Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

4e partie. Archéologie

Les villas romaines de Sâo Cucufate (Portugal)

Note de l’éditeur

Extrait de Comptes Rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 19S9, p. 232-249 (coauteurs Jorge de Alarcâo et F. Mayet).

Texte intégral

  • 1 Toutes les justifications et références seront données dans J. Alarcâo, R. Étienne, F. Mayet (avec (...)

1En avril 1978, au cours d’une mission exploratoire, nous avons découvert sur le site de São Cucufate un monument insigne du patrimoine portugais. Caché par les ronces et les herbes folles, défiguré par les figuiers qui démantelaient ses superstructures, il avait certes attiré l’attention de savants portugais qui avaient longtemps balancé entre la reconnaissance d’un monastère, attesté par les documents d’archives, et celle d’une villa romaine, réoccupée à partir de 1255 par des moines bénédictins. Après la fouille de Conimbriga, commença en 1979 l’aventure de São Cucufate, où allaient opérer de concert l’Institut d’Archéologie de Coimbra et la Mission archéologique française au Portugal, sous la commune direction de Jorge Alarcâo, professeur à l’Université de Coimbra, de Françoise Mayet, directeur de recherche au CNRS et de moi-même. Au terme de notre labeur, ce sont les trois codirecteurs qui ont l’honneur de vous présenter cette communication1.

2Comme pour Conimbriga, où l’aide du regretté André Parrot ne nous fit jamais défaut, notre entreprise a bénéficié des appuis de hautes autorités qui ont droit à toute notre gratitude : la Commission des Fouilles dont le secrétaire général, pendant la durée de nos travaux à Sâo Cucufate, de 1979 à 1986, a été Jean Leclant ; Jean Pouilloux, nouveau secrétaire général, ne nous ménage pas aujourd’hui son aide, tout comme il le fit par le passé à la tête du département des Sciences de l’homme et de la société du CNRS. Vous nous permettrez aussi d’assurer Roland Martin de notre reconnaissance, lui qui nous apporta pour Conimbriga le concours du Bureau d’architecture antique de Pau, concours qui ne se démentit pas pour les deux premières campagnes de Sâo Cucufate. Mais les plans qui illustrent notre propos sont dus à la science et au talent de celui qui est devenu ensuite notre architecte, Gérard Charpentier, ancien membre de la Casa de Velázquez.

3Où sommes-nous à Sâo Cucufate ? Dans le district de Beja, sur la commune de Vidigueira et près de la paroisse de Vila de Frades, soit dans le Bas Alentejo, à cent soixante kilomètres de Lisbonne, là où le socle ancien de roches primaires – granité et schiste – se relève légèrement dans une zone de fracture. Un climat chaud et sec favorise une végétation de type méditerranéen où règnent la vigne et l’olivier ; la décomposition du granite appelle la céréaliculture et sur les fonds alluviaux prospèrent les cultures maraîchères.

4Nos villas romaines se sont installées sur une remontée du sol en pente douce de l'ouest vers l'est et les constructions ont simplement évité l’abrupt oriental tombant sur un petit cours d’eau, le barranco S. Tiago ; au midi, c’est autour d’un second mamelon plus élevé que se sont développés les secteurs rustiques et agricoles.

5La fouille proprement dite n’a pas été facile. Il a fallu nettoyer le site, le débarrasser de la végétation, même au prix de certaines acrobaties, enlever la terre accumulée sur l’extrados des voûtes, déplacer les blocs architecturaux tombés, couper et brûler les oliviers qui interdisaient le déroulement des fouilles. Après ces opérations salutaires, nous avons rapidement pris conscience, d’une part, que nous disposions d’une réserve archéologique avec la galerie 2 et, d’autre part, que la villa du ive siècle, dont les murs en place culminaient à 6,50 mètres au-dessus du niveau de circulation – ce qui est exceptionnel – était dans certains secteurs construite sur les murs arasés d’une villa antérieure, que l’étude de celle-ci était parfois aléatoire tant les sépultures médiévales avaient entaillé et même bouleversé les couches stratigraphiques. Enfin l’architecture conduisait à isoler une villa primitive dont la chronologie était confortée par l’étude de la stratigraphie et du matériel. Sur un vaste chantier, tel que celui de São Cucufate, couvrant plus de 20 000 mètres carrés, soit plus de deux hectares, nous avons identifié 27 933 tessons, dont 3 055 ont été dessinés ; ainsi, avons-nous pu définir avec certitude la chronologie des établissements et attribuer à chacune des trois villas les secteurs rustiques et agricoles contemporains.

