Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

1. Routes et territoires de l’Aquitaine antique

P. Crassum... in Aquitaniam proficisci iubet : les chemins de Crassus en 56 avant Jésus-Christ

Note de l’éditeur

Hommage à Robert Étienne, REA, 88, 1986, p. 21-39.

Texte intégral

  • 1 Références et commentaires dans C. Jullian, Histoire de la Gaule (= Jullian), II, p. 228-238 ; 452 (...)
  • 2 No 1049, Paris, 1963, p. 23, mais J. Carcopino disait déjà : “persuadé pour ma part que les excurs (...)
  • 3 Ed. Erasme, Paris 1965.
  • 4 La “petite”, celle que limite le cours de la Garonne selon César (BG I, 1, 2) et Strabon (IV, 2, 1 (...)
  • 5 Ed. Erasme, p. 183 et suiv., notes.

1On sait, au témoignage même du conquérant, que César trouva en Gaule un réseau de pistes suffisamment dense pour lui permettre des déplacements jugés parfois étonnamment rapides par les Gaulois eux-mêmes1. S’il est facile de se pénétrer de cette évidence, ce l’est beaucoup moins de connaître les chemins qu’empruntèrent les légions au cours des huit années de la guerre. “Scientifiquement, il n’est pas possible de reconstituer les itinéraires de César en Gaule” a écrit M. Rambaud en ouvrant le chapitre II du César, rapide mais suggestif, donné, il y a un peu plus de vingt ans, à la collection Que Sais-Je ?2. Pourtant il ne s’en est pas moins risqué à préciser le tracé de certains d’entre eux. C’est ainsi que, dans son édition du livre III du Bellum Gallicu3, il décrit en détail le parcours accompli, dans le printemps et l’été de 56, par Crassus le Jeune, parti à la conquête de l’Aquitaine4. Reporté sur une carte, le trajet qui nous est proposé mérite au moins quelques rectifications car il ne donne pas, avouons-Ie, entière satisfaction. Mais, afin de mieux comprendre les choses, faisons d’abord la route avec le grand latiniste (fig. 1)5.

  • 6 Saint-Clémentin, c. d’Argenton-Château, ar. de Bressuire (Deux-Sèvres) : c’est la localisation la (...)
  • 7 Ed. Erasme, p. 183, notes.
  • 8 Id., p. 185, n. 2.
  • 9 Id, p. 185, n. 4.
  • 10 Ed. Erasme, p. 187, n. 2, selon que l’oppidum des Sotiates est ou non à Sos même (c. de Mézin, ar. (...)
  • 11 BG III, 23, 1.
  • 12 Ed. Erasme, p. 190, notes.
  • 13 Id, p. 195-196, ad 25, 1 ; 198, n. 6.
  • 14 Id., p. 193, n. 2. La remarque indique que l’auteur avait sous les yeux la carte des “Voies romain (...)

2“P. Crassus et sa troupe, cantonnnés chez les Andes... ont dû, venant de l'Anjou, franchir la Loire au sud d’Angers et passant par Segora (Saint-Clémentin) et Ensio (Saint-Jouin), gagner Poitiers6, puis descendre droit au sud vers Périgueux... et Agen... ou Moissac... L’utilisation de cet itinéraire correspond à l’appui fourni par les Pictones et les Santones... et P. Crassus en route a dû surveiller leur bonne volonté... En descendant vers Agen ou Moissac, P. Crassus protégea la venue des équipes de rameurs, des marins et des gubernatores appelés depuis la Province, cf. (III) 9,1 et qui n’ont pas dû perdre leur temps à un périple de l’Espagne ; par cette même route, de Toulouse à Agen, il fait venir ses renforts de la Provincia”7. Ensuite, pour entrer dans le territoire des Sotiates, Crassus “qui avait attendu en concentrant ses renforts dans un territoire voisin, par exemple vers Astaffort, accomplit sans doute une étape qui lui fait franchir la frontière et le conduit, une vingtaine de kilomètres à l’ouest, vers Francescas ou Fieux ( ?)”8. Tombé dans une embuscade “vers la Baïse ( ?) ou l’Osse ( ?)”9, ou peut-être “plutôt sur l’Osse ou la Gélise ( ?)”10, le légat finit par emporter l’oppidum des Sotiates, puis partant “in fines Vasatium et Tarusatium”11, il s’engage, depuis les environs de Sos, sur “la route qui, venue d’Eauze.. mène au N.-N.E., vers Bazas (Cassio)”. “De la région de Bazas, Crassus serait redescendu vers Tartas et le pays des Tarusates, au S.-O. de Mont-de-Marsan, non loin du confluent de l’Adour et de la Midouze, cette fois en passant à l’ouest du pays des Sotiates, par exemple par Villandraut, Saint-Symphorien, Sore, Morcenx, Tartas ; ou encore par Labrit et Garein”12. La bataille contre la coalition des Aquitains et de leurs voisins du nord de l’Espagne Citérieure se déroule “au nord de la Midouze, de Tartas et de l’Adour”, peut-être vers Laluque13, car “des voies romaines se croiseront près de cette dernière localité”14.

— Fig. 1. L’itinéraire de Crassus selon C. Jullian et M. Rambaud.—
Rectifications proposées. 1. Limite approximative des cités gauloises. 2. Itinéraire selon C. Jullian. 3. Itinéraire selon M. Rambaud. 4. Itinéraire probable, tracé connu. 5. Itinéraire probable, tracé hytpothétique. 6. Oppidum. 7. Autre site. 8. Ville-repère actuelle.

  • 15 Ed., Erasme, p. 190, notes.
  • 16 Id, p. 183, n. 3 et 198, n. 6.
  • 17 Jullian, III, p. 303-311. L’arrivée de Crassus sur la moyenne Garonne est imposée par les allusion (...)
  • 18 III, p. 305 ; voir II, p. 452, n. 7.
  • 19 III, p. 310, n. 2.
  • 20 III, p. 311.

3Tout en estimant que Crassus a “exécuté des mouvements plus complexes”15, M. Rambaud n’a pas manqué d’intégrer à son exposé certaines propositions de Camille Jullian16. Ce dernier ne décrit la campagne qu’à partir d’Agen où il situe l’arrivée des troupes romaines17. Selon lui, le légat a emprunté ensuite une route, sorte de diagonale stratégique de l’Aquitaine (fig.1), “qui passe à Nérac, Saint-Sever et à Dax et qui finit à Bayonne, à la rencontre de l’Adour, des Pyrénées et de l’Océan”18. Il fait se concentrer à Dax ou à Tartas la coalition des Aquitains, et, par Sos, Herré, Saint-Justin, Mont-de-Marsan et Taras19, il conduit Crassus jusque vers Bégaar pour livrer là, peut-être, vers le 10 septembre 56, la bataille finale dont l’heureuse issue allait rendre romain le chemin de Roncevaux20.

  • 21 Ar. de Dax (Landes), à cause de la coïncidence phonétique Tarusates/Tartas, mais cela est loin d’ê (...)
  • 22 Jullian, I, p. 50-53 ; II, p. 453 ; III, p. 311.
  • 23 M. Rambaud, dans éd. Erasme, p. 198-199, notes : liste incomplète où l’imprécision et les réticenc (...)
  • 24 Les peuples aquitains d’après la liste de Pline, dans Rev. de Philologie, XXIX, 1955, p. 213-217.
  • 25 Notamment en Limousin, Périgord et Gironde : G. Cantié, L’éperon barré de Card, commune d’Ambazac (...)
  • 26 Les contributions les plus importantes sont celles de B. Barrière et J.-M. Desbordes, Vieux itinér (...)

4Si grand que soit l’intérêt des propositions émises par ces deux savants, j’hésite beaucoup à les suivre. D’abord parce que la reconstitution qu’ils font des cheminements des conquérants est très largement hypothétique (ainsi, à l’exception du segment poitevin, aucun de leurs tracés n’a jamais été confirmé sur le terrain par le repérage de vraies pistes qui en auraient au moins conforté la vraisemblance). Ensuite, parce que leur raisonnement a été fondamentalement dicté par des considérations, pour eux décisives, mais en fait non assurées : en premier lieu, il faut que la dernière bataille se soit déroulée aux environs de Tartas21. Il faut ensuite que ce soit sur la route de Roncevaux, désignée par Jullian comme étant, dès cette époque, l’axe de la pénétration romaine en Espagne22, ce qui n’est pas certain non plus. J’ajouterais une troisième objection : en détournant sur l’ouest aquitain les efforts et les effets de la campagne, l’un comme l’autre ont été conduits à sous-estimer la valeur du petit chapitre BG III, 27, dans lequel sont énumérés les (ou des) peuples ayant fait leur soumission à Crassus ; pour eux, c’est, en effet, un rajout au récit de l’expédition, arrangé de surcroît par le narrateur et donc peu digne de crédit23. Je ne partage pas cette opinion défavorable. Il me semble, au contraire, que ce passage donne, au moins en partie, la clé qui permet de comprendre une affaire dont elle est la conclusion logique, précisément parce qu'elle en restitue à la fois le théâtre et les enjeux. On est sans doute mieux armé aujourd’hui pour reconsidérer la question. Si l’on doit beaucoup à P-M. Duval qui a mis de l’ordre dans la peu satisfaisante mais précieuse liste plinienne24, on profite aussi de découvertes archéologiques récentes sur des sites de la Tène III inconnus ou mal explorés jusqu’ici25 et surtout de recherches nouvelles effectuées sur certains grands itinéraires gaulois du sud de la Loire26. Je voudrais montrer que la mise en parallèle de toutes ces données conduit finalement à réhabiliter, malgré ses défauts, la liste césarienne, casse-tête pour les philologues et les historiens, mais en revanche bon révélateur de ce qu’étaient les réalités historiques, géographiques et politiques de 56. Pour cela, il nous faut repartir sur les routes de l’Aquitaine préromaine, objectif qui ne déplaira pas, j’en suis sûr, à Celui que nous honorons dans ce recueil.

