Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

5e partie. Économie

Que transportaient donc les amphores lusitaniennes ?

Note de l’éditeur

Extrait de Les amphores lusitaniennes. Typologie, production, commerce (Actes des Journées d’Études tenues à Conimbriga les 13 et 14octobre 1988, édités par A. Alarcâo et F. Mayet), Paris, 1990, p. 15-19.

Texte intégral

1Au moment où s’ouvrent ces deux journées sur les amphores lusitaniennes, une première question, naïve, mérite d’être posée : que pouvaient-elles bien transporter ? Question à laquelle, nous allons le voir, il n’est pas aisé de répondre, ce qui donne aussitôt toute sa dimension à la réunion qui commence aujourd’hui : seule l’archéologie peut nous faire sortir du silence des sources tant littéraires qu’épigraphiques et légitimer donc la suite de nos travaux et un programme neuf de recherches.

  • 1 C’est ce que note avec soin par exemple R. Pascual Guasch à propos de deux amphores qu’il a pu exa (...)

2Ces amphores lusitaniennes – essentiellement les Dressel 14, Almagro 50 et Almagro 51c – étant poissées sont donc inadéquates au transport de l’huile1. Le contenu ne peut pas être non plus du vin : ni la forme des contenants, ni les emplacements des fours ne nous y convient. Restent alors les salaisons et les sauces de poisson pour lesquelles je vais essayer de dresser le tableau de nos rares certitudes.

1. Les inscriptions peintes

  • 2 CIL XV, 4714, 4716, 4719, 4729.
  • 3 Pascual Guasch, Pecio Gandolfo, p. 206 (col de l’amphore no 1).
  • 4 F. Zevi, Appunti sulle anfore romane, 1. La tavola tipologica del Dressel, dans Archeologia Classi (...)
  • 5 CIL XV, 4714, 4716, 4719, celle-ci trouvée dans la Domus Aurea.
  • 6 CIL XV, 4729.
  • 7 Pascual Guasch, Pecio Gandolfo, p. 206. Nous préférons liquaminis flos sur le modèle de gari flos,(...)
  • 8 B. Liou et R. Marichal, Les inscriptions peintes sur les amphores de l’anse Saint-Gervais à Fos-su (...)
  • 9 A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine, II, Paris, 1934 : Le matériel de navigation, les a (...)
  • 10 R. Étienne, La vie quotidienne à Pompéi, 3e éd., Paris, 1985, p. 148-149. CIL IV, 2589-2594 ; 5707 (...)
  • 11 CIL IV, 5673 ; R. I. Curtis, The Production and Commerce of Fish sauce in the Western Roman Empire (...)
  • 12 CIL IV, 9430-9434 : M(uriae)f(los) sur des cruches. CIL XV, 4723 : muriae argutae excellente flos.(...)
  • 13 D. Colis, R. Étienne, R. Lequément, B. Liou et F. Mayet, L’épave Port-Vendres II et le commerce de (...)
  • 14 CIL IV, 2596 : lire excellens et non excella ; CIL IV, 2588 sur une amphore Pompéi XIV = Dressel 1 (...)
  • 15 CIL IV, 2589-2594,5707-5714 ; 10278-10281a, 10744-10746.

