Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

5e partie. Économie

À propos du “garum sociorum”

Note de l’éditeur

Extrait de Latomus, XXIX, 1970,2, p. 297-313.

Texte intégral

  • 1 M. Ponsich et M. Tarradell, Garum et industries antiques de salaison dans la Méditerranée Occident (...)
  • 2 Id., ibid., p. viii.

1Il ne paraît pas inopportun, même après le livre si utile de M. Ponsich et M. Tarradell1, de revenir sur le garum sociorum. Déjà dans une préface lucide, le regretté A.Piganiol avait proposé une réflexion2 sur la societas du garum, la rapprochant de la societas montis argentarii Ilucronensis, société minière qui se rencontre dans la Sierra Morena. Pour lui, la solution de ce problème juridique échappait aux archéologues. Elle revient donc aux historiens et c’est par le détour de la chronologie que nous voudrions proposer sinon une solution, du moins une hypothèse de travail, qui nous ramènera au sud de la Péninsule Ibérique par le chemin de la Mer Noire et des monarchies hellénistiques.

  • 3 Kock, I, 186 = Edmonds, 1,186, p. 381-382.
  • 4 Kock, II, 43 = Edmonds, II, 77, p. 108-199.
  • 5 Nauck, fr. 211.
  • 6 Athén., Deipn., 11, 67 ΓΑΡΟΣ.

2Les premiers textes à nous parler du garum hispanique ne remontent pas avant la deuxième moitié du cinquième siècle. Il s’agit de passages recueillis dans les Fragmenta comicorum atticorum de Kock, l’un d’Eupolis3, qui appartient à l’époque déjà mentionnée, l’autre, celui d’Antiphane4 se date du début du ive siècle. D’ailleurs, sur le γἀρoς, le premier témoignage vient d'Eschyle5 et, dans le courant des ve/ive siècles avant Jésus-Christ, les mentions en sont banales6.

3Il est bien évident que la consommation d’une telle sauce de poisson, autant que celle des poissons salés, ne pouvait intervenir qu’au moment où la mode du poisson s’était imposée. Aux époques archaïques, il n’en était pas question : la viande rôtie est servie sur la table des rois homériques et le poisson est l’affaire du pauvre.

4Toutefois, l’expansion coloniale grecque conduit Ioniens et Mégariens dans la première moitié du viie siècle dans la Mer Noire et toute une chaîne de colonies est alors fondée aux embouchures de fleuves poissonneux, comme Pister, le Tyras, l’Hypanis, le Borysthènes, le Tanaïs, permettant la récolte du sel, et également sur les rives de détroits, lieux de passage obligatoires des poissons. Autant que le blé et le bois, c’est le poisson qui va faire la gloire de cités ioniennes, comme Olbia, Panticapée, Théodosie, Dioskurias, Trapezunte, Amisos, Sinope, et des villes mégariennes, comme Herakleia du Pont, Chalkedon et Byzance. La consommation du poisson salé s’est accrue et la demande du marché grec a été en constant développement. Il semble donc bien que ce sont les Grecs de la Mer Noire et de la Propontide qui ont inventé cette nouvelle façon de conserver le poisson et qui ont su organiser un commerce lucratif.

  • 7 Hérodote, IV, 152.

5Les produits du Pont – la Ποτικἀ ταριχεία – servent de référence quand on veut leur comparer les salaisons venues de l’Espagne du sud : Eupolis met en balance celles de Gadès et celles de Phrygie, tandis qu’Aristophane compare les esturgeons de Gadès à ceux de Byzance. C’est dire que les produits hispaniques qui arrivent à Athènes ont une classe “internationale”. Si nous pouvons penser que ce commerce est aux mains de Grecs – depuis le voyage de Colaios de Samos vers 6507 – qui a appris aux gens de Gadès les secrets de fabrication et des salaisons et du garum ?

  • 8 Sur ces problèmes de chronologie, voir en dernier lieu, D. Van Berchem, Sanctuaires d’Hercule-Melq (...)
  • 9 I, R, 10, 22 ; Ez, 37, 12. J. M. Blázquez, Tartessos y los origenes de la colonización fenicia en (...)

6Gadès est une fondation tyrienne dont la date traditionnelle remonte aux dernières années du xiie siècle8. Sa position insulaire permettait un trafic avantageux avec les habitants du royaume voisin de Tartessos où abondaient les minerais de toute sorte : argent, or, cuivre et plomb, et l’étain était amené des îles Cassitérides. Aucune trace de poisson salé ou de garum dans la mesure où ni Tyr, ni Carthage qui succédera à la mère patrie dans l’île de Sancti Petri, siège de l’Herakleion, ne connaissent pareille industrie. Nul doute que s’ils avaient existé, ils seraient mentionnés dans l'Ancien Testament au même titre que les richesses que la flotte de Tyr allait quérir au pays de Tarshish9.

  • 10 Plin., NH, XXXI, 94.

7Dans ces conditions, rien n’interdit de penser que ce sont les Phocéens, venus s’installer sur la côte sud de la Péninsule, qui ont enseigné cette précieuse industrie aux colons tyriens passés sous la domination carthaginoise après la fin du siège de Tyr par Nabuchodonosor (586-573). Les Phocéens avaient fréquenté le royaume de Tartessos depuis la fin du viie siècle, à l'époque où Colaios de Samos fait parler de lui, et comme Arganthonios, qui meurt à cent vingt ans en 550, a dû commencer vers 630 un règne long de quatre-vingts ans, il faut dater de cette période le début des relations plus intenses entre Grecs et Tartessiens. Une société très philhellène pouvait goûter à certains raffinements culinaires et s’offrir un produit cher. Sur la route de Tartessos, les Marseillais fondèrent ainsi Mainaké, en-deçà du détroit, et Hemeroskopeion. On peut se demander si Abdera ne fut pas une création différente, une filiale de la colonie d'Abdère, en face de Thasos, qui avait elle-même pour métropole Clazomènes ; or Pline l’Ancien vantera plus tard le garum de Clazomènes10, ce qui paraît être une preuve décisive.

  • 11 Strab., III, 11.

8Mais les Ioniens ont pu faire dans leurs comptoirs d’Andalousie ce qu’ils faisaient dans ceux de la Mer Noire et les Puniques de Gadès purent utiliser les salines à cette industrie. Ils récoltaient en abondance le sel, puisqu’ils l’exportaient vers les Cassitérides contre de l’étain11 – et le sel était la matière première indispensable à la nouvelle industrie.

  • 12 Garcia y Bellido, dans Historia de España, I**, p. 538.