6Voici donc nos conclusions chronologiques :

  • La ferme-grenier ou villa I se place entre le milieu du ier siècle et 120/130 après Jésus-Christ.
  • La villa à péristyle ou villa II, a duré de 120/130 à 340/350.
  • La villa aulique ou villa III va de 350 au milieu du ve siècle.

I. La villa I : une ferme-grenier

7Cette villa a été la plus difficile à isoler du complexe des murs découverts ; c’est la structure unitaire des murs qui a conduit au plan poché : de gros blocs de granite gris et gris rosé, non jointoyés au mortier, sont calés par de petits éclats de schiste bleu.

8Le plan (fïg. 1) présente d’une part l’habitat du propriétaire, disposant de deux pièces (1 et 2-3) communicantes et ouvrant sur un couloir-galerie (12), exposé au couchant, et d’autre part d'un secteur utilitaire, le long du couloir (10), où se développent des cellae qui pourraient avoir servi tant aux réserves du propriétaire que d’entrepôts aux productions de la villa. L’entrée (11) aboutissait à une cour (13), puits de jour et de chaleur pour l’habitat du maître. Nous ignorons la destination de la pièce 14.

9Une autre cour plus importante se développait au sud de la villa, entre deux pièces oblongues où l’on pourrait reconnaître des hangars abritant le matériel agricole ou des logements pour le personnel. Enfin, placée à un endroit stratégique, la maison du vilicus (fig. 2) fermait au sud cette cour : le riche dépotoir de céramiques fines, lié à son existence, conforte cette hypothèse.

10Ainsi la villa I comprend un double habitat, celui du propriétaire qui couvre 540 mètres carrés, l’habitat rustique de 250 mètres carrés et une vaste cour de 1 300 mètres carrés, soit un peu plus de 2 000 mètres carrés, ce qui en fait une villa importante en Bas Alentejo. Ayant peu sacrifié à son confort personnel, le propriétaire de cette grosse ferme a privilégié et par le plan et par l’organisation de la circulation, la surveillance de ses réserves et l’engrangement de ses récoltes. Il n’en reste pas moins que dans le style de la villa catonienne, austère et économe, esclaves et salariés saisonniers l’aidaient à faire valoir un domaine sans doute important. En tout cas, il a su pour sa famille être le primus adcumulator, qui permit à l’un de ses descendants, à la deuxième ou troisième génération, de transformer la villa I en villa II, de franchir un pas décisif dans l’affirmation du prestige social d’un propriétaire lusitanien, au travers d’un nouveau parti architectural.

Fig. 1. La villa I : la ferme-grenier.

Fig. 2. La villa I : habitat et secteur rustique.

II. Une villa à péristyle : la villa ii

11Sans doute par respect des ancêtres autant que par économie, le maître du premier tiers du iie siècle a décidé d’intégrer ce qui n’était qu’une ferme-grenier dans une villa à péristyle spacieuse ; en privilégiant l’axe nord-sud, il s’est offert une construction plus complète et plus romanisée avec un tablinum-œcus conséquent et des thermes bien équipés. Mais ce faisant, le dominus ne trahit pas les impératifs économiques et il a mesuré l’importance du problème de l’eau et fait construire deux bassins-réservoirs à des niveaux différents, communiquant entre eux, le dernier commandant l’irrigation de ses horti. La mini-révolution architecturale s’accompagne certainement d’une nouvelle économie de la villa, concomitante des progrès de l’alimentation. Pour contempler ce potager et ces horti, où un jardinier avait pu aménager les espaces et les décorer, il n’hésite pas à adopter pour la façade occidentale une galerie, où il affirme sa domination sur les terres qui s’étendent au pied de sa villa de nouveau riche, tandis que des secteurs rustiques de plus en plus vastes abritent l’appareil de production, le personnel domestique et les ouvriers agricoles.

1. L’habitat du propriétaire (fig. 3)

12La première et importante différence avec l’architecture de la villa I est l’emploi massif du mortier de chaux, liant parfaitement les blocs de granite et les pierres de schiste et permettant des élévations plus importantes, où se remarquent des joints de mortier polygonaux écrasés. Les fondations des murs porteurs sont faites de moellons de granite mêlés à un mortier abondant, sur 0,65 mètre de hauteur : elles sont souvent surmontées d’un béton de propreté ou d’une assise de réglage en schiste.

