Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

5e partie. Économie

Pour l’identité de M. Porcius

Note de l’éditeur

Extrait de la RÉA, CII, 2000, p. 53-57 (co-auteur F. Mayet).

Texte intégral

  • 1 Aul.-Gell., Noct. Att., XIII, 19, fait part de son embarras pour reconnaître un M. Catonis Nepotis (...)
  • 2 Tite Liv., XXXIV, 8-20.

1Dans la recherche de l’identité d’un individu romain, l’onomastique ne permet pas de résoudre toutes les ambiguïtés : le grand-père, le père, le petit-fils portent souvent le même prénom, le même nom et, dans les familles sénatoriales riches de plusieurs branches, un cognomen identique1. C’est ainsi que le viticulteur M. Porcius, producteur de vin de Tarraconaise, réveille les souvenirs de M. Porcius Cato, d’autant que le Censeur est présent en Citérieure dès 195 avant Jésus-Christ, date à laquelle il réprime un soulèvement indigène2. Mais, n’est-ce pas succomber dangereusement à une nouvelle tentation, après que la recherche de ce M. Porcius en ait fait chuter plus d’un ? Même les erreurs peuvent baliser le chemin de la vérité.

Première tentation : M. Porcius serait le magistrat pompéien de 70/65 avant Jésus-Christ

  • 3 R. Étienne, Bordeaux antique, Bordeaux, 1962, p. 106-108 ; id., Les importations de vin campanien, (...)
  • 4 Parue dans En passant par l'Aquitaine. Recueil d'articles de Robert Étienne, Bordeaux, 1995, p. 31 (...)

2J’ai été le premier3 à me fourvoyer dans cette recherche d’identité et j’ai battu ma coulpe dans une Retractatio4 qui est peut-être passée quelque peu inaperçue. C’est l’historien du commerce du vin italien qui reconnaissait, grâce à l’amphore italique Dressel 1B, avec laquelle était alors confondue la future amphore catalane Pascual 1, la route du vin qui depuis Pompéi traversait l’isthme gaulois jusqu’à Burdigala. L’épigraphie pompéienne offrait justement un M. Porcius, personnage important de la ville vésuvienne, duumvir et constructeur du théâtre couvert, duumvir quinquennalis et constructeur de l’amphithéâtre en 70 ou 65, associé à C. Quinctius Valgus.

  • 5 M. Comas Solà, Baetulo. Les ânfores, Badalona, 1985, p. 141, 146-147, 153.

3Or, R. Pascual Guasch a identifié une production catalane imitant l’amphore Dressel 1B et il s’avère que la marque M. Porcius se trouve sur des amphores dites Pascual 1, provenant vraisemblablement de la région de Badalona (Baetulo), datées de la fin du ier siècle avant et du début du ier siècle après Jésus-Christ5.

  • 6 Comas Solà, ibid. distingue trois phases entre 25 av. J.-C. et 20/30 ap. J.-C.

4Ainsi à l’erreur sur le contenant – amphore Pascual 1 catalane et non amphore Dressel 1B italique – s’ajoutait une impossibilité chronologique6, l’amphore Pascual 1 n’étant pas en usage vers 70/65. Double raison pour tourner le dos à cette première identification.

Deuxième tentation : M. Porcius serait un indigène hispanique romanisé

  • 7 A. Tchernia, Le vin de l’Italie romaine (BÉFAR, 261), Rome, 1986, p. 193.
  • 8 O. Olesti, Els primers productors d’àmfores vinίcoles al Maresme (s. 1 a.C), dans Annals de l’Inst (...)
  • 9 R. Étienne et F. Mayet, Le vin hispanique, Bordeaux, 2000,passim.

5Même si on n’a pas encore découvert les fours où étaient cuites les amphores Pascual 1 de ce producteur, la densité des trouvailles de timbres M. PORC et M. PORCI – au moins soixante-dix-sept exemplaires recensés – désigne Baetulo comme lieu d’exportation de ces “containers”. Un pas facile à franchir conduisait à voir en ce Marcus Porcius un Hispanique anciennement romanisé. A. Tchernia apporta à cette hypothèse l’autorité de sa science7 et entraîna à sa suite l’opinion des chercheurs catalans8. Or, il n’est que de considérer l’ensemble des marques sur amphores Laietana 1 et Pascual 19 pour y relever les noms de Venuleius, Voltilius, Mevius, Loreius, Statius, Mucius, etc. qui ne trahissent d’aucune manière une origine hispanique. Résistons donc à cette deuxième tentation.

Troisième tentation : M. Porcius appartiendrait à la famille sénatoriale des M. Porcii Catones

  • 10 M. J. Pena, Las marcas de M. Porcius sobre ánforas Pascual 1, dans Faventia, 21/2, 1999, p. 75-83.

