Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

5e partie. Économie

La place de la Lusitanie dans le commerce méditerranéen

Note de l’éditeur

Extrait de Conimbriga, XXXI-XXXIII (Hommage à J. M. Bairrâo Oleiro), 1993-1994 [1995], p. 201-218 (co-auteur F. Mayet).

Texte intégral

  • 1 Horat., Sat., II, 8, 46 : garo de sucis piscis Iberi. Tituli picti sur amphores d’Augst (Germanie (...)
  • 2 Ce programme, accepté par la Commission consultative des fouilles auprès du Ministère des Affaires (...)
  • 3 Voir Les amphores lusitaniennes. Typologie, production, commerce (Actes des Journées d’étude tenue (...)
  • 4 R. Étienne, Y. Makaroun et F. Mayet, avec la collaboration de G. Hennequin, C. Lopes, C. Tavares d (...)
  • 5 Pour la dernière en date, J.-P. Bost, M. Campo, D. Colis, V. Guerrero et F. Mayet, L’épave Cabrera (...)

1Dans le commerce méditerranéen, la part du commerce lusitanien a été trop longtemps minimisée ; souvent occultée par l’expression “commerce du sud de la Péninsule Ibérique”, première et faible approximation géographique, elle a été également diluée dans celle de “trafic hispanique”, où le garum hispanum semblait venir plutôt de Bétique que de Lusitanie1. Or l’exploration du Sado, programmée conjointement par la Mission archéologique française au Portugal et par le Musée archéologique et ethnographique de Setúbal2, permet au contraire de la valoriser. Une meilleure connaissance du matériel amphorique et des centres de production3, la publication du grand complexe industriel de Tróia4 et l'étude de plus nombreuses épaves5 renouvellent notre vision des échanges méditerranéens, qui voient s’imposer, surtout à partir de la seconde moitié du iiie siècle de notre ère, les productions lusitaniennes.

I. Une meilleure connaissance des amphores lusitaniennes

  • 6 A. J. Parker, Lusitanian Amphoras, dans Méthodes classiques et méthodes formelles dans l’étude des (...)
  • 7 C. Panella, Le anfore, dans Ostia III (Studi Miscellanei, 21), Rome, 1973, p. 519-521.
  • 8 F. Mayet, Problèmes de dénomination, dans Les amphores lusitaniennes, p. 23-28.

2Sous le Haut Empire, la Lusitanie a produit une amphore proche de l’amphore Dressel 14, originaire de Bétique (fig. 1, 1). Elle a été nommée amphore Beltrán IVB par A. J. Parker6 ou bien Dressel 14 similis par C. Panella à Ostie7 ; nous-mêmes avons proposé de l’appeler Dressel 14b pour la distinguer de l’amphore Dressel 14a de Bétique8. En fait, toutes ces dénominations laissent supposer que l’amphore lusitanienne est plus tardive et imite l’amphore de Bétique. L’étude des fours d’amphores du Sado nous écarte un peu de ce schéma ; en effet, sur le site d’Abul, un niveau augusto-tibérien a donné des imitations de diverses amphores à garum de Bétique qui ont abouti à la forme Dressel 14, en pleine production à l’époque claudienne. L’apparition de l’amphore Dressel 14 lusitanienne semble davantage le résultat d’essais locaux et divers que l’imitation pure et simple de l’amphore Dressel 14 de Bétique, que l’on connaît d’ailleurs assez mal aussi bien sur le plan chronologique que sur le plan de la production.

  • 9 Une inscription peinte trouvée sur le col d’une amphore Dressel 14 lusitanienne ne laisse aucun do (...)
  • 10 J. Leite de Vasconcellos, Olaria luso-romana em Bartholomeu de Castro Marim, dans AP, série I, IV. (...)

3Du milieu du ier siècle au début du iiie siècle de notre ère, cette amphore Dressel 14b a transporté les sauces et salaisons de poisson lusitaniennes9 à travers le bassin occidental de la Méditerranée jusqu’à Rome et Ostie où, avant la fin du ier siècle, elle est plus abondante que son homologue de Bétique. Son col relativement large permettait le passage des morceaux de gros poissons comme les thons. Cette amphore a été produite dans la vallée du Tage (Porto dos Cacos) et dans la vallée du Sado (depuis Alcácer do Sal jusqu’à Setúbal) (voir fig. 3). À Castro Marim, en Algarve, il y eut une production proche de l’amphore Dressel 1410 mais peut-être sans l’ampleur de celle de la vallée du Tage et surtout du Sado.

  • 11 Identifiée tout d’abord dans le matériel amphorique de São Cucufate (Beja), nous l’avons retrouvée (...)
  • 12 J. M. Cordeiro Raposo, Porto dos Cacos : uma oficina de produçâo de ânforas romanas no vale do Tej (...)

4La première moitié du iiie siècle semble avoir été une période de transition au niveau des productions d’amphores, une période caractérisée par une évolution de la Dressel 14 que l’on ne retrouve pas à l’extérieur de la Lusitanie11 et le passage progressif de cette forme vers l’amphore Almagro 50, comme on a pu le vérifier dans un dépotoir d’Abul (Alcácer do Sal). En même temps apparaît une petite amphore à fond plat, malencontreusement appelée Dressel 30 par certains archéologues car elle semble s’inspirer davantage des amphores à fond plat du Haut Empire (Gauloise 4, Dressel 28, etc.). Elle est contemporaine des dernières productions d'amphores Dressel 14 (fin iie -début iiie siècle). Elle constitue en fait le prototype de l’amphore lusitanienne du Bas Empire, l’amphore Almagro 51c (fig. 2, 6) ; on l’a produite aussi bien dans la vallée du Tage (Porto dos Cacos)12 que dans la vallée du Sado (Pinheiro), en faible quantité, semble-t-il. Sa diffusion paraît encore limitée.

Fig. 1. Amphores : 1. Dressel 14 : 2. Almagro 50 : 3. Beltrán 72 : 4. Keay LXXVIII. Échelle 1/10 aprox.

  • 13 R. Étienne, Que transportaient donc les amphores lusitaniennes ?, dans Les amphores lusitaniennes,(...)

