Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

5e partie. Économie

Diffusor olei ad annonam urbis

Note de l’éditeur

Extrait de Histoire, Espaces et Marges de l’Antiquité (Hommages à Monique Clavet), 2, 2003, p. 245-253.

Texte intégral

  • 1 Liou-Gassend, 1990, p. 205 ; Tchernia, 1980, p. 159 ; Rodriguez Almeida, 1987-1988, passim.
  • 2 Dig., L, 5, 3.
  • 3 E. de Ruggiero, Diz. Epigr., 2,1782 sq. ; Remesal, 2000, p. 714.
  • 4 Rico, 2003, passim.

1Pour désigner les marchands d’huile, le latin dispose d’un vocabulaire riche, même trop riche, pourrait-on dire, puisque bien des savants1 n’ont pas accordé à chaque terme une identification sûre. Sauf peut-être pour navicularius2, ils ont eu tendance à confondre dans une même acception negotiator, mercator et diffusor olearius3. Or, une nouvelle inscription de Séville nous invite à repenser la fonction de diffusor olei ou olearius, à la suite d’un article de C. Rico4, qui a défendu la thèse d’une spécifité de ces diffusores olearii, sans réussir à en effacer toutes les ombres.

  • 5 Chic García-García Vargas-Romo Salas-Tabales Rodríguez, 2001, p. 357-359.

2Dans les fondations de la cathédrale de Séville, la Giralda, on a récemment découvert plusieurs bases épigraphiques dont une seule a été publiée à ce jour5 et offre le texte suivant :

M. Iul(io) H[e]rmesian[o] / diffusori olei ad annon[am] / urbis c[urator]i corpo[ris] / olea[riorum] [st]ationi[s ?] Rom[ulae] [---] / [i] [--- ?] te [--- ?] / huic corpus [ole]ari[orum] / splend(idissi)mum / mer[entissimo s]tatu[am] pon[enda]m [iu]ssit / M. Iulius Hermes Fro[nti]nianus / filius honore accepto / impensam remisit.

À M. Iulius Hermesianus, transvaseur de l’huile destinée au ravitaillement de la Ville, curateur du collège des huiliers du bureau d’Hispalis. A celui-ci, plein de mérites, le collège resplendissant des huiliers a ordonné d’élever une statue. M. Iulius Hermes Frontinianus, son fils, après avoir accepté cet honneur, a fait remise de la dépense.

3Cette inscription présente certaines indications qui méritent d’être éclaircies.

  • 6 Dig., L, VI, 6/5.

4Tout d’abord, M. Iulius Hermesianus exerce sa fonction ad annonam Urbis, pour le ravitaillement de Rome. L’expression rappelle le passage du Digeste6 qui distingue parmi les negotiatores, les negotiatores qui annonam Urbis adiuvant. Ces derniers, qui collaborent au bon fonctionnement du ravitaillement de Rome en blé – mais on peut l’étendre à l’huile – sont les seuls à jouir de l’exemption des charges municipales.

  • 7 CIL II, 1481 (= CIL II2, 5, 1180).
  • 8 Le Roux, 1988, p. 259.
  • 9 Suet., Divi Claudii, XVIII et XIX : Urbis annonaeque curam sollicilissime semper egit. Le diffusor (...)
  • 10 À la suite de l’article de Loyzance, 1988, p. 280-282.
  • 11 Le Roux, 1988, p. 260 ; Rico, 2003, passim, pour sa part ne limite pas la fonction du diffusor à un (...)

5Cette mention de l’annona Urbis reste exceptionnelle dans les titulatures des diffusores olearii : aucun des cinq autres, déjà connus, ne la comporte. Bien plus, l’inscription d’Astigi7, qui est une dédicace à ce même personnage, n’invoque que le diffusor olearius, parfait équivalent de diffusor olei8, sans référence à l’annone. Annona Urbis représente le simple ravitaillement de Rome, sans aucune implication administrative, tout comme l’empereur Claude9 offrait des contrats à ceux des naviculaires qui s’engageaient au transport du blé ad annonam Urbis, pour ravitailler Rome et donc assurer sa sécurité, préoccupations essentielles de l’Empereur. L’annone recourt à un corps nouveau dont la fonction est parfaitement établie : il s’agit de “transvaseurs”10, acception qui a fait l’unanimité parmi les chercheurs les plus récents11, ce qui conduit à poser les questions fondamentales : quelle huile est transvasée ? dans quel conteneur est-elle versée ? et pourquoi ?

