Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

5e partie. Économie

La place de tróia dans l’industrie romaine des salaisons de poisson

Note de l’éditeur

Extrait de Itinéraires lusitaniens. Trente années de collaboration archéologique luso-romaine (Actes de la réunion tenue à Bordeaux les 7 et 8 avril 1995), Paris, 1997, p. 195-208 (co-auteur F. Mayet).

Texte intégral

1Lorsqu’en 1989, Fernando Real, alors directeur du Département de l'Archéologie de l’IPPAR (Lisbonne), nous engagea à effectuer le relevé architectural d’un secteur anciennement fouillé du site de Tróia, nous pensions à la fois lui donner l’étude de base nécessaire avant la présentation et la conservation du monument et illustrer tout un pan du programme luso-français des industries de salaisons de la basse vallée du Sado. Nous connaissions déjà tout l’intérêt que présente ce site, situé sur une presqu’île sableuse, en face de l’actuelle ville de Setübal (la Caetobriga antique) ; notre intervention a ainsi démontré son importance non seulement en Lusitanie mais aussi dans l’Occident romain.

2Malgré la difficulté de publier un monument que l’on n’a pas fouillé soi-même, malgré l’impossibilité d’effectuer dans le sable des sondages profonds qui auraient précisé la date de sa première édification, nous avons reconnu trois phases d’utilisation pour lesquelles la fin de la première et donc le début de la seconde, ainsi que la fin de la dernière phase sont désormais datés. Les résultats obtenus constituent surtout des hypothèses de travail, points de départ nécessaires à la poursuite éventuelle de la fouille de ce complexe ; mais en tentant d’évaluer sa capacité de production et en la comparant avec les chiffres connus d’usines situées ailleurs en Lusitanie et aussi en Bétique et en Maurétanie, nous sommes obligés de reconnaître au site de Tróia une importance de premier plan qui devrait motiver les autorités à sauver ce témoignage unique du patrimoine industriel antique.

I. L’évolution architecturale du complexe industriel

  • 1 R. Étienne, Y. Makaroun et F. Mayet, avec la collaboration de G. Hennequin, M. de C. Lopes et C. T (...)

3Sans trop nous étendre sur les détails architecturaux que nous avons déjà publiés1, nous voudrions présenter rapidement les trois phases de construction dans la mesure où elles servent de bases à nos calculs de capacité de production. Partis de l’usine I (fig. 1), objet de notre étude au départ, nous avons dû étendre notre action au secteur thermal au sud, car l'apodyterium a été construit au-dessus d’un bassin de l’usine I, démontrant ainsi qu’ils appartenaient à un même propriétaire. Puis un nettoyage appuyé nous démontrait aussi que l’usine I était liée primitivement à l’usine II, située au nord, elle-même communiquant avec des entrepôts situés au nord sous le mausolée actuellement visible. Les dunes qui entourent les ruines en les recouvrant un peu plus chaque année nous ont contraints à nous arrêter là, laissant à une future fouille le soin de confirmer ou d’infirmer nos hypothèses.

Fig. 1. Secteur étudié (plan effectué par le topographe de l’IPPAR).

1. Première phase d’occupation (fig. 2)

4La première phase, que nous datons du milieu du ier siècle de notre ère à la fin du iie ou au début du iiie siècle, était constituée d’au moins deux salles de bassins et d’un entrepôt. Une grande salle, dont dix-neuf bassins ont été fouillés, se poursuit sous la dune de sable à l’est et correspond à l’usine I. Ces bassins sont disposés autour d’une cour centrale où se trouve un puits, de quatre mètres de profondeur, auquel on accède par un escalier de quinze marches et auquel est accolé un petit bassin réservoir. Ce sont de grands bassins, avec une profondeur variant de 1,91 à 2,40 mètres ; si l’un d’eux dépasse à peine les 10 mètres cubes, la plupart ont entre 20 et 25 mètres cubes de capacité et trois ont un volume de 35 mètres cubes. Le total fouillé est de 464,935 mètres cubes.

5Si nous restituons quatre ailes à cette salle – hypothèse crédible en raison du pilier en équerre de l’angle sud-est –, cette usine pouvait atteindre une capacité d’au moins 700 mètres cubes ; si les bassins n’existaient que sur trois côtés, on aurait 535 mètres cubes, ce qui est remarquable de toute façon. Les bassins et le couloir les encadrant vers l’intérieur devaient être couverts d’une toiture à un versant, alors que la cour centrale restait à ciel ouvert.

