Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

1. Routes et territoires de l’Aquitaine antique

Limousin et Aquitaine antique : épigraphie et itinéraires

Note de l’éditeur

TAL, Suppl. 1, 1990, p. 117-120.

Texte intégral

1Cette contribution, aux objectifs très modestes, se propose seulement d’indiquer quelle part l’épigraphie, c’est-à-dire l’étude des inscriptions, peut prendre dans la recherche des itinéraires antiques, comment elle peut aider à les reconnaître, ou au moins à localiser le passage de certains d’entre eux.

  • 1 It. Ant. 387,4 ; 453,4.
  • 2 J.-M. Desbordes, La chronologie des vieux itinéraires en Limousin : proposition d’une méthode, dan (...)

2Je parlerai d’itinéraires plutôt que de routes, parce que ce terme me semble recouvrir un champ plus vaste que l’autre : il suggère des horizons plus lointains, et par là invite à prendre en compte le rôle historique joué par les grandes voies de circulation. C’est un peu de cette façon que l’entend déjà le routier antique connu sous le nom d'Itinéraire d’Antonin lorsqu’il décrit le parcours des grandes voies impériales qui conduisent “d’Italie dans les Espagnes” ou “d’Espagne (Citérieure) en Aquitaine”1. C’est bien ainsi également que l'entendent les chercheurs qui, depuis une décennie, ont, par leurs travaux, renouvelé notre histoire régionale : J.-M. Desbordes et B. Barrière pour la “Diagonale d’Aquitaine” et la “Voie des métaux”, grandes pistes protohistoriques qui dessinent une croix de saint André à travers le Limousin, ou encore J. Clémens, qui a reconnu dans la “Peyrigne” et la “Ténarèze”, grandes méridiennes préromaines, les “axes structurants” de l’histoire de l’Agenais et de la Gascogne ; ces chercheurs ont ainsi montré que la route est l’un des points d’ancrage essentiels de l’histoire2.

  • 3 Par exemple, sur la voie d’Agrippa qui reliait Lyon à Saintes, la Table de Peutinger a retenu sept (...)
  • 4 Résumé commode et très utile de ces techniques dans P. Sillières, À la recherche des voies romaine (...)
  • 5 Je me contente ici de renvoyer aux nombreux articles que J.-M. Desbordes et les membres de son équ (...)

3Cela dit, la route est d’abord un tracé dont il faut avant tout localiser les différents points de passage. Sur ce plan, on n’est que médiocrement aidé par les sources antiques, qu’il s’agisse des sources littéraires ou des documents routiers, l 'Itinéraire d’Antonin, la Table de Peutinger, et, pour l’Aquitaine méridionale, l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem, qui créent plus de problèmes qu’ils ne contribuent à en résoudre. D’abord, ils ne livrent que de maigres tronçons de ce qu’était la trame viaire de la Gaule romaine ; de plus, les liaisons retenues apparaissent parfois illogiques, et souvent incertaines les distances portées entre les stations. Surtout, l’identification de celles-ci est encore à faire en grande partie, soit qu’on ne parvienne pas à déchiffrer les noms transmis par les manuscrits, soit que ceux-ci désignent des sites depuis longtemps disparus3 dont la dénomination n’a pas survécu. Il faut donc se tourner vers d’autres sources d’information. Depuis un siècle environ, l’ingéniosité des chercheurs a peu à peu créé tout un outillage méthodologique grâce auquel ont été réalisés de réels progrès : à des procédés déjà anciens d’investigation (cartes de l’époque moderne, cadastres, fonds d’archives, toponymie, récits hagiographiques) sont venues s’ajouter de nouvelles techniques, qui vont de l’enquête orale à la photographie aérienne4, en passant par l’étude du folklore, des traditions locales et de l'équipement riverain”5. Se complétant les unes les autres, ces méthodes ont rendu plus efficace l’indispensable prospection au sol.

