Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

5e partie. Économie

Le vin des Baléares

Note de l’éditeur

Extrait de Majorque, Languedoc et Roussillon de l’Antiquité à nos jours (Fédération historique du Languedoc méditerranéen et Roussillon), Montpellier, 1982, p. 5-12 (co-auteurs C. Lamour et F. Mayet).

Texte intégral

1“Dans les Espagnes, les vins de Léétanie sont renommés pour leur abondance, ceux de Tarragone et de Lauron pour leur qualité, ceux des îles Baléares se comparent aux premiers crus d’Italie” (Plin., NH, XIV, 71).

  • 1 A. Arribas, M. Tarradell et D. E. Woods, Pollentia. I. Excavaciones en Sa Portella, Alcudia (Mallo (...)
  • 2 Excavaciones arqueológicas submarinas en la ensenada de Colonia de Sant Jordi (Ses Salines, Mallor (...)

2Cette constatation de Pline l’Ancien, faite par un connaisseur des réalités hispaniques, nous invite à réfléchir sur l’existence, la chronologie et la qualité de ce vignoble et sur un éventuel commerce de ce vin baléarique. La publication de fouilles terrestres1 et de gisements sous-marins2 nous permet de poser à ce propos quelques problèmes nouveaux, sinon de les résoudre.

  • 3 Baliares, dans RE, II, 2, col. 2823-2827.

3Par Baléares3, nous entendons, selon le sens antique du terme, les îles de Minorque et de Majorque exclusivement. Ce sont les Gymnésies (Strabon, III, 4, 7) ou Baléarides (Strabon, III, 5,1), auxquelles s’opposent les Pityuses (CIL II, Insulae Pityusae) comprenant les îles d’Ibiza et de Formentera. Cette distinction est importante : quand les auteurs anciens évoquent les Baléares, ils parlent de Majorque (Balearis Maior) et de Minorque (Balearis Minor) et non pas d’Ibiza qui, d’ailleurs est presque toujours désignée par le nom d'Ebusus (Pomponius Mela, III, 125), et dans ce cas, les vins des îles Baléares ne sauraient être récoltés à Ibiza.

I. Les sources littéraires antiques

4Quel dossier sur ces vins des Baléares nous fournissent les sources littéraires antiques ? Disons tout de suite qu’il reste maigre et qu’il doit être éclairé par l’archéologie.

  • 4 Diod. Sicul., V, 13. Il est impossible de préciser pour chacun des livres la date de rédaction ou (...)
  • 5 F. Jacoby, Die Fragmente der griechischen Historiker. Dritter Teil. Geschichte von Staedten und Vo (...)
  • 6 Strab., III (CUF, éd. F. Lasserre), p. 6, 12 et 14.
  • 7 Strab., III, 5,2, parle seulement de la fertilité de la terre.

5Diodore de Sicile, contemporain de César et d’Auguste, rapporte au livre4 de sa Bibliothèque Historique tout ce qu’il faut savoir des Baléares, de leurs productions autant que de leurs habitants. Si les terres fertiles de Majorque et Minorque nourrissent d’excellents bestiaux de toutes sortes, Minorque essentiellement des mulets de haute taille et d’une force remarquable, si elles sont peuplées de plus de trente mille habitants, elles sont totalement dépourvues de vignobles. Affirmation péremptoire qu’il faut maintenant peser. De quelle source lointaine Diodore se fait-il l’écho complaisant et peu critique ? Sûrement de Timée5, qui lui apporte des renseignements géographiques et historiques, datés de la deuxième moitié du IVe et de la première moitié du iiie siècle avant Jésus-Christ, et qui dresse un tableau schématique de “Barbarité” : tous les habitants, y compris les Puniques, sont Barbares ; la population ne produit sur le sol insulaire ni vin, ni huile d’olive, les deux produits essentiels de la civilisation. Timée colporte des récits phéniciens incontrôlables et Poseidonius les a pieusement recueillis, au moins pour les Baléares, quand il écrit ses Histoires et l’Histoire de Pompée en 72 avant Jésus-Christ ; Strabon, qui compose le livre III de sa Géographie consacré à la Péninsule Ibérique en 17 après Jésus-Christ, dépend de lui6 qui, lors de son voyage de retour, depuis Gadès vers l’Italie, n’a fait que relâcher dans les îles sans pouvoir apporter de corrections à la vision sommaire de Timée7.