5Sous le Bas Empire (milieu du iiie au milieu du ve siècle), les types d’amphores se multiplient. Ils ont en commun de présenter un col et une embouchure plus étroits que ceux de l’amphore Dressel 14 ; cette caractéristique correspond à des changements dans le contenu, car ces amphores transportaient essentiellement des petits poissons, sardines et maquereaux13, et des sauces diverses. L’amphore la plus abondamment produite est l’amphore Almagro 51c qui, au milieu du iiie siècle, est stabilisée dans sa forme piriforme, avec un bord encore proche de celui du prototype et un fond cylindrique creux (fig. 2,7). Aux ive et ve siècles, cette amphore devient plus allongée, plus étroite aussi, avec un fond conique plein et des anses qui se rattachent au niveau supérieur du bord (fig. 2, 8). Cette forme apparaît dans toutes les zones de production connues : vallée du Tage (Porto dos Cacos, sauf dans sa forme tardive ; Quinta do Rouxinol, sauf dans sa forme précoce) ; vallée du Sado (depuis Enchurrasqueira jusqu’à Setúbal) ; Algarve (Martinhal, Quinta do Lago à Loulé et Castro Marim). La production de l’amphore Almagro 51c semble avoir été aussi importante sinon plus que celle de l’amphore Dressel 14 sous le Haut Empire.

  • 14 D. P. S. Peacock et D. F. Williams. Amphorae and the Roman economy. An introductory guide, Londres (...)
  • 15 Épave Cabrera III, p. 128-134, où ces deux amphores portent la même estampille : ANGE (Annius Geni (...)

6Mais, contrairement à cette dernière, elle est accompagnée aux ive et ve siècles par d’autres types d’amphores. L’amphore Almagro 50 (fig. 1, 2) est apparue aussi tôt que l’amphore Almagro 51c, vers le milieu du iiie siècle, tant dans la vallée du Tage que dans la vallée du Sado. Toutefois, elle ne paraît pas avoir été produite en abondance dans ces régions. La plupart des amphores Almagro 50 que l’on trouve dans le sud de la Lusitanie et à l’extérieur de cette province, dans les épaves en particulier, présentent une pâte différente de celle du Tage et du Sado. En s’appuyant sur la répartition des marques et surtout sur l’étude pétrographique de la pâte14, on a proposé l’Algarve comme zone principale de production ; mais aucun des fours connus dans cette zone n’a produit des amphores semblables. Pour nous, la seule certitude est que ces amphores Almagro 50 proviennent des mêmes ateliers que certaines amphores Beltrán 7215 (fig. 1, 3) et que leur pâte présente un aspect très proche des amphores à garum de Bétique. Seule la découverte de fours ou des analyses physico-chimiques poussées pourraient les situer d’un côté ou de l’autre de la frontière. La présence de l’amphore Almagro 50 dans les ateliers du Tage et de Sado en fait bien une amphore lusitanienne, mais le problème est de savoir si toutes les amphores de ce type découvertes dans le reste du monde romain proviennent de la seule Lusitanie.

  • 16 S. J. Keay, Late Roman Amphorae in the Western Mediterranean. A typology and économie Study : the (...)

7L’amphore Keay LXXVIII16 accompagne les productions lusitaniennes les plus tardives, au ive et dans la première moitié du ve siècle (fig. 1,4). Encore peu connue en dehors de la Lusitanie, sans doute parce qu’elle est peu facile à identifier au niveau des seuls tessons, c’est une amphore dont la production est bien attestée dans la vallée du Sado, particulièrement sur le site de Pinheiro. Il sera possible, à brève échéance, de présenter une évolution morphologique de cette forme, à l’intérieur de son cadre chronologique et nous ne doutons pas qu’elle apparaîtra ensuite plus fréquemment dans les rapports de fouilles.

Fig 2. Amphores lusitaniennes : 5. Almagro 51a-b ; 6. Almagro 51c (prototype) ; 7. Almagro 51c (piriforme) ; 8. Almagro 51c (tardive). Échelle 1/6 aprox.

  • 17 B. Liou, Direction des recherches archéologiques sous-marines, dans Gallia, 40, 1982, p. 437-444, (...)

8Enfin, pour en terminer avec les amphores lusitaniennes présentes dans le commerce méditerranéen, nous devons citer l’amphore Almagro 51a-b (fig. 2,5). Elle présente la même chronologie que l’amphore précédente et suffisamment de variantes dans le détail du bord et des anses pour qu’il soit impossible de distinguer l’Almagro 51a de l’Almagro 51b. Les exemplaires les plus nombreux et les plus complets proviennent des cargaisons d’épaves sous-marines, comme l’épave Sud-Lavezzi 117 ; la panse étroite, irrégulière et de faible épaisseur, se brise en effet facilement. Le bord est mouluré de façon diverse selon la chronologie de l’amphore. Elle est connue actuellement sur deux sites de production : Martinhal (Algarve) et Pinheiro (vallée du Sado).

9Voici donc le panorama des amphores lusitaniennes qui ont circulé sur les bateaux de commerce, dans la Méditerranée occidentale. Elles sont donc plus nombreuses qu’on ne l’imaginait, il y a vingt ans seulement. Progressivement, les découvertes de fours d’amphores permettent de restituer à la Lusitanie un certain nombre d’amphores, identifiées jusqu’alors comme provenant du sud de la Péninsule Ibérique en général. Seules, certaines amphores Almagro 50 et les amphores Beltrán 72 n’ont pas leur provenance assurée en totalité et, pour sortir de cette incertitude, il faut espérer la découverte de nouveaux fours dans les prochaines années.

II. L’importance des industries de salaisons de poisson lusitaniennes

  • 18 Voir la note 13.
  • 19 Voir F. Mayet et A. Schmitt, Les amphores de Sâo Cucufate (Beja), dans Itinéraires lusitaniens. Tr (...)

10Que transportaient ces amphores lusitaniennes ? Les sources littéraires ne sont d’aucune aide dans ce domaine, et seules l’archéologie, l’épigraphie sur amphores et les études ichtyologiques nous prouvent qu’elles ont véhiculé des salaisons et des sauces de poisson18. La Lusitanie a sans aucun doute produit du vin et de l’huile, mais rien ne permet de penser que ces productions dépassaient les besoins de la consommation locale ou régionale : le faible nombre d’amphores à vin et à huile importées des provinces voisines plaide en ce sens19.

