Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

5e partie. Économie

Prosopographie monumentale, prosopographie amphorique

Le cas des Ocratii

Note de l’éditeur

Extrait de Vivre, produire et échanger : reflets méditerranéens (Mélanges offerts à Bernard Liou), (L. Rivet et M. Sciallano, éd.), Montagnac, 2002, p. 119-120.

Texte intégral

  • 1 Ed. Frézouls, Les Ocratii de Volubilis d’après deux inscripions inédites, dans Mélanges d’archéolog (...)
  • 2 Il s’agit de T. Ocratius Valerianus, vir clarissimus : Euzennat (M.), dans BAC, 1963-1964, p. 137 s (...)
  • 3 CIL VI, 32334, 6 ; Pighi (G.B.), De ludis saecularibus populi Romani Quiritium, Milan, 1941, p. 174 (...)

1S’appuyant sur deux inscriptions monumentales inédites de Volubilis (Maurétanie Tingitane), Ed. Frézouls a présenté dans un article brillant1 le destin des Ocratii, famille en vue de la capitale provinciale, puisqu’elle lui a fourni son seul sénateur connu2. De l’arrivée du premier Ocratius à Volubilis, jusqu’à la présence d’Ocratius Titianus, puer clarissimus aux Jeux Séculaires de 2043, il a déroulé avec vraisemblance, et sans cacher ses incertitudes, les mariages et carrières des divers membres de la gens. Il s’est contenté de noter, quand il remarque que le futur sénateur a été quaestor propraetore provinciae Baeticae, que la province hispanique est la plus proche de la Tingitane sans trouver une explication plus pertinente. Or la banalité de la réflexion nous a intrigué et nous avons essayé, en envisageant la familia élargie, de rendre compte de ces intérêts hispaniques et d’intégrer une prosopographie amphorique dans une prosopographie monumentale.

  • 4 Rodríguez Almeida (E.), Monte Testaccio. I mercatores dell’olio della Bética, dans MEFR, 91, 1979, (...)
  • 5 Colls (D.), Étienne (E.), Lequément (R.), Liou (B.) et Mayet (F.), L’épave Port-Vendres II et le co (...)

2En effet, dans la liste des marchands donnée par E. Rodriguez Almeida4, nous rencontrons par trois fois, parmi les tituli picti qui occupent sur l’amphore la place β5, la mention des T. ou L. Ocratii à l’année 154. Voici les occurrences des Ocratii :

Testaccio, 1994, 111

T. OCRATIVS MODESTVS et T.CASSIVS APOLAVSTVS

Testaccio

154

CIL XV, 3973

L. OCRATIVS SATVRNINVS et CASSII APOLAVSTVS et ARTHEMISVS

Testaccio

Hispalis

154

Testaccio, 1994, 111 bis

T. OCRATIVS MODESTVS ET CASSII APOLAVTVS ET ART (...)

Testaccio

  • 6 Loyzance (M.F.), À propos de Marcus Cassius Sempronianus Olisiponensis, diffusor olearius, dans Hom (...)

3La liaison entre T. Ocratius Modestus et Cassius Apolaustus, entre L. Ocratius Satuminus et Cassius Apolaustus assure que nous avons affaire à deux marchands hispaniques, affranchis l’un des Ocratii, l’autre des Cassii. On rencontre un Marcus Cassius Sempronianus, dijfusor olearius6, et la présence des Cassii soit dans les ports soit le long des fleuves suffit à conforter cette affirmation.

  • 7 Barbieri, Albo, no 810 et 811, p. 171 sq.
  • 8 AE, 1966, 604 = IAM, 626. Nous optons pour Sena, nom géographique, et non pour Senatus, cognomen fo (...)
  • 9 L’expression est de Frézouls, 1966, p. 241.

4Les patrons, tels les Ocratii au milieu du IIe siècle de notre ère, ne peuvent être que propriétaires d’olivaies ; ils tirent du commerce de l’huile, assuré par leurs affranchis, un surcroît de revenus qui leur permet d’atteindre le cens sénatorial d’un million de sesterces. Ocratius Valerianus est fils de chevalier, sans doute7, et le premier Ocratius, L. Ocratius, vient d’Italie, né à Sena (Sienne) : Sena Iulia ou Seni gallia (Sena Gallica), comme nous l’apprend une inscription8, il y épouse une “hispano-mauritanienne”9, Iulia Suavilla.