6Cette grande salle de bassins communiquait au nord avec une salle de bassins plus petite (dite usine II) par un passage étroit que nous avons retrouvé sous un mur construit plus tardivement. Cette deuxième salle est également incomplète et l’on voit les bassins se poursuivre sous la dune en direction de l’ouest. On peut voir qu’elle comptait initialement plus de onze bassins, partiellement fouillés ; plus petits que ceux de la salle précédente, ils ont une profondeur moyenne de 1,75 mètre. Leur volume varie entre 7,534 mètres cubes pour le plus petit et 18,484 mètres cubes pour le plus grand. Cette salle avait donc une capacité qui dépassait les 141,077 mètres cubes et elle était totalement couverte, comme le suggèrent les trois piliers situés au milieu de la cour.

7L’alignement des bassins est interrompu par deux autres passages ; l’un à l’est donnant soit vers des salles annexes du complexe industriel, soit vers la maison du maître ; l’autre au nord donnait accès à un entrepôt qu’un sondage a mis en évidence sous les murs du mausolée, avec encore visibles deux rangées d’amphores Dressel 14, alignées contre les murs et fichées verticalement dans le sable.

8Voici le plan provisoire de la première phase qu’il faudrait achever un jour de fouiller. Un ensemble thermal existait sans doute au sud, mais le bon état de conservation des thermes plus tardifs empêche d’en reconnaître le plan.

9Sous le Haut Empire, ce complexe industriel représentait donc une capacité totale de production d’au moins 600 mètres cubes et pouvait sans doute atteindre 750 mètres cubes.

2. Deuxième phase d’occupation (fig. 3)

10Les sondages effectués dans les bassins 1 et 15 ont permis de situer la fin de la première phase à l’extrême fin du iie ou au début du iiie siècle de notre ère (grâce à des vases en sigillée claire A). Les tuiles de la toiture, tombées à plat au fond de ces ceux bassins, indiquent un effondrement de la toiture à un moment où ces bassins étaient vides.

Fig. 2. Plan poché de la première phase d’occupation (Y. Makaroun).

Fig. 3. Plan poché de la deuxième phase d’occupation (Y. Makaroun).

11Le complexe industriel a été restauré en changeant totalement d’aspect. Les trois ailes visibles de l’usine I ont dès lors constitué trois unités séparées par des murs : l’unité IC au sud a conservé les bassins tels quels, sauf le premier à l’est qui a été englobé dans le secteur thermal en servant d’apodyterium, ce qui lui donnait une capacité de production de 158 mètres cubes ; l’unité IA à l’ouest a reçu trois nouveaux petits bassins d’à peine plus d’un mètre cube chacun et totalisait ainsi, avec les bassins de l’aile ouest, une capacité de production de 168 mètres cubes ; l’unité IB restait la seule à être liée avec l’usine II et avait de ce fait une plus grande capacité de production, supérieure à 223 mètres cubes.

12Les unités IA et IC demeurent liées entre elles d’une certaine façon puisqu’elles s’ouvrent toutes les deux sur la grande cour centrale où fonctionne toujours le puits. La présence de piliers s’appuyant aux bassins suggère qu'elles étaient couvertes d’une toiture à deux versants qui protégeait à la fois les bassins et les cours. Le sol de la cour IA a été recouvert d’un nouveau revêtement en opus signinum, laissant ouvertes trois cuvettes où l’on pouvait recueillir les déchets provenant de la préparation des poissons. L’usine IB/II semble au contraire tourner le dos aux deux autres, ainsi qu’à la cour. L’entrepôt au nord n’a pas été reconstruit à la même place, puisqu’un mausolée (appelé improprement columbarium) s’est élevé à cet emplacement, mausolée familial qui démontre que, si le complexe industriel a été remodelé en unités plus petites, l’ensemble n’en demeure pas moins entre les mains d’une seule et même famille.

3. Troisième base d’occupation (fig. 4)

  • 2 D’importants prélèvements de ces niveaux ont été portés au laboratoire d’ichtyologie du C.R.A. de (...)

