Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

5e partie. Économie

Quadragesima” ou Quinquagesima hispaniarum” ?1

Note de l’éditeur

Extrait de Revue des Études Anciennes, LIII, 1951, p. 62-70.

Texte intégral

  • 1 Nous publions ici l’article annoncé par S. J. de Laet, Portorium, p. 288, n. 3. Qu’il me soit permi (...)
  • 2 S. J. de Laet, Portorium. Étude sur l'organisation douanière chez les Romains, surtout à l’époque d (...)

1Dresser un tableau complet de l’administration des douanes romaines, analyser minutieusement ses rouages n’est pas déjà une tâche aisée ; définir la politique douanière de Rome, rendre compte d’un changement de tarif douanier exige plus de sens critique et de courage. M. de Laet, dans son dernier ouvrage2, ne manque ni de l’un ni de l’autre ; ses conclusions invitent à reprendre l’étude de problèmes controversés, ce qui prouve assez la qualité d’un pareil travail. Justement, à propos du taux des douanes espagnoles, nous voudrions apporter une contribution nouvelle à l’étude de la politique économique des Sévères, responsables, si l’on veut bien nous suivre, de la transformation de la Quinquagesima Hispaniarum en Quadragesima.

  • 3 CIL II, 5064 : Socii / Quinquagen(simae) / Anni / Tenati Silvini D. D. Il faut remarquer, avec Momm (...)
  • 4 CIL II, p. 705 : Litterae sunt saeculi secundi elegantes. M. de Laet, Portorium, p. 287, n. 4, acce (...)
  • 5 R. Cagnat, Etude historique sur les impôts indirects chez les Romains jusqu’aux invasions barbares, (...)
  • 6 Pourquoi Sutherland, op. l., p. 145, pense que le taux de 2 % était plus léger qu'à l’époque de la (...)

2Le tarif douanier communément admis pour l’Espagne s’élève à 2 % d’après une inscription d’Illiberis3, qui date du iie siècle4 : il y est question de la Quinquagesima. L’Espagne constitue un seul district douanier, et la perception de la taxe est confiée à une société de publicains, présidée par un magister5. Cette organisation laisserait croire à son ancienneté, car elle semble être l’héritage d’un ancien système d’adjudication de la République6. L’Espagne, avec un pareil taux, jouissait d’un traitement de faveur : les autres provinces sont soumises au quarantième, comme, par exemple, les Gaules, dont on connaît bien la Quadragesima.

  • 7 De Laet, Portorium, p. 162 et 296.
  • 8 H. Mattingly, Coins of the Roman Empire in the Britislt Museum. I. Augustus to Viteüius, Londres, 1 (...)

3M. de Laet pense7 que les bureaux de douane espagnols n’existaient que dans les ports, et qu’aux Pyrénées, les marchandises espagnoles étaient soumises simplement à la Quadragesima Galliarum. Ainsi s’expliquerait que l’atelier de Tarraco, comme ceux de Narbonne et Lyon, ait frappé des monnaies portant sur leur revers la légende QUADRAGENS. REMISSAE ou R. XL8 : le commerce d'exportation espagnol ne pouvait qu’être favorisé par la disparition de la barrière douanière de Gaule.

  • 9 De Laet, Portorium, p. 163.

4Nous ne pouvons suivre M. de Laet dans aucune de ces deux opinions. En effet, l’absence de renseignements sur des bureaux pyrénéens de la douane espagnole ne permet pas de conclure avec certitude à leur inexistence. M. de Laet lui-même n'est-il pas amené à remédier à l’insuffisance numérique des deux bureaux d’Illiberis (Elne) et de Lugdunum Convenarum (Saint-Bertrand-de-Comminges), en imaginant avec vraisemblance9 d’autres stationes, barrant les routes qui menaient en Espagne ? Pourquoi serait-il défendu alors de songer à des bureaux espagnols ?

  • 10 Plut., Galba. 4 : ἐπεὶ δὲ τῶν ἀλιτήρίῶν ἐπιτρόπων ὡμῶ καὶ ἀγρίως τὰς ἐπαρχίας ἐκείνῳ διαφορούντων ἄ (...)
  • 11 Nous ne nous dissimulons pas le caractère hypothétique de notre conclusion ; elle a au moins l'avan (...)
  • 12 C’est ce que pense M. Rostovtzeff, The social and economic history of the Roman Empire, Oxford, 192 (...)

