Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

5e partie. Économie

À propos de l’amphore Dressel 1C de Belo (Cadix)

Note de l’éditeur

Extrait de Mélanges de la Casa de Velázquez, XXX, 1, 1994 [1996], p. 131-138 (co-auteur F. Mayet).

Texte intégral

  • 1 Strab., II, 2, 6 ; Varro, Res Rusticae, I, 8, 1 ; I, 13, 6 ; Columel., De Re Rustica, III, 3, 3.
  • 2 C. Domergue, La campagne de fouilles 1966 à Bolonia (Cádiz), dans X CNA (Mahón, 1967),
  • 3 C. Domergue, Belo 1. La stratigraphie (Publications de la Casa de Velázquez, série Archéologie, 1),
  • 4 Miguel Beltrán Lloris, Problemas de la morfología y del concepto histórico-geográfico que recubre l
  • 5 A. Tchernia, Le vin de l'Italie romaine. Essai d’histoire économique d’après les amphores (BÉFAR,

1En effectuant une recherche sur les amphores qui ont transporté le vin de Bétique, bien connu par les sources littéraires1, nous avons rencontré les imitations de l’amphore Dressel 1C, largement attestées sur le site de Belo2. En publiant le volume sur la stratigraphie de Belo, Claude Domergue a fait une mise au point sur ces amphores qu’il identifie à des amphores à garum3. Quelques années plus tard, M. Beltrán cherchant les amphores à vin de Bétique pense que ces amphores Dressel 1C constituent l’un des premiers conteneurs de ce vin et qu’elles étaient produites à El Rinconcillo, près d’Algésiras4. Amphores à garum ou amphores à vin ? André Tchernia signale ces imitations sans se prononcer sur leur contenu5. Nous pensons pour notre part que seule l’hypothèse de C. Domergue est à retenir, d'autant que dans l’article même de Miguel Beltrân nous trouvons un argument supplémentaire en sa faveur.

I. Les amphores dressel 1c de Belo (province de cadix)

  • 6 Selon Domergue, La stratigraphie de Belo, p. 109-115.

2Dans les sondages stratigraphiques effectués à Belo en 196666, on a découvert trente exemplaires de cols d’amphores imitant la forme Dressel 1C, mais aucun exemplaire complet. Ce sont de hauts cols cylindriques, surmontés d’une lèvre haute (5/6 cm), verticale ou oblique, parfois concave sur sa face externe, avec deux anses fléchies (en forme de S). La pâte est rouge brique, bien cuite et sonore, contenant de fins éléments noirs et un dégraissant blanc

3Ces cols portent une estampille toujours située, sauf dans un seul cas, sur la lèvre. Les lettres sont creuses dans un cartouche creux. Les poinçons recueillis sont les suivants :

Fig. 1. Amphores de Belo : Dressel 1C (no 1-3,5, 6) et Dressel 22 (no 4) (d’après Domergue, La stratigraphie de Belo).

OP•L•CAE[•••]
OP•M•LV[•••]
S•C•G (plusieurs exemplaires)
S•C•G en association sur la même lèvre avec
OP·M·LVCR
OP·M·LV[•••]
OP·L·CAE[•••]
OP·L·C[•••]
[···]T

[•••]M•LVCRE (sur le col)
S•C•C (deux exemplaires, avec une graphie différente de S•C•G)

4Ces amphores sont apparues dans les couches pré-augustéennes (deuxième moitié du Ier siècle avant Jésus-Christ) et augustéennes.

  • 7 Domergue, La stratigraphie de Belo, p. 114.

5Dans ces mêmes couches, des marques identiques timbrent un autre type d’amphore que C. Domergue identifia finalement à l’amphore Dressel 21/22. Cinquante exemplaires ont été trouvés, tous fragmentaires selon la publication7. C’est une amphore au col et à l’embouchure larges (19 à 23 cm), aux anses courtes, larges et plates, creusées de trois cannelures longitudinales. Le profil de la lèvre varie quelque peu, soulignée par une moulure ou un listel aigu. La pâte rouge brique est semblable à celle des cols Dressel 1C, avec parfois un engobe de couleur crème. Certains exemplaires de cette forme, comme ceux de la forme Dressel 1C, présentent toutes les caractéristiques de surcuits (couleurs variant entre gris foncé et lie-de-vin).

