter. A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, 1963, émettent des réserves pour Geo (“obscur”) mais sont très nets pour Giou/Gioux (“louis/loyem”). Ch. Rostaing, Les noms de lieux, Paris, 1945, p. 60, fait observer que les attractions par jugum “hauteur” et - jur - “bois”, rendent incertaines les traces laissées par ce nom dans la toponymie. Signalons que la Carte archéologique de la Gaule romaine, fasc. XIV, département de la Haute-Vienne par J. Perrier, p. 42 no 32 mentionne au lieu-dit Jioux cité ci-dessus no 6, la trouvaille d’un Jupiter à l’anguipède. Enfin, Géou pourrait être directement issu d’un gentilice celto-latin Gillius ou latin Gellius, ou du cognomen celtique Gillo ( ?). Voir G. Rohlfs, Studien zur romanischen Namenkunde, Munich, 1956, Studia Onomastica Monacensia, Band l, p. 85/86, 91 et 101. Soulignons que cet auteur ne mentionne pas lui-même le nom de Géou.

15 La bulle du pape Lucius III de 1185, reprise par le pape Célestin III en 1 197, place Géou à côté de Mauvezin-d’Armagnac, distant de quelques kilomètres seulement (canton de Gabarret, arrondt. de Mont-de-Marsan). Le Livre Rouge de l’évéchéd’Aire, publié par Cazauran, p. 131 et 140, place Géou comme dépendance de Betbezer (canton de Gabarret, arrondt. de Mont-de-Marsan, à 2 km de Labastide), en 1335 : “Archipresbiteratus de Rupe Forti (Roquefort)... ecelesia de Gelu cum ecelesia de Pulchro Videre (Betbezer) “... Enfin, on lit dans une lettre de rémission de 1498 : “Géou, près Labastide-d’Armagnac”. Voir Ch. Samaran, La Gascogne dans les registres du trésor des Chartes, Paris, 1966, coll. de documents inédits sur l’histoire de France, série in-8°, vol. 4, no 1684.

16 Pour n’être pas très fréquent, le nom de Gêou – qui peut s’écrire de multiples manières, nous l’avons vu – n’en est pas rare pour autant et on le trouve porté par quelques communes et surtout lieux-dits dans tout le Sud-Ouest jusqu’aux Pyrénées. Dans le canton de Roquefort il y en a au moins deux ; le second se trouve dans la commune d’Arue (canton de Roquefort, arrondt. de Mont-de-Marsan), sur la R.D. 9 de Roquefort à Luxey. On ne saurait toutefois le confondre avec le nôtre. Il faut aussi éliminer l'assimilation faite par Cirot de la Ville avec Saint-Gor, commune du canton de Roquefort, voir Cirot de la Ville, II, p. 384 “prieuré de Saint Pierre de Bel ou de Saint-Gor”, repris dans le vol. X des Archives de la France Monastique, t. 3, 1910, par dom Besse, p. 27 et en 1935-1936 par dom Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des Abbayes et Prieurés, t. 1, col. 1263. Dès 1894, l’abbé Départ, se fondant sur le pouillé du diocèse d’Aire, avait justement réfuté cette attribution ; voir A. Départ, Les commanderies dans le département des Landes, dans Bull. Soc. Borda, 1894, p. 183-184.

17 À Saint Clair patron de Géou 1743 (et 1866, rajouté). Nous remercions Mme Rottenfuss, conservatrice de la chapelle, de cette indication.

18 Cirot de la Ville, p. 384. Voir note 16 ci-dessus.

19 Bémont, no 100.

20 Abbé J.-J.Monlezun, Histoire de la Gascogne, 6 + 1 tomes, Auch, 1846-1850, t. I, p. 86-88.

21 J.-E. Dufourcet, Les Landes et les Landais, Histoire et Archéologie, Dax, 1892, p. 90-91.

22 Romieu p. 10-11.

23 Cette distance représente la limite atteinte par nos prospections. Il est donc possible que d’autres sépultures s’étendent plus loin.

24 Dorgan, p. 391.

25 Boundeau, p. 305.

26 Dufourcet, p. 339 ; réserves surtout de Départ, p. 184 et du baron de Bouglon, Bull. Soc. archéol. du Midi de la France, IX, 1892, p. 21.

27 Romieu, p. 10. Pour être juste, il faudrait dire que celui-ci connaissait peut-être dom Du Bourg, Histoire du Grand-Prieuré de Toulouse et des diverses possessions de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 2e éd., Paris-Toulouse, 1883, = Du Bourg, p. 8, où le même cliché figure presque avec les mêmes mots.