— Inscriptions mentionnant des Vici ou des Vicani
1. Vieux-Poitiers (Vienne), RIG II, 1, p. 81. 2. Vendeuvre, Les Tours-Mirandes (Vienne), AE 1967, 303. 3. Vendoeuvres-en-Brenne (Indre), CIL XIII, 11151. 4. Issoudun (Indre), CIL XIII, 1351. 5. Flavigny (Cher), ILTG 169. 6. Argenton-sur-Creuse, AE, 633. 7. Néris-les-Bains (Allier), CIL XIII, 1374 ; cf. CIL XIII, 8922. 8. Le Mas-d’Agenais (Lot-et-Garonne), CIL XIII, 919. II. Inscriptions mentionnant des soldats 9. Vichy (Allier), CIL XIII, 1499. 10. Néris-les-Bains (Allier), CIL XIII, 1383. 11. Brioux-surBoutonne (Deux-Sèvres), CIL XIII, 1159. 12. Aulnay-de-Saintonge (Charente-Maritime), 3 textes, CIL XIII, 1121-1123. 13. Angoulême (Charente), ILTG 154. 14. Eysses, cne de Villeneuvesur-Lot (Lot-et-Garonne), 3 textes, CIL XI11, 922-924. III. Inscriptions mentionnant des civils 15. Vichy (Allier), CIL XIII, 1498 (Arlésien). 16. Ahun (Creuse), CIL XIII, 1428 (Lyonnais). 17. Dompierre-les-Églises (Haute-Vienne), ILTG 159 (Namnète = Nantes). 18. Brioux-sur-Boutonne (Deux-Sèvres), CIL XIII, 1159 (Arlésien). 19. Barzan (CharenteMaritime), ILTG 153 (Espagnol de Tarraconaise). 20. Solignac (Haute-Vienne), CIL XIII, 1451 (étranger d’origine inconnue). 21. Brive-la-Gaillarde (Corrèze), CIL XIII, 1453 (peut-être Pétrucore = Périgueux). 22. Laplume (Lot-et-Garonne), CIL XIII, 920 (magistrat de Dax).

4À cette approche, de plus en plus complexe et précise, l’épigraphie peut apporter une aide, relativement modeste – puisque limitée par le nombre même des documents – mais appréciable par les renseignements qu’ils procurent, à la fois pour localiser le passage d’une route et pour dater celle-ci.

  • 6 On ne trouvera pas dans la liste qui accompagne la carte illustrant cet article les noms tirés de (...)
  • 7 J’appelle voyageur un personnage que sa profession (fonctionnaire, marchand, soldat...), ses inten (...)

5Les textes utilisables se répartissent en gros en trois catégories, très inégalement représentées : les bornes, les inscriptions citant les noms de bourgades ou agglomérations : les vici6, et enfin celles qui mentionnent des voyageurs7.

  • 8 C’est le cas lorsqu’il s’agit de carrefours importants ; voir A. Grenier, Manuel d'archéologie gal (...)
  • 9 It. Ant. 356, 2-5 ; 359-363. Ammien, XVI, XII, 8 ; Jordanès, Getica, XXXVI, 192.
  • 10 P. Sillières, À la recherche des voies romaines..., p. 136.
  • 11 Je renvoie là encore aux nombreuses publications de J.-M. Desbordes et de son équipe.
  • 12 CIL XVII, 2, Berlin, 1986.
  • 13 C’est ainsi que le milliaire de Civaux (CIL XVII, 377) ne désigne pas un axe Poitiers-Clermont ; i (...)
  • 14 Grenier, Manuel... 2, 1, p. 63-66. Exemple possible d’un déplacement important (45 km) en Berry, d (...)
  • 15 C’est pour cette raison que, malgré R. Gounot, Archéologie gallo-romaine en Haute-Loire, Le Puy-en (...)
  • 16 Ainsi le milliaire de Chasseneuil-sur-Bonnieure (CLL XVII, 357a), dont l’authenticité est contesté (...)

