Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

5e partie. Économie

Les mercatores de saumure hispanique

Note de l’éditeur

Extrait de MÉFRA, 110,1998, 1, p. 147-165 (co-auteur F. Mayet)

Texte intégral

  • 1 A. Héron de Villefosse, Deux armateurs narbonnais, Sex. Fadius Secundus et P. Olitius Apollonius, (...)
  • 2 Suivant l’habitude adoptée par H. Dressel, dans CIL XV, II, 1.
  • 3 Nous adoptons la terminologie employée par B. Liou, p. 50 dans L’épave Port-Vendres II et le comme (...)
  • 4 Essentiellement E. Rodriguez Almeida, Novedades de epigrafía anforaria del Monte Testaccio, dans R (...)
  • 5 Dans l’épave Sud-Lavezzi 2 (Bonifacio, Corse-du-Sud), les deux tiers des amphores transportaient s (...)

1Depuis A. Héron de Villefosse1, on reconnaît dans les noms de personnes au génitif, peints sur les amphores à huile Dressel 20 dans la zone β2, ceux des mercatores3 qui commercialisaient le produit hispanique et assuraient son transport. Les chercheurs ont multiplié les études et ont dressé des listes précieuses de ces transporteurs4. La même nomenclature peut être appliquée aux amphores à saumure hispanique provenant essentiellement de Bétique : elle éclaire un autre versant du commerce méditerranéen et nous introduit dans un groupe nouveau de marchands, même si les routes des amphores à saumure recoupent celles des amphores à huile ; individualités et solidarités se manifestent dans une Méditerranée sillonnée par les flottes d’huile, de vin et de saumure5.

I. La base documentaire

  • 6 H. Dressel, CIL XV, II : Inscriptiones Vrbis Romae Latinae. Instrumentum domesticum. Partis poster (...)
  • 7 F. Zevi, Appunti sulle anfore romane, I. La tavola tipologica del Dressel, dans Archeologia Classi (...)
  • 8 CIL IV, Berlin, 1871 (R. Schone) ; Suppl. II, 1898 (A. Mau) ; Suppl. III, 3, 1963 (M. della Corte) (...)
  • 9 E. Pélichet, À propos des amphores romaines trouvées à Nyon, dans Zeitschr. Schweiz. Arch. u. Kuns (...)
  • 10 M. Beltrán Lloris, Las ánforas romanas en España (Monografías arqueológicas, VII), Saragosse, 1970
  • 11 Nous la reprendrons dans un futur ouvrage.

2De quelle base documentaire disposons-nous pour dresser la liste de ces mercatores de saumure hispanique ? Depuis près d’un siècle, les principales formes d’amphores sont connues grâce à l’œuvre d’H. Dressel et d’A. Mau-R. Schöne ; certes, cette typologie s’est précisée quelque peu dans le temps ainsi que l’origine de certaines d’entre elles. Il n’est pas très difficile de retrouver les inscriptions de ces amphores dans les publications anciennes. À Rome (CIL XV, II, 1)6, les inscriptions peintes provenant du Testaccio ou du Castro Pretorio sont publiées avec la mention du type d’amphores : Dressel7, 8, 9, 10, 11, 12, 13 et 14 essentiellement, que l’on a plus récemment regroupées en Dressel 7/11, 12, 13, et 147.Pour Pompéi et les autres villes vésuviennes (CIL IV)8, c’est une autre typologie, moins fine et moins précise, qui a été employée : les amphores Pompéi VII correspondent à des amphores à saumure hispanique, de divers types sans doute. E. Pélichet9, bien plus tard, présenta une typologie des amphores du site de Nyon dans laquelle on a longtemps retenu la forme 46, qui n’apparaissait pas dans les typologies précédentes. M. Beltrán10 n’a pas simplifié la classification malgré ses intentions, parce que sa forme I regroupe trop de variantes, y compris l’amphore vinaire Haltern 70 ; toutefois, ses formes IIA et IIB rendent les plus grands services et remplacent avantageusement la forme Pélichet 46. Nous n’avons pas l’intention de développer ici la typologie des amphores à saumure hispanique du Haut Empire11, nous nous contentons de donner le profil des types (fig. 1) ayant porté les inscriptions qui font l’objet de cette recherche ; il s’agit essentiellement des formes Dressel 7/11, Dressel 12 et Beltrán IIA et IIB.

Fig. 1. Principales amphores à saumure hispanique. 1-4 : Dressel 7/11 ; 5 : Dressel 12 ; 6 et 7 : Beltrán IIA et IIB.

3Comment se présentent ces inscriptions peintes ? Une partie, écrite à l’encre noire et en assez petits caractères sur le col, entre les anses, est très proche des inscriptions connues sur les amphores à huile de Bétique (Dressel 20) qui restent les plus nombreuses et les plus étudiées. L’autre partie est écrite en plus grands caractères, au charbon ou à l’encre rouge, située parfois sur le même côté mais plus bas, sur le haut de la panse, ou bien sur le col également, du côté opposé à la première partie de ces inscriptions.

Fig. 2. Emplacement des diverses inscriptions sur amphores à saumure hispanique.

  • 12 Nous suivons, comme l’a déjà fait B. Liou, Épave Port-Vendres II, p. 51, la nomenclature établie p (...)
  • 13 B. Liou, dans Archaeonautica, 7,1987, p. 114-116 (Al).
  • 14 Cette découverte est à mettre au compte de B. Liou dans Épave Port-Vendres II, p. 93-103.

4Les inscriptions (fig. 2) écrites à l’encre noire comprennent les éléments suivants12 : l’inscription α est plus complexe sur les amphores à saumure que sur les amphores à huile. Réduite au poids, en livres romaines, de l’amphore vide sur les amphores Dressel 20, cette inscription peut comporter deux à cinq lignes, parfois six, sur les amphores à saumure. En première ligne est donné le nom du produit (garum, liquamen, maria, cordula, laccatum, lump...) parfois caractérisé, s’il est piquant (argutum) ou vieux (vetus) ou fait à partir du maquereau (scombri). Puis, suivent deux ou trois lignes signalant les qualités du produit : flos, excellens, penuar..., summar, assimilables à une propagande publicitaire. Flos qualifie souvent le garum et surtout le garum scombri, mais aussi le liquamen ou la muria, indiquant que ces produits sont de qualité supérieure ; excellens a le même sens ainsi que summarum sans doute ; penuarius,-a,-um, pour H. Dressel, signifie “bon pour l’assaisonnement” d’une nourriture ; B. Liou pense que ce qualificatif veut dire, sans doute, que les denrées auxquelles il s’applique sont bonnes à être conservées dans le garde-manger d’une maison13. Ces qualificatifs apparaissent soit séparément soit groupés : flos et excellens sont souvent liés, alors que penuar... et summar... le sont également de leur côté, mais des croisements sont possibles. La quatrième ligne de notre modèle (fig. 3) donne les années de vieillissement du produit lorsqu’il est qualifié de vetus. La cinquième ligne donne un chiffre de contenance en setiers correspondant parfois, mais pas toujours, à la contenance d’une amphore à saumure. L’inscription β donne un nom au génitif, souvent développé, avec duo ou tria nomina : il est aujourd’hui bien assuré qu’il s’agit du nom du marchand exportant le produit contenu dans l’amphore. Enfin, près de l’anse, l’inscription 8 en une ou deux parties, souvent peu lisible car écrite en toutes petites lettres cursives, donne le nom du producteur, propriétaire ou gérant de l’officine d’où viennent les saumures, tout comme nous avons le nom du producteur de l’huile sur les amphores Dressel 2014. Ce nom est souvent suivi d’un chiffre. Ces inscriptions à l’encre noire ont été écrites au départ de l’amphore, avant leur embarquement sur le bateau ; elles concernent donc le produit, le producteur et le marchand.

