Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

5e partie. Économie

Note à propos du vin et du vignoble hispano-romain de Bétique

Note de l’éditeur

Extrait de Géographie historique des vignobles (Colloque Bordeaux, 1977), éd. A. Huetz de Lemps, R. Pijassou, Ph. Roudié, Paris, 1978, p. 39-43.

Texte intégral

  • 1 Elle a été publiée par les soins de D. Colis, R. Étienne, R. Lequément, B. Liou et F. Mayet, dans (...)

1La récente découverte d’une épave antique à Port-Vendres1 a attiré l’attention du monde savant sur le vin de Bétique et invite à reprendre l’ensemble des sources, pour dresser une carte relativement neuve du vignoble hispano-romain de Bétique.

  • 2 Port-Vendres II, nos 31, 39, 40.
  • 3 Plin., NH, XIV, 80 (éd. CUF), p. 114 ; voir également Varro, ap. Non., 551,18 ; Col., XII, 19, 1.
  • 4 CIL IV, 5585, 9323, 9324 et 10 266. R. Étienne, La vie quotidienne à Pompéi, 2e éd., 1977, p. 140.

2Que ce bateau soit chargé, entre autres, d'amphores de vin, l’inscription, sur plusieurs exemplaires d’un même type2, se lisant DEFR(UTUM) EXCEL(LENS) ne laisse aucun doute. Il s’agit d’une préparation de vin cuit, bien connue de Pline l’Ancien3 et qui se rencontre à Pompéi4. L’inscription permet donc de reconnaître désormais comme amphore à vin le récipient désigné jusqu’ici comme Haltern 70, trop souvent anépigraphe ou ayant perdu toute trace de l’inscription peinte.

Carte du vignoble de Bétique
1. Site de vignoble (souligné quand il a frappé des monnaies à la grappe) ; 2. Site de vignoble où ont été frappées des monnaies aux pampres ; 3. Site de vignoble d’époque arabe ; 4. Limite de province.

  • 5 Pour tout cet ensemble, voir Port-Vendres II, p. 12-47.

3L’origine géographique de ces amphores, et donc du vin qu’elles transportent, se déduit du contexte archéologique de la cargaison5. Elle était composée de lingots d’étain pur, de lingots de cuivre, qui proviennent de mines du sud de la Lusitanie, d’amphores à huile typiques de la Bétique et de céramiques à parois fines également de Bétique. Donc, même si l’origine du port d’embarquement n’est pas connue, tout permet de conclure à une cargaison de produits caractéristiques de la Bétique.

  • 6 Voir la démonstration dans D. Colis, Cl. Domergue, F. Laubenheimer et B. Liou, Les lingots d’étain (...)

4La date précise du naufrage est donnée par la mention de l’affranchi impérial chargé de la surveillance des mines d’étain, imprimé sur seize des dix-huit lingots d'étain pur. En effet L. Valerius ne peut être qu’un affranchi impérial de Messaline (Valeria Messalina)6 et le bateau transportait donc du vin des vendanges de 41/42 à 48 ou d’années plus anciennes, si le vin exporté avait vieilli en amphore, en tout cas de la fin du deuxième quart du ier siècle après Jésus-Christ.

  • 7 Nous reprenons ici, en les résumant, les conclusions données dans Port-Vendres II, p. 129.

5Il est regrettable que cette précision chronologique ne s’accompagne pas de la même précision géographique. Nous retiendrons tout de même la vogue en Occident du vin de Bétique, au milieu du ier siècle, soit sous l’Empereur Claude. Ne peut-on pas toutefois essayer de dessiner la carte de ce vignoble en exploitant plusieurs types de sources ? En effet dans le cadre géographique de l'Hispania ulterior républicaine, puis de la Bétique impériale, il est aisé de recueillir de nombreux témoignages qui conduisent à dresser une carte du vignoble : la vallée du Bétis (Guadalquivir), ses alentours et le sud de la Péninsule en sont le lieu d’élection7.

  • 8 Sur ces frappes, consulter A. M. de Guadán, Numismática ibérica e ibero-romana (Bibliotheca archae (...)

