Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

5e partie. Économie

Les amphores du Testaccio au iiie siècle

Note de l’éditeur

Extrait de Mélanges de l’École Française de Rome, LXI, 1949, p. 151-181.

Texte intégral

  • 1 Ch. Descemet, Inscriptions doliaires latines. Marques de briques relatives à une partie de la gens (...)
  • 2 A. Reifferscheid, Il Monte Testaccio, p. 235-240, dans Bull. dell’Inst, di Corrisp. archeol., 1865 (...)
  • 3 Un nom s’impose, celui d’H. Dressel, qui a consacré toute sa vie à l’étude de l'instrumentum domes (...)
  • 4 A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine, VI, 2, 1934, chapitre XVI : Le matériel de la navi (...)
  • 5 T. Frank, On the export tax of Spanish Harbours, dans AJPh, LVII, 1936, p. 87-90 (désigné par la s (...)

1Il n’est pas question aujourd’hui de déplorer, comme le faisait en 1880, Charles Descemet1, le peu d’intérêt que l’on porte aux inscriptions doliaires ou aux poteries estampillées. Le Testaccio n’offre plus l’énigme que tant d’auteurs2 signalaient et que de nombreuses recherches ont contribué à dissiper3. Mais, malgré les études consacrées, soit à l’ensemble de la question4 ou à l’un de ses aspects particuliers5, les amphores datées du iiie siècle méritent encore une attention spéciale. L’étude des problèmes de transport et de fiscalité permettra de préciser les caractères et les limites de l’interventionisme économique des Sévères.

  • 6 Dressel, Ricerche, p. 124 ; Frank, Notes, p. 72.
  • 7 Dressel. Ricerche, p. 124.
  • 8 Dressel, Scavi, p. 48 : trente-cinq fragments avec fisci rationis patrimonii provinciae Baeticae y (...)
  • 9 Dressel, Ricerche, p. 156.
  • 10 Une particularité de ces inscriptions publiées au CIL XV, 2, 4097-4140, est la graphie du A toujou (...)
  • 11 L’assurance naît tout d’abord du groupage géographique des inscriptions : les points H et I du pla (...)

2Les amphores, auxquelles nous nous intéressons en premier lieu, portent sur leur panse, tracée par de hardis coups de pinceau6, l’inscription fisci rationis patrimonii provinciae Baeticae ou fisci rationis patrimonii provinciae Tarraconensis. Difficiles à lire pendant longtemps7, elles ont livré leur secret à la patience de H. Dressel. Les fouilles entreprises en 1881 au Testaccio8 ont permis d’en augmenter notablement le nombre encore restreint en 18789 ; aujourd’hui, malgré la mutilation de certains fragments10, on dispose de quarante-quatre inscriptions sûres11.

  • 12 À la différence des inscriptions du iie siècle, quelques-unes des nôtres signalent la Tarraconaise (...)
  • 13 CIL XV, 2633, 3382, 3385 (Leptis), 2634, 2635 a-e (Tubusuctu), 3375, 3381 (Hadrumète).
  • 14 Dressel, Ricerche, p. 156 et p. 157, croyait pouvoir lire Africae. Malgré le doute qu’il exprimait (...)
  • 15 Descemet, op. l., p. 58. La figulina Barbara, qui lui sert d’argument, a bien une origine espagnol (...)
  • 16 Bruzza, op. l., p. 136 ; Dressel, Ricerche, p. 157 ; id., Scavi, p. 53 ; CIL XV, 2, p. 491 ; E. Hü (...)
  • 17 Hirschfeld, CIL XII, p. 400, a déclenché l’opposition contre l’opinion de Dressel et prétendait qu (...)
  • 18 Si certains, comme West, op. l., p. 15, se sont contentés de signaler le conflit, d’autres ont vou (...)

3Si leur localisation dans l’espace permet de régler un problème longtemps irritant, leur date en introduit un nouveau. La mention d’une province espagnole, Bétique ou Tarraconaise12, nous renseigne sur l’origine géographique des tessons du Testaccio. Sans doute, certains noms africains se lisent sur les amphores qui n’appartiennent pas à notre catégorie13. En tout cas, il est vain de vouloir découvrir le nom d’Afrique sur une de nos inscriptions14. Signalons pour mémoire l’opinion de Ch. Descemet sur une éventuelle origine romaine15. Le véritable débat s’est institué entre partisans de l’Espagne16 et tenants de la Gaule17. L’origine espagnole de ces amphores est maintenant bien établie18.

  • 19 Reifferscheid, op. l., p. 240, date toutes les amphores du Testaccio du iiie siècle. Cette opinion (...)

4Il est également certain que notre groupe d’amphores se place entre les années 214-23519, c’est-à-dire sous les règnes de Caracalla, Élagabal et Alexandre Sévère ; mais il paraît légitime d’y voir les effets d’événements antérieurs, remontant au premier des Sévères.

  • 20 Tout le monde est d’accord pour adopter la classification de Dressel, Ricerche, p. 149-172 ; CIL X (...)

5Nous voici donc en présence d’un commerce italo-espagnol, développé sous les Sévères. Est-il assuré par une flotte privée ou par une flotte d’État ? Ce problème du transport est résolu par la place qu’occupent nos inscriptions sur la panse des amphores : au iiie siècle, fisci rationis patrimonii, inscrit en β20, correspond aux noms des personnages du iie siècle, dont il reste à définir la qualité.

  • 21 Dressel, Ricerche, p. 151 ; même opinion, CIL XV, 2, p. 250.
  • 22 E. Hübner, Nuevas fuentes, p. 475 ; même après les articles de Héron de Villefosse, ce qui n’était (...)
  • 23 Héron de Villefosse, op. l. ; La mosaïque des Narbonnais à Ostie, dans BAC, 1918, p. 245-273. Il n (...)
  • 24 Cantarelli, Il Monte, p. 46 ; Toutain, op. l., p. 410 ; Grenier, Manuel, p. 608 et 612 ; Frank, Ex (...)
  • 25 Frank, Notes, p. 75.
  • 26 Frank, Economic Survey, V, p. 83 et 301.

6Dressel pensa que les noms inscrits en lettres capitales sur le ventre des amphores indiquaient, non le possesseur de l’amphore ou son fabriquant, mais le producteur du contenu expédié21. Cette opinion fut longtemps partagée22 jusqu’au moment où Héron de Villefosse découvrit la véritable nature de ces personnes23 : il faut y voir les armateurs qui, après avoir acheté la production espagnole, la conduisent dans les ports italiens, essentiellement à Rome, ce que tout le monde24 aujourd’hui admet. On peut en conclure que le fisc organise au iiie siècle le transport des denrées espagnoles vers l’Italie, ce qu’il ne faisait pas au iie siècle25. Une véritable flotte commerciale, que seul T. Frank, dans son dernier ouvrage, avait signalée26, appartient donc à l’État et assure pendant vingt ans le trafic.

  • 27 Strab., III, 2, 6 : Ὲξἁµεαι δ έκ τῆς Toυρδητανίας σῖτός τε καὶ οἶνoς πoλὺς καὶ ἒλαιoν oὺ πoλὺ µóνo (...)

7Son existence, à son tour, a besoin d’être expliquée, puisque jusqu’à ce moment le commerce privé avait suffi aux relations hispano-italiennes. Il faut donc rechercher parmi les trois produits, blé, vin, huile, que traditionnellement exporte l’Espagne27, celui qui au iiie siècle a nécessité un tel changement. La forme des amphores, la qualité de la production, une mesure gouvernementale, en décideront.

  • 28 Dressel, CIL XV, 2, p. 562 ; Van Nostrand, op. l., p. 184.
  • 29 Dressel, Ricerche, p. 120 ; Van Nostrand, op. l., p. 184, prétend que la forme n’est pas probante. (...)
  • 30 M. Besnier, Oleum, dans DA, p. 162-171, p. 171 (désigné par la suite Besnier, Oleum).

8La forme des amphores indique difficilement leur contenu. Certains auteurs avouent leur ignorance28, d’autant que les dimensions des contenants sont variées29. Certes, sans se tromper, on reconnaît à première vue une amphore ibérique30 : il est plus délicat de faire correspondre à chaque profil un produit déterminé, encore qu’il faille croire à une certaine spécialisation.

  • 31 M. Rostovtseff, Frumentum, dans RE, VII, 1 (1910), p. 139, est responsable de l'erreur partagée pa (...)
  • 32 Frank, Export Tax, p. 87, ajoute que les poids indiqués sur l’amphore ne conviennent pas au grain. (...)
  • 33 B. Nogara, Le Nozze Aldobrandine e le altre pitture antiche conservate nei musei pontifici, Milan, (...)
  • 34 C’est devenu un thème littéraire et une occasion de développements rhétoriques : cf. Isid. de Sév. (...)
  • 35 Plin., NH, XVII, 94 : Baetica quidem uberrimas messis inter oleas metit., XVIII, 95 : centesimo...(...)
  • 36 Just., XLIV, 1, 4 : (Hispania) in omnium frugum genera fecunda est, adeo ut non ipsis tantum incol (...)
  • 37 Just., XLIV, 1, 5 : Hinc enim non frumenti tantum magna copia est, verum et vini, mellis oleique.
  • 38 Strab., III, 1, 2 : ὀρη γὰρ καὶ δρυμοὺς καὶ πεδία λεπτὴν ἒχοντα γῆν, οὐδὲ ταύτην ὁμαλῶς εὕυδρον, ο (...)

9Il ne peut être question de céréales31. Le grain se transporte soit en sacs légers32, soit à fond de cale, comme le montrent bas-reliefs et peintures33. Sans doute, le grain espagnol était réputé ; il est l’un des dons du sol espagnol34 mais seule la vallée du Bétis peut en exporter35. Justin, qui exagère36, admet ensuite que le secours en grain n’est pas considérable37. Selon Strabon38, les villes achètent plutôt qu’elles ne vendent du blé. Aussi bien le Testaccio n’a-t-il pas vu arriver au iiie siècle une grande quantité de blé espagnol.

  • 39 Grenier. Manuel, p. 637 ; Thouvenot, op. l., p. 246.
  • 40 Bouchier, op. l., p. 82 ; Marchetti, op. l., p. 780 ; West, op. l., p. 3 et 12 ; Albertini, CAH, X (...)
  • 41 Strab., III, 4, 16 : πἐρι καὶ ἀμπἑλου... ἡ καθ ἡμῶς Ιβηρικὴ παραλία πἁντων εὐπορεῖ ; Just., XLIV, (...)
  • 42 Plin., NH, XIV, 41 : Hispana ignobilium probatissima.
  • 43 Plin., NH, XIV, 71 : nec ignora multa praetermissa plerosque existimaturos, quando suumcuique plac (...)
  • 44 Plin., NH, XIV, 71 : Hispaniarum Laetana copia nobilitantur elegantia vero Tarraconensia atque Lau (...)
  • 45 Au iie siècle, les amphores portent les marques du vin de Gadès : CIL XV, 4570, le LAUR de 4577-45 (...)
  • 46 CIL II, 2029 = ILS, 1405 : Proc(urator) Aug(usti) per Baetic(am) ad Fal(ernas) veget(andas). Cf, W (...)
  • 47 H.-G. Pflaum, Corpus des cursus procuratoriens équestres (thèse dactylographiée soutenue à la Sorb (...)
  • 48 SHA, V. Aurel., c. 48 : fiscalia vina ponuntur, non gratuita populo eroganda sed pretio. D’ailleur (...)

10Le vin représente une part plus grande dans les exportations de Bétique. C’est à lui que sont réservés les amphores au col long et étroit39. Celles-ci tiennent une place relativement importante40. La viticulture est plus rémunératrice que la culture du blé ; mais si les auteurs se plaisent à reconnaître l’abondance de la production vinicole41, ils sont moins élogieux à l’égard de sa qualité42. Il faut naturellement faire exception pour les auteurs d’origine espagnole : chacun ne veut-il pas vanter les produits du pays natal43 ? Il semble bien, malgré tout, que les crus de Tarragone et des Baléares étaient fort appréciés44. Si les amphores du iie siècle en donnent la preuve45, leur petit nombre, portant la mention “Tarraconaise” au iiie siècle, restreint cette affirmation. Le gouvernement de Septime Sévère se serait-il intéressé au vin espagnol au point d’en améliorer la qualité et accroître la production ? On avait voulu reconnaître en un procurateur de Septime Sévère un fonctionnaire chargé de surveiller les plantations de Falerne, importées en Espagne46. Une thèse récente47 proposant une lecture nouvelle de l’inscription, n’y voit qu’un procurateur chargé de contrôler les créances d’un particulier, dont les biens ont dû être confisqués par l’empereur. Par ailleurs, les Sévères n’ont pris aucune mesure qui, en élargissant le marché italien, puisse provoquer des expéditions accrues de vin espagnol. Postérieurement, seul Aurélien introduit une vente de vin à prix réduit48. Tout ceci concourt, malgré la forme des amphores et la qualité du vin espagnol, à écarter l’hypothèse d’un transport massif de ce produit à Rome sous les Sévères. L’huile, au contraire, explique une telle entreprise.