5Pour les monnaies, M. de Laet n’a pas insisté sur le seul fait évident : seule la frappe tarraconaise présente une scène parlante : trois prisonniers, conduits par un officier, s’avancent vers un arc de triomphe, sans doute dédié à Galba. Qu'on se souvienne alors des procurateurs de Néron, qui pillèrent l’Espagne et dénoncèrent à l’Empereur le gouverneur d’Espagne citérieure10. Galba, une fois empereur, les fit mettre à mort. Ce châtiment peut être lié à l’abolition d’une Quadragesima Hispaniarum11, due à l’augmentation par Néron de la Quinquagesima12 : il symbolise le triomphe de la Libertas sur la tyrannie du régime précédent.

  • 13 Mattingly, op., l., p. 319 (no 66), p. 322 (nos 84-85), p. 354 (no 246). Mattingly-Sydenham, op. l. (...)
  • 14 L. Homo, Le Haut-Empire, p. 366 ; Id., Vespasien, l'empereur du bon sens, 1949, surtout p. 301-309, (...)
  • 15 En 74, il donne le droit latin à toute l’Espagne. Voir la discussion chez Knox Mc Elderry, op., l.,(...)
  • 16 Cagnat, Impôts, p. 4.
  • 17 Cagnat, Impôts, p. 70, l’avait déjà noté. Knox Mc Elderry, op. p. 92, n’a pas de peine à montrer qu (...)
  • 18 N’invoquons pour preuve que les amphores du Testaccio. L’aire de dispersion des produits espagnols (...)

6Vespasien saura bien, par des émissions monétaires à Rome et Lyon, glorifier encore le geste de Galba13 : il n’en revient pas moins au taux ancien de douanes de 2,5 % pour les Gaules. Les Espagnes conservent au contraire celui de 2 % : CIL II, 5064 est, en effet, postérieure à son règne. Pourquoi ce traitement de faveur à l’égard de la Péninsule Ibérique, quand la politique de Vespasien tend à augmenter par tous les moyens les recettes et à remettre de l’ordre dans les finances14 ? Certes, on peut invoquer la politique philibérique15 du fondateur de la nouvelle dynastie impériale, son désir de se concilier un pays où les partisans de Galba étaient encore nombreux. Mais il faut se tourner vers une explication d’ordre économique. Sans doute les douanes étaient un moyen pour Rome d’emplir les caisses du trésor : on s’est trop attaché à cet aspect de contrainte fiscale16. Un tarif douanier peut être aussi l’instrument d’une richesse économique. Vespasien a compris la place de choix que l’Espagne représente dans l’économie méditerranéenne : la production et l’exportation des matières premières dont Rome a besoin sont encouragées17 et le commerce espagnol doit en être stimulé ; le iie siècle verra son essor remarquable18 sous les Antonins ; la coterie espagnole, qui occupe les plus hautes fonctions de l’Etat, n’a pu que le favoriser.

  • 19 T. Frank, On the export tax of Spanish harbours, dans AJPh, LVII, 1936, p. 87-90 (= Frank, Export t (...)

7Ce traitement de faveur a paru à certains si extraordinaire qu'ils ont refusé de croire au cinquantième des Espagnes, un taux uniforme de 2,50 % dans tout l’Empire leur paraissant plus vraisemblable. C’est T. Frank19 qui a refusé de suivre l’opinion commune dans un article désormais classique, mais dont on a peut-être trop facilement accepté les conclusions.

  • 20 Les signes sont nombreux et il y a un registre très varié de valeurs.
  • 21 CIL XV, 3856, 3886, 4016, 4179, 4194, 4243, 4334, 4366, 4218.
  • 22 De Laet vient au secours de la thèse de T. Frank et pense, Portorium, p. 293, n. 2, que la lecture (...)