  • 15 R. Étienne et F. Mayet, Le garum à Pompéi. Production et commerce, dans RÉA, C, 1998.

5D’autres inscriptions apparaissent sur ces amphores, parfois au charbon, souvent à l’encre rouge, toujours avec de plus grandes lettres que les précédentes. Leur emplacement est variable : ou bien en dessous des précédentes, à la base du col et sur le haut de la panse, ou bien sur le côté opposé du col, entre les anses, ou bien encore par dessus les inscriptions à l’encre noire. Nous y retrouvons un chiffre comme dans les inscriptions y des amphores Dressel 20, mais aussi un nom, réduit le plus souvent à ses initiales – ANR, LIC, PSG, etc... – comme on peut le constater sur les amphores à saumure hispanique rencontrées à Pompéi15.

  • 16 R. Étienne et F. Mayet, Le garum à la mode d’Aulus Umbricius Scaurus, dans Alimenta. Estudios en h (...)
  • 17 S. Martin-Kilcher, Die römischen Amphoren aus Augst und Kaiseraugst. Ein Beitrag zur romischen Han (...)
  • 18 C. Giordano-A. Casale, Iscrizioni pompeiane inedite scoperte tra gli anni 1954-1978, dans Atti del (...)

6Pour étudier les mercatores de saumure hispanique, nous avons donc retenu les inscriptions peintes sur les amphores provenant surtout de Bétique et, sur ces inscriptions, la mention β seulement. Tous les autres noms écrits en rouge ou au charbon ont été laissés de côté, ainsi que les noms servant à qualifier la sauce contenue dans l’amphore, comme muria Artemidori ou Garum scombri A. Umbrici Scauri16 par exemple. Le catalogue que nous présentons repose essentiellement sur le dépouillement des CIL IV et XV, de la revue Archaeonautica et de la publication des fouilles d’Augst17. Nous avons enfin tenu compte des inscriptions de Pompéi éditées en 199018.

Fig. 3. Modèle théorique d’inscriptions peintes sur amphores à saumure hispanique.

II. Le corpus des mercatores de saumure hispanique

No

Références

Mercator

Produit

Lieu de trouvaille

Datation

1.

CIL XV, 4721

L. AEMILI RVDENTIS

muria

Rome

0-50 ap. J.-C.

2.

CIL XV, 4733

D. ALBVCIAVCTI

laccatum

Rome

0-50 ap. J.-C.

3.

CIL XV, 4692 4693

L. ANNI HYMNI L.A.H.

Garum
garum

Rome

0-50 ap. J.-C.

4.

CIL XV, 4694

M. AQVIL[I] EVOC[ATI]

garum

Rome

0-50 ap. J.-C.

5.

CIL IV, 5660

A. ATENI CRESCENTIS

Pompéi

6.

CIL XV, 4720 3636

A. ATIL[LI] MACRI

Liquamen
huile

Rome
Rome

0-50 ap. J.-C.

7.

CIL XV, 4695-4699
4739, 4744
4742
CIL XV, 3639-3641

AAATINIS ou
A. A. ATINIIS

Laccatum
muria
garum
laccatum
huile

Rome
Rome
Rome
Rome

0-50 ap. J.-C.

8.

CIL XV, 4701,4702

CC ATINIS AC

garum

Rome

9.

CIL XV, 4748,4749 3642,3644, 3645

P. ATTI SEVERI

huile

Rome
Rome

0-50 ap. J.-C.

10.

C/L XV, 4758
3673

P. A[..] VICTORIS VICTORIS

huile

Rome
Rome

0-50 ap. J.-C.

11.

CIL XV, 4704

L. BAEBI ANTHI

garum

Rome

12.

CIL XV, 4734, 4735

M. BAEBI N[...] ou AN[...]

laccatum ?

Rome

0-50 ap. J.-C.

13.

CIL XV, 4750

M. BAEBI CLARICI

Rome

0-50 ap. J.-C.

14.

CIL XV, 4751, 4752

M. CAECILI [...]

Rome

0-50 ap. J.-C.

15.

CIL XV, 4753, 4754
Arch. 7, 1987, p. 164-166,
Arch. 7, 1987, p. 156-159
CIL XV, 3646

QQ CAECILIS

Garum
huile

Rome
S.-Romain-en-Gal
Lyon
Rome

fin règne Auguste
0-50 ap. J.-C.

16.

CIL IV, 5651

C. CALPVRNI PLACIDI

Pompéi

17.

CIL IV, 5640,5629, 5734, 10 286

M. ET L. CLAVDIORVM

Laccatum
cordula

Pompéi

18.

CIL IV, 5649

P. CLAVDI P. I. ACAPETI ELPEO Φ EBI

Pompéi

19.

CIL XV, 4705 ZEVI, p. 237-238

[M. ?C]LODI HERM(etis ?)

garum

Rome
Herculanum

20.

CIL XV, 4722, 4737, 4740

P. CORDI GRATI

muria

Rome

0-50 ap. J.-C.

21.

CIL IV, 5638, 5716 = 2588

C. CORNELI HERMEROTIS

Cordula
liquamen

Pompéi

22.

CIL IV, 5597 5633, 5634 = 2637,5635 = 2636

M.COSCONI SATVRNINI

Vin
liquamen
cordula

Pompéi

23.

CIL XV, 4723 = ILS 8597 b

CN. DOMITI FELI[C]IO[NIS]

muria

Rome

0-50 ap. J.-C.

24.

CIL XV, 4732

DORIONIS L. L.QVIETI ou DORIONIS L. D. QVIETI

cordula

Rome

0-50 ap. J.-C.

25.

CIL XV, 4724

Q.GRANI IVN[...]

muria

Rome

0-50 ap. J.-C.

26.

CIL XV, 4746

P. GRATI RVFI

Rome

27.

C/L IV, 5628

C. HOLCON[I]

lumpa

Pompéi

28.

CIL IV, 5605-5610

C. HOSTI AGATHEMERI

lumpa

Pompéi

29.

CIL XV, 4706

INSEQVENTI VELINORVM ?

garum

Rome

0-50 ap.J.-C.

30.

CIL XV, 4731

IOSIPPI ? CO[RNELI]

hallec ( ?)

Rome

31.

Arch., 1, 1977, p. 78, no 41

C. IVLI/APOLLON[I]

Port-Vendres II

42-48 ap. J.-C.

32.

Arch., 2,1978, p. 131-135, no 27

[.] IVNI CILONIS

garum

Fos-sur-mer

Ier ou début IIes

33.

CIL IV, 5653 = 2650

L. IVNI HERMEROTIS

Pompéi

34.

Arch., 7, 1987, p. 114-116 (A 1)

IVNIORVM III

Arles

2e moitié Ier s. ap. J.-C.

35.

MARTIN KILCHER, p. 406 (P. 33)

[.] L[...]ESI VENVSTI

Augst

110/190 ap. J.-C.

