Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

5e partie. Économie

Polybe et le vin lusitanien

Note de l’éditeur

Extrait de Des vignobles et des vins à travers le monde (Hommage à A. Huetz de Lemps), Bordeaux, 1996, p 395-400.

Texte intégral

  • 1 R. Étienne, Note à propos du vin et du vignoble hispano-romain de Bétique, dans Géographie histori (...)
  • 2 Par exemple par J. M. Blâzquez, Economía de la Hispania romana, Bilbao, 1978, p. 112 ; le passage (...)

1À l’occasion du colloque tenu à Bordeaux en octobre 1977, j’avais présenté une note1 où je débattais de l’origine du vin hispano-romain de Bétique ; la chronologie la plus haute que j’avais pu cerner ne remontait pas au-delà de la première moitié du premier siècle avant Jésus-Christ. Pour honorer le géographe si rompu aux disciplines de l’histoire, je voudrais fixer encore plus haut la naissance du vin hispanique en évoquant un texte trop peu connu et trop peu commenté de Polybe2.

  • 3 Nous suivons l’édition donnée par D. Roussel dans la collection de La Pléiade, Paris, 1970, p. 114 (...)

2Voici ce texte3 de l’historien grec, qui fait partie du livre XXXIV de son Histoire, hélas incomplet et qui est rapporté par Athénée VIII, 330e.

3“Polybe nous parle de la Lusitanie, une partie de l'Ibérie ou de l’Hispanie selon le nom que les Romains donnent aujourd’hui à ce pays et décrit les abondantes ressources de cette contrée... Grâce à la douceur du climat, dit-il, bêtes et hommes sont fort prolifiques et la terre ne cesse jamais de produire des fruits. La floraison des roses, des “violettes blanches”, des asperges sauvages et autres plantes de ce genre n’est interrompue que pendant trois mois tout au plus. Les poissons par la quantité, la qualité et la beauté, l’emportent de beaucoup sur ceux que l’on trouve dans notre mer. Un médimne sicilien d’orge y vaut une drachme ; la même quantité de blé, neuf oboles d’Alexandrie. Le métrète de vin coûte une drachme. Un chevreau de taille convenable vaut une obole, de même qu’un lièvre. Le prix d’un agneau est de trois ou quatre oboles. Un porc gras pesant cent mines coûte cinq drachmes ; un mouton, deux drachmes ; un talent de figues, trois oboles ; un bœuf de labour, dix drachmes et un veau, cinq. La viande des animaux sauvages n’a pour ainsi dire aucune valeur marchande ; on la donne pour rien ou on l’offre pour faire plaisir”.

4Dans la description de ce pays de cocagne, le lecteur a déjà noté que le métrète de vin coûte une drachme et cette notation d’un marché vinicole suppose la production déjà organisée d'une marchandise d’une certaine qualité.

5Précisons tout d’abord le lieu et l’acteur.

  • 4 Athénée, Les Deipnosophistes, Livres I et II, éd. A.M. Desrousseaux, CUF, Paris, 1956, p. VIII.
  • 5 H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut Empire romain, I, Paris, 1960, (...)

6Que veut dire Lusitanie ? C’est le nom donné aujourd’hui par les Romains à cette partie de l’Hispanie et cet aujourd’hui se définit dans le temps par rapport à Athénée, un Grec de Naucratis, en Égypte, fixé à Rome à la fin du iie siècle-début du iiie siècle4. Son ouvrage, “Le festin des sophistes” indique que ce banquet a été présidé par P. Livius Larensis5, personnage de l’ordre équestre distingué par Marc Aurèle. Il occupait le poste ducénaire de procurator patrimonii le 31 décembre 192, le jour de l’assassinat de l’empereur Commode.

  • 6 R. Étienne, L’horloge de la civitas Igaeditanorum et la création de la province de Lusitanie, dans(...)
  • 7 Polyb, X, 7, 5.
  • 8 F. W. Walbank, A historical commentary on Polybius, III (= Walbank, Polybius III), Oxford, 1979, p (...)
  • 9 Strab, III, 3,3.
  • 10 Id., III, 3, 4.
  • 11 Rapporté par id., III, 1,6, C, 139 (Polyb, éd. Roussel, p. 1144).