9Raison de plus pour croire qu’ils avaient volontairement installé leurs comptoirs aux meilleurs endroits pour la pêche et les salaisons quand, après Alalia, ils remplacèrent les Grecs à Mainaké et à Abdera12. Aussi le commerce grec avec Tartessos fut-il à jamais coupé et l’origine de l’industrie des salaisons à jamais oubliée. Le détroit était définitivement punicisé et interdit autant à Marseille qu’à Rome.

10Deuxième faisceau de témoignages : le ier siècle avant et le ier siècle après Jésus-Christ ; ils attirent l’attention sur un nouveau point : Carthago Nova, Carthagène.

  • 13 Strab., III, 2, 1.
  • 14 Id., III, 1, 8.
  • 15 Id., III, 4, 2.
  • 16 Id., III, 4, 6.
  • 17 Strab., livres III-IV (CUF, éd. F. Lasserre), notice, p. 57.

11Ce n’est pas que Strabon ne permette pas de dresser une carte des plus complètes des points de la côte où existent des industries de salaison. Il est curieux de le voir signaler, à propos de Gadès seulement, les entreprises maritimes13. Il cite les ταριείαι de Menlaria et de Belo14, les très grandes de Malacca15 et les nombreuses de Carthago Nova et des lieux voisins16. Il cite, assez près de la ville, l’île d’Héraclès, appelée aussi Scombroaria à cause des scombres qui s’y pêchent, avec lesquels on prépare le meilleur garum – c’est l’îlot, aujourd’hui rattaché au rivage, d’Escombreras. Il semble donc que, d’après Strabon et sa source, essentiellement Poseidonius17 qui date des environs de 70 et qui s’appuie sur des témoignages remontant à la fin du iie et au début du ier siècle, Carthagène possède la quantité des installations de salaisons et la qualité du garum fait avec des scombres.

  • 18 Plin., NH, XXXI, 94.
  • 19 In cetariis ; sur ce mot, voir plus loin.
  • 20 Sur cet adjectif, voir plus loin.
  • 21 Plin., NH, IX, 18,92.
  • 22 On a eu trop l'habitude de traduire par garum des Alliés pour ne pas réagir contre cette traductio (...)
  • 23 Plin., NH, XXXI, 94.
  • 24 Ovide est cité parmi les auteurs.
  • 25 Ép., 95,25.
  • 26 Mart., XIII, 102. Garum Sociorum, “fait du premier sang d’un scombre respirant encore, reçois cet (...)
  • 27 Id., XIII, 103. Par opposition à la muria, faite avec du thon d’Antibes, 1.2 : “Si j’étais fille d (...)

12C’est ce détail qui est repris par Pline l’Ancien ; il affirme18 que “le garum le plus apprécié se fait avec le scombre dans les bacs à salaisons19 de Carthagène spartaire”20. Il donne plus loin un renseignement complémentaire sur la pêche du scombre : “il est pêché sur les côtes de Maurétanie, en Bétique, à Carteia ; on les prend au moment où de l’océan ils passent en Méditerranée et on n’en fait aucun autre usage”. Carthago Nova semble donc avoir une sorte de monopole de cette pêche aux scombres. Ce monopole, même s’il laisse autonomes des industries de salaison à Carteia, dont nous parle ailleurs Pline21, rappelle l’activité ancienne des pêcheurs de Gadès qui, à une autre époque, naviguaient sur les côtes de Maurétanie où les Tyriens avaient fondé Lixus. Avec le produit de la pêche, les gens de Carthago Nova fabriquaient le garum qu’on appelle le garum sociorum22, le garum de la compagnie23. Mais le silence de Strabon sur cette appellation ne veut rien dire et l’identité des renseignements sur la matière première, les scombres, sur la qualité du garum – le meilleur – doit conduire à la même conclusion. Il s’agissait déjà du garum sociorum, mais Strabon a omis cette qualification, tout comme il n’a pas parlé de la compagnie qui percevait en Asie la dîme ou l’impôt sur les pâturages. Les sources de Pline remontent en général au début du ier siècle et les plus récentes appartiennent à l’époque augustéenne24 et il fallait que cette compagnie ait mis au point le produit qui portait son “label de qualité” pour que Sénèque vitupère contre lui25, que Martial le vante comme un somptueux présent26, d’un prix très élevé27.

  • 28 CIL IV, 5659.
  • 29 Rostovzeff, SEHRE (éd. ital.), p. 80, la date d’Auguste.
  • 30 A. Tchernia, Amphores et marques de Bétique à Pompéi et Stabies.dans MEFR, LXXVI, 1964, p. 419-449
  • 31 M. Tarradell, Marruecos pύnico, Tetuán, 1960, p. 256.
  • 32 C. Domergue, La campagne de fouilles 1966 à Bolonia (Cadiz), dans X Congr. Nac. de Arqueología (Ma (...)

13L’archéologie confirme cette datation haute du ier siècle ; à Pompéi, on a découvert une amphore de garum sociorum28, qui est nécessairement antérieure au 24 août 79 et qui pourrait appartenir au début du ier siècle29. Elle est venue dans le port campanien sur les bateaux qui inondent l’Italie d’huile de Bétique30 et fait donc partie de la richesse de cette province, si tôt colonisée et si romanisée dès le premier siècle avant notre ère. Les établissements de salaison paraissent tous, sur cette côte de Cadix à Carthagène, dater du moitié du ier siècle avant Jésus-Christ jusqu’au milieu du ier siècle après, et cette remarque si judicieuse de M. Tarradell31 est confirmée par les fouilles effectuées par la Casa de Velázquez à Baelo et dont un aperçu a été donné par C. Domergue au Congrès national d’archéologie de Mahón32.

  • 33 CIL II, 5929 = ILS, 3624.

14Il est bien évident que la fin des rivalités entre armées pompéiennes et césariennes a signifié le renouveau pour toute la Péninsule et spécialement pour le sud qui, avant les affrontements des guerres civiles, connaissait une grande expansion. La Compagnie pouvait exister auparavant ; en tout cas elle a pris en main à la fois la pêche du scombre et le marché du garum, et si son siège social est Carthago Nova, cela n’est pas dû au hasard, pas plus que n’y est surprenante l’existence au début du premier siècle d’une corporation de piscatores et propolae, de pêcheurs et marchands de poisson33, si l’on veut se souvenir qu'elle est l’ancienne capitale du royaume des Barcides et un chaînon chronologique capital est ainsi découvert.

  • 34 G.-Ch. Picard, Carthage au temps d’Hannibal, dans Studi Annibalici (Atti del Convegno svoltosi a C (...)
  • 35 E. G. Robinson, Punic Coins of Spain and their Bearing on the Roman Republican Series, dans Essays (...)
  • 36 Vers 300, Diphilos compare ses salaisons avec celles d’Amynkla.