36.

Arch. 2, 1978, p. 135, no 28

[.] LICINIVS LVN[...|

muria

Fos-sur-mer

37.

CIL XV, 4741

M. LICINI MAHETIS

laccatum

Rome

0-50 ap. J.-C.

38.

C/L IV, 5639

L. LIVICIS ?

cordula

Pompéi

39.

Arch., 7, 1987, p. 69-70, no 99

L. MANU SEVERI

Fos-sur-mer

déb.Ier s.

40.

Arch., 7, 1987, p. 164 (SRG.6)

L. MEVI RVFI

S.-Romain-en-Gal

15 av.-5 ap. J.-C.

41.

C/L XV, 4738

C. MINICI RVSTICI

muria ?

Rome

0-50 ap. J.-C.

42.

CIL IV, 5627, 5643 5640

NICANDRI DOROTHEI AB NICANDRO DOROTHEO

Laccatum
lumpa

Pompéi
Pompéi

43.

CIL XV, 4745 BOHN, no 15, p. 209

C. ou P. NON[I] OMVLLI

huile

Rome
Vindonissa

0-50 ap. J.-C.

44.

MARTIN KILCHER, p. 406 (P. 28,4170)

NONI [E]T VTILLI ?

cordula

Augst

Flaviens

45.

CIL XV, 4708

M. NVMISI NICEROTIS

garum

Rome

0-50 ap. J.-C.

46.

CIL XV, 4709

L.NVM[...] SILONI

garum

Rome

0-50 ap. J.-C.

47.

CIL IV, 2656 = 5873, 2655 = 5636

C. PAPINI PLANTAES

cordula

Pompéi

48.

Arch., 1, 1977, p. 79, no 42 CIL XV, 3639

L. POMPEI EROTI[S] inscription δ

huile

Port-Vendres II
Rome

42-48 ap. J.-C. 0-50 ap. J.-C.

49.

CIL XV, 4736

M.PORCI NYMPHODI

lumpa

Rome

0-50 ap. J.-C.

50.

MARTIN KILCHER, p. 406 (P 29) CIL IV, 9368,9369

L. PROCVLI ET VRBICI

laccatum

Augst
Pompéi

50-70 ap. J.-C.

51.

CIL XV, 4755

PROVINIORVM

Rome

0-50 ap. J.-C.

52.

CIL XV, 4719

L. PVRELLI GEMELLI ou L. AVRELLI GEMELLI

liquamen

Rome

53.

CIL XV, 4711

M. QVINTILLI HERMAE ?

garum

Rome

0-50 ap. J.-C.

54.

Arch.,2, 1978, p. 141, no 32

SABINI ET AVITI

liquamen

Fos-sur-mer

Ier-IIe s.

55.

CIL XV, 4771

SATVRNI

Rome

0-50 ap. J.-C.

56.

MARTIN KILCHER, p. 406 (P. 32)

L. SEMPRON[I] FVSCI

Augst

50/70 ap. J.-C.

57.

CIL IV, 2667, 5648, 5637, 5641

C.TERENTI PAVLLI

Laccatum
cordula

Pompéi

58.

CIL XV, 4690 2667

L. TER[ENTI] SEVERI L. TEREN[TI] [...]

garum

Rome
Rome

59.

CIL IV, 5611-5617, 5618a-c = 2599-2601, 5618d = 2585, 5619, 5620, 5621 =2596, 5630, 5637, 10 284 a-b, 10 286a CIL IV, 5764, 5765

M.VALERI ABINNERICI ABINNERICVS

Lumpa
cordula

Pompéi
Pompéi

60.

CIL XV, 4756

C. VALERI CATVLLI

Rome

0-50 ap. J.-C.

61.

CIL IV, 5652 = 2669, 9372, 9378 10 733 Arch.. 2,1978, p. 137-139, no 30

M. VALERI FELICIS

Laccatum
lumpa
muria

Pompéi
Herculanum
Fos-sur-mer

Flaviens

62.

CIL IV, 5622-5624

M. VALERI HELIADIS

lumpa

Pompéi

63.

CIL XV, 4757

M. VALERI SVAVIS

Rome

0-50 ap. J.-C.

64.

CIL XV, 4767

L. VERRIAPRI/ EVOCATI

Rome

0-50 ap. J.-C.

65.

Arch., 1, 1977, p. 79, no 43

Q. VIBI CHARITONIS

Port-Vendres II

42-48 ap. J.-C.

66.

Arch., 10, 1990, p. 209-210. no 20

G. VISI ou VIBI CR[ISPI]NI

Fos-sur-mer

III. Identification sociale

  • 19 Voir, en général, T. R. S. Broughton, Trade and Traders in Roman Spain, dans I. A. S. Evan (éd.), (...)
  • 20 J. Rougé, Recherches sur l'organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l’Empire romain,(...)
  • 21 H. Solin, Die grieschischen Personennamen in Rom. Ein Namenbuch, Berlin, 1982.

7Nous disposons donc d’une liste de soixante-six mercatores19 que nous devrions pouvoir identifier. Or seule une faible minorité se laisse reconnaître. D’une manière globale, on peut affirmer que ces marchands appartiennent à une couche sociale modeste, en général libertine. Plusieurs indices sont convergents : mention, au demeurant rare, de la qualité d’affranchi pour P(ublii) L(iberti) (no 18) et L(ucii) L(iberti) (no 24) ; surtout le cognomen hellénique désigne non pas une origine géographique20, mais renvoie à un statut servile primitif, ce que prouvent les listes dressées par H. Solin21. On dénombre dix-neuf exemples de tels cognomina dans le tableau précédent, soit 28,78 % du total ; une telle proportion est d’autant plus significative que bien des surnoms latins doivent être également portés par des affranchis.

  • 22 Plut., Cat. Mai., 21,5-6.
  • 23 Cic., II Verr., V, 167 : les mercatores voyagent sur mer. Phaeton, affranchi de Quintus, frère de (...)
  • 24 D’Arms, Social Standing, p. 40.
  • 25 Cic., Paradig. Stoïc., 46 : qui cum servis, cum libertis, cum clientibus societates.
  • 26 Id., II Verr.,V, 154.
  • 27 Id„ ibid., V, 167 : des hommes de petite condition, de naissance obscure.
  • 28 Id., ibid. : hac una tamen fiducia civitatis... hanc sibi rem praesidio sperant futurum.
  • 29 D’Arms, Social Standing, p. 22, invoquant les textes de CIC., Paradig. Stoïc., 46 : qui honeste re (...)
  • 30 A. Hesnard et P. A. Gianfrotta, Les bouchons d’amphores en pouzzolane, dans Amphores romaines et h (...)