13Le plan de l’habitat s’organise autour d’un jardin intérieur entouré de quatre portiques, comportant quatre colonnes sur les petits côtés et six colonnes sur les longs côtés ; l'espace interne est agrémenté d’un bassin semi-circulaire, alimenté en eau par un tuyau qui vient directement de la branche voisine de l’aqueduc. D’un puits voisin, le maître et sa famille tiraient sans doute l’eau de leur consommation. Le bassin, décalé vers l’est, est fait pour le plaisir et le confort du maître, qui se tient dans son salon (4) couvrant près de 80 mètres carrés de superficie. En 5 et 6, faut-il reconnaître la salle à manger, flanquée d’une autre pièce, qui dépendrait d’une cuisine installée en 19, ou plutôt des chambres ? Sur la façade occidentale, le péristyle éclaire trois pièces, sans doute un corridor 7 entre deux chambres débouchant sur la galerie (10), selon une habitude des architectes italiens qui, dans la seconde moitié du ier siècle, accompagnent souvent une villa à péristyle d’une galerie de façade. L’important pour le maître est de disposer d’un espace à l’écart de la circulation autour du péristyle, d’où son regard embrasse le grand jardin en dévers, aménagé peut-être avec des allées soulignées par des bordures de végétation basse. Il lui convient aussi de regarder l’eau emplir le bassin B2, eau qui va ensuite irriguer ses horti d’où il tire des légumes, des fruits variés dont il pouvait vendre les surplus au marché voisin de Pax Iulia (Beja) et qui contribuaient à l’enrichir.

Fig. 3. La villa II : la villa à péristyle.

14L’architecte a facilement intégré les pièces de la villa I à son nouveau parti : la pièce 1, ne bougeant plus, lui fournit un magnifique vestibule (nouveau 11) ; par le couloir 19, le maître a accès à ses réserves mises à l’abri en 15, 16 et 17. Nous pourrions alors placer la salle à manger et la cuisine en 11 et 12 (ex 2-3) et considérer les pièces 13 et 14 comme des annexes, à moins qu’elles ne soient des cubicula. Enfin, un auvent en 20 régularisait la façade sud et était agrémenté par un bassin semi-circulaire, alimenté par une prise directe sur l’aqueduc, qui jouxte le mur périmétral oriental.

2. L’eau, les bassins-réservoirs et les thermes

15Le souci d’un large approvisionnement en eau de la villa se traduit par la construction d’un aqueduc dont seul le parcours à l’intérieur de la villa a pu être reconnu. Il venait certainement d’une zone de sources situées au nord-est de la villa et son tracé aérien oblique, qui semble avoir laissé quelques vestiges d’interprétation délicate, aboutissait tout d’abord au bassin-réservoir B1, installé au dos du tablinum-œcus (4) dans le seul espace qui soit peu troublé par les remontées du granite en place. Ce bassin est entièrement construit ; long de 35,50 mètres et large de 9,05, il représente une surface intérieure de 322 mètres carrés et un volume de 805 mètres cubes, pour un remplissage moyen de 2,50 mètres. Pour résister à une telle masse d’eau, entretenue continûment au gré des besoins de remplissage du bassin-réservoir B2, l’épaisseur des murs de 0,80 mètre ne pouvait suffire. L’architecte a sagement disposé des contreforts pour contrebuter la pression de l’eau. L’étanchéité était assurée par plusieurs couches d’enduit de tuileau et, pour nettoyer ce réservoir, un escalier de sept marches, aujourd’hui en négatif, avait été ménagé dans le coin sud-est. L’évacuation se faisait au nord par un canal oblique où se brisait la force du flot et qui débouchait dans le second bassin-réservoir B2. Celui-ci, plus vaste que le précédent, mesurait 40 sur 9,60 mètres, soit une surface de 385 mètres carré, et un volume d’eau de 598 mètres cubes pour un remplissage moyen de 1,50 mètre. La technique de construction est tout à fait identique à la précédente : contreforts, escalier, enduit. L’évacuation de l’eau se faisait sous tuyau de plomb, solidaire d’une collerette rectangulaire également en plomb, qui était plaquée à la paroi intérieure du bassin. Le flot était ensuite conduit par un canal couvert vers les jardins de la villa. Ainsi ce système ingénieux d’irrigation assurait une culture intensive de légumes et d’arbres fruitiers qui répondaient aux besoins alimentaires de la famille du propriétaire et des nombreux ouvriers agricoles qui vivaient dans les secteurs rustiques de la villa II. De tels bassins-réservoirs sont courants dans les villas romaines de la Péninsule Ibérique et se rencontrent également aujourd’hui dans les herdades (herediola) modernes de l’Alentejo.

