Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

5e partie. Économie

Cartographie critique des établissements de salaisons de poisson dans la péninsule Ibérique

Note de l’éditeur

Extrait du Congrès National des Sociétés historiques et scientifiques, 120e, Aix-en-Provence 1995, et 121e, Nice 1996 (Archéologie-Méditerranée), Paris, 1998, p. 33-57 (co-auteur F. Mayet).

Texte intégral

  • 1 R. Étienne, Y. Makaroun et F. Mayet, avec la collaboration de G. Hennequin, M. da C. Lopes et C. T (...)
  • 2 Id., ibid., p. 93-114.

1Lorsque nous avons publié, il y a deux ans déjà, un complexe industriel du site de Tróia1, au Portugal, nous avons cherché des points de comparaison afin de replacer l’importance de ce site dans son contexte lusitanien2. Aujourd’hui, nous voulons étendre cette recherche à l’ensemble de la Péninsule Ibérique et voir s’il existe en Espagne des sites comparables à celui de Tróia.

  • 3 Id., ibid., p. 116 ; chiffres donnés par M. Ponsich, Aceite de oliva y salazones de pescado. Facto (...)

2Le tableau que nous présentons repose tout d’abord sur une recherche bibliographique, en remontant si possible à la référence initiale. Pour la Lusitanie, nous avons bénéficié de l’aide de nos collègues portugais, en particulier de Carlos Tavares da Silva de Setúbal, qui nous a aussi transmis des résultats de fouilles encore inédits. Pour la Bétique, nous avons personnellement visité les sites de Baelo Claudia et de Sexi qui offrent, pour l’instant, les ensembles les plus remarquables dans ce domaine. Pour le premier de ces deux sites, nous avions déjà repris les données de capacité de production fournies par Michel Ponsich3, persuadés par leur rondeur qu’elles correspondaient davantage à une approximation qu’à la réalité ; nous avons donc mesuré nous-mêmes l’ensemble des bassins actuellement visibles sur ce site. L’importance des industries de salaisons de Sexi (Almuñécar), déjà bien attestée par les sources littéraires antiques, se trouve confirmée sur le terrain par des fouilles malheureusement inédites encore.

I. Une carte épurée, complétée mais insuffisante

1. Une carte épurée (fig. 1)

3La carte ne retient que les établissements de salaisons de poisson dont le témoignage est assuré soit par les sources littéraires antiques, soit par des structures encore visibles sur le terrain, soit par leur publication détaillée avec un plan, aussi succinct soit-il. Tous les sites où ces preuves sont inexistantes, tous ceux sur lesquels ce type d’établissement n’est que supposé, en fonction d’éléments insuffisants ou hypothétiques, ont été systématiquement écartés. Utiles pour de futures campagnes de prospections, de sondages ou de fouilles, ils sont trop nombreux et trop peu sûrs pour figurer sur une carte qui doit nous permettre de poser, sur des témoignages irréfutables, les problèmes de production et de commercialisation des salaisons et sauces de poisson.

1. Rosas
2. Ibiza
3. Punta del Arenal, Jávea
4. Santa Pola
5. Carthagène
6. Villaricos
7. Almería
8. Adra
9. Almuñécar
10. Torrox
11. Málaga
12. San Pedro de Alcántara
13. Carteia
14. Algésiras
15. Mellaria
16. Baelo Claudia
17. Trafalgar
18. San Fernando
19. Cadix
20. Las Redes
21. La Algaida
22. Cerro del Trigo
23. Punta de Umbría
24. Isla de Saltes
25. Huelva
26. Quinta do Muro
27. Balsa
28. Quinta do Marim
29. Olhão
30. Quinta do Lago
31. Loulé Velho
32. Portimões
33. Vau
34. Boca do Rio
35. Pessegueiro
36. Sines
37. Tróia
38. Setúbal
39. Creiro
40. Comenda
41. Cacilhas
42. Lisbonne
Fig. 1. Les établissements de salaisons de poisson dans la péninsule Ibérique.

  • 4 Ponsich, Aceite de oliva y salazones.
  • 5 J.C. Edmondson, Two Industries in Roman Lusitania. Mining and Garum Production (BAR, Int. Ser., 36 (...)

4Pour établir cette première carte, nous sommes partis de deux livres récents, celui de Michel Ponsich4, concernant l’ensemble de la Péninsule Ibérique et la Maurétanie Tingitane, et celui de J. C. Edmondson5 sur la seule Lusitanie, le premier de ces auteurs n’ayant pas eu la possibilité d’utiliser l’ouvrage du second.

  • 6 M. Ponsich et M. Tarradell, Garum et industries antiques de salaison dans la Méditerranée occident (...)

5Plus de vingt ans après la première synthèse sur ce sujet6, le nombre d’établissements de salaisons de poisson connus s’est considérablement accru. En 1965, M. Ponsich et M. Tarradell avaient donné une liste de trente-deux sites, alors qu’en 1988 cette liste comporte une centaine de noms.

Pays

1965

Ponsich1988

Edmondson1987

Mayet-Étienne1996

Maroc

8 sites

8 sites

Ponsich-Tarradell

Espagne

15 sites

71 sites

25 sites

Portugal

9 sites

21 sites

40 sites

17 sites

  • 7 A. Mesquita de Figueiredo, Ruines d’antiques établissements de salaison sur le littoral sud du Por (...)
  • 8 M. L. Estácio de Veiga Affonso dos Santos, Arqueologia romana do Algarve, Lisbonne, 1971 et 1972, (...)

6Alors que le nombre de sites est resté stable au Maroc, il s’est assez fortement accru pour le Portugal, cette augmentation étant à mettre en relation avec le changement d’ouvrage de référence utilisé par M. Ponsich. Les neuf sites de 1965 provenaient de l’article déjà ancien d’A. Mesquita de Figueiredo7 ; les vingt et un sites de 1988 reposaient essentiellement sur l’ouvrage plus récent de M. L. Esácio de Veiga Affonso dos Santos8. Ce dernier ouvrage a été utilisé sans esprit critique, les noms ayant été recopiés avec d’innombrables fautes d’orthographe et les établissements situés plus qu’approximativement sur la carte. En Espagne, la progression est encore plus spectaculaire et c’est elle qui a attiré notre attention et notre désir de connaître les réalités qui se cachent derrière ce nombre considérable.

7Après une révision critique de tous ces ouvrages, nous retenons quarante-deux sites certains pour l’ensemble de la Péninsule Ibérique (vingt-cinq pour l’Espagne, dix-sept pour le Portugal) et nous allons les passer rapidement en revue, province par province.

La Tarraconaise

8Nous décomptons six établissements certains sur le littoral de la Tarraconaise, alors que la carte de M. Ponsich en contient treize, c’est-à-dire le double.

91. Rosas (prov. de Gérone), établissement oublié par M. Ponsich et pourtant publié dès 1983 : J. M. Nolla et F. J. Nieto, Una factoría de salaó de peix a Roses, dans Fonaments, 3, 1983, p. 187-200.

102. Ibiza (au nord-ouest de l’île). Quatre fonds de bassins auraient disparu en 1971, selon M. Ponsich. F. Román y Calvet, Los nombres de importancia arqueológica de las Islas Pythuisas, Barcelone, 1906 (fábricas de salazón de Talamanca).

113. Punta del Arenal, Jávea (prov. d’Alicante). G. Martín et M. D. Serres, La factoría pesquera de Punta del Arenal y otros restos romanos de Jávea (Alicante) (Trabajos varios del SIP, 38), Valence, 1970. Selon ces auteurs, il y aurait une villa et une usine (bassins creusés dans la roche et recouverts de mortier), ainsi qu’une piscine reliée à la mer par un canal (vivier ?). Elles auraient fonctionné du ier aux ve-vie siècles après Jésus-Christ, avec un ralentissement au IIIe siècle (?).

124. Santa Pola (prov. d’Alicante). G. Martín, Las pesquerías romanas de la Costa de Alicante (Papeles del Laboratorio de Arqueología de Valencia, 10), Valence, 1970, p. 139-153, rapportant p. 147 qu’on y aurait trouvé des bassins qui n’ont été ni fouillés ni publiés. Depuis, une usine a été découverte ou redécouverte lors des travaux menés par P. Rouillard et P. Sillières dans cette région.

135. Carthagène (= Carthago Nova, prov. de Murcie), au port de Mazarrón. Usine découverte par J. Mas, El puerto de Cartagena, rasgos geográficos e históricos : su tráfico marítimo en la Antigüedad, I, Carthagène, 1979, p. 98, confirmant Strabon, III, 4, 6 et Pline, NH, XXXI, 94.

146. Villaricos (= Baria romaine, prov. d’Almería). L. Siret, Villaricos y Herrerías. Antigüedades púnicas, romanas, visigóticas y árabes. Memoria descriptiva e histórica, Madrid, 1908, p. 10-11, fig. 5, pl. II. Plusieurs bassins étaient répartis en quatre groupes (quatre usines ?) ; le principal, près de la plage, était formé de six bassins disposés en angle droit : ils ont deux à trois mètres de côté et trois d’entre eux présentent dans leur fond une légère cuvette latérale et l’on a trouvé, à l’intérieur, des arêtes et des écailles de poisson.

  • 9 G. Martín, Dianium. Arqueología romana de Denia, Valence, 1970, p. 98-99. Exemple d’une hypothèse (...)
  • 10 Ponsich, Aceite de oliva y salazones, p. 171-172.
  • 11 G. Martín, Las pesquerías romanas de la Costa de Alicante (PLAV, 10), Valence, 1970 (= Martín, Las (...)
  • 12 Ead., ibid., p. 148.
  • 13 Ead., ibid., p. 147 ; M. Ponsich les donne avec beaucoup de réserves comme faisant partie d’une in (...)
  • 14 Ponsich, Aceite de oliva y salazones, p. 172, 173, 174 et 175 en suivant souvent des hypothèses la (...)

