Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire romain et les sociétés provinciales

 | 
Jean-Pierre Bost

Jean-Pierre Bost, historien, archéologue et compagnon d’aventures

Louis Maurin et Jean-Michel Roddaz

Texte intégral

1Il est toujours difficile, au moment d’évoquer la carrière professionnelle d’un ami, de faire la part du respect, voire de l’admiration, et de la complicité. Il est vrai que, dans le cas de Jean-Pierre Bost, l’œuvre scientifique est inscrite et étroitement imbriquée dans les liens de travail qu’il a su tisser, comme elle est liée aux réseaux dans lesquels il s’est impliqué, aux amitiés qu’il a si souvent suscitées et qui ont perduré bien au-delà des collaborations professionnelles ponctuelles. Mais si l’on ne veut rien effacer des traces d’un beau parcours, plein et fertile en réussites de tous ordres, il faut bien s’aventurer dans tous les territoires de la science où ses compétences se sont révélées et les domaines intellectuels où son activité s’est inlassablement déployée.

2L’œuvre scientifique de Jean-Pierre Bost est diverse et féconde, son champ d’investigation, l’Histoire romaine. Ses terrains d’expérimentation couvrent deux aires géographiques, l’Aquitaine et la péninsule Ibérique, étudiées sur l’ensemble de la période antique, et scrutées au travers de disciplines essentielles de la science historique, mais appelées improprement, il n’y a pas si longtemps encore, sciences auxiliaires : l’archéologie, l’épigraphie, la numismatique et enfin l’onomastique.

3La liste est longue des travaux qui témoignent de l’intérêt et de l’attachement du scientifique à l’Histoire de l’Aquitaine. Sa participation aux grands ouvrages de référence récents qui ont été consacrés à cette province de l’Empire, fut décisive et essentielle, aussi bien, entre autres, pour les Racines de l’Aquitaine, Aquitaine, deux mille ans d’Histoire, que pour le plus récent Guide archéologique ; elle témoigne surtout de sa capacité à susciter l’intérêt d’un large public averti, et le ton juste pour s’adresser à lui. Ces aptitudes trouvent leur fondement et leur raison d’être dans un large et permanent travail d’érudition concrétisé dans des chroniques bibliographiques et critiques comme celles qui furent publiées dans la Revue des Études Anciennes, mais aussi dans des articles pionniers qui demeurent les fondements de la recherche scientifique sur l’Aquitaine antique. Nombre de sujets sont abordés, l’étude du réseau routier, la répartition et les frontières des peuples, la spécificité et l’histoire des villes ainsi que l’évolution de leur urbanisme au travers de trois fascicules de l’Atlas Historique des Villes de France, l’organisation et l’occupation de son territoire grâce à la redécouverte par la fouille et à la restitution de villas dont celles de La Bastide d’Armagnac et de Plassac demeurent les plus beaux exemples. Mais il s’est aussi, à travers l’épigraphie et l’onomastique, intéressé aux hommes, aux élites comme aux plus modestes, à leurs métiers, à leurs croyances qui trahissent et traduisent leurs inquiétudes et leurs espoirs. Ce travail parfois aride et souvent difficile de la recension et du commentaire des documents et des textes, qui précède l’analyse historique, ne s’exprime nulle part mieux que dans la publication de ces fameux corpus épigraphiques, terreur des éditeurs de livres parce que si on les consulte beaucoup, on ne les achète guère, mais qui constituent la pierre de fondation de toute la connaissance historique. Jean-Pierre Bost a bien mérité aussi de la science historique et, grâce à lui, Pétrucores, Lémovices et autres Tarbelles ont pu, quelque peu, renaître à l’Histoire.

4La péninsule Ibérique est une autre scène ouverte à ses investigations, car, tout au long de sa carrière, l’attachement du chercheur à l’Hispania ne s’est jamais démenti. Il s’agit, en effet, d’une longue histoire, inaugurée par l’épopée des fouilles de Conimbriga conduites par Robert Étienne et qui lui permirent de rencontrer les chercheurs portugais et de fonder une coopération durable, avec le Professeur Jorge de Alarcão et son épouse, conservatrice du musée du site, mais aussi avec José d’Encarnação, l’un des plus solides épigraphistes portugais et le successeur du premier à l’Université de Coimbra. Le volume que Jean-Pierre Bost consacra à la numismatique, dans 1 imposante collection de la publication des fouilles, est considéré aujourd’hui par les chercheurs de la péninsule comme le début de la numismatique moderne dans les pays ibériques et a annoncé d’autres belles collaborations comme celle qui a permis la publication des monnaies de Belo ou encore celles qui ont donné naissance à une indéfectible amitié avec sa collègue de l’université de Séville, Francisca Chaves. L’impressionnante liste de contributions, articles, chapitres d’ouvrage, mais aussi les très recherchées et attendues chroniques sur la numismatique de la péninsule Ibérique ont fait du chercheur français la véritable référence de toute la communauté scientifique dans ce domaine.