16Grâce à un système de canalisations de plomb, prises directement sur l’aqueduc, l’architecte a créé un espace thermal au sud-ouest de la villa proprement dite, limité par des angles à bossage, espace thermal, qui en deux siècles a connu deux phases. Dans un premier temps, disposé selon un axe nord-sud, il est organisé en deux ensembles parallèles commandés par deux fournaises. L’ensemble oriental, qui a été bouleversé lors de la construction de la villa III et dont la fournaise était située en 26, servait sans doute au personnel domestique et n’avait aucune communication avec le reste de l’édifice, réservé au propriétaire. Lepraefurnium jouxtait le caldarium 25 qui communiquait avec le tepidarium. L'ensemble occidental comprenait la même succession de pièces : fournaise 30 ; caldarium 29 où l’on reconnaît à l’ouest l’emplacement d’un alveus ; tepidarium, pièce unique divisée en deux parties en sous-sol (27 et 28). Une porte de communication offrait un passage vers le secteur froid, composé d’une cour et d’une piscine froide modeste de 2,50 sur 4,50 mètres, où l’on descendait par un escalier de cinq marches. La liaison entre la villa II et cet ensemble thermal se faisait par l’intermédiaire de la pièce 22 qui pouvait servir d’apodyterium et qui offrait au milieu de sa paroi orientale un bassin faisant office de pédiluve.

17L’ensemble thermal dans cette première phase représente une emprise au sol de 247,30 mètres carrés environ : il présente, au moins pour le circuit occidental, tout l’équipement nécessaire au déroulement du bain romain, puisque le circuit oriental semble manquer de frigidarium. Dans une seconde phase chronologique, difficile à dater, le praefurnium 26 et le caldarium 25 disparaissent ; le tepidarium 24 est intégré dans le circuit de l’ensemble thermal occidental sans être désormais chauffé. Dans cette phase, la surface thermale couvre 204 mètres carrés. Les égouts se jetaient dans un collecteur au parcours capricieux.

3. Les secteurs rustique et agricole (fig. 4)

18L’exploitation de la villa II exigeait la présence d’un personnel nombreux et diversifié. Il fallait le loger et prévoir pour le matériel et les installations agricoles des bâtiments qui délimitaient une grande cour de 1 600 mètres carrés. Dans l’alignement exact du caldarium du secteur thermal, se dressaient en enfilade parfaite vers le sud des logements soit pour les domestiques, soit pour les ouvriers agricoles. Les dimensions des pièces, quinze mètres carrés environ, et la présence de foyers bien individualisés, interdisent de les identifier à des cases serviles. Le secteur occidental permet de reconnaître trois bâtiments qui ont été remaniés selon une chronologie difficile à préciser : on distingue au total trois phases et l’on doit voir dans la dernière de petites pièces (cubicula) pour le personnel agricole saisonnier, qui aurait pris ses repas en commun dans une grande salle ; le bâtiment B représente la maison du vilicus qui a connu deux phases. Le secteur rustique oriental comprend les petits thermes de l’est, un pressoir identifiable grâce à deux contrepoids, impressionnants par leur volume (un mètre cube) et donc par leur poids, intéressants dans la mesure où ils apportent la preuve de pressoirs à vis, ce qui, selon Pline l’Ancien, représentait une avance technique. Nous rencontrons aussi un cellier où étaient rangés sans doute des dolia, sans qu’on puisse déterminer s’ils étaient remplis de vin ou d’huile, pas plus que nous ne savons la destination des pressoirs : huile ou vin ? Enfin le secteur rustique oriental comportait un grenier (horreum) de 126,50 mètres carrés, dont le sol reposait sur un plancher surélevé et ventilé par des bouches d’aération. Le secteur rustique méridional, très abîmé, a pu servir de remise pour les charrois, ce qui expliquerait la présence d’une forge, ou bien était utilisé comme étable.

Fig. 4. La villa II : habitat et secteurs rustique et agricole.

