Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

4e partie. Archéologie

De l’archéologie descriptive à l’archéologie significative

L’apport des fouilles de conimbriga à l’archéologie classique au Portugal

Note de l’éditeur

Extrait de O Passado em cena : narrativas e fragmentos (Miscelânea oferecida a Jorge de Alarcão), Coimbra, 2004, p. 141-147.

Texte intégral

  • 1 E. Pires de Oliveira, Bibliografia arqueológica portuguesa (1935-1969), Lisbonne, 1984 et Bibliogr (...)
  • 2 Dans le manuscrit de F. H. Stanley Jr., Roman Portugal. An archaeological, historical, cultural an (...)
  • 3 M.L. Estácio da Veiga Affonso dos Santos, Arqueologia romana do Algarve, Lisbonne, I, 1971 et II, (...)
  • 4 F. de Almeida, Ruínas de Miróbriga dos Célticos, Setúbal, 1964.
  • 5 Id., Egitânia. História e arqueologia, Lisbonne, 1956.

1À consulter les ouvrages recensant la bibliographie sur l’archéologie portugaise jusqu’à l’année 19791, on ne peut qu’être frappé par la pauvreté de cette bibliographie et surtout par le retard pris par la recherche archéologique au Portugal par rapport aux autres pays de l’Europe occidentale. Aucun grand chantier de fouilles, aucune publication exhaustive d’un site, nous ne trouvons que des articles ponctuels ne donnant que la description d’un matériel réduit, souvent sorti de son contexte, ou bien des catalogues de musées ou de collections qui n’apportent aucune problématique nouvelle2. Les rares monographies parues sur l’Algarve3, sur Mirobriga4 et sur Egitânia (Idanha-a-Velha)5, sont plus proches des mentalités du xixe siècle que de celles de la seconde moitié du xxe siècle.

  • 6 Fouilles de Conimbriga : I. L’architecture, par J. Alarcão et R. Étienne, avec la collaboration de (...)

2La collaboration luso-française à partir de l’année 1964 marque incontestablement un tournant dans la réflexion archéologique dans ce pays : les douze campagnes de fouille de Conimbriga se sont déroulées entre les années 1964 et 1971 et furent suivies d’une publication exhaustive en sept volumes entre les années 1974 et 19796. Il s’agit de définir dans quels domaines son influence s’est exercée ; nous en choisissons deux, portant l’un sur la stratigraphie et l’étude du matériel archéologique, l’autre sur l’étude architecturale.

I. La stratigraphie et l’étude du matériel archéologique

3Le changement de mentalité que nous avons mentionné se manifeste dans le fait qu’on ne découvre plus un monument superficiellement, pour sa seule architecture ; on le fouille désormais en profondeur à la recherche de sa chronologie et des différentes étapes de sa construction. L’état final du monument sera souvent le seul qui pourra être présenté au public ; mais avant la mise en œuvre de cette présentation, les archéologues doivent effectuer tous les sondages possibles pour dater l’état final et rechercher des états antérieurs éventuels.

  • 7 J. Alarcão, R. Étienne et F. Mayet, Les villas romaines de São Cucufate (Portugal), Paris, 1990.
  • 8 F. Mayet et C. Tavares da Silva, L’établissement phénicien d’Abul (Portugal). Comptoir et sanctuai (...)

4C’est ainsi qu'à Conimbriga on a découvert qu’un forum flavien avait succédé à un forum augustéen et que ce dernier s’était lui-même intégré ou juxtaposé à un quartier indigène datant de la fin de l’âge du Fer. Même superposition dans le secteur thermal où un établissement de bains augustéen a recouvert un habitat de l’âge du Fer, avant d’être lui-même remplacé par des thermes flavio-trajaniens. Plus jamais une fouille digne de ce nom ne pourra échapper à cette recherche jusqu’au sol vierge ; c’est ainsi qu’à São Cucufate (Beja), ce sont deux villas superposées et imbriquées qui ont été décelées sous la construction monumentale du Bas Empire encore visible de nos jours7, et qu’à Abul (Alcácer do Sal) un comptoir phénicien du viie siècle avant notre ère est apparu sous les dépotoirs d’un atelier romain d’amphores à salaisons de poisson8.