8La démonstration du savant américain s’appuie sur les amphores du iie siècle découvertes à Rome, au Testaccio. Une inscription écrite en cursive et régulièrement située au bas d’une anse offre, en effet, de petits signes bizarres : A'A' ou A'A'A'20 ; Frank lit a'a' ou a'a'a' et nous invite à y voir le symbole de deux ou trois as, qui représenteraient le montant de la taxe douanière. On peut s’étonner tout d’abord que, sur trois cents marques d’amphores, quatre-vingt-dix seulement portent ce symbole. Ne peut-on penser que le contenu particulier de ces amphores légitime une taxe spéciale, sans même voir en cette dernière le montant de la taxe douanière ? T. Frank calcule ensuite la valeur totale du contenu et trouve que la taxe de 2,50 % ad valorem représente justement ces deux ou trois as, inscrits sur l’amphore ; or, de tels calculs sont sujets à caution, car on ignore tout de la qualité du vin transporté dans de telles amphores, de son cours au moment de l’embarquement, ainsi que ceux de l’huile. T. Frank, enfin, pense triompher en dressant un tableau de correspondance entre ces signes et des chiffres voisins, qui représenteraient la valeur en sesterces du contenu, mis par la douane sur neuf amphores21 : par exemple, une amphore de xx (sesterces), sur qui pèse une taxe de 2,50 % doit acquitter a'a', c’est-à-dire deux as, et une amphore de xxx, a'a'a' (trois as). La certitude de la démonstration ne peut qu’être affaiblie par le petit nombre des cas qu’elle embrasse ; elle se détruit quand on voit que l’inscription CIL XV, 4218 fournit une taxe entre 2,78 % et 3,34 %, d’après les deux lectures qui en ont été faites (xviii ou xiiii sesterces). Elle disparaît tout à fait, puisque T. Frank signale que, pour l’inscription CIL XV, 388422 (taxe 2 as, valeur 25 sesterces, soit 100 as), la taxe douanière représente non pas 2,50 % mais bien 2 %, c’est-à-dire le taux de la Quinquagesima. Frank invoque pour légitimer cette exception, la qualité particulière du contenu. Ce n’est là qu’une supposition qui vaudrait aussi bien pour les autres inscriptions et se retournerait contre l’ensemble de la thèse.

  • 23 CIL XV, 3856, 4016, 3886, 4366 ; seule 4366 porte à la vérité la mention d’un port espagnol : hisp (...)
  • 24 Leptis : CIL XV, 2633, 3385 ; Tubusuctu : 2634, 2635 a-e ; Hadrumète : 3375, 3381. On ignore tout d (...)

9D’autres raisons militent en faveur d’un rejet de l’argumentation de T. Frank. Sur les neuf inscriptions, seules quatre23 seraient espagnoles. Il est bien évident que les denrées arrivaient aussi d’Afrique, par exemple24, et que la taxe de 2,50 % s’appliquait ainsi à des produits venus d’ailleurs que d’Espagne.

  • 25 De Laet, Portorium, p. 292, n. 6. Pour ceci, comme pour la suite, voir notre article : Les amphores (...)
  • 26 Dressel, CIL XV, p. 562, n. 4. – E. Hübner, Nuevas fuentes para la geografίa antigua de Espana, dan (...)
  • 27 Nous nous séparons ici totalement de de Laet, qui adopte la lumineuse démonstration de Frank... apr (...)

10T. Frank expliquait parfaitement l’absence de ces signes sur les amphores datées du début du iiie siècle : elles transportaient de l'huile récoltée sur les propriétés impériales et échappaient par là même à la perception de la taxe douanière. Mais, lorsque le commerce privé se manifeste à nouveau après 23525, pourquoi ne pas retrouver les marques douanières ? À leur place se rencontre le mot arca26 : à moins de supposer une improbable disparition du portorium espagnol à cette époque, faut-il voir dans cette arca la caisse d’une statio douanière ? Certainement pas, puisqu’une pareille mention apparaît déjà sur les amphores de 214-235, échappant à la douane, et qu’elle désigne la caisse du patrimonium. Nouvelle et dernière contradiction du système élaboré par T. Frank27 : par analogie, on se trouve donc obligé de reconnaître en A'A' ou A'A'A' des signes comptables, employés par les armateurs du iie siècle dans un but que nous avouons ignorer, mais qui restent bien étrangers aux nécessités d’un contrôle douanier : même si l’on suit T. Frank, on ne peut plus adopter le taux de 2,50 %.

  • 28 CIL XIV, 4708 (AE, 1924, no 110). G. Calza découvrit l’inscription à Ostie et en rendit compte dans(...)
  • 29 Calza, op., l., p. 401, a proposé le premier cette datation.
  • 30 De Laet, Portorium, p. 283, reproche à Frank de n’avoir pas examiné les dates des neuf amphores du (...)