15Les autres sites mentionnés par M. Ponsich dans cette province de Tarraconaise ne possèdent pas de structures visibles de bassins de salaisons : Denia serait seulement un “lieu idéal” pour l’installation d’une usine9. À Jávea (Punta del Castell, prov. d’Alicante), M. Ponsich a vu trois bassins creusés dans la roche10, sans dire s’ils ressemblaient à des bassins de salaisons ou à des viviers. À Calpe (prov. d’Alicante), une villa, ornée de mosaïques, présenterait quelques bassins creusés dans la roche et communiquant avec la mer11. Dans ces deux cas, il s’agit plus probablement de viviers que de bassins de salaisons ; même remarque pour le site de Islas Campello (prov. d’Alicante) où un grand bassin (12 x 8 m) communique avec la mer ; il est subdivisé en quatre compartiments communiquant entre eux12, ainsi que pour Tossal de Manisses (prov. d’Alicante)13. Les sites de Peñón de Ifach, de l’Albufereta de Alicante, Isla Tabarca et Isla Scombraria sont de simples suppositions14 ; aucune structure n’y est apparue.

16Une partie des sites de la côte d’Alicante se rattache davantage à des viviers creusés dans la roche, communiquant avec la mer et n’ayant sans doute aucun revêtement de mortier. Il nous semble légitime de les séparer des industries de salaisons ; il serait en revanche important de savoir s’ils dépendaient toujours ou pas d’une villa.

La Bétique

17C’est dans la province voisine de Bétique que se trouve la majorité des industries de salaisons de poisson. Sur les cinquante-huit sites mentionnés par M. Ponsich, dix-neuf seulement ont eu avec certitude de telles installations.

187. Almería. Une toute petite usine, non signalée par M. Ponsich, de moins de 13 mètres cubes de capacité, a été découverte ces dernières années, en plein centre de la ville actuelle. A. Suárez Márquez, Memoria de la excavación de urgencia realizada en el solar situado en la calle Reina, Parque Nicolas Salmerón (Almería), 1985, dans Anuario Arqueológico de Andalucía, 1985, III, p. 22-28. C’est une petite salle où six bassins entourent sur trois côtés une cour très étroite (3 X 1,90 m). Le problème est de savoir si la profondeur donnée, entre 0,64 et 0,92 mètre, correspond à la profondeur originelle des bassins ou à la profondeur conservée.

198. Adra (= Abdera, Cerro de Montecristo, prov. d’Almería). Série de bassins qui auraient été trouvés sous la construction de l’ermitage de San Sebastián. M. Fernández Miranda et L. Caballero Zoreda, Abdera. Excavaciones en el Cerro de Montecristo, Adra, Almería (EAE, 85), Madrid, 1975, p. 257-266.

209. Almuñécar (= Sexi, El Majuelo, prov. de Grenade). Centre de production de salaisons de poisson fort bien connu par les sources littéraires : Strabon, III, 4, 2 ; Athénée, III, 121 ; Pline, NH, XXXII, 146 ; Martial, Ep., VII, 78, 1 ; Galien, De alimentorum facultatibus, III, 48. Les premiers bassins ont été découverts en 1945 par le gouverneur de Grenade : J. M. Fontana Terrats, Una nota de historia económica. Las salazones y salsas de Almuñécar, Madrid, 1974. Trois campagnes de fouilles (1970, 1972, 1982/1983) ont dégagé une large surface, mais seule la première de ces campagnes a été publiée : M. Sotomayor y Muro, Nueva factoría de salazones de pescado de Almuñécar (Granada), dans Noticiario Arqueológico Hispánico, XV, 1971, p. 147-178. F. Molina Fajardo (dir.), Almuñécar. Arqueología e historia, Grenade, 1983, ch. XIV, La factoría de salazones El Majuelo, par F. Molina Fajardo et S. Jiménez Contreras, p. 279-290, tient compte des dernières fouilles mais ne donne pas le plan complet des ruines que l’on peut actuellement apercevoir dans la ville. La fondation de ce complexe est située dans la seconde moitié du ier siècle avant JésusChrist et son abandon au iie siècle de notre ère (Sotomayor) ou au ive siècle (Molina Fajardo).

2110. Torrox, près du phare (prov. de Málaga). Les premiers témoignages sont apparus dès 1912 mais n’ont jamais été publiés. En 1940, un groupe de trois bassins a été découvert à l’embouchure du río Torrox et publié par S. Giménez Reina, Excavaciones de Torrox. Memoria arqueológica de Málaga hasta 1946, dans Informes y Memorias de la Comisaría de Excavaciones Arqueológicas, 12, Madrid, 1946, p. 72-74. Ces bassins étaient liés à une villa et avaient les dimensions suivantes : 2,60 X 1,50 X 1 mètre pour deux d’entre eux ; 2,20 X 1,80 X 1,30 mètre pour le troisième ; plus un bassin isolé de 2 X 3 X 1 mètre, ce qui faisait une capacité de 18,948 mètres cubes pour une usine partielle. Des fouilles plus récentes ont agrandi la superficie mise au jour de cette usine, mais sont encore inédites (R Rodríguez Oliva).

2211. Málaga (= Malaca). L’industrie de salaisons de poisson y est bien attestée par les sources littéraires (Strabon, III,4, 2) et épigraphiques (CIL II, 1970 et 1971 ; CIL VI, 9677). Ce sont des fouilles de 1980 qui, selon J. Gran Aymerich, auraient mis au jour des bassins liés à une industrie tardo-romaine de teinture ou de saumures. Cf. Archéologia, Dijon, 179, 1983.

2312. San Pedro de Alcántara (prov. de Málaga). Un ou plusieurs ensembles de bassins ont été partiellement mis au jour sur les lieux-dits Las Bóvedas, Las Torres de Bóvedas et Las Torres, liés à une ou à des villas. On connaît seulement les dimensions de deux bassins du deuxième ensemble (3 X 1,80 X 1,40 m ; 3 X 2,95 X 1,20 m), ce qui donne déjà une capacité de 18,180 mètres cubes. J. Pérez de Barradas, Excavaciones en la colonia de San Pedro de Alcántara (Málaga), dans Memorias de la Junta Superior de Excavaciones y Antigüedades, 106, Madrid, 1929, p. 11.

2413. Carteia (San Roque, prov. Cadix). Son industrie de salaisons de poisson est fort bien connue par les sources littéraires : Strabon, III, 2,7 ; Pline, NH. III, 7, 17 ; IX, 48 ; IX, 92-94, XXXII, 146 ; Pomponius Mela, II, 6 ; Ptolémée, II, 4, 6. Des fouilles anciennes ont mis au jour un complexe industriel avec des bassins bien conservés, pour lesquels aucune dimension n’est donnée : F. J. Presedo Velo, J. Muñiz Coello, J. M. Santero Santurino et F. Chaves Tristán, Carteia I (EAE, 120), Madrid, 1982, p. 27-29 et p. 61-62 (bassins L, L1 et L2).

2514. Algésiras (prov. de Cadix), près de l’hôtel Cristina et de l’ancienne embouchure du río Saladillo. Une fouille plus ou moins clandestine aurait découvert plusieurs bassins de salaisons. E. Romero Torres, Catálogo monumental de España. Provincia de Cádiz, Madrid, 1934, p. 176.

2615. Mellaria (Villavieja ou Casa del Porro, Tarifa, prov. de Cadix), à l’embouchure du río del Valle. L’industrie de salaisons est mentionnée par Strabon, III, 1, 8 et Pline, NH, IX, 48. De nombreux archéologues y ont vu des vestiges de murs et de bassins sur la plage, mais le site n’a jamais fait l’objet d’une fouille programmée. Un croquis sommaire des ruines a été donné par A. Laumonier, dans P. Paris, G. Bonsor, A. Laumonier, R. Ricard et C. de Mergelina, Fouilles de Belo (Bolonia, province de Cadix), I. La ville et ses dépendances, Paris, 1923, pl. XXXI.

2716. Baelo Claudia (Bolonia, prov. de Cadix), bien connue comme place de commerce, avec des établissements de salaisons, depuis Strabon, III, 1, 8. Les fouilles anciennes avaient découvert sur ce site cinq petites usines près de la plage : P. Paris, G. Bonsor, A. Laumonier, R. Ricard et C. de Mergelina, Fouilles de Belo (Bolonia, province de Cadix), I. La ville et ses dépendances, Paris, 1923, p. 169-186, pl. I et XXVIII. Des nettoyages et des fouilles récentes les ont remises au jour et complétées : M. Ponsich, A propos d’une usine de salaisons antique à Belo (Bolonia, Cadix), dans Mélanges de la Casa de Velázquez, XII, 1976, p. 69-79 ; M. Martín Bueno, J. Liz Guiral et M. L. Cancela Ramírez de Arellano, Baelo Claudia : sector sud. 1981-1983 (avance), dans MCV, XX, 1984, p. 485-496. Nous pensions trouver une synthèse enfin précise dans P. Sillières, Baelo Claudia. Une cité romaine de Bétique (Coll, de la Casa de Velázquez, 51), Madrid, 1995, p. 178-188 ; malheureusement, le plan prétendument complété après examen des vestiges (fig. 89, p. 166) ne donne pas le nombre exact de bassins et aucune capacité de production n’est calculée. Cette industrie de salaisons est apparue sur ce site dans le ier siècle avant Jésus-Christ, C. Domergue, La stratigraphie (Belo I), Paris, 1973, et elle aurait fonctionné jusqu’à un moment indéterminé du iiie siècle (Sillières, p. 188), sans renaître plus tardivement comme on l’avait cru (Martín Bueno et alii, p. 493).

  • 15 Voir infra.