  • 49 Grenier, Manuel, p. 638 ; Thouvenot, op. l., p. 267.
  • 50 Plin., NH, XV, 18, signale aussi la Lusitanie comme centre producteur : (olivae) sunt et praedulce (...)
  • 51 Plin., NH, XVII, 31, parle des qualités du sol de Bétique : glareosum solum oleis aptissimum in Ve (...)
  • 52 Plin., NH, XIV, 150 : Olei necessarius.
  • 53 Plin., NH, XV, 8 : principatum in hoc quoque bono obtinuit Italia e toto urbe, maxima agro Venafra (...)
  • 54 Colum., V : oleum optimum Licinia dat... sed neque depressa loca, neque ardua magisque modicos oli (...)
  • 55 Mart., Epig., XII, 63, 1 : uncto Corduba laetior Venafrano ; XII, 98,1 : Baetis olivifera crinem r (...)
  • 56 Pausan., X, 32, 19 : τὸ δὲ ἔλαιον τὸ ἐν τῇ Τιθορέων ἀποδεῖ μὲν, πλήθει τοῦ τε Ἀττικοῦ καὶ τοῦ Σικυ (...)

11Les amphores à huile, d'un type opposé à celui des amphores à vin, avec leur col court et large49 sont très nombreuses sur le Testaccio. L'Espagne, et particulièrement la Bétique50, offre des conditions de sol très favorables à la culture de l’olivier51 et très vite l’huile espagnole a connu une réputation méritée dans le monde romain. Pour Pline l’Ancien, qui appelle cette “liqueur” une nécessité absolue pour le corps humain52, elle vient après l’huile de Venafrum53. Columelle54, un Espagnol, la met sur le même plan que celle des Sabins ; Martial compare l’huile de Cordoue aux meilleures huiles italiennes55 et Pausanias56 ne reconnaît au-dessus d’elle que celle de Tithorea, localité grecque naturellement.

  • 57 CIL II, 1481 : M. Iulio Hermesiano, diffusori oleario.
  • 58 CIL VI, 1935 : mercatori olei hispani ex provincia Baetica.
  • 59 CIL VI, 29 722 = ILS, 7490. Il s’agit de C. Sentius Regulanus.
  • 60 CIL VI, 1625 b : negotiatores olea(ri) ex Baetica.
  • 61 CIL XIV, 397 : L. Numisio Agathemero negotiatori ex Hispania citeriore. Sur cette organisation, cf (...)

12Au iie siècle, le commerce de l’huile espagnole est fortement organisé. À Astigis57 existe un diffusor olearius. À Rome L. Marius Phoebus Viator vend de l’huile de Bétique58. Un chevalier, diffusor olearius de Bétique59, est patron de la corporation dont il est membre ; négociant en vins à Lyon, armateur sur la Saône, il protège aussi ces deux corporations. Les marchands d’huile de Bétique ont su prendre pour patron un personnage important, préfet de l’annone, préfet d’Égypte60. À Ostie, on les trouve également établis61

  • 62 Marchetti, op. l., p. 779 ; Knox McElderry, op. l., p. 94 ; V. Chapot, Le monde romain, 1927, p. 1 (...)
  • 63 West, op. l., p. 16.

13On peut donc, dès ce moment, estimer considérable la part prise par l’huile espagnole dans le commerce méditerranéen et la majorité des tessons du Testaccio en est la preuve62. West pense même que la quantité d’huile exportée par l’Espagne dépassait celle de n’importe quelle province63.

14Qualité et quantité du produit espagnol, forme des amphores, tout désigne l'huile. Septime Sévère, par sa politique, provoque de nouveaux besoins que seule l’huile espagnole peut combler.

  • 64 SHA., V. Sever., 18, 3 : ac P. R. diurnum oleum gratuitum et fecundissimum in aeternum donavit ; S (...)
  • 65 En effet, Élagabal diminue la quantité d’huile distribuée, tandis qu’Alexandre Sévère la rétablit (...)
  • 66 Besnier, Oleum, p. 170 ; Frank, Economic Survey, V, p. 82.
  • 67 T. Frank, An économic history of Rome, 2e édit., 1927, p. 495.
  • 68 Il n’est plus question des oliviers italiens dont la culture a été abandonnée : SHA., V. Sev., 23, (...)

15En effet, en don de joyeux avènement, pour se faire adopter de la populace de Rome, le nouvel empereur décide de distribuer gratuitement chaque jour de l’huile64 et cette coutume, malgré quelques vicissitudes65, va durer jusqu'à Constantin. L’huile espagnole est donc nécessaire à la satisfaction de cet énorme et nouveau marché66. L’État, organisant les distributions, doit s’occuper de l’acheminement67 de ce produit. Telle serait la raison de l’organisation de cette flotte patrimoniale révélée par les inscriptions de nos amphores, d’autant qu’à ce moment l’huile africaine et encore moins l’huile italienne68 ne pouvaient répondre aux exigences de la politique sévérienne.

  • 69 Juv., Sat., V, 86-91 : Ipse Venafrano piscem perfundit : at hic qui / Pallidus adfertur misero tib (...)
  • 70 Plin., NH, XV, 8 : excepto Africae frugifero solo. Cereri id totum natura concessit : oleum ac vin (...)
  • 71 Une controverse s’est élevée ces dernières années entre P. W. Townsend, The oil tribute of Africa (...)
  • 72 Eutrop., VIII, 18 : oriundus ex Africa, provincia Tripolitana, oppido Lepti. Cf. A. de Ceuleneer, (...)
  • 73 Dig., L, XV, 8, 11 : Leptis magna a... Severo iuris Italici (facta est).
  • 74 Aurél. Vict., Caes., XLI, 19-20 : (Sous Constantin) : Remorae olei frumentique adventiciae praebit (...)

16L’huile d’Afrique avait mauvaise réputation69 et Pline l’Ancien70 faisait de cette province une terre d’élection pour le blé seulement. Au iiie siècle, les conditions avaient pu changer, mais la politique africaine de Septime Sévère a tari une des sources de production au moment même où les prestations en huile devenaient plus nécessaires. En effet, depuis Jules César, Leptis Magna71 devait à Rome un lourd tribut en huile et, au iie siècle, sur les amphores du Testaccio, on lit avec le nom de la ville numide de Tubusuctu celui de Leptis. Mais Sévère, originaire de Leptis72, a donné à sa ville natale le droit italique, ce qui l’exempte d’impôts sur les produits du sol73. Cet empereur aurait pu faire appel au concours des autres cités africaines pour pallier le déficit ainsi créé : un texte d’Aurélius Victor74 nous apprend que les habitants de Tripolis et de Nicea offrent d’eux-mêmes des prestations d’huile. Ne serait-ce pas à la faveur d’une interpolation que la générosité des Africains y est mentionnée ? Le relatif de liaison, par sa gaucherie, nous autoriserait à le croire. Quand bien même la phrase quorum Severi... obtulerant serait de la main d’Aurélius Victor, n’oublions pas que cet écrivain africain a très bien pu vouloir légitimer a posteriori les réquisitions faites par les successeurs des Sévères. De plus, il ne s’agit que de Tripolis et de Nicea, encore qu’on puisse invoquer une confusion entre Tripolis et Leptis. Enfin, preuve qui semble décisive, le Testaccio n’a livré aucune marque d’amphore à huile africaine au iiie siècle ; tout au moins, s’ils n’ont pas été inexistants, les apports d’huile africaine ont-ils été bien faibles.

  • 75 SHA., V. Sev., 23, 2 : olei vero tantum, ut per quinquennium... sufficeret. Est-ce exagéré ? Pour (...)

17Mauvaise qualité du produit africain, faiblesse numérique des arrivages, tout amène à penser que l’huile espagnole seule pouvait satisfaire le marché romain, seule également elle a pu assurer, à la mort de Septime Sévère, des réserves pour cinq ans75.

  • 76 SHA., V. Comm., 17, 7 : classem Africanam instituit, quae subsidio esset, si forte Alexandrina fru (...)
  • 77 Hérod., I, 10 ; il s’agit de Maternus, qui s’est révolté en Gaule et a entraîné des mouvements en (...)
  • 78 Rostovtzeff, SEHRE, p. 347.
  • 79 Frank, Economie Survey, V, p, 82.
  • 80 Strab., III, 2. 6 : ὁλκἀδες γὰρ μἑγισται παρὰ τούτων πλἐουσιν εἰς Δικαιαρχίαν καὶ τὰ στια, Ωστια, (...)

18Enfin, une crise d’insécurité grave peut parfois provoquer le contrôle de l’État sur les expéditions. Commode, après la guerre Bucolique76 et la disette qui suivit, créa la classis Africana Commodiana Herculea pour que l’Italie ne manquât pas de blé. Septime Sévère, héritant d’une Espagne secouée par des troubles77, recourut, comme Commode78 à la solution étatiste pour assurer à Rome son ravitaillement en huile. Il faudrait peut-être voir dans l’organisation de la flotte sévérienne une simple extension du département fiscal créé par Commode79. On pourrait alors appliquer au iiie siècle un texte de Strabon80, notant que les bateaux viennent en grand nombre aussi bien de Turdétanie que de Libye.

19Aussi les inscriptions fisci rationis patrimonii nous révèlent-elles, et c’est ce que nous désirions montrer en premier lieu, l’existence d’une flotte d’Etat, transportant au début du iiie siècle l’huile espagnole.

  • 81 SHA., V. Sev., 12,4 : tuncque primum privatarum rerum procuratio constituta est.

20Nos amphores exigent maintenant que nous précisions la teneur du mot patrimonium, au début du iiie siècle. C’est le moment où Septime Sévère a établi entre les caisses de l’État une nouvelle distinction, patrimonium et ratio privata81 qui dépend de la qualité juridique des terres, dont les revenus sont attribués à l’un ou à l’autre. Seule donc l’étude des terres impériales en Espagne pourra nous renseigner à ce sujet.

  • 82 Pour tout ceci, voir T. Frank, Dominium in solo provinciali and ager publicus, dans JRS, XVII, 192 (...)
  • 83 Loi de Rullus : agrospropter Carthaginem novam. Ch. Lécrivain, De agris publicis imperatoriisque a (...)
  • 84 Frank, Dominium, p. 145. Rostovtzeff, SEHRE, p. 199, trop attaché à une doctrine juridique, parle (...)

21À qui appartient le sol en Espagne82 ? L’Espagne du Sud-Est est devenue romaine à la fin des guerres puniques. Puisque Rome y avait combattu Carthage et non les Espagnols, les confiscations ont été très limitées. Sous la République, on entend parler d’une terre publique vers Carthago Nova83, établissement punique, et dans la région minière qui avait été une propriété d’État punique. Les indigènes restent propriétaires, moyennant une demi-dîme. Pour la première colonie, on ignore comment elle conquit des terres, mais jusqu’à César il n’y eut pas de confiscations84.

  • 85 Frank, Dominium, p. 153 ; Jones, In eo solo dominium populi Romani est vel Caesaris, dans JRS, XXX (...)

22Les villes qui soutinrent les fils de Pompée furent pénalisées suivant les règles du droit et ainsi de nombreuses colonies purent s’établir85.

  • 86 Frank, Dominium, p. 160.
  • 87 Jones, op. l., p. 26.

23Sous Tibère, il n’est pas encore évident que se soit constituée la doctrine de la propriété du sol aux mains de l’État. Le fait est accompli sous Claude, mais il y a confusion entre un dominium politique et un dominium de propriété. Sénèque peut bien écrire : Caesar omnia habet86 : les théories juridiques n’ont pas de conséquence pratique87.

  • 88 Plut., Vit., IV, 1 : Cf. Hirschfeld, Grundbesitz, p. 307 ; Rostovtzelf, SEHRE, p. 199 ; Oertel, CA (...)
  • 89 Frank, Economic Survey, V, p. 43, n. 32.
  • 90 On ne peut donc parler des propriétés privées de la famille Ulpia que Septime Sévère aurait reçues (...)