3La preuve irréfutable, et nous commencerons par elle, vient de l’inscription peinte la plupart du temps sur le col de l’amphore Dressel 14 à l’encre rouge2 ou à l’encre noire, devenue grise3 au gré du temps, qui nous éclaire sur le contenu. Déjà pour les amphores Dressel 1A et 1B, les inscriptions peintes avaient révélé qu’elles transportaient du vin italien et des meilleurs crus4. Les amphores Dressel 14, certes peu nombreuses à porter des inscriptions et rencontrées à Rome, contenaient liquamen5 et muria6 ou encore sur une épave, liq(uaminis) fl(os) excellens7. Si l’amphore Dressel 14 de l’anse Saint-Gervais8 est dérivée du type de la Bétique et représente donc de façon indiscutable une Dressel 14 lusitanienne, fabriquée avec la même pâte que celle des amphores trouvées dans les fours de Lusitanie, elle serait la première à prouver par l’inscription liq(uamen) exc(ellens) Sabini et Avili qu’elle transportait de la sauce de poisson. Le liquamen est l’équivalent du mot garum9 inscrit sur les amphores pompéiennes10. La muria11, solution saline, est utilisée pour préparer le poisson salé et la sauce de poisson et finit par se confondre avec eux ; elle est jugée inférieure au garum, encore qu’on puisse distinguer une muria de premier ordre12. Quant à excellens inscrit sur l’amphore du pecio Gandolfo autant que sur celle de l’anse Saint-Gervais, il s’agit d'un qualificatif publicitaire qui accompagne souvent la mention des vins : defrutum excellens13 peint sur une amphore Haltem 70 de l’épave Port-Vendres II ; il qualifie aussi liquamen14. On trouve également souvent optimum accolé à liquamen15.

4Malheureusement pour notre sujet, aucune amphore Almagro 50 ni Almagro 51c ne comporte d’inscription peinte nous renseignant sur leur contenu. Seuls les débris organiques et les arêtes de poisson nous assurent des salaisons ou des sauces.

2. Débris organiques et arêtes de poisson

5Sur les trois types d’amphores lusitaniennes, on a rencontré des traces évidentes du produit transporté.

  • 16 Pascual Guasch, Pecio Gandolfo, p. 208 ; Curtis, p. 273.

6Pour les amphores Dressel 14, c’est le pecio Gandolfo qui en apporte la preuve pour le type no 216. Le poisson y était conservé en saumure ; il était découpé en morceaux encore que la large embouchure de la Dressel 14 permettait d’introduire même des poissons entiers.

  • 17 Y. Chevalier et C. Santamaria, L’épave de l’anse Gerbal à Port-Vendres, dans RSL, XXXVIII, 1971 (M (...)
  • 18 A. J. Parker, Poster présenté à l’occasion du Congrès de Sienne en 1986 : Amphores Almagro 50 de l (...)
  • 19 F. Benoit, Nouvelles épaves de Provence (III), dans Gallia, XX, 1962, p. 147-176, surtout p. 157-1 (...)

7Les amphores Almagro 50 ont transporté des sardines de petit modèle – la sardina Pilchardus L. –, qui ont été trouvées tant sur l’épave Port-Vendres I17 ou épave de l'Anse Gerbal que sur celle de Randello (province de Raguse, Sicile)18 et également du garum fait à partir de coquillages (pectunculus pilosus) sur l’épave Planier VII19.

  • 20 Témoignage oral.

8Nous n’aurions rien pour les amphores Almagro 51c si Dali Colis n’avait pas remarqué que quelques arêtes de poisson étaient tombées d’une de ces amphores, quand les plongeurs de l’épave Cabrera III (Majorque) l’ont vidée avant de la remonter à la surface20.

3. Toponymie

9La toponymie est notre ultime recours et nous ouvre deux chemins, celui des installations de salaisons de poisson et celui du sel.

  • 21 Rien que pour la Bétique, il les place à Menlaria (Strab., III, 1,8), à Malaca (III, 4, 2), Cartha (...)
  • 22 H. Treidler, s.v., ταριχεῖαι3, dans RE, IV, A, 2 (1932), col. 2319. H. Dessau, s.v. Laurunesiae, d (...)
  • 23 Strab., XVII, 17, p. 193.
  • 24 J. Peyras et J.-P. Trousset, Le lac Tritonis et les noms anciens du Chott-el-Jerid, dans AA, 24, 1 (...)
  • 25 G. Holscher, s. v. Taricheai, dans RE, IV, A, 2 (1932), col. 2317-2318. Tarichea chez Plin., V, 15 (...)

