Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

5e partie. Économie

Chronologie des usines de salaisons de Lusitanie

Note de l’éditeur

Extrait de MÉFRA, 112, 2000, 1, p. 99-117 (co-auteurs F. Mayet et C. Tavares da Silva).

Texte intégral

1Les prélèvements de restes piscicoles, qui ont été donnés à Jean et Nathalie Desse pour être analysés, proviennent de trois établissements de production lusitaniens que nous désirons présenter dans l’espace et dans le temps. Ces trois usines sont, sur la figure 1, celles de Quinta do Marim (no 36), de la travessa de Frei Gaspar à Setúbal (no 10) et de Tróia (no 15).

I. usine de Quinta do Marim (Olhão)

  • 1 Tavares da Silva-Soares-Coelho Soares, 1992, p. 335-374.

2Cette petite usine a été l’objet d’une fouille de sauvetage en 1988 et 1989 par Carlos Tavares da Silva et Joaquina Soares1, après qu’elle soit apparue lors de travaux de terrassements destinés à la construction d’un étang pour les oiseaux de la Réserve de la ria Formosa.

1. Situation

  • 2 Estácio da Veiga Affonso dos Santos, 1971-1972, II, p. 249-286.
  • 3 Hauschild, 1984, p. 94-104.
  • 4 Alarcão-Étienne-Mayet, 1990, p. 127-130.
  • 5 Encamação, 1984, p. 81-101.

3Située sur la commune d’Olhão, paroisse de Quelfes, dans le district de Faro, cette usine se trouve à environ un kilomètre de la villa romaine Quinta do Marim, villa identifiée en 1877 et partiellement fouillée par Estácio da Veiga2. Cette villa, construite sur de bonnes terres agricoles, possédait un temple – comme les villas de Milreu3 et de São Cucufate4 – des thermes et une nécropole bien connue pour avoir donné seize inscriptions funéraires d’esclaves5.

4L’usine se trouve sur la rive même de la ria Formosa et tout près de l’embouchure de la ribeira do Marim, sur sa rive droite. Installée dans un système lagunaire, elle avait cependant un accès direct à la haute mer, face à la barre qui sépare les îles Armona et Calatra, accès qui devait être plus facile à l’époque romaine qu’aujourd’hui puisque seules de petites embarcations peuvent y naviguer encore.

5Cette situation permettait à l’usine de s’approvisionner dans deux écosystèmes complémentaires, celui de la ria et celui de l’océan, qui pouvaient fournir à volonté poissons, mollusques et sel. D’ailleurs cette tradition s’est maintenue jusqu’à nos jours et Olhão était, à la fin du xixe et au début du xxe siècle, le principal centre industriel de conserves de poisson en Algarve, notamment de conserves de sardines.

Fig. 1. Usines de salaisons de poisson en Lusitanie : Quinta do Marim (no 36), Setúbal (no 10) et Tróia (no 15).

2. Les structures

6La fouille de cette usine s’est déroulée, de façon discontinue entre octobre 1988 et août 1989 ; elle n’a mis au jour qu’une partie des installations car les travaux de labour avaient souvent atteint le sommet de la formation géologique de base.

7Les constructions se répartissent en deux zones distinctes (fig. 2). Au sud, on a une zone de bassins de salaisons, de dimensions diverses ; une rangée de quatre petits bassins est séparée d’une autre, constituée de bassins plus grands, par une cour rectangulaire. Ces bassins se poursuivaient vers l’ouest, mais ils ont été totalement détruits. La cour, en forme de couloir, mesure 2,40 mètres de largeur sur une longueur conservée de neuf mètres, sans aucun vestige de revêtement du sol.

8Il est intéressant de noter la présence de petits bassins (2,40 x 2,30 m ; 2,20 x 2,30 m ; 2 x 2,30 m) à côté de bassins nettement plus importants (3,90 x 3,60 m pour une profondeur actuelle de 1,37 m). Tous présentent le même type de construction et les mêmes enduits internes, avec les habituelles moulures en quart de cercle aux angles et sur le pourtour du fond. Tous ces bassins possèdent, dans un angle, une petite cuvette destinée à recueillir les résidus lors du nettoyage de ces bassins ; toutes ces cuvettes sont situées près de la cour pour des raisons de commodité de déplacement. Elles ont de 40 à 60 centimètres de diamètre pour une profondeur de 6 à 10 centimètres.