24Si Néron avait acquis des propriétés en Espagne, Galba les vendit, à l’exception des mines, par mesure de rétorsion à l’égard d’un empereur, qui avait confisqué ses propres biens88. Vespasien, ayant besoin d’argent, a-t-il reconnu cette vente89 ? On en a généralement douté, à tort, essaierons-nous de montrer plus loin. Néanmoins, ne nous étonnons point d’avoir peu de nouvelles de domaines impériaux en Espagne avant le règne de Septime Sévère90.

  • 91 SHA, V. Sev., 12, 3 : Interfectis innumeris Albini partium viris, inter quos multi principes civit (...)
  • 92 On croyait qu’un fonctionnaire a cognitionibus avait été envoyé sous Septime Sévère pour confisque (...)
  • 93 Hasebroek, op. l., p. 101, pense que Spartien a confondu avec le passage de la V. Hadr., 7, 7 : da (...)

25C’est la défaite de Clodius Albinus et de ses partisans espagnols, riches propriétaires fonciers, qui permit au nouvel empereur de procéder à des confiscations considérables91 en argent comme en terres92. Mais le texte de la V. Sev., 12, 3, manque de clarté au sujet des caisses chargées de l'administration de ces biens. Il parle aussi bien de l'aerarium93, la vieille caisse sénatoriale, que d’une création sévérienne, la ratio privata : or, nos amphores nous apportent la preuve de l’importance d’une troisième caisse, celle du patrimonium.

  • 94 Nous n’avons pas à intervenir dans le débat sur l’origine augustéenne ou claudienne du fiscus ; il (...)
  • 95 Albertini, Empire, p. 254 ; C. H. V. Sutherland, Aerarium and Fiscus during the early Empire, dans(...)
  • 96 M. Rostovtzeff, Fiscus, dans RE, VI, 2, 1909, col. 2385-2405, col. 2394 ; Humbert, op. l., p. 1144 (...)

26Sans doute, l’opposition primitive aerarium et fiscus Caesaris94 s’était-elle atténuée ; devant la croissance du pouvoir impérial, l’ancienne caisse sénatoriale ne représentait plus que le trésor municipal de Rome95. Sous Septime Sévère, on assiste même à la fusion des deux caisses96. Dans les provinces sénatoriales, comme la Bétique, l’activité des agents du fisc impérial était plus importante que celle du questeur ; à vrai dire, les mines, propriété d’Etat, la légitimaient suffisamment.

  • 97 Néron affecta d’observer rigoureusement la distinction entre fisc et patrimoine : Tac., Ann., XIII (...)
  • 98 Celeuneer, op. l., p. 259 ; Lécrivain, Latifundia, dans DA, p. 959 ; Patrimonium, p. 353, n. 1 ; D (...)

27Mais, à l’intérieur même dufiscus, il faut distinguer ce qui vient des ressources publiques contrôlées par les agents de l’Empereur, des biens de la fortune personnelle. Si les premiers sont inaliénables, les seconds, oupatrimonium97, se transmettent par héritage et l’empereur peut en disposer à son gré. Cependant, la même administration s’appliquant à ces revenus pourtant distincts, Septime Sévère, ancien advocatus fisci, créa pour les biens personnels la ratio privata ; désormais, le patrimonium ne désigna plus que les biens de l’État. Les auteurs ont établi une relation entre la confiscation des biens espagnols et la création de la nouvelle institution98 : s’il en était bien ainsi, sur les amphores provenant de ces terres impériales, la ratio privata devrait être mentionnée. Elles n’en portent aucune trace peinte : il faut donc chercher une autre explication de la nature de la ratio privata.

  • 99 SHA., V. Sev., 10, 6 : quod Severus ipse in Marri familiam transire voluerit.
  • 100 Haywood, op. l., p. 87 ; Frank, Economic Survey, V, p. 78, 81 et 82, n’est pas le premier à avoir (...)
  • 101 S. Aurigemma, A proposito di una iscrizione di Gigihis (antica provincia Tripolitana), dans Epig.,(...)
  • 102 On en aurait une preuve supplémentaire du fait que les bona damnatorum furent vendus par des procu (...)

28On a toujours interprété le soin avec lequel Septime Sévère rappelle dans les inscriptions ses filiations, son adoption par Marc Aurèle99, comme le désir de manifester la continuité impériale et de faire accepter par l’opinion sa nouvelle dynastie. Au contraire, l’école économique anglaise y voit surtout la volonté tenace de s’approprier comme biens privés toute la propriété familiale des Flaviens et des Antonins100, qui a constitué la ratio privata. À Oea par exemple, sous Septime Sévère, des biens du fiscus deviennent biens de la ratio privata101. Donc, si en Espagne Vespasien avait récupéré les propriétés impériales qu’y avait possédées Néron et que Galba avait vendues, on en aurait la preuve sur nos amphores par la mention de la ratio privata : celle-ci en étant absente, Vespasien a bien reconnu la vente de Galba et en Espagne c’est le patrimonium qui a reçu tous les biens confisqués par Septime Sévère102.

  • 103 Toutain, op. l, p. 373, met sur le même plan fiscus, patrimonium Caesaris, res privata. En Espagne (...)
  • 104 Le vieux bureau patrimonial qui percevait autrefois les dîmes est régénéré et peut continuer son a (...)
  • 105 C’est ce que pensait Rostovtzeff, Fiscus, dans DE, p. 106.
  • 106 Dressel, Ricerche, p. 169, a tort de parler d’une organisation générale de la ratio privata à prop (...)

29Aussi les inscriptions fisci rationis patrimonii permettent-elles de préciser cette importante distinction juridique103. Le patrimonium reçoit une nouvelle importance104 et, en Espagne du moins, n’est nullement diminué105 par la création d’une nouvelle administration financière de la ratio privata106.

  • 107 En Italie, il confisque les briqueteries de Commode (Descemet, op. l., p. 57) et s’approprie celle (...)

30Certaines marques d’amphores, placées sur les panses, apportent la preuve de ces confiscations dont a bénéficié le patrimonium. Les biens espagnols que Septime Sévère transforme en biens impériaux appartiennent certainement à des adversaires politiques qu’il dépouille107.

  • 108 Fait signalé par Grenier, Manuel, p. 628.
  • 109 Dressel, Ricerche, p. 123 et 131.
  • 110 CIL XV, 2558.
  • 111 Bruzza, op. l, p. 139, y reconnaissait Constantin II, Constance II et Constant. Dressel, Ricerche,(...)
  • 112 CIL XV, 2561,2566, 2571. Il s'agit peut-être d’un affranchi de Marc Aurèle dont la fortune aurait (...)
  • 113 CIL XV, 2559, 2564, 2569. Dressel, Ricerche, p. 142-143 ; CIL XV, 2, p. 560 et 565, suivi par Lécr (...)
  • 114 CIL XV, 2559,2560,2561 portent Barba. Bruzza, op. l., p. 139 ; Hübner, CIL VII, 1331,20, doute de (...)
  • 115 CIL XV, 2564, 2565, 2566 : on y a trouvé les marques Cepar. Hübner, Nuevas fuentes, p. 492, rappro (...)

31On rencontre, à plusieurs reprises, la marque impériale108 à la place habituelle du nom du fabricant de l’amphore109. L’une porte la marque des trois empereurs régnants110 et la même matrice, privée à chaque nouvelle opération d’un G et d’un N, a servi à imprimer les titres de deux, puis d’un empereur. Sans aucun doute possible, il s’agit de Septime Sévère, Caracalla et Géta (209-211), puis Caracalla et Géta (211-212) après la mort de Septime Sévère, enfin Caracalla quand il eut fait assassiner son frère111. D’autres marques signalent trois fïgulines, Barba, Crumese, Cepar, qui appartenaient auparavant à la même firme : Aurelius Heraclespère et fils112 et qui sont passées ensuite à trois empereurs : ce sont les mêmes que précédemment113. Ces figulines sont faciles à localiser en Espagne : aux environs de Cordoue114 et au Cortijo de El Portillo115. Il faut noter combien peu nombreuses sont les traces de ces confiscations sur les amphores, alors qu’elles foisonnaient sur les briques.

  • 116 C’est-à-dire en y pour suivre la division de Dressel.

32Si les inscriptions en capitale nous livrent les secrets de la propriété impériale en Espagne, les signes tracés en cursive au bas de l’anse116 nous permettent de préciser l’administration subalterne de ces biens et de confirmer, en même temps que les inscriptions lapidaires, l’importance du patrimonium en Espagne.

  • 117 R. Cagnat, Procurateur, dans DA, p. 662-667.
  • 118 Hirschfeld, Grundbesitz, p. 307 ; Kl. Schr., p. 570 ; Frank, Notes, p. 7 4, n. 5.
  • 119 CIL II, 1085 ;cf. n.92.
  • 120 CIL II, 1170.
  • 121 Marchetti, op. l., p. 893.

33La plupart des procurateurs espagnols, administrateurs financiers117, appartiennent à cette période118. L. Cominius Vipsanius Salutaris, haut fonctionnaire impérial, gère le calendarium de Vegetus dont les biens vraisemblablement ont été confisqués par l’empereur119. Sous Caracalla et Géta en 205, on connaît un... ianus Lycomedes, procurator Augustorum120. Sans doute, dans leur titre, on ne rencontre pas expressément la mention de la ratio patrimonii121, mais l’abondance de ces procurateurs sous les Sévères, dans cette province sénatoriale, permet d’y suppléer.

  • 122 Marchetti, op. l.. p. 893.
  • 123 CIL 11. 1198 : D(is) M(anibus) Felici dispen(atori) arce patrimon(i) vikari Primitius, Clemens. Pa (...)
  • 124 Dressel. CIL XV, 2, p. 562.
  • 125 CIL XV, 4097, 4098, 4100, 4101, 4102, 4103, 4104, 4105, 4107, 4108, 4111, 4112, 4114, 4118.
  • 126 CIL XV, 4110, 4117. Castulo, qui n’est pas chef-lieu de conventus de Tarraconaise, possédait une c (...)
  • 127 Lécrivain, Patrimonium, p. 355 ; Rostovtzeff, Fiscus, dans DE, p. 103, souligne à bon droit qu’il (...)
  • 128 Henzen, le premier, dans Annal. Dell’Inst., XV, 1843, p. 333-346 : Intorno le iscrizioni delle due (...)
  • 129 C’est une opposition notée par Rostovtzeff, Fiscus, dans DE, p. 103. Cf. Lécrivain, De agris, p. 4 (...)

34Le procurateur dirige le bureau du patrimonium dans le ressort de toute la province. Quelle est sa résidence ? Il semble que, pour des raisons commerciales, Hispalis ait été choisie122. En effet, on y trouve la caisse centrale, l'arca patrimonii123, servie par un dispensator qui a cinq vicaires affranchis sous ses ordres. De plus, dans chaque chef-lieu de conventus124 juridique, se rencontre une caisse locale. Les amphores ne renseignent que sur celle d’Astigis125, mais on en peut supposer l’existence pour l’autre ville mentionnée, Corduba126. Une pyramide hiérarchique s’établit ainsi : le patrimonium principis possède des caisses particulières dans chaque province et à son tour la caisse provinciale est alimentée par d’autres caisses, le tout soumis à l’autorité du procurateur127. Nos inscriptions elles-mêmes traduisent parfaitement cette filiation. À l’intérieur du fiscus se rencontre la ratio patrimonii de Bétique, c’est-à-dire le bureau128 des comptes du patrimoine géré par un certain nombre d’agents. Ratio patrimonii et ratio fisci ne doivent plus s’opposer au iiie siècle129.

  • 130 CIL XV, 4120 :... vi tabula(ri). Cf. Lafaye, Tabularius, dans DA, p. 15-19, tabularium, p. 19 ; en (...)
  • 131 Lécrivain, Latifundia, p. 960.

35Ce bureau contrôle les expéditions et emploie un personnel nombreux. Parmi celui-ci, nous avons déjà rencontré un dispensalor dirigeant des vicaires ; les inscriptions en cursive prouvent qu’il existe aussi un tabularius130, mais surtout des employés d’origine servile qui sont qualifiés d'adores. Cette organisation fait penser à celle de chaque villa impériale en Italie131.

  • 132 Dressel, Ricerche, p. 166, ce dernier pense, p. 170, que l’on a affaire aux actores praediorum fis (...)
  • 133 Dressel, CIL XV, 2, p. 563, opte définitivement pour le titre officiel d’actor fisci vel patrimoni (...)
  • 134 Dressel, Ricerche, p. 160, avait cru reconnaître en ce signe le début de Rat(ionis), suivant l’ins (...)
  • 135 Mommsen à CIL XV, 2, p. 562 ; en effet, on lit, dans les Textes de droit romain de P.-G. Girard, 5(...)