  • 27 Bibliographie très complète dans J. Andrieu, Histoire de l’Agenais, Paris-Agen, 1, 1893, p. 2-3, n (...)
  • 28 La chronologie des vieux itinéraires en Limousin : proposition d’une méthode, dans RAC, XVIII, 197 (...)
  • 29 B. Barrière et J.-M. Desbordes, dans Flaran 2 cité plus haut, n. 26. Cet itinéraire est connu depu (...)
  • 30 Un ancien itinéraire de long parcours entre Armorique et Méditerranée, dans Trav. d’Arch. Limousin (...)
  • 31 Son tracé a été partiellement reconnu en Poitou par A.-F. Lièvre, Les chemins gaulois et romains e (...)
  • 32 Sur cette question, en dernier lieu, M. Aubrun, L’ancien diocèse de Limoges, des origines au milie (...)
  • 33 Références ci-dessus, p. 24 et n. 25. Card a connu une “occupation brève... pendant la fin de la c (...)

5Et pour commencer, reprenons le fil des événements. Crassus, qui a hiverné chez les Andes avec la septième légion (BG III, 7, 2), reçoit de César, au début de la bonne saison de 56, l’ordre de partir chez les Aquitains, afin d’empêcher ceux-ci d’envoyer des secours aux Gaulois (III, 11,3). Rien n’est dit du trajet, mais on apprend que les Pictons et les Santons sont du côté romain (III, 11, 5), et que Crassus, arrivant en Aquitaine, mène d’emblée sa troupe sur le territoire des Sotiates (III, 20, 2). Comme l’accord est à peu près général pour situer celui-ci dans le pays de Sos27, c’est donc l’itinéraire suivi entre la Loire et la Garonne qu’il convient de réexaminer d’abord. M. Rambaud, on l’a vu, conduit l’armée par Saint-Clémentin/Segora et SaintJouin/Ensio pour gagner Poitiers et descendre ensuite “droit au sud” vers Périgueux et Agen. Grâce à J.-M. Desbordes, on peut aisément corriger et simplifier cette marche. Reprenant l’étude du toponyme “pouge”, couramment utilisé du Limousin à la Gascogne pour désigner des chemins de hauteur évitant le plus possible mouillères et franchissement des vallées, il a montré, en effet, qu’un certain nombre d’entre eux au moins devaient avoir une origine préromaine28. C’est notamment le cas de deux grands itinéraires de long parcours traversant en partie le Limousin et le Périgord, réétudiés et dénommés par lui “diagonale d’Aquitaine”, reliant le Bordelais au Berry29 et “voie des métaux”30, qui allait de l’Armorique au bassin méditerranéen par le seuil du poitou31, le Limousin, la basse Auvergne et le Languedoc, en traversant d’importants gisements métallifères dont les Mauges, la région minière de SaintYrieix et celle des Cévennes. La démonstration paraît si convaincante qu’on ne peut douter que cet axe ait été utilisé en 56. Je fais donc descendre les soldats de Crassus vers Saint-Clémentin/Sègora pour rattraper, quelque part au sud de Bressuire, cette piste et cheminer vers Parthenay, Rom et Charroux, laissant Poitiers à l’est, pour glisser entre la Charente et la Vienne près de Roumazières, non loin de Chassenon (fig. 1). À cet endroit, déjà en territoire lémovice32, la voie des métaux continue vers le sud-est, en direction de Saint-Yrieix et Uzerche. Crassus n’avait plus à la suivre, d’autant moins que tout détour inutile eût ralenti sa marche. On considérera toutefois comme bien improbable qu’il n’ait pas eu le projet (ou l’ordre) de montrer un peu la puissance de Rome dans des “cités” qui jusqu’alors ne l’avaient pas vue de près : je veux parler notamment des Lémovices. Ainsi, au lieu de passer directement à travers le pays pétrucore et de rejoindre le gué de l’Isle – site de la future Vesunna impériale par Nontron et Brantôme, la petite armée fit-elle peut-être un détour par les environs de Châlus pour retrouver, sur la ligne de partage des eaux, un diverticule de la “diagonale d’Aquitaine”, descendant par Thiviers vers les oppida pétrucores. Que le crochet ait été fait ou non, on peut croire, en tout cas, que le passage de l’expédition dans la région suscita chez les intéressés, et singulièrement les Pétrucores, une émotion dont je suis très tenté de voir les effets dans l’érection des remparts de Villejoubert, près de Saint-Léonard, et du “Camp de César” à Périgueux, voire de Card à Ambazac, datables de cette époque33. La présence du légat montrait à l’évidence que la guerre n’était pas la seule affaire des Belges et des peuples de l’Ouest : c’est partout que l’on allait avoir à résister aux envahisseurs.

  • 34 Du nord au sud : Vesunna des Pétrucores, Aginnum des Nitiobroges, Lactora des Lactorates et Elimbe (...)
  • 35 J.-F. Boudon de Saint-Amans, Essai sur les antiquités du département de Lot-et-Garonne, Agen, 1859 (...)
  • 36 Lieu-dit “La Peyrigne”, cne de Saint-Amand-de-Vergt, c. de Vergt, ar. de Périgueux. Même si le top (...)
  • 37 Produit probable du télescopage entre “voie empierrée” et “chemin de pèlerinage”.
  • 38 Boudon de Saint-Amans, Essai... p. 9, citant Oïhenart et Danville, et p. 17 ; Chanoine J. Angély, (...)
  • 39 À l’endroit où s’édifia plus tard le vicus gallo-romain d’Excisum (aujourd’hui Eysses, quartier no (...)
  • 40 J. Clémens, La Ténarèze en Agenais au Moyen Âge, dans Actes du Colloque “Les routes du sud de la F (...)
  • 41 Cette hypothèse a été déjà formulée par plusieurs érudits agenais et me paraît devoir s’imposer. V (...)
  • 42 Cela se déduit de BG VII, 31,5, signalant l’alliance ancienne de Rome avec le roi Ollovicon.

6Voilà donc Crassus au gué de l’Isle, prêt à marcher sur l’Agenais. Mais par où ? Sans aucun doute par l’antique piste qui reliait le Limousin aux Pyrénées et qui devint, sous l’Empire, la grande dorsale de l’Aquitaine, unissant à Limoges et Bourges cinq autres chefs-lieux de cité34. On lui donne localement aujourd’hui, au sud d’Agen35 et en Périgord36 le nom, tardivement attribué, de Peyrigne37. Franchissant la Dordogne, puis le Dropt qui marquait, grosso modo, l’entrée du territoire des Nitiobroges38, l’armée parvint, au terme d’une longue traversée en forêt, jusqu’à un carrefour où la route se divisait en deux branches39. Tandis que la Peyrigne courait droit au sud, une autre grande pouge partait vers le sud-ouest, en direction des Pyrénées, par les collines dominant les vallées du Lot et de la Gélise et les hauteurs de la Gascogne occidentale. Cette voie s’ouvrait elle aussi dans un vaste espace forestier auquel elle doit encore, en Agenais, sa dénomination de Ténarèze40. C’est sur cet axe que s’engagea l’expédition41, pour arriver bientôt au passage de la Garonne que gardait, sur la butte de Nicole, au confluent du Lot, l' oppidum du Pech-de-Ber. C’est là, en pays ami42, que dut s’effectuer la liaison avec les troupes levées dans la Province et que furent rassemblés à la fois les auxiliaires indigènes, les provisions et le matériel nécessaires à une campagne qui ne s’annonçait pas si facile.

  • 43 BG III, 20, 1 ; 21, 1.
  • 44 “Paucis ante annis”, justement relevé par M. Rambaud (éd. Erasme, p. 183, notes) qui oppose à cett (...)
  • 45 L. Manlius, proconsul de la Province en 78 (voir M. Gayraud, Narbonne antique des origines à la fi (...)

7Deux allusions de la Guerre des Gaules43 nous apprennent en effet que, peu avant l’expédition de Crassus44, s’étaient produits non loin de là des événements graves qui avaient abouti à la déroute d’un proconsul et à la mort d’un légat, événements dans lesquels les Sotiates s’étaient particulièrement illustrés aux dépens des armées romaines45. Tous les commentateurs ont vu dans cet épisode les raisons du choix que fit Crassus de se porter d’abord contre eux.

  • 46 Per. 65 : le consul L. Cassius (cos 107) bat les Volques de Toulouse, mais il est défait et tué “i (...)
  • 47 Orose, V, 1 5, 23, d’où la lecture de Mommsen.
  • 48 Dion, XXVII, 90 (Boissevain) = L.I-XXXVI, fgt CCLXX, éd. Gros-Boissée.
  • 49 Par ex. E. Unckelheld, dans REVI, A, I (1936), col. 1026, s. v. Tigurini ; G. Bloch et J. Carcopin (...)
  • 50 E. Desjardins, Géographie de la Gaule, II, Paris, 1878, p. 311 et n. 4.
  • 51 III, p. 63-64.
  • 52 III, p. 63, n. 5 : “je me demande encore s’il ne faut pas corriger en Allobrogum et Lemanum et pla (...)

8Une correction opérée par Mommsen dans une phrase de Tite-Live46 a contribué à placer également sur la moyenne Garonne le lieu d’un autre désastre romain, antérieur de trente ans au précédent, qui aurait mis aux prises, en 107 av. J.-C., une armée d’Helvètes et de Tigurins et les légions que commandait le consul L. Cassius. Celui-ci, poursuivant les Barbares “usque Oceanum”47, aurait trouvé la mort lors d’un affrontement en pays nitiobroge. Cette correction, apparemment confortée par un fragment de Dion Cassius48, qui fait état d’un soulèvement des Volques de Toulouse maté ensuite par Caepio, a été adoptée49, sans faire toutefois l’unanimité. Desjardins s’en tient à la leçon “Allobroges” des manuscrits50, tandis que Jullian, d’accord dans son texte51, n’en a pas moins émis dans ses notes quelques réserves52, et à juste titre, il me semble, si bien que, pour une fois, nous rejetterons l’hypothèse mommsénienne pour nous en tenir à Desjardins. Et de fait, le texte même de César me paraît nous y contraindre : il ignore que les Helvètes et les Tigurins ont déjà tenté une fois de traverser la Province (1,7) ; aucune appréhension non plus que leur désir d’émigrer chez les Santons “non loin du pays des Tolosates” aille renouveler le drame de 107 (1,10) et surtout, en III, 20, 1, il ne souffle mot de la défaite de L. Cassius, à l’endroit même où elle est censée s’être produite. Comme, de plus, César avait des raisons personnelles d’en conserver le souvenir, puisque le grand-père de son beau-père, le légat L. Pison, y avait laissé la vie, mieux vaut éloigner de la Garonne une affaire qui ne l’a pas concernée.