11En revanche, en raison de l’importance des installations industrielles de salaisons de poisson, il est aisé de comprendre que la Lusitanie disposait de surplus dans ce domaine, d’où la nécessité de produire des amphores pour les exporter au loin. L’implantation des usines de salaisons en Lusitanie est tout à fait révélatrice.

Fig. 3. 1. Fours d’amphores ; 2. Usines de salaisons.

  • 20 Ils sont signalés sur la figure 3 par une lettre : A. Garrocheira (Benavente) ; B. Porto dos Cacos (...)
  • 21 J. C. Edmondson, Two Industries in Roman Lusitania. Mining and Garum Production (BAR, Int. Ser., 3 (...)
  • 22 Étienne, Makaroun, Mayet, Un grand complexe industriel à Tróia, p. 100-108, fig. 32.
  • 23 Ils sont signalés sur la figure 3 par des chiffres arabes : 1. Lisbonne (Casa dos Bicos, rua dos B (...)

12Sur la carte de la figure 3, nous avons signalé les fours d’amphores bien attestés20, en laissant de côté les sites où la production d’amphores est seulement supposée, ainsi que les établissements industriels de salaisons de poisson, en ne retenant là aussi que les seuls sites dont nous soyons certains. En effet, de trop nombreuses erreurs d’identification se sont glissées dans la liste donnée par J. C. Edmondson21. Nous ne revenons pas ici sur le détail des corrections que nous avons déjà données22. Seuls dix-sept établissements méritent d’être retenus23, ce qui n’est pas négligeable pour la seule Lusitanie méridionale ; ils sont peut-être dix-huit déjà si se confirme la découverte annoncée d’une usine de salaisons à Cascais.

  • 24 C. Tavares da Silva et J. Soares, Ilha do Pessegueiro, porto romano da Costa alentejana, Lisbonne, (...)

13Deux régions principales dominent la production des salaisons, comme elles dominent la production des amphores : les vallées du Tage et du Sado d’une part, et l’Algarve d’autre part. Dans la première, l’estuaire du Sado arrive largement en tête, dans l’état actuel de nos connaissances, grâce au site de Tróia ; mais l’urbanisation moderne empêchera toujours de savoir si les rives du Tage n’étaient pas tout aussi riches. Les usines de salaisons semblent avoir été nombreuses sur le littoral de l’Algarve, mais il s’agit de petites unités de production, souvent liées à une villa rurale et davantage destinées à l’autoconsommation. Le site de Balsa (no 16) constitue sans doute une exception mais attend encore d’être fouillé ; lui seul permettra d’apprécier l’importance des exportations de cette région. Entre ces deux régions principales, deux sites d’usines ont été fouillés sur le côte alentéjane, Sines et l’île de Pessegueiro24 ; ils paraissent encore isolés et éloignés des centres de production d'amphores.

14Toutes ces usines sont loin d’avoir la même importance ; on ne possède pas malheureusement de nombreuses fouilles complètes qui permettraient des comparaisons fiables. Toutefois les chiffres que nous obtenons, dans l’état actuel de nos connaissances, révèlent des disparités étonnantes entre les usines connues à Trôia et celles de la côte alentéjane par exemple.

USINE

CAPACITÉ DE PRODUCTION

6. Trôia (usine I)

plus de 606,012 m3

6. Trôia (usine IA)

168,121 m3

6. Trôia (usine IC)

157,559 m3

6. Trôia (usine IB/II)

plus de 223,669 m3

6. Trôia (usine III)

103,072 m3

7. Sines

34,634 m3

8. Pessegueiro (D 14)

36,265 m3

8. Pessegueiro (P 16)

41,426 m3

15Cette disparité est d’autant plus frappante qu’à Trôia les usines se succédaient, le long du Sado, sur deux kilomètres ; il est difficile de déterminer aujourd’hui le nombre exact de ces usines, disposées en chapelet sur ce site, mais la capacité de production de celles que nous avons étudiées laisse penser que Trôia était un important centre exportateur de sauces et salaisons de poisson. Un bassin encore visible sur la plage mesure 7,03 x 4,25 x 2,25 mètres, ce qui lui donne une capacité de 67,224 mètres cubes, bien supérieure à la capacité d’une petite usine de la côte alentéjane ou de l’Algarve ; et ce bassin faisait partie d’une salle qui en comptait bien d’autres. Ces quelques chiffres montrent la prééminence de Trôia, ce que confirment les nombreux fours d’amphores situés sur la rive opposée ; toutefois, les rives du Tage et un site comme Balsa, en Algarve, pouvaient jouer un rôle tout aussi important.

  • 25 Voir en particulier l’ouvrage de M. Ponsich et M. Tarradell, Garum et industries antiques de salai (...)

16C’est dire que la Lusitanie méridionale faisait partie des régions exportatrices de salaisons de poisson de l’Occident romain. Peut-on la comparer à d’autres provinces voisines, mieux étudiées en apparence, comme la Bétique et la Maurétanie Tingitane ?25 Là aussi nous manquons cruellement de fouilles ou de données complètes.

USINE

CAPACITÉ DE PRODUCTION

Cotta (Maroc)

258,000 m3

Lixus (Maroc), moyenne par usine

101,300 m3

Belo (Bétique) 1

plus de 40,000 m3

Belo (Bétique) 2

plus de 35,000 m3

Belo (Bétique) 3

plus de 35,000 m3

Belo (Bétique) 4

40,000 m3

Belo (Bétique) 6

plus de 30,000 m3

17Seule l’usine de Cotta, au Maroc, offre une capacité de production comparable à celle des usines de Troia ; Lixus figure encore en bonne place, mais il s’agit de dix usines comptabilisant 147 bassins. À Troia, les usines I/II et III totalisent déjà plus de 978 mètres cubes et devaient dépasser à elles seules la capacité visible de Lixus puisque le grand complexe (usines I/II) n’est pas totalement fouillé. Les usines publiées de Belo totalisent moins de 200 mètres cubes ; cela nous paraît faible, mais que représente ce chiffre par rapport à la capacité réelle et totale du site ? L’état lacunaire de notre documentation ne fait pas de doute, mais l’importance du site de Troia et donc de l’estuaire du Sado se maintient, même dans le cadre élargi des provinces extrême-occidentales du monde romain.