36Que sont exactement ces actores ? On pourrait penser aux employés chargés d’apporter la marchandise au bureau de contrôle, ils dépendraient dans ce cas de l’intendant du domaine132. Mais leur présence au milieu d’une inscription qui authentifie la nature et le poids de la marchandise permet de les ranger plutôt parmi les aides des autorités impériales, avec la qualité de “commis de réception133. ” À un rang inférieur, se place le préposé à la pesée de l'amphore. Tous ces agents du bureau fiscal “reconnaissent” l'amphore et apposent un signe demeuré longtemps mystérieux, mais que l’on doit développer en recognovit ou recognitum134, sur le modèle des rescrits impériaux135.

37La présence impériale s'affirme donc en Bétique par les confiscations de Septime Sévère qui, en accroissant dans une proportion importante le patrimonium Caesaris, ont rendu nécessaire une administration nouvelle et favorisé la création d’une flotte d’Etat. Il ne faudrait pas croire, cependant, que le commerce libre ait disparu au iiie siècle. Grâce à un second groupe d’inscriptions peintes sur les amphores, nous le voyons survivre longtemps encore.

  • 136 Dressel, CIL XV, 2, p. 561 ; Van Nostrand, op. l., p. 185 ; Frank, Economic Survey, V, entre la p. (...)
  • 137 CIL XV, 3730 : on y lit Aureliani, on peut songer à des affranchis de Caracalla ; CIL XV, 3742 : D (...)
  • 138 CIL XV, 4405,4406 : si la première est réellement de 221, la seconde l’est aussi, mais Dressel n'e (...)
  • 139 CIL XV, 4087 : cette date n’est qu’une possibilité.
  • 140 CIL XV, 4390 : notons aussi CIL XV, 4391 en 251.
  • 141 CIL XV, 3840, 3841, 4392, 4393, 4394, 4395, 4396.

38Le fait a étonné et a été noté dès les premières études sur ces inscriptions136. Deux, qui ne sont pas datées, sont attribuées par Dressel au iiie siècle137, mais le seul critère épigraphique est trop fragile pour que nous puissions les retenir. Quant aux autres, elles vont de 221138 à 265139 ; mais, à part une inscription datée de 237140, les autres se placent aux environs de 254-255-257141, c’est-à-dire sous Gallien essentiellement.

  • 142 CIL XV, 3840, 3841.
  • 143 CIL XV, 4087.

39Pourquoi y voir la marque d’un commerce privé ? Seules trois inscriptions offrent le nom de l’armateur : Cornelius Severus142, ... a Saluderna143, mais cela suffit pour admettre que les fragments trouvés dans les jardins Torlonia ou au point I du Testaccio appartiennent à une telle catégorie.

  • 144 CIL XV, 3840, 3841, 4393, 4394.
  • 145 CIL XV, 4087, 4392, 4395, 4396.
  • 146 CIL XV, 4405, 4406.
  • 147 CIL XV, 4087.
  • 148 CIL XV 3840, 3841.
  • 149 CIL XV, 4390 : ce serait peut-être une raison d’attribuer l’inscription à Hispalis, restée chef-li (...)

40Si ce commerce donne toujours une activité à Astigis144, Hispalis145, Cordoue146, il se fait sous le contrôle des agents impériaux : l'arca se rencontre à Hispalis147 et Astigis148, et même elle est appelée arca prima149. Les armateurs n’ont plus, comme au iie siècle, leurs affranchis et leur bureau d’expédition privé : ils doivent se plier aux règles administratives nouvelles et se soumettre aux vérifications opérées par des affranchis de l’empereur.

  • 150 Le sac de Tarragone, en 261, a beaucoup impressionné les contemporains : Aurel. Vict., Caes., XXXI (...)

41Ce bureau subsiste, malgré les secousses de l’Empire. En effet, 235 donne le signal de l’anarchie et de l’invasion, la flotte d’État disparaît et le ravitaillement en huile de la capitale a dû en souffrir pendant un certain temps. Les armateurs privés reprennent leur rôle traditionnel, au point que sous Gallien les arrivages espagnols sont relativement abondants. Mais la source va se tarir. Les diverses invasions, surtout l’invasion germanique de 258150, marquent la fin de toute relation commerciale italo-espagnole et la fin du Testaccio lui-même.

  • 151 Dressel, Ricerche,p. 183.

42L’étude des deux groupes d’inscriptions nous permet donc de mieux pénétrer le système des institutions commerciales. Dressel151 l’avait pressenti dès 1878, mais ses espérances n’ont pas reçu satisfaction : les découvertes ultérieures, même après les siennes propres de 1881, n’ont pas permis d’apporter de notables changements à ses thèses. L’interprétation des inscriptions cursives n’a pas été améliorée à la lumière des travaux des économistes ; au contraire, les résultats auxquels le savant allemand était parvenu ont servi à étayer des hypothèses générales sur les relations de l’État à l’égard des particuliers sans susciter de nouveaux examens du matériel lui-même.

  • 152 Hübner, Eph. Epig., IX, p. 159, réclamait une exploration méthodique de tous les autres fleuves ap (...)
  • 153 Descemet, dès 1880, réclamait d’intelligents sondages dans l’aire s’étendant entre l’Emporium et l (...)
  • 154 Grenier, Manuel, p. 605.

43Les trouvailles de Bonsor et Maxwell ont confirmé ses vues sur l’origine espagnole, sans que la structure économique du iiie siècle n’apparaisse avec plus de clarté. Jamais les chercheurs espagnols152 n’ont entrepris la recherche systématique de ces marques d’amphores et jamais on n’a retrouvé en Espagne une de ces inscriptions placées par le bureau impérial. Doit-on demander, d’un autre côté, au Testaccio ou à la plaine de l’Emporium de nous livrer de nouvelles richesses épigraphiques153 ? Si l’espérance est légitime pour le premier siècle, il semble bien qu’on ait peu de chose à attendre pour le troisième. Les tessons de cette époque ont été les derniers accumulés et on les retrouve au sommet ou sur les pentes où ils ont été entraînés. Nous en sommes réduits pour toute démonstration aux inscriptions, mais ces inscriptions restent bien les documents essentiels de l’histoire du commerce antique154.

  • 155 Dressel. Ricerche, p. 182.
  • 156 Autres exemples de Camillus et Iunius Melissus : Bruzza, op. l., p. 136-137 ; voir aussi tous les (...)
  • 157 CIL XIV, 2, p. 616 ad 994-996.
  • 158 CIL XIV, 4563, 5, 1.49 ; cf. Frank, Notes, p. 76.
  • 159 Aubin, Der Rheinhandel in romischer Zeit, dans BJ, CXXX, 1925, p. 1-38.
  • 160 Frank, Economic Survey, V, p. 273.

44Un grand événement s’est produit au iiie siècle dont nos amphores apportent le témoignage : la concentration nécessaire du commerce annonce la décadence future de l’économie antique. En effet, ces inscriptions retrouvées au Testaccio n’apparaissent nulle part ailleurs. Tout se passe comme si, au départ de l’Espagne, les relations ne s’étaient adressées qu’à l’Italie, et même qu’à Rome. Au iie siècle, au contraire, que voyons-nous ? Une dispersion155 incroyable qui porte les produits espagnols aux quatre coins du monde romain occidental, la prospérité de grandes maisons de commerce, dont celle des Fadii, armateurs narbonnais, nous donne un illustre exemple156 : leurs affranchis157 habitent Ostie où ils doivent être leurs agents commerciaux et où ils occupent une situation en vue158. Sur le Rhin, le commerce espagnol est des plus actifs159 : au iie siècle, on peut dire que le marché occidental est passé à l’Espagne160. On pourrait dresser une carte des plus intéressantes de tout le commerce au iie siècle en recherchant les provenances des amphores disséminées dans l’ensemble du monde romain : nous saurions exactement le rôle joué par la Bétique.

  • 161 Van Nostrand, op. l., p. 185.

45Or, cette dispersion est le résultat d’initiatives privées161. On ne peut manquer d’associer, dans ce cas, l’intervention de l’État à une diminution de l’aire commerciale. Ce resserrement de surface continue même lorsque le commerce privé apparaît de nouveau. L’initiative de Septime Sévère a contribué sur ce point à détruire un réseau qui manifestait la vitalité de l’Empire et qui était l’une de ses raisons d’être.

  • 162 Rostovtzeff, SEHRE, p. 362, est très pessimiste sur la situation espagnole.
  • 163 Bouchier, op. l., p. 84, voyait le début de cette décadence sous les Antonins ; même vue chez West (...)
  • 164 Voir, contre la thèse du déclin municipal chez Thouvenot, op. l, passim, le compte-rendu de son li (...)

46À cette orientation unique des lignes commerciales ne correspond pas, au iiie siècle, un affaiblissement économique de l'Espagne162. On parle163 toujours, sous les Sévères, des faveurs que reçurent l’Afrique et la Syrie en raison des liens de famille qui unissaient ces provinces à la famille impériale. En Espagne, la richesse agricole n’était nullement atteinte après les raids des Maures à la fin du iie siècle : au contraire, on peut parler d’une prospérité espagnole qui a permis le flot continu de marchandises vers Rome et il faut se garder d’antidater une décadence qui n’est survenue que beaucoup plus tard, après le raid de 258-261, ainsi que le déclin municipal164.

47Enfin, nous pouvons, grâce à ces inscriptions, mieux comprendre le sens des réformes sévériennes. L’époque des Sévères est celle des transitions et donc des confusions nuancées.

  • 165 Dig., L, 6,6 (5), 4 : Immunitati, quae naviculariis praestatur certa forma data est : quam immunit (...)

48Dans le mouvement général qui tend à accroître les privilèges des navicularii165, le gouvernement de Septime Sévère tient sa place, mais il s’agit toujours entre l’État et les particuliers d’un contrat bilatéral dans la liberté : nos inscriptions nous en apportent la preuve. Quand l’annone exige un service particulier et que l’intervention de l’État est nécessaire, ce dernier n’impose aucun service à des armateurs privés, mais à côté d’eux crée une véritable flotte d’État.

  • 166 CIL II, 1180. C’est un adjutor d’Ulpius Saturninus, praef. annon. ad oleum afrum et hispanum recen (...)
  • 167 CIL II, 1085 ; Bonsor, op. l., p. 66 ; Van Nostrand, op. l., p. 149.

49Celle-ci ne représente d’ailleurs pas une originalité, puisque Commode auparavant avait créé la flotte alexandrine. L'interventionnisme économique s’était affirmé en Espagne dès le iie siècle, où à Hispalis on découvre un personnage chargé de recenser l'huile africaine et espagnole166 : Septime Sévère le renforce en créant un procurator ad ripam Baetis, tandis qu’à Ilipa un dispensator portus167 lève des impôts sur la batellerie.

50La véritable création sévérienne est d’ordre administratif et fiscal : la confiscation des terres exige la mise en place d’une nouvelle administration. Ce sont les bureaux du patrimonium qui remplacent dans chaque ville espagnole de conventus les bureaux des organismes privés : les premiers subsistent même après la disparition de la flotte d’État ; on ne pouvait revenir en arrière.

  • 168 La nationalisation des transports a lieu sous Aurélien : SHA., V. Aurel., 47, 3 : navicularios Nil (...)
  • 169 Piganiol, Histoire de Rome (Clio), 1946, p. 522, voit dans le déplacement d’axe commercial la caus (...)

51Possesseur des terres, par là grand maître de l’agriculture et de l’industrie, l’empereur ne pourra que se rendre absolument maître des transports168. Les amphores du Testaccio au iiie siècle ont permis de saisir une phase importante de cette lutte entre l’initiative privée et la dictature de l’État, qui au ive siècle finira par “assassiner169” la civilisation romaine.

Notes

1 Ch. Descemet, Inscriptions doliaires latines. Marques de briques relatives à une partie de la gens Domitia (BÉFAR, XV), Paris. 1880. p. 1.

2 A. Reifferscheid, Il Monte Testaccio, p. 235-240, dans Bull. dell’Inst, di Corrisp. archeol., 1865 ; L. Bruzza, Vari oggetti antichi invenuti nell'Emporio romano, p. 134-145, dans Bull. dell’Inst. di Corrisp. archeol., 1872 ; Descemet, op. l.,, p. VI.