28Nous avons personnellement mesuré tous les bassins actuellement découverts sur le site de Baelo Claudia et nous sommes parvenus à un total de 270,240 mètres cubes15, qui laisse loin derrière les 180 mètres cubes estimés par M. Ponsich.

2917. Trafalgar (prov. de Cadix), au sud du cap. Des bassins de salaisons de poisson ont été signalés par C. Bermúdez, Sumario de antigüedades romanas que hay en España, Madrid, 1832, p. 34, puis confirmés par F. Amores, Una nueva factoría romana de salazones en Trafalgar (Cádiz), dans Habis, 9, 1979, p. 441-453, qui date la durée du gisement de l’époque augustéenne au début du iie siècle de notre ère. Ces ruines pourraient correspondre aux références littéraires : Aviénus, Ora maritima, V, 322 ; Pomponius Mela, Chorographia, 2,96 ; Ptolémée, II, 6.

3018. San Fernando (prov. de Cadix), au lieu-dit La Barrera del Buen Pastor, au pied du Cerro de los Mártires où existaient des fours d’amphores. Une maison aurait été construite sur une usine dont trois bassins étaient visibles en surface (5 X 1,50 m). Ponsich, Aceite de oliva y salazones, p. 207.

3119. Cadix (= Gadès). On a découvert déjà plusieurs usines d’époque préromaine (entre les ve et iiie siècles avant Jésus-Christ), mais aucun plan n’en a été encore publié. Pour l’époque romaine, on a identifié des restes d’usines sur quatre sites différents : au nord-ouest de la ville : R. Corzo Sánchez, Paleografía de la bahía gaditana, dans Gadès, 5, 1980, p. 10 ; rue Gregorio Marañón, La Caleta et rue Abarzuza : F. J. Blanco Jiménez, Excavaciones de urgencia en un solar de la calle Gregorio Marañón, Cádiz, dans Anuario Arqueológico de Andalucía, 1989, III, p. 78-91.

3220. Las Redes (Puerto de Santa María, prov. de Cadix). En 1980, une fouille du Musée de Cadix a mis au jour une usine préromaine, des ve-iiie siècles avant Jésus-Christ : J. A. Ruiz Gil, Sondeos arqueológicos de urgencia para la délimitación de las factorías de salazones púnico-gaditanas de El Puerto de Santa María (Cádiz), dans Anuario Arqueológico de Andalucía, 1986, III, p. 101-105. D’autres bassins ont été découverts en 1984 au lieu-dit Vista Hermosa, en construisant un immeuble, sans que l’on en connaisse la chronologie : Ponsich, Aceite de oliva y salazones, p. 211.

3321. La Algaida (Sanlúcar de Barrameda, prov. de Cadix). Fouille partielle d’une usine de salaisons, comportant dix bassins qui couvraient une surface de 25 X 10 mètres, presque tous recouverts de mortier ; deux de ces bassins communiquaient entre eux et un autre avait une petite cuvette en son centre. Sa chronologie se situe dans les deux premiers siècles de notre ère. M. Esteve Guerrero, Sanlúcar de Barrameda. Fábrica de salazón romana de La Algaida, dans Noticiario Arqueológico Hispánico, I,1952, p. 123-124, pl. XLV-XLVIII.

3422. Cerro del Trigo (Almonte, prov. de Huelva), au nord de l’embouchure du Guadalquivir, sur le coto de Doñana. Fouille ancienne de deux bassins carrés (1,50 X 1,50 X 1,10 m) dont la profondeur conservée paraît, selon le dessin, inférieure à la profondeur d’origine. A. Schulten et G. Bonsor, Tartessos, excavaciones practicadas en 1923 en el Cerro del Trigo, término de Almonte (Huelva), dans JSEA, Memorias 97, Madrid, 1928, p. 8 et fig. 2 et 3.

3523. Punta de Umbría (prov. de Huelva), sur la rive droite de la ría de Huelva. Restes de trois bassins aux caractéristiques habituelles. M. del Amo, Restos materiales de la población romana de Onuba, dans Huelva Arqueológica, II, 1976, p. 24, note 4.

3624. Isla de Saltes (Huelva), sur la rive gauche de la ría de Huelva. Restes de bassins très détruits, dessinant une usine, et d’un dépotoir de coquillages fossilisés. Fouille ancienne et inédite de Salvador Sancha. M. Ponsich et A. Kermovant, Prospection géophysique à Saltes (Huelva), dans Mélanges de la Casa de Velázquez, XX, 1984, p. 497-501, p. 499.

3725. Huelva (= Onuba). Deux usines ont été découvertes dans cette ville ; la première, rue Palos, possède cinq bassins encadrant une cour centrale ; la seconde, rue Millán Astray, présentait quatre bassins dans un premier temps, une citerne surmontant deux de ces bassins dans un second temps. M. del Amo, Restos materiales de la población romana de Onuba, dans Huelva Arqueológica, II, 1976, p. 25 et sq. ; p. 44 et sq., avec plans et coupes.

38Il est certain que le littoral de la Bétique a été le lieu privilégié pour l’installation d’établissements de salaisons de poisson. Aux dix-neuf sites parfaitement assurés que nous venons d’énumérer, nous pourrions en ajouter un peu plus d’une quinzaine, où la découverte de bassins a été signalée au moment de leur destruction. L’absence de toute description et de tout document figuré nous empêche cependant de les comptabiliser, les témoignages, oraux et indirects pour la plupart, paraissant peu fiables.

39Dix-neuf des sites mentionnés par M. Ponsich ne possèdent aucune structure visible ; ils ont été identifiés sur la seule présence de fragments de céramique et parfois d’opus signinum. Certains d’entre eux ne sont qu’hypothétiques, de l’aveu même de l’auteur. Utiles pour une éventuelle campagne de fouilles ou de sondages, nous ne pouvons pas les faire figurer sur une carte des établissements de salaisons de poisson. D’autre part, les trois emplacements nos 45 (Lentiscal), 46 (Belo) et 47 (Belo ouest) nous paraissent appartenir au même complexe de Baelo Claudia. Enfin, il semble qu’il y ait eu confusion entre factoría paleopúnica et factoría de salazón, pour les sites de Torre del Mar, Cerro del Mar et Chorreras, ce qui ressort parfaitement de la bibliographie donnée pour chacun de ces sites par M. Ponsich.

La Lusitanie

  • 16 Un grand complexe industriel à Tróia, p. 93-114.
  • 17 Edmondson, Two Industries, p. 106, fig. 5.2 et p. 255-269.

40Nous avons déjà publié la liste des établissements de salaisons de poisson de Lusitanie16, en soumettant à la critique celle qui a été publiée quelques années auparavant par J. C. Edmondson17. Sur les quarante sites mentionnés par cet auteur, dix-sept possèdent une ou plusieurs usines, soit 42,50 %, neuf peuvent en avoir eu, mais il n’en reste aucune trace sur le terrain et les témoignages écrits sont insuffisants, quatorze enfin n’ont jamais eu de telles installations sur leur sol, soit 35 %. Notre réflexion ne peut donc s’engager que sur les premiers, dix-sept sites, peut-être dix-huit quand les découvertes récentes de Cascais seront confirmées et publiées.

4126. Quinta do Muro (Vila Nova de Cacela, Vila Real de Santo António, district de Faro). Quatre bassins situés sur la plage, trois contigus et un autre perpendiculaire aux premiers : Mesquita de Figueiredo, p. 119-120, fig. 6 ; Arqueologia romana do Algarve, I, p. 309-311, fig. 124. Des traces d’autres bassins arasés par la mer étaient encore visibles au début du xxe siècle.

4227. Quinta das Antas e de Torre de Ares (= Balsa, Luz, Tavira, district de Faro). À la fin du xixe siècle, Estácio da Veiga vit une série de bassins situés sur la rive gauche du ruisseau das Antas : Mesquita de Figueiredo, p. 118, fig. 5 ; Arqueologia romana do Algarve, I, p. 288-290, fig. 115-116, l’un de ces bassins présentait une cuvette sur son fond. Ce site n’a jamais fait l’objet d’une fouille programmée ; or, des pluies torrentielles auraient découvert un jour une file de dix-huit bassins !

4328. Quinta do Marim (Quelfes, Olhão, district de Faro). Usine liée à une villa et partiellement fouillée ; six bassins disposés en deux files, séparées par un couloir de 2,40 mètres de large, donnaient déjà à cette usine une capacité de plus de 55 mètres cubes. C. Tavares da Silva, J. Soares et A. Coelho Soares, Estabelecimento de produção de saïga da época romana na Quinta do Marim (Olhão). Resultados preliminares das escavações de 1988-1989, dans Setúbal Arqueológica, IX-X, 1992, p. 335-374. Plan poché donné dans Un grand complexe industriel à Tróia, p. 111, fig. 39.

4429. Olhão (district de Faro). Série de bassins découverts dans la zone des docks, détruits par des travaux d’urbanisme, dont un bassin entier de 2,70 X 2,05 mètres, fouillé seulement sur 0,25 mètre de profondeur. A. Íria, As ruinas dos tanques de saïga de peixe encontradas recentemente em Olhão, dans Boletim da Associação Industrial, Lisbonne, 1950, n° 273, p. 726-728 ; Arquivo de Beja, 23-24, 1966-1967, p. 128 ; Arqueologia romana do Algarve, I, p. 215-216, fig. 78-79.

4530. Quinta do Lago (Loulé, district de Faro). Une file de cinq bassins de salaisons donne le plan partiel d’une usine qui avait plus de 48 mètres cubes de capacité, usine ayant fonctionné essentiellement sous le Bas Empire. A. M. Arruda et C. Fabião, Anforas da Quinta do Lago (Loulé), dans Les amphores lusitaniennes. Typologie, production, commerce, Paris-Conimbriga, 1990, p. 199-213, fig. 57. Plan poché donné dans Un grand complexe industriel à Tróia, p. 111, fig. 38.