  • 53 Par exemple II, p. 452-453. La meilleure intuition a été celle de A. Breuils, La Ténarèze... p. 56 (...)
  • 54 Ténarèze et Peyrigne... cité n. 26.
  • 55 Ténarèze... p. 88-89 et p. 87.
  • 56 Entre Aire et Lescar, les tumulus qui jalonnent le “chemin de Sainte Quitterie” signalent à coup s (...)
  • 57 Clémens, Ténarèze... p. 90.
  • 58 En dernier lieu Roman, De Narbonne à Bordeaux... p. 79-84, sous le titre “Une méconnaissance géogr (...)
  • 59 BG VII, 31,5. Les réseaux d’alliance jetés par Rome au-delà de la frontière à chaque avancée de ce (...)
  • 60 Leur existence à l’époque préromaine peut être tenue pour quasi certaine. La difficulté vient de c (...)

9Il n’empêche, la déroute de 78 l’atteste, que l’on était là dans un secteur particulièrement sensible. La raison en a été soupçonnée par C. Jullian53, mais c’est J. Clémens qui l’a réellement mise en évidence en montrant quel fut, entre l’arrivée des Celtes et la conquête romaine, le rôle historique des grandes voies méridiennes de l’Aquitaine sud-garonnique, la Peyrigne et la Ténarèze54. La première “coïncide avec le réseau des peuples soumis, sinon amis du peuple romain, ceux de Toulouse, mais aussi ceux de Lectoure et d’Agen... (elle) est le reflet d’une solidarité politique et économique avant et durant la conquête de César”, Quant à la seconde, pour être “périphérique aux régions et aux itinéraires déjà contrôlés par les Romains”, elle n’en était pas moins “un axe routier essentiel de l’Aquitaine”55. C’est assurément leur position sur cet axe qui avait fait des Sotiates les héros des combats de 78. Si nous adjoignons à ces voies celle qui s’en allait au sud-ouest, par Aire, vers Lescar56 et Oloron, on voit s’esquisser sur la carte (fig. 2) une Aquitaine d’états routiers dont les axes structurants furent les grandes pistes57 qui, aux abords des gués et des carrefours importants, fixèrent les principaux oppida. Cette situation n’était pas inconnue des Romains. Contrairement à une idée répandue58, ils étaient, à l’époque de Poseidonios, beaucoup moins ignorants des choses de la Gaule que leurs pères du temps de Polybe et J. Clémens a eu raison de deviner, derrière l’alliance avec le roi Ollovicon59 et sans doute aussi les Lactorates60, toute une stratégie routière dont le but était de porter sur la Peyrigne, dont ils tenaient, au moins depuis Pompée, le départ pyrénéen, le boulevard de défense de la Province. Crassus savait tout cela. Au moment d’entrer en Aquitaine, son objectif n’était pas vraiment de venger une injure faite autrefois à l’honneur romain. Empêcher les Aquitains de porter secours aux Gaulois de la Celtique, c’était d’abord mettre la main sur une place qui commandait la croisée des chemins de Gascogne. C’est en toute logique qu’il dirigea sur l’oppidum des Sotiates la marche de son armée.

  • 61 BG 111, 20, 2.
  • 62 C’est ce que font Desjardins (II, p. 364 et p. 644 n. 4) et le chanoine Angély (Rev. Agenais, 1944 (...)
  • 63 Boudon de Saint-Amans, Essai... p. 9-14 et p. 17, suivi par le chanoine Angély (Rev. Agenais, 1944 (...)
  • 64 Pline, NH, IV, 19 (109) : “Nitiobroges, Tarneque amne discreti a Tolosanis”.
  • 65 C’est l’opinion de bon sens que partagent les érudits agenais, suivis par J. démens (voir les arti (...)
  • 66 À moins d’y loger certains des petits peuples de Pline que P.-M. Duval situe aux environs de la mo (...)
  • 67 CIL, XIII, 548. Même si ce n’est qu’un mince argument, je verrais dans le nom de la Gélise, rivièr (...)
  • 68 J. Clémens, Le “limes Vasconie” d’après la Vie de saint Sever, dans Bull. Soc. Hist. Arch, du Gers (...)
  • 69 Ce que fait notamment le chanoine Angély. Voir son article et la carte établie sur ses observation (...)
  • 70 BG, III, 27, 1. M. Rambaud les chasse de la liste au profit des Boiates (id. Erasme, p. 199, app. (...)
  • 71 Duval, Peuples, p. 220 et 225. C’était aussi l’opinion de Desjardins (II, p. 377-378) et de Zangem (...)
  • 72 Les “Oscidates Campestres” dans Rev. Agenais, 1980, p. 3-8. Plusieurs toponymes évoquent dans cett (...)
  • 73 C’est un argument supplémentaire qui plaide en faveur de l’attribution à Éauze de toute cette régi (...)
  • 74 Voir ci-dessus p. 29 et n. 60.
  • 75 La fixation à cet emplacement (dit “pont de Bordes”) d’un des points marquant les limites du pagus(...)
  • 76 Voir plus haut n. 41.
  • 77 BG III, 20, 4-22.

10“In Sotiatium fines (Crassus) exercitum introduxit” dit sobrement César61. Mais où commençait alors ce territoire ? À prendre à la lettre le texte césarien, on donnerait aux Sotiates la rive gauche de la Garonne62, d’où se verraient expulsés les Nitiobroges à qui elle est habituellement octroyée. J’inclinerais assez à confiner effectivement ces derniers dans un domaine de rive droite limité par le cours du Dropt, tant à l’ouest63 qu’au nord, et par le Tarn, à l’est64, car l’Agenais historique semble d’origine plutôt romaine que gauloise65. Une telle solution entraîne cependant pour résultat (fig. 3) de laisser un vide sur la rive gauche, en Queyran, Néracais et Brulhois66, car on ne peut admettre que le territoire sotiate ait été très étendu vers le nord : à l’époque impériale, en effet, Sos et son pagus faisaient partie de la cité des Élusates67 et, avant l’an mil, leur appartenance gasconne était nettement établie68, tandis que les régions situées plus au nord étaient depuis longtemps rattachées à l’Agenais. À moins de supposer une partition ancienne, conséquence de la guerre des Gaules69, au demeurant bien improbable, on ne saurait donc retenir cette hypothèse. D’ailleurs, une partie de l’espace éventuellement disponible était occupée par les Oscidates Campestres de Pline (les Gates de César70 et les Datioi de Ptolémée71), que J. Clémens a proposé, avec les meilleurs arguments, de localiser dans les Lugues (canton de Houeillès, Lot-et-Garonne), c’est-à-dire précisément entre Sos et le fleuve lui-même72, isolant donc des bords de celui-ci la nation des Sotiates. Il me semble qu’en installant ces derniers, en gros, dans Factuel canton de Mézin, en Lot-et-Garonne, et dans le Gabardan landais (canton de Gabarret), zone de diffusion, au Moyen Âge, du culte éauzan de Saint Luperc73, et en proposant d’arrêter sur l’Auzoue, voire sur l’Osse74 les bornes de leur état, on obtient une étendue vraisemblable à défaut d’être sûre, conforme en tout cas à ce que l’on connaît par ailleurs de l’exiguité des pagi aquitains. Peut-être possédaient-ils, du côté du nord-est, la rive gauche de la Gélise jusqu’à son confluent avec la Baïse75 qui eût assuré leur domination sur une importante section du parcours inférieur de la Ténarèze, entre les gués principaux de Barbaste et de Sos. C’est là que, à la suite des érudits agenais76, on situera volontiers le lieu de l’embuscade dans laquelle les Sotiates faillirent surprendre Crassus avant de voir leur oppidum emporté77.

— Fig. 2. Géographie de l’Aquitaine à l’époque de la guerre des Gaules. —
1. Frontières approximatives des peuples. 2. Peuples. 3. Pistes. 4. Oppidum. 5. Autre site. 6. Ville-repère actuelle.

  • 78 AG III, 23, 1.
  • 79 NH, IV, 108.
  • 80 Desjardins, II, p. 363 et 373 ; L. Maurin, Les Basaboiates, dans Langon, Sauternais-Cemès, (XXIIe (...)
  • 81 Elle l’est surtout depuis que C. Jullian a imposé l’autorité de son choix (voir IRB II, p. 171, 18 (...)
  • 82 Série T (Thuaneus) xie s., procédant de la classe ß des manuscrits de César, la seconde des deux s (...)
  • 83 La formule est employée par César, précisément à propos des tribus aquitaines qui n’ont pas envoyé (...)
  • 84 Non sans perplexité : comparer II, p. 363 et n. 8, p. 365, 373 et 41 8 (tableau).
  • 85 En III, 23, 1 et III, 27, 1 ; voir les notes de l’éd. Erasme, p. 190 et 199.
  • 86 Basaboiates... p. 3-4.
  • 87 Le peuplement du Bazadais méridional, de la préhistoire à la conquête romaine, dans Bazas et le Ba (...)

11“Armis obsidibusque acceptis, Crassus in fines Vocatium et Tarusatium profectus est78 Cette phrase toute simple qui énonce seulement que Crassus, après sa victoire, conduisit sa petite armée successivement sur le territoire de deux nations, voisines des Sotiates et limitrophes l’une de l’autre, n’en soulève pas moins bien des difficultés. César est en effet la seule source à citer ces peuples, ignorés même de Pline, lequel n’est pourtant pas étranger à l’incertitude qui s’attache à leur nom. Les Vocates d’abord vers la fin de l’énumération des tribus proprement aquitaines79 apparaissent des “Basoboiates” ou “Basabocates”, dans lesquels, de Desjardins aux dernières mises au point de L. Maurin, on a toujours reconnu l’union des Vasates du Bazadais et des Boiates du pays de Buch, dits aussi “Bocates”ou “Vocates”80. La cause serait vite entendue81 si cette lecture, apparemment conforme aux meilleurs leçons des textes, donnait entière satisfaction, mais ce n’est pas le cas. D’abord, on peut avancer au moins une catégorie de manuscrits82 qui fournit la leçon “Vacates”, bien proche de “Vasates” ; surtout, on imagine mal pourquoi Crassus aurait décidé de s’attaquer à l’une des ultimae nationes de l’Aquitaine83, certainement pas la moins obscure, qu’il n’eût atteinte que par une longue et pénible traversée de la Grande-Lande, et pour un bénéfice bien maigre puisque toute cette région était alors quasiment déserte. La logique pousse donc à faire des “Vocates” de César les “Vasates” des époques postérieures. C’est le parti qu’avait adopté Desjardins84 suivi par Kraner et Dittenberger, puis par Holder et Constans et enfin M. Rambaud, qui ôte sans hésiter Vocatium pour restituer dans le texte césarien85 le Vasatium finalement repris par L. Maurin86. Les Vasates, contermini des Sotiates du côté de l’ouest, devaient occuper la (seule) partie méridionale de l’ancien diocèse de Bazas, celle où J.-B. Marquette a relevé une assez forte densité de toponymes en-o87.