13Il ne nous a pas été possible de dater la dernière transformation de ce complexe industriel ; seule la date de son abandon peut être située avec certitude vers le milieu du ve siècle de notre ère, grâce à deux sondages effectués dans les bassins 19 et 20, qui n’avaient jamais été vidés. La sigillée claire D rencontrée ne présente aucune forme tardive ni aucun décor estampé à motifs chrétiens. Curieusement, les fonds de ces deux bassins étaient revêtus d’une couche épaisse de résidus poissonneux, où l'on décelait des arêtes de poisson2, ce que nous n’avions pas trouvé au fond des bassins 1 et 15 de la première phase.

14La restructuration a été entraînée sans doute par la chute du mur séparant les unités IA et IB ; construit dans le bassin 15 alors abandonné, ses fondations déjetées vers le nord attestent ce fait. Il a été reconstruit sur la margelle nord du bassin 14 ; ce nouveau mur délimite, avec celui qui entoure les bassins de l’unité IB, un passage qui permettait d’accéder directement à la maison du maître.

15L’unité IC n’a reçu aucune transformation ; l’unité IA a vu certains de ses grands bassins être subdivisés en deux, trois ou quatre bassins. L’unité IB a perdu sa cour et resta liée à l’usine IL Cette dernière a subi également des modifications ; un certain nombre de bassins ont été subdivisés ; ces tout petits bassins présentent tous une légère cuvette de décantation sur la partie centrale de leur fond, phénomène que nous n’avons jamais constaté dans les grands bassins. D’autre part, la cour de cette usine II a été partagée en deux parties à un moment difficile à préciser mais sans doute tardif. Le sol de cette cour a été aussi rechargé, lors de la seconde ou de la troisième phase.

Fig. 4. Plan poché de la troisième phase d’occupation (Y. Makaroun).

16Le passage donnant vers l’est a dû être fermé à ce moment-là, ce qui s’explique par la présence du passage désormais ouvert entre les usines IA et IB.

17Voici l’évolution générale de ce complexe industriel, telle que nous pouvons la comprendre dans l’état actuel de la fouille. Cette vision se trouve quelque peu compliquée dans l’usine II où une occupation humaine se décèle au-dessus de l’abandon et du remplissage final des bassins, et donc postérieure au milieu du ve siècle. Des murs et des sols en opus signinum attestent cette occupation tardive, peut-être de caractère artisanal. Puis toute cette zone a été transformée en nécropole entourant le mausolée, au sud comme au nord.

II. L’apport a l’histoire économique

18Le travail effectué sur ce complexe industriel nous apporte déjà un certain nombre de conclusions provisoires que la poursuite de la fouille viendra, nous l’espérons, préciser, Nous les résumons brièvement.

1. Les solidarités chronologiques

  • 3 Le détail de la démonstration est exposé dans Un grand complexe industriel à Tróia, p. 30-33.
  • 4 C. Tavares da Silva, Producção de ânforas na área urbana de Setübal : a oficina do Largo da Miseri (...)
  • 5 F. Mayet et C. Tavares da Silva, Abul, Um estabelecimento orientalizante do sécolo VII a.C. no bai (...)
  • 6 Sur ce type d’amphore, voir F. Mayet, Les amphores lusitaniennes. État de la question, dans Les cé (...)

19Nous avons daté le début de l’industrie des salaisons de poisson à Tróia, et donc le début du complexe qui nous occupe, du milieu du ier siècle de notre ère grâce à l’étude de l’ensemble des céramiques sigillées découvertes sur l’ensemble du site de Tróia3. Sur la rive opposée du Sado, les premières productions d’amphores Dressel 14 sont datées de l’époque claudienne, à Setúbal4 comme sur le site d’Abul (Alcâcer do Sal)5. On peut dire que la première phase d’activité du complexe industriel étudié sur le site de Tróia correspond exactement à la période de fabrication de ce type d'amphores, dont la production s’achève au tournant des iie - iiie siècles de notre ère6, soit durant un siècle et demi.

  • 7 R. Étienne, Que transportaient donc les amphores lusitaniennes ?, dans Les amphores lusitaniennes. (...)

20La seconde phase d’activité débute au moment où de nouveaux types d’amphores – Almagro 50 et Almagro 51 c essentiellement – sont mis au point dans les ateliers situés sur la rive droite du Sado. On peut se demander si la diversification des conteneurs ne correspondrait pas à une diversification des produits transportés. Si l’amphore Dressel 14 avait une large embouchure, capable de laisser passer des morceaux de poisson importants, tels que des morceaux de thon, il n’en est plus de même pour les amphores du Bas Empire. La plupart de ces dernières ont une embouchure étroite et, de fait, les analyses effectuées sur les résidus d’amphores sous-marines démontrent qu’elles transportaient soit des maquereaux, soit des sardines7.