  • 12 Pavis d’Escurac, 1976, p. 258.

6Sans doute à l’époque antonine12, devant une demande accrue, une catégorie de negotiatores qui annonam Urbis adiuvant est chargée par le service de l’Annone de livrer au marché de Rome telle ou telle quantité de blé – ou d’huile –, précisée dans le contrat juré. Un collège nouveau est alors créé, celui des diffusores olearii ad annonam Urbis, qui est une partie du collège plus large des dijfusores olearii. Ce nouveau corps est destiné à puiser chez les marchands privés les quantités à mettre en réserve dans les entrepôts de Rome ou d’Ostie, où elles étaient stockées.

7Une clarté complémentaire sur la fonction de diffusor vient de la prise en considération d’un poinçon-matrice métallique qui sert à marquer tuiles et briques des horrea localisées à Ostie :

M hedera CASSI hedera SEMPRONIANI
M. CASSI SEMPRONIANI
caducée OSTIA caducée

  • 13 Taglietti, 1994, p. 157-193. Ainsi M. Cassius Sempronianus est réintégré dans l’orbite ostienne.
  • 14 Telle est la destination sûre de ces timbres-matrices d’après Taglietti, 1994, p. 171 ; ils ne serv (...)

8Nous n’avons donc pas à nous étonner que le fils de M. Iulius Hermesianus apparaisse comme conductor horreorum Seianorum13, situés dans les environs du Testaccio14 ; le commerce privé est ainsi encouragé et on incite les mercatores à collaborer avec l’Annone ; on établit des contrats pour connaître à l’avance les quantités d’huile mises à la disposition de l’Annone, pour faire face aux besoins.

  • 15 Paul, Dig., XV, 1, 76 que l’on peut illustrer par Meiggs, 1960, p. 160, pl. XXV ; Calza-Nash, 1959, (...)
  • 16 Rickman, 1971, p. 195.
  • 17 J. Carcopino, Ostiensia, dans MEFR, XXIX, 1909, p. 364 (= notre figure 2).

9Ainsi les diffusores ont la charge du stockage de l’huile et de sa conservation dans des dolia. Un texte juridique de Paul15 fait allusion à ces dolia in horreis defossa dont la capacité pour chacun atteindrait en moyenne quarante amphores16. À Ostie, des entrepôts existaient pour l’huile, les horrea olearia ; un magasin privé à huile accueillait trente-cinq dolia olearia17 (fig. 1 et 2).

  • 18 CIL XIV, 20.

10Nous avons ainsi répondu à toutes les questions “fondamentales”. Les diffusores olearii présidaient à une manipulation délicate à laquelle le service impérial devait accorder pleine confiance : quantité d’huile reversée des amphores dans les dolia, qualité de l’huile non altérée. C. Pomponius Turpilianus18, proc. ad oleum in Galbae Ostiae portus utrumque, contrôlait l’huile qui passait par les ports d’Ostie, huile destinée ensuite à être stockée dans les Horrea Galbae de Rome.

  • 19 CIL II, 1080.

11La création des diffusores c rumonte à la fin du règne d’Hadrien et couvre tout le règne de Marc Aurèle, témoin aussi avec la présence d’un procurator ad ripam Baetis19 du souci de l’Empereur de s’occuper de l’entretien des rives du Guadalquivir. M. Cassius Sempronianus (corpus, no IV) daterait de la fin du Ier siècle, D. Caecilius Onesimus du règne de Marc Aurèle, les autres diffusores s’insèrent entre les deux.

  • 20 Le Roux, 1988, p. 262.

12L’importance de leur fonction et de leurs responsabilités ne peut être assumée que par des individus de qualité ; nous sommes loin des marchands d’huile, simples affranchis. Même si les diffusores olearii ne peuvent renier leur origine servile plus ou moins lointaine, ils ont connu une carrière plus honorifique, atteignent souvent pour leurs enfants à la véritable honorabilité, comme le constate avec justesse P. Le Roux20. Cn. Sentius Regulianus (corpus, no V) est même chevalier et M. Cassius Sempronianus est citoyen romain. Ainsi les diffusores entretiennent des relations avec l’Annone, sans que leur statut n’enregistre de lien fondamental avec celle-ci.

Fig. 1. Ostie. Magasin à dolia olearia (d’après G. Gatti, dans Not. Scavie, 1903, p. 201-203).

  • 21 Le Roux, p. 260-262.
  • 22 CIL VI, 1625b.
  • 23 Une autre inscription inédite de Séville nous livre un nouveau témoignage du corpus oleariorum : Ta (...)
  • 24 CIL VI, 20 742.