  • 26 M. Martin Bueno, J. Liz Guira et M. C. Ramírez de Arrellano, Baelo Claudia : sector sud, 1981-1983 (...)
  • 27 Ponsich-Tarradell, p. 55-68, pl. XIX et fig. 39 à 43.

18Le rôle de la Lusitanie dans le domaine des salaisons a duré dans le temps. En effet, l’étude des amphores, comme l’étude du complexe industriel de Tróia, confirme une activité quasi-permanente du milieu du ier au milieu du ve siècle de notre ère. Il devait en être de même dans la vallée du Tage, au moins jusqu’à la fin du ive siècle. Pour les autres provinces, les données chronologiques demeurent plus floues. La production de Belo est plus ancienne mais s’interrompt à la fin du iie siècle et connaît un petit renouveau aux ve et vie siècles26 : ce panorama est-il valable pour l’ensemble du site ? L’usine de Cotta ne paraît pas antérieure au milieu du ier siècle et ne semble plus fonctionner après la fin du iie siècle, d’après le matériel publié27 tout au moins.

19Quantité et durée caractérisent donc les industries de salaisons de poisson lusitaniennes. En trouve-t-on un écho dans les circuits commerciaux et dans les centres de consommation ?

III. Les amphores lusitaniennes dans les épaves sous-marines

20Il est difficile aujourd’hui de connaître la place réelle de la Lusitanie dans l’approvisionnement de la capitale du monde romain, par exemple. Les amphores lusitaniennes ne sont pas encore suffisamment connues de tous les archéologues pour être identifiées ; il faudrait aussi disposer du matériel d’une ou de plusieurs fouilles qui serait totalement publié ou tout au moins comptabilisé. Nous devrons attendre encore longtemps avant de pouvoir tirer profit d’une telle documentation à Rome.

  • 28 F. Zevi et I. Pohl, Ostia. Saggi di scavo, dans NS, série VIII, XXIV, suppl. I, 1970, p. 93 n. 135
  • 29 C. Panella, Ostia III, p. 520.
  • 30 Ead., ibid., p. 520.

21En attendant, les fouilles d’Ostie nous apportent de précieuses indications, tout au moins en ce qui concerne le Haut Empire et l’amphore Dressel 14 lusitanienne. Sur ce site, dans la Casa delle Pareti Gialle28, cette amphore apparaît depuis les couches tibéroclaudiennes jusqu’aux couches préhadrianiques, mais nous ne savons pas dans quelle proportion. Dans la nécropole de Porto29, à Ostie également, on en trouve de l’époque trajanienne aux dernières décennies du iie siècle. Enfin dans les couches flaviennes des thermes du Nageur30, à Ostie toujours, C. Panella note pour cette amphore dont elle ne connaissait pas encore l’origine, un indice de présence supérieur à celui de la Dressel 14 de Bétique, indice qui se maintient au début du iie siècle. Elle en a trouvé encore dans la seconde moitié du iie siècle, mais plus du tout au siècle suivant. Nous avons là la seule annotation quantitative relative à la présence d'une amphore lusitanienne sur un site éloigné de la zone de production ; il n’y a pas d’équivalent pour les amphores du Bas Empire.

22En fait, ce sont les épaves sous-marines qui nous donnent encore la meilleure idée de la commercialisation des amphores lusitaniennes. Une vingtaine d’épaves ayant contenu entre autres ces amphores sont actuellement connues dans le bassin occidental de la Méditerranée. Voici la liste de ces gisements, accompagnés d’une description succincte de leur cargaison, de la chronologie qui leur est attribuée et d’une bibliographie sommaire :