15En effet, quand en 229 Hasdrubal fonde Qart Hadsht, Carthage, que les Romains baptisent Carthago Nova pour la distinguer de Carthage d’Afrique, il affirme avec éclat que la ville doit être la capitale de la nouvelle marche punique en Occident. Pour célébrer avec encore plus d’orgueil cet acte régalien qui fait de lui un héros34, à l’égal de Didon, fondatrice de la première Carthage, il frappe des monnaies35 où son effigie est ceinte du diadème. Bien plus, il fait couvrir son acte d’autorité de la protection d’Hercule Melqart qu’il semble invoquer et même évoquer, mais il laisse à Gadès, ville sainte et ville marchande, son indépendance. Elle frappe des monnaies où est célébré le thon, et d’autres cités du sud l’imiteront plus tard (Sexi, Abdère, Salacia, Itucci)36, avec des légendes à caractères néo-puniques ou libyo-phéniciens à Asido, Oba, Ballo, ou avec des légendes latines à Lastigi, Ilipense, Ilse, Caura, Mirtilis, Cunbaria, Aipora, Osonoba. L’origine du thème est bien à Gadir, et Lixus qui l’imite est bien sous sa dépendance. Les Barcides ne pouvaient être intéressés par ces métropoles marchandes, jalouses de leurs intérêts et qui avaient été plus ou moins soumises à l’hégémonie maritime de Gadès.

  • 37 Voir G.-Ch. Picard, Hannibal, Paris, 1967, p. 86-90, mais il ne dit rien sur les salines.
  • 38 Plin., NH, XIX, 26, souligne que l’usage du sparte n’est pas antérieur à la première expédition ca (...)

16Il leur fallait une fondation37, proche des mines du haut Guadalquivir qui pourraient être atteintes par une route directe, un port dans un site exceptionnel pour servir de base militaire sur une côte qui les rapprochait déjà du cœur du bassin occidental de la Méditerrranée, d’où ils s’élanceraient à la conquête de Rome, appuyés par une flotte équipée en cordages par le campus spartarius voisin38.

  • 39 Plin., XXXI, 80.
  • 40 RE, V, 2, 1905, col.1980 (Hübner).
  • 41 Plin., NH, XIX, 30, nous donne ses dimensions qui cadrent exactement avec ce que nous apprend Stra (...)
  • 42 Strab., III, 4, 9.
  • 43 Il ne peut être question de localiser Egelasta à Men Baca, entre Linarès et Vilches, en vertu de l (...)

17Dans l’affirmation de leurs droits régaliens, ils ne pouvaient laisser de côté les salines dont la région est encore aujourd’hui pourvue – salinas del Pinel, salinas de la Mata, salinas de Torrevieja, salinas de Cotorillo – pour rappeler celles qui font aujourd’hui encore la richesse des environs de Carthagène. Mais les salines ne sont pas seules en cause ; il existe une très importante mine de sel que les Romains ont ensuite exploitée à Egelasta39. Cette ville40 se trouve au milieu du campus spartarius, la plaine où pousse le sparte41, elle n’est donc pas loin de la côte, dans la plaine au nord-ouest de Carthago Nova, sur une route préaugustéenne qui conduit précisément à Castulo et Obulco42. Plutôt que de l’identifier à Men Baca43, il vaut mieux la chercher du côté de Salinas, Laguna de Salinas, dont la toponymie perpétuerait encore cette illustre mine de sel. Or, la législation sur les mines s’applique aussi aux mines de sel autant qu’aux salines ; elles sont propriété du souverain et il n’y a aucune raison de penser que les souverains barcides, qui avaient besoin de tant d’argent, aient négligé cette source de bénéfices.

  • 44 J. Carcopino, Profils de conquérants, Paris, 1961, p. 163 et sq.
  • 45 On cite, à l’époque classique, l’exemple de Byzance qui vendit le droit de pêche maritime et de co (...)

18Ceci serait d’autant plus étonnant qu’ils avaient sous les yeux l’exemple des monarchies hellénistiques. Or nous les savons nourris d’hellénisme, instruits par les traités militaires hellénistiques44 et certainement séduits par l’économie d’État mise au point par les Lagides et les Séleucides45.

  • 46 Rostovtzeff, SEHRE, p. 309 ; C. Préaux, L’économie royale des Lagides, Bruxelles, 1939, p. 249 sq.

19La situation en Égypte est particulière46 : le monopole du sel y est strict et complet, mais on ignore le mode d’organisation de la production tant pour les mines que pour les salines. La vente était organisée par l'État, grâce à des revendeurs spécialisés au public, et par le gouvernement, à prix réduit, à des corps privilégiés comme l’armée, les prêtres, les fonctionnaires. Chaque habitant paie, outre le sel consommé, une taxe en argent sur le sel (ἁλικὴ) dont le taux élevé pèse lourdement sur le budget de chaque individu, si bien qu’elle est solidement détestée.

  • 47 Rostovtzeff, ibid., p. 296.

20Quant à la pêche, elle était confiée à des pêcheurs de profession qui étaient pris sous contrat par les fermiers des droits de pêche47 ; mais cette pêche fluviale n’est pas du type de celle qui intéressait les Barcides.

  • 48 Id., ibid.. p. 470.
  • 49 E. Bikerman, Institutions des Séleucides, Paris, 1938, p. 112-114.
  • 50 Strab., VII, 4, 6. Il est étonnant que Strabon n’en parle plus quand il décrit le royaume du Pont (...)

21L’organisation chez les Séleucides ressemble en partie à celle des Lagides. Les salines y sont propriété de la couronne48 et deux taxes pèseraient sur les usagers : un impôt sur les personnes (ἁλικὴ) et une taxe du sel (τιμὴ τοῦ ἁλός)49 dépendant de la superficie des salines, quand le souverain reconnaît un propriétaire privé, comme les juifs ou les Palmyréniens. En Asie Mineure, d’une façon générale, les propriétaires – rois ou villes ou temples – essayaient de contrôler les salines : Mithridate Eupator, roi du Pont, prélevait, sans doute du vivant de Poseidonius, un important tribut sur les salaisons du Palus Maeotis50. Les souverains hellénistiques supprimèrent en général les droits des villes et des temples pour accroître leurs revenus. Il semble donc que les monarchies héllénistiques ont vu dans le sel une matière particulièrement facile à imposer et l’industrie des salaisons a bien pu être dans la Carthage barcide une industrie d’État ou donnée à ferme.

