Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

4e partie. Archéologie

Le centre monumental du forum de Conimbriga

Réponse à quelques contestations

Note de l’éditeur

Extrait de Itinéraires lusitaniens. Trente années de collaboration archéologique luso-française (Actes de la réunion tenue à Bordeaux les 7 et 8 avril 1995), Paris, 1997, p. 49-68 (co-auteurs A. Alarcão et J.-Cl. Golvin).

Texte intégral

  • 1 J. Alarcão et R. Étienne, avec la collaboration de J.-Cl. Golvin, J. Schreyeck, R. Monturet, L'arch (...)
  • 2 Roth-Congès, voir note 6, p. 712 : “remarquablement publiée”.

1Quand nous avons publié en 1977, le volume I des Fouilles de Conimbriga, consacré à L’architecture1, nous savions que nous présentions à la communauté scientifique une thèse et qu’elle risquait d’appeler des contestations. Celles-ci sont venues de contradicteurs qui se sont plu tout de même à reconnaître la qualité de notre publication2. Voici venu le moment de leur répondre et d’examiner de façon critique leurs arguments, ce qui nous permettra de mieux fonder encore nos certitudes.

I. Notre doctrine

2Rappelons tout d’abord les structures du forum que nous avons défini comme augustéen et celles du forum auquel nous avons attribué une datation flavienne, la chronologie étant fondée dans les deux cas sur l’analyse du matériel en stratigraphie.

  • 3 L'architecture, p. 28.

3Le premier forum (fig. 1) répond3 à la triple fonction classique des forums, c’est-à-dire religieuse, politique et commerçante. La fonction religieuse est assumée au nord par le temple du culte impérial et son cryptoportique, la fonction politique apparaît avec la présence à l’est d’une basilique et d’une curie et la fonction commerçante, à l’ouest, appartient à la série des boutiques, sans doute précédées d’un portique.

4Ainsi les trois côtés du forum étaient occupés et délimitaient la place proprement dite, tandis que le cryptoportique établissait la communication entre le niveau de ce nouveau forum et le niveau, situé à 1,80 mètre plus bas, de l’ancien quartier de l’âge du Fer.

  • 4 L’architecture, p. 33.
  • 5 Ibid., p. 33-34 et no 22.

5Nous n’avons pas caché4 les difficultés de la reconstitution du temple augustéen en raison par exemple de la différence de hauteur entre le portique et le pronaos du temple. Surtout nous avons rapproché5 le plan de cet ensemble de celui de la basilique vitruvienne de Fano, assimilant le cryptoportique à une basilique à deux nefs. Nous avons d’ailleurs insisté sur la diffusion d’un pareil plan que nous pensions avoir été seulement adapté ici à la fonction d’un cryptoportique passage. Ouvert au sud, le dessin de ce forum, en raison du manque de symétrie des architectures orientale et occidentale, en raison d’un secteur religieux étriqué, nous est apparu sur le plan esthétique comme peu gracieux.

Fig. 1. Le forum augustéen de Conimbriga.

Fig. 2. Le forum flavio-trajanien de Conimbriga.

6Nous avons donc envisagé la possibilité d’une révolution architecturale que nous avons attribuée à un architecte flavien (fig. 2).

7Il est évident que, même si Conimbriga ne porte pas le titre de municipium, elle est nommée Flavia Conimbriga, ses notables citoyens romains sont inscrits dans la tribu Quirina ; la transformation juridique s’est nécessairement accompagnée d’un évident remodelage urbain.

8Le nouvel architecte a fait table rase du passé, détruisant aussi bien l’habitat de l’âge du Fer que toutes les constructions augustéennes. Il vise à composer un ensemble cohérent, inscrit dans des formes géométriques simples, s’arrimant autour d’un seul axe de symétrie.

9Il dessine autour du nouveau temple de culte impérial un portique en pi, monté sur un cryptoportique et, autour de la place du forum, il installe, au-delà d’un promenoir découvert, un deuxième portique. Mais deux secteurs sont parfaitement identifiés : un secteur sacré au nord, un secteur public au sud autour de la place proprement dite, peuplée de nombreuses bases honorifiques ; une porte monumentale méridionale – sans doute un tétrapyle – était digne de ce forum qu’il faut appeler impérial, tant la majesté sacrée de l’empereur y était exaltée. Elle y triomphe seule, les fonctions économique et politico-judiciaire étant abandonnées et il reste donc à les localiser ailleurs dans la ville. Dans cet univers architectural clos, seuls sont en présence la divinité impériale et les dévots, installés face au temple dans un espace qu’il domine et sacralise à son tour.