9Cette zone de bassins est séparée de 5,60 mètres d’une autre zone de construction, située au nord, et alignée à l’est sur les bassins. On aurait donc là la limite orientale de l’usine. Ces constructions ont été très détruites par les labours ; elles auraient été édifiées avec des murs ayant une base de deux ou trois assises de blocs de pierre liés à l’argile rouge, base surmontée de pisé. Certaines pièces rectangulaires ont servi à emmagasiner les productions de l’usine ; une autre, plus petite (compartiment 8), a fonctionné comme habitat car il présentait les vestiges d’un foyer dans l’angle nord-ouest. Le compartiment 9 possédait même une sorte de petit four, domestique certainement.

  • 6 Étienne-Makaroun-Mayet, 1994, p. 114 (capacité calculée par C. Tavares da Silva).

10La capacité de production de cette usine, dans son état actuel, est de 55,709 mètres cubes6, ce qui en fait une des usines les plus importantes de la côte de l'Algarve et de l’Alentejo.

3. La chronologie

11La salle 1 de la zone nord a offert une séquence stratigraphique bien conservée, dont la couche 3 représente l’utilisation, avec le matériel datable suivant : un sesterce de Maximien ier (235/236), de la sigillée claire A (formes Hayes 9, Hayes 14, Hayes 23 et Hayes 27), de la céramique commune africaine (formes Hayes 196 et 197) et de nombreux fragments d’amphore Almagro 50 à pâte calcaire. On y a aussi recueilli des poids de pêche en plomb. L’occupation de cette salle peut donc être située entre la fin du iie siècle et la première moitié du iiie siècle, plus précisément dans le second quart de ce dernier siècle.

Fig. 2. Quinta do Marim : relevé des structures.

12Un sondage effectué perpendiculairement à l’extérieur du mur nord du bassin I a permis de retrouver le fossé de construction avec, comme matériel céramique le plus récent, une forme Hayes 23 en sigillée claire A dont la production a commencé dans la première moitié du iie siècle. Ces deux stratigraphies conduisent à situer la construction de cette usine à la fin du iie ou au tout début du iiie siècle et son utilisation dans la première moitié du iiie siècle.

13Il a été moins facile de dater la fin de l’activité de cette unité de production. Le comblement des bassins se révèle utile pour cela. La couche 5, constituée par les restes de la dernière production de salaisons n’a été retrouvée que dans le bassin IV et ne contenait aucun objet datable. La couche 4 correspond au début de l’abandon ; on y a trouvé une forme Hayes 50A en sigillée claire C et sa chronologie peut se situer dans le premier quart du ive siècle. La couche 3 contenait des tessons informes de sigillée claire D, appartenant à une période largement postérieure à la cessation d’activité.

  • 7 Veiga Silva Pereira, 1974-1977, p. 248. Pinho Leal, 1876, p. 267-268.
  • 8 Bost-Campo-Colls-Guerrero-Mayet, 1992,161, fig. 28, no 4.
  • 9 Cette hypothèse a été émise par Mayet-Schmitt, 1997, p. 78-79 et 89-92, puis reprise par Mayet-Schm (...)
  • 10 Lagóstena Barrios, 1996, p. 77, fig. 20. García Vargas-Lavado Florido, 1997, fig. 6, no 1.
  • 11 Tavares da Silva-Soares, 1993, p. 117-119.