4631. Loulé Velho (Loulé, district de Faro). Usine de salaisons dont les bassins furent détruits lors du cyclone de 1941 ; les restes de deux d’entre eux avaient plus de deux mètres de profondeur en 1966 ; leur fond présentait une petite cuvette comme les bassins de l’usine précédente. Arqueologia e História, VIII, 12, 1966, p. 75-76, fig. 17 et 18 ; Arqueologia romana do Algarve, I, p. 151-152, fig. 56-61.

4732. Portimões (Portimão, district de Faro). Série de bassins disposés dans le sens nord-sud, avec un solin à la base. Un plan en montre quatre de dimensions variables. Antiguedades Monumentães do Algarve, IV, Lisbonne, 1891, p. 569-570 ; O Archeólogo Português, XV, 1910, p. 228, plan n° 2.

4833. Vau (Mexilhoeira Grande, Portimão, district de Faro). Près de l’embouchure du rio Alvor, une série de quinze bassins, presque arasés par les crues du ruisseau, a été décrite en 1878 par Estácio de Veiga ; l’un d’eux mesurait 1,50 X 1,03 X 1,85 m. Mesquita de Figueiredo, p. 112 et fig. 2, et p. 115 ; O Archeólogo Português, XV, 1910, p. 226-227 ; Arqueologia romana do Algarve, I, p. 124-125, fig. 42.

4934. Boca do Rio (Budens, Vila do Bispo, Lagos, district de Faro). Usine formée de plusieurs files de bassins ( ?) ; quatre d’entre eux apparaissent sur un plan d’Estácio de Veiga, avec des dimensions diverses. Mesquita de Figueiredo, p. 113-114 ; O Archeólogo Português, XV, 1910, p. 212-214, fig. 3 ; Arqueologia romana do Algarve, I, p. 78-106, fig. 7.

5035. Ilha do Pessegueiro (Porto Covo, Sines, district de Setúbal). Deux usines de salaisons : l’une avec huit bassins disposés sur les trois côtés d’une cour, ayant plus de 36 mètres cubes de capacité de production ; l’autre avec dix bassins de dimensions très variables, ayant une capacité légèrement supérieure à 41 mètres cubes. Toutes deux ont fonctionné sous le Bas Empire, mais la seconde sans doute avant également. C. Tavares da Silva et J. Soares, Ilha do Pessegueiro, porto romano da Costa alentejana, Lisbonne, 1993. Les plans pochés ont été donnés dans Un grand complexe industriel à Tróia, p. 110-111, fig. 36 et 37.

5136. Sines (district de Setúbal). Petite usine présentant huit bassins de dimensions très variables disposés autour d’une petite cour et ayant à peine plus de 34 mètres cubes de capacité de production. Fouille encore inédite de Carlos Tavares da Silva. Plan poché donné dans Un grand complexe industriel à Tróia, p. 110, fig. 35.

5237. Tróia (Melides, Grândola, district de Setúbal). Nombreux établissements de salaisons de poisson se succédant, sur deux kilomètres, sur la rive droite du Sado, face à la ville de Caetobriga (Setúbal). Les usines les mieux conservées ont été publiées par nos soins dans Un grand complexe industriel à Tróia, avec leurs trois phases d’activité qui se sont succédées du milieu du ier au milieu du ve siècle de notre ère. Les usines I, II et III représentent déjà plus de 700 mètres cubes de capacité à elles seules et bien d’autres les accompagnaient.

5338. Setúbal (= Caetobriga). Trois ensembles de bassins ont été découverts dans le cœur de la ville actuelle, a) Place du Bocage, deux groupes de bassins séparés par un couloir s’ouvrant sur une cour, ayant fonctionné de la fin du ier à la fin du iie siècle de notre ère : C. Tavares da Silva et A. Coelho Soares, À praça do Bocage (Setúbal) na época romana. Escavações arqueológicas de 1980, dans Setúbal Arqueológica, VI-VII, 1980-1981, p. 249-294. b) Travessa de Frei Gaspar, quatorze bassins de tailles diverses, disposés en files parallèles autour d’une cour, donnent une capacité supérieure à 46 mètres cubes ; cette usine a fonctionné de la fin du ier à la fin du iiie siècle, puis au ve siècle de notre ère ; C. Tavares da Silva, A. Coelho Soares et J. Soares, Intervenção arqueológica na Travessa de Frei Gaspar (Setúbal), dans I Encontro Nacional de Arqueologia Urbana (Setúbal, 1985), Lisbonne, 1986, p. 155-160. Plan poché donné dans Un grand complexe industriel à Tróia, p. 110, fig. 33. c) Rua António Januário da Silva : C. Tavares da Silva et J. Soares, Arqueologia da Arrábida (Col. Parques Naturais, 15), Lisbonne, 1986, p. 194.

5439. Creiro (Portinho de Arrábida, Setúbal). Usine au plan cohérent, liée à une villa. Neuf bassins, de dimensions très variables, entourent une cour sur trois côtés ; cette usine a fonctionné dans la seconde moitié du ier siècle, a été abandonnée puis a fonctionné de nouveau à la fin du ive et au ve siècle. C. Tavares da Silva et A. Coelho Soares, Escavaçóes arqueológicas no Creiro (Arrábida). Campanha de 1987, dans Setúbal Arqueológica, VIII, 1987, p. 221-237. La fouille a été reprise et complétée tout récemment. Un plan poché provisoire a été donné dans Un grand complexe industriel à Tróia, p. 110, fig. 34 (avec une capacité de plus de 38 mètres cubes déjà).

5540. Comenda (Nossa Senhora da Anunciada, Setúbal). Bassins de salaisons liés à une villa. C. Tavares da Silva et J. Soares, Arqueologia da Arrábida, Lisbonne, 1986, p. 194.

5641. Cacilhas (Almada, Setúbal), Largo Alfredo Dinis. Bassins de salaisons signalés par L. Barros et C. Amaro, Fábrica de saïga de peixe em Cacilhas. Achegas para o seu conhocimento, dans Al-Madan, 4-5, 1984-1985, p. 33-34 (aucun plan, aucune description).

5742. Lisbonne (= Olisipo). a) Casa dos Bicos, rua dos Bacalhoeiros : Informação Arqueológica, 4, 1981, p. 154 ; C. Amaro, dans Arqueologia, Porto, 6. 1982, p. 98-99. b) Rua Augusta : Al-madan, IIe série, 3, 1994, p. 110.

58Au total, l’examen critique de la bibliographie réduit pour la Lusitanie le nombre des gisements à dix-sept. Les sites erronés sont souvent nés d’erreurs de vocabulaire ou à des insuffisances des témoignages archéologiques. Le terme tanque (bassin) s’emploie en portugais, comme en français, pour tout type de bassin. C’est ainsi que le bassin de Garrocheira est un bassin d’appui pour la fabrication des amphores ; celui d’Alfarim est un réservoir d’eau pour des thermes, comme celui de Cerro da Vila ; celui d’Abicada accompagne des pressoirs et ceux de Cacela sont des bassins à chaux, situés sur une hauteur fortifiée. D’autre part, quatre gisements situés dans les environs de la ville de Setúbal (nos 11 à 14 d’Edmondson) ont été caractérisés comme sites probables d’industries de salaisons au début du xxe siècle, pour la simple raison qu’on y a trouvé des fragments d’amphores ; il n’y a jamais eu de bassins découverts sur ces sites.

2. Une carte simplifiée et complétée

59Les quarante-deux sites certains de notre carte ne constituent même pas la moitié des gisements relevés par Michel Ponsich. Mais si nous comparons les deux cartes, nous y retrouvons une densité assez forte des établissements de salaisons dans la zone du détroit de Gibraltar, dans la région de la baie de Cadix et en Algarve. Il fallait la présence simultanée des matières premières (sel et poissons) pour provoquer leur éclosion, et ces trois régions sont particulièrement favorisées sur ce plan. Les thons passent à deux reprises dans l’année et les madragues ont duré jusqu’à l’époque moderne sur cette côte ; celle de Tarifa fonctionne encore aujourd’hui pour la clientèle japonaise. Les sardines et les maquereaux constituent encore aujourd’hui l’essentiel des pêches portugaises. Les salines devaient être plus étendues et plus nombreuses dans l’Antiquité, en particulier dans la basse vallée du Sado et dans la baie de Cadix, où elles subsistent encore, surtout vers San Fernando.

60Le littoral de la Tarraconaise ne paraît pas avoir été aussi favorable. Si l’on met à part tous les bassins creusés dans la roche et communiquant avec la mer, qui correspondent davantage avec des viviers et n’ont rien à voir avec les industries de salaisons, ces dernières ne sont attestées que par des établissements peu importants. Cependant, on peut supposer qu’elles devaient être plus conséquentes sur le site de Carthago Nova : l’urbanisme moderne, ici somme dans bien d’autres lieux de la Péninsule, empêchera longtemps d’en connaître toute l’importance.

61L’essentiel des industries de salaisons est concentré sur le littoral de la Bétique et de la Lusitanie, surtout sur la côte atlantique de la première et dans la partie méridionale de la seconde. Du côté de la Méditerranée, Almuñécar est bien attestée aussi bien par les sources littéraires que par les sources archéologiques ; en revanche, Málaga a encore peu de témoignages sur le terrain, fortement bouleversé par l’urbanisme contemporain. Il est vraisemblable que les aménagements touristiques des plages de la Costa del Sol ont fait disparaître pour toujours une documentation qui nous serait bien utile.

