Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

1. Routes et territoires de l’Aquitaine antique

Béarn et Aragon : communications et échanges dans l’Antiquité (iiie siècle av. J.-C. - ve siècle ap. J.-C.)

Note de l’éditeur

Actes du Colloque Rencontres transpyrénéennes. Les liens historiques et artistiques entre Béarn et Aragon, Revue de Pau et du Béarn, 2000, p. 31-55.

Texte intégral

Introduction

1L’exposé qui va suivre ne prétend pas ajouter à un dossier déjà bien rempli et assez bien connu, notamment des archéologues palois, des révélations inattendues. Mon but est seulement ici de regrouper des informations dispersées et de proposer une vision d’ensemble des circonstances qui, durant une longue période, ont fait se succéder entre les deux versants des Pyrénées, des phases de relations intenses et des phases de rapports distendus. Ce que révèle l’histoire des relations entre le nord et le sud de la chaîne dans l’Antiquité, c’est que, si en milieu montagnard, la nature crée d’indiscutables contraintes, elle n’impose pas cependant la séparation comme une fatalité. Ce sont les hommes qui créent réellement les barrières et rendent les montagnes infranchissables. Les hommes, c’est-à-dire à la fois les hasards de l’Histoire qui isolent ou rapprochent les gens, mais surtout les États. Parce que les États créent des structures et des sollicitations de tout genre, solides et durables, ils peuvent apporter aux déplacements traditionnels des gens, des entraves ou au contraire des incitations supplémentaires. Ce sont ces phénomènes de contacts et de repli que je vais tâcher de décrire.

L'époque pré-romaine

Des relations étroites issues de parentés anciennes

2Avant même que l’on puisse identifier les groupes humains qui les habitent, on sait qu’il y a depuis longtemps des liens entre les deux versants de la montagne pyrénéenne. Les préhistoriens ont relevé les parentés qui unissent Lascaux et Altamira, ou celles qui rapprochent les mégalithes (dolmens) de l’époque néolithique, tandis que les anthropologues suggèrent un même type de peuplement et de culture.

  • 1 Pour l’essentiel, il s’agit de César, Guerre des Gaules, I, 1, et III, 11 et 20-27, de Strabon,(...)

3Les choses se précisent un peu dans les trois derniers siècles qui précèdent l’ère chrétienne, grâce à quelques passages de sources latines et grecques, très postérieures mais irremplaçables1.

  • 2 Strabon, IV, 2, 1. la localisation de ces peuples, casse-tête pour les chercheurs puisque la tradi (...)

4Ce sont elles qui permettent d’identifier les ancêtres des Aragonais et des Aquitains d’aujourd’hui. L’exemple des Aquitains va nous aider à comprendre. Le terme désigne alors les peuples qui vivent entre Garonne et Pyrénées (carte no 1), dont la quasi-totalité n’est connue que par la liste de Pline l’Ancien. On retiendra, pour notre propos, les Benami de notre actuel Béarn, les Bigerri de la Bigorre, les Tarbelli du bas Adour, les Tarusates du Tursan, ou encore les Sybillates de la Soule et les Oscidates, qui peuplaient peut-être la vallée d’Ossau. Mais il faut admettre que la plupart des peuples aquitains, “petits et obscurs” au témoignage de Strabon, échappent à toute possibilité de localisation2.

5Nous apprenons par les sources indiquées que les Aquitains présentent un type physique qui les apparente aux Ibères (entendu comme un collectif désignant les peuples d’au-delà de la montagne), et qu’ils parlent une langue qui les apparente aussi aux Ibères. Si la première de ces assertions n’est pratiquement pas vérifiable, difficilement en tout cas, puisque les hommes de cette époque brûlaient leurs morts, en revanche on a de petites lueurs sur la langue/les dialectes qu’ils parlaient, car de façon quasi miraculeuse, quelques repères sont parvenus jusqu’à nous.

6Les sources écrites antiques, et aussi quelques inscriptions d’époque impériale, nous ont transmis des noms de peuples, de divinités (comme Eriappus, ou Herauscohitsehe), ou de lieux habités.

7Certains toponymes actuels présentent des composantes et des particularités linguistiques originales, qui peuvent être occasionnellement comprises grâce aux parlers basques qui en sont partiellement les héritiers. Occasionnellement, parce qu’il reste beaucoup d’incertitudes : songeons, par exemple, que la forme même du nom de l’Aquitaine (prélatine ou latine ?) n’a pas reçu jusqu’ici d’explication satisfaisante (“le pays de l’eau ou des eaux/des rivières” ?). Ce qui est assuré, c’est que les noms de lieux qui nous ont été ainsi transmis, et donc les langues ou dialectes auxquels ils appartenaient, sont d’origine pré-indoeuropéenne, et qu’ils étaient communs aux deux côtés de la chaîne. En voici quelques exemples.

  1. On sait que le radical gar- signifie rocher, montagne, et que la désinence -ona signifie eau, source, rivière. Gar-onna est donc, “l’eau (qui vient) de la montagne”. Le nom de l’Adour (Atura dans l’Antiquité) s’explique par le basque iturri, la source, que l’on retrouve probablement dans le nom de la station routière navarraise d’Iturissa, au nord de Pampelune.
  2. On relève aussi des noms caractéristiques désignant des habitats groupés, sinon déjà des villes, formés sur le radical ili-/ilti- (cf. basque iri-) que l’on retrouve dans Iluro (Oloron et Mataró), Ilura (Lourdes), Iltirta Ilerda, Lérida/Lleida.
  3. La série ili-berri (“ville neuve”) est encore plus largement illustrée par les noms de Lombez et Auch (Gers), d’Elne (Pyrénées Orientales), anc. Illiberis, de Lumbier, en Navarre, et jusqu’à Iliberris – Grenade, en Andalousie. On voit donc que le domaine de cette langue a été à un certain moment très étendu, et de part et d’autre de la chaîne.
  4. Ajoutons encore à la liste une dernière confirmation, celle qui est fournie, au nord et au sud des Pyrénées, par une série très abondante de toponymes bien particulier3. Ces toponymes se caractérisent par une désinence en -os,-osse ou -ots au nord, et en -os, -otz, -uès ou -esa au sud, qui désigne des domaines ruraux ou des habitats. Même si certains d’entre eux ont été créés postérieurement (comme Lugos, latin), et jusqu’à l’époque romane (par exemple, Argelos/Argelouse), il est sûr qu’un très grand nombre tire ses origines du passé préindoeuropéen.
  • 4 Guerre des Gaules, III, 23, 3-5.

8Ces parentés linguistiques prouvent qu’on passait aisément alors les Pyrénées, en tout cas qu’on se déplaçait facilement d’un versant à l’autre. César lui-même le confirme lorsqu’il dit que, au moment de la conquête de l’Aquitaine, les petits peuples de la boucle de la Garonne ont reçu très naturellement des secours de la part des peuples du sud4. Et si l’on peut croire que l’identification faite parfois des Aquitani (les gens de l’Aquitaine) aux Iacetani (ceux de Jaca) tient plus du calembour que de la vérité historique et philologique, on ne peut pas nier qu’il y a d'étonnantes ressemblances entre les Auscii et les Oscidates d’Aquitaine et les gens d’Osca/Huesca. Voilà qui justifie, au moins partiellement, la remarque de Strabon sur les parentés ethniques qui unissaient les communautés des deux versants de la chaîne et le caractère “ibérique” des Aquitains de son temps.

Les passages pyrénéens

  • 5 Jullian (C), Histoire de la Gaule, I, Paris, 1914, p. 50-53 ; Lambert (E.), “Les routes des Pyréné (...)

9On passait donc facilement, mais par où passait-on5 ? Sans doute pendant longtemps par où l’on pouvait, mais on peut présumer que, très tôt, les bons passages (notamment ceux qui sont devenus routes de transhumance) ont été reconnus. En tout cas, en Aquitaine, à partir du “second âge du Fer” (en gros les iiie-ier siècles avant J.-C.), les anciens cheminements se sont fixés en véritables itinéraires, ceux-là mêmes que Crassus, le conquérant romain, emprunta dans l’été de 56 av. J.-C. Grâce à un document routier de la fin du ive siècle, l'Itinéraire d'Antonin, on connaît trois de ces grandes pistes (carte no 1).