  • 51 Loi de Rullus : agros propter Carthaginem novam. Ch. Lécrivain, De agris publicis imperatoriisque (...)
  • 52 Sur ces démêlés entre publicains, prêtres et Sénat, voir C. Nicolet, L’ordre équestre à l’époque r (...)

22Quand Rome succède aux Barcides dans le sud de l’Espagne, quand Scipion conquiert le plus tôt possible Carthagène, avant même de mettre la main sur Gadès, le peuple romain transforme en domaine public les possessions des Barcides et spécialement les salines et les mines, qu’elles fussent de métaux ou de sel51. En Asie Mineure, depuis le testament d’Attale, les terres publiques avaient pour origine les propriétés royales, et c’est à ce moment que Rome a commencé à affermer les vectigalia et que débuta avec Caius Gracchus l’ère des compagnies, qui souvent durent composer en Orient avec les peuples désireux de récupérer leurs terres sacrées comme à Priène et Ephèse52. C’est cette mainmise de Rome sur un des éléments de la richesse des Barcides qui explique la naissance du garum sociorum.

  • 53 Plin., NH, XXXII, 146. Sur les guetteurs, L. Robert, dans Hellenica, X, p. 272.
  • 54 De Laet, p. 355 ; L. Robert, dans Hellenica, IX, 1950, p. 94 s. ; XI-XII, 1960, p. 158-159.

23Il faut en effet s’expliquer maintenant sur cette societas. Doit-on penser à une societas privée de pêche, faite de personnes investissant leurs capitaux dans une madrague, ou thonaire ? Il existe des sociétés privées de pêche en Grèce, par exemple à Parion où l’on devait guetter le scolias, petit scombre que l’on rapproche aussi de celui de Sexi, sur la côte de Bétique53, ou bien une compagnie de fermiers à Cyzique qui a pris à ferme certains droits de pêche ou de navigation54. Mais notre societas de Carthagène est d’une autre envergure : le garum sociorum reste célèbre encore au ive siècle. Seule une societas affermant des droits sur un domaine public peut avoir été autorisée par l’État romain.

  • 55 Dig., II, IV, 1.

24Un texte du Digeste55, qui a été peut-être trop longtemps négligé, est à cet égard fondamental. “Aucune société, aucun collège, aucun groupement de ce genre n’est autorisé indistinctement à former une association et leur groupement est limité par les lois, par les senatus consultes et par les constitutions du prince. Tout au plus les groupements de ce genre sont autorisés dans peu de cas ; il est permis de fonder un groupement aux compagnies chargées des impôts publics, des mines d’or ou d’argent et des salines”.

  • 56 Voir le chapitre II (Deuxième section) de Nicolet, Les chevaliers dans les publica.
  • 57 A Minturnes, socii salinatores et scripturarii : Degrassi, ILLRP, 810.
  • 58 En 142 av. J.-C., dans le Bruttium (forêt de Sila) : Cic., Brutus, 85 : familia... liberi societat (...)
  • 59 Cic., De imp. Cn. Pompei, 16 : familias maximas quas in salinis habent.
  • 60 Degrassi, ibid., 734, 738, 743.

25La définition des compagnies vectigaliennes nous intéresse donc au premier chef. Dès le début en tout cas, à côté de la dîme56, de la scriptura57 qui pèse sur les pacages et la poix58 ramassée dans les forêts domaniales, les salines sont confiées à une societas ; on le sait par Cicéron en Asie Mineure sous la République59, à Mintumes des socii salinatores afferment les salines aménagées dans les marais60. Pour ces raisons juridiques, nous affirmerons donc que les socii de Carthago Nova affermaient les salines, environnant la ville, et la mine de sel, et avaient remplacé les fermiers carthaginois. Il reste maintenant à prouver l’importance du sel dans la préparation du garum.

  • 61 Strab., III, 2, 6.
  • 62 Plin., NH, XXXIX-XLV.
  • 63 Id., ibid., XXXI, 96.
  • 64 Id., ibid., XXXI, 87-88.

26Les sources littéraires nous conduisent à lier fortement garum et sel. Strabon61 remarque que les Turdétans ont aussi chez eux des mines de sel et de nombreuses rivières d’eau salée. Aussi ont-ils pu développer une importante industrie de salaisons, qui utilise non seulement le poisson local, mais aussi celui de tout le littoral à l’ouest des Colonnes d’Hercule, et qui soutient la comparaison avec les salaisons du Pont. Le lien entre sel et salaisons est des plus évidents ; il est curieux de noter que Pline l’Ancien, s’occupant du sel à la fin62 du livre XXXI, consacre plusieurs paragraphes au garum qui dans son essence même finit par être une façon de saler les aliments : “on s’est mis à faire putréfier le sel d’innombrables façons pour flatter le palais”63. “Parmi les innombrables assaisonnements dont nous usons, la perception du sel demeure toujours ; en mangeant du garum, c’est encore la saveur du sel qu’on recherche”64.

  • 65 Sur la véritable nature du garum, dans RÉA, LIV, 1952, p. 27-38.
  • 66 Plin., NH, XXXI, 93.
  • 67 Géopon., XX, 46.
  • 68 Plin., NH, XXXII, 146 ; Mart., VII, 78. On parle non pas du scomber mais du lacertus, ce qui donc (...)

27C’est donc une façon raffinée et coûteuse de saler les aliments. Depuis l’article de P. Grimai et Th. Monod65, nous ne pouvons plus accepter l’affirmation de Pline selon laquelle il s’agit de faire macérer dans le sel les intestins de poisson et autres parties qu’autrement on jetterait. Le résultat est la putréfaction de ces ingrédients66 ; cette sanies putrescentium n’existe heureusement pas, même si l’odeur du garum, comme celle du nuoc mam dont on le rapproche, reste forte. Au contraire il s’agit d’une autodigestion du poisson par les diastases de son propre tube digestif, en présence d’un antiseptique (le sel) qui empêche précisément la putréfaction ; à cette autolyse s’ajoute une certaine fermentation microbienne provoquant une maturation du produit comparable à celle des fromages. Pour fabriquer donc cette sauce, et le texte des Géoponiques67 nous donne la recette, il faut de grandes quantités de sel, ce qui explique la localisation de ces industries de salaison et de garum près des salines et mines de sel et la mainmise des fermiers du sel sur la pêche du scombre. Il semble bien que le meilleur garum soit fait uniquement avec le scomber, tandis que le colias de Sexi68 (Almunécar), plus grand que le maquereau, est une sorte de thon.

  • 69 Ponsich-Tarradell, p. 83.
  • 70 Id., p. 85-88.
  • 71 Id., p. 88.
  • 72 Salsamentum, dans DA, IV2, p. 1022-1035 (M. Besnier), p. 1023.
  • 73 Plin., NH, IX, 48,92 : la traduction est d’É. de Saint-Denis ; même traduction de vivier pour Hora (...)