  1. Épave San Antonio Abad (Conillera, Ibiza) ; amphores Dressel 14, lingots ; datation proposée : Haut Empire ; NAH, Arq., 6, 1962, p. 177-188 ; 7, 1963, p. 188-194.
  2. Épave Cap Blanc (Majorque) ; amphores de Byzacène, Almagro 51c ; datation proposée : Bas Empire ; IJNA, 5,4, 1976, p. 347 ; Ostia IV, p. 278.
  3. Épave Cabrera I (Majorque) ; amphores de Byzacène, Almagro 51c, Beltrân 72 ; datation proposée : iiie siècle de notre ère ; Trabajos del Museo de Mallorca, 34, 1982, p. 16-18.
  4. Épave Cabrera III (Majorque) ; amphores de Byzacène, Dressel 20 et 23, Almagro 50 et 51 c, Beltrán 68 et 72 ; datation : peu après 257 de notre ère ; Épave Cabrera III, Paris, 1992.
  5. Épave Puerto de Mahôn (Minorque) ; amphores Dressel 14 ; datation proposée : Haut Empire ; inédite.
  6. Épave Port-Vendres I (ou Anse Gerbal, Pyrénées-Orientales) ; amphores Almagro 50, 51a-b, 51c et amphores diverses ; datation proposée : début du ve siècle de notre ère ; Gallia, XVII, 1959, p. 450-451, XXII, 1964, p. 475 ; RAN, I, 1968, p. 263 ; RSL, XXXVII, 1971, p. 7-32.
  7. Épave Planier 7 (Marseille, Bouches-du-Rhône) ; amphores de Byzacène, Almagro 50 et 5 1c ; datation proposée : ive siècle ; Gallia, XX, 1962, p. 157-159, 161.
  8. Épave Gisement des Catalans (Marseille, Bouches-du-Rhône) ; amphores Dressel 23, de Byzacène, Almagro 51c, Beltrân 72 ; datation proposée ; deuxième moitié du iiie et ive siècle ; Gallia, XXXI, 1973, p. 585-586.
  9. Épave Pommègues (Marseille, Bouche-du-Rhône) ; amphores Almagro 50, Gauloise 4 ; Archaeonautica, 2,1978, p. 101-107.
  10. Épave Saint-Gervais (Fos-sur-Mer, Bouches-du-Rhône) ; amphores Dressel 14, 7/11,20, 28, Gauloise 4, rhodienne tardive ; Archaeonautica, 2, 1978, p. 109-181.
  11. Épave La Chrétienne D (Agay-Anthéor, Saint-Raphaël, Var) ; amphores Almagro 51c, Beltran 72 ; pas de datation proposée (Bas Empire) ; RAN, IX, 1976, p. 183, fig. 6b et 9, Gallia, XXXI, 1973, p. 586.
  12. Épave Cap Bénat I (Var) ; amphores Dressel 14, amphores d’Ibiza ; datation proposée : première moitié du ier siècle de notre ère ; CAS, 2, 1973, p. 137-145 ; Archaeonautica, 5, 1985, p. 152.
  13. Épave Pampelone (Var) ; amphores de Byzacène, Almagro 51c, Beltrán 72 ; datation proposée : Bas Empire ; RAN, IX, 1976, p. 185-186 ; MÉFRA, 90. 1978, p. 382.
  14. Épave Punta Ala (Toscane) ; amphores Dressel 20, de Byzacène, Beltran 72 et diverses ; datation proposée ; deuxième moitié du iiie siècle ; communication au ve C/ASM (Lipari, 1976) ; MÉFRA, 93. 1981, p. 378.
  15. Épave Sud-Lavezzi I (Corse) ; amphores Dressel 20, Almagro 50, Beltran 72 et diverses ; datation proposée : ive ou même début du ve siècle ; Gallia, XL, 1982, p. 437-444 ; IJNA, 5,4, 1976, p. 347.
  16. Épave Sud-Lavezzi III (Corse) ; amphores Dressel 2/4, 14, Pascual 1 ; datation proposée : première moitié du ier siècle ; Gallia, XL, 1982, p. 446-450.
  17. Épave Cap Ognina (Syracuse, Sicile) ; amphores Almagro 50, Africana I, Kapitän I et II ; datation proposée : troisième quart du iiie siècle ; IJNA, 3, 1, 1974, p. 150-153 ; MÉFRA, 93, 1981, p. 376.
  18. Épave Marzamemi F (Sicile) ; amphores Almagro 50 et 5 1c, africana IIC ; IJNA, 5,4, 1976, p. 347 ; Ostia IV, p. 277-278 ; IJNA, 10,4, 1981, p. 328.
  19. Épave Randello (Ragusa, Sicile) ; amphores Almagro 50 ; datation proposée : premier quart du ive siècle ; Congrès de Sienne (1986), p. 650-653.
  20. Épave Femina Morta (Ragusa, Sicile) ; amphores Almagro 50, africana I, IIC et IID, spatheia ; datation proposée : 350-375 (amphores), fin iiie/début ive siècle (sigillées claires) ; IJNA, 4, 2, 1975, p. 385, Kokalos, 22-23, 1976-1977, p. 627 ; MÉFRA, 93, 1981, p. 374.

23Quatre épaves pour le Haut Empire et l’amphore Dressel 14 (1, 10, 12 et 16), peutêtre cinq si les découvertes du Puerto de Mahón correspondent bien à l’épave que l’un des inventeurs a vue lors d’une plongée (5). Toutes les autres épaves relèvent du Bas Empire et leur cargaison contenait, entre autres, des amphores Almagro 50, 51a-b, 51c ou Beltran 72. La localisation de ces épaves démontre que tous ces bateaux empruntaient les mêmes routes puisque nous les retrouvons aux Baléares, sur la côte sud de la France et au sud de la Corse. La seule différence est la présence des seules épaves du Bas Empire autour et surtout au sud de la Sicile. Il y avait donc là une nouvelle route pour les amphores lusitaniennes ; il faut en chercher la raison sans doute dans la constitution de la cargaison. Mise à part l’épave Randello (19) qui n’a transporté que des amphores Almagro 50, semble-t-il, les trois autres épaves avaient une cargaison mixte d’amphores africaines et d’amphores lusitaniennes. Ces bateaux avaient dû être chargés dans quelque entrepôt recevant des marchandises de diverses provenances avant de les réexporter plus loin : leur localisation au sud de la Sicile suggère qu’ils se dirigeaient vers l’est plutôt que vers l’Italie.

Fig. 4. Épaves contenant des amphores lusitaniennes.

  • 31 Voir Épave Cabrera III, tableau de la page 203.
  • 32 Ibid., p. 200.

24De toute façon, tous ces bateaux ou presque ont une cargaison mixte réunissant des amphores d’origines variées ; un des meilleurs exemples est constitué par l’épave Cabrera III (4) à Majorque, sur laquelle nous avons distingué sept types d’amphores venant de Lusitanie, de Bétique et de Byzacène. Cette association est fréquemment attestée pour le Bas Empire31 et il faut en conclure que les cargaisons étaient constituées dans de grands entrepôts et que ces bateaux allaient directement les décharger à leur destination finale. L’idée qu’il s’agissait d’un cabotage au cours duquel les bateaux chargeaient ou déchargeaient leurs amphores ne nous paraît pas compatible avec la composition du chargement de l’épave Cabrera III32

25Nous imaginons difficilement que ces bateaux aient chargé les amphores lusitaniennes en Lusitanie même, qu’il s’agisse de Tróia ou d’un autre port. Nous supposons plus volontiers que les amphores lusitaniennes descendaient vers la Bétique, dans des embarcations plus légères, vers des entrepôts où se constituaient les cargaisons mixtes, du type de celle de Cabrera III, qui partaient ensuite en direction de Rome très vraisemblablement. Nous avons tenté de calculer le nombre d’amphores nécessaires pour exporter la production du complexe industriel que nous avons étudié à Tróia, celui qui sous le Haut Empire comprenait les usines I et II. Ce complexe avait une capacité supérieure à 600 mètres cubes, vraisemblablement proche de 750 mètres cubes. Sachant qu’une amphore Dressel 14 avait une capacité de 30/32 litres en moyenne et que les bassins pouvaient être remplis de salaisons à cinq reprises dans 1’année, le propriétaire de ce complexe avait besoin de plus de 100 000 amphores pour vendre ses productions de sauces et salaisons de poisson. Il s’agissait peut-être d’un des plus grands complexes industriels de Tróia, puisque nous connaissons l’usine III avec seulement une capacité de 100 mètres cubes. Il est difficile de savoir avec exactitude combien d’usines fonctionnaient à la même époque sur ce site ; un assez grand nombre sans doute occupaient les deux kilomètres de constructions visibles sur la rive du Sado. Pour le seul complexe étudié (usines I/II), il fallait cent bateaux de 1 000 amphores ou cinq cents petits bateaux de 200 amphores pour exporter sa production annuelle. On comprend mieux l’importance des ateliers d’amphores situés sur l’autre rive et l’on devine aisément l’intensité du trafic qui devait régner dans l’estuaire du Sado.