13La nouvelle inscription de Séville (corpus, no Ia) nous apprend aussi que M. Iulius Hermesianus fait partie d’un collège21 des huiliers, qui n’est pas sans rappeler D. Caecilius Hospitalis et Cassius Faustus, curateurs à Rome du collège22 des huiliers et donc negotiatores olearii, tous deux. Mais ici, à Séville, le collège ne s’étend pas à l’ensemble de la provincia Baetica, mais dépend de la statio Romulae, c’est-à-dire du bureau fixé à Hispalis23. Ainsi toute une hiérarchie structure le collège des negotiatores olearii : le corpus, intéressant toute la province de Bétique, est localisé à Rome, et il essaime dans les ports les plus importants pour l’exportation de l’huile, des collèges subalternes géographiquement liés à une ville – ici Hispalis –, peut-être à Tocina. On doit alors imaginer une confédération de collèges, à la fois autonomes et régulés par l’organisme central romain. On comprend ainsi que le souhait de ces diffus ores était de venir résider à Rome, lieu d’implantation de la “maison-mère”. C’est précisément le cas de M. Iulius Hermesianus qui fait à Rome une dédicace à l’une de ses affranchies : Iulia Zotice24.

  • 25 Le Roux, 1988, p. 269, opte pour deux fonctions distinctes, l’une municipale, l’autre impériale.
  • 26 AE, 1994, 193 = CIL VI, 1885.

14L’appartenance au même collège définit pour les diffusores olearii leur unité sociale, d’autant qu’ils sont recrutés par les cités ou les empereurs comme fonctionnaires subalternes : tels D. Caecilius Onesimus, viator apparitor Augustorum25, tel D. Caecilius Abascantus, lictor curiatius26.

15Ainsi les diffusores olearii – transvaseurs d’huile – assurent un circuit parallèle pour le ravitaillement de l’huile. Ils sont en rapport avec l’Annone qui les charge par contrat d’acquérir les quantités d’huile, fixées par elle, auprès des négociants privés, présents sur le terrain, disposant de bureaux dans les ports exportateurs et représentés à Rome dans un collège central.

16Au terme de cette étude, quelles conclusions pouvons-nous tirer ?

17La première, qui s’impose, nous assure que negotiator, mercator, diffusor olearius ne sont pas interchangeables. Même si la différence entre negotiator et mercator reste à première vue ténue, le diffusor occupe une fonction parfaitement claire : il est un transvaseur d’huile, lié par contrat à l’Annone ; il se porte garant des quantités d’huile mises en réserve pour faire face aux besoins publics. Il contribue au ravitaillement de Rome et reçoit en récompense l’immunité des charges publiques, quand son titre est suivi de la mention de cette aide ; en l’absence de cette mention, le diffusor reste un transvaseur d’huile sans prétendre être gratifié de la moindre immunité.

  • 27 Rico, 2003, passim.

18Une seconde conclusion vise la définition du commerce de l’huile : celui-ci relève de la libre entreprise27, de l’initiative privée jusqu’à Septime Sévère. En effet, c’est aux marchands privés que s’adresse le diffusor pour remplir le contrat qui le lie à l’Annone ou pour disposer des réserves privées qu’à l’occasion il peut mobiliser au service de l’État. Ces diffusores olearii font partie du collège des negotiatores olearii et sont groupés de façon autonome dans un sous-collège.

Fig. 2. Ostie. Magasin à dolia olearia (d’après J. Carcopino, Ostiensia, MEFR, XXIX, 1909, p. 341-364, pl. XX-XXI).

  • 28 Dans certaines villes, des places leur sont réservées sur les gradins à l’amphithéâtre, à Arles (CI (...)
  • 29 CIL VI, 1935.

19Enfin – troisième conclusion – les diffusores olearii appartiennent à l’aristocratie des marchands28. Leur position sociale, leur entrée parmi les fonctionnaires subalternes au service soit des cités soit de l’Empereur, permettent de compléter le tableau de l’ascension sociale qu’illustrent trois échelons : mercatores, negotiatores, diffusores. Si L. Marius Phoebus29, qualifié de mercator olei hispani ex provincia Baetica, n’a pas pénétré dans le cercle huppé des diffusores, c’est qu’il n’est pas negotiator et seule quelque circonstance exceptionnelle lui a fait attribuer le titre de viator trïbunicius decuriae maioris.