28D’ailleurs, les quantités de sel peuvent être mesurées d’après le relevé si méthodique des cuves à salaison dans les places du littoral méridional de la Péninsule, et c’est là l’un des grands mérites du livre de Ponsich et Tarradell que de nous donner la liste de ces points où ont été découvertes des installations. Certaines cuves ont une contenance considérable : à San Pedro de Alcántara69 existent deux réservoirs, l’un d’un peu plus de cinq mètres cubes, l’autre d’un peu moins de onze mètres cubes ; à Baelo, anciennes et nouvelles fouilles ont permis de découvrir plusieurs ensembles. Les anciennes fouilles70 présentaient des cuves d’une contenance totale d’environ 170 à 180 mètres cubes ; à Cerro del Trigo71, deux bassins font l’un douze mètres cubes et l’autre huit ; en Algarve, les bassins varient entre trois et vingt mètres cubes72. Ces bassins sont les cetariae que l’on traduit parfois à tort par viviers73, alors que le latin connaît le mot vivarium ; ils étaient à découvert si bien que Pline nous rapporte qu’à Carteia un poulpe passait de la mer dans un de ces bassins pour goûter aux salaisons ; leurs parois faites d’un enduit de béton au tuileau étaient arrondies aux angles, parfois un chanfrein courait au fond. Le soleil permettait d’aider l’autolyse et le garum pouvait être retiré au bout d’un certain nombre de jours, voire de semaines ; une autre méthode est de le chauffer dans des marmites pour accélérer les opérations.

  • 74 CIL IV, 5673, 5706, 9388,9394.

29Quels qu’aient été les procédés de l’affinage, naturels ou artificiels, on recueillait la fine fleur du garum – gari flos flos comme le chantent les inscriptions de Pompéi74 et l’inscription garum sociorum valait le meilleur des passeports, mais aussi le plus coûteux.

  • 75 Voir, sur cette évolution, S. de Laet, Portorium. Etude sur l’organisation douanière chez les Roma (...)
  • 76 Arch. Anz., 27, 1912,52 ; CIL V. 5659 ; Van Nostrand, ESAR, III, p. 183.

30Quel a été l’avenir du garum sociorum ? Il dure, nous l’avons déjà dit, encore au ive siècle puisque Ausone le reçoit toujours à Burdigala et c’est déjà étonnant de le rencontrer si tard alors que la régie directe des impôts a remplacé presque partout la ferme75. C’est dire que cette societas a rapporté beaucoup d’argent à l’État et que les Empereurs ont refusé certainement de remplacer les socii salinatores par des conductores dans la mesure où une raison commerciale s'unissait à l’exploitation des salines. Il aurait été périlleux pour l’État romain de gérer lui-même une affaire qui avait une réputation internationale, de Pompéi à Bâle76.

31Mais des changements ont dû certainement accompagner cette pérennité de l’appellation contrôlée.

  • 77 J. M. Blâzquez, La crisis del siglo III en Hispania y Mauretania Tingitania, dans Hispania, XXVIII (...)
  • 78 On signale la fin de l’exploitation minière : Blâzquez, Crisis, p. 26.

32En effet, M. Ponsich et M. Tarradell nous apprennent, et c’est là une des conclusions majeures de leur volume, que la plupart des exploitations du détroit disparaissent dans la tourmente de la fin du iiie siècle. Dans la Péninsule, Baelo et Jávea, malgré un ralentissement, continuent seules au ive siècle ; nous ignorons tout de Carthagène puisque des bacs à salaison ou des usines à garum n’ont pas été encore découverts, mais le texte d’Ausone permet de penser que Carthago Nova n’a pas échappé à la crise, puisque le garum vient de Barcelone. Est-ce simplement parce que le garum avait débarqué dans le port d’où Paulin de Nole lui avait fait une expédition ? Il ne le semble pas et il ne peut s’agir que d’une migration probable du centre de fabrication. Les invasions germaniques du iiie siècle ont atteint la côte du Levant où de nombreuses villas ont été mises à sac77 ; ont-elles entraîné la décadence de Carthago Nova78 ou bien la prudence des socii leur a-t-elle conseillé une conversion vers le nord ?

  • 79 En général la muria est faite avec les intestins du thon (Plin., NH, XXVI, 4, 11 ; XXXI, 93, 43) ; (...)
  • 80 Plin., NH, XXXI, 93.
  • 81 Id., ibid., XXXI, 94.
  • 82 ESAR, V, chap. III, 6 et 7.
  • 83 Sextarius dans DA. IV, 2 p. 1286 (Sorlin-Dorigny). Erreur de compte chez E. Cuadrado, dans Estudio (...)
  • 84 Rostovtzeff, SEHRE, p. 423 et n. 20.
  • 85 Auson., XX, 1 : iam patinas implebo meas, ut parcior ille/maiorum mensis applaria sucus inundet.

33En tout cas, le produit ne semble pas de la même qualité. Ausone le désigne muria barcinonensis79 mais aussi liquor sociorum ; le terme de liquor fait écho à Pline : liquoris genus, quod garum vocavere80. Il semble toutefois qu’un effort a été fait pour qu’il coûte moins cher. À l’époque de Pline81, mettons au Ier siècle, il en coûtait 1000 sesterces pour près de deux conges, soit six litres. L’édit de Dioclétien82, à une époque où la monnaie a fort dévalué, établit deux prix selon que l’on a affaire au liquamen primum à seize deniers le setier de 0,539 litre83 et au liquamen secundum à douze deniers, soit pour deux conges, 704 et 528 sesterces. Il est vrai que les empereurs, et Hadrien en particulier, sont intervenus pour faire baisser le prix du garum et le rendre accessible aux pauvres84. Mais les qualités supérieures restent assez chères et surtout la dépense devait être encore plus lourde, puisqu’à la discrétion des ancêtres qui en usaient avec parcimonie, Ausone oppose sa générosité, souhaitant inonder ses assiettes de cette sauce85. Il appartient à l’aristocratie sénatoriale, disposant de gros revenus fonciers et qui a accumulé des richesses pendant son passage à la cour ; nulle raison de mettre en doute cette vantardise de parvenu.

  • 86 Auson., XVIII, 2, 127 : stridentesque focis... alausas.
  • 87 Id., XII, 41, σύες θαλεροί.
  • 88 K. Michailowski, Fouilles polonaises à Mirmeki en Crimée, dans Atti del settimo Congresso internaz (...)