11C’est enfin sur une inscription d’Ostie28 que T. Frank fondait sa théorie. Il y est question d’une statio anto(nini) aug. n. XXXX G(alliarum) et Hispaniar(um) hic. Le changement de taux aurait eu lieu sous Antonin le Pieux29 : la date des amphores examinées par Frank inviterait à le croire30, encore qu’aucune raison ne soit donnée d’une telle transformation de tarif douanier. Il reste à dater différemment l’inscription d’Ostie pour abandonner de façon définitive la théorie de T. Frank et de ceux qui l’ont suivi.

  • 31 Calza, op., l., p. 399.

12La mention Anton(ini) ou Anton(iniana) ne nous donne guère de précision historique. Wickert, à CIL XIV, 4708, avoue son ignorance ; G. Calza propose, avec un point d’interrogation, Antonin le Pieux31. Pourquoi ne pas y voir aussi bien une statio de l’époque de Caracalla ?

  • 32 Pour tous ces changements, voir de Laet, Portorium, p. 403-415, au sujet de l’inscription d’Ostie, (...)
  • 33 C’est ce que fait de Laet, Portorium, p. 410, n. 1.
  • 34 CIL VIII, 8328, 8329, AE, 1911, no 100, 1912, no 132.
  • 35 CIL VIII, 11813. – De Laet, Portorium, p, 400, n. 5.
  • 36 De Laet, Portorium, p. 409.
  • 37 De Laet, Portorium, p. 410. L’auteur est en contradiction avec ses propres conclusions de la p. 293

13En effet, cette statio commune à l’Espagne et à la Gaule prouve une évolution dans le mode de perception des douanes : l’affermage fait place désormais à la régie directe de l’État32. Il n’est pas difficile de dresser la liste des procurateurs spéciaux qui dirigent les douanes en Gaule33 : le premier se place sous Septime Sévère34 ; on en connaît d’autres au iiie siècle ; la réforme, d’après S. J. de Laet, doit remonter à Commode : notons, cependant, qu’il existe encore à cette époque des conductores en Gaule35. Les procuratores apparaissent en Afrique au iiie siècle36. Pour l’Espagne, l’inscription d’Ostie n’empêche pas de conclure en faveur de Caracalla : la vraisemblance, au contraire, y invite. C’est finalement à cette solution que se rallie S. J. de Laet, sans donner ses raisons37.

  • 38 CIL II, 2129. H.-G. Pflaum, Corpus des cursus procuratoriens équestres (thèse dactylographiée, sout (...)
  • 39 De Laet, Portorium, p. 294, n. 2, refuse avec raison d’y voir un fonctionnaire des douanes. Plutôt (...)
  • 40 CIL II, 1180,1. 12-13 : item vecturas navicula / riis exsolvendas.
  • 41 CIL II, 1085.
  • 42 Cagnat, Impôts, p. 70, n. 1.
  • 43 De Laet, Portorium. p. 287-288, partage cette opposition à la thèse de R. Cagnat, mais veut voir en (...)

14On pourrait nous objecter la présence, antérieure à Caracalla, de procurateurs espagnols. Mais ceux-ci contrôlent simplement la navigation fluviale. Un procurator Baetis38 apparaît sous Claude, c’est-à-dire à une époque où les douanes sont affermées. Tous les autres fonctionnaires du même type (procurator ripae provinciae Baeticae) ne jouent pas davantage un rôle direct dans la perception de la taxe douanière39. Sex. Iulius Possessor s’occupe, sous Marc Aurèle et L. Verus40, de lever un impôt sur les navires remontant le Baetis. Sous Septime Sévère, c’est un esclave impérial qui remplit ces fonctions dans le port d’Ilipa, comme dispensator portus Ilipensis41 : nouvelle preuve de l’interventionnisme économique de cet empereur. Pour l’avoir oublié, R. Cagnat42 devait s’étonner de trouver un esclave impérial dans un port. Il voyait plutôt en Irenaeus le trésorier des mines proches du Morts Marianus. Marquons, au contraire, tout l’intérêt de cette présence43 : ce n’est plus un fonctionnaire habituel, mais un membre de la familia impériale qui remplit une pareille charge – symptôme d’une évolution de l’État.

  • 44 Van Nostrand, op. l., p. 146, peut légitimement faire remonter la perception directe à Septime Sévè (...)

15Autant de raisons négatives et positives de dater avec certitude l’inscription d’Ostie de Caracalla44. C’est donc sous les Sévères – on peut faire remonter la réforme à Septime Sévère – que le tarif douanier a été augmenté et que la Quinquagesima Hispaniarum est devenue la Quadragesima. Il reste à savoir pourquoi.