6Très différentes dans leur aspect (cylindre de pierre plus ou moins haut, dont le pied est une base carrée qui se fichait dans le sol) de nos modernes bornes kilométriques, mais proches en revanche dans leur forme, et par le contenu de leur inscription, des bornages espagnols d’aujourd’hui, les bornes, milliaires ou leugaires, portaient – normalement – une indication de distance [au chef-lieu de la cité, plus rarement aux fines (frontières) de celle-ci ou encore8 à quelque vicus important] exprimée en milles romains (de 1485 m environ) ou en lieues d’un mille et demi9. Elles jalonnaient les grandes routes, voies publiques de première catégorie, dites aussi viae militares, formule qui traduisait leur rôle administratif autant que militaire au sens strict, car c’étaient-elles qu’empruntait la poste officielle, le cursus publicus. Ce sont ces routes construites, à la structure épaisse renforcée sur les côtés10, que désignent nous actuelle estrade, chaussade/caussade ou chemin ferré11. Là plus qu’ailleurs se pressaient relais et stations. Le lien entre le bornage et la grande route paraît si évident que G. Walser, le récent éditeur12 du corpus des milliaires des Gaules et des Germanies, n’a pas hésité (bien que ce ne soit pas de la plus grande commodité pour le lecteur) à classer ceux-ci par itinéraire. Observons toutefois que les documents conservés ne sont pas très nombreux : 700 environ pour des provinces qui s’étendaient en longueur des bouches du Rhin aux Pyrénées, et pour un réseau qui comptait sûrement plusieurs milliers de kilomètres de voies de première catégorie. Ajoutons qu’un grand nombre des pierres connues n’existent plus aujourd’hui, que beaucoup sont gravement mutilées, ce qui en diminue l’intérêt, que bien d’autres ne portent plus d’inscription, celle-ci, peinte, s’étant effacée au cours des temps, et que, enfin, assez peu ont été découvertes en place13, les déplacements portant parfois sur des distances assez longues14, ce qui rend difficile leur attribution à un itinéraire précis15. Au total, en ne retenant que les témoignages à peu près sûrs ou ceux qui ouvrent une problématique nouvelle16, on parvient, pour les cités de la province romaine d’Aquitaine situées au nord de la Garonne, à une soixantaine d’exemplaires, dont une quinzaine environ pour les routes du Limousin.

  • 17 J’ai éliminé de la liste CLL XIII, 1449, de Rançon (Haute-Vienne) : les Andecamulenses qui ont con (...)

7Nous trouvons ensuite huit inscriptions mentionnant des vici, grosses bourgades rurales dont l’équipement urbain pouvait offrir dans certains cas un aspect monumental comparable à celui des chefs-lieux de cité, Ces inscriptions17 attestent par elles-mêmes le passage d’une route, même si – comme on le voit sur la carte – elles ne prennent pas toujours place (dans l’état actuel de nos connaissances) sur un itinéraire convenablement identifié.

  • 18 Voir note 7. Les pèlerins, fonctionnaires ou soldats et simples particuliers mis en scène dans ces (...)
  • 19 Par exemple BLAESIANUS, professeur de grammaire à Limoges, originaire de la cité des Bituriges Cub (...)
  • 20 Sur l’attraction de Bordeaux, représentée par une cinquantaine d’inscriptions, voir R. Étienne, Bo (...)
  • 21 Ainsi le no 13 de la carte, soldat à la retraite venu peut-être s’établir à Angoulême.
  • 22 Liste avec la carte illustrant cet article.
  • 23 Récit de la révolte et de sa conclusion dans Tacite, Annales, III, 40-46, qui explique que l’affai (...)
  • 24 Pour Aulnay, voir D. et F. Tassaux, Aulnay-de-Saintonge : un camp militaire augusto-dbérien en Aqu (...)
  • 25 CIL XIII, 1499, de Vichy.

8À ce nombre s’ajoute une série de 21 textes sur lesquels apparaissent des voyageurs18. Pour rendre plus significatives les informations qu’ils donnent, j’ai exclu de mon enquête les inscriptions provenant des chefs-lieux de cité du Haut-Empire. Dans les villes, en effet, il n’est pas possible de distinguer des gens établis à demeure19 ceux qui effectuent de simples déplacements et que la mort a surpris là par hasard. Par ailleurs, l’épigraphie urbaine met surtout en valeur l’attraction exercée par quelques grands centres comme Lyon ou Bordeaux20. Au contraire, et même s’il n’est pas impossible, évidemment, qu’ils puissent désigner des personnages installés à vie21, les textes ruraux me paraissent concerner plutôt des voyageurs. J’ai pu dresser ainsi une petite liste de quatorze textes intéressant huit civils et dix militaires22. Ces derniers, si l’on excepte l’anonyme du graffito d’Angoulême, retraité retourné peut-être au pays, offrent la particularité d’être tous décédés en service. Ceux de Néris, d’Aulnay et d’Eysses ont très certainement ou bien participé à la répression de la révolte de 21 ap. J.-C.23, ou bien fait partie des détachements qui, à cette occasion, avaient pris garnison dans des endroits stratégiques comme l’étaient les carrefours routiers24. Quant aux deux soldats membres de la XVIIe cohorte stationnée à Lyon “pour garder l’hôtel de la Monnaie”, comme le souligne l’une des inscriptions25, il faut les imaginer simplement décédés au cours d’une mission d’ordre administratif, en tout cas étrangère aux événements rapportés plus haut puisqu’on est alors très vraisemblablement sous le règne de Néron.