  • 88 Ce qui rend très incertaine l’existence des “Latusates” qui doivent céder la place soit aux Tarusa (...)
  • 89 Desjardins II, p. 363, 367, 370, 376, 500 et 645, n. 2 avec des hésitations, des certitudes et des (...)
  • 90 Sur leurs liens supposés avec Tartas, ci-dessus, n. 21.

12Quant aux Tarusates, limitrophes des Vasates (puisque BG III, 23, 1 laisse entendre qu’aucun autre peuple ne venait se loger entre eux deux88), on les situera immédiatement au sud de ceux-ci, non seulement parce qu’il n’y a pas d’autre espace disponible, mais aussi parce que, depuis longtemps, on les a identifiés avec vraisemblance aux Aturenses de l’époque impériale89, installés dans le Marsan et le Tursan90.

  • 91 Au lieu-dit Esquieys, cne de Pompogne, c. de Houeillès, ar. de Nérac, Lot-etGaronne, ou à l’ancien (...)
  • 92 Lieu-dit de Goualade, c. de Captieux, ar. de Mont-de-Marsan, Landes ; Jullian, IRB, II, 1890, p. 2 (...)
  • 93 Ammien (Histoires, XV, II, 14) connaît, en Novempopulanie, Bazas, Éauze (qu’il situe par erreur en (...)
  • 94 De toute manière il est impensable qu’il ait pu s’aventurer à l’aveuglette dans un milieu peu accu (...)
  • 95 Dans Landes et Chalosses, p. 91, j’ai émis des réserves exagérées sur l’existence de ce chemin, qu (...)

13Ainsi se dessine, comme l’a en partie reconnu M. Rambaud, le domaine d’action de Crassus. Partant de Sos vers le territoire vasate, sans doute pour vérifier personnellement leur poids militaire et assurer ses arrières, il dut s’engager sur l’une des pistes qui, à travers la lande, rejoignaient la basse Garonne. La plus connue de nous est celle qu’emprunta, au ive siècle de notre ère, le pèlerin qui fit le voyage de Bordeaux à Jérusalem. S’embranchant à Scittio/Sottio (c’est-à-dire Sos) sur la Ténarèze, elle remontait vers le Bazadais par les stations de Oscineio et de Tres Arbores. Derrière les érudits agenais, nous fixerons la première chez les Oscidates91 tandis que, avec Jullian, nous reconnaîtrons au lieu-dit “les Trois Chênes”92 le site de la seconde. Au rebours de ce qui se dit traditionnellement, cette route, très fréquentée dans l’Antiquité tardive93, n’était pas, à cette époque, un itinéraire nouveau. Flanquée sur son parcours de mégalithes et de tumuli (fig. 3), débouchant au cœur de la zone tumulaire du sud de Bazas, précisément dans un secteur à forte concentration de noms en -os, elle se range, au contraire, au nombre des pistes antérieures à l’époque romaine, ce que confirmerait s’il était nécessaire son tracé négligeant l’allongement des distances, mais évitant marais et vallées. Crassus a fort bien pu s’avancer par cette route94 chez les Oscidates, puis les Vasates avant de redescendre, à mon avis vers le Marsan (et non pas vers les landes de Dax comme le veulent C. Jullian et M. Rambaud), par une voie, ancêtre de la route actuelle des Petites Landes, qu’il n’est malheureusement pas encore possible de reconnaître aujourd’hui95.

  • 96 Jullian, III, p. 307-308.
  • 97 BGIII, 23, 7 (vias obsidere), répété en III, 24, 2 et développé en III, 24, 3 : “impeditos (Romano (...)
  • 98 BG III, 25-26. Je ne me hasarderai pas à proposer une localisation pour cette bataille, d’autant m (...)

14C’est pendant sa marche de retour sur le pays tarusate qu’il parvint au contact de l’armée des coalisés aquitains. Grossie de renforts venus d’Espagne citérieure, menant contre lui une guerre prudente et savante96, celle-ci lui fit encourir de réels périls. Les pistes des Chalosses avaient permis l’arrivée des contingents ibériques et celles du Marsan jouèrent un rôle essentiel dans la tactique des chefs aquitains : évitant la bataille rangée, ils préféraient bloquer les routes, gêner les approvisionnements et harceler la colonne romaine empêtrée dans ses bagages et trop peu nombreuse pour se morceler sans risques97. Pourtant, forçant le sort avec bonheur, Crassus parvint à se dégager et à remporter une éclatante victoire, en un lieu inconnu, mais quelque part chez les Tarusates98. Peu importe d’ailleurs la locailsation exacte du désastre qui frappa les troupes aquitaines, car il est beaucoup plus instructif de souligner ce qu’en fut le résultat, ce qui revient à reprendre une dernière fois la liste césarienne et les difficultés d’interprétation qu'elle soulève.

  • 99 BG III,27, 1.
  • 100 Voir par exemple les problèmes posés par l'identification des Toruates et des Vassei de Pline. Pou (...)
  • 101 Holder, Sprachschatz... II, col. 855, s.v. Onesii ; Duval, Peuples, p. 217 ; Rambaud, éd. Erasme, (...)
  • 102 Rambaud, éd. Erasme, p. 198, app. critique, à la place des incompréhensibles Ptiani des codices.
  • 103 Rambaud, p. 199.
  • 104 Gates (mss) ; M. Rambaud restitue Boiates, à tort. On doit appliquer à la leçon des mss le même tr (...)
  • 105 Leur présence dans la liste (du moins s’ils ont réellement existé sous ce nom) invite à les instal (...)
  • 106 Lactorates, pour Rambaud, p. 200, à tort.
  • 107 Je me range à l’avis de Duval (Peuples... p. 226) et de Maurin (Basahoiutes, p. 13). Convènes et C (...)

15“À l’annonce de l’issue de la bataille, la plupart des peuples aquitains firent leur reddition à Crassus et livrèrent en plus des otages. Dans le nombre, il y avait..”99. Les éditeurs modernes sont d’accord sur une liste de onze noms : Tarbelles, Bigerriones, Pliani, Vocates, Tarusates, Élusates, Gales, Auscii, Garunni, Sibuzates et Cocosates. Malgré les efforts de générations d’érudits gascons, un certain nombre d’entre eux résistent à toute tentative d’identification, c’est pourquoi la seule solution reste encore de supposer des erreurs dans la transcription des manuscrits et de rectifier celles-ci en conséquence. Cette méthode – qui ne donne pas toujours les meilleurs résultats100 – permet néanmoins, grâce à M. Rambaud et avec l’aide des corrections apportées à la liste de Pline par P.-M. Duval, de proposer des restitutions qui mettent en valeur la très remarquable cohérence géographique de l’énumération de César, ce qui suffit, à mon sens, à en assurer le bien-fondé. Rappelons-en les noms : Tarbelles, Bigerri, Onesii101 Benarni102, Vasates103, Tarusates, Élusates, Oscidates104, Auscii, Garunni105, Sibuzates/Sybiliates106 et Cocosates, soit douze peuples. Reportés sur une carte (fig. 2), ils viennent former un groupe serré sur toute la Gascogne, le Béarn et la Bigorre, ce qui correspond au cœur même de l’Aquitaine, c’est-à-dire finalement à la logique historique car on trouve là – à l’exception des Lactorates, normalement absents comme il a été déjà dit – presque tous les grands peuples qui devaient, sous le Haut-Empire, former les cités de l’Aquitaine sud-garonnique : Tarbelles, Bigerri, Tarusates, Élusates et Auscii107. En somme, il y a là tous les peuples de ce qu’on pourrait appeler l’Aquitaine “utile”, celle des collines, entre la lande et la montagne. La présence un peu excentrique des Tarbelles et, accessoirement, des Cocosates est ainsi justifiée sans peine, mais s’explique aussi par d’autres raisons : d’abord, elle symbolise l’achèvement de la conquête “usque Oceanum”, mirage qu’on sait toujours présent dans l’esprit des grands capitaines ayant guerroyé en Occident aux iie et ier siècles av. J.-C. Mais retenons aussi que les Tarbelles, maîtres des confluences de la Midouze et des Gaves avec l’Adour, tenaient également en partie le départ des chemins vers les cols des Pyrénées occidentales que venaient d’emprunter les alliés Cantabres des coalisés aquitains.

— Fig. 3. Ténarèze, Peyrigne et leurs abords au sud de la Garonne à l’époque césarienne. —
1. Limites administratives. 2. Frontières approximatives des peuples aquitains. 3. Frontières approximatives des cités gallo-romaines. 4. Vestiges préhistoriques. 5. Tumulus. 6. Oppidum. 7. Monnaies aquitaniques. 8. Monnaies à la croix. 9. Autres monnaies préimpériales.

  • 108 Duval, Peuples, p. 218.
  • 109 Ce passage est surtout attesté au Moyen Âge. On lit dans un passage de la chronique de Frédégaire (...)
  • 110 R. Étienne, Les passages transpyrénéens dans l’Antiquité. Leur histoire jusqu’en 25 av. J.-C., dan (...)
  • 111 On imagine volontiers que les sites d’Aire, Lescar et Oloron portaient déjà des établissements ind (...)
  • 112 Sur le détail de ces événements, on lira en dernier lieu P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisa (...)