  • 10 CIL VIII, 21842. Voir aussi Kotula (T.), Les origines des assemblées provinciales dans l’Afrique ro (...)
  • 11 BAC, 1918, p. 191, no 34 = IAM, 458.
  • 12 IAM, 463.
  • 13 IAM, 426.
  • 14 Nous donnerons à cette famille tout le lustre qu’elle a acquis dans Étienne (R.) et Mayet (F.), L’h (...)
  • 15 Alföldy (G.), Fasti Hispanienses, Wiesbaden, 1969, p. 188, 282.

5Premier immigré des Ocratii en Tingitane, sans doute à l’occasion de la création de la province, il y meurt, jeune, à trente ans, laissant une fille... a Ocratiana qui épouse, à la fin du Ier siècle, un M. Valerius Sassius Rudens10, qui fut un flaminique de la province de Tingitane. Allié à la puissante famille volubitaine des Valerii, un Ocratius épouse une Valeria, dans le cours de la première moitié du IIe siècle. Attirée par les richesses que peut procurer le commerce de l’huile et qui peuvent la mettre au niveau du cens sénatorial, elle émigre en Bétique où elle épouse en premières noces un Caecilius dont elle a deux enfants : C. Caecilius Flaccus11 et Caecilia Romana12. L’objectif du million de sesterces est atteint et quand Valeria, de retour à Volubilis, s’unit à un T. Ocratius, son fils T. Ocratius Valerianus n’a aucune peine à se proclamer vir clarissimus13. Il est donc le demi-frère de C. Caecilius Flaccus et de Caecilia Romana et allié à la puissante gens des Caecilii d’Astigi14, dont la nombreuse familia est spécialisée dans le commerce de l’huile, aux environs du milieu du IIe siècle, au moment où les amphores Dressel 20 reçoivent les inscriptions peintes au nom des Ocratii : T. Ocratius Valerianus hérite du capital de ses demi-frère et demi-sœur ; l’Empereur le nomme quaestor propraetore provinciae Baeticae, à la fin du IIe siècle ou au début du siècle suivant15.

6Ainsi s’explique une fonction attribuée à un Volubitain qui avait su nouer en Bétique des liens commerciaux et politiques. Avaient-ils complètement cessé avec T. Ocratius Valerianus, quand son fils Octavius Titianus, puer clarissimus, prend part aux Jeux Séculaires de 204 ? Son frère, Q. Ocratius Titianus, appartient à l’ordre équestre et a pu l’aider dans la constitution du cens sénatorial.

  • 16 Fabre (G.), Libertus. Recherches sur les rapports patron-affranchis à la fin de la République romai (...)

7Les Ocratii sont de Volubilis, oui, sans contestation possible ; mais il ne faut pas négliger leur détour par la Bétique, ce qui explique la charge de quaestor propraetore, assumée par T. Ocratius Valerianus. Il faut toujours tenir compte de la famille au sens élargi, de la familia dominée par les marchands-mercatores d’huile en l’occurrence. Sans doute la pudeur sociale interdit aux notables d’invoquer la source de leur richesse. La société romaine provinciale est ainsi composée de deux strates : d’un côté les citoyens qui accèdent, s’ils remplissent les conditions de droit et de cens, aux ordres supérieurs, sénateurs et chevaliers, les épouses étant élues prêtresses du culte impérial municipal, voire provincial, telle...a Ocratiana ; de l’autre côté, les affranchis qui, par la vente des chargements d’huile, gonflent le capital de celui qui reste leur dominus16.

  • 17 Nous avons pu ainsi identifier, pour les salaisons et sauces de poisson hispaniques, quatre-vingt-q (...)

8Le partage des tâches est assuré de façon harmonieuse, les bénéfices pouvant être réinvestis dans l’achat des terres – ici d’olivaies – qui font pénétrer les propriétaires dans le cercle des notabilités municipales. Ils s’allient matrimonialement aux familles en vue et leurs affranchis constituent pour la durée d’un voyage des societates éphémères ; ils exportent par voie de mer jusqu’à Rome et jusque sur le limes le précieux produit de leurs récoltes : ainsi puissent les prosopographes ne jamais négliger le CIL XV et les listes de marchands d’huile, si souvent prodiguées par E. Rodriguez Almeida17, s’ils ne veulent pas s’interdire de comprendre la solidité du tissu social, tant en province qu’à Rome, et le dynamisme des élites, qu’on ne peut couper du substrat économique.