10Strabon21 dénomme ταριχῖαι les installations de salaisons de poisson et certaines villes ou points géographiques ont perpétué cette fonction, par exemple à la hauteur d’Hadrumète (Sousse, Tunisie) existent les îles des salaisons : Taricheae sive Larunesiae insulae22. Après l’île de Djerba (Meninx), Strabon23 décrit le lac Zuchis qui désignerait la Nahiret-el-Biban, avec une entrée étroite et des conserveries de poisson (ταριχεῖαι) favorisées par la présence de salines et au nord s’étend la sebka El Melah (du sel)24. On connaît25 sur la côte sud du lac de Genezareth une Taricheae, le pluriel révélant la multiplicité des bassins à salaison.

  • 26 F. Lasserre, dans Strabon, Géographie, II (Livres III et IV), Introduction, p. 4-7.
  • 27 Polyb., XXXIV, 8 (= Athen., VIII, 330c).

11Mais Strabon ne désigne aucune ville de Lusitanie comme possédant des ταριχεῖαι. Sans doute par rapport à la côte de Bétique, celle de Lusitanie ne s’était pas encore ouverte à cette activité, si l’on veut bien se souvenir que Strabon s’inspire des Histoires et de l'Histoire de Pompée de Poseidonius, datées de 80-70 avant Jésus-Christ26. À plus forte raison, Polybe27 qui accompagnait en 151 Scipion Émilien sur la côte de l’Algarve, ne nous parle ni de poisson salé, ni de sauce de poisson, seulement de poisson frais pour lequel il ne donne aucun prix, alors qu’il livre les prix des céréales, du vin, de viandes et de figues apportés au marché.

  • 28 ThLL, III, 1907, s.v. cetarius, col. 964-965, s’emploie au féminin et au neutre pluriel. Cf. Plin. (...)
  • 29 Ptolém., III, 4.
  • 30 Id, II, 5, 2. Contrairement à ce qu’écrit J. Alarcâo, Portugal romano, 4e éd., Coimbra, 1987 (= Al (...)
  • 31 A. Schulten, Geografía y etnografía antiguas de lapenínsula ibérica, Madrid, 1963, II, p. 535.
  • 32 Vers laquelle penche, avec d’excellents arguments, Alarcâo, Portugal romano, p. 71-72.
  • 33 A. Tovar, Iberische Landeskunde, II. Die Völker und die Städte des antiken Hispanien, 2. Lusitanie (...)
  • 34 Id., ibid., p. 214-215.
  • 35 P. Grimal, Th. Monod, Sur la véritable nature du garum, dans RÉA, LIV, 1952, p. 27-38.

12Il existe en latin la racine ۷ cet qui vient de ὁ κῆτος, le thon et qui a donné le substantif dérivé cetaria28, les bassins de salaisons. Ptolémée29 connaît en Sicile, sur la côte nord-ouest, après Hyccara et avant Panormus, un lieu-dit Cetaria. Cette même racine se reconnaît cette fois dans une ville lusitanienne, Caetobriga30, ce qu’avait déjà signalé Schulten31. Sans avoir à prendre position sur sa localisation exacte – ou Setúbal32 ou Trôia de Setúbal33 – nous sommes assurés que le Sado était favorable à cette industrie, d’autant plus qu’Alcácer do Sal (Salacia)34 dénonce le rôle indispensable du sel pour les salaisons35. Ainsi le bassin du Sado dans sa totalité offrait les meilleures conditions pour installer et développer les salaisons de poissons.

13Une conclusion s’impose : les fours d’amphores Almagro 51c, situés dans la proximité immédiate, ont fabriqué les emballages céramiques destinés au transport des liquamen, garum, muria et hallec et des salaisons de poisson proprement dites.

14J’annonçais au début de cette courte communication de rares certitudes. Avouons qu’elles sont décisives et, si on veut bien les combiner entre elles, elles se confortent mutuellement.