7Ainsi, Lusitanie ne désigne pas la province créée en 16 avant Jésus-Christ par Auguste6. À l’époque de Polybe, soit au milieu du iie siècle avant Jésus-Christ, l’Hispanie n’était divisée qu’en deux entités administratives, l'Hispania Ulterior et l'Hispania Citerior et ce, depuis 197. Polybe n’emploie Lusitanie qu’une seule fois en l’associant à l’embouchure du Tage7 et en lui attribuant seulement un sens géographique. Il semble en tout cas que la seule région de Lusitanie concernée par la description polybienne soit l’Algarve, sur le territoire des Conii (ou Kynetes). Le savant anglais, F. W. Walbank auteur d’un monumental commentaire sur Polybe8, pense qu’Athénée s’est trompé et que Lusitania désigne Turdetania, comme il l’a déjà fait dans le Livre VII, 302c. D’ailleurs Strabon9 ne fait guère l’éloge de la Lusitanie, encore qu’il qualifie10 la bande côtière d’εὐδαίμων, soit de favorisée pour lui ; d’après Walbank, un tel adjectif s’applique à une côte facile à pénétrer, pourvue de fleuves navigables. Or comment pourrait-il y avoir confusion entre ces deux régions, puisque Polybe connaît bien la Turdétanie, habitée par les Turdétans et les Turdules11, et il semble bien peu vraisemblable qu’Athénée – si érudit – ait pu commettre une telle confusion. Donc nous localiserons les remarques de Polybe en Algarve, ce que confirment la douceur du climat et les productions.

  • 12 M. Feio, Le Bas-Alentejo et l’Algarve (livre guide du Congrès international de géographie de Lisbo (...)
  • 13 A. Silbert, Le Portugal méditerranéen à la fin de l’Ancien Régime ( xviiie - début xixe siècle) Co (...)

8La douceur du climat12, due à la latitude et à l’action des courants marins chauds, se marque par des hivers cléments et même si, l’été, les souffles brûlants venus du sud aggravent les chaleurs estivales, les maxima de températures sont loin des pointes torrides de la Meseta intérieure13 : la brise marine vient toujours les tempérer.

  • 14 A. Schulten, Geografîa y Etnografía antiguas de la Pénínsula Ibérica, II, Madrid, 1963, p. 447-448
  • 15 Walbank, Polybius III. p. 602.
  • 16 Polybe juge ces poissons de Lusitanie bien en dessous de ceux de la Tyrrhénienne ; raison de plus (...)
  • 17 O. Ribeiro, Portugal entre o Mediterrâneo e o Atlántico, 3e éd., Lisbonne, 1986, p. 253-255.
  • 18 Edrîsî, Description de l'Espagne et de l'Afrique (éd. R. Dozy et M.J. de Goeje) réimp.Leyde, 1968, (...)

9Les productions ont été repérées par A. Schulten14, suivi par F. W. Walbank15. Ils reconnaissent les roses dans la rosa canina, la rosa semper virens, la violette blanche dans la matthiola incana, les asperges dans l'asparagus acutifalius. une espèce sauvage. Les figues, les amandes, la sardine et le thon16 distinguent, aujourd’hui17 comme au iie siècle avant JésusChrist, l’Algarve et lui apportent cette personnalité si bien mise en valeur aussi par Edrîsî18.

  • 19 Voir l’introduction de Paul Pedech à l’édition du Livre I des Histoires, Paris, CUF, 1969, p. IX-X (...)
  • 20 Id., La méthode historique de Polybe, Paris, 1964, p. 557-560.

10Que faisait donc Polybe, ce Grec de Mégalopolis19 dans l’Extrême Occident, alors que par sa famille il était promis à une brillante destinée à la tête de la confédération achéenne ? Jugé trop tiède à l’égard de Rome pendant la guerre contre Persée, il fut arrêté et conduit à Rome. Il y bénéficia de l’amitié de Scipion Émilien et de son père adoptif Paul Émile, le vainqueur de Persée. Son exil à Rome dura de 167 à 150 avant Jésus-Christ, années pendant lesquelles il fréquenta les cercles politiques influents de la capitale et il put s’appuyer sur Scipion Émilien pour voyager et engranger toute une documentation pour rédiger ses Histoires20. En 151, Scipion Émilien se porte volontaire comme tribun militaire pour servir en Hispania et assister Lucullus, propréteur. Il emmène Polybe avec lui et tous deux accompagnent le général jusqu’à Cordoue en avril 151. Scipion Émilien avait trente-trois ans, Polybe près de soixante ; alerte et friand de découvertes géographiques et ethnographiques, il s’est avancé jusqu’à l’Anas (Guadiana) et au Tage inférieur puisqu’il parle de la Lusitanie et qu’il a supputé la longueur du Tage, corrigeant ainsi les inexactitudes de Timée et d’Ératosthène, ses prédécesseurs.