II. Les contestations

1. A. Roth-Congès

  • 6 A. Roth-Congès, L’hypothèse d’une basilique à deux nefs à Conimbriga et les transformations du foru (...)

10Cette évolution architecturale, l’identification des monuments et leur chronologie ont été mis en cause par A. Roth-Congès6.

  • 7 Ead., p. 713.
  • 8 P. Gros, dans RA, 1979, p. 347-350.

11L’auteur fait entrer la construction septentrionale du forum augustéen dans la série des basiliques à deux nefs ; elle restitue un escalier de façade, appuyé sur les cinq massifs de maçonnerie qui étaient adossés à la façade de l’édifice et dont nous n’avions pas déterminé le rôle dans notre publication. Donc7, le portique à deux nefs fait office de basilique et s’y ajoute, comme à Fano, une petite aedes du culte impérial, comme l’avait déjà suggéré P. Gros dans son compte rendu de notre volume8. Une telle identification entraîne par ricochet l’interdiction de voir dans la construction aux piliers de l’ouest une basilique augustéenne.

12A. Roth-Congès a fait siennes les objections que nous avions repoussées : existence d’une curie dans un simple oppidum, place d’une basilique augustéenne sur le long côté, pour s’élever définitivement contre la datation augustéenne que nous avions proposée.

  • 9 Nous ne saurions accepter sa note 37, p. 719, car le mur sud de la curie n’a nullement été restauré (...)
  • 10 Roth-Congès, p. 717 et sq.
  • 11 Nous ne reconnaissons pas les importantes fondations maçonnées signalées par Roth-Congès, p. 721 : (...)

13Dans sa contestation9, elle se fonde10 sur les alignements des contreforts de la basilique à trois nefs avec les fondations des colonnes 5 à 11 et 24 à 30 des portiques du dernier état – pour elle l’état III – et non avec les fondations des bases JO et PU, attribuées aux colonnes de la nef centrale de cette basilique. Pour expliquer cette distorsion – incontournable, selon elle-, il faut intercaler entre l’état augustéen, dit I, auquel appartenaient les grosses bases et l’état final de la porticus triplex (mur en tuf à pilastres et bases 21-32), dit état III, un état II dont font partie les murs périphériques de la basilique et les bases situées à l’emplacement de 21-28 et 33-4011.

  • 12 Ead., p. 722.

14Elle a cherché à vérifier sur le terrain un tel schéma et reconnaît que les indices sont ténus12 ; pour appuyer sa démonstration, elle s’est livrée dans sa figure 1, devenue notre figure 3, à un véritable “bricolage”, en affirmant parallèles des lignes qui ne le sont pas, ce qui ruine sa première objection. Il suffit de tirer ces alignements en rouge pour constater qu’ils divergent.

  • 13 Ead., p. 730.
  • 14 J.-Cl Golvin, L’amphithéâtre romain. Essai sur la théorisation de sa forme et de ses fonctions (Pub (...)

15Dans l’étude des modules, A. Roth-Congès recourt à un second “bricolage” car le schéma de sa figure 3 ne nous invite pas à savoir si les cotes sont toujours prises dans l’axe des murs ou hors tout. Or, toute prise de mesures doit être rigoureuse et l’on ne peut pas jongler entre parement et épaisseur des murs : par exemple, il est inacceptable13 de donner les dimensions de l'area en utilisant pour mesure nord-sud l’entraxe des murs nord et sud, puis pour la mesure ouest-est l’axe de la colonnade ouest et le parement du mur est. Il aurait mieux valu poser le problème et conclure que l’architecte antique donnait ses cotes hors tout, sauf évidemment pour une colonnade ou pour implanter les murs rayonnants d’un amphithéâtre14. Pour les murs périphériques et pour les formes simples, les cotes hors tout s’imposaient et facilitaient la tâche du maître d’œuvre.

  • 15 Roth-Congès, p. 744.

16Celui-ci avait besoin de tracés simples et pratiques. Or – et c’est le troisième “bricolage” de la démonstration d’A. Roth-Congès –, il est aisé en cabinet d’effectuer des coups de compas en cascade, engendrant des nombres irrationnels dont on n’a que faire sur un chantier lusitanien, d’autant que le tracé du compas ne tombe pas toujours juste, comme dans l’angle supérieur de sa figure 315.