6Ces amphores portent, sur le col ou sous la lèvre, des marques en creux :

S•O•G (deux exemplaires dont un avec sans doute la marque suivante)
[•••]M•LVCR
[•]P•M•LV[•••]
OP•C•AVIENI (trois exemplaires)

  • 8 F. Zevi, Appunti suite anfore romane. 1. La tavola tipologica del Dressel, dans Archeologia classic (...)
  • 9 CIL XV, 4783-4787, 4790, 4792, 4747, 4794, 4797-4799 : CE(rasa ?), MAL(a), CUM(ana ?) VIR(ididia).
  • 10 CIL IV, 5716 : LIQ(uaminis) F(los)/EXCE(llens)/SCOM(bri)/C. CORNELI HERMEROTIS MA/DE DOMESTI(ci).

7Les amphores Dressel 21/22 sont bien connues, au Ier siècle8 pour avoir transporté des fruits, selon les inscriptions du Castro Pretorio9. Elles ont été identifiées comme d’origine italienne, de la Campanie ou du Latium. Toutefois, deux amphores de Pompéi10, identifiées comme telles, portent la mention de liquamen excellent, fait à partir du maquereau, et du marchand C. Cornelius Hermeros pour l’une, du marchand M. Valerius Abinnericus pour l’autre. Ces inscriptions sont en tous points semblables à celles que l’on rencontre sur les amphores à garum de Bétique Dressel 12 et Beltrân IIB. Ces deux amphores sont classées comme Pompéi IV, selon la typologie donnée par R. Schoene dans le CIL IV, supplément 2. S’agit-il toujours de la même amphore ? Les découvertes de Belo viennent en tout cas conforter l’hypothèse de l’origine hispanique de l’amphore Pompéi IV, sinon de toutes les amphores Dressel 21/22.

8Pour C. Domergue, l’abondance de ces deux types d’amphores (Dressel 1C et Dressel 21/22) sur le site de Belo, dans les mêmes couches, leurs caractéristiques identiques de pâte, avec des ratés de cuisson, ainsi que le fait de présenter deux timbres communs (OP•M•LVCR et S•C•G), suggèrent qu’ils proviennent des mêmes fours, dans le voisinage de Belo, et qu’ils ont eu le même contenu, les sauces et salaisons de poisson. L’interprétation qu’il donne des timbres vient étayer cette hypothèse.

  • 11 CIL XV, 3498, en lettres creuses, sur le col d’une amphore.
  • 12 M. H. Callender, Roman Amphorae, wilh index of Stamps, Londres, 1965, p. 199, no 1263 : OP(tatus)[s (...)

9Il rejette tout d'abord, avec raison, le développement de H. Dressel11 et de M. H. Callender12 : OP(tatus) M(arci) LVCRE(tii ?), faisant d’Optatus l’esclave de Marcus Lucretius. Le matériel de Belo n’autorise pas cette interprétation, car cet esclave aurait travaillé pour plusieurs “potiers” ou officinatores, ce qui est impensable. Aussi, C. Domergue propose-t-il de développer OP en opus, comme dans opus doliare des briques impériales ; ces estampilles indiqueraient alors que les amphores sont produites par Marcus Lucretius, Lucius Cae(sius ?) ou Caius Avienus. S•C•C et S•C•G seraient les initiales des tria nomina du propriétaire d’une usine à garum ou d’une société, également propriétaire d’un tel établissement, qui employait ces potiers, la seconde hypothèse lui paraissant la plus vraisemblable. Il les développerait ainsi :

S(oc) C(...) C(...) = S(oc) C(...) G(...), peut-être G(ari).

10Enfin, des tuiles et des briques ont été découvertes sur le site de Belo, avec les marques suivantes :

[...]VCR•S•C•G (avec S rétrograde)
[O]P•M•LVCRE
[S•C•]G

II. les amphores de Rinconcillo (Algésiras)

  • 13 M. Sotomayor, Hornos romanos de ânforas en Algeciras, dans X CNA (Mahón, 1967), Saragosse, 1969, p. (...)