8Une telle présence n’est pas faite pour nous étonner. Plutarque cite l’affranchi de Caton l’Ancien, Quintion22, qui lui sert d’intermédiaire et qui fait des affaires avec les emprunteurs auprès de qui il navigue23. Les affranchis jouent le rôle de représentants24 de personnages plus importants et plus distingués. Ils peuvent former une societas avec un parent : frère, par exemple les A.A. Atinii (no 7), les C.C. Atinii (no 8), les Q.Q. Caecilii (no 15), les M. et L. Claudii (no 17), les III Iunii (no 34), ou avec tout autre individu, comme Nonius et Utilis (no 44), Proculus et Urbicus (no 51), Sabinus et Avitus (no 54), qu’il soit esclave, affranchi ou libre25. Une societas peut donc être hétérogène et les mercatores de Puteoli26 se plaignent des mauvais traitements infligés à des libres, à des affranchis et aux affranchis d’affranchis. Parmi les mercatores de saumure hispanique, on pourrait classer comme esclaves Nonius et Utilis (no 44), Proculus et Urbicus (no 50), Sabinus et Avitus (no 54), Insequens (no 29), Iosippus (no 30). Nul doute que dans ces cas nous ne puissions pas identifier ces mercatores de basse extraction, ignobiles. Doit-on leur appliquer la formule de Cicéron27 : homines tenues, obscuro locoi nati, où s’étale certes la morgue sénatoriale de l’homo novus à l’égard d’individus qui sont cependant citoyens ; ils se fient à ce titre pour s’estimer en sûreté28. Ainsi, avec juste raison, J. d’Arms29 en appelle du jugement abrupt d’A. Hesnard30. En tout cas, les mercatores de saumure hispanique appartiennent à un milieu social inférieur à celui que caractérise Cicéron dans les Verrines.

  • 31 A. E. Astin, The Atinii, dans Hommages à Marcel Renard, II, Bruxelles, 1969, p. 34-39. Cic., Phil. (...)
  • 32 A. Tchernia, D. Caecilius Hospitalis et M. Iulius Hermesianus (CIL VI, 1625b et 20 742), dans Prod (...)
  • 33 CIL X, 1934.
  • 34 D’Arms, Social Standing, p. 140.
  • 35 Martin-Kilcher, p. 406 (p. 32).

9Il faut toutefois se garder de généralisations hâtives. Certains mercatores se laissent identifier, tels les Atinii, qu’ils soient les frères Auli (no 7) ou les frères Caii (no 8), et qui, originaires d’Aricie31, auraient pu émigrer vers la Campanie, ou bien les frères Q.Q. Caecilii (no 15) qui appartiennent à une branche des Caecilii, connus à Rome et à Astigi aussi comme marchands d’huile32. Comme eux, certains de ces mercatores sont polyvalents, transportant saumure et huile : C. Hostius Agathemerus (no 18) est dit olearius sur une inscription de Pouzzoles33 ; A. Atilius Macer (no 6), les A.A. Atinii (no 7), P. Attius Severus (no 9), A.A. [...] Victor (no 10), C. ou P. Nonius Omullus (no 43), P. Pompeius Eros (no 48), transportant plusieurs marchandises, se placent au-dessus des mercatores, spécialistes d’un seul produit34. C. Sempronius Fuscus (no 56)35, qui exporte jusqu’à Augst et Londres, appartient à une famille en vue de Bétique. Les inscriptions peintes aident ainsi à tracer les routes commerciales fréquentées par ces marchands.

IV. Mercatores, negotiatores

  • 36 B. Liou et J.-M. Gassend, L'épave Saint-Gervais 3 à Fos-sur-Mer (milieu du iie siècle ap. J.-C.). (...)
  • 37 Tchernia, D. Caecilius Hospitalis, p. 159 identifie negotiator et diffusor olearius, tout en resta (...)
  • 38 Rodríguez Almeida, Mercatores, passim.

10Marchands ou négociants ? La question mérite d'être posée car B. Liou36, à la suite d’A. Tchernia37 et d’E. Rodriguez Almeida38, a opté pour une parfaite identité entre mercator, negotiator et diffusor olearius.

  • 39 D’Arms, Social Standing, p. 24.
  • 40 Cic., Pro Plancio, 64 : courtois envers les négociants, juste avec les marchands ; P. Grimal tradu (...)
  • 41 É. Deniaux, Clientèles et pouvoir à l’époque de Cicéron (Coll. ÉFR, 182), Rome, 1993. Voir aussi C (...)
  • 42 Rougé, p. 280.

11A priori, si on laisse pour l’instant de côté diffusor olearius, le vocabulaire latin ne fait place à aucune ambiguïté. Un mercator ne saurait être un negotiator et J. d’Arms a raison39 d’affirmer qu’il s’agit de catégories sociales différentes. Cicéron les distingue, sans sacrifier à un mouvement oratoire ou à une afféterie de style : negotiatoribus comis, mercatoribus iustus40. Le negotiator s’occupe des negotia, c’est-à-dire d’affaires qu’il mène de façon convenable pour sa dignitas. Le mercator est de rang inférieur, qualifiant des viri municipales, des provinciaux et des affranchis. La différence essentielle entre les deux catégories d’activité réside dans la multiplicité des affaires lucratives d’un negotiator et l’étendue de sa sphère d’action telle qu’É. Deniaux41 les a définies pour l’époque cicéronienne. Les negotia dépassent largement le seul transport de marchandises et impliquent la plupart du temps des questions foncières et le recouvrement de créances. Certes, le sens du mot a pu évoluer vers une liaison étroite avec le commerce maritime comme J. Rougé42 l’a noté pour l’époque de Tacite, et vers une spécialisation manifestée par un adjectif, tel negotiator salsarius. En tout cas, au milieu du iie siècle, la différence entre mercator et negotiator existe pour les salaisons et sauces de poisson autant que pour l’huile.

  • 43 CIL II, 1474.
  • 44 CIL VI, 1625b = ILS, 1340.
  • 45 A. Stein, Die Präfekten von Ägypten in der römischer Kaiserzeit, Berne, 1950 (= Stein), p. 78-80.
  • 46 H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1960 (= (...)
  • 47 CIL XV, 3762-3764 (datés de 145 et 147) ; CIL XV, 3769-3781 (six fragments datés de 154).

12L’exemple des D. Caecilii nous est offert par les inscriptions peintes sur les amphores à huile Dressel 20. Nous connaissons ces Caecilii implantés à Astigi (Écija)43. Or, on retrouve un D. Caecilius Hospitalis, curator du puissant syndicat des negotiatores olearii ex Baetica, qui dresse une statue à M. Petronius Honoratus, préfet d’Égypte et ancien préfet de l’annone44. La dédicace se place entre le 28 août 147 et le 11 novembre 148, dates limites de sa préfecture d’Égypte45, sa préfecture de l’annone intervenant avant 14746, ce qui est parfaitement cohérent avec les expéditions d’huile retrouvées au Testaccio47. Donc seul un negotiator olearius pouvait être curateur du syndicat des negotiatores olearii. D. Caecilius Hospitalis avait certainement eu des relations d’affaires avec l’administration de l’annone.

  • 48 CIL VI, 9677.
  • 49 J. Muñiz Coello, Aspectos sociales y económicos de Malaca romana, dans Habis.VI, 1975, p. 241-252.
  • 50 CIL II. 1970 = ILS, 1341 ; Pflaum, p. 274-279, no 113.
  • 51 Pavis d’Escurac, p. 242.
  • 52 Stein, p. 76-78.
  • 53 CIL II, 1971.
  • 54 Pflaum, p. 279, suivi par Pavis d’Escurac, p. 342. Pourquoi Curtis, Garum and Salsamenta, p. 63, 1 (...)
  • 55 Éclairés par R. P. Saller, Personal Patronage under the Early Empire, Cambridge, 1982.