62C’est évidemment la zone qui s’étend du détroit de Gibraltar à la baie de Cadix qui révèle le mieux cette industrie : les sources littéraires mentionnent l’importance de Carteia, Mellaria, Baelo et Gadès que l’archéologie confirme peu à peu. Entre ces différentes villes, il est normal de trouver de petites usines, plus ou moins isolées, mais qui devaient dépendre des grands centres producteurs et des ports exportateurs. Toutefois, il faut plus que des tessons d’amphores et des fragments d’opus signinum pour en avoir la certitude. Les prospections effectuées par Michel Ponsich doivent être complétées par des campagnes de sondages et de fouilles ; elles seules permettront de compléter la carte des industries de salaisons.

63C’est en Lusitanie sans doute que notre carte apporte le complément le plus grand car la carte de Michel Ponsich passe sous silence les industries de salaisons des basses vallées du Tage et du Sado. L’importance d’Olisipo (Lisbonne) dans ce domaine nous échappera à tout jamais en raison de l’urbanisme moderne ; pourtant des bassins de salaisons apparaissent de temps en temps et dessinent peu à peu la zone industrielle antique. C’est le site de Tróia, sur la rive droite du Sado, face à la ville de Caetobriga (Setúbal), qui apporte le témoignage le plus grandiose de cette industrie. De nombreuses usines, qui s’étendaient sur près de deux kilomètres sur la rive, sont en train de disparaître inexorablement tous les hivers ; nous l’avons constaté nous-mêmes en très peu d’années. C’est une des raisons qui nous ont poussé à étudier le complexe le plus fouillé de ce site ; grâce à lui, il nous est possible d’apporter des chiffres de capacité de production qui restent sans comparaison avec aucun autre site de la Péninsule Ibérique. Dans ce complément cartographique, il ne faut pas oublier les petites usines de la côte alentéjane, Sines et Pessegueiro.

3. Mais une carte insuffisante

64Cette carte de localisation des industries de salaisons présente quelque intérêt sur le plan géographique, mais elle a le tort de mettre sur le même plan toutes les situations, petite usine isolée, liée ou non à une villa, et les complexes urbains ou semi-urbains, les usines de faible capacité, comme celle d’Almería, inférieure à 13 mètres cubes, et le grand complexe central de Tróia qui, complet, devait atteindre 750 mètres cubes de capacité. Il faudrait donc pouvoir faire apparaître les capacités de production sur cette carte.

65La grande difficulté réside d’abord dans le faible nombre d’unités de production fouillées en totalité ; la plupart des sites ne sont attestés que par quelques bassins. Quand ces bassins existent, ils sont rarement dessinés et mesurés ; il manque presque toujours leur profondeur et, quand elle est donnée, il est impossible de savoir si elle est partielle ou totale. Les éléments de comparaison sont encore trop rares ; le tableau suivant les résume rapidement, par ordre décroissant des capacités mesurables sur le terrain :

Unités de production

Capacités de production

37

Tróia (usines I/II)

plus de 606,012 m3

9

Almuñécar (El Majuelo)

500 m3

16

Baelo (5 usines)

270,240 m3

37

Tróia (usine III)

103,072 m3

28

Quinta do Marim

plus de 55,709 m3

30

Quinta do Lago

plus de 48,342 m3

38

Setúbal (Frei Gaspar)

plus de 46,980 m3

35

Pessegueiro (b)

41,426 m3

39

Creiro

38,584 m3

35

Pessegueiro (a)

36,265 m3

36

Sines

34,634 m3

7

Almeria

12,811 m3

1

Rosas

9,370 m3

Maroc

Cotta (1 usine)

258,000 m3

Lixus (10 usines)

1013,000 m3

66Le site de Tróia n’est que très partiellement fouillé et publié, et pourtant l’ensemble des bassins découverts dans les usines I et II atteint déjà une capacité de près de 710 mètres cubes ; complètes, ces usines dépassaient les 850 mètres cubes et elles étaient loin d’être les seules à fonctionner en même temps sur ce site. Dans une autre unité de Tróia, composée de bassins disposés sur les trois côtés d’une cour, il existe un immense bassin aligné sur les autres, dont le fond se trouve au même niveau que celui des autres bassins (il ne peut donc pas être confondu avec une salle qui, dans ce cas-là, aurait eu son pavement au même niveau que la cour centrale). Il s’agit bien d’un bassin, avec le même enduit gris et les solins arrondis que les autres bassins de ce site. Ses dimensions (7,03 X 4,25 X 2,25 m) lui donnent une capacité de production de 67,224 mètres cubes ; à lui seul ce bassin dépasse les capacités de production de la plupart des petites usines isolées connues. Même si les autres bassins de cette usine avaient des dimensions inférieures à celui-ci, on imagine que l’ensemble devait être assez considérable. Nous devons avouer que nous ne rencontrons aucun site comparable dans tout le reste de la Péninsule Ibérique.

  • 18 Sillières, Baelo Claudia, fig. 89, p. 166, p. 178-188.

67Les deux ensembles les plus importants de la Bétique arrivent loin derrière. À Belo, nous avons pris la peine de mesurer tous les bassins actuellement découverts pour sortir des approximations publiées jusque-là. Voici ces données chiffrées, en surface et en capacité de production, en fonction des usines récemment identifiées18, bien que deux d’entre elles non fouillées (II et III) ne correspondent peut-être pas forcément à des usines.

N° d’usine

Surface

Capacité de production

I

67,12 m2

54,025 m3

II

100,80 m2

non fouillée

III

118,33 m2

non fouillée

IV

110,26 m2

38,721 m3

V

151,93 m2

48,756 m3

VI

247,61 m2

87,762 m3

arrière-boutique 23

26,24 m2

4,569 m3

usine proche du decumanus

13,330 m3

autres bassins

23,082 m3

TOTAL

270,240 m3

68Pierre Sillières distingue petites (I à IV) et grandes usines (V et VI) à partir de leur surface au sol ; or, l’étude des volumes des bassins donne à l’usine I la deuxième place. Dans l’état actuel des fouilles, Baelo est caractérisé par des usines petites et moyennes ; il n’y a aucune unité comparable aux usines de Tróia et de Cotta. Au contraire, une caractéristique de Baelo réside dans l’existence de toutes petites unités, liées à des boutiques, dont la production était destinée davantage à la clientèle locale qu’à l’exportation, surtout celle qui est liée à la boutique 23. Mais il faut reconnaître que le total actuel est supérieur aux données fournies par Michel Ponsich.

  • 19 Nous n’avons pas eu la possibilité de mesurer tous les bassins du complexe d’El Majuelo ; nous y d (...)

69Le site d’Almuñécar paraît important mais difficile à comprendre car les fouilles ne sont pas publiées dans leur totalité. Il est évident, en visitant les ruines visibles, que la capacité de production de ce site était la plus importante de Bétique19.

II. Une carte solidaire de celle des centres de production d’amphores (fig. 2)

70Nous nous intéressons aux capacités de production des usines de salaisons de poisson car nous savons que ces produits étaient exportés au loin. Tous les gisements connus participaient-ils à ce commerce lointain ? Sans doute pas et le cas des tout petits ensembles de bassins de Baelo nous démontre qu’il y avait aussi un marché local et régional.

  • 20 J. Alarcão, R. Étienne et F. Mayet, Les villas romaines de São Cucufate (Portugal), Paris, 1990, p (...)

71Qui dit exportation, dit obligatoirement transport de ces marchandises dans des amphores et nous savons, depuis les fouilles des villas de São Cucufate (Beja, Portugal)20, que les mêmes amphores étaient utilisées dans le transport fluvial et terrestre à caractère régional comme dans le commerce maritime lointain. Les zones qui ont exporté doivent donc comprendre aussi des ateliers d’amphores dites à garum. Ces centres de production sont plus ou moins bien connus, les découvertes fortuites de fours s’étant multipliées depuis une dizaine d’années grâce aux travaux d’urbanisme ou aux travaux routiers. Malheureusement, les archéologues arrivent souvent trop tard ou bien, s’ils ont eu le temps d’opérer une fouille de sauvetage, en publient rarement le compte-rendu détaillé.

  • 21 Pour une vision générale des ateliers d’amphores de Lusitanie, nous renvoyons à l’ouvrage collecti (...)
  • 22 Sans atteindre les deux dizaines annoncées par certains, nous décomptons au moins sept ateliers pr (...)
  • 23 Nous avons tenté de calculer le nombre d’amphores nécessaires pour évacuer la production des usine (...)

72Si nous commençons par la Lusitanie, que nous connaissons mieux, nous trouvons des ateliers d’amphores dans la basse vallée du Tage, dans la basse vallée du Sado et en Algarve21. Les trois ateliers certains du Tage (Garrocheira, Porto dos Cacos et Quinta do Rouxinol) démontrent bien l’importance des usines de salaisons d’Olisipo et de sa région, même si on les connaît encore assez mal. Ceux de la basse vallée du Sado sont plus nombreux22 ; la fouille de deux d’entre eux (Pinheiro et Abul) donne l’image d’une production massive d’amphores, sous le Haut comme sous le Bas Empire, production qui nous paraît tout à fait à la hauteur des importantes usines du site de Tróia23. En Algarve, les lieux de production d’amphores (Martinhal, Quinta do Lago et Castro Marim) sont souvent tardifs et peu importants. Il est intéressant de noter que celui de Quinta do Lago est directement lié à une usine de salaisons de poisson. Aucun de ces trois ateliers n’a produit les amphores Almagro 50 à pâte claire que l’on trouve pourtant sur presque tous les sites romains de la Lusitanie méridionale.

  • 24 Nous avons trouvé nous-mêmes des fragments de ce type d’amphore dans un dépotoir appartenant à des (...)
  • 25 F. Mayet et A. Schmitt, Les amphores de São Cucufate, dans Itinéraires lusitaniens. Trente années (...)