11Deux fours ont été découverts sur le site d’El Rinconcillo, dans la proche banlieue d’Algésiras, toujours dans la province de Cadix ; ils ont été partiellement fouillés en 1967 par le Padre M. Sotomayor, puis rapidement publiés13. Ces fours, datés de l’époque claudienne, ont produit des amphores Dressel 7, 12 et 13 et deux marques ont été recueillies à ce moment-là : S•CET (avec le S rétrograde) et S C C.

Fig. 2. Estampilles de Belo (no 1-5), de Rinconcillo (no 6,7) et de Puerto Real (no 8-10). Échelles diverses (d’après Domergue, La stratigraphie de Belo et Beltrân, Ánforas béticas).

  • 14 Beltrán, Ánforas béticas, p. 107-110.
  • 15 Id., ibid., p. 109, en rejetant la relation entre les amphores et les usines à garum de Belo.

12Ce matériel a été revu par M. Beltrán et publié à nouveau14. Les amphores identifiées sont la forme Dressel 10 (Beltrân I), la forme Dressel 12, avec la marque S•CET, et la forme Beltrân IIA, avec les marques S•CET et S•C•G, toutes trois assez abondantes. Il faut y ajouter un col d’amphore Dressel 2-4 et un col d’amphore Dressel 1C portant la marque S•C•G, légèrement tronconique, muni d’une haute lèvre verticale, d’anses épaisses et fléchies ; il est rapproché à juste titre des exemplaires de Belo, identiques par la forme, la pâte et l’estampille. Pour M. Beltrân, il n’y a aucun doute, les imitations de l'amphore Dressel 1C ont transporté le vin de Bétique15 et les exemplaires de Belo proviennent des fours d’El Rinconcillo.

13Son interprétation des deux marques présentes dans les fours d’El Rinconcillo est des plus fantaisistes : S•CET correspondrait au prénom et au nom d’un personnage pouvant être le même qui apparaît avec S•C•G, ou bien un autre membre de la même famille et pourquoi pas le père et le fils ( !). Nous pensons, quant à nous, que les deux marques présentent entre elles quelque relation, mais il ne s’agit pas de celle qui est proposée par M. Beltrân.

III. Une amphore a garum évidente

14Amphore à vin ou amphore à garum ? L’interprétation un peu plus poussée de la marque S•C•G nous permet d’appuyer l’hypothèse de C. Domergue en faveur d’une amphore à garum, et c’est l’article même de M. Beltrân qui nous a conduits à cette solution.

  • 16 ThLL, III, col. 964-965 : Schol. ad Horat., Sat., 2, 5, 44 lucra : cetaria dicuntur proprie loca in (...)
  • 17 ThLL, III, col. 964 : Evgraph., Ter. Eun., 257, sunt qui salsamenta vendunt. Gloss. Plac., V 12, 31(...)
  • 18 Il s’agit des plus gros poissons : ThLL, III, col. 975-977, s.v. cetus, surtout col. 976 : désigne (...)
  • 19 M. J. Jiménez Cisneros, Beobachtungen in einen römischen Töpferbezirk bei Puerto Real, dans Germani (...)
  • 20 Beltrán, Ánforas béticas, p. 111-112.
  • 21 A. Degrassi, ILLRP, 734,738,743 (Mintumes).
  • 22 Id., ibid., 738 (Minturnes).
  • 23 Id., ibid., 810 (Mintumes). Il s’agit de socii salinatores et scriptuarii.
  • 24 R. Étienne, À propos du “garum sociorum”.dans Latomus, XXIX, 1970, p. 297-313. Sur la nature et la (...)