34Mais cependant n’y a-t-il pas aussi une évolution du goût ? Ausone, qui nous a donné un tableau délicat et enchanteur des poissons de la Moselle, a su vanter l’alose de Garonne qui grille avec un bruit perçant sur les foyers86 ; mais c’était alors le mets recherché par le pauvre ! Plus grande, même sur la table du riche, était la part faite au porc87 et, d’une façon générale, Rome a consommé davantage de porc que de poisson. À Mirmeki88, l’arrivée des Romains dans ce comptoir grec a signifié une baisse de 50 % dans la consommation du poisson, remplacée par celle du porc. On comprend la baisse relative du produit, même si le garum sociorum maintenait la renommée de la Compagnie.

  • 89 Je dois donc repousser ce que j’écrivais dans Ausone et l’Espagne (Mélanges J. Carcopino, Paris, 1 (...)
  • 90 Plin., NH, XXI, 93.

35Au terme de cette étude, nous voudrions faire le bilan de nos certitudes ou du moins de nos hypothèses de travail. Sur l’origine du garum, il ne paraît plus possible de faire des Puniques les responsables de sa fabrication dans la Pénisule Ibérique89. Que le produit soit d’origine grecque, le nom même ΓΑΡΟΣ le garantit, même si Pline90 rapporte une étymologie facile en disant que garum viendrait du nom d’un poisson, garus ; retenons en tout cas que ce sont les Grecs qui l’ont ainsi baptisé, que les Ioniens en sont les inventeurs vraisemblablement en Mer Noire et que Clazomènes, par l’intermédiaire d’Abdère de Grèce et de sa filiale hispanique, est intervenue et a enseigné Part et l’industrie des salaisons qui ont fait rapidement de Gadès, maîtresse de nombreux comptoirs dans le sud et en Maurétanie, le rivale du Pont et de la Phrygie, ce qui est su à Athènes dans la deuxième moitié du ve siècle.

36Les Carthaginois mais essentiellement les Barcides au iiie siècle ont pratiqué sur une grande échelle cette industrie qui a reçu l’appoint de la nouvelle capitale, Carthagène, et des salines et mines de sel de la région. Une exploitation du type de celle que les souverains hellénistiques imposaient à leurs sujets a été mise sur pied, les droits régaliens affirmés sur le sel et sans doute les pêcheries affermées.

  • 91 Cic., Phil., II, XIX, 48.
  • 92 C’est donc l’opinion inverse de celle de Ponsich-Tarradell, p. 100.
  • 93 Voir sa confirmation numismatique dans E. A. Llobregat, Una aproximación a la circulation monetari (...)

37Quand l’État romain succède à l’État barcide, il exerce les mêmes droits et, certainement à la fin du iie siècle, une locatio censoria réservait l’exploitation des salines à une societas qui payait une redevance à l’État pour le sel, mais aussi pour les pêcheries. Il est dans ces conditions bien évident que la societas est du même type que la societas minière, celle de Sisapo par exemple, connue de Cicéron91 ou celle du Mons Ilucro, invoquée par A.Piganiol. C’est le sel qui est la production essentielle et les salaisons ne sont qu’un produit annexe et le garum un sous-produit92. Mais la découverte des socii a été qu’avec les scombres on faisait le meilleur garum et le monopole du sel s’est traduit par le monopole du produit qui atteint une très forte renommée, ce qui renforçait le rayonnement économique de Carthago Nova93. L’État maintenait ses prérogatives et une compagnie de publicains s’enrichissait ; les produits s’exportaient tout comme voyageaient les lingots d’argent des mines du Mons Ilucronensis. Nous ne pouvons pas préciser évidemment le statut des industries de salaisons ; la société fermière leur vendait sans doute au prix fort le sel, car il est vraisemblable qu’elle avait pris en charge l’ensemble des salines. À l’époque barcide, le monnayage des villes, comme Gadès, Abdère, Sexi, etc... prouve une certaine indépendance, mais des liens devaient exister entre elles et la capitale et, dans le respect d’une certaine autonomie municipale, le poids de l’administration centrale devait se faire sentir.

38Cette permanence des droits de l’État est donc vérifiée de façon privilégiée avec cette aventure du sel. Par ailleurs, au moment où Cl. Lévi-Strauss recherche dans les “Mythologiques”, par l’intermédiaire des pratiques culinaires, une vision des structures sociales, il ne semble peut-être pas hasardeux de nous demander où nous en sommes avec le garum.

  • 94 Plin., NH, XXXI, 94.
  • 95 Sén., Ep. 95, 19.
  • 96 Id., ibid., 95, 25.

39Sans doute devant un certain cru, presque un “pourri” – mais qui peut être accéléré par une cuisson artificielle-, donc proche d’une nature très savante, très raffinée, qui finit par tourner le dos à la vraie nature, un produit qui sert à habiller le sel nature jugé trop brutal, nous sommes en présence d’une société qui recherche le pré et le métaculinaire. Ne nous étonnons pas que les censeurs l’aient fustigé au nom de l’économie, – et seuls94, pour Pline, les parfums soutiennent la comparaison sur le plan des prix, ces parfums exotiques qui grèvent la balance des comptes de Rome-, au nom de la morale et de la santé ; et pour Sénèque95, autrefois une nourriture simple et saine interdisait le recours aux médecins, mais désormais on fait passer par le même gosier le luxe, dévastateur des continents et des mers, et “le96 garum de la compagnie, précieuse pourriture de méchants poissons, ne brûle pas, à ton avis, l’estomac de sa dissolution en saumure ? Ces mets purulents et qui passent presque instantanément du feu des fourneaux à la bouche, ne laissent, à ton sentiment, aucune lésion quand ils s’éteignent au beau milieu de nos entrailles ? Après cela, quelles éructations écœurantes et empestées ? Quel dégoût de soi à sentir passer le relent d’une indigestion ! Sache-le, dans l’estomac ces substances absorbées ne se digèrent pas ; elles s’élaborent en pourriture”.

  • 97 Ausone est mort à 84 ans. Voir R. Étienne, La démographie de la famille d'Ausone, dans Études et c (...)

40Cette société, amoureuse d’une gastronomie raffinée, a fini par triompher de ces grincheux et de ces maussades ; le goût ne s’est pas démenti et au contraire le souci des empereurs a été de le “démocratiser” : le souci de leurs finances rejoignait leur sens de l’humanisme. Soutenu par l’État, fabriqué par un trust monopoliste, le garum sociorum jusqu’à la fin du ive siècle attesta la force d’une habitude culinaire, nécessaire aux peuples qui utilisent trop de féculents et de végétaux, habitude qui a été redécouverte en Extrême-Orient et qui certainement n’a pas empêché la longévité de ses utilisateurs97. C’est tout à l’honneur du produit hispanique.

