Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

1. Routes et territoires de l’Aquitaine antique

Quelques problèmes d'histoire dans deux cités de l’Aquitaine méridionale à l’époque gallo-romaine

Note de l’éditeur

Aquitania, 1, 1983, p. 25-36 (co-auteur G. Fabre).

Texte intégral

1On sait combien est mal connue l’histoire des cités de l’Aquitaine méridionale à l’époque romaine et les réflexions qui vont suivre ne prétendent pas apporter de solution miracle aux questions restées jusque-là sans réponse. Nous présentons ici deux dossiers qui pourront apparaître très artificiellement réunis. En fait, le choix que nous avons fait de les lier vient de ce que nous avons voulu présenter des problèmes de méthode. Le premier des dossiers veut montrer à travers l’exemple du milliaire dit du Somport combien il est délicat de reconstituer sur la base de l’interprétation d’un type de document toute l’histoire d’une cité. Le second, consacré à l’étude de la dénomination des cités de l’Aquitaine méridionale, a délibérément privilégié l’importance accordée aux grandes séries, plaçant l’histoire de ces cités d’Aquitaine méridionale dans la perspective plus large de celle des cités du reste de la Gaule.

Le dossier d'Iluro

  • 1 CIL, XIII, 8894. Découverte en 1860 près de l’auberge de Payolle, la borne est conservée actuellem (...)

2L’un des rares documents épigraphiques connus et conservés dans la zone bascobéarnaise est le milliaire dit du Somport1, dont nous ne connaissons cependant que la base rectangulaire et le bas de la colonne même. Sur la pierre demeurent au moins deux lignes avec les indications ILVR / M P. Mais il faut penser qu’une ultime ligne portait le nombre des milles séparant Iluro du pied de la montée proprement dite du col, ce que laissent entendre les restes de deux X. On devrait donc lire et comprendre [---AB] ILUR(one) / M(illia) Passuum) / XX[---], soit depuis Iluro vingt (au moins) milles.

  • 2 Statistiques tirées du CIL, XVII, 2. Les conclusions ont été présentées lors d’un séminaire de l’U (...)
  • 3 L'Itinéraire d’Antonin indique XII, entre Beneharnum et Iluro. Si ce nombre est exact, il faut pen (...)

3Ce texte si souvent cité est éclairé par les remarques de G. Walser à partir d’une statistique portant sur les 677 bornes milliaires découvertes en Germanie et dans les Gaules2, datées d’Auguste à Théodose. On peut ainsi établir qu’à partir du premier tiers du iie siècle, en gros la période Trajan-Hadrien, un changement radical est intervenu dans la manière de compter les distances indiquées sur ces bornes. En effet, dans les Trois Gaules, l’utilisation du mille romain a été supplantée par celle de la lieue3 ; dans les Germanies, cette modification ne serait intervenue qu’à partir de la fin du iie siècle (époque de Septime Sévère), tandis qu’en Narbonnaise l’unité proprement romaine a été conservée, tout comme dans les régions d’Autun et de Toulouse à Saint-Bertrand-de-Comminges.

  • 4 245-247 (Labroquère), 253-260 (Saléchan), 282-283 (Saint-Bertrand), 286 (Campan), 305-306 (Mons), (...)

4Certes, rien n’exclut que dans le Sud-Ouest de l’Aquitaine où, antérieurement à la conquête, la leuga gauloise n’avait peut-être pas cours, le mille ait continué à être utilisé comme dans la cité des Convenae. D’autre part, on doit souligner que tous les milliaires datés découverts au sud de la Garonne ne sont pas antérieurs au milieu du iiie siècle et même datent en majorité du tournant des iiie et ive siècles, c’est-à-dire de l’époque tétrarchique4.

— Fig. 1. Le milliaire du Somport. CIL XIII, 8894. Cl. G. Fabre. —

  • 5 Anciennement au musée de Pau (Inv. no 6447). Déposé à la mairie d’Oloron en 1971, puis au musée d’ (...)

5Cependant, on ne peut ignorer que la cité des Convenae, transférée sous Auguste de la Narbonnaise à l’Aquitaine nouvellement créée, représentait une zone plus anciennement et plus complètement romanisée que l’Ouest pyrénéen. Par ailleurs, l’importance statistique du matériel étudié par G. Walser est de nature à conduire à la conclusion que le milliaire de la vallée d’Aspe, s’il n’est pas antérieur au iie siècle, a dû être gravé au plus tard dans la première partie de celui-ci5.

  • 6 L’Itinéraire d’Antonin, signalant la route transpyrénéenne a Beneharno ad Caesaraugustam, énumère (...)
  • 7 CIL, XIII, 407. À moins de supposer un dédoublement dû à l’érudition moderne, il semble que l’on d (...)
  • 8 Ce qui renvoie à une communauté municipale, comme par exemple dans le cas de Dax (cf. CIL, XIII, 4 (...)
  • 9 Voir L. Maurin, Les Basaboiates, Actes FHSO Langon, 1970, p. 1-15 (= Maurin, Basaboiates).
  • 10 Contrairement à ce que croyait Menjoulet, C. Jullian était d’avis que la Soule, comme le Labourd, (...)

6Si cette hypothèse est retenue, il faut tirer un deuxième enseignement autrement important que la confirmation du caractère quasi officiel de la route du Somport, à savoir que la ville à partir de laquelle les distances étaient comptées sur le milliaire n’était pas une simple étape6 ; en effet, une règle générale veut que ce soit à partir du centre administratif de la cité (ou depuis sa frontière, ce qui n’est pas le cas ici) que le décompte des distances ait lieu. Un autre document épigraphique, malheureusement disparu, difficile à reconstituer7 et qui était inscrit sur un pan de rocher dominant la route (à un point de resserrement de la vallée d’Aspe, à hauteur du défilé de la Pène d’Escot), représente dans notre hypothèse un important élément de cohérence. Gravée à côté ou par-dessus un texte plus ancien, était conservée jusqu’au milieu du xixe siècle une inscription ayant trait à la route même : il y était sans doute question d’un personnage, au nom probablement mal lu, qui aurait géré à deux reprises la charge de duovir8 et qui, à ce titre, accomplissant le munus réglementaire, aurait procédé à ses frais à une réparation nécessitée par l’usure ou un accident naturel. Habituellement, cette charge, exprimée dans un formulaire courant au second siècle, était mise en rapport avec la cité de Dax où le personnage serait “monté” faire carrière, figurant certainement l’exemple d’un notable local ayant su élever sa notoriété hors des limites de son terroir d’origine9. Mais à cette image on pourrait désormais substituer celle d’un notable aspois ou oloronais supportant les charges afférentes au duovirat exercé à Iluro même et participant à l’entretien ou à l’amélioration des conditions de circulation sur un itinéraire essentiel pour cette dernière. On remarquera par ailleurs que le règne d’Hadrien a été marqué par une réforme du cursus publicus aboutissant à alourdir les responsabilités financières des cités en matière d’entretien routier : les deux inscriptions du Somport et d’Escot n’auraient donc pas été gravées trop loin l’une de l’autre dans le temps, si elles ne sont pas vraiment contemporaines. Ceci impliquerait que la date traditionnellement admise concernant l’élévation d'Iluro au rang de capitale de cité (de la civitas Illoronensium) doive être remontée d’au moins un siècle et demi ou deux ; si donc c’est par un démembrement de la cité de Dax que le territoire de la nouvelle cité, bien difficile à délimiter au demeurant10, a été constitué, toute notre appréciation de l’histoire administrative et municipale de l’Aquitaine méridionale serait à reconsidérer.

7Pour mesurer la force de ces hypothèses, il est nécessaire de les confronter avec les réalités archéologiques propres au site d’Oloron. Nous devons constater que l’état actuel des découvertes ne semble conférer à la ville ni une antiquité ni une importance particulières, dans la mesure où, depuis le xixe siècle, aucune observation systématique n’a été menée dans les limites de celle-ci.

  • 11 Une monnaie de bronze d’Antonin le Pieux et une de Gordien découvertes au siècle dernier ; une ou (...)
  • 12 Voir P. Ritter, Les constructions militaires de Gaston Fébus en Béarn, Pau, 1923, p. 45 et P. Tuco (...)
  • 13 Voir en particulier Menjoulet, Chronique, p. 46, qui aurait recueilli des monnaies.
  • 14 C’est l’argument avancé par A. Blanchet, Les enceintes romaines de la Gaule, Paris, 1907, p. 197. (...)
  • 15 Monnaies, cf. Palassou, Supplément aux Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des Pyrénées et (...)
  • 16 Découverte réalisée en 1978 : murs de 0,80 à 1 mètre d’épaisseur (galets et mortier), tegulae, cul (...)