9Les civils identifiables, on l’a dit, grâce à la mention de leur origo (c’est-à-dire de leur cité d’origine), semblent bien presque tous être morts sur la route d’un voyage, parfois déjà loin de chez eux.

  • 26 Voir l’article cité note 16.
  • 27 G. Verynaud, Les origines de Châteauponsac, dans Trav. dArchéol. Lim., 3, 1982, p. 24-25.
  • 28 CIL XVII, 364.
  • 29 CIL XVII, 365.
  • 30 J. Perrier, Milliaire gallo-romain découvert à Lussac-les-Églises, dans B.S.A.H.L., CVII, 1980, p. (...)

10En conclusion, que retiendrons-nous de ces informations, à certains égards bien modestes ? Pour quelques grandes routes, comme Saintes-Poitiers-Tours, ou Poitiers-Bourges, mentionnées dans les itinéraires antiques, se confirme la qualité de voies de première catégorie. En Limousin, se détache d’abord un tronçon Limoges – Ahun sur lequel – et non plus à Saint-Goussaud – il convient désormais de chercher l’emplacement de la station de Praetorium. On voit aussi prendre forme la réalité d’une liaison Limoges-Saintes par la rive droite de la Vienne, réhabilitation d’.un tracé sur lequel J.-P. Clapham et J.-M. Desbordes ont tout récemment attiré de nouveau l’attention26, tandis que, si les milliaires de Châteauponsac27 et de la Bussière-Etable28 n’appartiennent pas à des voies nord-sud, se profile effectivement le tracé d’un axe est-ouest, doublet de la voie d'Agrippa, joignant Vichy, par Néris, Châteauponsac et Charroux ( ?) à la route Saintes-Poitiers. Vers le nord, les deux bornes de Saint-Léger-Magnazeix29 et de Lussac-les-Églises30, associées à la stèle de Dompierre-les-Églises (carte, no 17), désignent peut-être des repères sur une liaison Limoges-Tours, par Compreignac et Châteauponsac. Enfin il faut souligner combien, même peu nombreux, les textes épigraphiques mettent remarquablement en valeur, à Vichy, Néris, Brioux, Aulnay et Eysses, les grands carrefours routiers, confirmant ainsi la réalité d’un rôle historique dont le maintien jusqu’à nos jours du toponyme originel assure qu’il n’a jamais faibli.

Notes

1 It. Ant. 387,4 ; 453,4.

2 J.-M. Desbordes, La chronologie des vieux itinéraires en Limousin : proposition d’une méthode, dans Revue Archéologique du Centre de la France, no 71-72, 1979, p. 115-122 ; J.-M. Desbordes et B. Barrière, Vieux itinéraires en Limousin et Périgord, dans Flaran 2. L’homme et la route en Europe occidentale au Moyen Âge et aux temps modernes, Flaran, 1980, Auch, 1982, p. 231-240 ; J.-M. Desbordes, Un ancien itinéraire entre l’Armorique et la Méditerranée, dans Trav. dArchéoL Lim., 3, 1982, p. 15-22 ; J. Clémens, Aux origines d’une région historique : Ténarèze et Peyrigne en Agenais, dans Annales du Midi, 93, 1981, p. 83-90.

3 Par exemple, sur la voie d’Agrippa qui reliait Lyon à Saintes, la Table de Peutinger a retenu sept étapes de campagne sur le parcours qui va de l’Auvergne à la Saintonge. Trois seulement d’entre elles sont identifiées aujourd’hui (sur les raisons de ce maintien, voir plus bas, conclusion) : Ahun, Chassenon et Aulnay. Mais on ne sait dire si Ubrivum (si c’est le nom authentique) est à Pontgibaud ou plus au sud, si les Fines des Lémovices, vers l’est, sont à Voingt ou à Saint-Avit. On ignore où se trouve Praetorium, traditionnellement – et sans doute à tort – localisé à Saint-Goussaud (Creuse), et on ne peut affirmer que Germanicomagus est à Saint-Cybardeaux (Charente), plutôt qu’à La Terne (cne de Fouqueure, même département).

4 Résumé commode et très utile de ces techniques dans P. Sillières, À la recherche des voies romaines du Sud de l’Espagne : les différentes méthodes de prospection, dans Actualité de l’Antiquité. Actes du colloque organisé à l’Université de Toulouse-le-Mirail par la revue Pallas (décembre 1985), Paris, 1989, p. 129-138.