14La construction et le fonctionnement de cette usine risquent donc d’appartenir au seul iiie siècle de notre ère, pendant lequel elle a reçu de nombreuses importations de sigillée claire A et a exporté ses productions piscicoles dans des amphores Almagro 50 à pâte calcaire. C’est en effet la forme d’amphore la plus fréquente, et de loin, sur ce site ; quatre exemplaires portent la marque IVNIORVM, connue également sur des tuiles présentant le même type de pâte et d’engobe7, ainsi que sur une amphore Almagro 50 de l’épave Cabrera III bien datée de 257 de notre ère8. Ce sont donc des amphores à pâte calcaire n’ayant rien à voir avec les productions lusitaniennes de l’Algarve et ayant été fabriquées dans la baie de Cadix9, à Puente Melchor notamment10, qui ont exporté les salaisons de poisson de bien des usines du sud de la Lusitanie, y compris des usines de l’île de Pessegueiro, sur la côte alentéjane11.

Fig. 3. Quinta do Marim : stratigraphie du bassin IV(prélèvement signalé d’un piont noir).

4. Prélèvement de l’échantillon analysé

15Cet échantillon a été prélevé dans le bassin IV, le seul à contenir encore les restes de la dernière production de salaisons de poisson, dans la couche 5 qui recouvrait le fond du bassin. Cette couche avait une épaisseur maximum de 25 centimètres, au sommet irrégulier en raison de blocs tombés postérieurement. Elle était formée de sédiments fins et pulvérulents, de couleur jaune brun, riches en petits fragments de squelettes de poissons. Le prélèvement a été effectué près de la paroi occidentale du bassin IV (fig. 3).

16Les fonds des autres bassins ne possédaient pas cette couche 5, mais étaient recouverts d’une formation argileuse qui s’est déposée pendant les premiers temps de l’abandon, avant l’écroulement du bâtiment.

II. Usine de la travessa de Frei Gaspar (Setúbal)

1. Situation

  • 12 Tavares da Silva-Coelho Soares-Soares, 1986, p. 155-160.

17Cette usine a été fouillée entre avril et juin 1979 par Carlos Tavares da Silva et une équipe du Musée d’Archéologie et d’Ethnographie du District de Setúbal qui, selon un accord passé avec la Mairie de Setúbal, effectue des sondages avant tout travail d’urbanisme dans le centre historique de la ville12.

18Ce monument se situe dans la travessa de Frei Gaspar, entre l’avenida Luisa Todi et le largo da Misericórdia, à l’arrière d’une banque (Caixa Geral de Depósitos) donnant sur l’avenue Luisa Todi. Aujourd’hui, l’usine a été conservée et demeure visible sous le rez-de-chaussée d’un édifice abritant l’office du tourisme de la Costa Azul.

2. Les structures

19La fouille, sur 120 mètres carrés de superficie, a mis au jour deux types de structures : un premier ensemble lié à un habitat ancien (une partie d’un péristyle) et une usine de salaisons. Cette dernière n’a été que partiellement dégagée car elle se poursuivait sous les édifices voisins et sous la rue (fig. 4).

20À la fin de la fouille, on voyait quatorze bassins, de dimensions diverses, disposés en rangées parallèles autour d’une cour : une rangée de six petits bassins rectangulaires (1,20 x 0,80 m) (no 1 à 6) ; puis des bassins plus grands contre le mur extérieur : trois de forme carrée de 2,20 mètres de côté (no 10, 11/12 et 13), un autre, plus grand mais incomplet, avec 3 mètres de longueur. La profondeur de ces bassins oscillait entre 1,30 et 1,35 mètre.

21Ces bassins ont été construits comme partout en Lusitanie. Leurs parois cependant forment entre elles des angles arrondis, concaves, sans la moulure en quart de cercle que l’on retrouve sur le pourtour des fonds et sur les angles des bassins 11 et 12, reconstruits plus tardivement. L’enduit primitif des bassins était constitué d’éclats de pierre calcaire, liés au mortier de chaux et au sable, sans fragment de céramique, alors que l’enduit des restaurations tardives était riche en tessons de céramique, se rapprochant du béton de tuileau.

Fig. 4. Setúbal, travessa de Frei Gaspar : relevé des structures.