  • Le premier est un itinéraire côtier venu du Bordelais. Son tracé a été reconnu au nord de Castets (Landes) et dans la région d’Irún. Les noms des petites stations routières (Losa/Sanguinet, Segosa/Saint-Paul-en-Born et Mosconnum, encore non identifiée, toutes trois dans le département des Landes) qu’a étudiées B. Boyrie-Fénié6 montrent que, dès avant la conquête romaine, de petites bourgades jalonnaient déjà le parcours de la future “voie littorale”, factuelle “route des lacs” landaise. Au-delà de Mosconnum (entre Uza et Castets ?), aucun indice, mais on sait indirectement que deux directions pouvaient s'offrir : par la première, on descendait vers Léon, puis Soustons et la région de Seignosse, pour éventuellement emprunter, vers Capbreton ou même avant, la voie fluviale, que l’on quittait vraisemblablement près du confluent de la Nive et de l’Adour, là où les deux rivières étaient commodément passées, pour reprendre la route de terre vers Oiarsso/Irún. L’autre conduisait vers le sud-est, traversant l’Adour au seul endroit où le rétrécissement de la barthe la rendait aisément franchissable, c’est-à-dire face au futur site de Dax.
  • Un deuxième itinéraire traversait la Chalosse et se dirigeait, par Carasa (Garris) et Saint-Jean-le-Vieux (le futur Imus Pyrenaeus de l’époque romaine) vers le col d’Arnostéguy, après quoi il descendait par les vallées de l’Irati et de l’Aragon jusqu’à l’Èbre (région de Tudela et d’Alfaro). C’était probablement le plus important des trois. La relative abondance des vestiges protohistoriques au voisinage du col7 prouve à la fois que, dans cette partie de la montagne, l’occupation du sol était assez dense et que le passage était activement fréquenté.
  • Du troisième itinéraire, qui empruntait la vallée d’Aspe et le col du Somport, on sait peu de chose. La route d’époque romaine, attestée notamment par l’inscription de la Pène-d’Escot et la borne milliaire du Somport8 a été reconnue en plusieurs endroits, mais, dans ce cas encore, ce sont les toponymes “aquitains”, tels Benehamum (Lescar), Iluro (Oloron) et Aspalluca (Accous ?) qui confirment son ancienneté9.

Premiers contacts avec les armées romaines

  • 10 Nony (D.), Corpus des trésors monétaires antiques de la France, VI, Aquitaine, p. 83, no 1. La tro (...)

10Ces passages ont été aussi l’occasion des premiers contacts (militaires, et parfois rudes) entre Aquitains et Romains. Ces derniers avaient pénétré dans la péninsule Ibérique au moment de leur grand affrontement avec Carthage, au cours de la deuxième guerre punique. Durant le iie siècle avant J.-C. ils avaient conquis la plus grande partie de la péninsule, à l’exception du Nord-Ouest, c’est-à-dire de la Cantabrie, des Asturies et de la Galice. Dans la zone entre Èbre et montagne, leur progression et leur installation avaient d’ailleurs été facilitées par leurs alliés Vascons. Lorsque, vers 78-74 av. J.-C., les Espagnes, comme l’on disait alors, firent sécession sous la conduite d’un général romain factieux (Sertorius) les vallées pyrénéennes et l’Aquitaine devinrent des enjeux et des lieux de refuge. Au cours de ces événements, un général romain envoyé contre le rebelle, mais vaincu par lui et contraint de se replier, subit, dans des circonstances obscures, une nouvelle défaite, cette fois, face aux Aquitains. Il semble que les Sotiates de Sos (Lot-et-Garonne) jouèrent dans la circonstance un rôle particulièrement actif et décisif dont César se souvenait encore vingt ans après. C’est probablement à cet épisode (ou à un autre similaire) que l’on doit l’enfouissement du trésor monétaire de Barcus (Pyrénées-Atlantiques), découvert en 1879, qui était composé de monnaies d’argent (deniers) émises dans les ateliers monétaires du Nord de la péninsule10.

La conquête de l'Aquitaine et du Nord-Ouest

  • 11 Goudineau (Chr.), “Les provinces de Gaule. Problèmes d’histoire et de géographie”, dans Mélanges P (...)

11En 56 av. J.-C., Crassus, un des principaux lieutenants de César, reçut de celui-ci la mission de conquérir l’Aquitaine. Cette mission qui paraît avoir été finalement une promenade militaire, tant elle fut rapidement menée, avait été cependant prise très au sérieux par le conquérant. C’est que, à cette époque, l’Aquitaine représentait un certain enjeu (quoique cela reposât sur une succession d’erreurs d’appréciation), géographiques (parce qu’on la croyait plus grande qu'elle n’était en réalité11) et militaires (parce que César s’imaginait, à tort, qu’il allait devoir affronter des adversaires nombreux et puissants). Pourquoi ?

12D’abord, il y avait le souvenir récent des pertes subies dans la région par les officiers romains du fait des peuples aquitains, notamment du fait des Sotiates. Ensuite, il y avait les relations (venues des parentés ethniques anciennes évoquées précédemment) que les Aquitains entretenaient avec les tribus de l’autre versant des Pyrénées des relations qui pouvaient faire craindre à César que des secours ne soient envoyés aux peuples de la Gaule du Centre qu’il s’apprêtait à conquérir.

  • 12 Élégies, I, 7. Familier et protégé de M. Valerius Messalla Corvinus, Tibulle avait suivi celui-ci (...)

13Ces raisons expliquent la mission qui fut confiée à Crassus. À la vérité, et c’est bien triste à dire pour l’honneur régional, l’affaire fut vite réglée, comme le fut aussi le sort de la grande coalition qui avait été réunie contre l’envahisseur romain. Cette coalition avait mobilisé, avec les Aquitains, des contingents venus d’outre-Pyrénées, conduits par d’anciens officiers indigènes de Sertorius. Mais ce fut en vain, et une seule bataille (quelque part dans la moyenne vallée de l’Adour) suffit à Crassus pour l’emporter. Ainsi, en quelques semaines avait été scellé le destin des Aquitains qui ne se manifestèrent plus jusqu’à la fin de la guerre. Par la suite, il y eut quand même encore quelques soubresauts, dont l’un surtout est un peu moins mal connu que les autres, celui de 29-28 av. J.-C., qui fut maté par le général Messalla, dont le panégyriste, le poète Tibulle, rapporte qu’il “avait fait trembler l’Adour vaincu12”.

  • 13 Roddaz (J.-M.), Marcus Agrippa, Rome, 1984, p. 402-410.

14Peu après, les armées romaines s’attaquèrent à ce qui restait de territoire libre au nord-ouest de la péninsule, le pays des Astures et des Cantabres. À la différence de l’Aquitaine, ces régions opposèrent aux conquérants une vive résistance. Après la campagne qu’il avait conduite en 26-25 av. J.-C., l’empereur Auguste les avait cru pacifiées, mais c’était une erreur, et il fallut l’énergique intervention d’Agrippa, son gendre et son principal lieutenant, pour que les opérations connaissent, dans l’été de 19 av. J.-C., un succès décisif13.

  • 14 Tobie (J.-L.), “La tour d’Urkulu”. Bilan provisoire des campagnes archéologiques de 1989 et 1990, (...)

15La victoire finale de Rome sur les deux côtés des Pyrénées semble avoir été célébrée par l’érection de deux grands monuments triomphaux, des “trophées”, l’un dans l’actuelle Saint-Bertrand-de-Comminges, et l’autre au sommet de la crête d’Urculu14, au-dessus et à l’est du col d’Amostéguy, à 1420 m d’altitude (diamètre, 19,5 m ; hauteur conservée, 3,65 m). Mais, avec le recul du temps, nous voyons aujourd’hui que ces deux monuments ne symbolisaient pas seulement l’invincibilité des armées romaines. Ils symbolisaient aussi l’ouverture d’une ère nouvelle pour les habitants des deux versants de la chaîne, intégrés désormais dans des ensembles administratifs qui allaient bouleverser durablement leurs relations séculaires.

Sous le Haut-Empire romain (ie-iiie siècles ap. J.-C.)

16Même si des relations se sont maintenues entre Aquitaine et Nord de la péninsule, les deux versants de la chaîne connaissent désormais des destins séparés. Aucun doute sur l’origine du phénomène qui est à mettre au compte de l’administration romaine. Voyons comment.