16Je me demande pourtant si, dans cette occasion, un rôle particulier n’a pas été dévolu à un autre passage montagnard situé plus à l’est. La présence dans la liste des vaincus des Sibuzates/Sybiliates paraît en effet, si insolite que M. Rambaud n’a pas hésité à éliminer ces gens de la Soule108 au profit des Lactorates. Or, si l’on veut bien se placer dans la perspective routière qui est la nôtre, on verra au contraire se révéler dans cette mention un axe de circulation utilisant le port de Larrau. Moins célèbre (pour nous) que son illustre voisin de Roncevaux/lbaneta (ou plutôt alors Arnostéguy), ce dernier n’en était peut-être pas moins fréquenté à cette époque. Certes, aucune trouvaille archéologique n’est encore venu aider à mesurer son importance109, mais je ne peux pas croire qu’il se trouve signalé là par hasard. J’y vois même un nouvel élément à verser au dossier des passages transpyrénéens dans l’Antiquité110 et en même temps une précieuse indication sur la part prise dans les échanges par la voie protohistorique qui, par le pays des Tarusates et des Béarnais111, reliait la vallée de la Garonne à la cuenca de l’Èbre. Cette route a dû constituer l’un des objectifs de Crassus, parmi lesquels ne figurait pas celle de Roncevaux. Et à supposer que celle-ci en eût fait partie, elle était inexploitable, car, sur le versant sud des Pyrénées, elle débouchait désormais dans une zone incertaine ou hostile. La commodité de ce passage ne pouvait pleinement s’affirmer que par le contrôle des pays qu’il mettait en relations avec l’Aquitaine, c’est-à-dire par la conquête des terres cantabres. Or celle-ci ne fut pas considérée comme un impératif stratégique avant le règne d’Auguste, et pas davantage donc la possession des ports de Cize : aucune coordination ne fut établie en effet dans la préparation des campagnes militaires qui eurent successivement pour théâtre l’Aquitaine puis le nord-ouest hispanique112. En 56, Roncevaux, pourtant tout proche de Pompaelo, n’offrait pas encore, aux yeux des Romains, l’intérêt qu’on lui connaît plus tard. La présence des Sybillates dans la liste césarienne témoigne qu’on lui préférait ou qu’on lui préféra alors un passage plus oriental, qui ouvrait à la fois sur la fondation pompéienne et sur Osca.

  • 113 Rambaud, éd. Erasme, p. 199, notes.
  • 114 État détaillé de la question brossé par D. et E Tassaux dans : Aulnay-de-Saintonge : un camp milit (...)
  • 115 La preuve en est donnée par les fouilles du camp romain de Saint-Jean-le-Vieux (c. de Saint-Jean-P (...)

17Ainsi, malgré sa brièveté et ses insuffisances, le récit de l’expédition d’Aquitaine tel que l’a transmis le Bellum Gallicum n’est pas un simple excursus, plutôt littéraire, destiné à faire admirer au lecteur “l’importance de la victoire de Crassus et l’étendue de la conquête de César”113. Il est avant tout un récit historique qui révèle parfaitement le théâtre et les enjeux de la campagne, à savoir les pays de la Gascogne centrale et méridionale, celle justement que traversaient les grandes pistes qui avaient présidé à l’organisation des états aquitains. S’en emparer équivalait à maîtriser complètement ces derniers. Crassus le savait bien et d’ailleurs, la route avait toujours été un des instruments de la domination romaine, depuis les premiers élans de la conquête vers le sud italien qu’avait matérialisés la construction de la via Appia. Sous Auguste et Tibère, c’est encore sur quelques carrefours stratégiques qu’allaient être implantés les camps permanents du Rhin ou, à l’occasion, certains établissements temporaires de l’intérieur, tels ceux d’Aulnay ou d’Eysses, après la révolte de 21 après Jésus-Christ114. En 56, contrairement à ce que croyait C. Jullian, le bas Adour et les passages de l’extrême ouest pyrénéen n’entraient pas vraiment dans les buts de l’expédition115. Ce n’était pas encore l’heure de Roncevaux et si, en la circonstance, une nouvelle page de l’histoire romaine venait de s’écrire encore sur des routes, c’était, pour cette fois, sur les pouges gasconnes.

Notes

1 Références et commentaires dans C. Jullian, Histoire de la Gaule (= Jullian), II, p. 228-238 ; 452-453 ; V, p. 106-107 ; A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine (= Grenier), II, 1, Paris, 1934, p. 24-25 ; H. Cavaillès, La route française, son histoire, sa fonction, Paris, 1946, p. 15-16 ; P. Fustier, La route... voies antiques, chemins anciens, chaussées modernes, Paris, 1968, p. 17 et 42-57 ; R. Chevallier, Les voies romaines, Paris, 1972, p. 1-6 ; voir aussi J.-J. Dupuich, Rome pénètre chez les Leuques, dans Gaule, XIII, 1968, p. 105-109 ; J.-L. Boucly, Les chaussées de Reims et de Tongres en pays nervien, dans Gallia, 37, 1979, p. 247-250.

2 No 1049, Paris, 1963, p. 23, mais J. Carcopino disait déjà : “persuadé pour ma part que les excursus géographiques de César sont surtout livresques,... frappé du flou de sa topographie... je ne me suis pas soucié d’ajouter ma trame à cette toile de Pénélope d’hypothèses sans fin” (César ; Paris, 1935, p. 735, note).

3 Ed. Erasme, Paris 1965.

4 La “petite”, celle que limite le cours de la Garonne selon César (BG I, 1, 2) et Strabon (IV, 2, 1).

5 Ed. Erasme, p. 183 et suiv., notes.

6 Saint-Clémentin, c. d’Argenton-Château, ar. de Bressuire (Deux-Sèvres) : c’est la localisation la plus vraisemblable de cette station pour laquelle divers emplacements ont été proposés ; Saint-Jouin-de-Marnes, c. d’Airvault, ar. de Parthenay (Deux-Sèvres). Le trajet est problablement reconstitué d’après Grenier, II, 1, p. 65, fig. 22 et p. 98, fig. 36, correspondant aux données des itinéraires antiques et aux trouvailles de milliaires d’époque impériale. À mon avis, il va trop vers l’est : voir infra.

7 Ed. Erasme, p. 183, notes.

8 Id., p. 185, n. 2.

9 Id, p. 185, n. 4.

10 Ed. Erasme, p. 187, n. 2, selon que l’oppidum des Sotiates est ou non à Sos même (c. de Mézin, ar. de Nérac, Lot-et-Garonne).

11 BG III, 23, 1.

12 Ed. Erasme, p. 190, notes.

13 Id, p. 195-196, ad 25, 1 ; 198, n. 6.

14 Id., p. 193, n. 2. La remarque indique que l’auteur avait sous les yeux la carte des “Voies romaines et chemins de Saint-Jacques dans l’ancienne Novempopulanie”, de J.-E. Dufourcet (Congr. Arch, de France, LVe session, Dax-Bayonne, 1888, carte h.t. et texte, p. 261-264), carte reproduite dans Grenier, II, 1, p. 103, fig. 37. Le tracé des voies de Bordeaux à Dax tel que le voyait Dufourcet est bien contestable. Sur l’emplacement des stations de Mosconnum et de Cœquosa, voir mes observations dans Landes et Chalosses, sous la dir. de S. Lerat, I, Pau, 1983, p. 90-91 et dans La Grande-Lande. Histoire naturelle et géographie historique (Actes du colloque de Sabres, 1981), Paris, 1985, p. 143. Voir aussi B. Boyrie-Fénié, Aperçu sur la voie romaine Bordeaux-Dax par Salles, dans Bull. Soc. De Borda, CVIII, 1983, p. 443-446.

15 Ed., Erasme, p. 190, notes.

16 Id, p. 183, n. 3 et 198, n. 6.

17 Jullian, III, p. 303-311. L’arrivée de Crassus sur la moyenne Garonne est imposée par les allusions de BG III, 20, 1 et 21, 1, à de graves événements militaires antérieurs à la conquête. Voir plus bas.

18 III, p. 305 ; voir II, p. 452, n. 7.

19 III, p. 310, n. 2.

20 III, p. 311.

21 Ar. de Dax (Landes), à cause de la coïncidence phonétique Tarusates/Tartas, mais cela est loin d’être établi, car ce toponyme se retrouve ailleurs en Aquitaine, par exemple, dans les Landes, sur l’Estampon, au nord de Roquefort (commune d’Arue), dans les Pyrénées Atlantiques (ld de Etcharry, c. de Saint-Palais, ar. de Bayonne) et jusqu’en Gironde près de Blasimon (ld. de Ruch, c. de Sauveterrede-Guyenne, ar. de Langon), dans la commune de Saint-Selve (c. de la Brède, ar. de Bordeaux), dans celle d’Ayguemorte-les-Graves (même canton) et dans celle de Pondaurat (c. d’Auros, ar. de Langon). On peut encore citer un lieu-dit de Camblanes-et-Meynac (c. de Créon, ar. de Bordeaux), un autre enfin de Cubnezais (c. de Saint-Savin, ar. de Blaye), et la liste n’est sûrement pas exhautive. C. Jullian – qui n’a tenu compte que de cette hypothèse dans sa reconstitution – dit pourtant : “j’accepte, sans certitude, Tartas” (III, p. 307, n. 3 ; voir aussi II, p. 451, n. 1).

22 Jullian, I, p. 50-53 ; II, p. 453 ; III, p. 311.

23 M. Rambaud, dans éd. Erasme, p. 198-199, notes : liste incomplète où l’imprécision et les réticences sont destinées à montrer l’importance de la victoire ; “outrageuse simplification de la réalité” surenchérit Y. Roman, De Narbonne à Bordeaux. Un axe économique au ier siècle avant J.-C. (125 av. J.-C.-14 ap. J.-C.), Lyon, 1983, p. 51.