20Le commerce de l’huile de Bétique témoigne donc d’une dynamique sociale qui accompagne la dynamique économique et qui éclaire au IIe siècle le rôle politique accru du milieu hispanique dans les allées du pouvoir.

CORPUS DES DIFFUSORES OLEARII

Ia. – M. IULIUS HERMESIANUS

M. Iul(io) H[e]rmesian[o] / diffusori olei ad annon[am]/ urbis c[urator]i corpo[ris]/ olea[riorum] [st]ationi[s ?] Rom[ulae] [---] / [i] [--- ?] te [--- ?]/ huic corpus [ole]ari[orum] / splend(idissi)mum / mer[entissimo s]tatu[am] pon[enda]m [iu]ssit / M. Iulius Hermes Fro[nti]nianus / filius honore accepto / impensam remisit

Ib. – M. IULIUS HERMESIANUS

21Astigi, CIL II, 1481 (= CIL II2, 5, 1180) :

M. Iulio Hermesiano / diffusori oleario / patri piissimo / M. Iulius Hermes Frontinianus fil(ius) et M. Iulius / Hermesianus nep(os) / posuerunt / accepto loco ab splendidissimo ordine Asti(gitano)

II. – D. CAECILIUS ABASCANTUS

22AE, 1994, 193 =CIL VI, 1885, P. 708 : M. Granino Cecere, 1994, p. 705-719 : Memoriae Caeciliae Helladis uxoris karissimae, D. Caecilius Abascantus, lictor curiatius, diffusor olearius ex provincia Baetica, fecit sibi et libertis libertabusque

III. – D. CAECILIUS ONESIMUS

23AE, 1980,98 = Panciera, 1980, P. 242 :

D. Caecilio / Onesimo / viatori / apparitor[i] / Augustor[um] diffusori [olear](io) / ex Baet[ica] / here[d]es / fec[erunt]

IV. – M. CASSIUS SEMPRONIANUS

24Tocina, AE, 1984, 526 :

M. Cassius M. f. Gal(eria) tribu /Sempronianus O/lisipon(ensis) difusor / olearius a solo fec(it) / et dedicavit

V. – C. SENTIUS REGULIANUS

25Rome, CIL VI, 29 722 = ILS, 7490 :

DM.S. C. Sentio Reguliano eq R/ diffus, oleario ex Baetica / curatori eiusdem cor / poris negot. vinario Lugdun. in canabis consisten(ti) / curatori et patrono ei / usd. corporis. nautae arari / co patrono eiusdem corporis / patrono IIIIIIvir. Lugduni consistentium, L. SileniusReginus avus et Ulattia / Metrodora et fili eius / dem ponendum curaverunt / procurante Dionysio et Belliciano et [...]

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Calza R. et Nash E., Ostia, Florence, 1959.

Chic García G., Garcia Vargas E., Romo Salas A.S. et Tabales Rodríguez M.A., Una nueva inscripción annonaria de Sevilla, M. Iulius Hermesianus, diffusor olei ad annonam Urbis, dans Habis, 32, 2001, p. 357-359.

Granino Cecere M.G., M. Caecilius Abascantus diffusor olearius exprovincia Baetica (CIL VI, 1883), dans Epigrafia della produzione et della distribuzione (Coll. ÉFR, 193), Rome, 1994, p. 705-719.

Le Roux P., L’huile de Bétique et le Prince sur un itinéraire annonaire, dans Hommage à Robert Étienne (Publications du Centre Pierre Paris, 17 = RÉA, LXXXVIII, 1986), Paris, 1988, p. 247-271.

Liou B. et Gassend J.-M., L’épave Saint-Gervais 3 à Fos-sur-Mer (milieu du IIe siècle ap. J.-C.). Inscriptions peintes sur amphores de Bétique. Vestiges de la coque, dans Archaeonautica, 10, 1990, p.157-264.

Loyzance M.-F., À propos de Marcus Cassius Sempronianus, Olisiponensis, diffusor olearius, dans Hommage à Robert Étienne (Publications du Centre Pierre Paris, 17 = RÉA, LXXXVIII, 1986), Paris, 1988. p. 275-283.

Meiggs R., Roman Ostia, Oxford, 1960.

Panciera S., Olearii, dans MAAR, XXXVI, 1980, p. 235-250.

Pavis d’Escurac E., La préfecture de l’annone : service administratif impérial d’Auguste à Constantin (BÉFAR, 226), Rome, 1976.