17Ce triple “bricolage” permet de douter de l’existence de l’état II, caractérisé par une basilique et une curie, qui entraîne la suppression de la basilique-aedes augustéen du secteur nord et le remplacement de la chapelle impériale par un temple de grandes dimensions entouré d'un cryptoportique. Cet état I, qui aboutit à remanier profondément le secteur nord et le secteur est, n’affecterait en rien l’ouest et A. Roth-Congès est conduite à maintenir dans l’état II les boutiques de l’état I.

  • 16 Roth-Congès, p. 725.
  • 17 Ead., p. 726.
  • 18 Ainsi les deux profils des moulures en cyma reversa, citées par Roth-Congès, p. 723-724, sont diffé (...)
  • 19 Ead., p. 726.

18Au total, les remaniements des espaces ne se feraient pas au même rythme et les identifications dans le schéma de ces trois états nous laissent sur notre faim. Que faire en effet des grandes bases augustéennes qui flanquent le mur périmétral restitué par A. Roth-Congès de façon continue et qui laisse ces bases en dehors du forum proprement dit ? Comment ne pas les intégrer dans le dessin augustéen, puisque A. Roth-Congès remarque16 qu’elles s’alignent sur les boutiques du forum ? Les hypothèses invérifiables17 ou mal fondées18, telle l’existence de deux portiques le long d’une rue nord-sud, sont à abandonner. En s’attachant au schéma régulateur de cet état I, elle ne peut exclure19 qu’une aile à l’est ait été aménagée.

  • 20 Ead., p. 726-727.
  • 21 Ead., p.727.
  • 22 Ead., p. 728.

19À ces difficultés et hésitations, s'ajoutent d'autres interrogations : comment construire une nouvelle basilique sur un terrain différent de la première et surtout sur un long côté, en raison de la topographie difficile des lieux ; l’objection que nous faisait A. Roth-Congès20 de l’étrangeté de cet emplacement au premier siècle mérite de lui être retournée. Nouvelle indécision d’A. Roth-Congès21 sur la datation de ce second état, qui selon son expression, ne s’impose pas clairement. Elle propose de ne pas dépasser la fin du ier siècle et accepte une datation flavienne22.

  • 23 L’architecture, p. 11.
  • 24 Roth-Congès, p. 728.

20Quant à l’état III, où le forum est organisé selon un double jeu de portiques en pi – est-ce encore un forum ordinaire, nous étions-nous demandés23, l’un entourant l'area sacra, l’autre l’area publica – sa chronologie serait encore plus floue et A. Roth-Congès n’hésite pas à la promener du iie au ive siècle24.

21Ainsi l’introduction d’une phase intermédiaire et le décalage chronologique de l’état III apportent plus de confusion que de clarté dans l’exégèse d’un complexe monumental qu’il ne faut pas abstraire de l’histoire. Une lecture purement architecturale des vestiges, les solidarités établies par les seuls coups de crayon ou de compas restent dangereuses : un retour à la stratigraphie s'impose donc.

Fig. 3. Les prétendues parallèles tracées sur le plan du forum flavio-trajanien, selon la figure 1 d’A. Roth-Congès.

2. M. Pfanner

  • 25 M. Pfanner, Zur Entwicklung der Stadtstruktur von Conimbriga. Ein methodischer Beitrag zur Städtefo (...)

22Une deuxième réflexion a été entreprise par Michael Pfanner dans un mémoire dont le titre25 dévoile les ambitions de l’auteur : il replace la structure urbaine de Conimbriga dans une plus large problématique. L’évolution architecturale du forum de Conimbriga n’est donc pas l’essentiel des préoccupations de M. Pfanner, encore qu’il connaisse bien à la fois et notre publication et l’article contestataire d’A. Roth-Congès.

23Il adhère à la thèse de cette dernière et clôture le nord du forum augustéen par une basilique à deux nefs, flanquée d'une chapelle dédiée à Auguste. Il insiste sur la fonction commerciale de la place, illustrée par la rangée des tabernae à l’ouest et ne dit rien pour l’est, où il avoue son ignorance.

24Il reste surtout prudent pour l’évolution du forum après la période augustéenne. S’il trouve séduisante la proposition d’A. Roth-Congès, installant à la place de la basilique et de la chapelle augustéennes, un grand temple et à l’ouest une basilique nouvelle, il ne pense pas que les trouvailles sur le terrain confirment cette phase intermédiaire, qui serait flavienne, et il s'en tire par une pirouette : l’essentiel des changements reste le même, que l’on intercale ou non une période intermédiaire.