22Les bassins 8 et 10 ont reçu un second fond d’opus signinum reposant sur un niveau d’abandon recouvrant le fond primitif ; les bassins 11 et 12 résultent de la division d’un bassin primitif semblable aux bassins 10 et 13 voisins : la margelle de séparation est revêtue de l’enduit avec fragments de céramique.

23La limite orientale, la seule visible, de cette usine est constituée par un mur, épais de 0,70 mètre, construit en blocs de calcaire et de brèche d’Arrábida, ainsi que de galets liés au mortier de chaux et au sable.

  • 13 Étienne-Makaroun-Mayet, 1994, p. 109

24La capacité de production, partielle, de cette usine de Setúbal a été évaluée par Carlos Tavares da Silva à près de 47 mètres cubes (46,980 m3 exactement)13

3. La chronologie

  • 14 Tavares da Silva-Coelho Soares-Soares, 1986, p. 156-157.

25La stratigraphie de cette usine a été déjà publiée14 et nous nous limitons ici à donner les principaux horizons reconnus.

26Le péristyle découvert dans la zone orientale a été construit vers le milieu ou dans le troisième quart du ier siècle de notre ère. L’usine, quant à elle, a été édifiée à la fin de ce même siècle et a fonctionné pendant les iie et iiie siècles, avant d’être abandonnée et de servir de dépotoir (ive siècle). Au ve siècle, une partie de l’usine, restaurée et modifiée, a fonctionné encore quelque temps.

  • 15 Tavares da Silva-Coelho Soares, 1980-1981, p. 249-294.

27Il est intéressant de noter une grande similitude avec la chronologie d’une autre usine découverte dans Setúbal, place de Bocage15 qui, elle aussi, a été édifiée à la fin du ier siècle et abandonnée, peut-être partiellement, aux iiie et ive siècles.

  • 16 Tavares da Silva, 1996, p. 43-54.

28On ne connaît pas encore, dans Setúbal, d’usines contemporaines des fours d’amphores découverts sur le largo da Misericórdia et datés de l’époque claudienne16. Ils fonctionnaient sans doute en liaison avec les usines de Tróia, comme ceux des ateliers d’Abul et de Pinheiro.

4. Prélèvement de l’échantillon analysé

29Sept des quatorze bassins fouillés présentaient encore des restes de la dernière production de salaisons. Dans six d’entre eux (bassins 1, 2, 7, 9, 12 et 13), ces restes constituaient la couche la plus profonde de leur comblement, recouvrant directement le fond et scellée par un dépotoir datable du ive siècle. La fouille du bassin 8 révéla deux phases de fonctionnement, la plus récente étant représentée par un second fond en opus signinum, qui reposait sur des niveaux (couches 5 et 6) de la fin du ive et de la première moitié du ve siècle et sur lequel reposaient les restes de la dernière production de salaisons (couche 3), datable du ve siècle de notre ère (fig. 5).

30Le prélèvement donné à l’analyse a été recueilli dans la couche 3 du bassin 2, datable de la seconde moitié du iiie ou de la première moitié du ive siècle. Cette couche était constituée par des sédiments fins et pulvérulents, jaunâtres, qui contenaient des milliers de fragments de squelettes de poissons.

Fig. 5. Setúbal, travessa de Frei Gaspar : stratigraphie du bassin 8.

III. Usines i/ii de Tróia

  • 17 Étienne-Makaroun-Mayet, 1994.

31Ce complexe industriel, anciennement fouillé par F. de Almeida après d’autres, n’a jamais été publié par ses fouilleurs. Nous en avons fait l’étude architecturale entre 1990 et 1992, et nous l’avons accompagnée de rares sondages qui nous ont permis de dater la fin de la première et de la troisième phase d’activité, le tout publié en 199417.

1. Situation

32Les ruines romaines de Tróia sont situées sur une péninsule de sable fermant l’estuaire du Sado, en face de la ville de Setúbal, et donc sur la rive gauche du fleuve. Elles s’étendent sur près de deux kilomètres le long du fleuve, tout près d’une petite anse nommée “caldeira”.