8L’attention a été essentiellement portée sur la haute ville, groupée depuis l’époque médiévale autour de l’église Sainte-Croix. Peu de trouvailles sont à signaler, autres qu’isolées, qu’il s’agisse de monnaies ou de tegulae11 sans rapport avec des constructions précises. Nous avouons d’ailleurs notre perplexité devant les indications concernant l’enceinte, sûrement médiévale12, mais à propos de laquelle M. Mazure et l’abbé Menjoulet ont soutenu qu'elle aurait présenté, à la base, des parties en moyen appareil ( !) d’époque romaine13. Sous réserve de futurs sondages, nous ne pouvons affirmer qu’en tant que chef-lieu de cité, la ville aurait été nécessairement fortifiée14, ni à plus forte raison qu’une enceinte préromaine aurait entouré ce site d’oppidum. Par ailleurs, les découvertes effectuées à proximité de l’église Sainte-Marie, sous la forme de mosaïques, de monnaies ou même d’une “porte romaine fortifiée” ( !)15 ont moins de consistance que celles, récentes, qui concernent une série de murs puissants, accompagnés d’un matériel réellement antique16.

  • 17 Cf. Sud-Ouest, 18-11-1980 (nous avons identifié un abondant matériel : murs, briques d’hypocauste, (...)
  • 18 À Soeix, un chapiteau (C. Lacoste, Le Béarn gallo-romain, mémoire inédit, p. 9, 75) ; à Légugnon, (...)
  • 19 Exposée au musée d’Arudy.

9De même, l’on doit signaler l’existence, dans le quartier Notre-Dame, aux confins de Goes, de ce qui devait être une villa17. C’est du reste hors de la ville que les vestiges archéologiques les plus importants ont été recueillis : à Soeix, Légugnon, Escout, Lurbe-Saint-Christau18. Un document découvert à Geüs d’Oloron, à 9 km environ au nord-ouest de la ville, semble renforcer l’hypothèse d’une promotion juridique d'Iluro sous le Haut-Empire. Il s’agit d’une tête de marbre, en très mauvais état de conservation19, pourvue à la base d’un pivot, ce qui pourrait faire penser à une œuvre concernant quelque personnage important, empereur ou magistrat municipal. Rien n’interdit de penser que cette œuvre sculptée doive être mise en rapport avec l’existence d’une vie publique dans le cadre d’Iluro et être datée du Haut-Empire de préférence, c’est-à-dire de la période durant laquelle la vie municipale et ses manifestations (notamment dans le cadre de la statuaire) ont été les plus actives.

10Il faut cependant rappeler que rien, jusqu’à présent, n’a été recueilli dans la haute ville comme à Sainte-Marie qui pourrait faire penser à l’existence d’un centre officiel, place publique, temple ou même muraille. Le nom même d'Iluro est-il le gage d’une précocité réelle de l’attribution d’un statut de chef-lieu à celle-ci ?

  • 20 CIL, XIII, 154 (Mondilhan).
  • 21 CIL, II, 1945 (et p. 704), nord-ouest de Málaga.
  • 22 Pline, N.H., III, 22 ; CIL, II, 4616.
  • 23 Ilurco : Pinos Puente, région de Grenade ; Ilugo : S. Esteban del Puerto, près de Cazlona.
  • 24 Calagurris (Calahorra, St Martory), Iliberris (région de Grenade) / Elimberris (Auch).
  • 25 Sur le nom même d’Illuro et son ascendance ibérique, voir L. Michelena, De onomâstica aquitana, Pi (...)
  • 26 Contrairement, par exemple, à ce qui s’est produit, dans la même zone à propos de Beneharnum, tête (...)

11Ce toponyme désigne d’une part une agglomération correspondant à l’Oloron moderne, d’autre part une divinité de type aquitain “interprétée” et honorée dans le Comminges20. Ce caractère ancien, hérité d’un passé antérieur à la conquête romaine, est souligné par le fait que deux villes hispaniques, nées dans un contexte purement ibérique, sont homonymes : l’une correspond à factuelle Alora en Andalousie21, l’autre à Mataró en Catalogne22. Notons que d’autres toponymes très proches, Ilurco, Ilugo, apparaissent dans l’Hispanie antique23. Notre site partage donc avec d’autres agglomérations de la zone comprise entre Pyrénées et Garonne la caractéristique de porter le même nom que des villes situées au sud de la chaîne24. L’antiquité de cette appellation soulignerait des parentés au moins culturelles entre les deux versants pyrénéens, parentés qui sortent de notre propos, car elles précèdent l’installation de Rome25 ; mais elle expliquerait aussi pourquoi dans les rares documents datant de l’époque impériale ce nom serait resté, indiqué sur des sources routières, et même, ce qui ne représente cependant pas un cas isolé en Aquitaine méridionale ou dans le reste des Gaules, pourquoi les habitants de la cité dont Iluro est devenue la tête ont été appelés du nom de celle-ci26. C’est ce que nous apprend la Notitia Galliarum, qui nous donne un état administratif des provinces et cités entre Rhin et Pyrénées à la fin du quatrième ou au début du cinquième siècle.

  • 27 Voir Maurin, Basaboiates, p. 14.
  • 28 Notons cependant qu’Angoulême, au nom gaulois, naît en tant que cité à époque tardive, et peut-êtr (...)

12Ce document étant le seul à mentionner avec certitude le statut privilégié de cette ville, alors qu’aucune autre donnée ne nous permet – en dehors de l’interprétation de G. Walser – d’affirmer que ce statut aurait été accordé de façon assurée sous le Haut-Empire, nous sommes renvoyés à l’hypothèse généralement admise selon laquelle cette promotion serait intervenue tardivement, sans doute après 30627. S’inscrivant dans une politique de gestion plus étroite des provinces et des cités, la création de la cité d'Iluro aurait résulté d’un éclatement de la cité de Dax, la plus étendue sans doute de l’Aquitaine méridionale depuis l’époque augustéenne28. Quant à l’indication de milles sur la borne du Somport, elle pourrait être due, comme au-delà des Pyrénées, au fait que la lieue ne faisait pas partie d’un héritage préromain.

À propos du nom de Dax

  • 29 CIL II, 3876 : ILER 6343.

13Une inscription funéraire de Sagonte, malheureusement perdue, et de plus, incomplète29, datable, par son formulaire, d’avant l’époque flavienne, sera notre point de départ. Le texte porte les trois lignes suivantes :

14L. V ALERIVS MVNTANVS TARBELL VS IIII S[ig] NANVS DOMV NARB (one)…..

  • 30 Le qualificatif de Quattuorsignanus (dont le souvenir s’est vraisemblablement conservé dans le nom (...)
  • 31 Très nombreuses mentions au CIL XIII, par exemple, CIL 1676, Sex. Iulius Thermianus, Senonius.. CI (...)
  • 32 CIL XIII, 608 (7), 609 (Bordeaux), 920 (Agen) ; RIT 401 (Tarragone).
  • 33 CIL XIII, 3067 ; 1883 ; 1796, 1844, etc.
  • 34 Ptolémée II, 7, 8, précise pourtant que Aquae est la ville des Tarbelles : Itin. Anton dit “Aquis (...)
  • 35 Publiée par O. Seeck, Notitia Dignitatum... Berlin, 1876, p. 262-274, et par Th. Mommsen dans M.G. (...)