3 Un nom s’impose, celui d’H. Dressel, qui a consacré toute sa vie à l’étude de l'instrumentum domesticum. Signalons ses deux articles : Ricerche sul Monte Testaccio, dans Annali dell’Inst. di Corrisp. archeol., L, 1878, p. 118-192 (désigné par la suite Dressel, Ricerche) ; dans ses Ricerche, p. 118, il parle de cette mystérieuse colline artificielle ; Scavi sul Monte Testaccio, dans Bull. dell’Inst. di Corrisp. archeol., 1892, p. 48-53 (désigné par la suite Dressel, Scavi) : on en retrouve l’essentiel dans le CIL XV, 2, paru en 1899.

4 A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine, VI, 2, 1934, chapitre XVI : Le matériel de la navigation. Les amphores, p. 602-642 (désigné par la suite Grenier, Manuel) ; T. Frank, Notes on Roman Commerce, dans JRS, XXVII, 1937, p. 72-79 (désigné par la suite Frank, Notes) ; R. Thouvenot Essai sur la province de Bétique, Paris, 1940, p. 240-245,267-274.

5 T. Frank, On the export tax of Spanish Harbours, dans AJPh, LVII, 1936, p. 87-90 (désigné par la suite Frank, Export Tax).

6 Dressel, Ricerche, p. 124 ; Frank, Notes, p. 72.

7 Dressel. Ricerche, p. 124.

8 Dressel, Scavi, p. 48 : trente-cinq fragments avec fisci rationis patrimonii provinciae Baeticae y furent découverts, p. 53.

9 Dressel, Ricerche, p. 156.

10 Une particularité de ces inscriptions publiées au CIL XV, 2, 4097-4140, est la graphie du A toujours écrit sans barre horizontale, J désigne II de patrimonii : 4121,4124, 4125, 4126, 4127, 4128, 4129, 4130, 4131, 4132,4136 ; E remplace parfois AE : ex. provincie (4125), Baetice (4127, 4129, 4131), Beticae (4128). Ce sont là des habitudes espagnoles. Très rares sont les inscriptions intactes : 4111, 4114, 4123, 4124, 4125, 4126 ; cependant, elles permettent d’éviter la lecture fisci rationis patrimoniae provinciae Baeticae de L. C. West, Impérial Roman Spain. The objects of trade, 1929, p. 16, suivi par Van Nostrand, Roman Spain, dans T. Frank, An Economic Survey of Ancient Rome, III, 1937, p. 119-224, p. 184 et p. 198.

11 L’assurance naît tout d’abord du groupage géographique des inscriptions : les points H et I du plan de CIL XV, 2, p. 491, se les partagent ; à l’ouest, ils se situent à peu près à vingt-cinq mètres de hauteur, si l’on donne au Testaccio trente-cinq mètres de hauteur totale : Grenier, Manuel, p. 606 (Dressel, Ricerche, p. 119, parle à tort de cinquante mètres). La mention d’une ville espagnole et des noms d’employés déjà rencontrés sur une inscription intacte permettent de rétablir fisci rationis patrimonii provinciae..., aussi le classement de CIL XV, 2, est-il définitif : on peut y dénombrer quarante-quatre inscriptions de ce type. Thouvenot, op. l., p. 156, plus prudent, ne les cite qu’à partir de 4102 ; nous nous arrêtons à 4140, puisque 4141 et 4142 portent la mention de stationis castrensis à la place du nom de la province ; ces deux inscriptions posent un problème intéressant que nous n’aborderons pas dans cet article. Pourquoi T. Frank, An Economic Survey of Ancient Rome, V. Rome and Italy of the Empire, 1940, p. 270, accepte-t-il 4141 et non 4142 dans cette catégorie ? Je n’en vois pas la raison.

12 À la différence des inscriptions du iie siècle, quelques-unes des nôtres signalent la Tarraconaise. Castulo, qui se rencontre à CIL XV, 4137, faisait autrefois partie de la Bétique. Cf. E. Albertini, Les divisions administratives de l’Espagne romaine, Paris, 1923, p. 37. Aux liens culturels unissant la Bétique et les cités qui en avaient été détachées, il faut donc ajouter les liens économiques.

13 CIL XV, 2633, 3382, 3385 (Leptis), 2634, 2635 a-e (Tubusuctu), 3375, 3381 (Hadrumète).

14 Dressel, Ricerche, p. 156 et p. 157, croyait pouvoir lire Africae. Malgré le doute qu’il exprimait lui-même, cette lecture est adoptée à tort par Haywood, Roman Africa, dans T. Frank, An Economic Survey of Ancient Rome, IV, 1938, p. 1-120, p. 61.

15 Descemet, op. l., p. 58. La figulina Barbara, qui lui sert d’argument, a bien une origine espagnole. Cf. G. E. Bonsor, The archaeological expedition along the Guadalquivir, 1889-1901 (Hispanic Notes and Monographs), New York, 1931, p. 12. E. Hübner, Eph. Epig., IX, p. 158, défend lui aussi cette thèse périmée.

16 Bruzza, op. l., p. 136 ; Dressel, Ricerche, p. 157 ; id., Scavi, p. 53 ; CIL XV, 2, p. 491 ; E. Hübner, Nuevas fuentes para la geographia antigua de España, dans Bol. de la Real Acad, de Hist. de Esp., XXXIV, 1899, p. 465-503, p. 468 (désigné par la suite Hübner, Nuevas fuentes) ; Grenier, Manuel, p. 609 ; Frank, Notes, p. 73 ; Thouvenot, op. l., p. 267.

17 Hirschfeld, CIL XII, p. 400, a déclenché l’opposition contre l’opinion de Dressel et prétendait que beaucoup d’amphores avaient été fabriquées à Vienne, en Gaule Narbonnaise. Héron de Villefosse, Deux armateurs narbonnais, Sex. Fadius Secundus et P. Olitius Apollonius, dans Mémoires de la Soc. nat. des Antiquaires de France, LXXIV, 1915, p. 153-180, a cru triompher en découvrant que les armateurs gaulois jouaient un rôle éminent dans le commerce italo-espagnol, mais son enthousiasme “gaulois” l’a entrainé à des erreurs : cf. Frank, Notes, p. 73.

18 Si certains, comme West, op. l., p. 15, se sont contentés de signaler le conflit, d’autres ont voulu rapprocher les théories en présence. L. Cantarelli, Il monte Testaccio e la Gallia, dans BCAR, XLIII, 1915, p. 41-46 (désigné par la suite Cantarelli, Il Monte) ; id., I vini della Gallia Narbonese e le anfore vinarie del Monte Testaccio e del Castro Pretorio, dans ibid., p. 279-291, a cherché la conciliation en montrant l'importance des produits gaulois au iie siècle, mais il laisse de côté les amphores du iiie siècle. Certains, enfin, adoptent une solution de syncrétisme ou de prudence : Reifferscheid, op. l., p. 240 ; J. Toutain, Économie antique, Paris, 1927, p. 410 : armateurs : Espagnols, Africains, Gallo-Romains ; Grenier, Manuel, p. 611 : il est impossible que l’Espagne soit la seule à avoir fourni à Rome des marchandises ; Van Nostrand, op. l., p. 184 : Tout ne vient pas d’Espagne ; Grenier, La Gaule romaine, dans T. Frank, An Economic Survey of Ancient Rome, III, 1937, p. 379-644, p. 585 (désigné par la suite Grenier, Gaule romaine) : la majeure partie des tessons d’amphores du Testaccio semble provenir d’Espagne

19 Reifferscheid, op. l., p. 240, date toutes les amphores du Testaccio du iiie siècle. Cette opinion excessive, très tôt combattue par G. B. Rossi, n’est valable que pour les amphores explicitement datées du iiie siècle, grâce à l’indication consulaire (Dressel, Ricerche, p. 166). Malgré ce contrôle facile, on rencontre chez les auteurs les limites chronologiques les plus diverses : Dressel, ne s’appuyant que sur les inscriptions intactes, les situe (CIL XV, p. 561) entre 217 et 235 ; il est suivi par O. Hirschfeld, Der Grundbezitz der römischen Kaiser in ersten drei Jahrhunderten, dans KI., II, 1904, p. 45-70, 284-315, p. 307, qui ne parle que d’Élagabal et de Sévère Alexandre, et par West, op. l., p. 16 ; or, CIL XV, 4097, dont on peut être sûr, porte bien la date consulaire de 214.

20 Tout le monde est d’accord pour adopter la classification de Dressel, Ricerche, p. 149-172 ; CIL XV, 2, p. 560 sq., suivant les lettres grecques : α, β, γ, δ, ε ; α correspond à un nombre inscrit sur le col de l’amphore avec des formes spéciales, β représente la zone de la panse qui porte un nom en grandes capitales au iie siècle, l’inscription fisci rationis patrimonii... au iiie siècle ; en y, au milieu, se retrouve le même chiffre qu’en α ; δ fournit, écrits en cursive et disposés en oblique, divers noms, marques et dates consulaires ; en ε se trouve à droite parfois un chiffre. Cf. Grenier, Manuel, p. 608-610 ; Frank, Notes, p. 72-73.

21 Dressel, Ricerche, p. 151 ; même opinion, CIL XV, 2, p. 250.

22 E. Hübner, Nuevas fuentes, p. 475 ; même après les articles de Héron de Villefosse, ce qui n’était plus qu’une erreur persiste chez M. Marchetti, Hispania, dans Diz. epig. de de Ruggiero, p. 754-941, p. 890, et Bonsor, op. l., p. 61.

23 Héron de Villefosse, op. l. ; La mosaïque des Narbonnais à Ostie, dans BAC, 1918, p. 245-273. Il n’est pas question de reprendre ici la démonstration d’Héron de Villefosse. Malgré les réserves qu’on doit apporter à certaines de ses conclusions (cf. p. 154, n. 2), la thèse principale reste valable.

24 Cantarelli, Il Monte, p. 46 ; Toutain, op. l., p. 410 ; Grenier, Manuel, p. 608 et 612 ; Frank, Export Tax, p. 87 ; Notes, p. 72 et 75 ; Grenier, Gaule romaine, p. 471 et 585, cité par Thouvenot, op. l., p. 270 ; Frank, Economic Survey, V, p. 269 et 271. Frank reste toujours soucieux de montrer que l’armateur était possesseur de la cargaison, d’où le nom de personne au génitif. On peut dire la même chose pour fisci rationis patrimonii, ce qui ne laisse rien présumer de l’origine de la cargaison, privée ou impériale.

25 Frank, Notes, p. 75.

26 Frank, Economic Survey, V, p. 83 et 301.

27 Strab., III, 2, 6 : Ὲξἁµεαι δ έκ τῆς Toυρδητανίας σῖτός τε καὶ οἶνoς πoλὺς καὶ ἒλαιoν oὺ πoλὺ µóνoν, ἀλλὰ καὶ κἁλλιστoν

28 Dressel, CIL XV, 2, p. 562 ; Van Nostrand, op. l., p. 184.

29 Dressel, Ricerche, p. 120 ; Van Nostrand, op. l., p. 184, prétend que la forme n’est pas probante. Grenier, Manuel, p. 634, au contraire, croit à leur déterminisme ; il est suivi par Thouvenot, op. l., p. 267.

30 M. Besnier, Oleum, dans DA, p. 162-171, p. 171 (désigné par la suite Besnier, Oleum).

31 M. Rostovtseff, Frumentum, dans RE, VII, 1 (1910), p. 139, est responsable de l'erreur partagée par E. S. Bouchier, Spain under the roman Empire, 1914, p. 81. R. Knox McElderry, Vespasian’s reconstruction of Spain, dans JRS, VIII, 1918, p. 53-103 ; IX, 1919, p. 86-94 ; VIII, p. 94 ; West, op. l., p. 3 et 16 ; E. Albertini, dans CAH, XI, The Impérial peace 70-192, 1936, p. 495 (désigné par la suite Albertini, CAH, XI).

32 Frank, Export Tax, p. 87, ajoute que les poids indiqués sur l’amphore ne conviennent pas au grain. Nos inscriptions du iiie siècle donnent des chiffres variant entre 210 et 271 livres romaines : CIL XV, 4122 et 4100.

33 B. Nogara, Le Nozze Aldobrandine e le altre pitture antiche conservate nei musei pontifici, Milan, 1907, pl. XLVI et p. 71 ; É. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, I, 1907, no 685, p. 420-421.

34 C’est devenu un thème littéraire et une occasion de développements rhétoriques : cf. Isid. de Sév., De Laude Spaniae, dans Monumenta Germaniae historica, XI, 267 : messibus laeta.

35 Plin., NH, XVII, 94 : Baetica quidem uberrimas messis inter oleas metit., XVIII, 95 : centesimo... (fundit) tota Baetica.