III. La villa aulique du ive siècle ou villa III

19Si les premiers propriétaires de São Cucufate sont passés au prix d’une première révolution architecturale d’une ferme-grenier, d’un peu plus de 2 000 mètres carrés, à une villa rustique à péristyle couvrant avec ses annexes rustique et agricole plus de 15 000 m2, le dominus du milieu du ive siècle a bouleversé le parti architectural ancien et s’est coulé, avec la complicité d’un architecte de génie, dans le nouveau modèle des villas auliques. C’est une seconde révolution qu’illustrent aujourd’hui les restes grandioses d’un monument dont les ruines frappaient, un peu avant 1644, le chantre de la cathédrale d’Évora. Une révolution totale, même si la villa III est partiellement implantée au sud sur les murs et les fondations de la villa II, même si les thermes de la villa précédente continuent à fonctionner : révolution totale car la villa aulique annonce une révolution idéologique. Ouverte sur le domaine par ses façades, elle exalte la fonction dominatrice du maître sur ses terres surveillées depuis l’étage, le “piano nobile”, et sa volonté de rentabilité contrôlée en abritant au rez-de-chaussée, récoltes et réserves. Mais il ne sacrifie pas seulement à la volonté de puissance et à l’ostentation : sa culture éclate dans l’adoption d’un plan théâtral pour les grandes façades, occidentale et orientale (fig. 5).

20L’architecte, devant tenir compte des directions des murs occidentaux de la villa II et ayant le souci de dissimuler la direction oblique du bassin-réservoir B1 qu’il fallait conserver, a décidé de traiter la façade occidentale comme une scène de théâtre, installant trois escaliers permettant d’accéder à l’espace découvert 1 et conduisant aux deux avant-corps qui encadrent la galerie de façade. Ces avant-corps jouent le rôle de paraskenia, la galerie de l’étage, de mur de scène. Celle-ci est soutenue au rez-de-chaussée par une galerie percée d’une porte médiane, qui rappelle la valva regia. Dernière intervention théâtrale à l’ouest : pour dissimuler l’irrégularité d’altitude des lucernaires des entrepôts et des réserves, le mur occidental de la galerie 2, aujourd’hui presque entièrement détruit, devait faire écran et rattraper des lignes non parallèles. Le problème était plus compliqué pour la façade orientale où, en plan, on reconnaît trois directions : celle du bassin B1 celle du mur oriental de l’ancien tablinum (4) de la villa II, enfin le mur de la façade orientale du ive siècle auquel s’accroche la galerie 28S. L’architecte a assuré la cohérence des deux premières directions, en installant des arcades qui dissimulent ces ruptures et qui se reflètent dans l'eau du bassin B1.

Fig. 5. La villa II : la villa aulique (rez-de-chaussée).

21Les modes de construction participent aussi à la révolution architecturale du Bas Empire, en alternant lits de briques et lits de schiste sans que se révèle l’emploi d’un module mathématique, car le maître d’œuvre avait plutôt des mesures générales à respecter, des niveaux à atteindre et l’ouvrier disposait d’une certaine liberté d’interprétation, si bien que parfois d’un pilier à un autre la différence est d’une arase de briques, 24 pour l’un, 23 pour l’autre. L’architecte a massivement utilisé les briques pour les arcatures extérieures autant que pour les arcs intérieurs et les voûtes ; il employait pour les bâtir des cintres de bois à l’arc plus ou moins tendu, en anse de panier plus ou moins accusée. Les coffrages étant particulièrement soignés et solides, l’architecte a pu lancer à 5,10 mètres de hauteur, avec une précision extrême, les voûtes qui soutiennent l’étage et qui, assises sur des fondations soignées, assurent la solidité d’un édifice qui a défié les siècles. Les arcs de décharge judicieusement répartis ont aidé à dessiner portes et lucernaires du rez-de-chaussée. Selon leur destination, les portes sont plus ou moins étroites, disposant d’un vantail ou de deux vantaux, comme la porte qui commande l’escalier conduisant à l’étage. Les seuils et les linteaux étaient en marbre local de Trigaches, tout comme les piédroits, les linteaux et les allèges des lucernaires. Nous avons été conduits, de par leurs dimensions, à distinguer les lucernaires de ventilation, plus étroits que les lucernaires d’éclairement : 40 centimètres contre 73 ; la hauteur étant la même pour chacun de ces deux types, soit 73 centimètres, les lucernaires d’éclairement sont donc carrés et sont coiffés d’un arc de décharge. Ils sont présents dans les réserves du sud, les lucernaires de ventilation étant réservés aux entrepôts du nord. Ces entrepôts se remarquent par un sol de béton particulièrement soigné et certains enduits primitifs, qui demeurent en place, illustrent les capacités techniques de la main d’œuvre locale, déjà révélées dans la taille des pierres et la fabrication de briques de tous modules.