6Les premières localisations sont données par les monnaies8 présentant au revers une grappe trifourchue, selon le modèle grec. Ont frappé de telles pièces Acinipo (Ronda la Vieja, Ronda, province de Mâlaga), Orippo (Torre de los Herberos, Dos Hermanas, province de Séville), où une tête de Bacchus accompagne la grappe, Osset (Cerro Chaboya, San Juan de Aznalfarache, province de Séville), Baesipo (Vejer de la Frontera ou Barbate, province de Cadix). Ces émissions datent de 47-44, encore que Orippo ait frappé la première vers 55 avant Jésus-Christ. Il semble donc que la période césarienne après la fin des guerres civiles a été tout à fait favorable à l’économie monétaire, fondée sur la production du vin de Bétique. Osset poursuit l’émission à la grappe vers 38, à l’époque donc octavienne, et elle fait son apparition à Iulia Traducta (Tarifa, province de Cadix) vers 13-12 avant Jésus-Christ, associée aux bustes de C. et L. César. Autre symbole du vignoble : les pampres et leurs bois qui entourent le nom d’une cité écrit dans un cartouche : Ulia (Montemayor, province de Cordoue), Arva (El Castillejo, province de Séville). Ces émissions datent de 120-90 et sont donc le premier témoignage précis sur le vignoble de Bétique tandis que, à Turri Regina (Casas de Reina ( ?), province de Badajoz), nous retrouvons une frappe césarienne de 47-44.

  • 9 R. Martin, Recherches sur les agronomes latins et leurs conceptions économiques et sociales, Paris (...)
  • 10 Varro, RR, I, VIII.
  • 11 Id., ibid., I, XIII.

7Une nouvelle série de témoignages est à chercher dans les sources littéraires, chez les agronomes et géographes. Précisément en 37 avant Jésus-Christ9, Varron dans sa Res Rustica nous donne sur les vignobles de l'Hispania, où il faut reconnaître l’Ultérieure et donc la future Bétique, des renseignements qu’on ne peut malheureusement pas localiser avec plus de précision, mais son expérience permet d’affirmer que ses “fiches” illustrent une situation du deuxième quart du ier siècle avant Jésus-Christ, entre Pompée et César. Il nous parle d’une espèce rampante qui n’a pas besoin d’échalas10 et aussi du vin nouveau, dont le moût s’enfièvre et fait éclater les tonneaux11.

  • 12 Strab., III, 2, 6.
  • 13 F. Lasserre, dans Strab., III, Paris, 1966 (CUF), p. 57.

8La culture de la vigne n’a pu que continuer et prospérer dans la seconde moitié du ier siècle avant Jésus-Christ. Nous comprenons mieux l’affirmation de Strabon vers 17 après Jésus-Christ, selon laquelle le vin de Turdétanie est exporté en grande quantité vers Dicearchia, Puteoli (Pouzzoles) et Ostie, le port de Rome12. Donc la Péninsule italienne à l’époque augustéenne boit du vin de Bétique, au moins depuis la fin de la guerre de Sertorius et la victoire de Pompée, puisque le géographe grec est tributaire dans tout ce livre III de Poseidonios d’Apamée dont les Histoires et l’Histoire de Pompée sont écrites après 72 avant Jésus-Christ13. Même si la guerre civile entre Césariens et Pompéiens a perturbé la production et le commerce des vins de l'Hispania ulterior, la réforme leur a donné une nouvelle impulsion, nous l’avons vu. La victoire d’Actium et la paix retrouvée en Méditerranée n’ont pu que communiquer une force nouvelle à l’axe économique majeur unissant la Bétique à Rome et donc stimuler la production.

9Très disert sur les facilités de communication, Strabon ne permet pas toutefois de compléter la carte de ce vignoble et il ne nomme aucun cru célèbre, alors que sous Auguste et Tibère le gourmet italien dispose d’une carte et d’une gamme impressionnantes de crus “classés”.

  • 14 BCAR, 1879, p. 48.

10En suivant le cours du temps, nous rencontrerions une précision nouvelle sur une amphore, datant de 31 après Jésus-Christ, qui aurait contenu du (vinum) gaditanum14 ; or la restitution du mot vinum a été contestée et il faudrait plutôt y voir une amphore ayant contenu la fameuse sauce de poisson (garum) gaditanum. Toutefois a-t-elle été archéologiquement bien reconnue ?

  • 15 Martin, p. 290.
  • 16 Colum., De Re Rustica, praef.
  • 17 A. Tovar, Columela y el vino de Jérez, dans Homenaje al profesor Carriazo, III, Séville, 1975, p.  (...)
  • 18 Martial, VI, 27 et XIII, 124.