Formes et effets de la réorganisation romaine

17Pour l’État romain, il était bien clair que, passé le moment de la conquête, il fallait organiser celle-ci. La chose fut différée, l’espace d’une génération, parce que les crises successives qui ensanglantèrent la fin de la République portaient vers d’autres urgences et vers d’autres objectifs l’attention de la classe politique. Mais une fois que le futur Auguste eut triomphé de ses adversaires, il s’employa à organiser les immenses domaines que le succès avait placés entre ses mains. C’est probablement en 16 (ou vers 16) av. J.-C. que la Gaule et la péninsule Ibérique reçurent une nouvelle organisation. Comme Rome imposait partout à tous les peuples conquis le même statut, leur territoire fut divisé en provinces et en cités.

Les nouveaux éléments de l’ordre romain

a. La création des provinces

18La péninsule Ibérique et la Gaule “Chevelue”, celle de la récente conquête, furent chacune partagées en trois provinces.

19Au sud des Pyrénées on créa les provinces de Lusitanie (au sud-ouest), de Bétique (au sud l’Andalousie) et surtout (parce qu'elle couvrait à peu près les deux tiers de la péninsule) la province de Tarraconaise, qui reçut pour capitale Tarraco (Tarragona), mais dont la ville principale fut, sous l’Empire, Caesaraugusta, l'actuelle Saragosse (Zaragoza).

  • 15 Unité à laquelle on donna Saintes pour capitale. Discussion dans Maurin (L.), Saintes antique, Sai (...)

20En Gaule, les trois provinces étaient, du nord au sud, celles de Gaule Belgique, de Lyonnaise et d’Aquitanique. Sous cette appellation on désignait maintenant un territoire dilaté des Pyrénées jusqu’à la Loire et aux Cévennes, dans lequel les Aquitains de l’époque de l’indépendance avaient été rattachés à une partie des Gaulois de l’ancienne Celtique. Malgré les apparences, cette mesure n’était pas volontairement vexatoire ; elle était simplement destinée à limiter les frais d’administration. C’est la raison pour laquelle les Aquitains furent englobés dans une unité15 plus étendue que leur ancien domaine.

b. La création des cités

21Pour les hommes de l’Antiquité, la cité, territoire et communauté politique, représentait à la fois le cadre de vie idéal et la forme idéale de gouvernement. Dans l’organisation de l’État romain, c’était aussi (mais pas seulement) une circonscription administrative commode, et c’est donc le système qui fut appliqué aux nouvelles provinces, dont les cités constituèrent désormais les cellules de base. La création des cités s’est effectuée cependant dans des conditions différentes au nord et au sud de la chaîne. Dans la péninsule Ibérique, elle était le résultat d’une longue histoire politique et militaire, à la fois les restes de l’époque “coloniale” et des guerres civiles romaines. C’est dans le Nord, notamment dans la cuenca de l’Èbre, que, sur ce dernier point, les choses apparaissent de manière très caractéristique. Mais c’est probablement aussi parce que là, elles ont pris, dans les décennies 50-30 av. J.-C., un tour particulièrement dramatique.

  • 16 “Guerres civiles et romanisation dans la vallée de l’Èbre”, dans Hommage à Robert Étienne, p. 317- (...)

22En effet, dans cette zone, la liste des cités restitue en partie la géographie des fondations ou des promotions (municipales et coloniales), dont l’origine est à chercher dans les mouvements et les conséquences des guerres civiles. J.-M. Roddaz16 a bien mis ce fait en valeur : dans la péninsule Ibérique du ier, siècle av. J.-C., vivait d’importantes communautés d’immigrés d’origine italienne dont les protagonistes (césariens et “pompéiens”) se sont disputé les faveurs. Pour cette raison, le sort des armes a eu d’importantes répercussions sur les créations ou les promotions de cités. Le cas de la vallée de l’Èbre et de ses abords est particulièrement intéressant parce qu’on voit que les cités, qui avaient autrefois suivi le parti de Sertorius, telles Calagurris, Osca et aussi Turiaso et Bilbilis, se sont retrouvées dans le camp césarien et donc dans celui du vainqueur. C’est leur fidélité à la bonne cause qui, dans un premier temps, a assuré leur promotion juridique, aux avantages de laquelle sont venus, comme un atout supplémentaire, s’ajouter les bénéfices de leurs activités métallurgiques ou minières.

  • 17 C’est donc aussi dans la politique qu’il faut chercher quelques-unes des raisons qui ont fait exis (...)

23Ce n’est pas tout, car les fondations augustéennes (notamment la création de Caesar-augusta) ont renforcé ce dispositif, favorisé l’afflux des immigrants italiens et aussi créé de nouveaux courants de circulation, dont les éléments principaux se lisent encore dans les colonnes de l’Itinéraire d'Antonin. Ainsi, l’économie a été, au moins en partie, entraînée par la politique et certains secteurs ont accaparé la richesse et le dynamisme propres à engendrer à leur tour de la richesse17.

  • 18 Maurin (L.), Les Basaboiates, dans Langon-Sautemais-Cemès, Actes du XXIIe congrès de la Fédération (...)

24En Gaule, les choses se sont passées autrement. Dans ce monde de tribus, l’État romain avait choisi de ne pas briser inutilement les anciens cadres ethniques. Les nouvelles cités correspondirent donc, le plus souvent, aux grandes nations de l’époque de l’indépendance. Cependant, dans le Sud de la province d’Aquitanique, dans notre Aquitaine gasconne, donc, les petits peuples dont on a déjà parlé étaient trop nombreux pour former chacun une cité. L’émiettement rendait par conséquent les regroupements inévitables, et le nombre des circonscriptions fut réduit à neuf (carte no 2), dont la détermination n’est d’ailleurs pas très aisée18.

25Quelle que soit l’origine des cités, partout cependant celles-ci ont marqué une révolution capitale qui a eu des effets sur la circulation et les échanges notamment ceux qui, jusque-là, unissaient les deux versants de la montagne. Voyons comment.

c. La réorganisation du réseau routier

26La route romaine est avant tout l’instrument de l’autorité administrative, [empereur Auguste, le fondateur de l’Empire, a donné tous ses soins à promouvoir de grands programmes routiers afin de faciliter la transmission des nouvelles entre les provinces et la capitale.

27Dans ce cadre, un rôle fondamental a été donné aux liaisons provinciales. Dans chaque provioce, en effet, la capitale devait être reliée par un système de rocades à tous les chefs-lieux des cités. Dans le Nord de la péninsule, Saragosse est ainsi devenue la tête de toutes les liaisons. Ajoutons, c’est important pour notre propos, que, en direction du Nord-Ouest asturo-galicien, où se trouvaient d’importants gisements miniers, le carrefour secondaire d’Asturica Augusta (Astorga) lui servait de relais (carte no 3).

28En Aquitaine méridionale (carte no 2), la rocade avait pour tête Bordeaux, tandis que des cités comme Éauze, Auch et Dax, ont tiré de leur place de carrefours une situation certainement avantageuse.

Les conséquences de la réforme provinciale

  • 19 Cela ressort de la dénomination de Neuf Peuples qui apparaît dans le texte de l’inscription d’Hasp (...)

29Indéniablement, cette nouvelle organisation était destinée avant tout à servir les intérêts du vainqueur, en facilitant le travail de ses administrateurs. Pourtant, elle eut aussi des effets positifs : dans un Occident, demeuré jusque-là un domaine colonial exploité sans ordre ni limite, le système mis alors en place s’est efforcé de mettre moins de violence et plus de justice, plus de droit, dans les rapports entre communautés indigènes et représentants de l’ordre romain. Cela est particulièrement visible en Gaule où l’on a respecté partout où cela était possible les anciennes structures ethniques ; on a même donné aux anciens “Aquitains” de l’époque de l’indépendance un cadre qui prenait en compte leur particularisme19. Cette attitude de l’État, faite à la fois d’intérêt bien compris et de conviction, a certainement beaucoup fait pour rendre l’ordre romain acceptable par tous. Toutefois, et dans tous les cas, tant dans la péninsule qu’en Aquitaine, la réforme administrative a eu trois conséquences :