  • 45 SHA, Vit. Pert., 7 : coactus est exigere, quae Commodus indixerat... – Cagnat. Portorium, p. 587 (i (...)
  • 46 Hérod., II, 4,7 : τέλη τε πάντα τὰ πρότερον ἐπὶ τῆς τυραννίδος ἐς εὐπορίαν χρήματων ἐπινοηθέντα ἐπί (...)

16Les années troublées qui ont précédé l’avènement de Septime Sévère n’ont guère favorisé le redressement des finances romaines. Commode avait accru les taxes45 pour remplir un trésor toujours obéré. Si Pertinax a suivi une politique plus modérée, il n’a pas été jusqu’à supprimer les taxes douanières : il s’est contenté d’abolir les mesures les plus impopulaires de son prédécesseur46. Mais son libéralisme s’est heurté aux dures nécessités budgétaires et il a dû exiger les surtaxes imaginées par Commode. On peut penser que l’équilibre financier préoccupait Septime Sévère, fondateur d’une nouvelle dynastie : dans un but de fiscalité, il a pu uniformiser toutes les douanes, ce qui signifiait pour l’Espagne une augmentation de ses charges. Mais est-ce seulement le résultat d’une pensée fiscale ?

  • 47 Voir notre article des MEFR, passim.

17Septime Sévère assure par une flotte d’État, imitation de la flotte commodienne d’Alexandrie, le ravitaillement en huile de la capitale47. Les biens impériaux échappant à la douane, ce trafic a appauvri les recettes douanières et sans doute l’augmentation du tarif pesant sur les marchandises privées vise à rétablir l'équilibre. Pourquoi ne pas voir aussi une mesure de protectionnisme économique, destiné à favoriser le trafic impérial et à stimuler la production espagnole sur les biens impériaux nouvellement confisqués ?

  • 48 Il n’est pas question de prendre position sur ce problème si débattu. Nous suivons la thèse soutenu (...)

18Enfin, n’oublions pas que le bureau central de contrôle douanier fonctionnait à Ostie. Nous connaissons dans cette ville d’autres stationes, celles du Piazzale delle Corporazoni, que les toutes dernières théories attribuent à Septime Sévère, si soucieux de l’annone48. Voulant favoriser le ravitaillement en huile espagnole de la capitale, il a pu augmenter la taxe douanière qui le garantissait : ce serait une troisième raison d’attribuer le changement de tarif à cet empereur, même si la slatio est de Caracalla.

  • 49 La dédicace de l’Arc des Changeurs au Forum Boarium apporte un nouveau témoignage de la tendance in (...)

19Par conséquent, la Quinquagesima Hispaniarum a duré jusqu’aux Sévères. Conçue comme un instrument de progrès économique en faveur de l’Espagne, elle s’est transformée en Quadragesima sous l’effet de nécessités fiscales et annonaires. Mais le taux restait raisonnable, puisque la richesse économique espagnole et le commerce privé au iiie siècle n’en ont pas souffert. Que souhaiter de mieux quand l’Etat, accroissant une de ses taxes, pratique une politique d’interventionnisme économique49.

Notes

1 Nous publions ici l’article annoncé par S. J. de Laet, Portorium, p. 288, n. 3. Qu’il me soit permis de le remercier vivement pour l’amabilité empressée avec laquelle il a mis à ma disposition une copie dactylographiée du manuscrit de son livre, alors sous presse. Ses suggestions m’ont été des plus précieuses, encore que, sur le fond du débat espagnol, nous adoptions des conclusions assez différentes.

2 S. J. de Laet, Portorium. Étude sur l'organisation douanière chez les Romains, surtout à l’époque du Haut-Empire, Brugge, 1949 (Rijksuniversiteit te Gent. Werken uitgegeven door de Faculteit van de Wijsbegeerte en Letteren 105° Aflevering) (= de Laet, Portorium). Voir notre compte-rendu de ce livre dans Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, 1950, à paraître sous le titre : Rome a-t-elle eu une politique douanière ?

3 CIL II, 5064 : Socii / Quinquagen(simae) / Anni / Tenati Silvini D. D. Il faut remarquer, avec Mommsen (note à CIL II, 5064), qu’il manque le nom de la province après quinquagensima : donc un seul district comme en Afrique et Illyrie.