5Les relations avec la Catalogne et José María Gurt, avec l’Aragon par l’intermédiaire de Manuel Martín-Bueno et d’Ángeles Magallón, à l’origine d’un grand programme de recherche de l’Èbre à la Garonne et de la redécouverte du magnifique site de Labitolosa, ont permis à l’Institut Ausonius d’approfondir les liens avec les chercheurs, historiens et archéologues de l’ensemble de la péninsule. Il a dès lors, été possible de développer, en Espagne et au Portugal, le réseau d’épigraphie PETRAE Hispaniarum, en collaboration avec ceux qui sont vite devenus les amis espagnols de l’institut, José Manuel Iglesias et Alicia Ruiz de l’Université de Santander, Rosario Hernando de l’université de Madrid, Joaquín Gómez-Pantoja de l’Université d’Alcalá de Henares, José Antonio Abásolo de l’Université de Valladolid et Manuel Salinas de l’Université de Salamanque. Tout naturellement, ces chercheurs se sont retrouvés autour de Jean-Pierre Bost dans un nouveau programme international sur le vallée du Douro. Le grand travail de l’Atlas Antroponímico de la Lusitania Romana se situe dans la continuité de cette démarche et marque l’accomplissement de toute une carrière ; il lui a permis de renouer avec l’épigraphie hispanique par le biais de l’onomastique, de rassembler autour du Musée National de Mérida et de son Directeur, José María Álvarez, les collègues espagnols, portugais et canadiens, comme Jonathan Edmondson, dans une belle entreprise et d’engager une très fructueuse collaboration avec les collègues de l’université du Pays Basque, notamment Joaquin Gorrochategui. Précurseur en ce qui concerne les méthodes, défricheur de nouvelles pistes de recherche dans le domaine de l’épigraphie et de la numismatique, Jean-Pierre Bost a ouvert toute grande les portes d’Ausonius aux jeunes chercheurs ibériques : combien d’idées nouvelles, combien de sujets de thèse ou de recherche, combien d’articles ou de livres sont nés, ont mûri, se sont façonnés tout au long de longues discussions, entrevues ou réunions dans l’alvéole II de la tour des livres de la bibliothèque d’Ausonius. Bordeaux est ainsi devenu grâce à lui l’un des centres les plus réputés pour l’accueil et la formation à l’étranger des jeunes chercheurs espagnols en sciences de l’Antiquité et cette réputation est aujourd’hui l’une des fiertés de notre Institut.

6Évoquer le chercheur, c’est, en effet, trouver derrière lui le pédagogue. Ce lien n’est pas toujours évident, mais dans le cas de Jean-Pierre Bost, ces deux qualités sont consubstantielles et l’enseignement constitue l’autre fil rouge de toute une carrière. Après des études à Bordeaux où il passe l’agrégation d’Histoire, il entre rapidement à l’université où il gravit tous les échelons d’une carrière qui le conduit en 1996 au poste de Professeur d’Histoire Ancienne et d’Antiquités Nationales jusqu’à sa retraite en 2003. Pendant toutes ces années, il est intervenu dans les enseignements de tous les cycles : avec rigueur, sérieux, une compétence unanimement reconnue, sans ménager devant son public ni son temps ni sa patience devant les lacunes de fond et les carences de forme auxquelles il était inévitablement confronté, il a formé des centaines d’étudiants qui, au-delà de sa juste sévérité et de son refus du compromis et de la facilité, sont venus chercher auprès de lui le bon conseil et la motivation pour dépasser les faiblesses et surmonter les lacunes, en faisant fi des réconforts démagogiques et avec la certitude de trouver écoute et disponibilité. Sa nomination comme membre du jury d’agrégation d’Histoire de 1997 à 1999 vint saluer les mérites de cet adepte de la vraie pédagogie et du souci d’apprendre.

7Jean-Pierre Bost était tout naturellement une proie facile et toute désignée pour les différentes sociétés ou associations savantes, ou encore les conseils scientifiques de toute sorte, en quête de compétences et d’absolu dévouement : il serait trop long de les citer tous, mais l’éloge est unanime quand il s’agit de reconnaître le travail effectué au Musée Gallo-Romain de Périgueux, au parc Naturel Régional des Landes, au Comité du festival du Film Archéologique Icronos ou encore dans le conseil scientifique d’archéologie de la Mairie de Bordeaux. Et que dire de l’admirable travail effectué auprès de la Mairie de Plassac pour faire renaître et revivre la belle villa des bords de Gironde. Par ailleurs, membre de nombreux conseils de revues scientifiques, il fut sollicité par tous pour prendre en main la direction de la revue Aquitania quand le temps de la retraite eut sonné. Mieux que tout autre, Jean-Pierre Bost a compris l’indissoluble et nécessaire lien entre le monde universitaire et celui de l’érudition dite locale et que sans le réseau des sociétés savantes, la recherche universitaire perdait l’un des piliers de sa connaissance. Mais il sut aussi maintenir et conforter le fil du dialogue avec l’indispensable souci de respect, de compréhension de la juste collaboration.

8On ne saurait conclure cette présentation d’un hommage sans évoquer le partenaire, l’ami, le complice, sans rappeler les belles et longues discussions autour des textes des Racines de l’Aquitaine ou du Guide Archéologique, les joyeuses expéditions espagnoles, fertiles en découvertes de toute sorte, en quête de sites, de musées, de coins perdus et de voies romaines retrouvées, de villas romaines explorées et de restaurants évalués, sans se souvenir de ces grandes réunions simples mais toujours festives où il était d’usage de magnifier le passé, de rendre le présent serein et l’avenir prometteur. Jean-Pierre Bost fut un compagnon de tous les jours ; il est un ami de toujours. Il est de ceux dont on peut dire qu’ils ont rendu de belles choses possibles.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540