  1. La première est que les anciennes pistes indigènes qui, pendant plusieurs siècles, avaient servi aux échanges entre les tribus, furent parfois abandonnées parce que les trafics s’étaient déplacés vers les villes nouvelles ; c’est le cas, on l’a dit, dans la vallée de l’Èbre. Souvent aussi, c’est le cas de l’Aquitaine, elles furent simplement réaménagées dans leur structure généralement renforcée, mais surtout dans leur tracé qui fut désormais détourné sur les nouvelles capitales de cités20 (carte no 2).
  2. La seconde est que le système privilégiait maintenant le réseau intraprovincial. Le passage de la tribu à la cité eut pour effet de distendre les liens ethniques qui avaient autrefois uni les deux versants de la chaîne pyrénéenne. Dans la nouvelle Aquitaine, les cités de la partie méridionale regardaient maintenant vers la ville des Convènes, l’actuelle Saint-Bertrand-de-Comminges, tandis que, du côté navarro-aragonais, Saragosse et Tarragone constituaient les nouveaux repères politiques. La chose est facile à comprendre : il suffit de penser aux contraintes que font peser, par exemple dans la France contemporaine, sur les relations naturelles traditionnelles, les structures administratives départementales ou régionales.
  3. Il faut ajouter à cela un dernier trait. L’organisation provinciale ou interprovinciale21 ne favorisait pas l’ouverture des provinces ou des ensembles sur leurs voisines. La raison principale de cette relative fermeture est à chercher d’abord dans l’histoire même des provinces, dont les productions tant “industrielles” qu’agricoles étaient assez souvent identiques, et qui de ce fait, n’avaient pas à faire jouer des complémentarités économiques capables de créer des circuits de communication et d’échanges. Certes, cela n’a pas empêché de brillantes réussites dont témoigne par exemple le commerce triangulaire particulièrement actif qui, entre vers 150 et 250, unissait à la Grande-Bretagne et aux vallées du Rhin, de la Meuse et de la Moselle le port de Bordeaux, et même les côtes cantabres22. Mais indiscutablement, l’époque du Haut-Empire a vu se développer tout particulièrement les relations directes entre les provinces et l’Italie, centre de l’empire, vers laquelle ont été établis des courants d’échanges privilégiés. Il est vrai aussi que Rome, capitale de l’empire, était aussi son plus grand marché. Il était donc logique que les propriétaires d’olivaies du Sud de la péninsule Ibérique, ou les producteurs de vin d’Orient ou de Gaule Narbonnaise, exportent prioritairement leur production vers cet énorme centre de consommation. Mais ce n’est pas la seule raison. L’État lui-même, s’il laissait jouer librement (mais contre le paiement de droits de douane23) les liens économiques et commerciaux, n’encourageait pas les contacts. Il y avait à ce comportement des raisons d’abord simplement administratives : celles qu’imposait la centralisation, qui, à son tour, créait des réflexes, bientôt des automatismes, ceux de toujours se tourner vers la capitale. En somme, partout dans l’empire, chacun avait, comme le dit Tacite, les yeux fixés sur le prince24. Il y avait aussi des raisons politiques, car l’État romain, disons l’empereur, vivait toujours dans la crainte de la subversion, de soulèvements des populations provinciales et de complots fomentés par des gouverneurs trop puissants devenus soudain ambitieux25. Ainsi, tout allait dans le sens d’une rétraction des anciennes relations entre les régions-sœurs. Voyons donc ce qui en est resté.

Les circuits du développement séparé

La route des fonctionnaires et des soldats

30Dès l’époque augustéenne (en gros, le tournant de l’ère chrétienne), on constate que de nouveaux types et de nouveaux circuits de relations se sont établis entre les deux versants de la chaîne, qui séparent nettement des simples relations locales (les échanges montagnards), le domaine des relations commandées par le service de l’État et celui des grands courants d’échanges.

  • 26 Sur le col de Pau, voir note 9.

31Sur le premier point, le passage pyrénéen qui, dans la transmission des informations officielles, tient un rôle essentiel, est celui de la région de Roncevaux. La raison principale tient à la géographie du Nord de la péninsule. Les reliefs qui isolent la cuenca de l’Èbre des zones côtières (Asturies, Cantabrie, Pays Basque), longtemps peu développées, ont fait au contraire de la vallée du grand fleuve aragonais un axe majeur de la circulation qui draine un important trafic entre la Méditerranée et les zones minières du Nord-Ouest, dont Astorga, au pied des montagnes de Leon, est la porte d’entrée. Sur cet axe qu’elle a contribué à créer, se trouve Saragosse, l’une des plus grandes cités de la péninsule, mais aussi de nombreuses autres villes, dynamiques et prospères, créatrices d’activité et de richesse. Il résulte de tout cela que, en direction de la Gaule, le chemin quasi naturel le plus aisé, le plus utile aussi, est celui qui passe par les sites actuels de Vitoria et de Pampelune. C’est aussi par-là que passent les liaisons habituelles entre l’Aragon et l’Aquitaine, beaucoup plus que par la vallée d’Aspe, dont l’accès (au Somport, le Summus Portus latin), plus élevé, n’est pas accessible en permanence tout au long de l’année26.

32On comprend donc facilement pourquoi la vieille route protohistorique a continué de connaître une grande fréquentation. Au prix d’un léger déplacement cependant, puisque le col d’Arnostéguy a été remplacé par celui de Lepoeder un peu plus à l’ouest, mais mieux situé puisque, de là, on tombe directement sur Pampelune.

Les routes du grand commerce

33Parce qu’ils s’effectuent à une plus grande échelle que les petits échanges antérieurs et aussi parce que, ce qui s’échange au début de l’Empire romain (et jusque vers le milieu du ier siècle de notre ère) entre la péninsule et l’Aquitaine, ce sont des produits pour lesquels la voie d’eau s’avère à la fois beaucoup plus sûre, plus commode et moins coûteuse que le portage, les trafics ne passent pas par la montagne.

  • 27 On peut supposer que c’est aussi de cette manière qu’arrivent en Aquitaine les quelques parois fin (...)

34De quoi s’agit-il ? Depuis les années 40 av. J.-C., les riches propriétaires de la région de Barcelone produisent un vin de consommation courante qu’ils exportent dans des conteneurs particuliers, les amphores. L’Aquitaine a reçu de grandes quantités de ces produits, qu’on identifie à travers les amphores de types Léétanien, Pascual 1, puis Dressel 2-4, très abondantes partout (au moins pour les deux dernières catégories) sur les sites de notre région. Le trafic s’effectuait par la voie maritime, puis, à partir de Narbonne, en remontant la vallée de l’Aude. Ensuite, un portage par le seuil de Naurouze permettait de gagner Toulouse et de là, par la Garonne et ses affluents, l’ensemble des terres gasconnes27.

35Le flux de retour est constitué principalement par les produits des grands ateliers de céramique sigillée du Sud du Massif central, notamment ceux de La Graufesenque, actuel quartier de Millau (Aveyron).

36Ces échanges, on le voit, sont fluviaux et maritimes et n’intéressent que la Méditerranée. Est-ce à dire que rien ne passe par l’ouest ? De ce côté, les choses sont moins brillantes, mais il faut signaler que les chercheurs de l’université de Santander ont mis en évidence un trafic de céramique sigillée, originaire cette fois de Montans (Tarn) qui, par le Tarn puis la Garonne, parvient à Bordeaux d’où elle repart ensuite, par l’océan, en direction des ports cantabres. Ce trafic est d’autant plus intéressant qu’il survit largement dans le iie et le iiie siècles, à un moment où, du côté méditerranéen, les relations que je viens d’exposer ont cessé d’exister.

37En effet, passé le milieu du ier siècle, les choses changent et l’on peut dire alors que le futur Béarn et le futur Aragon vont connaître des destins vraiment séparés. Outre celles que j’évoquais il y a un instant, les raisons de ce changement sont d’ordre économique et sont très simples. À ce moment, la vallée de l’Èbre crée dans la région de Tricio (à Nájera, La Rioja) sa propre production de céramique sigillée (la sigillée hispanique) et n’a donc plus à importer celle de la Gaule méridionale. Inversement, dans la seconde moitié du ier siècle, l’Aquitaine plante son vignoble et n’a donc plus besoin des produits catalans. D’ailleurs, elle est maintenant intégrée dans des circuits qui intéressent la façade atlantique et le nord de la Gaule jusque dans les régions rhénanes. Ces circuits – un peu l’arc atlantique de l’époque – touchent toujours la côte espagnole, au moins jusqu’en Cantabrie, mais sans atteindre l’intérieur. Est-ce à dire que les passages montagnards sont abandonnés aux seuls fonctionnaires et aux soldats ?

Relations locales : voyages et voyageurs

38On peut toujours imaginer que les rapports traditionnels entre vallées, souvent fondés sur des accords de pâturage, n’ont jamais cessé. Mais ce sont des liens qui ne laissent pas de traces. Pour apprécier les échanges encore existants entre les deux versants de la montagne, nous avons quelques documents, peu nombreux, mais qui attestent leur maintien. Il s’agit d’abord de vases et pots à cuire dont des modèles voisins se rencontrent çà et là au Pays Basque, des deux côtés de la frontière. On trouve aussi, entre les Pyrénées et l’Adour, de petites exportations de céramique sigillée hispanique, qui attestent que quelques convois de ces produits relativement fragiles empruntaient toujours les sentiers de montagne.