  • 36 Ville hallstatienne connue des marchands grecs et enregistrée par Strab., III, 3, 1. Cf P. Rouilla (...)
  • 37 A. Pompéi, la veru sarinu osque fut dénommée porta Salis : Étienne, Vie quotidiene à Pompéi, p. 14 (...)
  • 38 J. C. Edmondson, Two industries in Roman Lusitania : Mining and garum production (BAR, Int. Ser., (...)

15Les témoignages les plus anciens viennent de la toponymie avec Salacia36 et du baptême linguistique donné à des lieux à dénomination indigène37. Il est évident qu’à la permanence du contenu s’oppose au cours des siècles la diversité des contenants : il faudra en débattre et en chercher éventuellement les raisons. Il n’en reste pas moins que désormais la question ne se pose plus : ces amphores lusitaniennes ont été fabriquées pour exporter garum et salaisons. Cette vérité, que certains estiment d’évidence38, méritait bien quelque démonstration.

Notes

1 C’est ce que note avec soin par exemple R. Pascual Guasch à propos de deux amphores qu’il a pu examiner des trouvailles du pecio Gandolfo : Dos ánforas del pecio Gandolfo (Almería), dans Zepbyrus, XI, 1960, p. 205-209 (= Pascual Guasch, Pecio Gandolfo), développé dans Pyrenae, 4, 1968, p. 141-155.

2 CIL XV, 4714, 4716, 4719, 4729.

3 Pascual Guasch, Pecio Gandolfo, p. 206 (col de l’amphore no 1).

4 F. Zevi, Appunti sulle anfore romane, 1. La tavola tipologica del Dressel, dans Archeologia Classica, XVIII, 1966, p. 208-247 (= Zevi), p. 214. A. Tchemia, Le vin de l’Italie romaine. Essai d’histoire économique d’après les amphores (BÉFAR, 261), Paris, 1986, p. 60-65.

5 CIL XV, 4714, 4716, 4719, celle-ci trouvée dans la Domus Aurea.

6 CIL XV, 4729.

7 Pascual Guasch, Pecio Gandolfo, p. 206. Nous préférons liquaminis flos sur le modèle de gari flos, plutôt que liquamina flos, lu par cet auteur. À Pompéi, gari flos flos est attesté : CIL IV, 5673, 5706, 9388-9394 ; g.f. est toujours développé g(ari)f(los).

8 B. Liou et R. Marichal, Les inscriptions peintes sur les amphores de l’anse Saint-Gervais à Fos-sur-Mer, dans Archaeonautica, 2, 1978, p. 109-181, p. 141, no 12 et fig. 16.

9 A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine, II, Paris, 1934 : Le matériel de navigation, les amphores, p. 620. Th. Corcoran, The roman fishing industry of the late Roman Republic and early Empire, Northwestern University, 1957, p. 204.

10 R. Étienne, La vie quotidienne à Pompéi, 3e éd., Paris, 1985, p. 148-149. CIL IV, 2589-2594 ; 5707-5709 ; 5699-5702 ; 9412-9419.

11 CIL IV, 5673 ; R. I. Curtis, The Production and Commerce of Fish sauce in the Western Roman Empire, Social and Economic History, University of Maryland, 1978 (= Curtis), p. 11-34.

12 CIL IV, 9430-9434 : M(uriae)f(los) sur des cruches. CIL XV, 4723 : muriae argutae excellente flos. Il existe aussi une muria au goût piquant : Curtis, p. 33, note 94.

13 D. Colis, R. Étienne, R. Lequément, B. Liou et F. Mayet, L’épave Port-Vendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude (Archaeonautica, 1), Paris, 1977, p. 71-74 et 86-91.