  • 8 Strab., III, 5,1.
  • 9 Strab., III, 5, 1.
  • 10 Strab., III, 5, 1. Voir sur cette conquête l’ensemble des textes réunis dans FHA (A. Schulten, 193 (...)
  • 11 Cic., De Republica, III, 19. Voir A. Aymard. L’interdiction des plantations de vignes en Gaule tra (...)
  • 12 Cic., Pro Fonteio, V, 11.

6Et cependant, un événement, capital pour l’avenir des îles, était entre temps intervenu, la conquête par Rome de ces repaires de pirates, écumeurs de mer8, alliés aux terribles frondeurs des îles, en 123-122 avant Jésus-Christ, par une flotte et une armée romaines, conduites par le consul Q. Caecilius Metellus, fils du Macédoniens, qui mérita par sa victoire le surnom de Balearicus9. Surtout pour consolider la conquête et asseoir l’autorité romaine tout en civilisant des populations réputées “barbares”, il fit passer dans les îles trois mille colons, des Romains d’Ibérie10. Chiffre considérable car ces colons, groupés essentiellement dans les villes de Palma, symbole de victoire, et de Pollentia, exaltant la puissance, reçurent en partage les lots des meilleures terres : ce fut alors le début de la culture de la vigne, et celle de l’olivier, au seul usage des colons romains. En effet, cette occupation est contemporaine de celle de la Narbonnaise et nous sommes éclairés sur les conditions de l’occupation, sur les cultures, sur l’expansion des produits de l’agriculture et de l’élevage par Cicéron11. Certes, il n’est pas question de mettre sur le même plan la vaste Narbonnaise et nos minuscules Baléares, mais cette différence d’échelle n’empêche pas le recours aux mêmes procédés : seuls les Romains et non les indigènes possédaient vignes et olivaies. Pas un homo balearicus ne fait d’affaires sans l’intermédiaire d’un citoyen romain ; pas une pièce d’argent ne se déplace sans être portée sur les livres de citoyens romains. Cet accent triomphaliste de Cicéron12 explique comment en Narbonnaise, et aussi aux Baléares, se sont créés des vignobles de qualité, ont été peu à peu sélectionnés des crus qui rivalisent sous Pline l’Ancien avec les premiers crus de l’Italie.

  • 13 Pompon. Mela, II, 125 ne parle que de la fertilité en grains d’Ebusus, qui n’est pas une Baléare.
  • 14 Col., I, praef, 20.

7En effet il faut du temps, d’une part, pour “construire” un vin et, d’autre part, pour l’imposer sur le marché méditerranéen. Sous Claude, Pomponius Mela13 reste muet sur les cultures de Majorque et Minorque. Columelle14, sous Néron, ne cite que les vins de Bétique qui concurrencent désormais les vins italiens. Donc ce n’est que sous les Flaviens que Pline l'Ancien constate l’excellence des vins baléariques, presque deux siècles après la conquête.

  • 15 Diod., V, 17 ; voir aussi Liv., V, 3 3.

8Mais les habitants des Baléares n’ont pas attendu deux cents ans pour boire du vin car Diodore15, toujours d’après Timée, nous annonce que ces Barbares ont un goût très prononcé pour lui. Un tel trait de mœurs entre dans le schéma descriptif du Barbare puisque, à propos des Gaulois, l’historien de Sicile nous assure qu’ils échangeaient contre une amphore l’esclave qui aurait dû la servir. Au total, les sources littéraires nous conduisent à une certitude : pas de vin des Baléares digne de réputation avant les Flaviens, d’où la nécessité d’en importer pour en consommer. À l’archéologie maintenant de confirmer en le nuançant un tableau si contrasté.

II. Le matériel archéologique

9Deux types de documents archéologiques sont particulièrement précieux : les amphores vinaires que l’on importe d’Italie ou de Tarraconaise et les productions locales ou régionales de ces mêmes types d’amphores.

1. Chronologie des importations

a. Les importations italiques

  • 16 Pollentia I, p. 104-105.