4 CIL II, p. 705 : Litterae sunt saeculi secundi elegantes. M. de Laet, Portorium, p. 287, n. 4, accepte cette datation.

5 R. Cagnat, Etude historique sur les impôts indirects chez les Romains jusqu’aux invasions barbares, d’après les documents littéraires et épigraphiques, Paris, 1882, p. 69-70 (= Cagnat, Impôts). – Marquardt, X, De l’organisation financière chez les Romains, 1888, p. 343, p. 349, n. 2, p. 380. – R. Cagnat, Portorium, dans DA, 1907, p. 586-594, p. 587 (= Cagnat, Portorium). – M. Rostovtzeff, Geschichte der Staatspacht in der Römischen Kaiserzeit, dans Philol., IX, Suppl. Bd, 1904, p. 62-82. – O. Hirschfeld, Die kaiserlichen Verwaltungsbeamten bis auf Diocletian ,2e éd., Berlin, 1905, p. 77-79. – Marchetti, Hispania, dans Diz. epig. de de Ruggiero, p. 754-941, p. 816 et p. 891. – R. Knox Mc Elderry, Vespasian’s reconstruction of Spain, dans JRS, VIII, 1918, p. 53-103 ; IX, 1919, p. 86-94 ; VIII, p. 92. – J. Toutain, Économie antique, Paris, 1927, p. 404. – V. Chapot, Le monde romain, 1927, p. 107. – L. C. West, Imperial Roman Spain, The objects of trade, 1929, p. 9. – Van Nostrand, Roman Spain, dans T. Frank, An economic survey of Ancient Rome, III, 1937, p. 119-224, p. 146 et 198. – Calza, dans NSA, XX, 1923, p. 399-402, p. 401. – C. H. V. Sutherland, The Romans in Spain, 217 B.C.-A.D. 117, Londres, 1939, p. 145. – T. Frank, An économie survey of Ancient Rome, V. Rome and Italy of the Empire, 1940, p. 49, n. 39. – De Laet, Portorium, p. 286-287.

6 Pourquoi Sutherland, op. l., p. 145, pense que le taux de 2 % était plus léger qu'à l’époque de la République ? En raison de la singularité du taux de l’Empire, ne doit-on pas y voir, au contraire, une survivance de l’époque républicaine ? C'est une hypothèse que nous risquons, malgré l’absence de tout renseignement qui rend plus prudent M. de Laet, Portorium, p. 65. et pour le taux du portorium d'Asie, p. 73, n. 3, et pour l’Espagne, p. 291, n. 6.

7 De Laet, Portorium, p. 162 et 296.

8 H. Mattingly, Coins of the Roman Empire in the Britislt Museum. I. Augustus to Viteüius, Londres, 1923. p. CCIX, CCV, CCXV, p. 345 (no 205). H. Mattingly, E. Sydenham, The Roman Imperial Coinage, I. Augustus to Viteüius, Londres, 1923, p. 198, 209. De Laet, Portorium, p. 122 et 172.

9 De Laet, Portorium, p. 163.

10 Plut., Galba. 4 : ἐπεὶ δὲ τῶν ἀλιτήρίῶν ἐπιτρόπων ὡμῶ καὶ ἀγρίως τὰς ἐπαρχίας ἐκείνῳ διαφορούντων ἄλλο μὲν εἶχεν οὐδὲν βοηθεῖν. On pourrait voir parmi les prisonniers de Tarraco. Obultronius Sabinus et Cornelius Marcellus : Tac., Hist., I, 37 : occisi Obultronii Sabini et Cornelii Marcelli...

11 Nous ne nous dissimulons pas le caractère hypothétique de notre conclusion ; elle a au moins l'avantage de s'appuyer sur une particularité proprement espagnole, un peu négligée par de Laet.

12 C’est ce que pense M. Rostovtzeff, The social and economic history of the Roman Empire, Oxford, 1926, p. 510, n. 6 (= Rostovtzeff, SEHRE). – De Laet, Portorium, p. 172, n. 3, croit devoir repousser cette interprétation en affirmant qu’à cette époque l’Espagne connaissait la Quinquagesima et non la Quadragesima. Or, CIL II, 5064, n’appartient qu’à une époque postérieure à la crise de 68-69 et ne fournit aucun argument valable.

13 Mattingly, op., l., p. 319 (no 66), p. 322 (nos 84-85), p. 354 (no 246). Mattingly-Sydenham, op. l., p. 203 (nos 32-33-41-42), p. 205 (no 56), p. 214 (no 144).