11C’est donc un témoin oculaire qui nous livre les résultats de son enquête sur les marchés de l’Algarve, juste au milieu du deuxième siècle avant Jésus-Christ : son témoignage, parfaitement daté, est des plus importants pour connaître la vie économique de ces régions réputées “sauvages” et qui toutefois ont été pénétrées sans doute depuis une cinquantaine d’années par l’économie monétaire.

  • 21 Polyb., II, 15,6.
  • 22 Plus tard sous le Haut Empire, le denier vaudra quatre sesterces, soit seize as. M. Crawford, Mone (...)

12Pour calculer les prix et surtout les équivalences entre dénominations grecques et dénominations latines, il faut partir d’une notation de Polybe21 : pour prix global d’un repas, l’aubergiste ne demande qu’un demi-as, c’est-à-dire, précise notre auteur, le quart d’une obole, si bien qu’une obole vaut deux as ; six oboles, soit douze as, représentent une drachme égale à un denier22.

  • 23 T. Frank, Rome and Italy of the Republic (= Frank, ESAR I), Baltimore, 1933, réimp. 1959, p. 197, (...)

13Voici le tableau23 qu’on peut alors dresser pour les produits de Lusitanie :

  • 24 ZPE, 21, 1976, p. 46-47, n. 16.

Blé médimne siciliensoit 6 modii24au total 51, 84 l

9 oboles

= 18 as

= 1 denier 1/2

Orge id.

1 drachme

= 6 oboles

= 12 as

= 1 denier

Vin Métrète : 38,88 l

1 drachme

= 6 oboles

= 12 as

= 1 denier

Chevreau

1 obole

= 2 as

Lièvre

1 obole

= 2 as

Agneau

3 ou 4 oboles

= 6 ou 8 as

Porc gras 43,66 kg100 mines

5 drachmes

= 5 deniers

Mouton

2 drachmes

= 2 deniers

Figues un talent26,196 kg

3 oboles

= 6 as

= 1/2 denier

Bœuf de labour

10 drachmes

= 10 deniers

Veau

5 drachmes

= 5 deniers

14Pour avoir une idée du niveau de vie en Lusitanie par rapport à Rome, seules les mesures de capacité peuvent offrir une comparaison pertinente. Ainsi les prix lusitaniens des trois denrées, blé, orge et vin, sont naturellement très inférieurs à ceux de Rome.

  • 25 En comptant 6 modii dans un médimne sicilien, voir la note 24.
  • 26 Prix moyen à l’époque de Cicéron (Cic., Verr., 3, 163). Frank, ESAR I, p. 192.
  • 27 Id. ibid., p. 192 admet pour Rome le même rapport entre les prix qu’en Lusitanie, soit 2/3.
  • 28 Le métrète vaut 38,88 l, nous comptons l’amphore à 25 l.
  • 29 Id., ibid., p. 193, prix moyen en Italie centrale, que l’on retrouvera chez Col., III, 3, 10.

LUSITANIE

ROME

RATIO

Blé, modius25

18/6 = 3 as

3 sesterces26 = 9 as

x 3

Orge, modius

12/6 = 2 as

2 sesterces27 = 6 as

x 3

Vin, amphore28

8 as

5 deniers29 = 60 as

x 7,5

  • 30 Frank, ESAR I, p. 197. Sur le prix des transports sous l’Empire, voir P. Sillières, Les voies de c (...)

15La ratio des prix est impressionnante mais elle ne traduit nullement un jugement porté sur la qualité des produits. Elle définit les conditions d’une économie locale – celle de la Lusitanie – où les grains et les vins sont consommés sur place et ne peuvent pas être exportés en raison de l’éloignement des centres importants de consommation, celui de Rome en particulier30. Il est évident que les grands courants commerciaux ne drainent pas des marchandises aussi lointaines, qui seraient grevées de coûts de transport exorbitants.

  • 31 Polyb.,II, 15,1.
  • 32 Remarque de P. Pédech, Livre II, p. 56, n. 1.

16C’est la même raison qui explique les bas prix pratiqués dans la vallée du Pô. Ces prix sont également rapportés par Polybe31, qui les date de “son temps”. Il est assez remarquable d’y retrouver les trois denrées notées en Lusitanie. Leur bon marché pourrait provenir certes de leur abondance et de leur profusion, pourrait-on affirmer, mais essentiellement du fait que la barrière de l’Apennin compliquait l’exportation vers le sud32.

Ratio par rapport à Rome

Blé, médimne sicilien, 4 oboles = 8 as

modius : 8/6 = 1 as 1/3

x 7

Orge, médimne sicilien, 2 oboles = 4 as

modius : 2/6 = 2/3 as

X 9

Vin, métrète, 2 oboles = 4 as

amphore : 2 as 2/3

x 22,5

  • 33 Le bon marché des porcs le facilite : Polyb., II, 15, 3.