22Dans la répartition des espaces au rez-de-chaussée, l’architecte du ive siècle avait à obéir sans doute à ce goût théâtral qui l’invitait à dessiner un plan majestueux, commandé par des axes de symétrie et les rythmes ternaires, mais aussi aux impératifs de la construction de l’étage et de l’agencement des pièces nobles. Il lui fallait donc dissimuler qu’il avait agrandi un plan antérieur, remanié de façon intelligente, et se préoccuper aussi du jeu des espaces couverts et découverts situés au-dessus.

23La distribution des pièces est parfaitement lisible : les galeries de circulation (1 : découverte, 2 : voûtée), le couloir 3, les entrepôts 4-15N dont les voûtes vont dans le sens nord-sud, parfois renforcées par une voûte transversale comme en 6N. Toute cette partie, construite ex novo, a reçu un sol d’un même béton qui lui donne son unité de fonction ; il pouvait recevoir du grain en vrac ou en sacs, du fourrage, des légumineuses, tandis que huile et vin, denrées plus précieuses, contenues dans des dolia non enterrés ou dans des tonneaux, étaient remisés dans des cellae fermées par des portes et sans doute verrouillées comme en 10N et 12N. Tout cet espace donne une grande impression d’unité ; il s’en dégage une volonté d’harmonie et de rythme élégant, servie par des rapports dimensionnels intelligents. Aux 270 mètres carrés d’entrepôts du nord s’opposent les 85 mètres carrés de réserves du sud, installées dans un secteur de l’ancienne villa II. La rencontre de la partie ancienne et de la partie nouvelle a signifié une zone de faiblesse architecturale : ainsi s’explique qu’au moment de l’abandon du monastère, quand l’étage a été démantelé, les infiltrations des eaux de pluie ont provoqué des déséquilibres et l’effondrement des voûtes de la partie centrale de la villa III, ce qui a compliqué notre fouille et rendu délicats certains relevés.

24La révolution architecturale ne s’est pas étendue au secteur thermal : elle aurait pu balayer le plan étriqué des thermes de la villa II et construire un ensemble digne des grandes conquêtes de l’architecture thermale du ive siècle. Elle aurait pu... mais ce n’est pas seulement un irréel. Le projet a existé, inscrit en fondation dans le sol, mais pour une raison qui nous échappe, le nouveau propriétaire a fait servir en partie les thermes précédents, les a remodelés en les agrandissant et en les munissant de toutes les commodités de la civilisation.

25Il a tout d’abord restructuré la distribution d’eau courante, en poursuivant vers le sud-ouest la branche de l’aqueduc, en détruisant l’auvent de la villa II et en installant un castellum divisorium à reconnaître dans un carré de maçonnerie de 2,25 mètres de côté. De ce relais, partaient des tuyaux de plomb qui alimentaient la piscine du frigidarium et les chaudières du praefurnium. Il flanquait le secteur thermal ancien des latrines (22), irriguées par l’eau d’un réservoir qui jouait avec l’égout de la piscine d’eau froide le rôle de chasse d’eau, et de la cour (23), traduisant un légitime souci d’hygiène et d’espace. Du projet avorté des thermes auliques, reste le dessin au sol des fondations d’une vaste salle palatine, voûtée, aux murs contrefortés se prolongeant par une abside qui aurait dû être couverte en demi-coupole. Liées aux fondations de cette salle impressionnante de 230 mètres carrés, deux autres pièces, l'une octogonale (26) était destinée sans doute à faire fonction de caldarium, l’autre rectangulaire (27) jouait le rôle de vestibule tant pour les thermes que pour la villa, en ouvrant sur la galerie 28. Le propriétaire, devant son rêve envolé, a dû restaurer, rationaliser et donc remodeler en partie le secteur thermal de la villa II qui atteint alors 273 mètres carrés, soit près de 100 mètres carrés de plus.