73En Bétique, les résultats des recherches sont moins bien connus. Près de Huelva, on aurait découvert des rebuts de cuisson seulement ; aucun four n’y est signalé. C’est autour de la baie de Cadix que les découvertes de fours et de dépotoirs ont été les plus nombreuses et les plus abondantes. Il n’est pas toujours facile de localiser les ateliers avec exactitude sur une carte, les mêmes fours portant parfois des noms différents qui proviennent souvent d’une micro-toponymie souvent absente même sur les cartes au 1/25 000. Il n’est pas toujours possible de connaître les types d’amphore produits par chaque four, bien que les réserves des musées de Cadix et de sa région soient remplies par ce matériel. Cependant, nous pouvons dire qu’il s’agit d’un même centre de production, très vaste, d’où proviennent la majorité des amphores à garum du sud de la Péninsule Ibérique : Dressel 7/11, Dressel 18 et Beltrán I et II essentiellement, bien connues par leur pâte ocre rosé, ocre jaune et ocre blanchâtre. D’autres types y ont été aussi fabriqués, comme l’amphore Almagro 51c24, mais en faible quantité semble-t-il. Nous nous demandons aujourd’hui si quelque atelier de la baie de Cadix n’aurait pas également produit les amphores Almagro 50 et Beltrán 72 qui présentent le même type de pâte. L’analyse pétrographique va dans ce sens-là25 et il faudra sans doute faire des analyses physico-chimiques pour en avoir la preuve. Dans l’état actuel de la documentation archéologique, les productions d’amphores de cette région dépassent de beaucoup les capacités de production des usines de salaisons découvertes jusqu’à maintenant : ou bien de nombreuses usines restent à découvrir dans la zone gaditaine ou bien ces amphores exportaient les sauces et salaisons de poisson d’une plus vaste région.

1. Garrocheira
2. Porto dos Cacos
3. Quinta do Rouxinol
4. Setúbal
5. Quinta de Alegria
6. Pinheiro
7. Abul
8. Enchurrasqueira
9. Bugio
10. Barrosinha
11. Martinhal
12. Quinta do Lago
13. Castro Marim
14. Baie de Cadix
15. Baelo Claudia
16. El Rinconcillo
17. Toscanos
18. Calahonda-Motril
19. Aguilas-El Mojón
20. Sagonte
21. Tivissa
22 Llafranc
23. Ampurias
Fig. 2. Les ateliers d’amphores à garum dans la péninsule Ibérique.

  • 26 C. Domergue, La stratigraphie (Belo I), Paris, 1973, p. 109-115.
  • 27 Nous ne sommes pas d’accord avec Ponsich, Aceite de oliva y salazones, p. 67 qui trouve que les re (...)
  • 28 M. Beltrán Lloris, Las ánforas romanas en España, Saragosse, 1970, p. 329, en fait une imitation d (...)
  • 29 R. Étienne et F. Mayet, À propos de l’amphore Dressel 1C de Belo, dans Mélanges de la Casa de Velá (...)
  • 30 Numéro d’inventaire général : 22.860.

74En poursuivant vers l’est, nous trouvons deux autres productions d’amphores situées dans la région du détroit de Gibraltar : Baelo Claudia et El Rinconcillo à Algésiras. À Baelo, il y eut une production d’amphores nommées Dressel 1C et Dressel 21/22, bien connue depuis les travaux de C. Domergue sur ce site26. Après avoir révisé l’ensemble du matériel amphorique de Baelo, nous sommes en parfait accord avec les conclusions de C. Domergue sur l’amphore “Dressel 1C” produite27 sur ce site : il s’agit d’une amphore ayant transporté des sauces et salaisons de poisson et non pas du vin, contrairement à ce que pensent certains auteurs28. Ce sont les amphores produites à El Rinconcillo qui nous en apportent la preuve ; ces derniers fours ont produit essentiellement des amphores Dressel 7/11 et Dressel 12, et peut-être “Dressel 1C”. Ces amphores portent une marque identique à celle des amphores de Belo, à savoir S.C.G que C. Domergue propose de développer en S(ocictas) C() G(ari ?). Or, dans le matériel d’El Rinconcillo, se trouve également la marque S.CET qui nous permet de proposer un développement plus complet et légèrement différent : S(ocii) C(etariorum) G(aditanorum)29. La comparaison du matériel provenant de ces deux sites nous entraîne à nous demander si cette amphore “Dressel 1C” ne serait pas le prototype de l’amphore Dressel 12 et, de ce fait, aurait reçu dès le départ une dénomination qui ne lui convient pas. Au Musée de Cadix, est exposée une amphore “Dressel 1C”, trouvée en mer près de Tarifa30, qui nous paraît être une variante intermédiaire entre l’amphore Dressel 1C italique et l’amphore Dressel 12 produite dans la région.

  • 31 H. G. Niemeyer et H. Schubart, Toscanos, 1971 (Madrider Forschungen, 63), Berlin, 1982.
  • 32 Beltrán, Las ánforas romanas en España, p. 459 ; Id., Problemas de morfología, p. 102.
  • 33 M. Beltrán Lloris, Guía de la cerámica romana, Saragosse, 1990, p. 224 (17.1.2.26) et 225 (17.1.4. (...)
  • 34 Id., ibid., p. 222 (17.1.1.43).
  • 35 Id., ibid., p. 220 (17.1.1.5) ; V. Revilla Calvo, Producción cerámica y economía en el bajo Ebro e (...)
  • 36 Beltrán, Guía de la cerámica romana, p. 221 (17.1.1.33).
  • 37 J. M. Nolla Brufau, Las ánforas romanas de Ampurias, dans Ampurias, 36, 1974, p. 147-197, p. 191-1 (...)

75Plus vers l’est encore, dans la province de Málaga, un four découvert à Toscanos aurait produit des amphores Dressel 7/1131 ; dans la province de Grenade, les fours de Calahonda auraient donné des amphores Dressel 1432. Dans la province de Murcie, on a trouvé des rebuts de cuisson de petites amphores tardives (forme Keay XXV et similaire) sur les sites d’Aguilas et d’El Mojón33. En remontant le littoral de la Tarraconaise, on trouve un atelier à Sagonte34 qui a produit une variante de l’amphore Dressel 10. L’atelier de Tivissa35 a également donné quelques amphores Dressel 7/11 à côté des amphores vinaires qui constituaient sa production principale (Pascual 1, Oberaden 74 et Dressel 2/4) ; dans ce cas, on peut se demander d’où provenaient les sauces et salaisons de poisson qui devaient remplir ces amphores à garum. C’est un panorama identique que nous trouvons avec les ateliers de Llafranc (Palafrugell)36 et d’Ampurias37. Aucun d’eux n’a produit d’amphores à garum en très grandes quantités ; mais elles suffisaient vraisemblablement à exporter les sauces et salaisons de poisson locales.

  • 38 C. Tavares da Silva et J. Soares, Ilha do Pessegueiro, porto romano da Costa alentejana, Lisbonne, (...)

76De ce tableau, il ressort l’importance de la baie de Cadix dans la production d’amphores à garum ; grâce aux marques, on voit bien le rôle qu’ont dû jouer les Gaditains dans la production et l’exportation des sauces et salaisons de poisson, dans une vaste zone s’étendant vers l’est jusqu’au détroit de Gibraltar et vers l’ouest jusqu’en Algarve, si les amphores Almagro 50 à pâte claire proviennent bien de la baie de Cadix. Ces amphores auraient servi à exporter les productions de salaisons de Quinta do Marim et même celles de l’île de Pessegueiro38. On relève aussi l’absence d’une production importante d’amphores à garum près des centres de Sexi (Almuñécar) et de Carthago Nova. Les productions d’Almuñécar ont pu être exportées dans des amphores Dressel 14, mais on ne voit pas dans quel contenant circulait le fameux garum sociorum.

III. Une carte qui illustre les grands ports exportateurs (fig. 3)

  • 39 P. Counillon et R. Étienne, Les taricheiai d’après les sources grecques, dans Itinéraires lusitani (...)

77À lire Strabon, on mesure la place que les salaisons et sauces de poisson jouent dans la prospérité de quelques villes littorales de la Péninsule Ibérique. La mention de ταριχἑαι39 est le mot-clé qui conduit à dresser le tableau ci-contre, valide pour le début du Ier siècle après Jésus-Christ.

  • 40 R. Étienne, L’Emporion chez Strabon, dans A. Bresson et P. Rouillard (éd.), L’Emporion (Publicatio (...)
  • 41 Strab., III, 1, 8 : καὶ ἐμπόρια καὶ ταριχεῖαι.
  • 42 Id., III, 4, 2 : là encore ἐμπορεῖον est rapproché δε ταριχείας μεγάλας.

78Les salaisons et sauces de poisson sont exportées ou entrent dans les échanges de marchandises qui caractérisent un emporion40 : l’association des deux mots indique à l’évidence que c’est parce qu’une cité ou un peuple possède des usines de salaisons qu’elles jouent le rôle d’un emporion ; le cas est flagrant pour Baelo : “C’est également une place de commerce, avec des établissements de salaison”41. Pour Malaca, qui sert de marché aux Numides de la côte opposée, elle possède aussi une importante industrie de salaisons42. Là encore, le rapprochement est évident et permet de dresser le tableau des emporia ibériques et surtout d’en connaître la hiérarchie : Corduba et Gadeira viennent en tête des places de commerce, Gadeira étant la seule à posséder des usines de salaisons, puis Carthago Nova : même qualifiée de la plus puissante des cités, elle est désignée comme μειζόν et non pas µἑγιστoν et se classe à un degré inférieur.

Fig. 3. Taricheiai et emporia dans la péninsule Ibérique au début du Ier siècle.