Conclusion

  • 33 J. Alarcâo, R. Étienne et F. Mayet, Les villas romaines de Sâo Cucufate (Portugal), Paris, 1990, p (...)

26La Lusitanie a donc produit un volume tel de salaisons de poisson et de garum qu’elle a disposé de larges surplus exportables. Certes, la consommation intérieure et les circuits commerciaux à l’intérieur de la Péninsule en ont absorbé une partie et nous avons pu le montrer dans la fouille d’une grande villa rurale comme São Cucufate33. Sur les marchés extérieurs – et essentiellement en Italie – les amphores lusitaniennes réussissent à s’imposer sous le Haut Empire, époque dominée par les productions de Bétique ; sous le Bas Empire, elles arrivent à les remplacer et vont jusqu’à concurrencer les productions d’Afrique du Nord. Pour les consommateurs, il s’agit toujours sans doute de garum hispanum, surtout s’il était transporté à partir d’entrepôts de Bétique. dont le plus important pourrait être celui de Gadès.

  • 34 Avson., Ep., XXI, 1,7-8 (éd. Schenkl) : iam patinas implebo meas, ut parcior ille, maiorum mensis (...)
  • 35 R. Étienne, Les rations alimentaires des esclaves de la “familia rustica” d’après Caton, dans Inde (...)
  • 36 Cato, De agr., 58.
  • 37 Plin., NH, XXXI, 96. Voir R. Étienne, À propos du “garum sociorum”, dans Latomus, XXIX, 1970, p. 2 (...)
  • 38 Apicius, L’art culinaire (CUF, éd. J. André), Paris, 1974 : le mot garum est insuffisamment relevé (...)
  • 39 Même s’il intervient dans plus de 350 recettes, mais derrière le poivre ! N. Blanc et A. Nercessia (...)

27Un tel commerce devait faire face à une consommation accrue de garum, que l’on pourrait symboliser par la remarque d’Ausone : les ancêtres en usaient avec parcimonie, de son temps, au ive siècle, on l’utilise à pleines cuillères34. Malheureusement, une telle indication manque d’estimation chiffrée. Caton, quand il détaille le régime alimentaire des esclaves35, ne nous dit pas davantage : il ne parle pas de garum mais d'hallec36, sans d’ailleurs nous dire quelle quantité était consommée. Pour le sel, il parle d’un modius par an, soit 8,5 litres ou 8,25 kilogrammes ; et après tout le garum n’est-il pas un substitut du sel, à en croire Pline ?37 S’il intervient pratiquement dans toutes les recettes de cuisine38, c’est toujours avec discrétion39, si bien qu’en tenant compte du développement de son usage, nous ne pensons pas que passer de 8 litres, soit un quart d’amphore, à 16 litres, soit une demi-amphore par an, force trop la vraisemblance.

  • 40 P. Pomey et A. Tchernia, Le tonnage maximum des navires de commerce romains, dans Archaeonautica, (...)
  • 41 Pomey-Tchernia, p. 250, notent que les gros tonnages ne deviennent intéressants que pour acheminer (...)
  • 42 M. P. Charlesworth, Les routes et le trafic commercial dans l’Empire romain (trad. G. Blumberg et (...)
  • 43 A. Tchernia, P. Pomey, A. Hesnard et alii, L’épave romaine de La Madrague de Giens (campagnes 1972 (...)
  • 44 Épave Port-Vendres II, p. 23-47 : quatre types d’amphores, mais la fouille reste incomplète.
  • 45 Épave Cabrera III, p. 117-177 : sept types d’amphores, mais la fouille incomplète interdit de calc (...)
  • 46 Dig., XIV, 2, 1 (cité et traduit par Pomey-Tchernia, p. 235) : Si conduxisti navem amphorarum duo (...)

28Si nous comptons la population de Rome à 1 200 000 habitants40, elle réclamerait donc par an 600 000 amphores, soit pour chacun des cinq mois de production, 120 000 amphores qui exigeaient pour être transportées 120 bateaux de 1 000 amphores41. En supposant qu’un bateau met une vingtaine de jours42 pour faire le trajet Gadès-Rome-Gadès, la rotation assurant un approvisionnement régulier, en tenant compte du temps nécessaire au chargement et au déchargement, mettrait en mouvement cent vingt bateaux par mois. Le calcul serait valable si les bateaux ne transportaient que des amphores à garum ; or les épaves connues livrent des cargaisons mixtes. Seule l’épave de Giens est uniquement chargée d’amphores à vin Dressel 1B43. D’autre part, aucune épave n’a été ou ne peut être complètement fouillée et il est très difficile de se prononcer sur la proportion des amphores à garum par rapport au chargement total, aussi bien à propos de Port-Vendres II44 que de Cabrera III45 : entre un tiers et une moitié ? De toute façon, en étant minoritaires, les amphores à garum exigeraient pour arriver à destination des flottes encore plus importantes, à moins de retenir des bateaux de 2 000 amphores, comme le Digeste46 nous y invite.

29Ainsi l’archéologie comble le silence des sources littéraires et redonne à la Lusitanie la place de premier plan qu’elle a réellement occupée dans le commerce méditerranéen et dans l’approvisionnement de Rome. Angoissés par le spectre des famines et préoccupés par le ravitaillement en blé d’une capitale turbulente, les auteurs anciens ont laissé ignorer la nécessité des protides dans l’alimentation de chaque jour ; de ce fait, le volume que les salaisons et sauces de poisson occupaient dans le commerce méditerranéen est resté dans l’ombre, quelles que soient leurs origines. Ne nous étonnons donc pas que la Lusitanie ait été oubliée.