15Quoique la suite manque, l’interprétation ne présente aucune difficulté : il s’agit de l’épitaphe d’un personnage, très probablement citoyen romain, domicilié à Narbonne mais d’origine tarbelle, c’est-à-dire “landaise”30. Indiquer son origo par son nom ethnique est une pratique courante dans les Trois Gaules sous le Haut-Empire31 ; pourtant, dans ce cas précis, cet usage prend un relief particulier : par la suite, en effet, les inscriptions qui mentionnent des gens originaires de la cité de Dax disent ceux-ci cives Aquenses32, alors que, dans le reste de la Gaule, c’est une règle quasi générale que de désigner la communauté politique à laquelle on appartient par la même indication ethnique : on n’est pas citoyen de la cité d’Agedincum, d'Augusta ou de Durocortorum, mais civis Senonius, civis Treverus ou civis Remus33. Dès le Haut-Empire, au contraire, à Dax, l’élément ethnique a été éliminé dans la dénomination du chef-lieu34. Au temps d’Honorius, la Notice des Gaules35 ne connaît que la civitas Aquensium, d’où sort le nom actuel de la ville landaise, et non pas la civitas Tarbellorum ou Signanorum, alors que, au même moment, Agedincum a cédé la place à civitas Senonum (Sens), Augusta, à civitas Treverorum (Trèves), Durocortorum, à civitas Remorum (Reims), etc.

  • 36 Jullian, IV, p. 323-326 et 525-530.
  • 37 “Le changement de nom des chefs-lieux de cité en Gaule au Bas-Empire”, dans Mém. Soc. Antiq. de Fr (...)
  • 38 Saintes, p. 139-142 et p. 156.
  • 39 Rouche, p. 52. Voir plus bas n. 79.
  • 40 Saintes, p. 141-142, p. 156 ; Jullian, IV, p. 325-326.

16Vouloir expliquer ce phénomène, c’est, bien entendu, reprendre la question du “changement” (nous mettons volontairement le mot entre guillemets) du nom des chefs-lieux des cités gauloises. Le sujet a été étudié par C. Jullian36, puis, récemment, par M. Rouche37 et, plus brièvement, L. Maurin38. Disons d’emblée que nous repoussons les conclusions de M. Rouche, pour qui le “changement” résulte d’un “retour en force de l’élément gaulois” à la faveur de la crise du iiie siècle39, pour nous rapprocher de celles de L. Maurin, assez voisines de celles de C. Jullian40, qui mettent en avant la permanence des structures ethniques gauloises à l’époque romaine. En prolongeant ces propositions, nous serons conduits à constater d’abord que la désignation du chef-lieu par l’ethnique aurait dû être la règle générale, et, en second lieu, que le “changement” du iiie siècle n’en est pas véritablement un ; il prend place, en effet, dans une évolution qui s’est accomplie en cinq siècles et plus : entamée dès le début de l’Empire, elle n’était pas encore complètement achevée au moment où fut rédigée la Notice des Gaules, diverses circonstances ayant joué pour précipiter ou retarder le succès de l’ethnique, ou imposer finalement celui du toponyme.

— Fig. 2. CIL XIII, 609a. Musée d’Aquitaine, Bordeaux. Cl. B. Biraben. Tous droits réservés. —

17Que le “passage” à l’ethnique ait été dans l’ordre des choses, c’est ce que montre amplement la liste des 79 cités de la Notice. Bien entendu, ne doivent entrer en ligne de compte que celles qui avaient été créées à l’époque augustéenne et s’étaient maintenues depuis lors sans changement. Comme l’a fait avec raison M. Rouche, nous éliminerons donc :

  • 10 créations sûres ou infiniment probables du Bas-Empire41,
  • 6 cas où le transfert du chef-lieu a pu ruiner une évolution en cours vers l’ethnique42
  • les trois colonies de Lyon, Nyon et Cologne, non ethniques évidemment, caractère que souligne Tacite à propos de la dernière43.
  • 44 Les exceptions sont d’abord celles de la civitas Vasatica et de la civitas Catalaunorum, mais ce s (...)

18Les noms de ces cités se présentent le plus souvent sous une forme qui les distingue nettement des autres : leurs habitants sont désignés par un adjectif en -ensis dérivé du nom du chef-lieu : Lugdunum (Lyon) donne la civitas Lugdunensium, Camaracum (Cambrai), la civitas Camaracensium, etc.44 Primauté du chef-lieu et formation indépendante des structures ethniques paraissent aller de pair avec ce type de dénomination.

  • 45 La cité dont la ville de Feurs (Loire) est l’actuelle héritière a disparu de la liste. Nous penson (...)
  • 46 L’épigraphie ne l’atteste formellement que pour Agen : sur le milliaire CIL XIII, 8886, daté des a (...)
  • 47 Les Tungri, dont le nom n’apparaît dans les sources qu’à l’époque augustéenne, sont les héritiers (...)
  • 48 C. Jullian (II, p. 454, n. 5) relevait déjà : “le propre de l’administration romaine a été de crée (...)
  • 49 Ce que montrent, en Aquitaine, les groupes de cités désignés sous le nom de Novem Populi (CIL XIII (...)
  • 50 Jullian, IV, p. 325-326, mais voir ci-dessous n. 78.
  • 51 CILXIII, 615 ; 11050 ; 593.
  • 52 Parmi ceux qui venaient de cités où l’a emporté le toponyme du chef-lieu, relevons CIL XIII, 1674- (...)
  • 53 Voir les mentions du type Lemovices publice (CIL 1700), Petrucorii publice (CIL 1704), etc.
  • 54 Hist. IV, 62, 10 : “mœnia Trevirorum” pour désigner les défenses de Trèves ; Id. IV, 62, 1 et IV, (...)
  • 55 CIL XIII, 2669.
  • 56 Tacite, Ann., III, 43, 1, précise que, chez les Éduens, Augustodunum est “caput gentis”. Voir ce q (...)
  • 57 Liste dans Saintes, p. 141 et n. 63-65.
  • 58 Rouche, p. 49, suggère que cette pratique a pu favoriser le glissement définitif du toponyme à l’e (...)
  • 59 L’ampleur du phénomène apparaît avec la plus grande netteté lorsqu’on regarde ce qui s’est passé c (...)

19Les 19 cas que nous venons d’écarter réduisent à 60 le nombre de ceux qui restent à étudier. Le texte de la Notice montre que, vers 400, 52 (ou 5345) chefs-lieux étaient désignés par l’ethnique, soit environ 87 ou 88 % du total. Des sept ou huit autres, quatre l’avaient été un moment46. Ainsi, c’est la presque totalité des cités du Haut-Empire qui avaient connu le mouvement vers l’usage de l’ethnique pour dénommer le chef-lieu. Il faut donc bien se rendre à l’évidence : là était l’évolution normale, l’aboutissement justement prévisible. Pas de révolution comme le voudrait M. Rouche, mais, au contraire, consécration naturelle d’habitudes locales solidement enracinées, précisément parce que, dans l’histoire de la Gaule Chevelue, le fait ethnique tenait une place exceptionnellement importante. Ce point explique tout à lui seul, et permet de comprendre notamment pourquoi le “changement” qui s’est accompli n’en était finalement pas un. Dès l’époque augustéenne, en effet, le statut donné à la Gaule Chevelue a entériné officiellement l’existence du fait ethnique : les cités gauloises ont été normalement “nationales”. La chose est apparue à ce point naturelle voire nécessaire à l’administration romaine que parfois elle en a elle-même créé, dès qu’un semblant d’unité, fût-elle simplement géographique, pouvait justifier une telle décision : sans revenir sur le cas des Convenae du Comminges, rappelons ceux des Tungri de Belgique et des Taunenses de Germanie Supérieure47, peuples quasiment fabriqués48. C’est que, même artificielles, ces créations allaient dans le sens des habitudes locales49. C. Jullian l’avait relevé, c’étaient les peuples qui faisaient les cités50, ce dont témoigne bien l’épigraphie gauloise du Haut-Empire : un citoyen de la cité des Boiates était civis Boias, un citoyen de Vesunna, civis Petrucorius51. C’est comme représentants de leur ethnie que les prêtres de l’autel de Lyon remplissaient leur charge52, et c’est encore au nom de celle-ci qu’étaient offertes les dédicaces publiques aux grands dignitaires du Confluent ou aux gouverneurs de province53. À cette époque aussi la désignation du chef-lieu de la cité par l’ethnique devint usuelle : Tacite l’emploie occasionnellement à propos de Trèves et de Reims54, et on la trouve encore sur quelques inscriptions, comme celle de ce sevir augustalis, citoyen de Trèves, “in Aeduis consistens”55. Le chef-lieu était la ville de la cité-ethnique56 et la disparition de son nom propre au profit de celui de la nation apparaissait déjà comme une perspective vraisemblable. Les indications de la Table de Peutinger et de certains milliaires à partir de l’époque sévérienne57 attestent que, sous la pratique des noms mixtes58 (au moins), les dénominations officielles enregistraient progressivement le caractère courant de cette pratique. Bref, tout indique qu’il y avait là un aboutissement logique, que le mouvement aurait dû conduire partout à la disparition du toponyme du chef-lieu59.