24 Les peuples aquitains d’après la liste de Pline, dans Rev. de Philologie, XXIX, 1955, p. 213-217.

25 Notamment en Limousin, Périgord et Gironde : G. Cantié, L’éperon barré de Card, commune d’Ambazac (Haute-Vienne), dans Travaux d’Archéologie Limousine, 4,1983, (p. 41-52), p. 52 ; J.-M. Desbordes, L’oppidum de Villejoubert (commune de Saint-Denis-des-Murs, Haute-Vienne), dans Ibid., 4,1983, p. 25-28 ; J. Perrier et M. Tandeau de Marsac, Le “petit rempart” de l’oppidum de Villejoubert, dans Ibid., 4, 1983, (p. 29-40), p. 40 ; sur ce site, voir également dans Ibid, 5, 1984, p. 135, et 6, 1985, p. 144. En Dordogne, l’oppidum du “Camp de César” à Périgueux a fait l’objet d’une fouille de sauvetage en 1971 et d’une exploration plus systématique en 1976. Un bilan des recherches anciennes et des derniers travaux est dressé par C. Chevillot, La protohistoire en Dordogne ; État des recherches en 1981, dans RAC’XX, 1981, p. 46-48 ; du même auteur : résultats d’une coupe dans l'agger septentrional du Camp de César à la Curade, commune de Coulounieix-Chamiers (Dordogne), dans Le deuxième âge du fer en Auvergne et en Forez et ses relations avec les régions voisines, éd. J. Collis, A. Duval, R. Périchon, Sheffield-Saint-Étienne, 1983, p. 115-144. Pour la Gironde, la découverte la plus remarquable a été celle de la station de Lacoste, dans la commune de Mouliets-et-Villemartin (c. de Pujols, ar. de Libourne). Voir M. Sireix et J.-P. Mohen, La station gauloise de Lacoste près Castillon (Gironde), dans XIXe Congrès d’Études Régionales, Sainte-Foy-la-Grande, 1966, p. 199-210 ; M. Sireix et Ch. Sireix, Lacoste, une ville-marché gauloise en Aquitaine, dans Archéologia, 197, 1984, p. 60-66.

26 Les contributions les plus importantes sont celles de B. Barrière et J.-M. Desbordes, Vieux itinéraires en Limousin et Périgord, dans Flaran 2. L’homme et la route en Europe occidentale au Moyen Âge et aux temps modernes, Flaran, 1980, Auch, 1982, p. 231-240 ; J.-M. Desbordes, Un ancien itinéraire entre l’Armorique et la Méditerranée, dans Trav. Arch. Lim. 3, 1982, p. 15-22 et J. Clémens, Aux origines d’une région historique : Ténarèze et Peyrigne en Agenais, dans Annales du Midi, 93, 1981, p. 83-90. Mais les rapports présentés au colloque Flaran 2 par M. Rouche, L’héritage de la voirie antique dans la Gaule du haut Moyen Âge, p. 13-32 et l’abbé G. Loubes, Routes de la Gascogne médiévale, p. 33-55 contiennent nombre d’indications utiles.

27 Bibliographie très complète dans J. Andrieu, Histoire de l’Agenais, Paris-Agen, 1, 1893, p. 2-3, n. 1. On rencontre encore quelques partisans, parfois inattendus, de Vicdessos (ar. de Foix, Ariège), mais l’identification au village lot-et-garonnais doit être tenue pour assurée.

28 La chronologie des vieux itinéraires en Limousin : proposition d’une méthode, dans RAC, XVIII, 1979, p. 115-122. L’équipement culturel des vieux itinéraires : l’exemple du Haut-Limousin, dans Bull. Soc. Archéol. et Hist, du Limousin, 106, 1979, p. 51-59 ; en collaboration avec B. Barrière : Les différents types de chemins anciens, dans Les Dossiers de l’archéologie, 67, 1982, p. 34-37.

29 B. Barrière et J.-M. Desbordes, dans Flaran 2 cité plus haut, n. 26. Cet itinéraire est connu depuis longtemps en Périgord (voir par exemple P. Barrière, Vesunna Petrucoriorum. Histoire d’une petite ville à l’époque gallo-romaine, Périgueux, 1930, p. 190-191, carte hors texte), mais n’avait pas reçu jusqu’à maintenant sa véritable signification. Les Bituriges Vivisques l’ont très certainement emprunté dans leur déplacement vers le Bordelais.

30 Un ancien itinéraire de long parcours entre Armorique et Méditerranée, dans Trav. d’Arch. Limousine, 3, 1982, p. 15-22. J. Hiernard, Corbilo et la route de l’étain, dans Bull, des Antiq. de l’Ouest, 4e s., XVI, 1982, p. 497-578, le reconstitue aussi à partir des trouvailles numismatiques qui jalonnent son parcours.

31 Son tracé a été partiellement reconnu en Poitou par A.-F. Lièvre, Les chemins gaulois et romains entre la Loire et la Gironde, dans Mém. Soc. Antiq. de l'Ouest, XIV, 1891, p. 413-509. Voir aussi Grenier II, p. 98, fig. 36.

32 Sur cette question, en dernier lieu, M. Aubrun, L’ancien diocèse de Limoges, des origines au milieu du xie siècle, Clermont-Ferrand, 1981, p. 65-72 et J.-M. Desbordes, Les limites des Lémovices, dans Aquitania, 1, 1983, p. 37-48.

33 Références ci-dessus, p. 24 et n. 25. Card a connu une “occupation brève... pendant la fin de la conquête de la Gaule et les troubles qui l’ont suivie” (art. cité, p. 52). “Le petit rempart’ de Villejoubert fut donc édifié vers le temps de la guerre des Gaules, aux environs de 58/51 av. J.-C.” (J. Perrier). À I’érigueux, C. Chevillot a mis au jour “un habitat antérieur au rempart, détruit lors de son édification” (RAC, 1981, p. 47) ; le rempart se daterait de la période 80-40 av. J.-C. (Résultats... p. 140).

34 Du nord au sud : Vesunna des Pétrucores, Aginnum des Nitiobroges, Lactora des Lactorates et Elimberris/Augusta des Auscii. J’y ajoute Lugdunum des Convènes, établi sur un tronçon pyrénéen qui rejoignait la Peyrigne aux environs de Lannemezan ou un peu plus haut, vers Castelnau-Magnoac. Cette situation ne doit évidemment rien au hasard. Sans insister sur son rôle, Jullian a néanmoins senti son importance, voir Jullian V, p. 98.

35 J.-F. Boudon de Saint-Amans, Essai sur les antiquités du département de Lot-et-Garonne, Agen, 1859, p. 21 ; Clémens, Ténarèze...

36 Lieu-dit “La Peyrigne”, cne de Saint-Amand-de-Vergt, c. de Vergt, ar. de Périgueux. Même si le toponyme s’est déplacé (certainement pas de très loin) à une date récente, il n’en confirme pas moins l’existence de ce grand axe méridien.

37 Produit probable du télescopage entre “voie empierrée” et “chemin de pèlerinage”.

38 Boudon de Saint-Amans, Essai... p. 9, citant Oïhenart et Danville, et p. 17 ; Chanoine J. Angély, Les limites de la cité des Agenais, Civitas Aginnensium, dans Rev. Agenais, XCIV, 1968, (p. 85-98), p. 86, et déjà, du même auteur ; Les limites du royaume des Nitiobriges, dans Rev. Agenais, LXXI, 1944, (p. 1-23), p. 13-17. Voir ci-dessous p. 30 et n. 63-65.

39 À l’endroit où s’édifia plus tard le vicus gallo-romain d’Excisum (aujourd’hui Eysses, quartier nord de Villeneuve-sur-Lot, Lot-et-Garonne), dont le nom, latin, signifie précisément “percée forestière”. Des trouvailles de tessons d’amphores Dr. IA et de céramique “campanienne” laissent supposer l’existence d’un habitat antérieur. Voir Archéologie en Aquitaine, 4, 1985, p. 83-88. Sur le boisement de l’Agenais dans l’Antiquité, consulter M. Rouche, L'Aquitaine des Wisigoths aux Arabes, 418-781. Naissance d’une région, Paris, 1979, p. 184-186.

40 J. Clémens, La Ténarèze en Agenais au Moyen Âge, dans Actes du Colloque “Les routes du sud de la France”, Montpellier, 1985, (p. 163-173), p. 168.

41 Cette hypothèse a été déjà formulée par plusieurs érudits agenais et me paraît devoir s’imposer. Voir A. Breuils, La Ténarèze, dans Rev. de Gascogne, XXXII, 1891, (p. 548-562), p. 560-561 ; F. Ballouhey, L’Agenais gallo-romain, dans Histoire de l’Agenais, Agen, 1942, p. 50-52 ; voir aussi les commentaires de M. Luxembourg dans l'article déjà cité du chanoine Angély, et en particulier la note de la p. 92.

42 Cela se déduit de BG VII, 31,5, signalant l’alliance ancienne de Rome avec le roi Ollovicon.

43 BG III, 20, 1 ; 21, 1.

44 “Paucis ante annis”, justement relevé par M. Rambaud (éd. Erasme, p. 183, notes) qui oppose à cette formule le “patrum nostrorum memoria” de 1, 12, 5.

45 L. Manlius, proconsul de la Province en 78 (voir M. Gayraud, Narbonne antique des origines à la fin du iiie siècle, Paris, 1981, p. 377, no II), avait été battu en Espagne citérieure par Hirtuleius, lieutenant de Sertorius (Liv. Per. 90) et n’avait trouvé qu’à grand peine un refuge dans Ilerda (Orose, V, 23, 4). À cause de BG III, 20, 1, les commentateurs (Mommsen, Jullian suivi par Carcopino et M. Rambaud) le font rentrer dans sa province par l’Aquitaine où il trouva la mort. Jullian (III, p. 107 et n. 8) suppose, sans trop y croire un retour par le Somport, Oloron, Aire et Sos, ce qui ne paraît pas invraisemblable, si du moins les deux épisodes malheureux appartiennent à la même expédition.

46 Per. 65 : le consul L. Cassius (cos 107) bat les Volques de Toulouse, mais il est défait et tué “in finibus [Nitio]brogum” (Mommsen), “Allobrogum” (mss).

47 Orose, V, 1 5, 23, d’où la lecture de Mommsen.

48 Dion, XXVII, 90 (Boissevain) = L.I-XXXVI, fgt CCLXX, éd. Gros-Boissée.

49 Par ex. E. Unckelheld, dans REVI, A, I (1936), col. 1026, s. v. Tigurini ; G. Bloch et J. Carcopino, Des Gracques à Sulla (Histoire Générale... Histoire Romaine, II, 1), Paris, 1932, p. 328.

50 E. Desjardins, Géographie de la Gaule, II, Paris, 1878, p. 311 et n. 4.

51 III, p. 63-64.

52 III, p. 63, n. 5 : “je me demande encore s’il ne faut pas corriger en Allobrogum et Lemanum et placer toutes ces marches entre Vienne et Genève”.

53 Par exemple II, p. 452-453. La meilleure intuition a été celle de A. Breuils, La Ténarèze... p. 560, qui qualifie la Ténarèze de “voie stratégique” au seul examen de son parcours.