5Pour retrouver la chronologie d’un monument et l’histoire d’un site, il faut mettre en œuvre une fouille stratigraphique. Dans ce domaine, la formation anglo-saxonne de Jorge et d’Adília Alarcão a été, sans conteste, prépondérante. Revenus d’Angleterre avec une bonne expérience de fouille, une excellente connaissance du matériel (céramiques et verres surtout), ainsi qu’une bonne formation sur la conservation des objets archéologiques, ils ont donné à la fouille luso-française les bases nécessaires pour effectuer une grande fouille et aboutir à une publication exhaustive. L’apport logistique du laboratoire du Musée Monographique de Conimbriga a été fondamental pour cette fouille ; il a permis aussi la formation de chercheurs, archéologues et restaurateurs qui ont essaimé à travers le Portugal. La fouille en carreaux, déjà bien expérimentée dans d’autres pays européens, a été appliquée à Conimbriga dès la première campagne ; système le plus adéquat lorsque aucune structure architecturale n’est apparente sur le terrain, il a été ensuite adapté en fonction des monuments au fur et à mesure de leur découverte.

6L’apport principal de la collaboration luso-française a été constitué par la différenciation entre couches stratigraphiques et niveaux historiques. Les couches sont définies au fur et à mesure de l’avancement des travaux sur le terrain, par leur texture, leur couleur, les matériaux de construction qu’elles contiennent ou pas. Les niveaux historiques ne peuvent apparaître qu’après l’étude du matériel archéologique recueilli dans les différentes couches, chaque niveau pouvant comporter une ou plusieurs couches.

7Pour aboutir à ce résultat, il est donc nécessaire d’étudier minutieusement tous les objets provenant de la fouille, céramiques, verres, monnaies principalement, et de confronter leur chronologie couche par couche, avant de réunir ces dernières par horizon historique. Là encore, l’expérience acquise par Jorge et Adília Alarcão en Angleterre a été des plus précieuses, aussi bien dans la technique du dessin que dans la présentation de ce matériel, dans l’étude des différentes céramiques notamment. C’est à Conimbriga que les archéologues, français et portugais, ont eu conscience du rôle fondamental de la céramique dans l’établissement de la chronologie d’une fouille, et donc d’un monument, et même de toute une ville. Il était évident que tout archéologue devait désormais posséder de bonnes connaissances dans le domaine de la céramographie, des sigillées en particulier.

8Conimbriga a été le creuset où se sont modelés bien des céramologues, au premier rang desquels se placent Manuela Delgado et Françoise Mayet. Après les fouilles de Conimbriga, elles ont formé à leur tour une jeune génération d’archéologues-céramologues, dont Maria Conceição Lopes et Inês Vaz Pinto sont certainement les représentantes les plus accomplies, car elles sont allées parfaire leur formation au Centre Pierre Paris de l’Université de Bordeaux III, sous la direction de Françoise Mayet.

9L’étude du matériel archéologique des fouilles de Conimbriga a abouti à sa publication, non pas en fonction des couches ou des niveaux historiques, comme dans les fouilles d’Ostie par exemple, mais par catégories (monnaies, inscriptions, sigillées, céramiques communes et diverses, lampes, amphores, verres, etc.). C’est le premier site luso-romain ainsi publié au Portugal, et ce fut la motivation principale qui nous a poussé à donner aux futures générations d’archéologues des éléments de comparaison qui n’existaient pas pour nous : si une telle publication s’imposait au milieu des années 70, il n’en va plus de même aujourd’hui car on connaît beaucoup mieux ce matériel.

  • 9 F. Mayet et A. Schmitt, Les amphores de São Cucufate (Beja), dans Itinéraires lusitaniens (Bordeau (...)
  • 10 I. Vaz Pinto, A cerâmica comun das villae romanas de São Cucufate (Beja), Lisbonne, 2003.
  • 11 C. Tavares da Silva et J. Soares, Ilha do Pessegueiro. Porto romano da Costa alentejana, Lisbonne, (...)
  • 12 R. Étienne, Y. Makaroun et F. Mayet, Un grand complexe industriel à Tróia (Portugal), Paris, 1994.