14 L. Homo, Le Haut-Empire, p. 366 ; Id., Vespasien, l'empereur du bon sens, 1949, surtout p. 301-309, mais cet aspect de sa politique douanière a échappé à l'auteur, Vespasien a augmenté les tributs et on peut entendre par ce mot toutes les taxes : Knox Mc Elderry, op. l., p. 99. Cf. aussi M. P. Charlesworth, in CAH, XI, The Imperial Peace, 70-192, 1936, p. 14.

15 En 74, il donne le droit latin à toute l’Espagne. Voir la discussion chez Knox Mc Elderry, op., l., p. 62 sq. Cf. Homo, Glotz, p. 351.

16 Cagnat, Impôts, p. 4.

17 Cagnat, Impôts, p. 70, l’avait déjà noté. Knox Mc Elderry, op. p. 92, n’a pas de peine à montrer que Vespasien, qui a doublé les tributa des autres pays, n’a pas accru les charges fiscales des Espagnols en égalisant le taux de leur douane à celui des autres provinces.

18 N’invoquons pour preuve que les amphores du Testaccio. L’aire de dispersion des produits espagnols se confond avec tout l’Occident latin. Cf. A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine, VI, 2, p. 629-633.

19 T. Frank, On the export tax of Spanish harbours, dans AJPh, LVII, 1936, p. 87-90 (= Frank, Export tax). Son opinion a été suivie par Calza, op. l., passim ; Grenier, La Gaule romaine, dans T. Frank, An economic survey of Ancient Rome, III, 1937, p. 379-644, p. 500, n. 135 (= Grenier, Gaule romaine), et par R. Thouvenot, Essai sur la province de Bétique, Paris, 1940, p. 172, n. 4. – Frank, Economic survey, V, p. 49, n. 39 : il admet deux taux dans ce dernier ouvrage, d’abord 2 %, puis 2,5 %, mais à quelle époque le changement s’est-il produit ? Contre toute raison, ainsi que le dit de Laet, Portorium, p. 287, n. 3, il ne parlait, dans Export Tax, que d’un taux de 2,5 %, négligeant CIL II, 5064.

20 Les signes sont nombreux et il y a un registre très varié de valeurs.

21 CIL XV, 3856, 3886, 4016, 4179, 4194, 4243, 4334, 4366, 4218.

22 De Laet vient au secours de la thèse de T. Frank et pense, Portorium, p. 293, n. 2, que la lecture xxv n’est pas sûre. Quoi qu’il en soit, il est grave pour la solidité de la conclusion que Frank ait toléré une seule exception, surtout quand la démonstration n’utilise que neuf inscriptions sur trois cents.

23 CIL XV, 3856, 4016, 3886, 4366 ; seule 4366 porte à la vérité la mention d’un port espagnol : hisp = Hispalis.

24 Leptis : CIL XV, 2633, 3385 ; Tubusuctu : 2634, 2635 a-e ; Hadrumète : 3375, 3381. On ignore tout du taux des droits douaniers perçus en Afrique : de Laet, Portorium, p. 241.

25 De Laet, Portorium, p. 292, n. 6. Pour ceci, comme pour la suite, voir notre article : Les amphores du Testaccio au iiie siècle, dans MEFR, LI, 1949, p. 151-181, surtout p. 175-177.

26 Dressel, CIL XV, p. 562, n. 4. – E. Hübner, Nuevas fuentes para la geografίa antigua de Espana, dans Bol. de la Real Acad. de Hist. de España, XXXIV, 1899, p. 465-503, p. 478, ne s’expliquait pas ce changement. Nous avons montré que le sens du mot arca ne saurait être douteux : il s’agit bien de la caisse gérée désormais par le bureau du procurateur du patrimonium.

27 Nous nous séparons ici totalement de de Laet, qui adopte la lumineuse démonstration de Frank... après son examen approfondi.

28 CIL XIV, 4708 (AE, 1924, no 110). G. Calza découvrit l’inscription à Ostie et en rendit compte dans NSA, XX, 1924, p. 399-402. Rostovtzeff, SEHRE, p. 510, n. 6, l’invoquait déjà à propos des émissions XL REMISSAE.