13Comment ne pas évoquer la destinée parallèle du negotiator salsarius, P. Clodius Athenio48, lui aussi un affranchi, élu président quinquennalis du syndicat des négociants de Malaca ; il s’est installé à Rome, où lui et son épouse ont construit de leur vivant un mausolée pour eux-mêmes, leurs enfants, leurs affranchis et pour leur double postérité. Il s’agit d’un négociant du port de Bétique49, très lié au procurateur financier ducénaire de Bétique, L. Valerius Proculus50, que Malaca a choisi pour patron, et qui par la suite est devenu préfet de l’annone51 en 144 et préfet d’Égypte, du 12 mai 144 à avril 14752. Quand il atteint cette fonction, les citoyens de Malaca décident de l’honorer d’une statue et d’en consacrer une autre à son épouse Valeria Lucilla53, grâce à une collecte. Précisément, P. Clodius Athenio rembourse l’argent de la collecte ; un tel geste montre la force et la continuité de son attachement à celui qui a joué au long de sa carrière un rôle décisif dans les intérêts commerciaux de la république malacitaine. Point n’est besoin de croire que L. Valerius Proculus était originaire de cette ville54. Les liens sociaux55 suffisent à expliquer ces dédicaces.

V. Mobilité géographique

  • 56 Tchernia, D. Caecilius Hospitalis, p. 160.

14Il n’est pas facile de localiser ces mercatores et ces negotiatores : ils semblent mobiles par définition, comme A. Tchernia l’avait remarqué incidemment56. Nous avons déjà l’exemple de P. Clodius Athenio qui, venant de Malaca, s’installe définitivement dans la capitale. N’oublions pas que les mercatores sont embarqués et veillent au bon acheminement de la marchandise, dont ils se portent garants, vers les ports de déchargement, essentiellement Ostie pour Rome, ou bien vers les ports où s’effectuent les transbordements sur des bateaux fluviaux, comme le couloir Rhône-Saône et les camps légionnaires du limes rhénan.

  • 57 J.-P. Bost, M. Campo, D. Colls, V. Guerrero et F. Mayet, L’épave Cabrera III (Majorque). Échanges (...)
  • 58 R. Étienne et P. Rouillard, L’emporion chez Strabon, dans L'Emporion (Textes réunis par A. Bresson (...)
  • 59 Sept pour l’huile, deux pour les saumures ; un mercator d’huile signe aussi les amphores à vin (Q. (...)
  • 60 CIL IV, 5611-5616.
  • 61 CIL IV, 5618 b, c, d.
  • 62 CIL IV, 10284 a, b, c.

15Mais d’où partent les bateaux et où s’embarquent les mercatores ? Les épaves nous enseignent que les navires au long cours partent à pleine charge d’un port-emporion, où les diverses marchandises étaient entreposées. L’hétérogénéité d’une cargaison ne signifie nullement qu’elle est le résultat d’un cabotage en divers lieux, où l’on aurait chargé des denrées diverses. L’étude du chargement de l’épave Cabrera III nous a convaincus du contraire57. La cargaison a été constituée en une seule fois et elle devait être livrée complète, pour éviter de déséquilibrer le bateau. Seul un emporion de grand renom et de grande capacité, tel que Gadès (Cadix), pouvait remplir cet office de port d’attache58. Dans ce port, proche des côtes de la Lusitanie et au débouché du Baetis (Guadalquivir), les horrea accueillaient logiquement amphores à huile de Bétique et amphores à saumure de Lusitanie. De Claude à 257, de l’épave Port-Vendres II à l’épave Cabrera III, la cargaison hétérogène fait une part importante aux salaisons et sauces de poisson et conduit à croire que c’est à Gadès que les mercatores se rencontraient et décidaient du chargement complet du navire. On ne peut pas croire que seul le hasard guidait leur entente, essentiellement commerciale : ils étaient neuf sur le bateau Port-Vendres II59. D’autre part, on comprend que le nom du producteur soit inscrit en bas de l’anse de l’amphore, en diagonale. Cette origine du producteur est une garantie pour le produit ; il était aisé au mercator de constituer le lot des amphores à expédier : Valerius Abinnericus (no 59) choisit les saumures confectionnées par Clarus d’Ossonoba60 (Faro), par Cornelia61 et Vitalis62 dont les installations pourraient être situées dans ce même secteur urbain.

  • 63 Étienne-Rouillard, p. 24.
  • 64 J. H. d’Arms, Senator’s involvement in commerce in the later Republic. Some ciceronian evidence, d (...)
  • 65 A. Tchernia, Les fouilles sous-marines de Planier (Bouches-du-Rhône), dans CRAI, 1969, p. 292-309.
  • 66 Cic., Ad Att., 5, 2, 2 : non vidisti igitur hominem inquies. Qui potui non videre cum per emporium (...)
  • 67 H. W. Frederiksen, s.v., dans RE, 23, 1959, col. 2044-2054. J. H. d’Arms, Puteoli in the Second Ce (...)
  • 68 Étienne-Rouillard, p. 25 et 30.

16Les ports-emporia maritimes à l’époque de Strabon sont relativement nombreux : Malaca, cher à P. Clodius Athenio, figure dans le corpus strabonien63. Cette doctrine du chargement complet a été formulée dubitativement par J. d’Arms64 à propos de Puteoli (Pouzzoles) à l’époque cicéronienne. Sur l’épave Planier III65, datée de la fin de la République, se rencontrent les amphores à vin de M. Tuccius Galeo, fabriquées dans la région d’Apani, proche de Brindes (Brindisi), et les restes de produits colorants de C. Vestorius, ami de Cicéron, originaire de Puteoli. J. d’Arms pose clairement le problème : ou bien le bateau a commencé son voyage à Brindes, où il a chargé les amphores à vin, puis s’est arrêté à Puteoli pour embarquer les produits de C. Vestorius ; ou bien alors, c’est un premier bateau qui a convoyé les amphores vinaires jusqu’à Puteoli où le bateau Planier III a reçu son chargement complet à partir des entrepôts. À vrai dire, un texte de Cicéron66 suffit à tirer J. d’Arms de son embarras. Puteoli67 est un emporium où se concentraient les marchandises que l’on exporte ensuite. La mention de l'emporium des gens de Puteoli est conforme à la dénomination des autres emporia68 et la cité campanienne est donc un marché d’échanges commerciaux, un lieu de concentration humaine et un pôle de richesses.

  • 69 R. Étienne et F. Mayet, Cartographie critique des établissements de salaisons de poisson dans la P (...)

17Ainsi les mercatores de saumure sont placés à tous les endroits stratégiques du trafic. Sans exclure les enquêtes auprès des producteurs – et ils n’avaient que l’embarras du choix69 – ils étaient présents dans les ports d’expédition, tels Gadès et Malaca, en second lieu sur les bateaux et enfin dans les ports de réception, comme Ostie et Rome, où ils retrouvaient leurs mandants, les negotiatores salsarii, et aussi aux points de rupture de charge : Narbonne, Arles, Marseille, par exemple. Il est regrettable que les documents nous manquent pour dessiner avec encore plus de certitude cette activité marchande.