26À l’étage de la villa (fig. 6), éclate le sens de la grandeur et de l’ostentation du maître de céans. Dimensions et volumes des pièces, importance des dégagements, tout concourt à le définir comme un personnage hors du commun, capable de rivaliser par le dessin de son belvédère ou de l'aula palatine avec les plans des palais impériaux ou des villas de Sicile. C’est donc bien ici qu’est illustrée le mieux la signification aulique d’une telle construction et où s'exprimait, par le luxe et la décoration, la richesse de ses occupants. Hélas aujourd'hui, il n’en reste que le niveau de circulation de l’habitat, les traces sur le béton assurent les départs de certains murs ; on a recueilli dans les fouilles quelques dizaines de cubes de mosaïques, témoins d’une splendeur à jamais disparue.

Fig. 6. La villa III : la villa aulique (étage).

27La montée à l’étage se faisait par un escalier, large de 1,50 mètre, comptant vingt-trois marches et débouchant sur une grande galerie de circulation qui commandait la distribution des pièces. De part et d’autre du belvédère octogonal (105), se développaient au nord deux pièces dont l’une pouvait, avec ses 91 mètres carrés, offrir un cadre grandiose à une salle à manger, l’autre faire office de vestibule ; au sud on reconnaîtrait en 104 une chambre et son antichambre et en 103 un local pour la domesticité. Le belvédère, quant à lui, au sol surélevé, dessine un octogone de 3,20 mètres de côté, qui laisse aux quatre coins des écoinçons triangulaires où ont été ménagées des niches semi-circulaires, où pouvaient prendre place par exemple les statues des Quatre saisons. Il rappelle en tout cas le belvédère du palais de Domitien, de dimensions certes plus prestigieuses, mais cette imitation de l’architecture impériale dans une villa rurale est assez remarquable : la couverture en dôme de ce belvédère,fastigium de la construction, accroît encore le prestige du maître. Toutefois, pour les dimensions, cette pièce n’est pas la plus sensationnelle : que dire en effet de l’aula palatine (108) de 125 mètres carrés de surface, qui rappelle le palais de Théodose, tel que nous le présente le Missorium de Madrid. Dans l’abside surélevée d’une marche, se tenaient le maître et sa famille, comme sur une scène, tandis que le mur courbe était orné éventuellement des bustes de la famille impériale, comme à Chiragan. Le dominus pouvait accueillir dans un décor théâtral ses pairs, à l’occasion les fermiers lui apportant offrandes et cadeaux. Il est vrai que s’offre aussi une autre possibilité pour l’utilisation de l’abside surélevée, comme à Ostie dans la maison de la Fortuna Annonaria ; on pouvait installer un stibadium, le divan incurvé qui tendait au ive siècle à remplacer la disposition triclinaire. Les galeries de circulation sur les façades ouest, nord et est permettaient d’accéder aux terrasses, d'où l’œil du maître embrassait son domaine mis aussi sous surveillance.

28Fort des observations des fouilleurs et de ses propres analyses, notre architecte propose une restitution des façades ouest et est qui emporte la conviction. Nous avons bien affaire à São Cucufate à une villa à galerie d’étage, dont le corps central est flanqué au nord et au sud d’un avant-corps, selon un schéma banal au ive siècle. Le balcon qui court en avant de la galerie d’étage donne à la façade occidentale son unité, tout comme les arcades l’assurent avec les pilastres de la galerie orientale.

29Le temple (fig. 7), où le maître et sa domesticité rendaient hommage aux divinités païennes qui présidaient aux travaux des champs, respecte dans son implantation les directions générales de la villa III et obéit aux structures architecturales de cette même villa. Il présente un péribole autour de la cella et offre ainsi un couloir périphérique de circulation. Il entre dans une typologie bien connue en Lusitanie de temples ruraux, de type celtique, précédés d’un porche-pronaos. La cella, quasi carrée avec 7,60 mètres de côté, se termine au nord par une abside, couverte d’une demi-coupole. Deux niches creusées dans le mur de l’abside inviteraient à penser à la présence de deux divinités : Liber et Libera, par exemple.

Fig. 7. La villa III : habitat, temple, secteur rustique et agricole.

30Enfin, le secteur rustique contemporain de la villa III est fort réduit : il faisait moins besoin puisque tout le rez-de-chaussée de la villa III est occupé par des horrea, des pièces de réserve et que le vilicus vient réoccuper les espaces de l’ancienne villa I, intégrés dans la villa II : les recharges des sols et quelques transformations dans l’architecture nous en apportent la preuve. Ce propriétaire a fait raser le secteur des cases au sud des thermes, le secteur rustique méridional, le secteur rustique occidental ; les petits thermes de l’est ont été détruits. Dans le secteur oriental, où le grenier est démoli, il fixe cinq logements de deux pièces chacun, une installation agricole, une étable.