5 Je me contente ici de renvoyer aux nombreux articles que J.-M. Desbordes et les membres de son équipe publient sur ce sujet depuis plusieurs années. Cette recherche de l’équipement routier me paraît d’autant plus intéressante qu’elle fait revivre le paysage el l’environnement de la route : dans l’Antiquité, celle-ci était peuplée de bornes, d’auberges, de relais, de monuments funéraires isolés, parfois de cimetières, et aussi d’arbres et lieux consacrés, encombrés d’ex-voto, de chapelles ou de simples niches portant quelque icône. Beaucoup de ces endroits étaient placés sous l’invocation ou la protection de divinités (tel Mercure, à qui, au témoignage de César, H G VI, 17,1, les Gaulois “confèrent la protection des routes et des voyages” ; voir CIL XIII, 4549, milliaire de la Sarre portant une dédicace à ce dieu). Les saints “routiers” comme saint Martin, saint Pierre ou saint Étienne ont tout naturellement relayé dans la piété populaire les protecteurs indigènes peu à peu oubliés.

6 On ne trouvera pas dans la liste qui accompagne la carte illustrant cet article les noms tirés de l’épigraphie monétaire mérovingienne. Je me suis en effet volontairement limité ici aux documents datés de l’époque impériale (ier-ive s. ap. J-C.).

7 J’appelle voyageur un personnage que sa profession (fonctionnaire, marchand, soldat...), ses intentions (pèlerin) ou tout simplement son décès a immobilisé temporairement ou définitivement hors de sa cité ou loin de son lieu de service ou de sa garnison.

8 C’est le cas lorsqu’il s’agit de carrefours importants ; voir A. Grenier, Manuel d'archéologie gallo-romaine, 2, L’archéologie du sol, 1. Les routes, Paris, 1934 (rééd. 1985), p. 90-95.

9 It. Ant. 356, 2-5 ; 359-363. Ammien, XVI, XII, 8 ; Jordanès, Getica, XXXVI, 192.

10 P. Sillières, À la recherche des voies romaines..., p. 136.

11 Je renvoie là encore aux nombreuses publications de J.-M. Desbordes et de son équipe.

12 CIL XVII, 2, Berlin, 1986.

13 C’est ainsi que le milliaire de Civaux (CIL XVII, 377) ne désigne pas un axe Poitiers-Clermont ; il a été en effet transporté du tronçon Saint-Pierre-les Églises - Antigny de la voie de Poitiers à Bourges. Bien que l’on retrouve un peu cet inconvénient sur le segment Limoges-Ahun, je crois cependant que la proximité relative du passage de la voie par rapport au lieu de trouvaille des bornes prêche en faveur d’une attribution de celles-ci à celle-là.

14 Grenier, Manuel... 2, 1, p. 63-66. Exemple possible d’un déplacement important (45 km) en Berry, dans F. Jacques, Un nouveau milliaire biturige de Maximin, dans Gallia, 32, 1974, p. 284.

15 C’est pour cette raison que, malgré R. Gounot, Archéologie gallo-romaine en Haute-Loire, Le Puy-en-Velay, 1989, p. 33 (carte), j’ai renoncé à prendre en compte la plupart des milliaires de la voie d’Aquitaine par le sud, dans la traversée de l’actuel département de la Haute-Loire.

16 Ainsi le milliaire de Chasseneuil-sur-Bonnieure (CLL XVII, 357a), dont l’authenticité est contestée, comme l’est encore davantage celle de la borne de La Barre, cne de Veyrac (Haute-Vienne) qui n’est signalée que par Beaumesnil. Ces deux pierres prennent pourtant place sur un itinéraire que des travaux récents tendent à réhabiliter ; voir J.-P. Clapham et J.-M. Desbordes, Les itinéraires antiques de Limoges à Saintes : état des recherches, dans Trav. d’Archéol. Lim., 9, 1988, p 35-44.

17 J’ai éliminé de la liste CLL XIII, 1449, de Rançon (Haute-Vienne) : les Andecamulenses qui ont consacré un temple à Pluton sont plus probablement les membres d’un collège. Le fait que le mot vicani ne figure pas dans le texte me parait conforter cette proposition.