6Il s’agit essentiellement de rencontrer des membres de cette famille contemporains de l’époque de fabrication des amphores Pascual 1, soit la fin du ier siècle avant et le début du ier siècle après Jésus-Christ. C’est M. J. Pena qui a ouvert cette piste10. Est-ce légitime ?

  • 11 Aul.-Gell., Noct. Att., XIII, 20 (ou 19) ; il faut féliciter M. J. Pena, ibid., d’avoir commenté c (...)

7Grâce à un passage d’Aulu-Gelle11, elle établit la double descendance de M. Porcius Cato Censor avec le tableau généalogique suivant ; de sa première femme, il eut pour petit-fils M. Porcius Cato Nepos, consul en 118 et mort en Afrique et le fils de celui-ci, M. Porcius Cato Nepos, mourut en Narbonnaise.

  • 12 Tac., Ann., IV, 68, parle de Porcius Cato, ancien préteur.
  • 13 P. A. Gianfrotta, Lentulo Augure e le anfore laietane, dans Epigrafia e ordo senatorio, I (Tituli, (...)

8Même si la branche des M. Porcii Catones d’Utique disparut avec la mort du fils de Caton d’Utique et qu’au contraire l’autre lignée survécut, la dénomination des personnages fait toujours une place aux surnoms Cato ou Nepos. Or, si le dernier personnage sénatorial date de Tibère, d’après Tacite12, et entre donc dans la fourchette chronologique des amphores Pascual 1, il n’aurait jamais abrégé son nom prestigieux en M. Porcius seul. Cn. Lentulus Augur13 imprime ses tria nomina sur les amphores Pascual 1, de même que Mussidius Nepos, au prix chaque fois de trois ligatures. Donc, M. Porcius, producteur de vin léétanien, ne saurait appartenir au premier ordre de l’État.

Quatrième tentation : l’inutile détour par Narbonne

  • 14 CIL XII, 4407.
  • 15 B. Bargagli et C. Grosso, Fasti Ostienses : documento della storia di Ostia, Rome, 1997, p. 25.
  • 16 Pena, op. cit., p. 80.
  • 17 On pourrait discuter aussi la confusion entre negotiator et producteur de vin. Nous avons fait tou (...)

9Cette quatrième tentation découle de la précédente et de l’analyse de la généalogie des Porcii Catones. De toute façon, l’objection précédente sur l’onomastique de M. PORCI et non de M. PORCI CAT. NEP. reste et permet d’écarter cette identification. Toutefois, M. J. Pena fait appel à une inscription de Narbonne14 qui conforterait son hypothèse. Il s’agit d’une pierre mutilée qui présente, dans un cadre mouluré et sous forme d’inventaire, les noms des deux consuls ordinaires de l’année 36 après Jésus-Christ et ceux de deux consuls suffects de la même année, comme nous l’apprennent pour M. Porcius Cato Nepos, cité M. Porcius Cato, les Fasti Ostienses15. Cette inscription n’est nullement une dédicace faite par des Narbonnais mais est une copie, pour des raisons qui nous échappent, des Fastes capitolins. Ainsi ce détour narbonnais est inutile et il n’est pas curieux, comme le remarque M. J. Pena16, que l’épigraphie de la Narbonnaise soit si pauvre en M. Porcii ; ainsi disparaît également l’argument commercial17 sur la diffusion à partir de Narbonne du vin de Tarraconaise, grâce à l’influence de ce M. Porcius Cato.

En guise de conclusion, une cinquième tentation : le retour vers la Campanie

10Le chercheur ne peut pas se contenter d’un simple jeu de massacre ; celui-ci lui a permis de déblayer le terrain des hypothèses erronées ou inutiles, avant de proposer une solution qui, à défaut de certitudes, s’attache à quelques vraisemblances.

  • 18 Étienne-Mayet, – op . cit, . passim .
  • 19 CIL X, 997.
  • 20 V. Kockel, Die Grabbauten von dern Herculanentor in Pompeji, Mayence, 1983, p. 53-57, pl. 7 ; lide (...)

11Nous sommes ramenés vers l’Italie et vers la Campanie qui a vu naître l’amphore Dressel 1 B, car nous sommes persuadés que les amphores Léétanienne 1 et Pascual 1 imitent cette amphore italique et qui mieux que des Campaniens auraient pu réaliser ces imitations ? et ce d’autant que de véritables amphores Dressel 1B ont été fabriquées en Tarraconaise et leur imitation du modèle italique est si parfaite qu’on peut s’interroger sur la finalité de cette “contrefaçon18. Le M. Porcius de notre première tentation n’a pas eu de descendance et a été enterré à Pompéi19 où l’on connaît sa sépulture20 ; une branche de la famille n’a-t-elle pas pu émigrer en Tarraconaise et mettre en valeur des vignobles sur la côte léétanienne ? Ainsi les viticulteurs de la Léétanie seraient de souche campanienne et les propriétaires comme Lentulus Augur, si bien doté par Auguste, ont disposé d’une main-d’oeuvre expérimentée ; il n'y a pas que la “Provincia” qui mérite d’être appelée “Italia verius” : la Tarraconaise, dès Cicéron, témoigne vraisemblablement d’un transfert de main-d’oeuvre qui accompagne un transfert technologique.