20Cela n’en rend que plus intéressant le cas des quinze cités antiques aujourd’hui connues par le seul toponyme de leur ancien chef-lieu. Mais comme le succès de celui-ci s’est opéré à des dates très variables (assez tôt sans doute à Bordeaux, au milieu du VIe s. à Autun), il convient de ne pas appliquer partout le même raisonnement. Nous distinguerons, par conséquent, trois catégories :

  1. Les cités dans lesquelles l’ethnique a disparu tardivement (c’est-à-dire après l'époque de rédaction de la Notice des Gaules). Ce groupe est le plus nombreux, avec six et peut-être sept cités60. Les causes qui ont entraîné la ruine de l’idée ethnique ne sont pas connues, mais il est vraisemblable que les désordres introduits par les invasions, puis les troubles du ve siècle, ont ébranlé, et finalement abattu, ce qui restait de personnalité ethnique61, disparition qui a favorisé le triomphe du toponyme, dont l’emploi était loin d’avoir cessé partout62.
  2. Les cités qui ont connu une disparition précoce de l’ethnique (au plus tard dans le courant du ive s.) : ce sont Bordeaux (chez les Bituriges Vivisques), Agen (chez les Nitiobroges), Rouen (chez les Véliocasses) et Besançon (chez les Séquanes)63. Nous reviendrons plus loin sur ces quatre cas, les seuls, à notre avis, à constituer vraiment des anomalies.
  3. Les cités qui n’ont jamais été désignées par un ethnique, toutes en Novempopulanie : Dax (Aquae), Aire-sur-l’Adour (Atora /Atura), Oloron (Iluro /Illuro), et sans doute Tarbes, que la Notice appelle simplement civitas Turba. La dénomination de leurs habitants (Aqueuses, Aturenses, Illoronenses) porte la terminaison en -enses, nettement distincte64 de celle des cités ethniques, dont le nom est en -ae (Convenae), en -i (Consoranni, Auscii) et surtout en-ates (Boiates, Vasates, Elusates, Lactorates)65.
  • 66 Strabon, IV, 2, 1.
  • 67 Auxquelles ont été ajoutés les Convenae et les Consoranni, détachés de la Narbonnaise, pour former (...)
  • 68 Ces derniers avaient absorbé les Sotiates, comme il ressort du témoignage de CIL XIII, 548, trouvé (...)
  • 69 Ptolémée, II, VII, 8.
  • 70 Le prestige des Tarbelles est, à bien des égards, une création de l’érudition landaise. Au début d (...)
  • 71 Voir n. 26.
  • 72 On pourrait objecter à cette proposition les exemples des Tungri ou des Taunenses que nous avons n (...)
  • 73 Il n’y a pas lieu de retenir le Atur Tarbellae, civitatis Aquitaniae... de Vibius Sequester (De fl (...)

21Si nous observons que ces quatre cités sont précisément celles qui réunissaient la majeure partie des quelque trente peuples, “petits et obscurs” au témoignage de Strabon66, qui habitaient “du côté de l’Océan”, c’est-à-dire dans la partie occidentale de l’Aquitaine, la conclusion la plus simple s’impose d’elle-même : ces cités n’ont jamais été ethniques, parce qu’elles ne pouvaient pas l’être. Lors de la réforme d’Auguste, les “vrais” Aquitains avaient été regroupés dans sept cités seulement67, dont quatre formaient des unités à peu près homogènes (Auscii, Lactorates, Boiates/Basaboiates et Elusates68) De ce fait, la majorité des peuples furent répartis dans les cités restantes, à l’intérieur desquelles aucune “nation” n’était assez puissante pour éclipser les autres, contrairement à ce qui s’était produit par exemple chez les Pictons (aux dépens des Ambilatri et des Anagnutes), ou, mieux, chez les Éduens (aux dépens des Boïens réfugiés, et, plus encore, des Brannovices et des Mandubiens). La cité de Dax, qui s’allongeait jusqu’aux Pyrénées69, reçut le gouvernement des Tarbelles70, bien sûr, mais aussi des Cocosates du Marensin et de tous les peuples que P.-M. Duval a localisés dans l’actuel Pays Basque71 : Sibyllates, Camponi, Bercorales, Pimpedunni, Lassunni, Vellates et Toruates. Ces petits groupes, presque tous montagnards, remarquons-le, ne furent pas fondus dans une communauté “super-ethnique” qui n’aurait pas eu de sens72. Pour cette raison, la ville capitale donna son nom à l’ensemble de ceux qu'elle allait administrer73. Aire et Tarbes, Oloron (sans doute au ive s.) se trouvèrent dans la même situation et gouvernaient elles aussi plusieurs peuples. Seuls les Béarnais réussirent à maintenir leur personnalité en devenant l’une des cités nouvelles du Bas-Empire.

22Doit-on envisager d'étendre cette explication à toutes les cités dont les habitants portent un nom en -enses, ainsi qu’à celles qui ont connu un succès tardif du toponyme ? Non sans doute pour ces dernières :

  • 74 J. Clémens, les Oscidates Campestres, dans Rev. de lAgenais, 1980, p. 3-8.
  • 75 D’après les localisations proposées par P.-M. Duval.
  • 76 Au moins pour Agen (et pour Besançon si l’on ne veut pas suivre C. Jullian, voir plus haut n. 46). (...)

23Autun, par exemple, cité polyethnique, est resté civitas Aeduorum jusqu’au vie siècle : comment aurait-on attendu si longtemps pour évacuer une dénomination inadéquate si celle-ci avait été réellement ressentie comme telle ? Restent les quatre cités de Bordeaux, Agen, Rouen et Besançon. Dans la première, à côté des Bituriges Vivisques, se trouvaient les Medulli du Médoc, dont parle encore Ausone à la fin du ive siècle et qui formaient à l’époque franque, le pagus medulicus. Agen non plus n’était pas une cité homogène : outre les Nitiobroges, y étaient rattachés les Oscidates Campestres74 et sans doute aussi l’un ou l’autre de ces petits peuples des abords de la Garonne moyenne connus par la liste de Pline75, tels les Cambolectri ou/et les Succasses ; pourtant, l’ethnique y a été utilisé sous le Haut-Empire (et jusque sous la Tétrarchie) ; notre hypothèse ne peut donc pas s’appliquer à ces deux cas. Pour Rouen, il en va un peu différemment : on peut concevoir, en effet, que le rattachement de la cité des Calètes est venu interrompre le processus d’évolution vers l’ethnique ; on note, d’ailleurs, que celui-ci s’est maintenu dans les noms du Vexin (Veliocasses) et du pays de Caux (Calètes). Rien de tel, en revanche, ne convient pour Besançon, cité dont l’homogénéité ethnique (ou au moins la primauté de l’ethnie dominante) est assurée. Pour résumer, constatons que notre explication ne trouve à s’appliquer que dans le cas de Rouen. Ajoutons cependant que, dans les cités de Bordeaux, Agen et Besançon, s’est produite une disparition radicale de l’ethnique qui n’a même pas survécu dans un nom de pays, phénomène pour lequel on invoquera un fléchissement brutal du substrat ethnique76, mais on voit bien que c’est là une solution de facilité, c’est-à-dire un aveu d’ignorance.

  • 77 Jullian, IV, p. 325-326.
  • 78 Mais HGIV, p. 73 dit pourtant qu’Auguste, “même chez les Barbares de l’océan et des Pyrénées, (a e (...)
  • 79 Rouche, p. 60-61 ; p. 64. On peut objecter à ces propositions que l’ethnique s’est imposé le plus (...)
  • 80 Saintes, p. 142.