Notes

1 Horat., Sat., II, 8, 46 : garo de sucis piscis Iberi. Tituli picti sur amphores d’Augst (Germanie Supérieure) : O. Bohn, Pinsel Inschriften auf Amphoren aus Augst und Windisch, dans ASA, 28, 1920, p. 197-212, p. 202-204.

2 Ce programme, accepté par la Commission consultative des fouilles auprès du Ministère des Affaires Étrangères (Paris), bénéficie de l’aide de la Fondation C. Gulbenkian (Lisbonne) et de l’Institut du Patrimoine Portugais Architectural et Archéologique (Lisbonne), de l’Ambassade de France (Lisbonne) et du Centre National de la Recherche Scientifique (Paris). Il vise à éclairer la production des industries de salaisons et sauces de poisson, la fabrication des emballages, par la découverte de fours d’amphores, et la commercialisation des produits lusitaniens.

3 Voir Les amphores lusitaniennes. Typologie, production, commerce (Actes des Journées d’étude tenues à Conimbriga les 13 et 14 octobre 1988, édités par A. Alarcão et F. Mayet), Conimbriga-Paris, 1990 (= Les amphores lusitaniennes).

4 R. Étienne, Y. Makaroun et F. Mayet, avec la collaboration de G. Hennequin, C. Lopes, C. Tavares da Silva, Un grand complexe industriel à Trôia (Portugal), Paris, 1994 (= Étienne, Makaroun, Mayet, Un grand complexe industriel à Trôia).

5 Pour la dernière en date, J.-P. Bost, M. Campo, D. Colis, V. Guerrero et F. Mayet, L’épave Cabrera III (Majorque). Échanges commerciaux et circuits monétaires au milieu du iiie siècle après Jésus-Christ (Publications du Centre Pierre Paris, 23), Paris, 1992 (= Épave Cabrera III).

6 A. J. Parker, Lusitanian Amphoras, dans Méthodes classiques et méthodes formelles dans l’étude des amphores (Rome, 1974), Rome, 1977, p. 35-46.

7 C. Panella, Le anfore, dans Ostia III (Studi Miscellanei, 21), Rome, 1973, p. 519-521.

8 F. Mayet, Problèmes de dénomination, dans Les amphores lusitaniennes, p. 23-28.

9 Une inscription peinte trouvée sur le col d’une amphore Dressel 14 lusitanienne ne laisse aucun doute ; B. Liou et R. Marichal, Les inscriptions peintes sur amphores de l’anse Saint-Gervais à Fos-sur-Mer, dans Archaeonautica, 2,1978, p. 141, no 32, fig. 16 : LIQ(uamen) / EXC(ellens) / SABINIET AVITI.

10 J. Leite de Vasconcellos, Olaria luso-romana em Bartholomeu de Castro Marim, dans AP, série I, IV. 1898, p. 329-336 ; Id., Da Lusitania à Bética, dans AP, série I, V, 1900,p. 225-249.

11 Identifiée tout d’abord dans le matériel amphorique de São Cucufate (Beja), nous l’avons retrouvée dans les centres de production de la vallée du Sado (Pinheiro et Abul). Pour le matériel de Sâo Cucufate, voir F. Mayet et A. Schmitt, Les amphores de Sâo Cucufate, dans Itinéraires lusitaniens. Trentième anniversaire des fouilles luso-françaises au Portugal (sous presse).

12 J. M. Cordeiro Raposo, Porto dos Cacos : uma oficina de produçâo de ânforas romanas no vale do Tejo, dans Les amphores lusitaniennes, p. 117-151, particulièrement p. 126-127, 139, 142 et 150.

13 R. Étienne, Que transportaient donc les amphores lusitaniennes ?, dans Les amphores lusitaniennes, p.15-19.

14 D. P. S. Peacock et D. F. Williams. Amphorae and the Roman economy. An introductory guide, Londres et New York, 1986, p. 130-131.

15 Épave Cabrera III, p. 128-134, où ces deux amphores portent la même estampille : ANGE (Annius Genialis).

16 S. J. Keay, Late Roman Amphorae in the Western Mediterranean. A typology and économie Study : the Catalan Evidence (BAR, Int. Ser., 196), Oxford, 1984, p. 369, fig. 172, no 3 et 4. A. M. Diogo, Quadro tipológico das ânforas de fabrico lusitano, dans AP, série IV, 5, 1987 (paru en 1991), p. 183, fig. 5 (forme L.8).

17 B. Liou, Direction des recherches archéologiques sous-marines, dans Gallia, 40, 1982, p. 437-444, fig. 1 et 2, no 1 à 4.

18 Voir la note 13.

19 Voir F. Mayet et A. Schmitt, Les amphores de Sâo Cucufate (Beja), dans Itinéraires lusitaniens. Trente années de fouilles luso-françaises au Portugal (sous presse).

20 Ils sont signalés sur la figure 3 par une lettre : A. Garrocheira (Benavente) ; B. Porto dos Cacos (Alcochete) ; C. Quinta do Rouxinol (Corroios, Seixal) ; D. Setübal ; E. Quinta de Alegria (Setúbal) ; F. Pinheiro (Alcâcer do Sal) ; G. Abul (Alcâcer do Sal) ; H. Enchurrasqueira (Alcácer do Sal) ; I. Bugio (Alcácer do Sal) ; J. Barrosinha (Alcâcer do Sal) ; K. Martinhal (Sagres) ; L. Quinta do Lago (Loulé) ; M. Sâo Bartolomeu do Mar (Castro Marim).

21 J. C. Edmondson, Two Industries in Roman Lusitania. Mining and Garum Production (BAR, Int. Ser., 362), Oxford, 1987, p. 106, fig. 5.2 et p. 255-269.

22 Étienne, Makaroun, Mayet, Un grand complexe industriel à Tróia, p. 100-108, fig. 32.