11Avec Columelle, nous atteignons le demi-siècle après Jésus-Christ15 : il est donc contemporain du naufrage du bateau Port-Vendres II et il vient à point nommé confirmer la vogue des vins de Bétique16, en tout cas la nécessité où se trouve plongée l’Italie de faire venir des vins de pays d’Outre-Mer. Originaire de Gadès, il ne nous aide guère, dans son ouvrage De Re Rustica, à dessiner une géographie viticole de la Péninsule ; cependant un examen plus attentif de son texte a permis à A. Tovar17 de nous mettre sur le chemin du vin de Ceret (Jérez de la Frontera). Ce Ceretanum était promis, semble-t-il, à une bonne renommée, si nous faisons du Caeretanum de Martial18 un vin espagnol.

  • 19 Id., VI, 73.
  • 20 Tovar, p. 402, no 8.

12Ainsi le vin de Ceret-Jérez aurait séduit les palais romains sous les Flaviens et Martial parle de cet Hilarus19, le plus riche cultivateur du sol, qui possède ces collines et ces riants coteaux. Il serait trop hasardeux de l’identifier à Baebios Hilarus20, que nous fait connaître une inscription découverte au cortijo de Espartinas, El Rincon, Jérez de la Frontera. L’identification de ce vignoble pourrait être confirmée par la mention, chez Silius Italicus, du vin de Nabrissa.

  • 21 R. Étienne, Bordeaux antique, Bordeaux 1962, p. 102-108, où j’ai attiré l’attention sur ce plant. (...)
  • 22 Colum., III, 2.

13Surtout Columelle nous renseigne sur le cépage hispanique, la cocolobis, variété de petite taille de la biturica et de la basilica. Ce cépage, cultivé tant dans les provinces d’Espagne qu’en Épire, semble être un plant ancien de grande extension, recommandé pour sa fécondité et sa résistance21. Les Espagnols en distinguent deux variétés ; l’une à grains allongés, l’autre à grains ronds. Plus la cocolobis est douce, meilleure elle est, et le plant hispanique est fils de la “royale” de Dyrrachium (Dur s aujourd’hui en Albanie), au même titre que la biturica des Bituriges. C’est certainement son adaptation à des sols maigres et sa résistance aux vents qui expliquent sa vogue, autant que sa fécondité22. La Bétique a développé ainsi son vignoble grâce à un cépage résistant permettant de “belles” récoltes et des profits appréciables. Le fait même que l’appellation proprement ibérique de ce plant soit connue, et de Columelle et de Pline l’Ancien, illustre sa renommée et renforce certainement l’importance du vin de Bétique sur le marché méditerranéen, sans exclure cependant l’extension de ce plant à la Tarraconaise.

  • 23 Les sources arabes ont été relevées essentiellement d’après E. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espag (...)

14Une troisième catégorie de sources est à chercher dans les textes arabes23. Même tardifs, ils nous renseignent sur la continuité de la culture de la vigne dans une civilisation qui, en principe, exclut tout usage de l’alcool. Mais, même si les sources insistent sur les récoltes de raisin frais, elles ne peuvent cacher que la plupart des califes omeyades ont bu du vin ou n’ont pu interdire dans leurs états la consommation du vin et procéder à l’arrachage de tous les vignobles ; il faut attendre 822 pour que la halle aux vins de Secunda, aux portes mêmes de Cordoue, soit démolie. Géographes et voyageurs permettent en tout cas de dresser la carte du vignoble andalou. Voici les villes productives de raisin et de vin : Cordoue, Séville, Mâlaga et la région du río Vélez, Grenade, Écija, Jaén, Martos, Baeza, Cazalilla, à treize milles d’Arjona, la vallée du Guadalquivir et les vallées afférentes. Ainsi pas plus que l’établissement visigotique, la conquête arabe n’a bouleversé les structures agraires ou les productions. Bien mieux, on persiste à fabriquer du moût cuit : le rubb fait écho au defrutum des hispano-romains. Cette continuité historique autorise donc l’usage des sources arabes et permet d’affirmer avec force l’importance du vin de Bétique, en qualité et en quantité.