Remesal Rodríguez J., L. Marius Phoebus, mercator olei hispani ex provincia Baetica. Consideraciones en tomo a los términos mercator, negotiator, diffusor olearius ex Baetica, dans Paci G. (éd.), ΕΠΙΓΡΑΦΑΙ, Miscellanea epigrafica in onore di Lidio Gasperini, Tivoli (Rome), 2000, p. 781-797.

Rickman E., Roman Granaries and Store-Building, Cambridge, 1971.

Rico C., Mercatores, negotiatores et dijfusores et le commerce de l’huile de Bétique, à paraître dans REA, 105,2003.

Rodríguez Almeida E., Dijfusores, negotiatores, mercatores olearii, dans BCAR, 92, 1987-1988, p. 299-306.

Tabales Rodríguez M.A. et Jiménez Sancho A., Hallazgo de una nueva inscripciόn referente al cuerpo de olearios en el Alcazar de Sevilla, dans Habis, 32, 2001, p. 375-385.

Taglietti F., Un inedito bollo laterizio ostiense ed il commercio dell’olio bético, dans Epigrafia della produzione e della distribuzione (Coll. ÉFR, 193), Rome, 1994, p. 157-193.

Tchernia A., D. Caecilius Hospitalis et M. Iulius Flermesianus (CIL VI, 1625b et 20 742), dans Producciόn y comercio del aceite en la Antigüedad (Primer Congreso Internacional), Madrid, 1980, p. 155-160.

Notes

1 Liou-Gassend, 1990, p. 205 ; Tchernia, 1980, p. 159 ; Rodriguez Almeida, 1987-1988, passim.

2 Dig., L, 5, 3.

3 E. de Ruggiero, Diz. Epigr., 2,1782 sq. ; Remesal, 2000, p. 714.

4 Rico, 2003, passim.

5 Chic García-García Vargas-Romo Salas-Tabales Rodríguez, 2001, p. 357-359.

6 Dig., L, VI, 6/5.

7 CIL II, 1481 (= CIL II2, 5, 1180).

8 Le Roux, 1988, p. 259.

9 Suet., Divi Claudii, XVIII et XIX : Urbis annonaeque curam sollicilissime semper egit. Le diffusor ne semble pas avoir été étroitement lié à l’annone de Rome. Contra, Rico, 2003, passim.

10 À la suite de l’article de Loyzance, 1988, p. 280-282.

11 Le Roux, 1988, p. 260 ; Rico, 2003, passim, pour sa part ne limite pas la fonction du diffusor à un rôle purement technique.

12 Pavis d’Escurac, 1976, p. 258.

13 Taglietti, 1994, p. 157-193. Ainsi M. Cassius Sempronianus est réintégré dans l’orbite ostienne.

14 Telle est la destination sûre de ces timbres-matrices d’après Taglietti, 1994, p. 171 ; ils ne servent pas à marquer des bouchons d’amphores, comme le croit Panciera, 1980, p. 244 sq.

15 Paul, Dig., XV, 1, 76 que l’on peut illustrer par Meiggs, 1960, p. 160, pl. XXV ; Calza-Nash, 1959, fig. 107 ; voir aussi NS, 1903, p. 201 (= notre figure 1) : les capacités en amphores sont indiquées. Pavis d’Escurac, 1976,p.197, n. 217

16 Rickman, 1971, p. 195.

17 J. Carcopino, Ostiensia, dans MEFR, XXIX, 1909, p. 364 (= notre figure 2).

18 CIL XIV, 20.

19 CIL II, 1080.

20 Le Roux, 1988, p. 262.

21 Le Roux, p. 260-262.

22 CIL VI, 1625b.

23 Une autre inscription inédite de Séville nous livre un nouveau témoignage du corpus oleariorum : Tabales Rodríguez-Jiménez Sancho, 2001, p. 375-385.

24 CIL VI, 20 742.

25 Le Roux, 1988, p. 269, opte pour deux fonctions distinctes, l’une municipale, l’autre impériale.

26 AE, 1994, 193 = CIL VI, 1885.

27 Rico, 2003, passim.

28 Dans certaines villes, des places leur sont réservées sur les gradins à l’amphithéâtre, à Arles (CIL XII, 714) et à Lyon (CIL XIII, 3, II, 115).

29 CIL VI, 1935.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Ostie. Magasin à dolia olearia (d’après G. Gatti, dans Not. Scavie, 1903, p. 201-203).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8387/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 2. Ostie. Magasin à dolia olearia (d’après J. Carcopino, Ostiensia, MEFR, XXIX, 1909, p. 341-364, pl. XX-XXI).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8387/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search