10C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas fait une publication comparable pour les villas de São Cucufate ; dans cet ouvrage, nous n’avons donné que le matériel permettant d’illustrer les niveaux historiques, c’est-à-dire les trois villas successives, ainsi qu’un comptage des différentes sigillées et des différentes amphores, comptage destiné à préciser l’intégration de ce site dans les courants commerciaux contemporains. L’étude plus minutieuse des différentes catégories de matériel a pu être menée a posteriori, comme pour les amphores9 ou la céramique commune10, entre autres. Un point de vue semblable a été adopté dans la publication des établissements de salaisons de poisson de l’île de Pessegueiro11, par nos collègues de Setúbal, et dans celle du complexe industriel de Tróia12. En revanche, dans la monographie du site phénicien d’Abul, nous avons publié intégralement tout le matériel céramique, en fonction des horizons historico-stratigraphiques, car il n’était pas surabondant et méritait une telle publication en raison du caractère unique, et donc exemplaire, de ce site au Portugal.

  • 13 A. Bourgeois et F. Mayet, Les sigillées (Fouilles de Belo. VI), Madrid. 1991.
  • 14 M. Conceição Lopes, A sigillata de Represas (colecção F. Nunes Ribeiro). Tratamento informático, C (...)
  • 15 C. Viegas, Cerâmica, economia e comércio : a terra sigillata da Alcáçova de Santarém, Lisbonne. 20 (...)
  • 16 Voir la note 10.
  • 17 M. Conceição Lopes, A cidade romana de Beja. Percursos e debates acerca da “civitas” de Pax Iulia, (...)

11L’étude du matériel céramique ne sert pas seulement à établir la chronologie du monument ou du site fouillé, elle est aussi essentielle à l’étude économique de ce site. Cette perspective est davantage redevable à la composante française de l’équipe, à Françoise Mayet tout particulièrement. Déjà, dans les Sigillées de Conimbriga, une première prise en compte du volume de chaque type de sigillées avait été exposée en conclusion ; mais cette recherche a été reprise plus tard, afin de mieux comparer ces calculs et ces histogrammes avec ceux qui étaient obtenus sur le site plus méridional de Baelo Claudia13 : au caractère “continental” de Conimbriga s'opposait le caractère plus “maritime”, quasi-méditerranéen de Baelo. Ces résultats ont été amplifiés par Maria Conceição Lopes dans son étude des sigillées de Represas (Beja)14, dans laquelle elle a exposé le tableau des importations de sigillées de Conimbriga, Baelo Claudia, São Cucufate et Represas, apportant ainsi deux points intermédiaires entre les deux premiers sites. Cette direction de recherche, c’est-à-dire l’approche économique d'une ville ou d’une villa à partir de l’étude minutieuse des céramiques sigillées, est une voie qui est désormais suivie par de jeunes chercheurs portugais15 qui ne sont pourtant pas issus directement des fouilles de Conimbriga. En dehors des sigillées, il faut saluer la thèse d'Inês Vaz Pinto16 sur la céramique commune de São Cucufate, redevable à la fois aux travaux de Jorge Alarcão sur Conimbriga et aux idées appliquées par Françoise Mayet sur d'autres types de céramique, ainsi que la thèse de Maria Conceição Lopes17 qui, avec comme point de départ les prospections effectuées autour des villas de São cucufate, présente le plus bel exemple d’étude des relations ville-campagne de la Lusitanie romaine.

II. L’étude architecturale

  • 18 J. Alarcão, R. Étienne et J.-Cl. Golvin, Conimbriga. La maquette du centre monumental flavien, Con (...)

12Si l’étude du matériel céramique des Fouilles de Conimbriga est fortement redevable à l'expérience et au génie personnel de Jorge et Adília Alarcão, l’étude architecturale a reçu l’empreinte décisive de Robert Étienne, avec l’aide des excellents relevés et dessins de J. Schreyeck et R. Monturet et l’appui des hypothèses fécondes de Jean-Claude Golvin. Le Bureau d'architecture antique de Pau a permis d’illustrer le forum et les thermes de Conimbriga comme peu de monuments l’étaient à cette époque ; bien plus, il a laissé au Musée Monographique de ce site une maquette en bois du forum flavien qui restera longtemps un modèle difficile à imiter18.

  • 19 Lumineusement exprimée par J.-Cl. Golvin dans Fouilles de Conimbriga, I, p. 285.

13C’est à partir du moment où le recours à un module général et à des figures géométriques simples a permis de déterminer les proportions et les dimensions d’un grand ensemble monumental, qu’a été fondée une archéologie significative. La conception de base19 d’un monument antique repose toujours nécessairement sur les caractéristiques de figures géométriques simples, permettant la réalisation de tracés précis sur de longues distances, à partir de moyens techniques commodes et peu complexes, par la décomposition des surfaces en triangles rectangles pythagoriciens (3, 4, 5).