33La situation géographique était des plus favorables pour le développement des salaisons de poisson, car la matière première y était abondante : pêche côté océan et côté fleuve, encore prospère aujourd’hui ; sel provenant des marais salants de la rive droite, entre Setúbal et Alcácer do Sal, l’antique Salacia, sel connu depuis la protohistoire par les Phéniciens et exploité à toutes les époques historiques (romaine, médiévale et moderne), mais presque totalement disparu aujourd’hui ; eau abondante puisque presque chaque usine avait son puits.

  • 18 Soares-Tavares da Silva, 1986,p. 87-101.

34On ne connaît pas le nom antique de ce site ; il fut longtemps identifié à Caetobriga, à tort, car il s’agit sans contestation possible de Setúbal, grâce aux dernières recherches archéologiques menées par Joaquina Soares et Carlos Tavares da Silva18.

  • 19 Quevauviller, 1987.

35Un autre problème était de savoir quand la flèche de sable qui porte Tróia a été rattachée à la rive gauche de l’estuaire du Sado ; ancienne île, était-elle déjà transformée en presqu’île à l’époque romaine ? La thèse du géologue Philippe Quevauviller19 apporte une réponse nette en démontrant que le passage d’île en presqu’île se situe au tournant de l’ère chrétienne. Il paraît vain de continuer à se battre pour identifier cette île soit à l'Achale de l'Ora Maritima (v. 184), soit à Poetanion (v. 199), en l’absence de découverte d’un site préromain attesté par du matériel archéologique.

2. Les structures

36Nous avons distingué trois phases de construction dans l’ensemble connu par les noms d’usines I et II, entre le secteur thermal au sud et le mausolée (improprement appelé columbarium) au nord.

37Dans une première phase (p. 564, fig. 2), nous avons deux salles de bassins. Au sud, une grande salle avec dix-neuf bassins fouillés en comptait davantage vers l’est, sous la dune de sable (usine I), bassins disposés autour d’une cour centrale à ciel ouvert où se trouve un puits de 4 mètres de profondeur avec son escalier d’accès et un petit bassin réservoir. Ces bassins ont entre 1,90 et 2,40 mètres de profondeur et une capacité de production variant entre 10 et 35 mètres cubes, ce qui donne à l’ensemble de ces dix-neuf bassins une capacité totale de 465 mètres cubes. Si des bassins existaient sur les quatre côtés de la cour, cette usine aurait à elle seule une capacité d'au moins 700 mètres cubes. Au nord, une plus petite salle de bassins (usine II) est également incomplète puisqu’elle se poursuit sous la dune occidentale. On y accédait depuis la première par un passage étroit. Cette deuxième usine comptait au moins onze bassins partiellement fouillés, plus petits et moins profonds que les précédents (1,75 m.), qui totalisaient une capacité de production approximative de 141 mètres cubes. Deux autres passages étroits interrompaient l’alignement des bassins, l’un à l’est donnant accès soit vers des salles annexes du complexe industriel, soit vers la maison du maître, l’autre au nord permettant d’accéder à un entrepôt que nous avons identifié sous le mausolée et la nécropole tardive qui l’entoure.

38Dans une seconde phase (p. 565, fig. 3), ce complexe a été restauré en changeant d’aspect. Les trois ailes visibles de la grande salle de bassins ont constitué trois unités séparées par des murs. L’usine IC (158 m3) au sud est restée telle quelle mais elle a perdu le bassin no 1 englobé dès lors dans le secteur thermal où il est transformé en apodyterium ; l’unité IA (168 m3) a reçu l’adjonction de trois nouveaux petits bassins mais a perdu le bassin no 15 sur lequel reposait un des murs de partition ; l’unité IB restait la seule à être encore liée avec l’usine II, formant un complexe de 223 m3. Les deux premières unités donnent accès à la cour centrale et appartiennent peut-être encore au même propriétaire ; les bassins sont précédés d’une cour étroite et la présence de piliers suggèrent une couverture à deux versants sur chacune de ces deux unités. L’entrepôt du nord n’a pas été reconstruit puisqu’un mausolée a été élevé à cet emplacement en réutilisant certains murs ; le passage nord a dû être fermé à ce moment-là.