25En tout cas, il accepte la délocalisation des activités économiques, illustrée à Rome par exemple ou bien à Minturnes et il reconnaît que la monumentalisation des édifices publics marque la transformation fondamentale flavienne. Nous retombons pour ainsi dire sur nos “pattes”, encore que M. Pfanner ne dise rien de la délocalisation politique et judiciaire.

3. J.-Ch. Balty

  • 26 J.-Ch. Balty, Curia Ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provi (...)
  • 27 Id., ibid., p. 345, 367-369.
  • 28 Id.,ibid., p. 368.
  • 29 Id., ibid., p. 618.

26Le troisième savant à avoir pris position sur notre publication est Jean-Charles Balty dans son ouvrage monumental26. Il entame27 sa réflexion sur “Basilique et curie sur le long côté de la place” par Conimbriga. Il a accueilli avec faveur les remarques d'A. Roth-Congès qu’il juge pertinentes et il publie28 la figure 4 de son article, qu’il donne comme représentant le plan d'ensemble du forum flavien, et donc adhère à une chronologie qu’il estime pourtant encore incertaine pour l’ultime transformation, quand la “thématique impériale l’emporte”, selon son expression. Il enregistre dans ses Addenda et corrigenda29 les positions de M. Pfanner et insiste sur les difficultés d’ordre juridique : disparition de la curie et de la basilique au moment où la ville acquiert l’autonomie municipale.

27L’accent mis par tous ceux qui nous ont contestés sur la nécessité d’une plus grande précision chronologique nous invite donc à revoir l’examen du matériel et des coupes stratigraphiques, tâche assumée au moment des fouilles par Adília Alarcão et qu’elle a accepté de reprendre avec courage pour mieux éclairer notre débat.

III. Le retour à la stratigraphie (Adília Alarcão)

28Le besoin de confirmer ou d’infirmer par la stratigraphie les hypothèses, tirées de la seule étude architecturale des structures conservées, nous a conduits à réviser tout le matériel provenant de la fouille du secteur oriental du forum, en particulier de la basilique à trois nefs, de la curie et de sa liaison avec les structures qui la jouxtent au nord, de la façade méridionale et de la rue 1, à l’est. Pour cela, nous avons revu tous les cahiers de fouille, les coupes stratigraphiques, les photographies et les trouvailles diverses (céramiques, verres et autres petits objets datables).

29En suivant l’ordre chronologique, voici les conclusions que nous pouvons confirmer à nouveau :

  1. Le premier forum repose directement sur un quartier indigène partiellement détruit lors de la construction de ce forum ;

  2. la basilique à trois nefs est située, elle aussi, sur la couche d’arasement de ce quartier ;

  3. à son tour, la basilique a été détruite pour construire le portique oriental, ainsi que le passage à ciel ouvert qui l’accompagne et la rue qui, de ce côté, longe le forum flavio-trajanien ;

  4. après la destruction de ce dernier, la zone du portique et de la rue est occupée à nouveau par un quartier d’habitations.

30Les céramiques datables des ve et vie siècles, abondantes tout au long de la rue 1, dans les couches qui recouvraient son pavement ou ce qui restait du portique détruit, ne laissent aucun doute sur le fait que la destruction, suivie d’une certaine récupération de cette zone, avait été causée par les invasions suèves. On doit à cet habitat barbare le vol de la première file de pierres du mur externe de la basilique et de deux de ses contreforts demeurés en place lors de la construction du forum flavien.

31Ce forum a été daté de l’époque flavienne grâce à des témoignages stratigraphiques bien assurés : sur la façade sud et sa liaison avec la rue, tout comme dans le triple portique (secteurs G VIII, IX et XI ; secteurs F IX-XI), dans le secteur sud-est de l'area sacra (secteurs G XVIII et F XII) et dans la rue 1 (secteurs F IX-XII), on a découvert un mobilier abondant, comprenant des céramiques typiques de l’âge du Fer et des matériaux romains très diversifiés ne dépassant pas le ier siècle après Jésus-Christ.

32La révision de la stratigraphie montre que ce tableau est valable pour toute la zone où fut implantée la basilique à trois nefs. Toutefois, l’interprétation publiée dans le volume I des Fouilles de Conimbriga ne prend pas en considération l’observation faite en 1968 (rapport de la fouille du secteur R1, L), à savoir que la limite supérieure de la couche 16 se trouvait sous un niveau situé sous le mur externe de la basilique et lui servait donc de fondation.