10C’est le secteur de la Calle Porticada à Pollentia (Alcudia, Majorque)16 qui nous donne la meilleure stratigraphie pour la période qui nous concerne. Les niveaux IV à I illustrent les importations de vin au ier siècle avant Jésus-Christ et au ier siècle après.

11Niveau IV – début ier siècle jusqu’à 30 avant Jésus-Christ environ ;

12– matériel : céramique campanienne A, B, et C, deux deniers d’argent (137/134 et 96/94 avant Jésus-Christ) ; lampes delphiniformes et lampes à volutes ; amphores Dressel 1A et Dressel 3.

13Niveau III – niveau de transition, 50-20 avant Jésus-Christ ;

14– matériel : encore un peu de céramique campanienne, présigillée, sigillée arétine (service I de Haltem avec les timbres CRISPINI, AVCTV, STATI, RASINIVS) ; amphores Dressel 1A et 1B.

Répartition des découvertes d’amphores Dressel 1(A), Dressel 1 “Provincial” (B) et Pascual 1 (C).

15Niveau II – du début de l’époque augustéenne jusqu’au milieu du ier siècle après Jésus-Christ ;

16– matériel : beaucoup de céramique arétine encore, céramique sud-gallique, lampes à volutes ; disparition des amphores Dressel 1A ; amphores Dressel 1B et Dressel 3 encore présentes ; apparition des amphores Dressel 7 et 28.

17Niveau I – deuxième moitié du ier siècle jusqu’au iie siècle après Jésus-Christ ;

18– matériel : sigillées et matériel plus tardif ; amphores Dressel 7 et Dressel 28 ; amphores Dressel 20.

19La stratigraphie de la Calle Porticada à Pollentia prouve donc l’importation du vin italien tout au long du premier siècle avant notre ère jusqu’au début du règne d’Auguste.

20Au moment où elle disparaît, entrent en jeu les produits venant de la Péninsule Ibérique même. Les fouilles de Pollentia font surtout apparaître les amphores à garum (Dressel 7) et les amphores à huile (Dressel 20). D’où venait le vin consommé au premier siècle après Jésus-Christ aux Baléares, et dans quel emballage circulait-il ?

  • 17 A. Tchernia, Les amphores vinaires de Tarraconaise et leur exportation au début de l’empire, dans (...)

21Deux solutions s’offraient sur les marchés locaux : soit les vins de Tarraconaise17, soit les vins produits aux Baléares mêmes.

b. Les importations de vin Tarraconaise

22C’est dans les habitats indigènes romanisés, de Minorque essentiellement en raison de l’état des publications actuelles, que nous trouvons les amphores Pascual 1 et Dressel 2-4 hispaniques.

  • 18 Belén et Fernandez Miranda, Cales Coves, p. 189-191.

23Parmi les exemplaires signés18 et donc faciles à identifier, nous relevons :

  • une amphore Pascual 1 marquée M. PORCI à Torralba d’en Salord (Alayor).
  • une amphore Dressel 2-4 marquée QVA sur le pivot, provenant de Torre d’en Gaumès (Alayor)19 ;
  • des amphores Dressel 2-4 marquées MCN, trouvées à Cotaina (Alayor), C.PAV, CRISPI, cette dernière provenant de Torralba Vell (Alayor)20.
  • 21 Belén et Fernandez Miranda, Cales Coves, p. 116 et fig. 53.

24D’autres fragments d’amphores Pascual 1, sans marque, ont été trouvés sur divers sites, dont celui de Cales Coves21.

  • 22 Tchemia, p. 79 surtout.

25Si l’on suit la théorie d’A. Tchemia22, les vins de Tarraconaise ont donc pris le relais des vins italiques pour ravitailler les descendants des trois mille colons, mis en place par la politique de Rome. Cette importation a débuté à l’époque augustéenne, mais il est difficile de savoir combien de temps elle a duré. Les habitats indigènes perdurent longtemps après la conquête, celui de Torralba d’en Salord vit jusqu’au milieu de iie siècle après Jésus-Christ. Seule une nouvelle stratigraphie, à Pollentia ou ailleurs, pourrait apporter des éclaircissements à ce sujet.

  • 23 R. Étienne, À propos du vin pompéien, dans Neue Forschungen in Pompeji und den anderen von Vesuvau (...)