39Une troisième phase de construction (p. 567, fig. 4) est intervenue à la suite de l’écroulement du mur de séparation construit sur le bassin no 15 ; ce mur a été reconstruit sur la margelle séparant les bassins nos 14 et 15, délimitant avec celui qui entoure les bassins de l’aile IB un passage qui permettait d’accéder directement à la maison du maître. De nombreux bassins de l’unité IA et de l’usine II ont été subdivisés en deux, trois ou quatre bassins plus petits présentant, dans le second cas, une petite cuvette en leur centre. Le passage étroit vers l’est a été bouché dans l’usine II, rendu inutile par la ruelle aménagée au sud de ce complexe.

3. La chronologie

40Les principales restructurations identifiées, il restait à les dater, tâche difficile quand on n’a pas eu la chance de fouiller ce complexe. Un sondage profond permettant de dater la construction primitive n’a pas pu être mené à son terme : au bout de 2 à 3 mètres de profondeur, nous étions toujours dans le sable et le danger d’effondrement tel que nous avons renoncé à le poursuivre. L’étude des sigillées découvertes dans le passé sur ce site suggère que les premières usines furent construites vers le milieu du ier siècle de notre ère, sans doute à l’époque claudienne, au moment où commence la grande diffusion des amphores Dressel 14 lusitaniennes.

41En revanche, deux sondages dans les bassins no 1 et 15, abandonnés lors de la première restructuration, ont permis de dater la fin de la première phase d’activité à la fin du iie ou au début du iiie siècle (sigillée claire A essentiellement). La toiture s’était effondrée sur les fonds de ces deux bassins qui ne gardaient aucune trace des dernières productions de salaisons. Par là même, il est possible de situer le début de la deuxième phase dans la première moitié du iiie siècle quand sont apparus les nouveaux types d’amphores (Almagro 50 et Almagro 51c).

42Il ne nous a pas été possible de dater la deuxième restructuration qui est peut-être intervenue dans le courant du ive siècle. Toutefois, deux autres sondages dans les bassins nos 19 et 20, qui n’avaient jamais été totalement vidés, nous ont permis de dater la fin des productions de salaisons sur le site de Tróia : les sigillées claires D qui y ont été recueillies ne dépassent pas le milieu du ve siècle. L’étude générale des sigillées du site confirme ce terminus. Les usines ont cessé de fonctionner à ce moment-là, comme d’ailleurs les ateliers d’amphores de la rive opposée, celui de Pinheiro en particulier.

43Une occupation ultérieure, au-dessus des bassins comblés, s’est poursuivie encore, certains témoignages sont encore visibles sur le terrain : murs, sols, tombes, installation d’une boulangerie à l’intérieur de deux bassins, basilique chrétienne au-dessus de nombreux bassins, etc.).

4. Prélèvement de l’échantillon analysé

44L’échantillon apporté au laboratoire d’archéo-ichtyologie de Valbonne provient du bassin no 19, encore en partie rempli des déblais antiques à notre arrivée à Tróia. Dans ce bassin, seule la partie supérieure avait été fouillée, sur 0,65/0,70 mètre de hauteur. Dans ce qui restait en place, nous avons distingué deux couches, non pas par le matériel céramique qui était identique dans les deux cas, mais par la texture de la terre. Le comblement de ce bassin peut être situé vers le milieu du Ve siècle grâce à la sigillée claire D (formes Hayes 52, 59, 61, 67 et 67/71), où sont absents les motifs décoratifs d’inspiration chrétienne, à trois monnaies dont une d’Honorius, des fragments d’amphores tardives (Almagro 51c, amphores africaines).