  • 8 J. Alarcâo, R. Étienne et F. Mayet, Les villas romaines de Sâo Cucufate (Portugal), Paris, 1990, p (...)

21Enfin la date de l’abandon des bassins de salaisons de Tróia est la même que celle de la fin de la production d’amphores dans cette région. C’est aussi la fin des importations de sigillées et d’amphores sur le site rural de Sâo Cucufate, en Alentejo8. Partout, ce niveau est caractérisé par les mêmes formes de sigillée claire D et les mêmes profils d’amphores.

22C’est dire que l’ensemble de cette industrie est régi par les mêmes rythmes économiques et reflète les mêmes cycles de prospérité et de crise, sans que nous puissions les expliquer pour l’instant.

2. Une diversification des productions

23Deux constatations parallèles démontrent que les produits piscicoles transportés – sauces et salaisons de poisson – se sont diversifiés avec le temps. Aux deux premiers siècles de notre ère, les grands bassins dominent dans les usines de Tróia et l’amphore Dressel 14 à large embouchure est la seule à exporter les productions du Sado. Est-ce à dire que l’on produisait plus de salaisons que de sauces ? est-ce à dire que l’on pêchait et travaillait davantage de gros poissons, du type thons, requins ou autres ? Il est bien difficile de répondre à ces questions.

24Ce qui est certain, c’est que les bassins sont souvent subdivisés au Bas Empire et que l’on construit dès lors des bassins d’un mètre cube seulement, qui ne peuvent pas fonctionner comme les bassins voisins de 35 mètres cubes. À cette même époque, les types d’amphores se multiplient, leur contenance diminue et le diamètre de leur col ne laisse plus passer que des sauces ou des tout petits poissons.

25Faut-il en déduire une diversification plus grande des produits fabriqués dans les usines lusitaniennes ? sans doute. Il est plus difficile de connaître les raisons de ce changement : nouvelle mode dans l’alimentation des Romains ou bien transformations dans l’approvisionnement en poissons de cette région. Les thons auraient-ils déserté ce littoral lusitanien au Bas Empire ? Ce qui est évident, c’est que la boîte de sardines portugaises trouve ses origines dans l’amphore Almagro 51c de l’époque luso-romaine tardive.

Fig. 5. Le complexe industriel de Tróia.
A. Vue de l’usine IA ;
B. Vue de l’usine IC.

3. Un monde de propriétaires privés

  • 9 J. C. Edmondson, Two Industries in Roman Lusitania : Mining and Garum Production (BAR, Int. Ser., (...)

26Les résultats de notre étude s’opposent à la vision proposée par J. C. Edmondson9. Il a en effet distingué une production rurale, liée aux villas, qui serait destinée à l'autoconsommation ou aux marchés locaux (cas de l’Algarve essentiellement), d’une production urbaine, où les villes maritimes joueraient un rôle important, et d’une production semi-urbaine, dans un vicus comme Tróia, consacré en partie à l’activité industrielle. Dans ces deux derniers cas, l’échelle de production était nettement plus importante et la concentration permettait une division du travail.

27En fait, l’opposition production rurale/production urbaine n’est pas acceptable car tous ces industriels sont des propriétaires privés. Le vicus que serait Tróia n’est pas un ensemble juridico-industriel abstrait, mais une juxtaposition de propriétaires de diverse importance. Le complexe industriel que nous venons de présenter est peut-être l'un des plus importants de ce site, avec ses deux salles de bassins ayant une emprise au sol de plus de 3 600 mètres carrés, son entrepôt et son ensemble thermal. Il reste à découvrir d’autres entrepôts et pièces annexes, commerciales sans doute, liés à cette industrie ; il reste surtout à découvrir la maison du maître dont nous avons retrouvé une petite partie de la vaisselle et des fresques dans les deux bassins comblés à la fin du iie siècle. Cette famille qui possédait son propre mausolée et des thermes privés relativement importants devait être une des plus riches de Tróia, mais elle était loin d’être la seule.