36 Just., XLIV, 1, 4 : (Hispania) in omnium frugum genera fecunda est, adeo ut non ipsis tantum incolis, verum etiam Italiae urbique Romanae cunctarum rerum abundantia sufficiat.

37 Just., XLIV, 1, 5 : Hinc enim non frumenti tantum magna copia est, verum et vini, mellis oleique.

38 Strab., III, 1, 2 : ὀρη γὰρ καὶ δρυμοὺς καὶ πεδία λεπτὴν ἒχοντα γῆν, οὐδὲ ταύτην ὁμαλῶς εὕυδρον, οἰκοῦσι τὴν πολλήν. Van Nostrand, op. l., p. 175, malgré l’épi de blé, emblème monétaire de certaines villes (18, d’après le catalogue de A. Vivès y Escudero, La Moneda hispánica, Madrid, 1926), et les moulins à grain, parle plutôt de consommation locale que d’exportation. Cela n’empêche pas les auteurs espagnols de chanter toujours le blé espagnol : P. Bosch Gimpera, P. Aguado Bleye, M. Torres, Historia de España, II, Madrid, 1935 (désigné par la suite Historia de España), p. 320 ; R. Charlesworth, Les routes et le trafic commercial dans l’Empire romain (trad. franç. par G. Blumberg, P. Grimal), 1938, p. 168 ; D. van Berchem, Les distributions de blé et d’argent à la plèbe romaine sous l’Empire, Genève, 1939 (désigné par la suite Van Berchem, Distributions), p. 80 ; Thouvenot, op. l., p. 231, ne pose pas le même problème.

39 Grenier. Manuel, p. 637 ; Thouvenot, op. l., p. 246.

40 Bouchier, op. l., p. 82 ; Marchetti, op. l., p. 780 ; West, op. l., p. 3 et 12 ; Albertini, CAH, XI, p. 495 ; Van Nostrand, op. l., p. 177 et 199 ; Charlesworth, op. l., p. 167 ; Frank, Economic Survey, V, p. 273.

41 Strab., III, 4, 16 : πἐρι καὶ ἀμπἑλου... ἡ καθ ἡμῶς Ιβηρικὴ παραλία πἁντων εὐπορεῖ ; Just., XLIV, 1 : cf. n. 37 ; Solin, Collectanea rerum memorabilium, 23, I : vinearum proventus.

42 Plin., NH, XIV, 41 : Hispana ignobilium probatissima.

43 Plin., NH, XIV, 71 : nec ignora multa praetermissa plerosque existimaturos, quando suumcuique placet.

44 Plin., NH, XIV, 71 : Hispaniarum Laetana copia nobilitantur elegantia vero Tarraconensia atque Laurenensia et Balearica ex insulis conferuntur Italiae primis ; Mart., Epig., XIII, 118 : Tarraco, Campano tantum cessura Lyaeo / Haec genuit Tuscis aemula vina cadis ; Sil. Ital., Pun., III, 369-370 :... dat Tarraco pubem vitifera et Latio tantum cessura Lyaeo. Remarquons la quasi-identité des termes.

45 Au iie siècle, les amphores portent les marques du vin de Gadès : CIL XV, 4570, le LAUR de 4577-4578 serait l’ancêtre du Malaga : cf. Marchetti, op. l., p. 780 ; Thouvenot, op. l., p. 246. Contre cette opinion, voir G. Barbieri, Lauro, dans Diz. Ep. De de Ruggiero, p. 486.

46 CIL II, 2029 = ILS, 1405 : Proc(urator) Aug(usti) per Baetic(am) ad Fal(ernas) veget(andas). Cf, West, op. l., p. 18. Thouvenot, op. l., p. 246, voit en Fal les Falernas vites et non Falerna, qualité de poire. Solution reprise dans AE, 1946, no 277. Marchetti, op. l., p. 890, datait l’inscription du iiie siècle et la mettait en relation avec les confiscations de Septime Sévère.

47 H.-G. Pflaum, Corpus des cursus procuratoriens équestres (thèse dactylographiée soutenue à la Sorbonne en juin 1948). Ce savant épigraphiste lit, CIL II, 1085 (dans sa thèse no 235), proc(uratori) calend(arii) Veget(iani), par analogie avec un ἐπιτρόπος χαλενδαρίου Οὐηλιανοῦ. (W. M. Calder, A journey round the Prossilemmene, dans Kl., X, 1910, p. 235, n. 5 = AE, 1910, 169 = ILS, 9470) ; il fait la même lecture pour CIL II, 2029 (no 236), où il élucide la personnalité de ce Vegetus.

48 SHA, V. Aurel., c. 48 : fiscalia vina ponuntur, non gratuita populo eroganda sed pretio. D’ailleurs, selon les intentions d’Aurélien, seuls les propriétaires italiens auraient fourni le vin qu'il voulait distribuer gratuitement. Cf. G. Cardinali, Frumentatio, dans Diz. Epig., III, p. 225-315 ; p. 280.

49 Grenier, Manuel, p. 638 ; Thouvenot, op. l., p. 267.

50 Plin., NH, XV, 18, signale aussi la Lusitanie comme centre producteur : (olivae) sunt et praedulces... circa Emeritam Lusitaniae. Cf. les Laudes Hispanicae citées par Historia de España, p. 319.

51 Plin., NH, XVII, 31, parle des qualités du sol de Bétique : glareosum solum oleis aptissimum in Venafrano, pinguissimum in Baetica. Hispalis était le gros centre producteur. Cf. West, op. l., p. 18, mais au nord de Cadix un bois avait reçu le nom d'Olastrum et la côte méditerranéenne autour de Tarragone n'en était pas dépourvue.

52 Plin., NH, XIV, 150 : Olei necessarius.

53 Plin., NH, XV, 8 : principatum in hoc quoque bono obtinuit Italia e toto urbe, maxima agro Venafrano. Relicum certamen inter Histriae terram et Baeticae par est.

54 Colum., V : oleum optimum Licinia dat... sed neque depressa loca, neque ardua magisque modicos olivos, quales in Italia Sabinorum, vel tota provincia Baetica videmus.

55 Mart., Epig., XII, 63, 1 : uncto Corduba laetior Venafrano ; XII, 98,1 : Baetis olivifera crinem redimite corona ; Cic., Pro Arch., X, 26, se moquait déjà du caractère huileux des poètes des environs de Cordoue : Cordubae natis poetis pingue sonantibus. Gaffiot traduit à tort pingue par empâté.

56 Pausan., X, 32, 19 : τὸ δὲ ἔλαιον τὸ ἐν τῇ Τιθορέων ἀποδεῖ μὲν, πλήθει τοῦ τε Ἀττικοῦ καὶ τοῦ Σικυωνίου, χρόᾳ δὲ ὑπερβάλλει καὶ ἡδονῇ <τὸñ> Ἰβηρικόν καὶ τὸ ἐκ τῆς νῆσου τῆς Ἰστρίας.

57 CIL II, 1481 : M. Iulio Hermesiano, diffusori oleario.

58 CIL VI, 1935 : mercatori olei hispani ex provincia Baetica.

59 CIL VI, 29 722 = ILS, 7490. Il s’agit de C. Sentius Regulanus.

60 CIL VI, 1625 b : negotiatores olea(ri) ex Baetica.

61 CIL XIV, 397 : L. Numisio Agathemero negotiatori ex Hispania citeriore. Sur cette organisation, cf. Marchetti, op. l., p. 779 ; Besnier, Oleum, p. 171 ; West, op. l., p. 78-79 ; Van Nostrand, op. l., p. 177 ; Charlesworth, op. l., p. 167 ; Thouvenot, op. l., p. 270-271 ; Frank, Economic Survey, V, p. 221.

62 Marchetti, op. l., p. 779 ; Knox McElderry, op. l., p. 94 ; V. Chapot, Le monde romain, 1927, p. 189 ; Albertini, CAH, XI, p. 495 ; Frank, Notes, p. 78 ; Historia de España, p. 320 ; Frank, Economic Survey, V, p. 82, 221, 273.

63 West, op. l., p. 16.

64 SHA., V. Sever., 18, 3 : ac P. R. diurnum oleum gratuitum et fecundissimum in aeternum donavit ; SHA., V. Alex. Sev., 22 : oleum, quod Severus populo dederat...

65 En effet, Élagabal diminue la quantité d’huile distribuée, tandis qu’Alexandre Sévère la rétablit dans son intégralité : SHA., V. Alex. Sev., 22 : oleum, quodque Heliogabalus imminueret, turpissimis hominibus, praefecturam annonae tribuendo, integrum restituit. Cf. St. Gsell, L’huile de Leptis, dans Rivista della Tripolitania, I, 1924-1925, p. 41-46, p. 115.

66 Besnier, Oleum, p. 170 ; Frank, Economic Survey, V, p. 82.

67 T. Frank, An économic history of Rome, 2e édit., 1927, p. 495.

68 Il n’est plus question des oliviers italiens dont la culture a été abandonnée : SHA., V. Sev., 23, 2 : Italiae, quae oleo eget.

69 Juv., Sat., V, 86-91 : Ipse Venafrano piscem perfundit : at hic qui / Pallidus adfertur misero tibi caulis, olebit / Lanternam : illud enim vestris datur alveolis, quod / Canna Micipsarum prora subvexit acuta / Propter quod Romae cum Bocchare nemo lavatur/Quod tutos etiam facit a serpentibus atris.

70 Plin., NH, XV, 8 : excepto Africae frugifero solo. Cereri id totum natura concessit : oleum ac vinum non invidit tantum satisque gloriae in messibus fecit ; Besnier, Oleum, p. 170.

71 Une controverse s’est élevée ces dernières années entre P. W. Townsend, The oil tribute of Africa at the time of Julius Caesar, dans CPh, XXXV, 1940, p. 274-283, et R. M. Haywood, The oil of Leptis, dans CPh, XXXVI, 1941, p. 246-256. Le premier voit, dans Leptis, Leptis minus, tandis que le second reprend la thèse de Gsell, suivie également par Charlesworth, op. l., p. 153, et qui se trouvait déjà chez Haywood, Roman Africa, p. 46 : c’est à ce point de vue qu’également nous nous rangeons.

72 Eutrop., VIII, 18 : oriundus ex Africa, provincia Tripolitana, oppido Lepti. Cf. A. de Ceuleneer, Essai sur la vie et le règne de Septime Sévère, 1874. p. 13 ; M. Platnauer, The life and reign of the Emperor Lucius Septimius Severus, Oxford, 1918, p. 38 ; Johannès Hasebroek, Untersuchungen zur Geschichte des Kaisers Septimius Severus, Heidelberg, 1921, p. 1 ; Fluss, L. Septimius Severus, dans RE, II, A2, 1923, col. 1940-2002, col. 1943. Dans SHA., V. Sev., 18, 3, on lit au contraire : Tripolim, unde oriundus erat ; mais une confusion a dû se produire dans l’esprit de Spartien, qui a su noter, V. Sev., 1, 2 : cui civitas Lepti.

73 Dig., L, XV, 8, 11 : Leptis magna a... Severo iuris Italici (facta est).

74 Aurél. Vict., Caes., XLI, 19-20 : (Sous Constantin) : Remorae olei frumentique adventiciae praebitiones, quibus Tripolis ac Nicaea acerbius angebantur... Quorum superiores Severi imperio gratantes civi obtulerant.

75 SHA., V. Sev., 23, 2 : olei vero tantum, ut per quinquennium... sufficeret. Est-ce exagéré ? Pour le blé, c’est ce que pense M. Besnier, L'Empire romain de l’avènement des Sévères au concile de Nicée, Paris, 1937, IV. 1. par H.-G. Glotz, p. 35 (désigné par la suite Besnier, Glotz, IV, 1) ; Van Berchem, Distributions, p 108, est d’un avis contraire.

76 SHA., V. Comm., 17, 7 : classem Africanam instituit, quae subsidio esset, si forte Alexandrina frumenta cessassent. Ridicule etiam Carthaginem Alexandriam Commodianam togatam appellavit, cum classem quoque Africanam Comnodianam Herculeam appellasset ; R. Cagnat, L’annone d’Afrique, dans Mémoires de l’Instit. Acad. des Insc. et Belles-Lettres, XL, 1916, p. 247-277, note, p. 268, que la seconde phrase est une interpolation des deux compilateurs de la Vie de Commode. Cf. Lécrivain, Études sur l’histoire Auguste, p. 150 ; Heer, Der Hist. Wert der Vita Commodi, p. 106 et sq. Mais, p. 269, Cagnat reconnaît bien la part prise par l’Empereur dans la constitution de cette flotte. Voir Rostovtzeff, The social and economic history of the roman Empire, Oxford, 1926 (désigné par la suite Rostovtzeff, SEHRE, p. 594, n. 4, suivi par Charlesworth, op. l., p. 152 ; Haywood, op. l., p. 64.