Fig. 4. Stratigraphie de l'angle sud-est de la basilique à trois nefs (68.10 paroi nord et 68 RI paroi nord). Couches (1) à (7) : terre sombre, légère. avec d’abondants fragments de tuiles et de briques, de pierraille et de mortier : (8) : sol de la rue RI, constitué par un opus signinum épais et grossier ; (9) à (11) : couches de nivellement contenant de nombreuses scories de verre, bronze et fer et de petites pierres : (12) : poche d'incendie ; (13) : terre claire, légère, remplie de petites pierres ; (14) : terre rouge contenant des pierres brûlées, du charbon de bois, des cendres et du mortier jaune : (15) : couche de cendres à peine visible sur l'aqueduc (au sud du forum) : (16) : terre brun jaunâtre avec de la pierraille menue ; (17) : terre rouge compacte, contenant de nombreuses scories de fer. La datation augustéenne du premier forum s'appuie sur l’absence de matériaux postérieurs au règne d'Auguste et sur la rareté des objets d'époque augustéenne, en comparaison avec l'abondance des matériaux provenant de l'habitat indigène, des productions locales pour la plupart.

Fig. 5. Céramiques romaines préflaviennes de la couche R1 (16). 1. Céramique à engobe blanc ; 2. Sigillée de la Gaule du Sud ; 3 et 4. Sigillée italique.

33Le fait que les céramiques des couches (10) à (16) se situent dans des limites chronologiques, très proches du cadre général que nous venons de rappeler, explique que cette donnée stratigraphique ait été négligée.

  • 30 Manuela Delgado, qui a surveillé la fouille de ce secteur, a toujours été minutieuse dans ses obser (...)

34Pour le vérifier, nous avons observé une nouvelle fois le matériel provenant de chacune de ces couches et procédé au nettoyage de deux coupes stratigraphiques qui ont été conservées in situ (fig. 4, A et B). Les fragments de sigillée (fig. 5), présents dans la couche (16), et la certitude qu’ils ne correspondent pas à des infiltrations du niveau supérieur30 permettent de conclure que la construction de la basilique ne devait pas être antérieure au règne de Claude.

Conclusion

35Au total, le réexamen de notre “thèse” architecturale n’a pas été inutile et il est bon parfois de remettre sur le métier une œuvre contestée.

  • 31 Balty, p. 357-364.

36La secousse initiale pour faire crouler notre système a visé l’identification du cryptoportique à deux nefs comme soutien architectonique d’une basilique augustéenne. Or, une même forme architecturale ne pourrait-elle pas avoir une double fonction ? Qui dit ressemblance avec la basilique de Fano ne dit pas nécessairement identification du parti architectural à Conimbriga avec celui du modèle vitruvien. D’ailleurs, n’est-ce pas J.-Ch. Balty31 lui-même qui, à propos des ressemblances entre plan des principia et plan des premiers forums, a dénoncé une assimilation abusive ? Au nord du forum augustéen de Conimbriga, on ne peut pas oublier l’environnement et le nécessaire passage vers le quartier de l’âge du Fer. Nous maintenons donc notre schéma architectural.

  • 32 Voir Itinéraires lusitaniens, p. 38-39.

37Pour la basilique, que la stratigraphie révisée invite à dater de la période claudienne, nous sommes certains qu’elle a été conçue dès le premier schéma directeur, ce qui ne veut pas dire que sa construction soit augustéenne ; nous faisons donc nôtre la correction apportée par l'une d’entre nous et admise ici même par V. Correia32. Ainsi il faut réhabiliter pour la première période un temps long “augusto-claudien”, tout comme pour la période II où nous parlons de révolution flavio-trajanienne, conçue dès les Flaviens et étalée dans le temps jusqu’à Trajan pour sa réalisation.

38Ainsi est sauvegardée la cohérence des deux grands moments de l’architecture publique à Conimbriga, ce qui permet de faire l’économie d'un état intermédiaire du forum et d’asseoir encore mieux nos certitudes.

Fig. 6. Angle sud-ouest de la basilique laissant apparaître la nef orientale transformée en rue.

Notes

1 J. Alarcão et R. Étienne, avec la collaboration de J.-Cl. Golvin, J. Schreyeck, R. Monturet, L'architecture (Fouilles de Conimbriga, I), Paris, 1977 (= L'architecture).