Taricheiai

Sources

Emporia

Sources

4. Menlaria

Strab., III, 1,8

3. Belo

Strab., III, 1,8

3. Belo

Strab., III, 1,8

1. Turdétans

Strab., III, 2, 6

5. Malaca

Strab., III, 4,2

5. Malaca

Strab., III, 4,6

6. Sexi

Strab., III, 4,2

7. Carthago Nova

Strab., III, 4, 6

7. Carthago Nova et les places voisines

Strab., III, 4,6 πολλὴ ἡ ταριχἑια..

8. îles d’Héraclès, appelées aussi Scombroaria

Strab., III, 4,6Ath., III, 118c

μεῖςον ἐμπορεῖον

2. Gadeira

St. Byz„ S.V.

2. Gadeira

Strab., III, 4, 9, avec Corduba τἀ μἑγιστα τῶν ἐμπορίων

11. Corduba

Strab., III, 4, 9

9. Emporion

Strab., III, 4, 8-9

10. Hispalis

Strab., III, 2, 1

  • 43 Strab., III, 1, 8.
  • 44 ld., III, 4, 2.

79Quelle signification prêter à cette hiérarchie ? Il semble que les emporia ordinaires exportent essentiellement leurs salaisons vers un lieu privilégié, situé dans leur voisinage, même s’il faut traverser le détroit à destination de Tingis en Maurusie43 ; c’est aussi le cas de Malaca avec cette différence44 qu’ici il n’y a pas essentiellement exportation de produits : ce sont les Numides de la côte opposée (τοῖς ἐν περαίᾳ) qui se rendent au marché ibérique. Quoi qu’il en soit, il s’agit dans les deux cas d’un commerce que l’on peut qualifier de régional.

  • 45 Le meilleur exemple d’une cargaison homogène est donné par l’épave La Madrague de Giens, chargée d (...)
  • 46 D. Colls, R. Étienne, R. Lequément, B. Liou, F. Mayet, L’épave Port-Vendres II et le commerce de l (...)
  • 47 J.-P. Bost, M. Campo, D. Colls, V. Guerrero, F. Mayet, L’épave Cabrera III (Majorque). Échanges co (...)
  • 48 Y. Chevalier, C. Santamaria, L’épave de l’anse Gerbal à Port-Vendres, dans RSL, XXXVII, 1971, p. 7 (...)

80Ce sont les cargaisons découvertes dans les épaves qui nous invitent à faire partir leurs diverses composantes d’un emporion de grande envergure, disposant d’entrepôts multiples, permettant le choix de produits variés et expliquant la composition diversifiée de la cargaison45. Nous ne prendrons que trois exemples, l’un du premier siècle avec l’épave Port-Vendres II datée de 42/50 après Jésus-Christ46, une autre du troisième siècle, celle de Cabrera III qui a coulé en 25747 et enfin, celle de Port-Vendres I (ou Anse Gerbal), rapportée au début du ve siècle48.

Épave

Cargaison

Origine géographique

Port-Vendres II (42/50)

Lingots d’étain
Lingots de cuivre
Lingots de plomb
Amphores à huile Dressel 20
Amphores à vin Haltern 70
Amphores à garum Pompéi VII
Amphores Dressel 28*
Céramiques à parois fines

Mines de Sierra Morenaet Estrémadure

Guadalquivir
Bétique
Baie de Cadix
Bétique ?
Bétique

Cabrera III (257)

Amphores à huile Dressel 20
Amphores à huile Dressel 23
Amphores à garum Almagro 50
Amphores à garum Beltrán 72
Amphores à garum Almagro 51c
Amphores à garum Africana II
Amphores Beltrán 68

Guadalquivir
Guadalquivir
Baie de Cadix
Baie de Cadix
Lusitanie
Byzacène
 ?

Port Vendres I (début ve siècle)

Amphores à garum Almagro 50
Amphores à garum Almagro 51c
Amphores à garum Almagro 51 a-b
Amphores à huile Dressel 23
Amphores à fond plat*

Bétique
Bétique et Lusitanie
Lusitanie
Guadalquivir
Bétique ?

* Contenu encore non déterminé.

  • 49 Strab., III, 2, 1.
  • 50 Id., III, 2,4.
  • 51 Id., III, 2, 5 : même s’il s’agit de la totalité du commerce de la Bétique qui, dans un premier te (...)
  • 52 P. Counillon, R. Étienne, Les taricheiai..loc. cit. (n. 39).
  • 53 Ch. Kaufman Williams, Corinth 78 : Forum Southwest, dans Hesperia, 48, 2, 1979, p. 105-124 ; P. Ro (...)

81En partant du postulat que les bateaux au long cours quittaient leur port d’origine à cargaison complète pour des raisons de stabilité, il faut renoncer à l’idée séduisante d’une navigation où la part du cabotage serait importante. Par conséquent, il faut trouver un port entrepôt situé dans la proximité des divers produits à transporter : il est facile de descendre le Bétis avec des vaisseaux chargés d’huile que l’on entrepose à Gadès ; il en va de même pour les bateaux transportant salaisons et sauces de poisson convergeant du Tage, du Sado ou des ports d’Algarve vers Gadès. Les autres produits – lingots d’étain, de cuivre et de plomb – pouvaient y être aussi accueillis. Ce qui est plus extraordinaire et qui bouleverse les idées reçues, c’est que les amphores d’Afrique avaient déjà fait le voyage Carthage-Gadès avant de repartir vers Rome. Il ne peut être question d’inverser la route maritime. Une telle concentration de produits est certes remarquable et donne sa pleine valeur à l’affirmation de Strabon qui met Gadès-Gadeira au premier plan des villes hispaniques, à cause de ses entreprises maritimes49 et de la présence d’un grand nombre de bateaux de commerce50. Les transports commerciaux sont destinés, certains au marché intérieur, d’autres – la majorité – vers l’étranger et tout le commerce maritime se fait à destination de l’Italie et de Rome51. Mais cette exportation a connu beaucoup plus tôt des cheminements plus lointains : Athènes dès le ve siècle connaissait la qualité des salaisons de Gadès52 et, même à Corinthe53, des amphores venues du sud de la Péninsule Ibérique étaient dans ce même siècle entreposées dans un bâtiment fouillé ces dernières années.

  • 54 L. Casson, The Periplus maris Erythraei, Princeton, 1989.
  • 55 Id., ibid., p. 277 : cité vingt-huit fois.
  • 56 Périple, 49 : τὰ ἀπὸ τῶν ἑμπορίον φερόμενα.
  • 57 Ibid., 27.

82Que d’autres emporia acheminent leurs produits vers Gadès et soient considérés comme ses satellites, il n’est que de lire dans le Périple de la mer Érythrée54 le chapitre relatif au trafic du port indien le plus actif, Barygaza55 ; celui-ci exporte des marchandises apportées des ports voisins56. À prendre en compte les marchandises à exporter, on s’aperçoit encore mieux du rôle joué par ce grand entrepôt-emporion. Il recevait en particulier l’encens à partir de Kané (Aden)57, où il était entreposé.

83Ainsi, même critique, la carte des bassins de salaisons a permis de démontrer la floraison de l’industrie des salaisons et sauces de poisson, essentiellement sur la côte sud de la Péninsule Ibérique, de l’Algarve au détroit de Gibraltar d’une part et sur les estuaires du Tage et du Sado d’autre part. Étroitement liée à un commerce d’exportation, cette industrie ne pouvait se développer qu’à proximité d’ateliers d’amphores assez nombreux pour disposer de l’emballage nécessaire au transport maritime. Elle imposait l’existence d’un port-entrepôt, vaste, actif, accueillant à l’activité des marchands étrangers et dont sa propre bourgeoisie marchande, tournée vers le trafic à longue distance, drainait l’ensemble de la production des salaisons et sauces de poisson qui, à partir de ce grand port-entrepôt, était baptisé garum hispanum. Qui mieux que Gadès, fort de sa tradition phénicienne et punique, peut répondre à cette définition qui permettrait ainsi d’identifier une vraie “mégapole” de l’Antiquité ?

Notes

1 R. Étienne, Y. Makaroun et F. Mayet, avec la collaboration de G. Hennequin, M. da C. Lopes et C. Tavares da Silva, Un grand complexe industriel à Tróia (Portugal), Paris, 1994 (= Un grand complexe industriel à Tróia).

2 Id., ibid., p. 93-114.

3 Id., ibid., p. 116 ; chiffres donnés par M. Ponsich, Aceite de oliva y salazones de pescado. Factores geoeconómicos de Bética y Tingitana, Madrid, 1988 (= Ponsich, Aceite de oliva y salazones), p. 197.

4 Ponsich, Aceite de oliva y salazones.

5 J.C. Edmondson, Two Industries in Roman Lusitania. Mining and Garum Production (BAR, Int. Ser., 362), Oxford, 1987 (= Edmondson, Two Industries).

6 M. Ponsich et M. Tarradell, Garum et industries antiques de salaison dans la Méditerranée occidentale (Bibliothèque des Hautes Études Hispaniques, XXXVI), Paris, 1965 (= Ponsich-Tarradell, Garum).

7 A. Mesquita de Figueiredo, Ruines d’antiques établissements de salaison sur le littoral sud du Portugal, dans Bulletin Hispanique, VIII, 1906, p. 109-121 (= Mesquita de Figueiredo).

8 M. L. Estácio de Veiga Affonso dos Santos, Arqueologia romana do Algarve, Lisbonne, 1971 et 1972, 2 vol. (= Arqueologia romana do Algarve).

9 G. Martín, Dianium. Arqueología romana de Denia, Valence, 1970, p. 98-99. Exemple d’une hypothèse devenue certitude avec le temps.

10 Ponsich, Aceite de oliva y salazones, p. 171-172.

11 G. Martín, Las pesquerías romanas de la Costa de Alicante (PLAV, 10), Valence, 1970 (= Martín, Las pesquerías), p. 148.

12 Ead., ibid., p. 148.

13 Ead., ibid., p. 147 ; M. Ponsich les donne avec beaucoup de réserves comme faisant partie d’une industrie de salaisons.