17L’écart est donc encore plus grand entre les prix pratiqués à Rome et ceux que Polybe a observés en Cisalpine : le ravitaillement sur place des troupes romaines n’en était que mieux facilité. Il n’y a pas à se tromper : la répétition de la même grille de denrées – essentielles à l’approvisionnement des troupes33 – trahit le souci d'un membre de l’état-major du général et du gouverneur. Remercions-le de nous donner par deux fois une mercuriale qui éclaire les prix et le niveau de vie tant en Lusitanie qu’en Celtique.

  • 34 Voir Étienne, Vignoble hispano-romain, carte, p. 39.

18En conclusion, que nous apprend le passage de Polybe, rapporté par Athénée ? Tout d’abord l’existence d’un vignoble dans le sud de la Lusitanie et d’une production de vin qui fait l’objet de transactions sur des marchés locaux. La plantation du vignoble remonte donc à la première moitié du iie siècle et sans doute à l’installation des premiers colons, dès la création en 197 des provinces hispaniques. Voici donc bien établies les lettres de noblesse des crus de l’Algarve, avant même que le monnayage des villes de Bétique n’exalte la grappe de raisin, symbole de la viticulture dans cette province34.

  • 35 Voir à ce sujet R. Chevallier, La romanisation de la Celtique du Pô. Essai d'histoire provinciale (...)
  • 36 Duncan Jones, p. 345 donne les références de Martial sur la cherté de la vie romaine (IV, 66 ; X, (...)

19Polybe ensuite nous informe du bas prix de ce vin lusitanien, encore qu’il soit trois fois plus élevé que celui de la Cisalpine. Celle-ci fait figure au milieu du iie siècle avant Jésus-Christ d’un isolat et il faudra attendre des conditions politiques nouvelles pour que s’y développe la civilisation romaine35. Rome avait besoin, pour le ravitaillement de la capitale autant que pour l’entretien de l’armée, de denrées de première nécessité, acquises à prix peu élevés, pour disposer d’une balance commerciale favorable et économiser les deniers de l’État. De façon inverse, la vie apparaissait chère au provincial qui gagnait l'Urbs et il pouvait regretter le pays natal à l’abondance proverbiale et où les échanges se faisaient sans mobiliser beaucoup d’argent. Boire du vin qui certes ne peut rivaliser même au milieu du iie siècle avant Jésus-Christ avec les produits italiens – mais les grands crus ne sont pas encore nés ; le peuple et les soldats doivent se contenter d’un breuvage de qualité moyenne, quand ils ne consomment pas la posca, eau vinaigrée, et la piquette. Au premier siècle de l’Empire, Martial36, originaire de la Péninsule Ibérique, de la ville de Bilbilis, justifie sa nostalgie de la terre natale, de la patria, en évoquant le bon marché de la vie hispanique.

  • 37 Voir la réflexion de Gaius dans Dig., XIII, 4, 3 : Mrozek, p. 32 et 34, faisant allusion à Petron,(...)

20Polybe projette dans le passé cette tension habituelle entre la capitale et les régions environnantes. Replacée dans la dimension méditerranéenne de l’espace romain, elle peut expliquer le mouvement des affaires, fouetté par l’espérance de bénéfices substantiels à l’époque d’une économie de type “colonial”37.

Notes

1 R. Étienne, Note à propos du vin et du vignoble hispano-romain de Bétique, dans Géographie historique des vignobles (Actes du colloque de Bordeaux, octobre 1977) (= Étienne, Vignoble hispano-romain), Bordeaux, 1978, 2, p. 39-43.

2 Par exemple par J. M. Blâzquez, Economía de la Hispania romana, Bilbao, 1978, p. 112 ; le passage n'est pas retenu par R. Duncan Jones, The Economy of the Roman Empire 2 (= Duncan Jones 2), Cambridge, 1982.

3 Nous suivons l’édition donnée par D. Roussel dans la collection de La Pléiade, Paris, 1970, p. 1143 : XXXIV, 8.

4 Athénée, Les Deipnosophistes, Livres I et II, éd. A.M. Desrousseaux, CUF, Paris, 1956, p. VIII.

5 H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut Empire romain, I, Paris, 1960, no 194, p. 531-532. PIR2, V, 1, 1970, L 297.

6 R. Étienne, L’horloge de la civitas Igaeditanorum et la création de la province de Lusitanie, dans RÉA, XCIV, 1992, p. 355-362.