77 Hérod., I, 10 ; il s’agit de Maternus, qui s’est révolté en Gaule et a entraîné des mouvements en Espagne : πᾶσαν τε κατατρἑχοντες τὴν Κελτῶν καὶ Ιβήρων χώραν. Rostovtzeff, SEHRE, p. 345 (n. 3, p. 595) ; West, op. l., p. 1 ; L. Homo, Haut-Empire, H.-G. Glotz, III, 1933, p. 533 ; Albertini, L’Empire romain, 3e éd., 1938, p. 213-214.

78 Rostovtzeff, SEHRE, p. 347.

79 Frank, Economie Survey, V, p, 82.

80 Strab., III, 2. 6 : ὁλκἀδες γὰρ μἑγισται παρὰ τούτων πλἐουσιν εἰς Δικαιαρχίαν καὶ τὰ στια, Ωστια, τῆς Ρὠμης ἐπίνειον τὸ δὲ πλῆθος μικροῦ δεῖν ἐνἁμιλλον τοῖς Λιβυκοῖς. Cf. West, op, l., p. 6 ; Thouvenot, op. l., p. 242.

81 SHA., V. Sev., 12,4 : tuncque primum privatarum rerum procuratio constituta est.

82 Pour tout ceci, voir T. Frank, Dominium in solo provinciali and ager publicus, dans JRS, XVII, 1927, p. 141-161 (désigné par la suite Frank, Dominium).

83 Loi de Rullus : agrospropter Carthaginem novam. Ch. Lécrivain, De agris publicis imperatoriisque ab Augusti tempore usque ad finem imperii romani, Paris, 1887 (désigné par la suite Lécrivain, De agris), p. 11.

84 Frank, Dominium, p. 145. Rostovtzeff, SEHRE, p. 199, trop attaché à une doctrine juridique, parle à tort des grandes propriétés que le peuple romain possédait en Espagne du Sud dès le début de la conquête.

85 Frank, Dominium, p. 153 ; Jones, In eo solo dominium populi Romani est vel Caesaris, dans JRS, XXXI, 1941, p. 26-31, p. 26 : jamais le gouvernement romain n’a considéré les tenanciers comme révocables.

86 Frank, Dominium, p. 160.

87 Jones, op. l., p. 26.

88 Plut., Vit., IV, 1 : Cf. Hirschfeld, Grundbesitz, p. 307 ; Rostovtzelf, SEHRE, p. 199 ; Oertel, CAH, XII, The imperial crisis and recovery (193-314), 1939, p. 243, se trompe en citant parmi les propriétés de Septime Sèvère les biens confisqués par Néron : ces biens étaient redevenus privés sous Galba ; Frank, Economic Survey, V, p. 82.

89 Frank, Economic Survey, V, p. 43, n. 32.

90 On ne peut donc parler des propriétés privées de la famille Ulpia que Septime Sévère aurait reçues en Espagne, comme le fait Thouvenot, op. l.. p. 248. Les seules inscriptions qui signalent ces propriétés avant Septime Sévère sont CIL XV, 3773 datant de 154, CIL XV, 4272 de 153, 4377 de 179, soit du règne de Commode.

91 SHA, V. Sev., 12, 3 : Interfectis innumeris Albini partium viris, inter quos multi principes civitates, multae feminae inlustres fuerunt, omnium bono publicata sunt aerariumque auxerunt ; tum et Hispanarum et Gallorum proceres multi occisi sunt, denique militibus tantum stipendium quantum nemo principum dedit, filiisque etiam suis ex hac proscriptione tantum reliquid quantum nullus imperatorum cum magni partent agri per Gallias, per Hispanias, per Italiam imperatoriam fecisset, tuncque primum privatarum rerum procuratio constituta est. Domazewski, Rh. M., LIV, 1899, p. 312, a corrigé le texte primitif qui comportait auri pour agri et imperator jam pour imperatoriam. Lécrivain, Patrimonium principis, dans DA, 1905, p. 350-355 (désigné par la suite Lécrivain, Patrimonium) ; Hirschfeld, Grundbesitz, p. 307. La correction est adoptée par Hübner, Nuevas fuentes, p. 478, n. 1 ; Hasebroek, op. l, p. 101 ; mais Frank, qui l’admet dans Notes, p. 74, n. 5, l’ignore dans Economie Surçey, V, p. 79 ; les distributions d’argent aux soldats prouvent, en tout cas, que la fortune “liquide” confisquée fut importante. Les confiscations sont simplement signalées ailleurs : Frank, Economie History, p. 484 ; Rostovtzeff, SEHRE, p. 353 ; Frank, Export Tax, p. 90 ; Thouvenot, op. l., p. 156.

92 On croyait qu’un fonctionnaire a cognitionibus avait été envoyé sous Septime Sévère pour confisquer les propriétés, d’après CIL II, 1085. Cf. Frank, Economic Survey, V, p. 82 ; mais l’interprétation de Pflaum (cf. n. 47) ruine cette hypothèse.

93 Hasebroek, op. l., p. 101, pense que Spartien a confondu avec le passage de la V. Hadr., 7, 7 : damnatorum bona in fiscum privatum redigi vetuit omni summa in aerario publico recepta, et qu’il ne faut plus parler d’aerarium sous Septime Sévère.

94 Nous n’avons pas à intervenir dans le débat sur l’origine augustéenne ou claudienne du fiscus ; il opposa Mommsen et Hirschfeld. Hugh Last, rendant compte, dans JRS, XXVIII, 1938, p. 212-216, d’Augustus : studi in occasione del bimillenario augusteo, essaie de concilier les deux thèses à propos de ce qu’écrit G. Cardinali : Amministrazione territoriale e finanziara, p. 214 ; il reprend la même position dans JRS, XXXIV, 1944, p. 51-59 : Fiscus, A Note. Mais l’opposition initiale était formelle : cf. M. Rostovtzeff, Fiscus, dans Diz. Epig., III, p. 96-139, p. 97 (désigné par la suite Rostovtzeff, Fiscus DE) ; Lécrivain, Patrimonium, passim ; G. Humbert, Fiscus, dans DA, 1896, p. 1142-1145.

95 Albertini, Empire, p. 254 ; C. H. V. Sutherland, Aerarium and Fiscus during the early Empire, dans AJPh., LXVI, 1945, p. 151-170, p. 170.

96 M. Rostovtzeff, Fiscus, dans RE, VI, 2, 1909, col. 2385-2405, col. 2394 ; Humbert, op. l., p. 1144. Les revenus qui alimentaient l'aerarium sont dévolus au fisc ; Van Berchem, Distributions, p. 98.

97 Néron affecta d’observer rigoureusement la distinction entre fisc et patrimoine : Tac., Ann., XIII, 4 : discretam domum et rem publicam. Les auteurs ne sont pas toujours d’accord sur ce qui désigne la partie vraiment personnelle des biens impériaux. Tantôt c'est le patrimonium (Karlova, Rom. Rechtsgeschichte, I, p. 505-506 ; G. E. Beaudoin. Les grands domaines dans l'Empire romain d’après les travaux récents, Paris, 1899, p. 31), tantôt c’est la resfamiliaris (Marquardt, Rom. Staat., p. 394 ; Humbert, op. 1., p. 1144) et même pour Lécrivain, De agris, p. 23, c’est, au contraire, le fiscus.

98 Celeuneer, op. l., p. 259 ; Lécrivain, Latifundia, dans DA, p. 959 ; Patrimonium, p. 353, n. 1 ; De agris, p. 27 ; Marquardt, op. l., p. 395 ; Beaudoin, op. l, p. 31 ; Platnauer, op. l., p. 183 ; Hasebroek, op. L, p. 101 ; Besnier, Glotz, IV, 1, p. 34 ; S. N. Miller, CAH, XII, p. 27 ; Thouvenot, op. 1., p. 156, n. 2.

99 SHA., V. Sev., 10, 6 : quod Severus ipse in Marri familiam transire voluerit.

100 Haywood, op. l., p. 87 ; Frank, Economic Survey, V, p. 78, 81 et 82, n’est pas le premier à avoir soutenu cette thèse, comme le pense Hugh Last dans son compte-rendu du volume de Frank, dans JRS, XXX, 1940, p. 201. En cela, Septime Sévère n’imite pas Vespasien, qui reçut les biens des Julio-Claudiens au titre de patrimonium : il est vrai que Vespasien n'était pas héritier suivant la loi.

101 S. Aurigemma, A proposito di una iscrizione di Gigihis (antica provincia Tripolitana), dans Epig., II, 1940, p. 179-182, p. 180.

102 On en aurait une preuve supplémentaire du fait que les bona damnatorum furent vendus par des procurateurs du fisc et transformés en argent. Cf. Lécrivain, De agris, p. 20. Par conséquent, ils ne reviennent pas à la propriété personnelle de l’Empereur comme au iie siècle : cf. Sutherland, op. l, p. 161.

103 Toutain, op. l, p. 373, met sur le même plan fiscus, patrimonium Caesaris, res privata. En Espagne, nous avons précisé la nature des terres qui constituent le patrimonium et, comme l’avait bien vu Platnauer, op. l., p. 181, le fiscus englobe une partie du patrimonium. Albertini, Empire, p. 254, ne discute pas l’origine des biens contrôlés par l’une ou l’autre caisse. Celeuneer, op. l., p. 259, a tort de citer ensemble les biens privés de Marc Aurèle et Commode et les confiscations faites au détriment des partisans d’Albinus, puisque les premiers relèvent de la ratio privata, les seconds du patrimonium : il est suivi par Thouvenot, op. l., p. 248.

104 Le vieux bureau patrimonial qui percevait autrefois les dîmes est régénéré et peut continuer son activité. Frank, Economic Survey, V, p. 81.

105 C’est ce que pensait Rostovtzeff, Fiscus, dans DE, p. 106.

106 Dressel, Ricerche, p. 169, a tort de parler d’une organisation générale de la ratio privata à propos des inscriptions d’amphores, puisqu’en Espagne on n’en trouve aucune trace. En Espagne donc, le fisc seul, ou le bureau du patrimonium, a contribué à la frumentatio et la question posée par Van Berchem, Distributions, p. 98, est ainsi résolue, pour cette province du moins.

107 En Italie, il confisque les briqueteries de Commode (Descemet, op. l., p. 57) et s’approprie celles de Plautien (Lécrivain, De agris, p. 36. Cf. surtout H. Bloch, I bolli laterizi e la storia edilizia romana, dans BCAR. LXIV, 1936, p. 141-225 ; LXV, 1937, p. 83-187 ; LXVI, 1938, p. 61-221, surtout LXVI, p. 160-171).

108 Fait signalé par Grenier, Manuel, p. 628.

109 Dressel, Ricerche, p. 123 et 131.

110 CIL XV, 2558.

111 Bruzza, op. l, p. 139, y reconnaissait Constantin II, Constance II et Constant. Dressel, Ricerche, p. 142, avec raison pense qu’on aurait à cette époque DDD NNN au lieu de AVGGG NNN et opte pour les trois empereurs du début du IIIe siècle. Il est suivi par Hübner, Nuevas fuentes, p. 469 et 471 ; cf. aussi Descemet, op. l., p. 57.

112 CIL XV, 2561,2566, 2571. Il s'agit peut-être d’un affranchi de Marc Aurèle dont la fortune aurait été alors éphémère.

113 CIL XV, 2559, 2564, 2569. Dressel, Ricerche, p. 142-143 ; CIL XV, 2, p. 560 et 565, suivi par Lécrivain, Patrimonium, p. 353, n. 31. Hübner, Nuevas fuentes, p. 478 ; Bonsor, op. l., p. 11, y voit plutôt Valérien, Gallien et Salonine : or, rien n’est moins sûr qu’un critère épigraphique. Thouvenot, op. l., p. 265, parle avec raison de Septime Sévère, mais pourquoi ne citer que CIL XV, 2559-2560 ? Par ailleurs, Bruzza, op. l., p. 139, lisait FEC (erunt) et non F(iglina)EC...

114 CIL XV, 2559,2560,2561 portent Barba. Bruzza, op. l., p. 139 ; Hübner, CIL VII, 1331,20, doute de la relation avec Singila Barba, pense plutôt à Barcino. (Descemet avait cru à un Barbants !) ; même doute chez Hübner, Nuevas fuentes, p. 487 ; Bonsor, op. l., p. 12, voit la localité un peu au nord de Cordoue ; CIL XV, 2569, 2570, 2571 : figuline Crumese ; Bonsor, op. l., p. 12 ; par hasard, on trouve un exemple à Maria, Bonsor, op. p. 24 ; Hübner, Nuevas fuentes, p. 500, pense que Gruma, nom indigène, en serait l’origine.