Retractatio

41Aujourd’hui, en 2005, j’inverse ma position sur l’implantation de l’industrie des salaisons de poisson et du garum dans la Péninsule Ibérique. Même si les Ioniens sont les inventeurs du mot et de la chose, les dernières découvertes dans Cadix et sa région attestent que ce sont les Puniques, sinon les Phéniciens, qui ont introduit cette industrie sur le littoral de l’Espagne et sur celui du Maroc. Pour plus de précision, consulter l’ouvrage de R. Etienne et F. Mayet, Salaisons et sauces de poisson hispaniques (Trois clés de l’économie de l’Hispanie romaine, II), Paris, 2002.

Notes

1 M. Ponsich et M. Tarradell, Garum et industries antiques de salaison dans la Méditerranée Occidentale (Université de Bordeaux et Casa de Velâzquez, Bibl. Ecole Hautes Etudes hispaniques, fasc. XXXVI), Paris, 1965.

2 Id., ibid., p. viii.

3 Kock, I, 186 = Edmonds, 1,186, p. 381-382.

4 Kock, II, 43 = Edmonds, II, 77, p. 108-199.

5 Nauck, fr. 211.

6 Athén., Deipn., 11, 67 ΓΑΡΟΣ.

7 Hérodote, IV, 152.

8 Sur ces problèmes de chronologie, voir en dernier lieu, D. Van Berchem, Sanctuaires d’Hercule-Melqart. Contribution à l’étude de l’expansion phénicienne en Méditerranée, dans Syria, XLIV, 1967, p. 73-109 et 307-338.

9 I, R, 10, 22 ; Ez, 37, 12. J. M. Blázquez, Tartessos y los origenes de la colonización fenicia en Occidente, Salamanque, 1968, p. 21, n’accepte pas l’équation Tarshish-Tartessos.

10 Plin., NH, XXXI, 94.

11 Strab., III, 11.

12 Garcia y Bellido, dans Historia de España, I**, p. 538.

13 Strab., III, 2, 1.

14 Id., III, 1, 8.

15 Id., III, 4, 2.

16 Id., III, 4, 6.

17 Strab., livres III-IV (CUF, éd. F. Lasserre), notice, p. 57.

18 Plin., NH, XXXI, 94.

19 In cetariis ; sur ce mot, voir plus loin.

20 Sur cet adjectif, voir plus loin.

21 Plin., NH, IX, 18,92.

22 On a eu trop l'habitude de traduire par garum des Alliés pour ne pas réagir contre cette traduction ambiguë. On invoquait l’amitié entre Carthagène et Rome, alors que c’était plutôt celle de Gadès qui était d’habitude rappelée dans la Péninsule.

23 Plin., NH, XXXI, 94.

24 Ovide est cité parmi les auteurs.

25 Ép., 95,25.

26 Mart., XIII, 102. Garum Sociorum, “fait du premier sang d’un scombre respirant encore, reçois cet orgueilleux garum : c’est un somptueux présent” (trad. H. J. Izaac).

27 Id., XIII, 103. Par opposition à la muria, faite avec du thon d’Antibes, 1.2 : “Si j’étais fille du scombre, je ne t’aurais pas été envoyée” (sous entendu : car ce garum aurait été trop cher pour toi).

28 CIL IV, 5659.

29 Rostovzeff, SEHRE (éd. ital.), p. 80, la date d’Auguste.

30 A. Tchernia, Amphores et marques de Bétique à Pompéi et Stabies.dans MEFR, LXXVI, 1964, p. 419-449.

31 M. Tarradell, Marruecos pύnico, Tetuán, 1960, p. 256.

32 C. Domergue, La campagne de fouilles 1966 à Bolonia (Cadiz), dans X Congr. Nac. de Arqueología (Mahón, 1967), Saragosse, 1969, p. 442-456. L’auteur lie le premier établissement romain à l’industrie de salaison des poissons.

33 CIL II, 5929 = ILS, 3624.

34 G.-Ch. Picard, Carthage au temps d’Hannibal, dans Studi Annibalici (Atti del Convegno svoltosi a Cortona-Tuoro sul Trasimeno-Perugia, octobre 1961), Cortone, 1964, p. 9-36.

35 E. G. Robinson, Punic Coins of Spain and their Bearing on the Roman Republican Series, dans Essays in Roman Coinage presented to Harold Mattingly, Oxford, 1956, p. 34-53.

36 Vers 300, Diphilos compare ses salaisons avec celles d’Amynkla.

37 Voir G.-Ch. Picard, Hannibal, Paris, 1967, p. 86-90, mais il ne dit rien sur les salines.

38 Plin., NH, XIX, 26, souligne que l’usage du sparte n’est pas antérieur à la première expédition carthaginoise en Espagne. Lors de la prise de Carthagène, Scipion, en 210, met la main sur de grandes quantités de sparte : Liv„ XXVI, 47.

39 Plin., XXXI, 80.

40 RE, V, 2, 1905, col.1980 (Hübner).

41 Plin., NH, XIX, 30, nous donne ses dimensions qui cadrent exactement avec ce que nous apprend Strabon. La plaine mesure 100 000 pas en longueur sur 30 000 en largeur, soit 148 km sur 45 par approximation ; en longueur, c’est la distance Carthagène-Játiva (Saetabis) et, dans sa largeur, elle balaie la région de Laca à Játiva.

42 Strab., III, 4, 9.

43 Il ne peut être question de localiser Egelasta à Men Baca, entre Linarès et Vilches, en vertu de la découverte d’une inscription funéraire (CIL II, 5091) mentionnant un Q. Manlius Bassus, fils de Quintus, Egelastanus. Il a pu venir mourir en cet endroit en venant d’Egelasta du Campus Spartarius.

44 J. Carcopino, Profils de conquérants, Paris, 1961, p. 163 et sq.

45 On cite, à l’époque classique, l’exemple de Byzance qui vendit le droit de pêche maritime et de commerce du sel : Aristot., Econ., II, 2, 39.

46 Rostovtzeff, SEHRE, p. 309 ; C. Préaux, L’économie royale des Lagides, Bruxelles, 1939, p. 249 sq.

47 Rostovtzeff, ibid., p. 296.

48 Id., ibid.. p. 470.

49 E. Bikerman, Institutions des Séleucides, Paris, 1938, p. 112-114.

50 Strab., VII, 4, 6. Il est étonnant que Strabon n’en parle plus quand il décrit le royaume du Pont (XII, 3, 1-40) et même à propos des mines de sel de Culupène et de Camisène.