24Pour conclure, nous voudrions insister sur un point essentiel : le triomphe de l’ethnique, dont nous avons voulu, plus que nos prédécesseurs, montrer le caractère quasi inéluctable, ne doit pas pour autant faire illusion et fausser notre jugement sur ce qui s’est réellement passé. Si C. Jullian a eu raison d’insister sur le rôle fondamental du support ethnique dans les cités gauloises77, il s’est engagé trop loin en ajoutant que, sans lui, les chefs-lieux n’étaient rien78. La même perspective a été, avec plus de vigueur encore, celle de M. Rouche, pour qui le “passage” à l’ethnique a représenté “la réapparition du facteur gaulois... la régression passagère d’une civilisation gallo-romaine à son stade gaulois antérieur”79. Il y aurait eu, en somme, un accaparement du chef-lieu par la cité ethnique. Au terme de notre enquête, nous voyons bien qu’il faut inverser l’ordre des termes de la proposition : c’est le chef-lieu qui a triomphé de la cité, et non l’inverse. Pendant le Haut-Empire, il en a, peu à peu, accaparé la qualité “nationale” (parce qu’aussi il en avait attiré les forces vives : les notables) et il a fini par s’identifier logiquement à elle (Reims “était” les Rèmes, Lectoure “était” les Lactorates). Ce processus irréversible s’est engagé dès le début de l’histoire des cités gallo-romaines, lorsque chacune a reçu, pour la gouverner, une ville qui consacrait, dans son plan, dans son urbanisme, dans ses monuments, dans le style de vie qu’elle proposait autant que dans ses institutions, une rupture profonde avec le passé indigène. De cette autorité dévolue aux métropoles témoignent clairement les toponymes en -enses (les Aqueuses étaient les gens vivant dans la dépendance de Dax), dont les dénominations prises lors des transferts de chef-lieu confirment le caractère : même dans les cités ethniquement homogènes, la capitale existait en dehors du cadre “national” : la civitas Camaracensium (et non plus Nerviorum) était le territoire gouverné par Cambrai. Si ce n’est pas trop solliciter la formule, c’est peut-être dans le nom de la civitas Benarnensium que se manifeste le mieux cette réalité : sous l’habit de l’indigénisation, c’est Benarnum qui l’emportait. Loin de signaler le triomphe des réactions indigènes, le phénomène exprimait en définitive, à la fois le succès de l’urbanisation, comme l’a bien souligné L. Maurin80 et celui de Rome, qui, derrière le respect extérieur des traditions locales, n’avait pas moins réussi à imposer aux cités, avec l’autorité du chef-lieu, sa propre conception du gouvernement.

Succès de l'ethnique ou du toponyme dans les 79 cités figurant dans la Notice des Gaules

Succès de l'ethnique ou du toponyme dans les 79 cités figurant dans la Notice des Gaules

1 AQUITAINE : Boiates, Elusates, Lacto rates, Auscii, Convènes, Consoranni, Bituriges (Cubes), Arvernes, Ruthènes, Cadurques, Lémovices, Gabales, Vellaves, Santons, Pictaves, Pétrucores ; LYONNAISE : Lingons ; Senons, Carnutes, Tricasses, Parisii, Meldi ; Baiocasses, Abrincatui, Eburovices, Saii, Lexoviens ; Turons, Cénomans, Riedones, Andecaves, Namnètes, Coriosolites, Vénètes, Diablintes ; BELGIQUE : Trévires, Médiomatriques ; Rèmes, Suessions, Viromandui, Atrebates, Silvanectes, Bellovaques, Ambiani ; GERMANIES : Tungri ; Némètes.
2 Noms en -enses : Bononienses (Boulogne), Verodunenses (Verdun), Autessiodurenses (Auxerre, CIL XIII, 921), Ecolisnenses (Angoulême), Albigenses (Albi) et très probablement Illoronenses (Oloron). Noms en -i : Aureliani(Orléans).
3 Cosedia/Constantia (Coutances) remplace Crociatonum (Carentan), chez les Unelli  ; Camaracum (Cambrai) remplace Bagacum (Bavai), chez les Nerviens ; Turnacum (Tournai) remplace Castellum Menapiorum (Cassel), chez les Ménapes ; Mogontiacum (Mayence) devient – semble-t-il – le cheflieu de l'ancienne cité des Aresaci ; Argentorate (Strasbourg) remplace Brocomagus (Brumath) chez les Triboques ; Basilia (Bâle) succède à Augusta (Augst) chez les Rauraques (mais voir plus haut n. 42).
4 Aginnum (Agen), Burdigala (Bordeaux), ? Turba (Tarbes), Aquae (Dax), Atora/Atura (Aire-sur-l’Adour), Rotomago (Rouen), Vesontio (Besançon). L’ethnique s’est maintenu dans les régions de Tarbes (Bigorre), Aire (Tursan) et Rouen (Vexin).
5 Tullo (Toul) chez les Leuques, Aventicum (Avenches) chez les Helvètes, Augustodunum (Autun) chez les Éduens, Vorgium (Carhaix) chez les Osismes, Tervanna (Thérouanne) chez les Morins et Borbetomagus (Worms) chez les Vangions. L’ethnique s’est conservé dans les seuls noms de l’Helvétie (Helvètes) et de l’île d’Ouessant (Osismes).
6 Une cité du Haut-Empire disparue sans doute à la fin du iiie  siècle avait vu triompher précocement l’ethnique : c’est celle des Viducasses (Vieux) dont le toponyme était Aregenua.
7 À l’inverse du cas évoqué ci-dessus n. 6, la capitale des Calètes (Juliobonna, = Lillebonne) n’avait pas encore adopté l’ethnique lorsque la cité a été rattachée à celle de Rouen ; celui-ci s’est cependant maintenu dans le nom du pays de Caux. Les cités de Germanie Inférieure, toutes disparues au Bas-Empire à l'exception de Cologne, sont mal connues (voir Ch. Rueger, Germania Inferior. Untersuchungen zur Territorial-und Verwaltungsgeschichte Niedergermaniens in der Prinzipatszeit, Beihefte der BJ, 30, 1968). Le nom de la Betuwe, dans les Pays-Bas actuels, a gardé celui de la cité des Bataves.

Notes

1 CIL, XIII, 8894. Découverte en 1860 près de l’auberge de Payolle, la borne est conservée actuellement au musée d’Arudy (64), voir pl. 1.

2 Statistiques tirées du CIL, XVII, 2. Les conclusions ont été présentées lors d’un séminaire de l’Université de Bordeaux III, le 17-11-1980.

3 L'Itinéraire d’Antonin indique XII, entre Beneharnum et Iluro. Si ce nombre est exact, il faut penser que l'unité utilisée est la lieue de 2,2 km soit 26,640 km environ, ce qui correspond assez bien à la réalité.

4 245-247 (Labroquère), 253-260 (Saléchan), 282-283 (Saint-Bertrand), 286 (Campan), 305-306 (Mons), 306-307 (Castelnau-Magnoac), 307-308 (Labarthe-de-Rivière). Le milliaire de Dax est indatable.

5 Anciennement au musée de Pau (Inv. no 6447). Déposé à la mairie d’Oloron en 1971, puis au musée d’Arudy l’année suivante.

6 L’Itinéraire d’Antonin, signalant la route transpyrénéenne a Beneharno ad Caesaraugustam, énumère les stations intermédiaires, dont la première est Iluro par où s’effectue nécessairement le passage en direction des Pyrénées par la vallée d’Aspe.

7 CIL, XIII, 407. À moins de supposer un dédoublement dû à l’érudition moderne, il semble que l’on doive penser à deux inscriptions :
- l’une, détruite en 1760, lors d’une réfection de la route, et que L. DufourcetCh. Camiade (L’Aquitaine historique et monumentale, B.S. Borda, 1925, p. 22) interprètent comme se rapportant à César consul pour la septième fois ( !) ;
- l’autre, que l’Abbé Menjoulet a vue (Chronique du diocèse d’Oloron, Oloron, 1864, p. 10) et qu’il comprend ainsi : L. Val. Vernus Ger / IIVir bis hanc / viam restituit /suivent deux ou trois lignes comportant peut-être une indication de distance. Cette inscription a disparu lors des travaux effectués en 1886 en vue du passage de la voie ferrée. À Escot même, des monnaies auraient été trouvées selon P. Raymond (Congrès Scientifique de France (Pau), Pau, 1873, t. 1, p. 262.

8 Ce qui renvoie à une communauté municipale, comme par exemple dans le cas de Dax (cf. CIL, XIII, 412 = ILS, 6961).

9 Voir L. Maurin, Les Basaboiates, Actes FHSO Langon, 1970, p. 1-15 (= Maurin, Basaboiates).

10 Contrairement à ce que croyait Menjoulet, C. Jullian était d’avis que la Soule, comme le Labourd, relevait encore de Dax (Hist, de la Gaule, VI, Paris, 1920, p. 371, n. 6 = Jullian, VI) : pour lui, la cité dont Iluro était la tête était essentiellement pyrénéenne, englobant notamment la vallée d’Ossau.