  • 21 Pena, op. cit, . p. 79  : Intentaré “ hacerlo rouvrir [ le dossier M. Porcius ] con prudencia y me (...)

12Finalement, nous serons moins pessimistes que M. J. Pena21 ; sur cette route du vin nous n’avons pas uniquement semé le doute et augmenté la confusion. Certes nous ne donnons pas au M. Porcius des amphores Pascual 1 une identité personnelle, mais nous le replaçons dans le groupe social qui a joué un rôle essentiel dans l’histoire du vin de Tarraconaise.

Notes

1 Aul.-Gell., Noct. Att., XIII, 19, fait part de son embarras pour reconnaître un M. Catonis Nepotis, auteur d’un livre : “Nepos n’est pas un surnom, mais il est appelé ainsi parce qu’il est le petit-fils du Censeur” ; il ne faut pas le confondre avec le Caton qui mourut à Utique, mais il désigne le Caton, édile et préteur, qui mourut dans la Gaule Narbonnaise ; il était l’arrière petit-fils du Censeur, tandis que Caton d’Utique en était l’arrière-arrière petit-fils.

2 Tite Liv., XXXIV, 8-20.

3 R. Étienne, Bordeaux antique, Bordeaux, 1962, p. 106-108 ; id., Les importations de vin campanien, dans Vignobles et vins d’Aquitaine (FHSO, Actes du xxe congrès d’études régionales, Bordeaux, 1967), Bordeaux, 1970, p. 13-25.

4 Parue dans En passant par l'Aquitaine. Recueil d'articles de Robert Étienne, Bordeaux, 1995, p. 317-318.

5 M. Comas Solà, Baetulo. Les ânfores, Badalona, 1985, p. 141, 146-147, 153.

6 Comas Solà, ibid. distingue trois phases entre 25 av. J.-C. et 20/30 ap. J.-C.

7 A. Tchernia, Le vin de l’Italie romaine (BÉFAR, 261), Rome, 1986, p. 193.

8 O. Olesti, Els primers productors d’àmfores vinίcoles al Maresme (s. 1 a.C), dans Annals de l’Institut d’Estudis Gironins (Homenatge al Dr. Pere de Palol), XXXVI, 1996-1997, p. 438-440 : id., El origen de las villae romanas en Cataluna, dans AEA, 70,1997, p. 85.

9 R. Étienne et F. Mayet, Le vin hispanique, Bordeaux, 2000,passim.

10 M. J. Pena, Las marcas de M. Porcius sobre ánforas Pascual 1, dans Faventia, 21/2, 1999, p. 75-83.

11 Aul.-Gell., Noct. Att., XIII, 20 (ou 19) ; il faut féliciter M. J. Pena, ibid., d’avoir commenté ce texte.

12 Tac., Ann., IV, 68, parle de Porcius Cato, ancien préteur.

13 P. A. Gianfrotta, Lentulo Augure e le anfore laietane, dans Epigrafia e ordo senatorio, I (Tituli, 4), Rome, 1982, p. 475-479.

14 CIL XII, 4407.

15 B. Bargagli et C. Grosso, Fasti Ostienses : documento della storia di Ostia, Rome, 1997, p. 25.

16 Pena, op. cit., p. 80.

17 On pourrait discuter aussi la confusion entre negotiator et producteur de vin. Nous avons fait toute réserve sur les conclusions de l’article de M. Christol et R. Plana sur P. Usuleius Veiento : Els negotiatores de Narbona e el vi català, dans Faventia, 19/2, 1997, p. 75-95.

18 Étienne-Mayet, – op . cit, . passim .

19 CIL X, 997.

20 V. Kockel, Die Grabbauten von dern Herculanentor in Pompeji, Mayence, 1983, p. 53-57, pl. 7 ; lidentificationest appuyée par F. Zevi, Personaggi della Pompei sillana, dans PBSR, LXIII, 1995, p. 1-24.

21 Pena, op. cit, . p. 79  : Intentaré “ hacerlo rouvrir [ le dossier M. Porcius ] con prudencia y me limitaré a exponer algunos datos, que quizas solo servirân para sembrar la duda y aumentar la confusion”.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search