15Pour conclure cette brève note, il faudra à l’avenir tenir compte de cette route du vin de Bétique qui a inversé, aux environs de notre ère, le grand courant commercial qui avait conduit en Occident les vins phéniciens, les vins grecs et ensuite les vins de la Campanie. La bourgeoisie des propriétaires, descendant de colons émigrés italiens et installés en Bétique, avait su profiter de la paix romaine pour mettre en valeur un terroir que seules les guerres civiles entre Pompéiens et Césariens ont mis en péril. Épargnés par les grandes luttes qui opposèrent les Lusitaniens et les Celtibères à la pénétration romaine, ils produisirent vite le surplus qu’il fallait exporter. Dans une économie de marché, la Bétique allait jouer un rôle éminent et ces grands propriétaires terriens voudront vite occuper une place essentielle sur le plan politique : ainsi se prépare la venue à Rome, à partir de Domitien, d’une coterie hispanique ; ainsi se dessinent les ambitions de ces notables qui, avec Trajan et Hadrien, originaires d’Italica, occuperont le trône impérial. Leur force économique était fondée sur l’exploitation de vignobles et sur un réseau commercial dont désormais, grâce au vecteur de l’amphore Haltern 70, on mesure l’importance et la solidité.

Notes

1 Elle a été publiée par les soins de D. Colis, R. Étienne, R. Lequément, B. Liou et F. Mayet, dans la nouvelle collection Archaeonautica, 1, et sous le titre “L’épave Port-Vendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude”, Paris, 1977, 145 p. (= Port-Vendres II).

2 Port-Vendres II, nos 31, 39, 40.

3 Plin., NH, XIV, 80 (éd. CUF), p. 114 ; voir également Varro, ap. Non., 551,18 ; Col., XII, 19, 1.

4 CIL IV, 5585, 9323, 9324 et 10 266. R. Étienne, La vie quotidienne à Pompéi, 2e éd., 1977, p. 140.

5 Pour tout cet ensemble, voir Port-Vendres II, p. 12-47.

6 Voir la démonstration dans D. Colis, Cl. Domergue, F. Laubenheimer et B. Liou, Les lingots d’étain de l’épave Port-Vendres II, dans Gallia, XXXIII, p. 61-94, surtout p. 71-79.

7 Nous reprenons ici, en les résumant, les conclusions données dans Port-Vendres II, p. 129.

8 Sur ces frappes, consulter A. M. de Guadán, Numismática ibérica e ibero-romana (Bibliotheca archaeologica, VI), Madrid, 1969. O. Gil Farrès, La moneda hispánica en la edad antigua, Madrid, 1966.

9 R. Martin, Recherches sur les agronomes latins et leurs conceptions économiques et sociales, Paris, 1971 (= Martin), p. 231-233.

10 Varro, RR, I, VIII.

11 Id., ibid., I, XIII.

12 Strab., III, 2, 6.

13 F. Lasserre, dans Strab., III, Paris, 1966 (CUF), p. 57.

14 BCAR, 1879, p. 48.

15 Martin, p. 290.

16 Colum., De Re Rustica, praef.

17 A. Tovar, Columela y el vino de Jérez, dans Homenaje al profesor Carriazo, III, Séville, 1975, p. 399-404 (= Tovar).

18 Martial, VI, 27 et XIII, 124.

19 Id., VI, 73.

20 Tovar, p. 402, no 8.

21 R. Étienne, Bordeaux antique, Bordeaux 1962, p. 102-108, où j’ai attiré l’attention sur ce plant. J’ai repris le problème dans À propos du vin pompéien, dans Neue Forschungen in Pompeii, Recklinghausen, 1975, p. 309-316.

22 Colum., III, 2.

23 Les sources arabes ont été relevées essentiellement d’après E. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, Paris, 1940-1947, auquel il faut ajouter : L. Torrès Balbas, Crónica arqueológica de la España musulmana : los contornos de las ciudades hispano-musulmanas, dans Al-Andalus, XV, 1950, p. 437-486 ; J. M. Millas Valicrosa, Aportaciones para el estudio de la obra agronómica de Ibn Hayyay et de Abn e Jayr, dans Al-Andalus,, XX, 1955, p. 87-105.

Table des illustrations

Légende Carte du vignoble de Bétique1. Site de vignoble (souligné quand il a frappé des monnaies à la grappe) ; 2. Site de vignoble où ont été frappées des monnaies aux pampres ; 3. Site de vignoble d’époque arabe ; 4. Limite de province.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8339/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search