45La couche inférieure, reposant sur le fond du bassin, avait une épaisseur de 0,45 mètre. Elle était caractérisée par sa couleur, jaune verdâtre, et sa texture, relativement pulvérulente, véritable “farine” de poisson aux dires de l’ouvrier pêcheur qui nous aidait à fouiller ce bassin. De grands fragments d’amphores tardives s’y étaient enfoncés, ainsi que des tuiles (tegulae) et des clous en fer. Nous avons effectué des prélèvements dans cette couche qui se débitait en “galettes”, dans lesquelles se voyaient de nombreuses arêtes de poisson.

  • 20 Wheeler-Locker, 1985, p. 97-100.
  • 21 Chevalier-Santamaria, 1972, p. 32 (note de H. Boutière).

46Ce sont donc trois prélèvements, effectués dans trois usines différentes, de l’Algarve et de la vallée du Sado, que nous avons donnés pour analyse à Jean et Nathalie Desse au début de l’année 1991. Ils appartiennent tous à des installations du Bas Empire, le premier à la fin du iiie siècle, le second au début du ive siècle et le dernier au milieu du ve siècle. Dans un premier temps, nous souhaitions savoir si les dernières productions de ces usines correspondent aux restes déjà analysés dans des amphores contemporaines, amphores Almagro 50 du iiie siècle de l’épave Randello en Sicile20 et Almagro 50 du ve siècle de l’épave de l'Anse Gerbal à Port-Vendres21. Pour l’avenir, nous aimerions comparer les résultats obtenus sur ces échantillons avec des prélèvements de niveaux plus anciens ou de régions différentes.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alarcão J., Étienne R. et Mayet F., 1990 = Les villas romaines de São Cucufate (Portugal), Paris.

Bost J.-P., Campo M., Colls D., Guerrero V. et Mayet F., 1992 = L’épave Cabrera III (Majorque). Échanges commerciaux et circuits monétaires au IIIe siècle après Jésus-Christ (Publications du Centre Pierre Paris, 23), Paris.

Chevalier Y. et Santamaria C., 1972 = L’épave de l’Anse Gerbal à Port-Vendres, dans Hommage à Fernand Benoit, V, Bordighera (= RSL, XXXVII, 1971), p. 7-32.

Encarnação J. d’, 1984 = Inscrições romanas do Conventus Pacensis, Coimbra.

Estácio da Veiga Affonso dos Santos M. L., 1971-1972 = Arqueologia Romana do Algarve, Lisbonne, 2 vol.

Étienne R., Makaroun Y. et Mayet F., 1994, avec la collaboration de Hennequin G., Lopes M. da C. et Tavares da Silva, C. = Un grand complexe industriel à Tróia (Portugal), Paris.

García Vargas E. et Lavado Florido M. L., 1997 = Ánforas alto, medio y bajoimperiales producidas en el alfar de Puente Melchor (= Villanueva, Paso a Nivel, Puerto Real, Cádiz), dans SPAL, 4, 1995,p.215-228.

Hauschild T., 1984 = A villa romana de Milreu (Algarve), dans Arqueologia (Porto), p. 94-104.

Lagóstena Barrios A., 1996 = Alfarería romana en la Bahía de Cádiz, Cadix.

Mayet F. et Schmitt A., 1997 = Les amphores de São Cucufate (Beja), dans Itinéraires lusitaniens. Trente années de collaboration archéologique luso-française (Actes de la réunion tenue à Bordeaux les 7 et 8 avril 1995 à l’occasion du trentième anniversaire de la Mission Archéologique Française au Portugal, édités par R. Étienne et F. Mayet), Paris, p. 71-109.

Mayet F., Schmitt A. et Tavares da Silva C., 1996 = Les amphores du Sado. Prospection des fours et analyse du matériel, Paris.

Pinho Leal, 1876 = Portugal Antigo e Moderno.

Quevauviller Ph., 1987 = Étude géomorphologique et géochimique du littoral de Galé et de l’estuaire du Sado (Portugal), Thèse de 3e cycle, multigraphiée, Université de Bordeaux I.

Soares J. et Tavares da Silva C., 1986 = Ocupação pre-romana de Setúbal : escavações arqueológicas da travessa dos Apóstolos, dans I Encontro Nacional de Arqueologia Urbana (Setúbal, 1985), Lisbonne, p. 87-101.