28 Les salles ainsi délimitées mesurent seulement 2,60 m de largeur. Nous n’en connaissons ni le nombre ni la longueur. Le lierre qui couvre les murs de la chapelle empêche de retrouver toute trace de fixation des poutres qui les couvraient, donc d’en connaître la hauteur intérieure. Les sols semblent avoir été de deux sortes : dans le sondage CIM VII c’était un damage de pierres concassées, liées par un mortier jaunâtre très friable qui recouvrait la mosaïque et l’a donc préservée. Plus loin, c’est le pavement antique lui-même qui aurait été utilisé, entraînant son usure et bientôt sa disparition. Les pièces ont été démolies vers les xiiie-xive siècles : une sépulture en forme de sarcophage avec cavité spéciale aménagée pour la tête fut installée sur les murs arasés ; nous avons d’autre part trouvé des tessons de céramique datables de cette époque.

29 Romieu, p. 11 : “la préceptorerie était placée à gauche de l’église et à peu de distance” et, p. 473, liste des sept précepteurs connus entre 11 50 et 1290 ; Départ, p. 183 : “il y avait autrefois une maison de Templiers sur l’emplacement de l’église et du cimetière actuels”.

30 On sait qu’après la ruine de l’ordre du Temple, les biens de celui-ci furent conférés par Clément V à l’Hôpital. Cet accroissement entraîna une réorganisation administrative qui aboutit, en 1315, à la naissance du Grand Prieuré de Toulouse. La seule trace confirmée par les documents est celle de la présence des Hospitaliers à Saint-Justin en 1280 (Du Bourg, p. 418-419 et pièces justificatives LXXVI, p. LI l-LIV). En 1335, ces derniers percevaient les revenus de l’église et encore en 1749 ; voir Cazauran, p. 131 (1335) et 101 (1749).

31 Gallia Christiana, 1, col. 1153.

32 Lucius III : Papsturkunden... no 135 ; Célestin III : Cirot de la Ville, p. 404.

33 Bémont no 118 “et quod habet in parochia de Jeu...” ; no 123 “et tenent capmansuram cum pertinendis in parochia de Jeu.

34 Cazauran, p. 131, 140, 146 (1335) ; p. 26 (1572).

35 Cazauran, p. 99 (1749) : “Geu était autrefois annexe de Betbedé, mais à cause de l’éloignement et des mauvais chemins on a désuni ces églises”.

36 Cazauran, p. 131.

37 Voir les exemples donnés par R. Chevallier dans les articles cités ci-dessus n. 4. Le souterrain est mentionné par le baron de Bouglon, article cité, p. 22.

38 Ce phénomène est très visible dans les notes de Beyris et dans la communication du baron de Bouglon citée ci-dessus n. 2.

39 Du Bourg, ch. XXVI, Commanderie de Caubins et Morlaas, p. 418-419. Saint-Justin, canton de Roquefort, arrondt. de Mont-de-Marsan, est à 4 km à l’ouest de Labastide ; voir n. 30.

40 Voir J. Clémens, M. Seurin, J.-P. Bost, M. Boyé, A. Jérebzoff et P. Debord : Fours de potiers découverts à Labastide-d’Armagnac, Bull. Soc. Borda, 1977. La céramique produite dans ces fours est très proche des formes antiques. Pour cette raison, nous plaçons ces installations vers le haut Moyen Âge (ve-vie siècles ?).

41 La datation du xie siècle nous a été confirmée par le professeur Gardelles, lors d’une visite que nous avons faite ensemble à Géou.

42 Bien que privilégiée, cette direction n’est pas exclusive : l’orientation du mur qui servait de fond à la tombe a été souvent déterminante. Ces diverses observations permettent aussi d’écarter l’hypothèse d’une nécropole ad sanctum.

43 Voir ci-dessus n. 28.

44 Cazauran, p. 76 n. 1 et p. 99. L’information donnée p. 35 (église détruite) est erronée.

Table des illustrations

Légende – Fig. 1. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8489/img-1.jpg
Fichier image/, 183k
Légende – Pl. 1. Couvercle de sarcophage. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8489/img-2.jpg
Fichier image/, 566k
Légende – PI. 2. Remploi à la métairie de La Porte. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8489/img-3.jpg
Fichier image/, 571k
Légende – PI. 3. Remploi à la métairie de Cardenau. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8489/img-4.jpg
Fichier image/, 340k
Légende – Fig-2. –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8489/img-5.jpg
Fichier image/, 120k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540