  • 28 CIL XIII, 612 et 414.
  • 29 Alfoldy (G.), Die römischen Inschriften von Tarraco, Berlin, 1975, no 401 ; CIL II, 3876.

39Plus instructifs sont quelques documents épigraphiques qui mentionnent des voyageurs, tel ce citoyen de Bilbilis (près de Calatayud), décédé à Bordeaux ou encore cet habitant de Pampelune, mort à Dax28. En Aquitaine, ces déplacements sont illustrés occasionnellement par des trouvailles monétaires de divisions de cuivre que frappent, dans les premières décennies du ier siècle de notre ère, certaines cités de la vallée de l’Ebre. À l’inverse, on connaît deux Dacquois, partis sans doute pour affaires ou pour chercher fortune dans les ports de la riche province de Tarraconaise, l’un à Tarragone, précisément, la puissante capitale de la province, et l’autre à Sagonte non loin de Valence29.

40Au total c’est assez peu, et, à bien des égards, tout tend à montrer que les provinces se tournent le dos. Autant que les évolutions économiques, la création même des provinces a contribué à cet isolement : deux ultimes exemples suffiront à le confirmer.

  1. La circulation de la monnaie impériale de bronze, d’abord, montre très bien comment l’Aquitaine et la vallée de l’Èbre regardent chacune pour leur part, et indépendamment l’une de l’autre, vers l’Italie. C’est dans la première moitié du iiie siècle que l’on peut le mieux observé ce phénomène. En effet, à cette époque l’atelier impérial de Rome n’envoie plus vers l’Occident que des quantités relativement limitées de numéraire frais. Or, si ce numéraire atteint (par la voie maritime) la péninsule Ibérique, l’Aquitaine ne le reçoit pas ou le reçoit seulement en quantités très faibles par Narbonne et Toulouse. Inversement, on voit bien que les monnaies de l’atelier ouvert à Cologne en 256 pour alimenter en numéraire d’argent une partie de l’Occident romain, n’arrivent pas à concurrencer les produits de l’atelier de Rome dans le Nord de la péninsule Ibérique, y compris dans la zone catalane, traditionnellement ouverte aux relations avec la Gaule30 (fig. 1 et 2).
  2. Le domaine culturel suggère d’autres éléments de réflexion, que je limiterai ici à un seul cas, mais qui me paraît assez exemplaire, celui de la diffusion du christianisme. La nouvelle religion s’est assez largement répandue dans la péninsule Ibérique au cours du iiie siècle de notre ère, et assez tôt (vers 250) y existaient des communautés organisées. C’est ce que laissent supposer les remous suscités par la persécution de Dèce, ou les glorieux martyrs de Saragosse, sous Valérien, en 258 ou 259. Sans parler de la vigueur de la persécution de Dioclétien, au début du ive siècle, marquée par le sacrifice d’illustres victimes comme saint Vincent, toujours à Saragosse. Au même moment, il n’y a rien en Aquitaine, alors que la région aurait pu éventuellement être gagnée à la nouvelle foi par l’action de quelque missionnaire espagnol. Au contraire, la tradition rapporte que la première chrétienne de Bordeaux aurait été originaire de Trèves31.

41Concluons donc que, aux trois premiers siècles de notre ère, il n’y a pas d’axe Èbre-Garonne, pas même d’axe Èbre-Adour. Le Haut-Empire romain a, en quelque sorte, fait réexister les Pyrénées. Il faut vraiment attendre les transformations du ive siècle pour voir de nouveau s’intensifier les relations entre les deux versants de la chaîne.

– Fig. 1. Circulation du monnayage de bronze en Méditerranée occidentale au milieu du iiie siècle, à travers l’exemple des trésors monétaires (courbe et données statistiques). –

– Fig. 2. La part de l’atelier de Cologne dans six trésors occidentaux de monnaies d’argent datés de vers 261 (courbe et données statistiques). –

Nouvelles relations ?

42Ce qu’il importe de remarquer avant tout, c’est que ces relations retrouvées sont le résultat d’une série de réformes administratives que l’État romain a mises en place pour ses besoins, réformes dans lesquelles les habitants des régions concernées n’ont joué aucun rôle actif.

La révolution du ive siècle

43Au sortir de la grande crise militaire et politique qui avait dramatiquement affecté et meurtri l’Empire dans la seconde moitié du iiie siècle, il fallait reconstituer les structures de l’État, notamment dans le domaine administratif. C’est la tâche à laquelle se sont attelés successivement Dioclétien, d’abord, entre 293 et 305, Constantin, ensuite, entre 313 et 337, puis ses fils, vers 340. Il est sorti de ces réformes des nouveautés dont certaines, reprises plus tard par l’administration ecclésiastique chrétienne, sont parvenues presque intactes jusqu’à notre époque.

Réorganisation des cités

44Le phénomène a touché à la fois la vallée de l’Èbre et l’Aquitaine. L’ancienne grande province de Tarraconaise a été démembrée et la division l’a réduite aux actuels territoires de Catalogne, Aragon, Navarre et Provinces basques. Au nord des Pyrénées, l’Aquitaine du Haut-Empire, étendue jusqu’à la Loire, a laissé la place à trois provinces nouvelles et parmi elles, au sud de la Garonne, la province des Neuf Peuples, devenue plus tard (vers la fin du ive siècle) la Novempopulanie. C’est alors sans doute que sont devenues capitales de cité (et de futurs diocèses ecclésiastiques) Oloron et Lescar, promues grâce à leur situation sur une route importante.

Réorganisation inter-provinciale

45Au-dessus des provinces, les réformes successives ont établi des unités plus vastes, les diocèses, et encore au-dessus des diocèses, de grandes circonscriptions administratives, les préfectures. Au milieu du ive siècle, la préfecture d’Occident couvre un immense domaine territorial qui va du mur d’Hadrien, en Grande-Bretagne et des bouches du Rhin, jusqu’au plateau marocain. À l’intérieur, trois des quatre diocèses créés par Dioclétien, unissent la Gaule et la péninsule Ibérique. Les anciennes grandes capitales, Lyon pour les Gaules, Tarragone pour l’Espagne du nord et de l’est, ont été déclassées au profit de Trèves sur la Moselle, siège du Préfet, mais souvent aussi, au ive siècle, résidence impériale, de Bordeaux, et de Mérida, en Extremadure. Ces villes ont reçu une autorité renforcée, soutenue au moins par la présence de bureaux et de fonctionnaires devenus soudain très nombreux. Mais ce déplacement a aussi modifié les directions du trafic administratif car le mouvement intense de nouvelles et de courriers, qui contribuent à l’animation des routes, donne maintenant la première place aux liaisons de direction méridienne, favorisant le réseau aquitain et le réseau hispanique de la moitié occidentale de la péninsule. C’est probablement là qu’il faut chercher la raison pour laquelle ils paraissent privilégiés dans les documents du ive siècle, la Table de Peutinger et surtout l’Itinéraire d’Antonin, dont l’étape ultime de fabrication se place précisément vers 360. De cette importante nouvelle témoigne aussi la diffusion des produits de l’atelier monétaire de Trèves, assez largement présents jusque dans l’extrême Ouest hispanique.

Axes et trafics

46La perte du segment occidental de la Table de Peutinger fait que la totalité des informations qui nous ont été transmises proviennent des listes de l'Itinéraire d’Antonin. C’est par lui qu’on apprend qu’une route conduit “d’Espagne en Aquitaine”, puis “d’Aquitaine dans les Gaules”, c’est-à-dire que se trouvent désignés par-là les trois diocèses dont il a été question : Espagne(s), Aquitaine et Gaules. Cette route part d’Asturica Augusta/Astorga (où aboutit celle qui vient d’Emerita Augusta/Mérida), suit la vallée de l’Èbre avant de s’engager, comme on l’a déjà dit, vers Pampelune pour passer la montagne au col de Lepoeder. Au-delà, vers le nord, elle atteint Dax, dont le rôle de carrefour s’est trouvé grandi, puis, par la route de la côte, Bordeaux, capitale du diocèse d’Aquitaine, terminus de cette partie de l’itinéraire, mais tête d’une nouvelle liaison en direction “des Gaules”.