14La découverte de l’unité de mesure employée sur ce site et de celle du module général a été particulièrement utile, déjà à la compréhension des monuments de Conimbriga, puis à l’étude de leurs restitutions. À Conimbriga, l’unité de mesure utilisée – le pied de 0,296 mètre – reste la même pour le forum augustéen, le forum flavien et les thermes trajaniens ; mais en revanche, le module général des thermes trajaniens (25 pieds) est différent de celui du forum flavien (10 pieds). Cette différence révèle deux notions distinctes ; alors que l’unité de mesure dépend du site et reste la même pour tous les monuments d’un même lieu, du moins à une même époque, la grandeur du module architectural exprimée dans cette unité varie d'un monument à un autre. Le module architectural n’a de valeur que pour un monument considéré ; celui-ci fixe les proportions de chaque partie d’un monument. Il a aussi pour rôle essentiel d’en déterminer l’échelle, c’est-à-dire l’importance pratique par rapport à l’homme. Une fois choisi un type de tracé, l’architecte a la nécessité de fixer un module exprimé en unités locales, afin de réaliser un édifice d’une importance qui corresponde exactement aux besoins et au programme donné. Dans cette optique, la maquette prend toute sa valeur et offre un modèle d’ensemble monumental.

  • 20 M. Martín Bueno, La inscripción a Tiberio y et centra religioso de Bílbilis (Calatayud, Zaragoza), (...)
  • 21 R. Étienne, Culte impérial et architecture. À propos d’une inscription de Lacipo (Bétique), dans Z (...)
  • 22 R. Étienne, Un complexe monumental du culte impérial à Avenches, dans Bulletin de l’Association “P (...)

15C’est ainsi qu’à partir de la publication des Fouilles de Conimbriga, on a reconnu sur d'autres sites, comme Bilbilis20 en Tarraconaise et Lacipo21 en Bétique, Aventicum22 en Suisse, entre autres, des sanctuaires du culte impérial : une cour fermée par des portiques en Π abritant un temple du culte impérial, modèle architectural et urbanistique qui a présidé à l’éclosion des cités du ier siècle de notre ère.

  • 23 I. Morand, La Maison aux Jets d’eau de Conimbriga (Portugal). Programmes architectural et décorati (...)

16Cette recherche du module dans un monument public peut nourrir également une réflexion sur l’éventualité d’un module dans l'architecture domestique. C’est un des résultats, fécond et nouveau, de l’étude de la Maison aux Jets d’eau de Conimbriga effectuée par Isabelle Morand23.

17Un autre moment fort des Fouilles de Conimbriga intéresse le développement harmonieux et cohérent de l’urbanisme général d’une ville. Il est donc vain d’étudier les monuments de façon indépendante car ils sont nécessairement liés aux principaux niveaux historiques qui ont scandé la vie de la cité. On retrouve là l’importance de la fouille stratigraphique et de la constitution des horizons historiques qui en découlent.

18En conclusion, nous sommes loin des catalogues d’objets, nous sommes entrés dans la “combinatoire” de notions qui conduisent à des conclusions historiquement significatives. Les Fouilles de Conimbriga ont constitué un tournant dans la recherche archéologique au Portugal : ces volumes gardent encore une valeur fondamentale d’instruments de travail. Ils sont le résultat d’une rencontre heureuse entre l’ouverture d’esprit de João Manuel Bairrão Oleiro, la formation anglo-saxonne de Jorge et d’Adília Alarcão et la formation historique de Robert Étienne. Désormais, un monument ne peut plus être étudié sans sa fonction, sans la chronologie du site, sans l’histoire de la ville à laquelle il appartient. Depuis lors, le matériel céramique n’est plus étudié pour lui-même ou pour sa seule chronologie, mais dans une perspective d’histoire économique qui ne peut que s’appuyer sur des études exhaustives.

Notes

1 E. Pires de Oliveira, Bibliografia arqueológica portuguesa (1935-1969), Lisbonne, 1984 et Bibliografia arqueológica portuguesa (1970-1979), Lisbonne, 1985 ; Id., Bibliografia arqueológica portuguesa (Sec. XVI-1934), Lisbonne, 1993.