29 Calza, op., l., p. 401, a proposé le premier cette datation.

30 De Laet, Portorium, p. 283, reproche à Frank de n’avoir pas examiné les dates des neuf amphores du tableau de correspondance. Elles s’échelonnent de 145 (CIL XV, 4016) à 179 (4366). Donc la réforme date du début du règne d’Antonin le Pieux. Mais, au Testaccio, nous n’avons pas d’amphore datée avant 140 (Dressel, CIL XV, 2, p. 564). Une fouille plus complète risquerait d’amener des tessons portant a'a'et antérieurs à cette date : la conclusion de de Laet est donc bien fragile.

31 Calza, op., l., p. 399.

32 Pour tous ces changements, voir de Laet, Portorium, p. 403-415, au sujet de l’inscription d’Ostie, p. 161 et p. 409-410. Sur cette évolution, voir aussi Pflaum, p. 84 (cf. n. 38).

33 C’est ce que fait de Laet, Portorium, p. 410, n. 1.

34 CIL VIII, 8328, 8329, AE, 1911, no 100, 1912, no 132.

35 CIL VIII, 11813. – De Laet, Portorium, p, 400, n. 5.

36 De Laet, Portorium, p. 409.

37 De Laet, Portorium, p. 410. L’auteur est en contradiction avec ses propres conclusions de la p. 293.

38 CIL II, 2129. H.-G. Pflaum, Corpus des cursus procuratoriens équestres (thèse dactylographiée, soutenue à la Sorbonne en juin 1948), contre Thouvenot, op. l., passim, date cette inscription de l’époque de Claude.

39 De Laet, Portorium, p. 294, n. 2, refuse avec raison d’y voir un fonctionnaire des douanes. Plutôt que de le considérer avec le savant belge comme un personnage chargé d’assurer la protection militaire des bureaux de douanes, nous pensons que la sécurité de la navigation le long des côtes, la surveillance des points de relâche lui incombaient. Notons que H.-G. Pflaum, dans son ouvrage récent sur Les procurateurs équestres sous le Haut-Empire Romain, Paris, 1950, considère, p. 75, ces procuratèles comme des postes extraordinaires.

40 CIL II, 1180,1. 12-13 : item vecturas navicula / riis exsolvendas.

41 CIL II, 1085.

42 Cagnat, Impôts, p. 70, n. 1.

43 De Laet, Portorium. p. 287-288, partage cette opposition à la thèse de R. Cagnat, mais veut voir en Irenaeus un fonctionnaire de l’administration des douanes, ce qui ne manque pas de soulever des difficultés : il faudrait admettre alors que le procurateur de Bétique, à qui est dédiée l’inscription, est chargé de l’administration des douanes. De plus, de Laet néglige la date de cette inscription.

44 Van Nostrand, op. l., p. 146, peut légitimement faire remonter la perception directe à Septime Sévère.

45 SHA, Vit. Pert., 7 : coactus est exigere, quae Commodus indixerat... – Cagnat. Portorium, p. 587 (il cite à tort Vit. Com.). – Hirschfeld, op. l., p. 81, n. 3.

46 Hérod., II, 4,7 : τέλη τε πάντα τὰ πρότερον ἐπὶ τῆς τυραννίδος ἐς εὐπορίαν χρήματων ἐπινοηθέντα ἐπί τε ὄχθαις ποταμῶν καὶ λιμέσι πόλεων ἒν τε ὁδῶν πορείαις, καταλύσας ἔς τὸ ἀρχαῖον καὶ ἐλεύθερον ἀφῆκεν.

47 Voir notre article des MEFR, passim.

48 Il n’est pas question de prendre position sur ce problème si débattu. Nous suivons la thèse soutenue par J. Guey, dans RÉA, XLI, 1939, p. 352-355, rendant compte du livre de Van Berchem sur Les distributions de blé et d’argent à la plèbe romaine sous l’Empire, Genève, 1939. Contre Calza, Il Piazzale delle Corporazioni e la funzione commerciale di Ostia, dans BCAR, XLIII, 1915, p. 178-206 (suivi par Rostovtzeff, SEHRE, p. 199-201, p. 533, n. 22), contre J. Carcopino, Ostie, 1929, p. 13-17, contre Van Berchem, op. p. 111, il pense que le portique est devenu celui de l’Annone, fin du iie siècle-début du iiie, et qu’à cette occasion il a été agrandi.

49 La dédicace de l’Arc des Changeurs au Forum Boarium apporte un nouveau témoignage de la tendance interventionniste : voir l’interprétation récente donnée par J. Heurgon, L’Arc des Changeurs à Rome, dans REA, XXVIII, 1947, p. 52-58.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search