7 Polyb, X, 7, 5.

8 F. W. Walbank, A historical commentary on Polybius, III (= Walbank, Polybius III), Oxford, 1979, p. 601.

9 Strab, III, 3,3.

10 Id., III, 3, 4.

11 Rapporté par id., III, 1,6, C, 139 (Polyb, éd. Roussel, p. 1144).

12 M. Feio, Le Bas-Alentejo et l’Algarve (livre guide du Congrès international de géographie de Lisbonne), Lisbonne, 1949, réimpr. en 1950 et 1953 à Évora, p. 23-30 et fig. 3, p. 24. Voir aussi F. Guichard, Géographie du Portugal, Paris, 1990, p. 39-40.

13 A. Silbert, Le Portugal méditerranéen à la fin de l’Ancien Régime ( xviiie - début xixe siècle) Contribution à l’histoire agraire comparée, 2e éd., Lisbonne 1978, III, carte 2.

14 A. Schulten, Geografîa y Etnografía antiguas de la Pénínsula Ibérica, II, Madrid, 1963, p. 447-448.

15 Walbank, Polybius III. p. 602.

16 Polybe juge ces poissons de Lusitanie bien en dessous de ceux de la Tyrrhénienne ; raison de plus pour être certain qu’on est en Algarve et non pas en Bétique.

17 O. Ribeiro, Portugal entre o Mediterrâneo e o Atlántico, 3e éd., Lisbonne, 1986, p. 253-255.

18 Edrîsî, Description de l'Espagne et de l'Afrique (éd. R. Dozy et M.J. de Goeje) réimp.Leyde, 1968, p. 217.

19 Voir l’introduction de Paul Pedech à l’édition du Livre I des Histoires, Paris, CUF, 1969, p. IX-XII.

20 Id., La méthode historique de Polybe, Paris, 1964, p. 557-560.

21 Polyb., II, 15,6.

22 Plus tard sous le Haut Empire, le denier vaudra quatre sesterces, soit seize as. M. Crawford, Money and exchange in the Roman World, dans JRS, 60, 1970, p. 60-48. Voir aussi H. Zehnacker, Moneta, Recherches sur l'organisation et l'art des émissions monétaires de la République romaine (289-31 av. J.-C.) (BÉFAR, 222), Rome, 1973, I, p. 446-447 ; il date cette réévaluation du denier de dix à seize as du dernier tiers du iie siècle. Il est assez remarquable de noter qu'en 150 on utilisait déjà dans la vie quotidienne un denier évalué à douze as.

23 T. Frank, Rome and Italy of the Republic (= Frank, ESAR I), Baltimore, 1933, réimp. 1959, p. 197, dresse le même tableau, entaché d’une erreur d’équivalence : l’obole n’égale pas le sesterce, mais ce qui sera le dupondius (contra, p. 196)

24 ZPE, 21, 1976, p. 46-47, n. 16.

25 En comptant 6 modii dans un médimne sicilien, voir la note 24.

26 Prix moyen à l’époque de Cicéron (Cic., Verr., 3, 163). Frank, ESAR I, p. 192.

27 Id. ibid., p. 192 admet pour Rome le même rapport entre les prix qu’en Lusitanie, soit 2/3.

28 Le métrète vaut 38,88 l, nous comptons l’amphore à 25 l.

29 Id., ibid., p. 193, prix moyen en Italie centrale, que l’on retrouvera chez Col., III, 3, 10.

30 Frank, ESAR I, p. 197. Sur le prix des transports sous l’Empire, voir P. Sillières, Les voies de communication de l'Hispanie méridionale (Publications du Centre Pierre Paris, 20), Paris, 1990, p. 749-767.

31 Polyb.,II, 15,1.

32 Remarque de P. Pédech, Livre II, p. 56, n. 1.

33 Le bon marché des porcs le facilite : Polyb., II, 15, 3.

34 Voir Étienne, Vignoble hispano-romain, carte, p. 39.

35 Voir à ce sujet R. Chevallier, La romanisation de la Celtique du Pô. Essai d'histoire provinciale (BÉFAR, 249), Rome, 1983.

36 Duncan Jones, p. 345 donne les références de Martial sur la cherté de la vie romaine (IV, 66 ; X, 96), en y ajoutant les textes de Juvénal (III, 165-167 ; III, 170-172 ; III, 223-225). Voir aussi S. Mrozek, Prix et rémunération dans l’Occident romain (31 av. n. è.-250 de n. è.) (= Mrozek), Gdansk, 1975, p. 12-13

37 Voir la réflexion de Gaius dans Dig., XIII, 4, 3 : Mrozek, p. 32 et 34, faisant allusion à Petron, Sat., 76.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search