47L’activité de cette liaison est attestée par un dossier illustre, celui du clerc schismatique espagnol Priscillien. À la fin du ive siècle, ce personnage, propagateur d’idées jugées contraires à la saine doctrine fit l’objet de poursuites ecclésiastiques qui le conduisirent dans divers lieux. L’intérêt de suivre les pérégrinations de ce personnage (qui avait fait lui-même appel à la juridiction civile et qui eut des raisons de s’en repentir), c’est qu’il nous mène sur les routes les plus fréquentées du temps. Il est passé à Bordeaux où il fut entendu par le vicaire du diocèse d’Aquitaine, il est passé par Éauze pour se rendre à Toulouse, puis à Rome, avant de se retrouver à Trèves où devait tragiquement s’achever son histoire.

  • 32 Rappelons que malgré le texte de l’inscription de Siresa daté du règne de Maxime, entre 383 et 388 (...)
  • 33 CIL XIII, 8894 = XVII, 311, cité note 8.

48Un autre itinéraire a repris de l’importance au ive siècle, au moins à la belle saison, car, le reste du temps, on effectue le détour par Pampelune, c’est celui qui, de Saragosse, l’autre grand carrefour routier de la péninsule, rejoint l’Aquitaine par la vallée d’Aspe32. Saragosse, jusque-là tournée vers la Méditerranée, a reçu des transformations administratives du ive siècle, une orientation plus terrienne qui explique ce regain d’intérêt. L’activité de cette route est signalée à la fois par la borne milliaire “du Somport33” et par la promotion d’Oloron et de Lescar comme capitales de cités. De Lescar, on descend sur Dax, puis sur Bordeaux. Les lettres d’Ausone ou les déplacements des évêques nous renseignent fugitivement sur l’animation que connaissent alors les routes d’Espagne et d’Aquitaine, avant qu’elles ne soient parcourues par les courses barbares.

Le destin des relations Aquitaine-Aragon

  • 34 Delaplace (Chr.) et France (J.), Histoire des Gaules ( vie siècle av. J.-C. - vie siècle ap. J.-C. (...)

49Même si les invasions barbares ne sont plus considérées aujourd’hui comme le simple déferlement d’un flot dévastateur, mais comme le résultat de la situation politique et militaire de l’Empire, à la fois complexe et fragile34, il n’en reste pas moins quelles ont été à l’origine du processus qui, en quelques décennies, a conduit à la disparition des structures de l’État romain en Occident. Pourtant, après les drames et les incertitudes du début du ve siècle, les routes ont connu une nouvelle fréquentation, notamment parce que le domaine que nous étudions était finalement tombé tout entier sous la domination des Wisigoths. C’est seulement peu à peu, après la défaite de ces derniers devant Clovis, à Vouillé (Vienne), en 507, après les mouvements des Gascons (notamment dans la seconde moitié du vie siècle), puis, surtout après 711, avec les invasions arabes dans la péninsule, que les Pyrénées occidentales se ferment de nouveau aux échanges.

  • 35 Il s’agit là de deux dossiers difficiles sur lesquels on discute toujours et on discutera longtemp (...)

50Abandonnées, les routes ne sont pas oubliées cependant c’est sur les anciennes voies romaines, et notamment sur celle qui conduisait de Pampelune à Bordeaux qu’Abder-Rahman, au viiie siècle, lance ses raids sur l’Aquitaine. Observons cependant que, entre Dax et Bordeaux, la route côtière, peut-être encore privilégiée à l’époque wisigothique (s’il y avait alors un évêque des Boiens, et s’il faut donner quelque crédit à la légende de saint Galactoire35) s’efface définitivement devant la route “directe”, notre future R.N. 10. C’est en tout cas celle-ci qui va porter l’équipée carolingienne de 778.

  • 36 Ce qui paraît bien prouver que la route romaine y passait déjà. La tradition érudite qui fait de S (...)

51L’affaire est bien connue : au retour de l’expédition lancée sur Saragosse par Charlemagne, l’arrière-garde a été anéantie par des montagnards vascons dans la montée au col de Lepoeder. De ce désastre est née la Chanson de Roland qui a su transformer en héros d’épopée les acteurs malheureux de ce drame. La suite, c’est le retour avec les dépouilles des preux que l’on enterre à quelques-unes des étapes principales de la route : à Dax (Saint-Vincent-de-Xaintes), à Belin36, pas à Bordeaux (mais l’olifant de Roland est déposé sur l’autel de saint Seurin) et à Blaye (Roland, Olivier et Turpin).

52C’est la dernière apparition (pour nous) de la route Saragosse-Bordeaux. La route d’Espagne va mettre un siècle à se rouvrir. Mais ce spectaculaire réveil intéresse maintenant la Galice et le tombeau de saint Jacques à Compostelle. On passe toujours par Dax et Pampelune, et l’on emprunte toujours, à quelques détails près, l’ancienne voie romaine vers Astorga et le Nord-Ouest, mais la signification de la route a changé : la route de l’ordre impérial romain et des fonctionnaires est devenue celle des artistes et des pèlerins, celle de l’art et de la foi.

Notes

1 Pour l’essentiel, il s’agit de César, Guerre des Gaules, I, 1, et III, 11 et 20-27, de Strabon, Géographie, IV, 1, 1 et IV, 2, 1, et de Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, IV, 108 (voir ci-dessous, note 2).

2 Strabon, IV, 2, 1. la localisation de ces peuples, casse-tête pour les chercheurs puisque la tradition manuscrite n’est pas sûre, a donné (et continue de donner) lieu aux élucubrations les plus fantaisistes. On doit beaucoup à P.-M. Duval qui a, sur cette délicate question, apporté des éléments de compréhension décisifs, sinon définitifs, dans l'importante contribution qu’il a donnée, en 1955, à la Revue de Philologie (“Les peuples de l’Aquitaine” d’après la liste de Pline, p. 214-227).
Il vaut sans doute la peine de présenter dans son entier le passage qui donne les noms de ces peuples. Je fais suivre d’un point d’interrogation ceux qui ne sont pas assurés ou dont la localisation est incertaine ou inconnue :
“Les peuples de la province d’Aquitanique sont les Ambilatri ( ?), les Anagnutes, les Pictons, les Santons, qui sont libres, les Bituriges surnommes Vivisques, qui sont libres”.
“(Viennent ensuite) les [vrais] Aquitains, dont la province tire son nom. Et ces Aquitains [sont] (= latin sed hi [sunt]) les Boiates (pays de Buch), les Convènes (Comminges) récemment réunis dans un oppidum, les Bigerri (Bigorre), les Tarbelles Quattuorsignani, les Cocosates Sexsignani, les Venami (Béarnais), les Onobrisates ( ?), les Belendi. (Ensuite, il y a) la montagne boisée des Pyrénées, au pied de laquelle (infra quem) se trouvent les Onesii ( ?), les Oscidates Montani (vallée d’Ossau ?), les Sybillates (de la Soule), les Camponi ( ?), les Bercorates ( ?), les Pimpedunni ( ?), les Lassunni ( ?), les Vellates ( ?), les Toruates ( ?), les Consoranni (Couserans), les Ausques (Auch), les Elusates (Éauze), les Sotiates (Sos), les Oscidates Campestres (canton d’Houeillès), les Succasses ( ?), les Latusates (les Lactorates, pour certains commentateurs, mais sans doute plutôt les Tarusates de César), les Basaboiates, les Vassei ( ?), les Sennates ( ?), les Cambolectri Agessinates ( ?)”.
“Par ailleurs, voisins des Pictons, (on trouve) les Bituriges libres qu’on appelle Cubes, puis les Lémovices, les Arvernes, qui sont libres, les Vellaves (Velay), qui sont libres, les Gabales (Gévaudan). Du côté de la province de Narbonnaise, dont ils sont limitrophes, il y a les Rutènes (Rouergue), puis les Cadurques, les Nitiobroges (Agenais) – qui sont aussi séparés des Toulousains par le Tarn – et les Pétrocores”.
N.B. : Je donne les noms tels qu’ils apparaissent dans l’édition de Mayhoff (Teubner, 1906), parce que c’est encore aujourd’hui (pour le livre IV) la seule édition scientifique disponible.

3 A. Coffyn en a relevé environ 530. Voir “Recherches sur les Aquitains”, dans Hommage à Robert Étienne, Bordeaux, 1988, p. 41-61, REA, LXXXVIII, 1986.