51 Loi de Rullus : agros propter Carthaginem novam. Ch. Lécrivain, De agris publicis imperatoriisque ab Augusli tempore usque adfinem imperii romani, Paris, 1887, p. 11.

52 Sur ces démêlés entre publicains, prêtres et Sénat, voir C. Nicolet, L’ordre équestre à l’époque républicaine (312-43 av. J.-C.), I : Définitions juridiques et structures sociales, Paris, 1966 (BEFAR, 207) p. 351-352. Sous Néron et Antonin le Pieux, existe un τελώνιον τὴς ἰχθυικῆς (ILS, 8858 et OGIS, 496) : les droits de pêcherie sont perçus sous forme deportorium (De Laet, p. 355 et n. 1). Une histoire semblable, où le gouverneur de Rome reconnaît les privilèges des riverains, intéresse Histria et Tyras (De Laet, p. 206-208, 209).

53 Plin., NH, XXXII, 146. Sur les guetteurs, L. Robert, dans Hellenica, X, p. 272.

54 De Laet, p. 355 ; L. Robert, dans Hellenica, IX, 1950, p. 94 s. ; XI-XII, 1960, p. 158-159.

55 Dig., II, IV, 1.

56 Voir le chapitre II (Deuxième section) de Nicolet, Les chevaliers dans les publica.

57 A Minturnes, socii salinatores et scripturarii : Degrassi, ILLRP, 810.

58 En 142 av. J.-C., dans le Bruttium (forêt de Sila) : Cic., Brutus, 85 : familia... liberi societatis eius quae picarias de P. Cornelio M. Mummio censoribus redimisset... causant pro publicanis accurate, ut semper solitus esset eleganterque dixisse Laelium. A Minturnes, Degrassi, 732,733,738,746. Voir aussi Dig., L, 16, 17.

59 Cic., De imp. Cn. Pompei, 16 : familias maximas quas in salinis habent.

60 Degrassi, ibid., 734, 738, 743.

61 Strab., III, 2, 6.

62 Plin., NH, XXXIX-XLV.

63 Id., ibid., XXXI, 96.

64 Id., ibid., XXXI, 87-88.

65 Sur la véritable nature du garum, dans RÉA, LIV, 1952, p. 27-38.

66 Plin., NH, XXXI, 93.

67 Géopon., XX, 46.

68 Plin., NH, XXXII, 146 ; Mart., VII, 78. On parle non pas du scomber mais du lacertus, ce qui donc semble tout à fait autre chose. Voir le commentaire d’É. de Saint-Denis au passage cité de Pline.

69 Ponsich-Tarradell, p. 83.

70 Id., p. 85-88.

71 Id., p. 88.

72 Salsamentum, dans DA, IV2, p. 1022-1035 (M. Besnier), p. 1023.

73 Plin., NH, IX, 48,92 : la traduction est d’É. de Saint-Denis ; même traduction de vivier pour Horace, S., II, 5, 44 par F. Villeneuve, 5e éd., 1958. Le mot vient de cetus, le cétacé, qui a fini par désigner le thon (grec τὸ κῆτος). Besnier dans Salsamentum a mieux compris cetarius, marchand de salaison, et cetariae tabernae, boutiques de salaison, au lieu de tavernes de pêcheurs de thon (A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire des mots, 4e éd., 1959, p. 117). En Sicile, un lieu-dit Cetaria (Ziegler dans RE, XI, 1, 1921, col. 360, le situe d’après Ptol., III, 4 à l’ouest de Panormos) serait à identifer avec une thonaire. En effet, ces cetariae ont servi surtout au poisson salé et essentiellement aux thons et thonidés.

74 CIL IV, 5673, 5706, 9388,9394.

75 Voir, sur cette évolution, S. de Laet, Portorium. Etude sur l’organisation douanière chez les Romains, surtout à l’époque du Haut-Empire, Bruges, 1949, p. 382 et sq.

76 Arch. Anz., 27, 1912,52 ; CIL V. 5659 ; Van Nostrand, ESAR, III, p. 183.

77 J. M. Blâzquez, La crisis del siglo III en Hispania y Mauretania Tingitania, dans Hispania, XXVIII, 1968, p. 5-37, surtout p. 10-11 et p. 37.

78 On signale la fin de l’exploitation minière : Blâzquez, Crisis, p. 26.

79 En général la muria est faite avec les intestins du thon (Plin., NH, XXVI, 4, 11 ; XXXI, 93, 43) ; Ed. Pottier, Muria, dans DA, III, 2, p. 2046. Mart., XIII, 103, la considère comme inférieure en qualité au garum.

80 Plin., NH, XXXI, 93.

81 Id., ibid., XXXI, 94.

82 ESAR, V, chap. III, 6 et 7.

83 Sextarius dans DA. IV, 2 p. 1286 (Sorlin-Dorigny). Erreur de compte chez E. Cuadrado, dans Estudios de Economía antigua de la Pentnsula ibérica (EEAPI), p. 140.

84 Rostovtzeff, SEHRE, p. 423 et n. 20.

85 Auson., XX, 1 : iam patinas implebo meas, ut parcior ille/maiorum mensis applaria sucus inundet.

86 Auson., XVIII, 2, 127 : stridentesque focis... alausas.

87 Id., XII, 41, σύες θαλεροί.

88 K. Michailowski, Fouilles polonaises à Mirmeki en Crimée, dans Atti del settimo Congresso internazionale di archeologia classica, Rome, III, 1961, p. 67-72, p. 71.

89 Je dois donc repousser ce que j’écrivais dans Ausone et l’Espagne (Mélanges J. Carcopino, Paris, 1966), p. 324, et dans La vie quotidienne à Pompéi, Paris, 1966, p. 160. Je ne partage pas, dans ces conditions, l’opinion de M. Tarradell dans EEAPI, p. 96, ni de E. Cuadrado, dans ibid., p. 127.

90 Plin., NH, XXI, 93.

91 Cic., Phil., II, XIX, 48.

92 C’est donc l’opinion inverse de celle de Ponsich-Tarradell, p. 100.

93 Voir sa confirmation numismatique dans E. A. Llobregat, Una aproximación a la circulation monetaria de la Costa alicantina antes del cambio de Era, dans Comunicaciones a la I réunion de Historia de la economía antigua de lapenínsula ibérica (Papeles del laboratorio de arqueología de Valencia, 5), Valence, 1968, p. 91-106.

94 Plin., NH, XXXI, 94.

95 Sén., Ep. 95, 19.

96 Id., ibid., 95, 25.

97 Ausone est mort à 84 ans. Voir R. Étienne, La démographie de la famille d'Ausone, dans Études et chroniques de démographie historique, Paris, 1964, p. 15-25.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search