15Comme lui, nous sommes tentés de voir en S·CET et SOG deux poinçons émanant d’une même entité, mais il ne s’agirait pas des tria nomina d’un personnage. En effet, on ne peut manquer d’être frappé par le rapprochement entre CET et cetaria16 (bassin de salaisons) ou cetarius17 (marchand de salaisons de poisson), provenant de cetus18 (poisson de mer, marée). Nous suivons l’interprétation de C. Domergue pour le S, car elle nous semble être confirmée par des marques présentes sur des amphores à saumure également, découvertes à Puerto Real, près de Cadix19, sur lesquelles nous lisons SOC, SOCI, CL•SOC. Nous rejetons l’hypothèse de M. Beltrân20, selon laquelle ces mots correspondraient à deux propriétaires, Claudius et Socius ( !), car il ne s’agit pas dans ce dernier cas d’un nom propre. Il nous paraît évident qu’il faut développer ces mots en socii (plutôt qu’en societas, comme le propose C. Domergue), dans la mesure où l’on connaît par ailleurs dans le monde romain des socii salinatores21, des socii picari22, des socii scriptuari23. Nous aurions ainsi le sens des deux premières lettres – socii cetarii –. La troisième lettre pourrait correspondre au contenu des bassins, c’est-à-dire le garum, ou bien, et c’est l’hypothèse qui nous convient le mieux, indiquerait l’origine géographique des cetarii. La marque S•C•G se développerait en S(ocii) C(etarii) G(aditani) ou bien, S(ocietas) C(etariorum) G(aditanorum)24.

  • 25 Sur le Sado, par exemple, les amphores produites dans la région d’Alcácer do Sal étaient remplies d (...)

16Les inscriptions du corpus de l'instrumentum de Belo révèlent donc que les producteurs de salaisons de ce site constituaient une societas, qui était propriétaire des ateliers d’amphores où travaillaient les maîtres potiers, M. Lucretius, L. Cae(sius ?) et C.Avienus. Où se trouvaient les fours d’amphores ? Près de Belo, comme le croit C. Domergue, ou bien près d’Algésiras, comme l’affirme M. Beltrán ? La localisation précise importe peu, car les deux sites, distants d’une trentaine de kilomètres par la route actuelle, sont beaucoup plus proches par la mer ; il n’est pas rare qu’une certaine distance sépare les fours d’amphores des bassins de salaisons25.

  • 26 Comme le croit B. Liou, dans L’épave PortVendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Clau (...)

17Ce qui est important est de voir que cette “imitation” de Dressel 1C n’était pas destinée à exporter le vin de la région de Belo26, où un vignoble aurait d’ailleurs bien du mal à se développer en raison du vent terrible qui y souffle (le “levante”). Tout comme l’amphore Dressel 21/22 produite dans les mêmes ateliers, elle a exporté les fameuses salaisons et sauces de poisson de Belo : leur abondance sur le site, y compris dans les niveaux de comblement de certains bassins, se comprend mieux ainsi.

18D’ailleurs, nous nous posons la question de savoir s’il s’agit réellement d’une imitation de l’amphore Dressel 1C ou bien d’une amphore qui aurait été plus ou moins influencée par l’amphore italique. Il ne faut pas oublier que nous n’avons aucun exemplaire entier de cette amphore hispanique ; nous sommes frappés, pour notre part, de la ressemblance entre cette amphore Dressel 1C hispanique et certaines amphores Dressel 12 qui présentent les mêmes caractéristiques de col, d’anses et de lèvre verticale, mais avec des dimensions plus réduites. Comme elles sont produites dans les mêmes fours d’El Rinconcillo, et avec les mêmes estampilles, nous nous demandons si l’amphore “Dressel 1C” hispanique ne serait pas le “prototype” de la forme Dressel 12. Or, personne ne doute que l’amphore Dressel 12 ait été une amphore à garum. Pourquoi n’en serait-il pas de même pour une amphore au profil si proche, qui Ta précédée dans le même atelier ?

Notes

1 Strab., II, 2, 6 ; Varro, Res Rusticae, I, 8, 1 ; I, 13, 6 ; Columel., De Re Rustica, III, 3, 3.

2 C. Domergue, La campagne de fouilles 1966 à Bolonia (Cádiz), dans X CNA (Mahón, 1967),

Saragosse, 1969, p 442-456.

3 C. Domergue, Belo 1. La stratigraphie (Publications de la Casa de Velázquez, série Archéologie, 1),

Paris, 1973 (= Domergue, La stratigraphie de Belo), p. 109-115 (synthèse sur les amphores).