VI. Le dynamisme de la société hispano-romaine

  • 70 R. Étienne, Y. Makaroun et F. Mayet, avec la collaboration de G. Hennequin, M. da C. Lopes et C. T (...)
  • 71 Étienne-Mayet, Cartographie, site no 9. Voir le volume dirigé par F. Molina Fajardo, Almuñécar. Ar (...)
  • 72 L’inscription, publiée par M. Pastor Muñoz et A. Mendoza Eguarras, Inscripciones de la provincia d (...)
  • 73 CIL II, 1944 = ILS, 6914.
  • 74 D’Arms, Social Standing, p. 109, 127.
  • 75 R. Sanquer, Une nouvelle lecture de l’inscription à Neptune trouvée à Douarnenez (Finistère) et l’ (...)
  • 76 E. W. Haley, The Fish Sauce Trader, L. Iunius Puteolanus, dans ZPE, 80,1990, p. 72-78.

18Au total, le monde des marchands de saumure hispanique illustre le dynamisme social autant qu’économique de la société hispano-romaine. Déjà les producteurs de salaisons et de sauces de poisson, si nombreux sur la côte méridionale de la Péninsule Ibérique, appartiennent à des couches sociales contrastées : à côté de petits propriétaires dont les capacités de production sont limitées, de grands propriétaires intègrent de véritables usines à l’architecture imposante de leurs demeures. Nous avons pu le démontrer pour le complexe industriel de Trôia70 et un autre exemple est fourni par le quartier des bassins de salaisons de Sexi (Almuñécar), El Majuelo71 ; malgré l’absence de relevé topographique précis et complet, on peut y reconnaître une dizaine d’ensembles de production. On y a découvert la base monumentale d’une statue honorant un citoyen de la ville, élu prêtre provincial du culte impérial de Bétique72. Une telle promotion prouve la richesse de son détenteur autant que la considération sociale qui s’attachait à sa personne. Certes, il est naturel que, dans ce quartier où il était connu comme producteur de salaisons et sauces de poisson, sa “profession” ne figure pas dans l’elogium privé décerné par ses compatriotes. Ses amphores s’exportaient soit de Malaca, soit de Gadès. À un degré inférieur, nous rencontrons L. Iunius Puteolanus73, dont les ancêtres sont sans doute originaires de Puteoli (Pouzzoles) et qui s’est installé à Suel (Fuengirola). Il y a reçu tous les honneurs qu’un affranchi peut recevoir ; il honore l’empereur en tant que sevir augustalis, ce qui le place au premier rang des libertini74. La dédicace Neptuno Augusto, qui rappelle celle qui a été rencontrée près de Douamenez75, laisse supposer une activité liée à la mer et sans doute aux salaisons, sans qu’on puisse suivre E. W. Haley76 qui y voit un marchand de saumure ; il appartient plutôt au monde des producteurs. Il a succombé à l’attraction de la zone méridionale des bassins de salaisons hispaniques et s’est taillé une place confortable dans la société hispano-romaine de Suel.

19Les mercatores, souvent originaires d’une ville hispanique, d’une façon générale, ne font pas partie du collège des sévirs augustaux : nous devons donc les classer dans une catégorie sociale inférieure, même si leur rôle est déterminant dans l’organisation du commerce. En effet, nous devons nous interroger sur leur influence dans la normalisation des formes d’amphores, déterminantes pour que le volume de la cargaison soit le plus important et que soit assurée la stabilité du bateau transporteur. Ce sont ces mercatores qui embarquent et sont responsables de la marchandise qu’ils convoient. Présents dans le port-emporion de départ, ils doivent connaître les autres marchands avec qui ils dressent un inventaire du chargement complet. Ils ne peuvent que former une societas pour partager les risques du voyage maritime et chaque bateau exige une societas particulière. Naturellement, ils doivent garantir, au port de débarquement ou au port de rupture de charge, la livraison intacte du produit et le nombre exact des amphores embarquées.

  • 77 G. Fabre, Libertus. Recherches sur les rapports patron-affranchis à la fin de la République romain (...)
  • 78 D’Arms, Social Standing, p, 141 sq., dont la position est nuancée.
  • 79 CIL XIII, 1942 = ILS, 7029.
  • 80 Rougé, p. 252,
  • 81 On peut invoquer l’exemple d’un natif de Pouzzoles, esclave, qui a choisi Ostie la “bienheureuse” (...)

20Même si, en tant qu’affranchis, ils doivent des comptes à leurs patrons dont ils sont les prête-noms et les intermédiaires, il ne faut pas taire leur liberté d’initiative : au cours des siècles, les mercatores se sont affranchis des obsequia dus à leurs anciens maîtres77. Même si nos documents appartiennent essentiellement au début de l’Empire, nous souscrivons aux remarques de J. H. d’Arms78 sur leur progressive autonomie et sur la constitution d’une “classe” économique et sociale intermédiaire, décisive dans le fonctionnement de la société hispano-romaine. La liberté vient aux mercatores de leur mobilité géographique. Un naviculaire, originaire de Lyon, domo Roma, est sévir à Lyon79 et à Pouzzoles ; son bateau était sans doute rattaché à Pouzzoles80 et son trafic l’invitait à résider dans la capitale. Il possédait à Lyon une familia et deux de ses affranchis, Nereus et Palaemon, portant des cognomina aux consonances marines, honorent ses Mânes. De telles ruptures avec le lieu de naissance encouragent l’émancipation des affranchis81.

  • 82 CIL XIV, 397. R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford, 1960, p. 215 : seviro Augustali, negotiator ex Hispa (...)
  • 83 D’Arms, Social Standing, p. 178 ; son épouse est Numisia Mercatilla.

21Toutefois nous n’avons pas pu accrocher le point de passage entre mercator et negotiator. C’est ce dernier qui monte le plus haut dans l’échelle sociale, qui va d’Astigi, de Malaca à Rome, de l’Hispania citerior à Ostie : celui-ci, L. Numisius Agathemerus82, a été accueilli dans le corps des sévirs augustaux de la ville où il s’installe83. Nous l’avons déjà noté pour L. Iunius Puteolanus. Ainsi se tisse au travers du commerce des saumures, produit essentiel à la bonne santé des habitants de cette époque, un réseau de relations qui donne aux élites marchandes un rôle moteur dans la richesse de l’Empire : l’appât du gain, le lucrum, conduit, quel que soit le siècle, l’aventure humaine.

Notes

1 A. Héron de Villefosse, Deux armateurs narbonnais, Sex. Fadius Secundus et P. Olitius Apollonius, dans Mémoires de la Société Nationale des Antiquaires de France, LXXIV, 1915, p. 153-180. Identification déjà proposée par P. Remark, De amphorarum inscriptionibus latinis quaestiones selectae, Bonn-Tübingen, 1912, p. 11.

2 Suivant l’habitude adoptée par H. Dressel, dans CIL XV, II, 1.

3 Nous adoptons la terminologie employée par B. Liou, p. 50 dans L’épave Port-Vendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude (Archaeonautica, 1, 1977) (= Épave Port-Vendres II), plutôt que de parler de navicularii ; voir aussi id., ibid., p. 91 et note 247.

4 Essentiellement E. Rodriguez Almeida, Novedades de epigrafía anforaria del Monte Testaccio, dans Recherches sur les amphores romaines (Coll. ÉFR, 10), Rome, 1972, p. 107-241 ; id., Monte Testaccio : i mercatores dell’olio della Bética, dans MEFR (A), 91, 1979, p. 873-975 (= Rodríguez Almeida, Mercatores).