31Ainsi, les trois villas romaines de São Cucufate marquent une exceptionnelle continuité sur ce site de l’Alentejo dont l’excellence se vérifie sur la longue durée. C’est au prix de révolutions architecturales successives que les propriétaires se sont maintenus et ont agrandi leurs installations, passant de 2 200 à 15 400 mètres carrés, soit sept fois plus entre la ferme-grenier et la villa à péristyle, pour culminer à 20 400 mètres carrés, soit un tiers de plus dans la villa III par rapport à la villa précédente. Les chiffres sont encore plus éloquents si l’on s’en tient au seul habitat du propriétaire : 540 mètres carrés pour la villa I, 1 540 pour la villa II et 3 460 pour la villa III (rez-de-chaussée et étage compris).

32Même si les modes architecturales italiennes sont adoptées en Lusitanie rurale avec retard, elles pénètrent le milieu des propriétaires et, depuis Rome, depuis l’Afrique ou depuis Trèves, elles sont relayées par les cités romaines dont ils sont les notables : Pax Iulia (Beja) est à vingt-trois kilomètres et, depuis son belvédère, le propriétaire de São Cucufate en apercevait les toitures.

33Cet extraordinaire développement est solidaire d’un domaine que nous avons exploré à pied, sur 2 500 hectares. Nous avons découvert plus de soixante sites archéologiques et parmi eux des fermettes, occupées d’Auguste à Vespasien, peut-être par des colons vétérans, installés sur le territoire de la colonie de Pax Iulia. Au iie siècle apparaissaient plusieurs villas à péristyle qui survivent jusqu’à la fin du ive siècle. Certes, leur apparition témoigne, comme notre villa II, d’une concentration des terres et de l’enrichissement de certains propriétaires. Mais, et ce serait alors l’objet d’une autre communication, nous devrions définir quels étaient leurs liens avec le propriétaire de la villa III. La puissance d’engrangement dans ses entrepôts, l’économie monétaire, qui le fait vivre au rythme de la ville, les échanges multiples avec les produits de la mer, avec les objets manufacturés, étrangers à la Péninsule, tout laisse supposer sa domination économique sans qu’on soit autorisé dans ce cas précis à parler de propriétaire latifondiaire. Le phénomène du latifundium appartient aux années qui suivent la Reconquête sur les Arabes ; il est le fruit de la volonté des Rois du Portugal, soucieux de doter largement monastères et ordres militaires, comme celui de Saint-Jacques, qui purent ainsi remettre en exploitation des terres désolées et dépeuplées.

34Le destin de la villa III passe, vers le milieu du ve siècle, par la christianisation : enterrements ad sanctum Cucufatum dans le péribole du temple, premiers lieux de culte dans l’ancien tablinum-oecus de la villa II et dans une pièce absidée voisine. Vers 450, le rôle économique de la villa a quasi disparu et il faut attendre 1255 pour que des moines bénédictins lui redonnent vie jusqu’au moment où, à la fin du xvie siècle, simple ermitage de l’ordre de Saint-Jacques, elle réunira sous les voûtes d’une chapelle, naïvement décorées d’anges musiciens, les paysans des environs et ce jusqu’à la fin du xviiie siècle. Le parfum de sainteté qui s’élevait de ses murs l’a protégée et lui a donc assuré une sorte d’éternité.

Fig. 8. Restitution de la villa III (façade occidentale).

Notes

1 Toutes les justifications et références seront données dans J. Alarcâo, R. Étienne, F. Mayet (avec la collaboration de J.-P. Bost, G. Charpentier, V. Mantas, I. Pereira et P. Sillières), Les villas romaines de Sâo Cucufate (Portugal), Paris, Diffusion de Boccard, un volume de texte et un volume de planches, Paris, 1990.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La villa I : la ferme-grenier.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 2. La villa I : habitat et secteur rustique.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8318/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 3. La villa II : la villa à péristyle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8318/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 4. La villa II : habitat et secteurs rustique et agricole.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8318/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 5. La villa II : la villa aulique (rez-de-chaussée).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8318/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 6. La villa III : la villa aulique (étage).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8318/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Fig. 7. La villa III : habitat, temple, secteur rustique et agricole.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8318/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Fig. 8. Restitution de la villa III (façade occidentale).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8318/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 342k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search