  • 10 Un grand complexe industriel à Tróia, p. 93-99.
  • 11 Ibid., p. 93-95.
  • 12 Devant l’incrédulité d’un collègue qui pensait qu'il s’agissait d’une cour et non d’un bassin, nou (...)

28En effet, des ensembles comparables, même s’ils n’ont pas tous les mêmes proportions, se succédaient sur la rive du Sado, sur près de deux kilomètres. Bien visibles encore à la fin du xixe et au début du xxe siècle, ils sont en train de disparaître sous les coups des marées et des tempêtes, et nous avons tenté de les décrire rapidement10. Certes, il est bien difficile de voir l’importance de ces établissements non fouillés, mitoyens au départ du site puis de plus en plus espacés en s’éloignant vers l’est. Une salle de bassins complète (usine III) a une capacité de 103,072 mètres cubes et nous avons pu la relever dans sa totalité, avec ses neuf bassins disposés en n autour d’une petite cour11. Une autre usine, beaucoup plus importante mais partiellement visible, possède parmi d’autres le plus grand bassin à salaisons que nous ayons vu : 7,03 X 4,25 X 2,25 mètres, ce qui lui donne une contenance de 67,224 mètres cubes à lui seul12.

29Que chaque ensemble soit entouré d’un mur de clôture, plus large que les autres murs, rend encore plus évidente la notion de propriété privée. Ces ensembles fonctionnent de la même façon que les villas de l’Algarve possédant des bassins de salaisons ; la différence réside dans leur concentration en un même lieu et leurs capacités de production bien supérieures.

4. Un monde dominé par le capitalisme marchand

30L’importance de cette production élimine toute idée d’autoconsommation ; elle est naturellement destinée à l’exportation régionale et lointaine, la fabrication des amphores sur la rive opposée est là pour le prouver. Pour avoir une meilleure idée de cette importance, il suffit de penser au nombre d’amphores nécessaires pour vendre la production de notre grand complexe, lors de sa première phase. Une amphore Dressel 14 ayant une capacité de 30/32 litres, le propriétaire avait besoin annuellement de plus de 100 000 amphores pour évacuer ses productions, si l’on tient compte que tous les bassins ont été remplis à cinq reprises au cours de l’année. Même s’il paraît difficile de savoir combien d’usines ont fonctionné à la même époque, on peut imaginer aisément le nombre considérable de bateaux qui devaient évoluer dans l’estuaire du Sado.

31Or, nous sommes également frappés par l’homogénéité des conteneurs que sont les amphores, qu’elles proviennent du Sado ou du Tage. Qui avait besoin de cette uniformité ? Très certainement ceux qui étaient responsables de la composition et donc de l’équilibre des cargaisons des bateaux. Ce sont les transporteurs ou les negotiatores qui l’exigeaient et qui, pour l’obtenir, devaient d’une certaine façon dominer l’industrie céramique, tout comme ils devaient exiger des qualités constantes pour les sauces et salaisons de poisson. Pour que le reste du monde romain puisse acheter en toute confiance, les marchands devaient s’assurer de l’homogénéité des produits ; en échange, ils assuraient aux propriétaires la vente de leurs productions, qu’elles soient faibles ou importantes.

  • 13 R. Étienne et F. Mayet, La place de la Lusitanie dans le commerce méditerranéen, dans Conimbriga, (...)
  • 14 J.-P. Bost, M. Campo, D. Colis, V. Guerrero et F. Mayet, L’épave Cabrera III (Majorque). Échanges (...)

32En conclusion, nous voudrions insister sur l’intérêt qu’il y aurait à terminer la fouille du complexe industriel dont nous avons commencé l’étude. Intérêt scientifique et intérêt touristique sont liés, car tout public a le droit de comprendre ce qu’il visite. La poursuite de la fouille permettrait de mieux illustrer encore l’importance du site de Tróia et de l’estuaire du Sado dans l’industrie des salaisons de poisson. La place des salaisons lusitaniennes dans le commerce méditerranéen n’a pas été négligeable13, loin de là ; leur absence dans la Géographie de Strabon est due à leur arrivée relativement tardive sur le marché dominé depuis longtemps par la Bétique et la Maurétanie Tingitane. Elles ont certainement été vendues sous la même étiquette de garum hispanum, garante d’une qualité certaine. Il y a fort à parier, étant donné la composition des cargaisons de bateaux, comme celui de Cabrera III14, que les entrepôts de Gadès ont drainé et écoulé une grande partie des salaisons lusitaniennes.