5 Dans l’épave Sud-Lavezzi 2 (Bonifacio, Corse-du-Sud), les deux tiers des amphores transportaient sauces ou conserves de poisson : B. Liou et C. Domergue, Le commerce de la Bétique au ier siècle de notre ère. L’épave Sud-Lavezzi 2 (Bonifacio, Corse-du-Sud), dans Archaeonautica, 10, 1990, p. 11-123, p. 43, 122 ; le reste des amphores contenait huile et vin.

6 H. Dressel, CIL XV, II : Inscriptiones Vrbis Romae Latinae. Instrumentum domesticum. Partis posterions fasciculus I, Berlin, 1899.

7 F. Zevi, Appunti sulle anfore romane, I. La tavola tipologica del Dressel, dans Archeologia Classica, XVIII, 1966, p. 208-247, pl. LXXVIII-LXXXI (= Zevi).

8 CIL IV, Berlin, 1871 (R. Schone) ; Suppl. II, 1898 (A. Mau) ; Suppl. III, 3, 1963 (M. della Corte) ; Suppl. III, 4, 1970 (M. della Corte, F. Weber et R Ciprotti).

9 E. Pélichet, À propos des amphores romaines trouvées à Nyon, dans Zeitschr. Schweiz. Arch. u. Kunstgesch., 8,1946, p. 189-202.

10 M. Beltrán Lloris, Las ánforas romanas en España (Monografías arqueológicas, VII), Saragosse, 1970.

11 Nous la reprendrons dans un futur ouvrage.

12 Nous suivons, comme l’a déjà fait B. Liou, Épave Port-Vendres II, p. 51, la nomenclature établie par H. Dressel pour les inscriptions peintes sur amphores Dressel 20.

13 B. Liou, dans Archaeonautica, 7,1987, p. 114-116 (Al).

14 Cette découverte est à mettre au compte de B. Liou dans Épave Port-Vendres II, p. 93-103.

15 R. Étienne et F. Mayet, Le garum à Pompéi. Production et commerce, dans RÉA, C, 1998.

16 R. Étienne et F. Mayet, Le garum à la mode d’Aulus Umbricius Scaurus, dans Alimenta. Estudios en homenaje al Dr Michel Ponsich (Geriόn, Anejos III), Madrid, 1991, p. 187-194.

17 S. Martin-Kilcher, Die römischen Amphoren aus Augst und Kaiseraugst. Ein Beitrag zur romischen Handels-und Kulturgeschichte, 2. Die Amphoren fiir Wein, Fischsauce, Südfrüchte (Gruppen 2-24), Augst, 1994 (= Martin-Kilcher).

18 C. Giordano-A. Casale, Iscrizioni pompeiane inedite scoperte tra gli anni 1954-1978, dans Atti della Accademia Pontiniana, n.s., XXXIX, 1990, p. 273-378. En revanche, nous avons laissé de côté l’inscription peinte sur une amphore Dressel 14 de l’épave Pecio Gandolfo (Almerίa), où la lecture du nom du mercator paraît très problématique, puisque son interprétation varie d’une publication à une autre : R. Pascual Guasch, Dos ánforas del pecio Gandolfo, dans Zephyrus, XI, 1960, p. 205-209. Id., El pecio Gandolfo (Almerfa), dans Pyrenae, IV, 1968, p. 141-155 ; Id., Arqueología submarina en Andalucía (Almerfa y Granada), dans Ampurias, XXXIII-XXXIV, 1971-1972, p.321-334.

19 Voir, en général, T. R. S. Broughton, Trade and Traders in Roman Spain, dans I. A. S. Evan (éd.), Polis and Imperium (Studies in Honour of E. T. Salmon), Toronto, 1974, p. 11-30, et plus particulièrement J. H. d’Arms, Commerce and Social Standing in Ancient Rome, Cambridge, Massachussets, 1981, p. 72-96 (= D’Arms, Social Standing) et R. I. Curtis, Garum and Salsamenta. Production and Commerce in Materia medica (Studies in Ancient Medicina, 3), Leyde, 1991 (= Curtis, Garum and Salsamenta), chap. VI, Producers and Merchants, p. 148-158.

20 J. Rougé, Recherches sur l'organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l’Empire romain, Paris, 1966 (= Rougé) en tire une conclusion erronée : il croit à la mainmise des Orientaux sur ce commerce.

21 H. Solin, Die grieschischen Personennamen in Rom. Ein Namenbuch, Berlin, 1982.

22 Plut., Cat. Mai., 21,5-6.

23 Cic., II Verr., V, 167 : les mercatores voyagent sur mer. Phaeton, affranchi de Quintus, frère de Cicéron, est sur un autre bateau que son maître : Ad Attic., III, 8.

24 D’Arms, Social Standing, p. 40.

25 Cic., Paradig. Stoïc., 46 : qui cum servis, cum libertis, cum clientibus societates.

26 Id., II Verr.,V, 154.

27 Id„ ibid., V, 167 : des hommes de petite condition, de naissance obscure.

28 Id., ibid. : hac una tamen fiducia civitatis... hanc sibi rem praesidio sperant futurum.

29 D’Arms, Social Standing, p. 22, invoquant les textes de CIC., Paradig. Stoïc., 46 : qui honeste rem quaerunt mercaturis faciundis, II Verr., V, 154 : mercatores, homines locupletes atque honesti, constat qui s’applique aux marchands de Pouzzoles.

30 A. Hesnard et P. A. Gianfrotta, Les bouchons d’amphores en pouzzolane, dans Amphores romaines et histoire économique. Dix ans de recherche (Actes du colloque de Sienne, 1986) (Coll. ÉFR, 114), Rome, 1989 (= Colloque de Sienne), p. 393-441.

31 A. E. Astin, The Atinii, dans Hommages à Marcel Renard, II, Bruxelles, 1969, p. 34-39. Cic., Phil., III, 16.

32 A. Tchernia, D. Caecilius Hospitalis et M. Iulius Hermesianus (CIL VI, 1625b et 20 742), dans Producción y comercio del aceite en la Antigüedad (Primer Congreso Internacional), Madrid, 1980, p. 155-160 (=Tchernia, D. Caecilius Hospitalis) ; S. Panciera, Olearii (= Panciera, Olearii), dans The Seaborne Commerce of Ancient Rome. Studies in Archaeology and History (MAAR, XXXVI) (= Seaborne Commerce), Rome, 1980, p. 235-250, p. 242. À Rome : CIL VI, 1625b, D. Caecilius Hospitalis, connu au Testaccio, CIL XV, 3762-3784 ; à Astigi (Écija) : CIL II, 1474. Il faudrait revenir sur les positions aventurées de J. Remesal Rodríguez, Questiones en torno a la epigrafía anfórica de la Bética, dans Colloque de Sienne, p. 489-503. Un autre individu, D. Caecilius Onesimus, diffusor olearius ex Baetica, devient viator, apparitor Augustorum, fonction réservée à un personnel d’origine servile, ce qui confirme donc le statut des Caecilii.

33 CIL X, 1934.

34 D’Arms, Social Standing, p. 140.

35 Martin-Kilcher, p. 406 (p. 32).

36 B. Liou et J.-M. Gassend, L'épave Saint-Gervais 3 à Fos-sur-Mer (milieu du iie siècle ap. J.-C.). Inscriptions peintes sur amphores de Bétique. Vestiges de la coque, dans Archaeonautica, 10, 1990, p. 157-264, p. 205.