Tavares da Silva C., 1996 = Produção de ânforas na área urbana de Setúbal : a oficina romana do Largo da Misericórdia, dans Ocupação romana dos estuários do Tejo e do Sado (Actas das primeiras jornadas sobre romanização dos estuários do Tejo e do Sado, Seixal, 1991), Lisbonne, p. 43-54.

Tavares da Silva C. et Coelho Soares A., 1980-1981 = APraça do Bocage (Setúbal) na época romana : escavações arqueológicas de 1980, dans Setúbal Arqueológica, VI-VII, p. 249-294.

Tavares da Silva C., Coelho Soares A. et Soares J., 1986 = Fabrica de saïga da época romana da Travessa de Frei Gaspar (Setúbal), dans I Encontro Nacional de Arqueologia Urbana (Setúbal, 1985), Lisbonne, p. 155-160.

Tavares da Silva C. et Soares J., 1993 = Ilha do Pessegueiro. Porto romano da Costa alentejana, Lisbonne.

Tavares da Silva C., Soares J. et Coelho Soares A., 1992 = Estabelecimento de produção de saïga da época romana na Quinta do Marim (Olhão). Resultados preliminares das escavações de 1988-89, dans Setúbal Arqueológica, IX-X, p. 335-374.

Veiga Silva Pereira M. L., 1974-1977 = Marcas de oleiros algarvios do período romano, dans O Arqueólogo Português, série III, 7-9, p. 243-268.

Wheeler A. et Locker A., 1985 = The estimation of size in Sardines (Sardina pilchardus) from amphorae in a wreek at Randello, Sicily, dans Journal of Archaeological Science, 12, p. 97-100.

Notes

1 Tavares da Silva-Soares-Coelho Soares, 1992, p. 335-374.

2 Estácio da Veiga Affonso dos Santos, 1971-1972, II, p. 249-286.

3 Hauschild, 1984, p. 94-104.

4 Alarcão-Étienne-Mayet, 1990, p. 127-130.

5 Encamação, 1984, p. 81-101.

6 Étienne-Makaroun-Mayet, 1994, p. 114 (capacité calculée par C. Tavares da Silva).

7 Veiga Silva Pereira, 1974-1977, p. 248. Pinho Leal, 1876, p. 267-268.

8 Bost-Campo-Colls-Guerrero-Mayet, 1992,161, fig. 28, no 4.

9 Cette hypothèse a été émise par Mayet-Schmitt, 1997, p. 78-79 et 89-92, puis reprise par Mayet-Schmitt-Tavares, 1996, p. 171 et 177-179.

10 Lagóstena Barrios, 1996, p. 77, fig. 20. García Vargas-Lavado Florido, 1997, fig. 6, no 1.

11 Tavares da Silva-Soares, 1993, p. 117-119.

12 Tavares da Silva-Coelho Soares-Soares, 1986, p. 155-160.

13 Étienne-Makaroun-Mayet, 1994, p. 109

14 Tavares da Silva-Coelho Soares-Soares, 1986, p. 156-157.

15 Tavares da Silva-Coelho Soares, 1980-1981, p. 249-294.

16 Tavares da Silva, 1996, p. 43-54.

17 Étienne-Makaroun-Mayet, 1994.

18 Soares-Tavares da Silva, 1986,p. 87-101.

19 Quevauviller, 1987.

20 Wheeler-Locker, 1985, p. 97-100.

21 Chevalier-Santamaria, 1972, p. 32 (note de H. Boutière).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Usines de salaisons de poisson en Lusitanie : Quinta do Marim (no 36), Setúbal (no 10) et Tróia (no 15).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 2. Quinta do Marim : relevé des structures.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 3. Quinta do Marim : stratigraphie du bassin IV(prélèvement signalé d’un piont noir).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8372/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 4. Setúbal, travessa de Frei Gaspar : relevé des structures.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8372/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 5. Setúbal, travessa de Frei Gaspar : stratigraphie du bassin 8.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8372/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search