54 Ténarèze et Peyrigne... cité n. 26.

55 Ténarèze... p. 88-89 et p. 87.

56 Entre Aire et Lescar, les tumulus qui jalonnent le “chemin de Sainte Quitterie” signalent à coup sûr un état précésarien de la voie romaine.

57 Clémens, Ténarèze... p. 90.

58 En dernier lieu Roman, De Narbonne à Bordeaux... p. 79-84, sous le titre “Une méconnaissance géographique évidente”.

59 BG VII, 31,5. Les réseaux d’alliance jetés par Rome au-delà de la frontière à chaque avancée de celle-ci sont constante de sa politique. Dans la Gaule du nord-est, après la conquête de la Province, on connaît les exemples des Eduens (Liv. Per. 61) et des Séquanes (BG I, 3, 4).

60 Leur existence à l’époque préromaine peut être tenue pour quasi certaine. La difficulté vient de ce qu’ils sont absents de la liste césarienne et aussi apparemment de celle de Pline. Desjardins (II, p. 363, n.6 et p. 366), Zange-Meister (Zur Géographie des römischen Galliens und Germaniens nach den tironischen Noten, dans Neue Heidelb. Jahrb., II, 1, 1892 (p. 1-36), p. 10, 20, 23), Jullian (II, p. 455 et n. 6 de la p. 454) et enfin P.-M. Duval, Les peuples... p. 220 et 222, transforment en “Lactorates” les “Latusates’’des mss, ce qui n’est pas certain : on peut lire aussi bien (et P.-M. Duval en convient p. 223) “Latusates” ou mieux, à mon avis, le nom déformé des Tarusates, opinion déjà soutenue par J.-F. Blaoé, Géographie historique de l’Aquitaine autonome, dans Ann. Fac. Lettres de Bordeaux, 15, 1893 (p. 97-132), p. 104, que je suis dans Grande Lande... p. 140. En corrigeant en Laktôras le Iontôras de Diod. XXXIV-XXXV, 36, G. Zippel, Zu Diodoros (XXXIV, 36), dans Jahrb. für klass. Phil. 137, 1888, p. 613-616, les a rétablis avec vraisemblance parmi les protagonistes de l’histoire de l’Aquitaine ; cette leçon a été adoptée par Hirschfeld (Kleine Schriften, p. 219), sceptique cependant dans un premier temps (CIL, XIII, p.65), mais peut-être convaincu par les observations de Jullian (III, p. 28-29, n. 5), et enfin par Carcopino (Des Gracques à Sulla, p. 288 et n. 54). Hirschfeld, puis Jullian ont, a juste titre, semble-t-il, relié cette correction à un passage de BG (IV, 12,4) faisant état de l’antique alliance de Rome avec un roi aquitain (sans doute le Contoniatos de Diodore), dont un descendant, le chef Piso Aquitanus, mourut en 55 du côté romain dans un combat de cavalerie contre les Germains. Amis de Rome, les Lactorates tenaient un tronçon de la Peyrigne, comme aussi, sans doute, celui d’une piste vers le Toulousain. Leur territoire – contenu ou non dans les limites du diocèse médiéval – débordait au nord sur le Condomois (fig. 3), comme le pense J. Clémens, Lomagne, Condom ois et Agenais d’après la Vie de saint Antoine de Lialores, dans Bull. Soc. Arch. Hist. Gers 1981, p. 252-261 ; voir aussi Angély, Cité des Agenais... p. 96-97-Vers l’ouest, leur frontière se plaçait sur la Baïse ou sur l’Osse. En faveur de la première témoignerait le nom de la station routière de Camarade (cne et c. de Valence-sur-Baïse, ar. de Condom) qui semble appartenir à la liste des termes en -randa selon Ch. Marteaux, Note sur Chamerande, dans RE A, 1921, p. 52-54. En faveur de l’Osse, il y a le fait que, aujourd’hui encore, et contrairement à la Baïse qui n’en porte aucune, cette rivière, presque tout au long de son parcours inférieur, forme limite de canton, d’arrondissement ou de département. Leur capitale, Lactora, a été quelque peu malmenée dans les travaux d’histoire régionale : Camoreyt voulait y mettre l'oppidum des Sotiates, et Desjardins, Tasta, celui que Ptolémée attribue aux Oscidates. Leur absence dans la liste des vaincus de 56 s’explique sans peine : ils étaient simplement dans le clan des vainqueurs.

61 BG 111, 20, 2.

62 C’est ce que font Desjardins (II, p. 364 et p. 644 n. 4) et le chanoine Angély (Rev. Agenais, 1944, p. 13-17 et 1968, p. 86-97).

63 Boudon de Saint-Amans, Essai... p. 9-14 et p. 17, suivi par le chanoine Angély (Rev. Agenais, 1944, p. 13-17), donne déjà La Réole aux Nitiobroges. Cette hypothèse est séduisante mais provisoirement ( ?) invérifiable puisque le seul argument utilisable repose sur le toponyme de la commune actuelle de Girondesur-Dropt (c. de la Réole, ar. de Langon) dont le sens de terme-frontière (du type -icoranda) n’est pas assuré. Mais les historiens du Bazadais comme de l’Agenais, aujourd’hui comme hier, seraient assez tentés de l’adopter dans la mesure où elle résout en partie l’énigme que leur pose l’extension entre Garonne et Dordogne du diocèse médiéval de Bazas, supposé héritage de l’Antiquité préromaine. Pour moi, il faut s’en tenir aux textes (César, BG I, 1,2 ; Strabon, IV, 2,1) qui précisent sans équivoque que le territoire des Aquitains ne dépasse pas la Garonne, ce que confirme implicitement la liste de Pline où les “vrais” Aquitains sont isolés du reste des cités nées de la réforme augustéenne. Si le Dropt a réellement été une frontière, la position des Nitiobroges n’en apparaît que plus originale, car cela signifie qu’ils tenaient les trois grands gués de la Garonne entre le Toulousain et le Bordelais (ceux de Lécussan, face à Agen, de Thouars, face à Aiguillon et enfin de La Réole) c’est-à-dire les passages des trois grands axes routiers méridiens de l’Aquitaine centrale : ceux de la Peyrigne, de la Ténarèze et, à l’ouest, d’une route venue du Poitou par Civray et l’Angoumois (voir la carte de la fig. 1). Pour n'être attestée que tardivement (voir C. Jullian, Inscriptions romaines de Bordeaux, II (= IRB), Bordeaux, 1890, p. 211-212 et 235-237), celle-ci n’en est pas moins très ancienne. Jullian la déclare d’époque romaine (p. 235), mais je la crois antérieure à la conquête : les trouvailles de Tayac et du site de Lacoste à Mouliets-et-Villemartin me paraissent conforter cette opinion. M. Rouche en fait au contraire une route nouvelle (en 1004, voir Flaran 2, p. 29).

64 Pline, NH, IV, 19 (109) : “Nitiobroges, Tarneque amne discreti a Tolosanis”.

65 C’est l’opinion de bon sens que partagent les érudits agenais, suivis par J. démens (voir les articles cités dans les notes précédentes).

66 À moins d’y loger certains des petits peuples de Pline que P.-M. Duval situe aux environs de la moyenne Garonne, tels les Succasses, voire d’autres tribus clientes des Nitiobroges et dont le nom ne nous est pas parvenu...

67 CIL, XIII, 548. Même si ce n’est qu’un mince argument, je verrais dans le nom de la Gélise, rivière médiocre qui est le plus occidental des affluents de la Baïse, mais qui s’est imposé comme le cours d’eau principal à l’ouest de celle-ci, le signe de la prééminence élusate sur la région.

68 J. Clémens, Le “limes Vasconie” d’après la Vie de saint Sever, dans Bull. Soc. Hist. Arch, du Gers, 1980, p. 245-262.

69 Ce que fait notamment le chanoine Angély. Voir son article et la carte établie sur ses observations par M. Luxembourg (art. cité, p. 96).

70 BG, III, 27, 1. M. Rambaud les chasse de la liste au profit des Boiates (id. Erasme, p. 199, app. crit.). L’argument de la faute des mss me paraît ici insuffisant, d’autant qu’il détruit la cohérence géographique de la liste césarienne. D’un autre côté, il convient de rejeter l’idée qu’un peuple de ce nom ait pu exister comme tel.

71 Duval, Peuples, p. 220 et 225. C’était aussi l’opinion de Desjardins (II, p. 377-378) et de Zangemeister (Géographie, p. 20 et 23).

72 Les “Oscidates Campestres” dans Rev. Agenais, 1980, p. 3-8. Plusieurs toponymes évoquent dans cette zone le nom de ce peuple. À la liste fournie par J. Clémens, on ajoutera une mention Esquinjos figurant sur la carte de Cassini (dans la cne d’Allons). Il reste à déterminer les liens des Oscidates avec l’oppidum de Tasta que Ptolémée (II, 7, II) déclare leur “polis”. Il existe, en effet, un château de Tasta près de Nérac et trois autres sites portent un nom très proche (au moins phonétiquement) de celui-ci (carte, fig. 3), mais tous se placent à droite de la Gélise, soit assez loin à l’est de la limite que J. Clémens assigne à l’ethnie aquitaine. Le nom même de Tasta n’est pas rare ailleurs dans le Sud-Ouest : il apparaît en Gironde (dans les commune de Saint-Martin-la-Caussade, Cubnezais, la Pouyade, Saint-André-de-Cubzac, Saint-Sulpice-et-Cameyrac, Saint-Aignant, Bruges, le Teich, Cabanac-et-Villagrains) et dans les Landes (à Sanguinet).

73 C’est un argument supplémentaire qui plaide en faveur de l’attribution à Éauze de toute cette région après la conquête, au moment de la réforme administrative d’Auguste.

74 Voir ci-dessus p. 29 et n. 60.

75 La fixation à cet emplacement (dit “pont de Bordes”) d’un des points marquant les limites du pagus historique d’Agen peut avoir conservé le souvenir de cette situation.

76 Voir plus haut n. 41.

77 BG III, 20, 4-22.

78 AG III, 23, 1.

79 NH, IV, 108.

80 Desjardins, II, p. 363 et 373 ; L. Maurin, Les Basaboiates, dans Langon, Sauternais-Cemès, (XXIIe Congrès d’Et. Rég. Féd. Hist, du Sud-Ouest) Langon, 1970, p. 1-15. Voir aussi Duval, Peuples, p. 214-215 et 223.