14 Ponsich, Aceite de oliva y salazones, p. 172, 173, 174 et 175 en suivant souvent des hypothèses lancées par Martín, Las pesquerías. Strabon, III, 4, 6 ne parle pour l’île de Scombraria que de la pêche du maquereau et le meilleur garum qu’on fabriquait l’était dans les usines de Carthago Nova. Sur ce problème du garum sociorum, voir R. Étienne, À propos du garum sociorum, dans Latomus, XXIX, 1970, p. 297-313.

15 Voir infra.

16 Un grand complexe industriel à Tróia, p. 93-114.

17 Edmondson, Two Industries, p. 106, fig. 5.2 et p. 255-269.

18 Sillières, Baelo Claudia, fig. 89, p. 166, p. 178-188.

19 Nous n’avons pas eu la possibilité de mesurer tous les bassins du complexe d’El Majuelo ; nous y discernons une dizaine d’unités de production réunissant 79 bassins irréguliers. En prenant une moyenne (plutôt basse) de six mètres cubes par bassin, on arrive à une capacité de cinq cents mètres cubes. Or, il y avait le double de bassins au moment de la fouille, ce qui faisait un complexe comparable à celui de Lixus, au Maroc.

20 J. Alarcão, R. Étienne et F. Mayet, Les villas romaines de São Cucufate (Portugal), Paris, 1990, p. 251-255.

21 Pour une vision générale des ateliers d’amphores de Lusitanie, nous renvoyons à l’ouvrage collectif : Les amphores lusitaniennes. Typologie, production, commerce (Actes des Journées d’Étude tenues à Conimbriga les 13 et 14 octobre 1988 et réunis par A. Alarcão et F. Mayet), Paris-Conimbriga, 1990.

22 Sans atteindre les deux dizaines annoncées par certains, nous décomptons au moins sept ateliers principaux : F. Mayet, A. Schmitt et C. Tavares da Silva, Les amphores du Sado. Prospection des fours et analyse du matériel, Paris, 1996.

23 Nous avons tenté de calculer le nombre d’amphores nécessaires pour évacuer la production des usines I/II sous le Haut Empire : Un grand complexe industriel à Tróia, p. 164.

24 Nous avons trouvé nous-mêmes des fragments de ce type d’amphore dans un dépotoir appartenant à des fours situés sur la commune de Puerto Real, à quelques kilomètres de Cadix.

25 F. Mayet et A. Schmitt, Les amphores de São Cucufate, dans Itinéraires lusitaniens. Trente années de collaboration archéologique luso-française, Paris, 1997, p. 69-107.

26 C. Domergue, La stratigraphie (Belo I), Paris, 1973, p. 109-115.

27 Nous ne sommes pas d’accord avec Ponsich, Aceite de oliva y salazones, p. 67 qui trouve que les rebuts de cuisson sont peu évidents sur ce site. Nous en avons trouvé beaucoup pour notre part, des rebuts qui n’ont pas le même aspect que les rebuts de cuisson des pâtes calcaires de la région de Cadix ; contrairement à ces derniers qui présentent des déformations spectaculaires, les ratés de cuisson de Belo changent de couleur et se fendillent sans se déformer ou presque.

28 M. Beltrán Lloris, Las ánforas romanas en España, Saragosse, 1970, p. 329, en fait une imitation de l’amphore vinaire Dressel 1 italique ; Id., Problemas de la morfología y del concepto histórico-geográfico que recubre la noción tipo, dans Méthodes formelles et méthodes classiques dans l’étude des amphores (Coll. ÉFR, 32), Rome, 1977, p. 97-132, en fait l’une des amphores ayant transporté le vin de Bétique ! C’est aussi ce que pense Sillières, Baelo Claudia, p. 24-25. Il paraît pourtant difficile de supposer qu’un vignoble de qualité, et donc exportable, ait pu survivre dans l’ager Baelonensis.

29 R. Étienne et F. Mayet, À propos de l’amphore Dressel 1C de Belo, dans Mélanges de la Casa de Velázquez, XX, 1994 [1996], p. 131-138. Le développement du G en Gaditanorum s’est imposé à nous après avoir constaté l’importance sur le site de Belo des amphores Dressel 18, Dressel 7/11 et Beltrán II, produites dans la baie de Cadix, amphores qui, après l’époque augustéenne, ont exporté les sauces et salaisons de poisson de Baelo Claudia, quand les fours de ce site n’ont plus produit eux-mêmes de contenants.

30 Numéro d’inventaire général : 22.860.

31 H. G. Niemeyer et H. Schubart, Toscanos, 1971 (Madrider Forschungen, 63), Berlin, 1982.

32 Beltrán, Las ánforas romanas en España, p. 459 ; Id., Problemas de morfología, p. 102.

33 M. Beltrán Lloris, Guía de la cerámica romana, Saragosse, 1990, p. 224 (17.1.2.26) et 225 (17.1.4.4).

34 Id., ibid., p. 222 (17.1.1.43).

35 Id., ibid., p. 220 (17.1.1.5) ; V. Revilla Calvo, Producción cerámica y economía en el bajo Ebro en época romana. El alfar de l’Aumedina, Tivissa (Tarragona), Barcelone, 1993, p. 64-71.

36 Beltrán, Guía de la cerámica romana, p. 221 (17.1.1.33).

37 J. M. Nolla Brufau, Las ánforas romanas de Ampurias, dans Ampurias, 36, 1974, p. 147-197, p. 191-192.

38 C. Tavares da Silva et J. Soares, Ilha do Pessegueiro, porto romano da Costa alentejana, Lisbonne, 1993, p.184-185.

39 P. Counillon et R. Étienne, Les taricheiai d’après les sources grecques, dans Itinéraires lusitaniens, op. cit., (n. 25), p. 179-191.

40 R. Étienne, L’Emporion chez Strabon, dans A. Bresson et P. Rouillard (éd.), L’Emporion (Publications du Centre Pierre Paris, 26), Paris, 1993, p. 23-34.

41 Strab., III, 1, 8 : καὶ ἐμπόρια καὶ ταριχεῖαι.

42 Id., III, 4, 2 : là encore ἐμπορεῖον est rapproché δε ταριχείας μεγάλας.

43 Strab., III, 1, 8.

44 ld., III, 4, 2.

45 Le meilleur exemple d’une cargaison homogène est donné par l’épave La Madrague de Giens, chargée de vin campanien. A. Tchernia, P. Pomey, A. Hesnard, L’épave romaine de La Madrague de Giens (Var), Paris, 1978.

46 D. Colls, R. Étienne, R. Lequément, B. Liou, F. Mayet, L’épave Port-Vendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude (Archaeonautica, 1), Paris, 1977.

47 J.-P. Bost, M. Campo, D. Colls, V. Guerrero, F. Mayet, L’épave Cabrera III (Majorque). Échanges commerciaux et circuits monétaires au milieu du iiie siècle après Jésus-Christ (Publications du Centre Pierre Paris, 23), Paris, 1992.

48 Y. Chevalier, C. Santamaria, L’épave de l’anse Gerbal à Port-Vendres, dans RSL, XXXVII, 1971, p. 7-32.

49 Strab., III, 2, 1.

50 Id., III, 2,4.

51 Id., III, 2, 5 : même s’il s’agit de la totalité du commerce de la Bétique qui, dans un premier temps, se concentrait à Dicearchia (Puteoli-Pouzzoles) : Aelian., De natura animalium, XIII, 6 ; Strab., III, 2,6.

52 P. Counillon, R. Étienne, Les taricheiai..loc. cit. (n. 39).

53 Ch. Kaufman Williams, Corinth 78 : Forum Southwest, dans Hesperia, 48, 2, 1979, p. 105-124 ; P. Rouillard, Les Grecs et la Péninsule Ibérique du viiie au ive siècle avant Jésus-Christ (Publications du Centre Pierre Paris, 21), Paris, 1991, p. 211-220.

54 L. Casson, The Periplus maris Erythraei, Princeton, 1989.

55 Id., ibid., p. 277 : cité vingt-huit fois.

56 Périple, 49 : τὰ ἀπὸ τῶν ἑμπορίον φερόμενα.

57 Ibid., 27.

Table des illustrations

Légende 1. Rosas 2. Ibiza 3. Punta del Arenal, Jávea4. Santa Pola5. Carthagène6. Villaricos7. Almería8. Adra9. Almuñécar10. Torrox11. Málaga12. San Pedro de Alcántara13. Carteia14. Algésiras15. Mellaria16. Baelo Claudia17. Trafalgar18. San Fernando19. Cadix20. Las Redes21. La Algaida22. Cerro del Trigo23. Punta de Umbría24. Isla de Saltes25. Huelva26. Quinta do Muro27. Balsa28. Quinta do Marim29. Olhão30. Quinta do Lago31. Loulé Velho32. Portimões33. Vau34. Boca do Rio35. Pessegueiro36. Sines37. Tróia38. Setúbal39. Creiro40. Comenda41. Cacilhas42. LisbonneFig. 1. Les établissements de salaisons de poisson dans la péninsule Ibérique.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8369/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende 1. Garrocheira2. Porto dos Cacos3. Quinta do Rouxinol4. Setúbal5. Quinta de Alegria6. Pinheiro7. Abul8. Enchurrasqueira9. Bugio10. Barrosinha11. Martinhal12. Quinta do Lago13. Castro Marim14. Baie de Cadix15. Baelo Claudia16. El Rinconcillo17. Toscanos18. Calahonda-Motril19. Aguilas-El Mojón20. Sagonte21. Tivissa22 Llafranc23. AmpuriasFig. 2. Les ateliers d’amphores à garum dans la péninsule Ibérique.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8369/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 3. Taricheiai et emporia dans la péninsule Ibérique au début du Ier siècle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8369/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search