18 Voir note 7. Les pèlerins, fonctionnaires ou soldats et simples particuliers mis en scène dans ces inscriptions sont surtout des morts, car il s’agit presque uniquement d’épitaphes. C’est parce que l’usage veut que les gens se désignent par leur état civil (avec l’indication de leur cité d’origine) qu’il est possible de les isoler du reste des inscriptions funéraires.

19 Par exemple BLAESIANUS, professeur de grammaire à Limoges, originaire de la cité des Bituriges Cubes (= de Bourges) ; voir CIL XIII, 1393.

20 Sur l’attraction de Bordeaux, représentée par une cinquantaine d’inscriptions, voir R. Étienne, Bordeaux antique, Bordeaux, 1962, p. 139-144.

21 Ainsi le no 13 de la carte, soldat à la retraite venu peut-être s’établir à Angoulême.

22 Liste avec la carte illustrant cet article.

23 Récit de la révolte et de sa conclusion dans Tacite, Annales, III, 40-46, qui explique que l’affaire a été réglée par l’intervention du gouverneur militaire de Germanie Supérieure C. SILIUS, venu avec des détachements tirés des garnisons de son secteur. Les textes de Néris et d’Aulnay montrent que les soldats engagés dans cette opération furent pris dans deux légions au moins, la XIIIIa de Mayence et la IIa, cantonnée à Strasbourg depuis le début du règne de Tibère [CIL XIII, 1383 (Néris), 1121 et 1123 (Aulnay) pour la XIVe et 1122 pour la IIe],

24 Pour Aulnay, voir D. et F. Tassaux, Aulnay-de-Saintonge : un camp militaire augusto-dbérien en Aquitaine, 2e partie, dans Aquitania, 2, 1984, p. 146-155. Pour Eysses, J.-P. Bost, dans J. Clémens, Atlas historique des villes de France, Villeneuve-sur-Lot, C.N.R.S., 1985.

25 CIL XIII, 1499, de Vichy.

26 Voir l’article cité note 16.

27 G. Verynaud, Les origines de Châteauponsac, dans Trav. dArchéol. Lim., 3, 1982, p. 24-25.

28 CIL XVII, 364.

29 CIL XVII, 365.

30 J. Perrier, Milliaire gallo-romain découvert à Lussac-les-Églises, dans B.S.A.H.L., CVII, 1980, p. 231-232 (et CX, 1983, p. 209).

Table des illustrations

Légende — Inscriptions mentionnant des Vici ou des Vicani1. Vieux-Poitiers (Vienne), RIG II, 1, p. 81. 2. Vendeuvre, Les Tours-Mirandes (Vienne), AE 1967, 303. 3. Vendoeuvres-en-Brenne (Indre), CIL XIII, 11151. 4. Issoudun (Indre), CIL XIII, 1351. 5. Flavigny (Cher), ILTG 169. 6. Argenton-sur-Creuse, AE, 633. 7. Néris-les-Bains (Allier), CIL XIII, 1374 ; cf. CIL XIII, 8922. 8. Le Mas-d’Agenais (Lot-et-Garonne), CIL XIII, 919. II. Inscriptions mentionnant des soldats 9. Vichy (Allier), CIL XIII, 1499. 10. Néris-les-Bains (Allier), CIL XIII, 1383. 11. Brioux-surBoutonne (Deux-Sèvres), CIL XIII, 1159. 12. Aulnay-de-Saintonge (Charente-Maritime), 3 textes, CIL XIII, 1121-1123. 13. Angoulême (Charente), ILTG 154. 14. Eysses, cne de Villeneuvesur-Lot (Lot-et-Garonne), 3 textes, CIL XI11, 922-924. III. Inscriptions mentionnant des civils 15. Vichy (Allier), CIL XIII, 1498 (Arlésien). 16. Ahun (Creuse), CIL XIII, 1428 (Lyonnais). 17. Dompierre-les-Églises (Haute-Vienne), ILTG 159 (Namnète = Nantes). 18. Brioux-sur-Boutonne (Deux-Sèvres), CIL XIII, 1159 (Arlésien). 19. Barzan (CharenteMaritime), ILTG 153 (Espagnol de Tarraconaise). 20. Solignac (Haute-Vienne), CIL XIII, 1451 (étranger d’origine inconnue). 21. Brive-la-Gaillarde (Corrèze), CIL XIII, 1453 (peut-être Pétrucore = Périgueux). 22. Laplume (Lot-et-Garonne), CIL XIII, 920 (magistrat de Dax).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540