14 CIL IV, 2596 : lire excellens et non excella ; CIL IV, 2588 sur une amphore Pompéi XIV = Dressel 12.

15 CIL IV, 2589-2594,5707-5714 ; 10278-10281a, 10744-10746.

16 Pascual Guasch, Pecio Gandolfo, p. 208 ; Curtis, p. 273.

17 Y. Chevalier et C. Santamaria, L’épave de l’anse Gerbal à Port-Vendres, dans RSL, XXXVIII, 1971 (Mélanges F. Benoit), p. 7-32, surtout p. 32.

18 A. J. Parker, Poster présenté à l’occasion du Congrès de Sienne en 1986 : Amphores Almagro 50 de l’épave de Randello (Sicile), dans Amphores romaines et histoire économique. Dix ans de recherche (Coll. ÉFR, 111), Rome, 1989, p. 650-653.

19 F. Benoit, Nouvelles épaves de Provence (III), dans Gallia, XX, 1962, p. 147-176, surtout p. 157-159.

20 Témoignage oral.

21 Rien que pour la Bétique, il les place à Menlaria (Strab., III, 1,8), à Malaca (III, 4, 2), Carthago Nova (III, 4, 6). À propos de toponyme, on pourrait invoquer l’île d’Héraclès, appelée Scombraria à cause des scombres qu’on y pêche et avec lesquels on prépare le meilleur garum (III, 4, 6).

22 H. Treidler, s.v., ταριχεῖαι3, dans RE, IV, A, 2 (1932), col. 2319. H. Dessau, s.v. Laurunesiae, dans RE, XII, 1 (1924), col. 880. L. Foucher, Hadrumetum, Paris, 1964 ne les cite pas.

23 Strab., XVII, 17, p. 193.

24 J. Peyras et J.-P. Trousset, Le lac Tritonis et les noms anciens du Chott-el-Jerid, dans AA, 24, 1988, p. 149-204, p. 160.

25 G. Holscher, s. v. Taricheai, dans RE, IV, A, 2 (1932), col. 2317-2318. Tarichea chez Plin., V, 15, 7.

26 F. Lasserre, dans Strabon, Géographie, II (Livres III et IV), Introduction, p. 4-7.

27 Polyb., XXXIV, 8 (= Athen., VIII, 330c).

28 ThLL, III, 1907, s.v. cetarius, col. 964-965, s’emploie au féminin et au neutre pluriel. Cf. Plin., NH, IX, 49, 92 ; XXXI, 94 ; XXXVII, 66 ; voir ibid., s.v. cetus, col. 976.

29 Ptolém., III, 4.

30 Id, II, 5, 2. Contrairement à ce qu’écrit J. Alarcâo, Portugal romano, 4e éd., Coimbra, 1987 (= Alarcão, Portugal romano), p. 18, Strabon – et c’est révélateur – ne cite pas Caetobriga.

31 A. Schulten, Geografía y etnografía antiguas de lapenínsula ibérica, Madrid, 1963, II, p. 535.

32 Vers laquelle penche, avec d’excellents arguments, Alarcâo, Portugal romano, p. 71-72.

33 A. Tovar, Iberische Landeskunde, II. Die Völker und die Städte des antiken Hispanien, 2. Lusitanien, Baden-Baden, 1976, p. 215-216, ne prend pas parti.

34 Id., ibid., p. 214-215.

35 P. Grimal, Th. Monod, Sur la véritable nature du garum, dans RÉA, LIV, 1952, p. 27-38.

36 Ville hallstatienne connue des marchands grecs et enregistrée par Strab., III, 3, 1. Cf P. Rouillard, Un cratère inédit du Peintre du Thyrse noir à Alcácer do Sal, dans Conimbriga, XIV, 1975, p. 177-184.

37 A. Pompéi, la veru sarinu osque fut dénommée porta Salis : Étienne, Vie quotidiene à Pompéi, p. 148. Le sel était engragé non loin à la statio salinensium.

38 J. C. Edmondson, Two industries in Roman Lusitania : Mining and garum production (BAR, Int. Ser., 362), Oxford, 1987, p. 157-180, ne se pose pas la question.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search