Notes

1 R. Étienne, Y. Makaroun et F. Mayet, avec la collaboration de G. Hennequin, M. de C. Lopes et C. Tavares da Silva, Un grand complexe industriel à Tróia (Portugal), Paris, 1994 (= Un grand complexe industriel à Tróia).

2 D’importants prélèvements de ces niveaux ont été portés au laboratoire d’ichtyologie du C.R.A. de Valbonne pour y être analysés par Nathalie Desse ou l’un de ses collaborateurs. Nous ne savons pas encore s’ils apportent des compléments d’information par rapport aux résidus trouvés parfois dans les amphores sous-marines. Un pêcheur local y a reconnu des arêtes de daurade.

3 Le détail de la démonstration est exposé dans Un grand complexe industriel à Tróia, p. 30-33.

4 C. Tavares da Silva, Producção de ânforas na área urbana de Setübal : a oficina do Largo da Misericórdia, dans Primeiras Jornadas sobre a romanização dos estuários do Tejo e do Sado (Seixal, 1991), Seixal, 1995, p. 43-54.

5 F. Mayet et C. Tavares da Silva, Abul, Um estabelecimento orientalizante do sécolo VII a.C. no baixo vale do Sado, dans Setübal Arqueolôgica, IX-X, 1992, p. 315-333, p. 317. Id., L’établissement phénicien d’Abul (Portugal), dans CRAI, 1994, p. 171-188, p. 173.

6 Sur ce type d’amphore, voir F. Mayet, Les amphores lusitaniennes. État de la question, dans Les céramiques hellénistiques et romaines, 111, Besançon (sous presse) ; texte repris dans F. Mayet, A. Schmitt et C. Tavares da Silva, Les amphores du Sado (Portugal). Prospection des fours et analyse du matériel, Paris, 1996.

7 R. Étienne, Que transportaient donc les amphores lusitaniennes ?, dans Les amphores lusitaniennes. Typologie, production, commerce (Actes des Journées d’Étude tenues à Conimbriga les 13 et 14 octobre 1988, édités par A. Alarcão et F. Mayet), Paris-Conimbriga, 1990, p. 15-19.

8 J. Alarcâo, R. Étienne et F. Mayet, Les villas romaines de Sâo Cucufate (Portugal), Paris, 1990, p. 47-50, et 248-255.

9 J. C. Edmondson, Two Industries in Roman Lusitania : Mining and Garum Production (BAR, Int. Ser., 362), Oxford, 1987 et Id., Le garum en Lusitanie urbaine et rurale : hiérarchies de demande et de production, dans Les villes de Lusitanie romaine. Hiérarchies et territoires (Table ronde internationale du CNRS, Bordeaux, 1988), Bordeaux, 1990, p. 123-147.

10 Un grand complexe industriel à Tróia, p. 93-99.

11 Ibid., p. 93-95.

12 Devant l’incrédulité d’un collègue qui pensait qu'il s’agissait d’une cour et non d’un bassin, nous avons revu ce témoignage sur le terrain. Ce bassin est construit comme tous les autres, possède le fond au même niveau que les autres ; il fait partie d’un alignement de bassins entourant une vaste cour centrale dont le niveau de circulation est nettement surélevé par rapport au fond de ce bassin dont la fonction est incontestable.

13 R. Étienne et F. Mayet, La place de la Lusitanie dans le commerce méditerranéen, dans Conimbriga, XXXII-XXXIII, 1993-1994 (Hommage à J. M. Bairrão Oleiro), p. 201-218.

14 J.-P. Bost, M. Campo, D. Colis, V. Guerrero et F. Mayet, L’épave Cabrera III (Majorque). Échanges commerciaux et circuits monétaires au milieu du iiie siècle après Jésus-Christ (Publications du Centre Pierre Paris, 23), Paris, 1992.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Secteur étudié (plan effectué par le topographe de l’IPPAR).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Fig. 2. Plan poché de la première phase d’occupation (Y. Makaroun).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8360/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 3. Plan poché de la deuxième phase d’occupation (Y. Makaroun).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8360/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 4. Plan poché de la troisième phase d’occupation (Y. Makaroun).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8360/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 5. Le complexe industriel de Tróia.A. Vue de l’usine IA ;B. Vue de l’usine IC.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8360/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 397k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search