4 Guerre des Gaules, III, 23, 3-5.

5 Jullian (C), Histoire de la Gaule, I, Paris, 1914, p. 50-53 ; Lambert (E.), “Les routes des Pyrénées-Atlantiques et leur emploi au cours des âges”, dans Pirineos, VII, 1951, p. 335-382 ; Étienne (R.), “Les passages transpyrénéens dans l’Antiquité. Leur histoire jusqu’en 25 avant Jésus-Christ”, dans Annales du Midi, LXVII, 1955, p. 295-312. En passant par l’Aquitaine, Bordeaux, 1995, p. 125-146 ; Dupré (N.), “La vallée de l’Ebre et les routes transpyrénéennes antiques”, dans Actes du colloque : “Les voies anciennes en Gaule et dans le monde romain occidental”, Paris, E.N.S., 1982, Caesarodunum, XVIII, 1983, p. 393-409 ; Bost (J.-E), “P Crassum... in Aquitaniam proficisci iubet” : Les chemins de Crassus en 56 avant Jésus-Christ, dans Hommage à Robert Étienne, Bordeaux, 1988, p. 21-39 - REA, LXXXVIII, 1986.

6 Auguste, “La Gaule et les routes de l’Aquitaine : la voie ‘directe’ de Dax à Bordeaux”, dans Bull. Soc. de Borda, 410, 1988, p. 13-20, p. 17-18.

7 Blot (J.), “Les vestiges protohistoriques de la voie romaine des ports de Cize”, dans Bull, du Musée basque, 80, 1978, p. 53-88.

8 CIL XIII, 407 ; CIL XIII, 8894 = CIL XVII, 311.

9 Une variante de cet itinéraire franchit la chaîne aupuerto de(l) Palo ou col de Pau, qui relie le val d’Hecho à la vallée d’Aspe par Lescun (A. Beltrán, El puerto del Palo y la via romana que lo atraviesa, dans Caesaraugusta, 6, 1955, p. 127-140). Que ce passage ait été utilisé dans l’antiquité n’est pas douteux. Mais l’existence à l’époque romaine d’une véritable route qui serait prouvée par l’inscription de la fin du ive siècle ap. J.-C. conservée aujourd’hui dans la cathédrale de Siresa [CIL, II 4911 - AE 1960, 158], qui la qualifie de via famosa, est contestée pour plusieurs raisons. D’abord, rien ne dit que cette plaque est d’origine locale, ensuite, la facture romaine des ponts et de la chaussée de la route dans la vallée du rio Aragon Subordan semble plutôt postérieure à l’Antiquité, et, enfin, le relief à très forte pente du côté français interdit de placer dans la descente vers le plateau de Lhers et vers Lescun une chaussée carrossable. Voir la discussion ouverte par Chr. Rico, Pyrénées romaines. Essai sur un pays de frontière ( iiie siècle ap. J.-C. ive siècle ap. J.-C.), Madrid, 1997, p. 208-212.

10 Nony (D.), Corpus des trésors monétaires antiques de la France, VI, Aquitaine, p. 83, no 1. La trouvaille aurait compté environ 1750 pièces, dont 1375 furent examinées avant d’être dispersées. En dernier lieu, J.-J. Barahona, “Le trésor de Barcus et les monnaies des Sekobirikes”, dans De Bayonne à Saint-Jean-Pied-de-Port, Actes du XLIIIe congrès d’études régionales de la Fédération historique du Sud-Ouest, Bordeaux, 1993, p. 9-16.

11 Goudineau (Chr.), “Les provinces de Gaule. Problèmes d’histoire et de géographie”, dans Mélanges Pierre Lévêque, V, 1990, p. 161-176. Voir aussi César et la Gaule, Paris, 1990, p. 82-83.

12 Élégies, I, 7. Familier et protégé de M. Valerius Messalla Corvinus, Tibulle avait suivi celui-ci en Aquitaine. Après le triomphe que le vainqueur obtint de célébrer en 27, le poète immortalisa les exploits de son héros dans une pièce où l’on peut lire les vers suivants : “Ce jour a été annoncé par le chant des Parques qui ourdissent les fils des destinées, qu’aucun dieu ne peut rompre, ce jour qui devait mettre en déroute les peuples de l’Aquitaine et faire trembler l’Adour vaincu par un vaillant soldat. Le miracle est accompli : le peuple romain a vu un nouveau triomphe et les bras enchaînés des chefs captifs ; et toi, Messalla, couvert des lauriers de la victoire, tu étais porté par un char d’ivoire aux chevaux éclatants. J’étais avec toi quand tu méritas cet honneur : les Pyrénées des Tarbelles et l’Océan des Santons en ont été les témoins”.

13 Roddaz (J.-M.), Marcus Agrippa, Rome, 1984, p. 402-410.

14 Tobie (J.-L.), “La tour d’Urkulu”. Bilan provisoire des campagnes archéologiques de 1989 et 1990, dans De Bayonne à Saint-Jean-Pied-de-Port, Actes du XLIIIe congrès d’études régionales de la Fédération historique du Sud-Ouest, Bordeaux, 1993, p. 17-31.

15 Unité à laquelle on donna Saintes pour capitale. Discussion dans Maurin (L.), Saintes antique, Saintes, 1978, p. 132. La liste des peuples intégrés dans la nouvelle province est connue par la liste de Pline. On sait maintenant que ce dernier a utilisé, pour son classement, à la fois des données récentes, celles de la réforme provinciale de 16-13 av. J.-C. (puisque la liste présente les peuples de l'Aquitanique), et des données de l’époque de l’indépendance (un inventaire par tribus), auxquelles s’ajoutent parfois des modifications intermédiaires. Duval (P.-M.) a reconstitué l’ordre suivi par le naturaliste. Celui-ci commence par citer les tribus les plus proches de la côte atlantique, en descendant depuis la Loire. Arrivé chez les Bituriges Vivisques, qui sont à cheval sur l’estuaire de la Gironde, il passe sur la rive gauche de la Garonne pour inventorier les “vrais” Aquitains, ceux de l’époque de César, puis revient à son point de départ (le Poitou) pour nommer ceux qui sont pour lui les peuples de l’Aquitaine orientale. Voir ci-dessus, note 2.

16 “Guerres civiles et romanisation dans la vallée de l’Èbre”, dans Hommage à Robert Étienne, p. 317-338.

17 C’est donc aussi dans la politique qu’il faut chercher quelques-unes des raisons qui ont fait exister les ateliers monétaires, particulièrement nombreux et actifs dans cette partie de la péninsule entre les règnes d’Auguste et de Caligula, en gros, entre 20 av. J.-C. et 40 ap. J.-C. Voir Bost (J.-P.), “Routes, cités et ateliers monétaires. Quelques remarques sur les officines hispaniques, entre les règnes d’Auguste et de Caligula”, dans Rutas, ciudadesy moneda en Hispania. Actas del Il EpNA, (Oporto, 1998), (Anejos AEArq., XX, p. 11-26), Madrid, 1999.

18 Maurin (L.), Les Basaboiates, dans Langon-Sautemais-Cemès, Actes du XXIIe congrès de la Fédération historique du Sud-Ouest, Langon, 1970, Périgueux, 1973, p. 1-15, a proposé une liste qui, même si tout n’est pas assuré, semble in Animent vraisemblable et à laquelle je me suis rallié : voir J.-P. Bost, “Spécificité des villes et effets de l’urbanisation dans l’Aquitaine augustéenne”, dans Villes et campagnes dans l'Empire romain. Actes du colloque organisé à Aix-en-Provence par l’U.E.R d’Histoire, les 16 et 17 mai 1980, par P.-A Février et Ph. Leveau, Aix-en-Provence, 1982, p. 61-76 ; Id. “L’héritage de l’Antiquité”, dans Aquitaine, 2000 ans d’Histoire, A-M. Cocula, dir., Bordeaux, éd. Sud-Ouest, 2000, p. 19-45. Les neuf cités sont, du nord au sud, celles des Boiates (pays de Buch et Born), des Élusates (Éauze), des Lactorates (Lectoure), des Auscii (Auch), des Bigerri (Tarbes), des Aturenses (Aire-sur-l’Adour), des Aquenses (Dax), des Convènes (Saint-Bertrand-de-Comminges) et des Consoranni (Saint-Lizier). Parmi les opinions contraires, voir, en dernier lieu, Chr. Rico, Pyrénées romaines, p. 184-189.