23 Ils sont signalés sur la figure 3 par des chiffres arabes : 1. Lisbonne (Casa dos Bicos, rua dos Bacalhoeiros) ; 2. Cacilhas (Almada, Largo Alfredo Dinis) ; 3. Creiro (Portinho de Arrâbida, Setübal) ; 4. Comenda (Nossa Senhora da Anunciada, Setübal) ; 5. Setübal (Place du Bocage et Travessa Frei Gaspar) ; 6. Trôia (Grândola) ; 7. Sines (Grândola) ; 8. Ilha do Pessegueiro (Sines, Grândola) ; 9. Boca do Rio (Budens, Vila do Bispo, Lagos) ; 10. Vau (Mexilhoeira Grande, Portimâo, Lagos) ; 11. Portimões (Portimâo, Lagos) ; 12. Loulé Velho (Loulé, Faro) ; 13. Quinta do Lago (Loulé, Faro) ; 14. Olhão (Faro) ; 15. Quinta do Marim (Quelfes, Olhão, Faro) ; 16. Quinta das Antas et Torre de Ares (= Balsa, Luz, Tavira, Faro) ; 17. Quinta do Muro (Vila Nova de Cacela, Vila Real de Santo Antonio, Faro).

24 C. Tavares da Silva et J. Soares, Ilha do Pessegueiro, porto romano da Costa alentejana, Lisbonne, 1993.

25 Voir en particulier l’ouvrage de M. Ponsich et M. Tarradell, Garum et industries antiques de salaison dans la Méditerranée occidentale (Bibl. de l’École des Hautes Études Hispaniques, fasc. XXXVI), Paris, 1965 (= Ponsich-Tarradell), repris dans M. Ponsich, Aceite de oliva y salazones de pescado. Factores geo-económicos de Bética y Tingitana, Madrid, 1988.

26 M. Martin Bueno, J. Liz Guira et M. C. Ramírez de Arrellano, Baelo Claudia : sector sud, 1981-1983 (avance), dans MCV, XX, 1984, p. 487.

27 Ponsich-Tarradell, p. 55-68, pl. XIX et fig. 39 à 43.

28 F. Zevi et I. Pohl, Ostia. Saggi di scavo, dans NS, série VIII, XXIV, suppl. I, 1970, p. 93 n. 135.

29 C. Panella, Ostia III, p. 520.

30 Ead., ibid., p. 520.

31 Voir Épave Cabrera III, tableau de la page 203.

32 Ibid., p. 200.

33 J. Alarcâo, R. Étienne et F. Mayet, Les villas romaines de Sâo Cucufate (Portugal), Paris, 1990, p. 252-254 ; C. Lopes et F. Mayet, Commerce régional et commerce lointain des amphores lusitaniennes, dans Les amphores lusitaniennes, p. 295-303.

34 Avson., Ep., XXI, 1,7-8 (éd. Schenkl) : iam patinas implebo meas, ut parcior ille, maiorum mensis applaria sucus inundet. Sur ce passage, voir R. Étienne, Ausone ou les ambitions d'un notable aquitain (repris dans Ausone, humaniste aquitain), Bordeaux, 1986, p. 68.

35 R. Étienne, Les rations alimentaires des esclaves de la “familia rustica” d’après Caton, dans Index, 10, 1981, p. 66-77.

36 Cato, De agr., 58.

37 Plin., NH, XXXI, 96. Voir R. Étienne, À propos du “garum sociorum”, dans Latomus, XXIX, 1970, p. 297-313, p. 307.

38 Apicius, L’art culinaire (CUF, éd. J. André), Paris, 1974 : le mot garum est insuffisamment relevé dans l'index ciborum.

39 Même s’il intervient dans plus de 350 recettes, mais derrière le poivre ! N. Blanc et A. Nercessian, La cuisine romaine antique, Grenoble, 1992, diagramme p. 216 ; elles indiquent pour assaisonner les plats une cuillerée de garum.

40 P. Pomey et A. Tchernia, Le tonnage maximum des navires de commerce romains, dans Archaeonautica, 2,1978, p. 233-251 (= Pomey-Tchernia) : ils comptent, p. 239,700 000 habitants sous Claude. Nous adoptons ici le chiffre proposé par J. Carcopino, La vie quotidienne à Rome à l’apogée de l'Empire, Paris, 1939, p. 35.

41 Pomey-Tchernia, p. 250, notent que les gros tonnages ne deviennent intéressants que pour acheminer régulièrement des produits pondéreux ou volumineux sur un long parcours, comme le blé.

42 M. P. Charlesworth, Les routes et le trafic commercial dans l’Empire romain (trad. G. Blumberg et P. Grimai), Paris, 1938, p. 160 ; J. Rougé, Recherches sur l’organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l'Empire romain, Paris, 1966, p. 104 ; Gadès-Ostie : sept jours qu’avec prudence M. P. Charlesworth étendait à dix jours.

43 A. Tchernia, P. Pomey, A. Hesnard et alii, L’épave romaine de La Madrague de Giens (campagnes 1972-1975) (XXXIVe suppl. à Gallia), Paris, 1978.

44 Épave Port-Vendres II, p. 23-47 : quatre types d’amphores, mais la fouille reste incomplète.

45 Épave Cabrera III, p. 117-177 : sept types d’amphores, mais la fouille incomplète interdit de calculer les proportions de chacun d’eux.

46 Dig., XIV, 2, 1 (cité et traduit par Pomey-Tchernia, p. 235) : Si conduxisti navem amphorarum duo milium et ibi amphoras portasti, pro duobus milibus amphorarum pretium debis. Pavlvs : immo si aversione navis conducta est, pro duobus milibus debetur merces ; si pro numero impositarum amphorarum merces constituta est, contra se habet : nam pro tot amphoris pretium debes, quot portasti. Si tu as livré un navire de deux mille amphores et que tu y as apporté un certain nombre d’amphores, tu dois le prix du transport pour deux mille amphores. Paul : plus exactement si on a loué le navire en bloc, on doit le tarif de deux mille amphores. Mais si le tarif a été établi au nombre des amphores embarquées, c’est le contraire : tu dois le prix pour le nombre d’amphores que tu as apportées.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Amphores : 1. Dressel 14 : 2. Almagro 50 : 3. Beltrán 72 : 4. Keay LXXVIII. Échelle 1/10 aprox.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8351/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig 2. Amphores lusitaniennes : 5. Almagro 51a-b ; 6. Almagro 51c (prototype) ; 7. Almagro 51c (piriforme) ; 8. Almagro 51c (tardive). Échelle 1/6 aprox.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8351/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 3. 1. Fours d’amphores ; 2. Usines de salaisons.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8351/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig. 4. Épaves contenant des amphores lusitaniennes.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8351/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search