11 Une monnaie de bronze d’Antonin le Pieux et une de Gordien découvertes au siècle dernier ; une ou deux monnaies trouvées sur l’emplacement d’un ancien fief nommé “casteras” ; une tegula trouvée dans le vieux cimetière de SainteCroix (renseignements aimablement communiqués par M. J. Dumonteil).

12 Voir P. Ritter, Les constructions militaires de Gaston Fébus en Béarn, Pau, 1923, p. 45 et P. Tucoo-Chala, Gaston Fébus et la vicomté de Béarn, Bordeaux, 1960, p. 150, 388-394. Il s’agit d’un ouvrage datant de la fin du xiiie siècle ou du début du xive.

13 Voir en particulier Menjoulet, Chronique, p. 46, qui aurait recueilli des monnaies.

14 C’est l’argument avancé par A. Blanchet, Les enceintes romaines de la Gaule, Paris, 1907, p. 197. L. Maurin, Saintes Antique, Saintes, 1978, p. 262-263 (= Saintes), admet l’existence d’une enceinte de 860 m, enfermant 3,5 ha et datant du Bas-Empire.

15 Monnaies, cf. Palassou, Supplément aux Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des Pyrénées et pays adjacents, suivi de recherches relatives aux anciens camps de la Novempopulanie, Pau, 1821, p. 155. Mosaïques : rapport au préfet des B. Pyrénées (“mosaïques assez gracieuses”) ; dans le même rapport, une découverte de monnaies est indiquée. De nombreuses monnaies près “des restes d’une ancienne porte romaine fortifiée” (Menjoulet, Chronique, p. 47-48).

16 Découverte réalisée en 1978 : murs de 0,80 à 1 mètre d’épaisseur (galets et mortier), tegulae, culots d’amphores (renseignements dus à]. Dumonteil).

17 Cf. Sud-Ouest, 18-11-1980 (nous avons identifié un abondant matériel : murs, briques d’hypocauste, meule, fragments de céramique sigillée, etc.).

18 À Soeix, un chapiteau (C. Lacoste, Le Béarn gallo-romain, mémoire inédit, p. 9, 75) ; à Légugnon, un balnéaire et des restes de mosaïques (P. Raymond, BSSLA Pau, 1875, p. 344-346, C. Lacoste, ibid., 1927, p. 307-309) ; à Escout, une monnaie jadis conservée au musée de Pau, perdue ?) ; à Lurbe Saint-Christau, monnaies, fibule (Lacoste, Le Béarn, p. 78-79), buste généralement considéré comme protohistorique, mais peut-être plus récent (G. Andral, BSSLA Pau, 1957, p. 60-65) ; Geüs d’Oloron, tête en marbre. Sur les découvertes de la zone, cf. Jullian, Histoire de la Gaule, V, p. 93, 116 n. 5 et VI, p. 371 n. 6.

19 Exposée au musée d’Arudy.

20 CIL, XIII, 154 (Mondilhan).

21 CIL, II, 1945 (et p. 704), nord-ouest de Málaga.

22 Pline, N.H., III, 22 ; CIL, II, 4616.

23 Ilurco : Pinos Puente, région de Grenade ; Ilugo : S. Esteban del Puerto, près de Cazlona.

24 Calagurris (Calahorra, St Martory), Iliberris (région de Grenade) / Elimberris (Auch).

25 Sur le nom même d’Illuro et son ascendance ibérique, voir L. Michelena, De onomâstica aquitana, Pirineos, IX, 1955, p. 439 et La langue ibère, Actas del II Colloquio sobre lenguas y culturas prerromanas de la Península Ibérica (Tabingen, 1976), Salamanque, 1979, p. 27 et 30 ; S. Mariner, La distribución de los fonemas ibéricos, ibid., p. 76 et 78.

26 Contrairement, par exemple, à ce qui s’est produit, dans la même zone à propos de Beneharnum, tête d’un territoire dont nous savons que, dès le début de l’Empire il était celui des Venarni (Pline, N.H., IV, 108-109). Maurin, Saintes antique, p. 262-263 estime qu'Iluro a pu devenir chef-lieu du territoire des Oscidates Montani, cités par Pline entre les Onesi(i) de Bagnères-de-Luchon et les Sibyllates de la vallée du Saison (cf. P.M. Duval, Les peuples aquitains d’après la liste de Pline, dans Rev. de Philol., 1955, p. 213-227).

27 Voir Maurin, Basaboiates, p. 14.

28 Notons cependant qu’Angoulême, au nom gaulois, naît en tant que cité à époque tardive, et peut-être seulement sous Gratien (argument aimablement suggéré par L. Maurin).

29 CIL II, 3876 : ILER 6343.

30 Le qualificatif de Quattuorsignanus (dont le souvenir s’est vraisemblablement conservé dans le nom du pays de Seignanx sur le Bas-Adour, et peut-être encore dans celui de Seignosse) n’apparaît dans l’épigraphie que sur cette inscription, mais il figure dans la liste des peuples aquitains fournie par Pline, HN, IV, 108.

31 Très nombreuses mentions au CIL XIII, par exemple, CIL 1676, Sex. Iulius Thermianus, Senonius.. CIL 1984, Satto, Treverus.. CIL 1988, T. Veratius Taurus, natione Treverus.. CIL 2008, C. Latinius Reginus, Remus, etc., sans parler du C. Postumius Silvan us, Elusas, signalé par Mr. Le Moniès de Sagazan au colloque Lactora et l’Aquitaine antique de juin 1982, dans une communication encore inédite.

32 CIL XIII, 608 (7), 609 (Bordeaux), 920 (Agen) ; RIT 401 (Tarragone).

33 CIL XIII, 3067 ; 1883 ; 1796, 1844, etc.

34 Ptolémée II, 7, 8, précise pourtant que Aquae est la ville des Tarbelles : Itin. Anton dit “Aquis Tarbellicis”.

35 Publiée par O. Seeck, Notitia Dignitatum... Berlin, 1876, p. 262-274, et par Th. Mommsen dans M.G.M.A.A. IX, Chronica Minora, 1, Berlin, 1892, p. 584-612.

36 Jullian, IV, p. 323-326 et 525-530.

37 “Le changement de nom des chefs-lieux de cité en Gaule au Bas-Empire”, dans Mém. Soc. Antiq. de France, 9e s., IV, 1968, p. 47-64 (= Rouche).

38 Saintes, p. 139-142 et p. 156.

39 Rouche, p. 52. Voir plus bas n. 79.

40 Saintes, p. 141-142, p. 156 ; Jullian, IV, p. 325-326.

41 Boulogne, Châlons, Verdun, Orléans, Auxerre, Albi, Angoulême, Bazas, Lescar et, très probablement, Oloron.

42 La chose est nette dans le cas de Augst, colonie des Rauraques : même si l’on refuse toute valeur à la liste des évêques présents au douteux concile de Cologne de 343-344, où aurait siégé un Justinianus, episcopus Rauracorum, on sait cependant par Ammien (XV, 11, 11) qu’on disait encore Rauracos après 350. Le déplacement du chef-lieu à Basilia (Bâle) a causé l’abandon de l’ethnique. Les mêmes circonstances défavorables ont pu jouer dans la cité des Nerviens contre Bavai (Bagaco Nerviorum sur la Table de Peutinger) après le transfert du chef-lieu à Camaracum (Cambrai), voir Rouche, p. 58. L’actuelle Brumath (Bas-Rhin), Brocomagus antique est dénommée Tribocos par Ammien (XVI, 12, 58). On observera enfin que, dans presque tous les cas, le déplacement a entraîné la disparition définitive de l’ethnique jusque dans le nom actuel du pays environnant (sauf chez les Ménapes où il s’est maintenu dans celui du Mempisc).