4 Miguel Beltrán Lloris, Problemas de la morfología y del concepto histórico-geográfico que recubre la

noción tipo. Aportaciones a la tipología de las ânforas béticas, dans Méthodes classiques et méthodes formelles dans l’étude des amphores (Coll. ÉFR, 32). Rome, 1977, p. 97-131 (= Beltrán, Ánforas béticas), p. 107-110.

5 A. Tchernia, Le vin de l'Italie romaine. Essai d’histoire économique d’après les amphores (BÉFAR,

261), Rome, 1986, p. 45, n. 2

6 Selon Domergue, La stratigraphie de Belo, p. 109-115.

7 Domergue, La stratigraphie de Belo, p. 114.

8 F. Zevi, Appunti suite anfore romane. 1. La tavola tipologica del Dressel, dans Archeologia classica, XVIII, 1966, p. 208-247, p. 222 (formes 21 et 22).

9 CIL XV, 4783-4787, 4790, 4792, 4747, 4794, 4797-4799 : CE(rasa ?), MAL(a), CUM(ana ?) VIR(ididia).

10 CIL IV, 5716 : LIQ(uaminis) F(los)/EXCE(llens)/SCOM(bri)/C. CORNELI HERMEROTIS MA/DE DOMESTI(ci).

11 CIL XV, 3498, en lettres creuses, sur le col d’une amphore.

12 M. H. Callender, Roman Amphorae, wilh index of Stamps, Londres, 1965, p. 199, no 1263 : OP(tatus)[servus] M. LVCR(eti) ?

13 M. Sotomayor, Hornos romanos de ânforas en Algeciras, dans X CNA (Mahón, 1967), Saragosse, 1969, p. 389-399.

14 Beltrán, Ánforas béticas, p. 107-110.

15 Id., ibid., p. 109, en rejetant la relation entre les amphores et les usines à garum de Belo.

16 ThLL, III, col. 964-965 : Schol. ad Horat., Sat., 2, 5, 44 lucra : cetaria dicuntur proprie loca in quibus salsamenta fiant ; ojficina, in qua liquamen conficitur.

17 ThLL, III, col. 964 : Evgraph., Ter. Eun., 257, sunt qui salsamenta vendunt. Gloss. Plac., V 12, 31 : ut sunt liquaminarii, qui ex corporibus piscium humorem liquant ; sunt piscatores liquaminarii qui salsamenta vendunt. Salsamentarii a ceto, piscatores dicti a cetis.

18 Il s’agit des plus gros poissons : ThLL, III, col. 975-977, s.v. cetus, surtout col. 976 : désigne le thon : Plaut., Aulularia, 375, Capt., 851.

19 M. J. Jiménez Cisneros, Beobachtungen in einen römischen Töpferbezirk bei Puerto Real, dans Germania, 36,1958, p. 469. Ead., Historia de Cádiz en la Antigüedad, Cadix, 1971, pl. XLIV et XLV.

20 Beltrán, Ánforas béticas, p. 111-112.

21 A. Degrassi, ILLRP, 734,738,743 (Mintumes).

22 Id., ibid., 738 (Minturnes).

23 Id., ibid., 810 (Mintumes). Il s’agit de socii salinatores et scriptuarii.

24 R. Étienne, À propos du “garum sociorum”.dans Latomus, XXIX, 1970, p. 297-313. Sur la nature et la nécessité de la societas, voir plus précisément les pages 311 et 312.

25 Sur le Sado, par exemple, les amphores produites dans la région d’Alcácer do Sal étaient remplies dans les usines de Setúbal et de Tróia, situées à une quarantaine de kilomètres en aval.

26 Comme le croit B. Liou, dans L’épave PortVendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude (Archaeonautica, 1), Paris, 1977, p. 90 note 238.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Amphores de Belo : Dressel 1C (no 1-3,5, 6) et Dressel 22 (no 4) (d’après Domergue, La stratigraphie de Belo).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8354/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 2. Estampilles de Belo (no 1-5), de Rinconcillo (no 6,7) et de Puerto Real (no 8-10). Échelles diverses (d’après Domergue, La stratigraphie de Belo et Beltrân, Ánforas béticas).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8354/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search