115 CIL XV, 2564, 2565, 2566 : on y a trouvé les marques Cepar. Hübner, Nuevas fuentes, p. 492, rapproche ce mot de Caepa, cepa, plante qu’on cultivait.

116 C’est-à-dire en y pour suivre la division de Dressel.

117 R. Cagnat, Procurateur, dans DA, p. 662-667.

118 Hirschfeld, Grundbesitz, p. 307 ; Kl. Schr., p. 570 ; Frank, Notes, p. 7 4, n. 5.

119 CIL II, 1085 ;cf. n.92.

120 CIL II, 1170.

121 Marchetti, op. l., p. 893.

122 Marchetti, op. l.. p. 893.

123 CIL 11. 1198 : D(is) M(anibus) Felici dispen(atori) arce patrimon(i) vikari Primitius, Clemens. Parthenius, Panphilus, Fortunatusfece(runt) B(ene) M(erenti) h. s, e. s. t. t. l. La présence du mot arca suffit à dater cette inscription du iiie siècle (Dresse !, CIL XV, p. 562-563 ; Hübner, Nuevas fuentes, p. 478). Mais il est curieux de ne point trouver cette mention sur les amphores contrôlées à Hispalis ; cf. Rostovtzeff, Fiscus, dans RE, col. 2835.

124 Dressel. CIL XV, 2, p. 562.

125 CIL XV, 4097, 4098, 4100, 4101, 4102, 4103, 4104, 4105, 4107, 4108, 4111, 4112, 4114, 4118.

126 CIL XV, 4110, 4117. Castulo, qui n’est pas chef-lieu de conventus de Tarraconaise, possédait une caisse en raison de la proximité du secteur minier.

127 Lécrivain, Patrimonium, p. 355 ; Rostovtzeff, Fiscus, dans DE, p. 103, souligne à bon droit qu’il n’existe pas de caisse centrale du patrimonium, mais des caisses particulières, suivant d’ailleurs Hirschfeld, Untersuchungen, p. 42, contre Marquardt, Staats., II, p. 310.

128 Henzen, le premier, dans Annal. Dell’Inst., XV, 1843, p. 333-346 : Intorno le iscrizioni delle due colonne di marmo rinvenute alla Marmorata, avait donné à ratio ce sens de bureau des comptes, suivant d’ailleurs G. Marini, Iscrizioni antiche doliari (éd. de Rossi-Dressel), 1884, p. 345 sq. Dressel, CIL XV, 2, p. 909, Lécrivain, Ratio, dans DA, p. 812-814, p. 812, Liebenam. Ratio, dans RE, I, Al, 1914, col. 261-262, adoptent ce sens.

129 C’est une opposition notée par Rostovtzeff, Fiscus, dans DE, p. 103. Cf. Lécrivain, De agris, p. 47, qui, d’après CIL II, 1198, afflirme que le procurateur de la province a deux caisses, l’une pour le fiscus, l’autre pour le patrimonium.

130 CIL XV, 4120 :... vi tabula(ri). Cf. Lafaye, Tabularius, dans DA, p. 15-19, tabularium, p. 19 ; en Lusitanie existe un Aurelius Rufus, tabul(arius) provinciae Lusit(aniae) rat(ionis) patr(imonii), dans Eph. Epig., VIII, p. 366, no 26, cité par Sachers, Tabularius, dans RE, IV, A2, 1932, col. 1969-1984, col. 1970. L’inscription date sans doute de la fin du iie siècle/début iiie, pour des raisons de graphie et surtout pour le nomen Aurelius, trahissant un affranchi de Marc Aurèle ou de Caracalla. Cf. Mommsen, op. l., p. 397 ; Hirschfeld, Grundbesitz, p. 307 ; Marchetti, op. l., p. 114.

131 Lécrivain, Latifundia, p. 960.

132 Dressel, Ricerche, p. 166, ce dernier pense, p. 170, que l’on a affaire aux actores praediorum fiscalium domus Augustorum, qui auraient joué un double rôle d’expéditeurs à partir des propriétés impériales et de contrôleurs à la station fiscale. Cela apparaît peu vraisemblable : une division des fonctions est plus probable. Trop longtemps, on s’est attaché au sens juridique des mots actor, actus : cf. G. Humbert, dans DA, I, 1873 : actor, p. 59 ; actus, p. 61. Mais, dans le Dit. Epig., on voit apparaître les significations administratives ; il est vrai qu'actus est un acte d’authentification, donc qui a une valeur juridique. Lécrivain, De agris, p. 45, signale les actores des domaines, ainsi que Beaudoin, op. l., p. 51.

133 Dressel, CIL XV, 2, p. 563, opte définitivement pour le titre officiel d’actor fisci vel patrimonii ou tabulari. D’ailleurs, le nom de l'actor est au génitif parce qu’il faut comprendre Actus... (illius). CIL XV, 4117, offre, à la place d'actus illus, (c)omparante... ; il s'agit de l’aide qui a rassemblé les amphores et les a préparées. Le sens d’actor, dégagé par Hirschfeld, Untersuchungen, p. 278, n. 4, suivi par actor, dans Diz. Epig.,p. 68, est accepté par Grenier, Manuel ; Frank, Notes, p. 72.

134 Dressel, Ricerche, p. 160, avait cru reconnaître en ce signe le début de Rat(ionis), suivant l’inscription que l’on trouve sur les marbres dans l’article de Bruzza, dans Annal. dell’Inst., XLII, 1870, p. 106-204 : Iscrizioni degli marmi grezzi, mais, dans CIL XV, 2, p. 562, il abandonne son opinion antérieure et s’en tient à R(ecognitum) ou R(eceptum) ; il est suivi par Grenier, Manuel, p. 608 ; Frank, Notes, p. 72 ; Thouvenot, op. l., p. 269.

135 Mommsen à CIL XV, 2, p. 562 ; en effet, on lit, dans les Textes de droit romain de P.-G. Girard, 5e édit., 1923, no 9, au rescrit d’Antonin le Pieux adressé aux habitants de Smyme en 139, “recognovit”, marque du contreseing de l’Empereur. Cf. aussi Ibid., p. 205, no 13, rescrit de Gordien en réponse aux habitants de Scaptoparène en 238. À cet égard, notons l’identité du signe aux iie et iiie siècles.

136 Dressel, CIL XV, 2, p. 561 ; Van Nostrand, op. l., p. 185 ; Frank, Economic Survey, V, entre la p. 82 et la p. 270, ne défend pas la même opinion.

137 CIL XV, 3730 : on y lit Aureliani, on peut songer à des affranchis de Caracalla ; CIL XV, 3742 : Dressel est prudent sur l’attribution chronologique.

138 CIL XV, 4405,4406 : si la première est réellement de 221, la seconde l’est aussi, mais Dressel n'est pas sûr de sa lecture et Van Nostrand, op. l., p. 185, a raison de les placer toutes après 235.

139 CIL XV, 4087 : cette date n’est qu’une possibilité.

140 CIL XV, 4390 : notons aussi CIL XV, 4391 en 251.

141 CIL XV, 3840, 3841, 4392, 4393, 4394, 4395, 4396.

142 CIL XV, 3840, 3841.

143 CIL XV, 4087.

144 CIL XV, 3840, 3841, 4393, 4394.

145 CIL XV, 4087, 4392, 4395, 4396.

146 CIL XV, 4405, 4406.

147 CIL XV, 4087.

148 CIL XV 3840, 3841.

149 CIL XV, 4390 : ce serait peut-être une raison d’attribuer l’inscription à Hispalis, restée chef-lieu financier.

150 Le sac de Tarragone, en 261, a beaucoup impressionné les contemporains : Aurel. Vict., Caes., XXXIII, 3 : Francorum gentes direpta Gallia Hispaniam possiderent, vastato ac paene direpto Tarraconensium oppido, nactisque in tempore navigiis pars in usque Africain permearet ; cf. Thouvenot, op. l., p. 157, n. 1. Eutr., IX, 8 : Germani usque ad Hispanias penelraverunt et civitatem nobilem Tarraconem expugnaverunt. Oros., VII, 22, 7 : Germani ulteriores abrasa potiuntur Hispania.

151 Dressel, Ricerche,p. 183.

152 Hübner, Eph. Epig., IX, p. 159, réclamait une exploration méthodique de tous les autres fleuves après les découvertes le long du Guadalquivir.

153 Descemet, dès 1880, réclamait d’intelligents sondages dans l’aire s’étendant entre l’Emporium et le Testaccio.

154 Grenier, Manuel, p. 605.

155 Dressel. Ricerche, p. 182.

156 Autres exemples de Camillus et Iunius Melissus : Bruzza, op. l., p. 136-137 ; voir aussi tous les exemples de Grenier, Manuel, p. 629-633, d’après les marques trouvées à Metz ; cf. Keune, Scimnianus, dans RE, 1921, II Al, col. 820-821.

157 CIL XIV, 2, p. 616 ad 994-996.

158 CIL XIV, 4563, 5, 1.49 ; cf. Frank, Notes, p. 76.

159 Aubin, Der Rheinhandel in romischer Zeit, dans BJ, CXXX, 1925, p. 1-38.

160 Frank, Economic Survey, V, p. 273.

161 Van Nostrand, op. l., p. 185.

162 Rostovtzeff, SEHRE, p. 362, est très pessimiste sur la situation espagnole.

163 Bouchier, op. l., p. 84, voyait le début de cette décadence sous les Antonins ; même vue chez West, op. l., p. 3, mais qui annonce, sans sentir la contradiction, une grande exportation d’huile, p. 16. Cf. aussi Frank, Economic Survey, V, p. 484.

164 Voir, contre la thèse du déclin municipal chez Thouvenot, op. l, passim, le compte-rendu de son livre par M. I. Henderson, dans JRS, XXXIV, 1944, p. 153-154, p. 154.

165 Dig., L, 6,6 (5), 4 : Immunitati, quae naviculariis praestatur certa forma data est : quam immunitatem ipsi dumtaxat habent, non etiam liberis aut libertis eorum praestatur : idque principalibus constitutionnibus declaratur : Besnier, Navicularius, dans DA, 1903, p. 20-24, p. 23 ; Glotz, IV, 1, p. 43 et 121 ; Van Berchem, Distributions, p. 81,82 et 110.

166 CIL II, 1180. C’est un adjutor d’Ulpius Saturninus, praef. annon. ad oleum afrum et hispanum recensendum. Il se place après 160 : Cf. Knox McElderry, op. l., p. 94 ; Pflaum, op. l., no 185, qui corrige Thouvenot, CRAI, 1934, p. 16, et op. l., p. 177, n. 7, note qu’après la guerre parthique il s’agit de bien nourrir le peuple de Rome. Cf. Bonsor, op. l., p. 59 ; Van Nostrand, op. l., p. 149.

167 CIL II, 1085 ; Bonsor, op. l., p. 66 ; Van Nostrand, op. l., p. 149.

168 La nationalisation des transports a lieu sous Aurélien : SHA., V. Aurel., 47, 3 : navicularios Niliacos apud Aegyptum novos et Romae amnicos posui. Cf. Oertel, CAH, XII, p. 273. En Espagne, les navicularii sont soumis à l’État : Code Théod., XIII, V, 4. En 324 : Ex quocumque Hispania littore portum urbis Romae navicularii navis intraverit, quae onus dumtaxat fiscale subvexerit, eamdem sine interpellatione cuiusquam abire praecipimus, nec ulli extraordinario oneri deservire, ut facilius inincta sibi possit implere obsequia. XIII, V, 8. En 336 : Navicularios Hispaniarum neque ad extraordinaria teneri officia, neque alicubi retentos moras sustinere oportet, sed relatorias traditarum specierum intra decem dies a susceptoribus percipere ; eumque ad aliquas insulas, portus, littora, stationes accesserint ostensis relatoriis nullam prorsus inquietudinem sustinere. Cf. Besnier, Navicularius, p. 24 ; West, op. l., p. 8 ; Thouvenot, op. l., p. 274.

169 Piganiol, Histoire de Rome (Clio), 1946, p. 522, voit dans le déplacement d’axe commercial la cause principale de la décadence, tandis que, dans L'Empire chrétien, H.-G. Glotz, IV, 2, 1947, p. 422, en accuse les Barbares.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search