43 Hist. IV, 65, 5, mais voir Id. IV, 28, 3.

44 Les exceptions sont d’abord celles de la civitas Vasatica et de la civitas Catalaunorum, mais ce sont des créations ethniques (sur la première, voir Maurin, Basaboiates ; sur la seconde, A. Holder, Alt-Celtischer Sprachschatz, 1, Graz, 1961, s.v. Catuvellaum). Orléans et Coutances tirent leur origine de leur dénomination impériale. Chez les “Béarnais”, cité ethnique, le triomphe de la forme en -ensis paraît aussi celle du chef-lieu de cité sur le territoire, voir plus loin p. 19. Noter cependant le Civis Elusensis de CIL XII 3361, désignant un personnage originaire de la ville même d’Éauze.

45 La cité dont la ville de Feurs (Loire) est l’actuelle héritière a disparu de la liste. Nous pensons qu’à cette époque elle portait encore l’ethnique (du moins peuton le déduire du nom mixte Foro Segusiavorum transmis par la Table de Peutinger et des milliaires du iiie siècle CIL XIII 8861-8865) et prenait place, dans les cités de Lyonnaise Première, après Lyon, sous le nom de Civitas Segusiavorum.

46 L’épigraphie ne l’atteste formellement que pour Agen : sur le milliaire CIL XIII, 8886, daté des années 293-305, dont la dernière ligne porte la mention CI (vitas) N(itiobrogum) L(eugae) VI. À Besançon, Rouen et Bordeaux, l’ethnique est attesté pour l’ensemble de la cité (CIL 566, 613, 614, 1697 pour Bordeaux, CIL 1998 et ILTG 251 pour Rouen ; nombreux textes pour Besançon (CIL 1674, 1675, etc.) où, au Bas-Empire, l’ethnique a subsisté quelques temps dans le nom de la province de Maxima Sequanorum. C. Jullian a relié cette situation au triomphe de Vesontio (Jullian, IV, p. 528, n. 6).

47 Les Tungri, dont le nom n’apparaît dans les sources qu’à l’époque augustéenne, sont les héritiers des Eburons, Aduatuques, Sègnes, Cérèses, Pémanes et Condruses, dont les deux premiers ont été partiellement détruits par César (BG VI, 34, 8). Le caractère germanique plus nettement affirmé chez ces peuples que chez leurs voisins a dû maintenir, sous une dénomination surimposée, une certaine cohésion ethnique : voir César (BG, 11,4), Pline (NH, IV, 17, 106) et surtout Tacite (Germ. 2) : “quiprimi Rhenum transgressi Gallos expulerint ac nunc Tungri, tunc Germani vocati sun”. CIL XIII 6219 (Intanelus, Eburo) de Worms, atteste toutefois que, sous l’Empire, le souvenir des anciennes nations n’avait pas totalement disparu. Quant aux Taunenses, constitués en cité au iie siècle ( ?), ils occupaient un territoire situé en arrière des Mattiaques, entre le Main et le limes. Eux aussi étaient, en quelque sorte, des Convenae.

48 C. Jullian (II, p. 454, n. 5) relevait déjà : “le propre de l’administration romaine a été de créer des agglomérats de tribus”. Dans un sens assez voisin, on ajoutera la thèse révolutionnaire de J. Hiernard, Aux origines de la Civitas des Bituriges Vivisques, dans Rev. Belge de Numismatique, CXXVII, 1981, p. 75-92, selon qui les Bituriges Vivisques sont une fraction des Bituriges détachée peu après la guerre des Gaules.

49 Ce que montrent, en Aquitaine, les groupes de cités désignés sous le nom de Novem Populi (CIL XIII, 412, Hasparren) et de Undecim Populi (CIL XIII, 1808, Lyon).

50 Jullian, IV, p. 325-326, mais voir ci-dessous n. 78.

51 CILXIII, 615 ; 11050 ; 593.

52 Parmi ceux qui venaient de cités où l’a emporté le toponyme du chef-lieu, relevons CIL XIII, 1674-1675, Q. Adginnius Martinus, Sequanus (Besançon) ; CIL 1642, Ti. Claudius Capito, Segusiavus (Feurs) ; CIL 1717, prêtre anonyme rouennais dit cives Veliocassis, CIL 1714, Autunois anonyme, Aeduus. Liste complète des prêtres des Trois Gaules dans Saintes, p. 197-204.

53 Voir les mentions du type Lemovices publice (CIL 1700), Petrucorii publice (CIL 1704), etc.

54 Hist. IV, 62, 10 : “mœnia Trevirorum” pour désigner les défenses de Trèves ; Id. IV, 62, 1 et IV, 72, 1 : “colonia Trevirorum” pour désigner la ville ; Id. IV, 68, 8 : “in Remos”, pour “à Reims” (et non Durocortorum).

55 CIL XIII, 2669.

56 Tacite, Ann., III, 43, 1, précise que, chez les Éduens, Augustodunum est “caput gentis”. Voir ce que dit L. Maurin (Saintes, p. 166-167) de l’emploi du terme colonia en Gaule.

57 Liste dans Saintes, p. 141 et n. 63-65.

58 Rouche, p. 49, suggère que cette pratique a pu favoriser le glissement définitif du toponyme à l’ethnique, mais ajoute aussitôt que, en Gaule, l’administration centrale ne connaissait que les noms issus de la réforme augustéenne, ce qui est contradictoire. La liste des noms des cités fournis par la notice montre, en tout cas, qu’au Bas-Empire, les passages à l’emploi exclusif de l’ethnique avaient été entérinés officiellement. Même sous le Haut-Empire, d’ailleurs, la règle du respect du nom assigné originellement au chef-lieu n’était pas absolue : un passage de Dion Cassius (LIV, 23, 7-8), relevé par C. Goudineau (Rev. Arch. Narbonnaise IX, 1976, p. 114), montre que, au début du iiie siècle tout au moins, l’administration tolérait nombre d’incartades.

59 L’ampleur du phénomène apparaît avec la plus grande netteté lorsqu’on regarde ce qui s’est passé chez les petits peuples absorbés par les grandes cités au moment de la réforme augustéenne. On constate que très souvent l’ethnique s’est maintenu pour apparaître de nos jours dans des noms de villages, de villes ou de pays (restes d’anciens pagi ?). Ainsi, dans la cité des Aquenses, se manifestent encore les Cocosates (dans les toponymes Coucouse), les Lassunni (dans le nom de Saint Hilaire de Lassun), les Sybillates (dans celui de la Soule), peut-être aussi les Camponi (dans celui de Cambo ?). Dans la cité des Agenais, le nom des Oscidates s’est perpétué dans le toponyme d’Esquieys ; chez les Élusates, celui des Sotiates a subsisté à Sos et, chez les Bordelais, les Medulli survivent dans le Médoc. Ailleurs, on peut citer les cas des Ambarri à Ambérieux (Ain), des Caturiges à Chorges (Hautes-Alpes), des Baetasii (Tac., Hist. IV, 56, 7) de Beetz (Hainaut), des Sunuci (Id. IV, 66, 2) de Sinnich (Limbourg).

60 Voir le tableau de la p. 22. Aux six qui appartiennent sûrement à cette classe s’ajoute probablement Feurs.

61 Celle-ci n’existe plus nulle part à l’époque franque, mais la disparition a été radicale et définitive là où le processus d’évolution vers l’ethnique n’était pas totalement achevé, c’est-à-dire là où le toponyme augustéen continuait d’être utilisé concurremment avec l’ethnique. Noter pourtant la civitas Begorra mentionnée par Grégoire de Tours (Hist. Franc. IX, 20), en 587, lors des négociations entre Childebert II et Gontran.

62 Et pas simplement sous la plume d’hommes de lettres comme Ausone ou Sidoine Apollinaire. Cahors est Cadurcus et Divonna dans Not. Tir. 41 et 42. Limoges est Lemmovix Agustoredo sur les monnaies mérovingiennes.

63 On retrouve dans ces cités la dénomination en -enses : civitas Burdegalensium, civitas Agennensium, civitas Rotomagensium, civitas Vesontiensium.

64 À l’exception des Benarnenses ; voir plus loin, p. 21. La Notice appelle aussi Ambianenses, en Belgique Seconde, les Ambiani de Pline, HNIV, 17, 106. (Mais Fortunat X, 6, 25 : Ambiani et VMI, 56, ambianensisporta).

65 La notion collective contenue dans le pluriel latin est encore exprimée aujourd’hui par le s final qui affecte les noms des anciens chefs-lieux ethniques (Amiens, Tours, Orléans, Châlons-sur-Marne, ou encore Chorges – mais non Corseul). En Novempopulanie, seules Bazas et Auch (avec Sos) ont régulièrement suivi cette évolution. Tarbes et Bordeaux représentent des cas aberrants.