81 Elle l’est surtout depuis que C. Jullian a imposé l’autorité de son choix (voir IRB II, p. 171, 189, 193 ; Histoire de la Gaule II, p. 450, n. 9 ; III, p. 307, n. 3) suivi par Bladé (Géographie, p. 117-118), Gœssler (RE VIII, A, 1, s.v. Vasates) et DUVAL (Peuples, p. 214, 220, 224) dont dérive RE IX, A, 1, s.v. Vocates (P. Wuilleumier).

82 Série T (Thuaneus) xie s., procédant de la classe ß des manuscrits de César, la seconde des deux séries capitales dérivées de l’archétype commun X.

83 La formule est employée par César, précisément à propos des tribus aquitaines qui n’ont pas envoyé d’otages à Crassus après sa victoire (BG III, 27, 1).

84 Non sans perplexité : comparer II, p. 363 et n. 8, p. 365, 373 et 41 8 (tableau).

85 En III, 23, 1 et III, 27, 1 ; voir les notes de l’éd. Erasme, p. 190 et 199.

86 Basaboiates... p. 3-4.

87 Le peuplement du Bazadais méridional, de la préhistoire à la conquête romaine, dans Bazas et le Bazadais... p. 13-33, carte, p. 25. Sur le problème de l’extension d’entre Garonne et Dordogne, voir ci-dessus, n. 63.

88 Ce qui rend très incertaine l’existence des “Latusates” qui doivent céder la place soit aux Tarusates, comme je l’ai proposé après Bladé (références ci-dessus, n. 60), soit aux Lactorates, comme le propose P.-M. Duval (même référence).

89 Desjardins II, p. 363, 367, 370, 376, 500 et 645, n. 2 avec des hésitations, des certitudes et des remords ; Hirschfeld, CIL XIII, p. 55, DUVAL, Peuples, p. 224.

90 Sur leurs liens supposés avec Tartas, ci-dessus, n. 21.

91 Au lieu-dit Esquieys, cne de Pompogne, c. de Houeillès, ar. de Nérac, Lot-etGaronne, ou à l’ancienne église saint Pierre d’Esquieys, cne et c. de Houeillès, comme le propose G. Tholin, suivi par J. Clémens, Oscidales... p. 7.

92 Lieu-dit de Goualade, c. de Captieux, ar. de Mont-de-Marsan, Landes ; Jullian, IRB, II, 1890, p. 219.

93 Ammien (Histoires, XV, II, 14) connaît, en Novempopulanie, Bazas, Éauze (qu’il situe par erreur en Narbonnaise) et Auch ; Sulpice Sévère (Chronique, II, 47-48) signale que le schismatique Priscillien, partant de Bordeaux pour se rendre à Rome, est passé par Eauze ; enfin, en 414, Paulin de Pella, sur la route de son exil, passe par Bazas (Eucharistikos, vers 331-332).

94 De toute manière il est impensable qu’il ait pu s’aventurer à l’aveuglette dans un milieu peu accueillant. Tout, au contraire, porte à croire, qu’il a cheminé sur de vrais itinéraires.

95 Dans Landes et Chalosses, p. 91, j’ai émis des réserves exagérées sur l’existence de ce chemin, qui s’impose incontestablement. Avec J.-B. Marquette, qui m’a amicalement communiqué le résultat de ses prospections autour de Bazas, je pense qu’il se tenait à proximité de la route actuelle entre Bazas et Captieux. Ensuite, il devait se diriger sur Lencouacq par le site du futur hôpital de Bessaut. E Bériac, Hôpitaux et routes des Landes, xiiie-xvie siècles, dans La Grande Lande... (p. 177-196), p. 187 admet – et elle a sans doute raison – que le chemin médiéval qui passait là aux xiiie-xive siècles peut avoir une origine antique. Vers le sud, je ne sais où le conduire : il tombait sur la rive droite de l’Adour, peut-être à l’est de Grenade.

96 Jullian, III, p. 307-308.

97 BGIII, 23, 7 (vias obsidere), répété en III, 24, 2 et développé en III, 24, 3 : “impeditos (Romanos) in agmine et sub sarcinis infirmiore animo adoriri cogitabant”.

98 BG III, 25-26. Je ne me hasarderai pas à proposer une localisation pour cette bataille, d’autant moins que le seul renseignement fourni par César est qu’à cet endroit s’étendait une vaste plaine découverte (“apertissimis campis”) ou la cavalerie put se donner librement.

99 BG III,27, 1.

100 Voir par exemple les problèmes posés par l'identification des Toruates et des Vassei de Pline. Pour les premiers, identiques ou non aux Tarusates, Desjardins II, p. 363 et 376 ; A. Holder, Alt-celtischer Sprachschatz, II, col. 1738-1739, s.v. Tarusates ; H. Zeiss, REIV, A, 2, s.v. Tarusates ; Duval, Peuples, p. 218, 225. Pour les Vassei, on a songé aux Vasates : Desjardins II, p. 363, 373, 377, 381, 418 ; III, p. 161, n. 3, 239 ; contra : Duval, Peuples, p. 220 ; Gœssler, RE VIII, A, 1, s.v. Vasates ; col. 348 (“une énigme”).

101 Holder, Sprachschatz... II, col. 855, s.v. Onesii ; Duval, Peuples, p. 217 ; Rambaud, éd. Erasme, p. 198, note.

102 Rambaud, éd. Erasme, p. 198, app. critique, à la place des incompréhensibles Ptiani des codices.

103 Rambaud, p. 199.

104 Gates (mss) ; M. Rambaud restitue Boiates, à tort. On doit appliquer à la leçon des mss le même traitement que P.-M. Duval propose pour les Datioi de Ptolémée (Peuples, p. 220). Voir aussi Clémens, Oscidates, p. 4-6 et ci-dessus, p. 30 et n. 70.

105 Leur présence dans la liste (du moins s’ils ont réellement existé sous ce nom) invite à les installer sur la moyenne Garonne plutôt que sur le cours supérieur du fleuve, qui, théoriquement, appartenait alors à la Province.

106 Lactorates, pour Rambaud, p. 200, à tort.

107 Je me range à l’avis de Duval (Peuples... p. 226) et de Maurin (Basahoiutes, p. 13). Convènes et Consoranni sont évidemment exclus à celle époque. Il ne manque que les Boiates.

108 Duval, Peuples, p. 218.

109 Ce passage est surtout attesté au Moyen Âge. On lit dans un passage de la chronique de Frédégaire (c. 78, p. 65) qu’en 637/638, l’armée envoyée par le roi Dagobert contre les Gascons subit une attaque en règle “in valle Subola”. À une date plus tardive, la route était jalonnée par les dépendances (trois refuges) du monastère d’Igal : voir E. Lambert, Les routes des Pyrénées atlantiques et leur emploi au cours des âges, dans Pireneos, VII, 1951 (p. 335-382), p. 338 et 349.

110 R. Étienne, Les passages transpyrénéens dans l’Antiquité. Leur histoire jusqu’en 25 av. J.-C., dans Actes du 2e Congrès Int. d’Et. Pyr. (Luchon-Pau, 21-25 sept. 1954), 6, Toulouse, 1957, p. 91-108. N. Dupré, La vallée de l’Ebre et les routes transpyrénéennes antiques, dans Caesarodunum, XVIII, 1983, Actes du Colloque : Les voies anciennes en Gaule et dans le monde romain occidental (Paris, E.N.S., 1982), p. 393-409.

111 On imagine volontiers que les sites d’Aire, Lescar et Oloron portaient déjà des établissements indigènes, avant de devenir, sous l’Empire, les sièges de capitales de cité.

112 Sur le détail de ces événements, on lira en dernier lieu P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques, d’Auguste à l’invasion de 409 (Publ. Centre Pierre Paris, 8), Paris, 1982, p. 63-67, avec la bibliographie antérieure. Du côté aquitain, deux “soulèvements” chez les “Gaulois d’Aquitaine” (en 39/38 et 29/28 sont relatés par Appien (Guerres Civiles, V, 75, 318 ; V, 92, 386 et IV, 38, 161). Ils nécessitèrent l’intervention d’Agrippa, puis de Valerius Messalla Corvinus. Voir J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa (BEFAR, 253), Rome, 1984, p. 70 et n. 219. De ces deux épisodes guerriers, seul le second peut être localisé dans le pays, ou non loin du pays, où vivaient les Tarbelles (Tibulle, Elégies, I, 7, 1-12 ; II, 1, 33).

113 Rambaud, éd. Erasme, p. 199, notes.

114 État détaillé de la question brossé par D. et E Tassaux dans : Aulnay-de-Saintonge : un camp militaire augusto-tibérien en Aquitaine, 2e partie, dans Aquitania, 2, 1984, (p. 105-157), p. 146-155.

115 La preuve en est donnée par les fouilles du camp romain de Saint-Jean-le-Vieux (c. de Saint-Jean-Pied-de-Port, ar. de Bayonne, Pyrénées Atlantiques) qui n’ont livré aucun mobilier antérieur aux années 30-15 av. J.-C. Voir les informations parues depuis 1967 dans les chroniques de Gallia, et notamment Gallia, 35, 1977, p. 471.

Table des illustrations

Légende — Fig. 1. L’itinéraire de Crassus selon C. Jullian et M. Rambaud.—Rectifications proposées. 1. Limite approximative des cités gauloises. 2. Itinéraire selon C. Jullian. 3. Itinéraire selon M. Rambaud. 4. Itinéraire probable, tracé connu. 5. Itinéraire probable, tracé hytpothétique. 6. Oppidum. 7. Autre site. 8. Ville-repère actuelle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8465/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Légende — Fig. 2. Géographie de l’Aquitaine à l’époque de la guerre des Gaules. —1. Frontières approximatives des peuples. 2. Peuples. 3. Pistes. 4. Oppidum. 5. Autre site. 6. Ville-repère actuelle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8465/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende — Fig. 3. Ténarèze, Peyrigne et leurs abords au sud de la Garonne à l’époque césarienne. —1. Limites administratives. 2. Frontières approximatives des peuples aquitains. 3. Frontières approximatives des cités gallo-romaines. 4. Vestiges préhistoriques. 5. Tumulus. 6. Oppidum. 7. Monnaies aquitaniques. 8. Monnaies à la croix. 9. Autres monnaies préimpériales.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8465/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 229k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540