2 Dans le manuscrit de F. H. Stanley Jr., Roman Portugal. An archaeological, historical, cultural and social Bibliography, s.l.n.d., recensant la bibliographie de 1900 à 1990, sur 2651 entrées, moins de 200 correspondent à des ouvrages, guides ou catalogues de musées pour la plupart, certains cités à deux ou trois reprises selon le thème abordé.

3 M.L. Estácio da Veiga Affonso dos Santos, Arqueologia romana do Algarve, Lisbonne, I, 1971 et II, 1972.

4 F. de Almeida, Ruínas de Miróbriga dos Célticos, Setúbal, 1964.

5 Id., Egitânia. História e arqueologia, Lisbonne, 1956.

6 Fouilles de Conimbriga : I. L’architecture, par J. Alarcão et R. Étienne, avec la collaboration de J.-Cl. Golvin, J. Schreyeck et R. Monturet, 1977 ; II. Épigraphie et sculpture, par R. Étienne, G. Fabre et P. et M. Lévêque, 1976 ; III. Les monnaies, par I. Pereira, J.-P. Bost et J. Hiemard, 1974 ; IV. Les sigillées, par M. Delgado, F. Mayet et A. Moutinho Alarcão, 1975 ; V. La céramique commune, locale et régionale, par J. Alarcão, 1975 ; VI. Céramiques diverses et verres, par J. Alarcão, M. Delgado, F. Mayet, A. Moutinho Alarcão et S. da Ponte, 1976 ; VII Trouvailles diverses. Conclusions générales, par J. Alarcão, R. Étienne, A. Moutinho Alarcão et S. da Ponte, 1979.

7 J. Alarcão, R. Étienne et F. Mayet, Les villas romaines de São Cucufate (Portugal), Paris, 1990.

8 F. Mayet et C. Tavares da Silva, L’établissement phénicien d’Abul (Portugal). Comptoir et sanctuaire, Paris, 2000 ; id., L’atelier d’amphores d’Abul (Portugal), Paris, 2002.

9 F. Mayet et A. Schmitt, Les amphores de São Cucufate (Beja), dans Itinéraires lusitaniens (Bordeaux, 1995), Paris, 1997, p. 71-109.

10 I. Vaz Pinto, A cerâmica comun das villae romanas de São Cucufate (Beja), Lisbonne, 2003.

11 C. Tavares da Silva et J. Soares, Ilha do Pessegueiro. Porto romano da Costa alentejana, Lisbonne, 1993.

12 R. Étienne, Y. Makaroun et F. Mayet, Un grand complexe industriel à Tróia (Portugal), Paris, 1994.

13 A. Bourgeois et F. Mayet, Les sigillées (Fouilles de Belo. VI), Madrid. 1991.

14 M. Conceição Lopes, A sigillata de Represas (colecção F. Nunes Ribeiro). Tratamento informático, Coimbra, 1994.

15 C. Viegas, Cerâmica, economia e comércio : a terra sigillata da Alcáçova de Santarém, Lisbonne. 2002.

16 Voir la note 10.

17 M. Conceição Lopes, A cidade romana de Beja. Percursos e debates acerca da “civitas” de Pax Iulia, Coimbra, 2003.

18 J. Alarcão, R. Étienne et J.-Cl. Golvin, Conimbriga. La maquette du centre monumental flavien, Conimbriga, 1994.

19 Lumineusement exprimée par J.-Cl. Golvin dans Fouilles de Conimbriga, I, p. 285.

20 M. Martín Bueno, La inscripción a Tiberio y et centra religioso de Bílbilis (Calatayud, Zaragoza), dans Madrider Mitteilungen, 22, 1981, p. 244-254 ; Id. et J.L. Jiménez, Municipium Augusta Bilbilis : un nuevo ejemplo de adopción de esquemas preconcebidos en la arquitectura romana altoimperial, dans Mélanges de la Casa de Velázquez., XIX, 1983, p. 69-78.

21 R. Étienne, Culte impérial et architecture. À propos d’une inscription de Lacipo (Bétique), dans ZPE, 43, 1981, p.135-142.

22 R. Étienne, Un complexe monumental du culte impérial à Avenches, dans Bulletin de l’Association “Pro Aventico”, XXIX, 1985, p. 5-26.

23 I. Morand, La Maison aux Jets d’eau de Conimbriga (Portugal). Programmes architectural et décoratif, Paris, 2005.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search