  • 18 Par exemple D. Caecilius Onesimus, viator et apparitor Augustorum (CIL XV, 3782-3783 ; AE 1980, 98) (...)

9Ainsi se constitue une “middle-class” vivante, puisqu’elle fournit les fonctionnaires subalternes18 pour la bonne marche des institutions municipales. Les fils de ces affranchis, devenus citoyens de plein exercice, franchissent alors la ligne “taboue” et alimentent une société en devenir, où l’expérience économique est mise à contribution pour aider à la capacité administrative.

Notes

1 Ed. Frézouls, Les Ocratii de Volubilis d’après deux inscripions inédites, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire offerts à André Piganiol, I, Paris, 1966, p. 233-248 ; AE, 1966,603 = IAM. 426 ; P/R 2, V, 3 (1987) 010.

2 Il s’agit de T. Ocratius Valerianus, vir clarissimus : Euzennat (M.), dans BAC, 1963-1964, p. 137 sq ; AE, 1966, 603 = IAM, 426 ; Epigrafia e ordine senatorio, Rome, 111, 778 (M. Le Glay).

3 CIL VI, 32334, 6 ; Pighi (G.B.), De ludis saecularibus populi Romani Quiritium, Milan, 1941, p. 174, IX, 6 ; Barbieri (G.), L’albo senatorio da Settimio Severo a Carino, Rome. 1952, no 810 et 811, p. 171 sq.

4 Rodríguez Almeida (E.), Monte Testaccio. I mercatores dell’olio della Bética, dans MEFR, 91, 1979, p. 873-975.

5 Colls (D.), Étienne (E.), Lequément (R.), Liou (B.) et Mayet (F.), L’épave Port-Vendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude (Archaeonautica, 1), Paris, 1977, p. 49.

6 Loyzance (M.F.), À propos de Marcus Cassius Sempronianus Olisiponensis, diffusor olearius, dans Hommage à Robert Étienne (Publications du Centre Pierre Paris, 17), Paris, 1988, p. 273-284.

7 Barbieri, Albo, no 810 et 811, p. 171 sq.

8 AE, 1966, 604 = IAM, 626. Nous optons pour Sena, nom géographique, et non pour Senatus, cognomen fort rare.

9 L’expression est de Frézouls, 1966, p. 241.

10 CIL VIII, 21842. Voir aussi Kotula (T.), Les origines des assemblées provinciales dans l’Afrique romaine, dans Eos, 52, 1962, p. 147-167, p. 149. IAM, 443.

11 BAC, 1918, p. 191, no 34 = IAM, 458.

12 IAM, 463.

13 IAM, 426.

14 Nous donnerons à cette famille tout le lustre qu’elle a acquis dans Étienne (R.) et Mayet (F.), L’huile hispanique (Trois clés pour l’économie de l’Hispanie romaine, III), en préparation.

15 Alföldy (G.), Fasti Hispanienses, Wiesbaden, 1969, p. 188, 282.

16 Fabre (G.), Libertus. Recherches sur les rapports patron-affranchis à la fin de la République romaine (Coll. ÉFR, 50), Rome, 1981, p. 342-352.

17 Nous avons pu ainsi identifier, pour les salaisons et sauces de poisson hispaniques, quatre-vingt-quatre marchands (Étienne-Mayet, 2002, p. 215-218).

18 Par exemple D. Caecilius Onesimus, viator et apparitor Augustorum (CIL XV, 3782-3783 ; AE 1980, 98) ; D. Caecilius Abascantus, lictor curiatius (AE 1944, 193 = CIL VI, 1885, p. 708 : Archaeonautica. 2, 1978, p. 110) ; D. Caecilius Hospitalis, curator du corpus des negotiatores olearii ex Baetica (CIL XV, 3762-3764) ; D. Caecilius Maternus, curator des negotiatores olearii ex Baetica (CIL XV, 3769-3781).

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search