26Nous pouvons toutefois rester réservés sur l’origine hispanique des amphores marquées M. PORCI23, puisque aucun four n’a encore livré en Catalogne cette marque. D’autre part, le vignoble de Tarraconaise n’a guère pu se développer qu’après 50, et les amphores à lèvre haute pourraient bien être des imitations d’un type campanien résultant de l’évolution de l’amphore Dressel 1B ; ces imitations se rencontrent à Aspiran et Corneilhan (Hérault), ainsi qu’à Montans (Tarn-et-Garonne).

27Dans ce cas pourquoi n’aurait-on pas dans les Baléares cuit aussi de telles amphores ?

2. Les productions locales

28Dans quels emballages était transporté le vin des Baléares dont parle Pline ?

29Il faut certainement se tourner vers les amphores dites “provinciales” par les chercheurs locaux. Il s’agit d’imitations d’amphore gréco-italique et d’amphore Dressel 1B ; dans le premier cas, la forme provinciale est plus grêle, les anses placées nettement au-dessous de la lèvre ; dans le second cas, les anses ne sont pas parallèles au col et sont parcourues d’un sillon. Ces imitations présentent naturellement un type de pâte commun et se caractérisent surtout par la présence de cannelures le long du corps.

  • 24 Exposiciόn monográfica ; Belén et Fernandez Miranda, Cales Coves, p. 115.

30On trouve des exemplaires de ces amphores un peu partout aux Baléares, à Majorque : Cala Ratjada, Porto Pi, Pollentia, Colonia de Sant Jordi ; à Minorque ; Cales Coves, Trepuco, Torrello24.

  • 25 Belén et Fernandez Miranda, Cales Coves, p. 115.

31Ces amphores auraient été fabriquées à Ibiza et un four existerait près de San Antonio. Cette découverte, annoncée dans un ouvrage récent25, n’est pas encore confirmée par une publication exhaustive. Nous espérons qu’elle verra le jour dans les mois à venir.

  • 26 J. Llabres Ramis, Una necrópolis rural de la ciudad de Pollentia (manuscrit dactylographié), 1975.

32La chronologie de ces amphores doit suivre, avec un certain décalage, celle des produits imités. Deux exemplaires d’amphores Dressel 1 “provinciales”, que nous devons nommer ébusitaines maintenant, ont été découvertes dans la nécropole rurale de Pollentia : le contexte archéologique date l’une des premières années du ier siècle après Jésus-Christ, l’autre de l’époque de Tibère26.

33Les amphores ébusitaines sont donc contemporaines, à un certain moment, des amphores Pascual 1. On ne peut savoir pour l’instant si leur concurrence a duré longtemps.

  • 27 A. Sadurska, Timbres amphoriques de Mirmeki, dans Grieschiche Städte und einheimische Volker des S (...)

34C’est donc par une hypothèse hardie que nous terminons cet exposé. Le vin des Baléares aurait été transporté dans des amphores fabriquées à Ibiza, île, rappelons-le, qui ne faisait pas partie des Baléarides. Cette situation n’est pas unique dans l’Antiquité : des amphores fabriquées à Rhodes étaient redistribuées, vides, autour de la Mer Noire pour la commercialisation du vin de ces mêmes régions. À Mirmeki, où l’on produisait du vin, l’argile était trop médiocre pour la production des amphores ; les négociants achetaient donc des amphores vides à Rhodes et à Sinope27. Après avoir démontré que le vin des Baléares existait au ier siècle de notre ère, qu’il pouvait être commercialisé dans des amphores fabriquées à Ibiza, il restera à découvrir s’il était exporté loin des îles.

35Une trouvaille dans le détroit de Bonifacio, que nous a signalée D. Cerdà, permet d’espérer de tracer prochainement les routes commerciales qui conduisaient ces excellents produits vers l’Italie.

36Notre brève étude nous a permis d’éclairer une certitude : l’existence des vins des Baléares qui, sous les Flaviens, concurrençaient pour les palais romains les meilleurs crus italiens.

Retractatio

37Aujourd’hui, nous admettons l’origine hispanique des amphores marquées M. Porci ; elles provenaient de la région de Baetulo. Voir plus loin l'article “Pour l’identité de M. Porcius”.