19 Cela ressort de la dénomination de Neuf Peuples qui apparaît dans le texte de l’inscription d’Hasparren (CIL XIII, 412), voir J.-P. Bost et G. Fabre, “Aux origines de la province de Novempopulanie : nouvel examen de l’inscription d’Hasparren”, dans Aquitania, VI, 1988, p. 167-178. Les propositions de L. Maurin sur le centre politico-religieux éventuel de Saint-Bertrand-de-Comminges ont été combattues par A. Chastagnol (“L’organisation du culte impérial dans la cité à la lumière des inscriptions de Rennes”, dans La civilisation des “Riedones”, 9e supplément à Archéologie en Bretagne, Brest, 1980, p. 187-199 ; La Gaule romaine et le droit latin, Lyon, 1995, p. 29-35), et, récemment, par W. Van Andringa, “Prêtrises et cités dans les Trois Gaules et les Germanics au Haut-Empire”, dans Cités, Municipes, Colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, M. Dondin-Payre et M.-Th. Raepsaet-Charlier, éd., Paris, 1999, p. 425-446, p. 428). Mais la question d’un centre de rassemblement pour les cités de l’Aquitaine méridionale ne me paraît pas réglée pour autant. C’est ce qui ressort des prudentes remarques de R. Sablayrolles, dans A. Badie, R Sablayrolles, J.-L. Schenck, Saint-Bertrand-de-Comminges. Le temple du forum et le monument à enceinte circulaire, Toulouse, 1994, p. 111-113, suivi par Chr. Rico, Pyrénées romaines, p. 192.

20 Il y eut, d’ailleurs aussi des créations ex nihilo, dont témoigne par exemple en Aquitaine la route “directe” tirée de Dax à Bordeaux, ancêtre de notre actuelle RN. 10.

21 La documentation (en particulier la documentation épigraphique) montre clairement qu’il existe un ensemble “des Espagnes” et un ensemble “des Trois Gaules”. Ce dernier, d’ailleurs, dispose (ce qu'on ne voit pas dans les provinces hispaniques) d’une organisation fédérale qui a son siège à Lyon.

22 Deux importants textes de Bordeaux (CIL XIII, 634 et ILTG 141) en rendent compte. Voir R. Étienne, Bordeaux antique, Bordeaux, 1962, p. 138 et 143 ; Fr. Braemer, “Contribution à l’étude des relations entre le monde méditerranéen et les îles Britanniques dans l’Antiquité”, dans Océan Atlantique et péninsule Armoricaine, 107e Congrès National des Sociétés Savantes, Brest, 1982, Archéologie et Histoire de l’art, Paris, 1985, p. 51-84 ; A. Chastagnol, “Une firme de commerce maritime entre l’île de Bretagne et le continent gaulois à l’époque des Sévères”, dans ZPE, 43, 1981, p. 63-66. La découverte récente d’exportation jusqu’en Aquitaine et en Cantabrie de céramique produite dans le Dorset, dont les résultats sont encore inédits, vient corroborer les témoignages épigraphiques. Voir cependant sur le sujet la synthèse (désormais ancienne) de M. Tuffreau-Libre, La céramique en Gaule romaine, Paris, 1992.

23 Pour la Gaule, voir désormais J. France, Quadragesima Galliarum. L’organisation douanière des provinces alpestres, gauloises et germaniques de l’Empire romain ( ier siècle avant J.-C.- iiie siècle après J.-C.), Rome, 2001, Coll, de l’École française de Rome, no 278.

24 Annales, I, IV, 1. Plus généralement, la province regarde vers Rome, d’où ne viennent pas que des ordres, mais aussi les modèles culturels, depuis les cartons des ateliers de peinture murale jusqu’à la mode des coiffures, en passant par les techniques de construction et les décors de l’architecture.

25 Exemplaire est, de ce point de vue, la mésaventure de Corbulon en 47 que rapporte Tacite (Annales, XI, 19-20 ; Dion Cassius, Histoire romaine, LX, 30) ; voir aussi le différend très significatif qui, en 58, oppose à Pompeius Paulinus, légat consulaire de Germanie Inférieure, son collègue Aelius Gracilis, légat de Gaule Belgique (Tacite, Annales, XIII, 53).

26 Sur le col de Pau, voir note 9.

27 On peut supposer que c’est aussi de cette manière qu’arrivent en Aquitaine les quelques parois fines de Bétique que l’on y a trouvées.

28 CIL XIII, 612 et 414.

29 Alfoldy (G.), Die römischen Inschriften von Tarraco, Berlin, 1975, no 401 ; CIL II, 3876.

30 Bost (J.-P), Campo (M.) et alii, L’épave Cabrera III (Majorque). “Échanges commerciaux et circuits monétaires au milieu du iiie siècle après J-C.”, Bordeaux, 1992, p. 112-113 ; Schaad (D.) (dir.), Le trésor d’Éauze. Bijoux et monnaies du iiie siècle après J.-C., Toulouse, 1992, p. 311-312.

31 Il s’agit de l’inscription de Domitia la Trévire (CIL XIII, 633), dont, à mon avis, le caractère chrétien est rien moins qu’assuré.

32 Rappelons que malgré le texte de l’inscription de Siresa daté du règne de Maxime, entre 383 et 388, on ne peut retenir l’idée d’une via famosa, route carrossable passant par le puerto de Palo ou col de Pau. Voir note 9.

33 CIL XIII, 8894 = XVII, 311, cité note 8.

34 Delaplace (Chr.) et France (J.), Histoire des Gaules ( vie siècle av. J.-C. - vie siècle ap. J.-C.), Paris, 1995, p. 121-128.

35 Il s’agit là de deux dossiers difficiles sur lesquels on discute toujours et on discutera longtemps. Le premier repose sur l’inscription funéraire découverte à Andernos (Gironde) dans les déblais d’une villa gallo-romaine, et conservée aujourd’hui au musée de la ville, qui parle d’un [... ] IDIUS, EPI[scopus/ec] CLES(iae) BOIO[rum]. On ne sait pas dire actuellement s’il faut ajouter à ce témoignage l’énigmatique plat d’argenterie (aujourd’hui perdu) mis au jour en 1729 à Risley Park dans le Derbyshire (Grande-Bretagne), à l’emplacement de l’ancienne abbaye bénédictine de Dale, dont le revers comporte l’inscription incisée : EXSVPERIVS EPISCOPVS ECLESIAE BOGlENSI DEDIT, suivie d’un chrisme. Etat du dossier et bibliographie dans M.-M. Gauthier, “La lanx de Risley Park et son inscription chrétienne de dédicace”, dans Bull, de la Soc. Nat. des Antiquaires de France, 1991, p. 79-82. La datation de ces textes est incertaine. Si l’absence de l’évêque de la cité des Boiens au concile d’Agde est réellement significative, il faut en déduire que l’évêché avait déjà disparu à cette date, et donc placer les deux inscriptions avant 506.
Saint Galactoire, selon la tradition, était évêque de Lescar. Il se serait soulevé, au début du vie siècle, contre la domination des Wisigoths et se serait avancé (à la rencontre de Clovis ?) à la tête d’une troupe armée, par Dax et la voie du littoral. Rattrapé à Mimizan par les Barbares, il y aurait été tué. Il est tout à fait probable que cet épisode a été fabriqué très postérieurement par les moines de l’abbaye de Saint-Sever, dont Mimizan était un prieuré, mais ce qui m’intéresse ici c’est que même inventé, et même s’il a été placé à dessein sur un itinéraire qui passait à proximité de celle-ci, l’événement prouve que le souvenir de la vieille route impériale n’était pas encore sorti de la mémoire collective.

36 Ce qui paraît bien prouver que la route romaine y passait déjà. La tradition érudite qui fait de Salles le Salomagus de l’Itinéraire d'Antonin me paraît devoir être révisée. D’abord parce que, du point de vue philologique, le premier ne peut pas dériver du second, ensuite, parce que les explorations aériennes récentes de Fr. Didierjean ont permis de repérer la voie antique dans le secteur de Belin. C’est peut-être à la source et à la chapelle de Mons qu’il conviendrait désormais de placer la “Clairière aux saules” où se trouvait le gîte d’étape.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8483/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende – Fig. 1. Circulation du monnayage de bronze en Méditerranée occidentale au milieu du iiie siècle, à travers l’exemple des trésors monétaires (courbe et données statistiques). –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8483/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende – Fig. 2. La part de l’atelier de Cologne dans six trésors occidentaux de monnaies d’argent datés de vers 261 (courbe et données statistiques). –
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8483/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540