2 Roth-Congès, voir note 6, p. 712 : “remarquablement publiée”.

3 L'architecture, p. 28.

4 L’architecture, p. 33.

5 Ibid., p. 33-34 et no 22.

6 A. Roth-Congès, L’hypothèse d’une basilique à deux nefs à Conimbriga et les transformations du forum, dans MÉFRA, 99, 1987, p. 711-751 (= Roth-Congès) ; elle avait entamé sa contestation avec une vivacité agressive au congrès de Valence, réuni du 27 au 31 janvier 1986, avec pour thème Los foros romanos en las provincias ocidentales.

7 Ead., p. 713.

8 P. Gros, dans RA, 1979, p. 347-350.

9 Nous ne saurions accepter sa note 37, p. 719, car le mur sud de la curie n’a nullement été restauré plus haut que la fondation du portique est. En effet, l’altimétrie donne 2,15 pour les murs nord et sud de la curie, et 2,12 sous la couche de mortier de la plinthe de la base de colonne in situ.

10 Roth-Congès, p. 717 et sq.

11 Nous ne reconnaissons pas les importantes fondations maçonnées signalées par Roth-Congès, p. 721 : la “fondation a” est en réalité le mur qui appartient à l’escalier de liaison entre la place du forum et le portique augustéens (restitution de J.-Cl. Golvin) ; la “fondation b” et la “fondation c” signalent simplement un amas de pierres qui supporte la canalisation est-ouest ; la “fondation d” n’est que le témoin d'un pavement de la maison indigène.

12 Ead., p. 722.

13 Ead., p. 730.

14 J.-Cl Golvin, L’amphithéâtre romain. Essai sur la théorisation de sa forme et de ses fonctions (Publications du Centre Pierre Paris, 18), Paris, 1987, p. 403-408, pl. LXIX-LXX.

15 Roth-Congès, p. 744.

16 Roth-Congès, p. 725.

17 Ead., p. 726.

18 Ainsi les deux profils des moulures en cyma reversa, citées par Roth-Congès, p. 723-724, sont différents et ne caractérisent pas deux blocs de même destination.

19 Ead., p. 726.

20 Ead., p. 726-727.

21 Ead., p.727.

22 Ead., p. 728.

23 L’architecture, p. 11.

24 Roth-Congès, p. 728.

25 M. Pfanner, Zur Entwicklung der Stadtstruktur von Conimbriga. Ein methodischer Beitrag zur Städteforschung, dans MDAI (M), 30, 1989, p. 184-203.

26 J.-Ch. Balty, Curia Ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provinciales du monde romain, Bruxelles, 1991 (= Balty).

27 Id., ibid., p. 345, 367-369.

28 Id.,ibid., p. 368.

29 Id., ibid., p. 618.

30 Manuela Delgado, qui a surveillé la fouille de ce secteur, a toujours été minutieuse dans ses observations et dans l’enregistrement du matériel.

31 Balty, p. 357-364.

32 Voir Itinéraires lusitaniens, p. 38-39.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le forum augustéen de Conimbriga.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8321/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 2. Le forum flavio-trajanien de Conimbriga.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8321/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 3. Les prétendues parallèles tracées sur le plan du forum flavio-trajanien, selon la figure 1 d’A. Roth-Congès.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8321/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 4. Stratigraphie de l'angle sud-est de la basilique à trois nefs (68.10 paroi nord et 68 RI paroi nord). Couches (1) à (7) : terre sombre, légère. avec d’abondants fragments de tuiles et de briques, de pierraille et de mortier : (8) : sol de la rue RI, constitué par un opus signinum épais et grossier ; (9) à (11) : couches de nivellement contenant de nombreuses scories de verre, bronze et fer et de petites pierres : (12) : poche d'incendie ; (13) : terre claire, légère, remplie de petites pierres ; (14) : terre rouge contenant des pierres brûlées, du charbon de bois, des cendres et du mortier jaune : (15) : couche de cendres à peine visible sur l'aqueduc (au sud du forum) : (16) : terre brun jaunâtre avec de la pierraille menue ; (17) : terre rouge compacte, contenant de nombreuses scories de fer. La datation augustéenne du premier forum s'appuie sur l’absence de matériaux postérieurs au règne d'Auguste et sur la rareté des objets d'époque augustéenne, en comparaison avec l'abondance des matériaux provenant de l'habitat indigène, des productions locales pour la plupart.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8321/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 5. Céramiques romaines préflaviennes de la couche R1 (16). 1. Céramique à engobe blanc ; 2. Sigillée de la Gaule du Sud ; 3 et 4. Sigillée italique.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8321/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 6. Angle sud-ouest de la basilique laissant apparaître la nef orientale transformée en rue.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8321/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 357k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search