37 Tchernia, D. Caecilius Hospitalis, p. 159 identifie negotiator et diffusor olearius, tout en restant prudent, tandis que Panciera, Olearii, p. 243 demeure dubitatif.

38 Rodríguez Almeida, Mercatores, passim.

39 D’Arms, Social Standing, p. 24.

40 Cic., Pro Plancio, 64 : courtois envers les négociants, juste avec les marchands ; P. Grimal traduit avec les intermédiaires.

41 É. Deniaux, Clientèles et pouvoir à l’époque de Cicéron (Coll. ÉFR, 182), Rome, 1993. Voir aussi Cl. Feuvrier-Prévotat, Negotiator et mercator dans le discours cicéronien : essai de définition, dans DHA, 7, 1981, p. 367-403.

42 Rougé, p. 280.

43 CIL II, 1474.

44 CIL VI, 1625b = ILS, 1340.

45 A. Stein, Die Präfekten von Ägypten in der römischer Kaiserzeit, Berne, 1950 (= Stein), p. 78-80.

46 H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1960 (= Pflaum), p. 285-286, no 117 ; É. Pavis d’Escurac, La préfecture de l'annone, service administratif impérial d’Auguste à Constantin (BÉFAR, 226), Rome, 1976 (= Pavis d’Escurac), p. 343-344.

47 CIL XV, 3762-3764 (datés de 145 et 147) ; CIL XV, 3769-3781 (six fragments datés de 154).

48 CIL VI, 9677.

49 J. Muñiz Coello, Aspectos sociales y económicos de Malaca romana, dans Habis.VI, 1975, p. 241-252.

50 CIL II. 1970 = ILS, 1341 ; Pflaum, p. 274-279, no 113.

51 Pavis d’Escurac, p. 242.

52 Stein, p. 76-78.

53 CIL II, 1971.

54 Pflaum, p. 279, suivi par Pavis d’Escurac, p. 342. Pourquoi Curtis, Garum and Salsamenta, p. 63, 152 et 157, insiste-t-il, à tort, sur sa résidence à Ostie ?

55 Éclairés par R. P. Saller, Personal Patronage under the Early Empire, Cambridge, 1982.

56 Tchernia, D. Caecilius Hospitalis, p. 160.

57 J.-P. Bost, M. Campo, D. Colls, V. Guerrero et F. Mayet, L’épave Cabrera III (Majorque). Échanges commerciaux et circuits monétaires au milieu du iiie siècle après Jésus-Christ (Publications du Centre Pierre Paris, 23), Paris 1992, p. 200-201.

58 R. Étienne et P. Rouillard, L’emporion chez Strabon, dans L'Emporion (Textes réunis par A. Bresson et P. Rouillard) (Publications du Centre Pierre Paris, 26), Paris, 1993 (= Étienne-Rouillard), p. 23-46.

59 Sept pour l’huile, deux pour les saumures ; un mercator d’huile signe aussi les amphores à vin (Q. Urittius Revocatus).

60 CIL IV, 5611-5616.

61 CIL IV, 5618 b, c, d.

62 CIL IV, 10284 a, b, c.

63 Étienne-Rouillard, p. 24.

64 J. H. d’Arms, Senator’s involvement in commerce in the later Republic. Some ciceronian evidence, dans Seaborne Commerce, p. 77-89, p. 80 ; id., Social Standing, p. 48-55.

65 A. Tchernia, Les fouilles sous-marines de Planier (Bouches-du-Rhône), dans CRAI, 1969, p. 292-309.

66 Cic., Ad Att., 5, 2, 2 : non vidisti igitur hominem inquies. Qui potui non videre cum per emporium Puteolanorum iter facerem ? in quo illum agentem aliquid credo salutavi. En traduisant “en traversant le marché de Pouzzoles”, l’éditeur de CUF, Cic., Corr., III, p. 209, offre une traduction trop réductrice.

67 H. W. Frederiksen, s.v., dans RE, 23, 1959, col. 2044-2054. J. H. d’Arms, Puteoli in the Second Century of the Roman Empire. A Social and Economic Study, dans JRS, 64,1974, p. 104-124. Le Périple de la Mer Érythrée apporte la démonstration que des emporia indiens recevaient les marchandises d’autres emporia, avant de les réexporter. Voir R. Étienne. Emporio, s.v., dans Enciclopedia italiana Treccani.

68 Étienne-Rouillard, p. 25 et 30.

69 R. Étienne et F. Mayet, Cartographie critique des établissements de salaisons de poisson dans la Péninsule Ibérique, à paraître dans Congrès National des Sociétés Savantes (Nice, 1996) (= Étienne-Mayet, Cartographie).

70 R. Étienne, Y. Makaroun et F. Mayet, avec la collaboration de G. Hennequin, M. da C. Lopes et C. Tavares da Silva, Un grand complexe industriel à Tróia (Portugal), Paris, 1994 (= Tróia), p. 118-119 : Tróia arrive aisément en tête de tous les centres de production connus en Occident.

71 Étienne-Mayet, Cartographie, site no 9. Voir le volume dirigé par F. Molina Fajardo, Almuñécar. Arqueología e historia. Grenade, 1984, p. 185-204.

72 L’inscription, publiée par M. Pastor Muñoz et A. Mendoza Eguarras, Inscripciones de la provincia de Granada, Grenade, 1987, no 8, p. 32-37, pl. VII et VIII, et oubliée par l’AE, sera réexaminée par R. Étienne dans un prochain numéro de la ZPE.

73 CIL II, 1944 = ILS, 6914.

74 D’Arms, Social Standing, p. 109, 127.

75 R. Sanquer, Une nouvelle lecture de l’inscription à Neptune trouvée à Douarnenez (Finistère) et l’industrie du garum armoricain, dans Annales de Bretagne, LXXX, 1973, p. 215-236, p. 226.

76 E. W. Haley, The Fish Sauce Trader, L. Iunius Puteolanus, dans ZPE, 80,1990, p. 72-78.

77 G. Fabre, Libertus. Recherches sur les rapports patron-affranchis à la fin de la République romaine (Coll. ÉFR, 50), Rome, 1981, p. 342-352, tout en reconnaissant cet affranchissement, continue à souligner la dépendance vis-à-vis du patron.

78 D’Arms, Social Standing, p, 141 sq., dont la position est nuancée.

79 CIL XIII, 1942 = ILS, 7029.

80 Rougé, p. 252,

81 On peut invoquer l’exemple d’un natif de Pouzzoles, esclave, qui a choisi Ostie la “bienheureuse” pour résidence. G. Barbieri, Una nuova epigrafe d’Ostia, ricerche sugli acrostici, dans Quarta miscellanea greca e romana, Rome, 1975, p. 301-403 : natus ego in patriam, Puteolana stipe creatus... selecta mihi domus est felix Ostia = AE, 1975, 136.

82 CIL XIV, 397. R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford, 1960, p. 215 : seviro Augustali, negotiator ex Hispania citeriore.

83 D’Arms, Social Standing, p. 178 ; son épouse est Numisia Mercatilla.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Principales amphores à saumure hispanique. 1-4 : Dressel 7/11 ; 5 : Dressel 12 ; 6 et 7 : Beltrán IIA et IIB.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Fig. 2. Emplacement des diverses inscriptions sur amphores à saumure hispanique.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8363/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 3. Modèle théorique d’inscriptions peintes sur amphores à saumure hispanique.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8363/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search