66 Strabon, IV, 2, 1.

67 Auxquelles ont été ajoutés les Convenae et les Consoranni, détachés de la Narbonnaise, pour former le groupe des “Neuf Peuples”.

68 Ces derniers avaient absorbé les Sotiates, comme il ressort du témoignage de CIL XIII, 548, trouvé à Sos.

69 Ptolémée, II, VII, 8.

70 Le prestige des Tarbelles est, à bien des égards, une création de l’érudition landaise. Au début de l’Empire c’est surtout leur localisation géographique qui les a fait remarquer (notamment de Tibulle à qui ils ont fourni une chute poétique et un cliché repris par Lucain et Ausone), beaucoup plus que les fameuses boues curatives de Dax (voir les commentaires et les rectifications de R. Étienne, “Le voyage pyrénéen d’Auguste en 26-25 av. J.-C.”, dans A Midi, 64, Nlle S. no 17, 1952, p. 5-14). On n’oubliera pas, cependant, que la ville d’époque romaine doit son nom d’Aquae à la présence de la source thermale.

71 Voir n. 26.

72 On pourrait objecter à cette proposition les exemples des Tungri ou des Taunenses que nous avons nous-mêmes cités. Si l’on ne veut pas retenir les explications que nous avons proposées ci-dessus et n. 47, on relèvera néanmoins que, dans une autre zone de montagne, les Alpes, le même problème posé par le trop grand nombre des communautés ethniques ou géographiques a été résolu de la même manière, par des cités non ethniques. Même chose encore en Narbonnaise méridionale, où la civitas Foroiuliensium (Fréjus, Var) fut créée par regroupement de plusieurs peuples. Voir N. Lamboglia, les Deciates, les Oxybii et les origines de Forum Iulii, dans REt Lig. XXXV, 1969, p. 152-170.

73 Il n’y a pas lieu de retenir le Atur Tarbellae, civitatis Aquitaniae... de Vibius Sequester (De fluviis, éd. Riese, p. 146), qui est une formation imaginée sur Lucain, 1, 420-421. Voir CIL XIII, p. 53 et Schanz - Hosius, Geschichte der römischen Litteratur, IV, 2, [Munich, 1920], Munich, 1959, p. 121.

74 J. Clémens, les Oscidates Campestres, dans Rev. de lAgenais, 1980, p. 3-8.

75 D’après les localisations proposées par P.-M. Duval.

76 Au moins pour Agen (et pour Besançon si l’on ne veut pas suivre C. Jullian, voir plus haut n. 46). Dans le cas de Bordeaux, il faut souligner que l’ethnique éponyme a été finalement accaparé par les actuels Berrichons. La chose était accomplie à l’époque de la Notice des Gaules, mais le phénomène s’était certainement produit beaucoup plus tôt : CIL XIII 1393, de Limoges (vers 250 ?) signale peut-être le moment décisif de l’évolution, que confirmerait ILTG 141 de Bordeaux, datée de 237 : “Deae Tutele (sic) Bourdig(alensium)... ” Par ailleurs, il n’est pas impossible que chez les Bituriges Vivisques (et malgré Ausone, Moselle, vers 438, “haec ego Vivisca ducens ab origine gentem”) l’identité ethnique ait été plus administrative que réellement vécue. Cette faiblesse du sentiment ethnique a pu faciliter l’expulsion quasi naturelle d’une dénomination qui ne pouvait, en tout état de cause, se dire biturige. On opposera à cette situation le dynamisme des Eburovices, des Cénomans et des Diablintes, tous Aulerques, mais chez qui la force et la cohésion des composantes s’étaient suffisamment affirmées pour faire triompher celles-ci au détriment de l’ethnique éponyme, ou empêcher que celui-ci fût accaparé par l’un des trois groupes.

77 Jullian, IV, p. 325-326.

78 Mais HGIV, p. 73 dit pourtant qu’Auguste, “même chez les Barbares de l’océan et des Pyrénées, (a enraciné) le principe éternel de la cité antique, la prééminence d’une ville centrale sur le territoire de la nation”. Voir d’ailleurs tout le paragraphe.

79 Rouche, p. 60-61 ; p. 64. On peut objecter à ces propositions que l’ethnique s’est imposé le plus souvent aux dépens d’un toponyme gaulois, par exemple à Amiens (Samarobriva), Sens (Agedincum), Evreux et Saintes (Mediolanum), Cahors (Divona), Périgueux (Vesunna), etc.

80 Saintes, p. 142.

Table des illustrations

Légende — Fig. 1. Le milliaire du Somport. CIL XIII, 8894. Cl. G. Fabre. —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende — Fig. 2. CIL XIII, 609a. Musée d’Aquitaine, Bordeaux. Cl. B. Biraben. Tous droits réservés. —
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8462/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Succès de l'ethnique ou du toponyme dans les 79 cités figurant dans la Notice des Gaules
Légende 1 AQUITAINE : Boiates, Elusates, Lacto rates, Auscii, Convènes, Consoranni, Bituriges (Cubes), Arvernes, Ruthènes, Cadurques, Lémovices, Gabales, Vellaves, Santons, Pictaves, Pétrucores ; LYONNAISE : Lingons ; Senons, Carnutes, Tricasses, Parisii, Meldi ; Baiocasses, Abrincatui, Eburovices, Saii, Lexoviens ; Turons, Cénomans, Riedones, Andecaves, Namnètes, Coriosolites, Vénètes, Diablintes ; BELGIQUE : Trévires, Médiomatriques ; Rèmes, Suessions, Viromandui, Atrebates, Silvanectes, Bellovaques, Ambiani ; GERMANIES : Tungri ; Némètes.2 Noms en -enses : Bononienses (Boulogne), Verodunenses (Verdun), Autessiodurenses (Auxerre, CIL XIII, 921), Ecolisnenses (Angoulême), Albigenses (Albi) et très probablement Illoronenses (Oloron). Noms en -i : Aureliani(Orléans).3 Cosedia/Constantia (Coutances) remplace Crociatonum (Carentan), chez les Unelli  ; Camaracum (Cambrai) remplace Bagacum (Bavai), chez les Nerviens ; Turnacum (Tournai) remplace Castellum Menapiorum (Cassel), chez les Ménapes ; Mogontiacum (Mayence) devient – semble-t-il – le cheflieu de l'ancienne cité des Aresaci ; Argentorate (Strasbourg) remplace Brocomagus (Brumath) chez les Triboques ; Basilia (Bâle) succède à Augusta (Augst) chez les Rauraques (mais voir plus haut n. 42).4 Aginnum (Agen), Burdigala (Bordeaux), ? Turba (Tarbes), Aquae (Dax), Atora/Atura (Aire-sur-l’Adour), Rotomago (Rouen), Vesontio (Besançon). L’ethnique s’est maintenu dans les régions de Tarbes (Bigorre), Aire (Tursan) et Rouen (Vexin).5 Tullo (Toul) chez les Leuques, Aventicum (Avenches) chez les Helvètes, Augustodunum (Autun) chez les Éduens, Vorgium (Carhaix) chez les Osismes, Tervanna (Thérouanne) chez les Morins et Borbetomagus (Worms) chez les Vangions. L’ethnique s’est conservé dans les seuls noms de l’Helvétie (Helvètes) et de l’île d’Ouessant (Osismes).6 Une cité du Haut-Empire disparue sans doute à la fin du iiie  siècle avait vu triompher précocement l’ethnique : c’est celle des Viducasses (Vieux) dont le toponyme était Aregenua.7 À l’inverse du cas évoqué ci-dessus n. 6, la capitale des Calètes (Juliobonna, = Lillebonne) n’avait pas encore adopté l’ethnique lorsque la cité a été rattachée à celle de Rouen ; celui-ci s’est cependant maintenu dans le nom du pays de Caux. Les cités de Germanie Inférieure, toutes disparues au Bas-Empire à l'exception de Cologne, sont mal connues (voir Ch. Rueger, Germania Inferior. Untersuchungen zur Territorial-und Verwaltungsgeschichte Niedergermaniens in der Prinzipatszeit, Beihefte der BJ, 30, 1968). Le nom de la Betuwe, dans les Pays-Bas actuels, a gardé celui de la cité des Bataves.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8462/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540