Notes

1 A. Arribas, M. Tarradell et D. E. Woods, Pollentia. I. Excavaciones en Sa Portella, Alcudia (Mallorca) (EAE, 75), Madrid, 1973 (= Pollentia I) ; id., ibid, (EAE, 98), Madrid, 1978 (= Pollentia II).

2 Excavaciones arqueológicas submarinas en la ensenada de Colonia de Sant Jordi (Ses Salines, Mallorca). Exposición monográfica de los hallazgos en el yacimiento A, Palma, 1978 (= Exposiciàn monográfica) ; M. Belén et M. Fernandez Miranda, El fondeadero de Cales Coves (Alayor, Menorca) (EAE, 101), Madrid, 1979 (= Belén et Fernandez Miranda, Cales Coves).

3 Baliares, dans RE, II, 2, col. 2823-2827.

4 Diod. Sicul., V, 13. Il est impossible de préciser pour chacun des livres la date de rédaction ou de publication : Diod. Sicul., XIX (CUF, éd. F. Bizière), p. IX, no 1.

5 F. Jacoby, Die Fragmente der griechischen Historiker. Dritter Teil. Geschichte von Staedten und Voelkern, 297-607, texte rééd, Leyde, 1955 ; Timée, 566 = Millier, FGH, I, 193.

6 Strab., III (CUF, éd. F. Lasserre), p. 6, 12 et 14.

7 Strab., III, 5,2, parle seulement de la fertilité de la terre.

8 Strab., III, 5,1.

9 Strab., III, 5, 1.

10 Strab., III, 5, 1. Voir sur cette conquête l’ensemble des textes réunis dans FHA (A. Schulten, 1937), p. 142-144.

11 Cic., De Republica, III, 19. Voir A. Aymard. L’interdiction des plantations de vignes en Gaule transalpine sous la République romaine, dans Mélanges géographiques offerts en hommage à Daniel Faucher, Toulouse, 1948,1, p. 27-47.

12 Cic., Pro Fonteio, V, 11.

13 Pompon. Mela, II, 125 ne parle que de la fertilité en grains d’Ebusus, qui n’est pas une Baléare.

14 Col., I, praef, 20.

15 Diod., V, 17 ; voir aussi Liv., V, 3 3.

16 Pollentia I, p. 104-105.

17 A. Tchernia, Les amphores vinaires de Tarraconaise et leur exportation au début de l’empire, dans AEA, XLIV, 1971, p. 38-85 (= Tchernia) ; R. Pascual Guash, Las ánforas de Layetania, dans Méthodes classiques et méthodes formelles dans l'étude des amphores (Rome, 1974), Rome, 1977, p. 47-71.

18 Belén et Fernandez Miranda, Cales Coves, p. 189-191.

19 Id., p. 192 et J.C. de Nicolas, Epigrafià anforaria en Menorca, dans Revista de Menorca, 1979, p. 5-79, p. 40 (= Nicolàs, Epigrafià anforaria) ; cette marque est bien connue en Languedoc-Roussillon et Aquitaine : cf. C. Lamour et F. Mayet, Glanes amphoriques I, dans Etudes sur Pézenas et l’Hérault, XI, 1980, p. 3-16.

20 Nicolàs, Epigrafià anforaria, p. 33 et 36.

21 Belén et Fernandez Miranda, Cales Coves, p. 116 et fig. 53.

22 Tchemia, p. 79 surtout.

23 R. Étienne, À propos du vin pompéien, dans Neue Forschungen in Pompeji und den anderen von Vesuvaus bruch 79 n. chr. verschütteten Städten, Recklinghausen, 1975, p. 309-316, p. 315.

24 Exposiciόn monográfica ; Belén et Fernandez Miranda, Cales Coves, p. 115.

25 Belén et Fernandez Miranda, Cales Coves, p. 115.

26 J. Llabres Ramis, Una necrópolis rural de la ciudad de Pollentia (manuscrit dactylographié), 1975.

27 A. Sadurska, Timbres amphoriques de Mirmeki, dans Grieschiche Städte und einheimische Volker des Schwarzmeergebeites, Berlin, 1961, p. 109-111.

Table des illustrations

Légende Répartition des découvertes d’amphores Dressel 1(A), Dressel 1 “Provincial” (B) et Pascual 1 (C).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search